Vous êtes sur la page 1sur 11

Votre PROGRAMME de droit

ANNALES 2 0 1 8
des personnes et de la famille L1-S2
traité à travers les DIFFÉRENTES
ÉPREUVES rencontrées en TD et lors
Les CORRIGÉS sont CONFORMES
aux attentes de votre professeur et à ce que ANNALES

CORRIGÉES ET COMMENTÉES
de l’EXAMEN FINAL (dissertation, vous pouvez réaliser dans le temps imparti. CORRIGÉES ET COMMENTÉES
commentaire, cas pratique, QRC et QCM).
2018
t d’iden-
istent permettan
nts éléments coex nalité est un
rent. À ces fins, différe à un État, la natio
laquelle elles s’insè t l’appartenance ntification d’une
Ainsi, symbolisan est un critère d’ide
tifier la personne. personne ; le nom ques , son lien fa-
catio n d’une nnes physi
critère d’identifi et, pour les perso et la
t sa désignation d’identification perm
que personne permettan actes d’état civil. Un autre mode
Dissertation juridi
est le domi- ile par rapport
e d’ordre spatial

Marie-Cécile Lasserre
par les L’objet du domic
milial complété personne. Ce critèr
Sujet 2
est
raphique de la , commune aux à l’identification
de la personne
localisation géog reconnaissance
ique classique de
de lier
techn 102 du Code civil, ici envisagé. Il s’agit

LICENCE 1
est une l’artic le du sujet
cile. Le domicile aux personnes mora
les. À suivre
civils, est au lieu où les différents termes
ques et de ses droits le délimit er.
personnes physi et ainsi
sujet suivant : quant à l’exercice personne -
d’identification
Sophie Druffin-Bricca
une
Vous traiterez le tout Franç ais, à rattac her
t qu’élément « Le domicile de sert
Ainsi, le domicile est un élément
Le domicile en tan
Durée de l’épreuve
: établissement ». ce fait, le domicile
il a son principal à un lieu fixe. De ntification. é le domicile
3 heures que ou morale - nt un critère d’ide Après avoir qualifi
qu’elle soit physi
de la personne et par conséque tification de

LICENCE 1
d’élément d’iden
Aucun document n des personnes ent renvoie ile
d’individualisatio élém ent matériel. Cet élém la personne, le domic
n’est autorisé e d’un doit dis- doit être défini.
du domicile résult civil. La personne
La caractérisation l’artic le 102 du Code
que - pro-
issement visé à ent. Le titre juridi
au principal établ comm e un logem fois, afi n
lation envisagée d’incidence. Toute
poser d’une instal installation n’a pas d’autres
caractérisant cette tère principal. En
. Lasserre) priété, bail, etc. - doit avoir un carac personne à
CORRECTEUR (M.-C d’être qualifié de
domicile, le logis
manière fixe et
permanente, la
OBSERVATIONS DU l’insta llation doit rattacher, de n, le domi cile symbolise le
rattache-
vigi- terme s, d’identifi catio cile est en
l’étudiant doit être tant que critère pourquoi, le domi
ique. Pour autant, un lieu. Ainsi, en ine spatial. C’est ce cas,
est un sujet class nne dans un doma est volontaire. Dans
Le sujet proposé ment d’une perso que le domicile t, le
points. ntifi- librem ent, c’est-à-dire inten tionnel. Cependan
lant sur plusieurs que critère d’ide princ ipe chois i
matériel mais aussi par la
é sur le seul domicile en tant ne doive nt pas cile résult e d’un élément ce cas, le domi cile est déterminé
être centr etc. le domi Dans
- Le devoir doit nationalité, le nom, abor- ment être légal.
nne. Dès lors, la n peuvent être domi cile peut égale
mine ur. ile est traité
cation de la perso ents d’identificatio re. S’ils re le domicile du personne
Le respect du domic si l’objet du
s élém loi comme le mont
entiè car,
être développés.
Ces autre ment à part il apparaît que toute dans l’introduction

DROIT DES PERSONNES


l’objet d’un traite
il
de la personne, nne, ite sa protection,
nt pas faire
dés, mais ils ne doive nt l’être par rapport au domicile. t d’identification attribut de la perso domicile nécess
que le sujet
En tant qu’élémen est que le domicile, e n’en reste pas moins du domicile.

DROIT DES PERSONNES ET DE LA FAMILLE


doive Le pend ant n de sauve gard
sont abordés, ils n de la personne. domicile. la Conventio n’est pas la protec
tion
ntifi catio se doit d’avoir un titre l’article 8 de le droit de toute
que critèr e d’ide
définie. Mais, le do- protection. À ce mentales proclame
domicile en tant évidemment, être bénéficie d’une fonda me,
- Le sujet vise le naissance de me et des libert és
e des droits de l’Hom 2013, req. n° 26419/10
domicile doit, bien CEDH, 18 avr.
Ainsi, la notion de sa fonction de recon des droits de l’Hom La Cour européenn que « la
uniquement dans droit. ct de son domicile. bourg, a rappelé
micile doit être traité ère générale en personne au respe SA contre Luxem domicile pro-
domicile de mani -Paul Luxembourg se limite pas au
sujet n’est pas le dans son arrêt Saint l’article 8 § 1 ne
la personne. Le Sans plus de préci
sion,
cile » figurant à connotation plus
large
n prop osé vise la personne. envis agées. notion de « domi Le terme « domicile » a une et peut englo ber
- Le sujet de disse
rtatio
morale doivent
être particulier. l’article 8)
et la perso nne prement dit d’un le texte anglais de ris les filiales et autre
s
la personne physi
que ue » (figurant dans
lle à mettre en exerg que le mot « home nne morale, y comp sitions de ère du domicile.
classique et appe u officiel d’une perso ulièrement les dispo Il s’agit d’un caract

ET DE LA FAMILLE
lation, le sujet est tification de la per- (par exemple) burea e l’attestent partic
- Dans sa formu intérêt pour l’iden n- nels ». Et, comm able.
du domicile et son n / 2. L’intérêt. Cepe locaux profession le domicile est inviol
la détermination type : 1. La notio isés. t la protection du domi cile,
e. Il peut en ressortir un plan les plans d’idée sont valor droit pénal visan privé . Ces cons idérations se re-
sonn e que ». êt général et
doit avoir conscienc ique qu’un plan d’idée « forcé tout à la fois l’intér La reconnaissance
de la per-
dant, l’étudiant Le domicile sert er la personne.
mieux un plan class nécessité d’identifi fondamentale.
Néanmoins, il vaut trouvent dans la e une obligation
s’impose comm ntification de la
champ spatial es classiques d’ide
sonne dans un que les autres critèr tère de stabilité peut
domi cile, plus son carac
Toutefois, le les individus. Ainsi, en partie
être modifié par du domicile. C’est
d’identification personne, peut s de localisation se trouvent
La phrase d’accr
oche permet es, les procédés înant des difficulté des personnes
t sous-jacent celles biométriqu mais le domicile
demeure être mis à mal entra ance classique n scientifiques.
e est assez
de souligner l’intérê informatiques à dés de reconnaiss dés d’identificatio
La problématiqu
te à démontrer
du sujet : le caract
ère Des techniques efficacité s’accroît, nnes est pourquoi, les procé des nouveaux procé classique. Elle consis
spécialisent et leur tification des perso par d’une personne dans nsable du
indispensable du
domicile.
des personnes se ur en droit. L’iden avant désormais conc
urren cés
reconnaiss ance le caractère indispe
ent de recon naissance maje re publi c. C’est pourquoi bien cile appa raît nécessaire à la e et la néce ssité du domicile domicile en tant
qu’élément
un élém n des Ainsi, si le domi la personne.
nt relevé en raison d’impératif
s d’ord
des critères d’identificatio té elle-m ême, le classicism nt pas en occulter les d’identification de
Il est immédiateme ensa ble étrie, la socié doive
la personne. Cette indisp
l’informatique ou
de la biom techniques class
iques la société et par d’une personne
ne
l’aspect dual de emen t de une de ces e d’identification
précision atteste
que le sujet est l’avèn
été posés. Le dom
icile est
dem eure un critère essen
tiel en tant que critèr
nes physique et nnes ont rence suran née, es. -ci s’est
cerné. Si les person perso
qui, sous une appa potentielles lacun la personne. Celui
morale doivent être
traitées, il est
ntifi catio n et mora les. d’identification de physique et
un plan type : d’ide
des personnes
physiques élément classique nt de la personne
déconseillé de faire ue. d’ide ntifi catio n assure son insert ion dans Le domicile est un ent de rattac heme
1. La personne physiq que que morale, s per- comme un élém
la perso nne, tant physi vis-à- vis des autre toujours imposé 31
L’identification de ance, d’une part, té dans
Les définitions des
termes du
ettant sa reconnaiss re part, par la socié
sujet doivent se
retrouver dans la société en perm personnalité juridique et, d’aut
l’introduction. de la
sonnes dotées

30

Dont un dossier analysant Dissertations


3 COPIES RÉELLES
(notées 6, 11 et 17/20) sont reproduites
Des COMMENTAIRES et des
CONSEILS sont placés en marge
de tous les corrigés pour comprendre
19 SUJETS 3 COPIES RÉELLES
D’ÉTUDIANTS
Commentaires
Cas pratiques
et commentées dans le dossier. leurs points forts et leurs points faibles.

a ve c d e s c o n s e i l s d e m é t h o d o l o g i e

Prix : 9,80 €
ISBN 978-2-297-06256-5
9 782297 062565 www.lextenso-editions.fr
Sophie Druffin-Bricca
Marie-Cécile Lasserre

Droit des personnes


et de la famille
Licence 1

• Droit des personnes


• Droit de la famille
SOMMAIRE
Dossier : 3 copies réelles notées et annotées
Pourquoi ce dossier et comment l’utiliser ? 05
Sujet : Dissertation : Le consentement à mariage 06
Indications de correction 06
Copie notée 06/20 07
Copie notée 11/20 10
Copie notée 17/20 14

18 annales corrigées et commentées

1 – Droit des personnes


Sujet 1. Commentaire d’arrêt : La mention du « sexe neutre » dans les actes d’état civil
(Cass. 1re civ., 4 mai 2017, n° 16-17189) 22
Sujet 2. Dissertation juridique : Le domicile en tant qu’élément d’identification de la personne 30
Sujet 3. Dissertation juridique : Nom de famille et volonté 36
Sujet 4. Cas pratique : Le nom et le prénom 41
Sujet 5. Dissertation juridique : Les cas d’ouverture de la tutelle du mineur 47
Sujet 6. Cas pratique : La disparition, changement de prénom et curatelle 52
Sujet 7. Questions sur arrêt : La tutelle du majeur (Cass. 1re civ., 4 mai 2017, n° 16-17752) 56
Sujet 8. Questions de cours 61
Sujet 9. QCM : Droit des personnes 65

3
SOMMAIRE
2 – Droit de la famille
Sujet 10. Commentaire d’arrêt : Arrêt Berthon (Cass. ch. réunies, 24 avril 1862) 68
Sujet 11. Cas pratique : Conditions de formation du mariage 73
Sujet 12. Dissertation juridique : Le divorce par consentement mutuel 77
Sujet 13. Dissertation juridique : La désunion du couple marié 83
Sujet 14. Commentaire d’arrêt : Le PACS (Cass. 1 civ., 8 mars 2017, n° 16-18.685)
re
89
Sujet 15. Question sur arrêts : La procréation médicalement assistée
(Cass. ass. plén., 3 juillet 2015, n° 14-21323 ; Cass. ass. plén., 3 juillet 2015, n° 15-50002 ;
Cass. 1re civ., 5 juillet 2017, n° 16-16455 ; Cass. 1re civ., 5 juillet 2017, n° 15-28597) 95
Sujet 16. Questions de cours 102
Sujet 17. Cas pratique de synthèse 108
Sujet 18. QCM : Droit de la famille 114

4
Dissertation juridique Sujet 12
Durée de l’épreuve :
Vous traiterez le sujet suivant :
3 heures
« Le divorce par consentement mutuel » Aucun document
n’est autorisé

OBSERVATIONS DU CORRECTEUR (M.-C. Lasserre)

La dissertation proposée porte sur le divorce par consentement mutuel. Sous


une apparence classique, le sujet est d’une grande actualité et impose une
réflexion minutieuse.
Le sujet proposé a un double aspect puisqu’il impose de traiter le divorce par
consentement mutuel avec juge et celui sans juge. Ce double aspect doit
être utilisé pour formuler la problématique. En effet, les divorces par consen-
tement mutuel doivent être traités. Néanmoins, le sujet est le divorce par
consentement mutuel. Ainsi, les points communs entre le divorce par consen-
tement mutuel avec juge et celui sans juge doivent être mis en exergue, tout
en précisant les spécificités de ces cas de divorce.
C’est pourquoi, le plan type, 1. Le divorce par consentement mutuel avec
juge et 2. Le consentement mutuel sans juge, est à éviter. Ce plan permet de
restituer son cours mais sans véritable analyse et sans dégager la spécificité
du sujet. De plus, de manière générale, le plan d’idée est à privilégier.
Le divorce par consentement mutuel sans juge a bénéficié d’un relais
médiatique dans la presse généraliste. L’étudiant doit prendre garde, sur ce
thème, à rester juridique.

Le devoir doit débuter par une


phrase d’accroche. Il peut s’agir
Mieux vaut un bon divorce qu’un mauvais mariage. Ce proverbe français semble d’un proverbe, qui doit être
pertinent par rapport au sujet.
trouver une retranscription dans le divorce par consentement mutuel qui, symboli-
sant la libéralisation du divorce et concrétisant la volonté des époux, est le cas le
plus fréquent de divorce et celui qui a bénéficié d’une attention accrue de la part
du législateur ces dernières années. L’aspect historique du sujet, s’il
est pertinent, doit apparaître en
Le divorce par consentement mutuel est l’héritier du divorce sur requête conjointe, introduction.

institué par la loi du 11 juillet 1975 et portant réforme du divorce. Le divorce par Une définition des termes du sujet
consentement mutuel est fondé sur la demande conjointe des époux qui décident doit se retrouver obligatoirement
d’un commun accord de divorcer et sont en accord sur les conséquences de ce dans l’introduction.
divorce. Sur ces quinze dernières années, le divorce par consentement mutuel est
en forte progression. Actuellement, le divorce par consentement mutuel est le cas
le plus fréquent de divorce.
Les autres formes de divorce
Le divorce par consentement mutuel se distingue des autres divorces par son n’ont pas à être analysées,
car le sujet proposé n’est pas
succès. Il se distingue également des autres cas de divorce par ses spécificités. Le un sujet de comparaison.
divorce par consentement mutuel consacre la libéralisation du divorce et favorise

77
la volonté commune des époux. Le succès du divorce par consentement mutuel et
ses caractéristiques ont incité le législateur à instituer un nouveau type de divorce
par consentement mutuel. Ainsi, la loi de modernisation de la justice du XXIe siècle
a instauré un divorce par consentement mutuel par acte sous signature privée
En cas d’actualités concernant le contresigné par avocats, déposé au rang des minutes d’un notaire, communé-
sujet, la date d’entrée en vigueur
des modifications doit être donnée. ment appelé divorce par consentement mutuel sans juge, entrée en vigueur le
1er janvier 2017.
Depuis le 1er janvier 2017, deux types de divorce par consentement mutuel
coexistent : le divorce par consentement mutuel judiciaire et le divorce par consen-
Le sujet est ici délimité.
tement mutuel par acte sous signature privée contresigné par avocats, déposé
au rang des minutes d’un notaire. Dans les deux cas, l’accord des époux doit être
total, c’est-à-dire qu’il doit porter sur le principe de la dissolution du mariage et sur
les conséquences du divorce. En revanche, bien que le divorce par consentement
mutuel judiciaire soit de nature gracieuse, il reste soumis à un contrôle judiciaire,
Cette caractéristique est à contrairement au divorce par consentement mutuel extrajudiciaire.
souligner, car il s’agit d’une
spécificité du sujet. Elle est avancée Le divorce par consentement mutuel n’est pas un mais dual. Cette dualité se reflète
à ce stade de l’introduction, car
elle sert la problématique.
dans la structure du Code civil, puisque la Section 1, du Chapitre 1er du Titre VI du
Livre 1er, s’intitulant Du divorce par consentement mutuel, est uniquement décom-
Il s’agit de la problématique.
posée en deux paragraphes : le premier dénommé du divorce par consentement
Celle-ci n’a pas nécessairement mutuel par acte sous signature privée contresigné par avocats, déposé au rang
à être formulée sous forme des minutes d’un notaire et le second du divorce par consentement mutuel judi-
interrogative, mais elle doit mettre
en avant l’intérêt du sujet :
ciaire. Ainsi, l’emploi de l’expression « le divorce par consentement mutuel » serait
est-il pertinent et dans quelle un abus de langage auquel devrait être substituée l’expression « les divorces par
mesure peut-on évoquer le divorce consentement mutuel ». Toutefois, il ressort de l’étude des deux types de divorce
par consentement mutuel
au singulier ?
par consentement mutuel un cheminement similaire faisant apparaître un cadre
commun pour le divorce par consentement mutuel.
L’existence d’un cadre commun pour le divorce par consentement mutuel ne dénie
Afin d’étudier le divorce par
pas l’existence de spécificités propres à chacun des divorces par consentement
consentement mutuel sous ses
deux formes, le plan est articulé mutuel. Ce cadre commun atteste des mêmes objectifs poursuivis par les divorces
autour de leurs objectifs communs. par consentement mutuel, à savoir la libéralisation du divorce (2) et la favorisation
de la volonté commune des époux (1), mais suivant des démarches pouvant varier.

1 • L a volonté commune des époux favorisée par le divorce


par consentement mutuel

Que le divorce par consentement mutuel soit judiciaire ou non, l’accord des époux
doit être total. Le divorce résidant dans la seule volonté des époux de divorcer,
le consentement au divorce par consentement mutuel doit revêtir certaines ca-
ractéristiques (A). Aucun point de désaccord entre les époux ne devant subsister,
Les deux sous-parties doivent une convention élaborée d’un commun accord doit régler l’ensemble des consé-
retranscrire l’objectif du divorce :
la volonté commune des époux. quences du divorce et dès lors retranscrire la volonté des époux (B).

A) L a volonté commune des époux nécessitant un consentement au divorce


par consentement mutuel

Le divorce par consentement mutuel a pour fondement l’entente des époux sur la
rupture du mariage et ses effets. En raison de la place de la volonté dans le divorce
par consentement mutuel, la qualité du consentement des époux est importante.
Les caractéristiques du consentement sont énoncées au premier alinéa de l’article

78
232 du Code civil. Cette disposition est insérée dans le Code civil dans la partie
dédiée au divorce par consentement mutuel judiciaire, mais ces caractéristiques
doivent trouver une retranscription pour le divorce par consentement mutuel sans
juge, l’objet du consentement étant le même. Ainsi, la volonté des époux de
divorcer par consentement mutuel doit être réelle. Le consentement des époux doit
être libre et éclairé. D’une part, chaque époux doit adhérer personnellement au
projet de divorce. L’accord des époux doit être exempt de vice, notamment de Après avoir donné les caractères
du consentement, ceux-ci doivent
violence c’est-à-dire qu’il ne doit pas découler d’une menace. D’autre part, les être expliqués.
époux doivent avoir conscience de leur engagement et le comprendre.
Suite à l’énonciation des caractères
Il résulte des caractéristiques du consentement qu’afin de divorcer par consente- du consentement, la conséquence
ment mutuel, la pleine capacité des époux est exigée (C. civ., art. 229-2, 2°). Lorsque est donnée.
l’un des époux est placé sous un régime de protection, comme la tutelle, il est inter-
dit de recourir au divorce par consentement mutuel. La solution est légitime. Effecti-
vement, conformément à l’article 425 du Code civil, une personne bénéficie d’une
mesure de protection juridique dès lors qu’elle est « dans l’impossibilité de pourvoir
seule à ses intérêts en raison d’une altération, (...) de nature à empêcher l’expres-
sion de sa volonté ». Dès lors, l’existence d’une telle mesure de protection juridique
dénie en soit la possibilité d’exprimer un consentement éclairé. En conséquence,
ni l’époux placé sous protection, ni son conjoint ne peut demander à divorcer par
consentement mutuel (C. civ., art. 249-4).
Légitimement, le consentement des époux au divorce par consentement mutuel
Les spécificités de chacun des
doit être réel, libre et éclairé. En sus du consentement des époux, le recours au divorce
divorces par consentement mutuel
par consentement mutuel sans juge impose implicitement, en présence d’un ou doivent être données.
des enfants mineurs des époux, l’accord de l’enfant ou des enfants. En effet,
l’enfant mineur doit être informé par ses parents de son droit à être entendu par Voir les conditions
un juge (C. civ., art. 229-2, 1°). Dans l’hypothèse où l’enfant demande son audition, de l’article 388-1 du Code civil.
le processus est bloqué et la procédure de divorce bascule dans le domaine judi-
ciaire. Il est vrai qu’aucun accord n’est demandé expressément à l’enfant concer- Le droit du mineur à être entendu
par un juge doit être rattaché
nant le recours au divorce par consentement mutuel sans juge, toutefois, la volonté à la volonté des époux. Tout
de l’enfant d’être entendu par un juge fait obstacle audit recours, en dépit de développement d’une partie ou
l’accord des parents. d’une sous-partie doit correspondre
à son titre.
Le divorce par consentement mutuel est subordonné à l’accord des époux. Cet
accord se matérialise dans une convention qui, élaborée d’un commun accord
par les époux, doit régler les conséquences du divorce.

B) La convention sur les conséquences du divorce retranscrivant


la volonté commune des époux

Tant dans le cadre du divorce par consentement mutuel judiciaire, que dans le
divorce par consentement mutuel par acte sous signature privée contresigné par
avocats et déposé au rang des minutes d’un notaire, une convention doit être éla-
borée. La convention doit porter sur le principe de la dissolution du mariage et sur
ses effets. La convention règle l’ensemble des conséquences du divorce, aucune
difficulté ne devant perdurer postérieurement au divorce.
Le lien entre la convention et
La convention est élaborée d’un commun accord entre les époux ce qui reflète la volonté des époux est souligné.
Cela atteste de la cohérence
la volonté commune des époux au centre du divorce par consentement mutuel. du plan.
Cette convention inclut un état liquidatif du régime matrimonial. La convention
concerne les effets personnels et patrimoniaux du divorce entre les époux ainsi
qu’à l’égard des enfants. Le contenu de cette convention est donc variable. À titre
d’exemple, elle peut comprendre : les modalités de l’exercice de l’autorité paren-

79
tale, l’usage du nom du conjoint, la prestation compensatoire ou encore la garde
de l’animal. En toute hypothèse, tout doit être réglé dans la convention en commun
accord entre les époux.
Le raisonnement est toujours Dans le cadre du divorce par consentement mutuel sans juge, à l’instar du divorce
le même. Il convient de mettre
par consentement mutuel judiciaire, la convention doit régler l’ensemble des
en avant les points communs puis
les spécificités de chacun des relations personnelles et patrimoniales du couple. En revanche, contrairement au
divorces en cause. divorce par consentement mutuel judiciaire, la loi de modernisation de la justice
du XXIe siècle a spécifié les mentions et le contenu de la convention. Ces précisions
ont été retranscrites à l’article 229-3 du Code civil. Cet article dispose en son premier
alinéa que « le consentement au divorce et à ses effets ne se présume pas ». Puis,
les informations, que la convention doit comporter à peine de nullité, sont énumé-
rées. À titre d’exemple, la prestation compensatoire ou encore l’état liquidatif sont
visés par l’article 229-3 du Code civil. Les éléments de cette disposition doivent
apparaître de manière impérative dans la convention. Mais il semble que la liste de
l’article 229-3 du Code civil ne soit pas exhaustive.
Avec le divorce par consentement mutuel, les époux ont le choix dans la manière
de mettre fin à leur mariage. Le divorce par consentement mutuel, quelle que soit
La transition n’est pas un résumé. sa forme, privilégie la volonté des époux, prônée par le divorce par consentement
Elle sert à lier les deux parties. mutuel, trouve une retranscription dans les démarches du divorce. Celles-ci sont
La transition doit s’achever par
l’annonce du titre suivant. allégées et ainsi de l’étude des divorces par consentement mutuel ressort une
libéralisation du divorce.

Cette remarque est


applicable au titre 1. 2 • L a libéralisation du divorce recherchée par le divorce
Les deux parties du plan
s’articulent autour des objectifs du
par consentement mutuel
divorce par consentement mutuel.
Dès lors, l’objectif doit apparaître
dans l’intitulé du titre et il doit être La libéralisation du divorce a été l’un des objectifs de la loi du 11 juillet 1975 portant
mis en parallèle avec le divorce par réforme du divorce. En détachant le divorce de la considération des torts, le divorce
consentement mutuel. par consentement mutuel est un choix offert aux époux de dissoudre, suivant leur
volonté, leur mariage. Une volonté d’apaisement des conflits sous-tend ce divorce
L’idée du cheminement
qui à cette fin prévoit des démarches simplifiées. Cette simplification, signe de libé-
commun aux deux divorces par
consentement mutuel, évoquée en ralisation, se manifeste lors la vérification de l’accord des époux sur le principe et
introduction, se retrouve. les effets du divorce (A) et au moment de la dissolution du mariage (B).

A) L a vérification de l’accord des époux sur le principe et les effets du


divorce

Le divorce par consentement mutuel impose le recours à un avocat. Si dans le


divorce par consentement mutuel judiciaire, les époux peuvent avoir recours
chacun à un avocat respectif ou à un avocat unique choisi d’un commun accord
(C. civ., art. 250), en revanche, concernant le divorce par consentement mutuel
sans juge, les époux doivent obligatoirement être assistés chacun d’un avocat
Le principe commun est énoncé. (C.  civ., art. 229-1). Le rôle de l’avocat est de protéger le droit des parties et
Puis les raisons de l’existence de
spécificités propres à chacun des préserver leurs intérêts. In fine, la vérification de l’accord des époux, qui est néces-
divorces sont données. saire quelle que soit la forme du divorce par consentement mutuel, suit des dé-
marches variables en ce que l’un des divorces est judiciaire et l’autre non.
Après en avoir donné les raisons, les
caractéristiques propres à chacun En la forme, le divorce par consentement mutuel judiciaire doit être demandé
des divorces sont détaillées. conjointement par une requête unique comportant en annexe la convention.
S’il est de nature gracieuse, ce divorce demeure soumis à un contrôle judiciaire.
Dès lors que le juge est saisi, il doit constater que la volonté des époux de divorcer

80
est réelle. Le juge constate l’accord des époux lors de l’audition séparée de chacun
des époux, puis lors d’une audition réunissant les deux époux et enfin en appelant
le ou les avocats des époux. Lors de ces auditions, le juge vérifie le consentement
des époux. Le contrôle du juge ne peut pas porter sur les motifs du divorce. Le juge
Sur ces démarches,
vérifie uniquement que le consentement des époux est libre et éclairé. Le juge
voir les articles 250 et s.
examine ainsi la convention élaborée par les époux. Les intérêts des époux et des du Code civil.
enfants doivent être préservés. Le contenu de la convention doit être compatible
avec les intérêts de chacun (C. civ., art. 232).
Même si le sujet est le divorce
Dans le cadre du divorce par consentement mutuel sans juge, les époux doivent par consentement mutuel, les
développements amènent à traiter
constater leur accord dans une convention qui prend la forme d’un acte sous séparément les deux divorces.
signature privée. La convention doit être contresignée par avocat qui fait foi de Ce traitement indépendant doit
l’écriture et de la signature. Cette convention atteste de l’accord commun et total apparaître dans les sous-parties,
mais non dans le plan. Le plan doit
des époux. C’est pourquoi, l’avocat doit adresser à l’époux qu’il assiste, par lettre mettre en avant les caractéristiques
recommandée avec demande d’avis de réception, un projet de convention qui ne communes de ces divorces.
peut être signé, à peine de nullité, avant l’expiration d’un délai de réflexion d’une En d’autres termes, l’intérêt du
sujet est de mettre en avant le
durée de quinze jours à compter de sa réception. Cette convention n’est pas sou- cheminement commun de ces
mise au contrôle du juge. La convention est déposée au rang des minutes d’un divorces, en dépit de l’existence de
notaire qui n’homologue pas la convention, il effectue un simple contrôle de forme. spécificités propres à chacun.

Il vérifie la présence dans la convention des modalités du règlement complet des


effets du divorce, il contrôle le respect du délai de réflexion de 15 jours susvisée. Le
Sur ces démarches, voir les
notaire n’a pas à contrôler les intérêts des époux et des enfants, ni même la qualité articles 229-1 et s. du Code civil.
du consentement.
Les démarches relatives à la vérification de l’accord des époux sur le principe et
les effets du divorce attestent d’une libéralisation du divorce dans un cas par un
L’opposition du divorce par
allégement de la procédure de divorce et dans l’ordre par sa déjudiciarisation. consentement mutuel aux
Cette vérification de l’accord des époux est un impératif préalable à la dissolution autres divorces atteste de la
du mariage qui est empreint de spécificité par rapport aux autres cas de divorce pertinence du sujet et à nouveau
de sa délimitation donnée en
dits contentieux en raison de la libéralisation recherchée par le divorce par consen- introduction.
tement mutuel.
Le plan est construit autour
B) L a dissolution du mariage par le divorce par consentement mutuel des objectifs du divorce par
consentement mutuel. En même
temps, il suit une démarche
Sous le respect des conditions précédemment évoquées, l’aboutissement du chronologique. Il est donc légitime
divorce par consentement mutuel est la dissolution du mariage. Si la finalité est de terminer par la dissolution
du mariage.
identique, en revanche les démarches diffèrent entre le divorce par consentement
mutuel judiciaire et le divorce par consentement mutuel par acte sous signature
À nouveau, le point commun
privée contresigné par avocats et déposé au rang des minutes d’un notaire. est donné, puis les spécificités
sont énoncées.
Concernant le divorce par consentement mutuel judiciaire, un juge est obligatoi-
rement saisi. L’aspect judiciaire du divorce prend une forme particulière dans le
cadre du divorce par consentement mutuel. Il s’agit de l’homologation judiciaire
(C. civ., art. 232). Si le consentement est réel, libre et éclairé, et si la convention
respecte les différents intérêts en cause, le juge rend un unique jugement. Par ce
jugement, le juge homologue la convention et prononce le divorce. Dans le cadre
du divorce par consentement mutuel judiciaire, l’homologation et le divorce sont
indivisibles. Le juge ne peut pas prononcer le divorce sans homologuer la conven-
tion. Et inversement, le juge ne peut pas homologuer la convention sans prononcer
le divorce. Ainsi, la dissolution du mariage résulte obligatoirement d’une décision.
En revanche, le juge n’intervient pas dans le divorce par consentement mutuel par
acte sous signature privée contresigné par avocats, déposé au rang des minutes

81
Le coût du dépôt et de
l’enregistrement de la convention
au rang des minutes du notaire d’un notaire. Dans ce cas, le dépôt au rang des minutes du notaire confère date
est de 42 euros hors taxe. Ce coût
a été fixé par l’arrêté du 20 janvier certaine et donne force exécutoire à la convention (C. civ., art. 229-1 et 229-4).
2017 relatif aux tarifs réglementés Le coût est 42 euros hors taxe, à prévoir dans la convention. À la date à laquelle
des notaires. la convention acquiert force exécutoire, le mariage est dissous sans l’intervention
d’un juge. Dès lors, il n’y a plus de jugement, donc plus de pourvoi ou de rétracta-
Sans obligatoirement faire de
tion possible. Le divorce bascule alors dans le domaine du contrat, ce qui interroge
conclusion, il est bien de terminer le
devoir par une ouverture, sur la possible remise en question du divorce sur le fondement du droit contractuel.
une interrogation.

82
Votre PROGRAMME de droit

ANNALES 2 0 1 8
des personnes et de la famille L1-S2
traité à travers les DIFFÉRENTES
ÉPREUVES rencontrées en TD et lors
Les CORRIGÉS sont CONFORMES
aux attentes de votre professeur et à ce que ANNALES

CORRIGÉES ET COMMENTÉES
de l’EXAMEN FINAL (dissertation, vous pouvez réaliser dans le temps imparti. CORRIGÉES ET COMMENTÉES
commentaire, cas pratique, QRC et QCM).
2018
t d’iden-
istent permettan
nts éléments coex nalité est un
rent. À ces fins, différe à un État, la natio
laquelle elles s’insè t l’appartenance ntification d’une
Ainsi, symbolisan est un critère d’ide
tifier la personne. personne ; le nom ques , son lien fa-
catio n d’une nnes physi
critère d’identifi et, pour les perso et la
t sa désignation d’identification perm
que personne permettan actes d’état civil. Un autre mode
Dissertation juridi
est le domi- ile par rapport
e d’ordre spatial

Marie-Cécile Lasserre
par les L’objet du domic
milial complété personne. Ce critèr
Sujet 2
est
raphique de la , commune aux à l’identification
de la personne
localisation géog reconnaissance
ique classique de
de lier
techn 102 du Code civil, ici envisagé. Il s’agit

LICENCE 1
est une l’artic le du sujet
cile. Le domicile aux personnes mora
les. À suivre
civils, est au lieu où les différents termes
ques et de ses droits le délimit er.
personnes physi et ainsi
sujet suivant : quant à l’exercice personne -
d’identification
Sophie Druffin-Bricca
une
Vous traiterez le tout Franç ais, à rattac her
t qu’élément « Le domicile de sert
Ainsi, le domicile est un élément
Le domicile en tan
Durée de l’épreuve
: établissement ». ce fait, le domicile
il a son principal à un lieu fixe. De ntification. é le domicile
3 heures que ou morale - nt un critère d’ide Après avoir qualifi
qu’elle soit physi
de la personne et par conséque tification de

LICENCE 1
d’élément d’iden
Aucun document n des personnes ent renvoie ile
d’individualisatio élém ent matériel. Cet élém la personne, le domic
n’est autorisé e d’un doit dis- doit être défini.
du domicile résult civil. La personne
La caractérisation l’artic le 102 du Code
que - pro-
issement visé à ent. Le titre juridi
au principal établ comm e un logem fois, afi n
lation envisagée d’incidence. Toute
poser d’une instal installation n’a pas d’autres
caractérisant cette tère principal. En
. Lasserre) priété, bail, etc. - doit avoir un carac personne à
CORRECTEUR (M.-C d’être qualifié de
domicile, le logis
manière fixe et
permanente, la
OBSERVATIONS DU l’insta llation doit rattacher, de n, le domi cile symbolise le
rattache-
vigi- terme s, d’identifi catio cile est en
l’étudiant doit être tant que critère pourquoi, le domi
ique. Pour autant, un lieu. Ainsi, en ine spatial. C’est ce cas,
est un sujet class nne dans un doma est volontaire. Dans
Le sujet proposé ment d’une perso que le domicile t, le
points. ntifi- librem ent, c’est-à-dire inten tionnel. Cependan
lant sur plusieurs que critère d’ide princ ipe chois i
matériel mais aussi par la
é sur le seul domicile en tant ne doive nt pas cile résult e d’un élément ce cas, le domi cile est déterminé
être centr etc. le domi Dans
- Le devoir doit nationalité, le nom, abor- ment être légal.
nne. Dès lors, la n peuvent être domi cile peut égale
mine ur. ile est traité
cation de la perso ents d’identificatio re. S’ils re le domicile du personne
Le respect du domic si l’objet du
s élém loi comme le mont
entiè car,
être développés.
Ces autre ment à part il apparaît que toute dans l’introduction

DROIT DES PERSONNES


l’objet d’un traite
il
de la personne, nne, ite sa protection,
nt pas faire
dés, mais ils ne doive nt l’être par rapport au domicile. t d’identification attribut de la perso domicile nécess
que le sujet
En tant qu’élémen est que le domicile, e n’en reste pas moins du domicile.

DROIT DES PERSONNES ET DE LA FAMILLE


doive Le pend ant n de sauve gard
sont abordés, ils n de la personne. domicile. la Conventio n’est pas la protec
tion
ntifi catio se doit d’avoir un titre l’article 8 de le droit de toute
que critèr e d’ide
définie. Mais, le do- protection. À ce mentales proclame
domicile en tant évidemment, être bénéficie d’une fonda me,
- Le sujet vise le naissance de me et des libert és
e des droits de l’Hom 2013, req. n° 26419/10
domicile doit, bien CEDH, 18 avr.
Ainsi, la notion de sa fonction de recon des droits de l’Hom La Cour européenn que « la
uniquement dans droit. ct de son domicile. bourg, a rappelé
micile doit être traité ère générale en personne au respe SA contre Luxem domicile pro-
domicile de mani -Paul Luxembourg se limite pas au
sujet n’est pas le dans son arrêt Saint l’article 8 § 1 ne
la personne. Le Sans plus de préci
sion,
cile » figurant à connotation plus
large
n prop osé vise la personne. envis agées. notion de « domi Le terme « domicile » a une et peut englo ber
- Le sujet de disse
rtatio
morale doivent
être particulier. l’article 8)
et la perso nne prement dit d’un le texte anglais de ris les filiales et autre
s
la personne physi
que ue » (figurant dans
lle à mettre en exerg que le mot « home nne morale, y comp sitions de ère du domicile.
classique et appe u officiel d’une perso ulièrement les dispo Il s’agit d’un caract

ET DE LA FAMILLE
lation, le sujet est tification de la per- (par exemple) burea e l’attestent partic
- Dans sa formu intérêt pour l’iden n- nels ». Et, comm able.
du domicile et son n / 2. L’intérêt. Cepe locaux profession le domicile est inviol
la détermination type : 1. La notio isés. t la protection du domi cile,
e. Il peut en ressortir un plan les plans d’idée sont valor droit pénal visan privé . Ces cons idérations se re-
sonn e que ». êt général et
doit avoir conscienc ique qu’un plan d’idée « forcé tout à la fois l’intér La reconnaissance
de la per-
dant, l’étudiant Le domicile sert er la personne.
mieux un plan class nécessité d’identifi fondamentale.
Néanmoins, il vaut trouvent dans la e une obligation
s’impose comm ntification de la
champ spatial es classiques d’ide
sonne dans un que les autres critèr tère de stabilité peut
domi cile, plus son carac
Toutefois, le les individus. Ainsi, en partie
être modifié par du domicile. C’est
d’identification personne, peut s de localisation se trouvent
La phrase d’accr
oche permet es, les procédés înant des difficulté des personnes
t sous-jacent celles biométriqu mais le domicile
demeure être mis à mal entra ance classique n scientifiques.
e est assez
de souligner l’intérê informatiques à dés de reconnaiss dés d’identificatio
La problématiqu
te à démontrer
du sujet : le caract
ère Des techniques efficacité s’accroît, nnes est pourquoi, les procé des nouveaux procé classique. Elle consis
spécialisent et leur tification des perso par d’une personne dans nsable du
indispensable du
domicile.
des personnes se ur en droit. L’iden avant désormais conc
urren cés
reconnaiss ance le caractère indispe
ent de recon naissance maje re publi c. C’est pourquoi bien cile appa raît nécessaire à la e et la néce ssité du domicile domicile en tant
qu’élément
un élém n des Ainsi, si le domi la personne.
nt relevé en raison d’impératif
s d’ord
des critères d’identificatio té elle-m ême, le classicism nt pas en occulter les d’identification de
Il est immédiateme ensa ble étrie, la socié doive
la personne. Cette indisp
l’informatique ou
de la biom techniques class
iques la société et par d’une personne
ne
l’aspect dual de emen t de une de ces e d’identification
précision atteste
que le sujet est l’avèn
été posés. Le dom
icile est
dem eure un critère essen
tiel en tant que critèr
nes physique et nnes ont rence suran née, es. -ci s’est
cerné. Si les person perso
qui, sous une appa potentielles lacun la personne. Celui
morale doivent être
traitées, il est
ntifi catio n et mora les. d’identification de physique et
un plan type : d’ide
des personnes
physiques élément classique nt de la personne
déconseillé de faire ue. d’ide ntifi catio n assure son insert ion dans Le domicile est un ent de rattac heme
1. La personne physiq que que morale, s per- comme un élém
la perso nne, tant physi vis-à- vis des autre toujours imposé 31
L’identification de ance, d’une part, té dans
Les définitions des
termes du
ettant sa reconnaiss re part, par la socié
sujet doivent se
retrouver dans la société en perm personnalité juridique et, d’aut
l’introduction. de la
sonnes dotées

30

Dont un dossier analysant Dissertations


3 COPIES RÉELLES
(notées 6, 11 et 17/20) sont reproduites
Des COMMENTAIRES et des
CONSEILS sont placés en marge
de tous les corrigés pour comprendre
19 SUJETS 3 COPIES RÉELLES
D’ÉTUDIANTS
Commentaires
Cas pratiques
et commentées dans le dossier. leurs points forts et leurs points faibles.

a ve c d e s c o n s e i l s d e m é t h o d o l o g i e

Prix : 9,80 €
ISBN 978-2-297-06256-5
9 782297 062565 www.lextenso-editions.fr