Vous êtes sur la page 1sur 3

8.

L’appareil urinaire
L’appareil urinaire, constitué des reins et des voies urinaires, participe à l’élimination des
déchets cellulaires (urée…) et des substances toxiques (médicaments…) transportés par le
sang.
Cet appareil remplit la fonction d’excrétion de l’urine. Les reins règlent le volume et la
composition chimique du sang. Ils participent à la régulation de la pression artérielle.
A- Anatomie de l’appareil urinaire.
1. Schéma général Schéma 1
2. Les voies urinaires
Elles correspondent :
-au bassinet : c’est un réservoir dont le rôle est de collecter l’urine.
-aux 2 uretères : elles conduisent l’urine du rein vers la vessie.
-vessie : elle stocke l’urine produite en continu par les reins. La vessie peut
contenir 300 millilitres d’urine.
- urètre : l’urètre permet la vidange (on parle de la miction) de la vessie par
le méat urétral (méat urinaire). Cet urètre est normalement fermé par un
sphincter, le sphincter vésical. L’ouverture de ce sphincter et la contraction
de la vessie permettent l’évacuation de l’urine.
3. La structure du rein Schéma 2
Les reins sont des organes rouge foncés en forme de haricot situés dans le
petit bassin. Ils mesurent en moyenne 12 centimètres de longueur, 6
centimètres de largeur et 3 centimètres d’épaisseur. Chacun pèse environ 150
grammes.
Ils sont recouverts, au pôle supérieur, de petites glandes, les surrénales.
Ils présentent une concavité ou hile où pénètre l’artère rénale et d’où sort la
veine rénale. On peut observer, de l’extérieur vers l’intérieur du rein :
- une membrane résistante qui recouvre l’organe ;
- une zone corticale ;
- une zone médullaire.
Le cortex est la zone la plus externe, d’apparence pâle et granuleuse. Il
présente des capillaires rénaux. La zone médullaire ou médulla est la zone
centrale, d’apparence striée. Elle se compose d’une série de pyramides
appelées pyramides de Malpighi. L’urine s’écoule au sommet de ces
pyramides. L’espace entre les pyramides est parcouru par des vaisseaux
sanguins. Les reins reçoivent un débit sanguin important.
L’observation au microscope montre que chaque rein est constitué d’un
million de tubes urinifères remplis d’urine appelé NÉPHRON.
4. Le néphron=unité structurale et fonctionnelle du rein. Schéma 3
Un néphron mesure entre 3 et 4 centimètres de longueur. Un néphron
comporte un glomérule prolongé par un tubule qui se jette dans un tube
collecteur. Le glomérule est composé d’une capsule de Bowman et d’un
bouquet de capillaires artériels appelés artérioles. Ce glomérule se prolonge
par le tubule rénal. Ce tubule devient sinueux et forme des tubes contournés.
Il décrit une anse en forme de U appelée anse de Henlé.
Les néphrons produisent l’urine.

1
B- La formation de l’urine (environ 1,5 litres d’urine par jour)
1. Comparaison plasma/urine.
a) Caractéristiques de l’urine.
L’urine est un liquide jaune clair. Ses principaux constituants sont :
- l’eau : environ 950 g/L (95% d’eau) ;
- des molécules organiques : urée (20g/L) issu de la dégradation des
acides aminés, acide urique (3%).
- des ions minéraux : Na+, K+, phosphates, chlorures en concentration
variable selon l’importance de leur apport dans l’alimentation.
b) Comparaison avec le plasma Schéma 4
On constate que le rein arrête les substances nutritives indispensables
à l’organisme :
- protides (albumine) ;
- glucides (glucose) ;
- lipides.
Le rein laisse passer les éléments en excès dans le sang comme l’eau.
L’urine concentre les déchets du métabolisme : urée et acide urique
sont plus concentrés dans l’urine que dans le plasma.
Certains déchets très toxiques comme l’ammoniaque sont absents du
plasma et présents dans l’urine.

Tout trouble dans le fonctionnement des reins entraîne des problèmes


de santé :
- un excès d’urée est signe d’urémie ;
- la présence d’albumine, ou albuminurie, traduit un mauvais
fonctionnement rénal ;
- la présence de glucose dans l’urine est signe de glycosurie.

2. Les rôles du néphron. Schéma 5


Les néphrons produisent l’urine.
L’épuration sanguine s’effectue grâce à 3 mécanismes : la filtration, la
réabsorption sélective et la sécrétion. La formation de l’urine permet de
retenir dans le sang les éléments dont l’organisme a besoin et d’éliminer les
substances toxiques.
a) La formation de l’urine primitive.
Le sang entre dans le rein par l’artère rénale. Celle-ci se divise en
artérioles. Les artérioles se ramifient en fins capillaires en peloton appelés
glomérules au niveau de la capsule de Bowman.
C’est au niveau de cette capsule que s’effectue la filtration glomérulaire.
Le sang est filtré à travers la paroi des capillaires du glomérule. Le liquide
obtenu est l’urine primitive. Elle est recueillie dans la capsule de Bowman.
L’urine primitive ou pré-urine glomérulaire passe alors dans le tubule.

b) La formation de l’urine définitive.


Le tubule modifie la composition de l’urine primitive. Par un phénomène
de réabsorption tubulaire, 99% de l’urine primitive (eau, glucose, acides
aminés…..) repasse dans les capillaires proches des tubules. Par contre,
d’autres substances absentes dans l’urine primitive apparaissent dans

2
l’urine définitive. Elles sont sécrétées dans le tubule. Ce sont des ions, la
créatinine, l’acide urique, l’ammoniaque.
L’urine définitive est recueillie dans les tubes collecteurs. En 24 heures,
les reins rejettent environ 1 à 1,8 litres d’urine.

3. Les différentes fonctions du rein.


l’excrétion des déchets azotés : l’urine assure l’élimination des déchets
azotés de l’organisme (urée, acide urique….). Elle élimine aussi les substances
toxiques et médicamenteuses.
le maintien de l’équilibre en eau et en éléments minéraux du milieu
intérieur : en filtrant le sang et en excrétant une quantité plus ou moins
importante d’eau et d’ions, le rein maintient la composition du milieu
intérieur constante.
le maintien du pH sanguin : le rein maintient la valeur du pH du sang
aux environs de 7,4.
la production d’hormones : le rein fabrique une enzyme, la rénine, qui
est à l’origine d’une hormone, l’angiotensine. Celle-ci intervient dans le
maintien de la pression artérielle.

C- Hygiène et dysfonctionnement de l’appareil urinaire.


1. Les infections urinaires.
L’infection peut se localiser au niveau :
- des voies urinaires (cystite=inflammation de la vessie ;
urétrite=inflammation de l’urètre) entraînant des douleurs, lors de la
miction et de très fréquentes envies d’uriner.
- du rein se manifestant par des douleurs lombaires et de fortes fièvres.
Ces infections sont généralement dues aux bactéries de la flore intestinale.
Prévention : prise de boissons en quantité suffisante (2 litres d’eau par jour).
2. L’incontinence urinaire.
Elle se traduit par une absence de maîtrise de la miction qui est déclenchée
volontairement par la distension de la vessie. Cette incontinence est
physiologique chez le nourrisson et l’enfant ; elle se manifeste chez les
femmes enceintes. Elle peut être occasionnelle ou systématique chez les
personnes âgées (vessie plus petite, moins bon contrôle des sphincters).

Remarques :
- la maîtrise du sphincter vésical chez l’enfant s’acquiert vers l’âge de 18-24 mois.
- l’incontinence urinaire nocturne est appelée énurésie.