Vous êtes sur la page 1sur 53

Direction : Ecole d’Arzew

Département: Mécanique Pétrolière

LES VANNES AUTOMATIQUES


EXPLOITATION & MAINTENANCE

Année : Novembre 2014 Enseignant: L . BENAMMAR


Sommaire

Désignation N° de Page
Introduction………………………………………………………….1
1- Les Vannes
- Rôle ……………………………………………..………………….2
- Principe de fonctionnement d’une vanne…………2
- Différents types de vannes………………………………..3
- Technologie des différentes vannes………………….3
- Vannes Télécommandées…………………………………12
- Le By-pass…………………………………………………………12
- Etanchéité des vannes………………………………………13
- Les Paramètres d’exploitation…………………………..14
2- Les Vanne automatiques
- Définition…………………………………………………………17
- Description ………………………………………………………18
- Fonctionnement ………………………………………………19
- Clapets de vannes…………………………………………….20
- Caractéristiques des vannes de régulation………..20
- Le servomoteur……………………………………………..….22
- Le positionneur………………………………………………...23
- La boucle de régulation……………………………………..25
- Système de régulation hydraulique……………………30
- Les pompes hydrauliques…………………………………..31
- Les vannes autorégulatrices……………………………….32
- Coefficient de débit Cv d’une vanne…………………..35
- Cavitation et vaporisation…………………………………36
- Symboles des vannes………………………………………….38
3- Maintenance des vannes de régulation
- installation d’une vanne………………………………….39
- Préventive……………………………………………………….41
- Révision des vannes automatiques………………….42
- Réassemblage de la vanne……………………………….44
- Banc d’essai des vannes automatiques…………….46
- Remontage de la vanne sur le site…………………...47
- Le graissage des vannes…………………………………...47
- Test des vannes………………………………………………..47
INTRODUCTION

La vanne organe qui permet d’admettre , de régler ou d’arrêter l’écoulement


d’un fluide dans une ligne de tuyauterie ou des capacités de stockage.

Vanne
manuelle

La régulation industrielle étant la science du contrôle des fluides, l'organe


correcteur le plus souvent utilisé est la vanne automatique (ou vanne de
régulation)

vanne automatique

La régulation
Le terme de régulation automatique désigne l’ensemble des techniques
qui permettent d’assurer hors de toute intervention manuelle le bon
fonctionnement d’une installation. Une automatisation bien conçue
garantit la meilleure qualité du traitement, assure la sécurité des procédés
et accroît leur rentabilité.

P1
1) LES VANNES

1) Rôle d’une vanne :


Organe qui permet d’admettre, de régler ou de supprimer l’écoulement
d’un fluide dans une conduite.

Fig.1 : une vanne à volant

2) Principe de fonctionnement
Une vanne est destinée à isoler un appareil ou à régler un débit.
Dans une vanne l’organe d’obturation est commandé de l’extérieur :
- soit manuellement (volant de manœuvre),
- soit par un moteur électrique ou servomoteur pneumatique ou hydraulique.

Une vanne d'isolement aura pour principale qualité d'être étanche


(entre l'amont et l'aval).

Une vanne de réglage aura pour principal objectif de créer une perte de charge
progressive au cours de son ouverture, afin de permettre de régler le débit
désiré. On admet couramment que la perte de charge d’une vanne de réglage
à pleine ouverture doit être d'au moins 25% de la perte de charge totale du
circuit.

Toute vanne comporte un obturateur. Son sens de déplacement peut être:


-perpendiculaire à la veine fluide (en général vanne d'isolement)
-parallèle à la veine fluide (en général vanne de réglage de débit)

P2
3) Différents Types de vannes dans l’industrie pétrolière

3.1) Types de vannes, utilisées pour démarrer et arrêter l’écoulement:


- Vanne à opercule
- Vanne à boisseau sphérique et tournant
- Vanne à papillon

3.2) Types de vannes, utilisées pour la régulation et l’étranglement


d’un débit:
  - Vanne à soupape
- Vanne à bille
- Vanne à pointeau
- Vanne à membrane

4) Technologie des différentes vannes


4.1) Vanne à opercule
Toutes les vannes sont constituées des différentes parties fonctionnelles
suivantes :
ECROU DU VOLANT Fig. 2 :
vanne à opercule
VOLANT

Constitution d'une vanne


- Corps (body en anglais);
- Voie ou passage (port en anglais). -Portée ou siège (seat en anglais).
-Axe ou tige (stem en anglais).
- Opercule, obturateur , tels que : boisseau, papillon, sphère ou boule,... (disc, rotor
ou valve member en anglais),
-Volant ou actionneur (actuator en anglais) : élément extérieur à la vanne qui permet de
manœuvrer celle-ci.
P3
Fig. 3 : Vanne à opercule

C’est une vanne à passage direct,


Constituée d’un obturateur se déplaçant perpendiculairement à la
veine fluide, et parallèlement au siège d’étanchéité.
C’est une vanne d’isolement . La tige de commande ne tourne pas ,
elle monte et elle descend en faisant monter ou descendre l’opercule
pour démarrer et arrêter l’écoulement.

P4
Dispositifs de manœuvre des vannes à opercule
-Manœuvre de la vanne par un volant manuel ( fig.4)
-Manœuvre de la vanne par une chaîne ( fig. 5)
-Manœuvre de la vanne par un renvoi d’angle ( fig. 6)
- Manœuvre de la vanne par réducteur (fig. 7)

Fig. 5 : Vanne à opercule Fig.4: Vanne à opercule


à chaîne à volant manuel

Figure 7 : Commande par réducteur Figure 6 : Commande par renvoi d’angle

P5
Vanne à boisseau tournant )4.2

Fig. 8

La vanne à boisseau tournant a un orifice conique et un levier de manœuvre.


L’écoulement du liquide peut être démarrer ou arrêter en tournant le levier.
La majorité de ces vannes doivent être lubrifiées pour les maintenir en
bonnes conditions de fonctionnement, et les rendre facile à manœuvrer
Fig. 9 : Vanne à boisseau conique (tournant) multivoies

P6
Vanne à boisseau sphérique )4.3
Fig.10

Le robinet à boisseau sphérique a un orifice sphérique au lieu de conique.

4.4) vanne à papillon

Le papillon est à orientation variable, solidaire d’axe qui pivote


de 45° selon les variations télécommandées de la tige de vanne

Axe pivotant
servomoteur

bride

papillon

fig.11 a : Vanne à papillon Fig. 11b : Vanne à papillon


à commande motorisée à commande manuelle

P7
Vanne à soupape )4.5

Fig. 12 a

.C’ est une vanne à passage indirect


,Elle est trop utilisée et efficace pour l’étranglement du débit
.et a une fermeture étanche. Elle résiste bien au débit des fluides
En passant dans le robinet, Le fluide change de direction deux fois.
Ce qui permet la régulation du débit.

Fig. 12 b :Vanne à soupape

P8
Vanne à pointeau )4.6

Fig. 13 a

La vanne à pointeau est semblable à la vanne à soupape.


C’est une vanne à passage indirect.
Elle a un petit bouchon pointu qui se déplace dans le siège.
Elle est normalement utilisée dans la tuyauterie de petit diamètre
La vanne à pointeau est très efficace pour la régulation et l’étranglement de débit.

Fig. 13 b : Vanne à pointeau

P9
4.7) Vanne à membrane

Fig. 14 a

Adéquates pour utilisation sur des fluides corrosifs et


dans des applications générales. Sa course y est plus petite.

Fig. 14 b: vanne à membrane

4.8) Vanne à bille


C’est une vanne à passage direct utilisée pour le montage en angle des niveaux
à glace des capacités.
Fig. 15 a
Fig. 15 b : Vanne à bille pour gaz

P 10
Vanne à bille (suite)

Fig. 16 : Robinet de niveau de glace inférieur

Ces robinets sont du type robinet à soupape, mais conçus avec un logement
pour une bille qui fait office de clapet en s'appuyant sur le siège.

Ces robinets sont montés par paire


sur chaque niveau à glace,
perpendiculairement au ballon
et aussi parfaitement de
niveau que possible
Fig. 17: Principe de montage
des robinets de niveau

P.11
5) Vannes Télécommandées
Ce sont des vannes commandées soit à distance soit localement par
un servomoteur qui peut être actionné par :
- un moteur électrique ( vanne motorisées )
- de l’air modulée ( vanne automatique à membrane )
- de l’huile modulée ( soupapes réglantes des turbines)

Fig.18 a : vannes motorisées

Servomoteur électrique : il fait office de volant


de manœuvre automatique; il est doublé
d’un volant manuel que l’on désaccouple
du moteur dans le cas de panne électrique
Fig. 18 b :
par action sur un levier à ergot .
Servomoteur électrique monté sur
une vanne dans une centrale électrique

6) Le By-pass
C’est un dispositif permettant de détourner un fluide ou une partie de
ce fluide circulant dans une conduite.

- by-pass d’une vanne automatique ; en vue de son démontage et en


assurant l’écoulement en continu du fluide.

- by-pass sur une certaines conduites de gros diamètre pour permettre


la mise en service de la vanne principale en équilibrant les 2 faces de
l’opercule en pression. C’est le by-pass d’équilibrage.

Avantage : - manœuvre aisée de la vanne principale.


- éviter d’en forcer les organes

P 12
7) Etanchéité des vannes
Absence de fuite à l’extérieur grâce au presse-étoupe
Les fuites sur les garnitures des vannes est un problème fréquent. Une fois
la fuite commence, elle deviendra pire si elle n’est pas étanchée, la garniture
s’usera. Le filetage de la tige peut être érodé, corrodé ou encrassé. La tige
peut être usée ou voilée.

Presse- étoupe
La garniture est dans un espace appelé presse- étoupe.
Le presse-étoupe peut être constitué par une tresse graphité ou bague
en téflon, non solidaire de la tige de vanne.
Le presse -étoupe peut-être réglé en serrant les 2 écrous diamétralement
opposés. Il faut maintenir un alignement correct pendant le serrage.
Un alignement incorrect, souvent fait grandir la fuite de la garniture au lieu
de l’arrêter

P.13
8) Les Paramètres d’exploitation
8.1) L’air comprimé
Le système d'air comprimé est fabriqué à partir de l'air atmosphérique. On doit
alors s'assurer que cet air comprimé est :
-propre,
-sec ,
-à la bonne pression et température d’utilisation pour effectuer le travail,
-suffisant pour les dispositifs qu'il actionnera pour effectuer le travail.
Deux réseaux d’air comprimé :
- air de service
- air instrumentation

L'humidité est la quantité de vapeur d'eau dans l’air

Le point de rosée est la température à laquelle la vapeur dans l’air commence à se


condenser. Lorsque l’air est comprimé, il se réchauffe. Lorsque l’air se détend
(décomprimé), il se refroidit. Par conséquent, quand l'air se détend, la vapeur d'eau
dans l’air se condense en eau.
L'eau dans un système pneumatique sera à l’origine de corrosion et d'érosion des
tuyaux et des organes de l’instrumentation .
Dans toute distribution d'air, l'eau n'est pas la bienvenue. On trouve des sécheurs
d’air et des filtres à air à l'origine de la distribution d'air.
Une des tâches de routine effectuée par l’opérateur est le contrôle de la qualité
de l'air dans les instruments et les réseaux d'air de service.

8.2) La pression atmosphérique


La pression de l’air qui nous entoure s’appelle la pression atmosphérique.
La pression de l’air est la force de l'air qui pousse contre un objet et exprimée
en atmosphère (atm).
La pression atmosphérique diminue avec l'altitude. La pression atmosphérique
est plus grande au bord de la mer qu'au sommet d'une montagne.
1 atm = 1,033 kg/cm²
1 atm = 1, 013 bar 1bar =14,70 Psi
1 atm = 14,69 Psi 1 Psi = 0,07 bar
1 atm = 101325 Pa
1 atm = 760 mm de Hg PSI = Pound Square Inch
C’est une Livre Anglaise par pouce carré

P 14
8.3)Qu'est-ce que la pression ?
La pression est la force pressante exercée par unité de surface.  
La pression ( notée P ) correspond donc au rapport de la forces pressante
( notée  F ) par la surface ( notée S ) sur laquelle cette force s'exerce. Ce qui peut
être résumé par la relation suivante:
P =  F       Avec: F en newton ( N )
       S     S en mètre carré ( m2 )
                                         P en pascal ( Pa )

Calculer la valeur d'une force pressante


La relation permet de calculer la valeur d'une force pressante lorsque
la valeur de la pression et la surface sont connues.
La relation devient:  F = P x S
Exemple:
Une surface de 0,5 m2 subit une pression de 100 000 pascal
P = 100 000 Pa
S = 0,5 m2
donc F = 100 000  x 0,5
Soit   F = 50 000 N

Les unités de pression


L'unité légal de pression en SI est le Pascal (Pa)
On utilise aussi souvent :
- L’hectopascal (hPa)  1hPa = 100 Pa
- Le bar (bar) ; 1bar = 100 000 Pa
- L'atmosphère ( atm) correspond à la valeur de la pression atmosphérique moyenne
à une altitude nulle: 1 atm = 101325 Pa = 1013 hPa
- Le millimètre de mercure ( mmHg ) ;1mmHg = 133, 322 Pa.

8.4)Débit (physique)
Un débit ( Qv) permet de mesurer le flux d'une quantité relative à une unité de
temps au travers d'une surface quelconque.
Son unité dérivée du SI est le mètre cube par seconde (m3/s).
Système métrique Unités Anglo-Saxon
- mètre cube par seconde (m3/s) 1 U.S gallon = U.S gal
- mètre cube par minute (m3/min)
- mètre cube par heure (m3/h) 1 U.S gal = 0, 227 m³/h
- litre par seconde (l/s)
- litre par minute (l/min) 1 U.S gal = 3,785 l/mn
- litre par heure (l/h)
P 15
Le débit (QV) de fluide dépend de la vitesse (V) linéaire de ce fluide et
de la section (S) de la conduite d’où :
- Qv = volume par unité de temps (débit volumique)
- V = déplacement linéaire du fluide en unités de longueur par unité de temps
(vitesse exprimée en m/s en SI).
- S = surface en unités carrées de la section prises perpendiculairement
au déplacement du fluide.

Le débit qui circule dans la conduite est égal au produit de V x S d’où la formule:

Qv = V X S

8.5)Température
La température est une grandeur physique mesurée à l’aide d’un thermomètre
L'unité légale de température dans le système international est le kelvin
de symbole K

Il existe d'autres systèmes de mesures antérieurs et toujours utilisés :


les échelles Celsius; centigrade; Fahrenheit ; Rankine et réaumur.

Centigrade
Celcius Fahrenheit Mesures
Kelvin Rankine

0 459,67 - 273,19 - 273,15 - 0 Zéro


absolu

Comparaison des échelles de température

0°C = 273°K

P 16
2) LES VANNES AUTOMATIQUES

Le servomoteur

Le positionneur
convertisseur Fig. 19

Le corps de vanne

1)Définition
La vanne automatique est un organe d’exécution qui a pour but de faire varier
par l’impulsion d’une commande manuelle ou d’un régulateur la section de
passage d’un fluide dans une conduite. La variation peut aller de l’ouverture
à la fermeture totale.

Une vanne automatique est composée :


- d'un servomoteur dont le rôle est d'actionner la tige du clapet,
- d'un corps de vanne contenant le siège et clapet,
- d'un positionneur convertisseur dont le rôle est d'asservir en position
la tige du clapet et de convertir le signal électrique de commande en
un signal pneumatique

P 17
2) Description d’une Vanne Automatique Fig. 20

Fig. 21 : La gamme des vannes automatiques de contrôle

P 18
3)Principe d’une vanne automatique
La vanne automatique ou vanne de régulation est une vanne commandée par
un actionneur ( servomoteur) dont les variations continues de position entrainent
une modification de la taille de l'orifice de passage du fluide, permettant donc de
modifier la pression ou le débit d'un fluide, ou son niveau dans un réservoir dans
une régulation industrielle de processus.

Grandeur réglée
La grandeur réglée est le paramètre que l’on désire maintenir à une valeur de
consigne. Les grandeurs réglées sont : des pressions ; des niveaux et
des Températures .

4) Fonctionnement d’une vanne automatique


fig. 22b : Lorsqu’on envoie de l’air comprimé dans la tête de la vanne, la membrane
a tendance à descendre en entraînant la tige guide de clapet; ce dernier
ouvre l’orifice de passage. Le ressort se comprime sous la poussée
de la membrane.

fig. 22b : Lorsqu’on coupe l’air comprimé, le ressort se détend et reprend


sa position initiale. La membrane libérée de sa pression d’air reprend
sa forme en entraînant la tige guide du clapet. Ce dernier reposant sur
son siège, la vanne est fermée.

Fig. 22 a Fig. 22 b

Types d’action
On l’appelle à action directe quand elle ouvre par manque d’air sur le servomoteur(NO)
La vanne à action inverse est la vanne qui ferme par manque d’air(NF)
La sécurité de l’installation détermine le choix de l’une ou de l’autre de ces actions.

P 19
5) Clapets de Vanne
Différents clapets de vannes automatiques
- clapet tout ou rien,
- clapet parabolique linéaire
- clapet parabolique égal pourcentage
- clapet V port

6) Caractéristiques des vannes de régulation

C’est la loi entre le débit Q et le signal de commande de la vanne Y , la pression


différentielle P aux bornes de la vanne étant maintenue constante. On distingue
essentiellement trois types de caractéristiques intrinsèques de débit :
- linéaire ;
- égal pourcentage ;
- tout ou rien.

6.1)Débit linéaire
Le débit évolue linéairement en fonction du signal. La caractéristique
est une droite

Fig. 23

P 20
6.2) Débit égal en pourcentage EQP
La caractéristique est une exponentielle. Des accroissements égaux du signal
vanne provoquent des accroissements égaux de débit relatif

Fig. 24

6.3)Débit tout ou rien PT


Cette caractéristique présente une augmentation rapide du débit en début
de course pour atteindre alors environ 80% du débit maximum

Fig. 25

P 21
7) Le Servomoteur à Membrane

Fig.26a

Carter

Plateau

Membrane

Ressort

Plaquette indicatrice
de course
Arcade

Tige

Le but du servomoteur est de transformer


en déplacement un signal de réglage provenant
d’un positionneur-convertisseur, afin que l’organe
de réglage , le clapet de vanne se positionne
selon le signal émis.

Fig.26 c
Fig.26 b

P 22
8) Le Positionneur

8.1)Rôle : Il est utilisé pour asservir la position de la vanne au signal


de commande

Le positionneur va servir à maintenir l’ouverture exigée par le régulateur


quelque soit les perturbations de dépression ou surpression du fluide.

Signal de commande:
Pneumatique : 3 - 15 Psi (0.2 - 1 bar),
Electrique : 4 - 20 mA
Numérique
Fig.27
Positionneur
convertisseur

Le positionneur alimenté en Air Instrument (1,4 bar) reçoit le signal de commande.

En cas d’utilisation d’un


Positionneur électropneumatique,
il y a un signal électrique qui vient
du régulateur. Ce signal électrique
est converti dans un signal
pneumatique par le convertisseur I/P
et envoyé vers le positionneur
pneumatique

Fig. 28: Positionneur


électropneumatique

P.23
8.3) Application
Le convertisseur électropneumatique est utilisé comme intermédiaire entre
un système électronique et un système pneumatique. Il convertit un signal
courant continu standard 4-20mA en un signal pneumatique de mesure ou
de pilotage 3-15 psi (0,2 à1 bar)

Fig. 29 : types de positionneurs

FIG. 00 : positionneur FISHER Fig. 00 : positionneur SIEMENS


P 24
9) Boucle de régulation de la vanne automatique

Boucle de régulation fermée


En automatique, pour la régulation d'un système dynamique,
une boucle de régulation est un dispositif constitué d'un ou de plusieurs capteurs
mesurant une grandeur physique à contrôler, fournissant ainsi les données
nécessaires au système de commande d'une machine ou d'un processus dont
l'état est susceptible de modifier cette grandeur.

Régulateur en SdC

Fig.30

La mesure ( de niveau; pression; T° : débit) est assurée par un capteur et dirigée vers un transmetteur.
Celui-ci transforme la mesure en un signal et le transmet au régulateur qui par ailleurs à reçu
une consigne( de hauteur de niveau; de pression; de T°; de débit). Le régulateur compare la mesure
à la consigne et s’il existe un écart , agit sur le servomoteur de la vanne de régulation par un signal de
commande dans le sens voulu pour ramener la grandeur réglée à la valeur de consigne.(suite P. 00 )

Fig. 31
Boucle de régulation
analogique

P 25
Boucle de régulation de la vanne automatique (suite P.25)

Un positionneur installé sur la vanne automatique vérifie en permanence que la position


réelle de la vanne correspond bien à la position théorique correspondant au signal
régulateur. Dans le cas contraire il modifie la pression d’air sur le servomoteur jusqu’à
Concordance de ces deux positions.

Fig. 32 a :
Boucle de régularisation
d’un échangeur thermique

Fig. 32 b : Boucle de régulation de pression

Fig.32.c : Boucle de régulation de niveau

P 26
Au niveau d’une boucle simple de régulation non pilotée par un calculateur,
la différence essentielle entre la régulation analogique « classique » et la régulation
Par S.N.C.C ( Système Numérique de Contrôle Commande ) concerne
essentiellement le régulateur.

* En régulation analogique classique, le régulateur est une entité. Il pilote


une seule boucle. Sa consigne est fixée localement par l’utilisateur.

Fig. 33 : boucle de régulation analogique

•En régulation par S.N.C.C , le régulateur est un élément d’une armoire


de régulation. Sa consigne est fixée au travers d’une console située dans
un autre lieu géographique.

Fig.34: boucle de régulation numérique

CNA : convertisseur Numérique Analogique


CAN : convertisseur Analogique Numérique Voir page 28

P 27
Boucle de régulation d’une vanne automatique (suite)
Différents types de signaux
Dans une boucle de régulation ou d’automatisme, les différents appareils sont reliés
entre eux et les informations circulent le plus souvent:
- sous forme de pression d’air,
- sous forme de courant électrique continu,
- sous forme d’information numérique,
Les signaux sont alors appelés respectivement ,signaux pneumatiques, électriques,
et numériques.
- Les signaux pneumatiques et électriques qui sont des signaux continus
sont dits analogiques.
- En numérique, les signaux sont émis à intervalles de temps réguliers
(secondes ou fraction de seconde)
Fig. 35: types de signaux

Un signal analogique est un signal un signal numérique est un signal


.variant continûment dans le temps . variant de façon discontinue dans le temps

fig. 36 : Conversion analogique-numérique

P 28
Numérisation
La transformation d'un signal analogique en signal numérique est
appelée numérisation.
Convertisseur analogique numérique
Un convertisseur analogique numérique (CAN) est un appareil permettant de
transformer en valeurs numériques un phénomène variant dans le temps.

fig. 37 : Conversion analogique-numérique

Convertisseur numérique analogique


Un convertisseur numérique analogique ( CNA) permet de restituer
un signal numérique en signal analogique

Fig. 38

 
Un convertisseur numérique - analogique permet de traduire
une information numérique (binaire) en une information analogique
c'est à dire en une grandeur physique (courant, tension

P 29
10) Système de régulation hydraulique
- Principe des systèmes hydrauliques
Les systèmes hydrauliques selon leur dénomination courante permettent
à l'énergie de se déplacer d'un point à un autre.

Fig.39 : Principe de base


d'un circuit hydraulique

Un circuit hydraulique fonctionne sous une certaine pression. L'énergie nécessaire


est délivrée par une motopompe électrique.
Cette motopompe qui véhicule l‘huile contenu dans un réservoir et l’envoyer vers
des dispositifs finaux (graissage des paliers des machines tournantes) en traversant
des accessoires tels que des filtres, un régulateur de pression, des relais, etc., avant
d’y retourner dans le réservoir principal .

Fluide hydraulique
Qu’est ce qu’un fluide hydraulique ?
Le travail principal d’un fluide hydraulique consiste à envoyer la force et l’énergie
appliquées à un point dans le système au point où l’action mécanique doit avoir lieu,

P 30
11) Les Pompes Hydrauliques
La pompe a pour but de faire circuler le fluide hydraulique. Elle change le mouvemen
et la force mécanique en énergie hydraulique. Toutes les pompes utilisées dans des
systèmes hydrauliques sont de type volumétrique.

Types de pompes hydrauliques

Pompes volumétriques rotatives fig. 40

Pompe à engrenages pompe à vis

Pompe à ailettes Pompe à pistons radiaux

P 31
12) Les vannes autorégulatrices
La vanne autorégulatrice est une vanne dont le fluide moteur est
le fluide contrôlé lui-même.
Pour la régulation des pressions quelques vannes autorégulatrices
sont équipées de soufflets à la place des membranes.

12. 1) Vanne de Contrôle de Pression/ Pressure Control Valve (PCV)

Fig.41

Fig. 42

La PCV maintient une pression hydraulique constante dans le circuit.

P 32
12.2) Vanne régulatrice de pression Différentielle
Différentiel Pressure Control Valve (DPCV)

Fig. 43:Transmetteur de pression différentielle

Fig. 44: Vanne régulatrice de pression Différentielle

La vanne de régulation automatique de pression différentielle est utilisée pour


maintenir l’équilibre hydraulique dans un système .

P 33
Le système hydraulique
Pour transmettre et contrôler l’énergie par des fluides hydrauliques, un système de
composants hydrauliques est nécessaire.
L’emplacement des composants hydrauliques dans un système est représenté
sur la figure ci-dessous:

Fig.45

Légende:
PA : motopompe à huile

PB : turbo pompe à huile

RA & RB : réfrigérant d’huile

EA : eau de mer arrivée (entrée)


PCV
de décharge ER : eau de mer retour (sortie)
Fig.43 : Disposition d’un système hydraulique
FA & FB : filtre à huile

PSV : soupape de décharge

PCV : vanne contrôle de pression


PDI : pression différentielle indiquée
Le fonctionnement du système hydraulique K : compresseur
Un réservoir contenant de l’huile. Deux pompes volumétriques
LG : niveau rotatives,
à glace une
PI : manomètre
en service, l’autre e stand-by aspire et refoule l’huile dans le circuit. Une vanne
THI : thermomètre
autorégulatrice de pression (PCV) maintient une pression consignée dans le circuit
d’utilisation (graissage des paliers des machines tournantes) en passant par des
échangeurs de T° et des filtres.

Des instruments de sécurité du ( Pressostats


de Pression ; température; niveau et
pression différentielle
(PSLL,TSHH ,LSLL, DPSH) sont installés dans
une armoire de protection et de signalisation

Fig. 46 :Armoires de protection et de signalisation P 34


13) Coefficient de débit Cv d’une vanne

La capacité de la vanne de régulation est traduite par son coefficient de débit Cv.
La relation fondamentale de détermination du Cv et origine de sa définition
établie en 1944 par la firme américaine Masoneilan
Par définition, le coefficient Cv est le nombre de gallons U.S. ( U.S gal/min ) d'eau
traversant en une minute une restriction lorsque la chute de pression au passage
de cette restriction est de 1Psi ( une livre par pouce carré).
Par exemple, on dira qu'une vanne possède un Cv de 12 , lorsque sous une chute
de pression de 1 psi, elle sera traversée à pleine ouverture par un débit de 12
gallons U.S. d'eau par minute. Le Cv est un repère de grandeur au moyen
duquel le technicien peut déterminer rapidement et avec précision la dimension
d'une restriction connaissant les conditions de débit, de pression et cela pour
n'importe quel fluide.

Nota : Cv = système Anglo-Saxon


Kv = système Européen

Avec :

coefficient de débit de la vanne. Il est d'usage de ne pas préciser


l'unité du Cv

GPM  : Gallons US par minute


PSI  : Livres anglaises par pouce carré

coefficient de conversion des unités internationales


en unité impériales

 : différence de pression aux bornes de la vanne

 : débit de fluide incompressible


 :
densité du fluide par rapport à celle de l'eau

Le Cv est proportionnel à la section de passage entre le siège et le clapet.


Cv = 0 , lorsque la vanne est fermée.
Cv = Cv max, lorsque la vanne est complètement ouverte.
Le Cv dépend aussi du profil interne de la vanne et du type d’écoulement
dans la vanne.
P 35
14) Cavitation et vaporisation

Variation de la pression statique à travers une vanne


En application du théorème de Bernoulli, la restriction de la section de passage
présentée par la vanne et son opérateur provoque une augmentation de la pression
dynamique.
Il en résulte une diminution de la pression statique plus ou moins importante selon :
la géométrie interne de la vanne ; la valeur de la pression statique en aval de
la vanne. Cette diminution de la pression statique de la vanne doit être comparée
à la tension de vapeur du liquide, à la température d'écoulement, car il peut en
résulter des phénomènes nuisibles à la qualité du contrôle et à la tenue du matériel.

14.1) Cavitation : Définition

La cavitation est un phénomène nuisible qui se présente fréquemment dans


les problèmes de pompage ;cependant, on la rencontre de plus en plus souvent dans
les vannes automatiques, lorsque les chutes de pression sont importantes. Cette
difficulté provient également de l'emploi de vannes ayant un coefficient de débit Cv
relativement élevé
La cavitation est la transformation d'une partie du liquide en phase vapeur lors de
l'accélération rapide au passage du liquide entre le siège et le clapet. Ce phénomène
englobe la disparition de ces bulles de vapeur à l'aval, ce qui produit des ondes
de pression pouvant atteindre une valeur de 7000 bar. Ces ondes de pression,
lors de la disparition de la phase vapeur, sont plus que toutes autres responsables
de l'usure rapide des clapets et sièges lorsque la chute de pression dans la vanne
est élevée.

La cavitation ne conduit pas seulement à une rapide détérioration des


matériaux du clapet, du siège, mais est aussi à l'origine des bruits extrêmement
désagréable et de vibrations anormales du clapet. Il est, par conséquent,
nécessaire de comprendre, et si possible d'éviter ce phénomène

P 36
14.2) Cavitation : phénomène

Fig.47 Pression statique dans le corps de vanne

Lorsque la pression statique dans la veine fluide décroît et atteint la valeur de la


tension de vapeur du liquide à la température d'écoulement, le phénomène de
cavitation apparaît (formation de petites bulles de vapeur au sein du liquide,
courbe 2 sur la figure).
Quand la pression statique s'accroît à nouveau (diminution de la vitesse par
élargissement de la veine fluide), les bulles de vapeur se condensent et implosent
Ce phénomène de cavitation présente les inconvénients suivants :
Bruit, d'un niveau sonore inacceptable, très caractéristique car semblable à celui que
provoqueraient des cailloux circulant dans la tuyauterie ;
Vibrations à des fréquences élevées ayant pour effet de desserrer toute la
boulonnerie de la vanne et de ses accessoires ;
Destruction rapide du clapet, du siège, du corps, par enlèvement de particules
métalliques. Les surfaces soumises à la cavitation présentent une surface granuleuse
Le débit traversant la vanne n'est plus proportionnel à la commande (voir courbe).

P 37
14.3) Vaporisation
Si la pression statique en aval de la vanne est faible (forte perte de charge dans
la vanne), le processus d'implosion des bulles gazeuses ne se produit pas :
celles-ci restent présentes dans la veine fluide, d'où le phénomène de
vaporisation (courbe 3, figure ).
Ce phénomène de vaporisation présente les inconvénients suivants :
Bruit, d'un niveau sonore moindre que celui provoqué par la cavitation ;
Dommages mécaniques sur le clapet, le siège et le corps, par passage à grande
vitesse d'un mélange gaz-liquide.

Conséquences pratiques
Pour éviter le bruit et la destruction rapide de la vanne, on doit calculer et
choisir une vanne de régulation ne présentant pas de phénomène de cavitation.
Tout au plus peut-on accepter une cavitation naissante.
De même, une vanne présentant un phénomène de vaporisation ne doit pas
être employée.

15) Symboles des vannes


Fig.48

vanne Vanne Vanne automatique Vanne ¼ de tour


manuelle Avec positionneur

Vanne
motorisée Vanne commandée
par électrovanne

Robinet à 3 voies

P 38
3) Maintenance des vannes de Régulation

1) Installation d’une vanne


1. Avant de procéder à l’installation d’une vanne, nettoyez la ligne. Retirez saletés,
résidus de soudage, dépôts et autres matières étrangères.

2. Chaque fois que possible, la vanne doit être installée droite, tête en haut. Cette
installation verticale facilite la maintenance de la vanne.

3-Vérifiez et revérifiez le sens d’écoulement pour être sûr que la vanne est
correctement installée. Le sens d’écoulement est indiqué par la flèche
sur le corps de vanne.

4 -Si la vanne doit être soudée en ligne, prenez extrêmement de précautions afin
d’éviter l’accumulation excessive de chaleur dans la vanne.

5- Connectez les lignes d’alimentation en air et les circuits des signaux de


commande. Les vannes de contrôle sont équipées d’un positionneur.

Remarque : Dans quelques cas rares, la pression d’alimentation en air doit être
limitée à moins de 150 psi (10,3 bars). Ceci est indiqué sur une vignette qui se trouve
près du port supérieur d’alimentation en air sur le cylindre de l’actionneur. Un
détendeur d’air doit être installé pour garantir que la pression d’alimentation ne
pourra pas dépasser la pression de ligne indiquée sur la vignette

P.39
Vérification rapide
Préalablement au démarrage, vérifiez l’état de la vanne de contrôle en suivant
les étapes ci-dessous :
1)Manoeuvrez la vanne et observez l’indicateur de position de l’obturateur
situé sur le collier de tige en le comparant à la réglette de l’indicateur de
course. L’obturateur doit changer de position de manière régulière et
linéaire, sans à-coup.

Remarque : Pour des raisons de friction excessive, la garniture de graphite


peut provoquer un déplacement saccadé de la tige de l’obturateur.

2)Vérifiez que la vanne peut effectuer sa course complète en effectuant


les modifications appropriées au niveau des signaux de commande.

3) Vérifiez toutes les connexions du circuit d’air à la recherche de fuites éventuelles

4) Vérifiez le bon ajustement des boulons de la boîte à garniture.


Ne serrez pas trop fort la garniture ou vous risquez de provoquer une usure
excessive de la garniture et une forte friction sur la tige, ce qui peut empêcher
le mouvement de l’obturateur.

5) Assurez-vous que la vanne s’arrête dans la bonne position par défaut en cas
de défaillance de l’alimentation en air. Pour ce faire, coupez l’alimentation en air
et observez la direction d’arrêt par défaut.

6) Après tout phénomène de température, les boulons de la bride du chapeau


doivent être resserrés selon le couple approprié pour garantir l’absence de
fuites au niveau des joints plats du chapeau.

P 40
2) Maintenance préventive

Au moins une fois tous les six mois, vérifiez le bon fonctionnement en suivant
les étapes de maintenance préventive détaillées ci-après. Ces étapes peuvent être
exécutées en laissant la vanne en ligne et, dans certains cas, sans interruption de
service.

Problèmes du siège de clapet )1


Les problèmes du siège de clapet sont souvent causés par les petites particules
qui se coincent entre le disque et le siège de la vanne.
Lorsque cela arrive, la vanne ne sera plus étanche. Les fluides du procédé
continuent à circuler dans la conduite, même si la vanne semble être fermé.
Pour se débarrasser des débris, Il faut ouvrir la vanne, laisser le fluide passer à
travers avec un débit maximal, puis refermer la vanne.

2) Recherchez s’il existe des signes de fuite au niveau des joints plats des brides
d’extrémité et du chapeau. Resserrez les boulons de bride et du chapeau.

3) Recherchez s’il existe des fuites de fluide vers l’atmosphère au niveau du


bouchon de purge du corps de vanne.

4) Examinez la vanne à la recherche d’éventuels dommages causés .

5) Nettoyez la vanne et remettez en peinture les zones touchées par une oxydation
sévère.

6) Vérifiez le bon serrage des boulons de la boîte à garniture

7) Si cela est possible, manœuvrez la vanne et vérifiez qu’elle fonctionne


sans à-coup et peut effectuer sa course complète. Un mouvement irrégulier
de la tige peut indiquer un problème interne à la vanne

8) Assurez-vous que le mécanisme du positionneur et le collier de tige sont


solidement fixés.

9) Assurez-vous que tous les accessoires, pattes d’attache et boulons sont


solidement fixés.
10) Nettoyez toute trace de saleté et autre matière étrangère de la tige de
l’obturateur

P.41
3) Révision des vannes automatiques
La vanne est livrée à la maintenance,

Mesures de sécurité
1) Avant d’intervenir sur la vanne, bien s’assurer de l’isolement de la vanne
automatique par ses vannes de garde ,
2) La ligne de la vanne dépressurisée à la pression atmosphérique et purges
ouvertes pour éviter tout accumulation de fluide.

Négliger ces mesures peut être la cause de blessures graves .


3) Dépose de la vanne,
4) Réception en atelier,
5) Ouverture de la fiche de suivi d’atelier,
6) Montage sur banc d’essai et contrôler son fonctionnement,
7) Repérage du sens de montage de l’ensemble des élément constitutifs de la vanne,
8) Désassemblage de l’ensemble de la vanne,
9) Désassemblage de l’actionneur ; examen visuel de l’état de la membrane
( remplacement de la membrane le cas échéant), et des ressorts,
10) Nettoyage de toutes les pièces,
11) Inspection de toutes les pièces. Une inspection approfondie de l’obturateur,
des bagues de sièges et de la tige, afin de déterminer si ces pièces doivent
être réutilisées, ou remplacées,
12) Rodage des sièges et des clapets si nécessaire,
13) Contrôle des portées de joints de brides et usinage si besoin,
14) Contrôle portée du joint de chapeau du corps de vanne,
15) Démontage et nettoyage des conduits d’air instruments, du filtre détendeur
et du positionneur,
16) Une fois la vanne désassemblée, procéder au sablage du corps extérieur de la
vanne pour recherche d’éventuelles fissures.
17) Le sablage terminé, procéder à la détection de fissures par la méthode
de ressuage

Fig. 49a:
Contrôle
par ressuage Fig.49b:
les produits de ressuage
(pénétrant & révélateur)

Cette méthode permet de mettre en évidence


d’éventuelles fissures sur tout métal
P.42
Fig. 50 : désassemblage d’une vanne

P.43
4) Réassemblage de la vanne
Remontage du corps de vanne
1) Remettez en place les bagues de sièges en veillant à ce qu’ils soient installés
correctement,
2) Remonter l’obturateur à l’intérieur du corps de vanne avec précaution pour
éviter d’érailler ou de gripper leur surface d’étanchéité au moment où vous les
installez à l’intérieur.
3) Installez les joints plats neufs du chapeau ,
Remarque : Tous les joints plats doivent être remplacés à chaque
désassemblage de la vanne

4) Abaissez le chapeau sur l’obturateur et le corps de vanne, en prenant


grand soin d’éviter d’érailler la tige de l’obturateur.

5)Une fois le chapeau correctement logé dans le corps de la vanne,


serrez à la main les boulons de la bride du chapeau
6)Installez une garniture neuve, remettez en place le presse étoupe de la
garniture et les boulons et serrez le tout,

Réassemblage de l’actionneur
7) Montage membrane et ressorts (fig.51)

Fig. 51

8) Montage du positionneur et réglage(fig.52)


Essai  de course selon les pressions
prescrites par le constructeur
Pour un fonctionnement correct
du convertisseur, alimenter en air Fig. 52
propre et vérifier périodiquement
le filtre-régulateur d'alimentation (fig. 53)

9)Remplacement, au besoin, des tubulures Fig. 53 :


cuivre ou autre. Filtre régulateur
pour air comprimé
Montage sur le banc d’essai
P 44
Contrôle de vanne automatique

Fig. 54

Nouvelle génération d'outil de Diagnostics Avancés sur site pour vannes de


régulation et instruments associés

Fig.55

P 45
5) Banc d’essai

Remontage de la vanne sur le banc

Fig. 56 : Banc de table


de régulation

Présentation
Le banc comprend la boucle de régulation, l’instrumentation de mesure, l’indication,
l’enregistrement et le contrôle.
Des circuits de perturbation, échelon ou autres modèles permettent de mettre en
évidence la réponse du procédé.

Les Essais
1) Essai d’étanchéité selon protocole,
2) A l’aide de l’actionneur, manœuvrez deux ou trois fois l’obturateur en position
de façon à centrer la bague de siège. Pour ce faire, amenez de l’air sur le dessus
de l’actionneur

3)Réglage de la vanne avec son positionneur selon les relevés initiaux


4)Etablissement d’un certificat de révision
 

P 46
6) Remontage de la vanne sur le site

Fig.57

7) Le graissage
La première méthode consiste à mettre le lubrifiant avant le mouvement
ou durant le mouvement . Cela peut se faire de manière manuelle,
par exemple en déposant des gouttes d’huile avec une burette , en plaçant
de la graisse par application avec un pinceau et par pression à l’aide d’une
pompe manuelle si la vanne possède de graisseur.
La Graisse : Domaine d’utilisation
Outre son rôle de lubrifiant (réduction de l'usure mécanique et des pertes
d'énergie dues aux frottements), la graisse crée une barrière d'étanchéité
vis-à-vis des éléments extérieurs (poussières, eau, solvants, chaleur, etc.).

8) Test de la vanne

Une fois le remontage et le graissage de la vanne terminés, en liaison avec


le technicien exploitation du site , effectuer une synchronisation de
la vanne ( 0; 25% ; 50% ; 75% ; 100%) localement et à distance à partir de
la salle de contrôle. Le mouvement de la tige de l’obturateur doit se faire
librement sans grippage.

Si résultat s’avère concluant, livrer la vanne automatique pour exploitation.

P.47
MERCI
DE VOTRE ATTENTION

P.48
Contrôle Non DESTRUCTIF
CND

I- Le Ressuage
Annexe
La méthode de ressuage (contrôle non destructif « CND » )

Domaine d’application
Le ressuage permet d'étendre le champ d'application de l'examen visuel à la
détection des défauts débouchants en surface sur la plupart des matériaux à
condition que ceux-ci ne soient poreux ou que leurs surfaces ne soient pas trop
rugueuses.

Le ressuage
1) La vanne désassemblée , protéger les portées des joints par du scotch,
2) Procéder au sablage(1) de la partie extérieure du corps de vanne,
3) Sablage terminé, bien nettoyer le corps de vanne avec une bonne pression d’air,
4) Appliquer le produit pénétrant ( couleur rouge) sur toute la partie extérieure
du corps de vanne, Ce liquide pénètre remplira les fines les fines capacités
débouchantes en surface
5) Laisser imprégner le liquide pénétrant pendant une durée de 15 à 20 mn,
6) Bien nettoyer avec une eau abondante le corps de vanne afin d’éliminer l’excès
du liquide pénétrant sur le corps de vanne; laisser sécher,
7) Etaler le révélateur( couleur blanche) sur toute la partie extérieure du corps
de vanne. Ce révélateur jouera le rôle de buvard en s’infiltrant dans
les micro cavités.
8) Visualiser s’il y a présence de fissures, Le liquide coloré contenu dans
les micro cavités ressort à la surface de la pièce en colorant localement
le révélateur. La position des défauts est alors mise en évidence. On obtient
une coloration plus ou moins intense et large qui matérialise les discontinuités
et donne une idée de leur importance. On peut alors interpréter les résultats.
9) Signaler toute présence de fissures du corps de vanne.
10) Remettre la pièce en état en éliminant toutes traces de produits

Contrôle par ressuage Les Produits de ressuage


Le Sablage des pièces métalliques

Le sablage est une technique industrielle de nettoyage des surfaces en utilisant un


abrasif projeté à grande vitesse à l'aide d'air comprimé au travers d'une buse, sur le
matériau à décaper.

Effets du sablage
La projection de sable à grande vitesse sur une surface a plusieurs effets :
Il décape, désoxyde, enlève une couche superficielle fragile (peinture par exemple).

Fig. : Opération de sablage

Fig. état de la pièce


avant & après sablage

Fig. :