Vous êtes sur la page 1sur 7

Statuts du Parti communiste français, adoptés par le Congrès extraordinaire du Parti,

les 15, 16, et 17 mai 1921.


ARTICLE PREMIER. — Le Parti est fondé sur les principes suivants.
Entente et action internationale des travailleurs ; organisation politique et économique
du prolétariat en parti de classe pour la conquête du pouvoir de haute lutte sur la
bourgeoisie, et la socialisation, par la dictature prolétarienne, des moyens de production
et d'échange. C'est-à-dire la transformation de la société capitaliste en une société
communiste.
ART. 2 — Le titre du Parti est « Parti communiste, section française de l'internationale
communiste ».
ART. 3. — Les adhérents acceptent les principes, les statuts, la tactique et la discipline
du Parti.
Organisation du Parti. Rapports avec les Syndicats.
ART. 4. — Les membres du Parti forment, dans chaque commune, une section. Ils
doivent être porteurs de la carte du Parti et acquittent leur cotisation au profit du Parti,
par l'entremise de la section de la commune où ils ont leur résidence ou leur domicile.
Nul ne peut être porteur de plus d'une carte du Parti.
Les adhésions sont reçues par la section. En cas de contestation la Fédération décide.
ART. 5. — Paris, Lyon, Marseille, pourront être divisées en plusieurs sections.
Ces divisions devront être proposées par leur Fédération et approuvées par le Comité
directeur.
Les sections communales peuvent former, pour des raisons territoriales, des groupes ou
sous-sections, mais il ne saurait y avoir d'action publique du Parti en dehors de la
section.
ART. 6. — Les membres du Parti devront obligatoirement appartenir au syndicat ouvrier
de leur profession s'ils sont syndicables ; ils ont également le devoir d'appartenir à la
coopérative de leur localité et de faire, dans ces milieux, une action en accord avec la
conscience et les principes du communisme.
ART. 7. — Le prix de la carte annuelle sera fixé par le Congrès National ; la cotisation
mensuelle est perçue au moyen de timbres mobiles délivrés aux Fédérations à un prix
qui sera fixé dans les mêmes conditions.
ART. 8. — Les Sections se constituent dans Chaque département en une Fédération
unique ayant son administration fédérale.
Pour généraliser la propagande et intensifier l'action, les fédérations peuvent se grouper
en une union régionale dont la création doit être approuvée et les statuts particuliers
ratifiés par le parti. En aucun cas, l'union régionale ne pourra se substituer aux
fédérations et se proposer d'autres objets que ceux pour lesquels elle aura été
constituée.
ART. 8. — Une Fédération ne peut être constituée si elle ne compte au moins cinq
Sections comprimant un minimum total de cent membres.
ART 10. — Les Sections d'un département où il n'existe pas de Fédération devront
adhérer â la Fédération d'un département voisin.
ART. 11. — Les Fédérations, en adhérant au Parti, s'engagent à en faire respecter la
discipline, les principes et le programme ainsi que les décisions des congrès nationaux
et internationaux.
ART. 12. — Les Fédérations ne peuvent pas introduire dans leurs statuts des dispositions
contraires au règlement du Parti.
ART. 13. — Nul ne peut être membre du Comité directeur, délégué permanent à la
propagande, délégué au Congrès national ou au Conseil national, candidat aux élections
législatives, directeur, administrateur ou rédacteur en chef d'un journal du Parti, s'il n'a
pas trois années au moins de présence ou Parti.
ART 14. — Les candidats aux élections législatives seront présentés par la Fédération. La
liste en sera soumise au Comité directeur, qui pourra procéder à des radiations
motivées, mais seule la Fédération désignera les remplaçants.
ART. 15. — Tout candidat doit signer l’engagement d'observer les principes du Parti et
les décisions des Congrès nationaux et internationaux. Cet engagement est rédigé et
signé en double exemplaire dont l'un est déposé au secrétariat de la Fédération, l’autre
au secrétariat du Parti.
ART. 16. — L'élu qui, pour une cause quelconque, quitte le Parti ou en est exclu, doit se
démettre de son mandat.
ART. 17. — Les Sections ou Fédérations ne pourront organiser de conférences, réunions
ou fêtes publiques à caractère politique avec le concours d'orateurs étrangers au Parti
sans qu'un membre du Parti soit régulièrement mandaté pour y prendre la parole.
Les orateurs et propagandistes du Parti ne pourront prêter leur concours à une
conférence, réunion ou fête publique organisée en dehors du Parti, sans l'assentiment
préalable des groupements locaux et au besoin de la Fédération et, s'il y a lieu, du
Comité directeur.
Congrès national
ART. 18. — La majorité exprimant la volonté souveraine du Congrès national dirige le
Parti.
Le Parti reconnaît le droit de libre discussion pour les minorités qui peuvent exister dans
son sein.
Pour toutes les assemblées délibérantes (Congrès et Conseils fédéraux, Congrès et
conseils nationaux), chaque section désigne ses délégués selon la règle de la
représentation proportionnelle après un débat et un vote permettant à chaque
adhérent d'exprimer son opinion et de manifester sa volonté en toute indépendance.
ART. 19. — Les délégués au Congrès national sont élus par les Congrès des Fédérations.
Chaque Fédération établit elle-même le mode de nomination de ses délégués. La
minorité, s'il y en a une, a droit à une représentation proportionnelle.
Ne pourront participer aux travaux du Congrès que les deux délégués titulaires ou
suppléants régulièrement nommés par les Fédérations et dont les noms auront été
communiqués par les secrétaires fédéraux.
ART. 20. — Chaque Fédération a droit à une représentation proportionnelle au nombre
de ses membres cotisants.
En conséquence chaque Fédération aura :
1° Un mandat de droit ;
2° Un mandat par 25 cotisants.
ART. 21. — Chaque Fédération a droit à un délégué par 20 mandats au plus et fraction
de 20 supérieure à 10.
ART. 22. — Les mandats sont calculés sur le nombre de cartes du Parti délivrées au cours
de l’année précédente. Celles-ci n'entrent en compte dans le calcul des mandats que
dans la mesure où le nombre de timbres pris pour chacune d'elles est égal à huit.
ART. 23. — Dans les délibérations du Congrès national le vote par mandat est de droit
s'il est réclamé par le quart des mandats représentés.
ART. 24. — Le Congrès national doit être convoqué au moins trois mois à l'avance, sauf
les cas d'extrême urgence.
Le Comité directeur désigne le lieu où se tiendra le Congrès.
ART. 25. — Le groupe communiste au Parlement présente chaque année un rapport au
Congrès national, rapport publié et adressé aux Fédérations au moins six semaines avant
l'ouverture du Congrès.
Pour répondre aux observations qui pourraient être présentées, le groupe
parlementaire sera représenté au Congrès par une délégation de deux élus au moins et
de cinq au plus. Cette délégation aura voix consultative.
Conseil national
ART. 26. — Chaque année, le Congrès désigne une Commission de contrôle, des finances
et des comptes.
Cette Commission se compose de neuf membres, dont un tiers au plus d'élus au
Parlement.
Elle a droit de se faire représenter par une délégation de deux membres au Conseil
national et au Congrès, avec voix consultative.
Elle est chargée de veiller à la régularité et à la sincérité des opérations financières des
services centraux du Parti.
Elle présente un rapport au Congrès national.
ART. 27. — Le Congrès désigne également une Commission des conflits.
ART. 28. — Dans l’intervalle des Congrès nationaux, le Parti est régi par le Comité
directeur. Celui-ci est contrôlé par le Conseil national. En cas de désaccord entre le
Comité directeur et le Conseil national, un Congrès national sera convoqué dans le délai
d'un mois. Dans ce cas, le Comité directeur n'aura que voix consultative.
ART. 29. — Le Conseil national est constitué par les délégués des Fédérations et le
Comité directeur élu par le Congrès national.
ART. 30. La représentation des Fédérations est calculée sur le nombre de leurs mandats
au Congrès du Parti. En conséquence, chaque Fédération aura droit à deux délégués
jusqu'à 40 mandats et un délégué en plus par 40 mandats en plus et fraction plus grande
que 20.
ART. 31. — Nul ne peut être délégué titulaire d'une fédération au Conseil national s'il
n'est membre de cette Fédération. Exception est faite pour les Fédérations d'outre-mer.
Les délégués au Conseil national sont élus pour un an sauf le cas de suspension de
mandat par la Fédération, conformément à ses statuts.
ART. 32. — Le Conseil national sera convoqué en réunion ordinaire deux fois par an, en
réunion extraordinaire chaque fois que la demande en sera faite par le quart des
membres du Conseil ou que le Comité directeur le jugera utile.
Comité directeur
ART. 33. — Dans l’intervalle des Congrès, le Parti est dirigé et administré par le Comité
directeur, selon les décisions du dernier Congrès pour l'application desquelles il doit
prendre toute initiative.
ART. 34. — Le Comité directeur est compose de vingt-quatre membres élus par le
Congrès national ordinaire, à la majorité.
L'élection se fera à la majorité absolue aux deux premiers tours de scrutin et à la majorité
relative au deuxième tour. Le scrutin aura lieu publiquement, et par mandat.
Le Comité directeur devra se composer en majorité de syndiqués. L'élément féminin y
sera représenté.
Il ne peut compter plus de quatre parlementaires.
ART. 35. — Le Comité directeur nomme et désigne le secrétaire général, le secrétaire
international, la secrétaire du Comité féminin central, le trésorier et leurs adjoints, les
délégués à la propagande, la secrétaire du Comité féminin.
Il nomme également le directeur de toutes les publications centrales appartenant au
Parti.
Groupe parlementaire
ART. 36. — Le groupe parlementaire dont la tâche essentielle est toute de propagande
dans le pays et de critique et d'opposition au Parlement, a le devoir de dresser
systématiquement la volonté révolutionnaire du Parti contre la force gouvernementale
et l'action politique de toutes les autres fractions parlementaires.
Les élus sont, pour les besoins de la propagande, à l'entière disposition du Comité
directeur.
ART. 37. — Les membres du groupe parlementaire acceptent la discipline du Parti dont
ils ne sont, au Parlement, que les délégués toujours révocables.
Le travail et l'action du groupe parlementaire sont soumis au contrôle incessant du
Comité directeur. Dans ce but, une délégation permanente, nommée par le Comité
directeur et comprenant des membres non députés, doit assister aux séances du groupe
parlementaire. Le secrétaire du groupe parlementaire doit, en temps utile, porter à la
connaissance du secrétaire général du Parti toutes les questions engageant la politique
du Parti sur lesquelles le groupe doit se prononcer. Le Comité directeur les étudie
d’accord avec le groupe parlementaire. La décision du Comité directeur fait loi pour le
groupe parlementaire.
ART. 38. — Les membres du groupe communiste au Parlement sont tenus à une
cotisation mensuelle de 250 francs, savoir : 100 francs au Parti et 150 francs au trésorier
de la Fédération qui devra, obligatoirement, les affecter à la constitution d'un fonds de
propagande.
Elus départementaux et municipaux
ART. 39. — Tous ces élus doivent leur action au Parti. Ils ne pourront, sans motif valable,
refuser les délégations qui leur seront dévolues. La validité des excuses est sous le
contrôle des organismes du Parti d’où ils dépendent, notamment du Comité directeur
et du Congrès.
ART. 40. — Les organisations nationale, régionale ou fédérale, d'élus départementaux
ou municipaux, fonctionnent sous le contrôle des Fédérations, du Comité directeur et
du Congrès.
Commission des conflits
ART. 41. — A la base pour les conflits individuels ou locaux, une Commission mixte
nommée par les parties et présidée par un tiers arbitre instruit l'affaire. Tout conflit non
réglé amiablement est évoqué à la Commission des conflits.
ART. 42. — La Commission des conflits est composée de 11 membres, elle a pleins
pouvoirs pour connaître des conflits qui n'ont pas été amiablement réglés par la
procédure arbitrale. Elle peut évoquer elle-même tout conflit ou en être saisie par le
Comité directeur.
L'appel de ses jugements peut être interjeté devant le Congrès national. Cet appel n'est
pas suspensif.
Les sanctions applicables sont le blâme, l’exclusion temporaire, l'inéligibilité temporaire
aux postes de confiance du Parti, la radiation. Un membre radié ne peut être réintégré
que par décision du Congrès national, la Fédération de l'intéressé entendue.
Presse
ART. 43. — Les quotidiens ou périodiques qui sont ou seront la propriété du Parti ou
d’organismes du Parti, sont ou seront placés sous le contrôle politique et administratif
de ces organismes, et en tout cas du Comité directeur, ainsi que du Congrès du Parti.
ART. 44. — Les organes du Parti exprimeront la politique de la majorité, telle qu'elle aura
été adoptée au précèdent Congrès, qu'il s'agisse de question de doctrine, de méthode
ou d’action.
ART. 45. — Le Parti ou les Fédérations peuvent créer des organes de discussion
doctrinale réservés à leurs membres dans lesquels la controverse est entièrement libre.
ART. 46. — Les membres du Parti collaborant à des journaux ou périodiques
n'appartenant pas au Parti sont sous le contrôle des divers organismes dont ils
dépendent personnellement et tout particulièrement du Comité directeur ainsi que du
Congrès du Parti.
Les parlementaires, les délégués permanents, les fonctionnaires et les journalistes du
Parti ne pourront recevoir qu'un seul traitement fixé par les organismes responsables
du Parti. Les cas d'espèces seront examinés par le Comité directeur.
Jusqu’au 1er janvier 1922, le titre du Parti sera P. S. S. F. I. C. [Parti socialiste. Section
française de l'Internationale communiste].
Action des femmes communistes
ART. 47. — Pour intensifier la propagande auprès des femmes et le recrutement féminin,
le Parti décide de créer dans chacun de ses organismes essentiels, une section féminine.
Ces sections féminines constituent des centres de propagande et d'études mais ne
peuvent avoir d’action qu'à l'intérieur du Parti ou sous son contrôle.
ART. 48. — Dans chaque section, dons chaque fédération, une Commission en majorité
féminine devra assurer la propagande auprès des femmes.
ART. 40. — Une conférence des femmes communistes aura lieu lors de chaque Congrès.
En outre une conférence extraordinaire pourra être convoquée en même temps que le
Conseil national ou dans l'intervalle des Congrès sur décision du Comité directeur.
ART. 50. — Un Comité central d’action féminine de neuf membres, formé en majorité
de femmes, fonctionnera au siège du Parti. Trois membres du Comité directeur en feront
partie.
ART. 51. — Les présents statuts pourront être révisés sur l’initiative du Comité directeur
ou à la demande du quart des fédérations constituant le Parti.

Source : "Le Congrès administratif du Parti a discuté hier sur la propagande et voté les
25 premiers articles des Statuts", L'Humanité, 17 mai 1921, pp. 1-2.
"Les premières Assises du Parti ont pris fin. Les Statuts définitifs sont établis. L’accord
est complet entre le Parti et les Jeunesses", L'Humanité, 18 mai 1921, pp. 1-2.
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k400035q/f1.item
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k400035q/f2.item
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4000363/f1.image
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4000363/f2.item