Vous êtes sur la page 1sur 52

La lettre du génie SOMMAIRE

◆ Éditorial du général

ÉDITORIAL Le mot du général Françoise


Sommaire
L’actualité en bref

DU GÉNÉRAL JEAN-LOUP CHINOUILH Le génie combat


Le génie construit
Le génie secourt

commandant l’École supérieure Le génie instruit


Histoire

et d’application du génie - Angers Expériences


A savoir
Coup d’œil sur…
Portrait

En ce début 2006, je souhaite une très bonne année à nos lecteurs et


un plein épanouissement professionnel à ceux qui servent sous la
bannière du génie.

Comme il fallait s'y attendre, le nouveau Service d'infrastructure de la


défense trouve progressivement ses marques. Dans ces pages, son
chef, le général de division Addé, nous fait part de ses réflexions que
je trouve rassurantes pour l'avenir.

De leur côté, comme le montrent plusieurs articles, nos régiments


continuent à être engagés partout dans le monde pour des missions
propres au génie ou communes à l'ensemble de nos forces. Certes, et
je les comprends, nos sapeurs préfèrent œuvrer en OPEX dans leur
métier de démineur ou d'enginiste, mais leurs interventions
spécifiques sont surtout recherchées en début ou fin d'opération, ce qui n'est pas le cas actuellement.
Il n'empêche que je préconise l'emport par nos unités « Proterre » de quelques équipements génie pour
garder la main et laisser sur le terrain des traces tangibles de leur passage.

L'École, quant à elle, travaille sur la participation de notre arme aux actions de combat en zone urbaine
et, en liaison avec le Service technique des bâtiments, fortifications et travaux, sur des dispositifs de
protection passive destinés à nos forces, face aux agressions par armes lourdes et attentats-suicides. En
la matière, nos lecteurs peuvent nous aider : les idées ou enseignements tirés d'expériences antérieures
sont les bienvenus et seront examinés avec la plus grande attention par notre division « études-
prospective ».

J’annonce enfin que les revues « Vauban » et « la Lettre du Génie » vont bientôt fusionner pour vous
informer sous la même couverture des activités de tous les sapeurs, qu’ils soient d’active, de réserve ou
retraités. Chacun y retrouvera l’esprit commun qui nous anime.

–1–
SOMMAIRE
La lettre du génie

Éditorial du général
◆ Le mot du général Françoise
Sommaire
L’actualité en bref
LE MOT
Le génie combat
Le génie construit DU GÉNÉRAL CA (2S) FRANÇOISE
Le génie secourt
Le génie instruit
Histoire
président de la FNAS
Expériences
A savoir
Coup d’œil sur…
Portrait

C’est fait depuis la mi-septembre 2005, la Direction centrale du Génie n’existe


plus. Cette disparition est un événement considérable pour nous sapeurs qui,
pour les plus anciens, avons, pour beaucoup, servi alternativement dans
l’arme et le service. Place maintenant à la Direction centrale du Service
d’Infrastructure de la Défense, son premier directeur est un sapeur : le général
de division Alain Adde, et après ? Autre modification importante ce service est
placé sous l’autorité du Secrétaire Général pour l’Administration (SGA) et ne
dépend donc plus ni du chef d’état-major des armées ni d’un chef d’état-major
d’armée.

Il est pour l’instant difficile de mesurer les conséquences de cette


transformation, mais le service du génie continuera d’exister à travers les
officiers, sous-officiers et personnels civils servant dans cette nouvelle
structure, et nous serons présents à leur côté.

Concernant notre Fédération cette fin d’année a été marquée :


• par la commémoration, le 2 octobre, du 90e anniversaire des combats des Eparges, cérémonie
rehaussée par la participation de la musique régionale de la région terre NE et la présence d’une
section en armes du 2RG, un grand merci au général commandant la région ;
• par notre Sainte Barbe, le 27 novembre. Nous avons encore été nombreux à nous retrouver, à l’Arc-
de-Triomphe et au Val-de-Grâce, pour fêter notre patronne, merci au général commandant la BSPP
pour le soutien qu’il nous apporte en mettant à notre disposition la musique de la brigade.

Autre événement marquant, la Fédération nationale des anciens sapeurs pompiers de Paris nous a
rejoints, c’est fait.

Les travaux concernant l’adaptation de nos statuts au nouveau contexte de la défense se poursuivent,
ils ont pris un peu de retard mais cette grande Fédération nationale du Génie devrait voir définitivement
le jour au premier semestre 2006.

Bonne et heureuse année 2006 à tous, que cette année vous apporte joie et santé, j’ai une pensée
particulière pour ceux et celles qui souffrent et pour ceux et celles qui, au service de la France,
passeront les fêtes de fin d’année loin de leur famille.

Par Sainte Barbe vive la Sape !!!

–2–
La lettre du génie SOMMAIRE

Éditorial du général

•1 • •Éditorial
• • • • du• général
• • • • Chinouilh
Le mot du général Françoise
• • • • • • • • • • • ◆ Sommaire
L’actualité en bref

•2 • •Le• mot
• • du
• •général • • • Françoise
Le génie combat
• • • CA(2S) • • • • • • • • • Le génie construit
Le génie secourt
Le génie instruit

•3 • •Sommaire
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • Histoire
Expériences
A savoir

•5 • •L’actualité
• • • • •en• bref
• • • • • • • • • • • • • • Coup d’œil sur…
Portrait

•9 • •Le• génie
• • •combat
• • • • • • • • • • • • • • • •
Le 17e RGP hier, aujourd’hui, demain…

Le 1er RG… … au Kosovo


… en Afghanistan
… en Afghanistan : survol des activités du DET génie

•12• •Le• génie


• • •construit
• • • • • • • • • • • • • • • •
Un nouveau bâtisseur est né : le SID

Entretien avec le général de division Addé, directeur central du


service d’infrastructure de la Défense

•16• •Le• génie


• • •secourt
• • • • • • • • • • • • • • • •
La médaille au bout du collier

•19• •Le• génie


• • •instruit
• • • • • • • • • • • • • • • •
Rentrée anticipée pour les formateurs

Kaboul, le 29 juin 2005

•20• •Histoire
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • •
La Lettre du génie est une publication de
Quand Vauban commanda en chef : à Camaret, Vauban sauve le l’École supérieure et d’application du génie
royaume 106, rue Éblé - BP 34125
49041 ANGERS CEDEX 01

Inscription des drapeaux et décorations Directeur de la publication :


général Jean-Loup Chinouilh

Rédacteur en chef :
•23• •Expériences
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • CBA Jean-François Plantec

Le camp militaire du Valdahon en avant première Rédacteurs en chef adjoints :


lieutenant Anne-Lise Llouquet
adjudant Gauthier Perron

•29• •Coup
• • d’œil
• • •sur…
Conception :
• • • • • • • • • • • • • • • PIR ESAG

Les rencontres internationales du génie de l’air Impression :


PIAT Saint-Maixent

Commission paritaire : en cours

•33• •Portrait
ISSN : 1006 B 05886
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • Dépôt légal à parution
Colonel Charles Goulier

–3–
VI
EN
T
D
E
PA
RA
ÎT
RE

–4–
>> LES MILITAIRES DU GÉNIE SUR LE PIED DE GUERRE POUR ACCUEILLIR LE PUBLIC
Les 25 et 26 juin derniers, la caserne des militaires de Valdahon a organisé ses portes ouvertes. Une opération publique
au succès récurrent.
Quand les plus grands ont pu s’initier au baptême de P4 ou d’engins blindés de l’avant, les
DROIT RÉSERVÉ plus petits ont pu faire leur baptême de plongée, parcours commando, paint ball, tir de
vision nocturne…
Une tradition pour les militaires du 13e régiment du génie, habitués à faire de leurs portes
ouvertes une fête populaire et familiale. Organisées en septembre 2003, les premières portes
ouvertes du régiment sur le camp militaire de Valdahon avaient drainé de nombreux visiteurs.
Depuis, les sapeurs du « 13 » n’avaient plus eu le temps de rouvrir leurs stands de tir et autres
engins au grand public. Il faut dire que l’an passé à la même époque plus de
600 militaires étaient projetés au Kosovo et en Guyane pour un mandat de quatre mois. Cette
année, les « sapeurs de Leclerc » ne sont pourtant pas « au repos » à la maison. Malgré un mois
de juin très chargé en activités : exercice
brigade FATEXTEL dans les Vosges, 63e
anniversaire de la bataille de Bir
Hakeim, manœuvres diverses, exercice
DESTRIER, passations de commandement de plusieurs compagnies,
préparation de mise en condition opérationnelle en vue des
projections en Afghanistan, Côte d’Ivoire et Guyane à l’automne
prochain, le personnel du régiment a organisé cette manifestation
afin de renforcer le lien avec la population.
Pendant ce week-end, ce sont les 1 000 hommes et femmes du
régiment qui ont été mobilisés pour accueillir le grand public. Et ce
fut une véritable réussite ! Plus de 10 000 visiteurs sont venus au
rendez-vous du « 13 ».
Le 13e RG DROIT RÉSERVÉ

DOUCHANBE <<
Depuis fin mars, un détachement d’une quarantaine de personnels de la 2e compagnie opérationnelle du génie de l’air, aux ordres
du lieutenant Gueganno s’est déployé sur le DETAIR de Douchanbe. Ce détachement est renforcé par une dizaine de personnels de
la compagnie de commandement et de logistique.
Sa mission consiste à créer un dépôt de munitions dans le cadre de la montée en puissance du DETAIR (en vue des élections en
Afghanistan en septembre), et de terminer la réfection de la piste de l’aéroport international débutée l’an dernier par la 1re COGA.
Les « tracasseries » administratives inhérentes à ce type de projet lors d’opérations extérieures n’ont pas permis de commencer les
travaux dans les délais prévus.
Toutefois, afin que les sapeurs ne restent pas désœuvrés, nous avons reçu pour mission de participer à l’appui au stationnement du
DETAIR en construisant une trentaine de dalles en béton. De plus, depuis le début du mois de
mai, nous participons en collaboration avec la Compagnie Régionale d’Infrastructure (CRI) à la
construction de hangars en charpente métallique. Nous avons également participé à la
réhabilitation d’un orphelinat dans le cadre des actions civilo-militaires. Les sapeurs de l’air ont pris
à cœur ces nouvelles missions et si l’on écoute les spécialistes de la CRI, ils s’en sortent très bien.
Depuis la mi-mai, le détachement a débuté sa mission principale : terminer la réfection de la piste.
Le projet étudié conjointement par la direction générale de l’aviation civile et le service technique
des bases aériennes prévoit la réfection de la piste, des bandes anti-souffle ainsi que l’aire de
retournement par la mise en œuvre d’un tapis d’enrobé de type béton bitumineux aéronautique
(BBA) sur une épaisseur moyenne de 5 cm après reprofilage et déflashage des endroits les plus DROIT RÉSERVÉ
endommagés et le traitement des fissures les plus importantes.
Malgré les problèmes de fiabilité du poste d’enrobage indien nécessitant des arrêts de production fréquents, la piste a pu être livrée
le 22 juillet.
Dans le même temps, l’accord officiel des autorités tadjiks ayant été donné pour la création du dépôt de munitions, un groupe de
six personnes effectue les travaux de terrassement et la mise en œuvre des bastion-walls afin de réaliser les alvéoles permettant
d’assurer le stockage des différentes bombes et obus équipant les avions d’arme.
Le mois d’août a été consacré à l’élargissement de la bretelle 4 puis à la pose d’enrobé sur la bretelle 1 et 4. Les topographes ont
mis à profit ce mois pour réaliser les études nécessaires à l’élaboration des projets prévus pour l’année 2006. L’inauguration officielle
de la piste a eu lieu mi-septembre. Le génie de l’air

–5–
SOMMAIRE
La lettre du génie

Éditorial du général
Le mot du général Françoise >> REMISE DE MÉDAILLE AU 19
Sommaire
◆ L’actualité en bref Le 3 mai 2005 aux Invalides, le chef d’État-Major des armées, le général d’armée
Le génie combat
Bentegeat, a remis la médaille d’or de la Défense nationale avec étoile d’argent au
Le génie construit
sergent Dubuis, chef de groupe au sein de
la 3e compagnie de combat du génie. DROIT RÉSERVÉ
Le génie secourt
Accompagnant une citation, cette médaille,
Le génie instruit
nouvellement créée, a été décernée au ser-
Histoire
gent Dubuis suite à l’opération de désen-
Expériences
gluement d’un VAB du 35e régiment d’in-
A savoir fanterie en Afghanistan en août 2004.
Coup d’œil sur… Premier sergent de l’armée de terre à se
Portrait voir décerner cette décoration, le sergent
Dubuis ne sera sans doute pas la dernière
à la recevoir au 19e régiment du génie et à
la 3e compagnie de combat.
Le 19e RG

LE 5E RÉGIMENT DU GÉNIE EN GUYANE <<

Une compagnie PROTERRE commandée par le capitaine Vallaud (intégrée au détachement du Maroni
– 9e RIMa) et une section génie de la 10e compagnie de travaux voies ferrées (rattachée au REI) ont été
projetées en Guyane de janvier à juin 2005.

Première étape : le stage PREMIFOR (préparation aux missions en forêt). Les instructeurs ont
commencé l’instruction par un programme comprenant : école de nœuds, montage de bivouac, cours
de topographie en jungle, dangers de la forêt et franchissement de coupure humide.

S’adapter à la jungle. La piste groupe a été le premier challenge. Les sapeurs du 5 ont enchaîné les
obstacles, mêlant force, endurance, équilibre et bien sûr cohésion. Pendant 1 h 30, pour le groupe le
DROIT RÉSERVÉ
plus rapide, il faut courir, ramper dans la boue et passer des obstacles sous l’eau. Le montage du
bivouac doit s’effectuer avant la nuit, priorité numéro 1 en jungle. Il ne faut pas perdre de temps afin
d’être en tenue sèche avant 18 heures pour limiter le risque de maladies liées aux moustiques.

Travailler avec les Surinamiens. Dans le cadre des échanges bilatéraux


avec notre voisin surinamien, la section de l’adjudant-chef Meriaux a
participé à une mission de reconnaissance du Maroni à partir du poste
de Nasson avec une section venant de Paramaribo, capitale du
Surinam. L’objectif de cette mission était d’afficher sur le fleuve la
collaboration de nos deux pays et leur volonté commune de lutter
contre l’immigration clandestine et les différents trafics qui sévissent
dans la région.

DROIT RÉSERVÉ Opération Anaconda. Le sergent-chef Negoce et le groupe du sergent


Laperche ont assuré une mission de reconnaissance de sites
d’orpailleurs au niveau d’une crique nommée Yaya à environ 2 heures de pirogues au sud du poste de Nasson.
Durant leur reconnaissance, ils ont pu évaluer très facilement l’importance de l’orpaillage sur zone : volume de
fûts de carburant, effectif sur place, importance des moyens de transport logistique (quads, pirogue, zone de posé
hélico). C’est donc à partir de ces observations et des renseignements recueillis par les missions de reconnaissance
depuis le poste de Nasson que bon nombre de sites ont été découverts attendant d’être détruits lors d’opérations
de grande envergure, les opérations Anaconda conduites par la gendarmerie. Ces missions au cœur de la jungle
sont indispensables pour contrôler l’expansion de ces trafics et exploitations sauvages qui génèrent insécurité,
immigration clandestine et dégradation de la nature.
Le 5e RG

>> L’ADIEU AUX ARMES DU GÉNÉRAL DE BRIGADE AÉRIENNE DOMINIQUE FAUROT


Le 27 juillet 2005, une importante cérémonie s'est déroulée DROIT RÉSERVÉ
au quartier du Général Cros, fief des sapeurs du 25e régiment
du génie de l'air (RGA). Le général de brigade aérienne
Dominique Faurot adjoint militaire au directeur central de
l'infrastructure de l'air et commandant les formations du
génie de l'air a dit adieu aux armes, après 33 ans de service.
La cérémonie était placée sous la présidence du général de
brigade aérienne Bruno Gougeon directeur central, sous les
accents de la musique de la RTSE.

–6–
La lettre du génie SOMMAIRE

Éditorial du général
BAPTÊME EXPLOSIF << Le mot du général Françoise
Sommaire
Le 14 mai dernier, un soleil rayonnant accueillait la section du lieutenant Jean-Pierre, ◆ L’actualité en bref
composée de jeunes du 13e et du 2e régiment du génie, qui s’apprêtaient à faire leur Le génie combat
première séance d’explosif sur le polygone T32 de Suippes. Le génie construit
Ce sont près de 80 kg d’explosif que les sapeurs du génie
Le génie secourt
ont mis en œuvre. Nous avons commencé individuellement
Le génie instruit
par une chaîne simple et avons poursuivi en groupe tout au
Histoire
long de la journée. Ou
Expériences
plutôt en équipe, à l’inté- DROIT RÉSERVÉ

rieur de laquelle chaque A savoir


individu avait un rôle bien Coup d’œil sur…
défini. C’est à cet instant Portrait
que nous avons compris
l’importance de chaque
DROIT RÉSERVÉ membre pour le bon fonc-
tionnement et la rapidité
d’un groupe de combat en pleine action.
Il est indispensable maintenant de mieux nous
connaître pour mieux progresser.

>> TOURNOI INTERGÉNIE : ET DE TROIS


Personne ne les voyait à ce niveau-là de la compétition, ni eux d’ailleurs, et
pourtant ils l’ont fait. C’est bien l’équipe mixte DCG/STBFT qui a remporté
la troisième édition du tournoi de football intergénie. Attendue avec tou-
jours autant d’impatience, cette activité de cohésion, ouverte à l’en-
semble des organismes du service du génie, s’est imposée désormais
comme un rendez-vous annuel incontournable. Cette année 12 équipes
se sont affrontées, le temps d’un week-end (14 et 15 mai), sur un terrain
de l’INSEP à Vincennes (93). Tradition oblige, c’est le tenant du titre,
l’établissement du génie de Paris, qui a eu en charge l’organisation de
cette manifestation.
Cette troisième édition n’aura pas été épargnée par la pluie,
invitée surprise de dernière minute. Conséquence directe : plon-
geons, bains de boue et autres divertissements étaient au programme.
La finale a opposé l’équipe DCG/STBFT, tombeur des favoris Lille et Paris, à l’établissement du génie
de Châlons-en-Champagne, finaliste de la compétition pour la deuxième année consécutive.
L’an prochain le tournoi 2006 se déroulera donc de nouveau en région parisienne. Grande nou-
veauté, il sera bien évidemment ouvert à nos collègues marins et aviateurs, qui ont depuis, intégré le
service d’infrastructure de la défense (S.I.D.).
Encore un grand merci à l’établissement du génie de Paris d’avoir organisé, non sans connaître des
difficultés, le tournoi 2005 et rendez-vous l’année prochaine au même endroit (ou presque).
DROIT RÉSERVÉ
La direction centrale du génie

INDOCHINE <<
8 juin, journée consacrée à la mémoire des militaires morts pour la France en Extrême-Orient
de 1945 à 1955.
Par décret n° 2005-547 du 26 mai 2005, le président de la République, sur le rapport du
Premier ministre, du ministre de la Défense et du ministre délégué aux Anciens combattants,
décrète :
ARTICLE PREMIER : il est institué une journée nationale d’hommage aux « morts pour la
France » en Indochine. Cette journée est fixée au 8 juin.
ARTICLE 2 : chaque année à cette date, une cérémonie est
organisée à Paris. Une cérémonie analogue a lieu
dans chaque département (et dans les territoires
d’Outre-Mer), dont l’organisation est laissée à
l’initiative du représentant de l’État.
Nous honorerons ainsi les 90 000 morts pour la France de
cette campagne au cours de laquelle le génie a perdu 41
officiers, 145 sous-officiers et 677 hommes de troupe, sans
oublier les 1 500 sapeurs de tous grades qui ont été blessés.

Insigne général
du corps expéditionnaire
d’Extrême-Orient Insigne du génie en Extrême-Orient

–7–
SOMMAIRE
La lettre du génie

Éditorial du général
Le mot du général Françoise >> PASSATION DE COMMANDEMENT DROIT RÉSERVÉ

Sommaire
◆ L’actualité en bref Le 1er septembre 2005, sous la présidence du général de
Le génie combat
brigade aérienne Allard a eu lieu la passation de
Le génie construit
commandement entre le colonel Pierre-Yves Henry chef
de corps descendant (actuellement chef de la division
Le génie secourt
« études et prospective » à l’ESAG) et le colonel Christian
Le génie instruit
Bailly chef de corps montant. Cette cérémonie a été
Histoire
clôturée par un défilé des troupes à pied et motorisées.
Expériences
Lors de cette cérémonie l’adjudant-chef Delplanque s’est
A savoir vu concéder la médaille militaire, le caporal-chef Genet
Coup d’œil sur… à été décoré de la médaille d’or de la Défense nationale
Portrait et le sergent-chef Noizet de la médaille d’argent de la
Défense nationale.
Le génie de l’air

LES MILITAIRES DU 13E RG ENFOURCHENT


LEUR VÉLO POUR SE RENDRE À AUTRANS <<

En juillet 2003, le 13e RG était délocalisé d’Épernay à Valdahon. À cette occasion une équipe de
cyclistes avait rallié ces deux villes pour marquer l’événement. Pour célébrer ces deux années de
présence en Franche-Comté, 11 cyclistes du régiment et du CSA ont effectué un raid entre Valdahon
DROIT RÉSERVÉ
et Autrans. En effet le régiment possède dans ce village de l’Isère un poste de montagne.
Le 4 juin 2005 sous un ciel pluvieux l’équipe s’est mise en route pour rejoindre Septmoncel dans le
Jura à travers le Haut Doubs. Le lendemain, après la descente vers l’Ain et la montée du Revard au-dessus d’Aix-les-Bains, les sapeurs
du 13e se sont reposés au Bourget-du-Lac. Le troisième jour fut le plus difficile avec
la traversée de la Chartreuse et les ascensions du col du Granier, du col du Cucheron,
du col de Porte de la cote de Saint-Nizier-du-Moucherotte et enfin du col de Pernin-
Jaune soit 50 kilomètres de montée pour une étape de 115 kilomètres. Enfin pour
conclure ce périple, tous les participants ont gravi l’Alpe-d’Huez et ses 21 virages.
Au final, 450 kilomètres ont été parcourus avec un dénivelé total de plus de
6 000 mètres.
L’équipe remercie le 19e RG qui a prêté le chalet de Septmoncel, le 68e RA qui nous
a hébergés et nourris, l’AGPM pour son aide et la participation de son représentant,
M. Sprich et enfin le personnel de soutien (alimentation, photos et transport) ainsi que
les sapeurs d’Autrans qui par leurs attentions nous ont permis de garder le moral et
de réussir cette entreprise.
DROIT RÉSERVÉ
Le 13e RG

>> REMERCIEMENTS DROIT RÉSERVÉ

Le dimanche 26 juin 2005 avaient lieu les portes ouvertes de la


brigade des sapeurs pompiers de Paris à Villeneuve-Saint-Georges.
Lors de cette manifestation, il a été procédé au changement
d’appellation du groupement formation-instruction. Dans le cadre
de la cohésion de l’Arme, les CCH Drapeau et Grelet faisaient
partie des nombreux invités à cette journée. Le président des EVAT
et son adjoint, de l’ESAG, maison-mère du génie, remercient
vivement le chef de corps du groupement formation-instruction
ainsi que leurs homologues de la BSPP pour l’accueil qui leur a été
réservé.
Caporal-chef DRAPEAU - ESAG

–8–
La rédaction n’ayant pu se résoudre à faire un choix qui aurait été difficile, ce sont deux régiments qui
sont mis à l’honneur dans ce 35e numéro : le 17e RGP et le 1er REG.
Vous vous en rendrez compte, l’article du capitaine Pezous emprunte un ton tout à fait personnel qui
au-delà des nombreuses opérations présentées, rend sa lecture agréable.
Quant à ceux du 1er REG, ils montrent eux aussi la variété des missions de l’arme que les sapeurs du
génie remplissent aux quatre coins du monde.

LE 17 RGP
Cne PEZOUS - OSA
E

HIER, AUJOURD’HUI, DEMAIN…

En 1990, encore loin d’être majeur, elle espérer être dotée ? Que sera lieutenant de Saint-Germain, participe
une question, bien légitime, me tra- devenu le combat en localité ? La lutte aux forces des éléments français
cassait : « Mais qui serai-je dans anti-terroriste ne sera-t-elle pas l’objet d’Afrique occidentale. Sa section d’or-
15 ans ?… ». J’étais alors loin de de toutes les attentions du génie para- ganisation du terrain réalise, quatre
connaître les hommes qui, aux quatre chutiste ? mois durant, des réseaux d’évacuation
coins du monde, exerçaient un métier des eaux et des pistes au profit des
fait d’exigence, de dévouement, de 70 ans après la création du Liban, pro- populations locales.
précision, de courage… et de bonne clamée sur les marches de la rési-
humeur : ils étaient sapeurs parachu- dence des Pins, des éléments de la 1re Mais déjà, les esprits sont tournés vers
tistes !… compagnie participent à la prépara- le Moyen-Orient, et le 17 sera marqué
tion du 14 juillet 1990 de l’ambassade à jamais par l’année 1991.
Arborant aujourd’hui ce béret rouge à de France.
Montauban, afin de mieux présenter En novembre 1990, 85 sapeurs para-
le 17e régiment du génie parachutiste, Pour certains, il s’agit d’un retour sur chutistes (tous grades confondus) sont
je souhaite revenir sur les missions des terres connues (le sol libanais a été projetés en Arabie Saoudite, au sein de
qu’a remplies notre unité au cours des foulé à maintes reprises jusqu’en la division Daguet et reçoivent, pour
années 1990-1991. Non par nostalgie 1984, puis en 1988) en vue de remplir les uns, des missions de soutien (traite-
ou aigreur, je suis bien trop jeune et une mission maîtrisée en ces terres, ment des eaux…) et, pour les autres,
optimiste pour cela, mais simplement théâtre de tant d’affrontement : dépol- des missions de spécialistes NEDEX.
pour le plaisir de souligner quelques lution et déminage de la rési-
glorieuses pages de notre histoire dence des Pins et de ses
contemporaine. abords, durcissement d’infra-
structure et organisation du
Fort de ces souvenirs, je détaillerai les terrain, en vue de protéger la
facettes du 17 d’aujourd’hui, en met- résidence et de permettre à
tant en exergue nos missions spéci- l’ambassadeur de recevoir ses
fiques. invités dans les meilleures
conditions.
Enfin je tournerai la page du jour
pour tenter d’entrevoir de quoi Sensiblement au même moment,
demain pourrait être fait : de quels à Bouar (République Centre
moyens la génération montante peut- Afrique), la section du sous- PHOTO 17E RGP

–9–
SOMMAIRE
La lettre du génie

Éditorial du général
Le mot du général Françoise PHOTO 17E RGP

Sommaire
L’actualité en bref
◆ Le génie combat
Le génie construit
Le génie secourt
Le génie instruit
Histoire
Expériences
A savoir
Coup d’œil sur…
Portrait

À la fin du mois de février 1991, « la Régiment du génie à part entière, le développement ultérieur de l’action
guerre des 100 heures » a pris fin. Les 17 est en mesure de remplir toutes les d’une force engagée dans une opéra-
sapeurs parachutistes de la 3e compa- missions d’appui direct ou général tion extérieure.
gnie reçoivent l’ordre de déminer un bien connues du lecteur ; je m’attarde-
secteur de Koweit City : 20 km de rai donc sur les missions et moyens Intervenant dès la saisie de la plate-
front de mer (où défenses passives et propres au seul régiment du génie à forme, le génie parachutiste met en
champs de mines protègent les abords vocation aéroportée. œuvre ses moyens pour rétablir et
aménager le ou les terrains de poser
PHOTO 17E RGP Souvent dévolue aux sections appui d’aéronef, permettant ainsi l’achemi-
des compagnies de combat, la mission nement des renforts et la manœuvre
de franchissement vertical trouve logistique, assurée par moyens
toute sa pertinence dans des opéra- aériens, civils ou militaires.
tions en milieu montagneux, en ter-
rain accidenté, mais également en Dans ce type de missions, intervient
zone urbaine. donc en premier lieu l’équipe du
groupement commando parachutiste
Au même titre que le 2e REG, le 17e du régiment, larguée à quelques kilo-
RGP est doté du filet de franchissement mètres de la zone. Elle est en charge
vertical (voir la Lettre du Génie n° 31). des reconnaissances précédant l’ac-
tion du détachement.
Ce type de filet peut être
chargé, pour les déplace- PHOTO 17E RGP
de la ville et l’aéroport) et, plus au ments, sur un véhicule aéro-
sud, 5 km2 de protections piégées et largable de type A3F. Il est
infestées de sous-munitions larguées mis en œuvre par une section
par l’aviation alliée. en 3 heures et permet le fran-
chissement d’une coupure
La division Daguet sera mise à l’hon- verticale de 40 mètres par
neur sur les Champs-Élysées ce 14 une compagnie de 130
Juillet 1991, mais les parachutistes hommes en 3 heures.
montalbanais s’activent encore au
Moyen-Orient et en Afrique : l’opéra- Étudions maintenant une
tion Merrain a pris le relais au Koweït entité qui englobe à elle seule
pour différentes missions à caractère bon nombre de nos missions
humanitaire tandis que les sapeurs spécifiques. Le Détachement
paras de Daguet se sont vu confier une d’aérodrome du génie est
mission de désarmement (GODORIA) constitué d’un détachement
à Djibouti. de liaison et de commande-
ment, d’une section de ser-
Voici donc quelques-unes des belles vice aérien (en charge du sou-
pages de notre histoire contempo- tien et de la sécurité) et d’une
raine, mais voyons alors quelles autres section d’équipement de
missions nous sont confiées et permet- zone de poser.
tent, à l’heure actuelle, tous les 16
mois, de projeter 500 à 600 personnes Sa mission consiste en la
(dont au moins la moitié dans leur création d’une tête de pont
cœur de métier). aéroterrestre nécessaire au

– 10 –
La lettre du génie SOMMAIRE

Éditorial du général
Les EOD effectuent à leur tour Le mot du général Françoise
leurs reconnaissances spéci- Sommaire
fiques et lancent, si besoin est, L’actualité en bref

un chantier de dépollution ◆ Le génie combat


Le génie construit
(déminage, si nécessaire).
Le génie secourt
Le génie instruit
L’équipe de reconnaissance de
Histoire
terrain sommaire peut alors Expériences
intervenir. D’un volume de six A savoir
personnes qualifiées, elle est en Coup d’œil sur…
mesure, en une journée, d’ho- PHOTO 17 RGP
E
Portrait
mologuer (ou de faire réaliser
les travaux nécessaires à l’ho-
mologation) une piste de poser d’as- blement exploité par les unités fran-
saut et/ou, éventuellement, une piste çaises conventionnelles comporte plu-
de largage à très faible hauteur. sieurs aspects déclinés ci-dessous.

Dans l’hypothèse où des travaux sont Une lutte efficace passe certainement
nécessaires, qu’il s’agisse de travaux en premier lieu, par un effort indis-
d’entretien de la piste, d’aménage- pensable sur la sauvegarde de la
ment du terrain ou de réfection d’ac- troupe. Il incombe, en particulier aux
cès à la zone aéroportuaire, les engins sections d’aide au déploiement d’être
de la section d’équipement de zone en mesure d’assurer un durcissement
de poser, aux tailles réduites leur per- rapide des sites de stationnement
mettant d’être aérotransportés (voire (même provisoire) ; les moyens sont,
aérolargués), sont employés afin de par exemple, un outil de pose méca-
valider la zone de poser. nique de concertina (des véhicules
comme les quad, peuvent en être
Ce type de mission implique une dotés facilement) ou encore des pro-
coordination interarmes importante, tections textiles (balistiques et anti-
notamment en matière de sûreté rap- blast) légères et simples d’emploi.
prochée.
En outre, nous, sapeurs, nous faisons PHOTO 17E RGP
Nous avons succinctement balayé forts d’exceller dans les missions de
l’étendue de nos savoir-faire spéci- fouille qui pourraient, à l’avenir, n’être
fiques actuels. Mais toute unité qui se confiées qu’à notre arme ; de la sec- En revenant sur la génération descen-
contente d’entretenir des acquis est tion de combat aux EOD, l’arme du dante, en narrant les missions
condamnée à un éternel retard. génie est dimensionnée pour fournir actuelles et en extrapolant sur le futur,
une réponse aux différents degrés de il s’agissait de montrer comment notre
Aussi, diverses prospectives ont été fouille. Ceci inclut également la prise quotidien a été méticuleusement pré-
lancées dans les domaines qui suivent. en compte du danger NRBC qui paré par nos anciens, auteurs de belles
conduira à une coordination indispen- pages de gloire et combien, à notre
Il ne fait pas de doute qu’à très court sable entre nos spécialistes et les spé- tour, nous avons à cœur de nous mon-
terme, le génie se doit d’apporter des cialistes NRBC du 2e régiment de dra- trer à leur hauteur en préparant un
solutions à l’infanterie dans le combat gons. Nous pourrions alors prendre avenir radieux aux sapeurs parachu-
en localité. Les études menées de front pour modèle le National Search tistes en particulier et à l’arme du
avec le CENZUB, l’ESAG et les régi- Center anglais qui fait preuve d’une génie en général.
ments d’infanterie parachutiste nous réelle compétence en
permettent de rédiger un système la matière. PHOTO 17E RGP
d’aide à une instruction de qualité au
combat en localité, mais également de Dans cette description
travailler sur les équipements du non exhaustive du 17e
sapeur et de parfaire la coordination régiment du génie
interarmes bien spécifique dans un parachutiste, ni la fra-
milieu aussi exigeant. ternité qui unit notre
communauté humaine,
Le combat en localité, largement ni le souci d’excellence
médiatisé ces dernières années, est un qui anime chacune de
des moyens de lutter contre le terro- nos activités n’ont été
risme. Ce domaine vaste et encore fai- mentionnés.

– 11 –
SOMMAIRE
La lettre du génie

Éditorial du général
Sommaire
In memoriam
Le mot du général Françoise
LE 1 REG… ER

L’actualité en bref
Ltn LEROUX
◆ Le génie combat
Le génie construit Officier communication …AU KOSOVO
Le génie secourt
Le génie instruit
Histoire avait axé sa préparation opération-
Expériences nelle. Elles prennent tout leur sens
A savoir dans les missions de défense des
Coup d’œil sur…
enclaves habitées par les Kosovars
Témoignage
d’origine serbe (KOS) pour éviter que
se réitèrent les incidents de mars 2004
au cours desquels certains villages
La 2e compagnie de combat du 1er
KOS avaient été incendiés et pillés.
régiment étranger de génie a été
Dans ce cadre, la compagnie consti-
déployée en partie au Kosovo en tant
tue une réserve pour le bataillon fran-
qu’unité PROTERRE au sein du
çais en mesure d’intervenir en renfort
bataillon français (BATFRA) de la
de toutes les unités qui défendent ces
brigade multinationale nord-est au
zones sensibles. Plusieurs opérations
Kosovo.
de validation des plans de défense ont
ainsi été conduites. Récemment un
Déjà engagée sur le territoire entre nouveau cadre d’action a vu le jour
septembre 2003 et janvier 2004 au véhicules KFOR ainsi que tous les per- avec l’appui aux opérations du Kosovo
sein du bataillon des appuis, la com- sonnels civils de recrutement local et Police Service qui prend de plus en
pagnie retrouvait ce pays avec joie les Kosovars bénéficiant de l’aide plus la main suite au retrait progressif
mais avec une certaine appréhension. médicale gratuite. À cela
Joie d’arriver sous la neige qui ravit s’ajoute l’élément d’intervention
toujours les Rouges de la compagnie prêt à réagir sur toute tentative
montagne du 1er REG. Appréhension d’intrusion intérieure et en cas
liée à la peur du déjà vu et du danger de « happy shooting » car la
de la routine que peuvent engendrer détention d’armes à feux est
ces missions PROTERRE. interdite sur le territoire. Un
groupe d’astreinte est également
Arrivée au complet sur le territoire le armé pour remplacer l’élément
1er février, sa mission principale est d’intervention si ce dernier
d’assurer la garde du site de Plana où quitte le site et pour armer diffé-
sont stationnés le détachement de rents postes de combat en cas
l’aviation légère de l’armée de terre, le d’activation du plan de défense PHOTO 1 REGER

groupe médico-chirurgical et le déta- du site. Une des deux sections


chement de soutien aéro-technique. est de service. L’autre section
Cette mission comprend le personnel peut donc poursuivre l’entraînement. des policiers de l’ONU. La compagnie
du poste de sécurité et de filtrage qui a donc par exemple appuyé une opé-
a en charge les entrées et sorties des La compagnie a aussi reçu la mission de ration de fouilles dans le centre ville
défense du site de FOX ONE, de Vucitrn/Vushtri le 1er avril. La com-
relais transmissions situé à la pagnie a renforcé les checkpoints
frontière avec la Macédoine autour de la zone fouillée, patrouillé
(aujourd’hui démantelé - ndlr). avec une équipe de chiens d’interven-
Les six groupes de la compagnie tion et constitué un élément de QRF
ont ainsi monté la garde de (1). Toutes les personnes présentes
cette emprise pendant les six dans le quadrilatère ainsi que les
premières semaines du mandat. magasins ont été fouillés par le KPS,
les équipes de sondage avec des
À ces missions de garde de site DHPM (2) et une équipe de chiens de
viennent s’ajouter les missions recherche d’armement. Au bilan, deux
communes de l’armée de terre pistolets ont été trouvés et quatre per-
PHOTO 1ER REG
sur lesquelles la compagnie sonnes appréhendées.

(1) Quick Reaction Force : élément en mesure de réagir immédiatement et renforcer le dispositif.
(2) Détecteurs de métaux habituellement utilisés pour le déminage.

– 12 –
La lettre du génie SOMMAIRE

Éditorial du général
Ces opérations sont un élément clé Sommaire
In memoriam
qui a permis de sortir la compagnie et
Le mot du général Françoise
briser la routine qui aurait pu arriver si L’actualité en bref
la compagnie s’était contentée de ◆ Le génie combat
monter la garde. L’aspect opérationnel Le génie construit
de ces actions constitue un autre fac- Le génie secourt
Le génie instruit
teur positif pour le moral des Rouges.
Histoire
Expériences
Déjà bien occupée avec ces missions, A savoir
la compagnie a également profité de Coup d’œil sur…
Témoignage
ses compétences dans son premier
métier, le génie, pour appuyer les mis-
sions du BATFRA.
ingénieur suisse. Ce fut
PHOTO 1ER REG une instruction éprou-
vante car comme le
LA PROTERRE GÉNIE veut la tradition, les conditions météo
Cet appui a ainsi pu se concrétiser de furent catastrophiques. Mais cela n’a
Même si la compagnie est engagée en trois façons différentes : participation pas entamé le moral du groupe qui n’a
unité PROTERRE, les besoins en appui aux instructions et construction de eu de cesse au contact de camarades
génie sur le territoire sont réels et res- ponts Mabey Johnson, appui aux opé- suisses, danois, espagnols, italiens et
sentis par le BATFRA. De plus, la rations de fouilles et travaux génie. américains de montrer que les légion-
naires étaient premiers partout. Et
PHOTO 1ER REG comme toute formation n’a de valeur
qu’une fois appliquée sur le terrain, ce
même groupe est parti un mois plus
tard pour la construction d’un pont
dans la zone de la brigade multinatio-
nale sud-ouest pour permettre, à côté,
la réfection d’un pont d’infrastructure
affaibli. Une nouvelle fois, les légion-
naires ont porté haut les couleurs de la
légion en se distinguant par leur
ardeur au travail et la bonne humeur
permanente malgré la fatigue et les
pâtes servies à chaque repas par le
soutien italien. La compagnie s’est
ainsi enrichie d’un groupe de « gentle-
men engineers » qui a pu au contact
de sapeurs des autres armées de la
KFOR faire connaître la valeur du
légionnaire bâtisseur.

relève de la Section Équipement PONT MABEY JOHNSON


Montagne (SEM) du régiment frère, le
APPUI FOUILLE
2e REG, a conduit au fait que la seule Le Pont Mabey Johnson est un ouvrage
unité avec des compétences génie au quasiment similaire au pont Bailey Plus directement liée à son engage-
Kosovo était la PROTERRE n° 2 du dans sa phase de construction qui res- ment au sein du BATFRA, la compa-
BATFRA. Il ne manquait plus que les semble à un grand « MÉCANO ». Un gnie a régulièrement appuyé les com-
véhicules et engins pour que la com- groupe est tout d’abord parti une pagnies d’infanterie dans leurs
pagnie puisse entreprendre un appui semaine au sein de la compagnie de opérations de fouille pour trouver de
efficace. Chose faite avec la percep- sapeurs suisses qui appartiennent à la l’armement ou tout objet illicite. Une
tion auprès du bataillon de comman- brigade multinationale sud-ouest. Ce dizaine d’opérations de ce type ont
dement et de soutien d’une partie des stage d’une semaine se basait sur la ainsi vu la participation d’une section
engins de la SEM à savoir un MPG, un sécurité pendant le montage et l’ap- voire d’un groupe armé jusqu’aux
VAB-lame (utile pour mener des prentissage des techniques élémen- dents de DHPM et lots de sondage.
actions d’ouverture d’itinéraires en cas taires pour que les légionnaires soient Leur appui est particulièrement appré-
de barricades), un tracto-chargeur en mesure de participer à la construc- ciable aux abords des maisons, dans
Caterpillar et deux camions bennes. tion d’un tel pont sous les ordres d’un les dépendances et dans tous les

– 13 –
SOMMAIRE
La lettre du génie

Éditorial du général
Sommaire PHOTO 1ER REG

In memoriam
Le mot du général Françoise
L’actualité en bref
◆ Le génie combat
Le génie construit
Le génie secourt
Le génie instruit
Histoire
Expériences
A savoir
Coup d’œil sur…
Témoignage
PHOTO 1ER REG

espaces ouverts tels que les champs, Le premier chantier reçu fut celui du Dans le même esprit, le plus important
les haies et les lisières. Ce que l’œil ne curage du lit de la rivière de Smerkov- chantier va rythmer la fin du séjour
voit pas toujours, le détecteur ou les nica. En effet à chaque pluie, la rivière puisqu’il s’agit de la réfection d’une
sondes l’indiquent. Généralement pla- débordait au centre du village causant piste et de la construction d’une étable
cées sous le commandement direct du des ravages dans les habitations. Le au profit des KOS revenus dans le vil-
capitaine dirigeant la fouille, les sec- général commandant la brigade donna lage de Svinjare après les événements
tions ont travaillé en appui immédiat l’ordre que cela cesse, la légion l’exé- de mars 2004. La « petite piste » est
des groupes de fouille, en autonomie, cuta. Les enginistes de la compagnie se longue d’environ mille mètres et
quand l’ampleur de la zone imposait sont ainsi relayés en fonction du service entièrement dévastée par le ravine-
un déploiement maximal et le plus pour curer le lit et l’élargir afin de cana- ment de l’eau de pluie. Or cette route
souvent en coopération avec les liser correctement les écoulements. Ce est quasiment la seule qui rejoint les
équipes cynotechniques de recherche travail fut réalisé directement dans le habitations KOS de cette enclave vers
d’armement. L’expérience acquise au cours d’eau ce qui le rendit délicat à laquelle le BATFRA s’efforce de faire
gré des opérations a permis d’optimi- cause de la boue qui se formait avec les revenir les anciens habitants KOS. Ce
ser l’emploi des équipes génie et la va-et-vient du MPG transformant cer- serait donc un message fort pour les
coordination indispensable pour défi- taines parties de la rivière en marécage ! convaincre de retourner dans leur
nir précisément le rôle de chacun en Mais l’ingéniosité du chef de chantier a ancien village. L’autre partie du projet
particulier dans l’ordre d’entrée dans permis d’en venir à bout et désormais la est la construction d’une étable au
une habitation. Même si les résultats rivière s’écoule normalement. profit d’une personne déjà revenue et
ne furent pas toujours à la hauteur des qui au gré de l’aide apportée par le
espérances, la coopération avec les À peine ce chantier terminé, s’ouvrait bataillon pourrait également conduire
unités d’infanterie fut très profitable et une nouvelle piste pour diversifier nos au retour. En effet avec une vache et
cette présence de troupes importantes missions et demeurer fidèles à notre un cochon, ce KOS peut vivre un an.
a rappelé aux populations locales que devise « Toujours servir avec honneur et Il s’agit donc d’un projet vital !
la pression était constante pour main- fidélité ». Dans la zone du bataillon
tenir la sécurité au Kosovo. danois, le monastère orthodoxe de Joie de venir sur un théâtre où l’on
Devic a subi de plein fouet les événe- peut utiliser les raquettes pour les
ments de mars 2004 pendant lesquels il patrouilles, joie d’être engagé dans
fut en grande partie brûlé. Les cinq des missions à caractère opérationnel,
TRAVAUX MERKOVNICA, sœurs qui y vivent toujours sont âgées véritable joie de rendre service en res-
DEVIC ET SVINJARE et certains travaux les dépassent. Un tant simple et efficace. Tous ces élé-
appel au secours et les Rouges débar- ments sur lesquels se greffent les sen-
Le dernier aspect de cet appui quent bien décidés dans le peu de sibilisations mines au profit des forces
concerne les travaux purement génie temps imparti à faire le maximum pour du bataillon, expertise pour la pose de
effectués par les Rouges. La percep- rendre les conditions de vie des sœurs pots éclairants pour la défense des
tion des engins et les besoins considé- plus acceptables. Un bout de piste a sites, formation au contrôle de foules
rables sur le théâtre sont les deux fac- donc été refait, un fossé et un passage et poursuite de l’entraînement ont
teurs principaux de l’emploi de l’unité busé créés pour éviter les écoulements rendu ce séjour d’une richesse
PROTERRE en élément génie. La com- dans la zone de vie du monastère, un incroyable. La peur du déjà vu a été
pagnie est ainsi l’ultime recours de la poulailler construit et quelques stères aisément vaincue par la multitude et
brigade dans ce domaine. Trois chan- de bois coupés pour le chauffage des la variété des missions confiées à la
tiers primordiaux méritent d’être évo- sœurs. La section du lieutenant Combe compagnie.
qués en dehors des réalisations a ainsi passé quatre jours sur place et est
mineures comme la protection de la repartie avec la satisfaction du travail Les légionnaires de la 2 rentreront fiers
soute à munitions par des bastions accompli, des réalisations concrètes et du travail accompli et fiers d’avoir pu
walls pour la compagnie de réserve quelques verres de Slibovica servis en œuvrer concrètement au retour de
opérationnelle sur le pont d’Austerlitz. remerciement par les sœurs. l’espoir au Kosovo.

– 14 –
La lettre du génie SOMMAIRE

Éditorial du général

… LE DANGER MINES Sommaire


In memoriam
Le mot du général Françoise
L’actualité en bref
Ltn LEROUX
EN AFGHANISTAN Officier communication
◆ Le génie combat
Le génie construit
Le génie secourt
Le génie instruit
L’Afghanistan est un des pays les Toute cette pollution a de nombreuses Histoire
plus minés au monde. Depuis les implications pour le bataillon français Expériences
trois dernières décennies, les diffé- PAMIR X au sein de la FIAS (Force A savoir
Coup d’œil sur…
rents conflits successifs ont marqué à Internationale d’assistance et de sécu-
Témoignage
jamais le terrain et ses habitants. rité en Afghanistan), principalement
Ainsi depuis de nombreuses années, dans 2 domaines : la population et les
le peuple afghan vit au contact per- forces :
également au profit des nations alliées
manent d’armes et de munitions de
• pour la population, même si elle a (les Allemands pour leurs drones…).
tous types.
appris à vivre au contact de cette Les sapeurs légionnaires de la « 3 »
pollution, les accidents sont encore procèdent au ramassage et à la des-
En 1988, il y avait entre 5 et 7 millions
très fréquents et avec de graves truction de toutes les munitions rele-
de mines en Afghanistan. Au « danger
conséquences ; vées sur le terrain mais aussi de celles
mines » s’ajoute la menace liée à la
stockées dans les dépôts. Après un peu
présence de nombreuses zones pol- • pour les forces, cela représente une plus d’un mois passé sur le théâtre, les
luées par des UXOs (UneXplosed menace bien réelle et diffuse, avec résultats sont édifiants : 12 tonnes de
Ordonances), munitions tirées non pour conséquence pour les munitions relevées et 24 tonnes de
explosées, (mortiers, obus, roquettes, patrouilles de ne pas pouvoir sortir munitions détruites (munitions rele-
sous-munitions). Ces munitions, peu- des axes reconnus. vées + stock existant dans les dépôts).
vent avoir été tirées mais sans exploser
Des actions de contre-terrorisme sont
ou bien être éparpillées et choquées Mais le danger de cette pollution est conduites par le bataillon (fouille de
autour d’anciens dépôts qui ont été également indirect, car les forces hos- maisons, découvertes de caches…)
bombardés. Toutes ces munitions sont tiles à l’ISAF utilisent, ces munitions et les NEDEX prennent 1 fois par
très dangereuses car leurs dispositifs disséminées un peu partout dans le semaine une alerte de 24 heures, sur
de sécurité peuvent avoir été effacés pays afin de fabriquer des bombes ou la zone de responsabilité de la bri-
et c’est un défaut de fonctionnement des pièges (Road Side Bomb, tirs de gade, pour intervenir sur tout engin ou
ou d’utilisation qui les a empêché roquettes, poses de mines…) placés explosif improvisé découvert. Lors de
d’exploser. n’importe où, avec pour objectif d’ins- cette alerte, un groupe de combat leur
taurer un climat d’insécurité pour est jumelé en permanence. L’aména-
Sur 647 500 km2 de territoire afghan, empêcher l’installation d’une paix gement du camp sur l’aéroport de
seulement 730 km2 ont été déminés durable en Afghanistan. Kaboul occupe le groupe organisation
ou dépollués. Aujourd’hui encore,
du terrain de la section génie, mais
plus de 90 % des habitations du pays
Aussi, les légionnaires de la 3e compa- des missions de renforcement ou
sont construites à moins de 5 km
gnie et les NEDEX du 1er régiment d’aménagement de postes d’observa-
d’une zone reconnue polluée. Ces
étranger de génie, intégrés au bataillon tion, de checkpoints… sont monnaie
zones, sont généralement d’anciennes
français du détachement PAMIR X courante.
lignes de confrontation, positions de
sont des appuis incontournables sur le
combat, lignes de frontière, zones
terrain. En effet, lorsqu’un sous-grou- Sur le théâtre afghan, il apparaît clai-
stratégiques (pistes, routes, points
pement part pour plusieurs jours, un rement que le génie est un appui
d’eau…).
élément génie lui est détaché pour incontournable pour la FIAS. En effet
parer à tout accident les légionnaires du 1er REG participent
ou découverte de activement à la mission en opérant
munitions. Les NEDEX directement sur le terrain de manière à
renforcés de groupes rendre le pays plus sûr. Ils appuient le
de combat, effectuent bataillon pour toutes les actions qui
régulièrement des sont conduites tellement le danger
vérifications de non- mines est présent. Les groupes de
pollution, pour l’ins- combat, se relaient quotidiennement
tallation des bivouacs pour assurer la QRF (Quick Reaction
des unités, sur les che- Force), module en alerte, pour réaliser
mins de ronde des des évacuations de blessés dans une
MANPADS (point de zone minée tant au profit des forces
surveillance de l’aéro- qu’au profit de la population et ceci
PHOTO 1 REG
ER

port de Kaboul), mais en VAB ou en hélicoptère.

– 15 –
SOMMAIRE
La lettre du génie

Éditorial du général
Sommaire
In memoriam
Le mot du général Françoise
… EN AFGHANISTAN :
L’actualité en bref
◆ Le génie combat
Le génie construit SURVOL DES ACTIVITÉS
Le génie secourt
Ltn LEROUX
Le génie instruit
Histoire
Expériences
Officier communication DU DET GÉNIE
A savoir
Coup d’œil sur… PHOTO 1ER REG
Témoignage

Arrivé depuis un mois en terre


afghane, le détachement génie de
Pamir X, armé par la 3e compagnie du
1er régiment étranger de génie, a très
rapidement été mis à contribution.

À commencer par l’alerte de Quick


Reaction Force (QRF). Alerte montée
quotidiennement par un groupe de
combat de la section. La mission
majeure de cet élément d’intervention
est d’intervenir sur toute la zone de
responsabilité française sur un acci-
dent mine. Il peut intervenir en VAB
3
ou en hélicoptère. Pour être toujours
plus performant, et ainsi que les gestes
deviennent des réflexes, le groupe

PHOTO 1ER REG 1

d’alerte effectue quotidiennement un


exercice d’évacuation de blessé en
zone minée. La première séance d’ins-
truction a été menée par l’équipe
EOD-NEDEX du détachement (photo
n° 1).

PHOTO 1ER REG 2 PHOTO 1ER REG 4

– 16 –
La lettre du génie SOMMAIRE

Éditorial du général
Sommaire
In memoriam
Le mot du général Françoise
L’actualité en bref
◆ Le génie combat
Le génie construit
Le génie secourt
Le génie instruit
Histoire
Expériences
A savoir
Coup d’œil sur…
Témoignage

Beaucoup de destructions de muni-


tions sont à réaliser mais la météo
nous a contraints à réduire cette acti-
vité (problème de visibilité). La
matière de ces destructions provient
des récupérations d’UXOs ou bien
des stocks présents dans les dépôts
de KEYRABAD et PD 15 (photos n° 5
et 6).

Des chantiers de dépollution, de


déminage ou bien de vérification de
non-pollution sont réalisés avec les
EOD-NEDEX pour les emplacements
de bivouacs, zones de poser d’hélico-
ptères, points d’envol de drones…
(photo n° 4).

Le groupe organisation du terrain est à


pied d’œuvre. Les engins participent
activement à l’aménagement de KaIA
(Kabul International Airport) et à
l’amélioration de la traficabilité des
PHOTO 1ER REG 5
routes intérieures et extérieures du
camp.

Les récupérations de munitions sont sées en bordure de route. Et les divers Un MPG a été détaché à la MNEG
aussi notre quotidien, elles sont soit services de renseignement de l’ISAF (MultiNational Engineers Group) lors
collectées rassemblées en un lieu négocient aussi des récupérations de du crash aérien en vue d’ouvrir des
reconnu ou bien directement dépo- munitions (photos n° 2 et 3). accès jusqu'à l’appareil (photo n° 6).

PHOTO 1ER REG 6 PHOTO 1ER REG 7

– 17 –
Un sujet au cœur de l’actualité : les trois directions centrales ont fusionné et sont devenues le SID
(Service d’Infrastructure de la Défense) dans un seul et même but : « Toujours servir ».

UN NOUVEAU BÂTISSEUR EST NÉ


Ltn FEULLOY
LE SID Officier communication - SID

12 septembre 2005, le regroupement nue récemment, des tentatives de rap- DROIT RÉSERVÉ

des trois services constructeurs de la prochement avaient eu lieu dès 1958.


défense est officiel. Le conseil des Le projet d’interarmisation des ser-
ministres vient d’approuver par vices d’infrastructure n’est donc pas
décret la création d’un service bâtis- un fait nouveau. Voici les étapes de
seur unique : le service d’infrastruc- l’aboutissement de près de 50 ans de
ture de la défense (SID). Une semaine réflexions :
plus tard, le nom de son directeur est
communiqué : le général de division • 1958 - décision Guillaumat : regrou-
Addé, ancien directeur régional du pement de tous les services
génie en région terre sud-est. constructeurs existants au
sein de trois services (service
des travaux maritimes, ser-
« À vous tous qui rejoignez le service vice des bases aériennes, ser-
d’infrastructure de la défense et en vice du génie) ;
êtes désormais toute la richesse, je
veux aujourd’hui dire tout l’honneur • 1963 - rattachement des trois ser-
que je ressens en étant placé à votre vices à leurs chefs d’état-
tête. » C’est en ces mots que le géné- major respectifs ;
ral de division Addé a souhaité, par un
• 1972 - projet DIAM (direction de
premier ordre du jour, s’adresser à
l’infrastructure et de l’archi-
l’ensemble des acteurs qui composent DROIT RÉSERVÉ
tecture militaire) : le
désormais le SID ; un discours fédéra-
ministre Michel Debré fait
teur, ambitieux et rassurant pour une
étudier le fusionnement des • 1996 - rapport Camoin : proposi-
réforme annoncée de longue date.
trois services en un service tion de fusion sous autorité
unique. Cette direction, rat- du CEMA, à l’instar de la
tachée directement au direction centrale du service
UNE FUSION ministre de la Défense, ne de santé des armées et de la
NÉCESSAIRE verra pas le jour ; direction centrale du service
des essences des armées ;
• 1994 - rapport du CGA Cazalas :
S’il est vrai que la décision officielle création du comité de coor- • 2003 - le regroupement des services
de fusionner les trois directions cen- dination des services d’in- est décidé pour 2005. Cette
trales (direction centrale du génie, frastructure (CCSI) et du décision est le fruit d’une
direction centrale des travaux immobi- comité de coordination de réflexion nouvelle guidée par
liers et maritimes, direction centrale la fonction infrastructure la LOLF et la stratégie minis-
de l’infrastructure de l’air) est interve- (CCFI) ; térielle de réforme (SMR).

– 18 –
La lettre du génie SOMMAIRE

Éditorial du général
PHOTO DCG Le mot du général Françoise
Sommaire
L’actualité en bref
Le génie combat
◆ Le génie construit
Le génie secourt
Le génie instruit
Histoire
Expériences
A savoir
Coup d’œil sur…
Portrait

La machine de l’interarmisation s’est Cette fusion des services d’infrastruc- fonction immobilière.
donc clairement mise en marche à ture a été mise en œuvre conformé-
l’été 2003, et contrairement aux pro- ment à la stratégie ministérielle de
positions du rapport Camoin de 1996, réforme. Compte tenu de la conjonc- UNE RÉPONSE ADAPTÉE
c’est le secrétaire général pour l’ad- ture actuelle, la fonction infrastructure
ministration (SGA) qui aura autorité ne pouvait pas échapper à cette
AUX BESOINS
sur ce service unique. En effet, à la logique de rationalisation des moyens DES TROIS ARMÉES
différence du service des essences ou et de recentrage des métiers. Une
du service de santé, le SID n’est pas meilleure maîtrise des dépenses, des On pourrait résumer l’activité du SID
rattaché à l’état-major des armées, responsabilités mieux réparties, une à sa mission principale, à savoir assu-
mais directement au SGA. Le SID harmonisation des procédures sont rer le soutien de l’infrastructure et du
trouve ses fondements dans le décret autant d’objectifs à atteindre qui ont domaine immobilier de la défense.
n° 2005-1151 du 12 septembre 2005, nécessité cette réforme. Ce regroupe- Mais que se cache-t-il derrière cette
modifiant les attributions et l’organi- ment vise également à faciliter l’iden- définition et surtout qu’est-ce que cela
sation du SGA et créant en son sein le tification de la chaîne infrastructure au signifie pour le néophyte ?
SID. sein du ministère et à améliorer la
qualité de la filière des métiers liés à la Le SID dispose d’une couverture géo-
graphique complète (voir carte de
PHOTO DCG France) répondant aux implantations
des formations de la défense. Il est non
seulement présent en métropole, mais
également dans les DOM-TOM et à
l’étranger avec 7 directions de travaux
(Antilles, Sénégal, Djibouti, La Réu-
nion, Guyane, Nouvelle-Calédonie et
Polynésie) et 3 services locaux
constructeurs (Côte d’Ivoire, Gabon,
Tchad). Mais le SID, c’est avant tout
4 500 hommes et femmes (diplômés
des grandes écoles d’ingénieurs et de
l’ESAG, techniciens, corps administra-
tif, des ministères de la Défense et de

PHOTO DCG PHOTO DCG

– 19 –
SOMMAIRE
La lettre du génie

Éditorial du général
Le mot du général Françoise
Sommaire
L’actualité en bref
Le génie combat
◆ Le génie construit
Le génie secourt
Le génie instruit
Histoire
Expériences
A savoir
Coup d’œil sur…
Portrait

l’Équipement…) qui
conseillent le comman-
dement et l’accompa-
gnent tout au long de
ses projets.
DROIT RÉSERVÉ

Il a su s’enrichir des
compétences et des spécificités que
l’on pouvait trouver au sein de cha- Dans les arsenaux de la DROIT RÉSERVÉ SID) délivre quant à elle,
cune des trois armées ; lui conférant Marine et les bases avec l’École nationale
un statut de bâtisseur pluridiscipli- aéronavales, le service des travaux maritimes, la
naire. intervient par le biais formation statutaire et
de moyens en régie la formation continue
Le SID réalise ainsi tous types de bâti- (personnels spéciali- nécessaires aux agents
ments (hébergement, alimentation, sés), pour ce qui qui serviront dans le
hôpitaux, ateliers techniques,…), mais concerne les interven- SID.
aussi des infrastructures plus spéci- tions en maintenance.
fiques comme les ouvrages maritimes Le SID se doit également
(quais et bassins recevant les bâti- Pour mener à bien sa de répondre en matière
ments de la marine nationale, formes mission, le SID s’ap- d’infrastructure aux
de radoub, digues de protection des puie également sur des besoins des forces proje-
ports,…) ou liés à l’activité nucléaire partenaires incontour- tées sur les théâtres
(installations de soutien des bâtiments nables. Il fait appel, au d’opérations extérieures.
à propulsion nucléaire), les pistes même titre que la direction centrale
aéronautiques ou encore les infra- de l’infrastructure de l’air avant lui, au Que ce soit au Kosovo, en Afghanistan
structures « durcies » avec entre autres ministère de l’Équipement pour le ou en Côte d’Ivoire, quel que soit le
les abris hommes et munitions. La soutien des bases aériennes compor- lieu, des hommes du SID sont présents
dépollution des immeubles, les procé- tant une plate-forme aéronautique. pour construire, aménager, réparer et
dures d’aliénation ou d’acquisition Ainsi, il peut compter sur le réseau entretenir les infrastructures néces-
d’emprises, la gestion des voiries et technique des bases aériennes (le ser- saires aux troupes.
des réseaux électriques, de chauffage, vice technique de l’aviation civile et
d’eau et d’assainissement, la préven- les trois services spéciaux des bases Les travaux sont confiés soit à une
tion des risques liés à l’amiante et à la aériennes) et 35 directions départe- main d’œuvre militaire, soit aux entre-
légionellose font égale- mentales de l’équipe- prises locales ; le SID contribue alors à
ment partie de son acti- DROIT RÉSERVÉ
ment (DDE). la relance économique du pays et
vité quotidienne. joue souvent un rôle de formateur
Les services spéciaux auprès de ces ouvriers généralement
Les travaux sont le plus des bases aériennes peu qualifiés.
souvent réalisés par des (SSBA) et les DDE dis-
entreprises civiles posent d’implantations Chaque année, plus d’un milliard
sélectionnées par le sur les bases soutenues, d’euros seront investis dans le secteur
biais d’appels d’offres. dénommées « services du BTP pour mettre en œuvre les
Le SID développe à ce locaux d’infrastructure » grands projets de la défense. Le SID
titre un savoir-faire et (SLI). En matière d’ensei- est d’ailleurs gestionnaire des crédits
une veille réglemen- gnement, l’École supé- d’infrastructure et assiste le SGA et les
taire permanente en rieure et d’application états-majors dans ses domaines de
matière d’achat public. du génie (hors chaîne compétence.

– 20 –
La lettre du génie SOMMAIRE

Éditorial du général
DROIT RÉSERVÉ Le mot du général Françoise
Sommaire
L’actualité en bref
Le génie combat
◆ Le génie construit
Le génie secourt
Le génie instruit
Histoire
Expériences
A savoir
Coup d’œil sur…
Portrait

Parmi les principales réalisations en DROIT RÉSERVÉ

cours ou à venir figurent toutes les


infrastructures opérationnelles desti-
nées à l’accueil des systèmes d’arme
de la défense (Tigre, Rafale, NH90,
Leclerc, VBCI, sous-marin Barra-
cuda,…), la maintenance des installa-
tions portuaires des arsenaux de la
marine nationale, la construction de
l’hôpital Sainte-Anne, le centre d’en-
traînement en zone urbaine (CEN-
ZUB), le centre de stockage intermé-
diaire de munitions anciennes
(CSIMA), le pôle stratégique de Paris,
la réhabilitation de la tour F à la Cité
de l’air,…

Le SID est un concentré d’experts issus


de tous les métiers afférant à l’infra-
structure (architectes, ingénieurs, des-
sinateurs, ouvriers, spécialistes en tous
genres,…). Tous se mobilisent autour
d’un objectif commun : RÉUSSIR.

DROIT RÉSERVÉ

DROIT RÉSERVÉ

– 21 –
SOMMAIRE
La lettre du génie

Éditorial du général
Sommaire
In memoriam
Le mot du général Françoise
ENTRETIEN
L’actualité en bref
Le génie combat
◆ Le génie construit AVEC LE GÉNÉRAL
Le génie secourt
Le génie instruit
Histoire
Expériences
DE DIVISION ADDÉ
A savoir
Coup d’œil sur… Directeur central du service d’infrastructure
Témoignage
de la Défense
Mon général, le SID est officiellement Le SID est aujour- C’est notamment la
créé. Quelles sont les raisons qui ont d'hui un organisme LOLF (Loi Orga-
conduit à ce regroupement ? interarmées, avec nique de la Loi de
notamment une Finances) qui a
La raison essentielle qui a conduit à ce direction tripartite déterminé le posi-
regroupement émane de la stratégie (terre, air et mer). tionnement du ser-
ministérielle de réforme et donc de la Que ce soit en vice d’infrastruc-
modernisation de l’État. Le ministère interne ou auprès ture de la défense.
de la Défense comptait auparavant des attributaires, La mise en place de
trois services constructeurs chargés du comment est vécu la LOLF est conco-
soutien des forces de leur état-major ce changement ? mitante au fusion-
d’emploi respectif. Pour essayer de nement des ser-
rationaliser cette fonction infrastruc- En interne comme vices. Il suffit de
ture, une solution consistait donc à en externe, ce chan- regarder où se
regrouper les trois services existants gement est vécu situent le pro-
en une entité unique de façon à exer- avec beaucoup d’in- gramme de soutien
cer notre métier de manière à peu près terrogations qui, des armées et le
identique pour chacune des armées et pour nombre d’entre-elles, demeurent programme ressources immobilières
des différents clients. L’objectif recher- sans réponse dans l’immédiat. Ceci dit, pour comprendre pourquoi nous
ché est de dégager autant que possible certaines de ces interrogations se déve- sommes rattachés au SGA, et non pas
des synergies entre les différents ser- loppent sans fondement réel. Nous à l’EMA. Ce sont des crédits qui seront
vices et, à terme, des gains de produc- allons continuer à faire notre métier de gérés sous la coupe du SGA. Il s’agit
tivité comme dans tout organisme qui bâtisseur au profit de nos clients et je ne du programme 212, action 4. La LOLF
se réforme. vois pas comment il pourrait en être s’inscrit dans une démarche qui
autrement. Le principe de ce regroupe- consiste à recentrer les budgets avec
Que va concrètement changer cette ment est bien d’être plus productif dans pour but de créer des chaînes com-
fusion pour les formations soutenues un sens. Nous devrions donc être mieux plètes et cohérentes. L’administration
et les attributaires ? armés pour répondre effectivement aux évolue : maintenant, on demande
besoins de tous nos attributaires et d’avoir des performances dans l’em-
Pour le moment, absolument rien. Il a d’être en mesure de satisfaire plus faci- ploi de nos budgets et il est donc
bien été précisé que la réforme tou- lement leurs demandes. Nous serons logique que nous soyons à ce titre
chait essentiellement les directions plus efficaces à 4 500, que seul chacun sous l’autorité du SGA, qui est respon-
centrales et que les réseaux resteraient dans notre coin. Mais, comme dans tout sable du programme.
dans un premier temps ce qu’ils sont. changement, nous ne pouvons pas évi-
Les formations soutenues étant sur le ter les craintes de chacun. Mon rôle Le SID est gestionnaire des crédits
terrain, elles ne devraient voir aucune consiste alors essentiellement à calmer d'infrastructure. Quelles en sont les
différence. Elles auront le même cor- les esprits et à montrer aux gens que là conséquences directes ?
respondant qui sera toujours dans les où ils voient quelque chose de dange-
mêmes couleurs et avec les mêmes reux, c’est peut-être au contraire Nous étions auparavant, pour chacun
habitudes. Pour les attributaires, la quelque chose de bénéfique qui pour- des services, gestionnaire d’une par-
situation est similaire. En revanche, ce rait se produire. tie des crédits que l’on employait.
qui va évoluer, ce sont les circuits de Désormais, nous sommes gestionnaire
décision au niveau du financement et Pourquoi le rattachement au secréta- de la totalité des crédits. Malgré tout,
donc toute la problématique de la riat général pour l’administration j’ai encore des interrogations, puisque
mise en place des crédits en matière (SGA) et non pas à l'état-major des nous risquons de travailler pour
d’infrastructure. Il s’agit là d’une ques- armées (EMA), comme il l'avait été d’autres organismes qui ne nous lais-
tion en devenir. envisagé en 1996 ? seront pas gérer leurs crédits. Mais les

– 22 –
La lettre du génie SOMMAIRE

Éditorial du général
conséquences directes sont minimes. pour un certain nombre de nos mili- Sommaire
In memoriam
Elles vont surtout aboutir à une charge taires. Elle reste donc essentielle.
Le mot du général Françoise
de travail conséquente en interne. En Néanmoins, le SID compte également L’actualité en bref
revanche, ce que nous pouvons espé- dans son dispositif une autre école : Le génie combat
rer, c’est un meilleur suivi de ces cré- l’École nationale des travaux mari- ◆ Le génie construit
dits et une plus grande réactivité au times qui s’appuie sur l’École natio- Le génie secourt
Le génie instruit
niveau de la mise en place des nale des travaux publics de l’État.
Histoire
moyens financiers sur le terrain. C’est Ainsi, quelles seront les évolutions Expériences
ce que j’attends avant tout de ce chan- dans le futur avec l’ESAG ? Tout cela A savoir
gement. Par le passé, nous étions obli- fait l’objet d’une réflexion profonde. Il Coup d’œil sur…
Témoignage
gés de demander aux gestionnaires de faudra que nous arrivions à trouver un
mettre en place l’argent. Désormais, le compromis. Je suis sûr que l’on s’atta-
circuit est plus court et ceci ne pourra chera toujours les services de
qu’avantager le terrain. l’ESAG et ils seront précisés sous la sion du besoin jusqu’à la livraison de
forme d’une convention. La seule l’ouvrage. Chacun des services a des
Comment envisagez-vous le rôle et chose qui risque d’évoluer assez rapi- habitudes, des méthodes de travail et
vos relations futures avec l'ESAG ? dement, c’est le pilotage du domaine des outils différents les uns et des
des TOI. Il est légitime de se demander autres. Le premier examen consiste
Le génie ne voit pas l’une de ses com- si ce pilotage revient effectivement au donc à recenser l’ensemble de ces
posantes s’éloigner. La composante CoFAT, et donc à l’ESAG, ou s’il doit outils. Nous ne retiendrons que le
infrastructure existe toujours mais elle revenir au SID qui est, d’après les meilleur de ce qui existe chez chacun
va simplement agir dans un cadre dif- textes, en mesure de déterminer ce qui d’entre-nous pour créer une sorte de
férent. Le principe des carrières duales a trait à la filière des métiers infra- boîte à outils commune marquée SID.
est conservé comme il a été confirmé structure et à la formation. Les textes Dès que nous aurons élaboré cette
par le général chef d’état-major lors de ne sont pas encore finalisés, puisqu’ils boîte à outils, nous la proposerons aux
la convention annuelle du génie. En ne sont pas encore publiés ; mais c’est états-majors, aux attributaires et aux
l’occurrence, cela signifie que les per- ce qui nous permettra de voir com- différents services qui nous font
sonnes qui le désirent pourront passer ment nous orienterons nos relations confiance. Nous pourrons ainsi établir
en seconde partie de carrière dans le dans le futur avec l’ESAG. avec eux de nouvelles relations pour
SID, avoir une spécialité TOI (tech- mener au mieux toutes les opérations
nique des opérations d’infrastructure), Quels sont les grands projets à venir d’infrastructure qui nous seront
et revenir en état-major ou en régi- du SID ? confiées, et ce sur les bases de procé-
ment. De facto, la composante conti- dures harmonisées. Dès lors, nous
nuera donc à exister, puisque l'on sera Une vaste réflexion dans un premier pourrons décliner tous nos axes de
toujours quelque part sapeur. Pour temps. J’ai beaucoup de questions qui, réflexion, que ce soit les outils infor-
autant, le contexte évolue puisque à l’heure actuelle, ne trouvent pas matiques, l’information, les ressources
nous sommes dans un système interar- de réponses encore entièrement arrê- humaines ou encore les filières de
mées. Quant aux relations avec tées. Notre premier objectif, c’est de métiers… Tout ceci constitue un vaste
l’ESAG, je ne vois pas pourquoi elles réussir. Réussir comment ? En ayant chantier qui touchera certainement la
évolueraient fortement dans l’immé- justement cette réflexion dans de totalité du service d’infrastructure et
diat. Elles vont perdurer dans la nombreux domaines ; à commencer qui nous promet encore beaucoup de
mesure où c’est la seule école qui par le cœur de notre métier : la bonheur.
nous permet d’avoir une formation conduite d’opérations. Cela englobe
permanente et une formation de base toutes les procédures depuis l’expres- Propos recueillis par le lieutenant FEUILLOY

– 23 –
La rubrique du dernier numéro était consacrée à la brigade cynophile de la sécurité civile.
Le numéro 35 met de nouveau à l’honneur cette spécialité, mais cette fois chez les pompiers et à
travers un championnat de niveau international.
Pour le numéro 36, c’est promis on arrête avec les chiens !

LA MÉDAILLE
PHOTO RÉMI DUSSERT, ROYAL CANIN

AU BOUT DU COLLIER

Les 11e championnats du monde de niveau international,


chiens de sauvetage se sont déroulés et leur participation a
pour la première fois en France du fait l’objet de sélec-
27 juin au 2 juillet dernier. Ils étaient tions nationales.
organisés dans l’Hérault (34) par le
SDIS, Service Départemental d’In- Chaque équipe est
cendie et de Secours (34), sous la composée d’un à huit
tutelle de son directeur, le colonel couples maître/chien.
Charles Cassar. Dix sapeurs-pom- Tous doivent concourir dans les QU’EST-CE QUE L’IRO ?
piers, dont deux de la BSPP répartis épreuves d’obéissance et de dextérité
en trois équipes, ont défendu les cou- puis dans leur épreuve de spécialité, Les championnats sont placés sous
leurs tricolores. questage ou décombres. La notation l’égide de l’IRO (1), International
finale permet d’effectuer un classe- Rettungshunde Organisation (organi-
ment individuel et par équipe. Les sation internationale des chiens de
journées sont particulièrement char-
RENCONTRE AVEC CES gées : les épreuves commencent à 6
recherche et de sauvetage).
DUOS À LA COMPLICITÉ heures du matin et s’achèvent le plus Créée en 1993, cette association inter-
EXCEPTIONNELLE, souvent vers 22 heures, avec une nationale d’équipes cynotechniques
pause aux heures les plus chaudes de de sauvetage est basée en Autriche et
HOMMES ET CHIENS la journée. regroupe 25 pays membres.

Plus de quinze nations, représentant L’équipe de France est représentée par Elle bénéficie d’un agrément de
près de deux cents concurrents, parti- dix sapeurs-pompiers, dont Olivier l’ONU et est intervenue dans le cadre
cipent à l’événement. La compétition Jondeau et Carmelo Tambuzzo de la de catastrophes majeures : tremble-
réunit les meilleures équipes cyno- BSPP. La direction technique de la ments de terre en Turquie et en
techniques de sauvetage du monde. compétition est assurée par le colonel Algérie, tsunami en Asie du Sud-Est,
Les chiens engagés sont tous titulaires Dominique Grandjean, vétérinaire en etc. Elle est à l’origine d’un système de
d’un test de chien de sauvetage de chef de la BSPP, et membre de l’IRO. qualification reconnu des équipes

(1) Découvrir l’IRO : www.iro-dogs.org


(1) Toutes les informations sur la compétition : http://www.sardog-wc2005.com/

– 24 –
La lettre du génie SOMMAIRE

Éditorial du général
PHOTO RÉMI DUSSERT, ROYAL CANIN Le mot du général Françoise
Sommaire
L’actualité en bref
Le génie combat

PHOTO RÉMI DUSSERT, ROYAL CANIN


Le génie construit
◆ Le génie secourt
Le génie instruit
Histoire
Expériences
A savoir
Coup d’œil sur…
Portrait

barquer le matériel dans un avion. chiens et la gestion du stress. Les


L’IRO est ainsi capable de mettre en épreuves constituent un excellent
place un détachement multinational test de résistance : le maître, concen-
projetable dans le monde entier. Cela tré, communique une tension à l’ani-
implique un entraînement quotidien mal, qui doit réagir de manière
pour les hommes et les chiens et appropriée. Les conditions clima-
des mises en situation régu- tiques (35° C tous les jours)
lières lors de séances de accentuent les diffi-
formation. cultés et permettent
PHOTO RÉMI DUSSERT, ROYAL CANIN
d’étudier le compor-
En France, la tement des animaux
DDSC (Direction en milieu hostile (voir
de la Défense et aussi l’étude sur le
de la Sécurité comportement des
Civiles) préco- chiens en altitude et
nise également l’analyse des dettes
dans le Guide d’oxygène, ADH mai
National de Référence de la 2004). Pour preuve, quinze chiens
Cynotechnie (2) l’emploi d’un seront soignés pendant la durée des
détachement cynotechnique de épreuves. En conclusion, les études
recherche en cas de catastrophe révèlent qu’hormis ses qualités phy-
majeure, qui peut comprendre siques intrinsèques, l’amélioration des
jusqu’à douze équipes cynotech- performances d’un chien repose
cynotechniques : recherche en décom-
niques accompagnées d’un vétérinaire essentiellement sur la nourriture et
bres, en questage, en pistage, sauve-
et d’un conseiller technique. l’entraînement physique. Les recher-
tage en avalanche et en milieu aqua-
ches actuelles portent notamment sur
tique.
la génétique canine et sur la géno-
Parmi ses principales missions figure DES CONFÉRENCES mique de l’olfaction, afin de pouvoir
sélectionner à l’avance les spécimens
la coopération sans frontières entre les AVANT LA COMPÉTITION les plus doués.
organisations nationales dans le
domaine de la formation et du déve- Deux policiers new-yorkais, Dan
loppement des groupes cynotech- Donadio et Joe Caputo, immergent les
niques. Les championnats du monde participants dans le travail opération- LE DÉROULEMENT
annuels constituent une concrétisation nel des maîtres chiens lors de l’effon- DES ÉPREUVES
amicale et ludique de cet échange de drement des tours du World Trade
connaissances. Si l’esprit de ces ren- Center le 11 septembre 2001. Loin du
contres est sportif, chaque épreuve est contexte purement sportif, leur inter- RECHERCHES EN DÉCOMBRES
aussi l’occasion de comparer et d’affû- vention souligne l’importance du tra- (SITE DE GIGNAC)
ter les méthodes de travail entre vail accompli par les chiens de sauve-
équipes de sauvetage pour accroître tage lors de catastrophes majeures. Organisée dans un « chaos de pierres
l’efficacité opérationnelle. En effet, la et de ferrailles », dans l’un des rares
formation est essentielle pour des Ensuite, le colonel Grandjean met en sites agréés en France, l’épreuve de
équipes qui doivent intervenir dans évidence l’intérêt du championnat recherches en décombres simule une
des délais très courts, le temps d’em- dans l’analyse du comportement des catastrophe : effondrement d’im-

(2) Le GNR de la Cynotechnie, annexé à l’arrêté du 18 janvier 2000, est téléchargeable sur www.secourisme.info

– 25 –
SOMMAIRE
La lettre du génie

Éditorial du général
Le mot du général Françoise
Sommaire
Ce qu’ils en ont dit
L’actualité en bref « Les résultats de l’équipe de France sont très satisfaisants et témoignent de l’excellent travail des
Le génie combat maîtres-chiens (…). Ce championnat est surtout un prétexte pour permettre aux maîtres-chiens de
Le génie construit confronter leur expérience autour de ce qui est devenu un élément fondamental du secours opéra-
◆ Le génie secourt tionnel. » (colonel Grandjean)
Le génie instruit
« Le chien de sauvetage ne cesse de s’améliorer. Pour les recherches, grâce à son odorat exceptionnel,
Histoire
il surpasse nos techniques d’identification sonore ou d’infra-rouge. » (colonel Cassar)
Expériences
A savoir « Des stages de perfectionnement sont programmés à Limoges et Avignon avec les sapeurs-pompiers
Coup d’œil sur… professionnels de l’équipe de France présents à la Grande-Motte. Ils constituent des échanges officiels
Portrait de travail qui nous permettront de capitaliser sur ces championnats. » (adjudant Jondeau)

PHOTO RÉMI DUSSERT, ROYAL CANIN L’épreuve de dextérité a pour but de de recherche de personnes disparues,
vérifier les qualités techniques des d’enfants égarés ou de promeneurs
chiens. Différents agrès (échelles, bas- perdus lors de randonnées. Le capo-
cule, saut, etc.) permettent à l’animal de ral-chef Carmelo Tambuzzo termine
montrer sa confiance et son calme. Le 26e sur 47 participants.
chien doit enfin se laisser porter par une
tierce personne, afin de s’assurer qu’il Laurent AUDOIN
peut être transporté lors d’un séisme. REMERCIEMENTS : colonel Charles Cassar,
directeur du Service départemental d’incendie
et de secours de l’Hérault (34), la société Royal
RECHERCHE EN QUESTAGE Canin et tous les participants des épreuves.
(DUNES DU GRAND TRAVERS)
PHOTO RÉMI DUSSERT, ROYAL CANIN

Les chiens balaient de part et d’autre


meuble, glissement de terrain, etc. Les d’une ligne médiane sur un terrain
victimes sont enfouies sous les gravats broussailleux. L’odeur est de plus en
et la poussière, les éléments de plus volatile. C’est une épreuve diffi-
construction gênant la progression des cile pour le chien qui ne dispose pas
secours et des chiens de recherche. d’odeur de référence. Cette épreuve
Dans cette épreuve, le chien doit agir permet de mettre en avant les qualités
seul, dirigé par son maître présent au
bord du site. L’objectif est de marquer PHOTO RÉMI DUSSERT, ROYAL CANIN

cinq victimes en 40 minutes. Parmi


cinquante-deux compétiteurs, l’équipe
de France s’est distinguée dans cette
épreuve avec sept Français classés
dans les quinze premiers, l’adjudant
Olivier Jondeau termine 13e.

OBÉISSANCE ET DEXTÉRITÉ
(STADE DE LA GRANDE-MOTTE)
Les 10 participants de l’équipe de France (dans l’ordre du tirage au sort)
Dans ces épreuves, les chiens doivent
obéir à la voix et au geste, quelles que MAÎTRE CHIEN
soient les circonstances. Il s’agit de Gérald Caldés SDIS 84 Xèrès
vérifier l’obéissance aux ordres, la Olivier Asselin SDIS 13 Job
franchise et l’agilité. Marc Courtois SDIS 91 Team
Daniel Buriller SDIS 71 Sisko
Pour l’épreuve d’obéissance, maître et Olivier Jondeau (BSPP) ADJ au Vec de la BSPP Rix
chien doivent suivre un circuit déter- Christian Capillier SDIS 91 Typhon
miné : le chien doit traverser un Ludovic Blégean SDIS 87 Ranger
groupe de personnes sans être per- Mourad Ghroum SDIS 33 Peter
Patrick Villardry (Sdis 06) SDIS 06 Philou
turbé, ne pas réagir à différents bruits,
Carmello Tambuzzo(BSPP) CCH au Vec à la BSPP Ruby
puis attendre immobile loin de son
maître pendant qu’un autre couple Félicitations à C. Capillier, M. Ghroum et P. Villardry qui ont terminé 3e du
passe l’épreuve. championnat par équipes.

– 26 –
L’instruction se mène partout et dans des conditions variées. Par exemple, à l’ESAG, Maison-Mère
bien entendu, via la formation des formateurs, mais aussi en Afghanistan au sein d’un DIO.

R
La cellule Formation à l’EXercice de l’Autorité E
T

Cette année encore, la rentrée scolaire des échanges nom-


s’est déroulée dès la mi-août pour les breux et complémen-
nouveaux arrivants affectés à la DGF. taires mêlant théorie et
Pour ces cadres militaires et civils qui expériences. Initiation
seront très prochainement et directe- pour certains, simples
ment impliqués dans la formation des rappels pour les autres,
stagiaires, l’École organise du 16 au ce stage permet enfin à
23 août un module spécifique de for- tous, outre de commen-
mation des formateurs. Placé sous la cer à s’intégrer au sein
houlette de la cellule FEXA, ce sémi- de la direction, de
naire de rentrée est l’occasion pour remettre le pied à
chacun de réfléchir sur les méthodes et l’étrier avant le début
pratiques propres à la formation des « stages longs »
d’adultes. Cette expérience, inédite dont l’arrivée est prévue
pour certains, est également propice à le 31 août. DROIT RÉSERVÉ

DROIT RÉSERVÉ

« Le bilan des cours FEXA dispensés aux for-


mateurs mutés au PAM 2005 est sans aucun
doute positif : c’est un stage enrichissant
puisqu’il permet à chacun, en fonction de
son parcours professionnel, soit de rafraîchir
certaines connaissances, soit d’en acquérir
pour ceux n’ayant jamais eu l’occasion de
bénéficier de tels cours. Il est utile de faire
des rappels sur les techniques permettant
d’améliorer le système de formation avant
que les cours ne débutent car la préparation
peut devenir routinière au point que le
formateur ne remet plus en question ni sa
façon d’être ni le contenu de ses cours. Un
bémol : certains jours, la densité des cours
est telle qu’il est difficile de tout assimiler
correctement. »
Sous-lieutenant BAUMEL

– 27 –
SOMMAIRE
La lettre du génie

Éditorial du général
Le mot du général Françoise
In memoriam Cne SAGON
Sommaire
L’actualité en bref
Chef DIO Génie - EPIDOTE 12
Le génie combat
Le génie construit
Le génie secourt
◆ Le génie instruit
Histoire
Expériences
A savoir
Le capitaine Sagon (minex EM), le ser- permis de mettre en avant le travail
Coup d’œil sur…
Témoignage gent-chef Angama (minex 3), le sergent- d’instruction réalisé par l’équipe
A lire chef Lambert (minex 2) et le sergent bisontine. La satisfaction affichée par
Trou (minex 2) ont débarqué à Kaboul le général Bismullah-Khan Cema de
le 26 avril dernier afin de préparer puis l’armée afghane positionne favorable-
de conduire cette instruction.
DROIT RÉSERVÉ
Après un mois de préparation (prise de
contacts avec les autorités militaires
américaines en charge de l’instruction
de l’Armée nationale afghane (ANA),
avec les autorités militaires afghanes,
avec les responsables des ONG pré-
sentent à Kaboul - constitution des
aides pédagogiques adaptées - récoltes
des différents matériels nécessaires à
DROIT RÉSERVÉ
l’instruction), la formation a pu débu-
ter le samedi 28 mai dernier.

La présence sur le territoire afghan Répartie en deux cours menés


d’officiers français appartenant à conjointement, la formation se com-
l’arme du génie intégrés dans les opé- pose de deux stages de 4 semaines au
rations EPIDOTE précédentes a permis profit des officiers et sous-officiers de ment la volonté du pays de poursuivre
de faire une première évaluation des la compagnie génie et de 4 stages de cette mission ô combien enrichissante
besoins de l’armée afghane dans la deux semaines au profit des MdR. Au et valorisante pour le génie français
formation de ses unités du génie et total, une trentaine de cadres seront qui voit ici l’occasion de mettre en
plus précisément d’être capable de formés niveau « minex 2 » et 80 sol- pratique ses techniques de déminage,
répondre au souci majeur que repré- dats auront reçu la formation niveau reconnues comme étant les meilleures
sentent les mines et les munitions « minex 1 ». au monde.
éparpillées sur l’ensemble du pays.
L’instruction sera finalisée fin juillet Il ne reste qu’à espérer que le pro-
L’EMAT a par conséquent pris la déci- par l’engagement opérationnel de la chain DIO génie soit présent sur
sion de mettre en place, au sein de compagnie sur un chantier réel. Cette Kaboul dès le mois d’août, scellant
l’opération EPIDOTE 12 commandée opération conduite par l’armée ainsi les héritiers de Vauban au sein de
par le lieutenant-colonel Sevin (8e RA), afghane représentera la première l’opération EPIDOTE.
le premier détachement d’instruction contribution de l’ANA au déminage
opérationnelle génie (DIO GEN). du pays qui compte pour être l’un des
Ayant pour mission d’organiser la for- plus pollué du globe.
mation d’une compagnie génie DROIT RÉSERVÉ
afghane dans le domaine du déminage Si l’objectif du DIO GEN n° 1
et de la dépollution, le DIO GEN s’est semble acquis, le défi de l’opé-
fixé l’objectif d’amener les officiers et ration EPIDOTE 12 est de pou-
sous-officiers au niveau « minex 2 » et voir pérenniser cette mission en
les soldats au niveau « minex 1 ». inscrivant l’instruction génie
dans un cursus de formation
Le 19e régiment du génie d’Afrique général, ce qui requiert la colla-
stationné à Besançon, appartenant à la boration des autorités des
7e brigade blindée en charge de l’opé- armées américaine et afghane.
ration PAMIR 11 (juin à septembre
2005), s’est donc vu confier cette mis- Une présentation dynamique
sion et a détaché pour la mener à bien démontrant les savoir-faire
une équipe de quatre hommes. acquis par les sapeurs afghans a

– 28 –
Q
U A N
D
V
M. Alain FOUGERAY - ESAG

Nombreux sont les historiens qui ont Bretagne par une attaque victorieuse la défense avancée de Brest. Il y
souligné que Vauban n’avait jamais contre Brest, et, de là, une invasion du séjourna à plusieurs reprises et devint
commandé en chef, et d’aucuns ont territoire français. le commensal et l'ami des habitants.
affirmé que c’est à ce manque de
commandement qu’il dut d’attendre Dès 1685, les services secrets de Louis Du sommet du Roc-A-Ma-Dour, près
longtemps la dignité de maréchal de XIV, remarquablement organisés, lui de la chapelle du Roc, Vauban,
France. Pourtant, pendant un temps apprirent les projets du souverain accompagné de son adjoint l’ingé-
très court certes, Vauban a réelle- anglais. Déjà, à Dunkerque, Dieppe, nieur Traverse, et des principaux
ment effectué un tel commandement Saint-Malo, Belle-Île et même jusqu'à patrons de barques de Camaret, com-
et avec un tel savoir-faire qu’il a très l'embouchure de la Gironde, des prit, en considérant le site et l’anse de
probablement sauvé le royaume de escadres avaient bombardé les ports Camaret, que le centre de la défense
France. français et des incursions hardies de Brest se trouvait là. Si, du fait de
avaient jeté quelques frayeurs dans les violents courants alternatifs et d’une
Le cardinal de Richelieu, gouverneur populations littorales. faible largeur de 1 800 pas n’excédant
de la Bretagne, l’appelait « mon pas la portée des canons du temps, le
Brest ». Avec une rade difficilement Louis XIV, inquiet, avait pris conseil goulet de Brest était quasi infranchis-
accessible par un étroit goulet, la ville auprès de Vauban à qui la France devait sable aux voiliers du XVIIe siècle, en
était devenue un port magnifique, les plus puissantes fortifications bâties revanche, l'anse de Camaret et la
avec un important arsenal, une base sur les frontières de terre et de mer. gorge de Quélern formaient un isthme
navale pour les escadres du Roi-Soleil. facile à franchir, large seulement de
La position de Brest, si le port était Les plans de l’adversaire s'appuyaient quelques centaines de pas et par
tenu par une puissance étrangère, per- principalement sur les manœuvres lequel un assaillant vainqueur pouvait
mettrait à celle-ci, non seulement de conjointes des marines anglaise et hol- faire passer troupes et bateaux légers,
s’assurer une prédominance quasi landaise. Après une longue inspection jusque dans la rade de Brest, entre
totale sur l’Atlantique, mais encore du littoral qui devait l’amener de Roscanvel et l’île Longue, afin de
d’être une formidable tête de pont Dunkerque à Bayonne, Vauban élabora prendre l'arsenal à revers…
pour mener dans le royaume de un plan de défense
France une campagne terrestre d’en- dont la partie centrale DROIT RÉSERVÉ

vergure en ouvrant, face aux habituels allait être l'armement


champs de bataille du Nord et de l’Est, de la région de Brest.
un second front que le roi de France Il passa de longues
aurait peine à défendre. semaines à inspecter
avec minutie le littoral
Dans les dernières années du XVIIe breton où il fit armer
siècle, Guillaume III, roi d'Angleterre les batteries côtières
et stathouder de Hollande, s’était déjà existantes. Enfin,
révélé le principal adversaire de la Vauban fixa son choix
France, et menait contre elle une sur Camaret dont il
guerre sans merci. L'un des moyens pensait que ce petit
les plus efficaces pour vaincre Louis port était en quelque
XIV lui semblait être la conquête de la sorte la clé de voûte de Chapelle de Roc-A-Ma-Dour.

– 29 –
SOMMAIRE
La lettre du génie

Éditorial du général
Le mot du général Françoise moult courriers adressés à tous ceux dresse la tour elle-même, composée
In memoriam
Sommaire
dont le concours est indispensable à la d'un gros bloc de maçonnerie poly-
L’actualité en bref réalisation de l’œuvre entreprise, dans gonal, avec un sous-sol, trois étages
Le génie combat un élan de fièvre, sous la pression du percés de meurtrières pour la mous-
Le génie construit
danger qui pointait à l'horizon et queterie, et un grenier sous toit d'ar-
Le génie secourt
Le génie instruit contre lequel il fallait en toute hâte doises. » (1) C'est l'aspect sous lequel
◆ Histoire organiser la résistance. Il envoie des se présente aujourd'hui encore, hor-
Expériences rapports au ministre et au roi, en par- mis les lourdes pièces d'artillerie, la
A savoir
Coup d’œil sur…
ticulier des plaintes contre les bureaux tour de Côte de Camaret.
Témoignage de Versailles dont les incompréhen-
A lire sions et les lenteurs risquaient d'entra- Aux premiers jours de 1689, sitôt
ver la besogne menée avec une telle les esquisses terminées, les tra-
furie de travail. Par exemple, Vauban vaux ont commencé et se
DROIT RÉSERVÉ
reproche à l'administration centrale poursuivront avec une
de ne pas lui donner assez vite les extrême rapidité proba-
aides indispensables à la construction blement due à l’ur-
et à l'armement des batteries de gence imposée
côtes, et disait : « celle qui devrait par les circons-
être ma Tour Dorée, languit comme tances. Les
les autres ». premiers
travaux
Persuadé de l’urgence d’établir une
défense aussi forte que possible,
Vauban rassemble autour de lui toutes
les bonnes volontés, tous les courages,
et dynamise les soldats, les ouvriers,
la population tout entière par une
énergie et une conviction farouche
qu’il sait faire partager à tous.
Coude à coude avec les mili-
Camaret - tour Vauban. taires, les habitants de Camaret
participent à la préparation
d’une défense dont aujour-
Vauban décida que le « Roc-au- d’hui encore témoigne la
Milieu-des-Eaux » de Camaret devrait tour de Côte, toujours
sans retard devenir le pivot de la fière dans la robe
défense de Brest. Il esquissa sur le rouge de ce curieux
papier la première épure de la Tour de crépi. « L'ouvrage, -
Côte dont il venait d'imaginer la sil- unique dans toute
houette si originale, unique exemple l’œuvre immense
de cette architecture. de Vauban, - est à la
fois très simple et
C’est une batterie à un rez-de-chaus- très puissant. Au-
sée entouré d'un mur épais, percé de dessus d'un rem-
onze ouvertures qui battent un angle part surhaussé, en
de 180°, d'ouest en est en passant par dessous duquel une
le nord. La tour elle-même a deux douve se remplit
étages percés chacun de quatre ouver- aux marées, une
tures garnies de huit pièces moyennes, batterie semi-circu-
le rez-de-chaussée étant armé de laire regarde de ses
pièces de 48. Un pont-levis et de nom- onze embrasures
breuses ouvertures pour des mous- tout l'horizon marin
quets complétaient enfin la défense. de la pointe du Gouin,
à la grève du Trez-
Vauban multiplie les études, les plans, Rouz et était armée par
les cartes, les aquarelles, examine les onze pièces de 48. En
comptes des entrepreneurs, rédige arrière et au-dessus se

(1) Toudouze (G.-G.), Camaret et Vauban.

– 30 –
La lettre du génie SOMMAIRE

Éditorial du général
consistent à recouvrir de sable le On sait que Vauban Le mot du général Françoise
In memoriam
sillon reliant le Styvel à avait comme prin- Sommaire
l’îlot du Roc, couvert cipe de lier, dans L’actualité en bref
et découvert toute la mesure du Le génie combat
Le génie construit
suivant possible, l’ouvrage de
Le génie secourt
l e s défense de guerre à Le génie instruit
l’œuvre de paix à venir, il ◆ Histoire
décida donc de faire édifier Expériences
A savoir
la tour avec les matériaux Coup d’œil sur…
locaux de telle manière que Témoignage
les populations puissent en A lire
tirer quelque avantage. C’est
ainsi qu’il prescrivit de
construire le gros œuvre en hollandaises. Par la suite, et avec le
tirant les blocs de granit du port, matériel considérable dont elle était
entraînant par là-même le creuse- dotée, elle avait pour mission de péné-
ment de celui-ci, à la grande satis- trer rapidement en Bretagne pendant
faction d’une population de que d'autres troupes alliées engage-
pêcheurs qui ainsi pouvait dispo- raient une attaque dans le Nord, avec
ser d’un port toujours en eau. Pour pour objectif d'ouvrir la route de Paris
habiller l'édifice et réaliser l'esca- et de Versailles. Le projet était certes
lier intérieur, les pierres de granit risqué, mais la coalition anglo-hollan-
furent tirées de l'île Melon. daise pensait pouvoir obtenir sans
peine en sa faveur un soulèvement
complet des Bretons. D’ailleurs, par
Dans le courant de l’année 1691, politique et par finance, Guillaume III
la tour s’élevait à peu près à moitié se croyait sûr d'obtenir des appuis
de sa hauteur. Les espions anglais, dans la péninsule armoricaine.
comprenant alors l'importance de
ces travaux de défense, rendirent Les informations étaient si précises
compte et bientôt une flotte de que les conseillers du Roi-Soleil,
seize bâtiments anglo-hollandais anxieux, se mirent à envisager le pire.
se présenta soudainement en vue À la cour de Versailles, les opinions les
de la rade dans l’intention de plus contradictoires se firent jour
bombarder l'édifice en construc- parmi les courtisans, et les chefs mili-
tion. Cinq frégates françaises, aux taires et maritimes les plus compétents
ordres du sieur de Relingue, croi- n’étaient pas en reste d’avis opposés.
sant par hasard au large de Il devenait indispensable de prévoir
Camaret, engagèrent un âpre com- une action double, à la fois terrestre et
bat naval, causant des pertes à la flot- maritime. On avait l’exemple des
tille de pêche camarétoise. Mais les mésententes survenues entre les
cinq bâtiments français mirent en fuite défenseurs du royaume lors de précé-
les seize navires ennemis et le sieur de dentes tentatives de débarquement -
Relingue reçut de Louis XIV une lettre en particulier à Dieppe, à Saint-Malo
de félicitations. et à Belle-Île. Il convenait de ne pas
laisser se renouveler ces dissensions
Vauban résidait la plupart du temps à entre les chefs. De plus, on ne pouvait
Camaret, adopté par les Camarétois. se cacher qu’il faudrait mobiliser les
marées. La tour était sur le point d’être ache- milices et les garde-côtes, unités hété-
Ce passage vée lorsque des renseignements précis roclites recrutées dans les populations
auparavant parvinrent à Louis XIV l’informant que locales et très peu entraînées à la
malaisé devient de Guillaume III, s'estimant enfin prêt, manœuvre et surtout peu ou pas habi-
la sorte une digue que avait donné l'ordre de lancer l'attaque tuées au feu des combats.
la mer ne peut plus fran- contre la France. Les espions du roi de
chir, sur laquelle une noria de France faisaient parvenir des rensei- Le temps presse et chaque jour le péril
soldats et d’ouvriers se presse pour gnements de plus en plus précis : une se fait davantage sentir. Louis XIV
continuer les travaux. Derrière la cha- importante flotte devait coûte que appelle Vauban, alors lieutenant géné-
pelle du Roc-A-Ma-Dour, une douve coûte s’emparer de Brest et jeter à ral, et lui ordonne de prendre le com-
est dessinée et creusée. Enfin s'élèvent terre une armée essentiellement com- mandement suprême de toutes les
la batterie et le corps de bâtiment. posée de troupes d'élite anglaises et forces françaises, terre et mer, dans la

– 31 –
SOMMAIRE

Éditorial du général
Le mot du général Françoise
In memoriam
Sommaire
L’actualité en bref
Le génie combat
Le génie construit
Le génie secourt
Le génie instruit
◆ Histoire
Expériences
A savoir
Coup d’œil sur…
Témoignage
DROIT RÉSERVÉ
A lire
L’anse de Camaret vue depuis le sillon.

province de Bretagne. Un si vaste les points de la côte du vestibule du vous ai choisi pour commander ces
commandement nécessite un titre goulet de Brest qu’il avait auparavant troupes et dans la place. C'est pour-
assurant à Vauban l’autorité suprême visités afin d’en renforcer les moyens quoi je désire qu'après que vous
dont le roi vient de l’investir. Ce der- de défense. La plupart du temps il fait aurez achevé la visite des Cotes que
nier le nomme alors également lieute- doubler le nombre des canons et mor- vous avez entreprise, au lieu de vous
nant général de la Marine, lui donnant tiers déjà installés. Il termine son ins- rendre auprès de moi, vous alliez
ainsi l’autorité absolue de l’armée et pection par Camaret, point qui lui audit Brest pour que vous ayez le
de la Marine. semble le plus propice à une tentative temps de bien examiner la place et
ennemie. Il fait élever, de la pointe du les lieux où les ennemis pourraient
Gouin à la pointe de Tremet, un large mettre pied à terre et d'où ils pour-
VAUBAN REÇOIT UNE demi-cercle de tranchées afin de com- raient la bombarder afin que vous
CONSIGNE UNIQUE : mander la totalité de l'anse, au milieu preniez toutes les précautions que
de laquelle s’achève en hâte la vous croirez nécessaires pour les
SAUVER LA FRANCE construction de son édifice favori, la empescher de réussir dans leur des-
DU PÉRIL massive et puissante tour de Côte. sein.
QUI LA MENACE Le 1er mai 1694, le roi, parfaitement
« J'ai choisi le Sieur de Servon, maré-
chal de Camp, pour commander la
renseigné, écrit à M. de Vauban : cavalerie, tant qu'elle ne sera pas
Vauban accepte l'écrasante tâche, à
cette seule condition qu’il ne serait « J’ai eu des avis de plusieurs endroits jointe et les Sieurs de La Vaisse et de
« lieutenant général de la Marine que différents et qui se recoupent tous Moncault, que je ferai Brigadiers,
pour l'honneur », signifiant ainsi qu’il qui m'assurent que le dessein du avec l'infanterie pour exécuter vos
tentera de sauver le royaume, mais Pce [prince] d'Orange est d'essayer ordres. je me remets à vous de pla-
qu’il le fera sans solde. Cette attitude avec les flottes d’Angleterre et de cer les troupes où vous le jugerez à
de Vauban impressionna toute la cour Hollande jointes, de brûler les vais- propos, soit pour empescher la des-
de France et Saint-Simon d’écrire plus seaux qui resteront à Brest et de ten- cente, soit en cas que les ennemis
tard à ce propos : « Monsieur de ter avec un corps de 6 à 7000 fissent le siège de la place.
Vauban était porté dans tous les cœurs hommes de se rendre maître de « L'emploi que je vous donne est un
français. » ladite place ce que je ne crois pas des plus considérables par rapport
bien praticable avec un aussi petit au bien de mon service et de
Vauban prend immédiatement la nombre de troupes que celui là. mon Royaume. C'est pourquoi je
route de la Bretagne et, très rapide- L'importance de Brest fait, néan- ne doute point que vous ne
ment, il inspecte la côte bretonne moins que je ne veux pas me repro- voyez avec plaisir que je vous y
depuis l'embouchure de la rivière de cher de n'avoir pas contribué, de destine et ne m’y donniez les
Morlaix jusqu'à celle de la rivière de tout ce qui peut dépendre de moi, marques de votre zèle et de
Quimper. Sur son ordre toutes les pour essayer d'empêcher les enne- votre capacité, comme vous l'avez
grèves pouvant prêter à débarquement mis de réussir dans cette entreprise. fait en toute rencontre. J'ai choisi
sont défendues par des levées de terre « Quoi qu'il y ait dans cette place le Maréchal de Choiseul (2) pour
avec épaulements, immédiatement 1 500 hommes de la Marine, je ne commander les trouppes de Bre-
occupées par les garde-côtes des laisse pas d’y faire marcher 6 tagne et de Normandie et vous
paroisses riveraines. Armes et muni- bataillons de ceux que j'ai destinés serez seul chargé de ce qui
tions leur sont largement distribuées. pour la garde des côtes, un régiment regarde les Cotes des environs de
Ensuite, il reprend l’inspection de tous de cavalerie et un de dragons. je Brest. » (3)

( 2 ) C l a u d e d e
C h o i s e u l
-

– 32 –
La lettre du génie SOMMAIRE

Éditorial du général
Sur cette minute, se trouve en marge « J'ai fait aussi avertir les milices Le mot du général Françoise
In memoriam
l'annotation manuscrite suivante : (gardes cote) de se tenir prêtes pour Sommaire
border la cote au premier signal, et L’actualité en bref
« 6 bataillons sous Brest : MM. de
toutes les batteries du Goulet sont Le génie combat
Vauban, La Vaisse (4), Moncault (5) Le génie construit
fournies de leurs besoins, à peu de
« 1 Rgt de cavalerie - 1 Régiment de Le génie secourt
choses près, ... V.M. sait que la plus Le génie instruit
Dragons : Servon (6) grande partie n'est pas achevée et ◆ Histoire
« St Malo 1 Régiment d'infanterie : qu'il y en a même beaucoup qui ne Expériences
A savoir
Polastron sont même pas commencées parce Coup d’œil sur…
« 5 bataillons en Normandie MM. du qu'on n’y a pas travaillé cette année Témoignage
Reffuge - Duperré. et fort peu les précédentes. A lire

« M. Choiseul en Normandie - 6 « Je n'ai pas encore de nouvelles des


Compagnies de mousquetaires et 13 troupes qui doivent se rendre à Brest Vauban envoie de Brest, le 6 juin, à M.
Compagnies de Gardes-françaises à et de tous les officiers généraux, il de Barbezieux le courrier suivant :
Paris. » (7) n’y a que M. de Moncault d'arrivé.
« Par un batiment anglais chargé de
V.M. peut s'assurer de mon applica-
Fin mai 1694, les nouvelles d'Angle- 147 de nos prisonniers qui a été
tion tout entière. Je vois beaucoup
terre apprennent que les cinq ports bri- obligé de relâcher à Cherbourg,
de bonne volonté dans tout ce qu'il
tanniques équipaient des dizaines de j'apprends par M. de Gabaret confir-
y a de gens ici et j'espère, moyen-
très gros navires sur lesquels s’embar- mation de ses dernières nouvelles
nant Dieu, que V M. aura lieu d'être
quaient de très nombreux régiments. que la flotte des ennemis était partie
satisfait. » (8)
le 9 (mai) de Plymouth, nombreuse
Vauban, qui n'a cessé de mener de « P.S. Le courrier m'a trouvé à la visite de 92 vaisseaux de guerre et de
front en Bretagne et hors de la pro- des retranchements du Conquet qui 50 brulots, des galiotes à bombes et
vince ses occupations habituelles, ne sont ni achevés ni en bon état. » 5 quetches comme celles qui' ont
conscient de l’imminence de l’expédi- brûlé devant S' Malo plusieurs
tion anglo-hollandaise, revient prendre Et à Barbezieux, le 27 mai : bateaux plats a rames et plus de
son quartier général à Brest. Lors 80 chaloupes canonnières outre
« Comme je suis obligé de suppléer 8 chaloupes d'une manière extraor-
d’une dernière inspection, il ordonne
par des milices au défaut de troupes, dinaire, couvertes de planches en
l'alerte générale. Tous les points de
je vous serais obligé de leur donner dos d'ane en guide de taude à
défense de la côte du Finistère sont
quelque subsistance. Ce sont tous l'épreuve du mousquet et, en
garnis d’une veille permanente.
pauvres gens qui ne
vivent que par le tra- DROIT RÉSERVÉ
Du Conquet, Vauban écrit le 26 mai
vail de leurs mains,
au roi :
au jour la journée.
« J'ai reçu aujourd'hui, Sire, 19 lettre et Sitot qu'ils en sont
les ordres qu'il a plu à V. M. de privés, ils ne peuvent
m'adresser par M. Dupré, touchant subsister, si on ne les
l'assemblée de la Noblesse de Basse assiste eux et leurs
Bretagne à Morlaix et les avis que V. familles. La Province
M. a reçus du dessein des ennemis pourra remplacer la
sur Brest. Aussitôt, j'ai expédié les dépense que cela
ordres necessaires pour les faire avan- pourrait faire au Roi
cer de là à Landerneau et à Quimper et qui sera la moindre
pour les avoir plus à portée les uns du qu'il me sera pos-
Conquet, les autres, de Camaret. sible. » (9) Camaret - tour Vauban.

( 4 ) P i e r r e d e V i l l e t t e d e L a
V a i s
s e
( 1 6
3 5
-
1 7
1 2
) .
B r i g a d i e r
e n
1 6

– 33 –
SOMMAIRE
La lettre du génie

Éditorial du général
Le mot du général Françoise « 44 vaisseaux de 31 rang de 44, L'arrière ban de la noblesse est encore
In memoriam
Sommaire
60, 70 et 80 canons et 360 à inférieur en nombre et en force mili-
L’actualité en bref 490 hommes taire.
Le génie combat
« 43 vaisseaux de 41 rang de 43 à « Car les milices du pays sont faibles,
Le génie construit
Le génie secourt 60 canons et 220 à 335 hommes les meilleurs étant embarqués sur la
Le génie instruit « 29 vaisseaux à 51 rang de 26 à flotte et que ce sont paysans sans
◆ Histoire
Expériences
40 canons et 120 à 180 hommes discipline desquelles il n’y a pas
A savoir « 24 vaisseaux de 61 rang de 12 à beaucoup à esperer. » (12)
Coup d’œil sur…
Témoignage
28 canons et 30 à 100 hommes
A lire « 13 yachts de 4 à 14 canons et 30 à À leur propos, Vauban écrit à M. de
60 hommes Pontchartrain :
« 30 brûlots de 1 à 30, un autre de « Quant à l'arrière plan : Les bans des
dedans, parquetées comme celles Évêchés dont il vous a plu de me
14, les autres de 8 canons
de St Malo et remplies de toutes donner le commandement sont tout
sortes de feux d'artifices. Ils ont « 10 ketchs de 10 en moyenne de
canons et 40 à 50 hommes a fait les uns comme les autres.
en plus plusieurs bateaux de cuivre
de 2 pieds d'épaisseur, fourrés de « 5 galiotes à bombes de 10 à 12 « Ce sont autant de régiments de
liège en dedans, des chevaux canons et 30 à 35 hommes Noblesse, composés de compa-
défrise, 2 Regiments de cavalerie « 3 brigantins de 8 canons et 30 gnies, les unes fortes, les autres
et, en tout 5000 hommes indépen- hommes. faibles, les uns à pied, par impuis-
damment de ceux des vaisseaux. Le sance d'être mieux et les autres à
bruit est qu'ils doivent débarquer à « De plus, la flotte hollandaise consis- cheval, sur roussins, cavales che-
Plymouth et à Torbay. » (10) tait en 156 vaisseaux 6500 canons vaux de charettes et bidets, ce qui,
et 39 947 marins plus 61 yachts, joint au défaut de subordination fait
Le 17 juin 1694, de proche en proche, brulots et kytse armés de 529 canons le plus mauvais composé et, à mon
depuis Saint-Jean-du-Doigt et tout le et 2 308 hommes, faisant en avis, les plus méchantes troupes du
long de la côte du Léon, les clochers, tout 217 voiles, 7 029 canons et monde, car il n’y a pas d'escadron
les uns après les autres, sonnent le toc- 41 455 marins. » qui se puisse former en moins d'une
sin ; en même temps, les hauts bûchers heure de temps, ni qui puisse mar-
préparés de proche en proche sont Dans cette lettre il ne donne malheu- cher 200 pas sans se rompre. Il faut
allumés et les fumées préviennent reusement pas l’état des troupes de aussi peu compter les mener en
ainsi très rapidement la mobilisation terre embarquées (11). ordre à l'ennemi que de les y main-
générale. tenir. Quant aux hommes il y a des
Le même jour, le bataillon de milices gens de qualité et de courage qui
Le canal de la Manche s’est subite- de La Roche-Bourbon arrive à ont de la bonne volonté.
ment couvert d'une forêt de voiles Châteaulin, mais il n’a ni tentes ni
« Quelques uns d'eux ont du bien
gonflées par une brise de nord-est. équipages. Le lieutenant-colonel et
mais en petite quantité. La plupart
Une flotte immense cingle vers le cent hommes marcheront toute la nuit
sont pauvres et mal montés.
royaume de France… M. Desmadry, et prendront part à la bataille du 18.
Procureurs, notaires ou avocats qui
intendant en Flandre, a laissé un cour-
ont de petits fiefs, et plusieurs pro-
rier détaillant les forces maritimes Le 4e bataillon du régiment suisse de
fessions encore au dessous de
composant l’armée anglo-hollandaise : Salis arrive à Brest démuni de tentes ; il
celles là qui ne déroge pas en ce
repart le soir même et se trouvera à
« … On me mande que le général pays ci. Il y a encore parmi cela
Bertheaume le 19. Le 2e bataillon du
Talmash et les autres officiers géné- quantité de pauvres gentilhommes
même régiment atteint Brest le 20. Le
raux s'étaient embarqués à Porse- qui n'ont rien du tout qui se pré-
26, le bataillon de milices Durasfort-
mout avec les troupes qui y étaient sentent à pied aux revues et
Boissière le suit mais il n'a que deux
campées et que l'on a fait monter à demandent le lendemain congé,
cent soixante fusils ou mousquets. Le
10 000 hommes et que l'on ne doute comme gens qui n'ont pas de quoi
régiment de Vauge s’est arrêté à Saint-
point que ces troupes ne soient des- vivre en dehors de chez eux. Voilà,
Malo ; quant aux milices d'Orléanais,
tinées pour la Catalogne. Sire, de quoi sont composés les
on ne sait quand elles arriveront.
« 7 vaisseaux de 11, rang de 96 à arrières bans de Bretagne…
100 canons et 780 à 814 marins La milice garde-côte présente quant à « Les Capitaineries de garde côte sont
« 9 vaisseaux de 21 rang de 86 à elle un effectif important mais de peu composés d'un certain nombre de
95 canons et 540 à 600 marins de valeur, parce que mal encadrée. paroisses voisines de la cote qui ont

( 1 0 )
S H D A 1
1 2 5 6 , f°
9 1 .
– 34 –
La lettre du génie SOMMAIRE

Éditorial du général
chacune leur Capitaine, un lieute- sont ce qui les rend presque inutiles, Le mot du général Françoise
In memoriam
nant, un enseigne. Les Capitaines n'ayant point de service d'ailleurs ni Sommaire
généraux garde côte, sont tous des rien qui les rendent recomman- L’actualité en bref
gens de qualité du pays, demeurant dables au dessus des autres… En un Le génie combat
Le génie construit
sur les lieux, de 8 à 25 mille livres mot cette milice est sur un très mau-
Le génie secourt
de rente. Il y a beaucoup de vais pied, peu obeissante et très Le génie instruit
Capitaineries de paroisses qui sont ignorante dans toutes les fonctions ◆ Histoire
gentilshommes mais encore Plus qui militaires, y ayant très peu de gens Expériences
A savoir
sont paysans. Tous les subalternes le qui ayent servi. » (13) Coup d’œil sur…
Témoignage
A lire
Suite au prochain numéro

DROIT RÉSERVÉ

Camaret - tour Vauban.

( 1 3 ) L e t t r e

– 35 –
SOMMAIRE
La lettre du génie

Éditorial du général
Le mot du général Françoise
In memoriam
Sommaire
INSCRIPTION DES DRAPEAUX
L’actualité en bref
Le génie combat
Le génie construit
Le génie secourt
ET DÉCORATIONS
Le génie instruit
◆ Histoire
Expériences
A savoir
• La Légion d’honneur (avec diffé-
Coup d’œil sur…
Témoignage rents grades), la médaille militaire,
A lire la croix de guerre des TOE
(Territoire des Opérations Exté-
rieures), la croix du combattant
Ce troisième et dernier volet volontaire (agrafe Indochine), la
fait suite aux articles 1 et 4 croix du Combattant, la médaille
des Lettres du génie n° 30 des évadés ; la médaille coloniale
et n° 33. Il rappelle la cam- (agrafe Extrême-Orient) et la
pagne d’Indochine qui va se médaille du commémorative de la
terminer réellement en 1957 guerre d’Indochine.
avec le départ définitif des
troupes françaises d’Extrême- Ils pourront recevoir aussi après le
Orient. conflit les deux décorations ci-après :
l’ordre national du Mérite et la
Un corps expéditionnaire médaille du titre de reconnaissance de
français a été créé dès 1945 la Nation (agrafe Indochine).
sous les ordres du général
Leclerc et envoyé en Extrême-
Orient pour le rétablissement général Roger Playe
de la souveraineté française mort pour la France en Indochine en 1964,
commandant le génie en Extrême-Orient de 1952 à 1954. G é
dans l’union indochinoise.

Des unités du génie vont être • 31e RG. Indochine 1945-1954 pour
employées pour cette reconquête qui l’action du 31e bataillon de marche
va se transformer en guerre par suite du génie ;
de l’emprise communiste sur ce terri-
• 71e RG. Indochine 1945-1954 pour
toire. Cette longue campagne va durer
l’action du 741e bataillon du génie
jusqu’en 1954 et les sapeurs seront
dont le fanion portait les
toujours dans les premiers rangs lors
noms : Cochinchine,
de très nombreuses opérations. Il n’y
Annam, Tonkin et
avait pas de régiment du génie en
Cambodge ;
Indochine, seulement des bataillons et
des compagnies autonomes ; il n’y • 72e RG Indochine
avait donc pas de drapeau régimen- 1945-1954 pour
taire. Un drapeau pour le génie l’action du 72e
d’Extrême-Orient fut créé en 1952 et bataillon colonial
remis à la garde des bataillons par du génie.
période de 6 mois.
Des citations collec-
Le premier fut le 71e bataillon colonial tives seront obtenues
du génie en janvier 1952 et le dernier par beaucoup de nos
le 31e bataillon de marche du génie. formations et la fourra-
gère aux couleurs de la
L’inscription « INDOCHINE » sera croix de guerre TOE
attribuée à ce drapeau pour l’action sera attribuée au 71e
de toutes les unités du génie en BCG.
Extrême-Orient de 1945 à 1954.
Pour cette période de guerre en
Les régiments qui avaient soutenu ces Extrême-Orient de 1945 à 1954 les
unités ou qui ont repris leur filiation combattants d’Indochine recevront les
ont reçu les inscriptions suivantes : décorations individuelles suivantes :

– 36 –
La lettre du génie SOMMAIRE

Éditorial du général

DÉCORATIONS FRANÇAISES Le mot du général Françoise


In memoriam
EN EXTRÊME-ORIENT Sommaire
L’actualité en bref
PENDANT LA CAMPAGNE D’INDOCHINE Le génie combat
Le génie construit
Le génie secourt
Le génie instruit
◆ Histoire
Expériences
A savoir
Coup d’œil sur…
Témoignage
Légion d’honneur Médaille militaire A lire

Créée en 1802 Créée en 1852

Croix de guerre Croix du combattant Croix


des T.O.E. volontaire du combattant
(agrafe Indochine)

Créée en 1921 Créée en 1953 Créée en 1930

Médaille Médaille coloniale(*) Médaille


des évadés (agrafe commémorative(**)
Extrême-Orient) de la campagne
d’Indochine

Créée en 1926 Créée en 1893 Créée en 1954

Décorations créées après le conflit d’Indochine


pouvant être décernées aux anciens combattants de cette campagne

Ordre national Médaille de la reconnaissance


du Mérite de la Nation
(agrafe Indochine)

Créée en 1963 Créée en 1993

( * ) L a
m é d
a i l l e

– 37 –
Le 13e RG a participé de façon originale au développement du lien armée-nation tout en contribuant
à alimenter le patrimoine cinématographique de l’histoire militaire.
Ça tourne !

LE CAMP MILITAIRE DU VALDAHON


EN AVANT PREMIÈRE DROIT RÉSERVÉ

Le camp militaire du Valdahon va à recréer un village détruit


nouveau être sous le feu des projec- et un camp de base et
teurs. Cela fait déjà deux ans que des tranchées. Le réali-
Gabriel Le Bomin, auteur de courts sateur est déjà venu sur
métrages et de documentaires, est place, avec son équipe
venu en repérage sur le camp pour de décorateurs afin de
réaliser son premier long métrage. régler quelques détails.
Trois sites ont été choisis pour y
Durant l’été, la sec-
tion du lieutenant
Le colonel Ravier en compagnie de la productrice, A. Ledermann.
Chaquet, a contri-
bué à la construc-
tion de quelques décors, telles les apparente. Cependant, il est profondé-
tranchées, très semblables à celles ment traumatisé par les épreuves qu’il
de la Marne. vient de traverser. Il va alors se retrou-
ver face au professeur Labrousse, psy-
Aujourd’hui, le grand jour est chiatre et pionnier dans le traitement
arrivé ! des chocs psychologiques. Ce dernier
s’intéresse à son cas. Il va tenter de lui
« Les fragments d’Antonin », ainsi redonner goût à la vie et de le libérer
s’intitule son film abordant la guerre de ces épisodes tragiques.
1914-1918. C’est courant sep-
tembre, durant deux semaines Plusieurs acteurs sont à l’affiche :
consécutives, qu’acteurs et figurants Grégory Derangère, dans le rôle
se sont retrouvés pour tourner les d’Antonin, Annouk Grinberg, Nils
dernières scènes à l’intérieur du Arestup, Aurélien Recoing…
camp militaire de Valdahon qui
avait déjà servi de cadre pour les À cette occasion, plusieurs Franc-
scènes de batailles du film « La Comtois ont décroché un rôle de
neige et le feu » qui se déroule figurant, parmi eux certains person-
durant la Seconde Guerre mondiale. nels civils et militaires, du 13e régi-
ment du génie : le maréchal-des-logis-
Le scénario retrace l’histoire d’un chef Fumery, le sergent Roy, les
jeune soldat qui a survécu à la caporaux-chefs Arbaut et de Morais,
boucherie de la Grande Guerre. Il M. Cluzeau (réserviste au « 13 »),
DROIT RÉSERVÉ
n’a subi aucune blessure physique M. Barcon, M. Bassignot…

– 38 –
La lettre du génie SOMMAIRE

Éditorial du général
DROIT RÉSERVÉ Le mot du général Françoise
In memoriam
Sommaire
L’actualité en bref
Le génie combat
Le génie construit
Le génie secourt
Le génie instruit
◆ Histoire
Expériences
A savoir
Coup d’œil sur…
Témoignage
A lire

DROIT RÉSERVÉ

DROIT RÉSERVÉ Le caporal-chef de Morais.

Le sergent Roy.

Silence, on tourne ! DROIT RÉSERVÉ

– 39 –
Q

Vous connaissiez
les versions française,
khmère
et anglaise.
Vous pourrez bientôt
découvrir deux
nouvelles versions.

Cette version cartonnée-rigide de


collection a été éditée au printemps
2005 à 1000 exemplaires numérotés
dont 300 signés de la main de
l’auteur.
Lors de la Convention du génie les
« personnalités » du génie ont reçu
cet album en cadeau.
Nous rappelons que chaque
régiment s’est vu ou se verra
remettre un de ces exemplaires.

Que les régiments n’ayant pas reçu leur exemplaire


le fassent savoir au bureau communication de l’ESAG.

– 40 –
LES RENCONTRES INTERNATIONALES
DU GÉNIE DE L’AIR

Initiées ces dernières années par plu- DROIT RÉSERVÉ militaire près l‘ambassade des États-
sieurs échanges bilatéraux, notam- Unis à Paris. Plusieurs officiers de liai-
ment avec la Hongrie, la Chine, son ont aussi répondu à l’invitation.
l’Allemagne et les États-Unis, les rela- Du côté des entreprises, près d’une
tions internationales du génie de l’air vingtaine liées aux secteurs du bâti-
français viennent de prendre un nou- ment, des travaux publics, de l’aéro-
vel essor avec la totale réussite des nautique… se sont inscrites. Ainsi, ce
premières rencontres internationales sont près d’une centaine de partici-
organisées à Reims et Vouziers les pants qui se sont présentés le mardi 31
31 mai et 1er juin dernier. mai à la base aérienne 112 de Reims.

Préparées et dirigées par la sous-direc- La première journée a pris la forme


tion du génie de l’air et de l’infrastruc- d’un colloque en salle au cours
ture en opération (SDGA-IO), ces duquel se sont succédé différents
deux journées avaient pour objectif de intervenants. L’armée française était à
créer un réseau interallié entre nations l’honneur au cours de la matinée :
concernées par la mise en place de explications des structures, des mis-
bases aériennes projetées. Il s’agissait sions et des acteurs (SDGA-IO,
donc de partager nos connaissances 25e RGA, CRI de l’armée de l’air),
mutuelles ainsi que les leçons apprises description des matériels et des
lors des dernières opérations exté- doctrines, état actuel des études et
rieures. De plus, la présence de diffé- évolutions à venir. Au cours de l’après-
rents interlocuteurs de l’armée de terre Mot de bienvenue midi, ce sont nos invités qui présen-
et de l’armée de l’air permettait de du général de brigade aérienne Faurot taient leurs formations (Allemagne,
faire connaître au sein de nos forces commandant les formations du génie de l’air.
Canada, Royaume-Uni) et leurs expé-
les capacités du génie de l’air et des riences les plus récentes, notamment
compagnies régionales d’infrastruc- d’entreprises françaises devait pro- en Irak.
ture (CRI). Enfin, la participation active mouvoir les produits les plus récents
et appréhender les besoins L’hospitalité française ne pouvait faillir
des différentes nations. à sa réputation : une soirée de prestige
DROIT RÉSERVÉ
dans une cave champenoise précédait
Les objectifs ont été atteints une deuxième journée qui s’annonçait
au-delà des attentes. Ainsi, plus concrète et plus dynamique.
ce sont onze nations qui
ont répondu présent :
En effet, trois types de démonstrations
Bulgarie, Royaume-Uni,
étaient organisés le 1er juin sur l’em-
Suède, Allemagne, Portu-
prise de Vouziers-Sechault :
gal, République tchèque,
Italie, Suisse, Norvège. La • une section du 25e RGA aux ordres
dimension transatlantique du lieutenant Lavigne a montré
n’était pas oubliée via la toute l’étendue des savoir-faire en
présence de deux officiers termes de réparation rapide de
Accueil des participants sur la base aérienne de Reims. canadiens et de l’attaché pistes. Depuis les procédures clas-

– 41 –
SOMMAIRE
La lettre du génie

Éditorial du général
Le mot du général Françoise
Sommaire
L’actualité en bref
Le génie combat
Le génie construit
Le génie secourt
Le génie instruit
Histoire
Expériences
A savoir
◆ Coup d’œil sur…
Portrait

siques jusqu’aux
innovations les plus
récentes, il s’agissait
de démontrer que
DROIT RÉSERVÉ
l’aptitude à la pro-
jection devenait une Les participants militaires du séminaire.
priorité : les tapis
RAPIDMAT et les bétons compactés
répondant à ces nouveaux besoins,
ils ont été au centre du scénario de
présentation ;
• la construction d’une astro-arche
de type BACHMAN, la présentation
d’une machine à eau et de groupes
électrogènes permettaient ensuite
de présenter les savoir-faire de l’ar-
mée de l’air en termes d’infrastruc-
ture horizontale et de construction
d’une base aérienne. C’était la mis-
sion de la CRI NORD aux ordres du
commandant Cornet ;

DROIT RÉSERVÉ

Démonstration
de réparation rapide
de piste par le 25e RGA.

DROIT RÉSERVÉ

– 42 –
La lettre du génie SOMMAIRE

Éditorial du général
• les entreprises clôturaient cette DROIT RÉSERVÉ Le mot du général Françoise
journée en présentant leurs diffé- Sommaire
rents produits : traficabilité des sols, L’actualité en bref

engins de travaux publics, de Le génie combat


Le génie construit
levage et de manutention, matériel
Le génie secourt
de balisage, traitement des eaux,
Le génie instruit
bâtiments provisoires et modulaires Histoire
pour les hommes comme pour les Expériences
matériels, c’est une panoplie com- A savoir
plète des outils proposés aux ◆ Coup d’œil sur…
armées qui a été exposée sur plus Portrait
Des participants particulièrement attentifs aux démonstrations.
de 2000 m2. Les dispositifs statiques
et dynamiques ont suscité un grand
DROIT RÉSERVÉ
intérêt et des échanges fructueux.

Au terme de ces deux journées denses


et riches en enseignement, la satisfac-
tion des participants était sensible.
Ainsi, pour le colonel Leblanc, direc-
teur du génie de l’air auprès de la
1re division aérienne du Canada, « le
programme que vous avez présenté a
été exceptionnel. Le colloque a fourni
une bonne vue d’ensemble de nos
activités au sein du génie de l’air. »

Gageons que ces rencontres ne seront


pas uniques mais qu’elles seront
reprises et améliorées dans les années
à venir. Car, à l’image des deux sec-
tions britannique et française tra-
vaillant de concert à Bunia en 2003,
les missions d’infrastructure opéra- Les compagnies régionales DROIT RÉSERVÉ

tionnelle de l’armée de l’air s’inscri- d’infrastructure de l’armée de l’air


sont à l’œuvre.
vent dorénavant dans une coopération
internationale réussie.

DROIT RÉSERVÉ

Un nouveau procédé de réparation rapide de piste : le tapis RAPIDMAT.

– 43 –
B U L L E T I N
D ’ A D H É S I O N
Association reconnue d’intérêt général. Association « Musée du Génie »
Réduction d’impôt égale à 60 % du montant des versements effectués.
(Envoi d’un reçu fiscal à partir de 20 euros)

Contact
ESAG/Cellule culture d’arme
Lieutenant-colonel Voyer et commandant Garnier de Labareyre
106, rue Éblé – BP 34125 ANGERS Cedex 01
Tél. : 02 41 24 85 05 ou 02 41 24 82 40 – Fax : 02 41 24 83 39

J’ADHÈRE à l’association « Musée du Génie »


bulletin à retourner à l’adresse suivante :
association « Musée du Génie » - ESAG - BP 34125 - 49041 ANGERS Cedex 01

COTISATION ANNUELLE COTISATION À VIE


❒ membre actif : 10 euros minimum (20 euros avec reçu fiscal) ❒ membre à vie : 300 euros
❒ membre bienfaiteur : 50 euros (avec reçu fiscal) (avec reçu fiscal)
❒ collectivité militaire ou de réserve, association : 25 euros
❒ société civile : 150 euros (avec reçu fiscal)

NOM : .................................................. Prénom : .............................................

Année de naissance : ................... Profession ou grade : ..............................

Adresse : ................................................................................................................ Signature


Code postal : ................................. Ville : .........................................................

N° tél. : ................................................

À ............................................................ le ..........................................................

BULLETIN D’ADHÉSION DES CORPS ET FORMATIONS D’ACTIVE


(collective, non personnalisée, cette adhésion ne remplace pas les adhésions individuelles des membres de l’organisme)

1 euro par cadre d’active officier et sous-officier; gratuit pour les EVAT
(ex. : régiment comptant 40 officiers, 150 sous-officiers et 700 EVAT : cotisation de 190 euros pour l’ensemble)

UNITÉ : ..........................................................................................................................

Adresse postale : ..........................................................................................................

N° tél. : ................................................

❒ ........................ cadres d’active x 1 euro TOTAL : ......................... euros


À ................................................................... le ..........................................................

Signature
Préparez vos concours et vos examens grâce à l’enseignement à distance
sur
http://www.esag.terre.defense.gouv.fr
rubrique

Concours et examens Préparations diverses Examens et stages


relevant du CESAT relevant de l’ESAG
Diplôme Militaire Supérieur
Enseignement Militaire Supérieur 1
Préparations
FS2 conducteur de travaux
DTS EA2-FS
DT voie EMSST CT1 EEA
CT1-VE
Base documentaire
Enseignement Militaire Supérieur 2

BT voie CSEM Annales


Politique/économie
Les cartes Certificat technique
BT voie EMSST
Défense CFCU (prérequis)
Résultats des concours Cas concrets EA2-FS
et examens
Divers
Concours et examens
Méthodologies relevant du CoFAT
Testez-vous EMIA/EMCTA
OAEA/OAES

Majors

EA2-FG
3 numéros par an
BULLETIN D’ABONNEMENT
France 20
Étranger 30
Abonnement collectif (unités du génie)
50 exemplaires 400

PETITES ANNONCES 100 exemplaires 600

1 parution 5

La rubrique « petites annonces » est mise à votre


disposition pour acheter, vendre, échanger, louer
un appartement, une maison, etc.

Gratuit pour insertion d’une offre d’emploi

❒ Je m’abonne ❒ Je passe une annonce

NOM : ........................................................ Prénom : .................................................... Grade : .........................................................

Adresse : ................................................................................................................................ ....................................................................................

Code postal : ................................................ Ville : ........................................................ Pays : .........................................................

Renvoyez le bulletin ci-dessus (ou sa photocopie) accompagné d’un chèque


à l’ordre de l’Association des amis du génie à :
La Lettre du génie
Abonnement
106, rue Éblé – BP 34125 – 49041 ANGERS Cedex 01
LE COLONEL DU GÉNIE GOULIER, CRÉATEUR D’INSTRUMENTS SCIENTIFIQUES
BIOGRAPHIE Charles, Moyse GOULIER
Né à Richelieu (Indre-et-Loire) le 31 janvier 1818.
Décédé à Paris le 14 mars 1891.

ÉTATS DE SERVICE
Remarqué à l'école par sa très vive intelligence, il poursuit ses études grâce aux sacrifices de ses
parents artisans peu fortunés.

1836 Admis à l’École polytechnique.


1838 (1er octobre) Sous-lieutenant élève à l’École d’application du génie de Metz.
1840 Sort de l’école major de promotion.
1841 Lieutenant en 1er au 3e régiment du génie (compagnie de mineurs à
Montrouge).
1843 Capitaine. Détaché aux travaux de fortifications de Paris (enceinte de
Montrouge), poste dans lequel il montre de remarquables aptitudes pour la
topographie.
1844 à 1875 Professeur de géodésie et de topographie à l’École du génie de Metz, où il
PUBLICATIONS reste pendant trente et un ans, hormis une interruption pendant la guerre
Parmi de très nombreuses publications :
de 1870-1871.
École d'application de l'artillerie et du génie. Se basant sur les données de l'expérience pour déterminer les méthodes à
Cours de topographie. Instruction spéciale sur le suivre, aussi bien dans les levers de précisions à grande échelle que dans
lever de fortification à la planchette, présentée les levers expédiés à petite échelle, il améliore d'abord les instruments ima-
par le capitaine du génie Goulier. Metz, impr. de ginés par ses devanciers, puis crée de nouveaux instruments avec une
Nouvian, 1848, in-4°, 42 et 16 p., fig.
École d'application de l'artillerie et du génie. fécondité et une ingéniosité remarquables. Ses instructions écrites sont des
Cours de topographie. Instruction pratique sur le modèles d'analyse scientifique sur la recherche des erreurs dues aux ins-
lever de reconnaissance, 7e édition revue et truments et sur l'élimination de ces erreurs.
modifiée par L. Jardinet. (Fontainebleau), litho- Ses qualités de professeur sont unanimement reconnues mais ce sont ses
graphie de l'École d'application de l'artillerie et
recherches qui vont lui donner une notoriété mondiale.
du génie, 1893. in-8°, fig.
Études théoriques et pratiques sur les levers topo- 1862 Chef de bataillon.
métriques et en particulier sur la tachéométrie. 1870 Lieutenant-colonel. Il participe à la campagne de 1870-1871. Lors du blo-
Paris, Gauthier-Villars et fils, 1892, in-8°, XXII- cus de Metz, il a en charge les ballons d’observation et, à la capitulation,
542 p., fig. et portrait (publié par D. Bertrand. - les Prussiens exigent qu’il leur remette ses instruments. Déguisé, il
extrait du Mémorial de l'officier du génie, n° 28).
Mémoire sur le télomètre à prismes, appareil
s’échappe et rejoint l’armée du Nord.
donnant la distance au but pour le tir des 1870 Chef d’état-major du génie de l’armée du Nord. Après la retraite, il est chef
bouches à feu et les reconnaissances, suivi de d'état-major du génie de l'armée de Cherbourg.
l'instruction pratique sur l'emploi de l'appareil. 1871 À la paix, il reprend sa place de professeur à l'école de Fontainebleau.
Paris, Dumaine, 1869, in-8°, 71 p., fig. et 1875 (20 avril) Colonel. Mais cette promotion pose un problème hiérarchique. Il est alors
planche (extrait du n° 18 du Mémorial de l'offi-
cier du génie). nommé directeur du génie à Marseille.
Niveaux à collimateur ; mires de nivellement ; 1876 Affecté au dépôt des fortifications jusqu'en 1879, date de sa limite d'âge.
boussole nivelante en métal, organisée en vue du Il est en même temps membre du Comité des poudres et salpêtres.
service du génie ; lunette anallatique. Paris, 1879 Exceptionnellement pour lui est créé un poste de conservateur du dépôt
Gauthier-Villars, 1875, in-8°, 4 parties en 1 vol.
central des instruments de précision du service du génie qu'il va tenir pen-
in-8°. (extrait du Mémorial de l'officier du génie.
n° 24). dant douze ans, période très féconde en écrits et en instruments nouveaux.
« Étude sur la tachéométrie », Mémorial de l’offi-
cier du génie, n° 28.
DISTINCTIONS HONORIFIQUES
Chevalier de la Légion d’honneur le 30 septembre 1857 ; officier le 6 mars 1867.
BIBLIOGRAPHIE
FULCRAND, Le colonel Goulier. Mont-pellier, « Le dépôt central des instruments de précision, créé par décision ministérielle du 15 juillet 1878,
imprimerie Boehm, 1898, in-8°, 32 pages. (CR, est destiné à fournir aux places du génie, à titre de prêt permanent, les instruments nécessaires au
Revue du génie militaire, 1898, II, page 376).
service courant et, à titre de prêt temporaire, les instruments que nécessiterait un travail accidentel.
« Travaux des topographes du corps du génie en
France au dix-neuvième siècle », Revue du génie Cet établissement est placé sous la haute direction du dépôt des fortifications ; un ancien officier
militaire, août 1903-janvier 1904. supérieur du génie en est le conservateur. » (état du corps du génie, 1880). Goulier y a pour adjoint
E.C., « Lettres, rapports, notes et extraits des Boyenval, adjoint du génie de 1re classe.
papiers du colonel Goulier » Revue du génie
militaire, 1912, pages 5-38, 146-167.
LA NOË (général de), « Le colonel Goulier », La collection complète de la Revue du génie militaire est consultable
Revue du génie militaire, 1892. au Centre de documentation et de recherches de l’ESAG, ainsi qu’au Mémorial de l’officier du génie.
Parfois détruire Souvent construire

Toujours servir