Vous êtes sur la page 1sur 8

Votre PROGRAMME de droit

2019
constitutionnel L1-S1 traité à travers
les DIFFÉRENTES ÉPREUVES
rencontrées en TD et lors de l’EXAMEN
Les CORRIGÉS sont CONFORMES
aux attentes de votre professeur et à ce que ANNALES

LICENCE 1 ANNALES CORRIGÉES ET COMMENTÉES


vous pouvez réaliser dans le temps imparti. CORRIGÉES ET COMMENTÉES
FINAL (dissertation, commentaire,
cas pratique, QRC et QCM).
2019

er cette anecdote.
Il faudrait expliqu
Introduction rare, tution
Pourtant, il n’est pas On parle de la Consti
tée le 7 février 1831. titution du du 17 février 1994
parce
n belge a été adop e, d’évoquer la Cons a renuméroté

texte juridique
L’actuelle Constitutio ou prou, le mêm nce à deux que cette révision
est toujours, peu ntes faisant référe en introduisant

Commentaire de
tution
alors que le texte
Consti
dénominations différe belge semble être résumée
la
isions
deux de nouvelles subdiv

Sous la direction
texte et n
17 février 1994. Un de la Constitutio le langage.

Sujet 12
et en simplifiant
Toute la complexité
dates différentes.

LICENCE 1
dans cette anec
dote. l’impulsion de
ait décidé, sous
de Belgique, que la Belgique n du nouvel

PRINCIPES FONDAMENTAUX DE DROIT CONSTITUTIONNEL


titution du Royaume en argumentant n est adoptée après Bas. La Constitutio

d’Aurélien Baudu
extraits de la Cons État Cette Constitutio se sépa rer des Pays-
t d’être soumise les : l’article 96,
À la lumière des e politique de cet t (en France), de en cinq jours, avan Donnez des exemp
Durée de l’épreuve
:
le type de régim la révolution Juille ission ad hoc
l’époque, dont on notamment qui
énonce que le Roi
vous déterminerez par une comm ns françaises de
3 heures État a été élaborée des cons titutio mentaire qui nomme et révoqu
e ses ministres.
votre réponse. nal. Elle s’inspire monarchie parle
au Congrès natio et consacre une é à un Roi
Aucun document sitions in extenso tif est donc confi
retrouve des dispo ste. Le pouvoir exécu ement responsab
les
n’est autorisé essivement moni ent et individuell
deviendra progr collec tivem du Parlement
ministres qui sont sentants, chambre
basse
entouré de ses bre des repré À définir, vous êtes
dans

PRINCIPES
nt la Cham doit vous perme
ttre
politiquement deva fédéral. l’introduction qui
du sujet.
État pour un de définir les termes
bicaméral de cet direct depuis 1948
suffrage universel
ent
bres, conformém te un
ution des deux Cham nts sont élus au ment si le Roi adop
Les 150 représenta qui peut être interrompu prématuré i prévu à l’article 46 qui,
En cas de dissol les
convoquées dans
Chambres sont ans est aujourd’hu
à l’article 195, les mandat de cinq oir de dissolution i-
Article 46 en- lution . Ce pouv adre de nombreuses cond
Chambre des représ : trois mois. arrêté de disso 1993, l’enc
de dissoudre la res titutio nnelle du 3 mai le quand il le souh
aite.
Le Roi n’a le droit ue de ses memb depuis la révisio n cons
iter l’arbitrage du peup matique
i, à la majorité absol Formulez la problé
tants que si celle-c nt Article 195
de déclarer qu’il
ya nt plus libre de sollic nt la durée de la possible.
n de confiance
au gouverneme tif fédéral a le droit tions, le Roi n’éta mais le dernier, limita
le plus clairement
démonstration,
une motio de trois Le pouvoir législa constitutionnelle
qu’il i six aliné as, aliné as sont Elle doit guider votre iquée
1° soit rejette
se pas au Roi, dans
un délai
de telle disposition orte aujourd’hu ur. Seuls cinq
pas encore en vigue
alamb
fédéral et ne propo de la motion, la
nomina- lieu à la révision Cet article comp le droit de disso-
une formulation ne sachiez
du jour du rejet de dissolution, n’est Ils réglementent fait craindre que
vous
jours à compter désigne. législature en cas nous sont soumis. nombreux
aire qui, selon de
; allez.
re tes
s aujourd’hui et
minist où vous

FONDAMENTAUX
au Premier bres sont dissou pas trop
tion d’un successeur ration, les deux Cham donc applicable régime parlement is de se demander
si les de se
Préférez « il est permis tions
motion de méfiance
à l’égard du gou- Après cette décla fondamentale du tionnelle. Il est perm
lution, procédure
précau
ent au institu ont permis demander si les
2° soit adopte une pas simultaném de plein droit. e de la stabil ité de la dissolution qui entourent l’usage
du droit
l et ne propose re. conformément à
l’ar-
auteurs, est la sourc entouré l’utilisation constitu- permis cette
vernement fédéra au Premier minist qué deux nouve lles,
les cons tituan ts ont de l’arch itectu re de dissolution ont
Roi la nomination
d’un successeur
être Il en sera convo précautions dont de l’artic le 46 place au centre ment aire (1) et ins- stabilité. »
ance ne peuvent dispositif régime parle
ance et de méfi suivant ticle 46.
accord avec le Roi, cette stabilité. Le caractéristique du la stabilité,
n de confiance, ibué à instaurer
ns de confi heure s
Les motio
un délai de quara
nte-huit nt, d’un commun tionnelle la notio alisé (2) qui a contr
votées qu’après Ces Chambres statue parlementaire ration institutions. Même si vous avez
pris soin
n. is à la révision. taure un régime ent de l’esprit des éristiques
le dépôt de la motio rne- sur les points soum prix d’un détournem de qualifier les caract
démission du gouve ts délibérer si deux même si c’est au
bres ne pourront
er
peut, en cas de les Cham ne que vous allez évoqu
En outre, le Roi des représentan Dans ce cas, composent chacu ntaire une direction à
dre la Chambre ité des membres qui régime parleme et donnez ainsi
essentielles du
ment fédéral, dissou assentiment exprimé à la major sera , ce titre est
tiers au moins changement ne votre démon stration
après avoir reçu
son
s ne sont présents ; et nul
tiers des suffrages. 1 • Les caractéristiques responsabi-
davantage un titre
de dissertation.

DE DROIT
d’elle
absolue de ses
membres. réunit au moins les deux confiance et de
les principes de
urs té s’il ne
cation des électe adop ernement
contient la convo aire est assis sur système où le gouv ez d’extrême
Le régime parlement boration des pouvoirs dans un
de dissol ution des représ en- Vous vous rattach
L’acte
jours et de la Cham
bre Dans un
dans les quarante colla sa confiance (B).
lité, il présume la uer en lui retirant de la justesse au sujet.
tants dans les deux
mois.
du Parle ment qui peut le révoq tiellem ent arbitr al (A). L’article 46
procède t détient un rôle
essen du Roi, du gouverne-
e, le chef d’Éta nissa nt les rôles
tel régim a en défi
titutio n belge reproduit ce schém
Cons nts. Même remarque
et de la Cham bre des représenta que pour le titre
du 1.
Reignier) ment
CORRECTEUR (D.
OBSERVATIONS DU . Le t arbitre
entaire de texte A) Un chef d’Éta te par : « Le Roi
s’agit d’un comm Ce dernier débu
difficile puisqu’il cice en dissertatio
n. Vous
sitif de l’article 46. qui identifie

CONSTITUTIONNEL
L’exercice est assez transformer l’exer t citer au cœur du dispo que si… », phrase
à éviter est de es et idéalemen Le Roi est placé des représentants n de 1993. La rédac
tion
premier écueil tion sur les articl udre la Chambre
votre démo nstra
aux titres, qui doive nt être n’a le droit de disso ipaux du droit rénové lors de la révisio les conditions
devez appuyer tion particulière régime princ , le Roi maîtrisant
porter une atten la définition du les deux acteurs gativ e royale ît, jusqu’à la
ceux-ci. Il faudra on doit retrouver is. Le t, en effet, une préro raissant de surcro
cice. Sur le fond, les articles soum de 1831 consacrai contr esein g appa d’utili ser son
adaptés à l’exer alisat ion consacrée par alisat ion et
de la dissolution
. L’exigence d’un
e une formalité,
le Roi menaçant
de la ration eprise de ration de gouver-
parlementaire et réussite de l’entr du XX siècle comm st., art. 96) pour nommer un chef
e
attend deuxième moitié
t posé tient à la ie à instaurer. On (Con . Si à l’époque
questionnemen le a, ou non, réuss de la ation des ministres l’arrêté de dissolution
institutions qu’el nnel un examen pouvoir de révoc signa ture sur
à la stabilité des dispositif constitutio à apposer sa
l’exam en du nement plus enclin
donc, en plus de 95
nnelle.
pratique constitutio

94

Dont un dossier de Dissertations


3 COPIES RÉELLES
(notées 5, 8 et 15/20) sont reproduites
Des COMMENTAIRES et des
CONSEILS sont placés en marge
de tous les corrigés pour comprendre
20 SUJETS 3 COPIES RÉELLES
D’ÉTUDIANTS
Commentaires
Cas pratiques
et commentées dans le dossier. leurs points forts et leurs points faibles.

a ve c d e s c o n s e i l s d e m é t h o d o l o g i e

Prix : 12,80 €
ISBN 978-2-297-06838-3
9 782297 068383 www.lextenso-editions.fr
Sous la direction
d’Aurélien Baudu

Principes fondamentaux
de droit constitutionnel
Semestre 1

•La Constitution
•L’État
•La séparation des pouvoirs
•La souveraineté et l’histoire constitutionnelle
Sujet 14 Questions à réponse courte
Vous répondrez, en 40 lignes maximum, aux questions suivantes :
Durée de l’épreuve :
1 h 30
Aucun document
1 Quelle est la différence entre une séparation
n’est autorisé souple et une séparation stricte des pouvoirs ?
2 Le contrôle juridictionnel de constitutionnalité
des lois porte-t-il atteinte à la séparation des
pouvoirs ?
3 Le régime présidentiel
4 Spécialisation et indépendance des pouvoirs
aux États-Unis

OBSERVATIONS DU CORRECTEUR (T. Delanlssays)

Très bonne copie.


Sur la forme, les phrases sont bien formulées, claires et tranchantes, l’usage
des paragraphes facilite la compréhension du raisonnement.
Sur le fond, on remarque des connaissances solides, des analyses sérieuses
et détaillées.

QUESTION N° 1

Quelle est la différence entre une séparation souple et une


Bien, vous avez commencé par
une définition concise et précise
séparation stricte des pouvoirs ?
de la notion. La séparation des pouvoirs est une théorie des fonctions étatiques, organisant la
répartition des pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire au sein d’un État. Elle fut initiée
Très bonne référence à un auteur par le philosophe anglais John Locke dans son Traité sur le Gouvernement civil de
important sur cette notion.
1690, et systématisée par Montesquieu dans son ouvrage intitulé De l’esprit des lois
de 1748. La séparation des pouvoirs implique une distinction entre les fonctions éta-
tiques. Le pouvoir législatif édicte des normes générales et impersonnelles. Le pou-
voir exécutif est chargé de les appliquer, c’est-à-dire de les exécuter. Enfin, le pouvoir
judiciaire tranche les conflits résultant de l’application de ces normes. Chaque pou-
Il est bien d’avoir mentionné voir devrait être confié à des organes distincts : le pouvoir législatif à une ou plusieurs
les deux grandes catégories de assemblées représentatives, le pouvoir exécutif à un gouvernement et le pouvoir
séparation des pouvoirs pour
ensuite les définir.
judiciaire à des juridictions. La distinction entre la séparation stricte et la séparation
souple des pouvoirs résulte des relations entre les différents organes.

106
La conception stricte suppose la spécialisation et l’indépendance des trois pou-
voirs. D’une part, la spécialisation s’entend comme une séparation fonctionnelle,
c’est-à-dire que chaque organe exerce exclusivement une seule fonction. À ce
titre, aucun pouvoir ne peut participer à l’exercice d’une fonction attribuée à un Bon exemple pertinent.
L’argumentation par l’exemple
autre pouvoir. Par exemple, dans la Constitution fédérale des États-Unis d’Amérique permet de prouver concrètement
de 1787, la fonction législative est théoriquement monopolisée par le Congrès. vos propositions antérieures.
D’autre part, l’indépendance se conçoit comme une séparation organique, c’est-
à-dire qu’aucun pouvoir ne peut participer à la nomination ou à la révocation des
membres d’un autre pouvoir. Ainsi, aux États-Unis, le législatif et l’exécutif sont élus
indépendamment l’un de l’autre et ne peuvent se révoquer réciproquement. Le but
de la conception stricte est que les pouvoirs se font mutuellement contrepoids, « le
pouvoir arrête le pouvoir » dans la pensée de Montesquieu.
À l’inverse, la conception souple de la séparation des pouvoirs autorise une cer-
taine « ingérence » d’un organe dans les fonctions exercées par un autre. Les pou-
voirs ne sont alors ni totalement spécialisés ni complètement indépendants, ce qui
implique leur collaboration au sein du jeu institutionnel. Ainsi, en ce qui concerne
la spécialisation, la fonction législative pourra être partagée entre les organes exé-
cutif et législatif, c’est-à-dire au gouvernement et au Parlement. À titre d’exemple, Idem. Bon exemple.

la Constitution française du 4 octobre 1958 prévoit une initiative des lois partagée
entre le Premier ministre et les membres du Parlement (Const. 1958, art. 39). En ce
qui concerne l’indépendance des pouvoirs, l’interprétation souple de la théorie
implique des mécanismes de responsabilités entre les pouvoirs. En France, l’Assem-
blée nationale peut renverser le Gouvernement en votant une motion de censure
à son encontre (Const. 1958, art. 49). En contrepartie, le président de la République
dispose du droit de dissoudre cette assemblée (Const. 1958, art. 12).
Traditionnellement, la séparation stricte des pouvoirs caractérise le régime prési-
dentiel, alors que la séparation souple s’applique au régime parlementaire.

QUESTION N° 2

Le contrôle juridictionnel de constitutionnalité des lois porte-t-il


atteinte à la séparation des pouvoirs ? Très bien, vous avez construit une
définition précise de cette notion
Le contrôle de constitutionnalité se définit comme l’ensemble des procédures juri- avec des mots-clés pertinents
diques garantissant la suprématie de la Constitution en s’assurant de la conformité (procédures juridiques, constitution,
conformité, etc.).
des normes juridiques inférieures (traité, loi, acte administratif) à la loi fondamentale.
Appliqué aux lois, le contrôle de constitutionnalité apparaît comme problématique Oui, vous avez formulé une bonne
hypothèse de départ en utilisant
dans la mesure où il pourrait être interprété comme une atteinte du pouvoir judi- le conditionnel. Vous auriez pu
ciaire sur le pouvoir législatif. En effet, dans les systèmes démocratiques représen- également reprendre, en la
tatifs, la loi procède de la Nation souveraine. Elle est donc l’émanation directe de reformulant, la problématique du
sujet sous forme interrogative.
sa volonté. Or, si le souverain ne peut mal faire, pourquoi pourrait-il être contrôlé ?
De plus, des juges non élus sont-ils légitimes pour remettre en cause la volonté des
représentants élus par le peuple ?
L’idée d’une hypothétique atteinte à la séparation des pouvoirs lors d’un contrôle
juridictionnel de la constitutionnalité d’une loi provient de l’interprétation de la pen-
sée de Montesquieu. En effet, celui-ci considère que seule la fonction judiciaire doit
bénéficier d’une séparation stricte. Le juge doit être spécialisé et indépendant des
autres pouvoirs parce qu’il n’est que « la bouche qui prononce les paroles de la loi :
un être inanimé qui ne peut en modérer la force ni la vigueur ».

107
Cette proposition, sous forme L’idée de contrôler la loi ne procède pas en réalité d’une trahison mais d’une sau-
affirmative, est essentielle. Vous avez
compris l’intérêt du sujet. Attention :
vegarde de la séparation des pouvoirs. Le contrôle de constitutionnalité confirme
le mot « trahison » est un peu fort ainsi le caractère de véritable contre-pouvoir de la fonction judiciaire, protectrice
pour décrire ce phénomène... des droits et libertés fondamentaux.

Vos exemples pertinents vérifient L’acte fondateur du contrôle de constitutionnalité des lois est la décision Marbury
empiriquement votre hypothèse. vs Madison de 1803 rendue par la Cour suprême des États-Unis, qui accepte de
Bien. contrôler la conformité de la loi à la Constitution au cours d’un procès. En France,
l’idée d’un contrôle de constitutionnalité avait été formulée par Sieyès dès 1795. Ce
dernier voulait établir un « jury constitutionnaire » chargé d’exécuter cette fonction,
mais la peur du « gouvernement des juges » a empêché l’instauration de ce type
de mécanisme. Les juges ordinaires se déclarent incompétents pour apprécier la
constitutionnalité d’une loi (Cass. crim., 11 mai 1833, Paulin, Bulletin ; CE, sect., 6 nov.
1936, Arrighi) et il faudra attendre la Constitution du 4 octobre 1958 pour qu’une
véritable institution dédiée à ce type particulier de mission soit créée. C’est en ef-
fet le Conseil constitutionnel qui est exclusivement compétent pour juger de la
conformité des lois à la Constitution. Depuis la décision «  Liberté d’association  »
(Cons. const., 16 juill. 1971, n° 71-44 DC), le juge constitutionnel français accepte
d’utiliser, dans son contrôle, les normes contenues dans le Préambule de la Consti-
tution, notamment la Déclaration des droits de l’Homme et du citoyen de 1789.
Vous auriez peut-être dû évoquer Cette extension du contrôle de constitutionnalité en France a permis d’imposer au
la question prioritaire de législateur non seulement le respect du partage de compétences entre chaque
constitutionnalité pour la France...
pouvoir constitué, mais aussi la garantie des droits et libertés fondamentaux. Dans
Bonne conclusion concise cette logique, le contrôle de constitutionnalité des lois ne porte pas atteinte à la
et tranchante. séparation des pouvoirs mais en assure plutôt l’effectivité.

QUESTION N° 3

Le régime présidentiel
Très bien de commencer par Le régime présidentiel résulte d’une interprétation spécifique des écrits de Mon-
un rappel historique de l’origine
de cette notion. tesquieu. Dans L’esprit des lois, l’existence de rapports entre les différents pouvoirs
n’est pas littéralement bannie, l’auteur estimant que les pouvoirs doivent « aller de
concert  ». Ainsi ces derniers ne peuvent que collaborer. Les lois ne peuvent par
exemple être exécutées si elles n’ont pas été préalablement adoptées par le légis-
latif. La différence d’interprétation s’établit ensuite dans la résolution des situations
Bien, bonne définition avec des de blocages.
mots-clés pertinents. Mettre la
définition au début de la réponse Le régime présidentiel est un régime politique dans lequel existe une séparation
et l’origine de la notion juste stricte entre les pouvoirs. Plus précisément, chaque pouvoir (exécutif, législatif, ju-
après... aurait été parfait ! diciaire) est confié à un organe spécifique ayant son propre domaine de compé-
tences et étant indépendant envers un autre. À l’inverse du régime parlementaire,
il n’existe alors pas ou peu de mécanismes de responsabilité politique d’un des
pouvoirs envers un autre. Ainsi l’organe exécutif ne pourra pas intervenir dans la
procédure législative même s’il peut exister une forme de droit de veto. De la même
manière, le pouvoir législatif ne peut pas renverser le pouvoir exécutif.
Le régime présidentiel suppose un exécutif monocéphale, c’est-à-dire que le pou-
voir est entre les mains du Chef de l’État (un Président comme aux États-Unis, ou
même un organe collégial comme le Directoire en 1795 en France). À l’inverse
du régime parlementaire, il n’existe pas de pouvoirs de révocation réciproques :
C’est exactement cela. Ils sont
aussi spécialisés.
l’exécutif ne peut dissoudre le législatif et le législatif ne peut renverser l’exécutif. Les
deux pouvoirs sont donc indépendants l’un vis-à-vis de l’autre.

108
Dans la pratique, cette séparation n’est pas aussi stricte. Il existe des systèmes de Bien, vous avez compris la
différence entre la théorie et la
poids et contrepoids (« checks and balances ») permettant d’éviter le blocage du pratique avec de bons exemples
régime. Cela a permis au régime américain de fonctionner pendant plus de deux (cette étude, plus poussée,
siècles. À l’inverse, les exemples de certaines constitutions françaises, plus particu- tempère et atténue vos propos
précédents ou les confirme).
lièrement celle de 1795, montrent qu’un régime où les pouvoirs sont séparés de
manière trop stricte, voire « isolés », conduit au blocage total et à l’échec pratique
de la théorie.
L’exemple le plus topique est celui du Directoire instauré par la Constitution du
22 août 1795. Cet organe collégial détenteur du pouvoir exécutif ne pouvait inter-
venir dans la procédure législative : il n’a pas de droit d’initiative, pas de droit de
veto ni de droit d’assister aux séances des assemblées. Il était donc obligé de pro-
mulguer et d’exécuter les lois. Aucune possibilité de contacts directs entre les deux
pouvoirs n’était prévue. En effet, les rares communications ne s’effectuaient que par
le biais de « messagers d’État ». Bien entendu, le Directoire et le Parlement n’avaient
pas le pouvoir de se révoquer mutuellement.
Bonne conclusion concise
En conclusion, le régime présidentiel issu d’une interprétation stricte de la sépara- indiquant des éléments importants
tion des pouvoirs implique néanmoins une certaine forme de collaboration entre à retenir.
les pouvoirs, garantissant ainsi la pérennité du régime. Toutefois, cette collaboration
n’est pas aussi poussée que dans le régime parlementaire.

QUESTION N° 4

Spécialisation et indépendance des pouvoirs aux États-Unis


Bien de reprendre les termes
Les notions de spécialisation et d’indépendance des pouvoirs supposent une mêmes du sujet. Cela indique leur
séparation stricte entre eux, c’est-à-dire que chaque organe exerce exclusivement origine et ensuite le précise.
une seule fonction et qu’aucun pouvoir ne peut participer à la nomination ou à la
révocation des membres d’un autre pouvoir.
Oui, mais vous auriez pu
Dans le régime présidentiel des États-Unis d’Amérique, le pouvoir exécutif appartient mentionner explicitement que les
au Président et à son gouvernement (administration). Le pouvoir législatif relève États-Unis sont un État fédéral.
du Congrès composé de la Chambre des Représentants et du Sénat. Quant au
pouvoir judiciaire, il est divisé entre l’État fédéral et les États fédérés avec au sommet
de son organisation la Cour suprême des États-Unis.
Bien, vous mentionnez le
Dans un premier temps, la spécialisation des pouvoirs est explicitement affirmée par fondement juridique de la
spécialisation des pouvoirs avec
la Constitution de 1787. En effet, le Président est, selon l’article 2, le titulaire exclusif des bons exemples.
du pouvoir exécutif. À ce titre, il dispose du pouvoir réglementaire (executives
orders). Il est le chef de l’administration de l’État fédéral. Il nomme et révoque aux
emplois supérieurs de l’administration fédérale. Par ailleurs, selon l’article 1er du
texte constitutionnel, «  tous les pouvoirs législatifs  » sont confiés au Congrès des
États-Unis. Ce dernier dispose donc exclusivement de l’initiative et du vote des lois.
Enfin, l’article 3 de la Constitution confère le pouvoir judiciaire à la Cour suprême,
compétente pour régler les conflits d’attributions entre l’État fédéral et les États
fédérés, les litiges entre États, ainsi que les différends juridiques entre citoyens ou
Oui, mais vous auriez pu citer
entre les États et les citoyens. explicitement, par la suite,
les différents articles de la
Dans un second temps, l’indépendance entre les pouvoirs législatif et exécutif résulte Constitution…
de l’articulation entre les différentes dispositions de la Constitution.En effet,le Président
des États-Unis et les membres du Congrès sont élus de manière indépendante. Par Effectivement, vous avez bien
ailleurs, aucune des deux institutions ne peut engager la responsabilité politique compris le régime politique
de l’autre. Des atténuations peuvent toutefois être apportées à l’affirmation d’une américain avec l’existence
d’atténuations à la séparation
totale indépendance et spécialisation des organes institutionnels. stricte des pouvoirs.

109
En ce qui concerne la spécialisation, nous pouvons tout d’abord mentionner « le
Bien, vous avez trouvé de bons droit de message du président » qui lui permet de recommander au Congrès les
exemples. Attention toutefois à
toujours indiquer les articles de la mesures qu’il estime nécessaires et opportunes. Ensuite, le Sénat dispose d’un pou-
Constitution quand c’est possible voir important sur les nominations de certains fonctionnaires de l’État fédéral (les
ambassadeurs et les juges fédéraux par exemple). Il doit en effet donner son d’ac-
cord afin qu’elles puissent être entérinées. Par ailleurs, le Président dispose d’un
droit de veto à l’égard des lois en vertu de l’article 7 de la Constitution. Enfin, le
Président possède d’une certaine manière un pouvoir judiciaire à travers le droit
de grâce.
En ce qui concerne l’indépendance, il faut mentionner la procédure d’impeach-
ment en vertu de laquelle le Congrès peut destituer le Président ainsi que certains
Vous auriez pu indiquer les articles des membres les plus importants de son administration (Vice-Président, hauts
de la Constitution. fonctionnaires, etc.) lorsque dans l’exercice de leurs fonctions, ils sont coupables
de trahison, corruption ou autres crimes et délits majeurs. De plus, les juges de la
Cour suprême des États-Unis sont nommés par le Président après avis conforme du
Sénat.

110
Votre PROGRAMME de droit

2019
constitutionnel L1-S1 traité à travers
les DIFFÉRENTES ÉPREUVES
rencontrées en TD et lors de l’EXAMEN
Les CORRIGÉS sont CONFORMES
aux attentes de votre professeur et à ce que ANNALES

LICENCE 1 ANNALES CORRIGÉES ET COMMENTÉES


vous pouvez réaliser dans le temps imparti. CORRIGÉES ET COMMENTÉES
FINAL (dissertation, commentaire,
cas pratique, QRC et QCM).
2019

er cette anecdote.
Il faudrait expliqu
Introduction rare, tution
Pourtant, il n’est pas On parle de la Consti
tée le 7 février 1831. titution du du 17 février 1994
parce
n belge a été adop e, d’évoquer la Cons a renuméroté

texte juridique
L’actuelle Constitutio ou prou, le mêm nce à deux que cette révision
est toujours, peu ntes faisant référe en introduisant

Commentaire de
tution
alors que le texte
Consti
dénominations différe belge semble être résumée
la
isions
deux de nouvelles subdiv

Sous la direction
texte et n
17 février 1994. Un de la Constitutio le langage.

Sujet 12
et en simplifiant
Toute la complexité
dates différentes.

LICENCE 1
dans cette anec
dote. l’impulsion de
ait décidé, sous
de Belgique, que la Belgique n du nouvel

PRINCIPES FONDAMENTAUX DE DROIT CONSTITUTIONNEL


titution du Royaume en argumentant n est adoptée après Bas. La Constitutio

d’Aurélien Baudu
extraits de la Cons État Cette Constitutio se sépa rer des Pays-
t d’être soumise les : l’article 96,
À la lumière des e politique de cet t (en France), de en cinq jours, avan Donnez des exemp
Durée de l’épreuve
:
le type de régim la révolution Juille ission ad hoc
l’époque, dont on notamment qui
énonce que le Roi
vous déterminerez par une comm ns françaises de
3 heures État a été élaborée des cons titutio mentaire qui nomme et révoqu
e ses ministres.
votre réponse. nal. Elle s’inspire monarchie parle
au Congrès natio et consacre une é à un Roi
Aucun document sitions in extenso tif est donc confi
retrouve des dispo ste. Le pouvoir exécu ement responsab
les
n’est autorisé essivement moni ent et individuell
deviendra progr collec tivem du Parlement
ministres qui sont sentants, chambre
basse
entouré de ses bre des repré À définir, vous êtes
dans

PRINCIPES
nt la Cham doit vous perme
ttre
politiquement deva fédéral. l’introduction qui
du sujet.
État pour un de définir les termes
bicaméral de cet direct depuis 1948
suffrage universel
ent
bres, conformém te un
ution des deux Cham nts sont élus au ment si le Roi adop
Les 150 représenta qui peut être interrompu prématuré i prévu à l’article 46 qui,
En cas de dissol les
convoquées dans
Chambres sont ans est aujourd’hu
à l’article 195, les mandat de cinq oir de dissolution i-
Article 46 en- lution . Ce pouv adre de nombreuses cond
Chambre des représ : trois mois. arrêté de disso 1993, l’enc
de dissoudre la res titutio nnelle du 3 mai le quand il le souh
aite.
Le Roi n’a le droit ue de ses memb depuis la révisio n cons
iter l’arbitrage du peup matique
i, à la majorité absol Formulez la problé
tants que si celle-c nt Article 195
de déclarer qu’il
ya nt plus libre de sollic nt la durée de la possible.
n de confiance
au gouverneme tif fédéral a le droit tions, le Roi n’éta mais le dernier, limita
le plus clairement
démonstration,
une motio de trois Le pouvoir législa constitutionnelle
qu’il i six aliné as, aliné as sont Elle doit guider votre iquée
1° soit rejette
se pas au Roi, dans
un délai
de telle disposition orte aujourd’hu ur. Seuls cinq
pas encore en vigue
alamb
fédéral et ne propo de la motion, la
nomina- lieu à la révision Cet article comp le droit de disso-
une formulation ne sachiez
du jour du rejet de dissolution, n’est Ils réglementent fait craindre que
vous
jours à compter désigne. législature en cas nous sont soumis. nombreux
aire qui, selon de
; allez.
re tes
s aujourd’hui et
minist où vous

FONDAMENTAUX
au Premier bres sont dissou pas trop
tion d’un successeur ration, les deux Cham donc applicable régime parlement is de se demander
si les de se
Préférez « il est permis tions
motion de méfiance
à l’égard du gou- Après cette décla fondamentale du tionnelle. Il est perm
lution, procédure
précau
ent au institu ont permis demander si les
2° soit adopte une pas simultaném de plein droit. e de la stabil ité de la dissolution qui entourent l’usage
du droit
l et ne propose re. conformément à
l’ar-
auteurs, est la sourc entouré l’utilisation constitu- permis cette
vernement fédéra au Premier minist qué deux nouve lles,
les cons tituan ts ont de l’arch itectu re de dissolution ont
Roi la nomination
d’un successeur
être Il en sera convo précautions dont de l’artic le 46 place au centre ment aire (1) et ins- stabilité. »
ance ne peuvent dispositif régime parle
ance et de méfi suivant ticle 46.
accord avec le Roi, cette stabilité. Le caractéristique du la stabilité,
n de confiance, ibué à instaurer
ns de confi heure s
Les motio
un délai de quara
nte-huit nt, d’un commun tionnelle la notio alisé (2) qui a contr
votées qu’après Ces Chambres statue parlementaire ration institutions. Même si vous avez
pris soin
n. is à la révision. taure un régime ent de l’esprit des éristiques
le dépôt de la motio rne- sur les points soum prix d’un détournem de qualifier les caract
démission du gouve ts délibérer si deux même si c’est au
bres ne pourront
er
peut, en cas de les Cham ne que vous allez évoqu
En outre, le Roi des représentan Dans ce cas, composent chacu ntaire une direction à
dre la Chambre ité des membres qui régime parleme et donnez ainsi
essentielles du
ment fédéral, dissou assentiment exprimé à la major sera , ce titre est
tiers au moins changement ne votre démon stration
après avoir reçu
son
s ne sont présents ; et nul
tiers des suffrages. 1 • Les caractéristiques responsabi-
davantage un titre
de dissertation.

DE DROIT
d’elle
absolue de ses
membres. réunit au moins les deux confiance et de
les principes de
urs té s’il ne
cation des électe adop ernement
contient la convo aire est assis sur système où le gouv ez d’extrême
Le régime parlement boration des pouvoirs dans un
de dissol ution des représ en- Vous vous rattach
L’acte
jours et de la Cham
bre Dans un
dans les quarante colla sa confiance (B).
lité, il présume la uer en lui retirant de la justesse au sujet.
tants dans les deux
mois.
du Parle ment qui peut le révoq tiellem ent arbitr al (A). L’article 46
procède t détient un rôle
essen du Roi, du gouverne-
e, le chef d’Éta nissa nt les rôles
tel régim a en défi
titutio n belge reproduit ce schém
Cons nts. Même remarque
et de la Cham bre des représenta que pour le titre
du 1.
Reignier) ment
CORRECTEUR (D.
OBSERVATIONS DU . Le t arbitre
entaire de texte A) Un chef d’Éta te par : « Le Roi
s’agit d’un comm Ce dernier débu
difficile puisqu’il cice en dissertatio
n. Vous
sitif de l’article 46. qui identifie

CONSTITUTIONNEL
L’exercice est assez transformer l’exer t citer au cœur du dispo que si… », phrase
à éviter est de es et idéalemen Le Roi est placé des représentants n de 1993. La rédac
tion
premier écueil tion sur les articl udre la Chambre
votre démo nstra
aux titres, qui doive nt être n’a le droit de disso ipaux du droit rénové lors de la révisio les conditions
devez appuyer tion particulière régime princ , le Roi maîtrisant
porter une atten la définition du les deux acteurs gativ e royale ît, jusqu’à la
ceux-ci. Il faudra on doit retrouver is. Le t, en effet, une préro raissant de surcro
cice. Sur le fond, les articles soum de 1831 consacrai contr esein g appa d’utili ser son
adaptés à l’exer alisat ion consacrée par alisat ion et
de la dissolution
. L’exigence d’un
e une formalité,
le Roi menaçant
de la ration eprise de ration de gouver-
parlementaire et réussite de l’entr du XX siècle comm st., art. 96) pour nommer un chef
e
attend deuxième moitié
t posé tient à la ie à instaurer. On (Con . Si à l’époque
questionnemen le a, ou non, réuss de la ation des ministres l’arrêté de dissolution
institutions qu’el nnel un examen pouvoir de révoc signa ture sur
à la stabilité des dispositif constitutio à apposer sa
l’exam en du nement plus enclin
donc, en plus de 95
nnelle.
pratique constitutio

94

Dont un dossier de Dissertations


3 COPIES RÉELLES
(notées 5, 8 et 15/20) sont reproduites
Des COMMENTAIRES et des
CONSEILS sont placés en marge
de tous les corrigés pour comprendre
20 SUJETS 3 COPIES RÉELLES
D’ÉTUDIANTS
Commentaires
Cas pratiques
et commentées dans le dossier. leurs points forts et leurs points faibles.

a ve c d e s c o n s e i l s d e m é t h o d o l o g i e

Prix : 12,80 €
ISBN 978-2-297-06838-3
9 782297 068383 www.lextenso-editions.fr