Vous êtes sur la page 1sur 17

Rapport

La négociation
collective du travail

Réalisé par : Encadré par :


Hiba AIT M’BARK M. Khalid BOUKAICH
Manal BELLAA
Assia ELMAKHROBI
Fatima ezzahra NOUREDDINE
Aliae YASSINE ALAOUI

2018/2019
1|Page
LA NÉGOCIATION COLLECTIVE DU TRAVAIL
PLAN

INTRODUCTION

CHAPITRE I : RÉGIME JURIDIQUE DE LA NÉGOCIATION COLLECTIVE

1- DÉFINITION DE LA NÉGOCIATION COLLECTIVE


2- LES MATIÈRES SAISIES PAR LA NÉGOCIATION COLLECTIVE
3- LES AGENTS INVESTIS LÉGALEMENT DU POUVOIR DE NÉGOCIER
4- LES DIVERS NIVEAUX DE NÉGOCIATION
5- PÉRIODICITÉ DE LA NÉGOCIATION COLLECTIVE

CHAPITRE II : LA PROCÉDURE ET LA CLÔTURE DE LA NÉGOCIATION

1- LA MISE EN ŒUVRE DU DROIT À LA NÉGOCIATION COLLECTIVE


2- LA FORMALISATION DES RÉSULTATS DE LA NÉGOCIATION COLLECTIVE

CHAPITRE III : L’ADMINISTRATION DE LA NÉGOCIATION COLLECTIVE

1- L’ORGANISATION DU CONSEIL DE LA NÉGOCIATION COLLECTIVE

CONCLUSION

BIBLIOGRAPHIE

2|Page
LA NÉGOCIATION COLLECTIVE DU TRAVAIL
INTRODUCTION

Le dialogue social est une notion centrale dans tout système moderne de relations
professionnelles ayant comme finalité première d'harmoniser les rapports entre
employeurs et salariés. Il est souvent considéré comme une condition indispensable
pour la préservation de la paix sociale qui est, à l'évidence, la traduction d'un
équilibre des relations entre les partenaires sociaux, sans pour autant nier les
divergences d'intérêts, ni l'expression de conflits professionnels. C'est cette
conception qui permet de dynamiser le système des relations professionnelles. Cela
implique avant tout l'existence de structures de représentation authentiques et un
esprit de concertation et de négociation, basé sur le principe de loyauté.

Les règles de négociation collective ont suivi la naissance des organisations


syndicales modernes. Cette naissance a été encouragée par l'évolution des
techniques de production en Europe, pendant la seconde moitié du XIXème siècle
et les conditions de travail difficiles auxquelles étaient confrontées les masses
laborieuses. Les expériences du dialogue social dans le monde sont utiles pour
dégager les perspectives d'avenir. Ces expériences sont multiples et se réfèrent à
des traditions diverses en rapport avec les contextes sociaux et politiques.

Dans le même ordre d'idées, on a traité dans notre travail le régime juridique de la
négociation collective dans un premier lieu, ensuite dans un deuxième lieu on a
définit la procédure et la clôture de la négociation puis à la fin on a détaillé
l’administration de la négociation collective.

3|Page
LA NÉGOCIATION COLLECTIVE DU TRAVAIL
CHAPITRE I : RÉGIME JURIDIQUE DE LA
NÉGOCIATION COLLECTIVE

1. Définition de la négociation collective


« La négociation collective » est le dialogue entre les représentants des
organisations syndicales les plus représentatives ou les unions syndicales des
salariés les plus représentatives d'une part, et un ou plusieurs employeurs ou les
représentants des organisations professionnelles des employeurs d'autre part, aux
fins de :

 Déterminer et améliorer les conditions du travail et de l'emploi ;


 Organiser les relations entre les employeurs et les salariés ;
 Organiser les relations entre les employeurs ou leurs organisations d'une
part, et une ou plusieurs organisations syndicales des salariés les plus
représentatives d'autre part.

2. Les matières saisies par la négociation collective

La négociation collective a vocation à produire des règles dans un domaine


matériel déterminé. Les négociateurs, dont l’activité doit se conformer à
certaines exigences relatives au contenu des textes qu’ils négocient ou bien aux
thèmes abordés, ont un pouvoir créateur considérable.
Le code du travail a suivi les orientations de l’OIT en étendant les domaines de la
négociation collective, qui comportent désormais les conditions de travail et
d’emploi, l’organisation des relations entre les employeurs et les salariés ainsi
qu’entre leurs structures professionnelles et syndicales en général.

4|Page
LA NÉGOCIATION COLLECTIVE DU TRAVAIL
L’article 105 énonce à titre indicatif les thèmes qui peuvent faire l’objet d’une
convention collective et par conséquent les matières de la négociation collective.

Ces thèmes sont :

1- Les éléments ci-après du salaire applicable à chaque catégorie


professionnelle :

a) Les coefficients hiérarchiques afférents aux différents niveaux de


qualification professionnelle ; ces coefficients, appliqués au salaire
minimum du salarié sans qualification, servent à déterminer les salaires
minimaux pour les autres catégories de salariés en fonction de leurs
qualifications professionnelles.
b) Les modalités d’application du principe ’’à travail de valeur égale, salaire
égal’’, concernant les procédures de règlement des difficultés pouvant
naitre à ce sujet.

2- Les éléments essentiels servant à la détermination des niveaux de


qualification professionnelle et, notamment, les mentions relatives aux
diplômes professionnels ou autres diplômes.
3- Les conditions et modes d’embauchage et de licenciement des salariés sans
que les dispositions prévues, à cet effet, puissent porter atteintes au libre
choix du syndicat par les salariés.
4- Les dispositions concernant la procédure de révision, modification,
dénonciation de tout ou partie de la convention collective de travail.

5|Page
LA NÉGOCIATION COLLECTIVE DU TRAVAIL
5- Les procédures conventionnelles suivant lesquelles seront réglés les conflits
individuels et collectifs de travail susceptibles de survenir entre les
employeurs et les salariés liés par la convention.
6- L’organisation au profit des salariés d’une formation continue, visant à
favoriser leur promotion sociale et professionnelle, à améliorer leurs
connaissances générales et professionnelles et à les adapter aux innovations
technologiques.
7- Les indemnités.
8- La couverture sociale.
9- L’hygiène et la sécurité professionnelle.
10- Les conditions de travail.
11- Les facilités syndicales.
12- Les affaires sociales.

3. Les agents investis légalement du pouvoir de négocier

Les partenaires de la négociation collective sont :

 Les organisations de travailleurs les plus représentatives.


 Le ou les employeurs ou leurs organisations.

De ce fait les rédacteurs du code excluent de la négociation collective, les


travailleurs agissant en leur nom personnel et les délégués du personnel.

Une interrogation reste posée concernant les entreprises où n'existe pas de


représentation syndicale. Qui est la partie qui sera habilitée à entamer une
négociation collective ? Les rédacteurs du code semblent pousser les travailleurs
qui souhaitent entreprendre une négociation collective, à adhérer à un syndicat ou

6|Page
LA NÉGOCIATION COLLECTIVE DU TRAVAIL
du moins avoir recours à ses services pour entamer une négociation ou conclure
une convention collective du travail.

4. Les divers niveaux de négociation

La négociation collective se déroule de manière directe entre les organisations des


travailleurs et les employeurs ou leurs organisations à plusieurs niveaux, à savoir :

Au niveau de l’entreprise :

La négociation collective s’effectue au niveau de l’entreprise entre le syndicat des


travailleurs de l’entreprise et l’employeur ou la direction de l’entreprise.

Au niveau du secteur économique:

La négociation collective s’exécute au niveau du secteur économique entre les


syndicats sectoriels les plus représentatives et les organisations des employeurs de
l’activité concernée. Au niveau national : La négociation collective s’accomplit au
niveau national entre l’union générale des syndicats et l’union générale des
employeurs.

5. Périodicité de la négociation collective

Au Maroc, vu la faiblesse contractuelle en matière de travail, il convient de rendre


obligatoire la négociation collective, selon une périodicité fixée par le législateur.
Mais cette affirmation est peut-être prématurée car il faudrait connaître l'état des
lieux de la négociation collective au Maroc

7|Page
LA NÉGOCIATION COLLECTIVE DU TRAVAIL
a- Négociation collective au niveau national

Les négociations entre le gouvernement, les organisations professionnelles des


employeurs et les organisations syndicales des salariés les plus représentatives se
déroulent chaque année et autant de fois que nécessaire pour discuter des
différentes questions économiques et sociales concernant le domaine du travail
(article 96 du code de travail).

b- Négociation collective au niveau de l’entreprise et du secteur

Les négociations collectives se tiennent au niveau de l'entreprise et au niveau


sectoriel une fois par an.

Les conventions collectives peuvent prévoir une périodicité différente pour


procéder à ces négociations.

8|Page
LA NÉGOCIATION COLLECTIVE DU TRAVAIL
CHAPITRE II : LA PROCÉDURE ET LA
CLÔTURE DE LA NÉGOCIATION

La période de formation des conventions et accords n’est plus livrée à l'anomie. Des
dispositions d'origine conventionnelle et légale ainsi que la jurisprudence, ont
contribué à ce que la négociation soit une phase au cours de laquelle les parties
cherchent effectivement à conclure un accord. En effet, la négociation est irriguée
par une directive de sincérité, mais dont l'intensité reste cependant aléatoire. En
outre, aussi poussée qu’ait été la tentative de parvenir à un accord, il se peut
qu'aucun fruit ne naisse de la négociation.

1. La mise en œuvre du droit à la négociation collective

Le Code du travail a prévu une procédure spéciale pour engager la négociation


collective, laquelle débute par un préavis adressé par la partie désireuse de
négocier à l'autre partie, au moyen d'une lettre recommandée avec accusé de
réception. Cette dernière doit exprimer, à son tour, sa position par la même voie,
dans les sept jours suivant la date de la réception du préavis.

Si cette partie accepte de procéder à la négociation. Les deux parties conviennent


alors d'une date pour l'entamer, dans les quinze jours suivant la date de réception
de l'accord de l'autre partie. Elles peuvent également fixer de commun accord la
date d'achèvement de la négociation, sans que ce délai ne puisse dépasser quinze
jours à compter de son démarrage ; quand bien même il semble acquis de convenir
d'autres délais ou de proroger le délai initial dans le cadre de la liberté de
négociation, sous réserve de l'obligation pour elles d'adresser une copie de ces
accords à l'autorité gouvernementale chargée du travail pour lui permettre de

9|Page
LA NÉGOCIATION COLLECTIVE DU TRAVAIL
contrôler le respect de ces délais et du déroulement effectif de la négociation, dans
ces délais.

Toujours dans le même ordre d'idées, et pour réunir les moyens pour faciliter la
négociation collective, le code a obligé chacune des parties à fournir à l’autre les
informations et les données qu’elle demandera et invité l’autorité
gouvernementale chargée du travail ou tutte autre autorité gouvernementale
concernée de fournir aux parties de Négociation toutes les statistiques et les
données économique sociales techniques et autres.

2. La formalisation des résultats de la négociation collective

Les résultats de la négociation collective sont portés dans un procès-verbal ou un


accord signé par les parties dont une copie est adressée à l'autorité
gouvernementale chargée du travail qui transmet une copie desdits procès ou
accord au Conseil de la négociation collective.

Il est a noté que le code du travail ne précise ni la nature ni la juridique du procès-


verbal.

De même « l'accord signé par les parties » n'est pas lui aussi bien réglementé par
le code du travail. Cet article ne fait pas allusion à la convention collective en tant
que cadre formel englobant les résultats des négociations sous formes de droits et
obligations des parties.

Généralement, les négociations collectives entre les parties de Production se


couronnent par la conclusion des conventions collectives de travail ou des
protocoles d'accord.

10 | P a g e
LA NÉGOCIATION COLLECTIVE DU TRAVAIL
CHAPITRE III : L’ADMINISTRATION DE
LA NÉGOCIATION COLLECTIVE

1- L’organisation du conseil de la négociation collective

a- Composition :

Le conseil de la négociation collective est présidé par le ministre chargé du travail


ou son représentant. Il est composé conformément au décret du 29 Décembre 2004
des membres suivants :

Représentants de l’administration :

 Un représentant de l’autorité gouvernementale chargée de la santé ;


 Un représentant de l’autorité gouvernementale chargée de l’intérieur ;
 Un représentant de l’autorité gouvernementale chargée de l’agriculture ;
 Un représentant de l’autorité gouvernementale chargée de commerce et de
l’industrie ;
 Un représentant de l’autorité gouvernementale chargée des finances ;
 Un représentant de l’autorité gouvernementale chargée de l’artisanat.

Représentants des organisations professionnelles des employeurs :

 Six représentants proposés par leurs organisations.

Représentants des organisations syndicales des salariées les plus


représentatives :

11 | P a g e
LA NÉGOCIATION COLLECTIVE DU TRAVAIL
 Six représentants proposés par leurs organisations syndicales les plus
représentants selon le critère de la représentativité prévu dans l’article 425
du code du travail.

b- Fonctionnement :

Le conseil se réunir sur convocation de son président assortie de l’ordre du jour,


chaque fois qu’il est nécessaire et, au moins, deux fois par an.

Le conseil ne se réunit valablement, lors de la première convocation qu’en présence


des deux tiers de ses membres et, à défaut de ce quorum, une deuxième réunion
peut se tenir valablement dans un délai de 156 jours, sans condition de quorum. Le
conseil prend ses décisions à la majorité des voix des membres présents. En cas
d’égalité des voix, celle du président est prépondérante.

Le président du conseil peut, à son initiative ou à la demande de l’un de ses


membres, proposer de désigner des groupes de travail ad hoc pour examiner des
questions particulières et présenter des rapports et des propositions pratiques à ce
sujet.

Le ministre chargé du travail communique au Premier ministre et à l’ensemble des


membres du conseil les rapports dudit conseil. Il assure, en outre, le suivi de
l’exécution des décisions et des recommandations émises par le conseil.

Enfin, il est a noté que le ministre chargé du travail assure le secrétariat du conseil.
À cet effet, il prend les mesures nécessaires pour tenir ses réunions, établir son
ordre du jour et élaborer les rapports.

Les membres du conseil signent les procès-verbaux de ses réunions.

12 | P a g e
LA NÉGOCIATION COLLECTIVE DU TRAVAIL
c- Les attributions du conseil de la négociation collective :

Il est créé auprès de l'autorité gouvernementale chargée du travail un conseil sous


la dénomination de « Conseil de la négociation collective » ayant pour mission de :

 Présenter des propositions pour promouvoir la négociation collective ;


 Présenter des propositions pour encourager la conclusion et la généralisation
des conventions collectives de travail notamment au sein des entreprises
occupant plus de deux cents salariés, que ce soit à l'échelle nationale ou
sectorielle ;
 Donner son avis sur l'interprétation des clauses de la convention collective
de travail, lorsqu'il en est sollicité ;
 Étudier l'inventaire annuel du bilan des négociations collectives.

13 | P a g e
LA NÉGOCIATION COLLECTIVE DU TRAVAIL
CONCLUSION

Malgré l'existence d'un cadre juridique relatif aux négociations et conventions


collectives (conventions internationales, loi 65-99 relative au code du travail, décret
d'application...etc.), la mise en pratique de ces deux techniques au Maroc se heurte
aux plusieurs problèmes.

Le Code du travail reconnaît le droit à la négociation collective, mais celle-ci ne peut


être menée que par l’organisation syndicale «la plus représentative », c’est-à-dire
incluant au moins 35% du nombre total des délégués des employés élus au niveau
d’une entreprise ou d’un établissement. La loi ne stipule pas clairement si certaines
catégories de fonctionnaires, jouissent des droits de négociation collective.

C'est sur « le terrain » que la bataille de la culture du dialogue sociale constructif,


suivi d'accords d'entreprise par le biais de conventions collectives, doit être gagnée.

En effet le syndicalisme marocain est conforme aux normes et principes


internationaux fixés par l'OIT.

Par le biais de ce cadre de dialogue et de concertation qu'est la Négociation


Collective, les acteurs du monde du travail ont trouvé un moyen consensuel à même
de garantir un climat social apaisé et une tribune pour faire entendre leurs
revendications respectives.

14 | P a g e
LA NÉGOCIATION COLLECTIVE DU TRAVAIL
BIBLIOGRAPHIE

 Khalid BOUKAICH, Le droit du travail au Maroc, Edition SED LEX, Les pages
de 364 à 379
 Guy Gervais / Aboubacar OTSENGUE / YALCOUYE, Les éléments du Droit de
travail: cas du Maroc, Infohouse Maroc.

15 | P a g e
LA NÉGOCIATION COLLECTIVE DU TRAVAIL
TABLE DE MATIÈRES

PLAN……………………………………………………………………………………………………………..………2
INTRODUCTION………………………………………………………………………………………….…………3
CHAPITRE I : RÉGIME JURIDIQUE DE LA NÉGOCIATION COLLECTIVE…………………….4
1- DÉFINITION DE LA NÉGOCIATION COLLECTIVE…………………………………………….4
2- LES MATIÈRES SAISIES PAR LA NÉGOCIATION COLLECTIVE……………………………4
3- LES AGENTS INVESTIS LÉGALEMENT DU POUVOIR DE NÉGOCIER…………………6
4- LES DIVERS NIVEAUX DE NÉGOCIATION ………………………………………………………7
5- PÉRIODICITÉ DE LA NÉGOCIATION COLLECTIVE……………………………………………7
a- NÉGOCIATION COLLECTIVE AU NIVEAU NATIONAL……………………….……8
b- NÉGOCIATION COLLECTIVE AU NIVEAU DE L’ENTREPRISE ET DU
SECTEUR …………………………………………………………………………………………8

CHAPITRE II : LA PROCÉDURE ET LA CLÔTURE DE LA NÉGOCIATION………………….…9


1- LA MISE EN ŒUVRE DU DROIT À LA NÉGOCIATION COLLECTIVE ……………….…9
2- LA FORMALISATION DES RÉSULTATS DE LA NÉGOCIATION COLLECTIVE…….10

CHAPITRE III : L’ADMINISTRATION DE LA NÉGOCIATION COLLECTIVE……………….11


1- L’ORGANISATION DU CONSEIL DE LA NÉGOCIATION COLLECTIVE………………11
a- COMPOSITION…………………………………………………………………………………11
b- FONCTIONNEMENT…………………………………………………………………..…….12
c- LES ATTRIBUTIONS DU CONSEIL DE LA NÉGOCIATION COLLECTIVE….13

CONCLUSION………………………………………………………………………….…………………………..14
BIBLIOGRAPHIE…………………………………………..………………………………………………………15
SOMMAIRE…………………………………..………………………................................................16

16 | P a g e
LA NÉGOCIATION COLLECTIVE DU TRAVAIL