Vous êtes sur la page 1sur 40

Module: La GESTION DES APPRENTISSAGES

Résumé traduit du module


Travail élaboré par: Khalil TIJANI
Objectifs du module
Ce module est conçu dans le cadre de la
formation continue des professeurs contractuels ; il
vise à développer chez ce public la compétence
professionnelle : Gestion des activités
d’apprentissage et gestion des interactions au niveau
horizontal et au niveau vertical.

Dimensions de sont
Deux dimensions la formation
donc à prendre en considération :
la dimension pédagogique et la dimension didactique.

 Ces deux dimensions sont interdépendantes et


complémentaires.

 Le principe du paradigme « Pratique / Théorie /


Pratique »s’avère d’un apport majeur.
 D’où, nécessité de prise en considération des pratiques de
classe des professeurs en formation pour en puiser des
réflexions et des analyses à travers leurs expériences
personnelles et les échanges au cours de la formation.

La formation sera basée sur des activités


professionnalisantes ( Situations –problèmes) et sur des
apports théoriques en vue d’approfondir la pratique réflexive.
Principes directeurs pour l’acquisition de cette compétence
professionnelle : la gestion

 -La gestion doit être basée sur des approches et des


pédagogies centrées sur l’apprenant,
 Elle doit prendre en compte les variantes et les situations
qui se passent en classe , à savoir:

 les interactions pédagogiques et didactiques,


 les interactions relationnelles,
 l’environnement socio économiques et socioculturel,
 les besoins réels des apprenants,
 les facteurs temps et espace,
 le recours adéquats aux TICE dans la gestion des
apprentissages.
Plan du module

1/ Principes de base pour la gestion des


apprentissages et approches à adopter :
 Gestion : Définition/ Formes.
 Approches pédagogiques.
 Gestion de situations d’apprentissage.
 La gestion de la classe.

2/ Le style d’enseignement :
 Les différentes dimensions de la pratique de la classe
 Analyse de pratiques de classe.
Définition de la notion de « Gestion » :
 La gestion est une tâche complexe.

 C’est un ensemble d’actions que l’enseignant conçoit,


organise et met en œuvre avec ses apprenants , et pour
ses apprenants, en vue de favoriser leur implication
dans l’opération enseignement- apprentissage , les
soutenir, les orienter et développer leurs
apprentissage. ( CLERMOUT 1997)
La gestion comporte deux fonctions
interdépendantes et complémentaires :

 Une fonction didactique : elle concerne la gestion


des apprentissages dans la matière enseignée,

 Une fonction pédagogique : elle concerne tout ce


qui en rapport avec la gestion de la classe
1 / La gestion de la matière enseignée :

Plusieurs paramètres sont à prendre en compte :

 La planification des apprentissages,


 Les approches et pédagogies adoptées,
 Le choix des activités d’apprentissage,
 La méthodologie adoptée dans la présentation de la matière (clarté,
principe de progression, variation des supports et des exemples…)
 La qualité du questionnement et des reformulations
 Modalités du travail
 Rythmes d’apprentissage
 Motivation des apprenants (motivation intrinsèque par le biais de
situations - problèmes)
 Types d’animation
 Vérification de l’acquisition des apprentissages
2/ La gestion de la classe :
Différentes variantes :

 -Prendre en considération letype de communication


pédagogique selon la modalité de travail en question,
 -Fournir les conditions favorables à la gestion des
apprentissages
 -Règlement à respecter,
 -Temps, espace classe, matériel pédagogique …
Situation de formation
Au cours d’une séance de langue (45 mn) , le professeur a
procédé comme suit :

 Il a écrit la date, le titre de la leçon et le titre de la séance,


 Ensuite il écrit un corpus et il l’a présenté,
 Il a expliqué le fait linguistique à enseigner
 Il présenté la règle au tableau et l’a fait écrire sur les cahiers
 Il a demandé aux apprenants de faire des exercices sur le
manuel
Quels sont les critères de réussite d’une
situation problème ?

 Elle doit être accessible au niveau des apprenants, à leur


âge (ni trop facile, ni trop difficile)
 Impliquer l’apprenant dans la situation
 -Elle doit prendre en compte le pré requis, les
représentations des apprenants et leurs capacités ;
 Elle doit provoquer la curiosité des apprenants et les
pousser à avoir envie de vérifier leurs hypothèses
 -liée au projet de développement d’une compétence
déterminée
 -fournir des supports et des consignes qui aident
progressivement à la compréhension de la situation et à
la résolution du problème
Suite des critères de réussite

 -Organiser la discussion et les échanges


 -Varier les choix et les stratégies
 Encourager l’apprenant et le motiver
 Permettre à l’apprenant de présenter son travail, de se
justifier en interaction avec le groupe classe
 Accepter les erreurs et les exploiter pour la définition des
modalités d’évaluation, de soutien et de remédiations.
La situation-problème permet à l’apprenant de :

 lire, chercher, organiser et interpréter l’information


 faire des essais pour trouver des solutions
 formuler des hypothèses
 appliquer des méthodes et des techniques
 formuler des raisonnements, vérifier des résultats et
les interpréter
 formuler des réponses et les présenter
Apport théorique
 La gestion pédagogique et didactique préconisée par
les orientations officielles se base sur le principe
selon lequel l’apprenant doit être au cœur des
apprentissages. D’où, nécessité de :
 contextualisation des apprentissages en partant de
situations-problèmes pertinentes et ayant une
signification pour les apprenants.
 impliquer l’apprenant dans la situation-problème en
prenant en considération son pré requis
 créer les conditions nécessaires pour favoriser les
échanges et les interactions (conflits cognitifs ou
sociocognitifs)
Apport théorique (Suite)
 le conflit cognitif peut concerner les oppositions entre
apprenants ou les connaissances antérieures et les
nouvelles connaissances pour chaque apprenant .

 l’enseignant ne doit pas transmettre des savoirs ; mais


accompagner les apprenants dans la construction de
leurs propres savoirs lors des activités d’apprentissage
tout en renforçant leur confiance en eux-mêmes.
(dimension cognitive et dimension affective)

 l’enseignant doit remettre constamment en question sa


pratique de classe, la réguler en fonction des résultats
obtenus …
Gestion des situations d’apprentissage suivant l’APC (
Approche par compétences)

Situation d’apprentissage :
 Une situation d’apprentissage est une situation
contenant des données qui permettent à l’apprenant
de construire un nouvel apprentissage et/ou de
développer des acquisitions antérieures.

 La situation d’apprentissage présente un problème ou


défi auxquels l’apprenant doit faire face pour trouver la
solution adéquate. Elle doit être liée à la vie
quotidienne de l’apprenant (environnement, école).
La situation-problème :

 La situation-problème est une situation


d'apprentissage qui propose une tâche globale,
complexe et signifiante.

 C'est un moyen d'apprentissage qui permet la


construction des savoirs.et non le résultat.

 C'est une stratégie d'enseignement qui favorise


l'engagement des élèves.
PHILIPPE MEIRIEU résume ainsi le mécanisme
de la situation-problème :

 « Il est proposé aux sujets d’accomplir une tâche.


[…] cette tâche ne peut être menée à bien que si
l’on surmonte un obstacle […] qui constitue le
véritable objectif d’acquisition du formateur.

 Grâce à l’existence d’un système de contraintes […]


le sujet ne peut mener à bien le projet sans
affronter l’obstacle. Grâce à un système de
ressources, […] le sujet peut surmonter l’obstacle. »
Les caractéristiques d'une situation-problème:

 1. Elle contient des données initiales qui précisent le contexte de la


situation et qui sont utiles pour résoudre le problème.

 2. Il y a un but à atteindre (différent de l'objectif d'enseignement)


qui donne un sens à la mobilisation et à l'organisation des
connaissances.

 3. Il y a des contraintes ou des obstacles à surmonter qui exigent


une réorganisation des connaissances antérieures et qui amènent
l'élève à trouver d'autres moyens, donc à faire des apprentissages.

 4. La démarche et la solution ne sont pas évidentes; la personne


doit faire une recherche cognitive active pour savoir comment
procéder.
La situation-problème selon Meirieu :
« Un sujet, en effectuant une tâche, s'affronte à un
obstacle. »

• Le sujet est orienté par la tâche, le formateur par l'obstacle


• Le franchissement de l'obstacle doit représenter un palier
dans le développement cognitif du sujet
• L'obstacle est franchi si les matériaux fournis et les
consignes données suscitent l'opération mentale requise
• Pour effectuer une même opération mentale, chacun doit
pouvoir utiliser une stratégie différente
• La conception et la mise en oeuvre de la situation-problème
doivent être régulées par unensemble de dispositifs
d'évaluation
Questions à se poser avant l'élaboration d'une
situation-problème :
 Quel est mon objectif? Qu'est-ce que je veux faire acquérir à l'apprenant qui
représente pour lui un palier de progression important?

 Quelle tâche puis-je proposer qui requière, pour être menée à bien, l'accès à cet
 objectif (communication, reconstitution, énigme, réparation, résolution, etc.)?
 Quel dispositif dois-je mettre en place pour que l'activité mentale permette, en
réalisant la tâche, l'accès à l'objectif?
 Quel matériau, documents, outils dois-je réunir?
 Quelle consigne-but dois-je donner pour que les apprenants traitent les matériaux
pour accomplir la tâche?
 Quelles contraintes faut-il introduire pour empêcher les sujets de contourner
l'apprentissage?
 Quelles activités puis-je proposer qui permettent de négocier le dispositif selon
diverses stratégies? Comment varier les outils, démarches, degrés de guidage, modalités
de regroupement?

 (Philippe Meirieu, Guide méthodologique pour l'élaboration d'une situation-


problème, CAHIERS PEDAGOGIQUES N. 262)
Comment enseigner par l’approche par compétences ?
 Eviter la transmission des savoirs et l’accumulation des
connaissances

 Aider l’apprenant à construire son propre savoir

 Rendre l’apprentissage attrayant et motivant en mettant l’apprenant


dans des contextes liés à son vécu, à ses centres d’intérêt et son âge.

 Prendre en compte la pertinence des apprentissages : les


apprentissages doivent avoir une signification pour l’apprenant.

 les activités d’apprentissage doivent être centrées sur l’apprenant et


non sur l’enseignant ou sur le contenu.

 Diversifier les approches et les pédagogies selon les situations


d’apprentissage.(Pédagogie du projet, jeux…)
La gestion par l’APC

 nécessite un changement constant des pratiques d’enseignement.


Elle prend en considération les besoins de l’apprenant, ses
connaissances antérieures et ses représentations sur les plans cognitif
,psychoaffectif et psychomoteur.

 -Organiser de manière régulière des moments d’évaluation formative


afin de diagnostiquer les difficultés rencontrées et y préparer des
activités de remédiation collectives ou individuelles.

 -Appliquer une pratique réflexive (dimension réflexive et dimension


méta procédurale)

 -Développer l’esprit scientifique chez l’apprenant par l’initiation à la


démarche scientifique.
Les avantages de la situation-problème:

 1. Elle permet aux élèves de faire de réels apprentissages


en les plaçant au coeur du processus d'apprentissage.

 2. Elle sollicite l'engagement des élèves; ils deviennent


davantage acteurs puisqu'ils utilisent leur bagage
cognitif, leur intelligence.
La gestion de la classe

(Situation 5 p.26)

 Problèmes de la maîtrise de classe

 Causes /Conséquences

 Stratégies pour mieux gérer sa classe (Interaction avec


les formés)
Apport théorique :
 -Mettre en place, en commun accord avec les apprenants, un
ensemble de règles à observer, sous forme de règlement de la classe
dès le début de l’année ; et à chaque fois quand l’occasion se présente
il faut le leur faire rappeler .

 -Adopter une stratégie de communication qui prend en compte les


besoins psychologiques de l’apprenant ( estime de soi ,
reconnaissance …)

 -Gestion savamment des relations apprenants/apprenants et


apprenants / professeur
 -Une gestion efficace de l’espace et du temps (éviter les temps
morts…)

 -Choisir des situations motivantes , etc…


Les styles d’enseignement (Voir pp. 35, 36)
 - Style transmissif (Méthode frontale , magisrale )
 - Style interrogatif (maieutique)
 - Style incitatif
 - Style guidé
 -Style permissif
(à développer)
Selon Marguerite Altet :
 Le style d’enseignement est un comportement et une
méthode individuels que l’enseignant adopte dans une
relation d’interaction avec ses apprenants.

 C’est l’ensemble des techniques adoptées par


l’enseignant dans sa méthode d’enseignement et qui
sont liées à sa personnalité.

 Le style d’enseignement varie d’un enseignant à un


autre selon les caractéristiques individuelles de sa
personnalité.
Le style d’enseignement apparaît :
-au niveau des approches adoptées (permisssive, transmissives…)
 Style direct : ne prend pas l’apprenant comme centre d’intérêt
 Style indirect : ouverture sur les idées et la sensibilité des
apprenants

-au niveau de l’approche relationnelle ( interactions …)


 -Valoriser l’apprenant mais dans des limites ; savoir critiquer
quand il le faut
 -Recours au feed-back ( répétions, reformulation …
 -L’enthousiasme de l’enseignant (donne vie à ce qu’il enseigne

-au niveau méthodologique :


 -Clarté et pertinence de la présentation
 -Qualité des questionnements et des situations proposées
 -Maîtrise de la méthodologie
Les dimensions de la pratique de classe

Le style d’enseignement représente l’interaction entre quatre types de


dimension
-Dimension personnelle et dimension relationnelle :
 -Qualité de la communication et gestion des interactions en classe
 -Relations psycho affectives et sociales
 -Climat sain et détendu favorisant le bon déroulement de l’opération
enseignement –apprentissage.
 - L’mage que se fait l’enseignant de ses apprenants (+ Effet Pygmalion/ -
Effet Golem)

Dimension pédagogique :
 Elle concerne les gestes professionnels adoptés par l’enseignant dans
sa pratique de classe
Dimension pédagogique :

 Elle concerne les gestes professionnels adoptés par l’enseignant


dans sa pratique de classe
 Organisation des activités et des interactions pour inciter les
apprenants à la construction de leurs apprentissages et au
développement de leurs capacités et leurs compétences
 Répartition des tâches
 Catégoriser les problèmes et les résoudre de manière
indépendante
 Mettre l’apprenant en confiance
 Adopter le principe de la progressivité
 Gestion rationnelle du temps selon le degré de complexité de la
tâche et en fonction de la capacité de l’apprenant
 Gestion de l’espace classe
 Qualité de l’exploitation des outils didactiques
Dimension didactique

 -Choix et organisation des méthodes didactiques,des


stratégies et des styles d’enseignement

 -Exploitation des contenus ( choix, adaptation,


planification…)

 -Recours à des règles didactiques ( Analyse, remédiation


didactique, contrat didactique, obstacles didactique…

 -Pratique réflexive
Situation 3 p.42

Définitions selon Altet :

 Analyser : reconnaître et déterminer des éléments


séparés et identifier la relation entre eux en y trouvant
une signification.

 Pratique : Compétence individuelle d’une personne


dans un groupe déterminé conformément à des critères
reconnus par un groupe professionnel (Enseignement).
Cela signifie sa méthode particulière lors d’une
activité d’enseignement : choix des activités,
comportement, gestes, stratégies, processus adoptés,
décisions…
Analyser des pratiques d’enseignement :
 Ce n’est pas évaluer ou juger mais c’est plutôt trouver les
significations des rapports entre les comportements et les
gestes professionnels de la pratique de la classe.

 Pour l’enseignant ,il s’agit de d’analyser ses propres activités


en se basant une pratique réflexive à la lumière des apports
théoriques (didactique, pédagogique, communication…)

 Cela constitue une opportunité pour l’enseignant pour


renforcer ses différents savoirs et développer progressivement
sa compétence professionnelle.
Pour améliorer sa pratique d’enseignement , il faudrait
se baser sur :
-Des critères didactiques
 - La maîtrise du contenu et sa correction sur le plan
scientifique,
 L’importance accordée aux erreurs des apprenants , leur
traitement,
 Le degré de complexité des tâches à exécuter,
 Le respect du principe de la progressivité,
 La gestion des situations d’apprentissage selon diverses
approches
 La pertinence des apprentissages . Etc…
-Des critères pédagogiques :

 Présentation de situations motivantes ayant une relation avec


le vécu de l’apprenant

 Partir des représentations des apprenants et de leurs


acquisitions antérieures

 Planifier suivant différentes approches (APC, A


actionnelle…)

 Gestion rationnelle du temps et des activités,

 Gestion de la classe … Dimension réflexive


-Des critères de communication et d’interaction :

 Impliquer les apprenants et encourager leurs


participations de manière équitable.

 Ecouter attentivement leurs réponses et leurs


interventions .

 Créer des interactions , procéder aux corrections et


reformulations.