Vous êtes sur la page 1sur 60

UNIVERSITE DE DSCHANG

FACULTE D’AGRONOMIE ET DES SCIENCES


AGRICOLES
(FASA)

DEPARTEMENT D’ECONOMIE RURALE

THEME :
CARACTéRISATION DES EXPLOITATIONS
AGRICOLES EN CONSEIL DE GESTION DE LA ZONE
COTONNIèRE ET MISE AU POINT D’UNE GRILLE
D’éVALUATION

Mémoire présenté en vue de l’obtention du diplôme


d’Ingénieur Agronome

Par

DAOUDA OUSMANOU
ECONOMIE ET SOCIOLOGIE RURALES
4ème PROMOTION FASA

NOVEMBRE 2001
UNIVERSITE DE DSCHANG

FACULTE D’AGRONOMIE ET DES SCIENCES AGRICOLES


(FASA)

DEPARTEMENT D’ECONOMIE RURALE

THEME :

CARACTERISATION DES EXPLOITATIONS AGRICOLES


EN CONSEIL DE GESTION DE LA ZONE COTONNIERE ET
MISE AU POINT D’UNE GRILLE D’EVALUATION

Mémoire présenté en vue de l’obtention du diplôme


d’Ingénieur Agronome
Par
DAOUDA OUSMANOU
ECONOMIE ET SOCIOLOGIE RURALES
4ème PROMOTION FASA

ENCADREUR : SUPERVISEUR :
Dr. MADI ALI
M. Michel HAVARD
Chargé de Cours
Chargé de Recherches
IRAD/CIRAD/PRASAC Université de Dschang
Dédicace

A la mémoire de :
Ma petite sœur MADANG Germaine
Mon petit frère HAMAN BATOURE Parfait
Ma marâtre Mme MARING BATOURE
A ma grande sœur a qui je dois tout
Mme ASTA BATOURE épouse Issa MEDERE

-i-
Avant-Propos

Cette étude s'est déroulée du mai 2001 à novembre 2001 à la Station Polyvalente IRAD de
Garoua qui abrite le Pôle Régional de la Recherche Appliquée au Développement des Savanes
d'Afrique Centrale (PRASAC), initiateur de ladite étude.
Ce travail ne serait arrivé à son terme sans le précieux concours de nombreuses personnes que
nous tenons à remercier infiniment. Il s'agit plus particulièrement :
− de M. Michel HAVARD pour m'avoir proposé le sujet et assuré un encadrement sans faille
tout au long de l'étude. Il m'a surtout marqué par son entière disponibilité dans la réalisation
de ce travail ;
− du Dr MADI ALI qui a assuré la supervision de ce travail, malgré ses innombrables
occupations ;
− du Dr NJOYA ABOUBAKAR, Chef de la station polyvalente IRAD de Garoua et Délégué
national du PRASAC, pour m'avoir accueilli dans son institution ;
− du Dr NYOBE Tarcisius, Chercheur à l'IRAD, pour ses différentes corrections et ses
conseils ;
− du Doyen et de tous les enseignants de la FASA et particulièrement ceux de l'option
Economie et Sociologie Rurales à savoir Pr KAMAJOU, Pr ONGLA, Dr AYISSI MBALLA,
Mme FOUDA, Mr MOUNGAM à MBASSA, Mlle FON Dorothy du Département
d'Economie Rurale et Pr TCHALA ABINA, Pr AJAGA NJI, Dr KAMGA André, Dr
TCHOUAMO, Dr NYEMBA, Dr NDOUM, M. MANOU IBRAHIM du Département de
Sociologie Rurale.
Au Cdg je remercie infiniment mon co-encadreur M. Patrice DJAMEN NANA et tous les
animateurs et personnes qui nous ont reçu dans les différents terroirs de l'étude à savoir MM. J.
B. KOYE, O. ZAIHAD et PATE HALE sans oublier tous les paysans qui ont bien voulu
m'accorder un peu de leur temps très précieux pour les entretiens.
A L'IRAD j’exprime ma gratitude à tous mes camarades stagiaires qui ont su créer à Garoua
l'ambiance du campus pendant le stage; il s'agit de : ABOUBAKARY, ADAMA B., ANOUNE
E., DANAH R., DJINGUI T., KOUBOBE L. F., MFEWOU A., NCHUFOR C. K.,
NGARDOUEL M. O., NYOBE M. M., TCHANGA N. C., TCHINSAHBE P. Il s’agit aussi de
nos aînés ingénieurs DJAFAROU, SALI B., et SOBDA G. mais aussi de HAMADOU B.
BOUKASSA V. et ZOUZEUBE H. qui nous ont rejoint en août pour le stage de 4è année FASA.
Je remercie très sincèrement Mlles DISSEM D. et SOUKBO C. pour leurs gentillesses sans
limite à travers leurs aides multiples pendant notre stage à l’IRAD.
A tout le staff du SADEL_GIE à savoir DJAMEN, C. AWONO, YAMDJEU W. H A, G.
KEMPSOP et Aimé Landry j’exprime toute ma reconnaissance.
Je ne saurais terminer sans témoigner ma reconnaissance à l'égard de toute ma famille pour
m'avoir toujours soutenu pendant ce long parcours : mon père BATOURE TCHOUKA, ma mère
MATCHOING DJARMA, mes sœurs Mmes MAIRAMA E., ASTA B., Mlles MAPAING M.,
BATOURE TENONE S. YENIE B. O., mes frères WASSOUO B. M., NGUEILI B. R. et
HOTENE B. A. Sans oublier mes cousins, cousines, neveux et nièces partout où ils se trouvent.
Enfin, nombreux sont ceux qui, par leur compétence et leurs interventions adéquates, m'ont aidé
durant ce parcours. Il nous serait difficile de les citer tous. Qu'ils trouvent ici l'expression de
toute ma reconnaissance.

-i-
Table des matières
CHAPITRE 1. INTRODUCTION .........................................................................................1
1.1 GENERALITES ...................................................................................................................1
1.2 PROBLEMATIQUE ..............................................................................................................2
1.3 OBJECTIFS DE L'ETUDE......................................................................................................4
1.4 IMPORTANCE DE L'ETUDE .................................................................................................4
1.5 LIMITES DE L’ETUDE .........................................................................................................4
CHAPITRE 2. CADRE THEORIQUE ET REVUE DE LA LITTERATURE.................5
2.1 CADRE THEORIQUE ...........................................................................................................5
2.1.1 L'approche globale de l’exploitation agricole ........................................................5
2.1.2 Rationalité des décisions de l’agriculteur ...............................................................6
2.2 REVUE DE LA LITTERATURE ..............................................................................................8
2.2.1 Clarifications conceptuelles ....................................................................................8
2.2.2 Le conseil de gestion..............................................................................................10
2.2.3 Les structures de vulgarisation au Nord-Cameroun .............................................13
CHAPITRE 3. METHODOLOGIE.....................................................................................16
3.1 BREVE PRESENTATION DE LA ZONE COTONNIERE............................................................16
3.2 CHOIX ET PRESENTATION DE LA ZONE D’ETUDE .............................................................18
3.2.1 Présentation de la zone 1 ......................................................................................18
3.2.2 Présentation de la zone 3 ......................................................................................19
3.2.3 Présentation de la zone 4 ......................................................................................19
3.3 SOURCE DES DONNEES ....................................................................................................22
3.3.1 Les données primaires ...........................................................................................22
3.3.2 Les données secondaires .......................................................................................22
3.4 ECHANTILLONNAGE........................................................................................................22
3.5 DEMARCHE ET OUTILS UTILISES......................................................................................23
3.5.1 La collecte des informations..................................................................................23
3.5.2 Le traitement et l'analyse des données:.................................................................23
CHAPITRE 4. RESULTATS ET DISCUSSIONS .............................................................25
4.1 RESULTATS .....................................................................................................................25
4.1.1 caractéristiques des participants au conseil des gestion.......................................25
4.1.2 Caractéristiques generales des exploitations des terroirs prasac et des
exploitations en Cdg ..............................................................................................................25
4.1.3 Présentation des exploitations agricoles en Cdg. .................................................27
4.1.4 determination et choix des criteres d’evaluation des effets du cdg.......................31
4.1.5 les effets du cdg sur les paysans et leurs exploitations et au travers de sa diffusion
34
4.2 DISCUSSIONS ..................................................................................................................40
4.2.1 Intérêt et limites de la démarche CDG..................................................................40
4.2.2 Mise en évidence et évaluation des effets du Cdg .................................................43
CHAPITRE 5. CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS..........................................45
5.1 CONCLUSION ..................................................................................................................45
5.1.1 Par rapport a la caracterisation des exploitations agricoles en cdg ....................45
5.1.2 par rapport a l’analyse des effets du cdg sur les exploitations .............................45
5.2 RECOMMANDATIONS ......................................................................................................46
BIBLIOGRAPHIE ......................................................................................................................47

- ii -
Liste des tableaux

Tableau I: Contexte dans lequel évolue le Conseil de gestion dans certains pays ........................11
Tableau II: Démarche Conseil de gestion appliquée dans certains pays.......................................12
Tableau III : Type de suivi-évaluation, résultats obtenus et source de financement du Cdg dans
certains pays ..........................................................................................................................13
Tableau IV: Caractérisation des sept Zones du bassin cotonnier du Nord-Cameroun..................17
Tableau V : Contraintes principales de l’élevage à Fignolé, par espèce et par ordre d’importance
décroissant. ............................................................................................................................19
Tableau VI : Le nombre de groupes de paysans en Cdg suivis par le PRASAC et le DPGT. ......22
Tableau VII: Présentation de l'échantillon de l'étude par sites. .....................................................23
Tableau VIII: Critères de choix des terroirs d’études....................................................................23
Tableau IX: Caractéristiques générales des exploitations en Cdg et de celles des terroirs
PRASAC en 2000 et 2001 .....................................................................................................26
Tableau X: Valeurs statistiques de variables quantitatives caractéristiques des exploitations
agricoles.................................................................................................................................30
Tableau XI : Répartition des exploitants en Cdg par rapport aux typologies de fonctionnement
réalisées à Fignolé et Mowo. .................................................................................................30
Tableau XII Caractéristiques des exploitations en Cdg à Mowo et Fignolé par rapport aux
typologies existantes, et à la moyenne des 479 exploitations de Mowo et Fignolé ..............31
Tableau XIII: Regroupement des effets du Cdg mis en évidence par rapport aux phases de la
gestion....................................................................................................................................33

Liste des figures

Figure 1. Démarche progressive d'aide à la décision proposée par Legile en 1999 ........................3
Figure 2: L'approche globale de l'exploitation agricole ..................................................................8
Figure 3 : Présentation des terroirs PRASAC et de la zone d'étude..............................................21
Figure 4. Répartition des populations par classes d'âges dans les terroirs PRASAC....................27
Figure 5 : Répartition des paysans par niveau scolaire dans les terroirs PRASAC.......................28
Figure 6 : Répartition des paysans par Classe de revenus dans les terroirs PRASAC ..................28
Figure 7: Distribution des superficies cultivées dans les exploitations des terroirs PRASAC......29
Figure 8: Répartition de la production des céréales dans les terroirs PRASAC............................29
Figure 9. Grille d'analyse des effets du Cdg..................................................................................34
Figure 10. Application de la grille d'analyse aux thèmes sur la sécurité alimentaire, la gestion de
la trésorerie et le plan prévisionnel de la campagne..............................................................35
Figure 11: Flux et utilisation de la trésorerie sur une année..........................................................36

- iii -
Liste des abréviations

AVA Associations villageoises autogérées


AVP Associations villageoises de producteurs
CCC Chef de cercle de caution
CE Chef d’exploitation
Cdg Conseil de gestion
CMI Cours moyen Ière année
CMII Cours moyen IIère année
CIRAD Centre de Coopération Internationale en Recherche Agronomique pour le
Développement
DPGT Développement paysannal et gestion des terroirs
INRAD Institut National de Recherche Agricole pour le Développement
ICRA Institut Centrafricain de Recherche Agronomique
IRAD Institut de Recherche Agricole pour le Développement
IRD Institut de Recherche pour le Développement
ITK Itinéraires techniques
ITRAD Institut Tchadien de Recherche Agronomique pour le Développement
Kg Kilogramme
LRVZ Laboratoire de Recherche Vétérinaire et Zootechnique de Farcha
MINAGRI Ministère de l'Agriculture
PDBB Projet de développement du Bassin de la Bénoué
PNVRA Programme National de Vulgarisation et de Recherche Agricole
PRASAC Pôle Régional Recherche Appliquée au Développement des Savanes d'Afrique
Centrale.
SAD Système Agraire et Développement
SADEL_GIE Service d’Appui au Développement Local_Groupe d’Intérêt Economique
SDCC/SODECOTON Société de Développement du Coton
TA Traction Animale
TERDEL_GIE Terroirs et développement_ Groupe d’Intérêt Economique

- iv -
Résumé
La démarche Conseil de gestion (Cdg) a été mise en œuvre par le Pôle Régional de Recherche
Appliquée au développement des Savanes d'Afrique Centrale (PRASAC) au Nord Cameroun
depuis 1998. De deux groupes de 30 paysans au début du programme, aujourd’hui on dénombre
30 groupes pour environ 350 paysans répartis à travers la zone cotonnière. Cette approche de
vulgarisation a pour but de susciter la réflexion des paysans en les amenant à s’interroger sur
leurs pratiques, de favoriser la mesure et la prévision et d’intégrer les aspects technico-
économiques dans la gestion de l’exploitation agricole. Au moment où cette démarche entame sa
troisième année d’application, il est intéressant de savoir qui vient au Cdg et de déterminer ce
qu’elle apporte réellement aux paysans.
Trois villages représentant la diversité de la zone cotonnière ont été retenus. Il s'agit de Fignolé
où 42 paysans ont été enquêtés dont 30 en Cdg, 24 paysans a Mowo dont 14 en Cdg et enfin
Cékandé avec 38 paysans enquêtés dont 25 en Cdg. En plus de cette enquête des entretiens avec
les groupes de paysans et les animateurs des divers terroirs ont eu lieu.
Cette étude a permis de caractériser les exploitations en Cdg, et de les comparer à la moyenne
des terroirs du PRASAC. Les producteurs en Cdg sont relativement plus jeunes (39 ans contre 43
ans) et plus scolarisés (71% contre 47%). Ils cultivent des superficies plus grandes (3 ha contre 2
ha), et leurs revenus monétaires sont plus importants (570 000 Fcfa contre 370 000 Fcfa). Mais
ces moyennes cachent des disparités importantes entre les exploitations participantes. Les
résultats montrent que tous les types de fonctionnement d'exploitation mis en évidence par les
études antérieurs sont représentés en Cdg, excepté les exploitations dirigées par des vieux. Celles
en situation difficile ou précaire sont sous représentées alors que celles dégageant les meilleurs
revenus (agro-éleveurs) et celles ayant des revenus extra agricoles élevés sont sur représentées.
La grille d’analyse élaborée dans cette étude a été utilisée pour analyser les effets des trois
thèmes de l’année 1 sur la prise de conscience des paysans, les changements de pratiques et les
performances de l'exploitation agricole. Selon le module, la prise de conscience (application de
la démarche) a touché de 60 à 75% des paysans en Cdg, mais aussi 50% de ceux qui ont
abandonné et 10% de ceux qui ne participent pas. Cette application se matérialise par
l'élaboration des programmes prévisionnels recourant à plus de mesure et de quantification. Les
changements de pratiques ont touché en moyenne 40% des paysans en Cdg, mais aussi 25% de
ceux qui ont abandonné et moins de 5% de ceux qui ne participent pas. Ces modifications se
matérialisent par la séparation des stocks de céréales, la quantification des besoins et ressources
les ajustements de superficies cultivées par rapport aux ressources disponibles. Des
performances de l'exploitation ou plutôt les effets sur les modes de conduite des cultures ont été
perçus par 30 à 50% de paysans en Cdg et moins de 20% de ceux qui ont abandonné.
Indifféremment du thème, la non application des connaissances reçues et/ou les difficultés de
changement de pratiques, seraient dues à la faiblesse des ressources monétaires et alimentaires,
mais aussi au poids des habitudes et à une attitude dominée par le fatalisme.
Les effets du Cdg sont également perceptibles sur d'autres exploitations du même village. La
diffusion se fait par le biais des discussions entre les paysans.
Afin d'améliorer la méthode, il serait plus judicieux de ne pas trop tenir compte de l'écrit en
année 1, de créer des groupes spécifiques (femmes, scolarisés) en année 2 et en année 3 de
laisser la possibilité de maintenir l'animation de groupe. Pour valider et améliorer la grille
d'évaluation mise au point, il est nécessaire de la tester sur une population plus grande.
Egalement, il est judicieux d'instaurer un suivi régulier des exploitations agricoles afin de
collecter davantage de données utiles pour la détermination et la quantification des effets du Cdg
sur les performances technico-économiques des exploitations agricoles.

-v-
Abstract
The farm management counsel (Cdg) in North Cameroon set up by PRASAC since 1998 has
made great progress. Started with two groups of 30 peasants, this network has now about 30
groups with about 350 peasants throughout PRASAC villages. The purpose of the project is to
stimulate dialogue (discussions) among peasants leading to questions about their farm
management practices, enhance decision making and forecast and integrate the technico-
economic aspects in the farming management systems. After three years of assisting the farmers,
it seems interesting to assess what it has achieved so far for them. This study aims therefore at
characterizing and defining a methodology of evaluating the impact of the Cdg on the
agricultural farming systems.
A sample of 3 villages with their diversity were selected within the cotton producing zone. These
villages included : Fignolé, Mowo and Cékandé with 42, 24, and 38 peasants respectively among
whom 30, 14, and 25 respectively were accounted on the Cdg. This study has conducted to
characterize farming systems within the Cdg and to compare them with the mean farming system
in PRASAC area of extension. The study showed that farmers in the Cdg were relatively
younger (39 years) and more educated (71%) than those of PRASAC (43 years, 47%
respectively). Similarly, cultivated areas in Cdg (3 ha) are higher than in PRASAC (2 ha).
Moreover, income per farmer was higher in Cdg (570 000 Fcfa) than in PRASAC
(370 000 Fcfa).
However, these average numbers did not show important differences between members. This
study showed that all sorts of farms were also present in Cdg except the farms of older peasants.
Moreover farms in the difficult situation or short-lived were less represented whereas farms with
the best income for instance those cultivating and doing breeding or those having extra income
were more represented.
The present study enabled as to define a methodology of analyzing the effects of Cdg. This
methodology was a basis of analysis of the three major components of the Cdg in year 1. It
involved three areas : awareness of farmer, changes of management practices and performances
of the farming systems.
Concerning awareness, it was found that 60 to 70% of the peasants from Cdg have put their
knowledge into practice including 50% of who have left, and 10% who have never participated.
Practically, this approach helped to elaborate forecasting program in terms of measurement and
quantification cereals of consumption. Changes of practices have touched about 30 et 50% Cdg
peasants with 25% of those who have abandoned and less than 5% of those who have not
participated at all. These changes were materialized by cereals stocks separation, quantity of
cereals being distributed, increase of cultivated areas in order to meet the family need in cereals.
Some farm performances or rather the effects of the mode of conducting farming techniques
were perceived by 40% of Cdg peasants in the average, and less than 30% of those who have left
regardless the items. The non application or difficulties in changing practices might be due,
according to the peasants, to the scarcity of means related to income and food resources. The
approach did not only affect (influence) participants, but also other peasants of the same village
In order to improve this approach, it would be preferable to insist on practical aspects rather than
on theoretical aspect of learning in year 1 and to create specific groups (women, level of
education) in year 2. The second amendment would be to implement various working aids
(animations tools) and to regularly assist monitors in their field work. To better improve this
methodology, it would be important to define indicators of evaluation from a large population by
testing the analysis grid. Regularly collect data on the farms of Cdg participants in order to be
able to quantify the effects on the technico-economic performances of these farms.

- vi -
Chapitre 1. Introduction

1.1 Généralités
Les institutions financières internationales ont amené les pays en voie de développement à
s’engager dans une dynamique de développement remarquable. Cela leur a permis de renouer
avec le chemin de la croissance qu'ils avaient perdu depuis le milieu des années 1980 avec la
crise économique.
Au Cameroun, l'application d'une série d'accords d'assistance au développement et la mise en
œuvre d'un ensemble de mesures politico-économiques et financières ont entraîné une
amélioration continue des performances de l'économie nationale depuis 1994 (MINAGRI, 1999).
Ces mesures se sont manifestées par la libéralisation de l'économie nationale à travers les
restructurations, les privatisations et/ou les liquidations des sociétés étatiques suivies d'un
dégraissement des effectifs au niveau du secteur public et privé. Ainsi la croissance jadis
négative (1980-1994) est redevenue positive à partir de 1995 (3,3 %) et stagne actuellement entre
4 et 5% (World Bank, 2000).
Sur le plan sectoriel, l'agriculture qui est le poumon de l'économie nationale avec 70% de la
population active et une contribution de près de 42% à la formation du Produit Intérieur Brut
(World Bank, 2000) a été fondamentalement déstabilisée et reformée. Au niveau des structures
d'appui au développement et d'encadrement du monde rural telles que les sociétés de
développement et les coopératives entre autres, les subventions ont été suspendues et leurs
épargnes gelées au niveau des banques de développement. Ce qui a empêché ces dernières de
remplir leurs missions vis à vis des paysans qui se retrouvent désormais dans un climat
d'incertitude et d'inquiétude (MINAGRI, 2000).
Ces différentes mesures ont entraîné une situation de pauvreté de masse dont la recherche d'une
solution durable devient indispensable (CORNAZ, 1997). D'après le rapport 2000 du PNUD sur
le développement humain, plus de 50 % de la population camerounaise vit en dessous du seuil de
pauvreté. Le manque d'opportunités, l'inégalité des revenus et l'exclusion sociale qui
caractérisent une branche significative de la société camerounaise, notamment les ruraux et les
femmes, ont érigé la lutte contre la pauvreté en priorité qui aujourd'hui mobilise les énergies de
divers acteurs : gouvernement, populations et partenaires extérieurs (MINAGRI, 2000).
En plus des difficultés que traverse l'ensemble du pays, la partie septentrionale est sujette à des
calamités naturelles (sécheresse, inondations, famine…) qui anéantissent les efforts des
populations. Pour résoudre ces différents problèmes, le gouvernement avec l'aide des bailleurs de
fond, a mis sur pied aux côtés de la SDCC une série de projets d'appui au développement. Ceux-
ci ont pour principales missions de créer des opportunités d'augmentation des revenus et de
renforcer les capacités des paysans afin qu'ils gèrent mieux les influences1 auxquelles ils sont
soumis. Des investigations et analyses approfondies sur les exploitations agricoles à travers
diverses études sur l'élaboration des typologies par MOUSSA (1994), sur l'analyse technico-
économique des exploitations agricoles par MADI (1994), sur les suivis technico-économiques
des exploitations agricoles par DUGUE (1995 et 1996), et sur l'analyse des pratiques des
agriculteurs par DOUNIAS (1998) montrent que les structures d'encadrement diffusent surtout
des messages sectoriels. Ces messages ne permettent pas aux paysans de s'adapter aux exigences
de la libéralisation de l'économie nationale. D'où l'actuelle réorientation des approches de
vulgarisation par les structures de recherche et de développement vers la professionnalisation des
paysans.

1
Il s'agit des catastrophes naturelles et de l'économie de marché.
-1-
1.2 Problématique
La libéralisation de l'économie nationale, plus précisément du secteur agricole à travers la
privatisation des structures d'encadrement du monde rural exige une professionnalisation de
l'agriculteur camerounais. Ceci dans le but de l'aider à intégrer et à mieux appréhender les
contours des problèmes liés à la nouvelle donne économique mondiale. Pour y arriver, une vision
globale du monde rural s’impose. En effet, les approches de vulgarisation en vigueur au Nord
Cameroun ont pendant longtemps véhiculé des messages dirigistes et sectoriels. Malgré des
acquis certains, l'exploitation agricole est rarement abordée dans son ensemble et la diversité des
situations agricoles n'est pas toujours prise en compte (Djamen et al., 2001). Forte de ce constat,
les structures de développement et de vulgarisation agricole existantes, à savoir le DPGT, la
SDCC, le PNVRA, le PDBB (…), optent de plus en plus pour des approches participatives. Ces
approches mettent l'agriculteur au centre de leurs actions. De plus en plus de fonctions dévolues
aux projets et structures de développement sont transférées aux organisations paysannes
(commercialisation, approvisionnement en intrants…). Cette évolution dans l’environnement de
la production agricole nécessite de renouveler les approches et outils de vulgarisation agricole
permettant aux paysans de remplir les nouvelles tâches qui leurs sont confiées (Djamen et al.,
2001).
Aussi, le PRASAC qui est une initiative des structures de recherche agronomique de trois pays :
l’Institut de Recherche Agricole pour le Développement (IRAD) au Cameroun, l’Institut
Tchadien de Recherche Agronomique pour le Développement (ITRAD) ainsi que le Laboratoire
de Recherche Vétérinaire et Zootechnique de Farcha (LRVZ) au Tchad et l’Institut Centrafricain
de Recherche Agronomique (ICRA) en République Centrafricaine. A ceux-ci se sont joints les
partenaires scientifiques internationaux suivants : le Centre de Coopération Internationale en
Recherche Agronomique pour le Développement (CIRAD) et l’Institut de Recherche pour le
Développement (IRD) pour la France et l’Université de Leyde pour les Pays-Bas. Il a pour
objectif de mettre en commun les expériences, les compétences et les moyens entre les
partenaires du projet afin de résoudre plus efficacement et à moindre coût les problèmes de
développement communs de la sous-région. Cette mise en commun des ressources humaines
permet d’avoir une masse critique des chercheurs favorisant une obtention des résultats et
d’innovation de qualité pour le développement. Spécifiquement, le programme d’activités et
d’orientation du PRASAC se regroupe en six (06) composantes :
− l’observatoire du développement ;
− la gestion de terroir ;
− le système de culture et d’élevage ;
− la technologie des produits alimentaires végétaux
− la production et compétitivité de la filière coton et enfin;
− le Conseil de gestion aux exploitations à laquelle appartient l'opération "évaluation de
l'impact du Conseil de gestion"
Le Conseil de gestion (Cdg) tel que défini par Kleene et al., en 1989 "est une méthode qui prend
en compte l'ensemble de la situation d'une exploitation et cherche, en dialogue avec le
producteur un cheminement d'amélioration qui s'étend souvent sur plusieurs années " s'avère
être une alternative intéressante comme outil de vulgarisation. Le PRASAC le teste en zone
cotonnière du Nord Cameroun depuis deux ans. Parallèlement et en appui à cette expérience, des
travaux sont menés sur les exploitations agricoles : études de leur fonctionnement (Moussa et
Jonsson, 1998 ; Djamen, 2000 ; Ndzana, 2000 ; Wambo, 2000), et leurs pratiques de gestion
(Legile, 1999 ; Balkissou, 2000). Ces travaux ont permis de proposer une méthode progressive
d’aide à la décision étalée sur trois ans (Legile, 1999). Cette démarche prend en compte le
-2-
fonctionnement global de l’exploitation, et a pour principaux objectifs de susciter la réflexion en
amenant les producteurs à s’interroger sur leurs pratiques, de favoriser la mesure et la prévision
et d’intégrer les aspects technico-économiques dans le raisonnement des producteurs. Pour y
parvenir, le programme va de la formation aux bases de la gestion (année 1) au conseil
proprement dit (année 3) en passant par la définition et l'utilisation des indicateurs technico-
économiques (année 2). La Figure 1 présente la mise en œuvre de ce programme.

Année 3
Conseil

Année 2
Définition et utilisation d'indicateurs
technico-économiques

Année 1
Formation aux bases de la
gestion

Figure 1. Démarche progressive d'aide à la décision proposée par Legile en 1999


Pendant la première année, des sessions thématiques ont été organisées dans des groupes de
paysans. Elles mettent l'accent sur des thèmes généraux répondant aux besoins de la majorité des
participants. Ces thèmes vont :
− des préoccupations quotidiennes, telles : la sécurité alimentaire dont l'objectif est d’amener le
paysan à mieux gérer ses récoltes de manière à ce que sa famille ne souffre pas de faim
jusqu'à la prochaine récolte et ; la gestion de la trésorerie dont l'objectif est de faire en sorte
d'avoir suffisamment d'argent pour couvrir les dépenses et réaliser les projets de la famille;
− vers la prévision à court terme à travers l’élaboration d’un programme prévisionnel de la
campagne agricole.
Outre ces modules, une initiation à la prise de notes à travers le remplissage d'un carnet simplifié
inspiré de celui mis au point au Burkina Faso est fait. L'objectif à terme est d'amener les
participants à constituer des données chiffrées sur la base desquelles un conseil plus pertinent et
personnalisé peut être développé (Djamen et al., 2001). Pendant la campagne agricole, des
explications des fiches techniques, le suivi de la conduite de quelques cultures et des actions
techniques (la multiplication des semences, les essais et champ de confirmation et les tests
d'équipements de TA) ont été réalisés pour maintenir le contact avec les paysans tout en
développant leur champ de références.
La deuxième année est consacrée aux rappels sur le programme de l'année 1 et à la consolidation
des acquis de la première année sur la mesure et la prévision à travers des évaluations technico-
économiques des cultures. A la demande des paysans, des thèmes spécifiques ont été développés

-3-
dans les différents groupes (alimentation des bovins en saison sèche, création d'une pépinière
d'arbres fruitiers…)
Au terme de ces deux premières années d'expérimentation de la méthode, il convient de poser un
certain nombre de questions à savoir : qui participe aux séances Cdg et qu’apporte réellement le
Conseil de gestion aux exploitations agricoles au Nord Cameroun ? C’est à ces questions que
l’étude en cours tentera d’apporter des éléments de réponses car depuis le début de l’expérience
il n’y a pas eu d’évaluation. Aussi de proposer une grille d’évaluation des effets du Cdg dans la
mesure où la littérature existante ne propose pas une méthode standard et efficiente d’évaluation.

1.3 Objectifs de l'étude


Le présent travail vise à caractériser et mettre au point une grille d’évaluation des effets du Cdg
sur les exploitations agricoles des terroirs PRASAC dans le but d’améliorer la démarche et de la
diffuser à travers toute la région.
Plus spécifiquement, il s’agit de :
− caractériser les exploitations en Conseil de gestion ;
− déterminer et évaluer les effets apportés par le Cdg aux exploitations agricoles du Nord
Cameroun ;
− faire le point sur le processus de diffusion du Cdg entre les paysans en Cdg et les autres
paysans dans le village.

1.4 Importance de l'étude


L'importance de cette étude est double. D'une part, elle fournira aux développeurs des données
pour mieux suivre la mise en œuvre de la démarche progressive d'aide à la décision tout en
appréciant les résultats. D'autre part, elle permettra à la recherche et aux opérateurs impliqués de
capitaliser l'expérience en cours et d'affiner la méthode et les outils utilisés.

1.5 Limites de l’étude


C'est une démarche en cours de test depuis deux ans seulement, aussi de nombreux effets ne sont
pas encore perceptibles (amélioration des performances technico-économiques). En outre, de
tous les changements observés sur une exploitation agricole, il est difficile de discerner avec
exactitude la part du Cdg, et la contribution des autres facteurs socio-économiques et culturels.
La démarche est progressive et conséquemment, son appropriation est graduelle. Ainsi, ses effets
ne peuvent être mieux appréciés qu’à long terme.

-4-
Chapitre 2. Cadre théorique et revue de la littérature

2.1 Cadre théorique

2.1.1 L'APPROCHE GLOBALE DE L’EXPLOITATION AGRICOLE2


L'approche globale va servir de support à cette étude. Elle est définie par Bonneviale et al.,
(1989) comme étant "l'étude d'un complexe de décisions et d'actions qui sont le fait des
personnes (individus ou groupes) agissant dans un environnement en vue de satisfaire les
finalités fixées à cette exploitation. Cette étude débouche sur la formulation d'un diagnostic du
fonctionnement de l'exploitation agricole".
L'étude du fonctionnement est basée sur deux principes-clés :
− l'exploitation agricole est vue comme un système,
− les agriculteurs ont de bonnes raisons de faire ce qu'ils font.

2.1.1.1 L'exploitation agricole vue comme un système


L'approche systémique de l'exploitation constitue le premier cadre théorique de la méthode. Il
s'agit de construire un modèle qui rende fidèlement compte de son fonctionnement.

2.1.1.2 La notion de système


Le Moigne (1977) décrit un système comme étant “un objet qui, dans un environnement, doté de
finalités, exerce une activité et voit sa structure interne évoluer au fil du temps sans qu'il perde
pour autant son identité unique”. Ou bien “Quelque chose qui fait quelque chose et qui, dotée
d'une structure, évolue dans le temps et dans son environnement pour atteindre des finalités”.
De Rosnay (1975) le définit comme “un ensemble d'éléments en interaction dynamique,
organisés en fonction d'un but.” Il le décrit sous deux aspects :
− l'aspect structurel : C'est l'organisation dans l'espace des composantes ou éléments d'un
système dont les principaux traits structuraux sont les suivants : une limite, des éléments
pouvant être dénombrés ou décrits, des réservoirs dans lesquels les éléments peuvent être
rassemblés et stockés, un réseau de communication.
− l'aspect fonctionnel : Ce sont des processus, c'est-à-dire des phénomènes dépendant du temps
(échanges, transferts, flux, croissance, évolution, …) dont les principaux traits fonctionnels
sont : les flux exprimés en quantités d'éléments par unité de temps (flux de monnaie, de
produits…) ; ces flux font monter ou baisser le niveau des réservoirs, des vannes qui
contrôlent les débits des différents flux sous l'effet des décisions, des délais des boucles
d'information appelées boucles de rétroaction. C'est sur ces boucles que repose la dynamique
de changement d'un système, la régulation, la stabilité ou l'instabilité du système.
Les éléments du système sont à la fois les intrants (les consommations intermédiaires, les
produits des biens et de services et sous-produits qu'ils soient consommés, stockés ou
transformés dans le système ou qu'ils en sortent) et les moyens de productions, que sont les
parcelles, les animaux, les bâtiments, le matériel, la force de travail physique et intellectuelle, la
monnaie. Ces éléments sont organisés, structurés en fonction des finalités assignées par
l'exploitant et sa famille et sont en inter-relation et en interaction.

2
Extrait de l'approche globale de l'exploitation agricole (Bonneviale et al., 1989 ; Marshall et al,. 1994)
-5-
L'étude du fonctionnement de l'exploitation agricole comme un système permettra de mettre en
évidence l'évolution de la prise de décision et l’amélioration des performances techniques et
économiques engendrées par le Cdg au sein de l'exploitation agricole.

2.1.1.3 Les éléments du système exploitation agricole


Le système exploitation agricole peut être décomposé en plusieurs sous-systèmes en utilisant la
structure du modèle d'entreprise présentée par Le Moigne en 1988.
− Un système d'opérations (ou système de production) dont la fonction est de mettre en œuvre
l'ensemble des opérations que nécessite la gestion des processus productifs : gestion des flux
de matières, de travail et d'équipement, de monnaie d'informations que l'exploitation importe
ou prélève, qu'elle stocke, transforme ou transporte et qu'elle exporte ou restitue dans son
environnement
− Un système de décision dont la fonction est de générer les décisions qui vont orienter et
assurer le pilotage du système d'opérations, en fonction des finalités et des objectifs de
pilotage. Ce système permettra à la présente étude de détecter les changements induits par le
Cdg dans les prises de décisions à différents niveaux dans l’exploitation agricole.
− Un système d'information dont la vocation est d'assurer le couplage entre le système de
décision et le système d'opération. C'est lui qui produit les informations en provenance du
système d'opération et permet au système de décision et plus particulièrement au système de
pilotage (système de décision) de contrôler les processus productifs et leurs combinaisons au
sein du système d'opération. C'est là que sont produits et mémorisés les indicateurs
représentatifs de l'activité du système de décision. A partir de ce système, l'étude pourra
définir les indicateurs d'évaluation des effets du Cdg sur les exploitations agricoles.

2.1.2 RATIONALITE DES DECISIONS DE L’AGRICULTEUR


Le postulat de rationalité ou de cohérence développé par Petit et al., (1975) pose comme principe
que les décisions des agriculteurs relatives à leur exploitation ont un sens. Plus précisément
qu'elles visent à atteindre un (ou des ) objectif(s) dans le cadre des actions perçues comme
possibles par le groupe familial, compte-tenu de la vision qu'il a de sa situation et des finalités
fixées à l'exploitation. Un tel postulat impose de s'astreindre à comprendre pourquoi les
agriculteurs font ce qu'ils font. Ce postulat peut être utile non seulement à l'agriculteur qui peut
ainsi éviter de renouveler des erreurs, mais aussi à l'observateur qui acquiert des connaissances
sur la façon dont l'agriculteur et sa famille perçoivent leur situation et atteignent leurs objectifs.
Les concepts de situation et d'arbitrage jouent un rôle capital dans l'approche globale de
l'exploitation agricole.

2.1.2.1 La notion de situation


La situation est constituée par un ensemble d’éléments qui, à un moment donné, interviennent
sur les possibilités de l'agriculteur. Ce sont :
− les éléments favorisants les possibilités d'action, autrement dit les atouts de l'agriculteur qui
sont tout élément de situation qui, en augmentant le champ des décisions possibles, favorise
l'atteinte des finalités du système d'exploitation. Les atouts résultent de l'environnement ainsi
que de l'histoire de l'exploitation et de la famille. Ils n'ont de sens que mis en relation avec
ces finalités ;
− les éléments qui peuvent limiter son action, autrement dit les contraintes qui sont tout
élément de situation qui, en limitant le champ des décisions possibles, freine l'atteinte des
finalités du système d'exploitation. Les contraintes résultent de l'environnement ainsi que de

-6-
l'histoire de l'exploitation et de la famille. Elles n'ont de sens que mis en relation avec ces
finalités ;
− et des éléments actuellement sans influence positive ou négative, les éléments neutres qui
sont tout élément de situation qui n'augmente, ni ne limite le champ des décisions possibles
compte tenu des finalités du système d'exploitation (Bonneviale et al., 1989).
Cette notion de situation permettra de ressortir les atouts et les contraintes qui influencent le
fonctionnement de l’exploitation agricole.

2.1.2.2 Les notions d'objectifs, de projet et de finalités.


Les décisions prises par l'agriculteur constituent le révélateur de ses objectifs explicites ou
implicites. Les actions font partie du système d'opération ou d'information (action de contrôle),
les décisions font partie du système de pilotage au sein du système de décision. Les objectifs
guidant les décisions sont de deux types :
− ceux déterminés par le groupe familial d'un commun accord, sont plus ou moins explicites,
plus ou moins cohérents, plus ou moins hiérarchisés. Ce sont eux qui déterminent, pour la
durée, le sens de l'activité de ceux qui vont conduire le système d'opération pour satisfaire au
mieux ce système d'objectifs. Cet ensemble d'objectifs est appelé système de finalités ou
projet.
− ceux fixés par les acteurs qui conduisent directement le système d'opérations. Les objectifs,
en cohérence avec le système de finalités, déterminent directement les décisions tactiques et
stratégiques.
D'après une définition explicite de l'approche globale de l'exploitation agricole, il en ressort
qu'au vu des objectifs spécifiques de l'étude, la théorie du système et le postulat de rationalité ou
de cohérence qui caractérisent cette approche, permettent une description approfondie de la
structure, des orientations de productions et des performances technico-économiques des
exploitations agricoles étudiées ainsi que leur fonctionnement à travers l'évolution du processus
de prise de décision et de l'orientation des objectifs et des finalités. La figure 2 récapitule les
points qui viennent d'être évoqués.

-7-
Situation (atouts et contraintes) Finalités/Objectifs
famille, histoire, Ressources : lesquelles ? en quelle quantité
moyens de production et socio économiques Besoins : lesquels ? dans quels ordre ?

Décisions
Qui décide de l'allocation des ressources ?
Comment sont utilisées les ressources ?
Qui doit satisfaire ces besoins ? Qui prend la décision ?
Comment se font les choix ?

Système opérant (les pratiques)


Qui produit ? Qu'est ce qui est produit ?

Résultats
Combinaisons des productions
Economiques (revenus, flux), Ressources/Besoins

Comment fonctionne l'exploitation agricole ?


Que fait le chef d'exploitation ? (ses actions, ses résultats)
Comment il le fait ? (son organisation, ses capacités de régulation)
Pourquoi il le fait ? (ses finalités, sa perception de l'environnement)

Figure 2: L'approche globale de l'exploitation agricole

2.2 Revue de la littérature

2.2.1 CLARIFICATIONS CONCEPTUELLES

2.2.1.1 Gestion
Parlant de la gestion, Legile (1999) cite Goud (1987) qui dit : Gérer c’est faire des choix en
fonction d’objectifs, de moyens et de la perception de ce qu’il serait possible de faire compte
tenu de ces données. Par ailleurs, la méthode de la gestion se propose d’aider l’agriculteur à
choisir un système de production permettant d’obtenir d’une façon durable, un profit élevé
compte tenu du milieu, de la conjoncture et des possibilités de l’agriculteur (Chombart et al.
1969).
Faire de la gestion ou être en gestion c’est accepter de soumettre son exploitation au diagnostic
d’un expert une ou plusieurs fois par an. Bien gérer c’est d’abord bien connaître son outil de
gestion (Brossier et al., 1997). C’est aussi décider, en fonction d’objectifs et de contraintes
(Legile, 1998).
Raisonner une décision c’est identifier et évaluer les changements qu’elle entraînerait sur
l’ensemble du fonctionnement de l’exploitation agricole si elle était prise (Bonneviale et al.,
1998).

-8-
2.2.1.2 Fonctionnement
Sébillote (1979) entend par fonctionnement l’enchaînement de prises de décisions de
l’agriculteur et de sa famille dans un ensemble de contraintes et d’atouts en vue d’atteindre des
objectifs qui régissent des processus de productions et que l’on peut caractériser par des flux
divers (de monnaie, de matières, d’informations, de travail) au sein de l’exploitation et avec
l’extérieur.

2.2.1.3 Exploitation agricole


D’après Bonneviale et al.,(1998) l’exploitation agricole est une entreprise qui produit des biens
et des services en utilisant des facteurs de production. Or la gestion des exploitations agricoles
dans le nouveau contexte économique, social et culturel ne permet plus d’en rester aux seuls
aspects techniques et rend nécessaire d’étendre l’analyse et le diagnostic au système social ;
aspect essentiel de l’organisation et du pilotage de l’exploitation (Marshall et al., 1994).
La démarche systémique qui consiste à considérer que l’exploitation n’est pas la simple
juxtaposition d’ateliers de production, ni d’addition de moyens et techniques de production a fait
son apparition en Afrique avec les approches conseil de gestion (Legile, 1999).

2.2.1.4 Conseil de gestion


Le Conseil de gestion (Cdg) est une approche de vulgarisation qui permet de renforcer les
capacités d’auto-analyse des producteurs ou des groupes de producteurs et de raisonner les
innovations qu’ils souhaitent s’approprier (PRASAC, 1999). Legile (1999) définit le Cdg comme
étant une aide à la décision à travers un processus d’apprentissage faisant évoluer les
représentations de l’agriculteur avec les étapes suivantes : Prévision, action, évaluation des
conséquences de la décision, de confirmation ou modification des représentations. Ces deux
définitions rejoignent celle de Kleene et al., (1989) qui décrit le Cdg comme étant « une méthode
de vulgarisation prenant en compte l’ensemble de l’exploitation agricole et cherche en dialogue
avec le paysan un cheminement d’amélioration qui s’étend souvent sur plusieurs années ».

2.2.1.5 Diversité
Parler de diversité c’est faire état de la variabilité des situations rencontrées lorsqu’on s’intéresse
à un paramètre donné (paysage, activités, êtres, etc...). Dans le contexte agricole, la diversité peut
résulter de l’environnement agro-écologique (relief, sols, hydrographie, climat, végétation,
systèmes de culture et d’élevage) et/ou socio-économique (densité de population accès au
marchés, activités principales, enclavement, ...). Capillon (1993) relève que parler de diversité en
agriculture, c’est constater que les agriculteurs n’ont pas et ne peuvent pas avoir la même
manière de produire. Rebuffel et al (1995) ; Perrot et Landais (1993) soulignent que la diversité
de l’environnement agricole est la principale cause d’échec de plusieurs schémas de
développement basés sur l’idée erronée que les agriculteurs d’environnements différents peuvent
utiliser la même technique. Toutefois, même à l’intérieur des régions assez homogènes sur le
plan physique, les exploitants sont loin d’être identiques. En effet, on observe des différences au
niveau des pratiques, des trajectoires d’évolution, de la structure, des objectifs et des stratégies.
La perception de cette diversité et sa prise en compte dans la programmation des actions de
développement agricole est capitale bien qu’elle ne soit pas aisée.

2.2.1.6 Typologie
En 1979, Sébillote, définissait déjà la typologie comme étant la classification d’objectifs, de
situations sur la base de quelques critères pertinents. C’est un outil indispensable pour orienter la
recherche des références d’ordre stratégique ou tactique. C’est aussi un modèle de représentation
-9-
simplifiée, établie par un opérateur travaillant sur des objets dont la diversité avérée est à
considérer afin d'améliorer la cohérence et la pertinence des analyses. D'où la nécessité du choix
judicieux des indicateurs discriminants qui, dépendamment des cas, sont liés à la structure, au
fonctionnement ou encore aux performances technico-économiques (INRAD-SAD, 1988).
D’après Capillon (1993) « l’élaboration des typologies consiste à créer des groupes
d’exploitations assez semblables entre elles pour présenter des caractéristiques communes de
fonctionnement et, par là, être redevables des mêmes modes d’action de développement ».
Mbetid-bessane et Besacier le reprennent en 1996 en ces termes : « Bâtir une typologie revient à
identifier les types de producteurs confrontés aux même problèmes et susceptibles d’assimiler les
différentes innovations proposées tout en tenant compte de leur degré de performance ». La
typologie permet d’éclairer les relations qu’entretiennent les exploitations entre-elles d’une part
et avec leur environnement socio-économique d’autre part y compris les actions de
développement (Ndzana, 2000).

2.2.1.7 Système de production


Le concept de système de production est utilisé soit de façon interne (gestion) ou externe
(dimension sociale). On trouve trois définitions utilisées en économie rurale.
Une première définition se rapporte à l’exploitation agricole, elle est centrée sur la gestion
(micro-économie). Selon Chombart et Poitevin (1957), le système de production est la
combinaison des facteurs de production et des productions dans l'exploitation agricole.
Une autre conception, externe à l’exploitation, insiste sur le caractère social, sur la stabilité et les
changements des systèmes de production selon des critères. On parlera ainsi de la diversité des
systèmes de production (typologie).
Dans une vision plus large, une autre définition reliant facteurs et produits est très souvent
utilisée. Le terme système (dans l’expression système de production) signifie que les
combinaisons observées ne résultent pas d’une simple juxtaposition combinatoire de facteurs ou
de spéculations, mais qu’il existe un fonctionnement interne mettant en relation les éléments
composant le système et déterminant notamment ses réactions vis-à-vis soit de modifications de
ces éléments soit de stimuli externes ou encore déterminant ses propres transformations
structurelles sous l’effet de divers facteurs ou événements. Si on se situe dans la perspective
d’analyse globale et sociale, le concept de système de production devient un outil d’analyse des
exploitations agricoles.

2.2.2 LE CONSEIL DE GESTION

2.2.2.1 Historique du Conseil de Gestion


Le Conseil de gestion date de la fin des années quarante, période avant laquelle la vulgarisation
agricole avait pour rôle essentiel le transfert des techniques nouvelles. Un intérêt particulier était
donc accordé aux taux d'adoption de ces nouvelles techniques (Kleene, 1995).
Les années cinquante ont vu la naissance effective de la plupart des centres de gestion de France.
La diversité des structures qui en ont eu l'initiative explique les situations rencontrées aujourd'hui
(Legile, 1996). La recherche et la formation sont deux éléments importants dans la dynamique de
ce processus.
C'est en effet de la collaboration entre la section d'économie rurale de l'INRA et de la chaire
d'économie rurale de l'ENSA de Grignon, conduite par le professeur Chambart de Lauwé qu'est
née l'idée des centres de gestion des exploitations agricoles. Ce dernier qui a mis au point une
méthode de gestion scientifique des exploitations (la gestion des exploitations agricoles) en 1957
est d'ailleurs considéré comme le père de la gestion agricole en France (Legile, 1996).
- 10 -
Dans les pays anglo-saxons, cette évolution a conduit au développement de la micro-économie
agricole ainsi qu'à la gestion technico-économique et au "Farm management advice" (Conseil de
gestion économique). Partant du fait que dans un tel contexte, l'exploitation agricole certes
familiale est supposée fonctionner comme de véritables entreprises modernes, il convient de
souligner que les approches Cdg visent l'optimisation économique de l'utilisation des facteurs de
productions.
La diffusion de cette approche de vulgarisation s'est faite à travers le monde et en
Afrique subsaharienne en particulier. Cela a entraîné l'adaptation de l'approche au contexte
politique, socio-économique, culturel et environnemental.

2.2.2.2 Analyse comparative de quelques expériences Conseil de gestion dans les pays
du Sud
L'analyse comparative a été réalisée à partir des expériences de certains pays, à savoir le Burkina
Faso, le Maroc, le Brésil et la Colombie en prenant en compte le contexte (tableau I), la
démarche (tableau II) et le suivi évaluation et les résultats (tableau III ).
Sur le premier point c'est à dire le tableau I relatif au contexte, il ressort de cette analyse que le
Burkina Faso présente la même organisation des services et les mêmes caractéristiques que les
exploitations agricoles du Nord Cameroun à savoir : petites exploitations, filière organisée,
diversité de systèmes de production, présences des structures étatiques et des ONG. La méthode
appliquée au Burkina Faso a été adoptée au Nord Cameroun. Elle se veut progressive et devant
après trois ans aboutir au Cdg proprement dit.
Sur le tableau II on note une démarche Cdg presque similaire. Les petites dissemblances
constatées ça et là sont dues à l'organisation des services et aux caractéristiques des exploitations
agricoles.
Enfin sur le tableau III, il ressort que le suivi-évaluation de la démarche dans ces pays étudiés
sont quasiment différents. Ceci s'explique par le fait qu'il n'existe pas un model standard de suivi
–évaluation du Cdg, ses effets ou apports au niveau de l'exploitation agricole. Ainsi nous avons
basé nos investigations sur l'aboutissement des objectifs de la démarche. Cela nous permettra de
répertorier les effets dues essentiellement au Cdg et enfin de proposer une grille d'évaluation des
effets du Cdg.

Tableau I: Contexte dans lequel évolue le Conseil de gestion dans certains pays
Burkina Faso Maroc Brésil Colombie
Présence des - Présence des - Présence des - Présence des
structures étatiques, structures structures étatiques structures étatiques
Organisation - Organisation non étatiques, - Organisations - Organisation non
des services gouvernementale, - Organisations paysannes gouvernementale,
-Organisations paysannes -Organisations
paysannes paysannes
-Diversité des - Systèmes - Diversité des - Petites
systèmes de intensifs (cultures systèmes de exploitations
production et élevages) production - Niveau
-Petites - Difficultés - Différenciation d'organisation élevé
exploitations d'accès à la selon l'importance - Production
Caractéristique
- Filière organisée ressource eau des moyens de intensive
exploitations
- Systèmes production - Système de
diversifiés. - Système de polyculture
- Grandes polyculture-élevage élevage
exploitations - Filière non - Filière non
- Filière organisée organisée organisée

- 11 -
Tableau II: Démarche Conseil de gestion appliquée dans certains pays
Burkina Faso Maroc Brésil Colombie
-Augmentation du -Constitutions des -Mise en place -Renforcement des
revenu banques de données d'un système des capacités des
-Valorisation du pour servir de références locales agriculteurs
Objectifs travail montage de projets -Expérimentation -En concertation
-Minimisation du -Appui technico- paysanne avec les techniciens
risque économique -Générer vulgarisations et de
-Amélio. durable des l'information recherche
fonctions des EA
-Conseil individuel -Conseil individuel -Conseil technico- -Conseil technique
-Conseil de groupe -Gestion des économique -Vulgarisation entre-
-Participatif performances -Vulgarisation paysans
Type de
-Formation vers l'aide -Approche technico- entre les paysans -Innovations
conseil
à la décision économique -Fermes de techniques
-Technico- -Appui, formation, références -Visites d'échange
économique information -Appui, formation d'expériences
et infos
-Visite technicien 1 -Visite 1 fois/15 jours -Visites et -Visites et échanges
fois/15 jours -Visite 1 fois / 2 mois échanges entre -ONG
-Séances élargies du -Formation des agriculteurs -
Cdg agriculteurs -Centrale des Chercheurs/vulgaris
-Discussions -Vulgarisateur/ associations de ations
-Visite commentée conseillers producteurs - -Mise en place des
-Formation des Concepteurs/supervise Chercheurs essais paysans
Organisation
agriculteurs urs/ing. -Groupe de -Pas de production
/ dispositif
-Cellule d'appui -Techniciens paysans de l'information
correspondant coton spécialisés -Cadres de
-Comité de Conseil -Vulgarisateurs développement
-Cellule d'appui -Production de -Crédits facteurs
l'information de productions
-Production de
l'information
-Carnet individuel -Documents de -Fermes de -Cahiers parcelles
-Fiche technique collecte et documents références d'expérimentation
-Visite de terrain de restitution des -Démonstration -Visites, dialogue
Outils -Plan de campagne résultats (comptabilité, fiche de collecte affiches
compte des résultats, concertation -Album
marge brute, revenu,
valeur ajoutée,
graphes)

- 12 -
Tableau III : Type de suivi-évaluation, résultats obtenus et source de financement du Cdg
dans certains pays
Burkina Faso Maroc Bresil Colombie
-Enquête d'opinion -Suivi intensif (suivi de -Recherche -Suivi interne
-Expertise externe comptabilité : 120
-Analyse technico- producteurs )
Type de économique /-Comité de -Situation technico
suivi pilotage départemental économique
évaluation et national -Indicateurs : taux
d'adoption, mesure de
performance,/-Taux
d'absentéisme.
-Organisation paysanne -Etat -Projet -Projet
Financement
-SOFITEX
-Fort aménagement des -400 producteurs atteints /- -Constitution -Augmentation
exploitations Production de prospectus des références des rendements
-Bonne intégration technico-économique /- pour le projet -Elévation du
agriculture élevage /- Constitution des banques de (technico- niveau de vie
Intensification et données /-Suivi intensif de économiques)
Résultats
diversification 120 agriculteurs / -Suivi -24
accentuées /- extensif de 280 agriculteurs exploitations
Augmentation du /-Indicateurs : taux
nombre de villages d'adaptation, mesure de
concernés et de paysans performance, taux
participants d'absentéisme

2.2.3 LES STRUCTURES DE VULGARISATION AU NORD-CAMEROUN

2.2.3.1 La SODECOTON
Créée en 1974, la SDCC assure dans toute la zone cotonnière l'encadrement des populations
suivant une approche de vulgarisation centrée sur la production du Coton (Tchala et al., 1994).
Tout en travaillant en étroite collaboration avec la recherche, elle utilise une approche filière.
Cette approche procède par l'intégration des multiples étapes allant de la distribution d'intrants
aux producteurs à la commercialisation des récoltes en passant par un suivi technique rapproché
sur le terrain (Wambo, 2000). La SDCC s'intéresse aussi aux cultures qui entrent en rotation et
en association avec le coton car elles permettent de réduire la dégradation de la fertilité des sols.
Ceci a permis l'augmentation de la production et l'amélioration des rendements de ces différentes
cultures.
De sectorielle, la vulgarisation en région cotonnière a pris un caractère intégré. Des formations
techniques furent et continuent à être accordées aux agents de vulgarisation dans l’encadrement
des céréales (maïs) et de l’arachide, les deux principales cultures vivrières de cette partie du pays
derrière le coton. L’option de la fourniture d’intrants pour ces cultures a été retenue et était
directement corrélée à la superficie emblavée en coton dans l’assolement. Aujourd'hui cette
situation a évolué et les groupements peuvent commander les quantités qu'ils veulent à condition
de financer à l'avance une partie de l'achat. Mais, des griefs persistent toujours vis à vis de cette
approche jugée trop rigide et directive où le respect de l'ITK doit être sans concession.
Dans un contexte particulier marqué par le désengagement de l’Etat du secteur agricole, et
l’application du programme d’ajustement structurel (PAS), la SDCC se sentant obligée de
réduire son coût de fonctionnement tout en réalisant ses objectifs de production, a choisi de
- 13 -
responsabiliser les paysans, c’est-à-dire de les faire participer un peu plus au fonctionnement de
la filière. L’application de cette approche participative s’est traduite par la structuration de la
filière, avec la création de nombreux groupements de diverses dénominations, auxquels elle tente
de transférer un certain nombre d’opérations agricoles jadis l’apanage de ses seuls agents
aujourd’hui en effectifs plus allégés. C’est ainsi qu’on note la création des associations
villageoises de producteurs (AVP), puis les associations villageoises autogérées (AVA), et
aujourd’hui elle préconise la création des groupes d’initiative commune (GIC) couramment
appelés “GIC coton”. Au sein de ces groupes, existent des cercles de caution solidaire pour le
crédit aux intrants et à l’équipement agricole notamment l’accès à la TA. C’est le chef de chaque
cercle de caution (CCC) qui sert d’interlocuteur à la société au niveau local, ce qui réduit ainsi la
chaîne de diffusion d’information et le feed back.
Toujours dans le même contexte institutionnel, la SDCC a été amenée à créer une cellule de
suivi-évaluation, qui est chargée d’étudier le fonctionnement des exploitations agricoles de la
région sur la base d’une typologie afin de mieux orienter les interventions en milieu paysan. Les
résultats de ces opérations visent surtout à assurer un contrôle plus ou moins étroit sur les
exploitations afin de mieux orienter leur intervention.

2.2.3.2 Le PNVRA
La phase pilote du Programme Nationale de Vulgarisation et de Recherche Agricole a durée trois
ans (1988-1991). Conduite dans neuf départements répartis dans quatre provinces donc la
province de l'Extrême-Nord a vu l'accroissement des postes agricoles à travers les six provinces
du pays faisant parties du programme (Extrême-Nord, Ouest, Est, Adamaoua, Sud-Ouest et
Littoral). Cette première phase a permis d'avoir des résultats encourageants à savoir la
mobilisation et la participation effective des chercheurs au processus de transferts de
technologie, l'amélioration des ITK, et l'adoption de la culture du maïs par les populations de
l'Extrême Nord. Cette approche a connu une évolution remarquable à savoir : de la démarche
"top-down" au lancement de ces activités en 1988, elle est devenue participative de nos jours.
Elle associe les paysans, la recherche et le développement dans les diagnostics et la recherche
des solutions. Les principes fondamentaux du PNVRA sont les suivants :
− le professionnalisme des vulgarisateurs qui sont en contact permanent avec la recherche par
des séances d'entretien et de formations pour être toujours prêt à répondre aux sollicitations
des paysans ;
− l'unicité de la ligne de commandement ;
− accès de tous les paysans aux conseils de proximité ;
− lien étroit entre le paysan, la vulgarisation et la recherche ;
− Suivi-évaluation.

2.2.3.3 Le DPGT
Créé en 1992 sous forme d’une Direction de la Sodécoton aux cotés de la Direction de la
Production Agricole, le projet "Développement Paysannal et Gestion des Terroirs" (DPGT) est
financé avec l'appui du FAC (Fond d'aide à la Coopération). Ce projet a repris les activités de
développement qui ne sont pas en relation directe avec la production cotonnière, afin de réduire
les coûts pesant sur le prix de revient de la fibre cotonnière et rendre ainsi la filière plus
compétitive sur le marché mondial.
Les différentes évaluations de la première phase du DPGT ( 1994-1998) ont été positives d'où le
financement de la deuxième phase. Cette phase va de 1999 à 2002. Le projet vise à favoriser la
consolidation et la professionnalisation des organisations des producteurs, à promouvoir une
- 14 -
gestion des ressources naturelles permettant un développement durable, et à contribuer à des
cadres de concertation entre les organisations de producteurs et les différents services et
structures d’intervention. Les différentes activités sont menées dans quatre volets : i)
professionnalisation ; ii) fertilité ; iii) gestion des terroirs et iv) zootechnie.
Le volet gestion des terroirs a été externalisé et est devenu TERDEL-GIE, et le volet zootechnie
a été réintégré à la SDCC. Aujourd'hui la professionnalisation et la fertilité sont les seuls volets
fonctionnels du DPGT. Parlant du volet professionnalisation des conventions ont été signées
entre le DPGT et l'IRAD pour la formation des animateurs DPGT. Les résultats obtenus ont été
concluants.

2.2.3.4 La démarche Conseil de gestion appliquée au Nord Cameroun


Dans une perspective d’extension du Cdg par le canal des structures et projets de développement,
l’IRAD a mené en 1999 une réflexion sur les méthodes et outils adaptés au contexte du Nord
Cameroun (Legile, 1999). Cette réflexion a montré que dans les exploitations de la zone,
l’incertitude domine sur la prévision, et que les paysans ont des difficultés pour envisager
l’avenir au-delà d’une année. Elle a permis d’identifier trois thèmes majeurs du fonctionnement
des exploitations : i) sécurité alimentaire (gestion des récoltes), ii) gestion de la trésorerie, et iii)
programme prévisionnel de la campagne agricole. Ces trois thèmes constituent les portes
d’entrée privilégiées d’une démarche progressive d’aide à la décision (3 ans) devant aboutir à
terme au Cdg.
En année 1, sont organisées des sessions thématiques et des débats basés sur la technique du
questionnement. Ces séances sont regroupées sur un à deux mois, et réparties dans l’année en
fonction des thèmes abordés. Chaque session se termine par une réunion de restitution au village.
En deuxième année, l’objectif est d’amener les paysans à mieux appréhender leur situation,
c’est-à-dire à relativiser leurs contraintes et prendre conscience de leurs possibilités d’action en
mesurant les conséquences de leurs choix. Pour cela, le programme mis en place est passé de la
gestion quotidienne à la définition d’indicateurs technico-économiques, tels la production par
quart ou par hectare afin d’initier des comparaisons entre exploitations, l’analyse du coût global
de certaines activités, le calcul des résultats par parcelle (ou par spéculation).
En troisième année, il est envisagé de ne plus programmer de sessions, mais seulement des
permanences assurées par l’animateur, afin d’aider ceux qui souhaitent poursuivre leur réflexion.

- 15 -
Chapitre 3. Méthodologie

3.1 Brève présentation de la zone cotonnière


Le Nord Cameroun (provinces du Nord et de l’Extrême nord) est situé entre 7°30 mm et 13° de
latitude nord et entre 9° et 15° de longitude Est (Donfack et al., 1996). La zone cotonnière du
Nord Cameroun correspond approximativement aux provinces du Nord et de l’Extrême nord à
l’exception du département du Logone et Chari (Dugué et al., 1994 ; IRAD/PRASAC, 1999). La
zone cotonnière est située entre le 7° et le 11° de latitude nord (Figure 3).
Le relief est caractérisé par les plaines, de nombreux massifs montagneux, des pénéplaines, avec
des zones de piémonts, des bassins et des hauts plateaux (Dugué et al., 1994). Le climat est de
type soudanien à deux saisons plus ou moins contrastées, une saison de pluie qui dure 3 à 6 mois,
et une saison sèche qui s’étend sur le reste de l’année (Donfack et al. ; 1996). Les précipitations
varient du Sud au Nord de la zone. Elles vont de 400 mm/an à Kousseri à 1200 mm/an à
Touboro (Vall, 1996). Ces variations sont conditionnées par l’étirement en latitude de cette zone
et par l’étagement du relief.
La population est estimée à 3 179 640 habitants (Madi, 1994). Toutefois, ce peuplement est un
élément de grande diversité qu’il soit envisagé sur un plan démographique, ethnique, ou
religieux (Orstom, 1984 ; Raymond et al., 1994). Cette population se divise en une soixantaine
de groupes ethniques de taille inégale et parlant des langues différentes où s’impose cependant le
“foufouldé” des Peulhs comme langue véhiculaire. La population totale de la zone cotonnière est
passée de 1,7 millions d’habitants en 1976 à 2,4 millions en 1987. Pendant la même période la
densité est passée de 17 à 26 hab/km². En 1993 on était proche de 3 millions d’habitants dont 2,3
millions de ruraux (Moussa et Jonsson, 1998).
Cette population est marquée par un fort déséquilibre entre la province de l’Extrême nord
(peuplement ancien, forte densité de population, 50 à 80 hab/km² en moyenne) et celle du Nord
sous peuplée en moyenne 10 hab/km² (Raymond et al., 1994 ; Vall, 1996). La forte densité de
population dans la province de l’Extrême nord a des conséquences importantes sur l’occupation
de l’espace et est à l’origine des migrations organisées et spontanées vers le Nord (Nanko, 1998).
Les principaux types de sols rencontrés sont des sols ferrugineux tropicaux, les vertisols, les
lithosols et des sols hydromorphes (Brabant et Gavaud, 1985). Les sols ferrugineux tropicaux
sont dominants de Touboro à Garoua. On les rencontre également au nord de Garoua et dans
l’Extrême nord où ils peuvent être localement sensibles à l’érosion surtout lorsqu’ils sont
cultivés. Les vertisols forment la majorité des sols rencontrés entre Garoua et Maroua (zone
soudano-sahélienne) et au nord de Maroua où ils portent souvent le sorgho de saison sèche, ou
muskwari (Donfack et al., 1996).
La végétation naturelle est plus dense et comprend des espèces fort utiles à l’élevage comme les
andropogonées (Dugué et al. ; 1994). Le nord de la zone plus peuplé et avec une forte densité de
bétail, dispose d’une végétation plus clairsemée et moins productive.
La vocation agricole dans le Nord Cameroun est dominée par la culture cotonnière, l’élevage et
par les cultures vivrières (Vall, 1996). Malgré leur diversité, les systèmes de production
présentent de nombreux traits communs qui les distinguent nettement de ceux des régions
forestières méridionales. Les activités agricoles donnent la priorité aux céréales dont les plus
répandues sont : le sorgho de saison de pluie, le sorgho de contre saison ou muskwari, le maïs, et
le riz (Roupsard, 1987).

- 16 -
Les exploitations agricoles sont de taille modeste. Drommard (1986), estime que 75 % des
exploitations cultivent une surface inférieure à 3 ha pour 3 actifs en moyenne et 5 à 6 résidents.
Cependant, les exploitations équipées d’attelages sont souvent de taille supérieure.
On compte environ 1 700 000 bovins (soit 38 % du cheptel national) et plus de 1 400 000 ovins
et 1 500 000 caprins, soit 55 % des ruminants du pays, (Planchenault, 1992). Les éleveurs sont,
soit des transhumants (Bororo), soit des sédentaires ou semi-sédentaires pratiquant aussi
l’agriculture ou encore des agriculteurs possédant un petit élevage (bœufs de trait) souvent
désignés par le terme agro-éleveurs.
Compte tenu de la diversité sus-évoquée, Dugué et al. (1994) ont proposé un zonage fondé sur
des critères agro-écologiques (relief, sols, pluviométrie, végétation, nature des systèmes de
culture et d’élevage, disponibilité en terres cultivables et place de l’élevage dans l’unité de
production) et socio-économiques (peuplement et densité de population, accès aux marchés,
enclavement, organisation sociale et coutumière...). Au bout de leurs travaux, sept zones ont été
définies. Le tableau ci-après présente ses différentes zones.

Tableau IV: Caractérisation des sept Zones du bassin cotonnier du Nord-Cameroun


7
1 2 3 4 5 6
Plaines du
Sud du Front Périphérie Mayo Louti Piemont des Plaines de
Diamaré et
zones bassin pionnier de Garoua et Mayo Monts Kaélé et Bec
de Mora
cotonnier Laïndé Mafa Kébi Mandara de canard
Balaza
Fignolé* Massa* kilda* Séboré* Mowo* Gadas*
Domayo*
Densité
5-10 10-30 20-60 30-70 50-180 30-180 30-180
(hab/km²)
autochton autochtones
autochtones autochtones
Peuplement es et et anciens autochtones autochtones autochtones
et migrants et migrants
migrants migrants
Disponibilit très faible à faible au sud, faible à
Importante importante Faible faible
é en terre inexist. satu. au Nord saturée
vertisols,
fer. fer. tropic. vertisols, fer.
fer. tropic., planosols fer.
tropic.,sableu sur grès, fer. tropic, dunaires,
Sols sableux argileux et dunaires,
x et sablo- hydromor caillouteux sablo-
fragiles lithosols sablo-
argileux phes argileux
argileux
Pluie
1 000 -1500 1000-1200 900-1000 800-900 1 000 700-800 600-700
(mm/an)
semi-
Mbororo Mbororo, sédentaire sédentaire, semi-
sédentaire, sédentaire-
transhu., transhu., dans (bovins, important sédentaire,
Elevage limité au transhu.,
limité par zone non petits (bovins, transhu.,im
Nord important,
trypano. défrichée rumints) petit rum) portant
intégré
maïs/coto sorg./arac./c sorg./arac./c
maïs/coton/l maïs/coton/lé sorg./arac./co sorg./niébé/co
n/ oton oton/muskw
Systèmes ég./tub.herb g. herbicides ton traction ton/muskw.
lég/musk traction .
de culture icides semi- traction asine et traction
w. Herb. asine et semi-direct
direct bovine bovine bovine
T. bovine
Accès au difficile
assez facile facile facile facile facile (faible) facile
marché (enclav.)
Légende : fer. : ferrrugineux ; tropic. : tropicaux ; trypano : trypanosomose; lég. : légumineuse ; tub : tubercules ; muskw. :
muskwaari.sorg. : sorgho ; arac. : arachide.

Source : PRASAC, 1999 : Synthèse du diagnostic global au Nord-Cameroun.

- 17 -
3.2 Choix et présentation de la zone d’étude
Cette étude a été menée dans trois terroirs donc Fignolé et Mowo pour le PRASAC et Cékandé
pour le DPGT. Ces terroirs sont répartis dans trois différentes zones du zonage de Dugue et al.
(1994). Ainsi Fignolé se trouve dans la zone 1, Mowo dans la zone 5 et Cékandé dans la zone 3.

3.2.1 PRESENTATION DE LA ZONE 1


Cette zone se trouve dans le Sud du Bassin cotonnier (de Touboro à poli). Elle est moins peuplée
(moins 10 hab/km²), et présente d'importantes réserves en terres pour l'agriculture et pour
l'élevage, excepté dans la proximité des villages anciens. Les parcs et les réserves de chasse y
occupent une superficie importante. La pluviométrie se situe entre 1000 et 1500 mm et/ou
permet une diversification importante des cultures (céréales, coton et tubercules). De ce fait, le
démarrage de la campagne agricole est précoce (fin avril). Les parcelles cultivées sont
concentrées autour des villages.
Fignolé est un village de l’arrondissement de Poli, département du Faro, province du Nord. Il est
situé à 25 km à de Poli et à 170 km de Garoua la capitale provinciale. Il couvre une superficie de
30 km2.
Les origines du village remontent à la moitié du dix neuvième siècle. Les Doayo, populations
autochtones, seraient originaires de la montagne de Fignolé, qui signifie fesses (gnolé) adossées
(fi). Aujourd’hui, la population est estimée à 1161 personnes, soit 41 habitants/km². En mars
2001, le recensement a donné 252 exploitations agricoles dont les chefs ont une moyenne d’âge
de 48 ans (Havard et Abakar, 2001). C’est une population assez homogène, deux chefs
d’exploitation (CE) seulement ne sont pas Doayo.
Administrativement, Fignolé est divisé en 25 quartiers dirigés par 10 Djaoros qui rendent
compte au Lamido de Godé.
Le catholicisme est la religion dominante (75%) suivie de l’islam (20%) et de l’animisme (5%).
Les langues parlées sont par ordre d’importance : Le Doayo, le fulfudé et le français. Le niveau
de scolarisation de l’ensemble des habitants est assez élevé (67 %).
C’est une population très peu dynamique, en attente d’assistance comme la mission catholique a
pu le faire par le passé (IRAD / PRASAC, 1999)
L’agriculture est l’activité principale des 252 exploitations qui emblavent 345 hectares de terres.
La grande disponibilité en terre et la générosité du climat sont autant d’atout pour le
développement de cette activité. L’accès à la propriété foncière est facile ce qui rend possible le
choix des sols en fonction des cultures, la pluviométrie abondante et plus ou moins bien répartie
permet la diversification des cultures et un début précoce de la campagne agricole.
Paradoxalement, les agriculteurs ne tirent pas toujours profit de cet avantage. Comme l’atteste la
faible superficie cultivée par actif. En effet, un ménage cultive en moyenne 6,5 quarts3 (q) sur
lesquels on retrouve le coton, le maïs, l’arachide, le mil, le sorgho, le riz et le niébé entre autres.
Seulement 17 % des exploitations possèdent des animaux de trait (bœufs et/ou ânes), toutefois 67
% ne la possédant pas y ont recours pour leurs travaux agricoles par la location et l’entraide
(Djamen, 2000).
L’élevage concerne essentiellement les caprins (1054 têtes) et les volailles (210 têtes), puis les
bovins (134 têtes) et les ovins (70 têtes). Il est pratiqué dans 80 % des ménages (Havard et
Abakar, 2001). Le sous-développement de cet élevage est lié aux contraintes résumées dans le
Tableau V.

3
quart (q) : 2500 m²
- 18 -
Tableau V : Contraintes principales de l’élevage à Fignolé, par espèce et par ordre
d’importance décroissant.
Bovins Caprins/Ovins Volailles Porcins Asins
pathologies
acquisition et pathologies pathologies
(pseudopeste et débouchés des
1 débouchés des (peste des petits (trypanosomose
salmonellose produits
produits ruminants…) )
aviaire)
prédation faune conduite manque de
pathologies débouchés des
2 sauvage (éperviers, (gardiennage et puissance de
(trypanosomose) produits
chats sauvages) alimentation) traction
morsures de prédation faune
3
serpents sauvage.
Source : IRAD/PRASAC (1999)

3.2.2 PRESENTATION DE LA ZONE 3


Dans cette zone l’occupation des terres est ancienne. Elle est en voie de saturation et le flux
d’arrivée des migrants tarit. Beaucoup de migrants venus s’installer dans les années 1960 à 1980
repartent vers de nouveaux villages.
Les défrichements se font au détriment des zones de parcours. On note ça et là, une baisse de la
fertilité des sols et une érosion hydrique marquée autour des reliefs. La pluviométrie voisine de
900 à 1000 mm, est favorable aux cultures du coton, du maïs et de l’arachide. Cette zone est
marquée par sa vocation vivrière et du recul du coton.
La taille des exploitations est relativement importante dans les endroits non saturés. Le
démarrage de la campagne agricole est plus aléatoire qu’en zone 1 et, au mois de juin, le risque
de sécheresse est plus élevé. Le niveau d’équipement des exploitations en traction bovine est
satisfaisant.
Le niveau d’utilisation des engrais (sur maïs et coton) reste sensiblement égal à celui de la zone
1, cependant l’utilisation des herbicides est moins forte en raison du recul de la pluviométrie.
L’élevage bovin sédentarisé et des petits ruminants est en augmentation. La diversification des
productions agricoles constitue un trend caractéristique de la zone 3.
Cékandé se trouve dans cette zone et les données caractéristiques des exploitations de ce terroir
DPGT ne sont pas disponibles. Raison pour laquelle, l’étude s’est limitée aux exploitations pour
lesquelles elle a assez d’informations.

3.2.3 PRESENTATION DE LA ZONE 4


Cette zone comprend les piémonts sableux et caillouteux des Monts Mandara et des plaines
fertiles (Koza, Hina). La densité de population est très élevée et comprise entre 50 et 180
hab/km². De ce fait, c’est une zone moyennement à fortement saturée selon les secteurs. Le
niveau de fertilité s’en trouve lié au degré de saturation foncière.
La pluviométrie est peu limitant en raison de l’effet du relief et se situe autour de 1000 mm et/ou
parfois d’avantage. L’assolement est dominé par le sorgho (plus de 50 %), l’arachide et le niébé
(20 à 25%) et le cotonnier (15 à 25 %. On note une certaine diversification des cultures
notamment l’oignon. Les exploitations sont de petites tailles (moins de 3 ha) et équipées dans
leur majorité en traction asine. L'élevage sédentaire est en général limité à cause de la saturation
foncière. Le terroir de Mowo est un des sites pour la conduite de la présente étude.
Mowo est un Lawanat du canton de Mokong, situé le long de la route goudronnée reliant Maroua
à Mokolo. Ce village appartient au département du Mayo Tsanaga faisant partie lui même de la
province de l’Extrême nord (Figure 3). Les précipitations moyennes annuelles sont autour de 900
à 1000 mm. Mowo fait partie de la zone 5 des piémonts des monts Mandara d’après le zonage
- 19 -
fait par Dugué et al. (1994). La population est repartie dans 5 quartiers : Bangal, Sigodom,
Darzlam, Milabang, et Mowo-centre.
D’après le recensement des exploitations agricoles de 2001 réalisé par le PRASAC, Mowo
compte 1220 habitants pour une superficie d’environ 3,6 km², soit 351 hab/km² (Havard et
Abakar, 2001). Cette population est repartie entre trois ethnies : les Mofous (environ 90 %), les
Mafa, et les Gadala. Elle a augmenté de 25 % depuis 1990 avec le retour massif des Mofous
partis chercher fortune en ville à l’avènement de la crise économique. La religion principale est
le christianisme avec 66 % des chefs d'exploitation catholiques et les protestants, 27 % animistes
et enfin les musulmans (7 %).
En 1995, après la crise foncière de 1994 liée en partie au retour des migrants, Seignobos et Iyebi-
Mandjeck (1995), établissent un parcellaire de 445 ha. Cette forte saturation conduit à la mise en
culture des “hardés”. Il n’existe plus de terrain à défricher dans le village. Les paysans de Mowo
exploitent environ 25 % des superficies cultivées hors du village. En matière d’appui au
développement et de vulgarisation, les structures d’encadrement agissant dans la zone sont la
SDCC qui touche environ 54 % des paysans, le DPGT 37 %, le P.N.V.R.A 3 % et l’IRAD 2 %.

- 20 -
7
Maroua
5 Balaza Domayo
Mowo
6 Gadas
Guider

4 Séboré
Les terroirs Prasac
Bénoué
Garoua Cékandé
Mafa Kilda
2 Les villages étudiés
Laïndé Massa
3
Nom terroir

Fignolé
Poli 1

r o
Fa
é
u
no

1. Sud du bassin cotonnier Zones non étudiées par


le PRASAC
2. Front Pionnier des migrants
Massifs Montagneux, Ouest Faro
3. Périphérie de Garoua
Périmètre irrigué Lagdo, Parcs
4. Mayo Louti et Mayo Kébi Nationaux, Zones de chasse, Zone
5. Piémont des Monts Mandara péri-urbaine Garoua et Maroua
6. Plaines de Kaélé et du Bec de Canard
7. Nord du Bassin Cotonnier

Figure 3 : Présentation des terroirs PRASAC et de la zone d'étude.


Source : Dugué et al., 1994 ; IRAD/PRASAC, 1999

- 21 -
3.3 Source des données
Les données de cette étude sont de deux types. Les données primaires et les données secondaires

3.3.1 LES DONNEES PRIMAIRES

Elles sont obtenues à partir des interviews et entretiens avec les membres des groupes Cdg, les
populations en contact avec eux et les animateurs. Un guide d’entretien a été utilisé à cet effet.

3.3.2 LES DONNEES SECONDAIRES


Elles sont tirées des différents rapports d'activités du PRASAC et des divers documents relatifs
aux thèmes de cette étude. En outre les bibliothèques de l’IRAD de Garoua, de l’Université de
Dschang, du CEDC4et des délégations provinciales du Nord et de l’Extrême Nord ont été
consultées.

3.4 Echantillonnage

Le tableau VI ci-dessous présente l’ensemble des groupes en Cdg dans les terroirs PRASAC et
DPGT et le nombre total des membres en première et en deuxième année.
Tableau VI : Le nombre de groupes de paysans en Cdg suivis par le PRASAC et le DPGT.
Nombre total de
Groupes PRASAC DPGT
paysans
Première année 10 (103) 12 (146) 249
Deuxième année 6 (62) 2 (25) 87
Nombre total 16 (165) 14 (171) 336
Légende : ( ) nombre de paysans

Les activités Cdg touchent environ 350 producteurs répartis dans 19 villages. L’ensemble des
groupes de paysans ne peut être pris en considération dans cette étude en raison des contraintes
de temps et des moyens humains. Un échantillon de trois villages a été retenu. Ceux-ci sont
choisis afin d’avoir des paysans ayant suffisamment d’ancienneté dans le Cdg pour déceler les
effets tangibles de la méthode. Les critères utilisés pour le choix des villages sont :
− avoir des groupes en année 1 et en année 2, ce qui permet de rencontrer des paysans ayant
une expérience avec le Cdg ;
− être situé dans des contextes de production agricoles variés, c’est-à-dire dans différents
terroirs du PRASAC ;
− la participation des paysans au Cdg est variable, c’est-à-dire soutenue ou au contraire très
faible ;
− avoir des groupes suivis par les animateurs PRASAC et DPGT.

L'échantillon est constitué de tous les exploitants en Cdg en année 1 et 2 dans les terroirs retenus
soit environ 22 % des paysans en Cdg et d'une dizaine de paysans n’étant pas en Cdg choisis au
hasard et repartis comme suit aux tableau VII et VIII :

4
CEDC : Centre d’étude pour l’environnement et le Développement au Cameroun.
- 22 -
Tableau VII. Présentation de l'échantillon de l'étude par sites.
Fignolé Mowo Cékandé Total
Année 1 11 10 11 32
Année 2 19 04 14 37
Paysans non-Cdg enquêtés 12 10 13 35
Total 42 24 38 104
Tableau VIII. Critères de choix des terroirs d’études
Fignolé Mowo Cékandé
Zones PRASAC* 1 5 3
Participation Bonne Faible Bonne
Personnel en charge de l’animation PRASAC PRASAC DPGT
*Légende : Zone 1 : Sud du bassin cotonnier ; Zone 3 : Périphérique de Garoua ; Zone 5 :
Piémont des monts Mandara

3.5 Démarche et outils utilisés


L'approche globale de l'exploitation agricole a servi de cadre théorique. Ainsi le déroulement de
l’étude a respecté les différentes étapes de cette démarche.

3.5.1 LA COLLECTE DES INFORMATIONS


Elle a été faite par enquêtes et collectes des données relevées par les paysans dans les carnets
Cdg et les fiches de suivis des cultures.
Deux questionnaires ont été administrés aux paysans. L'un à ceux étant en Cdg et l'autre aux
paysans n'étant pas en Cdg. Ces deux questionnaires comportaient les mêmes rubriques à savoir :
l’historique des exploitations, la structure foncière, les productions végétales et animales, les
équipements agricoles, la gestion des récoltes, la gestion de la trésorerie, la préparation de la
campagne agricole, la diffusion du Cdg à travers le village.
Enfin il y a eu des entretiens avec des groupes de paysans, puis avec les animateurs.

3.5.2 LE TRAITEMENT ET L'ANALYSE DES DONNEES:


La saisie, le traitement et l'analyse des données ont été réalisés avec le logiciel Access. Winstat a
été utilisé pour les statistiques descriptives.

3.5.2.1 Caractérisation des exploitations en Cdg


Plusieurs outils ont été utilisés pour caractériser les exploitations en Cdg :
− Le premier porte sur l'analyse comparative des caractéristiques structurelles et des
performances moyennes des exploitations en Cdg avec celles de l'ensemble des terroirs
PRASAC. Elle permet de visualiser et de caractériser les points de ressemblance et de
dissemblance.
− Le second s'appuie sur l'analyse statistique de quelques variables de structure et de
performances des exploitations (superficie cultivée, âge des CE, revenus monétaires et
production de céréales en kg/pers.) pour caractériser la diversité des exploitations participant
au Cdg.
− Le troisième repose sur les typologies d'exploitations réalisées dans les mêmes villages en
1999 par Djamen et Ndzana respectivement à Fignolé et Mowo. Les exploitations Cdg sont
rattachées aux types définis caractérisant la diversité ; ceci permet de faire un regroupement
avec les types antérieurement définis.
- 23 -
3.5.2.2 Mise en évidence et évaluation des effets
Une méthode axée sur les points suivants a été élaborée :
− détermination des critères de référence pour l'évaluation ;
− élaboration, caractérisation des effets et classement de ces derniers par rapport aux objectifs
de la démarche et des phases de la gestion ;
− élaboration et application d'une grille d'analyse.

3.5.2.3 Diffusion de la démarche à travers le village et analyse du dispositif


Pour faire la mise au point du processus de diffusion du Cdg dans le village et entre les villages
par les paysans, les statistiques descriptives ont été utilisées pour analyser les données
recueillies.

- 24 -
Chapitre 4. Résultats et discussions

4.1 Résultats

4.1.1 CARACTERISTIQUES DES PARTICIPANTS AU CONSEIL DES GESTION

Le Cdg a connu des résultats encourageants depuis sa mise en marche en 1998. Au début de
l’expérience à Mafa Kilda, deux critères d’adhésion avaient été retenus : être scolarisé ou
alphabétisé. Mais cela ne permet pas de toucher un grand nombre de paysans car le niveau de
scolarisation des chefs d'exploitation est inférieur à 50%. Il y a aussi et surtout eu les demandes
des autres paysans du village pour la majorité des non scolarisés. Le volontariat est apparu
comme principal critère d’adhésion. D'un groupe de vingt paysans à Mafa kilda en 1998,
l'approche touche aujourd’hui vingt et huit groupes (dont 3 groupes de femmes). Soit environ
350 producteurs (dont 51 femmes) répartis dans dix neuf (19) villages de la zone cotonnière.
La détermination objective des effets du Cdg nécessite une caractérisation des exploitations
participantes afin de ressortir le profil et les motivations des paysans intéressés. Ceci revêt une
importance dans la perspective de la diffusion de la méthode comme outil de vulgarisation.

4.1.2 CARACTERISTIQUES GENERALES DES EXPLOITATIONS DES TERROIRS PRASAC ET


DES EXPLOITATIONS EN CDG

Les résultats des enquêtes menées en 2000 par l'IRAD/PRASAC et en 2001 dans le cadre du
présent travail sont comparés à ceux des recensements exhaustifs des exploitations dans les
terroirs PRASAC. Dans le tableau IX, les données de 922 exploitations des terroirs PRASAC et
les exploitations en Cdg enquêtées cette année sont comparées.

- 25 -
Tableau IX. Caractéristiques générales des exploitations en Cdg et de celles des terroirs
PRASAC en 2000 et 2001
En Cdg (148 En Cdg Moyenne générale des 922
analysées) * (109 exploitations des terroirs
Exploitations analysées) PRASAC **
***
1999 2000 1999 2000
Moyenne (ans) 34 39 43 43
Ages CE (années)
(45 ans (%) 55 65 37 37
Durée exploitation (ans) 12 15 15 15
Nombre actifs /personne 3,5 / 7,2 3,6/7,5 3,1 / 5,5 3,1 / 5,5
CE alphabétisé (%) 11 18 9 9
(CMI /CMII (%) 71 56 32 32
CE scolarisés
Total Scolarisé (%) 82 63 44 44
Sup. Cultivée (ha) 3,2 3,1 2,2 2,2
Assolement Coton (%) 31 32 30 33
Céréales (%) 42 41 56 48
Propriétaires TA (%) 47 51 37 35
Bovins 0,9 1,3 0,7 1
Elevages Petits ruminants 4,5 5,1 2,9 4,1
Porcs 1,0 0,1 0,5 0,6
Coton 1 256 1 190 2 000 2 100
Rendements Maïs 2 400 2 130 860 850
(Kg/ha) Sorgho 1 100 980 1 400 1800
Arachide 700 1 500 600 500
Muskwari 330 370 250 212
Production de Kg/personne 330 301 250 212
cereals <200 Kg/personne 36 47 47 59
Valeur monétaire production**** (Fcfa) 560 000 596 000 330 000 430 000
Revenu estimé /exploitation 440 000 566 000 280 000 370 000
/personne 61 000 76 500 50 000 70 000
Légende : (*) Enquêtes 2000 du PRASAC; (**) Havard et al., 2000 ;
(***) Enquêtes réalisées par 2 stagiaires en 2001
(****) C'est la valeur de l'ensemble des productions au prix moyen du marché (annexe : 3).CE : Chef
d'exploitation

Scolarisés et mieux équipés en traction animale, les exploitants en Cdg cultivent plus de surfaces
et couvrent mieux leurs besoins alimentaires (production moyenne de céréales en Kg/personne
supérieure) et ont des revenus plus élevés.
Entre 1999 et 2000, on constate une stabilisation relative de l'assolement dans leur exploitation
au moment où les autres exploitations privilégient les cultures dont les prix se portent mieux sur
le marché. En saison sèche 2000, les prix des céréales sont restés très bas. Il s'en est suivi une
réduction des superficies en céréales lors de la campagne 2000. Dans les terroirs PRASAC, on
est passé de 1,2 ha en 1999 à 1 ha en 2000. Cette réduction a bénéficié au Coton et à l'arachide
dont les prix ont été maintenus.
Il est apparu que les producteurs en Cdg sont motivés et engagés, animés par la ferme volonté de
faire évoluer leur système de production. Ils se sont constitués en groupe en fonction de leurs
préoccupations.

- 26 -
Quatre vingt douze pour cent (92%) de producteurs en Cdg sont des chefs d'exploitations. Mais
on trouve également d'autres membres de l'exploitation agricole tels que les femmes (3%) et les
jeunes adultes (5%). Cette classification varie selon les groupes et les villages.
Ces comparaisons sur les moyennes ne donnent qu'une vue d'ensemble. Il importe de montrer ce
que cachent ces moyennes, sachant que dans les villages il y a différentes catégories
d'exploitations (Djamen, 2000 ; Ndzana, 2000 ; Moussa et Johnsson, 1998). Comment se
répartissent les exploitations en Cdg à l'intérieur des différents types de fonctionnements
existants ?

4.1.3 PRESENTATION DES EXPLOITATIONS AGRICOLES EN CDG.


Pour caractériser la diversité des exploitations en Cdg par rapport à celles existantes dans la zone
PRASAC, nous nous appuyons sur les données disponibles dans les terroirs en les comparant à
celles de nos enquêtes. Deux types d'analyses ont été faites : la première à partir de certains
éléments caractéristiques des exploitations agricoles regroupés en classe (âges et niveau d'études
des Chefs d'exploitations, revenus estimés et superficies cultivées des exploitations et quantités
de céréales produites par personne) mais aussi à l'aide des statistiques descriptives (moyenne,
médiane, écart-type, quartile 1 et 3) et la seconde à partir des typologies de fonctionnement
réalisées par Djamen (2000) et Ndzana (2000) respectivement à Fignolé et à Mowo.

4.1.3.1 les caractéristiques des structures et des performances technico-économiques


des exploitations étudiées .

4.1.3.1.1 INFLUENCE DE L’AGE SUR LES PERFORMANCES DE L’EXPLOITATION


Toutes les classes d'âges sont représentées (Figure 4). Mais les plus nombreux sont ceux ayant
un âge inférieur à 45 ans et surtout moins de 25 ans. Ce sont les plus actifs de la société qui ont
l'avenir devant eux. Par contre les plus de 55 ans sont sous représentés. Ces tranches d'âges pour
la plupart, n'ont pas d'ambition de changer radicalement leur façon de faire.

Pourcentage Cdg Exploitations Prasac


30 27 26
25 22 22
19 19
20 17
15 11 12
10
10 7
5
5 1 2
0
17-25 25-35 35-45 45-55 55-65 65-75 >75
Classes d'âge en années

Figure 4. Répartition des populations par classes d'âges dans les terroirs PRASAC

4.1.3.1.2 INFLUENCE DU NIVEAU D’INSTRUCTION SUR LES PERFORMANCES DE L’EXPLOITATION


La démarche Cdg s'appuie sur l'écrit lors des séances en salle et sur la prise de notes. Ce sont en
général les paysans scolarisés qui participent plus lors des séances (Figure 5). Toutefois,
l'importance accordée aux débats et discussions en groupes améliorent la participation des

- 27 -
illettrés qui sont d'ailleurs parmi les plus assidus. Par ailleurs, il existe une complémentarité entre
les deux catégories de participants. Les scolarisés aident les non scolarisés généralement plus
âgés à remplir le carnet Cdg et ces derniers partagent leurs expériences avec ces jeunes.
Soulignons que certains de ces paysans âgés sont les plus assidus. A Mafa kilda par exemple un
groupe de dix paysans crée en 1999 est constitué exclusivement de non alphabétisés. La figure 5
représente la répartition du niveau scolaire des paysans en Cdg et ceux des terroirs PRASAC.

60 53
Cdg Exploitations Prasac
50
40 37
Pourcentage

33
30
20
9 10
10 7 6 5 5
4 4 3 2
1 1
0

Terminale
6è/5è

4è/3è

2è/1è
Néant

CE1/CE2

CM1/CM2
Sil/Cp

Figure 5 : Répartition des paysans par niveau scolaire dans les terroirs PRASAC

4.1.3.1.3 LES REVENUS DES EXPLOITATIONS AGRICOLES EN CDG ET EN ZONE PRASAC

Prés de 60% des exploitations de la zone PRASAC ont un revenu estimé inférieur à 300 000 Fcfa
alors que seulement 23% des exploitations agricoles en Cdg se trouvent dans cette classe (Figure
6). Cette observation va dans le même sens que la comparaison sur les classes d'âges, à savoir
que les exploitations en phase de déclin participent peu au Cdg et ont des revenus plus faibles.

30 Pourcentage Cdg 26 Exploitations Prasac


25
25 20 20
20 18
14 15
15 12 13
10 8 7 7 8
5 0 1 0
0
<0

>800
100 à

200 à

300 à

400 à

600 à
100

200

300

400

600

800

Classes de revenus en 1 000 Fcfa

Figure 6 : Répartition des paysans par Classe de revenus dans les terroirs PRASAC

4.1.3.1.4 LES SUPERFICIES CULTIVEES EN CDG ET EN ZONE PRASAC


- 28 -
Les superficies cultivées sont concentrées entre 1 et 3 ha. Toutes les classes sont représentées
dans le Cdg (Figure 7), mais les petites exploitations de moins de 1 ha participent peu au Cdg.

Pourcentage Cdg Exploitations Prasac


40 34
32 31
29
30
19
20
9 10 8 9
10 7 5 6

0
>5
Classes de superficies en ha

Figure 7: Distribution des superficies cultivées dans les exploitations des terroirs PRASAC

4.1.3.1.5 LA PRODUCTION CEREALIERE EN CDG ET EN ZONE PRASAC


les exploitations en Cdg produisent plus de céréales. Conséquemment seulement 45% ne sont
pas autosuffisantes sur le plan alimentaires, contre 70% pour l'ensemble des exploitations
agricoles. Les producteurs sont en majorité excédentaires et déficitaires (Figure 7).

35 Pourcentage Cdg Exploitations Prasac


29 30
30 24
25
20 16 15
15 12 14 10
9 7 9 9
10 6 6
5
0
0 à 100

100 à

150 à

200 à

250 à

300 à

> 400
150

200

250

300

400

Classes de céréales produites en kg/personne

Figure 8: Répartition de la production des céréales dans les terroirs PRASAC

4.1.3.2 Explications statistiques des diverses caractéristiques des exploitations


agricoles étudiées
Les valeurs statistiques exprimées dans le tableau X s'expliquent comme suit :
La moyenne arithmétique permet de comparer les caractéristiques moyennes des divers
échantillons, mais ces valeurs sont souvent biaisées par des valeurs extrêmes lorsque la
distribution est fortement dissymétrique. Tel est le cas ici. Des valeurs minimales presque nulles
(sauf pour la variable âge) on se retrouve avec des valeurs maximales très élevées (2400 kg pour
la variable céréale/personne, 6 300 000 Fcfa pour le bilan économique et 100 ha pour les
surfaces cultivées).

- 29 -
Tableau X: Valeurs statistiques de variables quantitatives caractéristiques des exploitations
agricoles
Ages (ans) Revenus (Fcfa) S. cultivées en q Céréales (Kg/pers)
T , Prasac Cdg T , Prasac Cdg T , Prasac Cdg T , Prasac Cdg
Moyenne 43 39 370 000 566 000 8,74 12,4 212 301
Ecart type 15,85 13 497 610 508754,25 7,94 12,25 273,77 329,71
Médiane 40 37 240 075 448 660 7,00 10 153,00 224,50
Quartile 1 30 27 139 250 300355 4,00 79,25 79.25 100
Quartile 3 53 49 432 975 712 992 11,00 13,75 293,5 440
Légende : T. Prasac : Terroirs Prasac ; q : quart d'ha
La médiane permet de mieux visualiser comment se repartissent les exploitations autour des
moyennes. Pour toutes les variables étudiées, la médiane est plus faible que la moyenne; ceci
signifie que plus de la moitié des exploitations se trouvent en dessous de la moyenne pour les
différentes variables, et aussi que la distribution des effectifs autour de la moyenne est étalée
comme on peut le voir sur les figures 4 à 8.
Ces deux mesures sont des mesures de tendance centrale. Elles ne suffisent pas pour décrire une
série de valeurs. Il est alors utile de leur adjoindre des mesures de dispersion destinées à en
évaluer la variabilité (écart-type, quartiles).
Les écarts-types sont élevés pour chaque variable ce qui montre une forte dispersion autour de la
moyenne des variables étudiées dans les terroirs PRASAC.

4.1.3.3 Description et caractérisation des exploitations agricoles à Fignolé et Mowo.


Cette caractérisation est faite sur les villages de Fignolé et Mowo où des études sur le
fonctionnement des exploitations ont été réalisées. Dans ces 2 villages, les paysans enquêtés en
Cdg sont au nombre de 44 soit environ 10% des exploitations de Fignolé et Mowo. Ils ont été
repartis entre les différents types des typologies réalisées par Djamen (2000) pour Fignolé et
Ndzana (2000) pour Mowo (Tableau XI).

Tableau XI : Répartition des exploitants en Cdg par rapport aux typologies de


fonctionnement réalisées à Fignolé et Mowo.
Fignolé Mowo
Cdg (%) Village*(%) Cdg (%) Village** (%)
Type 1 26 4 21 27
Type 2 15 20 7 10
Type 3 22 34 0 30
Type 4 18 20 15 12
Type 5 19 11 57 14
Type 6 0 11 0 7
Légende *Djamen (2000) ; **Ndzana (2000)
Ce tableau XI montre que :

− Les exploitations en phase de déclin (type 6) gérées par des CE âgés ne participent pas au
Cdg.
− Les grandes exploitations d'agro-éleveurs (type 5) sont bien représentées. A Mowo elles
représentent plus de la moitié des participants. Ce sont des exploitations très bien équipées en
traction animale avec des revenus annuels élevés qui capitalisent dans l'élevage pour avoir
une épargne.
- 30 -
− Les exploitations en situation précaire en majorité des jeunes n'assurant pas la sécurité
alimentaire (type 2) et celles de taille moyenne assurant difficilement l'autosuffisance
alimentaire (type 3) sont légèrement sous représentées. Ces exploitations ne sont pas
équipées, et ont de faibles revenus annuels (figure 6).
− Les jeunes exploitations assez performantes en phase de croissance (type 1) et les
exploitations ayant des revenus extra agricoles élevés (type 4) sont moyennement
représentées (15 à 21%). Certaines parmi elles possèdent la traction animale mais toutes ne
l'utilisent pas. Le tableau XII présente les caractéristiques des exploitations en Cdg à Fignolé
et à Mowo par rapport aux typologies existantes.

Tableau XII. Caractéristiques des exploitations en Cdg à Mowo et Fignolé par rapport aux
typologies existantes, et à la moyenne des 479 exploitations de Mowo et Fignolé
Moyenne
Exploitations Type 1 Type 2 Type 3 Type 4 Type 5
*
Age CE Moyenne (ans) 39 33 49 49 46 46
(années) <45 ans (%) 60 80 43 17 52 51
Nombre actifs /personne 3/5 3/4 3/6 4/7 5/9 4/6
CE ≥CMI/CMII (%) 50 40 71 67 15 35
scolarisés T. Scolarisé (%) 80 80 100 83 46 53
Sup. Cult.(ha) 1,2 1,8 1,3 2 3,9 1,9
Assolement Coton (%) 29 33 39 37 33 36
Céréales (%) 37 29 20 30 49 47
Propriétaires TA (%) 33 0 0 33 100 37
Bovins / 0 0.1 0,8 1,7 0,7
Elevages Petits ruminants 3,6 1 3,6 4,5 9,2 4,6
Porcs 1 / / / / 0,3
Coton 910 915 915 1010 1040 910
Maïs 1630 400 960 1170 1210 1470
Rendements
Sorgho 860 830 800 400 960 760
(Kg/ha)
Arachide 1400 1120 1440 1400 1600 1320
Muskwari / 100 / 800 400 380
Production Kg/personne 140 90 50 80 190 120
Des céréales <200Kg/p.(%) 50 100 86 100 61 78
Valeur monét. Production (Fcfa) 395 000 225000 240 000 482000 812000 345 000
Revenu /exploitation 365 000 200 000 200 0000 426000 718000 300 000
estimé /personne 90 000 48 000 36 000 57 000 78 000 51 000
Légende : *Moyenne des villages de Mowo et Fignolé ; T : Total ; Pers : Personne ; Sup : superficie
Cette diversité de profil peut être considérée comme un atout pour le bon déroulement des
activités Cdg, car toutes les catégories de paysans encore en activité sont touchées.
Toutefois cette hétérogénéité des groupes peut engendrer des problèmes de suivi des participants.
Ceci à cause des complexes de toute nature. En outre, les préoccupations ne sont pas toujours les
mêmes pour toutes les exploitations agricoles.

4.1.4 DETERMINATION ET CHOIX DES CRITERES D’EVALUATION DES EFFETS DU CDG

Les Cdg a des effets sur le producteur (mode de raisonnement, prise de décision et gestion des
activités), et par conséquent sur son exploitation (changement de pratiques, modification du
système de production et amélioration des performances).

- 31 -
4.1.4.1 Les effets mis en évidence par les paysans
Les objectifs du Conseil de gestion sont de susciter la réflexion, favoriser la mesure et la
prévision chez les paysans et d'intégrer les aspects technico-économiques dans le processus de
prise de décision et des producteurs. Après une présentation des objectifs et des différents
modules dispensés depuis trois ans aux paysans, les critères utilisés pour mettre en évidence les
effets du Cdg ont été déterminés, et restitués sur les différentes phases du cycle de la gestion :
préparation, prise de décision et exécution, suivi et contrôle. (Legile, 1996)
On entend par préparation tout ce qui à trait à la prévision (l'élaboration des programmes de
travail, des plans de trésorerie) et à la mesure (estimations des besoins et des ressources). Cette
étape comprend également les calculs et correspond à l'application du programme de l'année 1
(formation aux bases de la gestion).
La prise de décision et l'exécution que l'on peut assimiler à la mise en application des
connaissances acquises et à l'appropriation de la démarche. L'application des connaissances se
traduit par des changements de pratiques, de comportements et mêmes des attitudes.
Le suivi, le contrôle et l'évaluation des décisions prises peuvent se traduire ici par la prise de
notes, le remplissage de fiches de suivi pour prendre des décisions en toute connaissance de
cause, l'utilisation de la mesure et du calcul par exemple pour suivre les quantités de nourriture
distribuées. L'évaluation est faite pour le moment par la perception qu'ont les paysans des
améliorations/adaptations occasionnées par le Cdg sur leur système de production qu'elles soient
techniques, opérationnelles ou économiques. Par contre évaluer les effets du Cdg sur les revenus
de l'exploitation n'apparaît pas possible à ce stade car l’expérience Cdg n’a que deux ans. Sur les
109 paysans enquêtés, 54% ont débuté en 1998, 47% en 1999, et 26% en 2000. Sur l'échantillon
étudié a Fignole, Mowo et Cékandé (70 paysans du Cdg), 57% ont débuté en 1999 et 43% en
2000.
Enfin les conséquences de ces 3 points, sont les modifications/adoptions engendrées par la mise
en œuvre de la démarche. Ce qui peut se traduire par des changements les années suivantes suite
aux résultats de la mise en application, et de l’évaluation qu’en font les paysans.
Les enquêtes ont mis en évidence une trentaine d'effets du Cdg qui ont été regroupés par rapport
aux différentes phases du cycle de la gestion (Tableau XIII).

- 32 -
Tableau XIII: Regroupement des effets du Cdg mis en évidence par rapport aux phases de la
gestion
Phases de la gestion Perception des effets du Cdg par les paysans.
Elaboration programme prévisionnel de campagne
Elaboration programme de travail
Estimation besoins en intrants pour la campagne
Estimation dépenses annuelles plus précises
Préparation
Estimation des autres besoins
Réservation des intrants
Pratique de la jachère
Programmation des ventes
Epargne pour les imprévus (élevage, stockage de céréales)
Fixation de la quantité de céréales distribuée aux épouses
Prise de décision et Programmation achat pour combler le déficit
exécution Répartition des dépenses par activités
Séparation des stocks
Vente des surplus lors de la prochaine récolte
Meilleur suivi des cultures
Meilleure utilisation des herbicides
Meilleur achat des produits
Meilleure adaptation superficies/main d'œuvre disponible
Meilleure évaluation de ses capacités de production
Meilleure satisfaction des besoins
Meilleure utilisation des engrais
Meilleure vente des produits
Suivi, contrôle et évaluation
Mesure des consommations périodiques (jour, semaine…)
des décisions prises
Acquisition de nouvelles connaissances
Prises de notes
Production répondant mieux aux besoins
Réduction des querelles avec la femme
Rigueur dans la gestion des ressources
Relevé des dépenses et recettes dans un cahier
Adaptation des activités aux besoins
Adaptation des superficies par rapport aux besoins alimentaires

Ces effets mis en évidence, observés et caractérisés par les paysans montrent bien qu'ils
s'approprient la démarche et mettent en application les connaissances acquises avec le Cdg. Mais
ils ne permettent pas de quantifier précisément cette appropriation, ni d'évaluer les résultats sur
les performances techniques et économiques des exploitations. Ceci à cause du manque de recul
dans le temps de l'application de la démarche.
Pour la phase préparation, les effets mis en évidence montrent l'utilisation accrue de la prévision
(élaboration programme prévisionnel, estimations des besoins) et du calcul (estimation des
dépenses annuelles). Ils font aussi ressortir des changements de pratiques (épargne pour
imprévus) qui résultent de l'application des connaissances acquises pour la prise de décisions.
Ensuite, certains effets mesurables, quantifiables comme la prise de notes, les mesures de la
consommation caractérisent chez certains agriculteurs, la mise en œuvre d'un suivi et d'un
contrôle des décisions prises. Pour l'évaluation des effets du Cdg, les paysans ne peuvent donner
pour le moment que des appréciations subjectives (impressions) des changements ou des
améliorations qu'ils attribuent au Cdg comme une meilleure adaptation des superficies aux
besoins, une meilleure satisfaction des besoins.
La caractérisation non exhaustive de ces effets au travers des phases de la gestion montre
globalement comment ont été appliquées les connaissances acquises en Cdg, mais ne renseigne
pas sur les spécificités des effets selon les thèmes traités. Pour ce faire, une grille d'analyse et de
- 33 -
caractérisation des effets par thème a été mise au point pendant cette étude (Figure 9). Elle a été
utilisée pour les thèmes traités en année 1 (sécurité alimentaire, gestion de la trésorerie, plan
prévisionnel de la campagne agricole), les seuls pour lesquels les paysans ont un peu de recul
pour en apprécier les effets.

Amélioration des performances de l’exploitation

Prise de décision : Changements de pratiques


- Conduite production
- Projet Moyen Terme

Prise de conscience :
Raisonnement, Acquisition de connaissances

Figure 9. Grille d'analyse des effets du Cdg

4.1.4.2 La diffusion et la vulgarisation de la démarche par les paysans


Pour caractériser la diffusion et la vulgarisation de la démarche par les paysans en Cdg auprès
des autres paysans du même village surtout, plusieurs critères sont utilisés :
− la diffusion de l'information par les paysans, et les animateurs Cdg auprès des autres paysans
du même village ;
− l'information sur le Cdg disponible chez les paysans ne participant pas ;
− la caractérisation des effets du Cdg sur les exploitations des paysans ne participant pas ;
− l'identification des thèmes et actions du Cdg qui attirent plus l'attention des paysans qui ne
sont pas en Cdg.

4.1.5 LES EFFETS DU CDG SUR LES PAYSANS ET LEURS EXPLOITATIONS ET AU TRAVERS
DE SA DIFFUSION

Les thèmes d'animation des séances Cdg ont engendré différents changements et modifications
dans la gestion des exploitations agricoles des participants, mais aussi dans celles des autres
paysans par la diffusion de la démarche par les paysans participants, et par les actions
techniques. La figure 10 montre l’application de la grille d’analyse aux thèmes de l’année 1.

- 34 -
Sécurité alimentaire Gestion de la trésorerie Plan prévisionnel campagne

- Production répondant aux - Meilleure utilisation des - Meilleure adaptation des


besoins ressources monétaires ressources / besoins
- Achats à prix réduits - Réduction des déficits - Meilleur suivi des cultures
- Vente à prix favorable - Adaptation des activités aux - Meilleure utilisation des
- Meilleure satisfaction des besoins besoins intrants
alimentaires - Réalisation des épargnes - Pratique de la jachère

- Évaluation et mesure de la - Prise de notes - Évaluation des capacités de


quantité à consommer - Bilan et évaluation technico- production
- Fixation de la quantité à économique des activités de - Ajustement des superficies
distribuer l'exploitation - Prise de notes sur l’évolution
- Programmation achat / vente - Évaluation des différentes des cultures
activités - Réservation des intrants
- Répartition des dépenses par
activités

- Estimation des besoins - Estimation des besoins - Élaboration programme de la


alimentaires monétaires annuels campagne agricole
Prévision, calcul, suivi (calcul, prévision, enregistrement) - Estimation des besoins en MO,
- Élaboration programme et en intrants
prévisionnel de trésorerie - Acquisition de nouvelles
connaissances

Figure 10. Application de la grille d'analyse aux thèmes sur la sécurité alimentaire, la
gestion de la trésorerie et le plan prévisionnel de la campagne

4.1.5.1 Au niveau du paysan et de son exploitation agricole


Les conditions de production dans les exploitations déterminent en partie les pratiques de gestion
des activités des paysans. Ainsi pour les exploitations des villages enquêtés, plus de 80% de la
valeur monétaire provient des productions végétales (Havard et al., 2000) dont les récoltes sont
concentrées entre octobre et janvier, voire mars pour celles cultivant le muskwari. Aussi, la
gestion des stocks et des ventes de productions végétales est déterminante dans la gestion des
exploitations (Figure 11). Les exploitants doivent stocker une part de leur production de céréales
nécessaire à leur alimentation annuelle et prévoir les dépenses prioritaires pour l'argent du coton
qu'ils touchent une ou deux fois par an. L'élevage et les activités extra-agricoles jouent un rôle de
régulation et de tampons pour satisfaire des besoins monétaires ponctuels et imprévus (santé,
funérailles).

- 35 -
R eport
trésorerie
C apitalisation
Activités
achat anim aux, céréales, Stockage des
attelage, épargne, récoltes

Dépenses prioritaires

Vente Période soudure


coton et
Autocons.,
divers ventes
vente récoltes
(M uskw ari anim aux, R écolte
m obilisation en cas de
et oignon m aïs et
épargne besoins
à M ow o) sorgho

Activités extra-agricoles

m ars avril m ai juin juil août sept oct nov déc jan fév
année
Figure 11: Flux et utilisation de la trésorerie sur une année
Source : Balkissou, 2000.

4.1.5.1.1 GESTION DES RECOLTES OU SECURITE ALIMENTAIRE


Sur les exploitations en Cdg, le stockage des céréales se fait en sacs (75% des cas), ou en
greniers. Selon les paysans, le stockage en sacs permet de mieux connaître les quantités stockées
et aussi de mieux mesurer les quantités distribuées ce qui évite le gaspillage ; ceci est aussi le
principal intérêt du stockage en grenier. Ce stockage est sous la responsabilité du CE (65% des
cas) ou des femmes. Le déstockage se fait en sacs (66%) ou en tasses.
Les quantités pour l'alimentation de la famille se prennent principalement par semaine (75% des
cas). Pour les autres cas, cela varie de 1 à 6 jours, et très exceptionnellement plus d'une semaine.
C'est la femme qui est responsable de l'utilisation de ces quantités et l'unité de mesure est la
tasse.
Pratiquement 75% des exploitations appliquent une partie des connaissances acquises,
principalement le calcul. L'estimation des besoins annuels se fait sur la base des consommations
de l'année précédente et les calculs. Environ la moitié des paysans participants changent,
modifient radicalement ou légèrement leurs pratiques de gestion des céréales. Ainsi certains
séparent les stocks destinés à la consommation de ceux destinés à la vente alors qu'ils ne le
faisaient pas avant ; d'autres impliquent leurs épouses dans la gestion de ces stocks ou au
contraire leur retirent la gestion des stocks s'ils estiment qu'elles gaspillent trop.
Ces modifications sont aussi marquées par la diminution voire l'arrêt des ventes intempestives
des céréales. Ce qui permet d'éviter d'abord le gaspillage des céréales, ensuite de mieux gérer la
période de soudure et enfin de mieux aborder la prochaine campagne agricole. Pour ce thème, il
faut garder à l'esprit que pour la majorité des paysans, il s'agit plutôt de gérer la pénurie, car
selon les années, 50 à 60% des paysans ne produisent pas suffisamment de céréales pour assurer
l'alimentation de la famille sur l'année. Ne sachant comment éviter cette période de déficit

- 36 -
alimentaire, correspondant généralement aux travaux de la campagne agricole, les paysans
acceptaient cette situation avec fatalité.
Le Cdg a fait prendre conscience à bon nombre d'entre eux que même en situation de production
insuffisante, ils pouvaient faire de sorte à réduire le déficit céréalier. C'est pourquoi 75% des
paysans disent mieux suivre la consommation de la famille, calculer les quantités distribuées et
les adapter en fonction du stock disponible quitte à se faire traiter de "chiche" par les autres
paysans.
Pour 80% des paysans en Cdg, la principale difficulté est de respecter le programme de gestion
des stocks de céréales élaborés car la production est insuffisante et les revenus faibles. Cette
faiblesse de revenus oblige les paysans dans 75% des cas à vendre une part de leur stock de
céréales pour résoudre des dépenses de maladies, et 20% pour la scolarité des enfants. Par la
suite, ils doivent trouver des solutions pour reconstituer ce stock.
Ainsi ces effets vont de la simple prise de conscience à la résolution des problèmes
fondamentaux de pénuries alimentaires. Tout ceci passe par l'adoption et l'application des
enseignements reçus au travers des séances Cdg. Les taux élevés de réponses positives
enregistrées montrent que la sécurité alimentaire reste le principal problème des paysans de cette
région. Notons en passant que c'est lors des séances sur la gestion des récoltes que le taux de
participation atteint son pic.
Bien qu'ayant la volonté de changer leurs pratiques, les paysans sont confrontés pour la plupart à
une production insuffisante des céréales. Environ 80% des paysans souhaitent mettre en pratique
plus de connaissances acquises, mais ils ne peuvent le faire par manque de céréales.

4.1.5.1.2 GESTION DE LA TRESORERIE


Les exploitations agricoles des terroirs PRASAC dégagent des revenus monétaires
principalement avec les productions végétales (58%), ensuite avec les activités extra-agricoles
(31%), puis pour certaines de la vente des animaux (7%) et 4% les travaux dans d’autres
exploitations (Balkissou, 2000). L'estimation des besoins de la trésorerie se fait souvent à partir
des denrées de première nécessité, et l'habillement (50%), puis viennent ensuite les fêtes, l'achat
des céréales, les maladies, la scolarité et la préparation de la campagne agricole. La construction
des maisons, l'achat des animaux, des intrants, les travaux agricoles viennent en dernier lieu
(Figure 11). En comparant les périodes de disponibilités des revenus et des besoins sur une
année, nous constatons qu’elles ne coïncident pas. Cette situation oblige les paysans à épargner
pendant les périodes de rentrées d'argent afin de pouvoir satisfaire les besoins importants
intervenant à d'autres périodes. Pour les paysans il est donc nécessaire d'estimer les besoins et de
prévoir sur les recettes les sommes pour couvrir ces besoins. Dans le cadre du Cdg, le thème sur
la gestion de la trésorerie met l'accent sur ces points. En effet il initie les paysans participants aux
calculs et aux bilans économiques afin d'améliorer la précision des besoins et l'utilisation de la
trésorerie disponible.
La mise en application de la démarche est plus difficile pour la gestion de la trésorerie que pour
la gestion des récoltes, il y a plus de calcul à faire, et gérer l'argent est une source de nombreuses
tentations selon les paysans. Aussi environ 66% des paysans ont fait des estimations de leurs
besoins, et 33% ont effectué des changements (épargne pour les imprévus, pour les intrants,
planification des dépenses…). Les effets engendrés par le thème sur la gestion de la trésorerie se
matérialisent par la prise de notes des différentes dépenses et recettes (40%), par l'estimation des
besoins monétaires annuels plus précise (68%) et par l'adaptation de certaines activités
rémunératrices à des besoins spécifiques (46%) comme la vente des céréales pour la récolte du
coton, la vente des arachides pour la rentrée scolaire...
La trésorerie est principalement utilisée pour nourrir la famille, et pour les autres besoins du
ménage, puis ensuite les maladies et la campagne agricole. Cette utilisation correspond
- 37 -
globalement à l'estimation des besoins faite au préalable. Le coton pourvoit plus de 50% des
besoins en trésorerie, et les productions végétales dans leur ensemble à plus de 60%, suivi par les
revenus des activités non agricoles (artisanat, commerce, salarial) pour 30% environ, et enfin par
la vente des animaux et la rémunération du travail (chiffres similaires à ceux de Balkissou,
2000). Pour reporter les excédents de trésoreries sur les périodes déficitaires, les paysans passent
par la capitalisation dans le petit élevage, et par l'épargne (tontine, autres…). Mais ces revenus
sont généralement inférieurs aux besoins des paysans ; d'où les déficits constatés par les études
de Balkissou (2000) et Legile (1999).
Bien que 2/3 des paysans aient essayé de faire évoluer leurs pratiques de gestion de trésorerie,
l'application n'en demeure pas facile. Plus de 30% des paysans ont toujours d'importantes
difficultés de trésorerie. Ceci s'explique par la faiblesse des revenus et des activités
rémunératrices, mais aussi par des contraintes sociales, et diverses tentations quand on a de
l'argent en poche qui remettent en cause le programme établi. Les principales contraintes à
élaborer et respecter un programme de trésorerie sont la maladie, et loin derrière, les mariages,
les fêtes, les funérailles et la scolarité des enfants.

4.1.5.1.3 PLAN PREVISIONNEL DE LA CAMPAGNE AGRICOLE


Pour ce thème, élaborer plus précisément un programme prévisionnel de campagne en estimant
les besoins en intrants, en semences, en main d'œuvre, etc.(…) a été l'effet le plus marquant.
Pratiquement 90% des paysans en Cdg ont mis en application la démarche proposée pour
élaborer leur programme de travail, 60% ont estimé plus précisément leurs besoins en main
d'œuvre, et 80% ceux en intrants. Ceci s'est traduit pour bon nombre d'entre eux par des
modifications de leur assolement, soit pour assurer une meilleure couverture alimentaire, en
augmentant les superficies céréalières, soit au contraire, en faisant un peu plus de coton pour
avoir un revenu monétaire plus élevé à un moment précis de l'année.
Entre 50 et 60% des paysans ont ainsi changé certaines de leurs pratiques. Celle qui a été le
mieux perçue par les paysans est une meilleure adaptation de l'assolement et des superficies
cultivées aux moyens disponibles. Pour certains cela s'est traduit par une diminution des
superficies qu'ils ont réussies à mieux entretenir car ils ont bien estimé leurs besoins en main
d'œuvre.
Pour mieux suivre et évaluer le travail réalisé pendant la campagne agricole, près de 60% ont
développé la prise de notes sur le déroulement de la campagne agricole afin de mieux connaître
leurs dépenses principales.
Comme pour les autres thèmes, des contraintes fortes empêchent voire découragent certains
paysans dans la mise en application de la démarche. Ce sont principalement les problèmes de
travail, matérialisés par un manque de main d'œuvre et/ou d'attelages, mais aussi le climat et
enfin le manque d'argent.
Pour le moment, les effets perçus par les paysans portent essentiellement sur la conduite des
cultures : meilleur suivi des cultures, adaptation des besoins en travail aux ressources disponibles
en main d'œuvre et en attelage (80% des paysans).
Pratiquement aucun effet du Cdg touchant directement l'amélioration des performances
techniques et économiques n'a été signalé, que ce soit sur les rendements, l'augmentation de la
production et des revenus.
En appui au thème sur le programme prévisionnel de la campagne agricole, et selon les
demandes des paysans, une ou plusieurs fiches techniques SDCC ont été présentées lors des
séances.

- 38 -
En effet, bien qu'étant diffusées depuis de nombreuses années, elles ne sont pas connues
entièrement par les paysans. Moins de 10% des paysans en Cdg les avaient lues. Ils n'ont souvent
entendu parler qu'au travers des recommandations des agents de la SDCC.
Ces explications ont été suivies avec beaucoup d'intérêts par les paysans. De nombreux paysans
ne participant pas aux séances habituellement ont assisté à ces explications. Ceci a suscité des
débats et discussions intéressantes entre les participants.
Les fiches les mieux connues sont celles sur le coton, le maïs intensif et le semi-direct (15 à 20%
des paysans), les autres (arachide, niébé, sorgho) sont connues par moins de 10% des paysans en
Cdg. Les demandes des paysans ont porté en priorité sur les fiches de coton, maïs, sorgho et
herbicide.
Insérer ces explications de fiches techniques dans le programme prévisionnel a eu un effet très
positif sur la participation aux séances, et aussi sur les discussions techniques entre paysans.
Ceux-ci ont apporté de nombreuses observations et commentaires par rapport aux respects des
recommandations selon les types de sols, et aussi selon la conduite de leurs cultures.

4.1.5.1.4 ACTIONS TECHNIQUES


A la demande des paysans, mais aussi pour rendre plus concret et plus visible pour les
participants et les autres paysans, les actions du Cdg , des actions techniques, principalement sur
les productions végétales, ont été mises en place. Ces actions visent aussi à augmenter le champ
des connaissances des paysans et à leur donner des moyens d'améliorer leur capacité de
diagnostic et d'analyse de situations. Il s'agit de démonstrations de nouvelles techniques (Jouguet
monobovin, bricole asine, sarclage mécanique), et d'actions visant un transfert de connaissances
permettant aux paysans de prendre en charge de nouvelles tâches dévolues jusqu'à présent au
développement (production de plan d'arbres pour une pépinière, multiplication des semences au
village), mais aussi de réaliser leur propre expérimentation par des tests comparatifs simples
(fumure organique sur le maïs, comparée à un témoin, semis en ligne d'arachide à densité plus
élevée par rapport aux semi-pratiqués habituellement).
Suivant les actions, de 15 à 50% des paysans ont participé volontairement, ou après avoir été
choisis par les autres membres du groupe. Parmi ceux-ci, de 20 à 80% se disent prêts à continuer
les années à venir, ce qui reste à confirmer. Sur les 80% ayant participé aux thèmes et actions sur
la lutte contre les adventices, 80% se disent prêts à revoir leurs pratiques, mais seulement 40%
pour le sarclage mécanique. Pour la multiplication des semences, sur les 30% ayant participé, la
moitié est intéressée à continuer.

4.1.5.2 Au niveau de la diffusion et la vulgarisation de la démarche par les paysans


Pour la vulgarisation de la démarche, des paysans relais susceptibles d'appuyer les animateurs
sont ciblés. Ils pourront ultérieurement participer à l'animation de groupes voire présenter
beaucoup plus clairement le Cdg à d'autres paysans, donc participer à la diffusion de la
démarche. La diffusion de la démarche par les paysans en Cdg est effective. Environ 70% des
paysans disent en discuter entre voisins et avec les amis surtout. Les discussions ont lieu à
l'occasion pour la moitié d'entre eux après les séances Cdg et pour les autres, à la maison, au
marché ou au cabaret. Chaque paysan touche (discute) en moyenne 12 paysans.
Bien entendu, vu la jeunesse du Cdg les points de discussion portent sur les thèmes de l'année 1
et les actions techniques.

- 39 -
4.2 Discussions
Les discussions ont été structurées autour de deux points principaux :
− une analyse critique de la démarche mise en œuvre et de l'impact du dispositif sur la
diffusion de cette démarche ;
− et une réflexion, à partir des effets mis en évidence sur les outils appropriés à la
caractérisation et à l'évaluation des effets de la démarche sur les exploitants et leurs
exploitations.

4.2.1 INTERET ET LIMITES DE LA DEMARCHE CDG


Analyser la démarche demande de s'appesantir sur les différents éléments qui la constituent,
c'est-à-dire la sensibilisation et la participation, les méthodes et outils utilisés, les thèmes traités,
les animateurs, et enfin les conditions et modalités de sa diffusion.
Cette analyse s'appuie sur les résultats des enquêtes auprès des paysans, mais aussi sur les
entretiens réalisés auprès des animateurs.

4.2.1.1 La constitution et le fonctionnement des groupes


Informer et sensibiliser les populations d'un village avant la mise en œuvre de toute action est un
préalable sur lequel tous les projets ou programmes de développement intervenant en milieu
rural doivent obéir. Mais le plus délicat est de savoir comment le faire pour toucher la majorité
de la population, sans qu'une bonne frange de cette dernière ne se sente exclue. Cette question est
à la base de toutes les approches participatives qui se multiplient depuis une vingtaine d'années
dans les opérations de développement en Afrique au sud du Sahara et dans le monde.
La démarche Cdg développée au Nord Cameroun se veut participative laissant une large place au
débat et s'appuyant fortement sur la valorisation des connaissances des paysans.
Pour la création les groupes, il a été décidé de procéder d'abord par une phase de sensibilisation,
ensuite d'accepter les volontaires sans autres critères d'adhésion afin de ne pas exclure à priori
des paysans.
Les caractéristiques des participants montrent que toutes les catégories de producteurs sont
représentées, la sensibilisation n'a pas à priori exclu de types. Mais les paysans sont aussi et
surtout liés entre eux par la famille, l'appartenance à un même GIC… Là, il y a des biais, mais
qui sont inévitables dans ce type d'approche. La prise en main de l'activité par des notables du
village pas forcement reconnus par les autres (Mowo), par le GIC qui est un avantage dans de
nombreux cas (Cékandé, Fignolé), peut aussi être un inconvénient quand il y a des conflits
(Dolla à environ 5km de Cékandé).
Comme dans tous les domaines, ces approches participatives marchent bien quand il n'y a pas de
problèmes, et échouent quand il y a des conflits si on n'essaye pas avec les populations, de les
résoudre au préalable. C'est pourquoi avant d'intervenir, une bonne connaissance des activités du
village et de son organisation sociale sont indispensables. Cette connaissance a manqué dans
plusieurs villages où la démarche a été testée puis abandonnée. Cas du village de Dolla, enquêté
par nous en 2000, où le groupe constitué, surtout de jeunes sans responsables du GIC n'a pas été
pris au sérieux et s'est arrêté. Ce fut presque le même cas à Mayo Andalla terroir suivi par le
DPGT.
Dans les villages enquêtés, l'intérêt pour la démarche est manifeste. En effet dans chacun d'eux, à
la demande des paysans, un second groupe a été créé l'année suivante (Fignolé, Mowo et
Cékandé) et un troisième groupe a été créé cette année (Fignolé, Cékandé). De plus les villages
voisins ont demandé la création de groupes, à l’exemple de Godé à 5 km de Fignolé.

- 40 -
Même si au départ, les 1ers groupes dépassent rarement 10 à 15 personnes (soit moins de 10% des
paysans des villages concernés), la création de 2, puis 3 groupes porte le nombre de paysans
touchés directement à 20 voire à 30% par village.
De plus, les discussions que les paysans en Cdg ont avec les autres, font que sur les villages
enquêtés, plus de 50% des paysans ont été touchés. Et environ 70% de ces derniers ont mis en
application les innovations reçues.

4.2.1.2 De l'animation de groupes au conseil individuel


Les thèmes des séances Cdg ont été choisis sur la base d'enquêtes relatives au fonctionnement
des exploitations de la zone. Ils constituent les portes d'entrée en vue de la sensibilisation et la
formation des paysans à la démarche Cdg, qui pourra ensuite être utilisée dans d'autres cadres
relevant de la formation et de l'animation paysanne. Certains animateurs ont constaté que ce
choix de thèmes prédéfinis renforce l'attitude passive des paysans ; ces derniers n'ayant pas
demandé ces thèmes viennent surtout pour écouter l'animateur. Par contre d'autres paysans sont
venus aux séances par rapport à la pertinence des thèmes prédéfinis. Des sollicitations pour des
modules spécifiques ont été enregistrées, particulièrement par les femmes.
De plus, cette approche relance l'intérêt des paysans pour des thèmes que l'on peut qualifier de
classiques, tel l’explication des fiches techniques SDCC. Leur explication en séance Cdg a
suscité un vif intérêt des paysans qui s'est traduit par des débats très animés.
La multiplication des demandes d'appui conseil peut être perçue comme le signe d'une nette
progression des paysans dans la maîtrise et l'appropriation de la démarche. En effet, à la place
des doléances diverses et des demandes d'intrants et de crédits observés pendant les premières
séances (phase de sensibilisation), la tendance est aujourd'hui vers des demandes réelles en appui
conseil. Le programme de l'année 3 qui s'oriente vers la mise progressive du conseil individuel
permettra de remédier aux cas de lassitude observés (groupes de Mafa kilda).

4.2.1.3 Le carnet de Cdg : un outil pertinent mais perfectible


Dans la mise en œuvre du Conseil, le carnet est un outil nécessaire. C'est en quelque sorte une
mémoire complémentaire plus objective et plus fiable. L'initiation à la prise de notes à travers le
remplissage du carnet présente un intérêt certain mais ne saurait être une fin en soit. Il n'est pas
absolument nécessaire de le remplir entièrement, ce que certains animateurs ont du mal à
accepter ; le plus important étant l'utilisation de ce carnet par le paysan. Le remplissage des
différents volets (fiches) doit se faire progressivement, et chronologiquement en rapport avec les
thèmes et les activités des paysans.
La diversité de niveaux de la scolarisation des paysans en Cdg, une fois de plus, la question de sa
simplification, et celle des non-alphabétisées : Faut-il les associer avec les scolarisés, si oui,
comment et pour quels thèmes, ou créer des groupes spécifiques pour eux ? A cette question, des
tentatives de solutions sont appliquées dans les groupes en Cdg. La prise de notes n'est pas
obligatoire pour les thèmes de l'année 1 ; mais en année 2, vu le thème sur les bilans
économiques et les évaluations technico-économiques, la prise de notes devient nécessaire.
La non alphabétisation et/ou la non scolarisation des paysans ne doit/doivent pas être une raison
de non participation dans la mesure où l'animation se fait en français et en langue locale.
Les résultats de nos enquêtes montrent qu'environ 60% de paysans en Cdg ont un carnet plus ou
moins bien rempli. Et ces carnets sont remplis à 81% par les CE, 6 % par le fils/fille, 4 % par les
femmes et 7% par les animateurs. Environ 10% des paysans lisent leur carnet dans le but de se
rappeler se qui avait été dit pour l'appliquer.

- 41 -
Les thèmes qui font l'objet de plus de prise de notes sont pour le moment les thèmes de l'année 1,
viennent ensuite pour environ ¼ des paysans prenant les notes des recettes et des dépenses de
l'exploitation et par culture.

4.2.1.4 L'animateur joue un rôle clé dans le dispositif du Cdg


Des entretiens avec les animateurs, les paysans et les responsables des opérations Cdg, il ressort
plusieurs propositions quand au rôle et au profil de l'animateur. Les succès des opérations Cdg
sont fortement liés à l'animateur. En effet c'est à lui que revient la mise en œuvre de la démarche.
D'un bon niveau scolaire (BEPC au moins), il doit avoir des connaissances sur l'agronomie, les
pratiques culturales et d'élevage de la zone, de bonnes aptitudes pédagogiques, et une bonne
maîtrise des approches participatives, et des techniques d'animation. Au nord Cameroun, il doit
aussi être très diplomate afin d'établir un climat de confiance propice au dialogue, car il faut du
temps pour que les paysans commencent à s'exprimer, parce qu'ils n'y ont pas, jusqu'à présent,
été habitués par l'encadrement.
D'un autre côté, le Cdg a modifié le comportement des animateurs DPGT impliqués. Ceux-ci se
sont appropriés la démarche qu'ils appliquent, en dehors du Cdg, aux activités d'appui qu'ils
mènent auprès des groupements de producteurs.
Il est possible d'envisager des animateurs à profils variables selon le niveau de conseil. Le
programme de la première année, (animation de groupe sur les thèmes communs) basé sur la
formation aux bases de la gestion, la prévision et la mesure, peut être pris en charge par des
conseillers de niveau scolaire moyen (BEPC). Le programme de l'année 3, conseil individuel
plus stratégique basé sur un diagnostic approfondi d'exploitations et d'analyse prévisionnelle de
projets, requiert de bonnes capacités de synthèse et de calcul ; il nécessite des conseillers ayant
au moins le Bac.
Travaillant à temps plein, un animateur peut avoir 4 à 6 groupes à sa charge. La présence d'un
animateur villageois est apparue indispensable pour tous les animateurs, mais dans un rôle
d'appui à l'animateur principal (remplacement en cas d'absence, aide à l'organisation et
l'animation des séances). Aussi aucun n'a envisagé des animateurs villageois prenant en charge
complètement des groupes de paysans.
Telle qu'appliquée au Nord Cameroun, la démarche d'aide à la décision permet aux paysans
participants d'acquérir les connaissances sur la gestion, sur le suivi des différentes cultures etc.
Elle permet aussi à ces derniers de mieux gérer la chose commune dans la mesure où les paysans
ont tendance à s'organiser en groupe pour faire face à certains défis de développement. En plus
des connaissances, elle permet de développer un esprit critique et de débats lors de ces
discussions de groupes.

4.2.1.5 Mise en évidence de la diffusion de la démarche par les paysans


Les connaissances acquises par les paysans à travers le Cdg se transmettent entre les paysans du
village lors des causeries au clair de lune, au marché, dans les cabarets et même au champ lors
des séances de travaux communautaires (Sourga, entraide). Transmettre une innovation, une
nouvelle connaissance ou une nouvelle pratique n'est pas une chose facile surtout pour un
paysan, mais s'il arrive à le faire cela signifie une maîtrise réelle de la chose. Et cette maîtrise ne
peut qu'être l'œuvre de la bonne volonté des paysans et de l'efficacité de l'application de la
démarche.
Au-delà de cette maîtrise, on peut aussi parler des liens de familiarité entre les paysans d'un
même village car dans la plupart des cas ces paysans appartiennent au même clan ou ont la
même histoire. Aussi on peut mettre cela au compte de l'esprit de partage et de solidarité qui
règnent entre les paysans des différents villages.

- 42 -
Même si de nombreux paysans sont sensibilisés par ceux en Cdg, seuls quelques-uns essaient
d'appliquer ce qu'ils discutent après les séances. La diffusion s'est même étendue à des villages
proches, généralement par un paysan de ces villages qui a assisté à quelques séances Cdg et qui
ensuite a demandé à l'animateur s'il pouvait créer un groupe dans son village. Ce fut le cas pour
le premier groupe à Pohouré créé grâce à un paysan de ce village qui a assisté au Cdg à Gadas, et
aussi à Godé, grâce à un paysan qui a assisté au Cdg à Fignolé.
Dans tous les villages où le Cdg a démarré en 1999, les effets les plus visibles des discussions
entre les paysans sur le Cdg, mais aussi de la curiosité des paysans qui ne sont pas en Cdg ont été
des demandes d'autres paysans à participer. Ainsi plus de la moitié des groupes actuels ont été
créés à la demande des paysans. Avec le démarrage d'une nouvelle année en octobre 2001, les
demandes pour créer de nouveaux groupes sont importants.
Au travers de tous ces effets positifs, d'importants cas d'abandon des paysans ont été enregistrés.
Environ 30 à 40% de paysans ont abandonné les séances en cours d'année. La première raison
donnée est le manque de temps, mais pour d'autres, il s'agit aussi de maladie, d'irrégularité des
séances et l'habitat éloigné. Malgré tout, les mêmes effets du Cdg sont mis en évidence et perçus
par ces paysans ne participant plus. Ces effets touchent moins de la moitié des participants, ce
qui est logique vu que nombreux sont ceux qui n'ont suivi que quelques séances.
Parlant des paysans n'ayant jamais participé, environ 50% affirment n'avoir pas été contactés,
30% n'ont pas le temps et 20% ne sont pas intéressés. Au travers des discussions avec ces
paysans, environ 10% d'entre eux ont mis en application des connaissances acquises,
principalement dans la phase de préparation (prévision) pour chacun des thèmes, moins de 5%
ont changé certaines pratiques et pratiquement aucun n'a effectué le contrôle et le suivi.

4.2.2 MISE EN EVIDENCE ET EVALUATION DES EFFETS DU CDG


Mettre en évidence et évaluer les effets du Cdg sur les exploitations ne peut pas se faire avec des
méthodes et outils de comparaison entre les exploitations en Cdg et d'autres qui ne le sont pas
pour plusieurs raisons.
La première est que l'on s'intéresse à des changements de "façon de faire", de prise de décision…
qui ne se traduisent pas forcément par des différences quantifiables sur les performances des
exploitations agricoles.
La seconde est qu'il n'existe pas une solution pour un problème donné. Cette aide à la décision
permet au paysan d'ouvrir les yeux sur une gamme plus étendue de possibilités, et surtout de
mieux évaluer les répercussions de ces différentes possibilités. Mais le choix définitif dépend du
paysan. Ce qui signifie que face à un problème, dans une même situation, deux paysans peuvent
choisir deux solutions différentes.
La troisième est que chaque cas est une situation spécifique que l'on cherche à améliorer. Aussi,
une amélioration attribuée au Cdg qui permet à une exploitation de passer d'une situation A à B,
ou encore de changer ses pratiques de gestion de récoltes de C à D, ne peut pas être comparée à
une exploitation qui n'est pas en Cdg mais qui est déjà en situation B, et en gestion des récoltes
D. Pour cette dernière, les effets du Cdg pourront toucher d'autres aspects du fonctionnement de
l'exploitation agricole.
Quatrièmement, ne pouvant nous comporter dans une telle situation en évaluateur externe, nous
avons mis l'accent sur la perception par les paysans des changements apportés à leur exploitation
par le Cdg, même s'ils ne peuvent pas être quantifiés pour le moment. Les principaux effets
perçus par les paysans touchent les modes de conduite des activités mais pas encore les
performances techniques et économiques. C'est pourquoi la grille d'analyse des effets élaborée
cherche à mettre en évidence des changements dans la prise de conscience, la prise de décision,
le suivi et le contrôle par les paysans dans la gestion de leurs activités. Ces changements se
traduisent par plus de précision et de calculs, mais aussi par des évolutions/modifications de
- 43 -
pratiques, et enfin par un suivi plus rigoureux (à l'aide de l'écrit souvent) des activités. Mais la
quantification de ces effets demeure délicate et sujette à contestation. Elle a été appréciée dans
cette étude par un pourcentage d'exploitations touchées, que le changement soit minime ou
important.
Des évaluations basées sur la perception paysanne ont été faites en Afrique de l’Ouest plus
précisément au Burkina Faso, au Mali, Côte d'Ivoire, Sénégal et au Bénin après quelques années
d’application de la démarche Cdg. Ces évaluations se sont basées sur la participation des paysans
aux séances et l'adoption de certaines techniques acquises lors du déroulement des activités Cdg.
Afin d’améliorer cette façon d’évaluer les différents aspects du Cdg au Burkina Faso, P.
Rebuffel a proposé en 1999 une méthode étalée sur trois ans. Cette méthode consiste à suivre
trois groupes de paysans dont le premier groupe est en Cdg, le deuxième groupe n’est pas en Cdg
mais est situé dans le même village que le premier groupe et enfin le troisième groupe témoin
situé dans un autre village où la démarche n’est pas appliquée. Le suivi de ces groupes consiste à
prendre des notes par rapport aux différentes transactions des ressources et besoins de
l’exploitation agricole.
La méthode d’évaluation mise au point au Burkina Faso semble être correcte et efficiente. Mais
elle s’avère coûteuse, très lourde à appliquer et nécessitant de gros moyens financiers et
humains. Aussi elle ne permet pas de voir l'évolution de la démarche afin de rectifier les erreurs
de la méthode car l'analyse des données n'intervient qu'à la troisième année. Ceci nous a amené à
mettre sur pied une grille d’évaluation basée sur les objectifs de la démarche permettant de
classer les effets répertoriés par thème et ces effets pourront éventuellement être retenus comme
indicateurs d'évaluation pour les études complémentaires dans le but de l'améliorer.

- 44 -
Chapitre 5. Conclusion et recommandations

5.1 Conclusion

5.1.1 PAR RAPPORT A LA CARACTERISATION DES EXPLOITATIONS AGRICOLES EN CDG


Comparativement à la moyenne des terroirs PRASAC, les exploitants participant au Cdg sont
mieux équipés (47% contre 35%) et cultivent des superficies plus importantes (3 ha contre 2 ha).
Assez jeunes (39 ans contre 43 ans) et bien scolarisés (63% contre 44%), ils ont un élevage plus
important. Leurs performances sont similaires s’agissant les rendements moyens des différentes
cultures, mais nettement supérieures en termes de production de céréales par exploitation (2300
kg par an contre 1100 kg par an), et par personne (300 kg/personne contre 212 kg/personne),
mais aussi de revenus par exploitation (570 000 Fcfa par an contre 370 000 Fcfa par an)
En raison de son approche participative et de la technique d'animation de groupe utilisée, le Cdg
touche plusieurs catégories d'exploitations agricoles. Les agro-éleveurs sont les plus représentés
tandis que les jeunes exploitations en difficulté ainsi que les vieilles en phase de déclin sont peu
intéressées par cette démarche.

5.1.2 PAR RAPPORT A L’ANALYSE DES EFFETS DU CDG SUR LES EXPLOITATIONS

L'évaluation des actions du Cdg a nécessité la mise au point d'une grille d'analyse qui a servi
d'outil d'appréciation des effets de l'année 1. Les principaux paramètres mesurés sont : la prise de
conscience, les changements de pratiques et les performances technico-économiques de
l'exploitation agricole.
La prise de conscience est le premier résultat des opérations Cdg. En effet, selon les thèmes, 60 à
70% des producteurs ont commencé à remettre certaines habitudes en cause. La même attitude
est observable chez 50% et 10% respectivement des paysans ayant déserté les séances et chez
ceux touchés à travers la diffusion. Désormais, à travers la mesure et la quantification, ces
producteurs élaborent des programmes prévisionnels pour une meilleure gestion de leurs
ressources alimentaires et monétaires.
Cette prise de conscience a abouti à un changement de comportement dont les principaux indices
sont la constitution des stocks de céréales, la quantification des besoins et la planification des
dépenses. Egalement, davantage de CE raisonnent leur assolement par rapport aux besoins de la
famille et surtout en fonction de la force de travail disponible.
Ces faits sont relevés chez plus de 45% des paysans en Cdg, 20% de ceux qui ont abandonné et
5% de ceux touchés par voie de diffusion.
Les effets du Cdg sur les performances technico-économiques de l'exploitation agricole ne
peuvent être appréciés qu'à moyen et long terme. Mais déjà, 30 à 50% des producteurs déclarent
que les modifications opérées au niveau des modes de conduite des cultures ont amélioré leurs
productions.
Certes, la progression dans l'appropriation de la démarche est progressive, mais les difficultés à
appliquer les connaissances acquises et donc à changer les pratiques, s'expliqueraient par
l'insuffisance des ressources et le poids des habitudes qui demeure très fort.

- 45 -
5.2 Recommandations
Au terme de cette étude, des recommandations peuvent être formulées pour la mise en œuvre de
la démarche et sur les outils et méthodes de son évaluation. Dans la mise en œuvre, des
ajustements sont à faire afin de faciliter son appropriation par les paysans.
En premier lieu, le choix des villages d’intervention doit être réalisé avec attention afin de limiter
les échecs ; ceci veut dire ne pas intervenir dans les villages en crise socialement.
Pour la constitution des groupes en première année, limiter encore si possible la place de l’écrit,
pour garder ensemble les paysans scolarisés et non alphabétisés. Ceci permettra à chacun de bien
comprendre le sens de la démarche et de partager mutuellement les expériences.
Dès la deuxième année, voir avec chaque groupe, si les scolarisés et non alphabétisés doivent
être maintenus ensemble, en fonction de leurs aptitudes et motivations. Développer l’écrit avec
les scolarisés. Créer des groupes spécifiques pour les femmes, avec des thèmes appropriés.
S’orienter vers une démarche réellement participative avec les paysans suppose de laisser
beaucoup d’initiatives et une marge de manœuvre importante aux animateurs et conseillers dans
le but de mieux résoudre les problème des paysans. Mais ceci suppose aussi de leur fournir une
gamme étendue de support et d’outils, donc de les documenter suffisamment. Et aussi venir
régulièrement en appui aux animateurs (au moins une fois par mois) pendant l’exercice de leurs
activités.
Pour l’évaluation des effets Cdg, l’ensemble des critères et élément n’a pu être pris en compte
cette année, où il a surtout été question de mettre au point une grille d’analyse de ces effets et
d’en déterminer un certain nombre.Pour améliorer la grille d'analyse mise au point dans le cadre
de la présente étude, il importe :
1. de la tester pour validation à grande échelle ce qui permettra d'identifier les indicateurs les
plus pertinents ;
2. de recueillir plus d’informations chiffrées sur les exploitations en Cdg chaque année, afin de
pouvoir quantifier (déterminer) les effets du Cdg sur les performances techniques et
économiques des exploitations.
Ce second point est extrêmement contraignant et coûteux en temps et moyens. Il suppose de
s’appuyer, soit sur les paysans susceptibles de prendre et de noter de façon précise et fiable, des
données sur leur exploitation, soit si ce n’est pas possible, de demander à l’animateur de relever
ces données périodiquement avec le paysan. Cette seconde solution paraît difficilement
réalisable car l’animateur risque d’y passer tout son temps au détriment des activités Cdg mais
une tentative de réalisation permettrait de déceler et améliorer la technique.

- 46 -
Bibliographie
BALKISSOU, M. 2000. Pratiques de gestion des ressources et des besoins alimentaires et
monétaires dans les exploitations agricoles du Nord Cameroun. FASA Dschang. Mémoire
d’Ingénieur agronome. 70 pages + annexes.
BOLI, B. Z. 1996. Fonctionnement des sols sableux et optimisation des pratiques culturales en
zone soudanienne humide du Nord-Cameroun (expérimentation au champ en parcelle d’érosion à
Mbissiri). Thèse de doctorat en science. ORSTOM 1996. 343 p.
BONNEVIALE, J. R., R. LE GUEN, J. BROSSIER, E. MARSHALL, H. FERRIE, C. SCHOST,
J. M. FREMONT et J. L. VINCQ. 1998. L’exploitation agricole. Nathan. Paris. 160 pages.
BONNEVIALE, J. R., R. JUSSIAU, E. MARSHALL, en collaboration avec BONNEAU P. et
CAPILLON A. 1989. Approche globale de l’exploitation agricole. INRAP-FOUCHER. Dijon.
330 pages.
BRABANT P. et M. GAVAUD. 1985. Les sols et les ressources en terre du Nord-Cameroun
(Provinces du Nord et de l’Extrême nord)
BROSSIER, J. B. et DENT, 1998. Gestion des exploitations agricoles et des ressources rurales:
Entreprendre, Négocier, Evaluer. Etudes et recherches sur les, systèmes agraires et le
développement. N° 31. INRA. Paris.
BROSSIER, J., EDUARDO CHIA, E. MARSHALL et M. PETIT. 1997. Gestion de
l’exploitation agricole familiale. ENESAD-CNERTA. Dijon.
CAPILLON, A. 1993. Typologie des exploitations agricoles, contribution à l’étude des
problèmes techniques. Thèse de Doctorat Agronomie. INA-PG
CHOMBART DE LAUWE, J., J. POITEVIN, J. C. TIREL. 1969. La nouvelle gestion des
exploitations agricoles. Deuxième édition. DUNOD. Paris. 507 pages.
CORNAZ Immita, 1997. Le développement social dans les relations Nord-Sud. Direction du
développement et de la coopération (DDC). Berne. Suisse.
DJAMEN, N. P. 2000. De l’analyse du fonctionnement des exploitations agricoles aux
propositions d’actions d’appui conseil. Etude de cas à fignolé (Nord-Cameroun). FASA
Dschang. Mémoire d’Ingénieur agronome. 75 p + annexes.
DJAMEN, N. P. et M. HAVARD. 2000. Compte rendu des journées IRAD–DPGT sur le bilan
des activités de Conseil de gestion aux exploitations agricoles. DPGT/IRAD/PRASAC. Garoua,
13 p.
DJAMEN, N. P., M. HAVARD, et A. DJONNEWA. 2001. Vers une démarche d'aide à la
décision adaptée aux exploitations agricoles du Nord-Cameroun : le conseil de gestion. Garoua.
IRAD/PRASAC. 15 pages.
DONFACK, P., L. SEINY-BOUKAR, M. M’BIANDOUN. 1996. Les grandes caractéristiques
du milieu physiques. In : Agricultures des savanes du Nord-Cameroun. Vers un développement
solidaire des savanes d’Afrique centrale. Communications présentées à l’atelier d’échange 25-29
novembre 1996, Garoua, Cameroun.
DOUNIAS, I. 1998. Modèles d'action et organisation du travail pour la culture cotonnière : cas
des exploitations agricoles du Bassin de la Bénoué au Nord-Cameroun. Coton et Fibres
Tropicales, Thèse INA-PG, Paris, 207 pages + annexes.
DUGUE, P. 1995. Utilisation des légumineuses en vue d'améliorer les productions vivrières et
fourragères et d'entretenir la fertilité des sols. Doc. multigraphié IRAD projet Garoua. 63 pages.

- 47 -
DUGUE, P. 1996. Résultats des tests de fumures organiques sur maïs et sorgho, 1995. Doc.
multigraphié DPGT/IRA, Garoua, Cameroun. 41 pages
DUGUE, P. J. KOULANDI et C. MOUSSA. 1994. Diversité et zonage des situations agricoles
et pastorales de la zone cotonnière du Nord-Cameroun. IRA-IRZV, Projet Garoua 2, Garoua
(Cameroun).84 pages + annexes.
FAURE, G. P. KLEENE et S. OUEDRAOGO Avec la participation de G. RAYMOND. 1996.
Le Conseil de gestion aux exploitations agricoles de l’Ouest du Burkina Faso. Rapport de
synthèse recherche-développement de 1993 à 1995. INERA-CIRAD, 81 pages
IRAD/PRASAC. (1999). Synthèse du diagnostic global PRASAC au Nord-Cameroun. IRAD,
Délégation nationale PRASAC, Garoua (Cameroun). 36 p.
HAVARD, M. 2000. Convention DPGT/IRAD. Note de service. Synthèse provisoire:
Appui/Conseil aux exploitations agricoles. Garoua, IRAD/DPGT, document de travail. 23 pages.
HAVARD, M. et O. ABAKAR. 2001. Bilan de la campagne agricole 2000-2001 dans les
exploitations des terroirs de référence du PRASAC au Cameroun. Garoua. 28 pages. ICRA,
ITRA, LRVZ, IRAD, CIRAD, IRD, Université de Leyde (Pays Bas).
HAVARD, M. et al., 2000. Méthodologie de diagnostic global utilisée dans les terroirs de
références du PRASAC au Cameroun. Garoua, IRAD/PRASAC, document de travail, 19 pages,
DPGT.
INRAD-SAD. 1988. Mots, concepts et contenus: Définition de quelques termes spécifiques du
champ de recherche sur le système agraire et le développement, Versailles : INRAD-SAD.
INTER-RESEAUX. 1996. Le Conseil en gestion pour les exploitations d'Afrique et d'Amérique
Latine. Dossier N°: 1 de l'Inter Réseaux.
KLEENE, P. 1995. Méthode du conseil de gestion aux exploitations agricoles : présentation
générale de la méthode ; étapes et modalités d’intervention. Atelier national sur la méthode du
Conseil de gestion aux exploitations agricoles, Bobo-Dioulasso Burkina Faso. 6 au 8 juillet 1995
KLEENE, P. B. SANGO et G. VIESTRA. 1989. A partir de Fonsébougou…Présentation,
Objectifs et Méthodologie du "volet Fonsébougou" (1977-1987). Bamako. Mali. IER.
LEGILE, A. 1999. De l’analyse des pratiques de gestion, à la proposition d’outils d’aide à la
décision: étude sur les exploitations agricoles du Nord-Cameroun. Mémoire d’Ingénieur
d’Agronomie. ENESAD, Dijon, 58 pages + annexes.
LEGILE, A. 1998. Histoire de la gestion en France. Inter-Réseaux/Développement Rural. Paris
LE MOIGNE, J. L. 1988. Système de l'entreprise. In Revue Internationale. Gauthier Villard Ed.
PARIS, 1 (4), pp. 449-531.
LE MOIGNE, J. L. 1977. La théorie du système général, théorie de la modélisation. PUF
PARIS, 258 pages
MADI, A., 1994. Politique agricole et élasticité de l'offre dans la zone cotonnière au Cameroun.
Thèse de Doctorat. INRA-ENSA-ESR Montpellier.
MARSHALL, E. J. R. BONNEVIALE et I. FRANCFORT. 1994. Fonctionnement et diagnostic
global de l’exploitation agricole. Une méthode interdisciplinaire pour la formation et le
développement. ENESAD-SED. Dijon.
MBETID-BESSANE, E. et C. BESACIER. 1996. Typologie des exploitations agricoles de la
région forestière du Sud-Ouest de la République Centrafricaine. ICRA, Bangui (RCA).
MINAGRI. 2000. Les stratégies de développement de l’entrepreneurship coopératif comme
instrument de lutte contre la pauvreté au Cameroun. Une contribution du Cameroun à la
- 48 -
treizième conférence panafricationale sur les coopératives. Avec l’appui technique et financier
du Bureau International Travail (BIT). Juillet 2000 Yaoundé. Cameroun.
MINAGRI. 1999. Politique agricole. Nouveaux défis. Mai 1999. Yaoundé. Cameroun
MOUSSA, C. 1994. Terroir de référence : Typologie des exploitations agricoles à HERI Projet
GAROUA II / IRZV. GAROUA. Cameroun.
MOUSSA, M. L. et M. JONSSON. 1998. Contribution à l’analyse du fonctionnement des
exploitations agricoles en zone cotonnière au Nord-Cameroun: Intérêts pour la mise en place
d’une action de Conseil de gestion (Le cas du village Mafa kilda). Mémoire d’Agronomie,
CNEARC, Montpellier 93 pages.
NDZANA, ABANDA R.F. 2000. Analyse du Fonctionnement des exploitations agricoles en
zone cotonnière du Nord-Cameroun : le terroir de Mowo. Mémoire d’Ingénieur Agronome.
FASA, Dschang, 114 pages.
ORSTOM (collectif), 1984. Le Nord-Cameroun. Des hommes, une région. Collection mémoires,
102, ORSTOM, Paris, France, 51 pages.
PETIT, M. 1975. Vos bonnes raisons de décider. Les connaissez-vous ? Entreprises Agricoles,
Mai 1975, 5 pages
PERROT, C. et LANDAIS E. 1993. Exploitation agricole pourquoi poursuivre la recherche sur
les méthodes typologiques ? Les cahiers de recherches-développement (33) : 13-23.
PLANCHENAULT, D. 1992. Enquête et productivité du bétail camerounais. MINEPIA,
Yaoundé, Cameroun, CIRAD-EMVT, Maisons Alfort-France, 249 p.
PNUD. 2000. Rapport annuel sur le développement humain 2000. Washington DC.
PRASAC, Cameroun, 1999. Bilan des activités 1999 et perspectives 2000. Garoua,
IRAD/PRASAC. Rapport annuel, 12 pages. DNC.
RAYMOND, G. YUNG J.M., MERCOIRET M.R. et DEVAUTOUR H. 1994. Stratégies
paysannes en zone cotonnière au Nord-Cameroun. CIRAD-SAR, n°38a/94, 5 tomes,
Montpellier, France.
REBUFFEL, P. 1996. Vers un renouvellement des méthodes de conseil aux exploitations
agricoles dans l’Ouest du Burkina Faso. Apports de la connaissance du fonctionnement des
exploitations agricoles. Mastère d’Ingénierie en Agronomie. Paris INA-PG, 46 pages + annexes.
ROSNAY, (de) J. R. 1975. Le macroscope. Edition du Seuil. Collection Points. (80), Paris. 249
pages.
ROUPSARD, M. 1987. Nord-Cameroun: Ouverture et développement. Thèse de doctorat ès
Lettre et Sciences Humaines, ENS, Université de Yaoundé (Cameroun), 518 pages.
SEBILLOTTE, M. 1979. Analyse du fonctionnement des exploitations agricoles. Trajectoire et
typologie. Note introductive pour la réunion du SAD. du 20 Novembre 1979 à Toulouse. INA-
SAD. Paris-Grignon.
SODECOTON. 1998. Rapport semestriel d’activités. Direction de la production agricole.
TCHALA, A. F., KAMGA A et NJOYA J. 1994. La vulgarisation agricole au Cameroun: Cas de
la Recherche / Développement / Formation à l’Université de Dschang. UDS (Cameroun).
THE WORLD BANK. 2000. Annual report 2000. Washington. DC.

VALL, E. 1996. Les animaux de trait au Nord-Cameroun. Zébu, âne et cheval. Performances à
l’effort et adaptation physiologique. CIRAD-EMVT, IRZV, Garoua, Cameroon. 56 pages.

- 49 -
WAMBO, YAMDJEU A.H. 2000. Analyse du fonctionnement des exploitations agricoles en
zone cotonnière du Nord-Cameroun. Contribution à la mise en place d’opérations de conseil de
gestion à Gadas. Mémoire d’Ingénieur Agronome. FASA, Dschang, 70 pages.

- 50 -
Annexes

-0-