Vous êtes sur la page 1sur 77
Leçon 6
Leçon 6

FORMATION DE L ’ATMOSPHERE ET DE L ’HYDROSPHERE ORIGINE DE LA VIE

Leçon 6 QUELLES SONT LES INTERROGATIONS?

Les questions:

- comment et quand s’est formée l’atmosphère?

- comment et quand se sont formés les océans?

- comment et quand la vie est-elle apparue sur Terre?

Le plan de la leçon:

- 7.1 L’atmosphère primitive

- 7.2 La seconde atmosphère

- 7.3 La formation et l’évolution de la troisième atmosphère

- 7.4 La formation des océans

- 7.5 La Terre boule de neige

- 7.6 L’origine de la vie

- 7.7 Les premières formes de la vie

- 7.8 La vie extra-terrestre

6.1 L ’ATMOSPHERE PRIMITIVE - l ’atmosphère primordiale - perte ou conservation d ’une atmosphère:
6.1 L ’ATMOSPHERE PRIMITIVE
-
l
’atmosphère primordiale
-
perte ou conservation d ’une atmosphère: l’attraction gravitaire
-
perte ou conservation d ’une atmosphère: l’attraction contre
l
’agitation thermique

6.1.1

L ’ATMOSPHERE PRIMORDIALE

L ’atmosphère primordiale (4.56 to 4.40 Ga ) est liée à l ’accrétion. Elle a la composition des éléments volatils de la nébuleuse proto-solaire. Les planètes géantes sont les seules à avoir retenu H et He c ’est-à-dire leur atmosphère primordiale. POURQUOI?

He c ’est-à-dire leur atmosphère primordiale. POURQUOI? JUPITER 63 000 km d’épaisseur « atmosphérique » (99%

JUPITER

63 000 km d’épaisseur « atmosphérique »

(99% de la totalité de la planète)

He et H sur 60 000 km

6.1.2

PERTE OU CONSERVATION D ’UNE ATMOSPHERE:

1. L ’ATTRACTION GRAVITAIRE

La vitesse de libération = vitesse à partir de laquelle un objet lancé ne retombe pas mais s’échappe de la planète

Constante de gravitation

2 GM = V l iberation R
2
GM
=
V l iberation
R
planète Constante de gravitation 2 GM = V l iberation R Masse de la planète G:

Masse de la planète

G: constante de gravitation universelle

Rayon de la planète

6,67259 10 -11 m 3 kg -1 s -2

ou

N m 2 kg -2

6.1.3 PERTE OU CONSERVATION D ’UNE ATMOSPHERE: 2. ATTRACTION CONTRE AGITATION THERMIQUE Pour qu’une molécule
6.1.3
PERTE OU CONSERVATION D ’UNE ATMOSPHERE:
2. ATTRACTION CONTRE AGITATION THERMIQUE
Pour qu’une molécule reste dans l ’atmosphère d ’une planète il faut que :
V libération > V agitation maximale de la molécule
T
3
1460
×
10
×
V max =
m
m = masse molaire de la molécule (kg)
T = température à la surface
de la planète (°K)
en km/s
Exemple sur Terre : Vitesse de libération = 11.2 km/sec
V agitation max. O 2 = 4.4 km/sec
V agitation max. H 2 = 18 km/sec
O 2 reste et H 2
s’échappe
dans l’espace
Primitive atmosphere blown away by solar winds or strong impacts.

6.1.4

LA SITUATION A L ’HADEEN

Atmosphere: hardly any molecular oxygen (O 2 )

UV radiation (no ozone shield)

Sun less luminous (20-30%)

Length of day ~15 hours (~584 days per year)

CO 2 and CH 4 -rich atmosphere

Likely warm surface conditions (80 o to 45 o C)

High rate of heat transfer from core to surface, possible thin crust, plate tectonics just being established

Magnetic field by 3.2 Ga

LUMINOSITE DU SOLEIL

HADEEN ARCHEEN PROTEROZOIQUE
HADEEN
ARCHEEN
PROTEROZOIQUE
- -
-
-

6.2 LA SECONDE ATMOSPHERE

Atmosphère secondaire similaire à celle de Titan (lune de Saturne)

composition caractéristique

évolution de la composition

6.2.1 COMPOSITION CARACTERISTIQUE Perte de H 2 et He dans l’espace MERCURE MARS atmosphère VENUS
6.2.1
COMPOSITION CARACTERISTIQUE
Perte de H 2 et He dans l’espace
MERCURE
MARS
atmosphère
VENUS
H 2 O photodissocié
Reste CO 2 et N 2 dans
les proportions 19/1
TERRE
Aucune
retenue
H 2 O glaces
Reste CO 2 et N 2 dans
les proportions 19/1
Mais 99% masse de
l’atmosphère est parti
du fait de la faible gravité
CO 2 = 19 %
H 2 O = 80 %
N 2 ~ 1%
H 2
He
TOUTES CES PLANETES avaient au moment de la
formation du système solaire une même atmosphère.
L ’atmosphère primitive résulte du dégazage des
planètes et de la perte de H 2 et He.

6.2.2

EVOLUTION DE LA COMPOSITION DE L ’ATMOSPHERE

6.2.2 EVOLUTION DE LA COMPOSITION DE L ’ATMOSPHERE Secondary atmosphere developed rich in N, S, CO

Secondary atmosphere developed rich in N, S, CO 2 and H 2 O degassed from volcanoes and hot springs. These gases may also have been added from other relatively cool planetesimals; interplanetary dust. Atmospheric pressure was greater than today.

6. 3 L A FORMATION ET L ’EVOLUTION DE LA TROISIEME ATMOSPHERE - les isotopes
6. 3 L A FORMATION ET
L ’EVOLUTION DE LA
TROISIEME ATMOSPHERE
- les isotopes du soufre
- le fractionnement des isotopes du soufre
- la variation de δ 33 S en fonction du temps
- les témoins de l ’évolution de l ’atmosphère
- Les Banded Iron Formations (BIFs)
- les grès rouges (Red Beds)
- l ’oxygène de l ’atmosphère terrestre
- les mécanismes de formation de l ’oxygène
- le gaz carbonique de l ’atmosphère terrestre
- résumé: l ’évolution de l ’atmosphère

6.3.1

LES ISOTOPES DU SOUFRE

4 isotopes stables

32

33

34

36

S=95,02%

S=0,75%

S=4,21%

S =0,02%

R = 34 S/ 32 S

δ 34 S = (R échan /R std - 1) × 10 4

Le standard utilisé est la météorite de fer de Cañon Diablo

6.3.2

LE FRACTIONNEMENT DES ISOTOPES DU SOUFRE

La réduction des sulfates en sulfures est gouvernée par les bactéries. Elles utilisent 33 S plutôt que 34 S (Mass Fractionation Line, MFL). L ’écart des valeurs mesurée à la MFL est: Δ 33 S = δ 33 S - 0.52 × δ 34 S

δ 34 S‰ = [( 34 S/ 32 S) échant - ( 34 S/ 32 S) stand ] / ( 34 S/ 32 S) stand × 1000

S isotopes in Archean sediments (FeS 2 ) (BaSO 4 ) δ 34 S%0
S isotopes in Archean sediments
(FeS 2 )
(BaSO 4 )
δ 34 S%0

Farquhar et al. (2001)

6.3.3

LA VARIATION DE Δ 33 S EN FONCTION DU TEMPS

•Farquhar et al., Science, 2000 Pas d ’oxygène) •Ohmoto et al., Nature (2006) New low-
•Farquhar et al., Science, 2000
Pas d ’oxygène)
•Ohmoto et al.,
Nature (2006)
New low-
MIF data
oxygène
glaciations

6.3.4

LES TEMOINS DE L ’EVOLUTION DE L ’ATMOSPHERE

L ’atmosphère primitive est dépourvue d ’oxygène donc très réductrice. Les témoins de cette époque sont âgés de plus de 2 Ga: grès à ciment de pyrite ou dépôts d ’uraninite. Les cyanobactéries produisant de l ’oxygène rendent l ’atmosphère progressivement oxydante. Les échanges avec l ’eau des océans conduit à la précipitation des premiers oxydes de fer et à la solubilisation des dépôts d ’uranium.

BIF Witwatersrand conglomerate, South Africa (Middle Archean)
BIF
Witwatersrand conglomerate, South Africa (Middle
Archean)

6.3.5

LES BANDED IRON FORMATIONS (BIF)

6.3.5 LES BANDED IRON FORMATIONS (BIF) 2,0 - 2,8 Ga, dépôts en eau profonde, oxydes de

2,0 - 2,8 Ga, dépôts en eau profonde, oxydes de fer (magnétite et hématite) + carbonate de fer + silicates de fer + sulfures de fer

eau profonde, oxydes de fer (magnétite et hématite) + carbonate de fer + silicates de fer
carbonate
carbonate

6.3.6

LES GRES ROUGES (RED BEDS)

Red beds: dépôts siliclastiques continentaux: - les plus vieux ont 2,3 Ga, mais se forment
Red beds: dépôts siliclastiques continentaux:
- les plus vieux ont 2,3 Ga, mais se forment
durant tout le Phanérozoique
- l’hématite recouvre les grains détritiques

cumulé de O2

cumulé de O2

% %

6.3.7

L’OXYGENE DE L ’ATMOSPHERE TERRESTRE

1,0

1,0

0,8

0,8

0,6

0,6

0,4

0,4

0,2

0,2

0 0

O O 2 s'accumule dans s'accumule dans 2 l l ’atmosph ère ’atmosph ère Tout
O
O 2 s'accumule dans
s'accumule dans
2
l
l
’atmosph ère
’atmosph ère
Tout l'O 2 libéré
Tout l'O
libéré
2
Formation de O 3
Formation de O
3
est consomm é
est consomm é
Explosion de la Vie
Explosion de la Vie
par oxydation du
par oxydation du
2+
3+
Fe 2+ en Fe 3+
Fe
en Fe
dans les oc éans
dans les oc éans
Red Beds
Red Beds
Premiers d épôts
Premiers d épôts
continentaux
continentaux
oxydés
oxydés
B.I.F.
B.I.F.
4,0
4,0
3,0
3,0
2,0
2,0
1,0
1,0
0
0

Temps (Ga)

Temps (Ga)

3,0 3,0 2,0 2,0 1,0 1,0 0 0 Temps (Ga) Temps (Ga) F r a n

Francevillien Gabon

Canfield (2005) Ann. Rev. Earth Planet Sci., 33, 1-36.

6.3.8

LES MECANISMES DE FORMATION DE L ’OXYGENE

Abiotic net source of O 2: photolysis of H 2 O and CO 2 , and escape of H to space. But O 2 would have reacted with reduced volcanic gases to form CO 2 and H 2 O High-altitude O 2 source: Photolysis of CO 2 followed by O + O + M O 2 + M

Photosynthesis may have been invented, but originally used H 2 S (or H 2 ) to reduce CO 2 Not H 2 O, as used today, so no O 2 production!

2 Not H 2 O, as used today, so no O 2 production! CO 2 +
2 Not H 2 O, as used today, so no O 2 production! CO 2 +

CO 2 + sunlight C-H sugar + O 2

Afr.Sud 3.5 Ga Plus anciennes formes de vie

Even oxygenic photosynthesis would not have immediately produced an O 2 -rich atmosphere. O 2 would have been consumed by reduced atmospheric gases or reduced surface materials.

6.3.9

LE GAZ CARBONIQUE DE L ’ATMOSPHERE TERRESTRE

100000 atmosphere primitive CO2/N2 = 19 10000 condensation des océans 1000 4,5 à 0,6 Ga
100000
atmosphere primitive
CO2/N2 = 19
10000
condensation des océans
1000
4,5 à 0,6 Ga
précipitation des carbonates et
sédiments carbonés (4/5 calcaire
1/5 carbone fossile)
100
CO2/N2 actuel
très faible
10
1
432
1
0
CO /CO 2 actuel2

Temps (Ga)

6.3.10 RESUME: L ’EVOLUTION DE L ’ATMOSPHERE L ’atmosphère primordiale: résultat de l ’accrétion, formée
6.3.10
RESUME: L ’EVOLUTION DE L ’ATMOSPHERE
L ’atmosphère primordiale: résultat de l ’accrétion, formée essentiellement de H et He,
elle a été perdue rapidement
La seconde atmosphère primitive résulte du dégazage du manteau par les volcans et
d ’apports météoritiques et cométaires
La troisième atmosphère a été fortement modifiée par les organismes vivants qui l ’ont
enrichie en oxygène
Atmosphère
Atmosphère
Atmosphère
Atmosphère
primordiale
primitive
biogénique
actuelle
Atmosphère primordiale primitive biogénique actuelle N 2 = 78.1 % O 2 = 20.9 % Ar

N 2 = 78.1 % O 2 = 20.9 % Ar = 0.9% CO 2 = 0.04%

6.4 L A FORMATION DES OCEANS

- le dégazage du manteau: 1 - le constat actuel

- le dégazage du manteau: 2 - l ’activité volcanique:

- l ’origine de l ’eau sur la Terre

- l ’eau des océans: chondrites ou comètes? - l ’âge des océans - pourquoi
- l ’eau des océans: chondrites ou comètes?
- l ’âge des océans
- pourquoi l ’eau des océans ne s ’est-elle pas vaporisée
dans l ’atmosphère?

6.4.1

LE DEGAZAGE DU MANTEAU: 1 - LE CONSTAT ACTUEL

VOLCANISME DORSALE (100 km à 50 km): Manteau supérieur (700 Km) partiellement dégazé 1 à
VOLCANISME DORSALE
(100 km à 50 km):
Manteau supérieur (700 Km)
partiellement dégazé
1 à 4 fois la masse des océans
magma 0.1 à 0.3 % H 2 O.
Manteau = 100 à 1000 ppm
Manteau partiellement dégazé
Manteau non dégazé
(encore 1 à 4 fois la masse des océans)
VOLCANISME POINT CHAUD (2900 km à 700 km):
(Ar, He, Ne, Xe, Kr
)
= magma 0.6 à 1 % H 2 O
- 80% de l'atmosphère et océans formés en 100 Ma après l'accrétion

- 20% progressivement, durant 4 Ga

6.4.2

LE DEGAZAGE DU MANTEAU: 2 - L ’ACTIVITE VOLCANIQUE

PETIT BILAN DE MASSE Volume du manteau terrestre : 10 27 cm 3 (densité moyenne = 4.5 g/cm 3 ). Masse totale du manteau : 4.5 × 10 27 g. Masse des océans : 1.4 × 10 24 g Masse de l'atmosphère : 0.005 × 10 24 g

Perte du manteau supérieur dans la production des océans : 0.031% Perte du manteau dans la production de l'atmosphère : 0.0001 %

PETIT BILAN DE L ’ACTIVITE VOLCANIQUE

HADEEN ARCHEEN PROTEROZOIQUE volcanisme mantellique 4,6 4,0 3,0 2,0 1,0 0,0 Ga
HADEEN
ARCHEEN
PROTEROZOIQUE
volcanisme mantellique
4,6
4,0
3,0
2,0
1,0
0,0 Ga
6.4.3 L ’ORIGINE DE L ’EAU SUR LA TERRE: L ’HERITAGE DES CHONDRITES ET DES
6.4.3
L ’ORIGINE DE L ’EAU SUR LA TERRE:
L ’HERITAGE DES CHONDRITES ET DES COMETES
0.5% H 2 O soit 20 fois le
volume des océans actuels
CHONDRITES
- abondances élémentaires proches des
abondances solaires
- Présence d'eau et de minéraux hydratés
ARCHEEN
HADEEN
3,9 Ga
COMETES = poussières + glaces de
qq km de diamètre
- 26% de silicates
- 23% de molécules organiques réfractaires
- 9% de particules carbonées
- 42 % restant = mélange de molécules
volatiles dominé par l’eau (80%H 2 O)
6.4.4 L ’EAU DES OCEANS: CHONDRITES OU COMETES? D/H TERRE = 150 x 10 -6
6.4.4
L ’EAU DES OCEANS: CHONDRITES OU COMETES?
D/H TERRE = 150 x 10 -6
D/H COMETES (Hale Bopp, Halley) : 300 x 10 -6
D/H Halley Noyau : 3000 x 10 -6
D/H SOLEIL : 20 x 10 -6
D/H Jupiter, Saturne = D/H SOLEIL
D/H OCEAN : 150 x 10 -6
6 fois plus de Deutérium sur Terre
que dans le nuage protosolaire
10% seulement de l ’eau
des océans est d ’origine
cométaire
6.4.5 L ’AGE DES OCEANS Des roches sédimentaires vieilles de 3.9 Ga avec des caractéristiques
6.4.5
L ’AGE DES OCEANS
Des roches
sédimentaires
vieilles de 3.9 Ga
avec des
caractéristiques
océaniques:
Roches d'Akilia

6.4.5

POURQUOI L ’EAU DES OCEANS NE S ’EST-ELLE PAS

VAPORISEE DANS L ’ATMOSPHERE?

Chaleur d’accrétion

Chaleur

d’accrétion

Bombardement

à 4.4 Ga, la T° à la surface de la Terre permet la condensation de l'H 2 O liquide. Suite de condensations - vaporisations des océans

Chaleur radioactive
Chaleur radioactive
ns - vaporisations des océans Chaleur radioactive - 4,6 - 4 , 0 -3,0 - 2,0

- 4,6

- 4,0

-3,0

- 2,0

-1,0

0,0 Ga

les océans se sont formés dans les temps très précoces de l'Histoire de la Terre durant des périodes très hostiles (bombardements) : à 3.9 Ga le volume = volume actuel

(bombardements) : à 3.9 Ga le volume = volume actuel L’eau est donc tombée en pluies

L’eau est donc tombée en pluies incessantes pendant des millions d’années entraînant la dissolution des roches formant les premières roches sédimentaires:

altération en atmosphère réductrice H 2 O + CO 2 H 2 CO 3 H 2 CO 3 + CaO CaCO 3 + H 2 O

- l ’effet de serre - chronologie - - - Ce phénomène s ’est produit
-
l ’effet de serre
-
chronologie
-
-
-
Ce phénomène s ’est produit plusieurs fois
1 - 2300 Ma, Protérozoïque
2 - 750 Ma, Sturtienne
3 - 600 Ma,Varangienne

6.5 LA TERRE BOULE DE NEIGE

les causes supposées des glaciations totales

la fin des glaciations totales: le volcanisme

les conséquences de la déglaciation

6.5.1

L ’EFFET DE SERRE

Calculated mean global surface temperature Le Soleil étant 30% plus faible, la Terre aurait due
Calculated mean global surface temperature
Le Soleil étant 30% plus faible, la Terre
aurait due être trop froide pour que l’eau
existe à l’état liquide. L’effet de serre due
à la présence de CO 2 dans l’atmosphère a
augmenté la température à la surface.
Earth effective radiating temperature
Des glaciations totales se sont
produites durant l ’Archéen et
le Protérozoique. Cela est dû
à la diminution de la P CO2 par
stockage dans les carbonates
ou la matière carbonée dans
les sédiments.
6.5.2 CHRONOLOGIE 1800 Ga Mitochondries ? Protérozoique Sols fossiles oxydés Premiers fossiles d’ eucaryotes
6.5.2 CHRONOLOGIE
1800 Ga
Mitochondries ?
Protérozoique
Sols fossiles oxydés
Premiers fossiles d’ eucaryotes
2100
Activité tectonique globale
Terre boule de neige
2300
32 S/ 3’ S ratio skewed
2700
Biomarqueurs du passage
cyanobactéries/eucaryotes
Archéen
Stromatolites fossiles
3500
Cyanobactéries fossiles
3850 Ga
12 C: 13 C signatures dans les gneiss
du Gröenland
O 2 0.5 % de l’atm.
1-4%
Grès-rouges
Banded-iron formations

6.5.3

LES CAUSES SUPPOSEES DES GLACIATIONS TOTALES

1 - Micro-continents en position équatoriale

2 - Perte des gaz à effet de serre

- O 2 se combine avec le méthane (CH 4 ). Les produits de la réaction s ’échappent de l ’atmosphère,

- le CO 2 donne un acide faible avec l ’eau. Il tombe avec les pluies et altère les roches en surface produisant des carbonates.

- L ’augmentation de la surface gelée aux pôles accroît la réflectance de la surface de la Terre (albedo).

3

la réflectance de la surface de la Terre (albedo). 3 CONSEQUENCES: - réduction de la productivité

CONSEQUENCES:

- réduction de la productivité et de la diversité des êtres vivants

- confinement de la vie dans certaines zones océaniques

6.5.4

LA FIN DES GLACIATIONS TOTALES: LE VOLCANISME

Les gaz volcaniques Vapeur d’eau: H 2 O Dioxide de carbone: CO 2 Principaux gaz
Les gaz volcaniques
Vapeur d’eau: H 2 O
Dioxide de carbone: CO 2
Principaux gaz à effet de serre
Méthane: CH 4
Hydrogène: H 2
Gaz en traces (Hydrogène sulfuré HS)

6.5.6

LES CONSEQUENCES DE LA DEGLACIATION

• Earth’s mantel is rich in 86 Sr, crust in 87 Sr

Erosion rate measured using 87 Sr/ 86 Sr in marine carbonates.

• During periods of glaciation and mountain building more 87 Sr gets trapped in marine carbonates. This indicates high tectonic activity during and following SnowBall Earth

Comment sait-on 1 - qu ’il y a eu déglaciation 2 - qu ’elle a
Comment sait-on
1 - qu ’il y a eu déglaciation
2 - qu ’elle a été rapide?
• Earth’s mantel is rich in 86 Sr
• The crust, 87 Sr
87 Rb→ 87 Sr + β − + υ + Q

- La déglaciation entraîne l ’enrichissement des océans en nutriments par une intense altération des continents (accroissement rapide de

32 S / 34 S et de 87 Sr / 86 Sr dans les sédiments à 2100 Ma).

- explosion de la vie qui augmente brutalement la teneur en O 2 de l ’atmosphère ( premiers eucaryotes à 2150 Ma).

6.6 L’ORIGINE DE LA VIE - les propriétés fondamentales de la vie - les premiers
6.6 L’ORIGINE DE LA VIE
- les propriétés fondamentales de la vie
- les premiers composés protobiotiques
- quelles organisations moléculaires?
- acides aminés et sucres
- les pionniers: 1 - Oparine et Haldane 1930 les bulles
- les pionniers: 2 - Urey et Miller 1953, Oro 1961 la soupe primordiale
- la soupe primordiale: hypothèse fausse
- la surface des océans
- les hypothèses actuelle: 1 - les fumeurs noirs
- les hypothèses actuelle: 2 - les fumeurs blancs
- les hypothèses actuelles: 3 - la panspermie
- la chiralité: catalyse à la surface des minéraux

6.6.1

LES PROPRIETES FONDAMENTALES DE LA VIE

- hérédité: réplication des molécules d ’ ARN puis d ’ADN

- organisation cellulaire: formation de membranes

- reproduction: capacité de se diviser

- métabolisme: capacité de produire l ’énergie nécessaire à la synthèse des molécules du vivant

- croissance: capacité d ’accumuler de la matière dans une organisation cellulaire

- homochiralité: tous les acides aminés sont des énantiomères gauches, tous les sucres des énantiomères droits

Pour que la vie apparaisse, il a fallu que la polymérisation des molécules du vivant se produise sans l ’action d ’enzymes qui n ’existaient pas encore. Cela soulève deux problèmes:

1 - l ’origine des premiers acides aminés et des premiers sucres,

2 - la catalyse de la polymérisation de ces composés

6.6.2

LES PREMIERS COMPOSES PROTOBIOTIQUES

Il est maintenant acquis qu ’aucune des réactions dites biologiques n ’ait pu fonctionner sans des conditions abiotiques appropriées.

ALORS, QU ’EST-CE QUE LA VIE?

Les organismes catalysent beaucoup de réactions au même endroit et au même moment alors qu ’il est très improbable que cela se produise dans des conditions abiotiques (apport d ’énergie, probabilité de rencontre des composants chimiques, accumulation des produits…). La vie organise les réactions par compartiments et de façon synchronisée

LA VIE EST LE CHEF D ’ORCHESTRE DE LA CHIMIE.

6.6.3 QUELLES ORGANISATIONS MOLECULAIRES? MOLECULES PRE-BIOTIQUES = INERTES VIVANT Atomes Cellule C, H, O, N
6.6.3
QUELLES ORGANISATIONS MOLECULAIRES?
MOLECULES PRE-BIOTIQUES = INERTES
VIVANT
Atomes
Cellule
C, H, O, N
procaryote
Petites molécules
H 2 O, CH 4 , CO 2 , CNH
etc…
Moyennes mol.
Nucléosynthèse
Big-Bang,
étoiles,
Acides aminés,
Nucléotides,
Glucides,
Polymères
supernovas
Acides
gras
Chimie à 3K dans
les nuages
interstellaires
ou
systèmes
hydrothermaux
océaniques
Protéines,
ADN,
1 ere question:
ARN
Catalyse et polymérisation
2 eme question:
membranes

6.6.4

ACIDES AMINES ET SUCRES

6.6.4 ACIDES AMINES ET SUCRES 1961 : J. Oro ajoute HCN et ammoniaque – Acides aminés

1961 : J. Oro ajoute HCN et ammoniaque

Acides aminés

Quantité importante

d’adénine (ADN, ARN,

ATP)

Ajout d’urée + HCHO + HCN

Pyrimidines (C, T, U) Sucres 18 acides aminés des 20 biologiques + d’autres

6.6.5

LES PIONIERS: 1 - OPARINE ET HALDANE 1930 LES BULLES
LES PIONIERS: 1 - OPARINE ET HALDANE 1930
LES BULLES

6.6.6

LES PIONIERS: 2 - UREY ET MILLER 1953, ORO 1961

LA SOUPE PRIMORDIALE

2 - UREY ET MILLER 1953, ORO 1961 LA SOUPE PRIMORDIALE L ’atmosphère primitive était imaginée
L ’atmosphère primitive était imaginée formée de CH 4 , NH 3 , H 2
L ’atmosphère primitive
était imaginée formée de
CH 4 , NH 3 , H 2 O et H 2 .
Les premiers essais ont
abouti à la formation
d ’acides aminés simples.

6.6.7

LA SOUPE PRIMORDIALE: HYPOTHESE FAUSSE

ATMOSPHERE PRIMITIVE: très différente de celle imaginée par Urey et Miller:

CO 2 et H 2 O au lieu de CH 4 et NH 3 .

ATMOSPHERE "OXYDANTE" et non réductrice car composée de CO 2 et N 2 . CONCENTRATION
ATMOSPHERE "OXYDANTE" et non réductrice car composée de CO 2 et N 2 .
CONCENTRATION DES COMPOSES pour la vie dans les corps planétaires est
beaucoup plus faibles que dans l ’hypothèse de Miller et Urey (<1%).
6.6.8 LA SURFACE DES OCEANS Einstein: unité de concentration (mole) de photons
6.6.8
LA SURFACE DES OCEANS
Einstein: unité de concentration (mole) de photons
6.6.9 LES HYPOTHESES ACTUELLES: 1 - LES FUMEURS NOIRS Activité biologique hors de la lumière
6.6.9
LES HYPOTHESES ACTUELLES: 1 - LES FUMEURS NOIRS
Activité biologique hors de la lumière solaire
H 2 S (volcanique) + 2 O 2 (dissout dans la mer) SO 3 + H 2 O + Q
CO 2 + H 2 O + Q Glucide
Q = énergie chimique utilisée par les
bactéries pour synthétiser de la matière
vivante (pas la géothermie)
SEDUISANTE POSSIBILITE MAIS INADAPTEE
La chaîne alimentaire actuelle fonctionne dans une mer oxydante, parce
qu'il y a de la photosynthèse plus haut dans la zone photique. Il y a 4 Ga,
la mer n'était pas oxydante.

6.6.10

LES HYPOTHESES ACTUELLES: 2 - LES FUMEURS BLANCS

Les « fumeurs blancs » et les volcans de boue sont éloignés des rides océaniques. Ils sont formés de carboantes et d’argiles magnésiennes

et les volcans de boue sont éloignés des rides océaniques. Ils sont formés de carboantes et
et les volcans de boue sont éloignés des rides océaniques. Ils sont formés de carboantes et

6.6.11

LES HYPOTHESES ACTUELLES: 3 - LA PANSPERMIE

La découverte de molécules organiques de plus en plus complexes dans les nuages interstellaires amène à envisager l ’hypothèse d ’un vaste ensemencement de la vie dans le Cosmos. Ces molécules sont apportées sur Terre au cœur des météorites, protégées par les structure des minéraux. Cependant, cela n ’explique pas davantage le passage des polymères à la structure cellulaire de la vie.

minéraux. Cependant, cela n ’explique pas davantage le passage des polymères à la structure cellulaire de

6.6.12

LA CHIRALITE: CATALYSE A LA SURFACE DES MINERAUX

Acide aminé énantiomère gauche

la catalyse explique la chiralité qui une caractéristique des molécules du vivant

Acide aminé énantiomère droit

des molécules du vivant Acide aminé énantiomère droit Formation d ’acides aminés sur les faces des

Formation d ’acides aminés sur les faces des cristaux de calcite

6.7 LES PREMIERS ORGANISMES UNICELLULAIRES - Le mécanisme supposé de l’apparition de la vie -

6.7 LES PREMIERS ORGANISMES UNICELLULAIRES

- Le mécanisme supposé de l’apparition de la vie

- les premières traces de la vie sur Terre

- les cyanophycées

- formes unicellulaires (Barberton, RSA) – 3.2 Ga

- les bactéries extrêmophiles

- les stromatolites: 1 - anatomie

- les stromatolites: 2 - formation

- des procaryotes vers les eucaryotes

- les premiers eucaryotes

6.7.1

LE MECANISME SUPPOSE DE L ’APPARITION DE LA VIE

Sources des molécules organiques prébiotiques

autoréplication Vous êtes ici membrane cellulaire Extraterrestre Invention des proteines Eucaryotes Invention de l
autoréplication
Vous êtes ici
membrane cellulaire
Extraterrestre
Invention des proteines
Eucaryotes
Invention de l ’ADN
processus
domaine
Domaine
atmospherique
LUCA
Bacteries
Pre-ARN
ARN
(Miller-Urey)
Archées
Chimie des
sources
hydrothermales
LUCA = Last Universal Common Ancestor
6.7.2 PREMIERES TRACES DE LA VIE SUR TERRE 4 Ga ± 0,1: apparition probable de

6.7.2

PREMIERES TRACES DE LA VIE SUR TERRE

6.7.2 PREMIERES TRACES DE LA VIE SUR TERRE 4 Ga ± 0,1: apparition probable de la
4 Ga ± 0,1: apparition probable de la vie 12
4 Ga ± 0,1:
apparition probable de
la vie
12

3.85 Ga: Plus vieux indices de vie Globules de graphite enrichis en C (Isua & Akilia Groenland) = PHOTOSYNTHESE

Papineau, Elements, 2010

Akilia Groenland) = PHOTOSYNTHESE Papineau, Elements, 2010 3.5 Ga: Les plus vieux fossiles (Afrique du sud

3.5 Ga: Les plus vieux fossiles (Afrique du sud – Australie) = PROCARYOTES

Bada, EPSL, v 226, 2004

Interprétation contestée par Brasier et al. (2004)

Interprétation contestée par Brasier et al. (2004) 6.7.3 LES CYANOPHYCEES Les gneiss du Gröenland (3,8 Ga)

6.7.3

LES CYANOPHYCEES

Les gneiss du Gröenland (3,8 Ga) dérivent de roche sédimentaires. Ils contiennent du graphite. La proportion plus élevée de 12 C par rapport à 13 C est attribuée à la présence d ’une matière organique produite par photosynthèse.

3. 465 Ga
3. 465 Ga

Les cyanophycées les plus vieilles du monde (silex, formation Warrawoona, Australie (3,465 Ga)

3. 465 Ga Les cyanophycées les plus vieilles du monde (silex, formation Warrawoona, Australie (3,465 Ga)

6.7.4

FORMES UNICELLULAIRES (BARBERTON, RSA) 3.2 Ga

6.7.4 FORMES UNICELLULAIRES (BARBERTON, RSA) 3.2 Ga Javaux et al. 2010 Nature Ces « fossiles »

Javaux et al. 2010 Nature

Ces « fossiles » carbonés sont les traces les plus anciennes à ce jour dune vie microbienne (probablement procaryote)

6.7.5

LES BACTERIES EXTREMOPHILES

Les archéobactéries vivaient et vivent encore dans des conditions extrêmes (extrêmophiles).Elles n ’ont pas de
Les archéobactéries vivaient et vivent encore dans des conditions extrêmes
(extrêmophiles).Elles n ’ont pas de peptoglycides dans leur paroi cellulaire. Elles possèdent
des lipides particuliers dans leurs membranes cellulaires.
bactéries thermophiles
Quelques milieux propices aux bactéries extrêmophiles:
- méthanogènes (anaérobies),
- halophiles (milieux très salés),
- thermophiles (sources hydrothermales

6.7.6

LES STROMATOLITES: 1 - ANATOMIE

Les stromatolites sont formés de couches de sédiments alternant avec des couches de cyanobactéries. On
Les stromatolites sont formés
de couches de sédiments alternant
avec des couches de cyanobactéries.
On les trouve encore aujourd ’hui
en Australie, dans les Caraïbes et
le Golfe Persique.

6.7.7

LES STROMATOLITES: 2 - FORMATION

Stromatolites: piégeage de particules sédimentaires dans une sécrétion mucilagineuse procaryotique et précipitation de CaCO 3 au cours de la photosynthèse (cyanobactéries)

Swtaziland, South Africa 3,4 Ga
Swtaziland, South Africa
3,4 Ga

6.7.8

DES PROCARYOTES VERS LES EUCARYOTES

6.7.8 DES PROCARYOTES VERS LES EUCARYOTES

6.7.9

LES PREMIERS EUCARYOTES

ENDOSYMBIOSE
ENDOSYMBIOSE
6.8 LES PREMIERES FORMES PLURICELLULAIRES - formes unicellulaires - les fossiles du Gabon - les
6.8 LES PREMIERES
FORMES PLURICELLULAIRES
- formes unicellulaires
- les fossiles du Gabon
- les collines d’Ediacara
6.8.1 LES TRACES FOSSILES CONNUES JUSQU’AU 1 JUILLET 2010 ETAIENT CELLES D’ORGANISMES UNICELLULAIRES FOSSILES
6.8.1
LES TRACES FOSSILES CONNUES JUSQU’AU 1 JUILLET 2010
ETAIENT CELLES D’ORGANISMES UNICELLULAIRES
FOSSILES CHIMIQUES
FOSSILES DES JASPILITES (BIFs)
La présence de stéroles
(molécules organiques)
dans les sédiments du
craton de Pilbara en
Australie montre
l ’existence d ’eucaryotes
avant 2,7 Ga.
Grypania: une algue multicellulaire ?
1,8 Ga

6.8.2

LES ORGANISMES PLURICELLULAIRES COLONIAUX DU

GABON

Des organismes macroscopiques, complexes et variés sont parfaitement identifiables dans leur forme de fossiles
Des organismes macroscopiques, complexes et
variés sont parfaitement identifiables dans leur
forme de fossiles pyritisés comme le montre la
tomographie d’absorption de rayons X.
El Albani et al., 2010
6.8.3 LES COLLINES D’EDIACARA, AUSTRALIE - 670 Ma
6.8.3
LES COLLINES D’EDIACARA, AUSTRALIE - 670 Ma
6.8.3 LES COLLINES D’EDIACARA, AUSTRALIE - 670 Ma Fossils of Arkarua Tribrachidium heraldicum Le Big Bang

Fossils of Arkarua

D’EDIACARA, AUSTRALIE - 670 Ma Fossils of Arkarua Tribrachidium heraldicum Le Big Bang biologique;

Tribrachidium heraldicum

Le Big Bang biologique; l’explosion cambrienne! Ainsi pensait-on que les organismes pluricellulaires macroscopiques n’étaient apparus qu’à partir de -670 Ma.

6.9 LA VIE EXTRA-TERRESTRE - la vie existe-t-elle sur d ’autres planètes? - la mission
6.9
LA VIE EXTRA-TERRESTRE
- la vie existe-t-elle sur d ’autres planètes?
- la mission Huygens sur Titan - janvier 2005
6.9.1 Une lune de Jupiter: EUROPA Le projet: VOSTOCK LAKE Antarctique LA VIE EXISTE-T-ELLE SUR

6.9.1

Une lune de Jupiter: EUROPA Le projet: VOSTOCK LAKE Antarctique
Une lune de Jupiter: EUROPA
Le projet: VOSTOCK LAKE
Antarctique

LA VIE EXISTE-T-ELLE SUR D’AUTRES PLANETES?

6.9.2 LA MISSION HUYGENS SUR TITAN janvier 2005 atmosphère Surface trop froide pour l ’eau

6.9.2

LA MISSION HUYGENS SUR TITAN

janvier 2005

atmosphère
atmosphère

Surface trop froide pour l ’eau liquide (peut-être en

profondeur) A la surface le liquide est un mélange

éthane-

méthane

CONCLUSION

La Terre est un système chimique dont la vie est l’expression la plus complexe. Tout
La Terre est un système chimique dont la vie est l’expression la plus
complexe. Tout ou presque reste à découvrir. Ce sera votre travail.
Reconstitution du biotope d ’Ediacara (Australie) 670 Ma
PROCHAINE ET DERNIERE LEÇON: LES ROCHES
PROCHAINE ET DERNIERE LEÇON:
LES ROCHES
Frei et al., 2009, Nature, 461, 10 Pas de photosynthèse mais vie possible 3,5 Photosynthèse
Frei et al., 2009, Nature, 461, 10
Pas de photosynthèse
mais vie possible
3,5
Photosynthèse
premiers témoins
de fer oxydé dans
les roches
Lyons & Reinhard, 2009, Nature, 461, 10

7.5.1

L ’EFFET DE SERRE

Calculated mean global surface temperature Le Soleil étant 30% plus faible, la Terre aurait due
Calculated mean global surface temperature
Le Soleil étant 30% plus faible, la Terre
aurait due être trop froide pour que l’eau
existe à l’état liquide. L’effet de serre due
à la présence de CO2 dans l’atmosphère a
augmenté la température à la surface.
Earth effective radiating temperature
Des glaciations totales se sont
produites durant l ’Archéen et
le Protérozoique. Cela est dû
à la diminution de la P CO2 par
stockage dans les carbonates
ou la matière carbonée dans
les sédiments.
7.7 LES PREMIERES FORMES DE LA VIE - les premières traces de la vie sur
7.7 LES PREMIERES
FORMES DE LA VIE
- les premières traces de la vie sur Terre
- les cyanophycées
- les stromatolites: 1 - anatomie
- les stromatolites: 2 - formation
- des procaryotes vers les eucaryotes
- les premiers eucaryotes
- les traces fossiles des premiers eucaryotes
- le « big bang biologique » du Cambrien
- résumé
10 µm
Gunflint Chert, Western Ontario. 1,9 Ga
BIFs
BIFs

7.8.3

RESUME

(MacKenzie and Mackenzie, 1995)

Les BIF
Les BIF
CONCLUSION Les mêmes lois contrôlent la formation des minéraux dans les roches profondes (magmatiques,
CONCLUSION
Les mêmes lois contrôlent la formation des minéraux dans les roches
profondes (magmatiques, métamorphiques) ou de surface (sols,
altérations, sédiments). Dans tous les cas, les cristaux enregistrent les
conditions de leur formation. Une roche est un palimpseste. Pour le
décrypter, il suffit d ’apprendre à lire …… c’est que vous faites dans les
travaux pratiques qui vous sont proposés.
Prochaine leçon: LES ROCHES

6.8.2

LE « BIG BANG BIOLOGIQUE » DU CAMBRIEN

La faune d ’Ediacara (Australie) 560-540 Ma Les embryons de Doushantuo (Chine) 580 Ma (algues
La faune d ’Ediacara (Australie) 560-540 Ma
Les embryons de Doushantuo (Chine) 580 Ma
(algues et animaux) préservés dans des phosphorites.