Vous êtes sur la page 1sur 30

UNIVERSITE GAMAL ABDEL NASSER DE CONAKRY

----------------------------------------

INSTITUT POLYTECHNIQUE

GENIE INDUSTRIELLE ET MAINTENANCE GIM

MODULE GMAO
GESTION MAINTENANCE ASSISTEE PAR ORDINATEUR :

Année 2017/2018

Professeur : Mr KABA Sékou


Ingénieur mécanicien
Spécialisé dans la gestion maintenance industrielle

Tél. 622516711/662574441
Email : sekoukabafr@yahoo.fr

p. 1
TABLE DES MATIERES :

Chapitre Désignation Description du cours Heures


Chapitre 0 Présentation Décrire l’historique, les fonctionnalités, les bénéfices, 4H
Page 3--6 générale secteur d’activité concerné ainsi que les 4 étapes clés de
la mise en place de la GMAO
Il s'agit de décrire et de coder l’arborescence du
Module "gestion des découpage allant de l’ensemble du parc à maintenir aux
Chapitre I équipements équipements identifiés et caractérisés par leur DTE 8H
Page 7--14 (dossier technique
d'équipement) et leur historique, puis à leur propre
découpage fonctionnel.
Chapitre II Module "gestion du Ce module permettra de suivre les performances d'un 8H
Page 3--6 Suivi opérationnel équipement à partir des indicateurs de fiabilité, de
des équipements maintenabilité, de disponibilité.
Chapitre III Module "gestion des Ce module doit permettre un enregistrement rapide de la 8H
Page 3--6 interventions durée, de la localisation, et de la nature d'une intervention.
Ce module doit permettre de gérer la maintenance
systématique à travers un planning calendaire par
Chapitre IV Module "gestion du équipement, les dates étant prédéterminées ou 8H
Page 3--6 préventif' déterminées à partir d'un relevé de compteur (ou d'une
mesure dans le cas de la maintenance conditionnelle).
Le déclenchement sera automatique, par listing
hebdomadaire des opérations prévues dans la semaine.
Chaque opération sera prévue par sa gamme préventive.
Chapitre V Module "gestion des Le système repose sur le fichier des articles en magasin 8H
Page 3--6 stocks comprenant les "lots de maintenance" par équipement et
sur les mouvements entrées/sorties du magasin.
Caractéristiques de la fonction maintenance : Beaucoup
de références et de fournisseurs pour des quantités faibles
Chapitre VI Module "gestion des et des délais courts. Ce module doit permettre la gestion
Page 3--6 approvisionnements des achats.
et des achats 8H
La base de ce module est constituée des historiques
automatiquement alimentés par chaque saisie de BT
Chapitre VII Module "analyse (bons de travaux) ou OT (ordre de travaux). Ce module 8H
Page 3--6 des défaillances" doit permettre une analyse quantitative ou qualitative des
défaillances.

p. 2
CHAPITRE 0 : Présentation générale
Bienvenue dans le module GMAO.
Les flux d’information dans le service de maintenance sont très nombreux et leur gestion demande un temps
très important pour les gérer. L’informatique nous apporte un outil qui va permettre de diminuer le temps de
traitement et de l’information et va donc être indispensable dans un service bien organisé. Le choix de l’outil
approprié au service est le point le plus délicat car il induit une utilisation sur de nombreuses années.

Ce que vous devez savoir avant d’aborder ce module : Les notions de maintenance ; quelques éléments
d’informatique (utilisation de progiciels standards).

Ce qui vous est proposé : Une présentation des modules d’un logiciel de GMAO avec leur mise en œuvre et
des conseils pour réussir cette mise en œuvre.

Ce que vous allez apprendre, améliorer ou tester dans ce module :

Les modules d’une GMAO.


Comment aider au choix d’une GMAO.

Ce que vous devez savoir à la fin du module :

Comment implanter une GMAO dans un site industriel après l’avoir choisie.

Définition :
La GMAO est un progiciel organisé autour d'une base de données, permettant de programmer et de suivre
toutes les activités d'un service de maintenance et les objets de cette activité sous les trois aspects technique,
budgétaire et organisationnel à partir de terminaux disséminés dans les bureaux techniques, ateliers,
magasins et bureaux d'approvisionnement.

HISTORIQUE :
Historiquement, la notion de GMAO a émergé dans les années 1980, parallèlement à la gestion de la
production assistée par ordinateur (GPAO).

Les tout premiers logiciels furent des développements spécifiques conçus pour répondre aux besoins de
l'industrie, dans le cadre de la maintenance d'équipements de production. Les premiers progiciels (logiciels
standard) datent en France de la fin des années 1980 et eux aussi furent dans un premier temps destinés au
milieu industriel. On compte à la fin des années 1980 une dizaine de logiciels standard de GMAO proposés en
France.

Par la suite, les logiciels de GMAO ont trouvé des applications dans la maintenance de tous types
d'équipements : biens immobiliers, véhicules, installations techniques (hôpitaux, centres de recherche, etc.),
infrastructures de transport (autoroutes, aéroports, etc.).

Face à cet élargissement des secteurs s'équipant en GMAO, les éditeurs ont réagi de manière diverse :
certains éditeurs ont fait le choix de continuer à proposer un logiciel unique pour tous les secteurs, d'autres se
sont spécialisés dans des domaines spécifiques, d'autres enfin s'adressent à tous les domaines mais en
proposant des versions pour chaque secteur d'activité particulier, développées à partir d'un « noyau » logiciel
commun.

En parallèle à cet élargissement des secteurs d'activité concernés, les logiciels de GMAO ont progressivement
intégré des fonctionnalités dépassant le cadre des besoins d'un service de maintenance, en permettant une
prise en charge plus globale des processus associés aux équipements. De fait, le marché de la GMAO est
aujourd'hui indissociable de celui de l'asset management (EAM), ou « gestion des actifs physiques ».

Il existe aujourd'hui plusieurs centaines d'outils de GMAO dans le monde ou en France, diffusés par des
éditeurs ou des intégrateurs informatiques.
p. 3
FONCTIONNALITES D'UNE GMAO :
Une GMAO vise en premier lieu à assister les services maintenance des entreprises dans leurs missions. Un
service de maintenance, selon la définition de l'AFNOR, cherche à maintenir ou à rétablir un bien
(équipement) dans un état spécifié afin que celui-ci soit en mesure d'assurer un service déterminé. Une
GMAO peut également être utile dans d'autres services de l'entreprise, comme la production ou l'exploitation
(afin de fournir des informations sur l'état des équipements), ainsi que la direction financière ou générale de
l'entreprise, en fournissant des indicateurs facilitant les prises de décisions en matière de renouvellement de
parc, par exemple.

Ainsi, les fonctions les plus courantes de ces progiciels sont :

 La gestion des équipements : inventaire des équipements, localisation, gestion d'information dédiée
par type d'équipement (production, bâtiments, véhicules, réseaux, ordinateurs, gestion de la
documentation technique - plans, schémas, recommandations et normes constructeurs) ;
 La gestion des interventions : corrective (avec OT : ordre de travaux, ou BT : bon de travaux, ou
ODM : ordre de maintenance), préventive (systématique, conditionnelle, prévisionnelle) ; ce module
comporte souvent des fonctionnalités ouvertes à des utilisateurs au-delà du service de maintenance,
comme une gestion des demandes d'intervention (DI), permettant à toute personne autorisée de
l'entreprise de signaler une anomalie devant être prise en considération par la maintenance ;
 La gestion des stocks : magasins, quantités minimum ou maximum de réapprovisionnement, analyse
ABC, listes de sélection (pick-lists), référencement et recherche, articles de rechange, catalogue
fournisseurs ;
 La gestion des achats : de pièces détachées ou de services (sous-traitance, forfait ou régie), cycle
devis, demande d'achat, commande, réception et retour fournisseur, facturation ;
 la gestion du personnel et le planning : activités, métiers, planning de charge, prévisionnel, pointage
des heures ;
 La gestion des coûts et budget : de main-d'œuvre, de stocks, d'achat, de location de matériel,
préparation des budgets, suivi périodique, rapports d'écart ;
 Indicateurs clés de performance (key performance indicators : KPI) : cockpit de pilotage ou
tableau de bord pour le manager (requêtes de base de données concernant des statistiques, des
alertes) ;

BENEFICES ATTENDUS :
Les bénéfices attendus de la mise en place d'une GMAO sont potentiellement importants, bien que difficiles à
chiffrer car souvent indirects. On peut citer :

 Meilleure gestion et réduction des coûts (main-d'œuvre, pièces détachées, traitement administratif,
etc.),
 Amélioration de la fiabilité et de la disponibilité des équipements,
 Optimisation des achats (aide aux appels d'offres, gestion des contrats de prestataires externes, etc.),
 Amélioration du retour d'expérience (REX) grâce notamment à l'historique des travaux de
maintenance,
 Amélioration de la planification des interventions,
 Recherche du ratio préventif/correctif optimal en fonction des équipements gérés et des objectifs de
disponibilité,
 Meilleur contrôle de l'activité des sous-traitants et prestataires externes,
 Amélioration de la gestion des stocks (meilleur contrôle des sorties, aide aux inventaires, optimisation
du taux de rotation, etc.),
 Traçabilité des équipements, parfois pour répondre à des contraintes réglementaires (ATEX,
21CFR11, etc.),
 Participation à une démarche de maintenance productive totale (TPM),
 Aide à la décision grâce à la fourniture d'indicateurs plus objectifs, notamment les décisions de
renouvellement de matériel.

SECTEURS D'ACTIVITE CONCERNES :


Tous les secteurs d'activité qui ont des équipements à maintenir sont potentiellement concernés par
l'exploitation d'un outil de GMAO. On peut ainsi citer les secteurs :

p. 4
 De l'industrie (automobile, pharmaceutique, etc.),
 De la production, de la maintenance corrective et préventive,
 De l'énergie (gaz, pétrole, électricité, etc.),
 Des transports (routier, ferroviaire, aérien, transports publics, etc.),
 Médicaux (hôpitaux, cliniques, etc.),
 De l'immobilier (HLM, locatif, d'entreprise et sièges sociaux, moyens généraux, etc.),
 De la grande distribution,
 Des collectivités locales (communauté urbaine, agglomération, aéroport, etc.),
 Des travaux publics,
 Des télécoms (gestion des équipements réseau).

ETAPE POUR LA MISE EN PLACE D’UNE GMAO :


Pour réussir au mieux son installation et son utilisation vous devriez suivre un cahier de charge avec ces
étapes clés.
 Le travail préparatoire
 Définition des besoins
 Installation du GMAO
 Formation du personnel
1- Le travail préparatoire
Le travail préparatoire est le plus important de tous, celui qui vous permettra de réussir ou non votre mise en
place de votre GMAO.
Il s’agit tout d’abord de faire l’audit de l’existant.
Définir un objectif de temps de la mise en place de la GMAO.
Définir l’investissement que l’entreprise est prête à mettre pour une GMAO.
2- Définir les besoins :
Définir ces besoins en analysant l’arborescence des équipements.
Faire un canevas des équipements que l’on souhaite intégré à la GMAO.
Lorsque que vous faite l’arborescence des machines il faut savoir s’arrêter à un niveau de détails utilisable.
Formaliser les processus de maintenance si cela n’est pas déjà fait.
C’est à dire que par rapport aux types de maintenance définie curative, préventive, etc.
Vous aurez des documents pré établie que vous pourrez intégrer à la GMAO.
Définir  les gammes de maintenance.
Les gammes de maintenance sont les opérations successives liées à une maintenance sur une machine.
Sur vos gammes de maintenance il y aura défini les ressources nécessaires en personnel, en pièces de
rechange, en outillage et en temps.
Le but de cette étape est de rassembler tous les documents du service maintenance pour pouvoir les intégré
au mieux à la GMAO, le plus facilement et le plus rapidement possible.
  3- Installer la GMAO : L’installation de la GMAO avec les nouvelles technologies évolue aussi. Les modes
d’installation d’une GMAO :
 Sur CD
 Sur Serveur
 Externalisé
 Sur Téléphone ou Pad
Votre choix d’installation dépendra de votre façon de travailler et votre type d’entreprise.
Si vous faite du SAV optez pour l’installation sur téléphone ou pad.
Si vous êtes sur une entreprise avec grande superficie de travail optez pour l’installation sur serveur avec des
PC parsemé un peu partout dans l’entreprise.
Si vous êtes sur une petite structure et que vous retournez sur le même point a chaque fin de mission optez
pour l’installation CD. Toutes les GMAO seront avec code d’accès, leur modification peut être fatale pour
l’entreprise. Intégré toute les données que vous avez définies dans vos besoins à votre GMAO.
Un gros travail de saisi vous attend mais si l’étape précédente est bien faite cela devrait vous aider fortement.
Faite le premier test sur un équipement.
Sortez les premiers OT, OM, etc.
C’est premier test vont vous permettre de corriger les erreurs et de vous assure de la bonne transition avec
l’étape suivante.
Une bonne GMAO bien régler vous permettra encore mieux à faire comprendre son utilités a des élément
réticents  à son utilisation
p. 5
4- Formation du personnel : La formation du personnel peut être faite par une entreprise extérieure ou si
vous avez pris un consultant pour le projet, il pourra fournir une formation.
Il faudra faire tous d’abord un travail managérial pour faire accepter ce nouvel outil à l’équipe maintenance et
des services annexes qui utilisent la GMAO.
La meilleure des formations est son utilisation quotidienne.
Le faite d’utilisé la GMAO quotidiennement le service maintenance va assimiler son utilisation comme une
habitude. Les grandes difficultés seront dans votre ancienne méthode de travail. Si vos procédures étaient
sous forme papiers. Si vous utilisé une GMAO maison. Il faudra changer les habitudes brutalement, faire des
transitions lentes ne fera que vous faire perdre du temps en augmentent les saisies dans la GMAO.

La formation sera un vrai changement et comme tous changement, il y a aura un bouleversement des
méthodes de travail. Cette étape est déterminante pour le bon résultat de l’implantation de la GMAO.

Conclusion :
La mise en place de la GMAO est une étape importante pour l’entreprise la mener à bien est primordiale
suivre ces étapes et vous réussirez l’implantation de votre Gmail faut savoir que ce n’est pas la GMAO qui
s’adapte à l’entreprise. La GMAO est un logiciel préconçu avec des options.
Son choix devra être le plus proche de vos besoins.
J’espère que tous ces conseils ont pu vous être utile et bon courage.

PRINCIPAUX LOGITIELS DE GMAO :

PRINCIPAUX EDITEURS GENERALISTES EN GMAO/EAM EN FRANCE :

PRINCIPAUX EDITEURS SPECIALISTES EN GMAO/EAM EN FRANCE :

p. 6
CHAPITRE I : Module gestion des équipements
GESTION DES EQUIPEMENTS :
Il s'agit de décrire et de coder l’arborescence du découpage allant de l’ensemble du parc à maintenir aux
équipements identifiés et caractérisés par leur DTE (dossier technique d'équipement) et leur historique, puis à
leur propre découpage fonctionnel.
Il s’agit d’une véritable description fonctionnelle, géographique et comptable de vos installations, permettant
de disposer d’une vision globale de l’ensemble de vos actifs.
 Inventoriez simplement et rapidement tous vos équipements dans une arborescence illimitée en
nombre de niveaux et modifiable dans le temps.
 Associez toutes les informations comptables et techniques à chaque équipement
 Accédez rapidement aux pièces de la nomenclature, aux interventions, au préventif de l’équipement
 Retrouvez facilement vos équipements et accédez rapidement aux pièces et aux contrats de
l’équipement
 Consultez l’historique des déplacements et des précédentes affectations de l’équipement dans
l’arborescence.

GESTION DE LA NOMENCLATURE DE MAINTENANCE :


Définition :
La nomenclature ou gestion des actifs permet non seulement de structurer l'ensemble des caractéristiques
des moyens à maintenir dans une base de données, mais aussi de définir tous les niveaux d'imputation et
d'analyses techniques et financières. La nomenclature ou organisation de données se définit au travers de
l'arborescence
Analytique. Si nécessaire, vous pouvez aussi définir une arborescence géographique.

L'organisation des données est une étape non seulement obligatoire, mais aussi fondamentale pour le
fonctionnement même du progiciel. Des choix faits lors de la définition de cette organisation des données vont
dépendre d'une part, l'utilisation qui sera faite du progiciel au quotidien, et d'autre part, les analyses qui
pourront être faites.

p. 7
ARBORESCENCE ANALYTIQUE :

ARBORESCENCE GEOGRAPHIQUE : TODOSCHEMA :

LA FICHE EQUIPEMENT :
La fiche équipement, composée de plusieurs onglets, regroupe non seulement des données descriptives
(criticité, n° de série, prix d'achat…), mais aussi des données opérationnelles telles que les fiches de
maintenance préventives ou encore les compteurs qui concernent l'équipement.
Pour créer un équipement, il est obligatoire de renseigner les 4 entités suivantes :
-Son code identifiant Equipement,
-Sa Désignation,
-Le C.F. auquel il est rattaché,
-La Famille d'équipement à laquelle il appartient.
Remarque :
1. A un instant donné, un équipement ne peut être rattaché qu'à un et un seul C.F.
Il est tout à fait possible qu'un équipement change de CF au cours de sa vie. Pour cela, on effectue une
opération de Transfert d'Equipement.
Pour plus de détails sur cette fonctionnalité, voir Transfert d'équipement et historique
2. Le code identifiant de l'équipement peut être saisi manuellement ou bien piloté par le format rattaché
à la famille de l'équipement.
Pour plus de détails sur cette fonctionnalité, voir la partie La Famille d'équipements
3. La date de Mise en service que l'on trouve sur l'onglet "Compléments" est obligatoire, mais Optimaint la
renseigne par défait par la date système lors de la création de l'équipement. Elle est bien entendue modifiable
ensuite par l'utilisateur.

p. 8
CI-DESSOUS LES FICHES D’IDENTITE D’OPTIMAINT ET DE AQ MANAGER :

OPTIMAINT :

p. 9
p. 10
AQ MANAGER :

L’écran des Equipements permet le référencement et la description technique des équipements présents sur
un site.
En plus des caractéristiques et des informations diverses, l’écran des équipements permet une planification
des interventions préventives, un suivi détaillé d’un historique d’interventions et des coûts de maintenance.
Il est possible de regrouper les équipements sous forme d’arborescence multi niveau permettant un
attachement des équipements entre eux. Le nombre de niveau de l’arborescence n’est pas limité. Les niveaux
créés conditionnent une partie des cumuls réalisables dans les statistiques et les analyses du logiciel.
Un même équipement peut être situé dans trois arborescences différentes :
 une arborescence d’équipements
 une arborescence par localisation
 une arborescence par ligne de production
Il existe une fonction de duplication des équipements, qui permet de copier une fiche équipement ou une
branche complète de l’arborescence. Cette fonction est disponible depuis l’écran des équipements en cliquant
sur le bouton de la barre d’outils.

Onglet Equipement
N° Equipement Le numéro interne de l'équipement peut être saisi. Selon le
paramétrage, ce numéro sert à sélectionner les équipements
dans les différents écrans de la GMAO.
Le numéro peut contenir vingt caractères alphanumériques.
Equipement Le nom de l'équipement peut être saisi. Selon le paramétrage,
ce nom sert à sélectionner les équipements dans les différents
écrans de la GMAO.
Le nom peut contenir cinquante caractères alphanumériques.
Modèle Le modèle de l'équipement.
N° série Le numéro de série de l'équipement.

p. 11
Type Le type de l'équipement (ex. : la famille des pompes, des
moteurs, ...). Lors du choix d'un type d'équipement, les
caractéristiques et l'agenda théorique de fonctionnement du
type d'équipement sont copiées dans l'équipement courant. Il
est possible ensuite de personnaliser les données techniques
dans chaque équipement.
Fonction La fonction de l'équipement.
Famille AFNOR Le nom de la famille de l'équipement tel qu’il est défini par
l'AFNOR.
Priorité La priorité de l'équipement. Un conseil : n'utilisez pas toujours
la priorité urgente, la planification sera alors plus difficile.
Attaché à Le champ "attaché à", permet de construire l’arborescence
des équipements.
Ce champ permet d’associer l’équipement à son équipement
père.
Fournisseur Le fournisseur de l'équipement, à sélectionner dans la liste
des fournisseurs/clients.
Constructeur Le constructeur de l'équipement, à sélectionner dans la liste
des fournisseurs/clients.
Client Le client auquel appartient l’équipement, à sélectionner dans
la liste des fournisseurs/clients.
Description La description de l'équipement. Le raccourci clavier Shift+F2
active une fenêtre de zoom permettant la saisie de plusieurs
pages de texte.

Les champs Compteur permettent le suivi des compteurs d'équipements. Ces compteurs peuvent être utilisés
afin de connaître le temps de fonctionnement de chaque équipement et pour planifier la maintenance
préventive.
Afin de suivre l’évolution des valeurs de chaque compteur, une liste des compteurs à relever peut être éditée
automatiquement à condition d’avoir renseigné dans chaque équipement le champ Fréquence de relevé de
compteur en jour.
La mise à jour des compteurs peut se faire peut de faire dans les différents écrans suivant :
 Saisie des compteurs
 Saisie des prestations du personnel
 Bon de travail et Rapport d’intervention

Valeur L'indice du compteur (valeur du dernier relevé).


Unité L'unité du compteur (ex : H, l, m3 …).
Fréquence de relevé en La fréquence du relevé de compteur (en jours).
jour
Date dernier relevé La date du dernier relevé, cette date est mise à jour
automatiquement à chaque saisie du nouvel indice.
Valeur moyenne par jour Le champ calculé, qui affiche le nombre moyen d'unité
compteur par jour.
Bâtiment Le bâtiment où est situé l'équipement.
Unité L'unité où est situé l'équipement.
Section La section où est situé l'équipement.
Sous-section La sous-section où est situé l'équipement.
Ligne La ligne de production à laquelle l'équipement est attaché.
Cette fonctionnalité est surtout utile lorsque des entretiens
préventifs sont basés sur un nombre d’arrêts de ligne.
Dans ce cas, les entretiens préventifs seront planifiés sur
base du calendrier des arrêts.

p. 12
Agenda Théorique L'agenda théorique de l'équipement permet de préciser le
nombre d'heures théorique de fonctionnement journalier de
chaque équipement. Ces heures théoriques de
fonctionnement peuvent être utilisées dans la planification
d’interventions préventives et dans le calcul de ratios
disponibles dans les statistiques et notamment le MTBF.
Moyenne La moyenne journalière de fonctionnement théorique de
chaque équipement. Cette moyenne est calculée
automatiquement à partir des informations contenues dans les
champs lundi à dimanche de l'agenda théorique de
l'équipement.
Conformité La conformité des équipements, selon les normes, peut être
suivie en créant différents indices de conformités (1, 2, 3 ou A,
B, C,...), ces indices permettent de définir le niveau de
conformité de l'équipement.
Compte analytique Le compte d'imputation comptable analytique, ces comptes
permettent de cumuler les coûts, imputés sur les
équipements, par compte analytique et d’y suivre des
budgets.
Compte de travaux Le compte d'imputation des travaux, ces comptes permettent
de cumuler les coûts, imputés sur les équipements, selon les
objectifs de la maintenance qui ne correspondent pas
nécessairement aux objectifs de la comptabilité.

Onglet Caractéristique :
Type d'équipement Le type de l'équipement (pompe, moteur,...). La sélection d’un
type d’équipement peut mettre à jour la liste des
caractéristiques de l’équipement sélectionné. Les valeurs de
chaque caractéristique peuvent être personnalisées dans
chaque fiche équipement.
Caractéristique Le nom de la caractéristique (Ex : pression, ampérage,
capacité maximum, charge maximum,...).
Valeur La valeur de la caractéristique qui peut être sélectionnée dans
une liste déroulante.
Unité de mesure L'unité de mesure de chaque caractéristique d'un équipement
(Ex : M³/H, Bar, Litre,...).

Onglet Annexe 1
Durée de vie La durée de vie estimée de l'équipement.
Valeur achat La valeur d'achat de l'équipement.
Valeur revente La valeur de revente de l'équipement.
Valeur ajoutée La valeur ajoutée de l'équipement.
Budget maintenance La valeur du budget annuel prévu et du réalisé en
maintenance sur l'équipement. Le champ Budget réalisé n’est
pas calculé automatiquement. Le suivi des budgets se fait par
la gestion des comptes analytiques.

p. 13
Budget investissement La valeur du budget annuel prévu et du réalisé en
investissement ou travaux neufs sur l'équipement. Le champ
Investissement réalisé n’est pas calculé automatiquement. Le
suivi des budgets se fait par la gestion des comptes
analytiques.
Les budgets réalisés, dans cet écran, ne se calculent pas automatiquement, c'est à l'utilisateur de les
renseigner. Pour pouvoir suivre précisément les coûts des équipements (calculés par la GMAO), il faut se
rapporter au point Budget du menu Table.
Texte libre Un commentaire sur l'équipement.
Remarque Une zone de remarques libres sur l'équipement.

Onglet Annexe 2
L’onglet Annexe 2 comporte une série de champs personnalisables permettant la saisie d’informations
complémentaires sur chaque équipement. Cet écran peut être personnalisé en modifiant les étiquettes des
champs. Les champs disponibles sont de type textes, dates et numériques.

Onglet Pièces

L'onglet Pièces permet la définition de la nomenclature pièce de chaque équipement et sous-équipement de


l’arborescence. Il est possible de préciser la quantité de pièces présente sur chaque équipement, ainsi que la
saisie de remarques.
Equipement N° Le numéro de l'équipement.
Libellé Le nom de l'équipement.
Pièce Le nom et le numéro de la pièce.
Quantité La quantité de pièces présente sur l’équipement.
Remarques Une zone de texte libre pour chaque lien pièce-équipement.
Remarque : La GMAO offre la possibilité de compléter automatiquement ces listes de pièces, grâce aux liens
pièces-équipements réalisés dans les B.T. / R.I. et dans les Commandes. Cette fonction peut être activée
grâce au Paramètre local, Autorisation de l'attachement de pièces détachées à l'équipement.

Onglet Préventif
L'onglet préventif permet la définition des entretiens préventifs à effectuer sur chaque équipement.
Pour créer un entretien préventif, il suffit d’associer une gamme de travail à un ou différents équipements et de
définir une fréquence. Il est possible de définir quatre types de fréquences d'entretiens préventifs différentes:
 Les fréquences calendaires basées sur les dates du calendrier.
 Les fréquences sur arrêt basées sur le calendrier des arrêts des équipements.
 Les fréquences compteurs basées sur le compteur des équipements.
 Les fréquences heures théoriques basées sur les heures de l’agenda théorique de l'équipement.
 Les fréquences préventives liées basées sur le nombre d’occurrence d’un autre préventif auquel il
est lié.
Les entretiens préventifs, définis dans cet écran, vont générer des bons de travaux soit automatiquement à
chaque démarrage de l’application, soit à la demande en cliquant sur le bouton Préventif du menu Travaux.

p. 14
CHAPITRE II : Module "gestion du Suivi opérationnel des équipements

Ce module permettra de suivre les performances d'un équipement à partir des indicateurs de fiabilité, de
maintenabilité, de disponibilité.
Attention : Avant de lancer cette édition, vous devez lancer le calcul du bilan sur la période nécessaire.
Les paramètres de cette édition sont :
• Le nom du Destinataire : par défaut, c'est le nom de l'utilisateur connecté,
• Le Secteur, la Division, le Centre analytique, le Centre de Frais (C.F.), la Famille Equipement, la Sous-
Famille Equipement, le Type Equipement, le Groupe d'équipement, la Marque, un champ personnalisé (Perso)
lié aux familles d'équipements : tous ces champs sont facultatifs,
• Les Date début et Date fin : ce sont des champs obligatoires,
• la possibilité d' Editer les Equipements dont le temps d'indisponibilité est nul : dans ce cas, cocher l'option.
Option de tri selon :
- Le Nombre de pannes : tri en décroissant,
- Le Temps ou le Coût indisponibilité : tri en décroissant,
- Le Taux disponibilité : tri en croissant,
- Le M.T.B.F. : tri en croissant,
- Le M.T.T.R. : tri en décroissant,
- Le C.F. : tri en croissant,
Pour obtenir la prévisualisation à l'écran, cliquez sur le bouton valider. Vous pourrez imprimer cette édition
après l'affichage.
L'état présente pour chaque équipement :
- l'équipement et sa désignation,
- le rang dans le tri,
- le nombre de pannes,
- le temps d'indisponibilité,
- le coût d'indisponibilité,
- le temps d'ouverture de l'équipement (dans la période sélectionnée),
- le taux de disponibilité,
- le M.T.B.F. exprimé en heure,
- le M.T.T.R. exprimé en heure,
Ainsi que le total général pour :
- le nombre de pannes,
- le temps d'indisponibilité,
- le coût d'indisponibilité, et la moyenne pour le taux d'indisponibilité.

Les graphiques en fin d'état présentent les vingt premiers équipements classés par heures ou par taux
d'indisponibilité. Les équipements hors de ce classement sont regroupés dans la dernière colonne "Autres".

p. 15
p. 16
p. 17
CHAPITRE III : Module gestion des interventions
Ce module doit permettre l’édition d’une demande d’intervention, d’un bon de travail et un enregistrement
rapide de la durée, de la localisation, et de la nature d'une intervention.

DEMANDE D’INTERVENTIONBONS DE TRAVAUX/RAPPORTS D’INTERVENTIONS :

DEMANDE D'INTERVENTION SOUS OPTIMAINT :


Cette fenêtre permet de gérer les demandes d'intervention (en abrégé D.I.).
Le numéro de la D.I. qui permet d'identifier la demande ne doit pas être saisi lors de la création. Ce numéro
est affecté automatiquement par OptiMaint.
Onglet Général :
L'Emetteur est le code de l'intervenant qui est à l'origine de la demande d'intervention.
Le Destinataire est le code de l'intervenant qui sera responsable de la gestion de la demande d'intervention
(par exemple, le service maintenance de l'entreprise).
La Date souhaitée d'intervention est obligatoire ; par défaut, OptiMaint retiendra la date du jour. Il s'agit ici de
la date de début souhaitée pour l'intervention.
La Date d'émission prend par défaut les date et heure actuelles. Vous pouvez les modifier, comme par
exemple, saisir la date et heure de panne qui sont antérieures aux dates et heure en-cours. Cette date sera
utilisée pour définir la date de début de B.T. lors de la conversion (voir le Bon de Travail).
La rubrique permet de préciser la nature de l'intervention. Si elle est saisie dans la demande d'intervention,
elle sera automatiquement proposée en valeur par défaut lors de la prise en compte et lors de la conversion
en bon de travail.
La Priorité, facultative, permet d'indiquer le degré d'urgence de l'intervention.
Le Symptôme permet d'indiquer la nature du problème rencontré.
Remarque : Lorsque le champ Observation n'est pas saisi par l'utilisateur et qu'un Symptôme est choisi, la
désignation de ce symptôme est proposée par défaut dans le champ Observation.
L'Equipement identifie l'équipement sur lequel doit s'effectuer l'intervention.
L'Etat équipement permet de préciser si l'équipement est à l'arrêt ou en service. L'état dégradé doit être utilisé
lorsque l'équipement est en service, mais que l'intervention doit être faite à l'arrêt.
L'Organe, en relation avec l'équipement, identifie avec plus de précision, le sous ensemble de l'équipement
concerné par l'intervention.
L'état organe permet de préciser si l'organe est à l'arrêt ou en service. L'état dégradé doit être utilisé lorsque
l'organe est en service, mais que l'intervention doit être faite à l'arrêt.
Le C.F. (centre de frais) permet l'attribution analytique des frais occasionnés par l'intervention. S'il est saisi ici,
il sera proposé automatiquement lors de la saisie d'activités hors B.T.
S'il n'est pas saisi, c'est tout d'abord le centre de frais de l'émetteur qui sera choisi automatiquement. Si
l'équipement a La Localisation permet de préciser l'endroit au sein de la société concerné par la demande
d'intervention. La saisie de la localisation est facultative.
L'Observation est obligatoire : elle doit être suffisamment précise pour permettre au destinataire de juger du
degré d'urgence de l'intervention.
La case à cocher Validation intervention obligatoire permet de rendre obligatoire la validation par signature de
la demande d'intervention avant sa clôture (voir option Utilisation cycles de validation).
Onglet Compléments :
La saisie dans cet onglet est facultative. Cependant, les renseignements renseignés ici seront repris
ultérieurement durant le cycle de vie de la demande d'intervention, notamment lors de la conversion en bon de
travail ou lors d'une saisie d'activités hors B.T.
Le projet doit être saisi lorsque les dépenses qui seront engagées sur un éventuel B.T. de cette D.I. doivent
être faites au titre d'un projet particulier, pour lequel il a été défini une enveloppe budgétaire globale. Le coût
total engagé ne pourra bien sûr jamais dépasser le budget global du projet. 
Le contrat doit être saisi lorsque les dépenses qui seront engagées sur un éventuel B.T. de cette D.I. doivent
être faites au titre d'un contrat. 
Si l'équipement saisi dispose d'un compteur, la valeur du compteur peut être saisie en précisant l'Unité
compteur et la Valeur compteur.
Onglet Commentaires / Consignes Sécurité / Documents
Le champ observation étant limité à 150 caractères, vous pouvez utiliser l'onglet Commentaires le cas
échéant, qui permet de saisir du texte sans limitation de longueur.

p. 18
Le champ Consignes de Sécurité est renseigné par les Consignes de Sécurité de l'Equipement si l'option
"Afficher ces consignes sur les éditions de la D.I., du B.T. et de la Campagne" est cochée.
Les documents joints:
Vous pouvez ajouter un document joint, par exemple pour une réédition de la DI.
Pour lier un nouveau document ou modifier les liens existants, cliquez sur le bouton Ajouter.
Pour avoir le détail (ou lancer la prévisualisation) d'un document, double-cliquez sur la ligne correspondante.
Onglet Réponse :
L'unique champ de cet onglet n'est pas accessible en saisie. Il permet, lors d'une interrogation de la demande
d'intervention, de connaître la réponse du destinataire concernant la prise en compte ou la conversion en B.T.
de la demande.
Une seconde zone peut apparaître, il s'agit des commentaires motivant le refus effectué lors de la transaction
de Clôture interventions.
La couleur du fond de ce champ peut être ajustée avec le réglage des préférences.
Onglet Détail Situations :
Sur cet onglet, vous visualisez le détail des situations de la D.I., à savoir la Date de changement de situation
et l'Utilisateur concerné.
Onglet Signatures :
Sur cet onglet, vous visualisez l'historique des signatures effectuées sur la D.I., via Activité hors B.T. ou via
B.T. si la D.I. a été convertie en B.T.
La sélection d'une ligne permet de visualiser dans la zone grisée, les éventuels commentaires saisis lors de
l'acceptation ou lors du refus.
Un refus ramène systématiquement la D.I. en situation "Engagée".
Il est à noter, qu'un refus effectué lors de la transaction de Clôture interventions sera symbolisé par une ligne
sur fond gris dans l'historique.
Onglet Activités :
Sur cet onglet, vous obtenez l'ensemble des fiches d'activités concernant la D.I.
Onglet Autres Demandes
Sur cet onglet, vous obtenez l'ensemble des Demandes d’Intervention non clôturées / refusées / annulées de
l’Equipement éventuellement saisi dans l'onglet Compléments.
Un avertissement sera affiché à l’utilisateur lorsque la demande d’intervention qu’il est en train de créer
comporte un historique d’autres demandes d’interventions en cours sur l’équipement traité. L’utilisateur peut
choisir de continuer sa création ou de l’abandonner.
Onglet Historique. Destinataires :
Sur cet onglet, vous visualisez l'historique des modifications de destinataire sur la D.I., à savoir le nouveau
destinataire, la Date de changement de destinataire et l'Utilisateur qui a effectué cette modification.
Onglet Champs personnalisés (Le titre de cet onglet est paramétrable) :
Cet onglet n'est visible que s'il existe une personnalisation pour l'écran D.I. sur la société (ou sur la rubrique
de la D.I. consultée) et que des champs personnalisés y sont associés.
Vous pouvez saisir directement dans cette liste la valeur correspondant au champ personnalisé en cliquant
sur la cellule correspondante. La navigation s'effectue avec la touche Tabulation (ligne suivante) et Shift+Tab
(ligne précédente), ou bien avec les flèches de direction.
A tout moment vous pouvez choisir de ne présenter que les champs d'un Thème particulier en saisissant
celui-ci dans la zone de saisie Thème située au-dessus de la liste. Ce choix sera conservé pour l'utilisateur
afin de le retrouver lors d'une prochaine connexion.
Lorsqu'une D.I. créée est affichée, il est possible de la prendre en compte, de la convertir en B.T., de la
convertir en campagne ou de la refuser directement à l'aide du bouton Prise en compte. Il faut cliquer sur ce
bouton, ce qui fait apparaître quatre nouveaux boutons : "Prise en compte", "Conversion en BT", "Conversion
en campagne" et "Refus". Un clic sur l'un de ces boutons permet d'exécuter l'action demandée. Des saisies
complémentaires pourront être demandées, notamment en conversion en BT. Une réponse sera exigée si un
"Refus" est demandé. La nouvelle validation, après saisies complémentaires, se fera sur le même bouton (par
exemple, après avoir saisi un motif de refus, il faut cliquer à nouveau sur le bouton "Refus".
Remarque : 

Les 8 situations potentielles d'une D.I. :


- Prise en compte : cette situation indique que le destinataire de la demande d'intervention a pris en compte la
demande.
Dans cette situation, une demande peut, soit être réalisée et les activités seront renseignées à l'aide des
activités hors B.T., soit être convertie en bon de travail ou en campagne.
- Convertie en B.T. : cette situation indique qu'un bon de travail a été généré pour gérer l'intervention.
p. 19
- Convertie en campagne : cette situation indique qu'une campagne a été générée pour gérer l'intervention.
- Engagée : cette situation indique qu'au minimum, une activité hors B.T. (cas des D.I. uniquement prises en
compte) ou une activité sur B.T. (cas des D.I. converties en B.T.) a été saisie sur la D.I.
- Terminée : cette situation indique qu'une activité hors B.T. (cas des D.I. uniquement prises en compte) ou
une activité sur B.T. (cas des D.I. converties en B.T.) a été saisie sur la D.I. avec une indication de "Travail
terminé" (voir option indication travail terminé).
- En cours de validation : cette situation indique que l'intervention (cas des D.I. uniquement prises en compte)
ou le B.T. (cas des D.I. converties en B.T.) a été signé à un niveau intermédiaire dans le cycle de validation
imposé par la rubrique (voir option Utilisation cycles de validation).
- Validée : cette situation indique que l'intervention (cas des D.I. uniquement prises en compte) ou le B.T. (cas
des D.I. converties en B.T.) a été signé au dernier niveau obligatoire du cycle de validation imposé par la
rubrique (voir option Utilisation cycles de validation).
- Clôturée : cette situation indique que la D.I. a été clôturée.
- Refusée : cette situation indique que la D.I. a été refusée.

- Lors de la création, et en fonction du paramétrage (voir Personnalisation D.I.), la D.I. peut être
automatiquement (selon le destinataire) soit imprimée soit envoyée par E-mail.

BON DE TRAVAUX SOUS AQ MANAGER :

N° Bon de travail Le numéro du BT / RI est généré automatiquement selon le


paramétrage réalisé dans les motifs de travaux.
Demandeur Permet de sélectionner, dans la liste déroulante, le nom du
demandeur.
Attaché à Permet de sélectionner, dans la liste déroulante le BT auquel
est attaché ce bon de travail. Ce champ permet la création
d’une arborescence de BT entre eux.
Bon de travail Permet d’introduire le libellé de l’intervention.
Date demande Permet de sélectionner la date de demande de l'intervention.
La date du jour est proposée par défaut.
Date souhaitée Permet de sélectionner la date souhaitée de l'intervention.
p. 20
Date planning Permet de sélectionner la date de planification de
l'intervention.
Date exécution Permet de sélectionner la date d'exécution de l'intervention.
Motif Permet de sélectionner, dans la liste déroulante, le motif du
BT / RI (préventif, correctif, autre,…).
Priorité Permet de sélectionner la priorité du BT / RI. Cette priorité
peut, éventuellement, mettre à jour automatiquement la date
souhaitée.
Compte A. Permet de sélectionner, dans la liste déroulante, le compte
analytique sur lequel seront imputés les coûts des BT / RI.
Arrêt A cocher s’il y a un arrêt de production.
Non-prod. Permet d’introduire le temps de non-production lié à
l’intervention.
Av. Indice permettant de connaître l'état d'avancement du BT / RI,
les différents états sont :
« vide » : pas encore traitée
P : planifié
E : en cours d'exécution
T : terminé, en attente d'archivage
Compteur Permet d’introduire l'indice du compteur, éventuellement,
relevé lors de l'intervention.
Accepteur Le nom de la personne ayant accepté le BT / RI s'affiche
automatiquement. Ce nom est mis à jour automatiquement
grâce à l’identification de l’utilisateur réalisée à l’ouverture du
logiciel.
Créateur Le nom de la personne ayant créé le BT / RI. Ce nom est mis
à jour automatiquement grâce à l’identification de l’utilisateur
réalisée à l’ouverture du logiciel.
RI Case à cocher qui permet de créer un rapport d’intervention.
Un rapport d’intervention est un rapport qui n’a pas fait l’objet
d’une demande, dans la GMAO, avant l’intervention.
Durée planning Nombre de jour(s) prévu pour réaliser l’intervention
(information utilisée dans l'onglet Planning des BT afin de
définir graphiquement la longueur du BT)
Equipement Permet de sélectionner, dans la liste déroulante, l'équipement
concerné par le BT / RI.
Problème Permet de sélectionner, dans la liste déroulante, le problème
rencontré sur l'équipement.
Cause Permet de sélectionner, dans la liste déroulante, la cause du
problème rencontré.
Remède Permet de sélectionner, dans la liste déroulante, le remède
apporté au problème.
Observation Permet d’introduire, éventuellement, des observations liées à
l'intervention.
Les combinaisons Problème / Cause / Remède introduit, permettent la génération de l'arbre de diagnostic et
de l'analyse AMDEC.
Les boutons Problème, Cause, Remède permettent la recherche des problèmes, causes et remèdes par une
nomenclature.
Le bouton Diagnostic (symbolisé par ????) permet de visualiser, depuis l’écran des BT/RI, toutes les
associations Equipement-Problème précédemment rencontrées sur l’équipement et le problème sélectionné
dans le BT / RI. Ce qui peut être une aide au diagnostic pour un problème précédemment rencontré.

RAPPORT D’INTERVENTION SOUS OPTIMAINT :


p. 21
La saisie d'activité sur un bon de travail permet à un intervenant du service maintenance de saisir le compte-
rendu de son intervention.
Cette fiche activité permettra en outre de valoriser le temps passé qui sera imputé directement sur
l'équipement du B.T., ainsi que sur l'organe si celui-ci a été saisi.
Le numéro de fiche activité qui permet d'identifier la fiche ne doit pas être saisi lors de la création. Ce numéro
est affecté automatiquement par Optimaint.
Les 4 boutons en bas et à droite permettent respectivement :
 d'atteindre la première fiche activité du BT ;
 de passer à la fiche précédente ;
 de passer à la fiche suivante ;
 d'atteindre directement la dernière fiche activité du BT ;
Lorsque vous êtes sur la dernière fiche et que vous cliquez sur le bouton ligne suivante, tous les champs de la
fenêtre sont effacés pour vous permettre la création d'une nouvelle fiche.

p. 22
CHAPITRE IV : MODULE "GESTION DU PREVENTIF'

Cette fenêtre permet d'établir le programme de vos interventions préventives de façon 'planifiée' et/ou
'conditionnelle'.
Le programme Moniteur s'appuie sur cette maintenance préventive pour générer les bons de travaux
correspondants.
Une intervention correspond à une gamme opératoire qui devra être effectuée sur un équipement. Vous avez
aussi la possibilité de préciser un organe appartenant à cet équipement.
L'identifiant d'une fiche de maintenance préventive est donc constitué soit de l'équipement et de la gamme,
soit du lien équipement/organe et de la gamme.
Les autres champs sont répartis dans différents onglets.

Cette maintenance préventive planifiée peut se mettre en place selon 2 axes :

Maintenance planifiée de type calendaire :


Vous devez alors choisir une des 3 possibilités proposées :
- vous pouvez indiquer la Fréquence exprimée en jours.
- ou bien indiquer un Code Planification.
- ou bien encore documenter des Dates fixes en cliquant sur le bouton prévu à cet effet . Attention : en
Création de fiche, vous devez d'abord valider la création, puis rappeler la fiche pour pouvoir ajouter des dates
fixes.
Lors de la création de la fiche de maintenance préventive, vous devez également préciser les Date début et
Date fin de la Dernière intervention : ces données permettront le calcul automatique de la date pour le champ
Prochaine intervention prévue le. Vous pouvez toutefois forcer cette date. Le B.T. préventif sera créé
automatiquement quelques jours avant l'échéance prévue. Lors de la clôture du B.T., les Date début et Date
fin de Dernière intervention et la date de Prochaine intervention seront recalculées automatiquement.
Maintenance planifiée selon un compteur
Ce type de maintenance planifiée permet de déclencher une intervention en fonction de l'évolution d'un
compteur de l'équipement (ou du lien équipement/organe). Dans ce cas, vous devez indiquer l'Unité du
compteur et la Fréquence de l'intervention exprimée dans cette unité. Lors de la création, vous devez
également préciser la valeur du compteur lors de la Dernière intervention, ce qui permettra le calcul
automatique de la valeur du compteur pour la Prochaine intervention. Vous pouvez toutefois forcer cette
valeur de compteur pour la prochaine intervention.

A chaque saisie d'une nouvelle valeur du compteur, Optimaint recalcule la moyenne journalière (Moyenne/
jour) d'évolution de ce compteur depuis la date de dernière intervention. En fonction de cette moyenne et de la
fréquence, la date de prochaine intervention prévue est recalculée.

La maintenance planifiée peut gérer simultanément les 2 modes de gestion énoncés ci-dessus. La génération
du B.T. préventif sera alors déclenchée par la première des deux conditions remplie.

Le délai pour la création des B.T. préventifs (en jours) est facultatif. Il peut être utilisé par le traitement de
génération des B.T. préventifs.

p. 23
CHAPITRE V : MODULE "GESTION DES STOCKS

INTRODUCTION :
Le consultant appelé au chevet d'une entreprise a peu de risques de se tromper en recommandant de réduire
les stocks car les stocks sont partout. Ils encombrent les locaux qui pourraient être utilisés à d’autres fins. Ils
représentent au bilan un poste dont la diminution améliorerait grandement la situation financière. Or une
bonne gestion permet de diminuer le niveau des stocks, parfois même de les supprimer totalement. Les types
de stocks qui cohabitent dans une même entreprise sont nombreux et variés. Schématiquement, on peut
distinguer :
1* Les stocks de matières premières et de tout ce qui est nécessaire à la fabrication : pièces
élémentaires, appareillage, ingrédients divers;
2* Les stocks de produits finis destinés à la vente, ou des sous-ensembles principaux assemblés à la
réception des commandes pour constituer des produits personnalisés;
3* Les encours de fabrication, généralement entreposés à titre transitoire dans les aires de stockage des
ateliers et au pied des machines;
4* Les sous-ensembles et pièces détachées du service après-vente;
5* Les rechanges et outillages spéciaux du service maintenance;
6* Les articles de papeterie et autres fournitures de bureau que l’entreprise moderne consomment en
grande quantité, y compris pour le papier d'ordinateur malgré la généralisation des traitements "temps
réel" censés se passer entièrement sur les écrans des terminaux;
7* Les produits d'entretien et produits divers du magasin général.

La création de ces stocks répond toujours à un besoin ou à une commodité. Par exemple :
8* satisfaire des besoins inopinés ou pour lesquels le préavis n'est pas suffisant pour permettre de se les
procurer normalement;
9* servir d'amortissements entre deux phases du cycle de production vente dont les rythmes ne sont pas
les mêmes.

ORGANIGRAMME DES PIECES DETACHEES :


Les pièces détachées dépendent de plusieurs tables, ces tables doivent impérativement être constituées
avant de pouvoir effectuer la saisie des pièces détachées. L'organigramme ci-après donne une vue
d'ensemble de ces tables.

Devis Fournisseurs Familles


es

Unité Piéc es Ma ga sins


s détac h
ées

C omptes c odes
Loc alisation
a c ha ts /
sorties inventa ires
s

LA TENUE DES STOCKS :


La fonction tenue des stocks a pour objectif de connaître, en permanence ou à dates régulières quelle est la
situation précise de chaque article tenu en stock. C'est-à-dire essentiellement quelles sont les quantités
disponibles, et généralement aussi quelles ont été les consommations au cours des périodes les plus
récentes. Ces renseignements doivent être fournis au niveau des références individuelles et non pas
seulement au niveau des familles, dont se contente souvent la comptabilité analytique pour les comptes de
stocks tenus en valeur. Il faut pour cela identifier chaque article sans ambiguïté.
p. 24
LES MOUVEMENTS DE STOCKS L'ENREGISTREMENT DES MOUVEMENTS  :
L'équation de base est :
Ancien stock + entrées stock – sorties stock = nouveau stock
Les types de mouvement sont :
 Les entrées :
-Entrée sur bon de réception
-Entrée exceptionnelle
-Entrée par inventaire
 Les sorties :
-Sortie sur bon de travail
-Sortie par transfert inter magasin
-Sortie par inventaire
Les Mouvements de stocks peuvent être réalisés dans les cas suivant :
 Les bons de travaux réservent les quantités nécessaires, et diminuent les stocks des quantités
consommées.
 La clôture des bons de travaux peut automatiquement consommer les quantités réservées.
 Les mouvements de stock augmentent ou diminuent les stocks selon le type de mouvement.
 Les inventaires augmentent ou diminuent les stocks selon le type de mouvement.
 Les commandes fournisseurs signalent les quantités commandées et augmentent les stocks des quantités
réceptionnées.
 Les entrées directes de fournisseurs augmentent les stocks des quantités introduites.

Organigramme des mouvements de stock :

Cloture des
Mouvements ordres de Inventaires
travaux

Ordre de Piéces Commandes


travaux détachées fournisseur

Entrées
directes

L'écran des Mouvements de stocks permet d'introduire les mouvements de stocks journaliers des pièces
détachées. Il se présente sous la forme d'une feuille journalière par nature de mouvements.

p. 25
LES RECENSEMENTS PHYSIQUES OU INVENTAIRES :
Quelle que soit la perfection de la méthode de tenue des stocks, elle tiendrait vite à diverger de la réalité si on
ne contrôlait pas de temps en temps l'exactitude des chiffres en les comparants aux existants physiques.
L’inventaire permet la création d’un inventaire et la saisie des quantités comptées.
 La réalisation d'un inventaire s'effectue en deux étapes :
1. L’édition d’un état d’inventaire
2. Saisie des quantités comptées
3. Analyse des écarts
4. Mise à jour du stock

CREATION D’UNE PIECE:


Pour créer une pièce de rechange, il faut saisir au minimum les informations suivantes :
 Le numéro de la pièce,
 Le libellé de la pièce,
 La référence fabricant ou fournisseur
 La marque
 Le magasin
 L’emplacement
 La famille.
Ci-dessous un exemple de fiche de stock sous AQ manager :

PARAMETRAGE DE LA FICHE DE STOCK:


 Stock maximum : Le Stock maximum permet, lorsqu'il est renseigné, d'indiquer le niveau maximum
du stock qu'il ne faudra jamais dépasser. Lors de la création d'une commande de l'article, Optimaint
vérifiera que la quantité commandée n'entraîne pas un stock supérieur au stock maximum.
 Point de commande : Le Point de commande est utilisé dans l'état de suggestions de
réapprovisionnement. Tout article dont la quantité en stock (tout magasin confondu ou pour un
magasin particulier) est inférieure ou égale au point de commande, apparaîtra dans l'état de
suggestions.
 Stock minimum : Le Stock minimum représente le stock de sécurité. Dans le cas d'une sortie de
stock, Optimaint signalera lorsque la sortie entraîne un stock inférieur au stock minimum.

CHAPITRE VI : Module "gestion des approvisionnements et des achats


p. 26
Le module «Gestion des achats» a pour objectif de vous rendre autonome pour gérer, traiter et
suivre les besoins matériels du service, mais aussi de garantir la traçabilité et la conformité des
informations entre les différents intervenants du circuit «Achats».
LA DEMANDE DE PRIX DP:
La fonction « Demande de prix » permet de préparer l’édition d’un état qui pourra être envoyé à un ou des
fournisseurs dans le cadre d’une demande de prix et d’en assurer le suivi.
L’objectif est d’enregistrer toutes les étapes de comparaison et de sélection des fournisseurs en vue de
lancer une procédure d’achat.
LA DEMANDE D’ACHAT DA :
La demande d’achat est le document interne permettant d’émettre un besoin dans le but d’établir une
future commande.
La demande d’achat prépare une commande en ciblant les émetteurs du besoin et /ou les éléments
collecteurs de coûts.
LA COMMANDE :
La commande est le contrat final entre le service émetteur et le fournisseur concerné.
Les informations reportées sur ce contrat permettent de cibler les émetteurs du besoin et de répartir les
coûts associés.
Les imputations permettent de répartir les coûts sur les différents éléments collecteurs de coûts (N° de
compte, imputations comptables…).
La commande est soldée lorsque toutes les réceptions répondant au besoin émis seront enregistrées.

Onglet commande :

Onglet Détail :

p. 27
L’onglet Détail permet la saisie des lignes de détail de chaque commande.

Onglet Réception :

p. 28
CHAPITRE VII : Module "analyse des défaillances"
La base de ce module est constituée des historiques automatiquement alimentés par chaque saisie de BT
(bons de travaux) ou OT (ordre de travaux). Ce module doit permettre une analyse quantitative ou qualitative
des défaillances.
Arbre de défaillance :

Dans cette fenêtre, l'ensemble des activités (sur et hors B.T.) est présenté suivant des critères de sélection et
de tri définis par l'utilisateur.

Synthèse disponibilité équipements :


Cette édition présente une synthèse de la disponibilité des équipements.
Avant de lancer cette édition, vous devez lancer le calcul du bilan sur la période nécessaire.
Les paramètres de cette édition sont :
• le nom du Destinataire : par défaut, c'est le nom de l'utilisateur connecté,
• le Secteur, la Division, le Centre analytique, le Centre de Frais (C.F.), la Famille Equipement, la Sous-Famille
Equipement, le Type Equipement, le Groupe d'équipement, la Marque, un champ personnalisé (Perso) lié aux
familles d'équipements : tous ces champs sont facultatifs,
• les Date début et Date fin : ce sont des champs obligatoires,
• la possibilité d' Editer les Equipements dont le temps d'indisponibilité est nul : dans ce cas, cocher l'option,
• Option de tri selon :
- le Nombre de pannes : tri en décroissant,
- le Temps ou le Coût indisponibilité : tri en décroissant,
- le Taux disponibilité : tri en croissant,
- le M.T.B.F. : tri en croissant,
- le M.T.T.R. : tri en décroissant,
- le C.F. : tri en croissant,

Pour obtenir la prévisualisation à l'écran, cliquez sur le bouton valider. Vous pourrez imprimer cette édition
après l'affichage.

L'état présente pour chaque équipement :


- l'équipement et sa désignation,
- le rang dans le tri,
- le nombre de pannes,
- le temps d'indisponibilité,
- le coût d'indisponibilité,
p. 29
- le temps d'ouverture de l'équipement (dans la période sélectionnée),
- le taux de disponibilité,
- le M.T.B.F. exprimé en heure,
- le M.T.T.R. exprimé en heure,

Ainsi que le total général pour :


- le nombre de pannes,
- le temps d'indisponibilité,
- le coût d'indisponibilité, et la moyenne pour le taux d'indisponibilité.

Les graphiques en fin d'état présentent les vingt premiers équipements classés par heures ou par taux
d'indisponibilité. Les équipements hors de ce classement sont regroupés dans la dernière colonne "Autres".

p. 30