Vous êtes sur la page 1sur 19

Maître d'œuvre

PROJET DE CREATION D'UNE


SEMOULERIE A ………….: ETUDE DE
FAISABILITE

Juillet 1999

1
FICHE TECHNIQUE

- Dénomination : Moulin de …..

- Localisation : Ville de ……….

- OBJET : Production de semoules et de farines de


blé dur.

- Capacité : Ecrasement : Qx/An


Qx/J

:
: Production: semoules : Qx/ j
: : farines : Qx/ j
: : Son : Qx/ j

- Matière première : blé dur local (Tadla, El Kalaâ,


Khouribga, Chaouia) et d'importation

- Coût d'investissement : 22 943 788 Dh dont


* Capitaux propres : 11 471 894 Dh
* Prêt bancaire : 11 471 894 Dh

- Rentabilité :
ère
* Résultat net 1 année : Error: Reference source not found
Dh/An durant les cinq première années (exonération d'impôt sur les
sociétés)
* Seuil de rentabilité ::%

2
FICHE TECHNIQUE ......................................................................................................2
I. INTRODUCTION........................................................................................................4
II. ETUDE ECONOMIQUE............................................................................................4
II.1 APPROVISIONNEMENT.....................................................................................................5
II.1.1- PRODUCTION LOCALE.................................................................................................5
II.1.2- COMMERCIALISATION.................................................................................................6
II.1.3- IMPORTATION............................................................................................................6
II.1.4- PRIX DE BLÉ DUR.......................................................................................................6
II.2 CONSOMMATION ...........................................................................................................7
II.3 COMPARAISON DES COÛTS DE REVIENT AVEC CEUX DE CASABLANCA ....................................7
II.4 CAPACITÉ DE L'UNITÉ ....................................................................................................8
III. ETUDE TECHNIQUE .............................................................................................8
III.1 RECEPTION ET PRETTOYAGE .........................................................................9
III.2 NETTOYAGE ET CONDITIONNEMENT...........................................................9
III.3 MOUTURE..............................................................................................................9
III.4 ENSACHAGE ......................................................................................................10
III.4.1 ENSACHAGE DES PRODUITS.......................................................................10
III.4.2 ENSACHAGE DU SON....................................................................................10
III.4.3 SOCIETES DE COMMERCIALISATION DU MATERIEL ..........................10
IV. ETUDE FINANCIERE...........................................................................................11
IV.1 PROGRAMME D'INVETISSEMENT.................................................................11
IV.1.1 IMMIBOLISATIONS........................................................................................11
A- FRAIS D'ÉTABLISSEMENT...................................................................................................11
B- CONSTRUCTION (TERRAIN , GÉNIE CIVIL ), INSTALLATION ÉLECTRIQUE ET MATÉRIEL DE LUTTE
CONTRE L'INCENDIE)............................................................................................................11
C- )..................................................................................................................................11
D- MATÉRIEL DE PRODUCTION ET MATÉRIEL DE CONTRÔLE DE LA QUALITÉ (LABORATOIRE)............11
E- MATÉRIEL ROULANT.......................................................................................................11
F- MATÉRIEL ET MOBILIER DE BUREAU...................................................................................11
IV.1.2 BESOINS EN FOND DE ROULEMENT.........................................................12
IV.1.3- BESOINS EN FINACEMENT.........................................................................13
IV.2 EXPLOITATION PREVISIONNELLE...............................................................14
V.1.3- CONCLUSION..................................................................................................19

3
I. INTRODUCTION
Le secteur de la minoterie industrielle constitue un secteur important sur le plan
économique et de la sécurité alimentaire. Il compte actuellement …. unités environ. Ce
nombre se décompose comme suit:
- 127 minoterie industrielle à blé (principalement à blé tendre) d'une
capacité de …. millions de Qx
- … semoulerie (minoterie à blé dur). ) d'une capacité de ….. millions de
Qx
- … orgerie) d'une capacité de …. millions de Qx

Les écrasements de céréales de ce secteur est d'environ …. millions de Qx dont …


millions Qx de blé tendre 6 millions Qx de blé dur et 0,6 millions Qx d'orge. Cette
production assure une disponibilité sûre et une protection contre les importations de
farines et de semoules qui sont à valeur ajouté plus élevée et dont la manutention est plus
difficile et la conservation plus risquée.

En raison de l'implantation du projet et du nombre de semoulerie dans la région du


centre, il est nécessaire de faire une étude du potentiel du projet. En effet, la région de
……. est rattaché à la région du centre où il existe le plus grand nombre de semouleries.
La semoulerie la plus proche se trouve à ……….

II. ETUDE ECONOMIQUE


Tout d'abord situons la répartition des minoteries industrielles à blé. Celle ci se
présente comme suit:

Tableau 1: nombre d'unités de production (données


2000!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Région Semoulerie Minoterie Orgerie Total


Nbre (%) Nbre (%) Nbre (%) Nbre (%)
Centre 25 43 25 43 8 14 58 37
Centre sud 7 41 10 59 0 17 11
Tensift 4 19 14 67 3 14 21 13
Centre nord 5 22 18 78 0 23 15
Nord ouest 2 10 19 90 0 21 13
Sud 0 8 80 2 20 10 6
Oriental 0 7 100 0 7 4
Total 43 27 101 64 13 8 157 100

4
Sur le plan de l'évolution des écrasements, la figure n°1 permet de constater que
cette évolution décrit une croissance pratiquement exponentielle, depuis que ces unités
(anciennes MICS ou minoterie à céréales secondaire) ont été autorisé à écraser le blé dur
à partir de 1985.

Par ailleurs, la courbe permet d'estimer que si cette tendance se maintient, les
écrasements atteindraient 12 millions de Qx, dans 6 ans.(2004). Comme le potentiel
d'écrasement des minoteries à blés dur n'est actuellement que de 5 millions de Qx,
l'opportunité du projet d'installation d'une minoterie à blé (ou semoulerie) est
amplement justifiée sur le plan nationale. Il reste néanmoins le potentiel des minoteries à
blé tendre dont
certaines peuvent écraser le blé dur.

Figure 1: Evolution des écrasements de blé dur (85-97)

6000000

y = 24759x 2 - 59498x
R2 = 0,9572
5000000

4000000

3000000
QX

2000000

1000000

0
84-85 85-86 86-87 87-88 88-89 89-90 90-91 91-92 92-93 93-94 94-95 95-96 96-97 97-98

-1000000
CAMPAGNE

En fait, en raison de la nécessité de recourir à l'utilisation de blé dur d'importation et


donc des frais de transport du port de Casablanca à …….., le projet ne peut être rentable
à première estimation que si la semoulerie recours dans ses utilisation au blé dur local. Il
est aussi possible de considérer un prix plus élevé pour le son vendu localement par
rapport à celui produit par les éleveurs de la région à partir de Casablanca (frais de
transport).

II.1 Approvisionnement
La zone du projet est située dans une zone agricole à potentiel
appréciable. La ville se trouve au sein d'un périmètre irrigué et fertile.
Ainsi, l'approvisionnement de la semoulerie peut être effectuée en
parte, à partir de la région elle même. Mais le recours à l'importation est envisageable
pour plusieurs raisons dont la sécheresse, le taux de collecte (commercialisation sur
production ne dépssant pas 2%) et la qualité de récolte nationale.
II.1.1- Production locale

5
La tableau n°2 donne une estimation des potentialités de
production de la région

Tableau 2 : Production en blé dur de la région


Année Production en 1000 Qx Total
Khouribga El Kalaâ Béni Méllal
1994 352,1 702,2 533,5
1995 3,8 111,3 140,9
1996 428,4 879,7 639,1
1997 177,5 301,2 243,0
1998 189,2 238,8 274,5
Moyenne

II.1.2- Commercialisation
Toute la production de blé dur de la région n'est pas
commercialisée. En effet, d'après les données de l'ONICL en moyenne (sur cinq ans)
seulement 2 % environ de la production est commercialisée. Mais il faut prendre ces
chiffres avec beaucoup de précautions, car la commercialisation (déclaration obligatoire
de l'acheteur) induit le paiement d'une taxe de 1,90Dh/Ql qui peut expliquer pourquoi ces
chiffres sont très bas. Ainsi selon la moyenne de production de la zone considérée
( Khouribga, Béni-mélla et El Klaâ), la commercialisation serait d'environ 20860Qx.

Dans tous les cas, il est préférable d'agir efficacement au niveau de


la collecte ou même en passant des contrats de production avec les agriculteurs (choix de
variété, moisson sans défaut, etc).

L'agriculteur peut soit vendre directement à l'utilisateur, soit aux


coopératives ou aux commerçants (grands agriculteurs grands agriculteurs), soit aux
collecteurs (au niveau de la propriété ou du souk). Ces collecteurs se chargent ensuite de
revendre aux utilisateurs, aux coopératives ou aux commerçant, moyennant la couverture
des frais d'approche, de transport et un bénéfice acceptable. Ces collecteurs procèdent
néanmoins au mélange des blés durs ce qui réduit leur qualité.

II.1.3- Importation.
Du fait de la proximité du port de Casablanca, la ville de ………..
peut être facilement approvisionnée à partir de blé dur d'importation, soit pour des raisons
de qualité soit en raison de l'indisponibilité en quantité suffisante de blé dur local.

Le coût du transport par voie ONT (absence de chemin de fer) est


d'environ X dh/TM (Z Kilomètres)

L'approvisionnement en blé dur d'importation peut soit être


effectuée auprès des importateurs en céréales (Ben Rébéa, Raissi, Forafric, UNCAM,
Orbonor, somacéréal, Grderco, Aberjel, Cargill, Kaïmi, Agrimpex, Gromic, Cérélex, etc.)
soit en s'associant à l'APSM (association Professionnelle des Semouliers du Maroc) pour
importer en commun et répartir entre associés.

II.1.4- Prix de blé dur.


Les prix du blé dur sont libres depuis 1988. Ils varient en fonction
de l'offre et de la demande (et de la qualité). Mais le soutien des prix du blé tendre joue
par ricochet sur ceux du blé dur. Il en est de même de la formule retenu pour calculer les
équivalents tarifaires. Les prix à l'import sont actuellemnt d'environ ….Dh/Ql (port
casablanca).

6
II.2 Consommation
La consommation peut être estimé selon deux façon, soit selon
l'estimation découlant de l'enquête nationale de la consommation de 1984, soit en se
basant sur la commercialisation approximative des commerçants grossistes en produits de
blé dur de la région.

D'après les données l'enquête sur la consommation des ménages


de 1984, cette consommation est de l'ordre de 0.382.Kg/Ha/An. D'autres données
disponibles sur la commercialisation des grossistes de certaines régions permettent
d'estimer cette consommation (Cf.Tableau 3) à 0,32 Kg/Ha/An

Tableau 3: consommation en produits de blé dur dans


deux régions

Ville/Localité Nombre d'habitant (1998) Consommation Quantité(Kg//Ha/An


(Ql/An)
Tanger 627 963 180 000
Larache 440 000 156 000
Moyenne

Entre ces deux estimations nous optons plutôt pour leur moyenne, soit 0,35
Pour estimer le besoin de la région, qui sera desservie par la semoulerie, nous
allons considérer unquement la moitié de la population de la province de Béni-Méllal est
de : 869748 Habitants en 1994 soit Habitants actuellement.
- la population de la province à deservir est donc :
habitants
- la capacité d'écrasement prévisionnelle est donc :
168 644 Qx/An

II.3 Comparaison des coûts de revient avec ceux de


Casablanca
La production de la semoulerie devrait être écoulée en premier lieu au
niveau de la région. Ainsi, les grossistes de cette région devraient trouver un avantage
quelconque pour s'approvisionner au niveau de la nouvelle semoulerie. Ces avantages
peuvent être soit d'ordre du prix de la marchandise soit au niveau de la qualité, soit au
niveau du service à qualité et à prix égal.

Nous n'étendrons pas sur l'aspect qualité qui est primordial et qui doit
être assuré à un minimum nécessaire. Nous n'évoquerons pas la question du service qui
est une fonction marketing qui peut être perfectionnée. Mais voyons la question du prix
qui est déterminante pour la rentabilité du projet et qui est incompressible

Tableau 4: Point d'équilibre de la concurrence par


rapport à Casablanca

Ville Prix BD Frais de Rendement Prix de vente Bénéfice


Local Import mouture Semoule Farine Son Semoule Farine Son
Casa 316 20 60 20 20 4,5 4,3 1,5
…… 280 325,79 20 60 20 20 4,5 4,3 1,7

7
Données:
- Prix du blé dur local: 280
- Prix du blé dur import: 316
- Frais de mouture: 20
- Frais de transport Casa- Zone d'installat° (Dh/Ql)
Blé: 9,79
Farine/semoule: 9,97
- Part de blé dur import : 80%(0,80)

Ce tableau montre qu'au niveau des prix de transport pratiqués entre


Casablanca et …………., l'opération est rentable aux conditions suivantes:
- Utilisation en partie du blé dur local (plus le taux d'utilisation
du blé local est élevé plus on est bénéficiaire, en considérant l'équivalent tarifaire actuel).
- Prix de son au niveau local plus élevé de 0.2 Dh/Ql (en
considérant son transport de Casablanca à FBS)

II.4 Capacité de l'unité


Selon les données relatives à la consommation de la région, les besoins
(en produits) sont de 168 644 Qx., soit avec un rendement de 80% en produits (semoules
et farines), un capacité d'écrasement de l'ordre de :
- Capacité annuelle de : qx/an
- Capacité par jour (de 16 H) : Qx/ jour

Cette capacité peut ne pas être utilisée en totalité en première phase, en


attendant de connaître le marché et de consolider les relations avec la clientèle. Il faut
également prévoir une possibilité d'extenssion des instllation par la suite (prévoir au
niveau du contrat avec le fournisseur/installateur du matériel.

III. ETUDE TECHNIQUE


L'opération de mouture des grains a pour but de séparer l'amande
des enveloppes. Cette séparation doit être aussi fine et efficace que
possible. La grain ne peut pas être traité tel qu'il rentre à l'usine. Il doit être
en premier nettoyé efficacement (l'opération de nettoyage est encore plus
importante pour le blé dur). Après cela le grain doit être préparé à la
mouture ().

La conditionnement a deux objectifs: le premier est d'assouplir les


enveloppes (le son) et de les rendre facile à étaler et à aplatir. Le deuxième
est variable selon que le grain est du blé tendre ou du blé dur. Dans le cas
du BT on cherche surtout à rendre l'amande friable et facilement
détachable des enveloppes. Dans le cas du blé dur, on cherche par contre à
produire des gros gruaux (particules) à partir de l'amande.

Dans tous les cas il faut produire le minimum de son et le


maximum de produits blancs avec une pureté convenable. Plus l'opération
de mouture est conduite de façon satisfaisante, c'est à dire en incorporant
le moins possible de fragments de son dans les produits blancs et en curant
au maximum le son, plus le rendement de mouture est élevé et la pureté
des produits satisfaisante.

Pour produire des produits de bonne qualité, chaque opération


doit être conduite de façon technologiquement convenable. Le

8
conditionnement doit être adapté au grain à broyer et aux produits à
extraire, le broyage doit être bien conduit (cylindres bien futés, vitesse et
différentiel adaptés et alimentation bien répartie). Il en est de la séparation
de la boulange selon le digramme adéquat, le son doit être bien brossé
pour extraire la farine qui y colle. Dans le cas du blé dur, l'opération de
sassage est primordial. Elle est déterminante pour la pureté des semoules.
Ainsi, les sasseurs doivent être bien réglés.

Les farines extraites au niveaux des plansichters placé après


les différents appareils à cylindre (broyeurs, désagrégeurs, et
convertisseurs), sont collectés au niveau d'une ou de plusieurs vis à farines
selon le nombre et la qualité des farines à produire. Les semoules et les
produits granuleux sont extraits directement au niveau des sasseurs.

Le choix du matériel et du diagramme de mouture doit être


effectué avec une précision aussi fine que possible pour répondre au
besoin de production de farines et semoules de qualité appréciable. Aussi
faut-il engager une étude technique très poussé pour répondre à ce but.

Nous donnerons, néanmoins, une vue globale sur les


différentes composantes technologique du projet.

III.1 RECEPTION ET PRETTOYAGE


Il est nécessaire de disposer de :
- une fosse de réception : 4 fois la capacité horaire d'écrasement.
- un élévateur à godet de capacité: .2 fois .la capacité horaire
- Un échantillonneur (facultatif)
- Un magnétique
- Un tarare de pré-nettoyage : 2.la capacité horaire
- balance pour pesage du blé réceptionné entrée
- 2 cellules d'environ . Qx en tôles galvanisés (orienté de façon adéquate) qu'il
est possible de construire en 2 phases.
- Extracteurs sur silos.
- Un transporteur à chaîne

III.2 NETTOYAGE ET CONDITIONNEMENT


- Cellule tampon.
- Un élévateur à godet: 1,5 fois .la capacité horaire
- 4 Cellules de repos avec doseurs/ extracteurs. D'environQx
- Un magnétique
- balance pour pesage du blé entrée en mouture.
- Un appareil d'aspiration
- Un nettoyeur séparateur
- Trieurs pour graines rondes et longues
- Un table densimétrique: pour finaliser le nettoyage du BD
- Un épierreur
- Une brosse ou 2 selon la capacité
- Un silo tampon
- Un mouilleur intensif ou un humidificateur

III.3 MOUTURE
- balance pour pesage du blé avant B1 (avant mouture).

9
- 3 cylindres de broyage double passage (B1 à B6). Longueur de .mètres (.0,5
par 100Qx/ML/J
- 1 désagrégeur
- 1 à 2 converstisseurs (selon la quantité de farine désirée)1
- 2 plansichters à 4 compartments et 22 tamis chacun, avec tamis de … .m²
- 2 sasseurs à 1 étage d'une longuer de … mètres linéaire (M.L)
- 2 Brosses à son

III.4 ENSACHAGE
III.4.1 ENSACHAGE DES PRODUITS
- Silo tampon pour chaque produits de mouture.
- Carrousel d'ensachage avec pesage automatique
- Couseuses (étiquettes et fermeture)
- Glissière pour envoi sur camion en chargement (facultatif)
- Chambre de stockage des produits (hygiène, période de mévente, etc.)
III.4.2 ENSACHAGE DU SON
- Broyeur de déchets.
- Ensachage avec pesage automatique.
- Couseuses (fermeture).
- Magasin de stockage couvert.
-
III.4.3 SOCIETES DE COMMERCIALISATION DU
MATERIEL
Le matériel énuméré dans le présent chapitre peut être séparé en 3
catégories:
- le matériel lourd de production: ce matériel est commercialisé par un
grand nombre de sociétés étrangères qui ont leurs représentant au Maroc. Il s'agit de
BÜHLER (Suisse), Rongaglia, ……..; ……….; ……….sociétés italiennes. Il y a aussi du
matériel Français (blé tendre surtout), Tchec, etc. (Voir meunerie ou céréale ou farines
sur le Kompass ou Télécontact)

- Ces sociétés peuvent vendre la matériel clef en main. Il y des sociétés turcs
qui commercialisent certains composants également.

Le montage et les accessoires sont fabriqués ou commercialisé par des


sociétés marocaines qui se trouvent à Casablanca (….). il faut néanmoins se méfier
d'anciens chefs meuniers ou de techniciens qui exercés en meunerie et qui proposent
leurs services sans qu'ils soient coiffés par des sociétés sérieuses.
En raison du coût du matériel, la meilleure solution c'est d'acheter le matériel
complet avec mise en marche et formation du personnel (sur place et à l'étranger). il est
possible d'associer une société marocaine spécialisée en montage pour éviter les défauts
et les oublis éventuelles du montage de la société étrangère.

- Le deuxième type de matériel concerne les silos métalliques. Ces équipements


sont installés par un très grand nombre des sociétés européennes spécialisées
(particulièrement, l'Espagne et la France). Il faut prendre soins d'examiner toutes les
offres avant de s'engager.

- Le deuxième type de matériel concerne les accessoires, les moteurs et certaines


composantes qui sont fabriqués localement et d'une qualité satisfaisante. Il se pose le
problème de leur intégration dans le lot principal.

1
Selon les régions, la consommation en farines de blé dur peut varier

10
- Le dernier type de matériel concerne le matériel de laboratoire. Il y
a 2 principales sociétés (Induseq à Casablanca, Materlab à Rabat)
spécialisées en matériel de technologie des céréales et un grand nombre d
sociétés pour le matériel courant de laboratoire (Voir laboratoire sur le
Kompass ou Télécontact.

Dans tous les cas, l'ONICL peut fournir les informations nécessaires
à ce sujet.

IV. ETUDE FINANCIERE


IV.1 PROGRAMME D'INVETISSEMENT.
IV.1.1 IMMIBOLISATIONS.
a- frais d'établissement
b- Construction (terrain , génie civil ), installation électrique et matériel
de lutte contre l'incendie)
c- )
d- Matériel de production et matériel de contrôle de la qualité
(laboratoire)
e- Matériel roulant
f- Matériel et mobilier de bureau

Pour les frais d'établissement (frais de constitution du dossier


d'investissement, honoraire du bureau d'étude d'étude, enregistrement, etc.), une
estimation de 40000 Dh est donnée.

Concernant les évaluations de chacun des autres postes, les tableaux


suivants donnent les estimations y afférentes:
Tableau 5: les constructions
Nature Supérficie Prix en Dh au m² Montant (en Dh)

Achat de terrain 10000 500 5000000
Construction (Bâtiments 300 4500 1350000
moulin) 3 niveaux
laboratoire 50 1500 75000
Silos métallique à blé 625000
Silos à produits et 150000
magasins son
Bâtiments administratif. 150 1500 225000
Logement Ch.meunier 100 1500 150000
Atelier 80 800 64000
Aménagement (Parking, 150 300 45000
jardin)
Local gardien 40 1000 40000
Installation électrique: 350000
Eclair., Poste, fore motrice
Divers (imprévus) 100000
Total 8174000

11
Tableau 6: matériel de production
Type d'opération Montant
Réception 500000
Nettoyage 1000000
Mouture (cylindres, plansichters, sasseurs) 5000000
Montage, mise en marche et essais (réglage) 250000
Mouture déchets 100000
Accessoires et matériel et frais divers 500000
Tableau de commande et synoptique 250000
Matériel de laboratoire 150000
TOTAL 7750000

Tableau 7: matériel roulant


Désignation Montant (Dh)
1 Camions benne de 7 –8 tonnes 420000
1 Camions benne de 12- 15 tonnes 600000
TOTAL 1020000

Tableau 8 : Mobilier et matériel de bureau


Désignation Nombre Montant (Dh)
Mobilier de bureau 70000
Matériel de bureau (MO, Impr., Photocopie) 1 30000
Téléphone et télécopieur 2 8000
TOTAL 108000

Tableau 9: Récapitulatif du coût des immobilisations


Désignation Montant (Dh)
Frais d'établissement 40000
Constructions, installation élect. 8174000
Matériel de production 7750000
Matériel roulant 1020000
Matériel de bureau 108000
TOTAL 17092000

IV.1.2 BESOINS EN FOND DE ROULEMENT.


Il s'agit des éléments suivants:
a- Achat de matière première ( prix du BD, taxe ONICL ; frais de
manipulation, frais de transport).
b- Achat d'emballage perdus (le blé dur sera acheté de préférable en vrac
ou en sacs consignés)
c- Autres frais de fonctionnement

12
Tableau 10: Achat de matière première
Année Ecrasement (Qx/J) Prix (Dh/Ql) Besoins de 30 jrs
1 (80%) 325,79 5 492 819
2 (100%) 325,79 6 870 911

Tableau 11: Manque à encaisser sur stock produits finis


Année Ecrasement (Qx/J) Montant pour 1j Montant pour 30 J
(Dh)
1 65 760

Tableau 12: Frais de sacherie


Produit Capacité sac Quantité Nombre de sacs/ Prix unitaire Besoins de 30
(Kg) en Produits 30 Jrs (Dh)
Semoule. 25 54000 1,05 56700
& farine
Son 40 1,05 8 820
Total 1 65 520
NB: 30 jours dont 15 jours pour instance de vente et 15 jours pour
l'écoulement normal de la production.

Tableau 13: Frais de fonctionnement


Désignation Montant
Frais de personnel (un mois)
Frais d'entretien et réparation (un mois)
Frais d'assurance (un mois)
Frais de consommables (TFSE)
Frais divers de gestion 9000
Total 227 689

Tableau 14: Récapitulatif des besoins en fonds de roulement


Désignation Montant
Achat de blé dur Error:
Reference
source not
found
Emballage 65 520
Manque à encaisser sur produits 65 760
Frais de fonctionnement 227 689
Total 5 851 788

IV.1.3- BESOINS EN FINACEMENT.

13
Tableau 15: Besoin en finacement
Besoins Montant Capitaux
Part Montant (Dh)
Investissement physiques 17092000
Fonds de roulemnt 5 851 788
Total dont: 22 943 788
Capitaux propres 0,5 11 471 894
Prêt bancaire moyen terme: 0,5 11 471 894

IV.2 EXPLOITATION PREVISIONNELLE.


Pour préparer ce tableau d'exploitation prévisionnel, il est nécessaire de disposer
des éléments suivants:
a- Le chiffre d'affaire prévisionnel
b- Les frais du personnel
c- Les frais de fonctionnement
d- Les frais d'entretiens et de réparation
e- Les frais d'assurance
f- Les impôts et taxes (exonéré sur 5 ans puis 50% sur les 5 ans suivants)
g- Frais divers de gestion.
h- Les frais financiers
i- Rémunération du capital propre
j- Dotation aux amortissements

Tableau 16: chiffre d'affaire prévisionnel


Prix Rendement Prix Total Fabricatio Chiffre CA
BD Semoules Farines Son Semoules Farines Son Par Ql n /An affaire An 1er
316 0,6 0,2 0,2 450 430 170 390 82 213 950

14
Tableau 17: frais du personnel
Nombre Type Fonction Nombre Salaire Total
mensuel
Permanent Management Directeur 1 15000 15000
1 Comptable 1 10000 10000
1 Secrétaire 1 3000 3000
1 Chef de ventes 1 5000 5000
Magasinier 1 5000 5000
Chauffeur 2 3000 6000
Gardien 1 2000 2000
Technique Chef meunier 1 6000 6000
Conducteur 2 3000 6000
Electricien 1 3000 3000
Technicien labo 1 3500 3500
Occasionnel Ouvriers Aide et entretien 2 2000 4000
Ensachage 3 2000 6000
Total salaire mois 74500
Total salaire annuel 894000124200
0
Total salaire annuel
Y compris CNSS
Frais de personnel 156 000
non permanent
(Année)
Frais de personnel 1 006 200
permanent (Année)
NB: la part patronale représente 30% CNSS 20% et AT et RC: 10%). Par ailleurs il faut
prévoir 10% / 3 ans.

Tableau 18: Frais de fonctionnement et consommables


(TFSE)
Désignation Quotité (unité/Ql) Quantité Prix Unitaire Montant Dh
Eau (usine) (M³) 0,04 6 744 6,34 42 757
Electricité (Kwh) 4 674 400 0,996 671 702
Carburant 0,5 84 300 4,54 382 722
Produits chimiques 2000
Traitements 2000
(insectes)
Total 1 101 181

Tableau 19: Frais d'entretien et de réparation annuel


Désignation Valeur Frais (taux) Montant Dh
Matériel de 7750000 0,02 155 000
production
Génie civil 8174000 0,005 40 870
Matériel roulant 1020000 0,04 40 800
Matériel de bureau 108000 0,02 2 160
Divers (labo; etc.) 5 000
Total 243 830

15
Tableau 20: Frais d'assurance
Désignation Valeur Frais (%) Montant Dh
Immobilisations 17092000 0,3
Stock Matière Error: Reference 1,0
première source not found
Stock Produits finis 65 760 1,0
Matériel roulant 1020000 1,0
Total 117 062

Tableau 21: Impôt et taxes


Désignation Valeur Frais (%) Montant Dh Montant (An 1) Dh
Taxe urbaine
Exonéré (5 ans):
Terrain 5000000 0,03 150 000
Construction 8174000 0,04 326 960
Matériel 7750000 0,03 232 500
Taxe d'édilité
Impôt des patentes
Exonéré (5 ans):
Total 999 629 70 946

Tableau 22 : Frais de gestion


Désignation Montant annuel
- Fournitures de bureau 45 000
- Frais de téléphone 60 000
- divers 24 000
Total 129 000

Tableau 23 : Frais financiers

Année Annuité Intérêt Principal Solde


1 -2605953 -1181490 -2309423 -9538852
2 -2605953 -998589 -1424463 -7115800
3 -2605953 -792203 -1607364 -4716232
4 -2605953 -559318 -1813750 -2343165
5 -2605953 -296530 -2046635 0
Somme -13029764 -3828130 -9201635

Tableau 24: rémunération du capital propre

Montant Taux Revenu (Dh)


11 471 894 0,08 917 752

16
Tableau 25: dotation aux amortissements
Désignation Montant Taux Valeur amortie
Génie civil et 8174000 0,05 408 700
construction
Matériel de 7750000 0,1 775 000
production
Matériel roulant 1020000 0,20 204 000
Matériel de bureau 108000 0,1 10 800
Frais d'établissement 40000 0,20 8 000
Total 1 406 500

Tableau 26: Tableau récapitulatif des charges


d'exploitation
Données:
- Capacité de production: …

- Ecrasement effectif:

Chapitre Rubrique Année I Année II


Chiffre d'affaire
prévisionnel
Charges d'exploitations Achat de matière Ière 65 913 828
Frais personnel
Impôts et taxes 70 946
TFSE 1 101 181
Entretien & Réparation 243 830
Assurances 117 062
Frais de gestion 129 000
Frais financiers 1181490
Rémunérat° cap. propre 917 752
Dotation amortissement 1 406 500
Total 72 243 789
Résultat brut -6 472 629
d'exploitation
Impôts sur société
(exonéré)
Résultat net -6 472 629
Autofinancement
(Cash flow)
Besoins en fond de
roulement

17
Tableau 27: Charges fixes et charges variables
Type de charge Montant Total
Charges fixes:
Frais personnel permanent 1 006 200
Impôts et taxes 70 946
Assurances 117 062
Frais financiers 1181490
Rémunérat° cap. propre 917 752
Dotation amortissement 1 406 500
Total 4 699 950

Charges variables:
Achat de matière Ière
Frais personnel non permanent 156 000
TFSE 1 101 181
Entretien & Réparation 243 830
Frais de gestion 129 000
Total 55 805 760

Le seuil de rentabilité (SR) est le chiffre d'affaire du point mort,


C.à.D le chiffre d'affaire qui permet juste de couvrir les charges. Ce seuil
est calculé ainsi:
SR = CA * CF
CA- CV

- Chiffre affaire (CA) : Dh


- Charges fixes (CF) : 4 699 950 Dh
- Charges variables (CV) : 55 805 760 Dh
- Seuil de rentabilité : Dh

Le seuil de rentabilité en capacité d'écrasement par jour est obtenu en divisant


cette valeur par le chiffre d'affaire annuel, ce qui donne un taux de % . La capacité
d'écrasement correspondante à ce chiffre d'affaire (avec un CA au Quintal de 390 ) est de
Qx/J
Le seuil de rentabilité en pour-cent est donc de: % de la capacité installée soit
62% de marge de sécurité.

En vue de calculer la sensibilité par rapport au chiffre d'affaire


(Sca), on procède au calcul du rapport de la différence du chiffre d'affaire
(CA) et deu total des charges (CT) au chiffre d'affire:
Sca = CA - CT
CA

Tableau 28: Sensibilité au chiffre d'affaire.et au total des charges


Paramètre Composante Valeur (%)
Chiffre affaire Charges totales
Sensibilité au chiffre 60 505 710
d'affaire
Sensibilité au charges
totales

18
La sensibilité au chiffre d'affaire signifie que l'unité peut subir des
variations de % sans que le projet ne soit déficitaire.

Le taux de rentabilité interne est donné par la formule:


n
I = (Rn – Dn / (1+r)
Rn: recette pour l'année n
Dn: dépense pour l'année n
I : Invsetissment
R : taux de rentabilité interne
Le calcul automatique avec excel donne un taux de TRI de 4%

La durée de récupération, qui est égale aux nombre d'années à partir


desquels le cash-flow cumulé égale aux dépenses engagées. Cet indice n'a
pas été calculé.

V.1.3- CONCLUSION

Cette étude a permis de voir que le projet de création d'une


minoterie industrielle à blé dur peut être réalisable dans la région en
question qui dispose de potentialités en matière de production et de
commercialisation de céréales.

L'étude financière bien que très succincte a permis d'estimer que la


rentabilité du projet est satisfaisante.

Cependant, pour plus d'assurance, il y a lieu de procéder à une étude


plus approfondie du projet et éventuellement de comparer sa rentabilité
avec d'autre projets possibles adns la région.

19