Vous êtes sur la page 1sur 11

Chapitre 5 : Etude de l’effet de la continuité sur le dimensionnement

des nervures

I. Introduction :
La conception d’un plancher en corps creux repose sur l’utilisation des nervures. La dalle de
compression et la géométrie de l’hourdis donnent à la nervure sa section en Té. Donc, suivant
sa conception, une nervure est dimensionnée comme une poutre continue ou isostatique
sollicitée à la flexion simple.
1. Emplacement de la nervure étudiée :
Notre nervure étudiée est située dans le 4ème étage.

Figure: Extrait de la nervure à étudier

2. Pré-dimensionnement de la section de la nervure:


La largeur de la table de compression b ainsi que celle de l’âme b0 sont imposées par le type
des corps creux à savoir b=33 cm et b0=7 cm.
Lmax 4.36
 Travée 1 : h ≥ = =0.194 m=> on adopte donc un plancher (16+5)
22.5 22.5
Lmax 4.3
 Travée 2: h ≥ = =0191 m => on adopte donc un plancher (16+5)
22.5 22.5

II. Pré-dimensionnement de la section de la nervure :


1. Géométrie de la nervure :

Fig. 23: Coupe transversale de la nervure (16+5)

Section de la nervure est alors :


 Largeur de la table de compression : b=0.33m
 Largeur de l’âme b0=0.07m
 Hauteur de l’âme : h =0.16m
 Hauteur de la table : h0=0.05m

2. Evaluation des charges :


Les charges exercées un plancher sont :
 Charges permanentes : 6. 13 KN /m 2
 Charges d’exploitation : 1.5 KN /m2
La nervure reprend les charges suivantes :
 Charges permanentes : G=6.13∗0.33=2.023 KN / m
 Charges d’exploitation : Q=1.5*0.33=0.495KN/m
On obtient ainsi les combinaisons fondamentales de calcul :
 A L’ELU : Pu=1.35 G+1.5 Q=1.35∗2.023+1.5∗0.495=3.474 KN /m
 A L’ELS : Ps=G+ Q=2.023+0.495=2.518 KN /m

3. Détermination des charges:

On suppose que la nervure est continue :

1. Schéma mécaniques :

4.36 4.3

Figure: Schéma mécanique de la nervure continue étudiée

2. Calcul des sollicitations :


a. Choix de la Méthode :
 1er condition : q<2g ou q<5KN/m << VERIFIEE >>
 2ème condition : Inertie constante << VERIFIEE>>
Li 4.36
 3ème condition : 0.8< = =1.01<1.2 << VERIFIEE>>
Li+ 1 4.3
 4ème condition : fissuration peu préjudiciable <<VERIFIEE>>
La méthode utilisée est la méthode de  Caquot

b. Les différents cas de charge :

Remarque : Pour une fissuration peu préjudiciable, on se contente de calcul à


l’ELU le cas le plus favorable.

i. Cas N1 : travée 1 chargé, travée2 déchargé

Travée 1

Travée 2

4.36 4.3

8.66

Figure : Schéma mécanique de cas n°1

A l’ELU :

Pg∗l ' g3 + Pd∗l ' d3 −3.474∗4.363 +2.731∗4.33


Mu1=- 8.5∗( l' g+l' d ) = 8.5∗( 4.36+4.3 )
=−6.861 KN . m

 Travée1 :

x x
(
M(x) =m 0 ( x ) + M 0 1− )
lg
+M u1 ( )
lg

Pu∗lg x2 x
M(x)=
2
x− p
2 ( )
+ M u1
lg ( )
dx p∗lg Mu 1
dy
=0 ;
2
−px + (
lg
=0 )
Pu∗Lg Mu 1 3.474∗4.36 −6.861
x=
2
+ (
lg
=
) 2
+
4.36(=1.727 m
)
P 3.474
2
MuT1max(x=1.727) = 3.474∗4.36∗1.727
2

3.474∗1.727
2

6.861∗1.727
4.36
M uT 1max=5.181 KN.m

ii. Cas N2 : travée 1 déchargé, travée2 chargée

Travée 1 Travée 2

4.36 4.3

8.66
Figure : Schéma mécanique de cas n°2

A l’ELU :

Pg∗l ' g3 + Pud∗l ' d3 −2.731∗4.363 +3.474∗4.33


Mu1=- 8.5∗( l' g+l' d ) = 8.5∗(4.36 +4.3)
=−6.827 KN . m

 Travée2 :

x x
( )
M(x) =m 0 ( x ) + M u1 1− ld + M 2 ld ( )
Pu∗ld x2 x
M(x)=
2
x −p
2( )+ M u1
ld ( )
dx Pu∗ld Mu 1
dy
=0 ;
2
− px+
ld( =0 )
Pu∗Ld Mu 1 3.474∗4.3 6.827
x=
2
+ (ld
=
) 2
+
4.3 (
=2.607 m
)
P 3.474

3.474∗2.607∗4.3 3.474∗2.6072 2.607


MuT2max(x=2.607) =
2

2
−6.827∗ 1−
4.3 ( )
M uT 2max=4.98 KN .m

iii. Cas N3 : travée 1 chargée, travée2 chargée


Travée 1 Travée 2

4.36 4.3

8.66

Figure : Schéma mécanique de cas n°3

A l’ELU :

Pug∗l ' g3 + Pud∗l ' d3 −3.474∗4.363+ 3.474∗4.33


Mu1max=- = =−7.664 KN . m
8.5∗( l' g+l ' d ) 8.5∗( 4.36+4.3 )
Figure : Courbe enveloppe du moment fléchissant

Tableau : Les valeurs des moments fléchissant à l’ELU

Mu1max(KN.m) MuT1max(KN.m) MuT2max(KN.m)

-7.664 5.181 4.98

c. Clacul des armatures Longitudinales :


Moment de la table de compression Mt :
h0
Mt=b∗h 0∗fbu∗ d− ( 2 )avec d=0.9*h=0.9*0.21=0.189
0.05
3
(
Mt=0.33∗0.05∗12.47.10 ∗ 0.189−
2 )
=33.744 KN . m
Mu<Mt Le calcul se fait comme en section rectangulaire de largeur b=33cm
 Travée1 :

MT 1 5.181.10−3
μ= = =0.035<0.186 Pivot A
b∗d 2∗fbu 0.33∗0.1892∗12.47
α =1.25∗( 1− √ ( 1−2∗0.035 ) ) =0.045
Z=0.189∗( 1−0.4∗0.045 ) =0.186 m
5.181 .10−3
As= =0.8 c m2
0.186∗400
1.15
Soit 2HA10A réel=1.57cm 2
 Travée2 :

MT 2 4.98 .10−3
μ= = =0.112<0.186 Pivot A
b∗d 2∗fbu 0.1∗0.1892∗12.47
α =1.25∗( 1−√ 1−2∗0.112 ) =0.149
Z=0.189∗( 1−0.4∗0.149 ) =0.178
4.98 .10−3
As= =0.8 c m2
0.178∗400
1.15
Soit 2HA8A réel=1.01 c m2

 Appuis2 :

M1 7.664 .10−3
μ= = =0.246< 0.269 Pivot B
b∗d 2∗fbu 0.07∗0.189 2∗12.47
A' s=0
α =1.25∗( 1− √ ( 1−2∗0.246 ) ) =0.359
Z=0.189∗( 1−0.4∗0.359 ) =0.162
7.664 .10−3
As= =1.36 c m2
0.162∗400
1.15
Soit 1HA14A réel=1.54cm2

Les armatures longitudinales en travées et en appuis


μ α Z As A réel Choix
Travée1 0.035 0.045 0.186 0.8 1.57 2HA10
Travée2 0.112 0.149 0.178 0.8 1.01 2HA8
Appui 0.246 0.359 0.162 1.36 1.54 1HA14

d. Calcul des efforts Tranchants :

Travée1 :(cas°1)
0< x < 4.36
Pu∗lg M1
V 0=
2
− px+
lg ( )
3.474∗4.36 −6.861
V 0=
2
−3.474∗0+
4.36( )
V 0=5.999 KN
3 . 474∗4.36 −6.861
V 3 .69=
2
−3 . 474∗4.36+ (
4.36 )
V 3 .69=−9.147 KN

Travée2 :(cas°2)

0< x < 4.3


Pu∗ld M1
V 0=
2 ( )
−px +
ld
3.474∗4.3 −6.827
V 0=
2
−3.474∗0+( 4.3 )
V 0=5.881 KN
3 . 474∗4.3 −6.827
V 2.63=
2 (
−3. 474∗4.3+
4.3 )
V 2.63=−9.057 KN

Figure : Courbe enveloppe de l’effort tranchant

Tableau : Les efforts Tranchants

Travée1 Travée2
V0(KN) V4.36 (KN) V0(KN) V4.3(KN)
Vu max 5.999 -9.147 5.881 -9.057

e. Calcul des armatures Transversales de la travée1 :


Soit Vu max=9.147KN

 Contrainte cisaillement conventionnelle :


5h 5
Vu
6 ( ) (
=Vu ( 0 )− ∗Pu∗h
6 )
5h 5
Vu
6 ( )
=9.147− ∗3.474∗0.21
6
5h
Vu
6 ( )
=8.539 KN

−3
Vu max ( 9.147∗1 0 )
τ u ( 0) = = =0.691MPa
b 0∗d 0.07∗0.189

 Vérification de contrainte tangentielle limite :

Fissuration peu préjudiciable


0.2∗fc 28
τu max=min[ ; 5 MPa]
γb

τu max=min[2.93 MPa ; 5 MPa ]


τu max=2.93 MPa> τu ( 0 ) =0.691 MPa

 Donc la contrainte tangentielle est vérifiée

 Choix du diamètre des armatures transversales :

h b
∅ t ≤ min [ ; ; ∅ lmin
35 10 ]
210 70
∅ t ≤ min [ ; ; 10
35 10 ]
∅ t ≤ min [ 6 ; 7 ; 10 ]

Soit ∅ t=6 mm

On suppose de mettre 1 étrier Ф6At.=0.56cm²

 Espacement maximal :

At∗fet

{
Stmax ≤ min ( 0.9∗d ) ; 40 cm;
τ
b 0∗max ; 0.4
2 ( ) ]
Stmax ≤ min [( 0.9∗18.9 ) ; 40 cm ; 43 ]

Stmax ≤ min [ 17.01 cm; 40 cm; 43 ]


Stmax ≤17 cm

 Espacement initial :
0 . 9∗At∗fet
St 0 ≤
b∗( τu−0.3∗1∗1.92)∗1.15

0 . 9∗0.56∗215
St 0 ≤
7∗( 0.691−0.3∗1∗1.92 )∗1.15

St 0> St max Donc on prend Stmax= St0=16cm


St 0
1er étrier sera placée à une distance égale à =8 cm
2

f. Clacul des armatures Transversales de la travée2 :

Soit Vu max=9.057KN

 Contrainte cisaillement conventionnelle :


5h 5
Vu
6 ( ) (
=Vu ( 0 )− ∗Pu∗h
6 )
5h 5
Vu
6 ( )
=9.057− ∗3.474∗0.21
6
5h
Vu
6 ( )
=8.449 KN

−3
Vu max 9.057∗10
τ u ( 0) = = =¿0.685 MPa
b 0∗d 0.07∗0.189

 Vérification de contrainte tangentielle limite :

Fissuration peu préjudiciable


0.2∗fc 28
τu max=min[ ; 5 MPa]
γb

τu max=min[2.93 MPa ; 5 MPa ]


τu max=2.93 MPa> τu ( 0 ) =0.685 MPa

 Donc la contrainte tangentielle est vérifiée

 Choix du diamètre des armatures transversales :

h b
∅ t ≤ min [ ; ; ∅ lmin
35 10 ]
210 70
∅ t ≤ min [ ; ; 10
35 10 ]
∅ t ≤ min [ 6 ; 7 ; 10 ]

Soit ∅ t=6 mm

On suppose de mettre 1 étrier Ф6At.=0.56c m 2

 Espacement maximal :

At∗fet

{
Stmax ≤ min ( 0.9∗d ) ; 40 cm;
b 0∗max
τu
(
2
; 0.4 ) ]
Stmax ≤ min [( 0.9∗18.9 ) ; 40 cm ; 43 ]

Stmax ≤ min [ 17.01 cm; 40 cm; 43 ]

Stmax ≤17 cm

 Espacement initial :
0 .9∗At∗fet
St 0 ≤ ∗1.15 ¿
b 0∗τu−0.3∗1∗1.92 ¿

0 . 9∗0.56∗215
St 0 ≤
7∗( 0.685−0.3∗1∗1.92 )∗1.15

St0≤ 685 cm Donc on prend Stmax= St0=16cm


St 0
1er étrier sera placée à une distance égale à =8 cm
2