Vous êtes sur la page 1sur 3

Colorants et pigments

Compétences attendues
 Savoir que les molécules de la chimie organique sont constituées principalement des éléments C et H
 Reconnaitre si deux doubles liaisons sont en position conjuguée dans une chaine carbonée.
 Etablir un lien entre la structure moléculaire et le caractère coloré ou non coloré d’une molécule
 Repérer expérimentalement des paramètres influençant la couleur d’une substance (pH, solvant, etc.)
 Interpréter la couleur d’un mélange obtenu à partir de matières colorées.
 Pratiquer une démarche expérimentale mettant en œuvre une extracyion, une synthèse une
chromatographie.

Qu’est-ce qu’une matière colorée ?


Les substances responsables de la couleur sont des matières colorées. Parmi les matières colorées, on distingue
les pigments et les colorants.
 Les pigments sont des substance finement divisées et insolubles dans le milieu qui les contient.
 Les colorants y sont solubles.

Les pigments et les colorants peuvent être naturels (extrait de roches, de plantes), synthétiques (le colorant indigo
des bluejeans peut être synthétisé en laboratoire, mais provient initialement de l’indigotier) ou artificiels ( de
nombreux pigments enrichissant la palette des peintures ont été entièrement créés en laboratoire).

Application : Compléter les schémas suivants, où on distingue le comportement d’un colorant et


d’un pigment vis-à-vis de la matière.

Qu’est-ce qu’un mélange soustractif ?


1. Absorbance
Une solution parait colorée si elle absorbe une partie du spectre visible.
Ainsi les radiations absorbées par la substance n’apparaitront pas dans le spectre de la lumière transmise.

Pour chaque radiation de longueur d’onde données, on définit


l’absorbance A de la solution colorée, qui reflète le rapport,
sans unité, entre l’intensité de la lumière incidente et celle de la
lumière transmise.

Application : Représentez le spectre d’absorption d’une


solution aqueuse de sulfate de cuivre.
2. Mélange de substance colorées
Lorsqu’on mélange deux solutions colorées, la couleur obtenue
résulte d’une synthèse soustractive : les radiations absorbées par
chaque solution sont généralement absorbées par le mélange.

Application : attribuez à chacun des trois spectres


d’absorption le colorant auquel il appartient : le jaune de
tartrazine (noté a), le colorant cyan improprement appelé
« bleu patenté » et le mélange des deux colorants de
couleur verte (noté c).

Séparation et identification de colorants alimentaires

La chromatographie est une méthode de séparation et d’identification d’espèces chimiques. Nous allons ici revoir
son principe et les précautions expérimentales à respecter pour sa mise en œuvre. Enfin, nous verrons une
nouvelle méthode de séparation : la chromatographie sur colonne.

 Préparation de la cuve :
Verser l’éluant dans le bécher, afin d’obtenir une hauteur de liquide de 5mm environ.

Recouvrir la cuve, et patientez ainsi quelques instants, afin que l’atmosphère de la cuve soit saturée (sous forme de
vapeur).

 Préparation de la plaque
Tracez délicatement une ligne à 1cm du bas de la plaque, c’est la ligne de dépôt. Repérez-y les points de dépôts par
une croix.

Déposez avec soin, à l’aide d’un cure dent, plusieurs touches successives de l’espèces chimiques (ici dissoute dans un
solvant non aqueux) à identifier.

Agiter modérément la plaque en la tenant avec une pince, afin que les solvants utilisés pour les dépôts s’évaporent.

 Elution et fin d’élution


L’éluant monte par capillarité le long de la plaque en entrainant les espèces contenues dans les dépôts. Lorsqu’il atteint
le dernier centimètre, sortez la plaque et noter la ligne atteinte par le liquide, c’est le front de l’éluant. Agiter la plaque
afin de la sécher.

 Calcul du rapport frontal


On nomme rapport frontal le quotient (sans unité) entre la distance parcourue sur la phase fixe une espèce chimique
(h) et la distance parcourue par l’éluant (H) : Rf =h/H

Application

1) Réalisez les dépôts que vous jugez nécessaires pour connaitre la composition du colorant
marron
2) Recopie et légendez le schéma suivant, en indiquant le nom de chacun des dépôts ainsi que
la position des tâches correspondantes à partir de votre chromatogramme.
3) Calculez le rapport frontal de chaque tâche.
4) Si on change la nature de l’éluant, la distance parc ourue par une espèce chimique sur la
plaque va-t-elle changer ? Expliquez en termes d’affinité. Et si l’on change la nature de la
phase fixe ?
5) Pourquoi la plaque de chromatographie ne doit -elle pas toucher les bords du bécher ?
6) Pourquoi couvre-ton la cuve à chromatographie ?
7) Pourquoi doit-on sécher la plaque immédiatement après l’étape d’élution ?
Lors d’une chromatographie sur colonne, le mélange se sépare en différente zones qui migrent à des
vitesses différentes et que l’on peut recueillir séparément.