Vous êtes sur la page 1sur 56

THEME : Avant projet sommaire

d’AEP de la ville de TIEBELE

LICENCE 3

Présenté par : Encadré par :


KEMKING Carine M. OUEDRAOGO Bega
SECK Assane
TAGOUKAM NTAMPO ALEX

ANNEE ACADEMIQUE
2007- 2008
Avant projet sommaire d’AEP de la ville de TIEBELE

INTRODUCTION.................................................................................................................................................... 3
I. PRESENTATION DE LA VILLE DE TIEBELE ..................................................................................... 3
II. PRINCIPE DE CHOIX D’UN SYSTEME D’AEP...................................................................................... 4
III. TRACE DU RESEAU................................................................................................................................ 4
IV. EVALUATION DES BESOINS ............................................................................................................... 4
1. ESTIMATION DE LA POPULATION: .............................................................................................................. 4
2. REPARTITION DE LA POPULATION EN FONCTION DU TYPE DE BRANCHEMENT ........................................ 5
V. EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU DISPONIBLES ............................................................... 8
VI. DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES .......................................................................................... 10
1. RESEAU DE DISTRIBUTION ........................................................................................................................ 10
a. Réseau ramifié..................................................................................................................................... 10
b. Réseau maillé ....................................................................................................................................... 11
2. LE RESERVOIR .......................................................................................................................................... 13
a. Calage du réservoir .............................................................................................................................. 13
b. Dimensionnement du réservoir........................................................................................................... 13
c. Les équipements hydrauliques du réservoir ........................................................................................ 15
3. RESEAU D’ADDUCTION .............................................................................................................................. 16
VII. DIMENSIONNEMENT DE LA BACHE ............................................................................................. 16
VIII. CHOIX DES POMPES............................................................................................................................ 17
1. POMPE CENTRIFUGE ................................................................................................................................. 18
2. POMPE IMMERGEE .................................................................................................................................... 20
IX. LE TRAITEMENT PAR LE CHLORE ................................................................................................ 24
1. CONSOMMATION JOURNALIERE DE CHLORE ........................................................................................... 24
2. TEMPS MINIMAL DE CONTACT DU CHLORE .............................................................................................. 24
3. DUREE D’EFFICACITE DU CHLORE............................................................................................................ 25
X. LE CHOIX DE LA POMPE DOSEUSE .................................................................................................... 25
XI. DISPOSITION CONSTRUCTIVE ........................................................................................................ 25
1. EXECUTION DES FOUILLES .......................................................................................................................... 25
2. EXECUTION DES REGARDS .......................................................................................................................... 26
3. BRANCHEMENT........................................................................................................................................... 26
XII. SOURCE D’ENERGIE ........................................................................................................................... 26
1. POMPAGE PAR GROUPE ELECTROGENE DIESEL ....................................................................................... 26
2. LE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE ............................................................................................................. 28
XIII. MODE DE GESTION ET D’EXPLOITATION ................................................................................... 31
XIV. ETUDE ECONOMIQUE ........................................................................................................................ 39
1. DEVIS ESTIMATIF ET COUT DU PROJET ..................................................................................................... 39
2. ESTIMATION FINANCIERE ......................................................................................................................... 41
XV. ETUDE D’IMPACT DU PROJET SUR L’ENVIRONNEMENT (EIE) ............................................ 43
CONCLUSION....................................................................................................................................................... 44
BIBLIOGRAPHIE :............................................................................................................................................... 44

Présenté par KEMKING SECK TAGOUKAM 1


Avant projet sommaire d’AEP de la ville de TIEBELE

ANNEXES : ............................................................................................................................................................ 44

Présenté par KEMKING SECK TAGOUKAM 2


Avant projet sommaire d’AEP de la ville de TIEBELE

INTRODUCTION
L’évolution de la vie a été possible grâce à la présence de l’eau. Cependant 40 % de la
population mondiale, connaissent de graves périodes de sécheresse. Tous ces problèmes liés à
la consommation de l’eau ont permis à de nombreuses grandes écoles à voir le jour tant en
Europe qu’en Afrique, parmi ces écoles on retrouve le 2ie (institut international d’ingénierie de
l’eau et de l’environnement de OUAGADOUGOU) au Burkina Faso qui a pour objectif de
former des ingénieurs capables de promouvoir, de mettre en œuvre et de gérer des
infrastructures assurant la sécurité, le confort et le bien être des populations vivant en milieu
rural ou urbain. C’est dans le cadre de cette formation qu’il nous a été attribuer le projet
d’alimentation en eau potable de la ville de TIEBELE afin de couronner la fin de notre cycle de
licence. L’objectif de ce projet est l’étude de la faisabilité d’un système d’AEP pour une
échéance de 10 ans pour contribuer à l’amélioration de la qualité et la quantité d’eau potable à
attribuer à la population de cette ville.

I. Présentation de la ville de TIEBELE


TIEBELE est situé dans le sud du Burkina Faso près de la frontière ghanéenne. Elle est une
ville de la province du NAHOURI ayant pour chef lieux Pô. Elle est à 29 km à l’est de Pô. La
petite commune de Tiebélé compte 13 300 habitants en 1996 (source INSD) répartie en six
secteurs. La ville possède un barrage qui a été construit pour couvrir les besoins en eau de la
population.

Présenté par KEMKING SECK TAGOUKAM 3


Avant projet sommaire d’AEP de la ville de TIEBELE

II. PRINCIPE DE CHOIX D’UN SYSTEME D’AEP


Le choix d’un système d’AEP dépend de plusieurs facteurs socio – économiques,
environnementaux et techniques. Pour cela, il faudra tenir compte de :
¾ La disponibilité des ressources en eau
¾ De la demande en eau des populations;
¾ Du financement disponible pour le projet ;
¾ La topographie et la configuration du terrain naturel, il est préférable si possible d’éviter de
poser des canalisations sur des terrains accidentés ou trop plats d’où l’intérêt d’effectuer des
levés topographiques ;
¾La nature du sol en place (sédimentaire,…).
Pour l’approvisionnement en eau de la ville, on donnera d’abord la priorité à la satisfaction des
besoins humains, puis pastoraux et enfin les besoins en maraîchage s’il y’ a lieu.
Toutes ces considérations amènent à choisir le système d’AEP le plus adéquat.
Ce projet se réalise dans l’esprit de la décentralisation.

III. TRACE DU RESEAU


Le tracé du réseau est défini de manière à desservir toute la population aux points de desserte
tels que les bornes fontaines et les éventuels branchements particuliers dans les conditions
économiques optimales tout en prévoyant les difficultés d’exploitation et d’entretien.
Les conduites seront posées le long des voies de communication existantes.
Les emprises des conduites éviteront les lieux de culte sacré, les cimetières, le lit des cours
d’eau, les domaines privés.
Le tracé du réseau ainsi défini sera restitué aux populations concernées pour avis. Le
dimensionnement des équipements se basera sur le tracé définitif du réseau qui sera retenu
après cette restitution.

IV. EVALUATION DES BESOINS


On distingue deux méthodes d’évaluation des besoins en eau.

Méthode détaillée ou méthode analytique Méthode globale forfaitaire


- enquête socio-économique pour la - consiste à déterminer un besoin global
détermination des besoins domestiques et du forfaitaire moyen de consommation
cheptel. Elle permet d’identifier les différents spécifiques et l’appliquer à la population
usages, à déterminer leur niveau de vie, à total
évaluer les besoins spécifiques moyens
journaliers des différents usagers
En ce qui concerne notre projet on a opté pour la méthode forfaitaire, car nous sommes dans le
cadre d’un avant projet sommaire (APS).
1. Estimation de la population:
L’estimation de la population de la localité de TIEBELE communes à l’échéance du projet
suit une loi exponentielle de type :
Pn = Po × (1 + a )n
Pn = Population à l’année n (année généralement d’échéance du projet)
Po = Population à l’année de référence : généralement année du dernier Recensement.
n = nombre d’année qui sépare l’année de Pn de l’année de Po
a = taux d’accroissement de la population

Présenté par KEMKING SECK TAGOUKAM 4


Avant projet sommaire d’AEP de la ville de TIEBELE

En ceux qui concerne notre projet ,le TDR nous impose le recensement de la population de
1996 et l’échéance du projet 10 ans en comptant à partir 2008.

Population de Tiebélé commune en 1996


Répartition de la population en secteur Population de 1996
S1 3968
S2 1892
S3 1997
S4 2233
S5 2178
S6 1037
TOTAL 13305
Source : INSD
Pour la détermination du taux d’accroissement de la population on s’est basé sur la
Population de Tiebélé département 1996, 2006.

année 1996 2006


Population de 48858 54104
Tiebélé département
Source : INSD

Suite :
Au développement de la zone par des projets de construction (bitumage de la route,
construction des écoles, construction des hôpitaux, …etc.),
• Augmentation du taux de natalité,
• Retour des retraités,
• Au phénomène migratoire,
• Et du fait que c’est une zone frontalière au Ghana,
On estimera le taux d’accroissement de la population du Département de Tiebélé à 3%, que
l’on assimilera à la population de Tiebélé commune.

2. Répartition de la population en fonction du type de Branchement


D’après le rapport technique de l’ONEA sur des villes ayant une population similaire à
celle de TIEBELE à l’horizon 2018, un branchement public (bonne fontaine) couvre une
population d’environ 500 habitants sur une distance de 250 m en moyenne entre deux bonnes
fontaines.
Ce rapport nous permet d’estimer le pourcentage des abonnés en branchement privé et en
bonne fontaine, pour l’estimation du pourcentage des abonnés au réseau, on se place dans le cas
le plus défavorable, c’est le cas où en période sèche (tous les points d’eau sont asséchés) toute
la population (100%) vas devoir se connecter au réseau de distribution. La consommation en
bonne fontaine est plus importante que celle en branchement privé, car tout le monde n’a pas
les moyens d’avoir un branchement privé. De plus le rapport technique de l’ONEA nous donne
pour 50% de la population du département de ORODARA utilisant l’eau de l’ONEA, il y’a
33% qui utilise le branchement en bonne fontaine et 16% en branchement privé. Donc par une
règle de trois en 100% d’utilisation on trouve 67% en bonne fontaine et 33% en branchement
privé. Partant de là, on adopte que 40% de la population se connecte en branchement privé et
60 % en bonne fontaine.

¾ Consommation spécifique moyenne journalière (Cs)

Présenté par KEMKING SECK TAGOUKAM 5


Avant projet sommaire d’AEP de la ville de TIEBELE

C’est la quantité d’eau en litre que peu consommée un habitant par jour (l /j/hab.).
A partir de la population de la ville de PO estimé à 24205 habitants en 2004 et de son
cœfficient de pointe mensuelle donné au rapport de l’ONEA de 2004, on estimera la
consommation spécifique de la ville de Tiebélé, car les deux villes se trouvent dans la province
de NAHOURI et ont presque les même caractéristiques démographiques.

année R2003 R2004


Consommation moyenne 13842 14698
mensuelle
Coefficient de pointe 1,21 1,30
mensuelle
Rendement du réseau 91 86
Source : RAPPORT TECHENIQUE DE L’ONEA DE 2004

En supposant les mois de 30 jours


C JP = C J × C Pm

= 14698 * 1,30 = 19107,4 m3

Bj = 19107,4 / 30 = 636,9133 m3/ j = 636913,3 l/j

CS = 636913,3/ 24205 = 26,31 l/j/hab.

En Afrique sahélien la consommation spécifique journalière est estimée à 30 l/j/hab. en


milieu rural et semi urbain. En vu de ces deux paramètres, notre choix sur la consommation
spécifique est porté à 30l/j/hab. pour les Branchements Privés. Dans l’optique du respect des
directives de l’OMS qui donne un minimum de 20l/s/hbts et du fait que le gaspillage est
moindre pour une utilisation en bonne fontaine, nous optons pour 20l/s/hab. pour les
Branchement de Bornes Fontaine

¾ Coefficient de pointe journalier : ( C


JP )
Il permet de déterminer la consommation maximale journalière à prendre en compte pour le
dimensionnement des équipements et ouvrages du projet.
Il exprime la variation des besoins dans le temps, traduit les écarts de consommation entre les
jours de l’année. Il dépend de plusieurs paramètres à savoir :
• La présence et le niveau de pérennité de points d’eau
• L’importance des variations saisonnières
On prend un coefficient de pointe journalière Cpj = 1,2 (car généralement on adopte en Afrique
pour les populations de moins de 10 000 habitants la valeur C
JP = 1,3 et ce coefficient pointe
est inversement proportionnel à la population),

¾ Coefficient de pointe horaire : (Cph)


Il est très lié à l’étalement des activités sur 24 heures. Plus la zone est fortement
Urbanisée, plus le coefficient de pointe horaire est faible.
Il est nécessaire pour l’évaluation des besoins à apporter aux usagers à l’heure de pointe.
Ce coefficient est déterminé par la formule du Génie Rural suivante :

Présenté par KEMKING SECK TAGOUKAM 6


Avant projet sommaire d’AEP de la ville de TIEBELE

2,5
Cph = 1,5 +
Q( m 3 / h)
Q (m 3/h): débit moyen horaire du jour pointe
Le coefficient de pointe horaire est pris ici égal à 2.

¾ Rendement du réseau :
Des pertes sont toujours estimées au niveau des nœuds et du branchement, du fait que lors de
l’exécution des raccords des conduites et des équipements, il est impossible d’obtenir une
étanchéité totale. En ce qui concerne notre projet, on prend 10% de la consommation moyenne
soit un rendement de 90%

¾ Besoins journaliers en eau : (m3/j)


En prenant la consommation spécifique égal à 30L/J/hab les besoins journaliers seront égaux au
produit de la population à l’échéance du projet par la consommation spécifique par le
pourcentage des besoins annexes qui correspondent à ceux de 5% de la population.

B j = P2018 × C S × 1,05

¾ Demande journalière en eau : (m3/j)


Comme il s’agit d’un système qui exploite des eaux souterraines, nous n’avons pas besoins des
traitements qui engendrent des pertes au réseau. Les pertes constatées sont pratiquement sur le
réseau et les ouvrages de stockages. Le rapport technique de l’ONEA nous a permis d’estimer
les pertes au réseau à 10%. Alors la demande journalière en eau est le produit du besoin
journalier par les pertes au réseau.

D j = B J × 1,1

¾ Besoin journalier de pointe : (m 3/j)


En prenant le coefficient de pointe journalier de 1,2, le besoin journalier de pointe est égal au
produit du besoin journalier par le coefficient de pointe journalier

B jP = B J × C PJ

¾ Le Débit moyen horaire : (m3/h)


Après avoir calculé les besoins de production à l’horizon 2018, on en déduit les débits moyens
consommés au jour de pointe de l’année. Pour le cas de notre projet nous utiliserons le temps
de distribution des branchements privés qui est estimé à 24h et celui des bonnes fontaines est
de 8h de fonctionnement.

B B
Q = JPBP Et Q = JPBF avec
mhBP 24 mhBF 8
B JPBP = Consommation journalière de pointe pour le branchement privé
B JPBF = Consommation journalière de pointe pour les borne fontaines

Q =Q +Q
mh mhBP mhBF

Présenté par KEMKING SECK TAGOUKAM 7


Avant projet sommaire d’AEP de la ville de TIEBELE

Q = débit moyen horaire estimé aux branchements privés


mhBP
Q = débit moyen horaire estimé aux bornes fontaines
mhBF
Q = débit moyen horaire total
mh

¾ Débit de pointe horaire : (m3/h)


Le débit consommé à l’heure de pointe est le produit du débit horaire par le coefficient de
pointe horaire (Cph). Ce débit est nécessaire pour le dimensionnement des conduites de
distribution. Ce coefficient est 2 :
Q =Q ×C
Ph mh Ph

Le tableau récapitulatif des besoins


Année 2018
effectif 25494
BRANCHEMENT Branchement Privé Borne Fontaine
Répartition de la Population (%) 40 60
Population Correspondante (habits) 10198 15296
consommation spécifique (l/habits/j) 30 20
Perte dans les réseaux 1,1 1,1
Coefficient de pointe journalier 1,2 1,2
consommation annexe 1,05 1,05
Demande journalière (m3/j) 424,02 424,02
Temps d’utilisation (h) 24 8
Débit moyen Horaire (m3/h) 17,67 53,00
Coefficient de pointe horaire 2 2
Débit de pointe Horaire (m3/h) 35,33 106,00
Débit de pointe Horaire (l/s) 9,82 29,45
Débit de pointe horaire Total (l/s) 39,51

Dans le cadre de notre projet, nous admettons 31 bonnes fontaines couvrant une
population de 15296 habitants soit 60% de la population de TIEBELE à l’horizon 2018 dont
chacune délivra un débit de 1l/s soit deux (2) robinets de 0,5l/s par borne fontaine. Avec une
implantation possible de 12 bonnes fontaines sur la carte, les 19 autres sont prévus pour
l’extension du réseau et le choix de leur mise en place dépend de là où est prévu l’extension.
Dans ce cas les besoins évalués à l’horizon 2018 sont estimés à 858m3

V. EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU DISPONIBLES


L’eau peut être captée en profondeur (nappe souterraines, sources) ou en surface (cours d’eau,
lacs, barrages, etc.).
Dans tous les cas, il faut étudier de façon précise l’hydrologie, en particulier les régimes
hydrographiques et hydrologiques des points de captage, dont le rendement peut être très
variable au cours de l’année. Une série de mesures par jaugeage des sources ou des cours
d’eau, ou des essais de pompage en nappe, effectués sur une longue période, permettent de
déterminer statistiquement l’évolution des débits, c’est le cas de notre projet où la ressource en
eau est les eaux souterraines de la région et les essais de pompage de la nappe continue nous
donné un débit compris de 20 à 25 m3/h.

Présenté par KEMKING SECK TAGOUKAM 8


Avant projet sommaire d’AEP de la ville de TIEBELE

Pour le calcul du nombre de forages à implanter dans la ville, on s’est servi de la demande en
eau journalière de la population à l’horizon 2018, du temps de fonctionnement des pompes et
du débit d’exploitation des pompes immergées du forage.

Tableau récapitulatif des estimations de la production


Estimation de la production
BRANCHEMENT Branchement Privé Borne Fontaine
Demande journalière (m3/j) 424,22 424,08
Débit de pointe Horaire (m3/h) 17,68 53,01
Débit de pointe Horaire (l/s) 9,82 29,45
Production journalière (m3/h) 848,30

Pour satisfaire cette demande, on décide d’utiliser des forages à débit d’ exploitation de
22m3/s pendant 13h.
Demande journalière à l’horizon 2018(Dj) 858 m3
Débit d’exploitation du forage (Qp) 22 m3/h
Temps de fonctionnement des pompes (Tf) 13h

Dj (m3)
n=
Qp × Tf
Ceux qui nous donnent 3 forages à implanter dans la ville.

Caractéristiques des forages :


Forage N° 1 Forage N° 2 Forage N° 3
profondeur totale du forage 80 80 80
niveau Statique 16 16 16
Rabattement 10 10 10
Niveau Dynamique 26 26 26
Débit d'Exploitation (m3/h) 22 22 22
Cote TN sous le Forage 304,04 306 304
Coupe de forage à voir en annexe
¾ Equipements de la tête de forage
L’aménagement de la tête de forage comportera une partie équipement hydraulique et une
partie géni civil. L’équipement de la tête de forage se fera suivant les schémas
Un tuyau d’avant puits à bride avec une bride murale soudée
Un couvercle d’avant puits pourvu d’une bride, dans lequel la tubulure de branchement est
soudée au centre par les tôles de l’âme. La colonne montante de la pompe est accrochée à la
tubulure au niveau inférieur et la tuyauterie du départ du forage est raccordée à cette première
au niveau supérieur. La tubulure de branchement a une bride à souder en bas et une collerette
avec une bride pivotante en haut. Le couvercle comportera aussi des anneaux à vis et des
orifices pouvant se fermer au moyen de presse étoupe, servant au montage de l’installation de
câbles, de l’indication au niveau de l’eau, de l’aération et de l’évacuation de l’air.
Une conduite horizontale comportant d’eau en vue de suivre les volumes produits, vanne de
sectionnement, une ventouse, un clapet anti-retour. Les diamètres de ces équipements et un
filtre à sable (vanne de sectionnement, compteur, clapet anti-retour, filtre) seront de DN80.

Présenté par KEMKING SECK TAGOUKAM 9


Avant projet sommaire d’AEP de la ville de TIEBELE

Un tuyau à brides de diamètre 3’’ avec une tubulure pourrait aussi être installé pour la fixation
d’un robinet de prélèvement DN15mm.
La tête de forage sera raccordée au réservoir par une conduite de refoulement de 183m de long.

VI. DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES

1. Réseau de distribution
Le système de distribution doit non seulement effectuer le transport du réservoir aux usagers
mais également protéger l’eau d’une contamination éventuelle, le système doit aussi pouvoir
assurer la demande en eau selon les besoins des usagers. Le réseau de distribution comprend les
conduites de distribution et les points de desserte (bornes fontaines) ainsi que les dispositifs
assurant la sécurisation des installations (dispositifs de ventouses de vidange, vanne de
sectionnement). Compte tenu de la concentration de la population au centre ville, le réseau de
distribution sera du type maillé, et dans les autres parties de la ville le réseau de distribution
sera du type ramifié. Ces conduites sont en PEHD100 et longueur équivalente est de
8845m.elles ont une pente qui varie est de 1 à 2% et la profondeur des tranchées varie de
1,0m à 2,50m en dessous du terrain naturel.
. Leur dimensionnement est fait en utilisant la méthode aval vers l’amont pour le réseau
ramifié et le programme Hardy Cross pour le réseau maillé. Pour ce programme de simulation
hydraulique de réseau nous avons sélectionné la formule de MANNING STRICKLER pour
l’hydraulique en charge comme méthode de calcul de perte de charge dans les conduites.

a. Réseau ramifié
Le calcul de réseau ramifié se fait de l’aval vers l’amont en utilisant le théorème de Bernoulli ci
–après :
P1 V12 P2 V22
Z amont + + = Z aval + + + ∆H 1−2
ρ × g 2× g ρ × g 2× g
On considère que les pertes de charges singulières représentent 10% des pertes de charges
linéaires.
D’où : ∆Η 1− 2 = 1,1 × J L avec JL : pertes de charge linéaires.

10

4 × Q2
3
J T = 1,1 × 16
×L
π ×K ×D
2 2
S
3

Avec
Q : le débit transitant dans la canalisation m3/s
L : la longueur du tronçon entre deux (2) nœuds en m
D : le diamètre de la conduite en m
Ks : le cœfficient de rugosité de Manning Strickler égale à 120 pour les conduites en PEHD
Pour le dimensionnement du réseau ramifié on s’est imposé une vitesse de V=0,9 m2 pour le
calcul du diamètre théorique enfin de choisir nos diamètres nominaux.
A la suite de cela on calcul le débit fictif des tronçons pour pouvoir dimensionner le réseau.

Présenté par KEMKING SECK TAGOUKAM 10


Avant projet sommaire d’AEP de la ville de TIEBELE

Q f = 0,55 × Qr + Qaval en l/s


Les vitesses admissibles dans les conduites doivent respecter la Condition de Flamant :
0,3 ≤ U m / s ≤ 0,60 + D( m )
Pour les conditions de pression minimale de service on a Pservice<Pnominal.
Pour le choix économique des diamètres des conduites de distribution nous avons tenu compte
des pressions minimales à respecter aux points les plus défavorisés, en rapport avec la pression
imposée en tête de réseau fixée par la hauteur du château d’eau dans les conditions admissibles
de vitesse, et du fait que nos canalisations principales passent sur les axes routiers, l’on a
prévue une pression minimale de service 10 mcE et un pression nominal de 10 bars.

b. Réseau maillé
Le programme de simulation des réseaux maillés, Hardy Cross nous permet d’opter pour la
méthode d’égalisation des charges d’estimer les débits réels qui transite chaque tronçon. Cette
méthode s’applique au calcul des débits qui circulent dans les tronçons définis d’un réseau
maillé qui dessert une série de points de distribution. Cette méthode s’appuie sur la loi des
nœuds exprimant la conservation des débits en chaque nœud et la loi des mailles exprimant que
la perte de charge est nulle le long d’une maille.
Principe de la méthode
Cette méthode est appliquée en tenant compte des débits de route, la répartition initiale des
débits respecte la loi des nœuds et tient compte du débit de service en route. Ici le calcul est
fait avec le débit équivalent, (le débit fictif), de là on en déduit ensuite les débits réels et on
vérifie que la loi des nœuds est bien respectée, la valeur du débit équivalent change quand le
sens du courant change. On simplifier alors le calcul avec le débit en route de dimensionnement
en répartissant le débit en route en deux moitié égales aux nœuds amont et aval de chaque
tronçon.
Qf = 0,5 ×Qr + Qaval
Pour chaque tronçon, les débits et les pertes de charges sont exprimés positivement si
l’écoulement s’effectue dans le sens de circulation choisie et négativement dans le sens
contraire. La méthode consiste à rechercher une correction de débit dq uniforme pour tous les
tronçons de la maille qui permette de respecter la loi des mailles. La correction dq doit être telle
que la perte de charge ∆Η (m) le long de la maille soit nulle.
10
4 3 × Q ×Q ∑ ∆Hi
± ∆Η = 1,1 ×
16
×L dq = −
∆Hi
(m / s )
3
± Q = Q + dq
2×∑
π 2 × K S2 × D 3 Qi
Si tous les dq en valeur absolue sont inférieurs à une petite valeur ε (10-4 à 10-6 m^3/s) on
arrête. Sinon, on va au calcul de dq et des débits corrigés.
Le réseau sera alimenté à partir d’un château d’eau de hauteur sous radier égale à
16,2m avec une pression minimale de 10 mcE.
Le réseau sera composé de conduites en PEHD100 pression nominale 10 bars et de diamètres
Ø75, 90, 110, 125, 140, 180, 200, 250,280.

Les tableaux de dimensionnement sont donnés en annexe.

Présenté par KEMKING SECK TAGOUKAM 11


Avant projet sommaire d’AEP de la ville de TIEBELE

Tableau récapitulatif du dimensionnement du réseau


Pmax
Zmin pour
Tronçons L (m) Qf (l/s) DN (mm) imposé Zmin V (m/s)
P3-P2 320 8,02 125 323,89 11,24 0,841
P2-P4 280 1,17 75 318,49 16,64 0,343
P2-P1 350 3,33 125 323,79 11,34 0,349
P1-P24 100 1,06 75 321,58 13,55 0,310
P5-P6 200 3,78 90 316,76 18,37 0,767
P6-P8 240 1,15 75 313,44 21,69 0,336
RESEAU P6-P7 340 2,21 90 319,13 15,99 0,449
RAMIFIE P12-P10 310 3,73 90 316,72 18,41 0,758
P10-P11 230 1,14 75 314,42 20,71 0,334
P10-P9 250 2,15 90 315,12 20,01 0,437
P14-P16 305 7,96 125 312,20 22,92 0,834
P16-P15 570 1,35 75 305,82 29,30 0,395
P16-P18 370 4,94 125 310,44 24,68 0,518
P18-P17 482 1,30 75 305,38 29,75 0,380
P18-P19 150 3,09 125 310,46 24,67 0,324
P20-P25 222 5,56 110 316,15 18,98 0,756
P25-P21 378 3,23 110 315,88 19,25 0,439
MAILLE P22-P3 780 19,91 200 319,41 15,72 0,816
I P3-P5 490 7,01 125 314,39 20,74 0,735
P5-P12 350 1,66 75 314,24 20,89 0,485
P12-P22 650 2,49 75 325,13 10,00 0,729
P22-P12 650 2,49 75 316,33 18,80 0,729
MAILLE P12-P14 990 1,85 75 319,03 16,10 0,541
II P14-P20 250 11,65 180 316,25 18,87 0,590
P20-P22 113 17,54 180 317,06 18,07 0,888
P23-P22 125 40,80 280 316,56 18,57 0,853

¾ Ouvrages et équipements de sécurité du réseau


Dans l’optique d’assurer la protection du réseau il est prévu d’équiper le réseau :
de vannes d’arrêt, afin d’isoler chacun des tronçons desservant les bornes fontaines. Les
extrémités de distribution seront bouchées par des plaques pleines en fonte.
Dispositifs de vidange
Dispositifs de ventouse, permettent à leur niveau de réaliser automatiquement trois fonctions
suivantes :
L’évacuation de l’air à grand débit pendant le remplissage des conduites
La rentrée de l’air à grand débit pendant la vidange

Présenté par KEMKING SECK TAGOUKAM 12


Avant projet sommaire d’AEP de la ville de TIEBELE

La purge de l’air sous pression chaque fois qu’une poche d’air tend à se créer

¾ Equipements des bornes fontaines


En terme d’équipement on notera les robinets et le compteur d’eau. En terme d’aménagement
on retrouvera une aire de dallage comportant des rigoles de drainage des eaux perdues un puits
d’infiltration

2. Le Reservoir

Le réservoir de stockage permet d’équilibrer le débit constant de l’alimentation à partir de la


ressource et de la demande fluctuante du réseau. Le réseau de stockage devra être assez
important pour équilibrer les différences qui interviennent entre la production et la demande

a. Calage du réservoir
L’implantation du réservoir revient à le placer à une position d’équidistance par rapport aux
consommateurs car cela permet une réduction des longueurs des conduites principales de
distribution par rapport au réservoir. Pour le calcul de la hauteur du réservoir il est important de
se situer à un dominant par rapport à l’ensemble des consommateurs.
Le dimensionnement du réseau d’adduction d’eau nous permet de choisir la cote minimale
exploitable de notre réservoir.
R
P
Z*R =cote du TN + S + ∑ perte.de.ch arg e(∆Η )
ρg X
Il est fixé ici à une cote de Z*R = 325,2 m
Hauteur sous radier 16,2 m

b. Dimensionnement du réservoir
Le réservoir est un ouvrage qui a un rôle de régulation entre les variations des consommations
et des débits d’adduction. Il s’agit ici de déterminer une capacité qui puisse permettre :
le stockage des excédents de pompage pendant les heures de faible consommation.
une consommation du déficit entre le pompage et la consommation pendant les heures.

Tableau prévisionnel des répartitions des consommations sur 24h :


PERIODE CONSO PERIODE CONSO
00h-05h 0,25 11h-12h 1,65
5h-6h 0,6 14h-16h 1,4
6h-9h 2 16h-18h 1,2
9h-11h 1,35 18h-20h 0,9
12h-14h 1 20h24h 0,7

Méthode de calcul de la capacité par le tableau


PERIODE 5 6 9 11 12 14 16 18 20 24
(Qd) DE DEBIT POMPE/h 0 66 66 66 66 0 66 66 66 0

VOLUME pompe tranché 0 66 198 132 66 0 132 132 132 0


VOLUME pompe cumulé
(1) 0 66 264 396 462 462 594 726 858 858
Qd distribué h 9 21 72 48 59 36 50 43 32 25
(Vd) volume distribué
tranche 45 21 215 97 59 72 100 86 64 100

Présenté par KEMKING SECK TAGOUKAM 13


Avant projet sommaire d’AEP de la ville de TIEBELE

(Vdc) volume distribué


cumulé (2) 45 66 281 377 436 508 608 694 758 858
Contenance du réservoir
(1)-(2) 0 0 -17 19 26 -46 -14 32 100 0
Capacité utile du réservoir : CU = 100 + − 46 = 146 m3

REPARTITION GRAPHIQUE DE LA CAPACITE UTILE DU RESERVOIR

1000

900

800

700
VOLUME CUMULE (m3)

600

VOLUME CUMULE POMPE(VPC)


500
VOLUME DISTRIBUE CUMULE(VDC)

400

300

200

100

0
5 6 9 11 14 18 20 24
TEMPS(h)

¾ Réserve incendie
il est nécessaire de toujours disposer d’une réserve non utilisable dans les conditions normales
d’exploitation du réservoir Pour faire face à des sinistre incendies, les professionnels du feu –
SAPEURS POMPIERS ont besoin de disposer d’un débit de 60 m3/h pendant deux heures, soit
un volume incendie de 60*2 = 120 m3.
¾ Capacité totale du réservoir
Des considérations techniques nous amènent à réaliser un réservoir de capacité supérieur à la
capacité utile car cela prend en compte la réserve incendie pour les deux heures.

CT= CU + 120
CT = 266 m3

Présenté par KEMKING SECK TAGOUKAM 14


Avant projet sommaire d’AEP de la ville de TIEBELE

Choix matériaux du réservoir


Avantages Inconvénients

Réservoir Métallique - Poids de la structure - Risque de phénomène de


abordable Corrosion du au contact de
- Facilité de mise en Œuvre l’eau avec le matériaux.
(ex : réservoir préfabriqué) - Technologie nouvelle, peu
maîtrisée en Afrique
- le transport Facile
- disponible pour de faible
volume
Réservoir Béton Armé - Structure durable - Pois de la structure
- Mise en Œuvre pour des Importante
Grandes contenances - Difficulté de mise en
- Structure étanche Œuvre
- Coûts très élevés des
investissements

Compte tenu de la grande capacité du réservoir et des pressions à respecter, nous


proposons la réalisation d’un château d’eau de type tronconique en béton armé de capacité 266
m3 et de hauteur sous radier égale à 16,2

c. Les équipements hydrauliques du réservoir


Le réservoir d’eau comporte des équipements hydrauliques à savoir :
Une conduite de refoulement en DN 250 mm n fonte avec un col de cygne au bout à l’intérieur
de la cuve.
Une conduite de distribution DN280 mm une crépine à sa partie supérieur
Un trop plein en fonte DN100 mm.
Une vidange DN100 mm raccordée à la conduite du trop plein à 2 m sous le radier de la cuve
et qui mène vers un puits d’infiltration.
Un ‘’ By-pass ‘’ qui relie la conduite de refoulement et celle de distribution à 90 cm du sol
avec un robinet vanne. Le diamètre des vannes utilisées est : DN 280 ; DN100 ; DN 250.
D’autres accessoires participent à l’équipement du réservoir
Une échelle métallique permettant de monter ou de descendre pour diverses interventions.
Une porte métallique avec une serrure permettant de fermer la chambre des vannes
Un paratonnerre pour la protection des ouvrages contre les décharges électriques, foudres.
Un indicateur de niveau qui est un appareil permettant la lecture des variations de niveau par
un système de flotteur transmettant les variations de niveau par câble et poulie sur une règle
graduée.
Un logement de conducteur de surface (4* 3)
Un abri du groupe électrogène et du gardien d’une surface de (3m*4m)
Une cabine pour la pompe de surface de superficie (3m * 4 m)

Présenté par KEMKING SECK TAGOUKAM 15


Avant projet sommaire d’AEP de la ville de TIEBELE

Une cheminée d’aération coudée en 3’’ soudée sur le toit du château et protégée par une grille
contre les insectes.
Un trou d’homme muni d’une fermeture étanche.

3. Réseau d’adduction

¾ Dimensionnement des conduites de refoulement


Pour le choix du diamètre des conduites de refoulement, nous avons utilisé la formule
empirique de Bresse et de Bresse modifié ci-dessous :
Formule de Bresse formule de Bresse modifié
D( m ) = 1,5 × Q D( m ) = 0,8 × Q (1 3)
Avec
D : diamètre intérieur en mètre
Q : débit en m3/s.
Les deux formules nous permettent de déterminer les diamètres intérieurs des trois conduites
de refoulement. Mais celle qui nous donne les diamètres intérieurs les plus économique est
celui de Bresse. Notre choix s’est porté sur celle de Bresse car l’on a respecté le souci d’avoir
un coût moindre dans les investissements des conduites par rapport à une réduction des charges
d’exploitation pour celle de Bresse modifié. Pour cela l’on procède au choix des diamètres
nominaux des conduites correspondantes à la formule de Bresse.
Diamètres nominaux pour les conduites de refoulement des forages à la bâche : PEHD PN10
DN Φ 140 mm.
Diamètre nominal pour la conduite de refoulement de la bâche au réservoir : DN Φ 250 mm
(fonte)

La vitesse d’écoulement dans la conduite de refoulement est évaluée en utilisant l’équation de


continuité :
On a: Q = V x S; avec S = п x D1/2/4.
D’où V = 4 x Q/ (п x D2)
S : section de la conduite en m2 Q : débit de la pompe en m3/s
Les vitesse d’écoulements doivent respectées la condition de Flamant suivante :
V (m / s) ≤ 0,60 + D(m)
Pour la pompe immergée nous avons un diamètre PEHD PN10 Ø140 mm et un débit de 22
m3/h, et on obtient : V = 0.51 m/s.
Pour la pompe centrifuge, un diamètre Ø 250 mm (fonte) et un débit de 66 m3/h, pour
V = 0,37 m/s.

VII. Dimensionnement de la bâche


La bâche joue le rôle de relais entre le forage et le réservoir. Notre choix a été porté sur la
bâche pour les raisons suivantes :

Présenté par KEMKING SECK TAGOUKAM 16


Avant projet sommaire d’AEP de la ville de TIEBELE

avantages inconvénients
Bâche - Temps de pompage moins - Coûts très élevés des
élevé investissements dus l’achat de
- Réduction du diamètre de la pompe de surface et de la
refoulement du réservoir construction de la bâche.
lorsque les pompes - Besoin d’une grande espace
fonctionnent simultanément
- Sur le plan technique
réalisation possible
- Temps de pompage moins
élevé
Raccordement en té - Coût des investissements - Le diamètre de la conduite de
pour la connexion des moindres refoulement du réservoir très
trois forages grand cela due au débit élevé
des trois pompes lorsqu’elles
fonctionnent simultanément
- Sur le plan technique la
réalisation n’est pas aisée
- Temps de pompage élevé

Méthode de calcul de la capacité par le tableau


PERIODE 5 6 9 11 12 13 15 18 20 24
Qd DE DEBIT POMPE/h 66 66 66 66 66 66 0 0 0 0
VOLUME pompe tranché 66 66 198 132 66 66 0 0 0 0
VOLUME pompe cumulé
(1) 330 396 594 726 792 858 858 858 858 858
Qd distribué h 0 66 66 66 66 0 66 66 66 0
Vd volume distribué tranche 0 66 198 132 66 0 66 132 132 0
Vdc volume distribué
cumulé (2) 0 66 264 396 462 462 528 726 858 858
Contenance du réservoir
(1)-(2) 330 330 330 330 330 396 330 132 0 0

Capacité utile de la bâche est de 396 m 3 et est située à Z = 306 m. Elle sera en béton armée et
enterrée de dimension suivante:
• Profondeur totale de la fouille est 5,5 m
• Largeur de la bâche est 8 m
• longueur de la bâche 10 m
Le volume de la bâche est de 400 m3. Cette capacité est assez importante pour satisfaire les
besoins journaliers de la population jusqu’à l’horizon 2018, c’est pourquoi notre réservoir sera
en béton armé du type tronconique et la bâche parallélépipédique enterrée en béton armé.

VIII. CHOIX DES POMPES

Présenté par KEMKING SECK TAGOUKAM 17


Avant projet sommaire d’AEP de la ville de TIEBELE

1. Pompe centrifuge
Le débit de pompage de la bâche vers le réservoir est le quotient des besoins du jour de pointe
par le temps de pompage.
B jp
Qp =
Tp
Avec :
Bjp = besoin du jour de pointe
Tp = temps de pompage
Le temps de pompage est également de 13 heures. Ce qui revient à dire que Qp=66m/h ;

La hauteur manométrique de la pompe est égale à la hauteur géométrique totale (Hgeo) ajoutée à
la somme des pertes de charges (Jt).
HMT = Hgeo + Σ perte de charge
La hauteur géométrique totale est égale la somme de la hauteur d’aspiration et de la hauteur de
refoulement de l’eau (Zr).
Ηgeo = Ηa + Ηr
Avec Hr = Zr - Zp = 330,7- 307= 23,7 m et Ha= Zp - Zb=6,00 m

D’où Hgeo = 29,7 m


Les pertes de charges engendrées par la conduite sont des pertes de charges à l’aspiration et au
refoulement sont données par la formule de Manning Strickler :
10
4 3
× Q 2
J T = 1 ,1 × 16
× L
π 2
× K 2
S × D 3

Avec
Q : le débit transitant dans la canalisation m3/s
L : la longueur de la conduite en m
D : le diamètre de la conduite en m
Ks : le cœfficient de rugosité de Manning Strickler
En considérant que les pertes de charges singulières représentent 10 % des pertes de charges
linéaires.
D’où un HMT = 29,76 m

Tableau récapitulatif des Caractéristiques de pompe centrifuge


Les caractéristiques de la pompe de surface
Pompe de surface
Le Débit de refoulement (m3/h) 66
la longueur de Refoulement (m) 140,7
Hauteur d'Aspiration (m) 6,00
Bresse Dth (mm) 203,10
Bresse Modifié Dth (mm) 210,95
D Int économique Conduite 250,0
Perte de charge à l'aspiration 0,002578
les pertes de Charges refoulement 0,060445
La Cote du Réservoir 330,7
Cote du moteur centrifuge 307

Présenté par KEMKING SECK TAGOUKAM 18


Avant projet sommaire d’AEP de la ville de TIEBELE

La HMT 29,76
La Vitesse dans la Conduite (m/s) 0,37
Le type de Pompe Choisi NB 65 – 160/ 157
Le type de Moteur Choisi MMG 160 MA – E / MMG 160 MA – D

Les caractéristiques de la pompe choisie sont :


Type de la pompe : NB 65 – 160/ 157
Type de moteur : MMG 160 MA – E / MMG 160 MA – D
Puissance nominale du moteur : 11 kW
Rendement du moteur : 89,3%
Rendement de la pompe : 75%
Cos φ: 0.89
N = 2930 tr / min
In = 20, 2 / 11, 6 A
Id/In = 5, 6

Courbe caractéristique de la pompe centrifuge


courbe caractéristique de determination point de fonctionnment de la pompe

40,00

35,00

30,00

Courbe conduite
Hmt (m)

25,00
courbe Pompe

20,00

15,00

10,00
00

00

00

00

00

00
,0

,0

,0

,0

,0

,0

,0

,0

,0
0,

0,

0,

0,

0,

0,
10

20

30

40

50

60

70

80

90

10

11

12

13

14

Débits (m3/h)

Le point de fonctionnement est : HMT = 30 m ; Q = 100 m3/h

¾ Vérification de la cavitation
Elle revient à la détermination de la charge nette à l’aspiration disponible (NPSHd)
Patm
NPSHd = − Ha − Ja Où Ja : perte de charge à l’aspiration
ϕ×g
Pv
Lorsque NPSHd < + NPSHr alors on parle de risque de cavitation dans le cas
ϕ×g
contraire pas de risque de cavitation.

Présenté par KEMKING SECK TAGOUKAM 19


Avant projet sommaire d’AEP de la ville de TIEBELE

La NPSHr ou charge nette à l’aspiration requis ne dépend pas de l’installation de la pompe,


elle est fournie par le constructeur. La NPSHr lu sur l’abaque de GRUNSFOS des courbes de
performance est égale : NPSHr= 1,9, pour Q= 66 m3/h.
Calcul de la charge nette disponible : NPSHd = 10,33 – 0 ,012* 307 – 6 - 0,00505
NPSHd = 3,957
Avec l’abaque qui donne la relation entre la tension de vapeur et la température du liquide, on
Pv
a, à T =35 °c une pression de vapeur saturante = 0,51 m,
ϕ×g
Pv
D’où une + NPSHr = 0,51 + 1,9 = 2,41
ϕ×g
Pv
Alors on a NPSHd > + NPSHr
ϕ×g
Nous dirons donc qu’il n’y a pas de risque de cavitation

¾ Vérification du coup de bélier


un coup de bélier est un phénomène de variation de pression, elle consiste en quelque sorte à
une présence de dépression et de surpression alternatives, provoqué par une modification
brusque dans la conduite. L’utilisation d’équipement de protection contre les effets de coup de
bélier est nécessaire lorsqu’il y’a surpression. C'est-à-dire po + ∆Η > PMA.
Dans le cas de notre projet, nous avons choisi une pompe centrifuge dont les caractéristiques
sont au point de fonctionnement le HMT = 30 m ; Q = 100 m3/h et une conduite de
refoulement en fonte ductile PN10.
En général on prend la pression maximale admissible (PMA) à 20% de dépassement de la
pression nominale c’est dire PMA=1,2PN en incluant les coups de bélier et une pression de
fonctionnement admissible (PFA) égale à la pression nominale.
PMA = 1, 2 PFA = 12Bar =120mcE
∆Η = surpression engendre par le phénomène de coup de bélier

a×v
D’après la formule de ALLIEVI ∆Η =
g
Avec a = 1000 m /s pour les fontes requise pour les études en hydraulique générale et
applique, on a pour une vitesse de fonctionnement
4×Qf 4 × (100 3600
v0 = = = 0,566 m/s
Π×D 2
Π × (250 1000) 2
a×v 1000 × 0,566
La suppression ∆Η = = = 57,69 m
g 9,81
La pression entre 30+57,69 m < PMA=120m

Alors pour notre cas on ne risque pas de phénomène de coup de bélier.

2. Pompe immergée
la hauteur manométrique de la pompe est égale à la hauteur géométrique totale (Hgeo) ajoutée à
la somme des pertes de charges (Jt).
HMT = Hgeo + Σ perte de charge
La hauteur géométrique totale est égale à la cote de la bâche moins la cote du niveau
dynamique.
Ηgeo = Ηr Avec Hr = Zb – Zd

Présenté par KEMKING SECK TAGOUKAM 20


Avant projet sommaire d’AEP de la ville de TIEBELE

Pompe N°1 Hr= 306 - 278,04 =27,96 m ; HMT = 29,18 m


Pompe N°2 Hr= 306 – 280 = 26 m ; HMT = 26,06 m
Pompe N°3 Hr= 306 – 278 = 28 m ; HMT =29,10 m
Les Courbes caractéristiques des pompes immergées ont été déterminées par le logiciel
GRUNDFOS.
Caractéristiques des pompes immergées
Pompe N°1 Pompe N°2 Pompe N°3
Le Débit de refoulement (m3/h) 22 22 22
la longueur de Refoulement (m) 592 27 532
Bresse Dth (mm) 117,26 117,26 117,26
Bresse Modifié Dth (mm) 146,26 146,26 146,26
D Int économique Conduite 123,4 123,4 123,4
les pertes de Charges totales 1,220333 0,055657 1,096650
La Cote du niveau Dynamique 278,04 280 278
La Cote de la Bâche 306
La Cote du Réservoir 330,7 330,7 330,7
La HMT 29,18 26,06 29,10
La Vitesse dans la Conduite (m/s) 0,51 0,51 0,51
Le type de Pompe Choisi SP30-4 SP30-3 SP30-4

Pompe 1et 3 Pompe 2


Type de la pompe : SP 30-4 Type de la pompe : SP.30- 3
Type de moteur : MS 4000 Type de moteur : MS 4000
Puissance nominale : 4 kW Puissance nominale : 3 KW
Rendement moteur : 79% Rendement moteur : 79%
Rendement pompe : 73,7 % Rendement pompe : 71,7%
Cosφ : 0, 74 Cosφ : 0,68
In= 9,6 A In = 7,85 A
Ireel = 8,06 A Iréel = 6,59 A
P1 = 4,14 KW P1 = 3,1 KW
P2 = 3,27 KW P2 = 2,32 KW
Point de fonctionnement de la pompe Point de fonctionnement de la pompe
HMT = 32, 5 m HMT = 26,5 m
Q =27,3 m3/h Q =23 m3/h

Présenté par KEMKING SECK TAGOUKAM 21


Avant projet sommaire d’AEP de la ville de TIEBELE

COURBE CARACTERISTIQUE DE LA POMPE 1 et 3

Le point de fonctionnement des pompes 1 et 3 est : Q = 27,3 m3/h et HMT = 32,5 m

Présenté par KEMKING SECK TAGOUKAM 22


Avant projet sommaire d’AEP de la ville de TIEBELE

COURBE CARACTERISTIQUE DE LA POMPE 2

Le point de fonctionnement de la pompes 2 est : Q = 23 m3/h et HMT = 26,5 m

Présenté par KEMKING SECK TAGOUKAM 23


Avant projet sommaire d’AEP de la ville de TIEBELE

IX. LE TRAITEMENT PAR LE CHLORE


Les besoins journaliers de la population sont de 858 m3 pour un débit de 66 m3/h. Le
traitement de l’eau se fera à l’aide de l’hypochlorite de calcium titré à 40° chlorométrie
D’après le rapport technique de l’ONEA la demande en chlore est compris entre 1et 2,3 mg/l
d’eau avec une demande en chlore résiduel de 0,2 mg/l. dans notre cas on choisira une
demande en chlore 2,3 mg/l et un chlore résiduel de 0,2 mg/l ce qui nous donne une dose de
traitement de chlore de 2,5 mg/l.
1. Consommation journalière de chlore

Cj chlore = 858 * 2,5 = 2145 g/j


Masse de chlore dans un litre d’eau de javel titré à 40°
1° vaut 3,17 g/l d’eau de javel et 40° vaut 126,8 g/l d’eau de javel
Le volume journalier d’eau de javel est : 2145/126,8 = 16,92 l/j

Le volume journalier de la solution de chlore concentrée à 10 g de chlore par litre.


Vj = m/C = 2145/ 10 = 214,5 l
Le temps de fonctionnement est de 858/66 =13h
Le débit d’une pompe doseuse est de : 214,5/13 = 16,5 l/h.
Pour la préparation de la solution de chlore concentrée à 10g de chlore par litre ,il faut 16,92 l
d’eau de javel titré à 40° avec ( 214,5 l – 16,92 ) = 197,58 l d’eau de dilution . Cette
préparation se fera dans un fût de 200 l.
Le traitement est prévu dans la colonne montante de la conduite de refoulement à partir de la
pompe doseuse.

2. Temps minimal de contact du chlore


Toute eau pompe à partir d’un forage nécessite un traitement, c’est pour des mesures de
sécurité. C’est pour cette raison qu’on fait seulement une désinfection, c’est suffisant pour le

Présenté par KEMKING SECK TAGOUKAM 24


Avant projet sommaire d’AEP de la ville de TIEBELE

traitement comme il s’agit d’une eau souterraine. Des désinfectants comme le chlore ont
besoin d’un temps de contact pour que leur effet soit effectif. Aussi on est amené à assurer que
la capacité utile retenue autorise un temps de séjour supérieur ou égale au temps de contact
nécessaire du désinfectant. Dans le cas du chlore ce temps de contact est de deux heures.
CU (m3)
TS = ≥ 2heures
QC (m3 / h)
Ainsi dans notre cas TS= 2,04 h.

3. Durée d’efficacité du chlore.


L’un des critères de choix du désinfectant est son pouvoir rémanent. Existence d’un produit
résiduel pour la protection contre les pollutions ultérieures. Il est établi qu’au bout de 48 heures
le chlore résiduel dans l’eau, même si il n’est utilisé sollicité pour combattre une pollution, se
volatilise dans l’atmosphère. Aussi l’on est amené à vérifier que la capacité utile n’autorise pas
un temps de séjour supérieur à deux jours.
CU (m3)
TS = ≤ 2 jours
Q(m3 / jour )
Ainsi dans notre cas TS= 0,17 jour.

X. LE CHOIX DE LA POMPE DOSEUSE

¾ Caractéristique de la pompe doseuse


On a utilisé le catalogue de GRUNDFOS
Type de la pompe : DME 19-6 A 6 DP / E/ C-F-3122F
Puissance nominale : 50 W
Pression : 6,2 bars
Tension de la pompe : 230 V
Cos φ: 1
Rendement = 0,9
Débit pompé: 18,5 l/h
Bille pompe : céramique
Joint : EPDM

XI. DISPOSITION CONSTRUCTIVE


1. Exécution des fouilles
Les tranchées pour tuyaux sont exécutées verticalement jusqu’au font de la fouille. La largeur
de la tranchée, au fond, entre blindages s’ils existent, est au moins égale au diamètre extérieur
du tuyau avec des sur largeurs de 0,30 mètre de part et d’autre de la canalisation. La longueur
maximale des fouilles qui peuvent rester ouvertes sera précisée dans le C.C.T.P.
Sauf cas particulier le fond de fouille est réglé avec une pente longitudinale d’au moins 4 pour
mille, ce qui permet une montée de l’air en chaque point haut. Il sera tenu compte d’un lit de
pose en sable de dune de 10cm bien damé et la mise en place du remblai en fond de tranchée
jusqu’à une hauteur uniforme de 0,2m au dessus de la génératrice supérieure de la canalisation
est effectuée soigneusement à la main à l’aide de sable d’apport. Le remblai est soigneusement
damé par des couches de 20cm en sable de fouille sur toute sa hauteur afin de réaliser un calage
efficace de la canalisation en vue de s’opposer à tout déboîtement au niveau des joints. Le
remblaiement ne commence qu’après exécution des regards de visite de manière à éviter
l’interruption du remblai suivant les talus au droit des ouvrages. La tolérance concernant les
niveaux de remblaiement est de +3cm.

Présenté par KEMKING SECK TAGOUKAM 25


Avant projet sommaire d’AEP de la ville de TIEBELE

2. Exécution des regards


Les regards sont de La construction des regards profonds obéit aux mêmes contraintes que les
canalisations. Les regards sont disposés aux emplacements prévus sur les plans d’exécution, ils
seront placés à chaque changement de direction. A cet effet, on peut noter deux types de
regards : regards de visites et regards de branchement. Les dimensions de ces regards sont
variables. Cette variété est due à leur emplacement et leur fonctionnalité. Les regards de visite
seront ainsi construits en béton armé dosé à 350 kg / m 3 avec une dalle de couverture
comportant un tampon en fonte ductile pouvant supporter le trafic lourd (20 tonnes). Ils sont
d’une section intérieure de 1.20 m × 1.20 m, sauf indication contraire et une profondeur variable.
Des ouvrages de traversée seront réalisés pour permettre une sécurisation des conduites .Ces
ouvrages sont en quelques sortes des regards de dimension très grandes (de
section 1.50 m × 1.50 m, ). Par exemple un regard 2.00 m × 2.00 m, sera mise en place pour le
nœud P22 qui au carrefour de la route principale.

3. Branchement
Pour éviter des piquages multiples sur les conduites de transit, on effectuera un branchement
principal et à partir duquel on réalisera les Branchements particuliers sur des conduites latérales
comme indiquées dans le fascicule 71.
Les prises de branchement sont réalisées de façon à conserver la résistance intrinsèque de la
conduite principale, l’étanchéité, la durabilité de l’installation.

XII. SOURCE D’ENERGIE


Vu qu’il n’y a aucun réseau public d’électricité dans la Zone, nous proposerons une étude
technico-économique comparée des deux sources potentielles d’énergie à mettre en Œuvre dans
le cadre de ce projet.
1. Pompage par groupe électrogène diesel

De façon générale :
Pu Pa
Pa = Et S=
rendement cos ϕ

Pa : en watt (W)
V : Tension entre phase et neutre en volt (V)
U : Tension entre phases en volt (V)
I : en Ampère (Courant absorbé)
Cosϕ : Facteur de puissance

Pour le dimensionnement du groupe électrogène nous avions utilisé les formules suivantes :
1
Puissance active au démarrage (KW) : Pact = 3 × In × Kd ×U × 3 2 × Cosφ
d
1
Puissance apparente au démarrage (KVA): Papm = In ×U × 3 2

Il faut noter ici que, Kd est le coefficient de simultanéité qui est prise en compte parce qu’il
y a des horaires tous les appareil ne marche pas au même moment. Le Coefficient de

Présenté par KEMKING SECK TAGOUKAM 26


Avant projet sommaire d’AEP de la ville de TIEBELE

foisonnement est prise ici 10%. Nous avions estimé en gros un coefficient d’Estention de 10%
(Prévu pour les ampoules, prise …etc.).

LE CHOIX DU GROUPE ELECTROGENE


Pompe de
Caractéristique Pompe 1 Pompe 2 Pompe 3 Surface Pompe Doseuse
courant nominal In (A) 9,6 7,8 9,6 20,2
courant Id (A) 28,8 23,4 28,8 113,12
Kd 0,9 0,9 0,9 0,9 0,9
Tension U (V) 380 380 380 380 230
Facteur de puissance
Cos Φ 0,74 0,68 0,74 0,89 1
Rendement 0,58223 0,56643 0,58223 0,69 0,9
Puissance nominale
(kW) 4 3 4 11 0,05
Pactive au démarrage
(KW) 11,36 8,48 11,36 28,75
Sapparante au démarrage
(KVA) 32,56 27,19 32,56 107,90
Puissance Sa (KVA) 200,21 0,05
Coefficient de
foisonnement (10%) 1,1
Estention pour appareil
(10%) 1,1
Puissance totale (KVA) 242,31
Les caractéristiques du Groupe Electrogène :
Marque SDMO Triphasé 50Hz 230/400V
Caractéristique : Groupe V275K (PRP)
PUISSANCE TOTALE : 250 KVA
Facteur de Puissance : cos ϕ =0,8
Moteur de type : TAD734GE
Dimension : NA
Réservoir : 390 L
Consommation : ¾ L par heure= 42,6 L

Présenté par KEMKING SECK TAGOUKAM 27


Avant projet sommaire d’AEP de la ville de TIEBELE

2. LE Pompage photovoltaïque

Le paramètre nécessaire et suffisant est le rayonnement solaire total journalier moyen


mensuel Ei (en kWh/m2.jour) dans le plan des modules. Il se détermine à partir du rayonnement
global (total du rayonnement direct et du rayonnement diffus sur un plan horizontal) et de
l'inclinaison des modules (au minimum 15 degrés pour permettre l'évacuation de l'eau de pluie
et un minimum de nettoyage naturel), orientés vers l'équateur.

Ces données sont celles recueillies en 2007.

Présenté par KEMKING SECK TAGOUKAM 28


Avant projet sommaire d’AEP de la ville de TIEBELE

Source : Données tirées du projet d’alimentation en eau du village de Poédogo, près de Ouagadougou (Burkina Faso).

Le mois le plus défavorable est le mois d’Août, avec un ensoleillement moyen de 4,9KWh/m²/j.
La température moyenne de fonctionnement est comprise entre 25-45°C.
Cette valeur de l’ensoleillement moyen nous à aider à calculer la puissance des module
photovoltaïque.
Q × Hmt
Ejp = 2,725 ×
η pome × η moteur

Q j × Hmt
Pc = 2,725 ×
Ei × Kp × η pome × η moteur
3
Qj : Besoin journalier en eau (m /j) ;
η ond : Rendement de l’onduleur ;
η mp : Rendement du groupe motopompe
Hmt : Hauteur manométrique totale (m)
Ejp : Energie journalière requise par le système de pompage complet (Wh/jour)
Ei : Rayonnement total journalier moyen mensuel (kWh/m².j)
Kp : Coefficient de productivité du système photovoltaïque
Pc en Wc
Pour les applications en sites isolés en climat chaud, Kp, coefficient de productivité du
générateur est typiquement comprise entre 0,5 et 0,55 pour les systèmes photovoltaïques
autonomes avec batteries.

LE CHOIX DES PANNEAUX SOLAIRES


Caractéristique Pompe 1 Pompe 2 Pompe 3 Pompe de Pompe Doseuse

Présenté par KEMKING SECK TAGOUKAM 29


Avant projet sommaire d’AEP de la ville de TIEBELE

surface
Puissance nominale
(KW) 4 3 4 11 0,05
Facteur de Puissance 0,74 0,68 0,74 0,89 0,75
Débits Q (m3/h/j) 22 22 22 66
HMT (m) 29,19 26,06 29,10 29,76
rendement pompe (%) 0,737 0,72 0,737 0,75 0,90
rendement moteur (%) 0,790 0,790 0,790 0,893
temps de fonctionnement
(h/j) 13,00 13,00 13,00 13 13,00
rendement onduleur 0,900 0,900 0,900 0,900 0,900
Energie journalière (Ejp)
en (KWh) 43,414 39,840 43,280 115,433 0,80
Energie Totale (Ej) en
(KWh) 267,047
Cœfficient de
productivité Kp 0,550
Ensoleillement Ei en
(KWh/m².j) 4,900
Puissance du Générateur
(KWc) 99,090

¾ Choix du module :
ConergyPowerPlus 230Wp marque allemande
Tension = 30 V
Rendement= 14,13%
Vgénétrateur 48
Ns = = =1,6 ≈ 2
V mod ule 30
Pc 99090
Nb = = =216 branches
Pm × Ns 230 × 2
On a en tout une plaque solaire de 432 modules de 230Wp/30V de dimensions :
1.651 × 986 × 46 mm

¾ Choix de batterie :
Marque HAWKER de type TZS24 (8bornes)
Capacité de 4580Ah sous T°C=25 et 120h/1,85 V
Dimension : 575× 212× 813 mm

¾ Dimensionnement de la Batterie d’accumulateur

Présenté par KEMKING SECK TAGOUKAM 30


Avant projet sommaire d’AEP de la ville de TIEBELE

⎧ N jour − Auto = nonbre _ de _ jour _ d ' autonomie = 5 jours


E jp × N jour − Auto⎪
C Ah = ⎨ DM = taux _ de _ déch arg e _ profonde _ de _ la _ battérie = 80%
VBatt × η Accu × DM ⎪
⎩ η Accu = rendement _ accumulateur = 90%

Vbatterie 48
Ns = = =26
Vaccumulateur 1,85
C 38635,27
Nb = Ah = =9 branches
C Accu 4580
On donc une batterie : de 234 accumulateurs

¾ Choix d’un onduleur CC/CA

P1 P2 P3 P4 P5
S= + + + +
cos ϕ1 cos ϕ 2 cos ϕ 3 cos ϕ 4 cos ϕ 5

Ou les Pi : représentent la puissance des différentes pompes


Cos ϕ i : leur facteur de puissance respective

4000 3000 4000 11000 50


On a donc S = + + + + = 27632 VA
0,74 0,68 0,74 0,89 1
Notre choix est porté sur un onduleur de 30KVA 48V /380V Marque HAWSER

ETUDE TECNICO-ECONOMIQUE

POMPAGE THERMIQUE POMPAGE SOLAIRE


Désignation Quantité Coût (FCFA) Désignation Quantité Coût (FCFA)
Groupe 432 modules de 230Wp/30V 432 432× 500000=
électrogène 1 10.550.000 216.000.000
(250KVA)
1 669.110 Batterie d’accumulateur 234 234× 75.000=
Local du Marque HAWKER de type
groupe TZS24 (8bornes) 17.550.000
u 300.000 Accessoire (Onduleur, câble, u 1.100.000
Accessoire convertisseur…etc.)
Cube de 1 70.000 Local des batteries 1 669.110
stockage
Diesel
TOTAL 11.589.110 TOTAL 235.349.110

Dans l’optique de faire un dimensionnement économique, nous sommes amenés à choisir une
alimentation avec le groupe électrogène.

XIII. MODE DE GESTION ET D’EXPLOITATION

Présenté par KEMKING SECK TAGOUKAM 31


Avant projet sommaire d’AEP de la ville de TIEBELE

L’expérience montre que beaucoup de projet d’Approvisionnement en Eau Potable reste


encore mal gérer et parfois laissé à leur propre fonctionnement. Plusieurs facteurs liés les uns
aux autres sont à l’origine de ces échecs :
• Manque de responsabilisation effective quant à la gestion de l’équipement, notamment
pour la prise en charge par les utilisateurs des coûts récurrents liés à l’exploitation de la
pompe,
• Manque d’information et de sensibilisation des bénéficiaires,
• Très faible participation des populations au moment de la mise en oeuvre du projet,
• Un environnement technologique peu favorable pour les interventions en milieu rural.
Le choix du mode d’exploitation et du type de maintenance dépend d’abord de la constitution
de l’équipement et de ses besoins de maintenance (le fonctionnement et la sensibilité des
équipements par rapport à la continuité du service). Ainsi, pour déterminer le mode de gestion
et d’exploitation la mieux adaptée pour équipements à réaliser, il faut :
• Faire l’inventaire de ses équipements, puis à les classer en fonction de leur importance
avec leur Nomenclature (ex : Tableaux de carnet sur les Nœuds et plan du réseau en
annexes de ce projet).
• Répertorier dans un dossier complet ou sous forme de base de Donnés tout ce qui
récapitule les installations et constructions existantes régulièrement mis à jour afin de
faciliter leur opération et leur maintenance.
De ce fait, plusieurs modes de gestion des ouvrages d’Approvisionnement en Eau Potable
existent. Nous ne sauront rester muet devant cette immensité, nous essayerons de faire autant
que peu une étude sur plusieurs mode de gestion existant en présentant un tableau d’avantage et
d’inconvénient de chacune d’elle, afin de proposer un mode de gestion a soumettre aux
autorités communales.
On distingue respectivement :
• Mode gestion par les exploitants Délégués
• Mode de gestion direct par l’Etat ou la commune
• Mode de gestion par les collectivités locales ou les associations de base
• Mode de gestion par les organismes d’intermédiation

Présenté par KEMKING SECK TAGOUKAM 32


Avant projet sommaire d’AEP de la ville de TIEBELE

TABLEAUX D’ANALYSE COMPARATIVE DE DIVERS MODE DE GESTION D’APPROVISIONNEMENT EN EAU POTABLE

Mode de gestion et d’exploitation


envisageables DEFINITION AVANTAGE INCONVENIENT

L’Etat ou la Commune a financé - Equipement restant la propriété - Mauvaise suivie des Equipements par
les équipements. Ceux-ci sont de la commune. l’entreprise à qui n’appartient pas les
confiés à une entreprise (le - L’entreprise fournie un Service équipements.
Fermier) qui les fait fonctionner de qualité et bien adapter a la - Manque de comité de suivie des
avec son personnel, mais l’Etat ou demande des usagers. usagers
AFFERNAGE la Commune en reste propriétaire. - Améliorer le service de proximité - La commune ne s’intéresse qu’à son
en responsabilisant un tiers proche gain, les usagers soient mis à l’écart de
des usagers et potentiellement la gestion des équipements,
soumis à leur pression - Devant l’état ou la commune
l’entreprise n’a pas la prétention de
représenter les usagers ou de parler en
leur nom, le contrat signé avec la
commune est pour préserver ses intérêts.
- Equipement restant la propriété - Compte tenu de la nécessité pour
L’entreprise a financé les de la commune, dès la réalisation l’entreprise d’amortir ses
équipements et les fait fonctionner des installations par l’entreprise. investissements, on a un coût très élevé
avec son personnel. Elle se - Responsabilisation effective lié a l’exploitation, ce qui condamne
rémunère directement auprès des quant à la gestion de l’équipement, une partie des usagers au recours d’autre
abonnés. La régie peut prendre du fait des équipements ressource.
plusieurs formes : appartenant à l’entreprise - Gestion souvent assurées par des
CONCESSION Service de l’Etat, - Rigueur sur la gestion des délégués souvent Bénévoles
Autonomie financière, ouvrages et des personnels - l’entreprise est frustrée dans certain
Etablissement public ou - L’entreprise fournie un Service cas de ne bénéficier d’aucune Légitimité
Société d’Etat. de qualité et bien adapter a la juridique tant auprès de l’administration
demande des usagers. centrale que par les collectivités
- alléger les coûts de gestion de locales.
l’autorité concédante en

Présenté par KEMKING SECK TAGOUKAM 33


Avant projet sommaire d’AEP de la ville de TIEBELE

délocalisant l’aléa d’exploitation

- Equipement appartient à la - Ce type d’opérateur n’a pas la


L’Etat a financé les équipements et commune prétention de représenter les usagers ou
GERANCE ou DELAGATION les a confiés à une entreprise qui - L’entreprise fournie un Service de parler en leur nom.
les fait fonctionner avec son de qualité et bien adapter a la - Vente d’eau par les usagers privés
personnel. demande des usagers.
Les abonnés paient leurs factures
soit au gérant qui verse la totalité à
l’Etat, soit directement à l'Etat. En
contrepartie, l’Etat rémunère le
gérant
- Désengagement de l’état face à ses
- Equipement appartient à la responsabilités.
L’Etat ou Commune a financé les commune. - Irresponsabilité du personnel vis-à-vis
équipements et les fait fonctionner - La commune a souci de leur service et Manque de personnels
REGIE avec son personnel. Il se rémunère d’approvisionner ses sujets en eau qualifiés pour la maintenance des
directement auprès des usagers de bonne qualité et de bonne équipements, ce qui occasionne la
quantité. détérioration de nombreuses
- Coût de distribution de l’eau a installations locales par conséquence la
la portée de l’usager. distribution d’une eau de mauvaise
qualité au usager (perte en eau du aux
fuites…)

Présenté par KEMKING SECK TAGOUKAM 34


Avant projet sommaire d’AEP de la ville de TIEBELE

- Assure la participation de la - La collectivité risque de se cantonne


La gestion est effectuée par les population c'est-à-dire leur au rôle de courroie de transmission entre
usagers eux-mêmes organisés en responsabilisation et leur les usagers et la commune.
Comité ou Association des usagers représentation. - La professionnalisation des membres
GESTION COMMUNAUTAIRE (collectivités locales dans les - La pérennité du dispositif en des comités de gestion pas satisfaisant et
grande villes ou association de base prévoyant explicitement les constitue un enjeu important.
dans les quartiers défavorisés des modalités de financement du
grandes villes fonctionnement et de la
maintenance (tarifs et modalités de
recouvrement).
- La pérennité quelques fois du
renouvellement partiel des
installation (avec un processus
d’épargne plus ou mois forcée
organisé par le comité de gestion).
- Limitation des charges de gestion
- Assure la participation de la
La gestion est effectuée d’une par population c'est-à-dire leur
l’état ou la commune et d’autre par responsabilisation et leur - La collectivité risque de se cantonne
les usagers eux-mêmes organisés représentation. au rôle de courroie de transmission entre
GESTION PARTAGE en Association, ici le comité de - La pérennité du dispositif en les usagers et la commune
l’Association des usagers rend prévoyant explicitement les
compte à la commune. modalités de financement du
fonctionnement et de la
maintenance (tarifs et modalités de
recouvrement).
- La pérennité quelques fois du
renouvellement partiel des
installation (avec un processus
d’épargne plus ou mois forcée
organisé par le comité de gestion).
- Limitation des charges de gestion.

Présenté par KEMKING SECK TAGOUKAM 35


Avant projet sommaire d’AEP de la ville de TIEBELE

Ce sont des nouveaux venus dans - Confrontés au manque de - Position difficilement conviviale
le secteur de la distribution de l’eau Communication et de Négociation
potable. Ce sont entre autre les entre les représentants de l’état et - Intervention Temporaire, il es censé
GESTION PAR LES ONG et les Bureaux d’études donc ceux des usagers, des ONG et des se retirer dès que des mécanismes de
ORGANISMES leur action est concentré sur bureaux d’étude prennent une place négociation entre les acteurs locaux se
D’INTERMEDIATION l’intermédiation entre des acteurs centrale dans la négociation de sont mis en place.
incontournables, mais qui on du à nouveaux modes de gestion des
collaborer ou dialoguer (les services publics dans les grandes - Rôle d’arbitrage dans les conflits
services techniques de l’Etat et les villes. entre les acteurs locaux qui dépassent
association d’usagers par - intérêt pour les acteurs locaux quelque peu leur vocation
exemples) de pouvoir recourir à un arbitre
neutre en cas de conflit

Présenté par KEMKING SECK TAGOUKAM 36


Avant projet sommaire d’AEP de la ville de TIEBELE

Face à cette diversité, pour notre commune, nous avions opté pour un mode de Gestion
Partagé : une gestion au cours duquel un certain nombre des prérogatives sera transféré aux
collectivités locales élues(population BF en particulier) qui s’administrerons librement, étant
seulement soumise au contrôle à posteriori (tribunaux administratifs …). Parallèlement, on a
l’existence d’un service de maintenance et contrôle qui est assuré, soi par une entreprise privé,
soi par l’association des usagers bien organisé.
Cette gestion partagée se doit de tenir compte de l’approche cohérente concernant :
¾ L’organisation du comité de gestion et son rapport avec les structures locales
¾ Le rôle des usagers
¾ Les rapports entre projets et politique nationale
¾ Les rapports entre différents intervenant
¾ La prise en charges des différents coûts

¾ L’organisation du comité de gestion et son rapport avec les structures locales


Pour faire face aux activités d'Exploitation et de Maintenance, il est indispensable d’avoir
un service de gestion d’eau bien établit et bien Structuré et ayant de bonnes relations avec les
autres structures locale. Pour le cas de notre projet, nous proposons un comite de gestion qui
se compose comme suit :
- Un Président
- Un Secrétaire
- Un commissaire au compte
- Un Trésorier
- Deux Agents de contrôle ;
Le comité est formé des usagers de la commune et les rôles de chaque membre du comité
devront être défini à l’avance.
¾ Le rôle des usagers
Pour tout projet d’AEP, il est important de sensibiliser les usagers afin de leur montrer
l’enjeu que porte le projet. Ainsi, lorsque le projet est mis en place, ils comprennent mieux
l’importance des différentes Equipements mise en place et contribuât à leur bonne utilisation.
Nous proposons une sensibilisation des usagers avant et après la réalisation du projet.

¾ Les rapports entre projets et politique nationale

Les projets présentent souvent un caractère introverti. Pour éviter les imprévus et satisfaire
les donneurs d'ordre (bailleurs de fonds et administrations centrales), il faudrait qu’avant le
projet, le maître d’ouvrage (Etat ou commune) et l’entreprise s’entende sur la façon de gérer
l’évolution du projet.

¾ Les rapports entre différents intervenants

Il faut dire que le rapport entre les différents intervenants dans un projet d’AEP reste
toujours conflictuel comme dans tout autre projet, mais dans le soucie d’Approvisionner la
population en eau potable, les différents intervenants doivent se montrer a la hauteur de leur
grandeur et ouvrir un champ de dialogue entre eux. Ce dialogue sera défini par le statut qui
accompagne chaque structure intervenante dans le projet. La légitimité de chaque structure
jouant un rôle primordial. Nous présenterons à la suite organigramme des rapports entre les
différents intervenants pour la GESTION PARTAGE d’un projet d’AEP

Présenté par KEMKING SECK TAGOUKAM 37


Avant projet sommaire d’AEP de la ville de TIEBELE

COMMUNE
Branchement
Privé Tribunaux
Administratifs

Entreprise Privé ou
Association des COMITE DE
usagers GESTION
(Assure la (Rend compte à
maintenance) commune)

Point de vente d’eau par


des Fonteniers
Rémunéré /mois
(Rend compte au comité
de gestion)

Agent de Contrôle

Usagers

¾ La prise en charges des différents coûts


Nous proposons de fournir un service à coût modéré pour permettre à la population de la
commune d’avoir accès a l’eau potable a moindre coût et en participant par leur effort
personnel. Le sens du mot participation inclus à la fois la participation financière, prise en
charge des ouvrages par la population et leur participation a l’entretien.
L’étude du coût de vente du mètre cube se fera dans les lignes qui suivent.

Présenté par KEMKING SECK TAGOUKAM 38


Avant projet sommaire d’AEP de la ville de TIEBELE

XIV. ETUDE ECONOMIQUE


1. Devis estimatif et coût du projet

Nous apportons l’indication selon laquelle, les prix qui seront mentionnés dans cette
estimation sont à titre indicatif. Par ailleurs, la devise utilisée est le Franc CFA. Nous
obtenons le tableau suivant :

N° Désignation des ouvrages unité quantité Pu PT


(FCFA) (FCFA)
I. RESEAU DE DISTRIBUTION
1 Equipement hydraulique
1.2 Fouille en tranchée en terrain de catégorie
m3 8339,15 2.000 16.678.300
2, profondeur<2,5m Evacuation des déblais
excédentaires
1.3 Remblai avec apport de sable (lit de pose et
m3 3645,19 8.500 30.984.115
enrobase) pour 1m3
1.4 Remblai provenant des déblais (tout venant)
m3 4071,67 700 2.850.169

1.5 Fourniture et pose de canalisation PEHD ml 3874,27 5.500 21.308.485


DN 75 PN 10
1.7 Fourniture et pose de canalisation PEHD ml 1096,52 5.500 6.030.860
DN90 PN 10
1.8 Fourniture et pose de canalisation PEHD ml 702,09 6.500 4.563.585
DN 110 PN 10
1.9 Fourniture et pose de canalisation PEHD ml 2227,79 7.800 17.376.762
DN 125 PN 10
1.10 Fourniture et pose de canalisation PEHD ml 111,52 9.000 1.003.680
DN 180 PN 10
1.11 Fourniture et pose de canalisation PEHD ml 778,33 9.500 7.394.135
DN 200 PN 10
1.12 Fourniture et pose de canalisation PEHD ml 125,91 11.500 1.447.965
DN 280 PN 10
2 Equipement de Raccordement au Noeud
2.1 Fourniture et pose de robinet – vanne U 20 150.000 3.000.000
2.2 Bride à emboîtement U 32 110.000 3.520.000
2.3 Pose de robinet (pour borne fontaine) U 70 50.000 3.500.000
2.4 Compteur d’eau (pour borne fontaine) U 75 30.000 2.250.000
2.5 Fourniture et pose de Té à bride PN 10 U 10 120.000 1.200.000
2.6 Ventouse U 3 676.300 2028900
2.7 vidange U 2 55.000 110.000
2.8 Réducteur de cone U 5 170.000 850.000

Présenté par KEMKING SECK TAGOUKAM 39


Avant projet sommaire d’AEP de la ville de TIEBELE

2.9 Plaque pleine U 5 25.000 125.000


II. STATION DE POMPAGE
1 EQUIPEMENTS
ELECTROMECANIQUES
1.2 Fourniture et pose de pompage immergée U 2 6.700.000 13.400.00
de type SP30-4 (Q=22m3/h 0
HMT=29,18mce) de rendement minimum
58% avec toutes les accessoires de montage
(coude, pieds d’assise, coulisse de guidage,
tuyauterie)
1.3 Fourniture et pose de pompage immergée U 1 5.200.000 5.200.000
de type SP30-3(Q=22 m3/h
HMT=26,06mce) de rendement minimum
57% avec toutes les accessoires de montage
(coude, pieds d’assise, coulisse de guidage,
tuyauterie)
1.4 Fourniture et pose de pompage centrifuge U 1 2.300.000 2.300.000
de type MB-65-315(Q=66 m3/h
HMT=29,19mce) de rendement minimum
68% avec toutes les accessoires de montage
(coude, pieds d’assise, coulisse de guidage,
tuyauterie)
1.5 Equipement énergétique (groupe FF 10.920.00 10.920.00
électrogène, accessoire et Equipement 0 0
électrique pompe)
2 Tuyauterie
2.1 Fourniture et pose de clapet anti-retour PN U 3 120.000 360.000
10 – DN140
2.2 Fourniture et pose de coude 1 à bride en U 3 100.000 300.000
4
inox PN 10 – DN140
2.3 Fourniture et pose de robinet – vanne U 4 150.000 600.000
2.4 Fourniture et pose de canalisation PEHD ml 1151 10.500 12.085.50
DN 140 PN 10 forage -Bâche 0

2.5 Fourniture et pose de canalisation Fonte DN ml 146,7 56.300 8.259.210


250 PN 10
Bâche -Réservoir
3 Traitement
3.1 Quantité d’Hypochlorite kg/j 2 1000/j 30.000

Présenté par KEMKING SECK TAGOUKAM 40


Avant projet sommaire d’AEP de la ville de TIEBELE

3.2 Bac de 200l U 1 50.000 50.000


3.3 Pompe dose use U 1 444.600 444.600

III. EQUIPEMENTS GENIE CIVIL


1 Construction du Locale de traitement U 1 669.110 669.110

1.2 Construction du Locale pour protéger la U 1 518 260 518 260


pompe de centrifuge
1.3 Construction Château m3 266 120.000 31.920.00
0
1.4 Construction de la bâche U 1
1.5 Les Equipement de tête des forages et U 3 835.700 2.507.100
Protection
1.7 Construction de regards (profondeur U 50 200.000 10.000.00
>0,60m et<2,50m) en béton armé y compris 0
la fourniture et la pose des couvercles et
tampons en fonte et d’échelle
1.8 Construction de locale technique et U 1 669.110 669.110
gardiennage
Le Coût Total du Projet est de = (215.577.846 FCFA + 20% des Frais divers) Hors
Taxes

On estime donc le Coût du projet à : 258.693.415 FCFA

2. Estimation financière
Nous savons actuellement que dans les Communes rurales en Afrique, l’eau n’est pas
payée au comptage, les populations ont simplement fixé une somme forfaitaire (X FCFA) que
chaque ménage verse à la fin du mois, ce qui entraîne d’énormes gaspillages d’eau en bout de
réseau. Pour Eviter ce genre de situation, nous avions prévu pour ce projet la mise en place de
compteurs volumétriques au niveau de chaque BF les branchements en Borne Fontaine. Pour
les branchements privés, chaque individu aura son compteur et les Equipements qui
l’accompagne moyennent une somme fixé par la commission de gestion mise en place par la
commune en relation avec le comité des associations des usagers.
Ceci nous amène à une évaluation du prix de revient du mètre cube d’eau afin d’analyser
la rentabilité par rapport aux prix fixés par les populations en milieu rural.
Le Prix de revient (Pr.) du mètre cube d’eau est déterminé de la manière suivante :

I + A+C
Pr =
P
Avec :
I : Investissement (Coût des travaux de réalisation des ouvrages et de pose des équipements
hydrauliques) ;

Présenté par KEMKING SECK TAGOUKAM 41


Avant projet sommaire d’AEP de la ville de TIEBELE

A : Amortissement des équipements (calculé sur la base de la durée de vie des équipements
par rapport à l’échéance du projet) ;
Seuls les équipements (pompes, moteurs et groupes électrogènes) sont à prendre en
considération compte tenu de leur durée d’amortissement (5 à 7 ans) inférieure à l’échéance
du projet (10 ans).
En général, on retient les intervalles suivants pour les durées de vie :
Equipements Durée de vie Valeurs retenues
Canalisation en fonte 50 ans minima 50 ans
Canalisation en PVC Entre 30 à 50 ans 40 ans
Génie Civil Entre 25 à 30 ans 30 ans
Matériel électromécanique Entre 5 à 15 ans 10 ans
Pompes 15 000 à 20 000 heures 20 000 heures (5ans)
C : Charges liées à l’exploitation et à l’entretien des ouvrages ;
Concernant ces charges, les hypothèses suivantes sont considérées :
- Génie civil = 0,5% × I ;
- Conduite =1,5%×I
- Pompe, moteur et groupe électrogène = 3% × I ;
- Carburant =10%×I pour la consommation en Diesel ;
Ce cœfficient de charge d’entretien sur l’investissement total =
(0,5 × 1,5 × 3) %× I =2 ,25% × I

Personnel de maintenance :
1 Fontainier par Borne fontaine = 31× 10.000 F/ mois.
2 Gardien pour la sécurité = 2× 15.000 F/ mois
2 Mécaniciens pour la maintenance des appareils= 2× 20.000F/mois
6 agents de technique (1 par secteur)= 6× 50.000F/mois
P : Production totale d’eau en mètre cube.
Pour l’actualisation des prix, les montants des équipements à renouveler ont été majorés de
4%.

Récapitulatif des coûts

Charge Charge d’exploitation


Commune de Tiébéle
d’entretien carburant Personnel de
maintenance
25.869.342
C (en FCFA) 5.820.202 81.600.000

Coût total (les charges inclus) = 371.982.959 FCFA

Coût de revient du m3 d’eau (FCFA


Commune Production Coût de Coût seau Coût bassine Coût fût
Coût total
de totale l'eau (Pr) 20l 30l de 200 l
Tiébéle
F CFA m3 / 10 ans F CFA / m3 F CFA F CFA F CFA

371.982.959 3.088.800 125 2,5 3,75 25

Prix de vente d’eau appliqué en milieu rural

Présenté par KEMKING SECK TAGOUKAM 42


Avant projet sommaire d’AEP de la ville de TIEBELE

Coût seau 20l Coût bassine 30l Coût fût de 200 l

F CFA F CFA F CFA


10 15 100
XV. ETUDE D’IMPACT DU PROJET SUR L’ENVIRONNEMENT (EIE)

L’évaluation des impacts environnementaux est un processus important qu’il faut, si


nécessaire, adopter pour une bonne étude en avant d’un projet donné. L’étude d’impact sur
l’environnement se définit comme une procédure qui permet d’examiner les conséquences,
tant bénéfiques que néfastes qu’un projet de développement envisagé aura sur
l’environnement (biophysique et humain) et de s’assurer que ces conséquences sont prises en
compte dans la conception du projet.
Impact liés à la réalisation d’ouvrage et réseau hydraulique d’AEP
Lors de la conception et la mise en œuvre des projets de développement des ressources en eau
et de il est conseillé de prendre des dispositions pour empêcher le développement de nombre
vecteur de maladie. C’est le cas de l’utilisation des bonnes fontaines qui peut permettre la
prolifération des moustiques ceci est due aux eaux stagnantes au niveau des points.
La présence du réseau d’AEP a un impact sur les habitudes de la population.
Impacts liés à la gestion des résidus de traitement
L’exploitation des réseaux de production d’eau potable produit des résidus de vidange du
réservoir dans notre cas ces résidus sont sans effets nocifs sur la santé humain car le
traitement de cette eau a été réalisée avec une faible dose de d’hypochlorite de calcium tout en
respectant les normes de l’OMS et elles sont évacuées directement dans un puisard près du
réservoir.
Impact lié au terrassement des sols est faible et négligeable car les sols ne sont pas affectés et
que sa réalisation se limitera seulement au niveau des tronçons.
Impact lié aux machines et aux équipements, peut provoquer des bruits nuisibles qui sont
néfastes pour la santé de la population, c’est pourquoi nous recommandons de faire une
enquête commodo et incommode.
Impact lié aux pompes, le fonctionnement des pompes peut rabattre considérablement le
niveau de nappe au point de l’asséché, c’est le cas de notre projet où l’on trois forage qui
pompent la nappe. Vu cela l’on recommande aux populations une utilisation rationnelle de
l’eau enfin de permettre aux pompes de se reposer

Présenté par KEMKING SECK TAGOUKAM 43


Avant projet sommaire d’AEP de la ville de TIEBELE

CONCLUSION
En somme l’étude de faisabilité de ce projet revient à savoir si ce dernier est réalisable à coût
moindre. C’est dans cette optique que nous fait un dimensionnement économique, ce qui à
permit d’estimer le coût du projet à 371.982.959 F cfa et à proposer le prix du mètre cube
d’eau à 125 F cfa. Comme tout équipement, notre réseau d’adduction d’eau potable d’un
mode de gestion pour assurer la pérennité du dispositif, c’est pourquoi nous avons opté pour
le mode de gestion partagé, car elle permet à la population de s’implique dans la réalisation
du projet. Ainsi, au terme de cette étude, le projet a été un atout instructif car il nous a permis
de parcourir toutes les matières en relation avec l’hydraulique.

BIBLIOGRAPHIE :

¾ Recensement de la population de l’INSD 1996


¾ Rapport technique de l’ONEA
¾ Fascicule 71 d’avril 2003 du ministère français chargé de l’équipement

ANNEXES :

¾ Profil en long du réseau


¾ Feuille de calcul de dimensionnement du réseau
¾ Schéma des nœuds du réseau
¾ Coupe du forage
¾ Coupe du réservoir

Présenté par KEMKING SECK TAGOUKAM 44


TABLEAU DE DIMENSIONNEMENT DU RESEAU MAILLE
± Q=
N° Diamètre ± ∑ ∆H ± ∑ (∆H/Q) ± dq = -(∑ ∆H
N° Maille Long (m) R= a*L/D^m ± Q (m3/s) ± ∆H (m) ∆H/Q Q+dq
Tronçon (m) (m) (m) /n∑ (∆H/Q))
(m3/s)
P22-P3 0,1762 780 5855,997 0,019912 2,554 128,27 1,05 0,01977
P3-P5 0,1102 490 44953,686 0,007017 2,435 346,99 0,00688
P5-P12 0,066 350 494354,079 0,001664 1,506 904,91 0,00152
I P12-P22 0,066 650 918086,146 -0,002322 -5,445 2344,97 3725,13 -0,0001 -0,00246
P22-P12 0,066 650 918086,146 0,002463 6,126 2487,26 -1,15 0,00256
P12-P14 0,066 990 1398315,823 -0,002017 -6,258 3102,44 -0,00192
P14-P20 0,1586 250 3289,986 -0,011818 -0,505 42,77 -0,01172
II P20-P22 0,1586 113 1487,074 -0,017702 -0,513 28,96 5661,43 0,0001 -0,01760
P22-P3 0,1762 780 5855,997 0,019771 2,518 127,36 -0,52 0,01984
P3-P5 0,1102 490 44953,686 0,006876 2,338 340,02 0,00694
P5-P12 0,066 350 494354,079 0,001523 1,262 828,29 0,00159
I P12-P22 0,066 650 918086,146 -0,002564 -6,641 2589,81 3885,48 0,0001 -0,00250
P22-P12 0,066 650 918086,146 0,002497 6,297 2521,75 -0,35 0,00253
P12-P14 0,066 990 1398315,823 -0,001915 -5,643 2946,25 -0,00188
P14-P20 0,1586 250 3289,986 -0,011716 -0,497 42,40 -0,01168
II P20-P22 0,1586 113 1487,074 -0,017601 -0,507 28,79 5539,19 0,0000 -0,01757
P22-P3 0,1762 780 5855,997 0,019839 2,535 127,79 -0,16 0,01991
P3-P5 0,1102 490 44953,686 0,006944 2,384 343,35 0,00701
P5-P12 0,066 350 494354,079 0,001591 1,376 864,94 0,00166
I P12-P22 0,066 650 918086,146 -0,002529 -6,457 2553,66 3889,74 0,0000 -0,00246
P22-P12 0,066 650 918086,146 0,002461 6,118 2485,60 -0,34 0,00249
P12-P14 0,066 990 1398315,823 -0,001884 -5,459 2897,66 -0,00185
P14-P20 0,1586 250 3289,986 -0,011685 -0,494 42,29 -0,01165
II P20-P22 0,1586 113 1487,074 -0,017569 -0,505 28,74 5454,28 0,0000 -0,01754
P22-P3 0,1762 780 5855,997 0,019906 2,552 128,23 0,20 0,01997
P3-P5 0,1102 490 44953,686 0,007011 2,431 346,68 0,00708
P5-P12 0,066 350 494354,079 0,001658 1,495 901,59 0,00173
I P12-P22 0,066 650 918086,146 -0,002493 -6,276 2517,50 3894,00 0,0000 -0,00243
P22-P12 0,066 650 918086,146 0,002425 5,941 2449,44 -0,33 0,00246
P12-P14 0,066 990 1398315,823 -0,001852 -5,277 2849,06 -0,00182
P14-P20 0,1586 250 3289,986 -0,011653 -0,491 42,17 -0,01162
II P20-P22 0,1586 113 1487,074 -0,017537 -0,503 28,69 5369,37 0,0000 -0,01751
LE DIMENSIONNEMENT DU RESEAUX RAMIFIES ET vitesse
MAILLES imposé 0,9 Ks 120,00
Σ
Tronçons L(m) Qf(l/s) Dth(mm) DN(mm) e(mm) Dint(mm) J(m) J(m) CTN(m) Pmin en x Zmin imposé Pmax pour Zmin V(m/s)
P3-P2 320,00 8,02 106,52 125,00 7,40 110,20 2,08 4,89 309 10 323,89 11,24 0,841
P2-P4 280,00 1,17 40,74 75,00 4,50 66,00 0,60 5,49 303 10 318,49 16,64 0,343
P2-P1 350,00 3,33 68,63 125,00 7,40 110,20 0,39 5,28 308,5 10 323,79 11,34 0,349
P1-P24 100,00 1,06 38,76 75,00 4,50 66,00 0,18 5,46 306,1 10 321,58 13,55 0,310
P5-P6 200,00 3,78 73,10 90,00 5,40 79,20 1,68 6,92 299,8 10 316,76 18,37 0,767
P6-P8 240,00 1,15 40,31 75,00 4,50 66,00 0,49 7,41 296 10 313,44 21,69 0,336
P6-P7 340,00 2,21 55,92 90,00 5,40 79,20 0,98 7,89 301,2 10 319,13 15,99 0,449
P12-P10 310,00 3,73 72,67 90,00 5,40 79,20 2,54 11,37 295,4 10 316,72 18,41 0,758
P10-P11 230,00 1,14 40,20 75,00 4,50 66,00 0,47 11,83 292,6 10 314,42 20,71 0,334
P10-P9 250,00 2,15 55,21 90,00 5,40 79,20 0,68 12,05 293,1 10 315,12 20,01 0,437
P14-P16 305,00 7,96 106,11 125,00 7,40 110,20 1,95 3,20 299 10 312,20 22,92 0,834
P16-P15 570,00 1,35 43,75 75,00 4,50 66,00 1,62 4,82 291 10 305,82 29,30 0,395
P16-P18 370,00 4,94 83,61 125,00 7,40 110,20 0,91 4,11 296,3 10 310,44 24,68 0,518
P18-P17 482,00 1,30 42,86 75,00 4,50 66,00 1,26 5,38 290 10 305,38 29,75 0,380
P18-P19 150,00 3,09 66,15 125,00 7,40 110,20 0,14 4,26 296,2 10 310,46 24,67 0,324
P20-P25 222,00 5,56 88,71 110,00 6,60 96,80 1,38 2,15 304 10 316,15 18,98 0,756
P25-P21 378,00 3,23 67,64 110,00 6,60 96,80 0,80 2,94 302,9 10 315,88 19,25 0,439
P22-P3 780 19,91 167,81 200,00 11,90 176,20 2,5525 2,81 306,6 10 319,41 15,72 0,816
P3-P5 490 7,01 99,59 125,00 7,40 110,20 2,43 5,24 299,15 10 314,39 20,74 0,735
P5-P12 350 1,66 48,43 75,00 4,50 66,00 1,49 6,74 297,50 10 314,24 20,89 0,485
P12-P22 650 2,49 59,39 75,00 4,50 66,00 6,28 8,83 306,3 10 325,13 10,00 0,729
P22-P12 650 2,49 59,39 75,00 4,50 66,00 6,28 8,83 297,50 10 316,33 18,80 0,729
P12-P14 990 1,85 51,19 75,00 4,50 66,00 5,28 6,53 302,50 10 319,03 16,10 0,541
P14-P20 250 11,65 128,40 180,00 10,70 158,60 0,49 1,25 305,00 10 316,25 18,87 0,590
P20-P22 113 17,54 157,51 180,00 10,70 158,60 0,50 0,76 306,30 10 317,06 18,07 0,888
P23-P22 125 40,8 240,25 280,00 16,60 246,80 0,26 0,26 306,30 10 316,559 18,57 0,853
CTN DU RESERVOIR 309
LA HAUTEUR DU RESERVOIR 16,13