Vous êtes sur la page 1sur 67

CERTIFICATION DES

SYSTEMES DE SECURITE
ALIMENTAIRE
PORTAIL ÉBAUCHE 22000
V1 - RAPPORT D'AUDIT CB
ÉTAPE 2 / TRANSITION / SURVEILLANCE /
RECERTIFICATION

1 of 67 Rapport auditVersion 5FSSC


étape 2 test | Mai 2019
22000 v1.2
TABLE DES MATIÈRES
1 DÉTAILS DE L'ORGANISATION .................................................................................................... 4
1.1 PROFIL DE L'ORGANISATION ......................................................................................................... 4
1.2 SIÈGE SOCIAL.............................................................................................................................. 4
1.3 ACTIVITÉS HORS SITE ................................................................................................................... 5

2 DÉTAILS DE L'AUDIT ..................................................................................................................... 6


2.1 PORTÉE DE L'AUDIT ...................................................................................................................... 7
2.2 CALCUL DE L'AUDIT ...................................................................................................................... 7
2.3 PROGRAMME ET PLAN D'AUDIT ...................................................................................................... 8
2.4 ÉQUIPE D'AUDIT ........................................................................................................................... 8
2.5 AUDIT PRÉCÉDENT ....................................................................................................................... 8
2.5.1 Détails de l'audit audit précédent ....................................................................................... 8
2.5.2 Non-conformités audit précédent....................................................................................... 8
2.5.3 Changements significatifs depuis le dernier audit ............................................................. 9
3 RÉSULTATS DE L'AUDIT ............................................................................................................. 10
3.1 RÉSUMÉ ................................................................................................................................... 10
3.2 RÉSUMÉ DES CONCLUSIONS DE L'AUDIT ...................................................................................... 10
3.3 APERÇU DES RÉSULTATS DE L'AUDIT........................................................................................... 11
3.4 RECOMMANDATION D'AUDIT ....................................................................................................... 11
4 LISTES DE CONTRÔLE................................................................................................................ 12
4.1 ISO 22000:2018 ...................................................................................................................... 12
4.2 ISO/TS 22002-1:2009 ............................................................................................................. 30
4.3 FSSC 22000, EXIGENCES SUPPLÉMENTAIRES ........................................................................... 58
5 NON-CONFORMITÉS.................................................................................................................... 64
5.1 NON-CONFORMITÉS CRITIQUES .................................................................................................. 64
5.2 NON-CONFORMITÉS MAJEURES .................................................................................................. 66
5.3 NON-CONFORMITÉS MINEURES ................................................................................................... 67

2 sur 67
INTRODUCTION
Modèle de rapport d'audit
Le contenu de ce rapport, y compris le résumé des non-conformités, a été enregistré en langue
anglaise. Les listes de contrôle et les formulaires NC remplis peuvent être enregistrés dans la
langue locale.

3 of 67 Rapport audit étape 2 test FSSC 22000 v1.2


1 DÉTAILS DE L'ORGANISATION
1.1 PROFIL DE L'ORGANISATION
Profil de l'organisation

Nom légal enregistré Nom de l'organisme à certifier

Inscription Référence applicable

Lieu Adresse complète (ou autre identification unique de l'emplacement


du site
(c'est-à-dire GPS, GLN etc. lorsqu'une adresse postale n'est pas
disponible)

Personne de contact Nom, fonction, adresse électronique

Description générale de Brève description de l'organisation :


l'organisme contrôlé • Historique du site - finalité/utilisation antérieure ;
améliorations importantes, etc. le cas échéant
• Ce qu'elle produit - nombre de produits, lignes ; aperçu
du déroulement du processus
• Niveau de complexité et de risque en matière de
sécurité alimentaire - Marchés - locaux, internationaux
Indiquer si l'audit est un transfert d'une autre OC et inclure les
détails du certificat existant, de l'OC et du statut.
Indiquez si l'audit est une transition de l'audit ISO 22000 ou d'un
autre audit de la GFSI.

Activités saisonnières Décrivez quand diverses activités saisonnières sont menées par
(Le cas échéant) champ d'application. Par exemple :
• transformation des fruits à noyau septembre - octobre
• transformation des légumes mars - octobre
Indiquez "Aucun" si ce n'est pas applicable

1.2 SIÈGE SOCIAL

Siège social (zéro ou un)

Nom légal enregistré Nom de l'organisme à certifier

Nom(s) commercial(s) Si applicable et différent de ce qui précède

Inscription Référence applicable

Lieu Adresse complète

Personne de contact Nom, fonction, adresse électronique

Nombre de sites Combien de sites certifiés seront couverts par les activités du siège

Fonctions du siège social Décrivez les fonctions exercées au siège social qui sont communes
aux sites certifiés. Par exemple : les achats, les ressources
humaines, etc.

4 sur 67
Indiquez si le siège social est un audit distinct ou si le représentant
du siège social est présent lors de l'audit ou des audits sur site.

1.3 ACTIVITÉS HORS SITE

Activités hors site (le cas échéant)

Nom légal enregistré Nom de l'organisme à certifier

Inscription Référence applicable

Lieu Adresse complète (ou autre identification unique de l'emplacement


du site
(c'est-à-dire GPS, GLN etc. lorsqu'une adresse postale n'est pas
disponible)

Personne de contact Nom, fonction, adresse électronique

Activités sur place Décrivez les activités qui sont menées dans des lieux hors site. Par
exemple : entreposage de matières premières, de produits finis ;
expédition de produits finis

5 of 67 Rapport audit étape 2 test FSSC 22000 v1.2


2 DÉTAILS DE L'AUDIT

Détails de l'audit

CB Nom et adresse du bureau Nom et adresse du bureau de l’OC gérant la certification

Langue d'audit Ne laissez pas d'espace vide, indiquez la langue dans laquelle
l'audit a été effectué et si un interprète a été utilisé

Numéro de certificat Applicable aux audits de surveillance et de recertification

Objectifs de l'audit a) détermination de la conformité du système de


management de l'organisme, ou de parties de celui-ci, aux
critères d'audit ; 
b) détermination de la capacité du système
de management à garantir que l'organisme satisfait aux
exigences légales, réglementaires et contractuelles applicables
; 
c) détermination de l'efficacité du système de management
pour garantir que l'organisme peut raisonnablement espérer
atteindre ses objectifs spécifiés ; d) le cas échéant,
identification des domaines d'amélioration potentielle du
système de management.
Chaque type d'audit aura des objectifs communs comme ci-
dessus et des objectifs spécifiques en fonction du type d'audit,
les objectifs étant adaptés en conséquence :
-V5 mise à niveau ou transition de l'ISO 22000
-Audit de transfert (d'un autre CB)
-Stade 2
-Surveillance
-Recertification

Critères d'audit a) les exigences de


i. ISO 22000:2018 ;
ii. ISO/TS 22002-x : année (le cas échéant) ; et
iv. FSSC 22000 V5 Partie 2 supplémentaire
Exigences (y compris la liste des décisions de la BoS, le cas
échéant)
b) les processus définis et la documentation du système de
gestion développé par l'organisation
c) Exigences légales/réglementaires (le cas échéant)
d) Exigences du client (le cas échéant)
e) Exigences de la FSMA (supprimer si non applicable)
f) Procédure de conception et de développement (supprimer si
non applicable)

Type d'audit Dates, heures et lieux des audits (le cas échéant)
• Etape 2
• Suivi
• Surveillance
• Surveillance (Non annoncée)

6 sur 67
• Recertification
• Transfert
• Mise à jour du programme Transition

Annoncé/ non annoncé Non annoncée ne s'applique qu'aux audits de surveillance

Dates d'audit Format jj/mm/aaaa

Complexité de l'audit Combiné ou intégré avec d'autres normes/ module FSMA ou


non

Détails sur la complexité de Précisez les autres normes (ISO 9001) ou systèmes (GFSI, par
l'audit exemple) qui n'ont pas été adoptés par les États membres
Intégré avec d'autres systèmes reconnus) ou norme(s) des EM
lorsque les autres normes sont menées en même temps que
l'audit FSSC 22000

Nombre d'études HACCP Inscrivez le nombre total de plans HACCP (le calcul sera le
nombre de plans HACCP moins 1 pour le calcul de H)

Nombre d'employés (ETP) Ce chiffre est utilisé pour le calcul basé sur une seule équipe

Nombre d'équipes Indiquez le numéro (chiffre entier uniquement)

Employés par poste (ETP) Détaillez l'équipe principale (y compris les travailleurs
saisonniers) et les employés de bureau. Cela devient l'ETP aux
fins du calcul

2.1 PORTÉE DE L'AUDIT


Étendue de l'audit

Catégorie de la chaîne Catégories de la chaîne alimentaire (voir annexe B ISO/TS


alimentaire 22003:2013)

Déclaration sur le champ Déclaration sur le champ d'application comme indiqué dans
d'application l'annexe technique

Exclusions (le cas Détails des exclusions (le cas échéant)


échéant)

Vérification de la Confirmer que la déclaration de portée (et les exclusions) ont été
déclaration de portée contrôlées / vérifiées

2.2 CALCUL DE L'AUDIT


Durée de l'audit

Temps total sur place (heures) Indiquez également l'heure du siège social (sans production) -
le cas échéant
Indiquer la durée totale de l'audit lorsqu'un audit intégré est
réalisé (c'est-à-dire également avec BRC, ISO 9001, etc.) et la
durée de l'audit FSSC 22000

Écarts de temps d'audit Justifications détaillées par exemple :

7 of 67 Rapport audit étape 2 test FSSC 22000 v1.2


• Réduction de 20 % pour les sites multiples où le
siège social couvre certaines fonctions ;
• des audits intégrés ;
• Temps insuffisant identifié lors du dernier
audit - Changements importants dans
l'organisation
• Complexité/taille
• Rappel de produits depuis le dernier audit
• indiquer le temps supplémentaire passé sur
place pour d'autres normes (FSMA, ISO 9001,
etc.)

2.3 PROGRAMME ET PLAN D'AUDIT


Programme et plan d'audit

Déviation du programme Télécharger le programme d'audit sur le portail/ Détailler les


d'audit écarts éventuels

Déviation du plan d'audit Télécharger le plan d'audit sur le portail/ Détailler les écarts
éventuels

2.4 ÉQUIPE D'AUDIT


Équipe d'audit

Fonction Nom Dates et heures

Auditeur principal Nom de l'auditeur principal Date Heure

Autres rôles

2.5 AUDIT PRÉCÉDENT

2.5.1 DÉTAILS DE L'AUDIT AUDIT PRÉCÉDENT

Détails de l'audit audit précédent

Type d'audit Indiquez le type d'audit précédent

Annoncé Indiquez si un audit précédent a été annoncé ou non

Date de l'audit Indiquer le format de la date de l'audit précédent jj/mm/aaaa

CB effectuant un audit Indiquez quel CB a effectué l'audit précédent

2.5.2 NON-CONFORMITÉS AUDIT PRÉCÉDENT

Non-conformités audit précédent

Liste de contrôle Clause Grade Trouver des détails

8 sur 67
Vérification de l'efficacité des actions correctives en cas de non-conformités antérieures

Indiquez si les mesures correctives pour les non-conformités antérieures sont efficaces ou non

2.5.3 CHANGEMENTS SIGNIFICATIFS DEPUIS LE DERNIER AUDIT

Changements importants depuis le dernier audit

a) Étape 1 - détail des changements et nécessité de répéter l'étape 1 en cas de changements


importants
b) Autres audits - détailler les changements et indiquer si cela a une incidence sur le certificat

9 of 67 Rapport audit étape 2 test FSSC 22000 v1.2


3 RÉSULTATS DE L'AUDIT
3.1 RÉSUMÉ
Résumé

Résumé de l'audit Résumé de haut niveau - destiné aux cadres supérieurs de


l'organisation pour comprendre comment le SGSF fonctionne
et quelles mesures ils doivent prendre pour remédier à toute
insuffisance.
Fournir une déclaration sur la conformité et l'efficacité du
système de gestion ainsi qu'un résumé des éléments de
preuve y afférents :
• la capacité du système de gestion à répondre aux
exigences applicables, aux objectifs de sécurité
alimentaire et aux résultats attendus ;
• les problèmes importants de sécurité alimentaire
dont la direction doit être consciente
(constatations majeures/critiques, tendances en
matière de rappels, etc.)
• le processus d'audit interne et de revue de
direction ;
• Il n'est pas nécessaire de répéter le champ
d'application, l'adresse, etc.
• Détail des résultats des audits précédents
• Pour l'audit de recertification - indiquer comment
le SGSF a évolué au cours du cycle de trois ans
• Ne pas introduire de nouveaux éléments qui ne
figurent pas dans le rapport principal
• La structure du résumé exécutif doit suivre l'ordre
du rapport principal

Constatation que les objectifs Déclaration positive, ne pas laisser en blanc. Si un objectif n'a
de l'audit ont été atteints pas été atteint, indiquez pourquoi

Questions non résolues Enregistrez toute question non résolue (par exemple,
désaccord sur les conclusions, notation des conclusions, etc.
S'il n'y a pas de problèmes non résolus, indiquez-le, ne laissez
pas de blanc

3.2 RÉSUMÉ DES CONCLUSIONS DE L'AUDIT


Résumé des conclusions de l'audit

# Non-conformités critiques Entrez le nombre (sauf si rempli automatiquement par le


portail)
# Non-conformités majeures Entrez le nombre (sauf si rempli automatiquement par le
portail)
# Non-conformités mineures Entrez le nombre (sauf si rempli automatiquement par le
portail)

10 sur 67
3.3 APERÇU DES RÉSULTATS DE L'AUDIT
Remarque : les possibilités d'amélioration (AIF) ne sont pas autorisées dans le cadre du FSSC
22000

Aperçu des résultats de l'audit

Liste de contrôle Clause Grade Trouver des détails

3.4 RECOMMANDATION D'AUDIT


Recommandation d'audit

Choisissez entre "Certification initiale" / Poursuite de la certification ou Re-certification.

11 of 67 Rapport audit étape 2 test FSSC 22000 v1.2


4 LISTES DE CONTRÔLE
4.1 ISO 22000:2018

ISO 22000:2018 Conformité Grade Numéro NC1


Mineur/Major/Critique
Clause Exigence Oui Non

4 Contexte de l'organisation

4.1 Comprendre l'organisation et son


contexte

4.2 Comprendre les besoins et les attentes


des parties intéressées

4.3 Déterminer le champ d'application du


système de gestion de la sécurité
alimentaire

4.4 Système de gestion de la sécurité


alimentaire
Résumé :

4.1Comprendre l'organisation et son contexte


Détailler les résultats escomptés et le processus de révision/mise à jour
L’organisme a déterminé les enjeux externes et internes pertinents par rapport à sa finalité : vu
contexte et enjeux et analyse des parties intéressées XXX avec revue en revue de direction.

4.2 Comprendre les besoins et les attentes des parties intéressées


Identifier les parties intéressées et savoir si leurs besoins sont connus

Principales PI. Préciser si une PI est atypique?


Est-ce que des besoins/attentes sont identifiées pertinence?
Les principales parties intéressées sont : les actionnaires, la Direction, le personnel, les clients; les
fournisseurs; l'Etat ( DPP), les assureurs, les banques...

L’approche est globale en spécifiant les PI relatives à la SDA. Sont établis « qui influence qui ? » mais
pas les besoins associés
Les besoins identifiés des consommateurs portent sur « plus de naturalité des produits » ne sont pas
clairement établis par exemple. Acceptable cependant

4.3 Déterminer le champ d'application du système de gestion de la sécurité


alimentaire
Identifier le champ d'application des sociétés FSMS (il peut être différent de celui de la FSSC
sur le certificat)

Préciser si particularités (exemple exclusion, fonctions supports ou non au siège)


Les Processus nécessaires au SMSDA et leurs interactions ont été identifiés :

1
Ajouter le numéro de référence du NC au chapitre 5

12 sur 67
Les éléments du périmètre d’application (produit et service, processus, activités et site(s)) sont
identifiés.

La conception est considérée comme hors scope de cet audit puisque la responsabilité appartient au
siège. L’usine n’est qu’acteur de cette conception.

4.4 Système de gestion de la sécurité sanitaire des aliments


Détailler la façon dont le SMSDA est établi, mis en oeuvre, mis à jour et continuellement amélioré

Des réunions se tiennent trimestriellement pour passer en revue les nouveaux produits, les nouveaux
ingrédients, la formation du personnel, les PRP, les exigences réglementaires, les réclamations et Non
conformités, les résultats des inspections PRP

Les autres changements pilotés par l’usine sont aussi gérés via un système de MOC (changements
d’équipements par exemple). Ces MOC sont nommés « M » (Manufactoring) sont aussi gérées via le
système SAFE FOOD 360 (4 MOC « M » en 2020)

ISO 22000:2018 Conform*. Remarque


Clause Exigence Oui Non Si non - préciser la référence
NC

5 Leadership

5.1 Leadership et engagement

5.2 Politique

5.3 Rôles, responsabilités et pouvoirs de


l'organisation

Résumé :
5.1 Leadership et engagement
Détailler la façon dont les objectifs d'affaires sont déterminés
Identifier la "haute direction" par son nom et/ou sa fonction
Détailler comment la haute direction répond à ces exigences
Commenter l'efficacité du leadership et de l'engagement à l'égard de ces exigences.
Préciser les cas de situation atypique (Directeur très ou pas présent en fonction de la taille
d’entreprise)
Fréquence de revue de direction?
La Direction participe t’elle activement au fonctionnement du SDA ?
Les objectifs commerciaux sont bien déterminés?
Les "cadres supérieurs" sont : par leur nom et/ou leur fonction?

La Politique date de février 2020. Elle est affichée et a été communiquée lors des réunions du
matin avec les collaborateurs en présence du Directeur.

Une réunion mensuelle qualité avec les collaborateurs permet de revenir sur les non conformités
constatées et rappeler les règles

13 of 67 Rapport audit étape 2 test FSSC 22000 v1.2


La revue de Direction a lieu au minimum 1 fois / an : la dernière ayant eu lieu le 7 février 2020. Elle
couvre toutes les exigences du référentiel.

5.2 Politique
Confirmer que la politique fait référence aux exigences de la FSSC 22000.
- Date de la politique
- Fréquence de revue
- Particularité ? (Par exemple co signée par l’ensemble du CODIR)
- Pertinence
- Communication interne/externe
La politique est appropriée à la finalité et au contexte de l’organisme.

Elle inclue l’engagement pour l’amélioration continue du SMSDA et répond à la nécessité de


garantir les compétences en matière de SDA.

Elle est signée par XXX

Elle définit les objectifs en matière de sécurité alimentaire :


La politique fait référence spécifiquement au référentiel FSSC 22000.
La politique XXX est basée sur YY axes:
•Sécurité des hommes : maitriser les accidents
• Sécurité des produits : traçabilité, maitrise des procédés
• Service client : respect des délais
• Performance industrielle :
• Environnement

Décrire comment la politique est communiquée à l'interne (c.-à-d. à l'accueil, affichée dans
l'établissement).

La politique est communiquée en interne (lors de l'accueil, affichée dans l'établissement).

La Politique date de février 2020. Elle est affichée et a été communiquée lors des réunions du
matin avec les collaborateurs en présence du Directeur.

Comment l'organisation rend-elle la politique pertinente pour chaque travailleur individuel ?

Une réunion mensuelle qualité avec les collaborateurs permet de revenir sur les non conformités
constatées et rappeler les règles

La politique est communiquée aux parties intéressées :

La politique est comprise et appliquée à tous les niveaux. Les responsabilités et les autorités des
rôles pertinents sont attribuées, communiquées et comprises

5.3 Rôles, responsabilités et pouvoirs de l'organisation


Responsable du SGSF (par nom, poste) :
Chef de l'équipe de sécurité alimentaire (par nom, fonction) :

14 sur 67
L'équipe est multidisciplinaire et elle dispose des personnes/expertises appropriées.
Description de poste du chef d'équipe de la sécurité alimentaire :
Vu dossiers échantillonnés/examinés concernant la compétence des membres de l'équipe de
sécurité alimentaire
L'équipe rend compte à la direction générale lors de
L'ensemble du personnel signale les problèmes de sécurité alimentaire avec
- Rôle et positionnement du responsable SDA?
- Responsable SDA et Qualité sont ils identiques?
- Formation de base?
- Des responsabilités et autorités sont elles définies (par exemple pour la libération
des produits)?

L’équipe HACCP est composée de 3 personnes (Direction et l’équipe qualité). Compte tenu de la
taille d’entreprise, la composition de l’équipe est satisfaisante

Une formation à l’hygiène et HACCP a eu lieu en novembre 2019 sur 1 journée pour l’ensemble du
Personnel. L’équipe HACCP a été formée (formation universitaire par le leader de l’équipe et par
l’équipe HACCP du Groupe).

Coordination constante entre Qualité et Direction

NC Les habilitations pour les contrôles notamment CCP, PRPO et respect des recettes sont
établies par la responsable QSE (PL 05 de 2018). La liste n’est pas à jour dans la procédure. Un
document papier non géré dans le système qualité fait office de liste à jour.
ISO 22000:2018 Conform*. Remarque
Clause Exigence Oui Non Si non - préciser la référence NC

6 Planification X X

6.1 Actions pour faire face aux risques et aux


opportunités

6.2 Objectifs du système de gestion de la


sécurité alimentaire et planification pour
les atteindre

6.3 Planification des changements

15 of 67 Rapport audit étape 2 test FSSC 22000 v1.2


Résumé :
La planification s’appuie sur la détermination des risques et des opportunités et sur la capacité à
mettre en œuvre les objectifs définis.

6.1 Actions pour faire face aux risques et aux opportunités


Décrire méthode (SWOT ?)
Mesures pour faire face aux risques et aux possibilités Comparer avec 4.1 - 4.3 pour confirmer
l'uniformité. Détailler les risques et les opportunités identifiés et la façon dont ils sont intégrés dans
les processus du SMSDA.

L'analyse de risques et opportunités a été réalisée initialement par l’équipe qualité y compris la
Direction, en s'appuyant sur une méthodologie s'inspirant du SWOT ( = Strenghs; weakness;
opportunities; threatens = forces; faiblesses;opportunités; menaces ) dans le cadre d'un pilotage
assuré par le Responsable Qualité. Fournir des exemples

Détailler le processus de planification, y compris la fréquence des examens et des mises à jour, les
mesures de l'efficacité et la façon dont ce domaine est abordé.
Pertinence ?

Elle est déployée à l'échelle de l'entreprise ( = macro-analyse ) et dans chaque processus. La


thématique SDA est incluse et intégrée à chaque analyse, de manière plus ou moins importante, en
fonction de l'impact SDA peut avoir sur le fonctionnement du processus.
Parmi les menaces et opportunités on trouve une attente client vers plus de naturalité (diminution
des produits contenant de l’acétate de polyvinyle (PVA)).

6.2 Objectifs du système de gestion de la sécurité sanitaire des aliments et planification pour les
atteindre
Détailler les objectifs du SMSDA et indiquer si les exigences ont été respectées.
Documenter les registres de suivi et d’audit des objectifs
Indiquer dans quelle mesure le personnel général est au courant des objectifs en matière de
sécurité sanitaire des aliments et de leur état d'avancement.
Documenter les dossiers qui démontrent que 6.2.2.2 a été respecté.

Décrire les objectifs et les actions associés

Donner un avis sur la capacité à les atteindre et la pertinence

Les objectifs fixés pour 2020 dans une optique d’amélioration continue sont :
 Le maintien de la certification FSSC 22 000
 Diminution du nombre de réclamation qualité client de 7/an
 100% du personnel formé sur les pratiques d’hygiène et HACCP
 100% des MoC-M dans SAFEFOOD 360°
 100% de la documentation à jour dans EDM
 100% du personnel informé sur documentation du site
On note comme actions en liens avec les objectifs :
 Extension du bâtiment afin d’améliorer les flux et les conditions d’hygiène.
 Des sessions de formation pour tout le personnel sont organisées afin de faire monter en
compétence tout le personnel.
 Outil SAFEFOOD 360° exploité pour la traçabilité de 100% des MoC •
 Revue annuelle de la documentation.
 Enregistrement des formations via notre plateforme Talent Suite Learning. Dévellopement
d’une formation « green-belt hygiène »

16 sur 67
L’audit a permis de s’assurer que les actions étaient mises en oeuvre pour atteindre ces objectifs

6.3 Planification des changements


Sur la base des changements identifiés depuis le dernier audit, indiquer comment les exigences du
point 6.3 ont été respectées
Existe-t-il une procédure de gestion du changement (MOC) ?
Prend elle en compte les impacts SDA en lien avec la mise à jour étude HACCP
Exemple :

La gestion des changements est réalisée par une procédure « MOC ». les MOC sont partagée via
une plateforme internet groupe. 31 MOC en 2019.
Exemples:
 MOC sur DLUO de produits avec analyse de risques Food safety et impacts sur le système
qualité
 MOC sur changement de récipients

Un projet de recherche est en cours au niveau du siège pour supprimer le PVA (attente client) et
permettre la consommation de la croûte des fromages

ISO 22000:2018 Conform*. Remarque


Clause Exigence Oui Non Si non - préciser la référence NC

7 Soutien

7.1 Ressources

7.2 Compétence

7.3 Sensibilisation

7.4 Communication

7.5 Informations documentées

17 of 67 Rapport audit étape 2 test FSSC 22000 v1.2


Résumé :
7.1 Ressources
Confirmer que des ressources suffisantes et compétentes sont disponibles pour un fonctionnement
efficace de la FSMS, pour établir et maintenir une bonne infrastructure
Les exigences en matière de compétences sont définies, documentées et disponibles pour tous les
niveaux de l'organisation. Pour les experts externes, les détails des exigences, de la compétence
et de l'étendue du travail (peuvent être identifiés dans le contrat). Les besoins en formation de ces
personnes sont identifiés et des relevés de notes sont disponibles. Pourrait également se référer au
point 7.2 ci-dessous
Préciser quels éléments développés à l'extérieur ont été identifiés/documentés
Détaillez les processus, produits ou services fournis par l'extérieur. Comment l'impact sur la sécurité
alimentaire est-il évalué, les critères déterminés, la communication gérée et l'efficacité vérifiée ?

Généralités :
Préciser si spécificités notamment ressources externes (Consultants, Veille réglementaire,
Groupe, outils particuliers,,..

7.2 Compétence
le processus utilisé pour déterminer la compétence du personnel est fondé
sur Dossiers examinés

Quelles sont les formations techniques et SDA du plan de formation


Précédent ?

Du plan actuel

Pertinence ?

Formation équipe HACCP satisfaisante ?

Compétences des auditeurs ?

Vérifications des acquis de compétences ?

Formation sur les CCP et PRPO ?

Une fomation green-belt hygiène est en cours destinée au service qualité.


L’évaluation de cette formation sera faite par le formateur DSM.

7 modules a étudier avec quizz. Puis une étude sera à réaliser.

Une nouvelle formation est programmée sur la food defense pour octobre
2020 (First FDA).

Les besoins en formation sont identifiés notamment par le service QSE


avec la Direction en lien avec le service RH de Seclin

Les compétences du personnel en charge de la surveillance des CCP - Prp


op sont évaluées lors à travers le système de contrôle interne et libération
des produits

7.3 Sensibilisation
Préciser comment l'organisation communique les exigences de l'article 7.3.
Commenter les résultats des entrevues avec les membres du personnel sur leur compréhension
des points a) à d).
Qui est sensibilisé ?

18 sur 67
Fréquence ?
Contenu satisfaisant ?
Food defense abordé ?
Modalités de vérification de l’efficacité (exemple Quizz ?)
Outils de formation/sensibilisation :
- livret d’accueil : destiné aux nouveaux collaborateurs avec quizz au bout d’une semaine et
reprise de certaines bonnes pratiques non assimilées
- participation d’une formation annuelle par lité (dernière formation lexxxxxxx) personnalisée
avec photos, bilan sur les CCP et PRP, bilan sur les réclamations, PRP, Food Defense. Un
questionnaire permet une note (en-dessous de 13/20 re-senbilisation des collaborateurs)
- formation sensibilisation risque chimique
- Audit CCP :
-----------------------------------
Sensibilisation de l’ensemble du Personnel en novembre 2019 sur 1 journée. Les sujets abordés
sont à la fois techniques et comportementaux
Ce mélange ne permet pas d’entrer en profondeur dans les nouvelles exigences de l’ISO
22000.
Un quizz permet de s’assurer de la compréhension. Les résultats sont jugés satisfaisants

7.4 Communication
Détailler comment l'efficacité de la communication est mesurée et renforcée
Préciser si des "prestataires externes" ont été identifiés et où cela est documenté
Confirmer que les informations communiquées à ces fournisseurs et contractants externes ont été
identifiées
Identifier les formes de communication interne utilisées et la manière dont l'efficacité est déterminée

Modalités de communications internes :


Réunions (type, fréquences, personnes concernées)
Affichage ?
Revue de Direction
Revues de processus ?
Autres (exemple communication sur les résultats)
ERP ?
Bien sûr à détailler en fonction de la taille d’entreprise

Modalités de communication externe :


Relations avec l’Administration ?
Relations avec le Groupe ?
La communication interne est toujours bien assurée, avec des réunions quotidiennes avec
l'ensemble du personnel présent pour la communication interne (point sécurité, point qualité et SDA,
suggestions d'amélioration, rappels des règles d'hygiène et de sécurité), évaluée durant l’audit. Tous
les mois il y a une évaluation de chaque opérateur en matière de tenue des dossiers de fabrication,
de respect des formulations, de l'entretien du poste de travail et de la proposition de suggestions
d'amélioration et présentation des résultats qualité et SDA.
Des réunions QESH trimestrielles avec l'ensemble du personnel complètent le dispositif de
communication interne
Un système d’intéressement est en place avec système de points, sur des KPI’s de l’entreprise :

La communication externe est assurée par des contacts avec les autorités locales (dernière visite
DDPP en 2019, pas de non-conformité), quelques audits externes de client par an, et procédures
d’urgence de DFS.

19 of 67 Rapport audit étape 2 test FSSC 22000 v1.2


7.5 Informations documentées
Décrivez la structure générale de la documentation.
Indiquer comment les documents (papier, électronique) sont gérés - préciser les systèmes logiciels
utilisés le cas échéant
Décrire le processus de création et de mise à jour des documents
Indiquer comment les documents (papier, électroniques) sont stockés et protégés
Indiquer comment les documents externes sont identifiés et contrôlés
Commentaire sur l'efficacité du programme pour gérer les informations documentées
Faire simple surtout si l’entreprise est certifiée ISO 9001

Le système documentaire est bâti selon ISO 9001, par processus, et les DFS GMP Requirements,
avec une gestion documentaire établie et suivie par l’outil Safe Food 360°. Le manuel de sécurité
des aliments présente la gestion documentaire nécessaire à sa mise en œuvre, avec une procédure
de gestion des documents et des enregistrements.

ISO 22000:2018 Conform*. Remarque


Clause Exigence Oui Non Si non - préciser la référence NC

8 Opération

8.1 Planification et contrôle opérationnels

8.2 Programmes préalables (PRP)

8.3 Système de traçabilité

8.4 Préparation et réponse aux situations


d'urgence

8.5 Contrôle des risques

8.6 Mise à jour des informations précisant les


PRP et le plan de contrôle des risques

8.7 Contrôle de la surveillance et de la


mesure

8.8

20 sur 67
Vérification relative aux PRP et au plan
de contrôle des risques

8.9 Contrôle des non-conformités des


produits et des procédés

Résumé :
8.1 Planification et contrôle opérationnels

Généralités à détailler ou pas

Chaque processus de l'entreprise est formellement défini dans une fiche descriptive, définissant son
objet, la désignation du pilote; l'enchaînement de ses activités; ses principales données d'entrée et
de sortie; la documentation associée; les indicateurs de performance et de pilotage du processus et
leur fréquence de revue. Les processus se répartissent en 3 catégories : management ( Direction );
réalisation ( ex- production) et support ( ex- maintenance ).

8.2 Programmes préalables (PRP)


PRP supplémentaires au sein de l'organisation qui ne sont pas déjà traitées dans la norme ISO/TS
22002-x applicable

Efficacité de la mise en œuvre des PRP sur l'ensemble du site de manière générale :

Comment les PRP sont identifiés (guide de BPH ? , groupe ? exigences ISO/TS,.. ?)
Qui les a approuvés?
Sont ils mis à jour et quand?
Une surveillance est elle applicable (Nouvelle exigences V2018) ?
Comment sont ils vérifiés (inspections ? fréquence ? résultats ?

Audit PrP cassables : Le suivi des cassables (verre et plastique durs) est effectué mensuellement
lors des audits hygiènes (enregistrement sur checklist). à l’aide de photos présentant les points à
contrôler
Pas d’incident cassable répertorié en 2019.

Audit hygiène mensuel : sur la base d’une check list avec photo et un opérateur des ateliers résultat
moyen en 2019 16,1/20 en 12/2019 Amélioration depuis 5 ans. Les actions curatives sont
formalisées dans le support d’audit hygiène.

Contrôle environnement de travail hebdomadaire : vérifier l’efficacité du nettoyage réalisé par les
salariés pour les postes de travail et par AZURIAL sur les murs et plafonds : prise de photo et
debriefing le lundi
----------------------
Les PRP sont définis à partir des exigences réglementaires applicables, du référentiel ISO22002-1
et des "DFS GMP requirements" (exigences Groupe)
Revue annuelle des PRP (dernière en janvier 2020) avec un taux d’environ 99%

NC min : L’applicabilité de la surveillance des PRP n’est pas définie

La réglementation est suivie par le Groupe notamment la réglementation liée aux matières
premières. Le processus de conception piloté par le Groupe s’assure de la conformité des matières
aux règles dictées par les autorités, les « DSM Corporate Requirements » et également des
exigences HQAS & Kasher..

21 of 67 Rapport audit étape 2 test FSSC 22000 v1.2


La communication est faite via l’outil Food Force 360°
Absence de non-conformité constatée

Indiquer quelles sont les exigences (légales, réglementaires, du client, etc.) dont l'organisation a
besoin et si elle les a identifiées de manière appropriée

8.3 Système de traçabilité


Faire un test. Conclure sur efficacité
L’entreprise en fait elle ? (fréquence et résultats)
L’audit terrain a-t-il permis de vérifier que tous les enregistrements sont OK ?

Il existe une procédure d'identification - traçabilité qui définit notamment l'identification des lots de
produits finis et leurs modalités d'étiquetage ainsi que les modalités pratiques dans SAP pour
rechercher les informations.

Test de traçabilité : Delvocid + date de fabrication 31/12/2018

Process order 1504412 5250 litres fabriqués conditionnés en jerricans de 10 litres

- Contrôle réception des jerricans OK

- Absence de traçabilité des bouchons mais le lot en question a été pris avant la non-
conformité de l’audit dernier. Les fiches de fabrication mentionnent désormais dans la gamme les
bouchons ce qui permet de tracer le numéro de lot (vu sur la fabrication du 11/06/2020 du même
produit)

- Natamycin lot 011018C940 OK

- Sorbate de potassium lot PS120180120 OK

- HCL, Soude,..OK

Contrôle viscosite et pH OK

Contrôle CCP (maille 280µm) OK

DLUO 18 mois

Contrôle bacterio notamment listeria OK

Résultats du test satisfaisant (2Heures environ)

Plusieurs Tests de traçabilité avale depuis le dernier audit suite à des non conformités internes
détectées. Un test de traçabilité sur une matière a été fait suite à une suspicion de non-conformité.
Ce test a permis un bilan matière jugé satisfaisant.

Il n’est pas prévu de fréquence de test

8.4 Préparation et réponse aux situations d'urgence


Détaillez le document qui traite des situations d'urgence potentielles.

Préciser si le programme exige que l'organisation signale les situations où il y a un impact sur la
salubrité des aliments et/ou le certificat FSSC 22000.

Préciser s'il y a eu des situations d'urgence depuis le dernier audit.

22 sur 67
Préciser comment l'organisation les a traités et si les exigences ont été respectées.

Le cas échéant, indiquer si l'OC a été informé de la situation d'urgence.

Consigner la date, la nature et les résultats de l'examen périodique (on s'attend à ce que
l'examen ait lieu au moins une fois par année).

Les situations d'urgence et les mesures de maîtrise associées sont définies dans le document H.L.10
"Situations d'urgence". Les principales situations identifiées sont la panne de matériel de production,
la perte de pression de l'eau, l' incendie, l'inondation, la coupure d'électricité, le manque de fuel
(karcher pour le nettoyage des containers), une rupture de conduite entrainant une contamination
des ingrédients, la malveillance, l'alerte à la bombe, le déplombage des conditionnements, les
produits expédiés NC, l'absentéisme lié à une épidémie, un défaut en fourniture d'énergie, un défaut
en matières premières

La procédure de gestion de crise DFS -STC-SHE W 0019 identifie la procédure à suivre et les
personnes à contacter au niveau du Groupe. Il est identifié de prévenir Afnor en cas de changement
ou en cas de retrait / rappel dans les 3 jours suivant l’évènement à travers la boite

AFNOR-retrait-rappel@afnor.org

Il est prévu un test par an. Réalisé suite à un problème de pH sur un produit identifié par un
client (réclamation du 15/05/20), la cellule de crise s’est réunie. L’analyse des impacts a abouti
à l’absence de retrait/rappel produit.

8.5 Contrôle des risques


Préciser quels renseignements préliminaires ont été recueillis, comment ils sont conservés et mis à
jour.
Indiquer si toutes les matières premières, tous les ingrédients et tous les matériaux en contact avec
le produit ont été documentés et fournir des exemples de ceux qui ont été échantillonnés.
Indiquer si tous les produits finis visés par la portée ont été documentés, fournir des exemples de
ceux qui ont été échantillonnés.
Détailler l'utilisation prévue des produits
Indiquez les consommateurs/utilisateurs qui sont vulnérables aux produits.
Énumérer les organigrammes Indiquez quand les organigrammes ont été mis à jour pour la
dernière fois et s'ils ont été révisés à
la suite de changements apportés au processus.
Indiquez si les organigrammes sont complets (basés sur la visite de l'usine) et si certains aspects
sont manquants.
Documenter les organigrammes qui ont été examinés et indiquer si l'exigence a été respectée.
Détailler le document qui décrit les processus et l'environnement du processus
Documenter la méthode utilisée par l'organisation pour l'analyse des dangers (c.-à-d. en suivant le
Codex Alimentarius, etc.).
Indiquer si tous les dangers pour la salubrité des aliments ont été identifiés.
Préciser où le niveau acceptable dans le produit fini de chaque danger pour la salubrité des
aliments identifié est documenté.
Décrire la méthodologie utilisée pour évaluer si un danger doit être maîtrisé. Indiquez si cela
est appliqué de manière cohérente et si cela correspond au niveau actuel des connaissances.
Définir comment les CCP et les OPRP sont déterminés Confirmer que toutes les CCP et les
OPRP ont été validées.

23 of 67 Rapport audit étape 2 test FSSC 22000 v1.2


Documenter les CCP : quelles sont-elles, quelles sont les limites de contrôle, les mesures à
prendre en cas de violation ?
Documenter les OPRP : qu'est-ce que c'est, comment sont-ils contrôlés, etc.
Lorsque les limites critiques ou les critères d'action n'ont pas été respectés, préciser si la procédure
suivie et si l'efficacité des mesures correctives a été vérifiée. Exemples de documents

Détailler (un peu) en apportant un commentaire sur la pertinence (par défaut oui)
- Equipe (compétences)
- Dangers identifiés (pertinents/exhaustifs ?)
- Logigrammes (pertinents/exhaustifs ?)
- Méthode d’évaluation des risques significatifs
- Méthode d’indentification des CCP et PRPO (Arbre de décision pertinent ?)
- Est il fait appel à une expertise externe ? (Si oui compétences)
- Lister les CCP et PRPO en statuant sur pertinence
- Validation des CCP/PRO

Conclure

Risques métaux lourds (Ingrédients) : risque inacceptable

Risques microbiologiques : levures/lactobacilles/pathogènes/Coliformes : risques sérieux (Pour la


listeria risque inacceptable)

Le risque allergène apporté par le Personnel n’est pas identifié.

L’identification de la criticité est fonction de la gravité et de la probabilité d’apparition

Les définitions des CCP et PRPO et L’arbre de décision n’ont pas évolué malgré le
changement de référentiel.
Par conséquent certaines notions n’apparaissent pas :
- Possibilité de surveillance visuelle des PRPO
- Notions de critères d’actions pour les PRPO n’ont identifiés
- Probabilité de défaillance des mesures de maitrise sélectionnées

Utilisation d’un logiciel Safe food 360° » datant de 2016 présentant un arbre de décision en 9
questions. Le logiciel n’a pas été mis à jour et ne reprend pas les évolutions 2018
La non-conformité est classée en mineure car notre constat conclue sur une étude existante,
éprouvée mais qui est désormais incomplète

Une formation a été réalisée par le consultant accompagnant l’entreprise en novembre 2019

2 études HACCP : Réception matières, mélanges, conditionnement et expédition.


Enrobage PVA (Acétate de Polyvinyl). Diagramme de Base
Additifs à base de Natamycine recristallisée. Ajout de 2 étapes par rapport au diagramme de base
Etude N°1 : PVA (delvocoat)
- Le scope de l’étude est bien défini. Les conditions de conditionnement sont établies
- L’utilisation prévue n’est pas définie dans l’étude HACCP mais on retrouve les informations
dans les fiches techniques : ajout mécanique pulvérisation, manuel ou par trempage.
- Dangers identifiés pour chaque ingrédients et emballage avec étude de criticité pour identifier
ceux qui sont significatifs. Pour chaque étape et chaque danger, utilisation d’un arbre de
décision en 9 questions. Qui permet d’identifier PRP, PRPO ou CCP
- Des Plans de surveillance sont établis pour chaque danger identifié
-

24 sur 67
1 CCP : filtre après mélange et avant conditionnement : de 100 à 280 µm en fonction de la
viscosité. Des produits d’enrobage sont filtrés à 1,5 mm (exemple produit 00047) car leur viscosité
est élevée. La limite critique identifiée est de 2mm en lien avec les exigences FDA.

NC min Le jour de l’audit, le filtre 100 mm en trempage avant utilisation présentait des traces
de mailles abimées. Le Filtre avait été déclaré conforme suite à la fabrication précédente.
Soit les conditions de stockage du filtre ne permettent pas une conservation satisfaisante,
soit la vérification du filtre après la fabrication précédente était insuffisante. Classement en
mineur, car seules quelques mailles étaient abimées et que la limite critique de 2 mim
n’aurait pas était atteinte. Il s’agit principalement d’une non-conformité qualité avec un
impact faible Food Safety

Etude N°2 : additifs.


- Même diagramme de fabrication avec une étape de recristallisation de la Natamycine
(montée puis baisse du pH avec soude et HCL alimentaire)
- Les 5 PRPO sont identiques à ceux de l’étude 1
- Le CCP est identique à l’étude 1

PRPO 1 :
- Danger microbiologique lié aux ingrédients, à l’eau matière première ; eau de rinçage des
emballages, surfaces et produits finis
- Danger microbiologique : résidus de produits chimiques après lavage emballage, phenol
dans le sorbate de potassium, pesticides et PCB dans l’eau, Pesticides dans les produits finis
- Dangers métaux lourds dans les produits finis

PRPO 2 : l’eau utilisée comme ingrédient est suivie sur un plan bactéries et pesticides (laboratoire
accrédité Cofrac)

PRPO 3 : analyse trimestrielle par labo Cofrac sur listeria, salmonelles et staph. Pas de présence
constatée.

PRPO4 : les contrôles de pesticides sur les produits finis sont réalisés par le laboratoire du siège.
Le laboratoire n’est pas accrédité Cofrac mais réalise les analyses selon des protocoles reconnus
internationalement.

PRPO5 : les contrôles de métaux lourds sur les produits finis sont réalisés par le laboratoire du
siège. Le laboratoire n’est pas accrédité Cofrac mais réalise les analyses selon des protocoles
reconnus internationalement.

Les mesures de maitrise des PRPO sont validées à travers l’historique, les réclamations clients et
les contrôles internes. Satisfaisant.

8.6 Mise à jour de l'information précisant les PRP et le plan de maîtrise des risques
Déterminer qui, au sein de l'organisation, assume cette responsabilité et la fréquence de la mise
à jour. Comment ces changements sont-ils communiqués et à qui ?

Comment ces changements sont-ils communiqués et à qui ?


Détail de la date de la dernière mise à jour

L’équipe HACCP effectue à chaque évolution des Prp et du plan HACCP et au minimum 1 fois / an
une revue des Prp et du plan HACCP et les met à jour, si nécessaire.
Des réunions trimestrielles complètent ces revues

25 of 67 Rapport audit étape 2 test FSSC 22000 v1.2


Les mises à jour sont communiquées au reste du personnel concerné par l’intermédiaire du
compte-rendu de revue HACCP ou par une note de service.
La dernière réunion date du 2/07/2020

Les autres changements pilotés par l’usine sont aussi gérés via un système de MOC (changements
d’équipements par exemple). Ces MOC sont nommés « M » (Manufactoring) sont aussi gérées via
le système SAFE FOOD 360 (4 MOC « M » en 2020)

Conception : c’est un processus externalisé puisque c’est le siège qui est en charge de la
conception. L’Usine participe à la conception pour s’assurer de la faisabilité et la mise en place
opérationnel
Nécessité d’un MOC en cas de nouveau produit. La personne en charge de la conception sur site
est membre de l’équipe HACCP.
Les étapes du processus sont définies informatiquement ainsi que les enregistrements.
On note comme étapes clefs :
- Analyse du besoin
- Pays destinataires
- Analyse réglementation applicable en lien avec les pays destinataires
- Définition des DLUO avec un « Moc » pour la validation
- Etiquetage avec allégations éventuelles Kasher et Hallal
- Définition des spécifications (type de filtration notamment car CCP
- Création de nouvelles matières avec un MOC adapté
- Analyse de risques complète (stabilité, logistique d’approvisionnement, risque fraude, Food
safety, impact sur le scope de certification, réglementation, HACCP, documentation…)

8.7 Contrôle de la surveillance et de la mesure


Indiquer comment les équipements de surveillance et de mesure sont contrôlés
Exemples détaillés examinés (en particulier pour les CCP m/m)

Statuer sur la métrologie liée aux CCP, PRPO et exigences réglementaires (exemple balance)
Préciser si interne/externe

Nouveau viscosimètre permettant de fournir la conformité produit étalonné

Tous les thermomètres sont étalonnés annuellement par un labo cofrac (Température des étuves et
des zones de fabrication)

Les balances sont étalonnées et les balances des produits finis sont sous métrologie légale

8.8 Vérification relative aux PRP et au plan de maîtrise des dangers


Préciser le niveau des activités d’audit entreprises.
Indiquer quels documents ont été examinés et s'ils répondent aux exigences de l'article 8.8.
Préciser à quel intervalle les résultats de l’audit sont examinés.
Préciser les modalités de vérification
- Inspections (fréquences/qui/ résultats obtenus)
- Audits Spécifiques CCP/PRPO ?
- Donner quelques exemples de vérification

La vérification des PRPs est réalisée trimestriellement via Safe Food et le formulaire de vérification,
sur les différents PRP : étalonnage, nettoyage, maintenance, code de bonnes pratiques,
contamination, contrôle microbiologique surfaces, air ambiant, eau de ville, eau de rinçage
conteneur (microbiologie), inspections verre/plastiques et bris de verre/plastique dur, lutte contre les
nuisibles (contrôles hebdomadaires avec tendances), contrôle des fournisseurs (garanties
fournisseurs dont alimentarité et migration géré par le service Achat central de DELFT), formation.
Ces inspections sont trimestrielles. Les résultats autour de 72% de satisfaisant sont stable

Mise en place d’un système d’amélioration de type 6sigma suite aux inspections hygiène

Inspections mensuelles sur des thématiques (hygiène vestiaires, contrôle bois)

26 sur 67
PRP01 : flore totale Danger microbiologique. Contrôles à réception (Chaque nouveau lot) , des
eaux de rinçage, et produits finis + contrôles d’ambiance
Vérification trimestrielle des eaux de rinçage/ OK
Vérification des lots de matières premières : OK
Vérification contamination des Produits finis >500KG OK

PRPO 2 : contrôle microbiologique de l’eau « ingrédient » Analyse trimestrielle Coli, flore totale et
pseudomonas. Analyses faites. Résultats OK

PRPO 3 : listeria Contrôles de surfaces et contrôles Produits finis selon cahier des charges clients.
Analyses faites. Résultats OK
PRPO4 : dangers chimiques eau, désinfections des emballages, Analyses faites. Résultats OK

PRPO5 : Présence de métaux lourds : analyses trimestrielles fait par le laboratoire central DSM.

8.9 Contrôle des non-conformités des produits et des procédés


Identifier les personnes désignées responsables de la surveillance des données du PPRRO et du
CCP.
Indiquer si les limites critiques du CCP n'ont pas été respectées et détailler la réponse prise (produit
en attente, etc.).
Indiquer si les critères d'intervention du PRRO n'ont pas été respectés et décrire en détail les
mesures prises.
Indiquer les échantillons de produits non conformes et les mesures prises en fonction des dossiers
examinés.
Préciser comment l'organisation empêche les produits potentiellement dangereux d'entrer dans la
chaîne alimentaire.
Détailler les résultats de l'évaluation de la mise en circulation des produits qui ne respectent pas les
limites critiques du CCP ou les critères d'intervention du PPO, consigner des exemples. Détailler
les résultats de l'élimination des produits, procédés, dossiers, etc. non conformes.
Documenter tout retrait/rappel depuis le dernier audit
Documenter les détails du dernier rappel simulé par organisation : date, produit, résultat,
améliorations identifiées, résultat, audit des mesures correctives.

Comment les produits sont libérés (Libération positive ?)


Procédure de retrait/rappel (écrite ? Testée ? (Fréquence et résultats)
Procédure de gestion de crise (écrite ? Testée ? (Fréquence et résultats)
Situation particulière depuis le dernier audit ?
Est-ce que des dérives sont constatées dans la surveillance des PRPO et CCP. Si oui décrire
comment les produits sont libérées -ou pas)

Toutes les étapes de fabrication et contrôle sont vérifiées par une équipe de contrôleurs désignés
(notamment équipe qualité) qui s’assure du respect des recettes, des volumes, des tailles de tamis
utilisés (CCP), des éléments de traçabilité. Ces contrôles sont libératoires.
Absence de réclamation client relative à la FS (2019) mais une réclamation en 2020 amenant à une
gestion de crise en mai 2020. Le suivi est fait dans une CRM. La réponse à la réclamation est
satisfaisante.

Les non conformités sont traitées et des analyses de causes sont menées. 3 non-conformités sur
2020. Sur la non-conformité datée du 27 mai (contamination bactérienne), l’analyse a été faite mais
les actions ne sont pas à ce jour documentée
Sur la non-conformité du 4 juin (erreur de recette), l’opérateur a été re-senbilisé.
Pour la 3ème non-conformité, analyse faite et action menée.

ISO 22000:2018 Conform*. Remarque

27 of 67 Rapport audit étape 2 test FSSC 22000 v1.2


Clause Exigence Oui Non Si non - préciser la référence NC

9 Évaluation des performances

9.1 Suivi, mesure, analyse et évaluation

9.2 Audit interne

9.3 Revue de direction


Résumé :
9.1 Suivi, mesure, analyse et évaluation
Préciser ce qui est surveillé/mesuré et si les exigences de la section 9.1 sont respectées.
Commentaire sur l'analyse de l'information provenant de la surveillance/mesure
Documenter les documents examinés

Faire le lien avec les objectifs, les indicateurs


Que fait on des résultats en écarts par rapports aux objectifs?

Les données suivies par des statistiques mensuelles et qui concourent à l’amélioration sont décrits
dans un tableau de bord des indicateurs statistiques, faisant l'objet d'un suivi au minimum annuel.
Les résultats des contrôles des matières premières et des produits finis permettent de réaliser des
analyses de tendances. D’autre part, toute information collectée permettant d’améliorer le SMSDA
est analysée (satisfaction client, conformité aux exigences, analyses des processus, informations
fournisseur…).
Suite à ces différentes analyses, des actions correctives et préventives peuvent être déclenchées
conformément à la procédure en place. Le responsable Qualité suit la mise en oeuvre et l’efficacité
de ces actions correctives et préventives et en informe la direction.

9.2 Audit interne


Détailler l'intervalle des audits internes
Indiquer si le calendrier d'audit comprend tous les aspects de la norme FSSC 22000 (ISO 22000,
PRP, FSSC 22000 pt2).
Détailler le programme d'audit (nom/numéro du document de référence) et indiquer s'il répond à
toutes les exigences.
Indiquer comment les auditeurs sont jugés compétents et combien d'auditeurs l'organisation
compte ; commenter l'impartialité.
Documenter les dossiers examinés (tels que les rapports d’audit, les non-conformités, etc.)
Indiquer l'état d'avancement des audits (lien vers l'amélioration)

Qui/quand/ compétences et résultats obtenus


Les audits couvrent ils l’ensemble du SMSDA ?

Une planification des audits internes système et processus est réalisée annuellement : tous les
processus " cœur de métier" sont audités au minimum 1 fois/ an.

Un audit interne a été réalisé sur une journée par un auditeur qualifié ICA 22000 et FSSC 22000
(LRQA)en mai 2020. Le rapport indique les écarts, points forts, points sensibles mais il manque les
éléments de conformité démontrant une analyse complète des exigences FSSC 22000. Les actions
correctives sont suivies à travers l’outil SF 360.

Pas d’audit client en 2019-2020

28 sur 67
9.3 Examen de la gestion
Préciser si l'équipe de direction a participé (passe à la direction)
Préciser la fréquence de l'examen et si elle a été maintenue
Préciser si le RM comprend un examen des exigences du régime FSSC 22000 et de leur impact sur
le FSMS
Indiquez si tous les aspects de cette clause sont traités dans le procès-verbal de l'ordre du jour
Précisez la date du dernier RM et si vous disposez d'un compte rendu répondant aux exigences
des points 9.3.2 et 9.3.3
Fréquence/ qui participe ?
Si la Direction est absente ou une personne importante (ex resp Qualité) détailler
Les exigences sont correctement passées en revue ?

La fréquence de revue de direction est au minimum annuelle. La Direction participe et anime avec
le RQ la réunion.
La dernière revue de direction datée du 7 février 2020 a permis de faire le bilan de l'année écoulée,
prenant en compte de manière satisfaisante l'ensemble des éléments d'entrée et de sortie exigés
par les § 9.3.2 et 9.3.3 de la norme ISO22000 ainsi que la revue des systèmes Food Defense et
Food Fraud.
ISO 22000:2018 Conform*. Remarque
Clause Exigence Oui Non Si non - préciser la référence NC

10 Amélioration

10.1 Non-conformité et mesures correctives

10.2 Amélioration continue

10.3 Mise à jour du système de gestion de la


sécurité alimentaire

Résumé :
10.1 Non-conformité et mesures correctives
Détailler le processus utilisé pour gérer les non-conformités et les mesures correctives
Détailler les dossiers examinés et commenter l'efficacité des mesures prises

Non conformités en lien avec la SDA ?


Réclamations en lien avec la SDA ?
Traitement et pertinence des actions

Absence de réclamation client relative à la FS (2019) mais une réclamation en 2020 amenant à une
gestion de crise en mai 2020. Le suivi est fait dans une CRM. La réponse à la réclamation est
satisfaisante.

Les non conformités sont traitées et des analyses de causes sont menées. 3 non-conformités sur
2020. Sur la non-conformité datée du 27 mai (contamination bactérienne), l’analyse a été faite mais
les actions ne sont pas à ce jour documentée
Sur la non-conformité du 4 juin (erreur de recette), l’opérateur a été re-senbilisé.
Pour la 3ème non-conformité, analyse faite et action menée.

10.2 Amélioration continue

29 of 67 Rapport audit étape 2 test FSSC 22000 v1.2


Indiquer des exemples d'amélioration continue depuis le dernier audit

10.3 Mise à jour du système de gestion de la sécurité alimentaire


Détaillez l'intervalle dans lequel le SGSF est évalué, indiquez la date de la dernière évaluation et le
document qui indique quels dossiers ont été révisés/mis à jour

4.2 ISO/TS 22002-1:2009


ISO/TS 22002:1:2009 Conform*. Remarque
Clause Exigence Oui Non Si non - préciser la référence NC
Justifier les clauses "non
applicables".

4 Construction et aménagement des Cochez la case appropriée


bâtiments Si "Non", indiquez la sous-
clause, le classement et la
référence NC, par exemple :
4.2 Mineur, #y

4.1 Exigences générales

4.2 Environnement

4.3 Lieu d'établissement


Résumé :
4.1 Exigences générales
Décrire les types de bâtiments (c.-à-d. production, bureaux, entreposage, etc.) et leurs matériaux
de construction, leur état de conservation.
Préciser si les bâtiments sont construits à des fins particulières ou s'ils ont été modifiés par rapport
à leur usage antérieur.

Les bâtiments ont une construction durable qui ne présente pas de danger pour le produit?
Les bâtiments de production sont construits en?
Les bâtiments d'entreposage sont construits en ?
Ils sont en bon état de conservation?
Ces bâtiments ont été construits spécifiquement pour les activités actuelles du site ?

Les règles de conception et de dispositions des bâtiments sont définies dans le document H.L.08 «
PRP » établi sur la base du document groupe « DFS GMP Requirements » paragraphe 3 et des
exigences FSSC22000. Le site construit en 1997 pour l’usage qui en est fait aujourd’hui, est
correctement conçu et adapté au niveau de risque produit. Il est adapté à ce jour au volume
d’activité et dans un état d’entretien satisfaisant

Le site est totalement clôturé. La porte d’accès principale reste fermée en permanence (système
d’interphone pour autoriser l’entrée. Un système de gestion des clefs très restrictif, l’identification

30 sur 67
des véhicules entrants (fiche enregistrement des visiteurs et fiche d’enregistrement des chauffeurs),
l’enregistrement systématique des visiteurs et prestataires, des alarmes anti-intrusions reliées à un
prestataire de gardiennage complètent le dispositif.

L’installation de caméras de surveillance a été réalisée.

4.2 Environnement
Décrire les activités qui se déroulent dans les zones adjacentes au site (c.-à-d. les unités
industrielles, les enclos en plein air, etc.) et les risques associés à ces activités.
Préciser la date du dernier examen et les résultats de l'efficacité des mesures de protection contre
la contamination potentielle. Stockage des matières premières ; stockage des allergènes ; stockage
des produits chimiques de nettoyage ; graisses et lubrifiants

Les sources potentielles de contamination par l'environnement local sont prises en compte?
Aucune denrée alimentaire n’est produite dans des zones où des substances potentiellement
nocives sont susceptibles de pénétrer dans le produit?
L'efficacité des mesures de protection prises contre les contaminants potentiels sont
périodiquement passée en revue?

4.3 Emplacement de l'établissement


Décrire les limites du site (clôtures, bâtiments adjacents, etc.)
Les détails d'accès peuvent être renvoyés à l'article 18.2 pour éviter les doubles emplois
Commentaire sur l'entretien général du site.

Les limites du site sont clairement identifiées (grillage, murs)?


L'accès au site est contrôlé?
Le site est entretenu et en bon état?
La végétation est entretenue et retirée?
Les routes, les cours et les zones de stationnement sont entretenues et drainées afin d'éviter
la stagnation d'eau?

Le site est entièrement clôturé et sécurisé grâce à un système de contrôle d’accès par badge
nominatif y compris pour les visiteurs externes.

Un service de gardiennage est présent sur le site. Le système


d’entrée dans les différents secteurs se fait avec des badgeages
obligatoires pour entrer et sortir

ISO/TS 22002:1:2009 Conform*. Remarque


Clause Exigence Oui Non Si non - préciser la référence NC
Justifier les clauses "non
applicables".

5 Aménagement des locaux et de Exemple si non applicable :


l'espace de travail Sans objet - 5.6 il n'y a pas de
locaux temporaires/mobiles et
pas de distributeurs
automatiques

5.1 Exigences générales

31 of 67 Rapport audit étape 2 test FSSC 22000 v1.2


5.2 Conception interne, aménagement et
circulation

5.3 Structures et aménagements intérieurs

5.4 Emplacement des équipements

5.5 Installations de laboratoire

5.6 Locaux temporaires ou mobiles et


distributeurs automatiques

5.7 Stockage des aliments, des matériaux


d'emballage, des ingrédients sur des
produits chimiques non alimentaires
Résumé :
5.1 Exigences générales

Les locaux intérieurs sont conçus, construits et entretenus de manière à faciliter les bonnes pratiques
d'hygiène et de fabrication.
La disposition des équipements et les plans de circulation des matériaux, produits et personnes
sont conçus pour assurer une protection vis-à-vis des sources de contamination potentielles.

5.2 Conception interne, disposition et schémas de circulation


Commenter l'adéquation de la conception, de l'agencement et des schémas de circulation en ce qui
concerne l'impact sur la sécurité sanitaire des aliments.
Zonage, matériaux et modèles de flux humains cartographiés. Système de filtration d'air
Vu Cartographie du zonage,

Vu plan des flux des matériaux, des produits et des flux humains.

Un système de filtration de l'air ambiant est présent dans les locaux suivants :

Le bâtiment offre un espace adapté avec une circulation logique des matériaux, produits et
personnes, et une séparation physique entre les zones où se trouvent les matières premières et les
matières traitées/fabriquées. La séparation physique se présente sous forme de murs, de barrières
ou de cloisons, et laisse une distance suffisante afin de minimiser le risque de contamination des
produits.

Les ouvertures destinées au transfert de matériaux sont conçues pour minimiser l'entrée de corps
étrangers et de nuisibles.

--------------------------

La visualisation des différents flux ( matières, personnel et déchets ) est matérialisée par un plan de
masse décrivant les différents flux concernés ( cf § 8.5 - ISO 22000 ).

Les locaux de production et de stockage sont globalement conformes aux bonnes pratiques d’hygiène
avec une conception adaptée au niveau de risque. Les locaux sociaux sont globalement conçus pour
prévenir la contamination par les corps étrangers. Les flux de personnel, de produits, de déchets et
de matériels sont correctement maîtrisés et le respect de la marche en avant est assuré avec des
séparations physiques adaptées. Un zoning est en place, notamment pour l'accès aux zones les plus
sensibles microbiologiquement se fait par l'intermédiaire de sas, où le personnel change de tenue.

32 sur 67
5.3 Structures et aménagements intérieurs
Commentaires sur la conception et l'entretien des sols, murs, plafonds, etc.
Indiquer s'il y a de l'eau stagnante (c.-à-d. des drains insuffisants) et les risques de bris de vitres
(verre, poussière, insectes, etc.) et d'évents ou de ventilateurs de toit pour le produit.

Les murs et sols des zones de fabrication sont lavables et nettoyables. Les matériaux de construction
sont résistants au système de nettoyage appliqué. Les jonctions sols-murs et les coins sont conçus
pour faciliter le nettoyage. Les jonctions sols-murs dans les zones de fabrication sont arrondies
Les sols sont conçus pour éviter la stagnation d'eau. Dans les zones de fabrication humides, les sols
sont étanches et drainés. Les systèmes d'écoulement sont munis d’un siphon et sont recouverts.

Les plafonds et les dispositifs suspendus sont conçus de manière à minimiser l'accumulation de
poussière et la condensation. Les fenêtres, cheminées d’évacuation par le toit ou ventilateurs donnant
sur l'extérieur comportent des moustiquaires/grillages contre les insectes.

Les portes donnant sur l'extérieur sont fermées lorsqu'elles ne sont pas utilisées

5.4 Emplacement des équipements


Indiquer si l'emplacement de l'équipement facilite les activités de nettoyage et d'entretien.

Les équipements sont conçus et positionnés de manière à faciliter les bonnes pratiques d'hygiène
et la surveillance.

L'emplacement des équipements permet un accès facile pour l'exploitation, le nettoyage et la


maintenance.

5.5 Installations de laboratoire


Préciser s'il y a ou non des laboratoires sur place.
Dans l'affirmative, indiquez l'emplacement et si des essais microchimiques ou chimiques ont été
effectués.
Détailler la façon dont les installations d'essais en ligne et en ligne sont contrôlées.
Il existe des laboratoires sur place implantés :
- Dans les locaux de production :
- Hors des locaux de production :
-
Les installations de mesure/d’analyse en ligne ou hors-ligne sont contrôlées de façon à minimiser le
risque de contamination du produit lors :

- Des contrôles microbiologiques :


- Des inspections hygiène :

Les laboratoires sont conçus, implantés et exploités de manière à empêcher la contamination des
personnes, de l'usine et des produits. Ils ne débouchent pas directement sur une zone de
production

5.6 Locaux temporaires ou mobiles et distributeurs automatiques


Précisez s'il existe ou non des structures temporaires, des distributeurs
automatiques. Dans l'affirmative, expliquez en détail comment les dangers
évalués et maîtrisés.

Les structures temporaires sont conçues, implantées et construites de façon à éviter qu’elles
n’abritent des nuisibles et à éviter la contamination potentielle des produits.

33 of 67 Rapport audit étape 2 test FSSC 22000 v1.2


Les dangers supplémentaires liés aux distributeurs automatiques de vente d’aliments avec
allergènes sont évalués et maîtrisés. (voir 10.3)

5.7 Stockage des aliments, des matériaux d'emballage, des ingrédients sur des produits chimiques
non alimentaires
le site dispose de zones de stockage :
- matières premières :
- Emballages :
- produits semi-finis :
- produits finis :
pose de zones de stockage : produits finis
Les installations utilisées pour entreposer les ingrédients, les emballages et les produits assurent
une protection contre la poussière, la condensation, les écoulements, les déchets et autres sources
de contamination.

Les zones d'entreposage sont sèches et correctement ventilées. La température et l'humidité sont
surveillées et maîtrisées.

Les zones d'entreposage sont conçues ou organisées de manière à pouvoir séparer les matières
premières, les denrées en cours de traitement et les produits finis.
Aucun matériau ou produit n’est entreposé à même le sol et en prévoyant un espace suffisant entre
les matériaux et les murs afin de permettre les activités d'inspection et de maîtrise des nuisibles.
La zone d'entreposage est conçue pour permettre la maintenance et le nettoyage, et empêcher la
contamination et minimiser la détérioration.

Les exceptions relatives aux matériaux en vrac ou aux produits provenant de récoltes agricoles
sont documentées dans le système de management de la sécurité des denrées alimentaires.

Une zone d'entreposage dédiée et sécurisée (fermée à clé ou sous contrôle d’accès) est prévue
pour les produits de nettoyage, les produits chimiques et autres substances dangereuses.
Les palettes en bois sont utilisées pour les produits finis. Elles sont entreposées sur une zone
permettant la maîtrise des infestations de rongeurs et d’insectes
ISO/TS 22002:1:2009 Conform*. Remarque
Clause Exigence Oui Non Si non - préciser la référence NC
Justifier les clauses "non
applicables".

6 Services publics - air, eau, énergie

6.1 Exigences générales

6.2 Approvisionnement en eau

6.3 Produits chimiques pour chaudières

6.4 Qualité de l'air et ventilation

6.5 Air comprimé et autres gaz

6.6 Éclairage

34 sur 67
Résumé :
6.1 Exigences générales
Détailler la façon dont l'organisation surveille la qualité des services publics afin de minimiser les
risques de contamination des produits.

Les circuits d'approvisionnement et de distribution des utilités (eau, air, vapeur, produits chimiques)
vers et autour des zones de fabrication et d'entreposage sont conçus pour minimiser le risque de
contamination du produit.

Le bon état de ces services est surveillé afin de minimiser le risque de contamination des produits
lors des audits interne/hygiène

6.2 Approvisionnement en eau


Détailler les types d'eau (potable, non potable), leur utilisation et leur source (c.-à-d. l'eau
municipale, l'eau de forage, les usines d'eau traitée à l'interne).
Indiquer si les spécifications pour l'eau (diverses utilisations) sont définies et si l'eau répond aux
spécifications (type d'essai, fréquence, résultats).
Préciser s'il existe des exigences législatives concernant l'utilisation de l'eau et si les sources
d'approvisionnement en eau satisfont à ces exigences. Exemples détaillés des documents
consultés

L'alimentation en eau potable est suffisante pour répondre aux besoins du ou des procédés de
production. Les installations d'entreposage, de distribution et de maîtrise de la température de l'eau,
sont conçues pour satisfaire aux exigences spécifiées pour la qualité de l'eau.

L'eau utilisée en tant qu'ingrédient dans un produit, y compris sous forme de glace ou de vapeur
(incluant la vapeur culinaire), ou en contact direct avec des produits ou avec des surfaces en
contact avec des produits, rempli les exigences spécifiques de qualité et de microbiologie
correspondant à l’AM du 11/02/2007 et du15/12/2016.
Pour les alimentations en eau chlorées par le site, des vérifications garantissent que le niveau de
chlore résiduel au point de consommation reste dans les limites indiquées dans les spécifications
concernées.

Le réseau d'alimentation en eau non potable est séparé, repéré, sans raccordement ni possibilité de
reflux dans le réseau d'eau potable. L'eau susceptible d'entrer en contact avec le produit circule
dans des tuyaux désinfectables.

6.3 Produits chimiques pour chaudières


Préciser si des chaudières sont utilisées et, dans l'affirmative, si des produits chimiques sont
utilisés.
Détailler les types de produits chimiques utilisés, s'il y a lieu, et s'ils sont approuvés pour utilisation.
Indiquer si les produits chimiques de la chaudière sont entreposés séparément et en toute sécurité.
Identifier tous les endroits où la vapeur entre en contact direct avec le produit. Déterminer qui est
responsable de l'ajout de ces produits chimiques. Déterminer s'il est nécessaire de procéder à des
essais de dépistage de ces produits chimiques et comment prévenir le surdosage. Ces produits
chimiques doivent-ils être cachers ?

Les produits chimiques pour les chaudières, sont :


- des additifs approuvés pour les denrées alimentaires, qui satisfont aux spécifications pertinentes
sur les additifs ;

35 of 67 Rapport audit étape 2 test FSSC 22000 v1.2


- des additifs que l'autorité compétente réglementaire a approuvés comme étant sûrs pour
l'utilisation dans l'eau destinée à la consommation humaine.
Les produits chimiques pour les chaudières sont entreposés dans une zone dédiée et sécurisée
(fermée à clé ou sous contrôle d’accès).

La vapeur est en contact direct avec le produit aux étapes de fabrication suivantes : XXXX

Le responsable de l'ajout de ces produits chimiques est XXXX

La prévention des surdosages est assurée par XXXX

6.4 Qualité de l'air et ventilation


Préciser si l'air est utilisé comme ingrédient ou est en contact direct avec le produit.

L'air est utilisé comme ingrédient dans les produits.

L’air peut être en contact direct avec le produit aux étapes :


-
-
La surveillance de la qualité de l’air est réalisée à l’aide de :
- D’analyses d’air (vu CR d’analyse microbiologique) : à la fréquence de

Une ventilation efficace des locaux est utilisée avec un système

Les installations de ventilation sont conçus et construits de manière à empêcher la circulation d'air
depuis les zones contaminées ou celles contenant des matières premières, vers les zones propres.
Les différentiels de pression d'air spécifiés sont maintenus.
Les installations sont accessibles pour le nettoyage, le remplacement des filtres et la maintenance.
Les prises d'air extérieur sont examinées périodiquement afin de vérifier leur intégrité physique.

Détailler le programme de surveillance de la qualité de l'air (essais, fréquence, limites


d'intervention, etc.) et les dossiers examinés. Dossiers détaillés de l'entretien des
systèmes d'air.
Préciser s'il existe un programme de remplacement des filtres à air et la gestion des filtres HEPA

La surveillance de la qualité de l’air est réalisée à l’aide de :


D’analyses d’air (vu CR d’analyse microbiologique) : à la fréquence de , selon les critères
L'entretien des systèmes de ventilation d'air est assuré par à la fréquence .
Il existe un programme de remplacement des filtres à air

6.5 Air comprimé et autres gaz

Le site dispose d’installations dédiées :


- A la fabrication d’air comprimé
- Au stockage d’autres gaz utilisés pour le conditionnement sous atmosphère modifiée

Les installations d’air comprimé, de dioxyde de carbone, d’azote et d’autres gaz utilisés pour la
fabrication et/ou le remplissage sont construites et entretenues de manière à empêcher la
contamination.

36 sur 67
Les gaz destinés à entrer directement en contact avec le produit (y compris ceux utilisés pour le
transport, le soufflage ou le séchage de matériaux, produits ou équipements) proviennent d'une
source dont l'utilisation est approuvée pour le contact avec des denrées alimentaires, et dont la
poussière, l'huile et l'eau ont été éliminées par filtrage

L’air comprimée est élaborée à partir d’air extérieure, filtré par un pré-filtre ( ).
Les exigences en matière de filtration, d'humidité (% HR) et de microbiologie de l’air comprimée
sont spécifiées. L'air est filtrée aussi près que possible de son point d'utilisation.

Le compresseur utilise de l’huile de qualité alimentaire.

Des filtres sont implantés sur le circuit de distribution d’air comprimé au point d'utilisation. Ils sont
contrôlés et changés à la fréquence de .

6.6 Éclairage

L'éclairage fourni (naturel ou artificiel) permet au personnel de travailler de façon hygiénique.

L'intensité de l'éclairage est adaptée à la nature des opérations.

Les luminaires en place sont protégés contre les bris de verre.

Des lampes UV sont utilisées sur le site : désinsectiseur au total dans les locaux de production et
d’entreprosage.

ISO/TS 22002:1:2009 Conform*. Remarque


Clause Exigence Oui Non Si non - préciser la référence NC
Justifier les clauses "non
applicables".

7 Élimination des déchets

7.1 Exigences générales

7.2 Conteneurs pour déchets et substances


non comestibles ou dangereuses

7.3 Gestion et contrôle des déchets

37 of 67 Rapport audit étape 2 test FSSC 22000 v1.2


7.4 Égouts et drainage
Résumé :
7.1 Exigences générales

Le site a identifié tous les déchets et ceux-ci sont indiqués précisément sur le diagramme HACCP.

Des systèmes pour l'identification, la collecte, l’enlèvement et le devenir des déchets sont mis en
place pour empêcher la contamination des produits ou des zones de production.

7.2 Conteneurs pour les déchets et les substances non comestibles ou dangereuses

Les conteneurs pour déchets et substances non comestibles ou dangereuses sont :


a) clairement identifiés pour leur usage prévu ;
b) situés dans une zone désignée ;
c) constitués d'un matériau imperméable facile à nettoyer et à désinfecter ;
d) fermés lorsqu'ils ne sont pas immédiatement utilisés ;
e) verrouillés si les déchets peuvent présenter un risque pour le produit.

La collecte des déchets est efficace.

Le plan de nettoyage décrit les modalités de nettoyage des conteneurs à la fréquence de XXXX

7.3 Gestion et contrôle des déchets


Détailler la façon dont les déchets sont retirés du site (entrepreneurs, etc.).
Dossiers détaillés examinés de toute destruction de matériel marqué (s'il y a lieu)
Examiner les exigences de l'entrepreneur en déchets par contrat

Des dispositions sont prises pour la mise à l’écart, l'entreposage et l'évacuation des déchets.
L'accumulation des déchets est bien interdite dans les zones de manipulation ou d'entreposage de
denrées alimentaires.

Les fréquences d'évacuation des déchets sont gérées afin d'éviter leur accumulation, la fréquence
minimale étant d'une évacuation par jour.

Les matériaux étiquetés, les produits ou emballages imprimés désignés comme déchets sont détruits
afin d'empêcher la réutilisation des marques commerciales.

L'évacuation et la destruction sont réalisées par des sous-traitants agréés pour l'élimination des
déchets:
 Vu contrat : XXX
 Vu contrat : XXX
 Vu contrat : XXX

Le site conserve bien un enregistrement des destructions dans son registre des déchets

7.4 Égouts et drainage

38 sur 67
Documenter comment l'organisation satisfait à ces exigences
Détailler les calendriers d'entretien et de nettoyage des drains, et prendre note des dossiers
examinés.
Identifier si des drains de " tranchées " sont utilisés. Identifier les programmes de nettoyage et de
désinfection des drains

Les systèmes d'écoulement sont conçus, construits et implantés de manière à éviter le risque de
contamination des matériaux ou produits: bombe avec siphon, caniveaux…

Leur capacité est suffisante pour évacuer les volumes d'écoulement attendus. Les systèmes
d'écoulement ne surplombent pas les lignes de traitement.

Aucun écoulement n’a lieu d'une zone contaminée vers une zone propre.

Le nettoyage des canalisations est réalisé à la fréquence XXX par XXX avec

ISO/TS 22002:1:2009 Conform*. Remarque


Clause Exigence Oui Non Si non - préciser la référence NC
Justifier les clauses "non
applicables".

8 Adéquation, nettoyage et entretien


des équipements

8.1 Exigences générales

8.2 Conception hygiénique

8.3 Surfaces en contact avec les produits

8.4 Équipement de contrôle et de


surveillance de la température

8.5 Installations, ustensiles et équipements


de nettoyage

8.6 Maintenance préventive et corrective


Résumé :
8.1 Exigences générales
Indiquer de quel matériau l'équipement en contact avec les aliments est fait et s'il est de qualité
alimentaire.

Les matériaux consituant les équipements en contact avec les denrées alimentaires sont :

Vu certificat contact alimentaire

Vu certificat contact alimentaire

Vu certificat contact alimentaire

39 of 67 Rapport audit étape 2 test FSSC 22000 v1.2


Vu certificat contact alimentaire

Ils sont tous de qualité « alimentaire ».

Les équipements en contact avec des denrées alimentaires sont conçus et construits pour faciliter le
nettoyage, la désinfection et la maintenance.

Les surfaces en contact n’affectent pas, ou ne sont pas affectées par le produit ou le système de
nettoyage en place.

Les équipements en contact avec les denrées alimentaires sont constitués de matériaux durables et
capables de résister à des nettoyages répétés.

8.2 Conception hygiénique

Commenter la conception hygiénique de l'équipement et s'il répond aux


exigences.

Les équipements satisfont aux principes établis en matière de conception hygiénique, notamment :
1- surfaces lisses, accessibles, nettoyables et auto-vidangeables dans les zones de traitement
humides ;

2- utilisation de matériaux compatibles avec les produits prévus et les produits de nettoyage ou
de purge/rinçage/chasse ou pousse ;

3- bâti non traversé par des trous ou comportant des écrous avec boulons.

Les tuyauteries et canalisations sont nettoyables, purgeables et sans zones mortes.

Les équipements sont conçus pour minimiser le contact entre les mains de
l'opérateur et les produits

8.3 Surfaces en contact avec les produits


Commentaire sur l'état des surfaces en contact avec le produit

Les surfaces en contact avec le produit sont constituées de matériaux conçus pour l'usage
alimentaire. Elles sont imperméables et exemptes de rouille ou de corrosion

8.4 Équipement de contrôle et de surveillance de la température


Commenter l'équipement des procédés thermiques en ce qui concerne la surveillance et le contrôle
de la température.

Les équipements utilisés pour les traitements thermiques remplissent bien les conditions de
gradient et de maintien de température stipulées dans les spécifications de produits fabriqués par le
site.

Les équipements permettent la surveillance et la maîtrise de la température.

8.5 Installations, ustensiles et équipements de nettoyage


Détailler les fréquences de nettoyage de l'usine, des ustensiles et de l'équipement (se référer à la
procédure/matrice, etc.).
Détailler les documents examinés

40 sur 67
Indiquez si le programme répond aux exigences

Les programmes de nettoyage à sec et par voie humide sont documentés et l'installation, les
ustensiles et les équipements sont tous nettoyés à des intervalles définis.

Les programmes spécifient bien :


- les éléments à nettoyer (y compris les systèmes d'écoulement),
- les responsables,
- la méthode de nettoyage (NEP/NHP) avec produit, concentration, température, temps
d’action, rinçage
- l'utilisation d'outils de nettoyage dédiés,
- les exigences de déplacement ou de démontage
- et les méthodes pour vérifier l'efficacité du nettoyage.
-
Vu plan de nettoyage

8.6 Maintenance préventive et corrective


Détailler le programme d'entretien préventif
Indiquer comment s'effectue l'entretien correctif, y compris les réparations temporaires.
Indiquer si des lubrifiants sont utilisés et s'ils sont de qualité alimentaire.

Mantenance curative
Toute demande de remplacement par une réparation permanente est incluse dans le planning de
maintenance.

Les lubrifiants et les fluides caloporteurs sont de qualité alimentaire car il existe un risque de
contact direct ou indirect avec le produit sur le site.

La procédure de remise en production d'un équipement entretenu inclue bien un nettoyage et une
désinfection, spécifiée dans les procédures des opérations de maintien de l’hygiène, et une
inspection avant utilisation.

Des PRP applicables localement sont mis en place pour les zones de maintenance et pour les
activités de maintenance dans les zones de fabrication.

Le personnel de maintenance est formé sur les dangers que leurs activités font courir aux produits.

Cas des réparations provisoires : XXX

ISO/TS 22002:1:2009 Conform*. Remarque


Clause Exigence Oui Non Si non - préciser la référence NC
Justifier les clauses "non
applicables".
9 Management of purchased materials

41 of 67 Rapport audit étape 2 test FSSC 22000 v1.2


Summary:
1. L'achat de produits ayant un impact sur la sécurité des denrées alimentaires est maîtrisé pour
s'assurer que les fournisseurs choisis sont en mesure de répondre aux exigences spécifiées.

La conformité des produits entrants par rapport aux exigences d'achat spécifiées est vérifiée.

2. Un processus est défini pour la sélection, l'approbation et la surveillance des fournisseurs.

Le processus utilisé est justifié par l’évaluation des dangers, comprenant les risques potentiels pour
le produit final, et inclu :

- l'évaluation de la capacité du fournisseur à répondre aux attentes, exigences et spécifications en


matière de qualité et de sécurité des denrées alimentaires ;

- la description de la méthode d'évaluation des fournisseurs; Des audits des sites


d'approvisionnement avant la réception des matériaux destinés à la production peuvent être
réalisés;

3. Les véhicules de livraison sont contrôlés avant et pendant le déchargement pour vérifier que la
qualité et la sécurité du matériau sont bien maintenues tout au long du transport (intégrité des
scellés, absence d'infestation, existence d’enregistrements relatifs à la température).

Les matériaux sont inspectés, testés/analysés ou accompagnés d’un certificat d’analyse afin de
pouvoir en vérifier la conformité aux exigences spécifiées, que ce soit avant réception ou avant
utilisation.

La méthode de vérification est bien documentée.

Les matériaux non conformes aux spécifications concernées sont pris en charge selon une
procédure documentée qui garantit l'impossibilité de les utiliser d’une manière non prévue.

Les points d'accès aux lignes de réception des matériaux en vrac sont identifiés, protégés et
verrouillés. Tout déchargement dans ces systèmes nécessite une approbation et une vérification
préalables du matériau concerné

--------------------------------------------------
Certains achats stratégiques (PVA, natamycine, sorbate, acide citrique, containers IBC) sont
centralisés à DELFT au niveau de DFS. Le site achète directement les fûts, les gommes (xanthane
et CMC) et les colorants notamment. Certaines prestations sont achetées au niveau du site de
Seclin. Les produits sous contrat cadre gérés au niveau des Achats centraux de DFS (PVA, sorbate
de potassium, natamycine) font l'objet d'un cahier des charges "Framework Agreement" incluant les
spécifications produit, la durée de vie résiduelle à réception et la DLUO et se référant à des
questionnaires d'évaluation détaillés prenant bien en compte tous les aspects liés à la sécurité des
aliments et à la sûreté (questionnaire fournisseur et questionnaire matière). Pour les autres produits
gérés en direct par le site, les données d'achats sont constituées des fiche techniques fournisseurs,
des FDS et des garanties d'alimentarité des produits et des conditionnements des produits. Le plan
de contrôle des matières premières est défini dans une base de données access qui permet de
générer automatiquement pour chaque réception une "fiche de contrôle à réception" incluant les
critères à contrôler.

42 sur 67
Une base de données groupe permet de connaitre l’ensemble des informations liées aux
fournisseurs (matières Premières , produits chimiques,…)

Les principaux contrôles à réception portent sur la présence de nuisibles, la vérification du certificat
d'analyse fournisseur, la qualité microbiologique (Flore Totale et coliformes) pour les colorants, la
natamycine, les épaississants (CMC et xanthane) et en plus :
- pour le PVA : le contrôle par filtration de l'absence de résidus colmatant, de la viscosité et du
surnageant.
- pour les acides/bases : le contrôle de la concentration.
- pour les sorbates : le contrôle de l'absence de phénol (réalisé en externe et libératoire)

Toute non-conformité fournisseur est enregistrée dans la base de données Access permettant le
traitement des dysfonctionnements.

Tous les fournisseurs et prestataires sont évalués à chaque commande selon des critères pré-
établis portant sur la confirmation de la commande dans les temps prévus, le respect des délais de
livraison, la transmission des informations, les non-conformités produit ou prestation et la flexibilité.

Les informations des tous les sites DSM sont enregistrées dans safe food et sont disponibles avec
le suivi des non conformités, audits éventuels et le résultat de l’évaluation
Absence de non-conformité fournisseur

Un audit a été réalisé par la responsable qualité avec le siège sur le fournisseur de PVA.

ISO/TS 22002:1:2009 Conform*. Remarque


Clause Exigence Oui Non Si non - préciser la référence NC
Justifier les clauses "non
applicables".

10 Mesures de prévention de la
contamination croos

10.1 Exigences générales

10.2 Contamination microbienne

10.3 Gestion des allergènes

10.4 Contamination physique

43 of 67 Rapport audit étape 2 test FSSC 22000 v1.2


Résumé :
10.1 Exigences générales

Catégorie de chaîne alimentaire CI uniquement : préciser si des exigences spécifiques sont en


place pour un processus d'inspection à la stabulation et/ou à l'éviscération afin de garantir que les
animaux sont propres à la consommation humaine.

Des programmes sont mis en place pour empêcher, maîtriser et détecter la contamination. Des
mesures destinées à empêcher une contamination d’ordre physique, allergénique et
microbiologique sont bien incluses.
Les dangers retenus pas le site dans l’évaluation des dangers sont:
 microbiologiques
 chimiques
 physiques
 allergènes

10.2 Contamination microbienne


Préciser s'il existe des zones "classées" où des vêtements de travail et des protocoles spéciaux
sont requis et si les exigences relatives à ces zones sont respectées

Les zones où il existe un risque de transfert de contamination microbiologique (particules


aéroportées ou contamination due à la circulation) sont identifiées et un plan de cloisonnement
(zonage) est bien mis en œuvre.

Une évaluation des dangers est effectuée afin de déterminer les sources de contamination
potentielles, la susceptibilité du produit et les mesures de maîtrise adaptées à ces zones :

a) avec séparation entre les matières premières et les produits finis ou prêts à être consommés
(RTE);

b) avec cloisonnement structurel barrières physiques/ murs/bâtiments séparés;

c) avec contrôle des accès et exigence de changement de tenue de travail pour le personnel;

d) avec sens de circulation et séparation des équipements, personnes, matériaux, équipements et


outils (incluant l'utilisation d'outils dédiés) ;

e) avec différentiels de pression d'air.

10.3 Gestion des allergènes voir 2.5.6 Gestion des allergènes


Préciser s'il y a des allergènes dans le(s) produit(s) et lesquels sont présents, s'il n'y en a pas,
l'indiquer.
Commentaire sur l'étiquetage des produits contenant des allergènes
Détailler la façon dont les contacts croisés involontaires sont maintenus.
Détailler la gestion du retraitement des allergènes contenant des allergènes
Détail du contrôle des allergènes dans les distributeurs automatiques et les salles à manger

Les allergènes présents dans le produit, que ce soit par conception ou du fait d’un transfert
potentiel durant la fabrication, sont identifiés:

44 sur 67
- croisées d’allergènes s'effectue par :
- Les allergènes sont identifiés par une étiquette spécifique et ils sont entreposés dans une
zone dédiée
- l'ordonnancement des recettes
- si nécessaire les nettoyages entre les produits,
- changements de consommables d’hygiène.
- Matériels dédiés pelles pour matières premières
- Consignes d’intervention en cas de dispersion
- Règles de recyclage

Les employés qui manipulent les denrées alimentaires ont reçu une formation spécifique sur les
allergènes et les pratiques de fabrication associées.
Des tableaux sont affichés en zone de réception/fabrication indiquant les allergènes présents dans
chaque ingrédient.

Gestion du recyclage des produits contenant des allergènes :


Les produits contenant des allergènes sont recyclés uniquement dans les produits qui contiennent
les mêmes allergènes, du fait de leur composition ;

Maitrise des allergènes dans les distributeurs automatiques et les cantines :

La maitrise des contaminations croisées par des allergènes inclut les aliments amenés
par le personnel lors des pause de restauration.

10.4 Contamination physique


Détailler s'il y a des matériaux cassants ou non.
Détailler le contrôle périodique des matériaux fragiles, le cas échéant, et la procédure relative aux
matériaux fragiles.
Documenter les dossiers de bris de glace (s'il y a lieu)
Préciser si/quels matériaux en bois sont utilisés et comment ils sont contrôlés pour prévenir la
contamination croisée.

Des matériaux fragiles sont présents sur le site :


-
-
-
-
-

Des exigences d'inspection périodique et des procédures définies en cas de bris sont
mises en place à la fréquence de

Les matériaux cassants (tels que les composants en verre ou en plastique dur dans les
équipements) sont évités ou protégés contre les bris.

Les enregistrements concernant les bris de verre sont tenus à jour.

Sur la base d'une évaluation des dangers, des mesures sont bien mises en place pour
empêcher, maîtriser ou détecter une contamination potentielle.

45 of 67 Rapport audit étape 2 test FSSC 22000 v1.2


Ces mesures incluent sur le site :

 la fixation de couvercles ou capots adaptés sur les équipements ou les conteneurs destinés
aux matériaux ou produits exposés ;

 l'utilisation de grillages, d'aimants, de tamis ou de filtres ;

 l'utilisation de dispositifs de détection ou de rejet tels que des détecteurs de métaux ou des
rayons X.

Les sources de contamination potentielle incluent bien les palettes en bois et outils en bois, les
joints en caoutchouc, les vêtements et les équipements de protection individuelle.

ISO/TS 22002:1:2009 Conform*. Remarque


Clause Exigence Oui Non Si non - préciser la référence NC
Justifier les clauses "non
applicables".

11 Nettoyage et désinfection

11.1 Exigences générales

11.2 Agents et outils de nettoyage et de


désinfection

11.3 Programmes de nettoyage et


d'assainissement

11.4 Systèmes de nettoyage en place (CIP)

11.5 Suivi de l'efficacité de l'assainissement

Résumé :
11.1 Exigences générales
La procédure documentée répond à toutes les exigences :

1. Des programmes de nettoyage et de désinfection sont bien établis pour garantir que les
équipements et l'environnement de fabrication des denrées alimentaires sont maintenus dans un
état d'hygiène satisfaisant. Ces programmes sont surveillés afin de garantir leur adéquation et leur
efficacité permanentes.

2. Les installations et les équipements sont maintenus dans un état qui facilite le nettoyage et les
opérations de maintien de l’hygiène, par voie humide ou par voie sèche.

11.2 Agents et outils de nettoyage et d'assainissement


Les agents de nettoyage et d'assainissement sont :

46 sur 67
Les produits et substances chimiques de nettoyage et de désinfection sont clairement identifiés, de qualité
alimentaire, entreposés séparément et uniquement utilisés conformément aux instructions du fabricant.

Les outils et équipements de nettoyage sont de conception hygiénique et maintenus dans un état qui ne
constitue pas une source potentielle de corps étrangers.

11.3 Programmes de nettoyage et d'assainissement

3. Des programmes de nettoyage et de désinfection sont bien établis et validés par l'organisme afin
de garantir que toutes les parties de l'établissement et des équipements sont nettoyées et
désinfectées conformément à un planning défini, y compris le nettoyage des équipements de
nettoyage.

Détaillez comment le programme C&S a été validé et quand

Les programmes de nettoyage et/ou désinfection spécifient au minimum :

- les zones, équipements et ustensiles à nettoyer et/ou désinfecter ;

- les responsables des tâches spécifiées;

- la méthode et la fréquence de nettoyage/désinfection;

- les dispositions de surveillance et de vérification;

- les inspections après nettoyage;

- les inspections avant la remise en service.

Examen des dossiers détaillés et vérification de la conformité du programme C&S aux exigences

11.4 Systèmes de nettoyage en place (CIP)


Indiquer si le CIP est utilisé
Examen des dossiers détaillés pour démontrer que les paramètres sont respectés

11.5 Suivi de l'efficacité de l'assainissement


Le suivi de l’efficaicté des méthodes de nettoyage/désinfection est réalisé avec :
-
-
-
-

ISO/TS 22002:1:2009 Conform*. Remarque


Clause Exigence Oui Non Si non - préciser la référence NC
Justifier les clauses "non
applicables".

12 Lutte contre les parasites

47 of 67 Rapport audit étape 2 test FSSC 22000 v1.2


12.1 Exigences générales

12.2 Programmes de lutte contre les parasites

12.3 Prévention de l'accès

12.4 Ports et infestations

12.5 Surveillance et détection

12.6 Éradication
Résumé :
12.1 Exigences générales

Des procédures d'inspection et de surveillance de l'hygiène, du nettoyage et des matériaux entrants


sont mises en œuvre pour éviter de créer un environnement favorable à l’activité des nuisibles

12.2 Programmes de lutte contre les parasites

Le site gère par lui-même les activités de maîtrise des nuisibles.

Le personnel concerné a été formé. Le site fait appel aux services d’un sous-traitant expert.

Détail de la personne désignée (par nom ou par fonction)

Les programmes de maîtrise des nuisibles sont documentés et identifient bien les nuisibles ciblés.

Ils incluent également les plans, les méthodes, les plannings, les procédures de maîtrise.

Les programmes contiennent bien la liste des produits chimiques dont l'usage est approuvé dans
des zones spécifiées de l'établissement.

Les organismes nuisibles visés sont :

Les licences d'application de pesticides sont en cours


:
La fréquence d'examen du programme de lutte contre les parasites avec le prestataire est de :

12.3 Prévention de l'accès

Les bâtiments sont correctement entretenus. Les trous, systèmes d'écoulement et autres points
d'accès potentiel des nuisibles sont bien obturés.

Les portes, fenêtres ou ouvertures de ventilation extérieures sont conçues pour minimiser les
possibilités d'entrée de nuisibles.

12.4 Ports et infestations


Commentaire sur les zones extérieures en termes de port

12.5 Surveillance et détection

48 sur 67
les types de détecteurs/pièges utilisés sont :

Les programmes de surveillance des nuisibles incluent la pose de détecteurs et de pièges aux
endroits appropriés pour identifier l'activité des nuisibles.

Un plan d’imlantation des détecteurs et des pièges est mis à jour. Les détecteurs et pièges sont
conçus et disposés de manière à empêcher une contamination potentielle des matériaux, produits
ou installations.

Les détecteurs et les pièges sont de construction robuste et inviolable. Ils conviennent bien aux
nuisibles ciblés.

Les détecteurs et les pièges sont inspectés à une fréquence destinée à déceler une nouvelle
activité de nuisible. Les résultats des inspections sont analysés afin d'identifier les tendances.

les tendances d'activité des nuisibles sont identifiées :

12.6 Éradication

Des mesures d'éradication sont mises en place immédiatement après qu'une trace d'infestation ait
été signalée avec :
-
-

L‘usage et l'application de produits phyto-sanitaires sont restreints à des opérateurs formés et sont
contrôlés pour éviter qu’ils ne représentent des dangers pour la santé humaine
Les enregistrements concernant l'usage de produits phyto-sanitaires sont mis à jour pour indiquer
le type, la quantité et les concentrations utilisés, ainsi que les endroits, dates et méthodes
d'application, et le nuisible ciblé.
les pesticides utilisés sont légaux

ISO/TS 22002:1:2009 Conform*. Remarque


Clause Exigence Oui Non Si non - préciser la référence NC
Justifier les clauses "non
applicables".

13 Hygiène personnelle et installations


pour les employés

13.1 Exigences générales

13.2 Hygiène personnelle et toilettes

49 of 67 Rapport audit étape 2 test FSSC 22000 v1.2


13.3 Cantine du personnel et zones de
restauration désignées

13.4 Vêtements de travail et de protection

13.5 État de santé

13.6 Maladies et blessures

13.7 La propreté personnelle

13.8 Comportement personnel


Résumé :
13.1 Exigences générales

Les exigences concernant l'hygiène du personnel et les comportements sont bien établies et
documentées selon la nature des dangers relatifs aux produits fabriqués.
L'ensemble du personnel, les visiteurs et les sous-traitants se conforment aux exigences
documentées.

Le personnel, les visiteurs et les contractants sont informés des exigences par :
-
-
-

13.2 Hygiène personnelle et installations sanitaires

Des installations d'hygiène sont disponibles pour garantir le maintien du niveau d'hygiène
personnelle exigé par le site. Ces installations sont bien situées à proximité des points où les
exigences d'hygiène s'appliquent et sont clairement identifiés.

Le site :
- fourni, en nombre approprié, des emplacements et moyens pour se laver, se sécher et se
désinfecter les mains de manière hygiénique (y compris des lavabos, l'alimentation en eau
chaude, froide ou régulée en température, et du savon et/ou un antiseptique);
- dispose de lavabos dédiés au lavage des mains, équipés de robinets à commande non
manuelle
- dispose d’un nombre approprié de toilettes de conception hygiénique, toutes équipées
d'installations de lavage, de séchage et de désinfection des mains ;
- dispose de toilettes pour les employés qui ne débouchent pas directement sur des zones de
production, de conditionnement ou d'entreposage ;
- dispose d’installations adaptées pour le changement de tenue du personnel (vestiaires,sas)

le nombre et l'emplacement des installations sont déterminés sur la base de :

13.3 Cantine du personnel et zones de restauration désignées

Il y a une cantine du personnel sur place. Les détails sur la manière dont les conditions d'hygiène
sont maintenues sont précisées dans le document :

Les températures de cuisson/maintien/limites de tempss sont décrites dans le document :

50 sur 67
L'emplacement des salles de pause et des zones identifiées pour l’entreposage et la consommation
d'aliments minimise bien le risque de transferts de contamination entre celles-ci et les zones de
production.
Les salles de pause sont gérées de manière à garantir de bonnes conditions d'hygiène à
l’entreposage des ingrédients, et à la préparation, à l’entreposage et au service des aliments
préparés.
Les conditions d’entreposage sont définies, ainsi que les températures d’entreposage et les limites
de durée dans un document :

Les aliments apportés par les employés sont entreposés et consommés uniquement dans les
zones :

13.4 Vêtements de travail et de protection

Détaillez le et la manière dont ils sont utilisés/entretenus

Le personnel qui travaille ou qui circule dans les zones où des produits nus sont manipulés porte
des vêtements de travail adaptés, propres et en bon état.
type de vêtements de travail utilisés :
-
-
-
Les vêtements portés dans le cadre de la protection des denrées alimentaires sont utilisés
uniquement pour la manipulation des produits fabriqués.
Les tenues de travail ne comportent aucun bouton. Elles ne disposent pas de poche extérieure au-
dessus de la taille.

La tenue de travail est entretenue par un prestataire de blanchissage à des intervalles adaptés à
l'usage prévu des vêtements

Des gants sont utilisés :

Leur remplacement est assuré par :

13.5 État de santé

Les employés subissent un examen médical avant l’embauche lorsqu’ils sont dans une activité les
mettant en contact avec les denrées alimentaires.
Des examens médicaux complémentaires sont pratiqués à des intervalles définis par le site.

Documents examinés :

13.6 Maladies et blessures

51 of 67 Rapport audit étape 2 test FSSC 22000 v1.2


Les employés signalent à l’encadrement les pathologies pouvant aboutir à la contamination des
produits fabriquées. Les personnes infectées sont empêchées de manipuler les denrées
alimentaires ou les matériaux en contact avec ces denrées.
Dans les zones de manipulation de denrées alimentaires, le personnel présentant des blessures ou
brûlures les recouvrent avec des pansements spécifiés (couleur bleu, détectable).

13.7 Propreté personnelle

Le personnel présent dans les zones de production des denrées alimentaires se lave et se
désinfecte les mains :

- avant d'entamer toute activité de manipulation de denrées alimentaires ;

- immédiatement après avoir été aux toilettes ou s'être mouché ;

- immédiatement après avoir manipulé un quelconque matériau potentiellement contaminé.

Le personnel s'abstient d'éternuer, de tousser au-dessus des produits et de cracher. Les ongles
sont bien propres et courts

13.8 Comportement personnel

Une politique documentée décrit bien les comportements exigés des membres du personnel dans
les zones de fabrication, de conditionnement et d'entreposage.

Cette politique couvre :

- l’autorisation de fumer, de manger dans les zones réservées à cet effet ;

-
-
-

La politique répond à toutes les exigences


La politique est communiquée avec les moyens suivant :
Sa mise en œuvre est assurée par la réalisation des inspections et des audits internes.
Les risques associés aux piercings visibles sur le corps sont maîtrisés par :
-
-

ISO/TS 22002:1:2009 Conform*. Remarque


Clause Exigence Oui Non Si non - préciser la référence NC
Justifier les clauses "non
applicables".

14 Retravailler

14.1 Exigences générales

14.2 Stockage, identification et traçabilité

52 sur 67
14.3 Usage de reprise
Résumé :
14.1 Exigences générales

Le site réalise le recylage à certaines étapes de ses process :


Les produits retraités/recyclés sont entreposés, manipulés et utilisés de manière à maintenir la
sécurité, la qualité, la traçabilité et la conformité réglementaire du produit avec les méthodes
suivantes :

14.2 Stockage, identification et traçabilité


Les produits retraités/recyclés entreposés sont protégés contre les contaminations
microbiologiques ou chimiques ou par des corps étrangers.

Les exigences d'isolement des produits retraités/recyclés (allergènes, par exemple) sont
documentées et satisfaisantes.

Les produits retraités/recyclés sont clairement identifiés et étiquetés de manière à permettre leur
traçabilité. Les enregistrements de traçabilité des produits retraités/recyclés sont tenus à jour.

Les causes pour lesquelles ils ont été retraités/recyclés est bien enregistrée (nom du produit, date
de production, équipe, ligne d'origine, durée de conservation).

Les circuits de recyclage sont incluses dans les diagrammes HACCP.

14.3 Usage de la reprise

Lorsque les produits retraités/recyclés sont incorporés dans un produit au cours d'une étape de
production, la quantité acceptable, le type et les conditions d'utilisation du produit retraité/recyclé
sont spécifiés.

L'étape de production et la méthode d'ajout, y compris les éventuelles phases de prétraitement


nécessaires, sont définies.

Lorsque les activités de retraitement nécessitent de déconditionnés des produits pré-emballés, des
mesures de maîtrise sont mises en place pour assurer l’enlèvement et la séparation des matériaux
d'emballage, et pour éviter la contamination du produit par des corps étrangers.
La reprise est enregistrée dans les documents suivants :

ISO/TS 22002:1:2009 Conform*. Remarque


Clause Exigence Oui Non Si non - préciser la référence NC

53 of 67 Rapport audit étape 2 test FSSC 22000 v1.2


Justifier les clauses "non
applicables".

15 Procédures de rappel de produits

15.1 Exigences générales

15.2 Procédures de rappel de produits


Résumé :
15.1 Exigences générales

Des systèmes sont mis en place pour garantir que les produits ne répondant pas aux normes de
sécurité relatives aux denrées alimentaires soient bien identifiés, localisés et enlevés de tous les
points nécessaires de la chaîne d'approvisionnement dans la procédure :

Date du dernier test de rappel :

Résultats et améliorations identfiées :

15.2 Procédures de rappel des produits


Une liste des personnes à contacter en cas de rappel est bien tenue à jour en version du
:
En cas de retrait/rappel, la sécurité des autres produits fabriqués dans les mêmes
conditions est évaluée.
La nécessité d'alerter le public est bien examinée.

Rappel au cours des 12 derniers mois,


Résultats constatés :

ISO/TS 22002:1:2009 Conform*. Remarque


Clause Exigence Oui Non Si non - préciser la référence NC
Justifier les clauses "non
applicables".

16 Entreposage

16.1 Exigences générales

16.2 Exigences en matière d'entreposage

16.3 Véhicules, moyens de transport et


conteneurs

54 sur 67
Résumé :
16.1 Exigences générales
Les matériaux emballages, consommables) et produits (matières premières, produits
intermédiaires, produits finis) sont entreposés dans des lieux propres, secs et bien ventilés,
protégés de la poussière, de la condensation, des fumées, des odeurs et autres sources de
contamination.

16.2 Exigences en matière d'entreposage


La température, l'humidité et les autres conditions environnementales d'entreposage sont
maîtrisées.
Une atmosphère contrôlée est nécessaire :
Elle est surveillée selon les modalités suivantes :
- essais,
- fréquence,
- enregistrements

Les systèmes de rotation de stock spécifiés (FEFO/FIFO) sont bien respectés. Son efficacité est
surveillée avec un :

Les chariots à fourches à moteur essence ou diesel ne sont pas utilisés dans les zones
d'entreposage d'ingrédients ou de produits alimentaires

Les matériaux et produits chimiques destinés au rebut (produits de nettoyage, lubrifiants et


pesticides) sont entreposés séparément. Une zone séparée pour séparer les matériaux identifiés
comme non conformes sont prévus.

Catégorie de chaîne alimentaire CI uniquement : préciser si des exigences spécifiques sont en


place pour définir la durée et la température post-abattage en relation avec la réfrigération ou la
congélation des produits

16.3 Véhicules, moyens de transport et conteneurs voir 2.5.9 Transport et livraison (FI)
Les véhicules, convoyeurs et conteneurs sont correctement entretenus, propres et dans un état
cohérent avec les exigences indiquées dans les spécifications concernées.
Fréquence d’inspection :
Fréquence entretien ;
Documents d’enregistrements :

Les véhicules utilisés sont ceux de prestataires sous contrat :


- véhicules froid positif
- véhivules froid négatif
Fréquence d’inspection :
Documents d’enregistrements :
Les véhicules, convoyeurs et conteneurs fournissent bien une protection contre la détérioration ou
la contamination du produit.

La maîtrise de la température et de l'humidité est appliquée et enregistrée à toutes les étapes


concernées.

Les conteneurs en vrac utilisés par le site sont uniquement réservés à l'usage alimentaire. Les
conteneurs en vrac sont dédiés à un produit spécifié :
paramètres d'utilisation :

55 of 67 Rapport audit étape 2 test FSSC 22000 v1.2


ISO/TS 22002:1:2009 Conform*. Remarque
Clause Exigence Oui Non Si non - préciser la référence NC
Justifier les clauses "non
applicables".

17 Information sur les


produits/sensibilisation des
consommateurs
Résumé : voir 2.5.2 Étiquetage des produits
Les informations sont présentées aux consommateurs de manière à ce qu'ils puissent saisir leur
importance et effectuer des choix en connaissance de cause :
– gestion des étiquettes

Les informations sont présentées aux clients de manière à ce qu'ils puissent saisir leur importance
et effectuer des choix en connaissance de cause :
– gestion des fiches techniques

Les informations sont fournies par l’étiquetage, par les fiches techniques, par les Cahiers Des
Charges, tels que des sites Internet d'entreprises, et peuvent inclure des instructions
d'entreposage, de préparation et d’utilisation.

Processus détaillé d'approbation de l'étiquette/CC/Fiches techniques avec les exigences


réglementaires:
Les étiquettes produits apposés sur les produits, vues lors de cet audit sont conformes au
règlement INCO.
la RD gère les fiches techniques à leur création et lors des modifications de recettes.
Les informations des étiquettes sont saisies dans 2 applications informatiques (SIGEST,
CODESOFT) par la RD et la qualité. Le service qualité vérifie le respect de la
réglementation des allergènes dans les fiches techniques et les étiquettes.

Echantillons examinés :

Conformité aux exigences (étiquettes, emballages, etc., ainsi que des informations sur le site web) :

ISO/TS 22002:1:2009 Conform*. Remarque


Clause Exigence Oui Non Si non - préciser la référence NC
Justifier les clauses "non
applicables".

18 Défense alimentaire, biovigilance et


bioterrorisme

18.1 Exigences générales

18.2 Contrôles d'accès

56 sur 67
Résumé : voir 2.5.3 Food Defense

Note : Le portail sélectionnera automatiquement les exigences pertinentes de la


partie 2 en fonction de la catégorie de la chaîne alimentaire. Si vous n'utilisez pas le
rapport généré par le portail, le rapport doit alors indiquer que la ou les exigences
sont hors de portée.

57 of 67 Rapport audit étape 2 test FSSC 22000 v1.2


4.3 FSSC 22000, EXIGENCES SUPPLÉMENTAIRES

FSSC 22000 V5, partie 2 Exigences Conform*. Remarque


Clause Exigence Oui Non Si non - préciser la référence NC
Justifier les clauses "non
applicables".

2.5.1 Gestion des services Cochez la case appropriée


Si "Non", indiquez la sous-
clause, le classement et la
référence NC, par exemple :
4.2 Mineur, #y
Résumé :
Les analyses considérées comme critiques pour la vérification de la sécurité du produit (résidus
allergènes après nettoyage) sont réalisées par un laboratoire accrédité ISO 17025 par le COFRAC.
Le site utilise les laboratoires suivants :

Lorsqu'un laboratoire ne dispose pas de la norme ISO 17025, le site dispose des informations
suivantes :
-
-

2.5.2 Étiquetage des produits


Résumé : voir 17 Information sur les produits/sensibilisation des consommateurs
Documenter les étiquettes de produits qui ont été examinées
La législation relative au site et la conformité des échantillons aux exigences

2.5.3 Défense alimentaire


Résumé : voir 18 Défense alimentaire, biovigilance et bioterrorisme
Procédure de référence Food defense : en révison du

Détail
a) système utilisé : mise en place d’une méthode de type VACCP suivant les recommandations du
guide AFNOR – Dernière revue Food défense de 2019 –

b) l'équipe chargée de l'évaluation de la menace : Une Equipe VACCP a été constituée (idem
HACCP)

c) la formation de l'équipe a reçue en matière de Food Defense :


d) Les mesures de contrôle d'accès sont :

L’accès au site est réglementé par l’accès des portes extérieures fermées à clefs. Le site est
contrôlé par de la vidéo surveillance et est sous alarme.
Les produits chimiques du laboratoire sont sous clefs en l’absence des salariés ainsi que
l’atelier de maintenance.
Les zones potentiellement sensibles à l'intérieur de l'établissement sont identifiées,
cartographiées et soumises à un contrôle d'accès. L'accès à ces zones est restreint avec
l’usage de :
- verrous,

58 sur 67
- badges électroniques
- autres systèmes.

e) la procédure couvre à la fois les menaces internes et externes


f) formation et de communication pour les employés réalisées lors de :
g) Effraction signalée en 2019/2020 :

Le site a évalué pour les produits le danger représenté par des actes potentiels de sabotage, de
vandalisme ou de terrorisme, et a mis en place des mesures de protection adaptées. Tous les
produits fabriqués par le site sont couverts par le système de Food Defense.

Un test d’intrusion a été réalisé le 12/11/2019 en même temps que les audits internes par une
personne externe: résultat concluant.

Un audits VACCP par an pour tester certains dispositifs : vidéosurveillance, alarme, registre
d’accueil, gestion clefs (embauche et départ), formation, tour d’usine (fermeture des portes),
vérification des zones peu fréquentées. Vu rapport des 18 et 19/11/2019
Ces mesures de contrôle permettent de réduir et d’éliminer les menaces identifiées.

Le site est certifié OEA pour l’exportation


Cetification obtenue le

2.5.4 Réduction de la fraude alimentaire


Résumé :
Procédure de référence Food Fraude : en version

La méthode utilisée s’appuie sur le principe de SSAFE, VACCP, etc.)


Un outil a été défini sur environ 2300 produits, avec le couple produit/fournisseur. Il prend en
compte des risques identifiés sur les différentes matières premières, en fonction de critères
pertinents, ce qui permet ensuite de définir les niveaux de risque pour chaque produit et les
mesures préventives associées.
Critères de vulnérabilité :
- Prix
- Risque fraude du fournisseur
- Certification GFSI
- Alerte fraudes déjà constatée pour chaque produit
- Concentration du principe actif
Ces critères permettent de déterminer le plan de contrôle sur le couple matière-fournisseur en 4
catégories :
- Niveau 1 : demande de plan de surveillance au fournisseur
- Niveau 2 : demande de plan de surveillance au fournisseur + 1 analyse par an par
fournisseurs
- Niveau 3 : analyse du fournisseur à chaque livraison
- Niveau 4 : Analyse par le site

L'équipe chargée de l'évaluation de la vulnérabilité est constituée par :

L’équipe a reçue une formation sur la prévention de la fraude alimentaire le :

Les groupes de produits identifiés comme étant sensibles à la fraude ainsi que les raisons sont :

59 of 67 Rapport audit étape 2 test FSSC 22000 v1.2


Formation détaillée et communication pour les employés à l’aide de

Le site a évalué pour les produits le danger représenté par des actes potentiels de fraude, et a mis
en place des mesures de protection adaptées. Tous les produits fabriqués par le site sont couverts
par le système de Food Defense.

Préciser comment les mesures de contrôle réduisent ou éliminent les vulnérabilités identifiées

Le plan de contrôle sur le couple matière-fournisseur permet de réduir ou d’éliminer les


vulnérabilités identifiées.

Exigences législatives applicables :

FSSC 22000, partie 2 Exigences Conform*. Remarque


Clause Exigence Oui Non Si non - préciser la référence NC
Justifier les clauses "non
applicables".

2.5.5 Utilisation du logo


Résumé :
Préciser si le logo est utilisé ou non
Si elle est utilisée, indiquez comment et où elle est utilisée
Confirmez qu'il est utilisé correctement

2.5.6 Gestion des allergènes


(C, E, FI, G, I, K)

Résumé : voir 10.3 Gestion des allergènes


Plan de gestion des allergènes de référence
Détailler les allergènes présents
Les allergènes sont-ils détaillés dans le système HACCP ?
Mesures détaillées utilisées pour prévenir la contamination croisée
Précisez quelles étiquettes sont échantillonnées et si elles sont
conformes à la législation La gestion des allergènes inclut-elle
la cantine/les aliments personnels ?
Y a-t-il des allergènes sur le site qui ne sont pas couverts par l'étude - si oui, type de détail, et si
l'étude HACCP intègre ces risques potentiels

2.5.7 Surveillance de l'environnement (C, I, Exemple si non applicable :


K) Hors du champ d'application
(ne concerne pas
FCC)
Résumé :

Allergènes
Des tests sont réalisés pour valider le nettoyage et le séquençage des productions. Un planning est
établi pour la vérification de l'efficacité des bonnes pratiques (vidange des lignes, nettoyages des
pelles)

60 sur 67
:
- Sur des formules poudres : le lavage humide garantit l’absence d’allergène (validation 1 par
machine et par équipements/an en surface) pour l’étape trémie+mélangeur ; le lavage à sec
garantit l’absence d’allergène pour l’étape conditionneuse Wolf (validation 1 par machine par
mois sur la formule suivante)
- Sur des liquides : le lavage humide garantit l’absence d’allergène (validation 1 par machine
et par équipements/an en surface) pour l’étape trémie+mélangeur
- Sur de colorants : le lavage humide garantit l’absence d’allergène (validation 1 par machine
et par équipements/an en surface) pour l’étape mélangeur
Les résultats sont conformes en 2019 (juin, juillet et octobre)

A chaque nouvel allergène, une vérification systématique de l'efficacité du nettoyage est réalisée.
Pas de nouvel allergène depuis le dernier audit

Microbiologiques
Des contrôles sont réalisés sur les mains du personnel : toutes les personnes sont contrôlées une
fois par an. Tous les résultats levures moisissures et Coliformes sont conformes en 2019.
Des contrôles de surface sont réalisés : environ 30 contrôles dans l'année : tous conformes sur les
même germes que les mains
le contrôle est effectué en interne

2.5.8 Formulation du produit (D)


Résumé :
Procédure de référence qui répond à cette exigence
Indiquer le nombre de produits formulés
Détailler les ingrédients utilisés qui peuvent avoir des effets néfastes sur la santé animale, et comment
ils sont contrôlés

2.5.9 Transport et livraison (FI)


Résumé : voir 16 Entreposage
Détailler les conditions qui visent à minimiser la contamination potentielle pendant le transport et la
livraison
Les véhicules utilisés sont ceux de prestataires sous contrat :
- véhicules froid positif
- véhivules froid négatif
Fréquence d’inspection :
Documents d’enregistrements :
Les véhicules, convoyeurs et conteneurs fournissent bien une protection contre la détérioration ou la
contamination du produit.

Pour les transporteurs il existe des cahiers des charges complétés par une charte incluant les
clauses SDA et Food Défense pour le transporteur utilisé.
En 2019 : 19 réclamations fournisseurs sur 59 (au 22/10/19) concernaient un risque « sécurité
alimentaire/bactériologie ».
 9 réclamations pour défaut de transport (sacs percés, palettes abîmées…)
 3 réclamations pour cause de défaut bactériologique
 6 réclamations pour cause de corps étranger (dont 1 correspondant à des enquêtes
globales de différents fournisseurs)

61 of 67 Rapport audit étape 2 test FSSC 22000 v1.2


62 sur 67
L'audit est basé sur l'échantillonnage

L'audit lui-même et le présent rapport ne représentent que l'étendue de l'évaluation qui a


eu lieu dans le temps imparti ; en tant que tels, ils constituent un échantillon. Ils ne
couvrent que ce qui est devenu évident à l'époque.

63 of 67 Rapport audit étape 2 test FSSC 22000 v1.2


5 NON-CONFORMITÉS
5.1 NON-CONFORMITÉS CRITIQUES

# Exigence Trouver des détails Correction Analyse des causes Plan de mesures
Référence (déclaration de NC et preuves (pour traiter la question profondes correctives
(std., clause) objectives) immédiate) (déterminer la raison pour (action pour éviter la
laquelle elle est apparue) répétition ; personne
responsable, date limite
d'achèvement)

1 Par exemple : Fournir une déclaration claire de la Complété par l'organisation Complété par l'organisation Complété par l'organisation
ISO 22000:2018 modification de l'exigence

§7.1 Fournir des preuves objectives détaillées


Indiquer l'impact potentiel ou réel sur la
sécurité alimentaire

Accepté par : Nom de l'auditeur principal Date d'acceptation : jj/mm/aaaa

Examen des preuves de correction/rectification :


Indiquez la date de réception de la RCA de l'organisation
Indiquez si les corrections sont suffisantes pour éviter des problèmes immédiats de sécurité alimentaire et quelles preuves objectives ont été fournies
Déterminer si la cause profonde est suffisante pour répondre à la constatation et commenter l'efficacité de l'analyse de la cause profonde
Déterminer si la PAC est suffisante pour éviter que la situation ne se reproduise et quelles preuves objectives ont été fournies
Si la CAR est insuffisante, fournir des détails et retourner à l'organisation pour la mettre à jour et la soumettre à nouveau

Date de la suspension : jj/mm/aaaa

Date du nouvel audit prévu : jj/mm/aaaa

64 sur 67
Remarque : les rapports de mesures correctives pour les non-conformités mineures, majeures et/ou critiques peuvent faire partie intégrante du rapport d'audit ou constituer un
document distinct. Le CAR peut être un formulaire propre à l'organisation, provenant de son SGSF, ou un formulaire émis par le CB, selon le processus du CB. L'objectif est que
toutes les informations pertinentes soient fournies par l'organisation et que l'auditeur examine la RCA en même temps que les preuves objectives.

65 sur 67
5.2 NON-CONFORMITÉS MAJEURES
Non-conformités majeures

# Exigence Trouver des détails Correction Analyse des causes Plan de mesures
Référence (déclaration de NC et preuves (pour traiter la question profondes correctives
(std., clause) objectives) immédiate) (déterminer la raison pour (action pour éviter la
laquelle elle est apparue) répétition ; personne
responsable, date limite
d'achèvement)

1 Par exemple : Fournir une déclaration claire de la Complété par l'organisation Complété par l'organisation Complété par l'organisation
ISO 22000:2018 modification de l'exigence

§7.1 Fournir des preuves objectives détaillées


Indiquer l'impact potentiel ou réel sur la
sécurité alimentaire

Accepté par : Nom de l'auditeur principal Date d'acceptation : jj/mm/aaaa

Examen des preuves de correction/rectification : Résultat de l'audit de suivi :


Indiquez la date de réception de la RCA de l'organisation Déterminer si la PAC est suffisante pour empêcher la réapparition de la
Indiquez si les corrections sont suffisantes pour prévenir les problèmes de sécurité alimentaire et quelles preuves et quelles preuves objectives ont été fournies
objectives ont été fournies Résultat de l'audit de suivi -
Déterminer si la cause profonde est suffisante pour répondre à la constatation et commenter l'efficacité de l'analyse de a) certification non recommandée ;
la cause profonde b) certification recommandée,
Si la CAR est insuffisante, fournir des détails et retourner à l'organisation pour la mettre à jour et la soumettre à c) Il est recommandé de maintenir la certification ;
nouveau d) la suspension du certificat ;

Date de l'audit de suivi : jj/mm/aaaa


Note : Ajouter des tableaux supplémentaires si nécessaire

66 sur 67
5.3 NON-CONFORMITÉS MINEURES
Non-conformités mineures

# Exigence Trouver des détails Correction Analyse des causes Plan de mesures correctives
Référence (déclaration de NC et (à adresser à profondes (action pour éviter la répétition ; personne
(std., clause) preuves objectives) immédiate) (déterminer la responsable ; date limite d'achèvement)
raison pour laquelle
elle est apparue)

1 Par exemple : Fournir une déclaration claire de Complété par Complété par Complété par l'organisation
ISO 22000:2018 la modification de l'exigence l'organisation l'organisation

§7.1 Fournir des preuves objectives


détaillées
Indiquer l'impact potentiel sur la
sécurité alimentaire

Révisé par : Date d'acceptation :


Indiquer si les corrections sont suffisantes pour prévenir les problèmes de sécurité alimentaire et quelles preuves objectives
ont été fournies Déterminer si la cause profonde est
suffisant pour répondre aux conclusions et aux commentaires sur l'efficacité de l'analyse des causes profondes
Lorsque la CAR est insuffisante, fournir des détails et retourner à l'organisation pour mettre à jour et
soumettre à nouveau
Déterminer si la PAC est suffisante pour éviter que la constatation ne se reproduise

Examen des preuves de correction :


Note : Ajoutez des lignes supplémentaires si nécessaire. Toutefois, les constatations communes sont examinées afin de déterminer si, collectivement, elles entraîneraient une
non-conformité majeure. Supprimez les lignes non utilisées.

67 sur 67