Vous êtes sur la page 1sur 1

Droit Marocain : Entreprise En Difficulté Au Maroc

La nécessité d’un droit des difficultés d’entreprises (DDE)

Le DROIT DES ENTREPRISE EN DIFFICULTE (droit marocain) participe à l’édification d’un droit public et
économique. C’est un droit de l’entreprise malade. En effet le législateur intervient selon deux
étapes dans un ordre prioritaire :

Droit préventif : pour éviter que l’entreprise sombre, et cela par la mise en place des procédés
non contentieux. C’est la phase avant la cessation de paiement.

Droit curatif : c’est la phase après la cessation de paiement. Le législateur prévoit en premier
temps, et dans un souci d’ordre économique, (1) une procédure de redressement judiciaire de
l’entreprise et, en deuxième temps, souci d’ordre juridique, organise de (2) la liquidation judiciaire de
l’entreprise, c’est une procédure collective classique

Notion d’Entreprise En Difficulté :


Apparue avec le nouveau code de commerce, cette notion a pris le relai de celle traditionnelle de
faillite. Ces deux termes ne sont pas superposables. La notion d’entreprise en difficulté à été forgée
par le législateur afin de permettre le déploiement de la procédure lorsqu’une entreprise est
confrontée à des évènements qui menacent la continuité de son exploitation avant même qu’elle ne
soit en situation de cessation de payement.

La cessation de payement est une situation plus avancée elle suppose qu’une entreprise est dans
l’incapacité de payer à leur échéances les dettes exigibles dans la mesure où son actif disponible ne
lui permettant pas de faire face à son passif exigible.

L’objectif du droit contemporain des DDE étant de sauvegarder les entreprises, il était dès lors très
important de mettre en place les outils législatifs dès les premiers signes avant coureurs des
difficultés sans attendre que la situation de l’entreprise soit irrémédiablement compromise. C’est
l’objet même de la notion de difficulté d’entreprise qui renvoie à la continuité de l’exploitation
précisé par l’article 546 du CC. Autrement dit, l’entreprise a cessé de fonctionner de manière
harmonieuse à cause d’un processus de défaillance qui met à mal son développement, voire sa
survit. Le processus de défaillance peut être dû à des difficultés internes (propres à l’entreprises, ex :
mauvaise gestion, surendettement de l’entreprise, tensions sociales etc.) et peut avoir une origine
externe (difficulté à accéder à certains marchés, hausse des prix etc.).