Vous êtes sur la page 1sur 109

Dr MBOUOPDA David 1

SOMMAIRE

OBJECTIFS GENERAUX .................................................................................................................................................... 5

CHAPITRE 1 PRESENTATION GENERALE .................................................................................................................. 6


LE PROGRAMME ................................................................................................................................................................... 6
L'ORGANISATION DES COURS POUR CETTE ANNEE ................................................................................................................ 8
Cours théoriques............................................................................................................................................................. 8
CHAPITRE 2 S’INFORMER ET SE DOCUMENTER .................................................................................................... 9

OBJECTIFS PEDAGOGIQUES .......................................................................................................................................... 9


I- Chercher des informations sur Internet ...................................................................................................................... 9
II- Chercher des informations sur un support papier ................................................................................................... 10
III- RETENIR L’ESSENTIEL ........................................................................................................................................ 11
CHAPITRE 3 LA CONDUITE DE REUNIONS .............................................................................................................. 12

OBJECTIFS PEDAGOGIQUES ........................................................................................................................................ 12


3-1 DIFFERENTS TYPES DE REUNIONS ......................................................................................................................... 12
3-2 L'ORGANISATION MATERIELLE DE LA REUNION.................................................................................................... 12
Avant la réunion ........................................................................................................................................................... 13
Pendant la réunion ....................................................................................................................................................... 13
Après la réunion ........................................................................................................................................................... 16
3-3 LA CONDUITE DE LA REUNION .............................................................................................................................. 16
L'ouverture.................................................................................................................................................................... 16
le déroulement de la discussion .................................................................................................................................... 17
3-4 L'EVALUATION DES REUNIONS ............................................................................................................................. 18
3-5 PETIT LEXIQUE ..................................................................................................................................................... 18
Rapports ....................................................................................................................................................................... 18
Motions ......................................................................................................................................................................... 19
Statuts ........................................................................................................................................................................... 20
Commission .................................................................................................................................................................. 20
Interventions ................................................................................................................................................................. 20
Votes ............................................................................................................................................................................. 21
BIBLIOGRAPHIE ............................................................................................................................................................... 21

EXERCICES. ....................................................................................................................................................................... 22

CHAPITRE 4 L'EXPOSE ORAL..................................................................................................................................... 23

OBJECTIFS PEDAGOGIQUES ........................................................................................................................................ 23


4-1 QU'EST-CE QUE JE VEUX DIRE ? ............................................................................................................................ 23
4-2 A QUI VAIS-JE PARLER ? ....................................................................................................................................... 24
4-3 COMMENT VAIS-JE PARLER ? ............................................................................................................................... 25
BIBLIOGRAPHIE ............................................................................................................................................................... 26

CHAPITRE 5 LES TECHNIQUES DE COMMANDEMENT....................................................................................... 27

OBJECTIFS PEDAGOGIQUES ........................................................................................................................................ 27


5-1 COMMENT DEFINIR LE CHEF ? .............................................................................................................................. 27
5-2 LE CHEF : ORGANE DE COMMANDEMENT ............................................................................................................. 27
5-3 LE CHEF : UN JUGE ............................................................................................................................................... 29
5-4 LE CHEF : UN ANIMATEUR .................................................................................................................................... 31
5-5 LE CHEF : UN EDUCATEUR .................................................................................................................................... 32
CONCLUSION ..................................................................................................................................................................... 32

BIBLIOGRAPHIE ............................................................................................................................................................... 33

Dr MBOUOPDA David 2
EXERCICES ........................................................................................................................................................................ 33

CHAPITRE 6 REDACTION D’UN RAPPORT DE STAGE ......................................................................................... 34

FICHE TECHNIQUE ............................................................................................................................................................ 34

OBJECTIFS PEDAGOGIQUES ........................................................................................................................................ 34


I- Comment préparer le rapport ? ................................................................................................................................ 34
II- COMMENT STRUCTURER LE RAPPORT ............................................................................................................ 35
III- QUELLE PRESENTATION CHOISIR ? ................................................................................................................ 36
CHAPITRE7 : FAIRE UNE SOUTENANCE DE DOSSIER. ......................................................................................... 37

OBJECTIFS PEDAGOGIQUES ........................................................................................................................................ 37


I- l’introduction ............................................................................................................................................................ 37
II- LE DEVELOPPEMENT .......................................................................................................................................... 37
III- LA CONCLUSION ................................................................................................................................................. 38
CHAPITRE 8 RECHERCHE D’UN EMPLOI ................................................................................................................ 40

OBJECTIFS PEDAGOGIQUES ........................................................................................................................................ 40

SOMMAIRE .......................................................................................................................................................................... 40
8-1 L'OFFRE D'EMPLOI PAR PETITES ANNONCES .......................................................................................................... 41
8-2 L'ETABLISSEMENT DU CURRICULUM VITAE .......................................................................................................... 41
8-3 EXEMPLES DE TABLEAU ET DE CURRICULUM VITAE ............................................................................................. 42
8-4 CURRICULUM VITAE ............................................................................................................................................ 45
8-5 LA LETTRE DE MOTIVATION ................................................................................................................................. 45
Quelques conseils de présentation ................................................................................................................................ 45
8-6 POURQUOI UNE LETTRE MANUSCRITE ? ................................................................................................................ 46
8-7 LA REPONSE A L'OFFRE D'EMPLOI ......................................................................................................................... 46
8-8 CE QU’IL FAUT SAVOIR DE LA LETTRE DE MOTIVATION ........................................................................................ 46
8-9 L'ENTRETIEN D'EMBAUCHE .................................................................................................................................. 48
Quelques principes de base .......................................................................................................................................... 48
L'entretien est fait pour : .............................................................................................................................................. 48
L'entretien n'est pas fait pour : ..................................................................................................................................... 48
8-10 FICHE D'EVALUATION .......................................................................................................................................... 49
8-11 ENTRETIEN DE RECRUTEMENT ............................................................................................................................. 49
8-12 ENTRETIEN DE RECRUTEMENT D'UN CONTROLEUR DE TRAVAUX ......................................................................... 50
Déroulement du recrutement ........................................................................................................................................ 50
Note de précision .......................................................................................................................................................... 50
CHAPITRE 9 PREPARATION D'UNE ENQUETE ........................................................................................................ 53

OBJECTIFS PEDAGOGIQUES ........................................................................................................................................ 53

SOMMAIRE .......................................................................................................................................................................... 53
9-1 LE QUESTIONNAIRE .............................................................................................................................................. 53
9-2 EXERCICES ........................................................................................................................................................... 54
EXERCICES D’APPLICATION ....................................................................................................................................... 59

CHAPITRE 10 ACQUISITIONS DES METHODES ...................................................................................................... 69

OBJECTIFS PEDAGOGIQUES ........................................................................................................................................ 69

LA NOTE DE SYNTHESE ................................................................................................................................................ 69


10-1 DEFINITION .......................................................................................................................................................... 69
10-2 METHODE DE NOTE DE SYNTHESE ....................................................................................................................... 70
10-3 ETAPES DE LA NOTE DE SYNTHESE ...................................................................................................................... 70
EXEMPLE DETAILLE ................................................................................................................................................. 70

Dr MBOUOPDA David 3
EXERCICES D’ENTRAINEMENT SUR LA NOTE DE SYNTHESE ......................................................................... 82
10-4 ÉLEMENTS POUR LA NOTE DE SYNTHESE ............................................................................................................. 88
10-5 ORIENTATION POUR UNE SYNTHESE ..................................................................................................................... 95
10-6 EXPLOITATION DE TEXTE ..................................................................................................................................... 95
Le résumé de texte ........................................................................................................................................................ 95
10-7 QUESTIONS DE VOCABULAIRE .............................................................................................................................. 97
10-8 QUESTIONS GENERALES POSEES A PARTIR D’UN TEXTE ..................................................................................... 97
EXERCICES D'APPLICATION ........................................................................................................................................ 98

CHAPITRE 11 : REDIGER UN COMPTE RENDU...................................................................................................... 106


I- COMMENT RECOLTER LES INFORMATIONS ................................................................................................... 106
II- Quel plan choisir ? ................................................................................................................................................ 107
BIBLIOGRAPHIE GENERALE ...................................................................................................................................... 109

Dr MBOUOPDA David 4
Objectifs généraux
LGC UV 332B CULTURE ET COMMUNICATION FRANÇAISE 30h (15h CM + 15h TD)

Objectifs: Devenir autonome et réussir son insertion professionnelle. Ces deux points exigent
bien évidemment l’amélioration constante de la qualité de l’expression, qu’elle soit écrite ou orale. Les
différents travaux proposés peuvent être réalisés individuellement et en groupe et supposent
l’investissement de l’équipe pédagogique dans les projets transdisciplinaires s’appuyant sur les
nouvelles technologies d’information et de communication. Les projets tutorés doivent favoriser le
développement personnel et la pertinence de la communication. L’accès aux cultures (nationale et
internationale) reste une préoccupation essentielle.

Dr MBOUOPDA David 5
IUT FOTSO VICTOR DE BANDJOUN UNIVERSITE DE DSCGANG

Chapitre 1 Présentation Générale

Le programme
Recherche et traitement de l’information

1. Construire un projet personnel et professionnel


Il s’agit de donner à l’étudiant les moyens de se connaître lui-même et de rencontrer le
milieu industriel afin qu’il vive sa préparation en Licence GC comme un acte volontaire, choisi et
devant le mener à son épanouissement personnel et à sa réussite professionnelle.

2. Etre capable de s’informer


- Accès aux bases de données ;
- Sélection et hiérarchisation des informations ;
- Restitution des contenus ;
- Constitution d’un corpus.

3. Acquérir des méthodes


- Analyse ;
- Note de synthèse ;
- Re- formulation : exposés, comptes-rendus

Communication et insertion dans le milieu industriel

1- Extraire des données, analyser et synthétiser dans les domaines d’études suivants :
- Fonds culturel général ;
- Environnement technologique ;
- Economie d’entreprise et législation ;
- Histoire des sciences et des techniques ;
- Actualité.

2- Communiquer en entreprise à l’aide de différentes techniques, pour des publics


variés
- Rédaction et mise en page de :
- Rapports et mémoires ;
- Fiches techniques ;
- Posters scientifiques et techniques,
- Cahiers des charges …
- Exposés et soutenances ;
- Conduite de réunions, technique de commandement
4. Rechercher un emploi

Dr MBOUOPDA David 6
- Curriculum vitae
- Lettres (candidature spontanée, réponse aux offres) ;
- Téléphone
- Entretiens

II- Commentaire du programme

Le cours que vous allez suivre a essentiellement pour but de vous


préparer à devenir autonome à réussir votre insertion dans la vie
professionnelle à valider l'épreuve de technique de communication
française. Mais, conformément à votre programme, il se donnera aussi
pour projet d'améliorer votre formation générale.

Vous recevez cette année une dizaine de cours et d'exercices qui vous
proposeront des devoirs et divers travaux personnels pour lesquels vous
disposez parfois d'une fiche d'autocorrection en attendant les journées de
regroupement.

Est-il besoin de vous rappeler que vous êtes seul et que vous devez
surtout compter sur votre constance et votre courage.
Examinons ensemble les instructions relatives à votre programme:

Le but de l'enseignement des techniques de communication


française est de les rendre les étudiants aptes à une communication
efficace dans la vie courante et dans la vie professionnelle. Cette
communication suppose la maîtrise des techniques d'expression écrite et
orale. Cette maîtrise suppose à son tour une connaissance suffisante de
la langue (vocabulaire et syntaxe) et une aptitude à l'analyse et à la
synthèse qui permettent de saisir avec exactitude la pensée d'autrui et
d'exprimer la sienne avec précision de "défendre ses idées, vendre un
projet".

Il va de soit que nous sommes condamnés à parfaire surtout la


maîtrise des technique de communication écrit, mais cela ne peut
manquer d'avoir une bonne influence sur votre expression oral, à
condition que vous consentiez un effort d'attention.

Revenons à l'épreuve de l'examen. Elle porte sur des questions de


cours. Elle contient aussi généralement soit l'exploitation de texte soit la
note de synthèse mais plus précisément: cela consistera dans le cas d'un
sujet d'exploitation de texte d'un exercice de manipulation (question de
sémantique, de stylistique et rhétorique, question d' argumentation) et
d'un exercice de production de texte (essai, résumé ,et d'un sujet de

Dr MBOUOPDA David 7
note de synthèse d'un exercice de synthèse de documents avec
éventuellement une conclusion.

En somme quelques réponses consisteront en un travail de


composition et de rédaction sur des phénomènes relevant de votre
culture générale.

Je sais que la forme même de ces exercices n'est pas nouvelle pour
vous et que vous possédez déjà un acquis méthodologique. Cependant
par moment, en abordant certains exercices, je n'hésiterai pas à vous
proposer une méthode de travail dont j'espère qu'elle permettra d'obtenir
à l'examen la meilleure note possible tout en vous familiarisant avec une
rigueur qui fait souvent défaut aux étudiants.

L'organisation des cours pour cette année

Cours théoriques
En respectant l'esprit des instructions officielles, une base théorique de travail est conçue comme
une sorte de tremplin et à partir de laquelle vous pouvez ordonner cours et travaux dirigés. Je me
suis efforcé de la rendre simple et accessible.

Dr MBOUOPDA David 8
IUT FOTSO VICTOR DE BANDJOUN UNIVERSITE DE DSCGANG

Chapitre 2 S’INFORMER ET SE DOCUMENTER

Objectifs pédagogiques
L’étudiant doit être capable de s’informer, d’accéder aux bases de données, de sélectionner et
d’hiérarchiser les informations, de prendre des notes de restituer des contenus des dossiers, de
maîtriser le fonctionnement des bibliothèques.
SOMMAIRE
I- Chercher des informations sur Internet ............................................................................ Erreur ! Signet non défini.
II- Chercher des informations sur un support papier ........................................................... Erreur ! Signet non défini.
Iii- retenir l’essentiel

Vous avez besoin d’effectuer des recherches pour un exposé, votre rapport de stage ou votre
soutenance de dossier ou de mémoire. Plusieurs outils s’offrent à vous. Sachez les utiliser
efficacement !

I- Chercher des informations sur Internet

A- Eviter les dangers


S’il est un outil remarquable, Internet peut s’avérer dangereux. Abstenez-vous de surfer
sans trouver ce que vous cherchez. Frappez aux bonnes portes et utilisez les moteurs de
recherche connus comme Yahoo (http://www.yahoo.com), Google (http://www.google.fr).
Soyez méfiant ; rien ne garantit l’exactitude des informations diffusées. Adressez-vous
plutôt à des sites officiels.

B- Trouver une information précise


* Les articles de presse se consultent sur le site des journaux ou des chaînes de télévision. Vous y
trouvez aussi les nouvelles du jour.
* Certaines encyclopédies sont accessibles, comme Webencyclo, le Quid, ou Wikipédia.
Des images artistiques sont accessibles sur l’agence photographique de la réunion des Mussées
nationaux (RMN). La Bibliothèque nationale propose d’autres adresses.
* Des statistiques sont données par les grands organismes de sondage
L’adresse d’une société figure dans les pages jaunes ou l’annuaire des entreprises : Kompass.

C- Faire appel au moteur de recherche

Dr MBOUOPDA David 9
En fonction du mot tapé, le moteur de recherches affiche les pages qui le contiennent.
Mieux vaut préciser votre demande et ne pas affiner votre demande. Ex. : Taper « table de
multiplication », et non « table », vous évitera tout ce qui a trait à l’immobilier, à la décoration…
Mettre entre guillemets les nom et prénom d’un individu offre un gain de temps.

II- Chercher des informations sur un support papier


Allez au CDI, en bibliothèque, dans les librairies pour d’autres renseignements.
A- Utiliser les dictionnaires
Ils sont accessibles sur papier, parfois sur CD-Rom :
- le Robert des noms propres vous renseigne brièvement sur des personnalités célèbres.
Vous pouvez consulter le Dictionnaire des auteurs, celui des œuvres, pour une recherche
plus littéraire;
- les dictionnaires de langue sont utiles pour chercher le sens d’un mot, ses synonymes ou
contraires ;
- L’encyclopédie Universalis, le thesaurus vous documentent sur un thème spécifique. Ils
proposent des articles écrits par des spécialistes. Demandez aux documentalistes, ils vous
orienteront vers l’outil idéal.

B- Lire la presse
* Les lieux de lecture publics mettent à votre disposition des quotidiens.
* Etudiez les dossiers montés par le documentaliste et contenant des articles parus sur tel ou tel
thème.

C- Approfondir un sujet
Clarifiez et précisez votre recherche en :
- Cherchant dans le catalogue les références disponibles ;
- Consultant les bibliographies en fin d’ouvrages ; elles sont indispensables pour connaître
d’autres livres susceptibles de vous éclairer.

Dr MBOUOPDA David 10
III- RETENIR L’ESSENTIEL

A. Vérifier ses sources


* Documentez-vous d’abord sur l’auteur et sur la fiabilité des renseignements.
* Faites attention à la date de publication ou de mise en ligne des informations.
* Assurez-vous de l’exactitude des données, recourez à d’autres documents et confrontez-les.

B- Gagnez du temps
* Pour ne pas vous égarer loin de votre sujet, pratiquez la lecture rapide. Pour vous aider, la table
des matières résume le plan adopté.
* Repérez également les titres, les mots soulignés ou en gras.
* Parcourez enfin l’introduction qui annonce les grandes lignes traitées et l’objectif visé.
* Notez les références des ouvrages ou sites consultés, ainsi que les pages intéressantes. Vous
pourrez y revenir facilement.
* Ne vous contentez pas de photocopier ou d’imprimer un document.
Appropriez-vous les informations.

Dr MBOUOPDA David 11
IUT FOTSO VICTOR DE BANDJOUN UNIVERSITE DE DSCGANG

Chapitre 3 La Conduite de réunions


Objectifs pédagogiques
L’étudiant sera capable de faire une analyse critique d’une réunion qui s’est déroulée à
l’établissement si elle est prévue, organisée et animée par les étudiants eux –mêmes les
apprenants qui ont assisté à d’autres réunions seront en mesure de faire des remarques sur leur
préparation, leur déroulement, la participation des membres, les conclusions, les décisions prises,
etc.
SOMMAIRE
3-1 DIFFERENTS TYPES DE REUNIONS........................................................................... ERREUR ! SIGNET NON DEFINI.
3-2 L'ORGANISATION MATERIELLE DE LA REUNION ..................................................... ERREUR ! SIGNET NON DEFINI.
Avant la réunion ................................................................................................................... Erreur ! Signet non défini.
Pendant la réunion ............................................................................................................... Erreur ! Signet non défini.
Après la réunion ................................................................................................................... Erreur ! Signet non défini.
3-3 LA CONDUITE DE LA REUNION ............................................................................... ERREUR ! SIGNET NON DEFINI.
L'ouverture ........................................................................................................................... Erreur ! Signet non défini.
le déroulement de la discussion ............................................................................................ Erreur ! Signet non défini.
3-4 L'EVALUATION DES REUNIONS ............................................................................... ERREUR ! SIGNET NON DEFINI.
3-5 PETIT LEXIQUE ....................................................................................................... ERREUR ! SIGNET NON DEFINI.
Rapports ............................................................................................................................... Erreur ! Signet non défini.
Motions ................................................................................................................................. Erreur ! Signet non défini.
Statuts ................................................................................................................................... Erreur ! Signet non défini.
Commission .......................................................................................................................... Erreur ! Signet non défini.
Interventions ......................................................................................................................... Erreur ! Signet non défini.
Votes ..................................................................................................................................... Erreur ! Signet non défini.
Bibliographie

3-1 Différents types de réunions


1. L'assemblée, d'une importance vitale, de 50 à 300 ou 400 personnes liées par la même
activité professionnelle ou un même intérêt : assemblée générale d'une société, d'un
congres, colloques…
2. La réunion, rassemblant 25 à 30 personnes: commission, groupes d'étude et de travail,
conseil d'administration…
3. La réunion-discussion, variable en fonction de son objet, mais où la discussion aboutit
toujours soit à des conclusions par rapport à un objet qui est fourni de l'extérieur, soit à
des décisions ou à des résolutions.

3-2 L'organisation matérielle de la réunion

IL ne faut pas sous-estimer l'importance, dans la vie du


groupe en séance, de certains facteurs purement matériels en
apparence, mais qui ont un retentissement psychologique sur le
bon déroulement d'une réunion.
Dr MBOUOPDA David 12
Avant la réunion
- Organisation matérielle: prévoyez une salle satisfaisante du point de vue des dimensions, de
l'éclairage, de l'acoustique (au besoin, prévoir des installations sonores appropriées), de
l'équipement principal, mobilier, tableaux, etc.…, de la disposition de ce mobilier.
Les sièges sont placés de façon à permettre les meilleurs échanges entre les membres du bureau
et les participants, la libre circulation dans la salle et la possibilité pour les participants de voir
l'animateur

Les bonnes conditions matérielles, auxquelles on se prête


souvent ont bien peu d’importances, sont indispensables pour
un travail efficace en réunion.
- Les convocations: un responsable est ordinairement chargé:
1. D'élaborer un projet d'ordre du jour sous une forme concise, il ne doit prêter à aucun
équivoque, tenir compte avec réalisme du temps dont on dispose, et de l'importance
prévisible de chaque question inscrite.
2. D'envoyer les convocations individuelles qui comporteront toutes les indications
indispensables (date, heure, lieu…en respectant un délai suffisant pour que chacun puisse
être touché à temps et demander, s’il le désir, toute modification jugée nécessaire au
projet d'ordre du jour.

Convoqués suffisamment à l'avance, les participants ont


donc
La possibilité:
 De demander une modification de l'ordre du jour;
 De s'informer et de préparer leur intervention;
 De rechercher ou de rédiger dans le calme et la
réflexion, des textes éventuels à soumettre à la
réunion.
Pendant la réunion
1. Respecter les horaires prévus: il est indispensable, pour créer un bon état d'esprit au
départ, que l'animateur soit dans la salle à l'heure prévue d'ouverture de la réunion.
Les participants s'attacheront également à respecter cette ponctualité.

Dr MBOUOPDA David 13
2. L'ambiance: la tranquillité, l'absence de perturbation ou de pression venant de l'extérieur,
Le confort suffisant, sont des facteurs positifs ( et inversement ).
3. La durée: la durée varie avec le genre de réunion.
Pour un groupe de travail, le temps normal est de une heure et demi à deux heures.
4. La disposition spatiale: elle joue un grand rôle en facilitant ou au contraire en rendant
impossibles les communications et les interactions.
On tant actuellement à substituer à la traditionnelle disposition des salles de classe (en
rangées parallèles) une disposition en U ou V, qui facilite le dialogue entre participants.
D’autre part les tables de forme trapézoïdale se prêtent aisément à cette nouvelle
disposition
(Voir illustration page suivante)
5. Le nombre: des recherches expérimentales modernes sur les groupes ont prouvé qu’un
optimum d’échanges et de relations est atteint pour un nombre allant de 5 à 10

Dr MBOUOPDA David 14
TABLE TRAPEZOIDALE
vue de dessus
(hauteur 78 cm)
DISPOSITION EN V

DISPOSITION EN CARRE
(12 places)

DISPOSITION EN U

DISPOSITION EN U

DISPOSITION EN ROND DISPOSITION EN ROND


(12 places) (18 places)

Dr MBOUOPDA David 15
Après la réunion
1. La rédaction du compte-rendu de réunion.
Il peut prendre trois formes possibles:
 Le compte rendu sténographique des échanges ou procès-verbal de séance, qui permet
d'évaluer les interventions des personnes, leur nombre et leur contenu. Il rend hommage
aux personnes et ne considère pas le groupe comme une réalité vivante.
 Le compte rendu de la dynamique du groupe, qui permet de traduire le processus
psychologique du déroulement de la réunion, sans en donner le contenu proprement dit.
 Le compte rendu des synthèses, qui permet, lui de mettre par écrit les résultats du travail
du groupe et le groupe doit s'y reconnaître comme dans un miroir.

Le compte rendu est la suite la plus élémentaire et la plus


naturellement attendue. Ne pas rédiger de compte-rendu, c'est
faillir au rôle de responsable de la réunion et décevoir les
membres du groupe.

Le rédacteur de la séance. Avant le début de la réunion, un secrétaire de séance est nommé. Il


s'attachera à rédiger un texte qui traduise de façon la plus précise possible les idées émises par les
participants et les résolutions prises au cours de la réunion.

3-3 La conduite de la réunion

L'ouverture
L’accueil, la présentation de la qualification des participants constituent une phase préliminaire
qui doit être faite par le président de séance (l'animateur). Elle se fera sans halte de façon à laisser
le temps au groupe de s'installer dans la situation.
 Il définit alors les objectifs du groupe et de la réunion.
 Il définit ensuite clairement son rôle et la manière dont il entend conduire la réunion.
 Enfin l'animateur présent le thème de la discussion selon le schéma qu'il a préparé, il met
éventuellement à la disposition du groupe l'information qu'il a recueillie, et résume en
terminant, l'objet propre de la réunion.
 Il demande aux participants leurs suggestions éventuelles sur l'ordre du jour.

Dr MBOUOPDA David 16
le déroulement de la discussion
L'animateur ne doit pas intervenir sur le font mais sur la forme que doit prendre le débat. Il ne
doit surtout pas profiter de sa situation privilégiée de président pour monopoliser le temps de
parole, imposer ses idées, faire pression sur le groupe, empêcher l'expression d'une partie du
groupe. Il a la responsabilité:
 De la production du groupe: à partir du moment où la réunion est lancée, tout doit venir
des participants en ce qui concerne le contenu.
 De la facilitation de la participation de chacun:
L’animateur doit veiller à ce que tous ceux qui veulent s'exprimer puissent le faire. Il peut
également faire parler un participant silencieux pendant un certain temps, ou celui qui, par sa
mimique manifeste son désir d'intervenir.
 De la régulation de la progression générale: l'animateur doit éviter les "blocages" dans la
discussion ainsi que les diversions trop longues dépassant le cadre du sujet traité. (il
s'efforcera de recentrer toujours la discussion sur le sujet).
Le rôle et les techniques de l'animateur.
On distingue deux grandes opérations permanentes :
 La reformulation des opinions individuelles: Opération qui facilite l'expression,
démontre que l'animateur a bien compris et accepte l'idée émise, oblige les autres participants à
considérer cette opinion et stimule les interactions.
 La synthèse, opération également fondamental qui se fait à tous les nivaux :
formulation-synthèse d'une intervention un peu longue, synthèse entre deux ou plusieurs
opinions, synthèse partielle, synthèse finale…, etc.
D'autre part, un ensemble de procédés d'animation:
1. La question-test: elle a pour but de faire préciser un mot ou un concept que les
participants n'interprètent pas tous de la même manière.
2. L'appel direct à la participation: Utilisé pour faire parler un silencieux après un certain
temps ou un participant qui, indirectement, manifeste son désir d'intervenir.
3. La question-écho: la question posée à l'animateur par un participant est renvoyée par
l'animateur à ce participant sous la même forme, en lui demandant de donner sa propre réponse.
4. La question –relais: l'animateur revoie le question posée, mais à un autre participant.

Dr MBOUOPDA David 17
5. La question-miroir: l'animateur renvoie la question posée, mais à l'ensemble des
participants.
6. La relance, ou rappel d'une question posée antérieurement, à laquelle le groupe n'a pas
répondu, etc.

3-4 L'évaluation des réunions

Une évaluation est indispensable non seulement pour ajuster les modalités des
réunions ultérieures, et pour tenir compte des imperfections signalées mais aussi
pour améliorer la participation future grâce à la prise de conscience, des rôles joués,
des attitudes, des causes de malaises ou de pertes d'énergie.

Cette évaluation peut prendre trois formes:


3. l’évaluation sur le champ.
Juste avant la synthèse finale de la réunion. La réunion d'évaluation est une réunion spéciale
prévue à cet effet, intervenant après une réunion et à une certaine distance de celle-ci ( une
semaine par exemple).
4. Le questionnaire d'évaluation: il est distribué à la fin de la séance et doit être, soit rendu
dans les dix minutes qui suivent, soit renvoyer ultérieurement avec des questions
réfléchies.

Evaluer la réunion, c'est se poser trois questions:


 Que s'est -il passé ?
 Les objectifs sont-ils atteints ?
 Quel est le degré de satisfaction ou d'insatisfaction
des participants ?

3-5 Petit lexique

Rapports
 Rapport d'activité ou rapport général: compte rendu de l'activité de la direction de la
société au cours de la période écoulée depuis la dernière assemblée; il comporte aussi une

Dr MBOUOPDA David 18
vie d'ensemble de la situation. L'essentiel en a parfois été communiqué parmi les
documents préparatoires.
 Rapport financier: présenté par le trésorier, il fait le bilan des ressources et des dépenses.
Les comptes ont pu être vérifiés avant l'assemblée, par une commission de contrôle, issu
de la précédente assemblée et, si le budget est considérable, assisté d'un expert-comptable
agréé.
 Rapport des commissions: présenté par le rapporteur de la commission (voir plus bas ce
mot), il sert de base à la discussion.

Motions
1. Motion: texte qui définit une position de principe ou les modalités d'une action. Il engage
l'organisme qui l'a adoptée. Les projets de motions sont autant que possible rédigé d'avance
et diffusés.
2. Motion concurrentielle: elle s'oppose à une motion antérieurement présentée. On vote
alors pour celle-ci ou pour celle là.
3. Amendement: proposition de modification d'un point ou d'un passage d'une motion.
L'assemblée se prononce sur le texte de l'amendement avant de voter la motion dans son
ensemble.
4. Disjonction: demande d'un vote distinct sur un passage d'une motion avant qu'elle soit
mise aux voix dans son intégralité.
6. Motion de synthèse: ou de compromis: texte nouveau, établi à partir des motions
présentées pour rallier une majorité et résoudre l'opposition des deux ou plusieurs motions
concurrentielles
7. Motion préjudicielle: tente d'écarter une discussion ou la prise en considération d'un texte
à cause d'un obstacle majeur (projet non conforme aux statuts ou rappel à l'ordre du jour..).
8. Débat de procédure: discussion relative à l'organisation des travaux ou à une disposition
réglementaire.
9. Motion d'ordre: suggère une mise en ordre d'un débat confus; votée, elle devient
impérative.
10. Priorité: la présentation des motions préjudicielles et des motions d'ordre interrompt tout
autre débat.

Dr MBOUOPDA David 19
11. Vœu : texte adressé à une personnalité ou une autorité extérieure à l'assemblée, indiquant
sans caractère contraignant les mesures souhaitées.
12. Mandat (1er sens du terme ): mission confiée à l'exécutif ou à une délégation de
l'assemblée.

Statuts
1. Statuts: textes qui instituent une société et en réglant la composition, l'objet et la vie
légale. Ce document est déposé avec la déclaration à la préfecture.
2. Modification aux statuts: un article des statuts prévoit les conditions restrictives dans
lesquelles elle peut intervenir: délai de dépôt des propositions, majorité requise à cet effet,
etc.
3. Règlement intérieur: dans le cadre des statuts, il précise le fonctionnement d'une société.

Commission
1. Commission statutaire: Prévus par les statuts, elles groupent chacune un certain nombre
de sociétaire en vu d'un travail défini. Elles peuvent se réunir dans l'intervalle qui sépare
deux assises. Elles préparent les textes à soumettre à l'assemblée.
2. Commission ad hoc: elle est constituée pour examiner un problème particulier qui sort
des prérogatives des commissions statutaires ou permanentes.
3. Sous-commission: constituée d'une partie, d'une commission, elle étudie une question
précise relevant de la commission; cette division s'impose quand les questions sont trop
nombreuses ou trop complexes pour être abordées par la commission plénière.

Interventions
1. Inscription: les orateurs désirant intervenir s'inscrivent à l'ouverture du débat auprès de la
présidence. Ce qui n'interdit pas de solliciter en levant la main la possibilité d'intervenir
en cours de séance.
2. Temps de parole: temps accordé à chaque orateur pour exprimer son point de vue.
3. Rappel à l'ordre: le président des séances intervient pour signaler à l'orateur qu'il a
épuisé son temps de parole ou qu'il tient des propos inacceptables.
4. Droit de réponse: droit d'intervenir exercé par un participant mis en cause
personnellement par un orateur précédent.

Dr MBOUOPDA David 20
5. Qualité de l'orateur: définition de la portée des paroles qui s'exprime en son nom propre
ou qui engage ceux qu'il représente. Il est recommandé de définir cette précision au début
de son intervention.
6. Tribune: installation où l'orateur prend place pour s'adresser à l'assemblée.

Votes
1. Vote à main levée: chaque participant manifeste son opinion en levant la main.
2. Vote à bulletin secret: position exprimée par écrit et de façon anonyme. Il intervient pour
départager un vote à main levée dont les résultats sont indécis ou pour assurer une liberté
plus grande à chacun des votants.
3. Mandat (2ème sens du terme) : délégation de pouvoir accordée par un membre absent à
un participant qui votera en son nom ou nombre de voix dont une délégation dispose.
4. Vote par mandats: vote qui permet de comptabiliser, outre les voix des présents, celle de
tous les membres de la société représentée par leur délégué.
5. Scrutateur: personne désigné pour dénombrer les voix dans un vote à main levée ou
dépouiller les bulletins.
6. Quorum: nombre de participants nécessaires pour que les libérations soient valables; il
est fixé par les statuts, par exemple à la moitié plus un des membres de la société.
7. Majorité relative: constituée par ceux qui ont voté la position obtenant le plus de voix .
8. Majorité absolue: la moitié plus un des votants.

Bibliographie

CONQUET. – comment diriger une réunion.- Paris, Édition du centurium. (Formation humaine).
MUCCHIELLI (R). – la conduite des réunions. – Paris. Éditions sociales françaises, 1969.

Dr MBOUOPDA David 21
Exercices.

1. Faites le schéma des différentes salles d'études que vous fréquentez. Appréciez les avantages
et les inconvénients de leur disposition spatiale respective. Proposez des aménagements
réalisables.
2. En vous fondant sur vos observations et votre expérience personnelle, vous diriez qu'elles sont
les principales fautes pouvant être commises au cours de la conduite d'une réunion. Répertoriez
ces fautes, analysez leurs conséquences.
3. Soit le sujet suivant de débat pour la télévision. Le groupe 1 est chargé de défendre une thèse,
le groupe 2 l'antithèse. L’animateur laisse les premiers échanges libres, puis donne
systématiquement la parole à chaque membre en alternant. Au bout de 5 à 10 minutes, les rôles
sont inversés. Enfin les participants et les observateurs sont rendus libres d'exposer leur point
de vue personnel.
4. Entraînez-vous seul pour des interventions à partir des sujets suivants:
 Force et faiblesse de l'appareil industriel dans votre région.
 Quel avenir pour les entreprises sous-traitantes ?
 La peine de mort: partisan ou adversaire ?
 L’élévation du niveau scolaire permet-elle une meilleure entrée sur le marché du travail ?
5. Entraînez-vous à reformuler les idées émises par un interlocuteur ou par un groupe (l'usage du
magnétophone est fortement conseillé). Après une ou deux reformulations, posez-vous les
questions suivantes:
 Le message est-il parfaitement compris et correctement reformulé ? Si non, à quel niveau se
situe l'incompréhension ?
 Certaines informations disparaissent-elles ou réapparaissent-elles ?
 La présentation est-elle différente, exagérée…? Le ton a -t-il changé?

Dr MBOUOPDA David 22
IUT FOTSO VICTOR DE BANDJOUN UNIVERSITE DE DSCGANG

CHAPITRE 4 L'exposé oral


Objectifs pédagogiques
L’étudiant sera, à la fin de ce cours, capable de choisis un thème d’exposé qu’ils
prépareront en quelques minutes et exposeront devant leurs coéquipiers. Ils pourront enregistrer
les exposés au magnétophone pour faire une analyse critique en réécoutant la bande. L’accent
sera mis sur l’intonation, le rythme, la diction, la clarté de l’exposé.
SOMMAIRE
4-1 QU'EST-CE QUE JE VEUX DIRE ? .............................................................................. ERREUR ! SIGNET NON DEFINI.
4-2 A QUI VAIS-JE PARLER ? ......................................................................................... ERREUR ! SIGNET NON DEFINI.
4-3 COMMENT VAIS-JE PARLER ? ................................................................................. ERREUR ! SIGNET NON DEFINI.

Quand on veut faire un exposé oral, il convient de se poser trois questions :


1. Qu'est ce que je veux dire?
2. A qui vais-je le dire ?
3. Comment vais-je parler ?

4-1 Qu'est-ce que je veux dire ?


 Bien posséder le sujet que l'on veut exposer
 Bien savoir ce que l'on veut dire. Éviter toute forme de "bavardage".
 Bien préparer son exposé : plan clair, enchaînement logique des idées, notes bien
rédigées pour être facilement exploitables durant l'exposé. (Voir technique de
prise de notes).
 Bien présenter les projets de l'exposé ( se fixer deux ou trois objectifs à atteindre.
Faire savoir quelles sont les idées essentielles que l'on souhaite " faire passer" :
elles constitueront les "lignes de force " de l'exposé et seront reprise dans la
conclusion ).
 Faire "rentrer" son exposé dans le temps prévu pour son déroulement normal.
Selon le volume horaire attribué à l'exposé, il sera plus ou moins concis. Il peut
être traité en dix minutes ou en une heure sans aucune des idées essentielles ne soit
mutilée.
Seul le développement des idées sera plus ou moins étoffé.

Dr MBOUOPDA David 23
Il faut apprendre à dire en peu de temps ce que l'on a à dire.

4-2 A qui vais-je parler ?


L'exposé doit être adapté au public à qui il s'adresse.
 Connaître le niveau intellectuel de l'assistance.
 Adapter le vocabulaire et la façon de parler au public : éviter les mots "pompeux "
incompris de l'assistance, ce n'est pas par l'usage d'un vocabulaire prétentieux que
l'orateur "brillera", mais bien plus par sa présence physique, la chaleur de son exposé, le
contact avec l'auditoire.
 S'assurer de la compréhension de l'assistance (usage des questions-test. Voir "Technique
de conduite de réunion").
 Mesurer la capacité de réceptivité du public.
La réceptivité sera à priori plus ou moins grande selon que le public aura sollicité l'exposé
et y assistera de sa propre initiative, ou qu'il y sera contraint pour une raison ou pour une autre.
En instaurant un petit dialogue au début de l'exposé, mesurer ce que le public connaît déjà du
sujet. S’appuyer sur l'expérience et les connaissances des participants pour introduire le sujet.
Chaque fois que cela est possible, partir du "connu " pour aller vers " l'inconnu". La
compréhension en sera facilitée et le public se sentira directement concerné si l'on tient compte
de ce qu'il connaît (et par conséquent, plus réceptif aux idées nouvelles de l'orateur).

Un public quel qu'il soit, a toujours une certaine idée du sujet dont vous allez parler :
idées justes ou idées fausses, connaissances basées sur l'expérience,… tenez-en compte,
écoutez le, donnez lui l'occasion de s'exprimer.
Vous manifestez ainsi à son égard, un respect et une considération auxquels il sera
sensible.

Vous n'êtes pas "celui qui sait" devant des êtres "qui ne savent pas".
N'oubliez jamais que l'exposé oral prépare et nourrit le dialogue avec l'assistance.

Professeur, orateur, conférenciers, vous n'êtes pas des " mandarins' tout puissant qui font
"tomber leur science " sur un auditoire passif et " inculte". Vous devez être des Animateurs,
les catalyseurs du dialogue avec le public dans le respect de ce qu'il est, de ce qu'il éprouve
et ce qu'il connaît !
Dr MBOUOPDA David 24
4-3 Comment vais-je parler ?
L'exposé est un message que l'on cherche à faire passer. On utilise pour cela divers
supports :
1. Les mots: le vocabulaire doit être clair, adapté, les idées essentielles consignées sur des
notes écrites. (L’introduction et la conclusion peuvent être écrites en entier, de façon à
permettre à l'orateur de s'installer dans son rôle sans avoir à chercher ses idées, et à
conclure avec vigueur.)

2. La voix : avec ou sans micro, la voix est importante.


 S'assurer que tout le monde entend.
 Prononcer les mots distinctement.
 Ne pas parler trop vite.
 Eviter les exposés "monocordes".
 Changer le rythme et le ton pour donner de l'importance aux "mots-clefs".
 Ménager des temps de silence afin de faire ressortir une phrase et éviter quelle soit
noyée dans l'exposé.
Évitez les exposés trop longs, prévoir le temps de relais et de détente pour soulager la
tension nerveuse de l'assistance ( il faut "sentir" votre assistance). Pratiquer à bon escient
l'humour ou le mot drôle afin de détendre l'atmosphère. ne pas abuser de répétitions.
 Utiliser au maximum les auxiliaires visuels (schéma, photo, tableaux divers, etc.) qui
renforce votre démonstration ou en facilite la compréhension. L'image fascine. Elle est un
outil puissant si elle est bien utilisée.
L'orateur est une "présence physique" : Il faut " séduire" l'auditoire dès l'introduction, le
mettre en confiance. Songer qu'à priori, vous êtes un corps étranger dans le groupe. il vous
appartient d'établir le contact avec l'assistance : n’hésitez pas à quitter votre estrade et votre
bureau pour vous rapprocher physiquement de votre auditoire.
Présentez le cadre de votre exposé pour que le public sache" où vous l'entraînez", et s'y
sente en sécurité. Engagez un dialogue pour savoir ce qu'il connaît du sujet.

Dr MBOUOPDA David 25
 Soyez souriant, détendu, mais en même temps attentif aux questions. Prenez au sérieux
toutes les questions, répondez-y avec courtoisie voire avec humour, si la question n'est
pas sérieuse.
 Soyez intellectuellement honnête. Il n'est pas déshonorant de ne pas pouvoir répondre à
une question. Dites que vous étudierez le problème pour y répondre ultérieurement.
Ne trompez pas votre auditoire en voulant répondre à tout prix.
Le mythe de l'orateur infaillible est à combattre.
 Présentez-vous physiquement, correctement (vêtements, attitudes, etc.). Tout orateur n'est
pas forcément un play-boy mais il doit être assurément élégant et digne. ( Le verre
d'alcool que certains orateurs croient devoir prendre avant de parler, pour vaincre leur
timidité, ne favorise pas toujours cette indispensable dignité!…)

 N’ayez pas la folie du micro. Il ne résoudra pas vos problèmes de diction, mais au
contraire amplifiera vos qualités ou vos défauts.
Le micro est un relais. Il ne change rien à la bonne ou à la mauvaise qualité de l'exposé.
 Assurez-vous que le message "passe", par des évaluations discrètes (questions-test,
observation des réactions sur les visages etc.)
Si la prise de contacte avec l'assistance, en début d'exposé est très importante pour donner
le "ton" au développement, la conclusion ne l'est pas moins. Elle doit être ferme, décisive,
affirmative et prendre les idées-forces.
Enfin n'oubliez pas qu'avant d'être un bon orateur, il faut savoir bien rédiger.
Cicéron, orateur incontesté, l’a dit en son temps : « La plume, oui, voilà pour nous former à bien
dire le meilleur et le plus habile des maîtres… »

Bibliographie
Conquet : Savoir écouter. --- Paris, Ed. du Centurion (Formation humaine)
Conquet : Comment faire un exposé. --- Paris, Ed. du Centurion (Formation humaine)

Dr MBOUOPDA David 26
IUT FOTSO VICTOR DE BANDJOUN UNIVERSITE DE DSCGANG

Chapitre 5 Les techniques de commandement


Objectifs pédagogiques
L’étudiant sera capable d’apprécier l’image qu’il se fait du « chef ». Il intégrera
les différentes transmissions du commandement à travers divers cas d’organigrammes.
SOMMAIRE
5-1 COMMENT DEFINIR LE CHEF ? ................................................................................ ERREUR ! SIGNET NON DEFINI.
5-2 LE CHEF : ORGANE DE COMMANDEMENT ............................................................... ERREUR ! SIGNET NON DEFINI.
5-3 LE CHEF : UN JUGE ................................................................................................. ERREUR ! SIGNET NON DEFINI.
5-4 LE CHEF : UN ANIMATEUR ...................................................................................... ERREUR ! SIGNET NON DEFINI.
5-5 LE CHEF : UN EDUCATEUR...................................................................................... ERREUR ! SIGNET NON DEFINI.
CONCLUSION .............................................................................................................. ERREUR ! SIGNET NON DEFINI.

5-1 Comment définir le chef ?


Le chef se définit par sa fonction :
« Le chef c’est la tête, c’est donc l’organe qui centralise, qui reçoit les impressions, qui les
soupèse, qui décide et qui veille à ce que les décisions soient exécutées. C’est un organe de
commandement, un juge, un animateur et un éducateur ».

5-2 Le chef : organe de commandement


 Le chef ne peut pas et ne doit pas tout faire lui-même. Il doit décentraliser les
responsabilités mais il restera responsable de tout ce que feront ses subordonnés.
 Le chef peut avoir deux attitudes en face de ses subordonnés, soit : Imposer aux sous-
ordres sa volonté par des règlements autoritaires et contraignants.
C’est la mauvaise solution car elle ne permet pas la participation des divers échelons de la
hiérarchie à la décision.
 Apprendre aux subordonnés à agir et décider eux-mêmes comme le chef l’aurait fait à leur
place.
C’est la bonne solution. Elle mobilise au maximum les ressources humaines et augmente
la productivité de l’organe de commandement.
Quels sont les principes de la décentralisation ?
« Aucun chef ne doit faire lui-même ce qu’un sous-ordre peut faire tout aussi bien que lui,
afin de rester libre pour les choses qu’il est le seul capable de faire. »

Dr MBOUOPDA David 27
Autrement dit : dans chaque cas, il faut que ce soit celui qui est mieux orienté qui ait la
compétence de décider.
Toute la hiérarchie doit participer à la décision.
Il faut éduquer les subordonnés pour leur impliquer les moyens et les limites de leur
action.
Le véritable chef est celui qui dégage au maximum, les potentialités humaines de
ses subordonnés.
Plus la tâche est grande, plus il est nécessaire d’avoir une hiérarchie de chefs.
Plus la fonction devient difficile, moins le nombre de subalternes directs est grand.
Prévoir les liaisons horizontales dans la décision : chacun à son niveau, coordonnant les actions
des subalternes.

Chacun doit apprendre à respecter les instances de commandement (ce qui se traduit en langage
de la vie administrative par « suivre la voie hiérarchique » ou « suivre la voie du service »).
Exemple de schéma d’une hiérarchie de commandement à quatre échelons ou chaque chef a deux
sous-ordres directs.

Exercice à faire avec les étudiants : déterminer le cheminement de la décision dans


l’organigramme précédent.
 Si 1 voit que 1122 fait une chose contraire à ce qu’il voudrait qu’il fasse, comment s’y
prendra-t-il pour transmettre ses instructions ?

Dr MBOUOPDA David 28
 Si 1221 désire que 1112 modifie quelque chose dans sa façon de travailler, comment s’y
prendra-t-il ?
Indiquer aux étudiants la nécessité et la difficulté d’établir de bonnes relations horizontales.
 Si 1221 et 1112 communiquent mal, quel recours utiliser pour « débloquer » la mauvaise
collaboration ?

5-3 Le chef : un juge


Le chef sera souvent appelé à juger un différend entre subalterne. Son rôle premier sera de faire
une enquête pour découvrir les causes profondes du conflit, éclaircir les faits, situer les
responsabilités.
Un bon principe consiste, pour le chef, à voir les gens individuellement et les confronter ensuite.
Le chef devra s’efforcer de respecter les quelques règles suivantes :

1. « Ne jamais laisser dire du mal d’un tiers, sans immédiatement donner à ce dernier la
possibilité de se défendre en présence de celui qui l’a critiqué. »

2. Ne pas écouter les « racontars ». Se méfier de ne jamais donner l’impression que l’on est
sensible à ce que tel ou tel peut dire de son voisin.
(Faute de quoi la méfiance s’établirait entre les chefs, qui s’épient et se dénigrent.)
3. Les faits mis au clair, il s’agira d’établir les responsabilités et les culpabilités.
Le professeur Friedrich (Karl rabe) distingue quatre cas de non exécution de directive :
1er cas : L’ordre initial a été conçu par le chef. Il devra analyser pourquoi l’ordre était mal conçu
afin d’en tenir compte à l’avenir.
2ème cas : l’ordre a été bien conçu par le chef mais mal compris par le sous-ordre.
La faute est des deux côtés car un chef doit toujours s’assurer qu’il se fait bien comprendre quand
il donne des instructions, et un sous-ordre doit toujours s’assurer qu’il a bien compris avant
d’exécuter.
3ème cas : l’ordre est correct, la transmission est bonne mais la personne chargée d’exécuter la
tâche n’avait pas les capacités voulues.
Là encore il y a une faute partagée entre le chef et l’exécutant. Le premier doit savoir choisir des
exécutants valables, le second doit mesurer ses possibilités avant d’accepter un ordre.

Dr MBOUOPDA David 29
4ème cas : l’ordre a été bien conçu, bien transmis ; l’exécutant avait les aptitudes nécessaires mais
ne s’est pas donné la peine de le faire correctement. La faute est à sanctionner, à moins que le
chef ne se sente en partie responsable pour ne pas avoir su éveiller l’intérêt chez l’exécutant.

En conclusion : le chef est souvent « juge » et « partie » .


Avant de sanctionner, il doit toujours chercher à savoir comment il aurait dû s’y prendre pour
éviter la faute. Après avoir déterminer tout cela le chef peut sanctionner.
La sanction doit être :
 Bien proportionnée à la faute considérée.
 Bien appliquée à tous ceux qui ont une partie de responsabilité dans la faute et ceci
proportionnellement à leur pouvoir de décision. Rien ne serait plus désastreux pour
l’autorité et le prestige du chef que de « fermer les yeux » sur certains cas pour ne
sanctionner que le plus bas échelon de la hiérarchie. (« Quand une armée perd une
bataille, le général est souvent plus responsable que le fantassin » !)
La sanction doit être juste.
 Toujours accompagnée d’une mesure tendant à éduquer et éviter que ne se reproduise la
faute.
 Située dans le temps le plus rapidement possible après la faute afin de conserver toute sa
signification.
Ne pas traîner en longueur. Un cas réglé est un cas sur lequel on ne revient pas immédiatement. Il
faut savoir oublier les erreurs pour ne considérer que la valeur présente.
« La vie est un fleuve que l’on remonte en gaffant. »
Le chef peut être appelé à féliciter ses subordonnés, ou au contraire, à leur faire des reproches :
 La louange devra être exprimée au bon moment. Il ne faut pas en abuser pour lui
conserver toute sa valeur mais elle est nécessaire : le sous-ordre a besoin de s’entendre
dire qu’on est content de lui.
 L’estime et la confiance de son chef lui sont nécessaires pour pouvoir donner son plein
rendement.
 Le reproche doit être mérité. Un reproche immérité fait perdre au sous-ordre la confiance
qu’il place en la justice du chef.

Dr MBOUOPDA David 30
Le chef ne doit jamais faire de réprimandes en état de colère. Il doit rester maître de lui, et
« doser » ses réprimandes, penser aux réactions qu’elles déclencheront chez celui qui les reçoit.
Mais surtout, il ne faut jamais perdre de vue le but que l’on veut atteindre au-delà de la
réprimande, et qui est l’éducation, la formation du sous-ordre.
Le blâme pour le blâme est sans valeur.

5-4 Le chef : un animateur


« Une foule sans chef est un réservoir d’énergies latentes incapable d’un effort créateur. »
Le chef doit d’abord être un exemple :
 Exemple de travail.
 Exemple d’honnêteté et de vérité. Faisant passer, sans la moindre compromission, ses
intérêts personnels après ceux du groupe dont il a la charge.
Ne se parant pas du savoir d’autrui. Quand un sous-ordre crée ou invente quelque chose, le chef
peut l’utiliser, en citant la source.
L’honnêteté intellectuelle est une des premières qualités du chef.
Tenant ses promesses.
 Le chef doit être conséquent :
C’est-à-dire ne demander à ses subalternes que ce que l’on peut en obtenir.
Le chef doit faire preuve de constance dans l’idée et dans l’effort :
 Ne pas changer trop souvent de direction, s’adapter aux circonstances, mais éviter de
dérouter ses subordonnés par des revirements brusques.
 Le chef doit posséder les qualités humaines du bon animateur :
- contact humain
- dynamisme
- patience
- maîtrise de soi
- réceptivité devant les problèmes d’autrui, etc…
- équilibre psychique
- rayonnement naturel
- amour du prochain

Dr MBOUOPDA David 31
 Le chef ne doit jamais ni mêler, ni confondre la vie personnelle, la sienne ou celle des
autres, avec la vie professionnelle.

5-5 Le chef : un éducateur


Pour éduquer, le chef dispose de divers moyens :
1. Rapports réguliers avec les subordonnés (contacts personnels, tournées,
réunions). Il s’agit d’établir une collaboration confiante et intelligente,
faire savoir ce que l’on veut et être à l’écoute permanente des réactions et
des préoccupations de ses subordonnés.
2. organisation des stages, séminaires, colloques, rencontre sur des thèmes
précis
3. Appel constant à la participation des divers subordonnés pour les faire
collaborer à la genèse des décisions prises en définitif par le chef.
4. Suscité les initiatives des divers sous ordre en maintenant un climat
confiant où chacun se voit attribuer une certaine liberté.

Conclusion
.Diriger, c’est :
1. Avoir une vision claire des objectifs à atteindre et croire au but que l’on s’est fixé.
2. Savoir organiser le travail.
3. Savoir apprécier ses limites personnelles et faire appel à de bons collaborateurs. (Ce que
les anglo- saxons appellent: the right man in the right place).
4. Savoir décider, avec énergie, voir avec courage parfois.
5. Savoir présenter la décision, l’expliciter, la mettre à la portée des sous-ordres.
6. Savoir en contrôler l’exécution (sanctionner les manquements, encourager ceux qui le
méritent).
7. Etre à l’écoute permanente de ses subordonnés, attentif à leur réaction, et en tenir compte
pour éventuellement réajuster les décisions aux réalités.
8. Avoir le contact avec ses subordonnés (le contacte doit être direct, mettre l’homme en
face de l’homme pour aller au fond des choses, chercher à savoir ce que l’autre entend
quand il emploie tel ou tel mot.)
9. Admettre que l’on peut se tromper et savoir s’adapter aux circonstances

Dr MBOUOPDA David 32
Le privilège d’être chef n’est pas celui d’avoir des privilèges, c’est celui de pouvoir faire jaillir
toutes les forces vives d’un groupe pour les placer au service d’une même cause.

Bibliographie

CARRERD. – le chef sa formation et sa tâche.- Neuchâtel, 1963,


De la chaux et Niestlé.
DALLENBADALLENBACH (W). Die dezentralisation des vernt nortung als
Arleismethode.
Technik und Betriet.
Orell FÜssh, Zurich.

Exercices
1. Un membre de votre équipe vous rapporte que votre adjoint cherche continuellement à
vous discréditer auprès de vos subordonnés et votre supérieur. Que faite-vous ?
2. Un de vos subordonnés se met en quatre pour vous plaire. Quelle est votre réaction vis- à
vis de cet excès de zèle ?
3. Dans votre entreprise, toute infraction au règlement entraîne une sanction. Supposons que
le fait de fumer dans une zone interdite aux fumeurs soit puni par un mois de mise à pied.
Deux employés, un ancien, et un nouveau commettent cette infraction pour la première
fois. Que faites-vous ?
4. Estimez-vous qu’en général il est facile de remonter à l’origine d’une humeur ?
5. La société où vous êtes chef de service adopte une politique qui ne recueille pas les
suffrages des employés. Que faites-vous au moment de l’annonce à votre personnel?
6. A votre avis les équipes mixtes d’hommes et de femmes ont-elles tendances à provoquer
plus de heurts que les autres ?
7. Pensez-vous que le mot « patron » ait un sens péjoratif ?
8. Estimez-vous que le bon sens commande aux chefs de se tenir à l’écart de ses
subordonnés, la familiarisation risquant, à la longue, de saper le respect qu’ils lui portent ?
9. Comment vous y prenez-vous pour assurer la cohésion du groupe ?

Dr MBOUOPDA David 33
10. Quel moyen employez-vous, pour assurer le dévouement des employés à l’organisation
ou à l’entreprise ?
11. Que faites-vous pour aider l’un de vos subordonnés qui manque de confiance en lui ?
12. Un de vos meilleurs est très tenté par un autre poste que faites-vous ?
13. Vous apprenez qu’un membre de votre équipe en réfère directement à votre supérieur
sans passer par vous. Quel est votre première réaction ?

IUT FOTSO VICTOR DE BANDJOUN UNIVERSITE DE DSCGANG

Chapitre 6 REDACTION D’UN RAPPORT DE STAGE


Fiche technique
Objectifs pédagogiques

A la fin de ce cours, l’étudiant sera en mesure de faire une analyse critique d’un rapport
rédigé par un ancien étudiant de son niveau d’étude. 11 s’efforcera de faire une critique
objective sur le forme du rapport et sur sa présentation matérielle en vue des
améliorations possibles étant donnée qu’un travail personnel vous attend en fin de
formation.
SOMMAIRE
I- Comment préparer le rapport ? ........................................................................................ Erreur ! Signet non défini.
II- comment structurer le rapport ......................................................................................... Erreur ! Signet non défini.
Iii- quelle presentation choisir ?

Vous effectuez un stage en milieu professionnel d’une durée de 4 à 6 semaines.


Commencez dès les premiers jours à travailler sur votre rapport de stage. Ecrit
technique adressée au jury, il constitue une épreuve importante en Licence.

I- Comment préparer le rapport ?


A- Tenir un journal de bord
Même si la démarche paraît contraignante, le journal de bord est la garantie d’un rapport
de stage et précis.
* Notez-y toutes vos activités, jour par jour. Posez-vous à chaque fois les questions suivantes :
Où ? Avec qui ? Pourquoi ? Comment ?

Dr MBOUOPDA David 34
Consignez aussi par écrit vos réflexions et réactions : colère, réussites, critiques, échecs…
Elles vous seront utiles pour rédiger la conclusion du rapport et lors de la soutenance du dossier.
* En complément de la documentation qui vous sera remise, consultez l’organigramme de
l’entreprise. Il vous aidera à y voir plus clair dans la structure de la société et les rôles de chacun.

B- Faire le bilan du stage


* A la fin du stage, la lecture de votre journal de bord fait ressortir des grandes lignes récurrentes,
votre plan s’inspire de ces thèmes clés.
* Afin d’élargir ces perspectives, posez-vous des questions dont les réponses étofferont le
rapport :
- quels bénéfices avez-vous retirés du stage (méthodes de travail, organisation, confiance en vous,
maîtrise d’un outil spécifique…) ?
- qu’avez-vous apporté à l’entreprise ?
- avez-vous respecté les objectifs fixés en début de stage ?
- ce stage a-t-il répondu à vos attentes ? Pourquoi ?
- aimeriez-vous travailler dans ce genre d’entreprise ? Avez-vous clarifié vos désirs en termes
d’orientation professionnelle ?

II- COMMENT STRUCTURER LE RAPPORT


A- Choisir un sujet
Avant toute chose, déterminez votre sujet en fonction des tâches que vous avez effectué
avec votre responsable. Cette étape ne pourra être réalisée avant le stage, puisqu’elle découle de
votre mission.

B- Elaborer un développement structuré


On fournit généralement au stagiaire une hypothèse qu’il doit confirmer ou réfuter au
terme d’un travail expérimental. C’est cette démarche qui sous-tend le plan adopté.
Analyse de la situation actuelle de l’entreprise
Présentation de l’entreprise d’un point de vue juridique, économique et social puis
approche de l’entreprise dans le domaine technique.
Votre mission particulière : présentation du stage

Dr MBOUOPDA David 35
Service dans lequel il est effectué, composition de l’équipe, méthodes de travail, résumé
des principales activités.
Etude d’un problème précis ou conclusions d’une enquête
Analyse des problèmes rencontrés, des solutions préconisées
Conclusion: Bilan du stage d’un point de vue technique et humain
Etude des points forts et/ou faibles
Propositions faites pour améliorer le niveau de compétence.

III- QUELLE PRESENTATION CHOISIR ?


A- La mise en page
Il existe une présentation « standard » à respecter :
- sur la page de garde : intitulé de la Licence, session, établissement scolaire, vos nom et prénom,
titre du rapport et logo de l’entreprise
- en 2e page : sommaire ou plan
- introduction : présentation rapide de l’entreprise, du stage et de la démarche adoptée dans le
rapport. Développement et conclusion (voir II.B)
- à la fin : documents en annexe et bibliographie ; suivant les normes en vigueur dans la
discipline.
- en dernière page : table des matières. Remerciements adressés aux personnes qui vous ont aidé.

B- Une forme soignée


Le jury évalue d’abord votre travail suivant sa présentation. Privilégiez donc la clarté et
l’organisation des propos.
- rédigez des phrases courtes, bien construites et orthographiées ;
- adoptez une police de caractères agréable (12 ou 14) et aérez le texte ;
- numérotez les pages, les chapitres et les documents annexés;
- n’oubliez pas la marge de gauche ; elle doit être suffisante pour relier le document final ;
- tapé sur les feuilles blanches, le rapport ne dépasse pas une trentaine de pages.

Dr MBOUOPDA David 36
IUT FOTSO VICTOR DE BANDJOUN UNIVERSITE DE DSCGANG

Chapitre7 : FAIRE UNE SOUTENANCE DE DOSSIER.


Fiche technique

Objectifs pédagogiques
L’étudiant saura que déposer un dossier dans une entreprise ou devant un jury
n’est pas la fin du travail. Il aura à d »fendre ses propositions et à montrer les intérêts de ses
recherches, de son projet etc.
La soutenance a pour but de valoriser le dossier déjà connu des examinateurs. Elle
ressemble à un résumé qui s’intéresse à la démarche choisie. Il est important de la préparer à
l’avance.
SOMMAIRE
I- l’introduction .................................................................................................................... Erreur ! Signet non défini.
II- le developpement ............................................................................................................. Erreur ! Signet non défini.
Iii- la conclusion ................................................................................................................... Erreur ! Signet non défini.

I- l’introduction
* intégralement rédigée, l’introduction vous aidera à surmonter le trac du début de l’épreuve.
* Elle sert tout d’abord à se présenter individuellement pour mettre l’examinateur en condition
(nom, section…) profitez de ce moment pour créer une complicité avec le jury
- Elle permet ensuite d’amener le sujet de manière efficace et séduisante : intitulé du dossier,
répartition des tâches au sein de l’équipe, portait de l’entreprise, raisons du choix de ce sujet
* En dernier lieu, elle doit annoncer le plan suivi et indiquer les parties intéressantes

II- LE DEVELOPPEMENT
A- L’organisation globale
* Contrairement à l’introduction, le développement ne doit pas être rédigé. En revanche, élaborez
un plan détaillé, clair et lisible, Formulez nettement les transitions ; elles vous aideront à
structurer l’ensemble. Grâce à la typographie et aux couleurs, distinguez les parties ou idées
principales, les sous-parties ou idées secondaires et les exemples ou anecdotes.

Dr MBOUOPDA David 37
* Le travail de recherche constitue le corps du développement. Le plan doit obéir à une démarche
expérimentale, fondée sur l’observation, les hypothèses et leur vérification par des expériences
appropriées. Ce n’est donc pas le résultat qui prime, mais la progression qui permet de l’obtenir.

B- Le plan idéal
- Objet du dossier : définissez le sujet et les objectifs fixés puis exposez les hypothèses de départ
et les moyens mis à votre disposition pour y arriver.
* Commentaire des résultats
- décrivez minutieusement les diverses expériences menées à l’aide d’instruments multiples
(ouvrages théoriques, documents mis en annexe du dossier, logiciels…) ;
- recourez si possible à des documents audiovisuels et mentionnez les entretiens effectués avec
divers individus ;
- soulevez les difficultés rencontrées et les contraintes imposées par le cahier des charges.
N’omettez pas de rappeler également les apports fructueux.
* Bilan d’une situation, réalisation d’un projet, validation d’une hypothèse. Vous êtes maintenant
en mesure de proposer une conclusion par rapport aux objectifs initiaux :
- énoncez les choix effectués, les solutions préconisées, leurs avantages ;
- justifiez l’abandon de certaines hypothèses ;
- valorisez le projet envisagé à travers l’étude des coûts, de la main-d’œuvre, de la satisfaction du
client liée à la qualité des produits et aux méthodes.

III- LA CONCLUSION
* Comme l’introduction, il est conseillé de la rédiger
* La conclusion constitue le point d’aboutissement de la soutenance.
Elle dresse un bilan qui vous permet de vous impliquer personnellement. Vous avez à vous
interroger sur la portée du dossier et l’éventuel avenir du projet. Vous pourrez alors expliquer les
bénéfices que vous avez retirés de ce travail, par rapport au cursus suivi.
* Si vous faites part d’éventuels problèmes et déceptions, exprimez-les avant les point positifs, le
jury préféra assurément rester sur une touche optimise et constructive.

Dr MBOUOPDA David 38
Dans cette épreuve, le jury ne juge pas le travail écrit mais votre prestation orale : sont
privilégiées votre aisance à l’oral, votre maîtrise du sujet et l’intérêt que vous y avez porté. Les
qualités de communication sont donc cruciales dans la notation de la soutenance.

Dr MBOUOPDA David 39
IUT FOTSO VICTOR DE BANDJOUN UNIVERSITE DE DSCGANG

Chapitre 8 Recherche d’un emploi

Objectifs pédagogiques
L’étudiant comprendra que l’entrée dans la vie professionnelle est devenue un acte
économique. Il saura apprécier une annonce, rédiger un curriculum vitae, et une lettre de
motivation. Enfin, il mesura à juste titre les handicaps à franchir lors d’un entretien d’embauche.

SOMMAIRE
8-1 L'OFFRE D'EMPLOI PAR PETITES ANNONCES ........................................................... ERREUR ! SIGNET NON DEFINI.
8-2 L'ETABLISSEMENT DU CURRICULUM VITAE ............................................................ ERREUR ! SIGNET NON DEFINI.
8-3 EXEMPLES DE TABLEAU ET DE CURRICULUM VITAE ............................................... ERREUR ! SIGNET NON DEFINI.
8-4 CURRICULUM VITAE .............................................................................................. ERREUR ! SIGNET NON DEFINI.
8-5 LA LETTRE DE MOTIVATION ................................................................................... ERREUR ! SIGNET NON DEFINI.
Quelques conseils de présentation........................................................................................ Erreur ! Signet non défini.
8-6 POURQUOI UNE LETTRE MANUSCRITE ?.................................................................. ERREUR ! SIGNET NON DEFINI.
8-7 LA REPONSE A L'OFFRE D'EMPLOI ........................................................................... ERREUR ! SIGNET NON DEFINI.
8-8 CE QU’IL FAUT SAVOIR DE LA LETTRE DE MOTIVATION .......................................... ERREUR ! SIGNET NON DEFINI.
8-9 L'ENTRETIEN D'EMBAUCHE .................................................................................... ERREUR ! SIGNET NON DEFINI.
Quelques principes de base .................................................................................................. Erreur ! Signet non défini.
L'entretien est fait pour : ...................................................................................................... Erreur ! Signet non défini.
L'entretien n'est pas fait pour : ............................................................................................. Erreur ! Signet non défini.
8-10 FICHE D'EVALUATION ............................................................................................ ERREUR ! SIGNET NON DEFINI.
8-11 ENTRETIEN DE RECRUTEMENT ............................................................................... ERREUR ! SIGNET NON DEFINI.
8-12 ENTRETIEN DE RECRUTEMENT D'UN CONTROLEUR DE TRAVAUX ........................... ERREUR ! SIGNET NON DEFINI.
Déroulement du recrutement ................................................................................................ Erreur ! Signet non défini.
Note de précision .................................................................................................................. Erreur ! Signet non défini.

Quand on est à la recherche d'un emploi, on tente souvent sa chance, pour poser sa
candidature ou répondre à une annonce, mais aussi subir un entretien d'embauche. Présenter sa
candidature en ces temps à un poste dans une entreprise est devenu un " acte économique ". Cet
acte s'effectue en quatre temps :
1. L'offre d'emploi par l'entreprise ;
2. L'établissement du curriculum vitae ;
3. La réponse à l'offre d'emploi ;
4. La réussite d'un entretien de recrutement ;

Dr MBOUOPDA David 40
8-1 L'offre d'emploi par petites annonces
Actuellement, 75 % des offres d'emploi se font par l'intermédiaire de petites annonces publiées
par les journaux, qu'il s'agisse des quotidiens, des hebdomadaires et mensuels ou des journaux
professionnels. Les autres cas ont lieu de bouche à oreille.
Exemple d'annonces :
Graphiste
Recherche
Un chef - magasinier :
Possédant :
Un bon sens relationnel client / fournisseur
Une solide expérience de la gestion des stocks
La connaissance de l'outil informatique serait un plus.
Envoyez lettre manuscrite + CV + prétentions à Grapho –
B. P. 1202 Bafoussam.

8-2 L'établissement du curriculum vitae


Il se présente sous la forme d'un tableau clair et net, divisé en rubriques :
- Etat civil ( avec poste sollicité, éventuellement photo 4 x 4 )
- Diplômes
- Expérience
- Situation administrative actuelle
- Informations complémentaires
- Signature
N.B. : Un curriculum vitae doit faire apparaître ses trois qualités essentielles :
1. Précision des informations fournies
2. Clarté des indications recensées
3. Brièveté du document ( 1 à 2 pages )
Les renseignements à fournir seront adaptés au destinataire. Mais de toute manière, c'est à la mise
en forme du CV que le candidat attachera tous ses soins. Ses informations doivent être
immédiatement lisibles, ses rubriques bien détachées les unes des autres de sorte que le lecteur
puisse revenir à l'une d'entre elles sans être forcer de relire toutes les autres. Eviter d'évoquer des
problèmes d'ordre privé (maladie, accident).

Dr MBOUOPDA David 41
8-3 Exemples de tableau et de curriculum vitae

1) REPUBLIQUE DU CAMEROUN
PAIX – TRAVAIL – PATRIE

CURRICULUM VITAE

I - ETAT CIVIL
Nom :
Prénoms :
Nom de jeune fille :
Date et lieu de naissance :
Nom du père :
Nom de la mère :
Département et Province d'origine :
Situation de famille :
Nom de famille et prénoms du Conjoint :
Numéro de la carte nationale d'identité :
II – QUALIFICATIONS :
Etudes :
-
Diplômes obtenus ( date et lieu d'obtention ) :
-
-
Connaissances accessoires et stages :
-
-
III – CARRIERE PROFESSIONNELLE
Grade :

Dr MBOUOPDA David 42
Indice :
Matricule :
Date d'entrée dans la Fonction Publique :
Services antérieurs au cadre actuel :
Administration utilisatrice :
Postes occupés :
-
-
Dernière note professionnelle :
Distinctions honorifiques et récompenses :
-
-
Certifié exact : __________________, le ____________

Signature légalisée

Dr MBOUOPDA David 43
REPUBLIQUE DU CAMEROUN REPUBLIC OF CAMEROON

PAIX-TRAVAIL-PATRIE PEACE- WORK – FATHERLAND

MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT MINISTRY OF HIGHER


SUPERIEUR EDUCATION

UNIVERSITE DE DSCHANG UNIVERSITY OF DSCHANG

DSCHANG, le 07 DEC. 2000


N° : _______ / __________ / UDS / R

CURRICULUM VITAE
I – Etat – civil
Nom :
Prénom :
Date et lieu de naissance :
Ethnie :
Arrondissement, Département et Province d'Origine :
Situation de famille :
Qualification :
II – Diplômes Scolaires, Universitaires et Professionnels
Nature : Institution : Année :
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
III – Formation (s), Occupations et Stages professionnels
Formation (s)
Nature : Institution : Durée :
Stages :
Nature : Institution : Durée :
Occupation (s)
Service utilisateur : Fonction : Durée :
Autres ( Travaux spéciaux, distinctions honorifiques, etc.… )
Nature : Observations :
Situation actuelle :
Date et signature

Dr MBOUOPDA David 44
8-4 Curriculum vitae

MBOUOPDA SYLLA Arthur


B.P. 312 Bafoussam
Tel (237) 716 28 47
e. mail : Smbopthur@planet. Fi
28 ans, marié, 2 enfants.
Sollicite la pose de chef de produit senior dans les nouvelles Technologies.
Formation : 5 ans d'expériences
- Diplôme de l'Ecole Supérieure de Marketing de Douala
- BTS action commerciale
Expérience professionnelle :
Depuis 2004 : Chef de produit senior chez Cameroon Télécom en charge du service Téléphonie
portable pour professionnels
20001-2004 : Responsable marketing d'une PME à Ngaoundéré
1999-2001 : Chef de produit junior chez ALCATEL-Littoral.
Lancement de plusieurs produits : fax, télex, radiotéléphonie.
1995-1997 : Stages effectués dans le cadre de la formation continue
Langages :
Anglais : deux séjours en Angleterre, pratique correcte de l'anglais usuel et commercial.
Français : niveau universitaire.
Logiciels informatiques : Word, Excel, Powerpoint, Mac os.
Divers :
Football : arbitrage de l'équipe locale.
Permis catégorie C (permis de conduire)

8-5 La lettre de motivation

Quelques conseils de présentation


La lettre de motivation doit être rédigée à la main, sur papier blanc ; évitez le papier carreaux ou à
lignes.
1. Elle ne doit pas être trop longue, deux pages maximum.
2. Elle commence par une référence :
 à une annonce,
 à une relation qui a signalé l'existence du poste,
dans le cas d'une candidature spontanée, à un intérêt pour le secteur professionnel concerné.

Dr MBOUOPDA David 45
3. La lettre évoque ensuite la motivation du candidat, décrit brièvement le poste souhaité et donne
les raisons de ce choix.
Eviter les formules de type : "Depuis toujours passionné(e) par…", "Mon amour pour…".
Soyez simple et vrai, y compris dans le style.
4. La lettre peut mentionner le délai de disponibilité, éventuellement le dernier salaire perçu.
A quoi sert une lettre de motivation ?
 Elle sert à donner une première image du candidat.
Au cours d'un entretien d'embauche, elle servira, comme le CV, de point de départ à la discussion.
 Elle peut contribuer à développer, mettre en relief un point du CV particulièrement en rapport
avec le poste auquel le candidat postule.

8-6 Pourquoi une lettre manuscrite ?


Mieux qu'un document dactylographié, la lettre manuscrite singularise votre candidature et la
distingue des autres dossiers.
- Elle peut, dans certaines entreprises, faire l'objet d'un tri ou d'une analyse graphologique.
La graphologie n'est pas une science exacte. Sa fonction essentielle est d'objectiver les réactions
subjectives de la personne chargée du recrutement.
- Elle peut permettre d'éviter des erreurs de jugement ; par exemple, une certaine agressivité peut être
un facteur de mauvaise intégration dans un poste sédentaire, mais sera au contraire souhaitable pour un
poste de vendeur…

8-7 La réponse à l'offre d'emploi


L'envoi du curriculum vitae et d'autres pièces du dossier est accompagné de la lettre de réponse à une
annonce d'offre d'emploi. C'est un type de lettre de motivation qui joue le rôle de complément du C.V.
C'est un écrit plus subjectif que le C.V. où vous indiquez les raisons pour lesquelles vous estimez
devoir répondre à l'offre d'emploi. Il faut y préciser les avantages que l'entreprise trouvera à vous
employer en donnant la nature et l'importance de vos apports personnels.
N.B : Parmi les lettres de motivation, il importe de distinguer la lettre de réponse à une annonce d'offre
d'emploi, très ciblée, de la lettre de candidature spontanée nécessairement plus générale puisque
adaptée à une situation moins bien identifiée.

8-8 Ce qu’il faut savoir de la lettre de motivation


Exemples
1. Lettre de candidature spontanée.
Voilà un exemple de lettre de candidature spontanée que pourrait envoyer un informaticien intéressé
par le secteur des arts graphiques.

Dr MBOUOPDA David 46
Adresse
Bandjoun, le 20 octobre 2004
Objet: Candidature spontanée à un poste
à caractère commercial.

Monsieur,
L'art graphique est un domaine très évolutif au sein duquel l'informatique occupe une place de plus en
plus prépondérante, y compris dans l'exercice d'une fonction commerciale.
Passionné de commerce, titulaire' d'un DUT en informatique de gestion, j'ai complété ma formation au
cours d'un stage dans une entreprise de la photocomposition et de compogravure au service d'une
clientèle exigeante et variée.
Cette première expérience réussie m'a offert l'opportunité de mettre à profit mes aptitudes
commerciales dans un environnement technique complexe et de haut niveau.
Si vous envisagez d'engager un commercial qui est en même temps informaticien, je me tiens à votre
disposition pour intégrer rapidement l'une de vos équipes.
Dans l'attente de vous rencontrer, je vous prie de recevoir, Monsieur, mes respectueuses salutations.

Signature.
2 – un exemple de lettre correspondant à l'annonce précédente.

Adresse
Objet: Votre annonce parue dans ouest – Echos
du mardi 16 novembre2004 sous réf. So99014

Monsieur,

Vous recherchez un chef magasinier justifiant d'une solide expérience du poste. J'ai exercé
précisément pendant cinq ans cette fonction de magasinier dans la société TAKOU et frère, au contact
d'une clientèle d'entreprise et de particuliers.
Je possède de bonnes connaissances techniques en graphique acquises dans un précédent
emploi, complétées par 5 années de pratiques opérationnelles chez un graphiste.
J'ai eu l'occasion d'utiliser le logiciel Altos de gestion des stocks. Par ailleurs, je suis parfaitement au
courant des produits que proposent actuellement les artistes graphistes et les grapheurs sur le marché.

Dr MBOUOPDA David 47
En raison d'une structuration de l'entreprise où je travaille aujourd'hui, je serais disponible à partir du
1er février prochain, et dès aujourd'hui pour un entretien sur une date à votre convenance.

Dans cette attente, je vous prie d'agréer, Monsieur, mes salutations distinguées.

Signature

8-9 L'entretien d'embauche

Quelques principes de base


- être soi-même
- Tenue vestimentaire correcte et présentation générale sans familiarité ni décontraction excessives.
- Ne mentir ni sur les dates, ni sur la formation, ni sur son expérience
- Bien se préparer à l'entretien en essayant d'anticiper sur les questions qui seront posées et sur les
réponses à donner.
N.B: l'émotivité d'un candidat ou sa nervosité ne constituent pas un obstacle insurmontable.

L'entretien est fait pour :


- Faire rencontrer un candidat et un employeur;
- Permettre à un candidat de faire connaissance avec l'entreprise susceptible de l'embauche;
- Tenter de cerner la personnalité d'un candidat, non pas pour la jugé, mais pour voir s'il sera à place
dans l'entreprise (le candidat pourra mettre en valeur des événements marquant de son existence, s'ils
sont pertinents) ;
- mesurer les chances de bonne intégration du candidat dans l'organisation;
- fixer les modalités particulières du contrat de travail (temps partiel, congés, véhicule etc.).
- tenter de mesurer le niveau d'expérience acquis, sans enter dans les détails techniques, et évaluer le
profit que le candidat a tiré de son expérience.

L'entretien n'est pas fait pour :


- pour vérifier les connaissances techniques.
- pour mettre un candidat en difficulté ;
- pour permettre au candidat de dire tout le mal qu'il pense de ses précédents employeurs ;
- pour s'apitoyer sur son sort.
N.B: si une question vous paraît déplacée, vous pouvez poliment refuser d'y répondre en disant, par
exemple, qu’elle vous semble trop personnelle.

Dr MBOUOPDA David 48
8-10 Fiche d'évaluation
Exemple de fiche d’évaluation à l’entretien de recrutement.

8-11 Entretien de recrutement

Poste a pouvoir :

CANDIDAT RECRUTEUR

NOM :________________________ NOM : ________________________


Prénom :___________________________ Prénom : ___________________________
Profil : _____________________________ Poste : _____________________________
_____________________________ Organisme : ________________________

CRITERES PONDERATION NOTE /10 TOTAL


Note x pond.
1/ Expérience professionnelle pratique 5
2/Connaissance théoriques 5
3/ Compréhension du projet et du rôle 3
4/ Disponibilité et aptitudes 3
5/ Communication 2
6/ présentation physique 1
7/ Pratique informatique. 1
8/ Comptabilité de gestion 4
TOTAL
Classement

OBSERVATIONS DU RECRUTEUR

Dr MBOUOPDA David 49
8-12 Entretien de recrutement d'un contrôleur de travaux

Déroulement du recrutement
1– Concertation entre les membres de la commission 15 minutes
2 – Présentation du jury et des candidats 05 minutes
3 – Présentation de l’ADEID 05 minutes
4 – Présentation du projet et de la mission du coordinateur 15 minutes
5 – Entretien avec chaque candidat (30'/candidat)
6 – Délibération et choix du contrôleur
7 – Procès verbal de sélection du contrôleur

Note de précision
Les candidats ont été présélectionnés sur la base de leur dossier comprenant :
- 1 lettre de motivation d'une page maximum ;
- 1 copie certifiée conforme du dernier diplôme ;
- 1 copie d'acte de naissance ;
- 1 CV(formation, stages, expérience professionnellement) ;
- Certificat et attestation de travail.
L'entretien va permettre aux membres du jury d'apprécier si le candidat a les compétences requises
pour remplir les missions qui seront confiées aux contrôleurs. Chaque membre du jury fera sa notation
sur la base du CV du candidat et des informations données lors de l'entretien. Sept critères ont été
retenus pour chacun des critères. Les indications suivantes sont données :
1/ Expérience professionnelle du candidat
II s'agit d'apprécier les références portées dans le CV du candidat par des questions qui lui seront
posées. On pourrait se référer au barème suivant:
Expérience de projet et de développement :
- 3 projets 8 points
- 2 chantiers 6 points
- 1 chantier 5 points

2/ Connaissances théoriques
Ce sont les savoirs acquis à l'école ou en formation. Le barème suivant est proposé:
- Licence + 8 points
- Bac + 6 points
- Autres formations appropriées 4 points

Dr MBOUOPDA David 50
3/ Compréhension du projet et du rôle
Il s'agit d'apprécier lors de l'entretien comment le candidat compte s'organiser pour répondre à
chacune des missions.
4/ Disponibilité et aptitudes du candidat
Le candidat est-il lié par un autre contrat ? A t-il bien comprit que sa mission nécessite sa
présence permanente à Bafoussam pendant 24 mois. Sera t-il toujours disponible après la présentation
du contexte d'intervention ?
A ce poste on souhaiterai avoir un candidat sérieux, rigoureux, ayant le sens de l'organisation,
autonome et goût de travail en équipe.
5/ Communication
C’est ce critère qui va permettre d'apprécier le savoir être de chaque candidat : l'oralité et
l'aisance, la réceptivité et l'échange, l'esprit de collaboration.
6/ Présentation physique
laissée à l'appréciation de chaque membre du jury
7/ Pratique informatique
Possibilité d'utiliser un traitement de texte.
8/ Comptabilité / gestion
Les barèmes ci-dessus sont donnés à titre indicatif. Chaque membre du jury a la latitude d'apprécier un
candidat à partir de ses impressions personnelles.
La commission de recrutement est constituée de la commune et de l'ADEID. les rôles assignés aux
membres sont les suivants :
- Présidence :
- Rapporteur :

Dr MBOUOPDA David 51
COMMISSION DE RECRUTEMENT du…………………………………………..

Organisme Nom et Prénom Fonction Signature

Procès verbal de sélection du contrôleur

Dr MBOUOPDA David 52
IUT FOTSO VICTOR DE BANDJOUN UNIVERSITE DE DSCGANG

CHAPITRE 9 Préparation d'une enquête


Objectifs pédagogiques
Etre capable de recueillir des informations en harmonisant les réponses pour rendre
l’exploitation facile.

SOMMAIRE
9-1 LE QUESTIONNAIRE ................................................................................................ERREUR ! SIGNET NON DEFINI.
9-2 EXERCICES .............................................................................................................ERREUR ! SIGNET NON DEFINI.
EXERCICES D’APPLICATION ................................................................................. ERREUR ! SIGNET NON DEFINI.

9-1 Le questionnaire
Vous pouvez avoir besoin de recueillir des informations auprès du personnel, de la clientèle, des
utilisateurs, etc. Souvent, de par ce fait, vous demandez que l'on remplisse un questionnaire ou une
formule. Ce cadre présente l'avantage d'harmoniser des réponses que vous recevrez et ainsi d'en
rendre l'exploitation plus facile.
Mais la mise au point d'un questionnaire requiert du soin de la réflexion. Trop souvent on n’obtient
pas ce que l'on désire parce que les questions ont été mal posées: Inutiles, incomplètes, trop floues. Il
n'y a pas de question " passe partout", Chaque cas doit entraîner la réaction minutieuse des formules
interrogatives. Vous avez sûrement, comme nous, dû perdre votre temps à compléter de longs
questionnaires que votre employeur ou votre administration vous soumettait, parfois en exemplaire
multiple, et vous vous êtes demandé à quoi pouvaient bien servir tous ces détails qu'on exigeait de
vous. Ce souvenir ne doit pas vous quitter lorsque vous préparez à votre tour un questionnaire.
 Définissez d'abord soigneusement les enseignements que vous désirez recueillir.
 Eliminer ainsi toutes les demandes superflues. L'économie ici est la condition de l'efficacité:
Vous ne lasserez pas de la patience de ceux qui doivent répondre et vous consulterez plus
rapidement les fiches à leur retour.
 Groupez vos questions en rubriques afin d'éviter la dispersion, le double emploi, et le
désordre.
 Rédigez les formules avec précision. Les questions trop générales embarrassent et entraînent
des réponses trop vagues, confuses, indirectes. Rejeter tout ce qui peut être ambiguë pour
l'intéressé. Décomposer une question globale en une série de questions de détails. N'inviter
qu'à des réponses simples, brèves (un nom, une date, un nombre, une phrase courte). S'il le
faut, donner un exemple de réponse ou expliquer rapidement la question.
 Adapter les demandes au niveau de ceux auxquelles vous vous adressez. Ils doivent tout
comprendre, facilement et clairement. Veiller surtout au vocabulaire utilisé.
Dr MBOUOPDA David 53
 Guidé par des suggestions, proposer s'il y a lieu, un choix entre deux ou trois réponses et
indiquer qu'il convient d'encadrer celle qui est retenue ou de rayer les autres.
 Vérifier que vous n'avez rien oublié.
 Une explication rapide des motifs de votre enquête disposerait l'intéressé à réponde
correctement et l'aidera à mieux orienter ses réponses. Un mot de remerciement à la fin n'est
pas inutile non plus.

 Enfin ne faites pas imprimer votre questionnaire avant de l'avoir essayé sur deux ou trois
personnes autour de vous.

9-2 Exercices
Exercice1: Voici un questionnaire diffusé dans une entreprise. Etudiez-le à la lumière des conseils
ci-dessus. Relevez ses défauts; proposez des corrections en vue de l'améliorer.

Xxx et Cie BAFOUSSAM, le 15 Décembre 2004

Direction du personnel
Mise en approbation d'un élargissement d'horaires
Informations:
Un supplément de travail nous étant demandé, nous sommes, dans votre intérêt comme dans le nôtre,
obliger d'accroître la production pour parer à toutes éventuelles concurrences de la part de nos
confrères. Ce but devant être rapidement atteint, nous pensons que la meilleure solution réside dans
un élargissement des horaires de travail.
Il est entendu que ce nouvel horaire entraînerait une rémunération supplémentaire qui serait
le résultat de votre bonne volonté.
Nous avons jugé opportun de vous demandez votre accord sur cette question et pour cela
nous vous prions de répondre à ce questionnaire.

1. Questionnaire
NOM : PRENOM:
POSTE OCCUPE :
Cet accroissement suppose 5 heures supplémentaires aux 39 heures déjà effectuées normalement.
Les acceptez-vous ?
OUI NON
Si oui, quel est l'horaire que vous préférez ?

Dr MBOUOPDA David 54
Commencer plus tôt le matin,
Terminer plus tard l'après midi,
Travailler le samedi de 7h à 12h.
Nous vous remercions par avance pour vos réponses.
Toute autre suggestion nous serait fort utile ; veuillez les noter ci-après :
Le directeur du personnel
F. ZEFE NZALI.

Exercice 2
Vous êtes chargé de l'organisation matérielle de deux journées d'information les 12 et 13 mars
auxquelles participeront des collègues de toutes les régions. Rédigez la fiche, jointe à l'invitation,
que les participants devront vous retourner pour réserver chambres d'hôtel et repas au restaurant.
Exercice 3
Supposez que vous avez la responsabilité de louer les logements pour les étudiants de votre
établissement ou les travailleurs de votre entreprise composez le questionnaire que les nouveaux
inscrits ou employés auront à remplir.
Exemples de questionnaire
Document A
Collège privé la Confiance BP./ 205 Bafoussam tel: 344 31 31
collection des informations sur le CO.LA.CO
N.B.: Répondre individuellement et dans l'anonymat les questions suivantes.
Dites en trois phrases l'idée que vous vous faites du CO.LA.CO en cette fin d'année 98/99.
1°)_____________________________________________________________________
2°)_____________________________________________________________________
3°______________________________________________________________________
II- ) Le collège la confiance selon vous peut avoir des problèmes: (Enumérez trois de ces
problèmes.)
1°) ________________________________________________________________________
2°) ________________________________________________________________________
3° ________________________________________________________________________

III- ) La direction de CO.LA.CO à notre niveau, note une instabilité des effectifs dans les classes de
6ème ; 5ème ; 4ème ; et 2nd . (Exemple: 97/98 219 élèves étaient inscrits en 6ème. Mais en 98/99 on
Dr MBOUOPDA David 55
retrouve 160 élèves en 5ème, 676 inscrit en 3ème en 97/98 parmi lesquels 210 au moins passent le
B.E.P.C. en fin d'année. mais on retrouve en seconde pour 98/99 moins de 235 élèves inscrits parmi
lesquels 140 sans B.E.P.C.).
1°) Comment expliquez-vous ce phénomène (3 éléments de réponse)
_____________________________________________________________________
____________________________________________________________________
____________________________________________________________________

2°) Proposez trois solutions pour résoudre ce problème.


_____________________________________________________________________
_____________________________________________________________________
_____________________________________________________________________

Discipline :
1°) Comment percevez-vous la discipline dans le collège ? (deux idées)
__________________________________________________________________
__________________________________________________________________
2°) Comment procéder pour améliorer ? (deux idées)
_____________________________________________________________________
_____________________________________________________________________

Pédagogie
1°) Avec les devoirs de "quart de feuille", avons nous atteint nos objectifs?
Réponse :___________pour quoi ?________________________________________

2°) Comment procéder pour améliorer ce système de travail ?


a)______________________________________________________________________b)_______
_______________________________________________________________
3°) a) Quelle matière enseignez-vous ?__________________________________
b) Trouvez-vous que cette matière est bien enseignée dans votre collège ?
Réponse______________ Pour quoi ?___________________________________

Proposez deux solutions pour soutenir votre point de vue.


1.______________________________________________________________________
2.______________________________________________________________________
Dr MBOUOPDA David 56
Document B

COMITE "SESSION DE RATTRAPAGE (SR)"

Questionnaire II : Enseignants

I/ Identification de l'enquêté
01/ Fiche d'Enquête n°_________________
02 Université de________________________
03 Etablissement_______________________________
04 Grade_________ 1. Professeur, 2. Maître de Conférence, 3. Chargé de cours, 4. Assistant,

II/ Diagnostic de la section de rattrapage


05/ Période de déroulement de la session de rattrapage (mois) ___________soit______semaines
06/Proportion des étudiants qui se présentent à cette session dans vos UVs________________
07/ Effectifs des étudiants qui se présentent à cette session dans vos UVs_____________
08/ Lieu des corrections des copies____________1. En salle, 2. Chez le prof, 3. Autre lieu_____
09/ Taux de réussite des étudiants au terme de la session dans vos UVs ________________%
10/ Taux de réussite des étudiants au terme de rattrapage dans vos UVs ________________%
11/ Nombres total des UVs que vous avez passées à cette session de rattrapage ______________
12/ Date de session des jurys des UVs et autres modules au niveau du département (mois)____
13/ Date d'affichage des résultats finaux des UVS et autres modules au niveau des filières (mois)___
14/ La session est-elle rémunérée ?______1. Oui, 2. Non si non aller à 18/
15/ Base de rémunération______1. Par UV, 2.par nombre de copies, 3. Forfait, 4. Autre*_________
16/ D'après vous, quelles sont les difficultés liées à l'organisation de cette session__________
1. financières 2. Organisationnelles, 3. Disponibilité ressources humaines, 4. Autre*________
17/ Justifier votre réponse_________________________________________________________
III/ Propositions
18/ Faut-il maintenir l'organisation de la session de rattrapage ? ____1. Oui, 2. Non, 3. Pas d'avis
19/ Source de financement de la session de rattrapage_______ 1. Université, 2. MINESUP,
3.Etudiants
20/ Faut-il institué des critères de participation (admissibilité des étudiants) à la session de rattrapage
? __________ 1.oui, 2. Non 3. Pas d'avis

Dr MBOUOPDA David 57
21/ Si oui, la note obtenue dans l'UV en session normale doit être à _____1. > 07/20, 2. > 05/20.
22/ Faut-il payer les enseignants qui font passer les épreuves de cette session ? 1. Oui 2. Non
23/ Si oui sur quelle base ?______________________________________________
24/ Avez-vous des suggestions particulières pour améliorer la session de rattrapage ?

* : à préciser

Document C
FICHE QUESTIONNAIRE
A L'ATTENTION DU CONSEILLER MUNICIPAL

Identification du Conseiller Municipal


Nom………………………………………………………………………………………………..
Prénom :……………………………………………………………………………………………..
Résidence: …………………………………………………………………………………………
Diplôme le plus élevé : ……………………………………………………………………………

Expérience professionnelle
Nombre total d'années d'expérience de gestion des entreprises privées :………………………….
Nombre total d'années d'expérience de gestion des entreprises parapubliques: ………………….
Nombre total d'années d'expérience de gestion dans le secteur public : …………………………….

Connaissance du fonctionnement de la commune

Excellente Bonne Moyenne Médiocre

Connaissance en comptabilité

Excellente Bonne Moyenne Médiocre

Parmi les rôles ci-après quels sont les 5 qui vous paraissent les plus difficiles à assumer en tant que
conseiller municipal ?
Numérotez-les de 1 à 5 en commençant par le plus difficile.
Elaborateur de politiques
Décideur
Dr MBOUOPDA David 58
Communicateur
Facilitateur
Mobilisateur
Négociateur
Financier
Contrôleur
Détenteur de pouvoir
Manageur des ressources humaines
Leader
Bâtisseur
Quels autres rôles pensez-vous pouvoir jouer en tant que conseiller municipal ?……………………...
…………………………………………………………………………………………………………..
………………………………………………………………………………………………………….
D’après vous quelles sont les principales difficultés que rencontre votre commune ?
a)………………………………………………………………………………………………………..
b)………………………………………………………………………………………………………..
c)………………………………………………………………………………………………………..
Comment pensez-vous contribuer à les résoudre en tant que conseiller municipal ?
a)………………………………………………………………………………………………………..
b)………………………………………………………………………………………………………..
c)………………………………………………………………………………………………………..
Citez les domaines dans lesquels vous pensez avoir besoin de formation pour mieux accomplir votre
devoir comme conseiller municipal. Commencez par les domaines les plus importants.
a)………………………………………………………………………………………………………..
b)………………………………………………………………………………………………………..
c)………………………………………………………………………………………………………..
d)………………………………………………………………………………………………………..

Exercices d’application

Exemple de questionnaire type pour une évaluation des micro-projets de la société civile
pacddu union européenne

Dr MBOUOPDA David 59
QUESTIONNAIRE

Numéro du questionnaire N° __ __ __ __
Date de l'interview : __ __ __ __ __ __

IDENTIFICATION
PROVINCE…………………………………………… Prov. __ __
DEPARTEMENT…………………………………….. Départ. __ __ __
ARRONDISSEMENT……………………………….. Arrond. __ __ __
VILLE……………………………………………….. Ville __ __ __
QUARTIER/LOCALITE……………………………..
Nom de l'organisme porteur………………………….
Nom du chef du ménage………………………………. N° du ménage __ __
ENQUETEUR SUPERVISEUR
NOM : _______________________ NOM : _______________________
DATE: _______________________ DATE: _______________________
AGENT DE SAISIE
NOM : _______________________
DATE: _______________________

1. CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES DES ENQUETES

N° QUESTIONS REPONSES CODE SAUT


101 Sexe de l'enquête Masculin 1
Féminin 2
102 Quel âge aviez-vous à votre dernier anniversaire ? __ __

103 Dans quelle langue communiquez-vous le plus souvent ? Français 1


Anglais 2
Fufuldé 3
Autre 4
…………………………………………………….

Dr MBOUOPDA David 60
104 Aucun 1
Quelle est la dernière classe que vous avez Primaire 2
fréquentée ? Secondaire 3
Supérieur 4
École coranique 5
105 Quelle est votre occupation actuelle ? Sans emploi 1
Étudiant 2
Agent de état 3
Enseignant 4
Éleveur 5
Cultivateur 6
Commerçant 7
Artisan/petit métier 8
Agent développement 9
Ménagère 10
Autres (préciser) 11
106 Êtes-vous membre d'une association au sein de Oui 1
votre quartier non 2
107 La/lesquelles ? donnez tous les nombres.
1………………………………………………………………………………
2………………………………………………………………………………
3………………………………………………………………………………

CONNAISSANCE DE(S) L'OUVRAGE/PROJET(S) REALISE(S)

N° QUESTIONS REPONSES CODE SAUT


201 Connaissez-vous l'ouvrage(s)/projet(s) qui vient d'être réalisé dans Oui 1
votre quartier ? non 2

Dr MBOUOPDA David 61
202
Quel est cet ouvrage/projet? Extension réseau électrique…………………….… 1
Quels sont ces Construction d'un dalot…………………………… 2
ouvrages/projets ? Fourniture et pose des buses…………………… 3
Réhabilitation des petits ponts………………… 4
Aménagement des caniveaux et rigoles……… 5
Centre de santé…………………………………… 6
Construction de toilettes à l'école……………… 7
Achèvement d'un bâtiment d'école publique… 8
Construction des WC dans les ménages……………… 9
Amélioration des habitats à base des produits locaux… 10
Gestion des ordures ménagères…………………………. 11
Point d'eau………………………………………………. 12
Captage d'eau et aménagement de la piste…………….. 13
Fabrication artisanale de savon………………………… 14
Formation de femmes…………………………………. 15
Hygiène et santé des populations………………………. 16
203 L'ouvrage/projet est à quelle distance de votre maison ? Très éloigné 1
Distance acceptable 2
(suggérez les réponses) proche 3
204 Est-ce que vous utilisez cette ouvrage depuis qu'il est Oui 1
fonctionnel ? non 2
205 Pour quoi ? (pour "oui" comme pour "non").
………………………….………………………………………………………………………
…………….……………………………………………………………………………………
………….………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………

Dr MBOUOPDA David 62
206
Dites-nous qui a réalisé l'ouvrage/projet (groupe, PACDDU 1
association, entreprise) ? Une association 2
FOURMI II 3
Une entreprise 4
Enregistrer toutes les réponses Une ONG 5
(Ne pas suggérer ) U. Européenne 6
Une coopérative 7
Un GIC 8
La Commune 9
Ne sait pas 10
Autre (préciser) 11
……………………………………………………….

III. IMPLICATION ET PARTICIPATION DES POPULATIONS DANS LES ACTIVITES DU


PROGRAMME ET DES MICRO-PROJETS

N° QUESTIONS REPONSES CODE SAUT


301 Avez-vous été contacté par une association ou une ONG pour Oui 1
réfléchir ou participer à ce projet ? Non 2
302 Quelle est l'association ou ONG qui vous a contacté à ce sujet ? Donnez le nom.
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………….
303 Quant avez-vous été contacté ? Avant 1
Pendant 2
Après 3
304 Qu'est-ce qu'on vous demandait de faire Assister aux réunions 1
concrètement ? Apporter de l'argent 2
Sensibiliser les habitants de la maison 3
………………………………………… Apporter de matériaux (sable, gravier etc.) 4
………………………………………… Autre 5

Dr MBOUOPDA David 63
305
Quelle a été votre attitude ? Comment avez- vous réagi J'ai participé 1
à cette demande ? Je n'étais pas intéressé 2
J'attends de voir 3
Pas disponible 4
Autre 5
306 Au moment de la réalisation du projet est-ce que vous avez eu un Oui 1
rôle non 2
307 Si oui qu'est ce que vous avez concrètement fait ?
…………………………………………………………………………………………………
………..
…………………………………………………………………………………………………
………..
…………………………………………………………………………………………………
………..
308 Sinon, y a t-il des personnes (voisins, jeunes du quartier etc.) qui Oui 0
travaillent pendant la réalisation de(s) l'ouvrage(s) ? non 1
309 Que faisaient –ils ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
………………………
310 Le (s) projet est-il terminé ? Oui 1
Non 2
Ne sais pas 3
311 Avez-vous un rôle à jouer pour l'entretien de la maintenance de Oui 1
l'ouvrage ? non 2

312 Quel est/sera votre rôle ?


…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………

V. IMPACT DES MICRO/PROJETS SUR L'AMELIORATION DES CONDITIONS DE LA VIE


ET L'ENVIRONNEMENT URBAIN

Dr MBOUOPDA David 64

QUESTIONS REPONSES CODE SAUT
501 Quels sont les problèmes de a) Extension réseau électrique…………………..... 1
développement de votre b) Construction d'un dalot……………………….... 2
quartier? c) Fourniture et pose des buses………………….... 3
d) Réhabilitation des petits ponts……………….... 4
e) Aménagement des caniveaux et rigoles……....... 5
Centre de santé…………………………................ 6
Construction de toilettes à l'école………… 7
h) Achèvement d'un bâtiment d'école publique 8
i) Construction des WC dans les ménages……… 9
j) Amélioration des habitats à base des produits
locaux…................................................................... 10
k) Gestion des ordures ménagères………………… 11
l) Point d'eau……………………………………… 12
m) Captage d'eau et aménagement de la piste……. 13
n) Fabrication artisanale de savon………………… 14
o) Formation de femmes………………………… 15
p) Hygiène et santé des populations……………… 16

Dr MBOUOPDA David 65
502 Parmi ces problèmes a) Extension réseau électrique……………………. 1
indiquez par lequel il faut b) Construction d'un dalot………………………… 2
commencer. c) Fourniture et pose des buses…………………… 3
d) Réhabilitation des petits ponts………………… 4
e) Aménagement des caniveaux et rigoles……… 5
f) Centre de santé………………………………… 6
g) Construction de toilettes à l'école……………… 7
h) Achèvement d'un bâtiment d'école publique…… 8
Un seul choix i) Construction des WC dans les ménages………… 9
(Ne pas suggérer de réponse) j) Amélioration des habitats à base des produits
locaux....................................................................... 10
k) Gestion des ordures ménagères………………… 11
l) Point d'eau……………………………………… 12
m) Captage d'eau et aménagement de la piste…… 13
n) Fabrication artisanale de savon………………… 14
o) Formation de femmes………………………… 15
p) Hygiène et santé des populations……………… 16
503 Pensez-vous que l'ouvrage Parfaitement 1
qui a été réalisé répond à un Partiellement 2
besoin des populations de Pas du tout 3
votre quartier Ne sais pas 4

V. IMPACT DES MICRO/PROJETS SUR L'AMELIORATION DES CONDITIONS DE LA VIE


ET L'ENVIRONNEMENT URBAIN

N° QUESTIONS REPONSES CODE SAUT


601 Est-ce que vous vous considérez comme un bénéficiaire de Oui 1
l'ouvrage qui vient d'être réalisé dan votre quartier ? Non 2
602 Quand avez-vous été contacté ? Considérable 1
Minime 2
Aucun 3
Pas d'avis 4

Dr MBOUOPDA David 66
603 Mentionnez un effet négatif produit par Population 1
l'ouvrage sur les populations ou dans Dépenses supplémentaires 2
l'environnement du quartier. Bruits 3
Attroupements indésirables 4
Expropriations 5
Accès rendu difficile 6
Conflit d'intérêt 7
………………………………………… Autres 8
…..
604 Que peut-on faire pour réduire cet effet négatif ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
………………………………

VI. AMELIORATION DE LA QUANTITE DE L'INTERVENTION AUPRES DES


POPULATIONS

N° QUESTIONS REPONSES CODE SAUT


701 Vous avez vu des personnes faire des démarches a) Au choix du projet 1
auprès de vous par rapport à ce projet. Leur b) La manière d'impliquer les
méthode ne vous convenait pas par rapport: autres 2
c) La méthode de sensibilisation 3
…………………………………………… d) Autres 4

702 Faites des propositions pour le choix du sujet


…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
……

Dr MBOUOPDA David 67
703 Faites des propositions pour améliorer la manière d'impliquer les populations
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
……
704 Faites des propositions pour la méthode de sensibilisation
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
……
705 D'après vous quel devrait être le rôle de la commune dans la mise en œuvre de micro-projets
comme celui-ci ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
……
Commentaires de l’enquêteur (à la suite)

Dr MBOUOPDA David 68
IUT FOTSO VICTOR DE BANDJOUN UNIVERSITE DE DSCHANG

CHAPITRE 10 ACQUISITIONS DES METHODES


Objectifs pédagogiques
Pour préparer l’examen écrit ou oral, l’étudiant doit s’initier aux techniques d’analyse
de texte, aux méthodes de rédaction d’une note de synthèse. Il s’habituera aux démarches pour une
bonne argumentation ou pour une meilleur reformulation les exposés ou les comptes rendus
SOMMAIRE
LA NOTE DE SYNTHESE .......................................................................................... ERREUR ! SIGNET NON DEFINI.
10-1 DEFINITION ............................................................................................................ERREUR ! SIGNET NON DEFINI.
10-2 METHODE DE NOTE DE SYNTHESE .........................................................................ERREUR ! SIGNET NON DEFINI.
10-3 ETAPES DE LA NOTE DE SYNTHESE ........................................................................ERREUR ! SIGNET NON DEFINI.
EXEMPLE DETAILLE ......................................................................................................... Erreur ! Signet non défini.
EXERCICES D’ENTRAINEMENT SUR LA NOTE DE SYNTHESE ................... ERREUR ! SIGNET NON DEFINI.
10-4 ÉLEMENTS POUR LA NOTE DE SYNTHESE ...............................................................ERREUR ! SIGNET NON DEFINI.
10-5 ORIENTATION POUR UNE SYNTHESE .......................................................................ERREUR ! SIGNET NON DEFINI.
10-6 EXPLOITATION DE TEXTE .......................................................................................ERREUR ! SIGNET NON DEFINI.
Le résumé de texte ................................................................................................................ Erreur ! Signet non défini.
10-7 Questions de vocabulaire
10-8 QUESTIONS GENERALES POSEES A PARTIR D’UN TEXTE .......................................ERREUR ! SIGNET NON DEFINI.
EXERCICES D'APPLICATION

La note de synthèse
10-1 Définition

Il s’agit d’un exercice dont l’esprit est voisin du résumé de textes et qui en diffère assez
profondément par la forme.
Plusieurs textes sont soumis en même temps au candidat ; ils portent tous sur le même
thème, mais l’abordent de manière différente, et quelquefois opposée. Le candidat est donc appelé à
faire la «synthèse » de l’ensemble de ces textes, c’est-à-dire qu’il doit rédiger un texte unique qui
contient les principaux éléments de tous les textes qui sont soumis.
La note de synthèse réclame donc avant toute une aptitude à saisir l’essentiel et à le
transmettre d’une manière ramassée.
Mais, puisqu’elle porte sur plusieurs textes exprimant des points de vue différents, elle
suppose de plus en plus une capacité de mise en ordre de diverses informations apportées par ces
textes.
La note de synthèse n’est pas enfermée dans un nombre de mots précis : Il va de soi qu’elle
doit cependant être concise…

Dr MBOUOPDA David 69
Les objectifs
La note de synthèse doit permettre au lecteur de connaître les principaux éléments d’un
«dossier » de manière à pouvoir, le cas échéant, se former un jugement ; et de là découlent les
règlent fondamentales de ce type d’exercice.

10-2 Méthode de note de synthèse


Relever les points essentiels des différents textes
Les classer d’une manière telle que le lecteur puisse rapidement comprendre quel est l’enjeu. Lorsque
différents points de vue s’opposent, la note de synthèse ne doit pas masquer ces oppositions : les
clarifier éventuellement les relativiser ( mais le lecteur doit pouvoir connaître les différentes thèses
qui s’affrontent.)
N.B : Ne pas faire une sorte de résumé des différents textes, mis bout à bout.
La note de synthèse est conçue pour un lecteur pressé. Pas de détaillisme. Ne pas tenir
compte des particularités du style.
Rendre compte fidèlement du dossier.

NB : Tous les textes doivent être utilisés, y compris lorsqu’ils paraissent sans intérêt ou
discutables. S’effacer derrière les auteurs - Eviter toute présentation tendancieuse.
Mettre en ordre les différents aspects du dossier de manière à faire apparaître clairement les
approches différentes (voire les oppositions) qu’il contient. Adopter un style clair et concis.

10-3 Etapes de la note de synthèse


A noter par écrit les principaux aspects de chaque texte
- repérer le thème général commun à tous les textes et réunir les éléments d’une introduction
- définir un développement en deux ou trois parties et regrouper les principaux aspects des textes
au sein de ces deux ou trois parties.
- Rédiger la note sans faire transparaître sa propre position. Rendre compte avec fidélité du dossier.
- Rédiger éventuellement une « conclusion personnelle » qui traduit votre attitude ou votre opinion
(critique des éléments contenus dans le dossier ou apport des éléments nouveaux)..

EXEMPLE DETAILLE
L’exemple qui suit est emprunté aux annales du Brevet de Technicien Supérieur (session de 1979). Le
sujet était ainsi formulé :
Faites la synthèse des cinq documents ci-joints, et, dans une courte conclusion, présentez
votre point de vue sur les améliorations à apporter à l’urbanisme d’aujourd’hui ».

Dr MBOUOPDA David 70
Document I
La croissance urbaine
« Le rôle économique des villes, en particulier comme marchés de biens de consommation, a été
connu sous les civilisations les plus diverses. Cependant, l’urbanisation a pris une nouvelle
dimension à partir du milieu du XIXe siècle dans les pays occidentaux, et les problèmes qu’elle
pose aux gouvernements sont devenus encore plus complexes depuis deux décennies.
Le tableau ci-dessous résume ce phénomène en donnant le pourcentage moyen de la population
urbaine pour différentes décennies en France et aux Etats-Unis. En France, ce pourcentage était
passé à 70 au recensement de 1968. Des travaux récents conduisent à prévoir que la population
urbaine atteindra quelque 85% de la population totale française vers la fin de ce siècle ; le Royaume-
Uni avait déjà un taux d’urbanisation de 80% en 1961. ».

Périodes France Etats-Unis


1850-1860 27,2 17,9
1870-1890 33,4 27,1
1900-1910 42,6 43,0
1920-1930 48,9 49,2
1950-1960 60,3 67,2

Pourcentage moyen de la population urbaine dans la population totale (d’après les annuaires
démographiques des Nations-Unies).
Document 2
Il savait monter des murettes
« La montagne »
Jusqu’au sommet de la colline
« Ils quittent un à un le pays
Qu’importe les jours, les années
pour s’en aller gagner leur vie
Ils avaient toute l’âme bien née
loin de la terre où ils sont nés.
Noueuse comme un pied de vigne.
Depuis longtemps, il en rêvait.
De la ville et de ses secrets.
Les vignes, elles courent dans la forêt ;
du formica et du ciné
Le vin ne sera palus tiré
C était une horrible piquette ;
Les vieux , ce n’était pas original,
Mais il faisait des centenaires
Quand il s’essuyait, machinal,
A ne plus que savoir en faire
Dr MBOUOPDA David 71
S’il ne nous tournait pas la tête.
D’un revers de manche les lèvres ;
Mais ils savent tous à propos,
Tuer la caille ou le perdreau
Et manger la tomme de chèvre.

Refrain
Pourtant que la montagne est belle
Comment peut-on s’imaginer
En voyant un vol d’hirondelles
Que l’automne vient d’arriver ?

Avec leurs mains dessus leurs têtes

Document 3
« Cités nouvelles »

« On arrive à Sarcelles par un pont, et tout à coup, un peu d’en haut, on voit tout. Oh là ! Et je
croyais que j’habitais dans des blocs ! Ça, oui, c’étaient des blocs ! Ca, c’était de la cité de la vraie
cité de l’Avenir ! Sur des kilomètres des maisons, des maisons, des maisons. Pareilles. Alignées.
Blanches. Encore des maisons. Maisons, maisons, maisons, maisons, maisons, maisons, maisons,
maisons, maisons, maisons. Maisons. Maisons. Et du ciel : Une immensité. Du soleil. Du soleil plein
les maisons passant à travers, ressortant de l’autre côté. Des espaces verts, énormes, propres,
superbes, des tapis, avec sur chacun l’écriteau Respectez et faites respecter les Pelouses et les Arbres,
qui d’ailleurs ici avait l’air de faire plus d’effet que chez nous, les gens eux-mêmes étant sans doute
en progrès comme l’architecture.
Les boutiques étaient toutes mises ensemble, au milieu de chaque rectangle de maisons, de
façon que chaque bonne femme ait le même nombre de pas à faire pour aller prendre ses nouilles ;
il y avait même de la justice. Un peu à part étaient posés des beaux chalets entièrement vitrés, on
voyait tout l’intérieur en passant. L’un était une bibliothèque, avec des tables et des chaises
modernes de toute beauté : on s’asseyait là et tout le monde pouvait vous voir en train de lire ; un
autre en bois imitant la campagne était marquée : « maison des jeunes et de la culture » ; les jeunes
étaient dedans, garçons et filles, on pouvait les voir rire et s’amuser, au grand jour.
Ici, on ne pouvait par faire le mal ; un gosse qui aurait fait l’école buissonnière, on l’aurait
repéré immédiatement, seul dehors de cet âge à la mauvaise heure, un voleur se serait vu à des
kilomètres, avec son butin, un type sale, tout le monde l’aurait envoyé se laver (…) c’est
Dr MBOUOPDA David 72
l’architecture. Et ce que c’était beau ! J’avais vu autant de vitres. J’en avais des éblouissements, et en
plus, le tournis, à force de prendre la première à droite, la première à gauche, la première à droite,
la première à gauche ; j’étais dans la rue Paul Valéry, j’avais pris la rue Mallarmé, j’avais tourné dans
Victor-Hugo, et je me retombais dans Valéry et je n’arrivais pas à en sortir. (…)On pouvait se
promener cent ans sans jamais se croiser, à moins d’avoir pris une boussole et un compas de
marine. Mais ici, ils n’avaient que des jumelles. J’en vis deux, on voyait l’intérieur des maisons,
qui s’observaient d’un bloc à l’autre en trin de s’observer à la jumelle. Ça c’est une distraction. Et
puis ça fait penser.
Encore Verlaine, je l’avais déjà vu celui-là, je me dis que je ferais mieux de foncer droit et
j’aboutis sur un grillage. La limite. Il y avait une limite. Je renfonçai dans l’autre sens, le chemin
devint bourbeux, sale, j’étais dans les chantiers. On ajoutait des maisons une ou deux douzaines. Là
on voyait la carcasse, les grands piliers de béton. Ce qui serait bientôt les belles constructions
blanches ( …)
C’était beau, vert, blanc. Ordonné. On sentait l’organisation. Ils avaient tout fait pour qu’on
soit bien ; il s’était demandé ; qu’est-ce qu’il faut mettre pour qu’ils soient bien ? Et il l’avait mis.
Ils avaient même mis de la diversité : Quatre grandes tours, pour varier le paysage : ils avaient fait
des petites collines, des accidents de terrain, pour que ce ne soit pas monotone : il n’y avait pas deux
chalets pareils, ils avaient pensé à tout, pour ainsi dire, on voyait leurs pensées, là, posées, avec la
bonne volonté, le désir de bien faire, les efforts, le soin, l’application, l’intelligence, jusque dans les
plus petits détails. Ils devaient être rudement fiers ceux qui avaient fait çà.
Le matin, tous les hommes sortaient des maisons et s’en allaient à Paris travailler ; un peu
plus tard c’étaient les enfants qui se transféraient dans l’école, les maisons se vidaient comme des
lapins ; il ne restait dans la Cité que les Femmes, les vieillards et les invalides. (…) Le soir, tous les
maris revenaient, rentraient dans les maisons, trouvaient des tables mises, propres, avec des belles
assiettes, l’appartement bien briqué, la doue chaleur, et voilà une bonne soirée qui partait, non dieu,
non dieu , c’était la perfection ».
Christiane Rochefort
« Les petits enfants du siècle »

Document 4
« ville verte et relations humaines »
« L’urbanisme a pris la rue en horreur. Et les parcs aussi, et les squares verts, si étonnant que
cela paraisse dès l’abord. Les urbanistes contemporains rêvent de villes vertes, mais sans rues et sans
parcs. Ont-ils tort ? Ont-ils raison ? (…).

Dr MBOUOPDA David 73
N’aimerez-vous pas vivre dans une ville qui serait un immense parc ? Aujourd’hui la plus
agréable des villes, qu’est-ce ? Un Désert de pierre, avec des oasis vertes, le calme dans l’oasis. On
habite au milieu du tintamarre des pierres. On va, de loin en loin, faire un tour de promenade dans
la verdure et le calme. Ne serait-ce pas mieux, disent-ils, si les maisons étaient un peu à l’écart des
rues où circulent les voitures et disséminées dans une verdure partout répandue ? Naturellement, il
faudrait bâtir les maisons en hauteur pour laisser la place à l’herbe, aux arbres et aux fleurs.
Imaginez alors : vous pourriez rentrer chez vous en empruntant un petit chemin pour piétons, une
sorte d’allée, vous prendriez la rue verticale d’un de vos ascenseurs, puis la rue horizontale, dans
l’immeuble, à l’étage où vous avez votre appartement.
Chez vous, quelle vue ! Quelle clarté ! Quel soleil ! Libérés de la sujétion de la rue, les
architectes vous disposeront les blocs d’habitation selon le soleil et le paysage, dans un ordre
rationnel ; ils pourront établir ce qu’ils appellent : un plan-masse, c’est-à-dire le plan de répartition
des volumes bâtis et des espaces libres, au mieux du site.
Donc, pour avoir le soleil chez vous, l’arbre à votre porte et une belle vue de votre fenêtre,
mort à la rue !
Ce système a une conséquence esthétique : la notion de façade, en architecture n’a plus de
sens. C’est la rue qui faisait la façade. Harmonieuse et ornée, sur le devant, la maison était souvent
derrière, sur la cour.
Dans le Centre de la ville, fût-ce pour les somptueuses ordonnances urbaines et aux
périodes où la préoccupation esthétique était triomphante, dans le cas où elle nous semblerait avoir
été exclusif ou peu s’en faut, l’architecture en restait aux dimensions. Le plus éclatant des exemples,
le plus provocant ; la Place-Vendôme. Elle a été conçue pour être une place en l’honneur du Roi,
c’est-à-dire le cadre majestueux pour la statue centrale. Mansart a dessiné et fait construire les
façades. Mais les façades seulement !
Et rien derrière. Comme un décor de théâtre ! Ensuite on a vendu le terrain avec les façades
debout. Derrière, mettez ce que vous voudrez…
Le souci de l’hygiène, le désir de donner aux citadins, air, soleil et verdure ont ainsi conduit à
ce que certains urbanistes appellent la ville verte, avec son architecture à trois dimensions. Ils se
flattent de remettre la nature dans la grande ville un peu de campagne, du moins. C’est ce qui les a
conduit à dénoncer la malfaisance de la rue.
Les premiers urbanistes, il y a un demi-siècle, avaient cherché la solution en dehors de la
ville. Ils prêchaient l’évangile de la cité-jardin. Loin du centre, aux champs, ils pensaient créer, des
villes bucoliques. De vraies petites villes, dotées du confort urbain, comblées des bienfaits de la
nature. Las ! les bises de l’exil soufflent sur ces cités-jardins. Les habitants s’y sentent un peu au
désert, citadins déplacés, réduits au cinéma unique, contraints à une existence norme, en fin de
Dr MBOUOPDA David 74
compte et un peu rapetissée, dans une agglomération artificielle. On en vint alors à l’idée de la cité-
jardin cette fois dans les villes, et non plus en marge. C’est sûrement plus sage.
Est-ce parfait ? Ne nous vient-il pas à l’esprit quelques appréhensions ?
La ville-jardin, la plus idéale, celle qui répondait le plus parfaitement aux visions des
urbanistes d’aujourd’hui, elle pourrait être ratée et même, en un certain sens, peu humaine. Jusqu’ici
la rue a été avec les boutiques, les vitrines et les étalages, les cafés du coin, le trottoir où l’on se
croise, se coudoie, un étonnant moyen de rapprochement entre les hommes. Même l’illogique
mélange dans les villes des ateliers et des logis, la présence d’entreprises dans les quartiers,
l’habitation, tout concours à créer l’animation. La rue favorise évidemment la vie sociale. Ces blocs
d’habitation et ces montagnes de ciment, qui seront la bonne distance les unes des autres ; ne vont-ils
pas dénouer un peu ces liens, espacer et refroidir les relations humaines ? Avec cette stricte
répartition du périmètre où l’on habite, du périmètre réservé au commerce, du quartier où l’on
travaille, on se demande si la ville ne va pas être trop brisée, trop écartelée, désintégrée, si elle ne va
pas paraître un peu somnolente et vivre au ralenti.
Peut-être nous faisons-nous des idées… Mais une ville est chose si complexe ! Le véritable
urbanisme doit dépasser la technique. Que tous les immeubles soient correctement orientés, que la
répartition en soit rationnelle et juste, que les espaces verts apportent l’air pur, que les circulations
soient judicieusement aménagées, tout cela fera sans doute une ville confortable. Mais forcément une
vraie cité ».

Marcel CORNU.
Document 5
« Des habitants d’une ville en rapide développement - en l’espèce, celle de Juvisy dans la
banlieue parisienne – s’organisent pour mettre en discussion le plan d’occupation des sols ( POS)
avant que l’administration n’ait établi et publié le sien. Exposition, débats inter quartiers, réunions
publiques, contre-projets, tout s’envisage, se dit, se montre. Aucun aspect de la gestion - équipement,
rénovation, circulation et stationnement, etc. n’est laissé dans l’ombre. Il faudra bien tenir compte de
ces avis.
Dans le Maine-et-Loire, une association met sur pied des groupes de formation permanente
reposant sur le principe de la pédagogie mutuelle. La participation est soutenue, les résultats
surprenants. Même principe dans une autre région pour une association de culture populaire qui
suscite la création de foyers de jeunes travailleurs où l’initiative, la discussion, l’effort d’organisation
sont le fait des jeunes eux-mêmes.

Dr MBOUOPDA David 75
A roder, un groupe lance une enquête sur les difficultés de remboursement par la sécurité
sociale, le coût de la médecine libérale, les problèmes de l’hospitalisation, des soins à domicile, le
tiers payant, etc.
Et ainsi de suite, Ici ce seront des clubs de consommateurs à l’ambition modeste mais
précise : Apprendre aux ménagères à tenir tête à leur boucher, obtenir la dénonciation d’un accord
des boulangers de la ville interdisant le partage du pain dans les zones d’habitation sans commerce,
tenter des expériences communautaires de toutes sortes. Là, des mouvements spontanés, de
groupements d’usagers, de citoyens, de travailleurs réveillent les municipalités, les administrations,
les comités d’entreprise, s’essaient à des actions sociales, culturelles, défense contre la pollution et
les nuisances, d’animation par des fêtes de quartier ou de la localité ».

Pierre VIANSSON-PONTE « le Monde », 19/09/1975

Analyse de L’exemple
Première étape : Recensement des principaux aspects de chaque document.
Document 1
Ampleur du phénomène d’urbanisation.
Le phénomène a changé de dimension à partir du milieu du 13e siècle.
Il concerne tous les pays occidentaux.
La part de la population urbaine dans la population totale a crû rapidement et continue à croître.
La grande majorité de la population des pays occidentaux vit désormais dans les villes.

Document 2
Contrepartie de la croissance urbaine : l’exode rural.
Raisons de l’exode rural : Motifs économiques ; Attrait de la vie urbaine, contrainte de la vie rurale.
Remarques nostalgiques sur la qualité de la vie antérieure et sur la médiocrité de la nouvelle vie
urbaine.

Document 3
Critique sévère des « villes nouvelles ».
Uniformité et monotonie des constructions.
Nivellement des individus.
Univers étouffant (trop rationnel, trop fonctionnel, trop transparent).
Difficultés de repérage (similitude des rues), absence « d’identité » architecturale de la ville nouvelle.

Dr MBOUOPDA David 76
Les villes nouvelles ne sont pas « vivantes », elles se vident d’une large partie de leurs habitants durant
la journée.
Sentiment de manque de liberté, dû au fait que les moindres détails ont été planifiés : il n'y a pas de
place pour l’initiative individuelle.
Impression générale d’enfermement et de médiocrité.

Document 4
Critique de certains aspects de l’urbanisme moderne.
Celui-ci tend à supprimer deux caractéristiques essentielles des villes traditionnelles : Les rues et les
parcs.
Pour les urbanistes modernes, la verdure doit être répandue partout ; les habitations doivent donc être
construites en hauteur et à l’écart des rues, afin que l’on puisse créer un ensemble harmonieux
comprenant des logements et des espaces-verts intégrés.
D’où la disparition, dans les quartiers ainsi aménagés, des rues traditionnelles : Et le désintérêt pour
les façades, dont l’art n’a de sens qu’en fonction de ces rues.
Cette idée des «villes vertes » reprend sous une forme différente l’idée qui a présidé à la
construction de «villes nouvelles » à la campagne. Mais ces villes nouvelles souffrent de nombreux
défauts : transports, monotonie, existences rapetissées. L’idée des « villes vertes » paraît donc
supérieure puisqu’il ne s’agit pas de construire à l’écart des agglomérations, mais de transformer les
villes existantes ou de la compléter.
Cependant la remise en question de la rue traditionnelle est également dangereuse. Celle-ci est
un instrument de vie sociale, de rapprochement des hommes : Un urbanisme se voulant rationnel
risque de supprimer l’animation des quartiers. Il convient d’éviter une approche trop technique, trop
fonctionnaliste de l’urbanisme.

Document 5
développement du phénomène associatif
Premier exemple : activités d’une association en matière d’urbanisme, organisant des débats, autour
du futur plan d’occupation des sols. Ces activités ne pourront être ignorées par les autorités
compétentes.
Autre exemple : formes associatives de formation personnelle et d’action culturelle
Autres exemples encore : activités d’association dans les domaines tels que la médecine ou le
commerce
Dr MBOUOPDA David 77
D’une manière générale, l’action spontanée des citoyens joue un rôle de plus en plus important
dans les domaines directement liés à la vie quotidienne.

Deuxième étape : Repérage du thème général et esquisse d’une introduction.


Thème général : l’urbanisation et les critiques qu’appellent ses formes modernes.
Esquisse d’une introduction : en première approche, l’urbanisation parait liée à une valeur
communément acceptée, à savoir le progrès économique et social. Pourtant l’urbanisme
contemporain et les formes actuelles de la vie urbaine sont souvent critiqués et mal ressentis.
Comment expliquer ce décalage ? Faut-il incriminer les modalités présentes de l’urbanisation ?
Troisième étape : Définition des parties du développement et regroupement au sein de celles-ci des
principaux aspects des textes. Dans le cas présent, le plan suivant peut-être proposé.
Première partie : Importance du phénomène d’urbanisation.
Ce phénomène est remarquable par son ampleur : il a changé de dimension à partir du milieu du
19ème siècle ( doc.1) avec le développement de l’exode rural ( doc.2) ; il concerne tous les pays
occidentaux et se poursuit encore à l’heure actuelle ( doc.1). Désormais, la grande majorité de la
population de ces pays vit dans des villes.
L’urbanisation répond à des causes profondes : des motifs économiques, mais aussi des motifs
psychologiques tels que l’attrait de la vie urbaine et les contraintes de la vie rurale (doc.2).
L’urbanisation aboutit à une transformation des modes de vie : le rythme des déplacements vers le
travail ( doc.2 et 3) le desserrement des liens sociaux ( doc.3), la remise en question d’aspects
traditionnels de la ville telles que les rues commerçantes ( doc.3), la standardisation des constructions,
des comportements et des consommations ( doc.2 et 3) font apparaître une façon de vivre fort
différente de celle du passé.

Deuxième partie : les aspects critiquables des formes actuelles de l’urbanisation


Les formes actuelles de l’urbanisation particulièrement dans le cas des « villes nouvelles », sont
sources de nouvelles contraintes qui donnent une impression générale d’enfermement et de
médiocrité(doc.2 et 3). L’uniformité des constructions, leur monotonie, créent une ville sans identité,
où on ne parvient pas à se repérer, et qui manque de vie en raison des migrations quotidienne des
habitants ( doc.3) les transformations de certains quartiers de grandes villes aboutissent à la
disparition des rues traditionnelles, tendent de même à restreindre la vie sociale et à supprimer
l’animation ( doc.4). D’où le sentiment d’un nivellement des individus (doc.3) et d’une dégradation
de la qualité de la vie (doc.2)
La volonté de planifier le développement urbain, de concevoir des ensembles urbains rationnels et
fonctionnels, destinés à garantir le bonheur de leurs habitants, a des conséquences perverses (
Dr MBOUOPDA David 78
doc.3). Elle aboutit à la naissance d’un univers étouffant, d’où la fantaisie et l’initiative individuelle
semblent bannies ( doc.3) comme les moindres détails ont été planifiés, et comme la conception
d’ensemble cherche à rendre transparents les rapports humains et à éliminer toute inégalité,
l’impression ressentie est celle d’un manque de liberté, de diversité ( doc.3) et finalement d’un milieu
peu humain ( doc.4). A partir d’intentions qui paraissent excellentes et justifiées sur le plan du
raisonnement, l’on peut obtenir, dans le cas de l’urbanisme, des résultats fort décevants. C’est ainsi
que le désir de généraliser la présence d’espace vert au sein des ensembles immobiliers, de manière
à obtenir l’harmonie et l’agrément, entraîne la disposition des rues traditionnelles et le désintérêt
pour les façades qui n’ont de sens que par rapport à celles-ci. De là, découlent la perte d’une source
de beauté et d’un lieu de rencontre des individus et d’animation culturelle et sociale.

Troisième partie : les attitudes des citadins.


La réaction des individus face aux phénomènes qui viennent d’être décrits n’est pas toujours
constructive. Certains semblent s’adapter (doc.3) à «l’existence rapetissée » (doc.4) qu’entraînent les
nouvelles formes d’urbanisme. D’autres éprouvent sans doute de la nostalgie pour les formes de vie
d’autrefois (doc.2)
Mais l’urbanisation actuelle suscite aussi des réactions plus positives, s’exprimant par le biais
d’associations. Divers exemples (doc.5) montrent qu’il existe chez certains citoyens une volonté de
ne pas laisser d’autres personnes décider de certains aspects de leur vie quotidienne, qu’il s’agisse
d’urbanisme, de culture ou de santé. Les activités de ces associations sont suffisamment importantes
pour que les personnes auxquelles elles s’adressent ne puissent pas les ignorer. (doc.5)
NB. : Pour les raisons de lisibilité, le plan détaillé ci-dessus a été écrit pratiquement sans abréviations
ni simplifications. Mais lors d’un examen, une telle pratique entraînera une perte de temps fort
inutile. Le plan détaillé doit au contraire être composé en style « télégraphique », avec les abréviations
de chacun : il suffit de se comprendre soi–même. C’est seulement au moment de rédaction définitive
que doit intervenir l’effort du candidat pour être complet et lisible il n’en est pas moins indispensable
de composer le plan détaillé avant de passer à l’étape de la rédaction. (Moyennant un entraînement
suffisant, les trois premières étapes de la note de synthèse doivent pouvoir être effectuées rapidement).
Quatrième étape : Rédaction de la note
Le développement de l’urbanisation dans les pays occidentaux a été lié aux progrès du commerce et de
l’industrie : la croissance économique. On pourrait donc s’attendre à ce que l’urbanisation soit elle –
même considérée comme un progrès, un aspect positif de notre époque. Pourtant il est clair que les
formes actuelles de la vie urbaine, ainsi que l’urbanisme contemporain, sont souvent critiquées et
pour le moins mal ressentis En d’autres termes, alors que la croissance économique vente un
objectif très largement partagé dans les pays occidentaux, l’urbanisation qui découle suscite des
Dr MBOUOPDA David 79
oppositions et un malaise. Comment peut-on expliquer ce décalage ? Faut-il incriminer les
modalités présentes de l’urbanisation ?
L’urbanisation s’est constamment accélérée depuis le milieu du XIXème siècle, et se poursuit
encore aujourd’hui. Ce phénomène concerne tous les pays occidentaux, où désormais la grande
majorité de la population est composée de citadins.

L’ampleur de ce mouvement traduit de profondes transformations économiques, mais aussi une


évolution psychologique à côté des acteurs économiques, des motifs tels que le prestige lié à
certains aspects de la vie urbaine moderne, et la prise de conscience des contraintes propres aux
professions agricoles, ont contribué à accentuer l’exode rural.
Les modes de vie s’en sont trouvés bouleversés. Une rupture s’est produite non seulement par
rapport aux habitudes rurales, mais aussi par rapport à certaines caractéristiques de la vie urbaine
d’autrefois. Les migrations vers le travail, le desserrement des liens sociaux, la remise en question de
certains aspects traditionnels des villes ( par exemple l’existence de rues commerçantes), la
standardisation des constructions, des comportements et des consommations tendent à faire apparaître
une façon de vivre fort différente de celle du passé
Cette nouvelle façon n’est cependant pas acceptée sans malaise. Les formes actuelles d’urbanisation,
particulièrement dans le cas des « villes nouvelles », font peser sur les citadins des contraintes qui
laissent une impression générale d’enfermement, de la médiocrité. L’uniformité des constructions
donne des villes monotones, sans identité, où l’on manque de repères. Les déplacements quotidiens
des habitants créent une atmosphère morne. Les transformations de certains quartiers des grandes
villes, entraînant la disparition des rues traditionnelles, tendent de même à restreindre la vie sociale et
à réduire l'animation habituelle. D’où le sentiment d’un nivellement des individus, dont la diversité
ne peut plus se manifester, et d’une dégradation de la qualité de la vie.
De plus, il apparaît que la volonté de planifier le développement urbain et de concevoir des
ensembles immobiliers rationnels et fonctionnels a bien souvent des conséquences perverses. A trop
vouloir garantir, dans les moindres détails, le bonheur des habitants, l’on produit un univers
étouffant d’où la variété, la fantaisie et l’initiative individuelle semblent exclues.
Les conceptions globales des urbanistes qui cherchent à rendre transparents les rapports humains et
à éliminer les inégalités, à intégrer l’ensemble des aspects de l’existence, font éprouver un sentiment
d’absence de liberté et une impression d’inhumanité.
Devant ces aspects particulièrement critiquables de l’urbanisme contemporain, les habitants
n’adoptent pas toujours une attitude constructive. Certains semblent s’adapter ou se résigner ;
d’autres se réfugient dans la nostalgie pour les formes de vie d’autrefois.

Dr MBOUOPDA David 80
Mais il existe des attitudes plus positives et plus actives, s’exprimant par le biais d’associations.
Divers exemples montrent qu’il existe chez de nombreux citadins une volonté de ne pas laisser à
d’autres personnes le soin de décider de certains aspects de leur vie quotidienne. Qu’il s’agisse
d’urbanisme, d’éducation, de culture ou de santé, les associations se multiplient et parviennent à
donner assez d’ampleur à leurs activités pour qu’il soit désormais impossible de ne pas en tenir
compte.

Cinquième étape : Rédaction de la conclusion


Certaines des formes actuelles du développement urbain appellent indiscutablement de sérieuses
réserves. Le malaise qu’expriment plusieurs des textes du dossier est bien réel ; l’on pourrait
d’ailleurs souligner d’autres aspects critiquables de l’urbanisme contemporain, tels que l’insuffisante
prise en compte du problème du bruit, le développement d’une ségrégation par quartiers, etc.
Il convient d’éviter toutefois les appréciations unilatérales sur l’évolution enregistrée durant les
dernières décennies. Les conditions d’habitation et les modes de vie du siècle dernier ne doivent pas
être idéalisées : bien souvent le développement urbain récent a été l’occasion pour les familles
intéressées d’abandonner un logement exigu et insalubre. Et l’exemple de l’urbanisation actuelle
des pays du tiers monde, qui se développe à un rythme extrêmement rapide, permet de prendre
conscience de la réussite relative des pays occidentaux : bien des éléments de confort-, acquis depuis
longtemps dans les pays développés où ils passent inaperçus apparaissent comme inaccessibles dans
certains autres pays : C'est par exemple le cas de l’élimination des eaux usagées et des ordures ou de
l’existence de transport collectifs fiables.
Ces remarques n’ont pas pour but de nier la nécessité de corriger certains aspects néfastes de
l’urbanisme actuel. Certains textes du dossier, en critiquant la volonté des urbanistes contemporains
de repenser globalement de la vie urbaine, mettent sans doute l’accent sur le point essentiel. L’on
pourrait citer la formule de Goya : « le songe de la raison produit des montres ». L’ambition d’un
urbanisme parfaitement rationnel et fonctionnel, rompant radicalement avec le passé, ne répond pas
aux aspirations effectives des citadins et provoque un sentiment d’écrasement de l’individu.
Il convient donc, au contraire de concevoir un développement urbain en continuité avec la ville
traditionnelle, c’est-à-dire en conservant certaines caractéristiques telles que l’existence d’artères
commerçantes, de marché et d’une animation spontanée liée au fait que les habitations sont conçues
en fonction des vues et ne constituent pas des ensembles repliés sur eux-mêmes.
Par ailleurs, si un effort de cohérence urbanistique est indispensable, il doit être plus négatif (se
manifestant par l’interdiction de certain portant atteinte aux caractères des lieux ) que positif (c’est-
à-dire correspondant à la volonté des urbanistes d’imposer aux citadins une conception globale.).

Dr MBOUOPDA David 81
Au total, l’urbanisme doit davantage prendre en compte des désirs des premiers intéressés, les
habitants actuels et futurs, et préserver leur capacité de prendre des initiatives.

Exercices d’entraînement sur la note de synthèse


Exercice 1 :

UNIVERSITE DE DSCHANG
INSTITUT UNIVERSITAIRE DE REPUBLIQUE DU CAMEROUN
TECHNOLOGIE FOTSO VICTOR DE Paix- Travail -Patrie
BANDJOUN

DEPARTEMENT DES
ENSEIGNEMENTS GENERAUX
ENSEIGNANT : Dr David MBOUOPDA

EXAMEN DE FIN DE SEMESTRE

Niveau : Licence Technologique


Durée : 3heures
Epreuve : Culture et Communication française

Le candidat lira minutieusement tous les textes avant de répondre à toutes les parties des questions.

Questions
Vous ferez une note de synthèse objective, concise et ordonnée des trois documents suivants,
puis dans une brève conclusion, vous formulerez un jugement sur le problème qu’ils évoquent.

1-CETTE IMPUISSANCE TOTALE A PREVOIR QUOI QUE CE SOIT


Nous ne savons prévoir, déplorait naguère Jean Fourastié, ni une guerre, ni une crise, ni une
révolution. En fait c’est l’homme qui est imprévisible à lui-même, et l’étude des phénomènes humains
s’accommode difficilement d’une analyse scientifique rigoureuse.

On ne cesse de faire des prévisions, des calculs de futur, des scénarios, des futuribles, et l ’on
raffine les méthodes (on n’en est plus aux extrapolations simplistes), et l’on se délecte du paramètre et
des statistiques, et l’on a agi avec volupté dans le calcul des probabilités. Je voudrais rappeler

Dr MBOUOPDA David 82
durement que jamais ce que les prévisionnistes avaient prévu ne s’est produit, et que réciproquement
tout a sans cesse joué sur des accidents que personne (ou presque) n’avait prévus ! Je ne prends que
les grands événements. D’un mot il faut rappeler que toutes, absolument, les prévisions
démographiques depuis 1945 ont été démenties par les faits. De même tout le monde a répété à
satiété que la « crise du pétrole », personne, aucun économiste ne l’avait prévue. Tous les calculs
en 1970 étaient faits sur la base du pétrole bon marché. Et de fait, rien ne pouvait faire prévoir
(sauf une réflexion d’un autre type, non scientifique !) cette rébellion des peuples arabes producteurs.
Cette saisie de l’énergie comme arme. Or, tout, au point de vue économique, dépendait de cela. Mais
je peux multiplier les exemples. Qui a prévu effectivement le mouvement général des peuples
colonisés vers la décolonisation ? En 1950 encore, personne malgré « l’affaire d’Indochine ». On,
ronronnait sur de nouvelles modalités de relations avec le Tiers-Monde. Qui a prévu, en remontant
plus loin, que Hitler disait vrai quand il annonçait ce qu’il allait faire, et que Staline mentait en disant
tout autre chose que ce qu’il faisait. Reprenez les analyses des spécialistes des sociologues, des
politologues, des économistes de l’époque : ils se sont tous exactement trompés, dans la mesure où ils
restaient inclus dans leur science. Voyaient, prévoyaient, annonçaient, d’autres, des intellectuels, non
spécialistes, des spirituels, des artistes, des politiciens engagés dans «l’autre bord ». Il y avait de tout,
une épouvantable mêlée d’opinions et de contradictions. Où l’on peut bien entendu trouver des
hommes qui ont en effet exactement prévu ce qui s’est passé, mais qui l’ont fait par conviction, et sans
base scientifique, et il n’y avait pas de raison de croire ceux-là plus que les autres qui disaient le
contraire… Et qui, plus récemment, a annoncé économiquement parlant l’effondrement du dollar en
1976, et qui a prévu la rupture de la croissance et la plongée dans le chômage et l’inflation ?
Personne, exactement personne. Je me rappelle un petit exemple. Au moment de la révolution de
Castro, j’avais une grande confiance en cet homme, j’étais convaincu qu’il allait faire une révolution
de la liberté, et qu’il allait établir un régime peut-être nouveau. Malheureusement, quelques jours après
son arrivée au pouvoir, il proclamait une journée « justicialiste », où la foule déchaînée se livra à
tous les meurtres, inimaginable, c’était la pire méthode démagogique des dictatures […]
Ce serait l’objet d’un ouvrage entier que de reprendre étape par étape les erreurs énormes
commises par tous les spécialistes, tous les scientifiques, tous les économistes qui sont tout juste
capables de ramasser les faits quand ils ont eu lieu, et d’expliquer après pourquoi cela s’est produit.
Et tout devient alors très clair. Si clair que l’on n'arrive pas à comprendre comment il se fait que
personne n’ait rien prévu ! Comment donc les communistes éclairés d’aujourd’hui n’ont-ils pas
compris avant-hier ce qui s’est passé hier et qu’ils vous expliquent si bien !
Le péril tient à cette impuissance totale à prévoir quoi que ce soit. Mais je sais que vous
direz : « Il en fut toujours ainsi ! L’homme n’a jamais connu le futur et c’est pourquoi il a inventé les
dieux ! Et il y avait les voyants, les sorciers, les pythies, les oracles, les Urim et Tumin ; les
Dr MBOUOPDA David 83
haruspices, les vaticinations, les prophètes,… Or, notre problème n’est plus en rien celui-là : il
s’agissait alors de sonder l’obscurité du destin, l’inconnu des événements naturels, ou le mystère
d’une volonté des dieux ! Aujourd’hui il ne s’agit plus que de nous ». Nous, savants, techniciens,
politiciens, économistes qui détiennent les puissances autrefois cachées et indépendantes de la nature
et qui en usent, qui déclenchent les événements et les provoquent. Et voici, c’est en cela que nous
sommes devenus totalement incapables de prévoir. C’est simplement la suite, la conséquence, l’effet,
la conclusion de ce que nous-mêmes entreprenons. Et c’est cela qui devient la chose folle. Que l’on ne
prévoie pas une avalanche, une inondation, périls irrémédiables. Mais c’est de ne pas pourvoir
prévoir, en rien, ce que donnera la multiplication des centrales atomiques, le génie génétique,
l’intervention sur le cycle de l’eau.

[…] La montée des périls, c’est exactement la croissance démesurée des moyens de puissance que
nous détenons en étant totalement incapables de les maîtriser sur le futur.

Jacques ELLUL : La foi au prix du doute, Hachette, 1980.

2-LES INCERTITUDES DE LA SCIENCE ECONOMIQUE

Si les sciences de la nature ont pu atteindre des résultas spectaculaires et exaltants, la science
économique semble se heurter, elle, à des difficultés presque insurmontables, et pour ainsi dire à des
limites.

Le monde opère, avec une vitesse fulgurante, une mutation économique sans précédent, qui
le fait passer de l’ère des famines et de la durée moyenne de vie de vingt trois ans, à une véritable
abondance d’aliments et d’objets manufacturés, avec vie moyenne dépassant soixante-dix ans. Depuis
1950, les grandes crises économiques ont été supprimées et la production nationale s’élève au rythme
de 4 à 6% par an : ce qui, compte tenu de l’accroissement de la population et des investissements
nécessaires, permet dans les pays développés un doublement du niveau de vie, chaque vingt années.
Vraiment, il y aurait eu là de quoi sidérer nos ancêtres.

Mais en réalité, nous voyons bien que cette magnifique épopée est trouée de drames et de
déchirements. Les migrations professionnelles arrachent à leur habitat campagnard millénaire des
populations désemparées. Les inégalités conscientes donnent lieu à des revendications indéfinies et
harassantes pour tous les citoyens ; une frénésie superficielle comme dans leurs loisirs, l’inégalité du

Dr MBOUOPDA David 84
développement crée des tensions sociales et politiques entre régions d’un même pays et plus encore
entre pays riches et pays pauvres.

A l’égard de ces problèmes, la science est à peu près démunie. Sans doute, elle est ferme sur
les causes du progrès technique, des migrations professionnelles, des investissements. Sans doute,
elle met en évidence à la fois l’efficacité et la fragilité des grandes organisations économiques
actuelles. Mais quant au détail de la répartition des fruits, du progrès, quant à l’impatience, quant à la
frénésie, elle ne peut que renvoyer à la morale et à la sagesse.

Mais encore ; le soutien de la science économique manque même dans bien des domaines où
l’on penserait pouvoir le trouver : le désordre monétaire international est flagrant ; les docteurs
préconisent des remèdes divers et contradictoires. Crédit, fiscalité, finances, sont des domaines où
continue de régner un empirisme à court terme. Commerce extérieur, aide aux pays sous-développés,
sont à la fois le domaine de l’égoïsme des nations, de leurs luttes d’influence et de la confusion
doctrinale.

Et si les progrès de la science peuvent nous faire espérer dans l’avenir un meilleur éclairage
de certaines de ces questions, la question se pose de savoir si certaines autres, très importantes pour la
vie des hommes, se heurtent à de véritables limites. Par exemple d’importantes erreurs se sont
toujours inscrites depuis 1945 dans la prévision économique et dans la planification (objectifs
erronés, moyens inadaptés) ; pourtant les techniques de prévision ont fait beaucoup de progrès
depuis 1945 : mais l’organisation économique et sociale s’est faite plus complexe et plus sensible à
mesurer : Les moyens d’information font d’énormes progrès en étendue, en précision et en vitesse,
mais la réalité à décrire est de plus en plus vaste et de plus en plus rapidement évoluant comme en
physique nucléaire, il y a en économie une interaction entre la réalité et l’information : l’information
modifie le réel. Bien souvent l’échéance du temps intervient avant que la prévision et même
l’information aient pu être achevées. Les techniques de l’informatique et de l’électronique servent
autant et peut-être plus qu’à accélérer l’information et la prévision. Ainsi, pour le moment du
moins, la science économique court après le réel, et se trouve dans la situation où serait le physicien
si atomes et molécules, à peine identifiés, changeraient d’aptitudes, et le feraient d’autant plus vite
qu’ils seraient plus vite identifiés…

Et bien sûr, la science économique, pas plus que la physique, ne nous informe sur les
objectifs que l’homme doit s’assigner….

Dr MBOUOPDA David 85
Jean Fourastié, Lettre ouverte à quatre milliards d’hommes, Albin Michel ; 1970

3-L’INQUIETUDE MILLENARISTE ET SES FORMES MODERNES

Il y a quelque cinquante ans l’historien Guglienlmo Ferrero croyait discerner dans l’histoire de
la civilisation un effort constant pour libérer l’homme de la peur, il serait fort surpris, aujourd’hui,
d’entendre parler du retour de « l’angoisse millénaire ».

Parmi les analogies que révèle le rapprochement entre le xème et le XXème siècle, celle de leurs
inquiétudes respectives est l’une des plus significatives : l’angoisse millénaire parait aujourd’hui
plutôt diversifiée qu’apaisée, et le masque laïque qu’elle revêt n’en cache guère l’acuité. Si le thème
d’une fin du monde ordonnée par plan divin ne suscite de crainte que dans les milieux restreints, il est
relayé par une gamme illimitée de perspectives cosmiques, biologiques ou sociales que les progrès de
la science font entrevoir sans les préciser et donc la science fiction exploite et développe le marché.
Des tremblements de terre d’une collision d’astres à quelque changement, même faible, de
température ou de climat, d’une modification incontrôlable des programmes cellulaires à l’explosion
d’une galaxie, que prévoir et que maîtriser ? Ce que le hasard a fait, dans l’infiniment grand comme
dans l’infiniment petit, le hasard peut le défaire et quelle providence, quelle nécessité y ferait-elle
obstacle ? Le maintien de l’équilibre astronomique, des conditions climatiques et géologiques de la
vie terrestre et de la stabilité organique est-il plus probable que n’importe laquelle des hypothèses
contraires, et pourquoi ? Quelques importants que soient les moyens que la science donne à
l’homme pour subvenir à sa vie quotidienne, ils ne sont pas à la mesure des incertitudes qu’elle
découvre à l’unanimité quant à son destin. L’extinction du système solaire est un terme chiffrable :
nulle disposition pratique ne peut l’exclure ni l’ajourner : nombre d’hypothèses le précipitent ;
d’autres menaces du même ordre sont plus proches, d’autres plus pressants.
Il y a pire parce que plus intime : les pouvoirs que l’homme s’est acquis accroissent les
risques de destructions, créent aussi ceux d’un anéantissement global. L’incendie des tours ou des
réservoirs de carburant, la déflagration des dépôts de matières dangereuses, l’effondrement des
barrages, le naufrage des pétroliers géants suscitent des craintes qui s’aggravent par accumulation. La
civilisation moderne est d’autant plus fragile qu’elle est plus complexe, plus nerveuse et plus
sophistiquée. Les dangers d’explosion atomique, accidentelle ou délibérée, le gaspillage des ressources
terrestres, l’inflation démographique, les perspectives de pollution généralisée, image laïque du
péché, créent les conditions d’une grande peur nouvelle.

Dr MBOUOPDA David 86
La peur est dangereuse quand elle mène au vertige, au désespoir, aux folies individuelles ou
collectives. Si la pensée chrétienne a pris quelques distance à l’égard de Saint-Jean à Patnos,
l’Apocalypse continue d’inspirer nombre de mythes ; Grand soir, déclin de l’Occident, crépuscule des
dieux, invasion jaune écospasme, irruption d’êtres extra-terrestres, capitaine Némo, docteur No,
famine universelle, nourrissent les imaginations, et bien que nombre de ces thèmes relèvent de la
spéculation ou de la distraction, certains deviennent ici et là des programmes d’action. La violence
naît de la peur, comme la peur de la violence, et leur aggravation réciproque est un tourbillon auquel
une distance gardée en temps utile permet seule de résister : Si prévoir les catastrophes est
indispensable pour les prévenir, elles peuvent être précipitées par l’angoisse qu’elles inspirent.

Fussent-elles couvertes par une assurance sociale rationnelle, universelle et de surcroît,


miraculeusement équilibrée, l’inquiétude humaine ne s’éteindrait pas. Aux mythes apocalyptiques
s’opposent et s’ajoutent les hantises du tarissement, de l’épuisement et du vieillissement, de la stérilité
et de la tranquillité : leur gamme s’étend de la rêverie au cauchemar. L’humanité renouvellera t-elle
avec les ressources en matières premières et en énergie dont elle a besoin, le ressort intellectuel et
moral qui lui a permis de les découvrir et de les mobiliser ? La recherche du bonheur mène-t-elle à
une servitude sans recours, à une veulerie sans espoir, à une médiocrité sans éveil ? La précipitation
fiévreuse de l’histoire est-elle un prélude à une morne stabilisation ? Cartésien, Gobineau entrevoit
un monde immobile et à demi mort d’ennui, classes races et conditions confondues ; en différer,
l’avènement est pour lui la seule tâche digne de l’homme. L’achèvement de la dialectique en
synthèse finale est de même une idée aussi essentielle à Hegel que les aventures des antinomies :
l’image germanique qu’il en esquisse déprime pourtant les plus fervents de ses admirateurs. Le cher
nouveau monde de Huxley, imprégné d’humour britannique mêle litote et caricature. De ces
anticipations, le progrès scientifique et technique fournit la menue monnaie, majore la crédibilité et
favorise la diffusion : Anabolisants et ralentisseurs, tranquillisants et contraceptifs développent leur
idéologie, leur technologie et leur clientèle. De la croissance Zéro des économistes au contrôle
planifié des naissances, à la production en laboratoire ou en usine de l’être humain, à la
prédétermination rationnelle des effectifs, des aptitudes des vocations et des comportements, la
recherche d’un ordre paisible oriente l’effort, se prête aux extrapolations et alimente les prospectives.
Mais de quel ordre paisible s’agit-il ? Indépendamment des accidents imprévisibles que le
dérèglement des mécanismes qu’il suppose peut provoquer ; sa valeur est un problème, et les
conditions de son application en affectent les données, en compromettent les postulats, en
assombrissent les prémices. Faudra-t-il se soumettre aux disciplines d’un ordinateur central,
omniscient, omniprésent et omnipotent, d’un Big Brother aussi inaccessible et souverain, mais moins
discret et libéral, que jadis le Père Éternel ? Ou bien le programme miniaturisé inscrit à chaque
Dr MBOUOPDA David 87
individu suffira-t-il à lui garantir, avec l’utilité sociale de son action, une ration satisfaisante de désirs
et de plaisirs privant de tout objet, recherche individuelle, discussions collectives et pouvoir
gouvernemental ? Si un monde ordonné et pacifié est le meilleur des mondes possibles, ne conduit-il
pas l’humanité, comme la Vierge Marie à la Dormition ? Dans la mesure où il rend vraisemblable la
réalisation des utopies les plus aventureuses, le progrès technique, économique et social en dégrade
l’attrait ; C’est avec quelque soulagement qu’on apprend chaque jour des savants que l’achèvement
triomphal de la science et de ses applications n’est ni, assurément, pour demain ni, probablement,
pour jamais.

Jacques DONNEDIEU DE VABRES, Vent d’espoir sur la démocratie, Édition Jean Cyrille Godefroy,
1985.

10-4 Éléments pour la note de synthèse

Thème principal : La politique et l’économie, domaine de l’incertitude

1ère partie : un constat


Toutes les prévisions des sociologues, des politologues, des économistes sont démenties par
des faits ( cf. textes J. Ellul, Jean Fourastié)

2ème partie : causes d’erreurs


La complexité du monde moderne : en particulier la complexité des faits économiques ( J.
Fourastié) ; La vitesse « fulgurante » de la mutation économique ( J. Fourastié), l’éloignement des
réalités ( J. Donnedieu de Vabres).

3ème partie ; Bref.


« Une épouvantable mêlée » d’opinions et de contradictions (J. Ellul). Des tensions sociales
et politiques constantes ( J. Fourastié). La peur (J. Donnedieu de Vabres).

A la fin, vous élaborerez un argumentaire, une petite dissertation en guise de


conclusion. Celle-ci soutient vos propres vues sur les questions soulevées.

Dr MBOUOPDA David 88
Exercice 2

UNIVERSITE DE DSCHANG REPUBLIQUE DU CAMEROUN

INSTITUT UNIVERSITAIRE DE Paix- Travail -Patrie


TECHNOLOGIE
FOTSO VICTOR DE BANDJOUN

DEPARTEMENT DES
ENSEIGNEMENTS GENERAUX

ENSEIGNANT : Dr David MBOUOPDA

EXAMEN DE RATTRAPAGE

Niveau : Licence Technologique


Durée : 3heures
Épreuve : Culture et Communication Française

Le candidat lira minutieusement tous les textes avant de répondre à la question

Question
Vous ferez la synthèse, précise et ordonné des trois textes suivants qui posent le problème
des rapports de l’Occident avec le Tiers -Monde.

Texte 1- « LA CIVILISATION NE SE DISTRIBUE PAS EGALEMENT. »


Le monde n’est pas près de s’uniformiser ou de réaliser son unité : ces tendances sont
contrariées par les résistances de civilisations particulières et surtout par leur plus ou moins
grande aptitude à tirer parti du progrès technique.
Tous les observateurs, tous les voyageurs, enthousiastes ou maussades, nous disent
l’uniformisation grandissante du monde. Dépêchons-nous de voyager avant que la terre n’ait partout
le même visage ! En apparence, il n’y a rien à répondre à ces arguments, Hier, le monde abondait en
pittoresque, en nuances, aujourd’hui, toutes les villes, tous les peuples se ressemblent d’une certaine
manière : Rio de Janeiro est envahi depuis plus de vingt ans par les gratte-ciel, Moscou fait penser à
Chicago ; partout des avions, des camions, des autos, des voies ferrées, des usines, les costumes locaux
disparaissent, les uns après les autres… Cependant, n’est-ce pas commettre, au-delà d’évidentes
Dr MBOUOPDA David 89
constatations, une série d’erreurs assez graves ? Le monde d’hier avait déjà ses uniformités, la
technique - et c’est elle dont on voit partout, le visage et la marque – n’est assurément qu’un élément
de la vie des hommes, et surtout, ne risquons-nous pas, une fois de plus, de confondre la et les
civilisations ?

La terre ne cesse de rétrécir et, plus que jamais, voilà des hommes « sous un même toit »
(Toynbee), obligés de vivre ensemble, les uns sur les autres. A ces rapprochements, ils se doivent de
partager des biens, des outils, peut-être même au service des hommes. Partout la civilisation offre
ses services, ses stocks, ses marchandises diverses. Elle offre sans toujours les donner. Si nous avions
sous les yeux une carte des répartitions des grosses usines, des hauts fourneaux, des centrales
électriques, demain des usines atomiques, encore une carte de la consommation dans le monde des
produits modernes essentiels, nous n’aurions pas de peine à constater que ces richesses et que ces
outils sont très inégalement répartis entre les différentes régions de la terre. Il y a, ici les pas
industrialisés, et là les sous-développés qui essaient de changer leur sort avec plus ou moins
d’efficacité. La civilisation ne se distribue pas également. Elle a répandu les possibilités des
promesses, elle suscite des convoitises, des ambitions. En vérité, une course s’est instaurée, elle aura
ses vainqueurs, ses élèves moyens, ses perdants. En ouvrant l’éventail, des possibilités humaines, le
progrès a ainsi élargi la gamme des différences. Tout le peloton se regrouperait si le progrès faisait
halte : ce n’est pas l’impression qu’il donne. Seules, en fait, les civilisations et les économies
compétitives sont dans la course.

Bref, s’il y a, effectivement, une inflation de la civilisation, il serait puéril de la voir, au- delà
de son triomphe, éliminant les civilisations diverses, ces vrais personnages, toujours en place et doués
de longue vie. Ce sont eux qui, à propos de progrès, engagent la course, portent sur leurs épaules
l’effort à accomplir, lui donnent, ou ne lui donnent pas un sens. Aucune civilisation ne dit non à
l’ensemble de ces biens nouveaux, mais chacune lui donne une signification particulière. Les
gratte-ciel de Moscou ne sont pas les buildings de Chicago. Les fourneaux de fortune et les hauts
fourneaux de la Chine populaire ne sont pas, malgré des ressemblances, les hauts fourneaux de notre
Lorraine ou ceux du Brésil de Minas Gerais ou de Volta Redonda. Il y a le contexte humain social
politique, voire Mystique. L’outil, c’est beaucoup, mais l’ouvrier, c’est beaucoup aussi, et
l’ouvrage, et le cœur que l’on y met ou que l’on n’y met pas. Il faudrait être aveugle pour ne pas
sentir le poids de cette transformation massive du monde, mais ce n’est pas une transformation
omniprésente et, là où elle s’accomplit, c’est sous des formes, avec une ampleur et une résonance
humaine rarement semblables. Autant dire que la technique n’est pas tout, ce qu’un vieux pays
comme la France sait, trop bien sans doute. Le triomphe de la civilisation au singulier, ce n’est pas le
Dr MBOUOPDA David 90
désastre des pluriels. Pluriels et singulier dialoguent, s’ajoutent et aussi se distinguent, parfois à l’œil
nu, presque sans qu’il soit besoin d’être attentif. Sur les routes interminables et vides du Sud algérien,
entre Laghourat et Gharadaïa, j’ai gardé le souvenir de ce chauffeur arabe qui, aux heures prescrites,
bloquant son autocar, abandonnait ses passagers à leurs pensées et accomplissait, à quelques mètres
d’eux, ses prières rituelles.

Ces images, et d’autres, ne valent pas comme une démonstration. Mais la vie est volontiers
contradictoire : le monde est violemment poussé vers l’unité : en même temps, il reste
fondamentalement divisé. Ainsi en était-il hier déjà : unité et hétérogénéité cohabitaient vaille que
vaille. Pour renverser le problème un instant, signalons cette unité de jadis que tant d’observateurs
nient aussi catégoriquement qu’ils affirment l’unité aujourd’hui. Ils pensent qu’hier le monde était
divisé contre lui-même par l’immensité et la difficulté des distances : montagnes, déserts, étendues
océaniques, écharpes forestières constituaient autant de barrières réelles. Dans cet univers cloisonné,
la civilisation était forcement diversité. Sans doute. Mais l’historien qui se retourne vers ces âges
révolus, s’il étend ses regards au monde entier, n’en perçoit pas moins des ressemblances étonnantes,
des rythmes très analogues à des milliers de lieues de distance. La Chine des Ming, si cruellement
ouverte aux guerres d’Asie, est plus proche de la France des Valois, assurément, que la Chine de
Mao Tsé Toung l’est de la France de la Vème République. N’oublions pas d’ailleurs que même à
cette époque, les techniques voyagent. Les exemples seraient innombrables. Mais là n’est pas le
grand ouvrier de l’uniformité. L’homme, en vérité reste toujours prisonnier d’une limite, dont t-il ne
s’évade guerre. Cette limite, variable dans le temps, elle est sensiblement la même, d’un bout à
l’autre de la terre, et c’est elle qui marque de son sceau uniforme toutes les expériences humaines,
quelle que soit l’époque considérée. Au Moyen Age, au XVIème siècle encore, la médiocrité des
techniques, des outils, des machines, la rareté des animaux domestiques ramènent toute activité à
l’homme lui-même, à ses forces, à son travail ; or, l’homme, lui aussi, partout, est rare, fragile, de
vie chétive et courte. Toutes les activités, toutes les civilisations s’éploient ainsi dans un domaine
étroit de possibilités. Ces contraintes enveloppent toute aventure, la restreignent à l’avance, lui
donnent, en profondeur, un air de parenté à travers espace et temps, car le temps fut lent à déplacer
ces bornes.

Justement, la révolution, le bouleversement essentiel du temps présent, c’est l’éclatement des ces
« enveloppes » anciennes, de ces contraintes multiples. A ce bouleversement, rien n’échappe. C’est
la nouvelle civilisation, et elle met à l’épreuve toutes les civilisations.
Fernand BRAUDEL Écrit sur l’histoire, Flammarion, 1969-1984.

Dr MBOUOPDA David 91
Texte 2 « UN GENOCIDE MONDIAL ET QUATRE FOIS SECULAIRE ESCAMOTE »

L’expression « tiers-mondisme » d’abord définie comme l’idéologie mettant l’accent sur les
« potentialités révolutionnaires » des pays d’Afrique, d’Amérique latine, d’Asie et d’Océanie a
désigné quelquefois aussi le courant de pensée qui impute à l’Occident tous les malheurs du Tiers
Monde.
« Cette Europe qui jamais ne cessa de parler de l’homme, jamais de proclamer qu’elle n’était
inquiétée que de l’homme, nous savons aujourd’hui de quelles souffrances l’humanité a payé
chacune des victoires de son esprit 1. » Le dit du Ciel fera rire, c’est le non-dit qui est gros de larmes.
Le dit ne ment pas : il est vrai que l’Europe a « élaboré des formes d’humanité dont la civilisation de
la vie exquise propose la plus séduisante image ». Mais taire qui a payé la note de l’exquis, et
combien elle s’est montée, c’est pis qu’un mensonge, et plus qu’une complicité de meurtre : un
génocide mondial et quatre fois séculaire escamoté en un boniment de syndicat d’initiative. « Si l’on
écarte la guerre, écrit Fernand Braudel, tout un paysage social, politique, culturel, (religieux) s’efface
aussitôt. Mais les échanges eux-mêmes perdent leurs sens, car ce sont souvent des échanges inégaux.
L’Europe devient incompréhensible sans ses esclaves et ses économies sujettes 2 »

Sautons à notre présent. La moralité infantile, y est sept fois plus élevée en Afrique qu’en Europe,
et cette année, sur quatre vingt millions d’enfants qui naîtront dans le tiers monde, nous savons déjà
qu’il en mourra cinq, et que dix resteront handicapés à la suite de maladies banales que les budgets
de la santé publique européenne, à la mesure des PNB du continent, ont depuis longtemps rendues
bénignes ici. Sur quatre milliards d’hommes que compte notre planète, trois milliards deux cent
millions n’ont aucune possibilité de se soigner ( au Kenya, un médecin pour cinquante mille
habitants dans les zones rurales). De façon générale, l’OMS nous a appris que la ration quotidienne
de protéines est inférieure de moitié, dans le Tiers Monde, à celle que consomment européens et
Américains du Nord. Comme l’espérance de vie en Haute-Volta n’atteint pas la moitié de la
moyenne européenne : trente cinq ans là, soixante et onze ici. A quoi bon allonger la liste des
trivialités ?

Le Ciel a cloisonné les deux colonnes, mais le mur de la liberté ne s’indique pas comme mur, en
sorte que la question ne sera jamais posée : celle des rapports unissant la colonne de gauche et celle
de droite. Tous les faits d’économie et de politique les mettent en relation, régulièrement, et de cause
à effet. L’agrobusiness, par exemple, connaît un taux de profit exceptionnel, « l’aide alimentaire
gratuite aussi, paradoxalement. Sans la combinaison des deux, l’autre moitié du monde ne mourrait
pas aujourd’hui comme elle le fait3. L’occident choisit sciemment ceux qui vont mourir. Au XIV
Dr MBOUOPDA David 92
Siècle, « la peste n’agit que comme une exagération des rapports de classe : elle frappe la misère,
elle épargne les riches » (J.P Sartre). Mais contrairement aux sociétés closes du Moyen âge où le fléau
tuait sur place et malgré tout, à l’aveuglette, notre système impérialiste envoie nourrir ses pauvres
au dehors ( tout en se gardant d’envoyer derrière eux ses équipes de télévision, réservées à des morts
plus rentables). Comme il jette après usage sa main - d’œuvre « d’origine étrangère ».

C’est pourquoi l’Occident est si content de lui - ses rues sont propres, et ses prisons comptent cent
fois de suicidés que des guillotinés. Ce contentement, les sociologues l’appellent consensus. Sur cet
holocauste quotidien et toujours impeccable, les blanches mains de scribes apposent depuis des
siècles le sceau du ciel. Leur fonction : éponger le sang des autres, en nous cachant qu’il coule aussi de
notre fait à nous, Etats de droit si déférents envers les écrivains et les artistes, Gommé, raturé,
« Indifférencié ». Ailleurs. Nulle part. Sur une planète aux cinq continents où douze mille
individus, par temps de paix et sans Vietnam interposé, meurent chaque jour de pénurie, on peut
estimer qu’une journée de liberté de Philippe Sollers (de Régis Debray ou de Tartempion,)
consacrée à son métier de Scribe, coûte à l’humanité dix vies d’enfants. Quelque jour, un Leontieff
des échanges politiques viendra réviser l’estimation sans doute en hausse. Cette hémorragie-là ne
dépend pas du céleste ; mais lui dépend d’elle. Il n’est pas en son pouvoir, comme citoyen, de
l’arrêter, mais comme intellectuel, d’en prendre au moins connaissance, et d’éclairer « la liberté »
dont il jouit à «la nécessité » qui en tue d’autres, chez les non-scribes, ou encore, ses bonheurs
d’écriture aux contraintes de l’acquisition alimentaire dont il est par chance soulagé - aux dépens de
qui ? [….]
La planète est décidément bien faite. Les meilleurs centres d’accumulation du capital coïncidant,
Hermès oblige, avec les meilleurs centres de communication, les scribes d’Occident sont tout
naturellement conduits à se déplacer entre l’Est et l’Ouest, sans avoir à descendre dans les soutes,
selon l’axe nord-sud ( sauf sur les plages, pour le bronzage d’hiver). Cette heureuse polarisation du
champ culturel international protège nos penseurs des mauvaises rencontres ou de certains
spectacles déplaisants. De même que les cotations de l’étain ou de sucre se décident au stock-
exchance de Londres, et non en Zambie ou à Cuba, dont le sort en dépend, les peseurs des
souffrances et de l’arbitraire universels, au marché libre de l’humanisme, s’agglomèrent dans les
métropoles du Nord.
REGIS DEBRAY Le Scribe, Grasset, 1980
Frantz Fanon (note de l’auteur)
Fernand Braudel ; civilisation matérielle et capitalisme (note de l’auteur)
Voir, de Susan Georges : Comment meurt l’autre moitié du monde (note de l’auteur)
Texte 3- « ETERNITE DE LA SOUILLURE »
Dr MBOUOPDA David 93
« Je n’ai ni le droit ni le devoir d’exiger réparation pour mes ancêtres domestiques. Il n'y a pas de
mission nègre ; il n’y a pas de fardeau blanc » Frantz Fanon, Peau noire, Masques blancs, Seuil,col
« Points ». 1952, p 185.
Lorsqu’on charge l’Occident des malheurs du Tiers-Monde, on réunit trois chefs d’accusation :
- Vous êtes responsables de l’effroyable génocide colonial comme de la Renaissance au XXème siècle
par vos ancêtres sur les personnes des Indiens et des Noirs (culpabilité historique).
- Vous êtes coupables d’être les descendants heureux de ces forbans sans scrupules et vous ne devez
pas oublier que votre prospérité est bâtie sur les cadavres de millions d’indigènes
(culpabilité de contagion).
- Vous vous montrez enfin les dignes petits-fils de ces conquérants puisque vous ne réagissez pas
alors que la faim fauche les enfants et que les jeunes nations piétinent dans le sous-développement
par votre égoïsme (culpabilité de confirmation).
Bref, le présent entérine le passé, que l’avenir à son tour répétera : les issues sont fermées ; chaque
jour, chaque année voit s’allonger un peu plus la liste des péchés imputés à une communauté sur
qui pèse l’ancestral soupçon de souiller les sources de la vie. La méchanceté est une sorte de
malédiction anthropologique attachée aux peuples des pays tempérés ; l’Occident serait cruel et
allergique aux autres comme l’asthmatique aux poils de chat. Quoi que nous fassions, la faute
prospère à notre place, l’inexpiable nous tient par un mécanisme analogue au délire antisémite ou
raciste, on procède par désignations collectives, on fait d’un peuple entier en ses diversités un seul
individu qu’on coiffe du vocable de criminel. Il n’y a plus d’êtres humains, seulement des entités :
Les Français, les Allemands, les Américains, comme on dit les Juifs et les Arables. L’amalgame
immédiat entre tel groupe d’homme, régime ou gouvernement qui se rend effectivement coupable de
mauvaises actions et de peuple auquel il appartient transforme la culpabilité politique en
métaphysique.
Mais l’Occident est génocidaire par essence comme l’eau est fluide, si la faute est collective et
remonte à la nuit des temps, à quoi bon dénoncer ses forfaits contingents ici ou là au Salvador, au
Brésil, en Afrique du Sud et chercher à protéger ses victimes ? Ce qui a eu lieu, à jamais, mais
pourquoi en serions-nous responsables pour toujours ? Combien de temps va-t-on encore inculper les
peuples d’Europe et d’Amérique pour les Vilenies commises par leurs ancêtres ? Quand ce chantage
généalogique qui voudrait faire de nous, au nom de dommages et intérêts collectifs, les complices
indirects de la traite, des massacres, du pillage cessera-t-il ? Rien n’est plus dangereux que cette
idée d’une responsabilité collective, qui se transmettrait indéfiniment de génération en génération et
qui rappelle les pires procédés de la coercition totalitaire ( par exemple, en ce qui nous concerne,
l’application par l’armée française en Algérie et méthodes de responsabilité collective, permettant,
après chaque attentat, de raser des villages, de massacrer les populations, de torturer les suspects). Le
Dr MBOUOPDA David 94
respect de la mémoire ne peut déboucher sur une telle confusion des devoirs et des charges, on ne
peut confondre indéfiniment l’irréversibilité des torts commis avec une éternité compacte et sans
fissure. Supposer que les Euraméricains sont naturellement ou culturellement mauvais est aussi
paresseux et moralisateur que de faire l’hypothèse inverse : cela n’a pas le droit de décréter
l’Occident coupable du seul fait d’exister, comme s’il était à lui seul une injure à la création, une
catastrophe cosmique, une monstruosité à rayer de la carte du monde.

Pascal Bruckner, Le Sanglot de l’homme blanc, Seuil, 1983.

10-5 Orientation pour une synthèse

Problème : La mauvaise conscience de l’Occident


La civilisation se heurte aux résistances des civilisations : traditions, religions, cultures (F. Braudel)
La mise en accusation de l’occident (R. Debray) et la responsabilité des « Scribes » (R.
Debray). « L’holocauste quotidien » (R. Debray). Le Rejet d’une accusation injuste parce
qu’impliquant la responsabilité collective (p. Bruckner).
L’écart grandissant entre pays industrialisés et pays sous-développés
- Le retard initial : inégale répartition de la civilisation (F. Braudel)
Rappel : Une synthèse de textes n’est pas une succession de résumés.
Ne pas donner de titre ou de sous-titre
Votre synthèse doit traduire le plus fidèlement possible des idées exprimées dans le texte et elle
seules.

10-6 Exploitation de texte

Le résumé de texte
Le résumé de texte rivalise ces dernières années avec la note de synthèse ou avec l’exploitation de
texte à divers examens et concours. Plus précisément le résumé de texte implique la reconstruction
d’un texte quelconque en un temps limité de manière à ce qu’il réponde à une triple exigence :
personnalité du candidat, brièveté du résumé et fidélité à l’auteur.
1- La fidélité à l’auteur :
Le meilleur résumé de texte ne peut être que l’image en petit d’un modèle plus grand. Résumé,
contraction, condensé ou abrégé sont des termes synonymes. Résumer, c’est réduire de volume. Le
texte à résumer n’a pas à être commenté ou analysé.
2- Les conditions de résumé de texte.
 une rédaction substantielle

Dr MBOUOPDA David 95
Ne prendre que l’essentiel de tout ce qui à été écrit. La fidélité à l’auteur ne doit pas être trahie,
même partiellement. Le résumé de texte permet de prouver qu’on sait dominer le document de base
en éliminant accessoires et détails. Il faut condenser les idées essentielles contenues dans le texte de
base sans déformer la pensée de l’auteur.
 une rédaction structurée
Il faut respecter le plan de l’auteur
 une rédaction autonome
Il faut employer le style direct. Pas de : « l’auteur dit que … » ou « d’après l’auteur dans le
texte… »
3) la brièveté du résumé.
L’art du résumé de texte, c’est d’exprimer aussi clairement que possible le maximum de chose avec
un nombre limité des mots : 60, 100, 200 mots, le ¼.
la notion de mot
« 10 000 », « 1999 », « 60% » et « 4/5) compte chacun pour un mot. Les principales
prépositions : « à », « par », « de », « pour », « sans » sont des mots. Il en est de même des mots
élidés : « j’ » « t’ » « m’ » « c’ » « d’ ». La liste n’est pas limitative. Le mot abrégé ONU compte
pour 03 mots. Dans le résumé de texte, chaque unité de mot composé compte pour un mot ex. : «
décret-loi », « vice-roi » comptent pour deux mots chacun. Saintes-Maries-de- la -mer = cinq
mots.
l’addition des mots
On tolère une marge de 10% en plus ou en moins.
La rédaction du résumé : Elle doit être personnelle, c’est-à-dire que le candidat doit éviter
de pasticher le texte. Mais certaines expressions utilisées par l’auteur doivent être retrouvées dans
le résumé proposé : Exemple ; libéralisme communautaire, moralisation des mentalités, technologie,
démocratie, etc.…
Pas de barbarisme ou de néologisme- et même des termes d’origine étrangère, surveiller la
syntaxe.
Pas de citation dans le résumé de texte.
Bien écrire
Erreurs à éviter en résumé
 imiter le texte de base en reprenant les expressions ou les phrases entières
NB on ne doit pas également traduire le texte par une recherche abusive des synonymes
 En ajouter au texte soit en le commentant soit en le trahissant
 Morceler le texte en mettant les liens logiques entre les phrases ou entre les paragraphes

Dr MBOUOPDA David 96
 Ne pas rendre entièrement le texte soit en ne conservant du texte qu’un exemple ou une idée
secondaire au détriment d’une idée principale soit en accordant une grande importance à
une partie du texte au détriment des autres.

10-7 Questions de vocabulaire


Ne pas se contenter de fournir des définitions s’apparentant à celle du dictionnaire. Encore
moins aligner quelques synonymes. Mais restituer les mots dans leur contexte et tirer parti de ce
contexte pour les expliquer, voire les commenter.
Rechercher des nuances apportées par l’environnement sémantiques. On pourra procéder
par rapprochement avec d’autres mots du texte selon des similitudes de sens (champs sémantiques)
ou au contraire selon des axes d’opposition ou de complémentarité.
Si l’occasion se présente, montrer qu’on a des connaissances en linguistique, en histoire de la
langue française, en histoire

10-8 Questions générales posées à partir d’un texte


Les exercices d’exploitation de texte figurant aux examens de licences technologiques sont
généralement accompagnés des questions en rapport avec le texte donné ou avec un point des cours
au programme. Ce sont souvent des questions concernant le plan du texte dont le but est de vérifier
que le raisonnement de l’auteur a été bien compris. Ce sont également des questions concernant les
allusions faites dans le texte portant sur un chapitre au programme. Le Candidat est appelé à
répondre en un certain nombre de mots (60, 100, 150) en exposant son propre point de vue mais en
le justifiant par un raisonnement. Bien entendu, il n'est demandé au candidat qu’un développement
assez bref. Cependant ce développement doit se conformer aux règles fondamentales valables pour
tout effort de réponse à une question générale, à une mini-dissertation comportant :
- une introduction qui précise le problème à résoudre, et montre pourquoi il se pose.
- Un développement comportant un plan dans lequel sont examinés les différents aspects du
problème
- une conclusion claire et précise qui donne la réponse au problème soulevé dans l’introduction.

Dr MBOUOPDA David 97
EXERCICES D'APPLICATION
1 EPREUVE : FRANÇAIS APPLIQUE
DUREE : 2H00
LA MACHINE A LAVER «PROGRAMMEE »
C’est une machine à laver comme les autres machines à laver, mais elle « sait » qu’au bout de
vingt minutes d’ébullition dans le cas du gros linge, il faut se mettre sur rinçage, qu’au bout de deux
rinçages, il faut se mettre sur essorage… On peut dire aussi qu’une ménagère est « programmée » si au
de surveiller constamment son rôti, elle remonte son réveil-matin pour qu’il la prévienne au bout d’une
demi-heure.
(…) Et que dire de l’horloge de la cathédrale de Strasbourg ? Si elle était à vendre, il se
trouverait des annonces publicitaires pour louer son programme interne, miracle de l’électronique, le
travail magnifique du bureau d’études de l’évêché ou pour affirmer que l’ingénieur du projet en
contact permanent avec Dieu le Père.
L’avalanche de termes techniques qu’on subit un peu plus chaque jour, l’utilisation abusive et
ridicule de mots incontrôlés ne sont pas faits pour simplifier les choses. L’électronique est
omniprésente, irremplaçable ; elle est dans la cuisine, le salon, la voiture, la buanderie, votre stylo, vos
lunettes, vos cheveux qui tombent, vos cheveux qui ne sont pas encore tombés grâce aux shampoings à
double orientation trichloro-transistorisée, à ceux qui repousseront grâce aux massages électroniques,
etc.…
Si l’exemple de la machine à laver « programme » a été choisi, c’est parce qu’il est le cas
limite de l’utilisation de la crédulité des gens. Il ne s’agit même plus de crédulité, on ne cherche pas à
faire croire quoi que ce soit, on n’invente rien, on ne trompe pas sur la marchandise, on lâche un mot
pour impressionner, un mot slogan au pouvoir magique. Ce mot doit se situer à cheval sur le langage
scientifique et sur le langage courant : programme de télé, des programmateurs, une machine à laver
programmée, ce n’est pas encore « du viol de foule », c’est du niveau de l’anecdote, et cela permet au
public, largement mystifié par ailleurs, d’avoir un certain vocabulaire qui lui permettra de faire
conversation, un peu comme ce lycéen qui, avec un autre échantillon de vocabulaire, énonçait ainsi le
début du théorème de Thalès : « soit deux lignes traversées par une séquence ».
Il serait trop facile et irrespectueux de rapporter ici quelques savoureuses conversations,
d’adultes cette fois, parlant des machines électroniques ; le confusionnisme de vocabulaire n’a d’égal
dans l’inexactitude que le douloureux amalgame d’idées reçues auquel il donne naissance.(…)
(Tout cela) relève de l’imagination des publicistes, des échotiers et (…) les prouesses simples
de l’ordinateur ne peuvent sous la plume de tous ces gens être présentées sans mystère, sans recherche
du sensationnel.
Le jour où l’ordinateur aura atteint le pouvoir quasi-démoniaque qu’on commence à lui prêter,
il n’y aura plus personne pour s’en inquiéter, chacun, docile et abruti, sera disposé à voir se réaliser les
plus pessimistes visions réactionnaires des nouvelles de fiction, par exemple : un mégasupercerveau
commandé par des bébé-éprouvettes particulièrement réussis exigeant à la fin d’un de ses sermons
planétaires et bi-hebdomadaires que le linge sale soit maintenant lavé le long des rivières, sauf

Dr MBOUOPDA David 98
malédiction, pouvant durer plusieurs générations des infidèles qui ne suivraient pas ses hauts
préceptes.
J.M. FONT ET J.C. QUINIOU
Les Ordinateurs : Mythes et Réalités (1968) Gallimard

QUESTIONS
1) Quelles est l’idée directrice qui se dégage de ces lignes ? 3 pts
2) Expliquez les mots et expressions :
- avalanche
- omniprésente
- slogan
- viol de foule
- échotier 5 pts
3) Quel est le véritable danger que dénoncent les Auteurs dans ce texte ? 3 pts
4) Conjuguez les verbes suivants aux modes et temps indiqués 3 pts
- atteindre : passé simple indicatif, passé composé indicatif
- courir : futur simple et imparfait (indicatif)
5) Commentez en 10 lignes le dernier paragraphe du texte. 6 pts

ORIENTATION DE CORRECTION

1- Idée directrice : La publicité donne une image mystificatrice de l’électronique et de la


technique ; elle abrutit dangereusement le public. 3 pts

2- Explication des mots et expressions :


Avalanche : se dit du déversement d’une grande quantité de termes techniques 1 pt
Omniprésente : présente partout : l’électronique a envahi tous les domaines 1 pt
Slogan : formule concise et frappante utilisée par la publicité, la propagande politique 1 pt
Viol de foule : non-respect de la liberté des personnes, la publicité les oblige à agir ou acheter
malgré elles. 1 pt
Echotier : rédaction des échos dans un journal 1 pt

3- Le danger dénoncé par les Auteurs de ce texte est l’abrutissement du public face à la technique
et à l’électronique du fait des mystifications publicitaires. 3 pts

4- Atteindre : passé simple : J’atteignis, tu atteignis…. 0,75 x 3 pts


Passé composé : J’ai atteint, tu as atteint …
Courir : futur simple : Je courai, tu couras…
Imparfait : Je courais, tu courais…

5- Le dernier paragraphe du texte est ironique. Il cherche à démystifier tous les pouvoirs que des
personnes crédules accordent à l’électronique. 6 pts

Dr MBOUOPDA David 99
2 EPREUVE : EXPRESSION FRANÇAISE (pour entraînement)

DUREE : 2H00.
N.B. : le candidat traitera toutes les questions du texte.

AVEC L’INFORMATIQUE QUELLE SOCIETE ALLONS-NOUS FABRIQUER ?

En gros la société va tendre à s’organiser autour de trois étages ( ceci est une typologie, et
naturellement il y aura beaucoup d’interstices) : de très grandes entreprises restant liées à la loi des
rendements croissants - on n’a pas encore inventé les centrales atomiques de poche – vouées à la
rationalisation et à la productivité maximale ; de petites unités performantes ouvrant la voie à
l’innovation, aux nouveaux produits, aux nouvelles consommations, et dont la règle restera la
compétitivité, la combativité, le goût du risque et la quête du profit maximal ; et puis, un immense
«ventre », croissant, de services publics, de coopératives, de mutuelles, d’associations, groupes
décentralisés moins soucieux de rendements économiques et financiers, mais fortement
consommateurs de main-d’œuvre et dispensateurs de ce que, depuis Ivan Illich, il est convenu
d’appeler des « aménités ».
Ainsi, la scène sociale traditionnelle tend et tendra à se désarticuler au fur et à mesure du
passage de la société industrielle, organique, à la société d’information qui, par nature, est
polymorphe. Les rivalités n’opposeront plus deux classes sociales, structurées par leur insertion dans
le processus industriel, mais une infinité de groupes mobiles, conditionnés par la diversité de leurs
appartenances et de leurs projets. Une telle société court dans le présent de sérieux risques de
schizophrénie mais, surtout, elle devient totalement imprévisible. Les grilles traditionnelles
d’interprétation et de prévision, la libérale, la marxiste, contemporaines de la société de production,
sont remises en cause par son dépassement.
L’horizon libéral, la société post-industrielle, l’horizon marxiste, la société sans classe,
supposent l’un et l’autre des sociétés unifiées, consensuelles et culturellement homogènes. Or, il me
semble –ceci est une hypothèse - que la société d’information ne sera pas une société froide et
apaisée. Elle sera remplie de conflits, mais la source et les enjeux de ces conflits se déplaceront,
s’élargiront à la société tout entière. Sans doute continueront-ils à se manifester dans l’entreprise ;
mais leur détonateur tend à émigrer progressivement vers d’autres types d’affrontement : entre
générations, du fait même de la rapidité du changement, entre homme et femme, eu égard à l’appétit
d’égalité, autour des problèmes de la ville et de l’environnement, autour de la santé, autour de
l’éducation.
Ces mouvements sont si bien perçus que la vie politique contemporaine est aujourd’hui
d’une certaine façon, une course à leur captation. Ce qui fait l’imprévisibilité d’une société
d’information, c’est que les conflits ne portent plus seulement sur la répartition des fruits d’une
activité régie par des valeurs communes, mais sur ces valeurs elles-mêmes. Les luttes sont celles qui
découlent d’un désir de s’approprier les matrices où se déterminent et où se véhiculent ces valeurs :
les matrices culturelles. C’est une lutte pour l’appropriation des matrices, instruments de formation,
éducation, et grands média (presse, radio et télévision).

Dr MBOUOPDA David 100


Comment pourra survivre une société aléatoire qui se façonne au jour le jour à travers
d’innombrables paris croisés ? Il y a, me semble –t-il, deux pistes de réponse à une telle
interrogation : une plus grande souplesse et une grande intelligence. La plus grande souplesse - et je
serai bref car ce n’est pas notre propos aujourd’hui - suppose une redéfinition progressive du rôle de
l’Etat des collectivités et des individus, redéfinitions favorisant l’initiative et la responsabilité
croissante, au détriment de l’ « Etat-providence » et de ses grands appareils bureaucratiques.
Le défi ultime, en fin de compte, le défi de l’informatique, est donc celui porté à l’intelligence
et à la créativité, à ce qui donne du sens dans une société. Personnellement, je ne suis pas pessimiste
sur l’issue de ce défi. Il a été dit que n’est informatisable, dans une culture, que celui qui est
automatisable, c’est-à-dire tout sauf l’essentiel. A terme, point ultime de rationalisation de l’objectif et
du quantifiable, l’informatique peut être, pour l’inventivité, moins un risque de sujétion qu’un outil de
libération, un peu comme l’a été la photographie pour la peinture.
En réalité, temps de travail allégé, déterminisme assoupli, nécessité de nous inventer à neuf,
n’est ce pas, plus encore qu’a des contraintes, à des marges de liberté accrue que nous confronte
l’informatisation de la société ? Et l’angoisse qu’elle suscite ne suggère-t-elle pas qu’aujourd’hui nos
sociétés ont encore plus peur de la liberté que de la contrainte ?

Simon NORA, Le débat n° 25 (mai 1983), Editions Gallimard.


Article intitulé : « Où nous mène l’informatique ? »

QUESTIONS

1. Quelle est l’idée directrice qui se dégage de ce texte ? 1,5 pts

2. Vocabulaire
Expliquez les mots et expressions :
- Polymorphe,
- Société de production,
- L’imprévisibilité d’une société d’information,
- Matrices culturelles 4 pts

3. Donnez la composition du mot « informatisable » et relevez dans le texte les mots de


la même famille 3 pts

4. a) Dégagez dans le texte les étages de la typologie de la société d’information


b) D’après l’auteur, par quoi se substitue le dépassement de la lutte de classes ? 2 pts
Partagez-vous l’optimisme raisonné de Simon Nora selon lequel, l’informatisation est
équivalente à la libération ? (100 mots) 3 pts
5. Vous résumerez les quatre premiers paragraphes en 140 mots. Une marge de 10% en plus ou en
moins est tolérée. Vous indiquerez à la fin de votre résumé le nombre de mots utilisés.
5 pts

Dr MBOUOPDA David 101


2. EPREUVE : EXPRESSION FRANÇAISE
DUREE : 2H00

N.B. : le candidat traitera toutes les questions du texte.

L’ERE DU « CATALYSEUR »

Dans les sociétés modernes, l’information détermine et conditionne tout : structures, méthodes
et styles de gestion. C’est pourquoi nous devons d’abord prendre conscience de la transition que nous
vivons entre un type de société industrielle marquée par la conquête de l’énergie, la collecte des
matières premières et un type de société où la denrée essentielle est l’information. Avec cette
différence capitale : l’énergie, comme l’argent, est consommée, alors que l’information s’auto
catalyse, s’alimente à sa propre source, s’accumule, par son échange même. Pour affronter les
contraintes de la société informationnelle gérer l’intelligence, susciter et catalyser l’innovation, nos
structures, modes de pensée, méthodes devront évoluer en profondeur.
Toute structure vivante dépérit et disparaît si elle n’est pas traversée en permanence par un flux
d’informations, d’énergie et de matériaux. C’est le concept et la loi des « systèmes ouverts ». Comme
les organismes vivants, les entreprises ont besoin de systèmes sensoriels, de capteurs. On a trop
longtemps considéré l’information comme une denrée mineure, gratuite, facilement accessible grâce
à une bonne dose de débrouillardise. Pour être innovateur, compétitif et adaptable, qualités sures
lesquelles les entreprises japonaises fondent leur stratégie, il faut aujourd’hui disposer de moyens
lourds. Savoir acheter, échanger, négocier de l’information sous toutes ses formes, et y mettre le prix.
Faire « tourner les stocks d’intelligence ». Moyens indispensables : un réseau international de
collecte et d’analyse des informations essentielles à la vie de l’entreprise, une cellule de prospective et
d’évaluation ; une politique régulière de bases de données, l’exploitation active, à tous les niveaux,
des sources institutionnelles d’informations.
Irriguée, vivifiée par l’information, l’entreprise innovatrice demandera de nouveaux
manageurs répondant à des profils différents. Les responsables de la recherche-développement,
notamment, devront faire converger des voies de recherche, valoriser et utiliser des technologies
provenant de domaines connexes, gérer des équipes projets, des structures souples et mobiles,
transmettre un savoir-faire, communiquer des notions complexes, évaluer les résultats en fonction des
objectifs, s’adapter à des situations changeantes. Ils devront disposer pour cela de qualités de
médiateur, de communicateur, de « catalyseur ». Or la formation de nos élites est axée sur la gestion
des machines ou des personnes considérées comme des objets bien répertoriés. Pas sur celle des
systèmes complexes comme le sont par exemple les systèmes technologiques en développement. Ces
systèmes évoluent par intégrations successives. Il y a phénomène de coévolution : le micro-
ordinateur portable, le laser disk audio transformé en mémoire d’ordinateur, la machine à écrire
électronique, la photocopieuse qui numérise les informations et les transfère sur un disque optique
sont des exemples de convergence de branches technologiques dans lesquelles excellent les japonais.
Ils savent en effet tirer profit de tout progrès réalisé dans un autre domaine.

Dr MBOUOPDA David 102


Après l’ère de l’ingénieur tout-puissant, de l’homme de marketing et du financier, on voit
poindre celle du « catalyseur » : homme de communication interne et externe, de réflexion
prospective, capable d’initier et de suivre des projets, de conduire des petites équipes motivées.

Joël de Rosnay, L’expansion, octobre-novembre, 1985.

QUESTIONS

1- Justifiez le titre donné à ce texte. 1 pt


2- Expliquez les expressions suivantes :
Loi des « systèmes ouverts »
Faire « tourner les stocks d’intelligence »
Gérer des équipes projet 3pts
3- a)- Dégagez dans le texte le rôle et les qualités du « catalyseur » 3pts
b) Quelles justifications donnez-vous à l’omniprésence de l’information dans les activités
Productives et le phénomène de l’accumulation des données ? 2pts
4- Soit les mots et expressions :
L’entreprise, « organisme vivant » et « système ouvert », irriguée, vivifiée par l’information
a) Composez une phrase nominale avec eux de façon qu’elle fasse la publicité de la nécessité
de la communication 1 pt
b) Transformez la phrase obtenue de sorte que soit clairement exprimé un rapport de
conséquence 1 pt

5- vous résumerez ce texte en 100 mots. Une marge de 10% en plus ou en moins est tolérée.
Précisez à la fin de votre résumé le nombre exact de mots employés. 4pts

« Après l’ère de l’ingénieur tout-puissant, de l’homme de marketing et du financier, voici


celle du « catalyseur », l’homme de communication et de réflexion prospective ».
Expliquez et discutez cette déclaration de Joël de Rosnay en 120 mots. 5pts

Dr MBOUOPDA David 103


UNIVERSITE DE DSCHANG REPUBLIQUE DU CAMEROUN
************** Paix – Travail - Patrie
IUT - FOTSO VICTOR DE BANDJOUN *****
************
DEPARTEMENT DES ENSEIGNEMENTS GENERAUX
**************
ENSEIGNANT : DR MBOUOPDA David
Examen de fin de 2er semestre
Culture et communication française
Filière Industrielle et Technologique
Durée : 2 heures

TEXTE : UNE NOUVELLE RELATION DE L’ HOMME AU MONDE


Par l’effet, entre autres, de la science, des techniques, de l’amélioration des conditions
matérielles de vie, de l’industrialisation et de l’urbanisation qui la suit, de la popularisation de
l’information, de l’accélération du changement des mœurs et des lois, chacun de ces enfants de 40, peu
ou prou et bon gré mal gré, allait déserter le monde de sa naissance, jusqu’à voir changer, autour de
lui, le Temps, l’Espace et une certaine idée de l’au-delà.
La durée nouvelle du temps vécu par notre génération allait modifier une perception, une
relation au monde qui était séculaire. Le temps perdu de ma petite enfance provinciale, un temps sans
téléphone ni télévision, était encore un temps qui pesait son poids de temps. Il muait lentement au fil
des saisons, s’écoulait au tic-tac de nos hautes pendules, au rythme des travaux et des jours, des fêtes,
mariages, enterrements. Comparé à notre temps du quartz, aseptique, électronique et volatil, temps
extérieur, scintillant de signes et d’images, c’était un temps lent et lourd, intérieur et dense, chargé
d’odeurs et d’esprit où tout prenait son temps : l’écossage des haricots, la messe, la sieste, l’amour. «
Odeur du temps, brin de bruyère, te souvient-il de nos vingt ans… » Sous la vitesse où tout, de nos
jours, défile, la réalité se brouille et s’évapore. Les vies étaient plus courtes, mais on les vivait plus
longuement.
Quand à l’espace - l’espace jadis familial, villageois, urbain - il allait, sous l’empire de toutes
les formes de communication, tout à la fois s’élargir vers des horizons nouveaux, et se rétrécir dans ses
distances. Le monde devient plus connu mais moins familier. On y communique de plus en plus mais
on y parle de moins en moins. Le sentiment de sa finitude s’impose aux foules et ce sentiment est
nouveau. Les conflits et les crises de toute la planète, rapportés par la télévision, nous convainquent,
chaque jour, à domicile, que le grand puzzle mondial se solidarise et que chacun ici dépend désormais
plus vite et plus fort de ce qui advient ailleurs, Rien, ou presque, n’arrive dans le monde que le monde
entier n’y mette son grain de sel. Le ciel lui - même n’appartient plus à « l’au-delà », mais aux
cosmonautes. Et l’infini sidéral, traqué par nos équations, recule : ce qui en reste n’est plus le royaume
de Dieu mais de l’astrophysique. Dans les rêves de nos enfants, Cendrillon s’évanouit pour que trottine
E.T, l’extra - terrestre.
Enfin - et c’est sans doute l’essentiel – le modèle plus ou moins conscient de notre
représentation du monde et de « l’au – delà », notre idée de Dieu et tout le réseau de croyances qu’un
« surréel » ancestral tissait pour nous et autour de nous, tout cet ensemble allait d’abord se corrompre
et commence aujourd’hui de s’effondrer. Le péché, enraciné dans notre terreau chrétien depuis vingt
siècles, se fane, se dessèche. Autant en emporte le vent !
Nos vieilles boussoles désormais s’affolent et nous n’en avons point de nouvelles. Les traités
séculaires que le Dieu d’un temps chrétien avait conclus avec nos peuples sont déchirés. Quel nouveau
dieu, quelle idole, quelle nouvelle Parque (divinité du destin chez les Romains) succéderont au ciel
de jadis pour rêver notre avenir ? Mystère !

Claude IMBERT, Ce que je crois, Grasset, 1984

Dr MBOUOPDA David 104


QUESTIONS

1) Quelle est l’idée directrice qui se dégage de ce texte ? 2 pts


2) Expliquez les mots et expressions :

 muait
 temps extérieur
 le grand puzzle mondial
 l’astrophysique
4 pts
3) Quelles réflexions vous suggèrent les couples d’expressions suivants :

a- Le temps intérieur / le temps extérieur


b- l’élargissement « vers des horizons nouveaux » / le « rétrécissement des distances »
c- l’effet « de la science » / l’effet du « mystère » 6 pts

4) Le texte compte environ 540 mots. Vous le résumez au ¼ et vous indiquerez le nombre de
mots utilisés à la fin de votre résumé. 4pts

5) Etes-vous, Africain, du même avis que l’auteur qui trouve que l’effet de la science, de
l’amélioration des conditions de vie a fait reculer le merveilleux et le mystère ? (120 mots)

Dr MBOUOPDA David 105


IUT FOTSO VICTOR DE BANDJOUN UNIVERSITE DE DSCHANG

Chapitre 11 : REDIGER UN COMPTE RENDU

FICHE TECHNIQUE

Objectifs pédagogiques
L’étudiant sera capable de faire une critique du compte rendu réalisé à la suite d’une réunion à
laquelle les membres de son groupe ont participé, ou à la suite d’une information ou d’un événement
connu de tous.

SOMMAIRE
I- COMMENT RECOLTER LES INFORMATIONS ................................................................................................... 106
II- Quel plan choisir ? ................................................................................................................................................ 107

Il s’agit en fait de rendre compte des propos tenus par quelqu’un ou un groupe de façon
objective et concise. Les jugements et commentaires personnels sont interdits. Seul compte ce qui s’est
dit en réunion, en stage ou en conférence

I- COMMENT RECOLTER LES INFORMATIONS


A- Observer et écouter
* Vous devez rester attentif à tout ce qui passe autour de vous pour enregistrer l’essentiel. Lors d’une
réunion, repérez les différents participants ainsi que leur statut et fonction.
* Conservez les documents fournis et n’hésitez pas à en réclamer d’autres. Vous trierez ensuite ce qui
intéresse, entre les publicités, plaquettes, modes d’emploi, journaux internes ou notes de service.

B- Prendre des notes


* L’impératif d’objectivité vous oblige à relever le maximum d’informations. Ici encore, n’omettez
rien de ce qui s’est dit ; vous sélectionnerez l’essentiel ultérieurement. De même, vous n’avez pas à
supprimer des éléments sous prétexte qu’ils ne vous plaisent pas.
* Néanmoins, comme il est impossible de tout noter, évitez les répétitions et les digressions hors sujet.
Commencez à résumer et recourez aux abréviations.

C- Poser des questions


Il vaut mieux éviter de faire répéter à quelqu’un ses propos. Toutefois si un détail vous gêne ou
si vous avez besoin de précision, intervenez et demandez des explications. Il est préférable de rédiger
un compte rendu exact et juste, plutôt que de rester et de multiplier les erreurs dans le travail rendu.

Dr MBOUOPDA David 106


II- Quel plan choisir ?
L’organisation du compte rendu s’effectue en fonction du plan que vous avez choisi, parce
qu’adapté à la situation.

A- Le plan chronologique
* Il s’impose dans le cas d’une réunion qui a duré longtemps, mais dont l’ordre du jour a été
soigneusement respecté. Vous tenez là une piste pour élaborer un plan.
* En fonction de l’ordre du jour et des questions posées, proposez des titres. Grâce à vos notes, vous
serez capable de remplir chacune des parties abordées.

B- Le plan thématique
Ce plan est particulièrement approprié lors de réunions plus confuses et déstructurées, qui ne
parviennent pas à suivre l’ordre du jour. Dans ce cas, vous procéderez de manière thématique en
hiérarchisant les idées par ordre d’importance.
* L’objectivité
- Bannissez toute impression personnelle ;
- Restituez les déclarations importantes et n’omettez que celles dont les éléments ont déjà été
mentionnés ;
- Citez les discours tenus en les introduisant grâce à des verbes tels que « observer », « souligner »,
« réfuter », « demander ».
* La clarté :
- rédigez chaque idée sous la forme d’un paragraphe de taille moyenne (autour de huit dix lignes) ;
- ménagez des transitions pour faciliter la lisibilité du document ;
- utilisez un lexique simple et précis, qui relève du registre courant ;
- employez les termes techniques en les expliquant si nécessaire.

B- La mise en page
* Page de garde : pour une réunion, mentionnez dès le début la date et l’objet de celle-ci. Listez les
participants dont vous rapportez les propos. Vous pourrez alors annoncer le plan suivi.
* Les pages suivantes concernent le développement du compte rendu : titres chaque partie et sous -
partie. Introduisez les documents utiles auxquels vous vous référerez. N’oubliez pas bien sûr
d’introduire le développement et de le conclure.
* Les pièces jointes figurent en annexe : lexique, graphiques et tableaux, statistiques et bibliographie.

Dr MBOUOPDA David 107


* Le compte rendu n’est jamais manuscrit ; il est tapé au recto d’une feuille blanche A4. Le traitement
de texte vous permet de mettre en valeur les titres ou certains éléments par l’intermédiaire du
soulignage ou du gras.

Dr MBOUOPDA David 108


BIBLIOGRAPHIE GENERALE

R.MUCCHIELLI, La conduite des réunions, Paris, ES.F 1970


R.MUCCHIELLI, La dynamique des groupes, Paris, ES.F 1970
Jean BALANGER, Technique et pratique de la parole en public, Paris, Dunod, 1968
Roger P. WILCOX, Technique de l'exposé et de communications orales dans les entreprises,
Paris Éditions Hommes et Techniques 1968.
F. VANOYE, Travail en groupe, Hatier, coll " Profil – Formation", 1976.
Henri LEFEVBRE, la vie quotidienne dans le monde moderne, Paris, Gallimard (idées), 1968
Francis VANOYE, Expression - communication, Paris, A, Coin, 1973
AUREN URIS, Apprendre à diriger, Paris, Nouveaux Horizons, 1961.

Dr MBOUOPDA David 109