Vous êtes sur la page 1sur 30

UNIVERSITE IBN ZOHR

FACULTE DES SCIENCES JURIDIQUES, MASTER ECONOMIE APPLIQUEE


ECONOMIQUES ET SOCIALES ANNEE 2010/2011
AGADIR

LA POLITIQUE
MONETAIRE
Préparé ADIL NAIMI
par :
ABDELJALIL
MAZZAOUROU
Plan
Introduction
I- Notion de la politique monétaire
II- Les objectifs de la politique monétaire
1- Objectifs finaux
2- Objectifs intermédiaires
III- Les principaux instruments de la politique monétaire
1- L’action directe sur le volume des crédits
2- Les techniques de contrôle indirect
Conclusion
Etude de cas : La politique monétaire au Maroc
Introduction

Le niveau de la masse monétaire dans une économie doit


être adapté à ses besoins réels, car une expansion excessive
des moyens de paiement par rapport à l'offre de biens et
services engendre l'inflation, alors qu'une émission trop faible
provoque un ralentissement de la croissance économique.

D’où la nécessité d’un organisme chargé du contrôle du


processus de la création monétaire afin d’atteindre certains
objectifs d’ordre interne et externe.
La création monétaire

La création monétaire consiste en la transformation de


créances sur les agents non bancaires en moyens de paiement
immédiatement utilisables pour effectuer des règlements.

Le processus de création de monnaie n'est cependant pas


illimité, ce sont, notamment, les autorités monétaires qui y
posent des limites.
Que cherchons nous à
comprendre?

 Comment et pourquoi la masse monétaire est-elle contrôlée?

 Quelles sont les mesures qui agissent sur le financement de l’économie?

Autrement dit:

Que désigne la politique monétaire?


Qu’est ce que la politique
monétaire ?

La politique monétaire désigne l'ensemble des moyens mis en


œuvre par les autorités monétaires (Banque Centrale), pour agir
sur l’offre de monnaie dans le but de remplir certains objectifs
d’ordre interne et externe.
Les objectifs de la politique
monétaire

La politique monétaire vise quatre objectifs finaux a


travers des objectifs qualifiés d’intermédiaires.
Les objectifs finaux
Croissance
forte et
extérieur durable
Equilibre

emploi
Plein
Carré
magique

Stabilité des
prix
Les objectifs intermédiaires
Les objectifs
intermédiaires

Fixation d’un
niveau de
Niveau de taux Stabilité de taux de
croissance de
d’intérêt change
stock de
monnaie

Il s’agit d’ajuster le stock de monnaie en l'idée est qu'une baisse de taux La banque centrale doit
circulation à la croissance présumée du PIB d'intérêt doit conduire à une reprise de l'activité intervenir sur le marché des changes chaque fois
majorée du niveau général des prix et en tenant économique, à contrario, une restriction de la que le cours de sa monnaie a tendance à se
compte des prévisions du budget et de l’évolution croissance nécessite un taux élevé. modifier.
de la balance des paiements.
Les principaux instruments de la
politique monétaire

Pour maîtriser le rythme de la création monétaire, la


Banque Centrale en liaison avec les pouvoirs publics,
dispose de deux types d’instruments de politique
monétaire :

1. Les moyens directs ou à priori : Actions sur les


crédits distribués par les banques commerciales;
2. Les moyens indirects ou à postériori : Qui s’exercent
sur la liquidité des banques commerciales.
L’action directe sur le volume
des crédits

A- Principe :

La Banque Centrale arrête un plafond du volume des


crédits à l’économie qu’elle souhaite voir se réaliser, et elle
répartit le montant entre les différentes banques commerciales.

Tout dépassement des encours étant sanctionné par des


réserves supplémentaires non rémunérées.
L’action directe sur le volume
des crédits
B- Critiques :

Outre l’avantage qui se présume dans un contrôle efficace et


immédiat de la création monétaire tout en évitant une hausse des taux
d’intérêts, la politique d’encadrement du crédit est critiquée pour les
raisons suivantes :

 Elle affaiblit la concurrence entre les intermédiaires financiers;


 L’encadrement est sélectif;
 Les banques donnent importance aux grandes entreprises, les PME
sont remises en cause.
Les techniques de contrôle
indirect
A- Principe :

Une fois la monnaie est créée, il ne reste à l’institue d’émission qu’une


action indirecte pour modifier la quantité de monnaie en circulation. Il s’agit de
faire varier la liquidité des banques, pour éviter toute situation de déséquilibre.

Pour cela, la BC dispose de deux possibilités :

1- L’action sur les taux d’intérêts;

2- Les réserves obligatoires.


L’action sur les taux d’intérêts

L’action sur les taux d’intérêt

La politique
Le réescompte
d’Open Market

La Banque centrale fournit des Par ses achats ou ventes de titres publics ou
liquidités aux banques de second privés sur le marché secondaire à des taux variables et
rang en échange de quoi elle pour des montants qu’elle fixe elle-même à son gré, la
acquiert des titres (effets de Banque Centrale affecte la liquidité des banques et
commerce, bons du Trésor). En influence la base
modulant le taux et le niveau monétaire.
d'escompte, la Banque Centrale
influe sur la création monétaire.
Critiques de l’action sur les taux
d’intérêts
A– Le réescompte :

 N’est efficace que si les banques commerciales font appel de façon permanente au
refinancement de la BC;

 Le taux ne détermine pas toujours le volume des crédits désiré par les investisseurs,
car la décision d’investir dépend beaucoup plus des perspectives du profit;

 Des taux élevés, peuvent susciter et attitrer les capitaux flottants sur le territoire
national, ce qui accroit la liquidité des banques;
Critiques de l’action sur les taux
d’intérêts
B– L’Open Market :

Cette politique affronte des limites du fait qu’elle ne décourage pas les banquiers
et les investisseurs d’emprunter en cas de tensions inflationnistes, elle est également
une politique dépendante de la situation monétaire et financière internationale qui
risque de fuir ou affluer les capitaux flottants.

Cependant, cette politique est avantageuse tant qu’elle détermine un taux d’intérêt
par le jeu de l’offre et de la demande et qui permet à la BC de gérer plus prudemment
ses liquidités et pratiquer une auto-limitation du crédit.
Les réserves obligatoires
A- Principe :

Un mécanisme qui oblige les banques de déposer en comptes non productifs d’intérêts à l’institut
d’émission, une fraction déterminée de leurs dépôts ou parfois de leurs concours de crédits.

Cette technique empêche les banques de créer autant de monnaie, en cas de dépassement, des
pénalités sous forme de réserves obligatoires supplémentaires sont généralement prévues.
Les réserves obligatoires
B- Avantages et inconvénients :

 Cette technique rend le système bancaire plus dépendant de la BC.

 Elle absorbe rapidement l’excès de monnaie centrale émise en contrepartie des avances sur le Trésor public et de
l’excèdent de la balance des paiements.

 Cette politique suppose une base monétaire exogène, or dans les économies d’endettement, les banques
commerciales accordent des prêts et c’est ensuite qu’elles recherchent des liquidités.
Conclusion

L’efficacité d’une telle politique dépend de la volonté du système bancaire de respecter les
normes imposées et l’impossibilité de la part des entreprises de trouver d’autres modes de
financement.

Sous la poussée de la vague de la libéralisation des capitaux et la suppression du contrôle


des changes; la politique monétaire rigide est remplacée par une autre qualifiée de flexible.
Etude de cas

Politique monétaire
Au maroc
Introduction

Au Maroc, la politique monétaire est menée par Bank Al-Maghrib.

C’est une personne morale publique dotée de l’autonomie financière.

Le réseau de BAM dispose d’un siège à Rabat, de 2 succursales et de 18 agences


réparties à travers les villes du Royaume.
Historique de BAM

1906 Institution de la Banque d’Etat du Maroc sous forme d’une société anonyme dont le siège sociale était à Tanger;

1911 BEM a pris en charge la frappe de pièces de monnaie en argent de type « hassani » et l’émission des premiers billets de

banque;


1959 La Banque du Maroc, Institut d’émission purement national, a été créée par le Dahir n° 1.59.233 du 30 juin 1959, en
remplacement de la Banque d’Etat du Maroc et adoption, en octobre de la même année, d’une nouvelle unité monétaire : le
Dirham;


1967 Promulgation de la loi bancaire du 21 avril 1967 qui a permis de renforcer le rôle dévolu à la Banque du Maroc par
ses statuts, notamment, en matière de contrôle de la profession bancaire;
Historique de BAM

1974 Emission du centime en remplacement du franc, en tant que fraction du dirham;

1987
Labanque adopte dans toutes les langues la dénomination de Bank Al-Maghrib;
Création
à la même date de « DAR AS-SIKKAH », unité industrielle chargée de la fabrication des billets de
banque et de la frappe des pièces de monnaie;

1993 Certaines modifications sont apportées aux statuts de la Banque, visant notamment à préciser les missions qui
lui sont dévolues, en particulier celles liées à la politique monétaire et à donner plus d’autonomie à ses organes
d’administration et de direction;
Historique de BAM
2006

 Renforcer l’autonomie de la BC en matière de conduite de politique monétaire;

Conférer une base légale à sa mission de surveillance et de sécurisation des systèmes et des moyens de paiement;

Renforcement de la protection des établissements de crédit.


Evolution des objectifs de la
politique monétaire
La fin des A partir des
Aujourd’hui
années 1960 années 1973

Avec la
désinflation
Avec l’inflation
mondiale et la
La politique généralisée, la
baisse des taux
monétaire politique
d’intérêt, la
poursuivait monétaire a
recherche du
plusieurs abandonné
plein emploi est
objectifs, mais le l’objectif de
revenue au
principal restait change au profit
premier rang des
le taux de des équilibres
préoccupation s.
change. internes.
Evolution des instruments de la
politique monétaire
Au Maroc, la politique monétaire a connu deux grandes phases :

1- De 1960 à 1980

2- A partir de 1980
Evolution des instruments de la
politique monétaire
De 1960 à 1980
Lesautorités monétaires agissaient par des mesures directes de caractères réglementaires et contraignants, et les actions portaient sur la
liquidité bancaire et les encadrements des crédits;

Le recours au marché monétaire ne revêtait qu’un aspect complémentaire;

Pendant cette période, la politique monétaire était orientée vers le maintien d’un taux d’intérêt stable et modéré qui stimule la
croissance économique.
Evolution des instruments de la
politique monétaire
A partir de 1980
Les moyens de contrôle sont devenus plus incitatifs que contraignants;

D’un contrôle direct à une régulation de taux d’intérêt par le jeu de l’offre et de la demande de monnaie;

Ajustement de l’offre et de la demande de crédit doit se faire par des instruments indirects et n’est plus par le contrôle administratif;

On cherche une autonomie du système bancaire vis-à-vis l’institut d’émission.


MERCI POUR VOTRE
ATTENTION
Bibliographie
o Macroéconomie.
Gregory N.Mankiw

o Monnaie, banque et marchés financiers.


Frederic Mishkin

o Economie internationale.
Paul Krugman et Maurice Obstfeld

o Site officiel de Bank Al-Maghrib.


www.bkam.ma