Vous êtes sur la page 1sur 42

Sondages et essais in situ

ARVOR Géotechnique Hydrogéologie - Laboratoire


Etudes géotechniques - Expertises
Ingénierie des sols et des fondations www.arvor-geo.fr

Commune de BESNE
______________________________

BESNE (44)
16 Chemin du stade
Extension de la salle polyvalente de La Fontaine

______________________________

Etude géotechnique de conception


Phase Avant-projet
______________________________

Dossier n° 15-078 Type de mission selon N.F. P 94-500 G2-AVP

Indice Date Établi par Visa Modification Nb de pages

A 31.12.2015 Franck AVRIL - 42

BRETAGNE - Siège social : 11 Route de Toulindac - 56870 BADEN – Tel : 09.63.46.57.81 – Port. 06.35.94.13.78
PAYS DE LA LOIRE - Adresse postale : D160 – Route de Cholet - 85000 LA ROCHE SUR YON – Tel : 09.63.46.57.81 – Port. 06.35.94.13.78
Courriel : arvor-geo@orange.fr - SARL unipersonnelle au capital de 25 000 euros – RCS Vannes 528 711 534 – APE 7112B
ARVOR Géotechnique Page 2/42
Ingénierie des sols et des fondations

SOMMAIRE

FICHE DE SYNTHESE 3

PRESENTATION GENERALE 7
1. Définition de l’opération 7
2. Documents communiqués 7
3. Données générales 8

PRESENTATION ET SYNTHESE DES RECONNAISSANCES 11


4. Présentation des investigations in situ 11
5. Résumé géologique et géotechnique 12

CARACTERISTIQUES DU PROJET 25
6. Le projet 25

PRINCIPES GENERAUX DE CONSTRUCTION DES OUVRAGES GEOTECHNIQUES 26


7. Conception des niveaux bas des ouvrages 26
8. Conception des fondations 26
9. Conditions et précautions de réalisation des fondations 30
10. Prévention du risque sismique – Classe de sol. 31
11. Remarque finale 32

ANNEXE 1 RESULTATS DES SONDAGES ET ESSAIS IN SITU 33

ANNEXE 2 CLASSIFICATION DES MISSIONS TYPES D’INGENIERIE GÉOTECHNIQUES SELON LA NORME


NF 94-500 - CONDITIONS GÉNÉRALES DES MISSIONS GÉOTECHNIQUES 40

Extension de la salle polyvalente La Fontaine – 16 Chemin du Stade – BESNE (44)


Etude géotechnique de conception (G2) – Phase Avant-projet - Dossier n° 14-078 - Indice A du 31.12.2015
ARVOR Géotechnique Page 3/42
Ingénierie des sols et des fondations

Fiche de synthèse
Plan d’implantation

E.U évier

E.U
E.P

1389

610

357 253 6

Réseau E.U Existant


350 119

» -1,8
PRO 02

» -1,5

E.P
Emprise existant
20 4

DPH1 RF6 Repiquage sur

DPH3

E.U
réseau existant

T3

516
T1
3
20 317 20
PRO 05

270

E.U
E.U évier
Emprise existant

760
E.P

Emprise existant
189 91 340
20 4
591

551

591
E.U wc E.U évier E.U wc

DPH4

E.U
T4
281

321
Emprise existant

E.U
» -1,1

243
20 570 20

E.P
1117
E.P

H
20

20

E.U
20
DEP

RF5
610

T2 DPH2
E.P E.P E.P

E.U

E.U
E.U

» -1,3

Symbole Type de sondage Désignation


Essai au pénétromètre dynamique lourd DPH1 à DPH4
( Dynamic Probe Heavy) - N.F EN ISO 22476 - 02 juillet 2005

Tarière mécanique diam 63 mm T1 à T4

»+ Z Cote altimétrique maximale d'assise de la fondation au droit du sondage pénétrométrique


Adaptation impérative de ces cotes entre les points de sondages en fonction des constats en
phase chantier, suite à un strict étalonnage visuel de l'horizon porteur calé sur les sondages.

Proposition valable uniquement dans le cadre des hypothèses actuelles du présent rapport, au
stade de la mission G2 A.V.P et pour la valeur de contrainte maximale admissible qmax ELS
proposée dans ce document.

Remarque importante : les cotes altimétriques d’assise de fondation proposées ci-dessus au stade APS
n’intègrent pas les sujétions liées aux fondations existantes pour lesquelles on a très peu de renseignements.
Des investigations in situ complémentaires sont recommandées au stade APD à dessein de valider le système
de fondation du projet et le recul nécessaire par rapport aux existants pour ne pas provoquer des désordres sur la
construction actuelle.

Principales formations rencontrées

- Remblais (R)
- Colluvions (Col)
- Altérites granitiques (Gr)

Extension de la salle polyvalente La Fontaine – 16 Chemin du Stade – BESNE (44)


Etude géotechnique de conception (G2) – Phase Avant-projet - Dossier n° 14-078 - Indice A du 31.12.2015
ARVOR Géotechnique Page 4/42
Ingénierie des sols et des fondations

Principales sujétions pour l’aménagement du site


Les principales sujétions d’ordre géotechnique pour la réalisation du projet sont liées :
 au caractère remanié à remblayé du site.
En 1987, avant la construction du bâtiment actuel, le cabinet d’études géotechniques SIMECSOL signalait,
sans certitude, la possibilité de remblais qui auraient pu être mis en œuvre sur une épaisseur comprise
entre 0,5 m et 3,0 m.
Pour l’édification du présent ouvrage, des mouvements supplémentaires de terrains ont eu lieu, les
niveaux altimétriques des dalles actuels étant a priori situés plusieurs décimètres au-dessus des cotes
topographiques du terrain de 1987. Seul le report précis du plan masse avec ses cotes altimétriques de
dalle sur le plan topographique de l’époque permettrait de le vérifier.
Actuellement, en tête des sondages, de part la nature des sols observés, des remblais sont clairement
identifiables jusqu’à » 0,4 à 0,7 m de profondeur.
Mais en deçà, en particulier en investigations par forages semi-destructifs à la tarière  63 mm, il est
difficile de distinguer d’éventuels remblais argilo-limoneux d’origine altéritique de provenance
autochtone, des colluvions et/ou des altérites ultimes du substratum granitique molles, naturellement
en place.
Dans ces conditions, les coupes des sondages en profondeur sont strictement interprétatives et basées en
partie sur l’analyse des résultats des sondages mécaniques au pénétromètre dynamique.
 au degré d’altération très variable du substratum granitique, tant en plan qu’en profondeur.
Ces variations rapides sont mises en évidence en particulier en partie amont (DPH1 – DPH2), avec une
faible distance entre les points de sondages.
Cette hétérogénéité litho-mécanique est illustrée sur les graphiques synoptiques des sondages
pénétromètriques, qui ne fournissent qu’une tendance et ne sont donc pas exhaustifs des conditions de
terrain.
Les refus au pénétromètre dynamique sont atteints entre 1,1 m et 3,0 m de profondeur (qd > 30 MPa).
Pour mémoire les sondages de Simecsol de 1987 avaient obtenu des refus entre 0,9 m et 3,4 m de
profondeur.
Des affleurements rocheux sont observables en partie Sud de la construction.
Dans les granites d’anatexie on ne peut prévoir la «dureté du rocher » entre deux sondages et il y a des
possibilités de présence de veines ou « d’éperons rocheux » entrecoupés de zones / fosses d’altération
plus prononcées qui peuvent conduire à devoir descendre les fondations.

 à la construction en mitoyenneté du bâtiment dont les caractéristiques de fondations (modes /


profondeurs/ débordements) restent très mal appréciées.
De part :
 la topographie en pente du terrain de 1987,
 les conditions géotechniques par endroits très médiocres du site,
 les caractéristiques altimétriques du bâtiment actuel avec des niveaux décalés de 1,3 m
 la conception structurelle variable de la construction,
il est très probable que les fondations de l’ouvrage actuel soient très hétérogènes en dimensions :
longueur, largeur et profondeur.
SIMECSOL a préconisé en 1987 la réalisation de massifs en béton, reportant les charges au sein du
substratum rocheux compact, ancrés de 0,5 m dans les arènes granitiques, avec une profondeur
d’assise établie entre 1,0 et 3,5 m par rapport au niveau du terrain à l’époque et une valeur de la
contrainte admissible pouvant atteindre 0,5 MPa (5 Bars).

Extension de la salle polyvalente La Fontaine – 16 Chemin du Stade – BESNE (44)


Etude géotechnique de conception (G2) – Phase Avant-projet - Dossier n° 14-078 - Indice A du 31.12.2015
ARVOR Géotechnique Page 5/42
Ingénierie des sols et des fondations

ARVOR Géotechnique n’a pu obtenir de plan d’exécution ou de recollement des fondations existantes.
Au stade A.P.S, dans l’hypothèse où le système de fondations par massif béton préconisé par SIMECSOL
aurait été respecté, la prestation d’ARVOR Géotechnique ne prévoyait réalisation que d’un sondage de
reconnaissance manuelle de fondation jusqu’à une profondeur d’au plus 0,9 m pour examiner les débords
de fondations.

En partie aval, le sondage RF5, placé dans l’angle du bâtiment, a mis en évidence des largeurs de
débordement de fondation variables sous un mur (» 0,23 m / 0,25 m et » 0,35 m /0,38 m), avec une assise
vers la cote altimétrique - 0,7. Le sol d’assise ne correspond pas à un substratum rocheux compact au
sens du rapport de SIMECSOL.
Ce sondage de reconnaissance sous mur ne représente cependant vraisemblablement pas les conditions
de fondation sous le poteau de charpente situé à proximité.
En partie amont, le sondage RF6 met en évidence un débord extérieur important de la fondation /
longrine : » 0,65 m à 0,68 m.
La reconnaissance manuelle a été arrêtée à 1,3 m de profondeur, dans des colluvions très molles
(RCol1), sans avoir atteint la base de la fondation.
Ce sondage s’inscrit sous une terrasse en pavés qu’il a fallu démonter. La largeur de la fouille limitée à »
1,0 m n’a pas permis de vérifier s’il s’agit d’une fondation ponctuelle ou filante le long des façades qui
présentent des décrochements.
Compte tenu du débord assez important de la fondation, il n’est pas exclu qu’à l’époque un parti de
fondations très élargies ait été retenu, ce qui aurait alors limité la valeur de la contrainte ramenée à la
base de la fondation et évité d’atteindre systématiquement le toit du substratum rocheux compact, tel
que préconisé par Simecsol en 1987. Mais rien ne permet pour le moment de l’affirmer.

Le débord extérieur des fondations actuelles constitue une sujétion importante pour la conception des
nouvelles fondations.
Au stade A.P.D en fonction du choix technique du bet structure, il pourrait être opportun que des
investigations complémentaires soient conduites pour compléter les informations sur le système de
fondations des existants et pour établir un plan des nouvelles fondations circonstancié.
Il sera souhaitable entre autres d’apprécier la géométrie des fondations le long des façades qui ont des
décrochements et la profondeur d’assise des fondations de l’existant, sans les déchausser, de manière :
 à concevoir les nouvelles fondations en respectant les dispositions constructives
réglementaires définies entre fondations établies à des niveaux différents et rappelées dans le
présent document. En fonction des constats qui seront faits, ces dispositions constructives
pourront conduire à devoir :
 éloigner sensiblement le nu extérieur de nouvelles fondations du nu des fondations de
l’existant pour éviter tout affouillement /mouvement/ dommage,
 augmenter les consoles de plancher.
Dans le cas contraire des techniques particulières seront à élaborer par le bet structure.
Les conditions d’armature des fondations devront être examinées en détail.

 à mettre en œuvre en phase travaux tous les moyens nécessaires qui permettront d’éviter les
décompressions de sol, les mouvements de l’ouvrage actuel ainsi que les vibrations nuisibles.
Les méthodologies devront être clairement établies avant le démarrage du chantier et soumises à
approbation du maître d’œuvre.
Pour la partie amont ces investigations entraineront le démontage préalable de la terrasse.
Quelques sondages pénétromètriques complémentaires pourront être associés en rives de fondations.

Extension de la salle polyvalente La Fontaine – 16 Chemin du Stade – BESNE (44)


Etude géotechnique de conception (G2) – Phase Avant-projet - Dossier n° 14-078 - Indice A du 31.12.2015
ARVOR Géotechnique Page 6/42
Ingénierie des sols et des fondations

Conception des niveaux bas

- plancher porté par les fondations

Types de fondations envisagés - Horizons porteurs – Contrainte admissible

- fondations ponctuelles ancrées dans les granites très altérés (Gr4) :

 superficielles en partie aval, avec un ancrage minimal de 0,3 m dans l’horizon porteur. On ne
peut exclure quelques sur-profondeurs de fondations,

 semi-profondes en partie amont, avec un ancrage minimal de 0,4 m dans l’horizon porteur,

Le long des existants les fondations seront décalées d’une distance qu’il reste à préciser en fonction
des résultats des investigations complémentaires qui sont recommandées au stade APD.
Les travaux de fondations semi-profondes devront être conduits par une entreprise strictement habituée à
ce type d’ouvrage, capable de s’adapter et mettre en œuvre toutes les techniques d’excavation, de
blindage/tubage des sols et de bétonnage, nécessaires à la bonne exécution des travaux.
A la réserve de vérifier les conditions d’accès des engins disponibles dans le secteur et selon la distance
des nouvelles fondations par rapport à l’existant, la réalisation de fondations semi-profondes circulaires
exécutées à la tarière / tarière à godets (buckets), avec un curage très soigné du fond de fouille avec un
outil à lames, pourrait être bien adaptée.
En cas de problème / doute de stabilité des parois et/ou d’arrivée d’eau, le terrain devra être tubé à
l’avancement. Le maitre d’œuvre devra s’assurer avant le démarrage des travaux que le tubage est bien
disponible sur place.
Les moyens devront dans tous les cas rester compatibles avec l’environnement bâti du site et ne pas
conduire à un déplacement, déchaussement des fondations actuelles. Les choix d’exécution relèvent de la
responsabilité de l’Entreprise.
La valeur de la contrainte admissible à la base des fondations pourra atteindre à q’max ELS = 400 kPa
(4 bars, 40 T/m²).

Démarrage des travaux - Etalonnage des terrains – Plan de recollement

Pour identifier correctement les granites très altérés (Gr4) au sens de la classification des sols proposée
par ARVOR Géotechnique, le maçon devra caler strictement son critère d’appréciation visuel de la nature
du sol d’assise des fondations dès le démarrage du chantier :
 en se plaçant au droit de chacun des sondages pénétromètriques,
 en descendant à l’aplomb du sondage référent, à l’aide d’un niveau laser, au moins à la cote
altimétrique d’assise des fondations indiquée sur la coupe fournie par ARVOR Géotechnique.
Ce calage d’étalonnage de l’horizon porteur devra se faire en présence du maître d’œuvre.
Ensuite, entre les points de sondage, le maçon devra adapter tant que nécessaire la côte altimétrique
d’assise des fondations pour assurer en toutes circonstances l’ancrage minimal demandé dans les
granites très altérés (Gr4).
En cas de niveaux d’assise variables des fondations, conséquences prévisibles de l’adaptation
continue aux conditions géotechniques hétérogènes du site, le maçon devra respecter les dispositions
constructives réglementaires entre fondations, rappelées dans le présent document.
L’équipe de maîtrise d’œuvre devra strictement s’assurer du respect de l’ensemble de ces
consignes

La fiche de synthèse est une partie indissociable du présent rapport auquel il conviendra de se reporter
impérativement.
Extension de la salle polyvalente La Fontaine – 16 Chemin du Stade – BESNE (44)
Etude géotechnique de conception (G2) – Phase Avant-projet - Dossier n° 14-078 - Indice A du 31.12.2015
ARVOR Géotechnique Page 7/42
Ingénierie des sols et des fondations

Présentation générale
1. Définition de l’opération

Devis n° : 15.078 du 17.11.2015

Commande : du 04.12.2015 par la commune de BESNE


Lieu : BESNE – 16 Chemin du stade
Désignation : Extension de la salle polyvalente de La Fontaine
Maître d’ouvrage : Commune de BESNE
Architecte : Horizon Vertical
Bet structure : AREST
Mission : Etude géotechnique de conception (G2) – Phase Avant-projet (A.V.P) selon la NF.P 94-500
de novembre 2013.

ENCHAINEMENT DES MISSIONS D’INGENIERIE GEOTECHNIQUE – Norme NF P 94-500 du 30 novembre 2013

PHASES MAITRISE D’ŒUVRE GENERALE - A la charge du maître d’ouvrage

Esquisse / APS AVP / APD PROJET DCE EXE / VISA DET / AOR

Etude géotechnique préalable – G1 Etude géotechnique de conception – G2 Supervision géotechnique d’exécution – G4

G1 ES G1 PGC G2 AVP G2 PRO G2 DCE / ACT G4 EXE / VISA G4 DET / AOR


Phase Phase Phase Phase Phase Supervision de Supervision du suivi
Etude de Site Principes Généraux Avant-Projet Projet DCE / ACT l’étude géotechnique d’exécution
de Construction géotechnique
d’exécution

Déroulement du projet

Choix de l’Entreprise

- APS : Etude d’avant-projet sommaire


Etude et suivi géotechnique d’exécution – G3
- AVP : Etude d’avant-projet

- APD : Etude d’avant-projet définitif A la charge


de G3 EXE / VISA G3 DET / AOR
- DCE : Dossier de consultation des entreprises l’Entreprise
Etude géotechnique Suivi géotechnique
d’exécution d'exécution
- ACT : Assistance pour la passation des contrats de travaux
Phase étude Phase suivi
- EXE : Etude d’exécution

- DET : Direction de l’exécution des contrats de travaux


- AOR : Assistance aux opérations de réception Démarrage du chantier

2. Documents communiqués
- Plan masse + élévations + coupes
- Rapport d’étude géotechnique Simecsol n° 06.0750-01 A du 12.08.1987
- Extrait plan topographique avant construction

Extension de la salle polyvalente La Fontaine – 16 Chemin du Stade – BESNE (44)


Etude géotechnique de conception (G2) – Phase Avant-projet - Dossier n° 14-078 - Indice A du 31.12.2015
ARVOR Géotechnique Page 8/42
Ingénierie des sols et des fondations

3. Données générales
3.1. Situation et données géologiques

Projet

Projet

2 Affleurements des granites visibles en partie Sud


Contexte du secteur :  : Granite d'anatexie à biotite
Anatexie : Processus par lequel des roches du métamorphisme
régional, soumises à des températures de plus en plus fortes,
subissent une fusion partielle donnant des migmatites puis une
fusion totale donnant un magma

3.2. Résumé du rapport d’étude géotechnique SIMECSOL du 12/08/87

3.2.1. Programme d’investigations in situ


La campagne d’investigations in situ conduite par Simecsol en 1987 a compris :
- 5 sondages au pénétromètre dynamique Sermes (PDS1 à PDS5) poursuivis au refus (qd > 30 MPa)
atteint entre 0,9 m et 3,4 m de profondeur

- 2 sondages à la tarière (T1 – T2) avec refus entre 0,3 m et 1,2 m


Les cotes altimétriques des têtes de sondages n’ont pas été a priori relevées, ce qui ne permet pas de se caler
sur l’existant.

Extension de la salle polyvalente La Fontaine – 16 Chemin du Stade – BESNE (44)


Etude géotechnique de conception (G2) – Phase Avant-projet - Dossier n° 14-078 - Indice A du 31.12.2015
ARVOR Géotechnique Page 9/42
Ingénierie des sols et des fondations

3.2.2. Conditions géotechniques


Sont décrits de haut en bas :
- limon brun végétal pouvant atteindre 0,6 m d’épaisseur,

- arène granitique peu compactes pouvant avoir été mise en remblai, avec des épaisseurs pouvant
atteindre 2 m à 3 m en partie Nord,

- substratum granitique

3.2.3. Principe de fondations proposé


- Massifs en béton, reportant les charges au sein du substratum rocheux compact, ancrés de 0,5 m
dans les arènes granitiques avec une profondeur d’assise établie entre 1,0 et 3,5 m par rapport au
niveau du terrain à l’époque, avec une contrainte admissible pouvant atteindre 0,5 MPa (5 Bars).

- Dallage sur remblai technique de substitution ou plancher porté sur massifs en béton.

Les plans de fondations de bâtiment n’ont, au stade actuel des études, pas été retrouvés.

3.3. Eléments topographiques concernant le site originel


Dans l’esprit, à la réserve prêt que l’esquisse du plan
masse reportée ci-contre soit correctement positionnée, le
terrain originel avec une déclivité sensiblement orientée
vers le Nord s’établissait a priori à l’époque, dans l’aire de
la construction, entre les cotes :
- en aval » +4,8 dans la zone marécageuse, (lecture de la
valeur sur le plan incertaine, à vérifier)
- en amont » +6,4.

Selon le plan de récolement des réseaux de 1990, le


niveau bas des ouvrages serait établi :
- en aval, partie terrain de sports : + 5,5
- en amont, partie salles et sanitaires : 6,8
En priori, le terrain aurait donc été majoritairement
remblayé par rapport à la topographie originelle.
Ces éléments topographiques et de plan masse restent à
confirmer.

Extension de la salle polyvalente La Fontaine – 16 Chemin du Stade – BESNE (44)


Etude géotechnique de conception (G2) – Phase Avant-projet - Dossier n° 14-078 - Indice A du 31.12.2015
ARVOR Géotechnique Page 10/42
Ingénierie des sols et des fondations

3.4. Aléas et risques divers

Carte des Aléas au phénomène de


Risque : Réputé nul dans le secteur (www.argile.fr)
retrait et de gonflement des sols

Mouvements de terrain différentiels


Arrêté du
consécutifs à la sécheresse et à la Arrêtés de catastrophe naturelle : (www.prim.net)
30/03/2006
réhydratation des sols

Sismicité Zone : 3 - modéré (www.prim.net)

3.5. Occupation du site


En décembre 2015, le site d’investigations correspond principalement à 2 aires en partie extérieure du bâtiment
actuel.

Partie Sud-Ouest : Située en amont du site, cette aire présente un revêtement en pavés, avec une bordure en
enrobé.

Partie Est : Située en aval du site, cette aire présente un revêtement en enrobé.

Extension de la salle polyvalente La Fontaine – 16 Chemin du Stade – BESNE (44)


Etude géotechnique de conception (G2) – Phase Avant-projet - Dossier n° 14-078 - Indice A du 31.12.2015
ARVOR Géotechnique Page 11/42
Ingénierie des sols et des fondations

Présentation et synthèse des reconnaissances


4. Présentation des investigations in situ
En l’absence de plan topographique les altitudes des têtes de sondages ont été nivelées en prenant comme
référence le seuil de la porte d’entrée Sud-Ouest, prise égale à la cote + 1,3 selon le référentiel indépendant
retenu par l’architecte.
Pour la suite du rapport, les cotes altimétriques indiquées dans le texte, arrondies au décimètre, correspondront
au référentiel indépendant.
1389

6
357 253 350 119
PRO 02

E.P
Emprise existant
20 4

DPH1 RF6 DPH3

E.U
T3

516
T1
3
20 317 20
PRO 05

270
Emprise existant

760
E.P

Emprise existant
189 91
20 4
591

551

591

E.U wc E.U évier

DPH4
T4
281

321
Emprise existant

E.U
243

E.P
20 570 20

1117
E.P

E.U
20

20

20

RF5
DEP
610

T2 DPH2
E.P E.P

E.U
242

500

Partie Sud-Ouest Partie Est

Symbole Type de sondage Désignation

Essai au pénétromètre dynamique lourd


( Dynamic Probe Heavy) - N.F EN ISO 22476 - 02 juillet 2005
DPH1 à DPH4

Sondage à la tarière mécanique diam 63 mm T1 à T4

Reconnaissance manuelle de fondation RF5 et RF6

Un sondage de reconnaissance ponctuelle de l’épaisseur de la dalle à l’intérieur d’un local de rangement (RD7) a
par ailleurs été réalisé, à l’emplacement indiqué par le maitre d’œuvre.

Extension de la salle polyvalente La Fontaine – 16 Chemin du Stade – BESNE (44)


Etude géotechnique de conception (G2) – Phase Avant-projet - Dossier n° 14-078 - Indice A du 31.12.2015
ARVOR Géotechnique Page 12/42
Ingénierie des sols et des fondations

5. Résumé géologique et géotechnique

5.1. Remarques préliminaires sur les descriptions granulométriques et géologiques des sols.
A dessein de ne pas déstructurer les plates-formes actuelles les sondages de reconnaissance géologique ont été
conduits à la tarière  63 mm à refus jusqu’à 1,6 m à 2,9 m de profondeur.
Les coupes des sols ont donc été établies à partir d’échantillons prélevés par sondages à la tarière hélicoïdale
considérée par la norme NF P 94-202 – « Prélèvement des sols et roches » - en classe de prélèvement 3 voire 4.

Ceci conduit à une description de sol remanié à totalement remanié, avec une précision de l’épaisseur des sols
au mieux d’ordre décimétrique (Catégorie Zo au sens de la norme).
Cette technique de forage peut conduire par broyage à une
modification granulométrique importante des sols et la tarière
 63 mm avec une âme de  32 mm ne remonte pas les graves,
cailloux et blocs tels que décrits ci-avant, l’espace entre l’âme et
l’extérieur de la spire de la tarière étant limité à de l’ordre de 16 mm.

Donc par essence les coupes des sols prélevés à la tarière indiquent
des éléments déstructurés et souvent de plus petites dimensions que
les sols en place. Tarière  63 mm avec son taillant

Enfin, dans le cas de terrain remblayé il est parfois difficile de différencier à partir d’échantillons remaniés à broyés
par la tarière, la limite entre les matériaux naturellement en place et les remblais constitués parfois par des
matériaux autochtones d’aspect très proche.
Cette difficulté d’identification des sols peut s’accroître sous la nappe.

5.2. Stratigraphie

On résumera de haut en bas la structure géologique en trois principales familles de terrain :


- les remblais (R)
- les sols de couverture et colluvions (Col)
- les altérites granitiques (Gr)

5.2.1. Les remblais (R), sols de couverture et colluvions (Col)


5.2.1.1 Introduction- Méthode d’interprétation
En 1987, avant l’édification du bâtiment actuel, Simecsol indiquait la probabilité d’un terrain remanié, avec une
possibilité de remblais d’origine granitique, sur des épaisseurs très variables pouvant être comprises entre 0,5 m
et 3,0 m. Les cotes altimétriques des têtes de sondages n’ont pas été relevées à l’époque.
Pour la construction de l’ouvrage, le site a été terrassé, remanié à remblayé en complément, a minima lors :
- de l’édification de la construction actuelle avec :
 la réalisation de 2 niveaux de plate-forme qui permet actuellement d’avoir une dénivelée de 1,3 m
entre les deux principales parties de la construction. Ces plates-formes semblent s’inscrire à des
cotes altimétriques situées plusieurs décimètres au-dessus du terrain de 1987, ce qui indiquerait
un remblayage du terrain,
 l’exécution de fouilles de fondations,
 un remblayage périphérique de comblement des fouilles entre les murs de soubassement et les
parties partiellement enterrées de l’ouvrage actuel,

Extension de la salle polyvalente La Fontaine – 16 Chemin du Stade – BESNE (44)


Etude géotechnique de conception (G2) – Phase Avant-projet - Dossier n° 14-078 - Indice A du 31.12.2015
ARVOR Géotechnique Page 13/42
Ingénierie des sols et des fondations

- de la pose des différents réseaux enterrés,


- des aménagements périphériques

On ne peut exclure qu’une partie des déblais de la fouille ait été régalée ensuite sur le terrain et que l’ensemble
des travaux précités ait pu conduire à l’époque à mélanger différents types de sols.
Si en sondage à la tarière les remblais de tête sont aisément identifiables, il est difficile en profondeur de
distinguer :
- en premier lieu, les remblais des sols de couverture du site originel qui éventuellement n’auraient pas été
décapés,
- en second lieu, les remblais constitués par des matériaux d’origine granitique, des colluvions (*) et/ou des
altérites ultimes du substratum. (**).

(*) Les colluvions sont des dépôts de pente issus généralement d’altérites qui se sont mis en place sous l’action d’un phénomène de
solifluxion et nappent, en partie basse de versant, la roche en place. Les colluvions ont subi généralement un faible transport, à la
différence des alluvions, et peuvent présenter de ce fait un aspect proche des sols d’altération du substratum qui sont eux restés en place.

(**) Les altérites correspondent à une formation géologique généralement meuble, formée in situ, et produite par l'altération physico-chimique
d'autres formations géologiques. De manière stricto sensu, elles correspondent théoriquement à la partie non déplacée des profils
d'altération.

Dès lors, il sera proposé une démarche interprétative arbitraire décrite ci-après.
Seront qualifiés de haut en bas :
- de remblais (R) les terrains observés depuis la surface, qui présentent des valeurs de résistance
dynamique qd > 2 MPa,
- de remblais mous, sols de couverture du terrain originel, colluvions (Col) voire produits
d’altération ultime du substratum granitique, les niveaux avec des valeurs de résistance dynamique q d
≤ 2 MPa,
Pour la simplification du rapport l’ensemble de ces horizons sera regroupé sur les coupes de sondages
sous le terme générique (RCol),
- d’altérites granitiques (Gr), les horizons majoritairement de couleur plus claire (beige, ocre, gris clair),
jusqu’à la base des sondages.

5.2.1.2 Description en excavations manuelles (RF5 –RF6)

Sous le revêtement de surface (enrobé, pavés) est observé un matériau de carrière de type graves non traitées,
sous la forme d’un sable et/ou grave sableuse en tête, puis de cailloux et graves dans une matrice sablo-
limoneuse.
Ensuite, plus en profondeur, la nature des remblais se distingue selon les sondages :

- au sondage RF5 sont observées des argiles limoneuses beige, jusqu’à environ 0,4 m de profondeur,
(cote altimétrique » - 0,4 / -0,5) disposées sur un film polyane placé au-dessus des semelles, ce qui
confirme la mise en œuvre de remblais d’origine granitique en périphérie de la construction,

- au sondage RF6, sont identifiés des matériaux très hétérogènes, mélanges de graves, cailloux et blocs,
dans une matrice limoneuse à limono-sableuse avec des débris de matériaux (béton, brique, plastique,
ferraille, bois,…) jusqu’à » 0,7 m de profondeur (cote altimétrique » +0,6).

Extension de la salle polyvalente La Fontaine – 16 Chemin du Stade – BESNE (44)


Etude géotechnique de conception (G2) – Phase Avant-projet - Dossier n° 14-078 - Indice A du 31.12.2015
ARVOR Géotechnique Page 14/42
Ingénierie des sols et des fondations

RF5 – Couche d’argile limoneuse sur polyane sur les semelles. RF6 – Remblais hétérogènes de comblement.

A la base des terrains sus-décrits, sont observés des argiles limoneuses pouvant correspondre soit encore à des
remblais, soit à des colluvions, dont l’origine ne peut être déterminée par sondage en petite emprise.

5.2.1.3 Description par sondages à la tarière  63 mm


On rappellera les modifications granulométriques importantes entrainées par les sondages à la tarière  63 mm,
avec un aspect des échantillons qui peut être largement différent du sol qui est observable directement en place.
Il suffit pour apprécier la modification de comparer les photographies des échantillons présentées en détail en
annexe 1 avec celles des excavations manuelles.
En tête, ont été observés sous l’enrobé des matériaux à dominante sablo-graveleuse, puis argilo-sablo-graveleuse
jusqu’à environ 0,6 m à 0,7 m de profondeur en partie amont et » 0,4 m de profondeur en partie aval.

T1 de 0,3 à 0,5 m T2 de 0,3 à 0,7 m T4 de 0,0 à 0,3 m

Ensuite, ont été échantillonnées des argiles limoneuses molles à très molles, marron brune, grisâtre à beige
pouvant correspondre soit à des remblais d’altérites, des sols de couverture du terrain originel, des colluvions
et /ou altérites ultimes en place.

T1 de 0,8 à 1,1 m T2 de 0,7 à 1,0 m

Extension de la salle polyvalente La Fontaine – 16 Chemin du Stade – BESNE (44)


Etude géotechnique de conception (G2) – Phase Avant-projet - Dossier n° 14-078 - Indice A du 31.12.2015
ARVOR Géotechnique Page 15/42
Ingénierie des sols et des fondations

T3 de 0,5 à 0,8 m T4 de 0,5 à 0,9 m

5.2.2. Les altérites granitiques (Gr)

5.2.2.1 Description en excavation manuelle


Les altérites granitiques ont été observées au sondage RF5, à la base de la fondation, sous la forme d’un limon
argileux finement sableux structuré bariolé beige ocre à gris clair.

5.2.2.2 Description par sondages à la tarière  63 mm


La frange décomposée / très altérée du substratum granitique apparait sous la forme d’un limon argileux
finement sableux marron clair, beige ocre avec quelques veines grisâtres en profondeur.

T1 de 1,6 à 2,0 m T2 de 1,3 à 1,6 m

Extension de la salle polyvalente La Fontaine – 16 Chemin du Stade – BESNE (44)


Etude géotechnique de conception (G2) – Phase Avant-projet - Dossier n° 14-078 - Indice A du 31.12.2015
ARVOR Géotechnique Page 16/42
Ingénierie des sols et des fondations

T3 de 1,1 à 1,3 m T4 de 0,9 - 1,1 m

En profondeur les niveaux plus compacts d’ altérites se présentent en échantillons désagrégés, réduits en
« poudre » par le taillant, sous la forme d’un limon sablo-silteux, de couleur dominante beige à gris clair.

T1 de 2,5 à 2,9 m T2 de 2,0 à 2,6 m

T3 de 1,3 à 1,8 m T4 de 1,3 à 1,6 m

Extension de la salle polyvalente La Fontaine – 16 Chemin du Stade – BESNE (44)


Etude géotechnique de conception (G2) – Phase Avant-projet - Dossier n° 14-078 - Indice A du 31.12.2015
ARVOR Géotechnique Page 17/42
Ingénierie des sols et des fondations

5.3. Caractéristiques mécaniques

Les résultats des essais au pénétromètre dynamique ne font l’objet d’aucune norme conventionnelle de
classification des sols reliant la nature des terrains et les valeurs de résistance dynamique de pointe mesurées.
Cependant, sous les remblais de tête, à dessein d’interpréter les résultats des sondages mécaniques, des sous-
classes de résistance seront proposées systématiquement sur les graphiques pénétrométriques, dans les
colluvions et altérites granitiques, avec l’arbitrage général moyen suivant :

Résistance dynamique de pointe qd : 0 2 4 8 15 (MPa)

Remblais mous et
Colluvions (Col)
Désignation colluvions très Très décomposé Décomposé Très altéré Altéré
Altérites granitiques
molles
(Gr)
Sous -classe RCol1 Gr2 Gr3 Gr4 Gr5
Tableau 1

Commentaires :

Les valeurs de résistance dynamique de pointe sont élevées en tête dans les remblais puis chutent en
profondeur soit dans des remblais plus lâches, soit à l’interface avec l’ancien terrain naturel.
Dans les altérites granitiques :

- en partie amont, les caractéristiques mécaniques sont très variables entre les deux points de sondages
situés à faible distance, avec par exemple un toit des granites très altérés (Gr4) atteint à la cote
altimétrique -1,4 au sondage DPH1 et qui remonte à la cote -0,5 au sondage DPH2.
Les refus au pénétromètre (qd > 30 MPa) sont atteints à 2,5 m et 3,0 m de profondeur (cotes -1,3 et -1,8)

- en partie aval, à partir de la base des colluvions très molles, les caractéristiques mécaniques sont
rapidement croissantes avec la profondeur et les refus au pénétromètre (qd > 30 MPa) sont atteints à
1,1 m et 1,5 m de profondeur (cotes -1,1 et -1,6).

Les résultats des sondages sont résumés sur le graphique synoptique topo / litho / mécanique ci-après :

Extension de la salle polyvalente La Fontaine – 16 Chemin du Stade – BESNE (44)


Etude géotechnique de conception (G2) – Phase Avant-projet - Dossier n° 14-078 - Indice A du 31.12.2015
ARVOR Géotechnique Page 18/42
Ingénierie des sols et des fondations

Extension de la salle polyvalente La Fontaine – 16 Chemin du Stade – BESNE (44)


Etude géotechnique de conception (G2) – Phase Avant-projet - Dossier n° 14-078 - Indice A du 31.12.2015
ARVOR Géotechnique Page 19/42
Ingénierie des sols et des fondations

5.4. Niveau d’eau

Lors de l’intervention des traces d’humidité ont été observées sur le train de tiges de certains sondages.
Le système hydrogéologique de ce type de formation est caractérisé par sa discontinuité, en liaison avec
l’hétérogénéité et les variations très rapides de la nature et de la puissance d’altération.
Sur les buttes et les plateaux, l’hydrogéologie est caractérisée par la présence de petites nappes, le plus souvent
indépendantes, localisées dans les poches altérées (arènes,...) et limitées par des éperons rocheux, avec ou
sans exutoire vers le bas.
Le caractère discontinu du système hydrogéologique se traduit par une répartition très capricieuse des arrivées
d’eau dans les tranchées en cas de terrassement.
Le niveau des nappes varie en fonction de la topographie, de la saison et de la pluviosité.

5.5. Reconnaissances ponctuelles de fondation

5.5.1. Cahier photographique

Sondage RF5 ( » + 0,0)

Enrobé Couche de base : grave sableuse

Couche de fondation : cailloux et graves Limon argileux ocre beige de faible épaisseur sur polyane en
dans matrice limoneuse couverture de semelle

Extension de la salle polyvalente La Fontaine – 16 Chemin du Stade – BESNE (44)


Etude géotechnique de conception (G2) – Phase Avant-projet - Dossier n° 14-078 - Indice A du 31.12.2015
ARVOR Géotechnique Page 20/42
Ingénierie des sols et des fondations

Débord direction Nord / longrine béton :» 0,35 m à 0,38 m

Sol d’assise des fondations :


Débord direction Est/ longrine béton :» 0,23 m à 0,25 m
Limon argileux finement sableux structuré

Sol d’assise des fondations :


Limon argileux finement sableux structuré, bariolé beige ocre à gris clair.

Extension de la salle polyvalente La Fontaine – 16 Chemin du Stade – BESNE (44)


Etude géotechnique de conception (G2) – Phase Avant-projet - Dossier n° 14-078 - Indice A du 31.12.2015
ARVOR Géotechnique Page 21/42
Ingénierie des sols et des fondations

Sondage RF6 (» + 1,3)

Pavés Lit de pose en sable grisâtre

Arase supérieure de la semelle vers 0,7 m de profondeur Débord de la semelle / longrine : » 0,65 à 0,68 m

Extension de la salle polyvalente La Fontaine – 16 Chemin du Stade – BESNE (44)


Etude géotechnique de conception (G2) – Phase Avant-projet - Dossier n° 14-078 - Indice A du 31.12.2015
ARVOR Géotechnique Page 22/42
Ingénierie des sols et des fondations

Sondage arrêté à 1,3 m de profondeur – Cote alti » + 0,0 Argile limoneuse ocre beige molle prélevée
sans avoir atteint la base de la fondation à la profondeur d’arrêt du sondage, soit » 1,3 m (+ 0,0 )

5.5.2. Résumé des relevés de fondation

Sondage n° RF5 RF6

Cote terrain » -0,04 » + 1,3

Type de fondation Béton Béton

Nature de la fondation Semelle à préciser

Débord extérieur de semelle par rapport à Direction Nord » 0,35 à 0,38 m


» 0,65 à 0,68 m
la longrine béton Direction Est » 0,23 à 0,25 m

Profondeur/surface » 0,4 m » 0,7 m


Arase supérieure
Cote altimétrique » - 0,44 » + 0,6

Profondeur/surface » 0,7 m > 1,3 m


Assise de fondation
Cote altimétrique » - 0,7 < + 0,0
Limon argileux d’altération finement
Nature du sol d’assise Non atteint
sableux , bariolé

Extension de la salle polyvalente La Fontaine – 16 Chemin du Stade – BESNE (44)


Etude géotechnique de conception (G2) – Phase Avant-projet - Dossier n° 14-078 - Indice A du 31.12.2015
ARVOR Géotechnique Page 23/42
Ingénierie des sols et des fondations

Commentaire 1 - Sondage RF5 :


Le sondage RF5, placé dans l’angle du bâtiment, a mis en évidence des largeurs de débordement de fondation /
aux longrines variables sous un mur.
Avec une cote altimétrique de base de fondation observée vers » - 0,7, le sol d’assise ne semble pas
correspondre, à cet endroit, à l’horizon porteur recommandé par Simecsol en 1987 : substratum rocheux
compact en page 4 du rapport.
On ne peut exclure :
- soit, bien que le burin témoin ait pu être enfoncé horizontalement de plusieurs centimètres sous la semelle
(c.f photos) , que celle-ci ait une épaisseur variable qui serait alors plus importante directement sous le mur
porteur,
- soit que le sol d’assise des fondations retenu en phase travaux, ne soit pas systématiquement celui
proposé par le géotechnicien à l’époque.
A une distance plus éloignée du sondage RF5, en pied de poteau de charpente, il n’est pas exclu que la largeur
voire la profondeur des fondations soient encore plus importantes. Seul un sondage de reconnaissance permettra
de le vérifier.

Commentaire 2 : Sondage RF6 :


Perpendiculairement à la façade, le débord extérieur de la fondation, » 0,65 m à 0,68 m, apparait assez important.
Parallèlement à la façade, bien que la longueur de la fouille ait atteint l’ordre du mètre, avec le démontage associé
des pavés de la terrasse, la limite de la fondation n’a pas été atteinte. Il n’est pas possible de savoir si la fondation
est de type ponctuelle où filante.
L’excavation manuelle a été arrêtée à 1,3 m de profondeur (cote altimétrique » +0,0) dans des argiles limoneuses
ocre beige, sans avoir atteint la base de la fondation.
L’analyse des résultats du sondage DPH1 placé à proximité immédiate, indique à la cote altimétrique + 0,0 d’arrêt
du sondage RF6, des colluvions très molles (RCol1) au sens de la classification proposé au tableau 1.
On rappellera que les plans d’exécution et de recollement des fondations du bâtiment actuel n’ont pas été
retrouvés.

5.6. Reconnaissance ponctuelle de dallage dans le local rangement


Sondage RD7

Extension de la salle polyvalente La Fontaine – 16 Chemin du Stade – BESNE (44)


Etude géotechnique de conception (G2) – Phase Avant-projet - Dossier n° 14-078 - Indice A du 31.12.2015
ARVOR Géotechnique Page 24/42
Ingénierie des sols et des fondations

Carrelage + chape de pose + dalle béton jusqu’à 0,22 m Treillis soudé à » 0,2 m de profondeur

Sable : de » 0,22 à 0,78 m de profondeur Argile limoneuse marron de » 0,78 à 0,9 m de profondeur

Le niveau du carrelage de la salle de rangement est réputé à la cote altimétrique + 1,3 selon le référentiel retenu.
Dès lors les résultats du sondage sont résumés ci-après :

Profondeur de la Cote altimétrique


Description
base / surface de la base

Carrelage + chape de pose » 0,065 » + 1,23

Dalle en béton avec polyane en sous-face » 0,22 » +1,08

Treillis soudé » 0,20 » +1,10

Sable » 0,78 » +0,52

Arrêt du sondage
Argile limoneuse marron brune » + 0,4
» 0,9 m

Extension de la salle polyvalente La Fontaine – 16 Chemin du Stade – BESNE (44)


Etude géotechnique de conception (G2) – Phase Avant-projet - Dossier n° 14-078 - Indice A du 31.12.2015
ARVOR Géotechnique Page 25/42
Ingénierie des sols et des fondations

Caractéristiques du projet
6. Le projet
Il est prévu l’extension du bâtiment actuel par la construction de 2 petits ouvrages :
- ouvrage 1 : Façade Sud, dans sa partie Ouest,

Faîtage Existant: + 1079

Couverture Bac acier


Anthracite

Panneaux Photovoltaïque

Bardage bac acier


anthracite

14,9° 21,4
°
20,8° Couvertine Inox
Bardage perforé 20,8° Bardage perforé Bardage perforé brillant

25° inox brillant inox brillant inox brillant


Panneaux
Photovoltaïques

Panneaux Panneaux
Photovoltaïques Photovoltaïques

Bardage Inox
brillant
Couverture Inox brillant Couverture Inox brillant 1,9°

Fixe

Fixe

Fixe

TN Existant: + 130
Fixe Fixe Fixe Fixe

354 520 516 516 516 516 516 520


Niveau: + 0

- ouvrage 2 : Façade Est, globalement dans sa partie centrale, sur une longueur de 5,65 m

Faîtage: + 1079

15°
Panneaux 15° Couverture Bac Acier
Photovoltaïques Gris Anthracite

Egoût: + 756
Acrotère Existant: + 580 Panneaux
Photovoltaïques

Couvertine Inox brillant


DEP

Bardage inox
brillant Bardage Bac
Acier Gris
Anthracite

Bac Acier Anthracite

Niveau: + 130

Niveau: + -5
Fixe Fixe
TN Existant: -5

Menuiserie Alu
1673 Ral 9006 Métallisé 565
Existant Extension

Hypothèses générales à confirmer au stade A.P.D

Sollicitations maximales en
Cotes altimétriques
combinaison E.L.S (*)
Nombre
Niveau Tête de sondages Différences déduites de cotes entre
Ouvrage de
bas au pénétromètre niveau Rdc et têtes des sondages Sur appui Sur appui
niveaux
dans l’emprise de bas Remblais maxi isolé continu
l’ouvrage Déblais maxi (m)
(m)

Extension Selon
Rdc » +1,2 +1,3 » 0,1 -
amont rapport
150 kN 50 kN/ml
Extension d’étude
Rdc de sols » - 0,1 à + 0,0 + 0,0 » 0,1 -
aval

(*) Les valeurs maximales de sollicitations de compression simple ramenées par les ouvrages n’ont pas été communiquées.
Elles sont estimées sous toutes réserves par ARVOR Géotechnique et devront être strictement confirmées au stade A.P.D à
dessein de valider le système de fondations proposé.

Extension de la salle polyvalente La Fontaine – 16 Chemin du Stade – BESNE (44)


Etude géotechnique de conception (G2) – Phase Avant-projet - Dossier n° 14-078 - Indice A du 31.12.2015
ARVOR Géotechnique Page 26/42
Ingénierie des sols et des fondations

Principes généraux de construction des


ouvrages géotechniques
7. Conception des niveaux bas des ouvrages

Le projet sera orienté vers la technique de planchers portés par les fondations.

8. Conception des fondations

8.1. Esquisse de dimensionnement

8.1.1. Rappel général sur la terminologie des fondations.


Au sens de la norme NF P 94-261 du 15 Juin 2013 - Justification des ouvrages géotechniques - Normes
d'application nationale de l'Eurocode 7 Fondations superficielles, une fondation est dite :
- superficielle lorsque De/B < 1,5
B
- semi-profonde, lorsque 1,5 ≤ De/B ≤ 5,0
Pl*
avec :

- B : la plus petite largeur de la fondation Ple*


D
- D : la profondeur de la fondation
De
- De : la hauteur d'encastrement équivalente. (que
l’on peut qualifier d’encastrement mécanique) h
D
Cette valeur, qui présentement ne peut pas être
calculée normativement en l’absence de résultat hr
d’essais au pressiomètre Ménard, est
généralement inférieure à la valeur de la
D + 1,5 B
profondeur réelle D de la fondation par rapport à la
plate-forme d’exécution. Z

8.1.2. Principe de fondation - Nature du sol d’assise – Ancrage et encastrement dans les sols –
Contraintes maximales admissibles aux E.L.S.
Les altimétries d’assise des nouvelles fondations ne pourront pas se situer au-dessus de celles des
fondations existantes.
Toute assise de fondations dans les remblais (R) et les colluvions très molles (RCol1) est exclue.
En partie amont, la profondeur du toit des granites très décomposés (Gr2) est relevée autour de 1,4 m de
profondeur (cote » -0,2) ce qui est important.
Les conditions géotechniques du site conduisent à proposer au stade APS un mode ponctuel de fondation par
plots en béton qui permettra d’adapter en permanence les profondeurs des appuis, de manière à s’assurer de
l’ancrage effectif dans l’horizon porteur.
Le système ponctuel conduira à une concentration des charges et donc à une contrainte plus élevée à la base
des fondations que pour une solution filante.
Dès lors, on orientera le projet vers la réalisation de fondations ponctuelles :
- superficielles en aval avec éventuellement quelques sur-profondeurs,
- semi-profondes en amont,
ancrées systématiquement à minima dans les granites très altérés (Gr4).

Extension de la salle polyvalente La Fontaine – 16 Chemin du Stade – BESNE (44)


Etude géotechnique de conception (G2) – Phase Avant-projet - Dossier n° 14-078 - Indice A du 31.12.2015
ARVOR Géotechnique Page 27/42
Ingénierie des sols et des fondations

Schéma de principe
Niveau fini extérieur

D : Hauteur
d’encastrement

Couche h : hauteur d’ancrage dans


porteuse Gros béton la couche porteuse
éventuel

B : largeur

Sol d’assise Fondation

Contrainte maximale
Ancrage ELS qref ELS
Résistance Cote
minimal
Couche dynamique altimétrique Intervalle de
dans la Valeur
porteuse de Aspect Ouvrage Type maximale contrainte
minimale couche retenue
référence (*) d’assise proposé par le
porteuse pour le
qd (**) DTU 13.12 à
projet
H partir de qd
(****)
(***)

- 1,3
Semi-
Arène Amont 0,4 m au refus au
profond
Substratum granitique : pénétromètre
380 – 530 400 kPa
très altéré 8 MPa Sable limoneux
Superficiel kPa (4 bars)
(Gr4) ocre beige 0,3 m
avec
refus au
structuré Aval réduit à 0,2 m
éventuellement pénétromètre
sur-profondeur
dans le GR5

Rappel : 100 kPa » 1 bar = 10 T / m².

Dispositions constructives. Il est proposé de retenir une largeur minimal de fondation de B = 0,8 m en ponctuel
pour les fondations semi-profondes.

(*) Dans le contexte géotechnique du site, le sol d’ancrage correspondra en plusieurs endroits directement aux granites
altérés (Gr5). Par exemple en partie aval l’absence d’une couche de granite très altéré (Gr4) conduira à assurer l’ancrage
directement dans les granites altérés (Gr5).

(**) les cotes altimétriques d’assise des fondations devront être guidées par celles de l’existant en tenant compte du recul
nécessaire pour assurer leur bonne stabilité.
Par ailleurs, en partie amont, afin de limiter les variations altimétriques des assises de fondations, il sera proposé de fixer
arbitrairement une cote maximale calée sur la profondeur de refus du sondage DPH2.
La cote d’assise des fondations devra être bien sûr être adaptée tant que nécessaire en fonction des constats qui seront faits
sur chantier.
Il conviendra donc de prévoir d’exécuter certaines fondations, entre les points d’investigations géotechniques avec des cotes
d’assise plus basses que celles indiquées sur les profils pénétromètriques.

Extension de la salle polyvalente La Fontaine – 16 Chemin du Stade – BESNE (44)


Etude géotechnique de conception (G2) – Phase Avant-projet - Dossier n° 14-078 - Indice A du 31.12.2015
ARVOR Géotechnique Page 28/42
Ingénierie des sols et des fondations

(***) : Principe d’évaluation de la valeur de la contrainte admissible sur le sol support aux E.L.S :
La capacité portante du sol d’assise des fondations peut être évaluée de manière simple à partir de l’interprétation des
résultats des essais au pénétromètre dynamique, en accord avec la méthode proposée au & 3,232 du DTU 13.12 « Règles
pour le calcul des fondations superficielles » à savoir :

qd qu qd qd
qu  q'ref   q'ref ELS 
5 à 7 q  q .(5 à 7) 15 à 21
- qd : valeur de résistance dynamique - q’ref : contrainte de référence
- avec q = 3 sous E.L.S
- qu contrainte ultime - q : coefficient de sécurité

(****) Cette valeur devrait être suffisante au projet.

8.1.3. Cotes altimétriques maximales d’assise des fondations au droit des sondages
Ces éléments, présentés au stade de la mission G2 A.P.S. ne constituent qu’une esquisse de dimensionnement
au droit des points de sondages.
Les cotes altimétriques d’assise des fondations devront impérativement être adaptées/validées par le concepteur
au stade de l’élaboration du plan de fondation, en fonction des caractéristiques finales du projet et de son
environnement.

Extension de la salle polyvalente La Fontaine – 16 Chemin du Stade – BESNE (44)


Etude géotechnique de conception (G2) – Phase Avant-projet - Dossier n° 14-078 - Indice A du 31.12.2015
ARVOR Géotechnique Page 29/42
Ingénierie des sols et des fondations

Extension de la salle polyvalente La Fontaine – 16 Chemin du Stade – BESNE (44)


Etude géotechnique de conception (G2) – Phase Avant-projet - Dossier n° 14-078 - Indice A du 31.12.2015
ARVOR Géotechnique Page 30/42
Ingénierie des sols et des fondations

Commentaires :
Le graphique ci-avant met en évidence des cotes d’assise prévisionnelles des fondations variables au droit des
sondages, liées à la pente du terrain, à la cote du projet et aux variations d’épaisseur des différentes couches de
sols.
Le critère d’ancrage minimal fixés dans les granites très altérés (Gr4) et la cote altimétrique maximale d’assise
des fondations fixée pour la zone amont conduisent à des cotes altimétriques d’assise des fondations qui seront
proches des refus au pénétromètre dynamique.
On rappellera que le choix de la répartition spatiale des points de sondage a été dicté à partir du critère de
géométrie du plan masse du projet, indépendamment des variations des conditions géo-mécaniques des sols qui
par essence étaient totalement inconnues avant l’exécution de la campagne d’essais géotechniques.
Dès lors, entre les points de sondages il ne peut y avoir qu’interpolations et suppositions qui laissent la place à
l'aléa géologique. Par conséquent, la connaissance du site d'un projet ne peut donc jamais être exhaustive et
comporte toujours une part d'incertitude qui devra conduire à des adaptations en phase chantier.
Dans tous les cas, en cas de doute, on approfondira tant que nécessaire les fondations en compensant par du
gros béton.
En phase travaux, le maître d’œuvre devra s’assurer que le gros œuvre respecte strictement les cotes
altimétriques d’assise proposées ci-avant au droit de chacun des sondages et que les niveaux d’assise des
fondations sont, entre les points de sondages, bien adaptés sur place au fur et à mesure de l’ouverture des
fouilles en déblais en fonction des constats qui seront faits.
La gestion contractuelle des rémunérations des quantités de gros béton mis en œuvre en adaptation des
conditions géotechniques variables du site devra être examinée par l’équipe de maîtrise d’œuvre au moment de
l’élaboration des pièces du marché.

9. Conditions et précautions de réalisation des fondations


9.1. Remarque préliminaire
Les valeurs de résistance mécanique ont été mesurées dans des conditions de terrains confinés et non remaniés.
Compte tenu de la sensibilité à l’eau des sols d’altération, leurs propriétés pourront être affectées de manière
importante selon l’organisation des travaux. Il ne saurait être question :
- de travailler par temps de pluie,
- de laisser des fouilles exposées aux intempéries. Il est aisé de comprendre que toute excavation conduira à
un déchargement des sols actuellement confinés et que toute exposition à l’air et aux infiltrations d’eau
conduira à la perte de résistance mécanique des sols en cas de frange arénisée.
Dès réception du fond de fouille d’assise des fondations, celui-ci devra être protégé sur le champ par un gros
béton coulé à pleine fouille sur toute la hauteur de l’encastrement,

- de ne pas respecter l’ancrage minimal qui sera défini dans l’horizon porteur.

Dans le cas contraire, les valeurs de contrainte admissibles proposées pour le pré-dimensionnement des
fondations seront caduques.
9.2. Dispositions constructives
Si au fil du chantier, des variations notables de nature ou de propriétés mécaniques de sols sont observées, le
maçon devra avertir immédiatement l’équipe de maîtrise d’œuvre pour examiner le cas échéant les adaptations à
apporter sur le système de fondation.
Pour le cas de fondations établies à des niveaux différents, on respectera les règles ci-après à moins de
dispositions particulières :

Extension de la salle polyvalente La Fontaine – 16 Chemin du Stade – BESNE (44)


Etude géotechnique de conception (G2) – Phase Avant-projet - Dossier n° 14-078 - Indice A du 31.12.2015
ARVOR Géotechnique Page 31/42
Ingénierie des sols et des fondations

Semelles - massifs isolés ou puits :

Cas de massif ou puits


en béton

Cas de semelle
H

 tan() = H / L ≤ 2/3

9.3. Plan de recollement des fondations – Dossier des Ouvrages Exécutés (D.O.E)
L’établissement d’un plan de recollement des fondations est recommandé et s’inscrit dans une démarche qualité.
Ce document devra préciser par ouvrage :
- la nature effective du sol d’assise des fondations et la hauteur d’ancrage dans cet horizon. La mise en sacs à
l’avancement du chantier de quelques échantillons correctement référencés du sol d’assise (date,
emplacement, cote,…)
- la cote altimétrique d’assise de ces fondations ainsi que leurs caractéristiques géométriques,
- les positionnements des différents réseaux,
- les éventuels incidents survenus au cours des travaux (arrêt de chantier, fouilles inondées, éboulement de
paroi, zone de purges importantes, ….)
L’utilisation d’un appareil photo numérique pour le constat de l’état des fonds de fouille complétera les
informations du dossier de recollement.

10. Prévention du risque sismique – Classe de sol.

Les sondages au pénétromètre ont obtenu le refus (qd > 30 MPa) entre 1,1 m et 3,0 m de profondeur.
Dès lors il est proposé de retenir la classification suivante :

Sols assimilés Classe de sol


Rocher ou autre formation géologique de ce type comportant une couche
A
superficielle d’au plus 5 m de matériaux moins résistants

Extension de la salle polyvalente La Fontaine – 16 Chemin du Stade – BESNE (44)


Etude géotechnique de conception (G2) – Phase Avant-projet - Dossier n° 14-078 - Indice A du 31.12.2015
ARVOR Géotechnique Page 32/42
Ingénierie des sols et des fondations

11. Remarque finale


La présente étude s’inscrit dans le cadre d’une mission d’étude géotechnique de conception – Phase Avant-
projet (G2 - A.V.P)
La norme NF P 94-500 de décembre 2013 mentionne un enchaînement de missions géotechniques qui suit les
phases d’élaboration du projet.
Une gestion optimale des risques géologiques nécessite l’intervention de l’ingénierie géotechnique à tous les
stades de conception et de réalisation.
Il appartient au Maître d’Ouvrage ou à son mandataire de veiller à la réalisation successive de toutes ces missions
par une ingénierie géotechnique (voir schéma d’enchaînement et classification des missions types d’ingénierie
géotechnique de la norme NF P94-500 en annexe).

L’ingénieur chargé du dossier


Franck AVRIL

Extension de la salle polyvalente La Fontaine – 16 Chemin du Stade – BESNE (44)


Etude géotechnique de conception (G2) – Phase Avant-projet - Dossier n° 14-078 - Indice A du 31.12.2015
ARVOR Géotechnique Page 33/42
Ingénierie des sols et des fondations

ANNEXE 1

RESULTATS DES SONDAGES ET ESSAIS IN SITU

Extension de la salle polyvalente La Fontaine – 16 Chemin du Stade – BESNE (44)


Etude géotechnique de conception (G2) – Phase Avant-projet - Dossier n° 14-078 - Indice A du 31.12.2015
ARVOR Géotechnique Page 34/42
Ingénierie des sols et des fondations

T1

0,0 - 0,3 m 0,3 – 0,5 m

0,5 - 0,8 m 0,8 -1,1 m

1,1 - 1,3 m 1,3 -1,6 m

1,6 - 2,0 m 2,0 – 2,5 m

Extension de la salle polyvalente La Fontaine – 16 Chemin du Stade – BESNE (44)


Etude géotechnique de conception (G2) – Phase Avant-projet - Dossier n° 14-078 - Indice A du 31.12.2015
ARVOR Géotechnique Page 35/42
Ingénierie des sols et des fondations

2,5 – 2,9 m

T2

0,0 -0,3 m 0,3 -0,7 m

0,7 -1,0 m 1,0 – 1,3 m

1,3 -1,6 m 1,6 - 2,0 m

Extension de la salle polyvalente La Fontaine – 16 Chemin du Stade – BESNE (44)


Etude géotechnique de conception (G2) – Phase Avant-projet - Dossier n° 14-078 - Indice A du 31.12.2015
ARVOR Géotechnique Page 36/42
Ingénierie des sols et des fondations

2,0 – 2,6 m

T3

0,0 – 0,3 m 0,3 -0,5 m

0,5 – 0,8 m 0,8 -1,1 m

1,1 -1,3 m 1,3 -1,8 m

Extension de la salle polyvalente La Fontaine – 16 Chemin du Stade – BESNE (44)


Etude géotechnique de conception (G2) – Phase Avant-projet - Dossier n° 14-078 - Indice A du 31.12.2015
ARVOR Géotechnique Page 37/42
Ingénierie des sols et des fondations

T4

0,0 -0,3 m 0,3 – 0,5 m

0,5 -0,9 m 0,9 -1,1 m

1,1 -1,3 m 1,3 - 1,6 m

Extension de la salle polyvalente La Fontaine – 16 Chemin du Stade – BESNE (44)


Etude géotechnique de conception (G2) – Phase Avant-projet - Dossier n° 14-078 - Indice A du 31.12.2015
MPI-PDY-01 MPI-PDY-01
ARVOR Ind A du 10.11.12 ARVOR Ind A du 10.11.12
GEOTECHNIQUE SONDAGE AU PENETROMETRE DYNAMIQUE : DPH1 GEOTECHNIQUE SONDAGE AU PENETROMETRE DYNAMIQUE : DPH2

Salle polyvalent de la Salle polyvalent de la


Lieu : BESNE Projet : Cote : 1.2 NGF Lieu : BESNE Projet : Cote : 1.2 NGF
Fontaine Fontaine
Adresse : 16 Chemin du stade Dossier : 15-078 Date : 30/12/2015 Adresse : 16 Chemin du stade Dossier : 15-078 Date : 30/12/2015

Résistance dynamique de pointe qd (MPa) Cote Résistance dynamique de pointe qd (MPa) Cote
0 3 6 9 12 15 18 21 24 27 30 0 3 6 9 12 15 18 21 24 27 30
0.00 + 1.2 0.00 + 1.2

0.25 0.25
R R

0.50 0.50
Ingénierie des sols et des fondations
ARVOR Géotechnique

+ 0.6
+ 0.5
0.75 0.75

1.00 1.00 RCol1


RCol1

1.25 1.25
-0.2 -0.2
1.50 1.50
Gr2
-0.5
1.75 1.75

Gr2
2.00 2.00 Gr4

2.25 2.25
-1.1
Gr5
2.50 -1.3 -1.3
Assise : -1.3
2.50
Gr3 qaELS = 400 kPa
-1.4

2.75 Gr4 2.75


-1.7
Gr5 Assise : -1.8
3.00 -1.8 3.00
qaELS = 400 kPa Refus à 2.5 m - Cote :
-1.3
3.25 3.25

Refus à 3 m - Cote : -
3.50 3.50
1.8

3.75 3.75

4.00 4.00

Extension de la salle polyvalente La Fontaine – 16 Chemin du Stade – BESNE (44)


4.25 4.25

4.50 4.50

Etude géotechnique de conception (G2) – Phase Avant-projet - Dossier n° 14-078 - Indice A du 31.12.2015
4.75 4.75

5.00 5.00

Masse du Masse enclume + Masse d'une tige Masse de la Hauteur de chute Section de la Masse du Masse enclume + Masse d'une tige Masse de la Hauteur de chute Section de la
mouton (kg) guide (kg) (kg) pointe (m) pointe (cm²) mouton (kg) guide (kg) (kg) pointe (m) pointe (cm²)
Pénétromètre Lourd Pénétromètre Lourd
50 18 6 0.62 0.5 20 50 18 6 0.62 0.5 20
Page 38/42
MPI-PDY-01 MPI-PDY-01
ARVOR Ind A du 10.11.12 ARVOR Ind A du 10.11.12
GEOTECHNIQUE SONDAGE AU PENETROMETRE DYNAMIQUE : DPH3 GEOTECHNIQUE SONDAGE AU PENETROMETRE DYNAMIQUE : DPH4

Salle polyvalent de la Salle polyvalent de la Cote :


Lieu : BESNE Projet : Cote : -0.1 NGF Lieu : BESNE Projet : 0.0 NGF
Fontaine Fontaine

Adresse : 16 Chemin du stade Dossier : 15-078 Date : 30/12/2015 Adresse : 16 Chemin du stade Dossier : 15-078 Date : 30/12/2015

Résistance dynamique de pointe qd (MPa) Cote Résistance dynamique de pointe qd (MPa) Cote
0 3 6 9 12 15 18 21 24 27 30 0 3 6 9 12 15 18 21 24 27 30
0.00 -0.1 0.00 0.0

R R
0.25 0.25

-0.5 -0.4
0.50 0.50
RCol1
RCol1 0.75
0.75
-0.8
Gr3
Ingénierie des sols et des fondations

-0.9
ARVOR Géotechnique

1.00 -1.1 1.00 Gr5


Gr2 Assise : -1.1
-1.2 -1.1
Gr3 qaELS = 400 kPa
-1.3
1.25 1.25
Gr5 Assise : -1.5
1.50 -1.6
qaELS = 400 kPa 1.50

Refus à 1.1 m - Cote :


1.75 1.75 -1.1

2.00 2.00
Refus à 1.5 m - Cote :
-1.6
2.25 2.25

2.50 2.50

2.75 2.75

3.00 3.00

3.25 3.25

3.50 3.50

3.75 3.75

4.00 4.00

4.25 4.25

Extension de la salle polyvalente La Fontaine – 16 Chemin du Stade – BESNE (44)


4.50 4.50

4.75 4.75

Etude géotechnique de conception (G2) – Phase Avant-projet - Dossier n° 14-078 - Indice A du 31.12.2015
5.00 5.00

Masse du Masse enclume + Masse d'une tige Masse de la Hauteur de chute Section de la Masse du Masse enclume + Masse d'une tige Masse de la Hauteur de chute Section de la
mouton (kg) guide (kg) (kg) pointe (m) pointe (cm²) mouton (kg) guide (kg) (kg) pointe (m) pointe (cm²)
Pénétromètre Lourd Pénétromètre Lourd
50 18 6 0.62 0.5 20 50 18 6 0.62 0.5 20
Page 39/42
ARVOR Géotechnique Page 40/42
Ingénierie des sols et des fondations

ANNEXE 2
CLASSIFICATION DES MISSIONS TYPES D’INGENIERIE GÉOTECHNIQUES
SELON LA NORME NF 94-500 -
CONDITIONS GÉNÉRALES DES MISSIONS GÉOTECHNIQUES

Classification des missions d’ingénierie géotechnique


Extraits de la norme NF 94-500 révisée en novembre 2013

L’enchaînement des missions d’ingénierie géotechnique (étapes 1 à 3) doit suivre les étapes de conception et de réalisation de tout projet pour
contribuer à la maîtrise des risques géotechniques. Le maître d’ouvrage ou son mandataire doit faire réaliser successivement chacune de ces
missions par une ingénierie géotechnique. Chaque mission s’appuie sur des données géotechniques adaptées issues d’investigations
géotechniques appropriées.

ÉTAPE 1 : ÉTUDE GÉOTECHNIQUE PRÉALABLE (G1)

Cette mission exclut toute approche des quantités, délais et coûts d’exécution des ouvrages géotechniques qui entre dans le cadre de la
mission d’étude géotechnique de conception (étape 2). Elle est à la charge du maître d’ouvrage ou son mandataire. Elle comprend deux
phases :

Phase Étude de Site (ES)

Elle est réalisée en amont d’une étude préliminaire, d’esquisse ou d’APS pour une première identification des risques géotechniques d’un site.

 Faire une enquête documentaire sur le cadre géotechnique du site et l’existence d’avoisinants avec visite du site et des alentours.

 Définir si besoin un programme d’investigations géotechniques spécifique, le réaliser ou en assurer le suivi technique, en exploiter les
résultats.

 Fournir un rapport donnant pour le site étudié un modèle géologique préliminaire, les principales caractéristiques géotechniques et une
première identification des risques géotechniques majeurs.

Phase Principes Généraux de Construction (PGC)

Elle est réalisée au stade d’une étude préliminaire, d’esquisse ou d’APS pour réduire les conséquences des risques géotechniques majeurs
identifiés. Elle s’appuie obligatoirement sur des données géotechniques adaptées.

 Définir si besoin un programme d’investigations géotechniques spécifique, le réaliser ou en assurer le suivi technique, en exploiter les
résultats.

 Fournir un rapport de synthèse des données géotechniques à ce stade d’étude (première approche de la ZIG, horizons porteurs
potentiels, ainsi que certains principes généraux de construction envisageables (notamment fondations, terrassements, ouvrages
enterrés, améliorations de sols).

ÉTAPE 2 : ÉTUDE GÉOTECHNIQUE DE CONCEPTION (G2)

Cette mission permet l’élaboration du projet des ouvrages géotechniques et réduit les conséquences des risques géotechniques importants
identifiés. Elle est à la charge du maître d’ouvrage ou son mandataire et est réalisée en collaboration avec la maîtrise d’oeuvre ou intégrée à
cette dernière. Elle comprend trois phases :

Phase Avant-projet (AVP)

Elle est réalisée au stade de l’avant-projet de la maîtrise d’oeuvre et s’appuie obligatoirement sur des données géotechniques adaptées.
 Définir si besoin un programme d’investigations géotechniques spécifique, le réaliser ou en assurer le suivi technique, en exploiter les
résultats.

 Fournir un rapport donnant les hypothèses géotechniques à prendre en compte au stade de l’avant-projet, les principes de construction
envisageables (terrassements, soutènements, pentes et talus, fondations, assises des dallages et voiries, améliorations de sols,
dispositions générales vis-à-vis des nappes et des avoisinants), une ébauche dimensionnelle par type d’ouvrage géotechnique et la
pertinence d’application de la méthode observationnelle pour une meilleure maîtrise des risques géotechniques.

Phase Projet (PRO)

Elle est réalisée au stade du projet de la maîtrise d’oeuvre et s’appuie obligatoirement sur des données géotechniques adaptées suffisamment
représentatives pour le site.

 Définir si besoin un programme d’investigations géotechniques spécifique, le réaliser ou en assurer le suivi technique, en exploiter les
résultats.

Extension de la salle polyvalente La Fontaine – 16 Chemin du Stade – BESNE (44)


Etude géotechnique de conception (G2) – Phase Avant-projet - Dossier n° 14-078 - Indice A du 31.12.2015
ARVOR Géotechnique Page 41/42
Ingénierie des sols et des fondations

 Fournir un dossier de synthèse des hypothèses géotechniques à prendre en compte au stade du projet (valeurs caractéristiques des
paramètres géotechniques en particulier), des notes techniques donnant les choix constructifs des ouvrages géotechniques
(terrassements, soutènements, pentes et talus, fondations, assises des dallages et voiries, améliorations de sols, dispositions vis-à-vis
des nappes et des avoisinants), des notes de calcul de dimensionnement, un avis sur les valeurs seuils et une approche des quantités.

Phase DCE / ACT

Elle est réalisée pour finaliser le Dossier de Consultation des Entreprises et assister le maître d’ouvrage pour l’établissement des Contrats de
Travaux avec le ou les entrepreneurs retenus pour les ouvrages géotechniques.

 Établir ou participer à la rédaction des documents techniques nécessaires et suffisants à la consultation des entreprises pour leurs
études de réalisation des ouvrages géotechniques (dossier de la phase Projet avec plans, notices techniques, cahier des charges
particulières, cadre de bordereau des prix et d’estimatif, planning prévisionnel).

 Assister éventuellement le maître d’ouvrage pour la sélection des entreprises, analyser les offres techniques, participer à la finalisation
des pièces techniques des contrats de travaux.

ÉTAPE 3 : ÉTUDES GÉOTECHNIQUES DE RÉALISATION (G3 et G4, distinctes et simultanées)

ÉTUDE ET SUIVI GÉOTECHNIQUES D’EXECUTION (G3)

Cette mission permet de réduire les risques géotechniques résiduels par la mise en oeuvre à temps de mesures correctives d’adaptation ou
d’optimisation. Elle est confiée à l’entrepreneur sauf disposition contractuelle contraire, sur la base de la phase G2 DCE/ACT. Elle comprend
deux phases interactives :

Phase Étude

 Définir si besoin un programme d’investigations géotechniques spécifique, le réaliser ou en assurer le suivi technique, en exploiter les
résultats.

 Étudier dans le détail les ouvrages géotechniques : notamment établissement d’une note d’hypothèses géotechniques sur la base des
données fournies par le contrat de travaux ainsi que des résultats des éventuelles investigations complémentaires, définition et
dimensionnement (calculs justificatifs) des ouvrages géotechniques, méthodes et conditions d’exécution (phasages généraux, suivis,
auscultations et contrôles à prévoir, valeurs seuils, dispositions constructives complémentaires éventuelles).

 Élaborer le dossier géotechnique d’exécution des ouvrages géotechniques provisoires et définitifs : plans d’exécution, de phasage et de
suivi.

Phase Suivi

 Suivre en continu les auscultations et l’exécution des ouvrages géotechniques, appliquer si nécessaire des dispositions constructives
prédéfinies en phase Étude.

 Vérifier les données géotechniques par relevés lors des travaux et par un programme d’investigations géotechniques complémentaire si
nécessaire (le réaliser ou en assurer le suivi technique, en exploiter les résultats).

 Établir la prestation géotechnique du dossier des ouvrages exécutés (DOE) et fournir les documents nécessaires à l'établissement du
dossier d'interventions ultérieures sur l'ouvrage (DIUO)

SUPERVISION GÉOTECHNIQUE D’EXECUTION (G4)

Cette mission permet de vérifier la conformité des hypothèses géotechniques prises en compte dans la mission d’étude et suivi géotechniques
d’exécution. Elle est à la charge du maître d’ouvrage ou son mandataire et est réalisée en collaboration avec la maîtrise d’oeuvre ou intégrée à
cette dernière. Elle comprend deux phases interactives :

Phase Supervision de l’étude d’exécution

 Donner un avis sur la pertinence des hypothèses géotechniques de l’étude géotechnique d’exécution, des dimensionnements et
méthodes d’exécution, des adaptations ou optimisations des ouvrages géotechniques proposées par l’entrepreneur, du plan de contrôle,
du programme d'auscultation et des valeurs seuils.

Phase Supervision du suivi d’exécution

 Par interventions ponctuelles sur le chantier, donner un avis sur la pertinence du contexte géotechnique tel qu’observé par
l’entrepreneur (G3), du comportement tel qu’observé par l’entrepreneur de l’ouvrage et des avoisinants concernés (G3), de l’adaptation ou
de l’optimisation de l’ouvrage géotechnique proposée par l’entrepreneur (G3).

 donner un avis sur la prestation géotechnique du DOE et sur les documents fournis pour le DIUO.

DIAGNOSTIC GÉOTECHNIQUE (G5)


Extension de la salle polyvalente La Fontaine – 16 Chemin du Stade – BESNE (44)
Etude géotechnique de conception (G2) – Phase Avant-projet - Dossier n° 14-078 - Indice A du 31.12.2015
ARVOR Géotechnique Page 42/42
Ingénierie des sols et des fondations

Pendant le déroulement d’un projet ou au cours de la vie d’un ouvrage, il peut être nécessaire de procéder, de façon strictement limitative, à
l’étude d’un ou plusieurs éléments géotechniques spécifiques, dans le cadre d’une mission ponctuelle. Ce diagnostic géotechnique précise
l’influence de cet ou ces éléments géotechniques sur les risques géotechniques identifiés ainsi que leurs conséquences possibles pour le projet
ou l’ouvrage existant.

 Définir, après enquête documentaire, un programme d’investigations géotechniques spécifique, le réaliser ou en assurer le suivi
technique, en exploiter les résultats.
 Étudier un ou plusieurs éléments géotechniques spécifiques (par exemple soutènement, causes géotechniques d’un désordre) dans le
cadre de ce diagnostic, mais sans aucune implication dans la globalité du projet ou dans l’étude de l’état général de l’ouvrage existant.

 Si ce diagnostic conduit à modifier une partie du projet ou à réaliser des travaux sur l’ouvrage existant, des études géotechniques de
conception et/ou d’exécution ainsi qu’un suivi et une supervision géotechniques seront réalisés ultérieurement, conformément à
l’enchaînement des missions d’ingénierie géotechnique (étape 2 et/ou 3).

Extension de la salle polyvalente La Fontaine – 16 Chemin du Stade – BESNE (44)


Etude géotechnique de conception (G2) – Phase Avant-projet - Dossier n° 14-078 - Indice A du 31.12.2015