Vous êtes sur la page 1sur 28

Moteur synchrone autopiloté

Moteur brushless
Moteur synchrone autopiloté
Moteur brushless
Moteur synchrone autopiloté
Moteur brushless
OBJECTIFS

• Identifier une machine synchrone


• Définir son principe de fonctionnement
• Définir le principe d’un fonctionnement autosynchrone
• Choisir un moteur brushless
• Analyser les caractéristiques couple/vitesse
1 Présentation 2 Rappel 3 Constitution 4 M synchrone 5 Autosynchrone 6 Choix

Moteur synchrone autopiloté


Moteur brushless
PLAN
1. Présentation
2. Rappel : champs magnétiques tournants
3. Constitution générale
4. Principe de fonctionnement du moteur synchrone
5. Principe de base d’un fonctionnement autosynchrone
6. Choix d’un moteur brushless
1 Présentation 2 Rappel 3 Constitution 4 M synchrone 5 Autosynchrone 6 Choix

1- PRÉSENTATION

Avantages du moteur synchrone / moteur à courant continu


• Excellente fiabilité
• Puissance massique élevée (encombrement réduit)
• Faible niveau sonore Comparatif TGV PSE et ATL
TGV PSE : 1560 kg 535 Kw (726 cv)
• Excellent rendement (>90%) TGV ATL : 1580 kg 1100 Kw (1494 cv)

• Faible inertie (temps de démarrage très court)


• Gamme de vitesse importante
• Couple à l’arrêt
• Vitesse constante avec la charge

Inconvénients
• Vitesse liée à la fréquence du réseau
• Risque de décrochage
• Ne démarre pas
1 Présentation 2 Rappel 3 Constitution 4 M synchrone 5 Autosynchrone 6 Choix

2- RAPPEL : Champs Magnétiques tournants

principe
Trois bobines décalées dans l’espace de 2∏/3 et
alimentées par des tensions sinusoïdales déphasées de 2∏/3
électrique créent un champ tournant à la vitesse angulaire ω.

Vitesse ω
U=Umsin ωt H

2∏/3

U=Umsin (ωt+4∏/3) U=Umsin (ωt+2∏/3)


1 Présentation 2 Rappel 3 Constitution 4 M synchrone 5 Autosynchrone 6 Choix

2- RAPPEL : Champs Magnétiques tournants

principe
Trois bobines décalées dans l’espace de 2∏/3 et
alimentées par des tensions sinusoïdales déphasées de 2∏/3
électrique créent un champ tournant à la vitesse angulaire ω.

Ωs = ω (ω = 2πf)
Ωs vitesse de synchronisme en rd/s
ns = f en tr/s

Pour une machine possédant p paires de pôles


Ωs = ω/p ns = f /p
1 Présentation 2 Rappel 3 Constitution 4 M synchrone 5 Autosynchrone 6 Choix

3- CONSTITUTION GÉNÉRALE
Stator : idem moteur asynchrone
L’ induit est constitué de trois enroulements parcourus par des
courants alternatifs logés dans les encoches du circuit magnétique

Exemple : moteur du TGV ATL


1 Présentation 2 Rappel 3 Constitution 4 M synchrone 5 Autosynchrone 6 Choix

3- CONSTITUTION GÉNÉRALE
Rotor : deux possibilités
Machine synchrone : l’inducteur est constitué d’un bobinage parcouru
par un courant continu

Exemple : moteur du TGV ATL


1 Présentation 2 Rappel 3 Constitution 4 M synchrone 5 Autosynchrone 6 Choix

3- CONSTITUTION GÉNÉRALE
Rotor : deux possibilités
Machine synchrone : l’inducteur est constitué d’un bobinage parcouru
par un courant continu
Moteur brushless (sans balais) : l’inducteur est constitué d’aimants
permanents.
Exemple, aimant en samarium cobalt (SmCo5, Sm2Co17), dont les
performances du point de vue de l’énergie spécifique sont
exceptionnelles
1 Présentation 2 Rappel 3 Constitution 4 M synchrone 5 Autosynchrone 6 Choix

3- CONSTITUTION GÉNÉRALE
Rotor : deux possibilités
Machine synchrone : l’inducteur est constitué d’un bobinage parcouru
par un courant continu
Moteur brushless (sans balais) : l’inducteur est constitué d’aimants
permanents
1 Présentation 2 Rappel 3 Constitution 4 M synchrone 5 Autosynchrone 6 Choix

4- PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT DU MOTEUR


SYNCHRONE
1 Présentation 2 Rappel 3 Constitution 4 M synchrone 5 Autosynchrone 6 Choix
Phase 1

Le champ tournant
crée des pôles fictifs

Pôle nord
Pôle sud

Phase 3 Phase 2

t
1 Présentation 2 Rappel 3 Constitution 4 M synchrone 5 Autosynchrone 6 Choix
Phase 1

Le champ tournant
crée des pôles fictifs

Pôle nord
Pôle sud

Phase 3 Phase 2

t
1 Présentation 2 Rappel 3 Constitution 4 M synchrone 5 Autosynchrone 6 Choix
Phase 1
Fonctionnement à vide
N
Le champ tournant
crée des pôles fictifs
Ceux-ci attirent les
pôles réels du rotor S Pôle nord
Pôle sud

Phase 3 Phase 2
S

t
1 Présentation 2 Rappel 3 Constitution 4 M synchrone 5 Autosynchrone 6 Choix
Phase 1
Fonctionnement en charge
N
L’angle Θ (champ
rotorique/champ
statorique) dépend
du couple développé S Pôle nord
Plus le couple
résistant augmente, Pôle sud
plus l’angle Θ
augmente
Hr
N
Θ
Hs
Phase 3 Hr Phase 2
S

t
1 Présentation 2 Rappel 3 Constitution 4 M synchrone 5 Autosynchrone 6 Choix
Phase 1
Fonctionnement en charge
N
L’angle Θ (champ
rotorique/champ
statorique) dépend
du couple développé
Pôle nord
Plus le couple
résistant augmente, Pôle sud

S
plus l’angle Θ
augmente
N
Hr

Θ
Hs
Phase 3 Phase 2
S

t
1 Présentation 2 Rappel 3 Constitution 4 M synchrone 5 Autosynchrone 6 Choix

4- PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT DU MOTEUR


SYNCHRONE

Équivalence mécanique

Ω
F F

ressort
charge
θ
1 Présentation 2 Rappel 3 Constitution 4 M synchrone 5 Autosynchrone 6 Choix
Phase 1
Fonctionnement à charge maximale
N

Lorsque θ=π/2 le
couple est maximal
Pôle nord
Pôle sud

S
Hr

Θ
Hs
Phase 3 Phase 2
S

t
1 Présentation 2 Rappel 3 Constitution 4 M synchrone 5 Autosynchrone 6 Choix
Phase 1

Lorsque θ=π/2 le
couple est maximal
Au-delà le Pôle nord
phénomène Pôle sud
d’attraction

S
disparaît, la
machine s’arrête il
y a décrochage

Phase 3 Phase 2
Démarrage
S
Au moment du démarrage, les pôles fictifs tournent à la vitesse de synchronisme, les
pôles réels du rotor sont à l’arrêt et tantôt attirés tantôt repoussés par les pôles fictifs.
Le moteur synchrone ne démarre pas
Solution : entraîner artificiellement le rotor à une vitesse proche de celle du
synchronisme (cage d’écureuil , augmentation progressive de la fréquence)
1 Présentation 2 Rappel 3 Constitution 4 M synchrone 5 Autosynchrone 6 Choix

5- PRINCIPE DE BASE D’UN FONCTIONNEMENT


AUTOSYNCHRONE
    principe
Un capteur (codeur ou resolver) détecte la position exacte du
rotor et permet au convertisseur de fréquence de maintenir un
angle θ de 90° entre le champ tournant statorique Hs et le
champ rotorique Hr, de façon à ce que le couple moteur puisse
toujours être maximal.

Hs, modulé en amplitude, fixe la valeur du couple. Il n’y a plus


possibilité de décrochage. Le capteur donne également
l’information " vitesse ".
  
1 Présentation 2 Rappel 3 Constitution 4 M synchrone 5 Autosynchrone 6 Choix

5- PRINCIPE DE BASE D’UN FONCTIONNEMENT


AUTOSYNCHRONE
    principe
Un capteur (codeur ou resolver) détecte la position exacte du
rotor et permet au convertisseur de fréquence de maintenir un
angle θ de 90° entre le champ tournant statorique Hs et le
champ rotorique Hr, de façon à ce que le couple moteur puisse
toujours être maximal.
codeur
Hs, modulé en amplitude, fixe la valeur du couple. Il n’y a plus
possibilité de décrochage. Le capteur Codeur
donne également
l’information " vitesse ". +
   variateur
1 Présentation 2 Rappel 3 Constitution 4 M synchrone 5 Autosynchrone 6 Choix

6- CHOIX D’UN MOTEUR BRUSHLESS

1 Allure de la caractéristique couple/vitesse


Vitesse en tr/mn
3000

La valeur du couple indiqué


sur la plaque signalétique
Δθ=60°
est celle du couple rotor
2000 bloqué en régime
permanent (point A)

Zone de fonctionnement
1000 permanent possible
accroissement de
température ≤ 60°

A
Couple en Nm
2 4 6 8
1 Présentation 2 Rappel 3 Constitution 4 M synchrone 5 Autosynchrone 6 Choix

6- CHOIX D’UN MOTEUR BRUSHLESS

1 Allure de la caractéristique couple/vitesse


Vitesse en tr/mn
3000

2000

Δθ=100°

Zone de fonctionnement
1000 permanent possible
accroissement de
température ≤ 100°

Couple en Nm
2 4 6 8
1 Présentation 2 Rappel 3 Constitution 4 M synchrone 5 Autosynchrone 6 Choix

6- CHOIX D’UN MOTEUR BRUSHLESS

2 Couple en régime transitoire


Zone de fonctionnement
Vitesse en tr/mn transitoire possible
3000

2000
Imax=28A eff

1000

Couple en Nm
2 4 6 8 10 12 14 16 18
1 Présentation 2 Rappel 3 Constitution 4 M synchrone 5 Autosynchrone 6 Choix

6- CHOIX D’UN MOTEUR BRUSHLESS

2 Couple en régime transitoire


Vitesse en tr/mn
3000

2000
Imax=28A eff

1000

Le couple maximal peut être supérieur au couple nominal.


Il faut cependant que l’échauffement qui en résulte soit admissible (cycle).
L’échauffement est proportionnel à I²t.
Couple en Nm
2 4 6 8 10 12 14 16 18
1 Présentation 2 Rappel 3 Constitution 4 M synchrone 5 Autosynchrone 6 Choix

6- CHOIX D’UN MOTEUR BRUSHLESS

3 Critères de choix

• Vitesse moyenne

N moy = Σ (Ni x ti)/ T

• Couple thermique équivalent sur un cycle

Cmte = ( Ci² x ti)/T