Vous êtes sur la page 1sur 11

S

COURS
collection

collection
COURS

R
collection

Droit pénal des affaires LMD COURS

U
Le droit pénal des affaires est d’une importance essentielle, tant pour les acteurs de la vie
des affaires que pour l’économie dans son ensemble, car il permet d’assurer le respect 2016
d’une moralité du droit des affaires et de l’activité économique. Aussi, la dépénalisation
contemporaine du droit des affaires reste somme toute très limitée et le risque pénal est
toujours aussi présent dans l’entreprise.
Ce manuel, qui expose le cours et présente des exercices pratiques corrigés, envisage
d’abord la spécificité du droit pénal des affaires, avant d’aborder le droit pénal commun
des affaires et le droit pénal spécial des affaires. Sont ainsi présentées les règles générales

Droit pénal
du droit pénal des affaires (responsabilité pénale du chef d’entreprise et des personnes

Droit pénal des affaires


morales, règles de prescription...) et les principales infractions d’affaire (vol, escroquerie,

O
abus de confiance, recel, blanchiment, faux, corruption, trafic d’influence, prise illégale

des affaires
d’intérêts, favoritisme, droit pénal des sociétés, droit pénal des procédures collectives,
droit pénal de la concurrence, droit pénal de la consommation, droit pénal boursier).
Destiné avant tout aux étudiants, cet ouvrage pourra intéresser aussi les professionnels,
juristes ou entrepreneurs.
2e édition

C
Philippe Bonfils est agrégé des Facultés de droit, professeur à Aix-Marseille Université,
doyen de la Faculté de droit et de science politique et avocat au Barreau de Marseille.
Eudoxie Gallardo est maître de conférences à Aix-Marseille Université et directrice
adjointe de l’Institut de Sciences Pénales et de Criminologie.

La partie travaux dirigés est réalisée, sous la direction de Philippe Bonfils et Eudoxie
Gallardo, par des spécialistes du droit pénal des affaires, universitaires et/ou praticiens
(professeurs et maîtres de conférences, docteurs en droit, doctorants en droit, magistrat,

P. Bonfils
E. Gallardo
avocats) : Carole Aigouy, Sofian Anane, Chloé Cardillo, Loïc Eyrignac, Sébastien
Fucini, Ludivine Grégoire, Yannick Joseph-Ratineau, Trystran Lauraire, Gaëlle
Le Corroller, Marie-Ève Morin, Philippe Payan, Jean-Baptiste Perrier, Laura Philippe Bonfils
Pignatel, Anne Ponseille, Sacha Raoult et Adrien Roux.
Eudoxie Gallardo

LMD
cours
www.lextenso-editions.fr
ISBN 978-2-275-05304-2 36 € & TD
COURS - Droit penal des affaires.indd 1 20/09/16 14:23
SOMMAIRE

COURS
Section 1 – La notion de droit pénal des affaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
§1. La définition du droit pénal des affaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
§2. Le contenu du droit pénal des affaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
Section 2 – L’évolution du droit pénal des affaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
§1. La genèse du droit pénal des affaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
§2. La physionomie contemporaine du droit pénal des affaires. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
PREMIÈRE PARTIE – LA SPÉCIFICITÉ DU DROIT PÉNAL DES AFFAIRES
Chapitre 1 – La spécificité du droit pénal des affaires au regard du droit pénal
général
Section 1 – La spécificité de l’infraction en droit pénal des affaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
§1. La spécificité des sources en droit pénal des affaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36
I. La diversité des sources du droit pénal des affaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36
II. L’affaiblissement du principe de légalité criminelle. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38
§2. La spécificité des éléments constitutifs de l’infraction en droit pénal des affaires . . . . . . . . . . . . 40
I. La spécificité de l’élément matériel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41
II. La spécificité de l’élément moral . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
Section 2 – La spécificité de la responsabilité en droit pénal des affaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43
§1. La détermination de la personne responsable pénalement dans l’entreprise . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44
I. Le domaine de la responsabilité pénale du chef d’entreprise . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44
II. Les conditions de la responsabilité pénale du chef d’entreprise . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45
§2. La responsabilité pénale de l’entreprise personne morale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46
I. Le domaine de la responsabilité pénale des personnes morales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48
II. La mise en œuvre de la responsabilité pénale des personnes morales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50
Section 3 – La spécificité des sanctions en droit pénal des affaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
§1. Les sanctions répressives extra-pénales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
I. La notion de sanction répressive extrapénale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53
II. Le régime des sanctions répressives extrapénales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53
§2. Les sanctions pénales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55
I. Les peines encourues . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55
II. Les peines prononcées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56

Chapitre 2 – La spécificité du droit pénal des affaires au regard de la


procédure pénale
Section 1 – La justice en droit pénal des affaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59
§1. Les règles de compétence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60
I. La spécialisation des juridictions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60

7
DROIT PÉNAL DES AFFAIRES

II. L’indépendance du contentieux pénal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61


§2. Les règles de preuve . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63
I. La révélation de l’infraction. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63
II. L’établissement de la preuve . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64
Section 2 – L’action publique en droit pénal des affaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66
§1. Le déclenchement de l’action publique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66
I. La participation des administrations à la mise en mouvement de l’action publique . . . . . . . . 66
II. La participation des personnes morales agissant dans un intérêt collectif à la mise en
mouvement de l’action publique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67
§2. L’extinction de l’action publique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68
I. La prescription en droit pénal des affaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69
II. La transaction en droit pénal des affaires. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71
DEUXIÈME PARTIE – LE DROIT PÉNAL COMMUN DES AFFAIRES
Chapitre 1 – Les infractions contre les biens
Section 1 – Le vol . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75
§1. Les éléments du vol . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75
I. La chose susceptible d’être volée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76
II. La matérialité du vol . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77
III. L’élément moral du vol. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78
§2. La répression du vol. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78
I. Les peines applicables . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79
II. Les modalités de la poursuite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80
Section 2 – L’escroquerie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81
§1. Les éléments de l’escroquerie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82
I. Les moyens de l’escroquerie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82
II. La remise des biens. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84
III. L’intention frauduleuse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85
§2. La répression de l’escroquerie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85
I. Les modalités de poursuite. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85
II. Les peines encourues . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87
Section 3 – L’abus de confiance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89
§1. Les éléments de l’abus de confiance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89
I. La remise préalable d’un bien. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89
II. Le détournement du bien remis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92
III. L’intention frauduleuse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94
§2. La répression de l’abus de confiance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94
I. Le régime de l’abus de confiance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94
II. Les peines applicables à l’abus de confiance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96
Section 4 – Le recel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98
§1. Les éléments du recel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98
I. La chose recelée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98

8
Sommaire

II. La matérialité du recel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99


III. L’élément moral du recel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100
§2. La répression du recel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101
I. Le régime du recel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101
II. Les peines du recel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102
Section 5 – Le blanchiment . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103
§1. Les éléments du blanchiment . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104
I. La condition préalable : le produit d’une infraction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104
II. Les éléments constitutifs du blanchiment. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104
§2. La répression du blanchiment . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105
I. Le régime du blanchiment . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105
II. Les peines du blanchiment . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107

Chapitre 2 – Les infractions contre l’état, la nation et la paix publique


Section 1 – Le faux (et l’usage de faux) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109
§1. Les éléments constitutifs du faux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110
I. L’élément matériel du faux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110
II. L’élément moral du faux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112
III. L’usage de faux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113
§2. La répression du faux (et de l’usage) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 114
I. Le régime du faux et de l’usage de faux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 114
II. Les peines du faux et de l’usage de faux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 115
Section 2 – La corruption . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117
§1. Les éléments de la corruption . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119
I. Les éléments génériques de la corruption. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119
II. Les incriminations spécifiques de la corruption . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 121
§2. La répression de la corruption . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 124
I. Le régime de la corruption . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 124
II. Les peines de la corruption . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 125
Section 3 – Le trafic d’influence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 128
§1. Les éléments du trafic d’influence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 128
I. Les éléments génériques du trafic d’influence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 128
II. Les incriminations spécifiques du trafic d’influence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 130
§2. La répression du trafic d’influence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 131
I. Le régime du trafic d’influence. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 132
II. Les peines du trafic d’influence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 132
Section 4 – La prise illégale d’intérêts . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133
§1. La prise illégale d’intérêts de dépositaires de l’autorité publique ou élus en fonction . . . . . . . 134
I. Les éléments constitutifs de la prise illégale d’intérêts de dépositaires de l’autorité
publique ou élus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 134
II. La répression de la prise illégale d’intérêts de dépositaires de l’autorité publique ou
élus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 136

9
DROIT PÉNAL DES AFFAIRES

§2. La prise illégale d’intérêts d’anciens dépositaires de l’autorité publique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 138


I. Les éléments constitutifs de la prise illégale d’intérêts d’anciens dépositaires de
l’autorité publique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 138
II. La répression de la prise illégale d’intérêts d’anciens dépositaires de l’autorité publique 139
Section 5 – Le favoritisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 140
§1. Les éléments du favoritisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 140
I. La matérialité du favoritisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 140
II. L’élément moral du favoritisme. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 142
§2. La répression du favoritisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 143
I. Les peines du favoritisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 143
II. Les modalités de la répression du favoritisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 144
TROISIÈME PARTIE – LE DROIT PÉNAL SPÉCIAL DES AFFAIRES
Chapitre 1 – Les infractions relatives au fonctionnement interne de
l’entreprise
Section 1 – Les infractions du droit des sociétés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 149
§1. Les incriminations en matière de constitution des sociétés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 150
I. Les incriminations relatives aux conditions de fond de la constitution des sociétés . . . . . . . . 151
II. Les incriminations relatives aux conditions de forme de la constitution des sociétés. . . . . 153
§2. Les incriminations en matière de fonctionnement des sociétés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 154
I. La protection pénale des porteurs de titre. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 154
II. La protection de la société contre les abus de gestion. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 156
III. La protection pénale du contrôle confié au commissaire aux comptes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 165
IV. La protection pénale du capital social . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 167
§3. Les incriminations en matière de dissolution des sociétés. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 169
Section 2 – Les infractions en droit des procédures collectives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 171
§1. La banqueroute . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 172
I. Les éléments de la banqueroute . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 172
II. La répression de la banqueroute . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 177
§2. Les délits connexes de la banqueroute. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 180
I. Les infractions commises par le débiteur. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 180
II. Les infractions commises par les proches du débiteur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 182
III. Les infractions commises par des tiers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 182
IV. Les infractions commises par les créanciers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 183
V. Les infractions commises par les organes de la procédure. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 183

Chapitre 2 – Les infractions relatives aux relations externes de l’entreprise


Section 1 – Les infractions en droit de la concurrence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 185
§1. Les pratiques anticoncurrentielles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 186
I. L’incrimination des pratiques anticoncurrentielles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 187
II. La répression des pratiques anticoncurrentielles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 190
§2. Les concentrations économiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 192
I. Le contrôle des concentrations économiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 192

10
Sommaire

II. Les sanctions des concentrations économiques prohibées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 194


§3. Les pratiques restrictives de concurrence. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 194
I. Les infractions relatives aux prix . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 195
II. Les infractions relatives aux modalités de vente. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 196
Section 2 – Les infractions en droit de la consommation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 197
§1. Les infractions en matière de pratiques commerciales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 199
I. Les pratiques commerciales déloyales. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 199
II. Les autres pratiques commerciales illicites . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 206
§2. Les infractions en matière de crédit. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 212
I. La réglementation des crédits. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 212
II. Les infractions relatives au taux d’intérêt . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 215
§3. Les infractions relatives à la sécurité et à la conformité des produits et services . . . . . . . . . . . . 216
I. La tromperie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 216
II. La falsification . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 221
Section 3 – Les infractions en droit boursier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 222
§1. Les délits d’initié . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 224
I. Les conditions préalables des délits d’initié . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 225
II. Les éléments constitutifs des délits d’initié. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 228
III. La répression des délits d’initié . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 229
§2. Le délit de manipulation de cours . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 231
I. Les éléments constitutifs de la manipulation de cours . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 231
II. La répression de la manipulation de cours . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 232
§3. Le délit de diffusion de fausses informations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 233
I. Les éléments constitutifs de la diffusion de fausses informations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 233
II. La répression de la diffusion de fausses informations. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 234

TRAVAUX DIRIGÉS
Séance 1 – Introduction : l’évolution du droit pénal des affaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 243
1er Exercice : Dissertation : L’autonomie du droit pénal des affaires. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 244

Séance 2 – Le crime en col blanc . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 259


2e Exercice : Dissertation : Le crime en col blanc. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 260

Séance 3 – Les sources du droit pénal des affaires : le droit européen . . . . . . . . . . . 267
3e Exercice : Dissertation : L’émergence d’un droit pénal européen des affaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . 268

Séance 4 – La responsabilité pénale du chef d’entreprise . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 275


4e Exercice : Cas pratique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 276

Séance 5 – La responsabilité pénale des personnes morales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 287


5e Exercice : Commentaire d’arrêt . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 288

Séance 6 – Les infractions contre les biens . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 303


6e Exercice : Commentaire d’arrêt . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 304

11
DROIT PÉNAL DES AFFAIRES

Séance 7 – Les infractions de conséquence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 315


7e Exercice : Cas pratique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 316

Séance 8 – Les infractions contre l’état, la nation, et la paix publique . . . . . . . . . . . . . . 327


8e Exercice : Cas pratique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 328

Séance 9 – L’abus de biens sociaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 337


9e Exercice : Commentaire d’arrêt sur la prescription du délit d’abus de bien sociaux . . . . . . . . . . 338

Séance 10 – La banqueroute . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 349


10e Exercice : Cas pratique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 350

Séance 11 – Les délits d’initiés et de manipulation de cours . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 363


11e Exercice : Commentaire d’arrêt. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 364

Séance 12 – Le droit pénal de la concurrence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 377


12e Exercice : Cas pratique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 378

Séance 13 – Droit pénal de la consommation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 387


13e Exercice : Cas pratique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 388

Séance 14 – Les procédures spéciales applicables aux infractions


économiques et financières : la garde à vue . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 403
14e Exercice : Commentaire d’arrêt. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 404

Séance 15 – Prescription et action civile en droit pénal des affaires . . . . . . . . . . . . . . . . . 415


15e Exercice : Cas pratique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 416

Séance 16 – Cas pratique récapitulatif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 427


16e Exercice : cas pratique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 428

INDEX . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 441

12
SÉANCE 16

Cas pratique récapitulatif

427
DROIT PÉNAL DES AFFAIRES

16e Exercice
cas pratique
Sofian Anane, doctorant en droit privé, laboratoire de droit privé et de sciences criminelles,
Aix-Marseille Université

« Charles est, depuis sa plus tendre enfance, un grand amateur d’art ancien. Rien d’éton-
nant donc à ce qu’il soit devenu commissaire-priseur. Professionnel passionné et reconnu
par ses pairs, Charles est sans cesse à la recherche d’œuvres rares afin de faire briller le
blason de son hôtel de ventes. Un jour, son ami Antoine, galeriste et peintre à ses heures
perdues, lui annonce qu’il vient de faire une découverte intéressante : un marchand offi-
ciant dans l’ombre revend à prix d’or de somptueuses œuvres de Gustav Klimt, signées,
authentifiées mais inconnues du grand public. Charles, séduit par cette trouvaille accepte
sans hésiter de voir trois œuvres afin d’en faire l’acquisition. La rencontre se passe en
toute discrétion dans un atelier sous-terrain du centre ville mis à disposition par Antoine
et à une heure très tardive. Habitué à la discrétion du monde de l’art, Charles ne s’en
offusque pas. Il se sent même privilégié d’être ainsi le premier à découvrir ce qui pourrait
faire l’objet de la vente du siècle. L’affaire est conclue.
Six mois plus tard, et après de multiples vérifications quant à l’authenticité des tableaux, il
organise la vente de ces trois œuvres, réunissant les plus grands noms du monde de
l’art. Malheureusement, le lendemain de cet événement l’on apprend que ces œuvres ont
été dérobées dans une maison quelque part dans la campagne bordelaise. Charles est
alors conspué de toutes parts et perd une grande partie de ses clients. Le temps que la
tempête se calme, il décide de prendre quelques jours de vacances chez son ami Paul
Martin.
Ce dernier dirige une grande entreprise de parfumerie florissante, la société anonyme (S.
A. ) « Marlin ». Face à la prospérité de ses affaires, Paul décide d’engager une nouvelle
directrice de la communication. Peinant à trouver le candidat idéal, il se souvient que son
épouse Florence a, elle même, étudié la communication dans une grande université
américaine et lui propose donc le poste envisagé. Florence accepte avec joie mais trop
habituée à l’oisiveté luxueuse dans laquelle elle évolue depuis maintenant plus de dix
ans, finit par délaisser ses obligations professionnelles au profit de diverses activités
entre amies grâce aux avantages que lui fournissent son statut de directrice de la
communication de la société : luxueuse voiture de fonction, lèche-vitrine, déjeuners dans
des établissements gastronomiques, etc. N’osant pas affronter son épouse au risque de
la vexer, Paul laisse perdurer cette situation, et continue de lui verser son salaire.
Alors que la communication de la société bat de l’aile, Paul exhorte son épouse à changer
d’attitude.
Un soir, Paul croise, par hasard, le chemin d’Arthur, un ancien camarade d’université,
devenu depuis, journaliste financier pour un grand mensuel économique. En l’honneur du
bon vieux temps, ils se réunissent autour d’un verre. Alors qu’Arthur donne son opinion
sur les grands problèmes économiques du moment, il explique qu’un certain nombre de
sociétés sont en train d’exploser sur les marchés financiers et que s’il y avait un moment
idéal pour investir son argent dans leurs activités, c’était bien celui-ci. Prenant bonne note
de ce conseil, dès le lendemain, Paul procède à ces investissements qui lui rapporteront

428
Cas pratique récapitulatif

des sommes astronomiques. Il en profitera pour donner une partie de cet argent à sa fille
Mathilde, afin que celle-ci puisse lancer sa maison d’édition littéraire. L’époux de Mathilde,
Benjamin, jeune directeur d’une société d’audit financier, développe chaque mois un peu
plus ses bénéfices. Il reçoit ainsi de la part d’un fidèle client une somme rondelette en
provenance directe d’un compte bancaire domicilié aux îles Caïman. Ne souhaitant pas
trop se poser de questions sur la provenance de cet argent, Benjamin décide de l’utiliser
pour offrir à Mathilde une immense maison en Normandie.
Les excès de Florence se multiplient et contraignent Paul à envisager de se séparer de sa
société. Avant de prendre cette décision irrévocable, il emprunte de l’argent auprès de son
banquier à un taux exorbitant afin de couvrir les centaines de milliers d’euros de dettes
contractées par la société Marlin. Le banquier, peu enclin à procéder ainsi accepte néan-
moins, touché par la détresse de Paul. »
Étudiez les différentes infractions commises et la situation de leurs auteurs.
***

429
S
COURS
collection

collection
COURS

R
collection

Droit pénal des affaires LMD COURS

U
Le droit pénal des affaires est d’une importance essentielle, tant pour les acteurs de la vie
des affaires que pour l’économie dans son ensemble, car il permet d’assurer le respect 2016
d’une moralité du droit des affaires et de l’activité économique. Aussi, la dépénalisation
contemporaine du droit des affaires reste somme toute très limitée et le risque pénal est
toujours aussi présent dans l’entreprise.
Ce manuel, qui expose le cours et présente des exercices pratiques corrigés, envisage
d’abord la spécificité du droit pénal des affaires, avant d’aborder le droit pénal commun
des affaires et le droit pénal spécial des affaires. Sont ainsi présentées les règles générales

Droit pénal
du droit pénal des affaires (responsabilité pénale du chef d’entreprise et des personnes

Droit pénal des affaires


morales, règles de prescription...) et les principales infractions d’affaire (vol, escroquerie,

O
abus de confiance, recel, blanchiment, faux, corruption, trafic d’influence, prise illégale

des affaires
d’intérêts, favoritisme, droit pénal des sociétés, droit pénal des procédures collectives,
droit pénal de la concurrence, droit pénal de la consommation, droit pénal boursier).
Destiné avant tout aux étudiants, cet ouvrage pourra intéresser aussi les professionnels,
juristes ou entrepreneurs.
2e édition

C
Philippe Bonfils est agrégé des Facultés de droit, professeur à Aix-Marseille Université,
doyen de la Faculté de droit et de science politique et avocat au Barreau de Marseille.
Eudoxie Gallardo est maître de conférences à Aix-Marseille Université et directrice
adjointe de l’Institut de Sciences Pénales et de Criminologie.

La partie travaux dirigés est réalisée, sous la direction de Philippe Bonfils et Eudoxie
Gallardo, par des spécialistes du droit pénal des affaires, universitaires et/ou praticiens
(professeurs et maîtres de conférences, docteurs en droit, doctorants en droit, magistrat,

P. Bonfils
E. Gallardo
avocats) : Carole Aigouy, Sofian Anane, Chloé Cardillo, Loïc Eyrignac, Sébastien
Fucini, Ludivine Grégoire, Yannick Joseph-Ratineau, Trystran Lauraire, Gaëlle
Le Corroller, Marie-Ève Morin, Philippe Payan, Jean-Baptiste Perrier, Laura Philippe Bonfils
Pignatel, Anne Ponseille, Sacha Raoult et Adrien Roux.
Eudoxie Gallardo

LMD
cours
www.lextenso-editions.fr
ISBN 978-2-275-05304-2 36 € & TD
COURS - Droit penal des affaires.indd 1 20/09/16 14:23