Vous êtes sur la page 1sur 3

1ere méthode : la méthode de L’achèvement :

5141 Banque Avance


4421 Clients - avances et acomptes (N) Avance
6…. Charge coût réel coût réel cumulé
5141 Banque (N) cumulé
313 Produit en cours coût réel coût réel cumulé
7131 Variation des stocks cumulé
(N)
5141 Banque Avance
4421 Clients - avances et acomptes(N+1) Avance
6…. Charge coût réel coût réel cumulé
5141 Banque (N+1) cumulé
7131 Variation des stocks coût réel coût réel cumulé
313 Produit en cours cumulé N N
(élimination des charges de l'année précédentes ) (N+1)
3421 Client Total des Total des avances
7121 Ventes de biens et services avances
(constatation de produit)
4421 Clients - avances et acomptes Total des Total des avances
3421 Clients (neutralisation des avances et le avances
comptes clients)

2ème méthode : la méthode du bénéfice à l’avancement des travaux :

Coût des travaux réalisés à la clôture de l’exercice


Degré d’avancement =
Coût total estimé

Estimation du chiffre d’affaire : les règlements (les avances)-cout prévisionnel cumulé

5141 Banque Avance


4421 Clients - avances et acomptes (N) Avance
6…. Charge coût réel coût réel
5141 Banque (N) cumulé cumulé
313 Produit en cours coût réel coût réel
7131 Variation des stocks (N) cumulé cumulé
34272 Créances sur travaux non encor facturable CA partiel
7121 ventes de biens et services CA partiel
(L’estimation des bénéfices partiels
Les même écritures sauf il neutraliser le stock et ;;

7131 Variation des stocks


313 Produit en cours neutralisation
7121 ventes de biens et services
34272 Créances sur travaux non encor facturable
Neutralisation

les deux dernières écritures (sont les même)

Résultat net = Chiffre d'affaires attendu -Coût de revient prévu (Résultat net : perte)
Il faut donc doter une dépréciation et une provision pour pertes sur contrats :
Dépréciation des travaux en-cours : RSLT*pourcentage d’avancement
68173 Dotations aux dépréciations des stocks et en- Dépréciation Dépréciation
cours des travaux des travaux
3935 Dépréciations des travaux en cours en-cours en-cours
Provision pour risques pour le reliquat : RSLT- Dépréciation des travaux en-cours
6815 Dotations aux provisions d'exploitation
1516 Provisions pour pertes sur contrats
Logiciel
 Logiciels dissociés : Traitement comptable ; On distingue 5 CAS
1. Logiciels destinés à un usage interne, crées par l’entreprise :Valeur d’entrée = coût de
production du logiciel. Tenir compte des trois phases suivantes:
Phase conceptuelle
1 : Etude préalable
2: analyse fonctionnelle (conception générale de l’application)
3 : Analyse organique (conception détaillée de l’application)
Phase de production
4 : programmation
5 : Tests et jeux d’essais
Phase de mise à la disposition de l’utilisateur et de suivi
6 : documentation destiné à l’utilisateur
7 : Formation de l’utilisateur
8 : Suivi du logiciel (maintenance
Coût de production = Frais engagés au cours des étapes 3, 4, 5 et 6

Traitement comptable:
• Débit : 2220: Brevets, marques, droits et valeurs similaires • Crédit : 7142: immobilisations
incorporelles produites
• si, fin d’exercice le logiciel n’est pas encore achevé, on débite le compte: • Débit: 2285:
immobilisations incorporelles en cours • Crédit: le compte 7142

2. Logiciels destinés à un usage interne, acquis par l’entreprise


Coût d’acquisition:
•Prix d’achat •Les frais accessoires liés à l’acquisition et à la mise en état d’utilisation du logiciel,
avant sa mise en exploitation
•Sont exclus: o les frais de saisie initiale des données oFrais de formation du personnel
Traitement comptable
• Débit: 2220 « Brevets, marques, droits et valeurs similaires »: coût d’acquisition du logiciel • Crédit:
compte de dette ou un compte de trésorerie
3. Logiciel à usage commercial acquis par l’entreprise:
• On distingue deux situations: – Si le logiciel est utilisé comme moyen de production:
2220 « Brevets, marques, droits et valeurs similaires »; – Si le logiciel est destiné à la revente: • Son
coût est enregistré au débit : 6111 achats de marchandises,
• S’il reste non vendu à la fin de l’exercice: 3111 Marchandises

Logiciels destinés à un usage commercial, crées par l’entreprise, et élaborés pour un utilisateur
unique dans le cadre d’une commande client

Logiciels destinés à un usage commercial, crées par l’entreprise pour couvrir les besoins de plusieurs
utilisateurs

Logiciels destinés à un usage commercial, acquis par l’entreprise