Vous êtes sur la page 1sur 4

Endocrinologie - Métabolisme - Nutrition

A 58

Goitre diffus et nodule thyroïdien

Orientation diagnostique

Dr Sébastien NUNEZ, PR Jacques LECLÈRE

Service d’endocrinologie, CHU, hôpitaux de Brabois, 54511 Vandœuvre cedex

Points Forts à comprendre

• Le goitre peut refléter l’adaptation de la thyroïde à son environnement (goitre simple) ou s’intégrer dans le cadre de maladies thyroïdiennes diverses.

• Le goitre simple initialement diffus devient

hétérogène voire nodulaire, aboutissant aux complications classiques : hyperthyroïdie par autonomisation, ou augmentation de volume de certains nodules et phénomènes de compression.

L’évolution des autres goitres est parallèle à celui de la maladie causale.

• Le nodule solitaire, tuméfaction localisée,

constituée d’une prolifération cellulaire mono- ou oligoclonale, est fréquent, bénin dans 90 à 95 % des cas. Du fait de la banalisation de l’échographie, il est de plus en plus recherché et donc retrouvé, source d’inquiétude et de dépenses souvent injustifiées. Seule la prise en charge du nodule palpable ou échographique mesurant plus d’un centimètre est justifiée.

Goitres diffus

Le goitre diffus est une augmentation du volume de l’en- semble de la thyroïde, par augmentation du nombre des thyréocytes (goitre simple) ou par infiltration thyroïdienne au cours des pathologies thyroïdiennes auto-immunes, inflammatoires, néoplasiques…

Cliniqueauto-immunes, inflammatoires, néoplasiques… Le goitre est souvent connu du patient et (ou) du médecin

Le goitre est souvent connu du patient et (ou) du médecin depuis plusieurs années. Asymptomatique, « négligé », sim- plement inesthétique, il est rarement motif d’inquiétude ou de consultation (pas de phobie du cancer). Il peut être « redécouvert » par le patient ou le médecin à l’occasion d’une symptomatologie locorégionale (signe compressif ou gêne cervicale) ou fonctionnelle (dysthyroïdie), ou par l’entourage.

Paracliniqueou fonctionnelle (dysthyroïdie), ou par l’entourage. 1. Biologie Le dosage de TSH est indispensable. Le dosage

1. Biologie

Le dosage de TSH est indispensable. Le dosage de la T4, des anticorps antithyroïdiens antithyroglobuline et anti-

Prévalence, épidémiologie, physiopathologie

1. Goitres simples

– Le goitre endémique (plus de 10 % d’une population) touche plu-

sieurs centaines de millions de personnes dans le monde, dont trois millions atteintes de crétinisme. La carence iodée est le principal fac-

teur goitrigène mais il en existe d’autres (goitrigènes alimentaires tels le thiocyanate issu du manioc, carence en sélénium).

– Le goitre sporadique (moins de 10 % d’une population) peut être

dû à une carence iodée modérée, certains facteurs hormonaux (GH, hCG de la grossesse, insuline) ou intrathyroïdiens. Une prédisposi- tion génétique explique la distribution particulière du goitre simple dans certaines familles (transmission autosomique récessive). Le goitre est plus fréquent chez les sujets âgés et chez les femmes (sex-ratio = 6). Le goitre simple tend à grossir et à devenir hétérogène morphologi- quement et fonctionnellement (apparition de nodules pouvant com- primer la trachée (dyspnée), l’œsophage (dysphagie), le récurrent (dysphonie) et s’autonomiser, entraînant une hyperthyroïdie (goitre nodulaire toxique).

2. Goitres des maladies thyroïdiennes

La physiopathologie et l’évolution du goitre varient selon la maladie causale : action des anticorps et infiltration lymphoplasmocytaire dans les maladies auto-immunes, inflammation dans les thyroïdites, infil- tration cellulaire néoplasique…

thyroperoxydase, des anticorps antirécepteurs de la TSH sera fonction de l’orientation clinique. On dosera l’iodu- rie des 24 heures si on suspecte une carence isolée.

2. Examens morphologiques

L’échographie est l’examen de choix, permettant de mesu- rer les dimensions de chaque lobe thyroïdien qui varie de 4 à 6 cm en hauteur (h), de 1,5 à 2,5 cm en largeur (l) et de 1,5 à 2,5 cm en épaisseur (e) et d’évaluer ainsi le volume thyroïdien (cf. formule). On notera l’échogénicité et l’homogénéité du goitre et on vérifiera l’absence de nodule. Cet examen ne permet pas d’explorer un goitre plongeant intrathoracique, du fait de l’interposition de la paroi tho- racique osseuse qui ne laisse pas passer les ultrasons. Les répercussions du goitre sur les structures avoisinantes peuvent être décelées par :

Le volume de chaque lobe peut être estimé par la formule préconisée par l’école de Nancy :

V (ml ou cm 3 ) = 0,52 h (cm) 1 (cm) e (cm) En France, le goitre est défini par un volume thyroïdien total supé- rieur à 20 ml.

LA REVUE DU PRATICIEN (Paris) 1998, 48

653

GOITRE DIFFUS ET NODULE THYROÏDIEN

Technique de l’examen clinique de la thyroïde

On interroge le patient sur l’ancienneté et l’évolutivité du goitre (ou du nodule), les traitements suivis, les apports iodés, une éventuelle irradiation cervicale, d’éventuels signes fonctionnels de dysthyroïdie ou de compression cervicale. Les origines ethniques, géographiques et les antécédents de dysthyroïdie de la famille sont notés. L’inspection peut déceler le goitre ou le nodule en particulier chez un sujet mince, note la présence d’une cicatrice de cervicotomie anté- rieure, recherche des signes de compression veineuse. La palpation s’effectue en se plaçant derrière le patient assis, la tête en position anatomique et en le faisant déglutir ; puis éventuellement en décubi- tus dorsal, tête en extension. On évalue la consistance du goitre (molle, ferme, cartonnée, pierreuse), son caractère vasculaire (thrill) confirmé par un souffle auscultatoire, on vérifie son homogénéité (nodule ?) et sa symétrie, on évalue ses dimensions. On recherche des adénopa- thies cervicales jugulocarotidiennes, spinales et sous-maxillaires. La mesure du périmètre cervical à l’aide d’un mètre-ruban donne un moyen simple de suivi du goitre. On note sur un schéma l’ensemble des informations recueillies. L’examen général complet recherche des signes physiques d’hypo- ou d’hyperthyroïdie.

– une radiographie du thorax, en cas de goitre plongeant

endothoracique ;

– des radiographies du cou recherchant un rétrécissement

du défilé trachéal ;

– un scanner cervico-médiastinal en cas de goitre plongeant

et compressif en préopératoire, pratiqué sans injection d’iode pour éviter la saturation thyroïdienne (qui gêne la surveillance et le traitement postchirurgical en cas de lésion cancéreuse) ;

– un examen ORL pour dépister une atteinte récurentielle infraclinique, en préopératoire.

3. Examens fonctionnels

La scintigraphie thyroïdienne à l’iode ou au technétium, est de moins en moins pratiquée dans le goitre diffus, n’ap- portant aucune information supplémentaire par rapport à l’échographie, en dehors du goitre plongeant où la scinti- graphie à l’iode 123 est utile. En cas de goitre nodulaire, elle est systématique lorsque la TSH est basse (cf. nodule).

est systématique lorsque la TSH est basse (cf. nodule). Diagnostic étiologique et conduite à tenir 1.

Diagnostic étiologique et conduite à tenir

1. Goitre diffus associé à une hyperthyroïdie

• La maladie de Basedow comporte un goitre habituelle-

ment vasculaire (thrill palpatoire et souffle auscultatoire), homogène en échographie. La scintigraphie montre une fixation intense, diffuse et homogène. Une ophtalmopathie peut survenir. Le myxœdème prétibial est rare. Les anti- corps antirécepteurs de la TSH sont positifs. Le traitement en est médicamenteux (antithyroïdiens de synthèse), chi- rurgical ou par iode radioactif.

• L’hyperplasie toxique de la thyroïde (hyperthyroïdie

familiale diffuse non auto-immune) décrite il y a 15 ans doit être distinguée du Basedow par : un sex-ratio plus équi- libré, l’absence d’ophtalmopathie et d’auto-immunité anti- thyroïdienne. Une mutation activatrice germinale du récep- teur de la TSH en est la cause, décelée sur prélèvement

654

LA REVUE DU PRATICIEN (Paris) 1998, 48

sanguin de cellules nucléées. La thyroïdectomie totale est le traitement adapté, permettant d’éviter les récidives.

• Le goitre multihétéronodulaire toxique, complication

d’un goitre simple ancien, peut être également compressif. Il donne une image de fixation diffuse mais hétérogène à la scintigraphie. Son traitement est chirurgical, ou isoto- pique par I 131 (sujet âgé). • La thyroïdite subaiguë de De Quervain donne un tableau bruyant : goitre douloureux, apparu au décours d’une infec- tion virale, hétérogène en échographie, ne fixant pas l’iso- tope et pouvant s’accompagner d’une dysthyroïdie transi- toire avec phases d’hyper puis d’hypothyroïdie avant retour en euthyroïdie. Le traitement fait appel aux corticoïdes ou aux anti-inflammatoires non stéroïdiens.

2. Goitre diffus associé à une hypothyroïdie

Une hormonothérapie substitutive est nécessaire.

• La thyroïdite chronique de Hashimoto s’accompagne d’un

goitre ferme et bosselé, souvent hétérogène et hypoéchogène

en échographie, caractérisée par la positivité des anticorps antithyroperoxydase, pouvant évoluer vers l’hypothyroïdie.

• Le goitre par carence iodée avec crétinisme est rare dans nos régions.

• Le goitre lié à des troubles de l’homogenèse à révélation tardive.

• Les goitres iatrogènes (lithium, antithyroïdiens…) sont diagnostiqués par l’interrogatoire.

3. Goitre diffus associé à une euthyroïdie

• Le goitre diffus simple, le plus fréquent des goitres euthy- roïdiens, est le plus souvent asymptomatique et découvert

fortuitement (cf. physiopathologie et traitement-prévention).

• Les causes iatrogènes ou auto-immunes peuvent donner un goitre euthyroïdien.

• La rare thyroïdite fibreuse de Riedel donne un goitre dur et adhérent, compressif, à opérer.

• Le cancer thyroïdien à forme diffuse est exceptionnel.

Prévention-traitement du goitre simple

Traitement du goitre sporadique : il est nécessaire en raison des com- plications potentielles.

A. – Traitements médicamenteux :

– l’iode : les conseils diététiques sont insuffisants. La prescription médicale d’iode est freinée en France par la non-disponibilité d’une forme galénique ;

– l’hormonothérapie thyroïdienne : 75 à 125 µg/j de lévothyroxine

(Lévothyrox, L-Thyroxine) pour freiner la TSH est le traitement le

plus classique du goitre (efficacité jugée sur le volume thyroïdien par bilan échographique comparatif). Dans certains pays, la prescription conjointe en un même médicament d’iode et de lévothyroxine, plus efficace et mieux tolérée, est pos-

sible.

B. – Le traitement radical (chirurgie) n’est indiqué qu’en cas de goitre

volumineux, plongeant endothoracique, ou compliqué (compressif, toxique). Traitement du goitre endémique = correction de la carence iodée. Le but est de prévenir l’ensemble des troubles liés à la carence iodée. Des programmes OMS de supplémentation en iode des aliments, de l’eau des puits (Afrique) voire par injections de lipiodol sont en cours. Cette supplémentation comporte un risque de développement d’hy- perthyroïdies chez les adultes porteurs d’un goitre déjà nodularisé.

Nodule thyroïdien

Tuméfaction localisée et arrondie du corps thyroïde, bien individualisée par rapport au reste du parenchyme, soit soli- taire, constituée d’une prolifération cellulaire mono- ou oli- goclonale rarement maligne ; soit multiple, formée de fol- licules hétérogènes remaniés, souvent bénins, au sein d’un goitre multinodulaire. Le nodule thyroïdien est fréquent. La prévalence est de 2,5 à 4 % à la palpation (nodule > 8 mm), 27 à 51 % en écho- graphie (nodule > 2 mm), et supérieure à 50 % dans les études nécropsiques. La prévalence est plus importante chez la femme, le sujet âgé, les patients habitant dans une zone de carence iodée, ou ayant reçu une irradiation dans l’enfance.

iodée, ou ayant reçu une irradiation dans l’enfance. Diagnostic positif 1. Mode de découverte • Clinique

Diagnostic positif 1. Mode de découverte

• Clinique : le nodule est le plus souvent découvert de manière fortuite, par le patient ou son entourage notant une voussure cervicale ; par le médecin au cours d’un examen

On considère habituellement qu’un nodule ne doit faire l’objet d’une prise en charge spécifique que s’il mesure au moins un centimètre.

Endocrinologie - Métabolisme - Nutrition

physique systématique, ou orienté par les antécédents per- sonnels ou familiaux de dysthyroïdie ou de néoplasie endo- crinienne multiple 2 (NEM2). Parfois c’est la symptomatologie qui attirera l’attention sur la thyroïde : signes compressifs cervicaux, signes de dys- fonctionnement thyroïdien ou signes évocateurs d’un car- cinome médullaire de la thyroïde (CMT) : flush (à l’in- gestion d’alcool), diarrhée… • Paraclinique : une échographie thyroïdienne prescrite devant un signe d’appel peut révéler la présence d’un nodule thyroïdien non palpable (mesurant moins de 8 mm, ou de localisation postérieure). L’échographie ne doit pas être un examen de dépistage, compte tenu de la fréquence dans la population des nodules infracentimétriques, source d’inquiétude et de dépenses inutiles (scintigraphie). Enfin le nodule peut être décelé par une imagerie cervicale pres- crite pour un autre motif (doppler cervical, scanner cervi- cal).

2. Examen de la thyroïde

On perçoit le nodule sous la forme d’une hypertrophie arrondie et localisée, cervicale antérieure, et sous-hyoï- dienne, mobile à la déglutition dont on notera le siège, la consistance, les dimensions, la sensibilité et les contours.

Stratégie diagnostique et thérapeutique devant un nodule > 1 cm sans contexte clinique particulier

TSH ?
TSH ?
TSH ?
TSH ?

TSH ?

TSH ?
TSH ?
TSH ?

TSH normale

Échographie

TSH ? TSH normale Échographie TSH basse Scintigraphie Nodules multiples = goitre multinodulaire Surveillance
TSH basse Scintigraphie
TSH basse
Scintigraphie
TSH ? TSH normale Échographie TSH basse Scintigraphie Nodules multiples = goitre multinodulaire Surveillance

Nodules multiples

=

goitre multinodulaire

Scintigraphie Nodules multiples = goitre multinodulaire Surveillance clinique échographique nodule goitre
Scintigraphie Nodules multiples = goitre multinodulaire Surveillance clinique échographique nodule goitre
Surveillance clinique échographique
Surveillance
clinique
échographique
nodule goitre toxique toxique multinodulaire Iode radioactif CHIRURGIE (patient âgé)
nodule
goitre toxique
toxique
multinodulaire
Iode radioactif
CHIRURGIE
(patient âgé)
multinodulaire Iode radioactif CHIRURGIE (patient âgé) maligne CHIRURGIE diagnostic histologique Nodule
maligne
maligne

CHIRURGIE

diagnostic

histologique

Nodule solitaire
Nodule
solitaire
Liquidien pur anéchogène ?
Liquidien pur
anéchogène ?

CHIRURGIE

Nodule solitaire Liquidien pur anéchogène ? CHIRURGIE non oui CYTOPONCTION suspecte échoguidage ponction

non

oui
oui

CYTOPONCTION

suspecte
suspecte
pur anéchogène ? CHIRURGIE non oui CYTOPONCTION suspecte échoguidage ponction évacuatrice non contributive
pur anéchogène ? CHIRURGIE non oui CYTOPONCTION suspecte échoguidage ponction évacuatrice non contributive

échoguidage

ponction évacuatrice non contributive impossible échec ? non récidive ?
ponction
évacuatrice
non contributive
impossible
échec ?
non
récidive ?
oui
oui
bénigne
bénigne

SURVEILLANCE

clinique

échographique

alcoolisation chirurgie
alcoolisation
chirurgie

LA REVUE DU PRATICIEN (Paris) 1998, 48

655

GOITRE DIFFUS ET NODULE THYROÏDIEN

3. Paraclinique

L’échographie est l’examen-clé, véritable prolongement de la palpation cervicale. Elle permet d’en confirmer l’exis- tence, d’en apprécier l’aspect, d’en préciser la taille, consti- tuant ainsi un bon moyen de surveillance ultérieure. Elle apprécie le parenchyme thyroïdien adjacent et permet de déceler d’autre(s) nodule(s). Ainsi deux tiers des nodules uniques à la palpation, sont en fait inclus dans un goitre multinodulaire.

sont en fait inclus dans un goitre multinodulaire. Diagnostic étiologique = diagnostic de malignité. Conduite

Diagnostic étiologique = diagnostic de malignité. Conduite à tenir = faut-il opérer ?

Le terme de nodule fait naître immédiatement chez le patient la crainte du cancer, mais :

– la plupart (90-95 %) des nodules thyroïdiens sont bénins ;

– l’incidence

(2,5/100 000 personnes/an) ; – le pronostic des formes nodulaires de cancer différencié de la thyroïde est bon. La seule certitude diagnostique est anatomopathologique, mais on ne peut pas l’appliquer à tous les nodules en fai- sant opérer tous les patients.

1. Clinique

La chirurgie peut être indiquée devant un caractère clini- quement suspect du nodule (consistance dure, caractère fixé, signes de compression, adénopathies suspectes, aug- mentation rapide de volume) ; l’existence de signes évo- cateurs de CMT (diarrhée motrice, sensibilité du nodule, flush ou un contexte de NEM2 personnel ou familial), confirmé par une élévation du taux de calcitonine ; le sou- hait du patient pour des raisons esthétiques ou d’anxiété ; l’impossibilité d’une surveillance d’un nodule au sein d’un goitre plongeant. Enfin certains individus ont un risque relatif (RR) accru de cancer thyroïdien au sein du nodule :

le sexe masculin (RR = 4), les sujets âgés, les enfants (RR = 2) et les patients irradiés au niveau cervical dans leur enfance. En revanche aucun signe clinique ne permet d’exclure le diagnostic de malignité.

2. Biologie

Le dosage de la TSH est nécessaire. S’il est normal, le dosage systématique des hormones thyroïdiennes est inutile. Le dosage de calcitonine permet de dépister le CMT et s’impose donc devant tout nodule. La thyroglobuline ne doit pas être dosée.

3. La cytologie

thyroïdien est faible

du

cancer

Il s’agit de la méthode diagnostique la plus efficace pour estimer la probabilité de bénignité ou de malignité du nodule. Pratiquée depuis longtemps dans certains pays, la ponction cytologique à l’aiguille fine doit être réalisée par un praticien entraîné, et le frottis lu par un cytologiste averti. Il s’agit d’un examen simple, rapide, bien supporté, ne nécessitant aucun équipement spécial, réalisé en consulta- tion. Cette technique peut atteindre une sensibilité supé- rieure à 90 % et une spécificité de 70 à 80 % pour le dia- gnostic de cancer. C’est le seul examen préopératoire

656

LA REVUE DU PRATICIEN (Paris) 1998, 48

permettant d’établir la nature du nodule et d’éviter une chi- rurgie à but diagnostique dans 50 % des cas.

4. Examens morphologiques fonctionnels

En échographie, le caractère anéchogène pur ou hyper- échogène est en faveur de la bénignité. L’échographie peut aider à la cytoponction, soit classique effectuée immédia- tement après repérage échographique, soit échoguidée per- mettant d’orienter la ponction sur un nodule non ou diffi- cilement palpable. La scintigraphie thyroïdienne n’apparaît pas assez spéci- fique pour le diagnostic de malignité et n’est plus pratiquée partout de manière systématique. Les dogmes classiques selon lesquels un nodule chaud est bénin et un nodule froid suspect, sont à nuancer. La scintigraphie garde toute sa valeur en cas de TSH basse, pour caractériser le type de l’hyperthyroïdie : nodulaire (nodule toxique) ou diffus (goitre nodulaire toxique).

5. Stratégie(s) diagnostique(s)

Elles sont basées selon les écoles sur la scintigraphie, l’écho- graphie ou la cytologie. Une des propositions de l’ANDEM (Agence nationale pour le Développement de l’Expertise Médicale) basée sur l’association échographie-cytoponction est indiquée dans l’algorithme de la figure. Il résume la pra- tique la plus répandue dans la plupart des pays. Les patients non opérés devront être soumis à une sur- veillance clinique, échographique et cytologique régulière et l’indication chirurgicale sera réévaluée. Le traitement freinateur par hormonothérapie n’a pas fait la preuve de

son efficacité sur le nodule.

Points Forts à retenir

• La découverte d’un goitre apparemment isolé

doit faire rechercher une dysthyroïdie, par l’interrogatoire, l’examen et le dosage de la TSH, pour le rattacher à sa cause, souvent auto- immune, et entreprendre le traitement étiologique. Si aucun désordre thyroïdien n’existe, il s’agit d’un goitre simple, dont la fréquence et la morbidité sont sous-estimées du fait de son caractère asymptomatique. Néanmoins la prise en charge doit être précoce, pour éviter les complications évolutives (compression,

hyperthyroïdie).

• La stratégie diagnostique et thérapeutique

du nodule, basée sur un faisceau d’arguments cliniques, échographiques et surtout cytologiques, conduit à poser l’indication d’une intervention, ou d’une surveillance régulière. La bonne valeur diagnostique préopératoire de la ponction cytologique minimise sans l’annuler le risque de laisser évoluer un cancer thyroïdien et permet de diminuer le nombre des interventions « inutiles » à but diagnostique.