Vous êtes sur la page 1sur 28

MINIISTER

RE DE L’ENSEIGN
NEMEENT SU
UPERIIEUR
E DE
ET E LAR
RECHE ERCHE
E SCIE
ENTIF
FIQUE
E
ECOL
LE NA
ATIONA
ALE PO
OLYTE
ECHNIIQUE

FA
ASCIC
CULE
E DE TRAV
T AUX PRAT
P TIQUE
ES
DE CHIM
C MIE 1

E.N
N.P., 10 Ave
A Has en Badi, El-Harrrach- BP
P 182- AL
LGER 16
6200
wwww.enp.eddu.dz

ANNEE UNIVERSSITAIRE
2
2016‐2017

SECURITE AU LABORATOIRE [1]

[1] B. HAMDI, Méthodologie Chimie (Travaux pratiques de chimie),, Faculté de Chimie, USTHB
SYMBOLES UTILISES SUR LES ETIQUETTES
VERRERIE USUELLE UTILISEE AU
LABORATOIRE DE CHIMIE
Spatules

A : pour liquide B : pour solide


QUELQUES RAPPELS

1. Solution

Une solution est un mélange homogène de corps purs. Elle est constituée essentiellement d’un
solvant (eau…) et d’un soluté.
Le soluté est un corps pur qui peut être à l’état liquide, solide ou gazeux.

- Molarité

C’est le nombre de moles de soluté par litre de solution.

Mi = ni / V (l) Unité : mol.l-1 ou M

- Molalité

C’est le nombre de moles de soluté par kilogramme de solution.

Mi = ni / m (kg ) Unité : mol.kg-1

- Normalité

C’est le nombre d’équivalents grammes de soluté par litre de solution.

Ni = neq / V (l) Unité : eqg.l-1

- Titre ou concentration massique

T = m soluté / V solution Unité : g. l-1


MANIPULATION ET EXPRESSION DES RESULTATS

Le but de la manipulation est d’apprendre à utiliser à bon escient le matériel de laboratoire,


préparer des solutions avec le plus grand soin possible (grande précision) et à mettre en réaction
une substance de quantité connue ou inconnue.

1. Dilution

La dilution consiste à accroître la quantité de liquide et en modifier la concentration par l’ajout


d’une certaine quantité d’eau.

Exemple : Préparer une solution de volume V2 et de concentration N2 à partir d’une solution de


départ de volume V1 et de concentration N1.

N1 . V1 = N2 . V2

2. Préparation d’une solution

-Cas d’un soluté solide

(m = 100 M C V/ P)

Où : m = masse de soluté

p = pureté de soluté.

-Cas d’un soluté liquide

(v = 100 M C V/ P . d)

Où : v = volume à prélever.

3. Détermination de l’équivalence

L’équivalence correspond à l’arrêt de la réaction étudiée. Il faut donc procéder de telle sorte à
repérer, avec précision, cette limite. Les moyens utilisés sont : indicateurs colorés, pH métrie…

Les réactions à étudier seront de type acide- base (échange de proton H+) ou de précipitation
(échange d’ions).

Lorsque la réaction de titrage est déterminée, on utilise la relation :

N1 . V1 = N2 . V2
4. Incertitudes sur les résultats

Toute mesure d’une grandeur X n’est qu’une valeur approchée de la valeur exacte x e.

x = x – x e (erreur absolue de la mesure)

On peut classer ces erreurs en deux catégories : erreurs systématiques (dues au matériel) et
erreurs accidentelles (dues au manipulateur).

Applications aux travaux pratiques

I. Donner le nom ou la formule chimique des composés suivants :

- HClO4 ; HClO3 ; HClO2 ; HClO ; HCN ; HCl ; Fe(OH)2 ; Fe(OH)3 ; LiF ; Al(OH)3 ;
CaCO3 ; NaCN ; NaCl ; NaClO4 ; NaClO3 ; NaClO2 ; NaClO ; Na2S2O3 ; Na2S ;
NaOH ; KH2PO4 ; Cu2O ; CuO ; AgNO3.

- Acide phosphorique ; hydroxyde d’ammonium ; chlorure de fer (III) ; zinc ; nitrate de fer ;
chlorure de potassium ; thiocianate de potassium ; carbonate de calcium ; permanganate de
potassium.

II. Equilibrer les réactions suivantes et dire de quel type s’agit – il?

HCl + Ca(OH)2 CaCl2 + H2O

AgNO3 (aq) + NaCl (aq)  AgCl (s) + NaNO3 (aq)

Zn (s) + HCl (aq)  ZnCl2 (aq) + H2 (g)

MnO4- + K2C2O4 + …  Mn2+ + CO2 + …

- Déterminer la masse de l’équivalent- gramme de K2C2O4.

III. La préparation industrielle de l’acide sulfurique à partir de la pyrite de fer se fait suivant les
réactions :

FeS2 + O2 Fe2O3 + SO2

SO2 + O2 SO3

SO3 + H2O  H2SO4


Calculer la quantité théorique d’acide sulfurique obtenue à partir de 1 kg de pyrite de fer.

IV. On dispose au laboratoire d’un flacon d’acide sulfurique portant les indications suivantes sur
l’étiquette :

- 98 g/mol
- 95 %
- 1.85

a/ Calculer la molarité et la normalité de cette solution

b/ Expliquer comment doit – on préparer 250 ml d’une solution aqueuse 0,04 N à partir de la
solution initiale ?

c/ On ajoute 100 ml d’eau distillée à 50 ml de la solution précédente. Quelle est la molarité de la


solution obtenue ?

V. On pèse des quantités convenables de 3 produits : CaO, K2CO3 et KHCO3 pour obtenir 3
solutions aqueuses de 1 l chacune et ayant respectivement comme concentrations : 0,10 N; 0,05
N et 0,10 N. On vérifie ces concentrations par dosage de 20 ml de chaque solution à l’aide d’une
solution H2SO4 0,05 N.

A. Donner le nom de ces 3 produits,


B. Quelle quantité de chaque produit faut – il utiliser pour préparer ces trois solutions ?
C. Ecrire les réactions de titrage. De quel type s’agit- il ?
D. Déterminer les volumes de solution d’acide pour effectuer chaque dosage.

VI. On veut doser un acide chlorhydrique commercial : on mesure sa densité égale à 1,15. Un
prélèvement de 662,5 mg est dilué puis traité avec une solution de nitrate d’argent en excès. Le
précipité est recueilli, séché et pesé, sa masse est de 1075 mg.

a- Quelle est la masse de HCl dissous dans 1 litre de cette solution ?


b- Quel est le volume de ce gaz, supposé dans les conditions normales de T et P ?
c- Quelle est la composition massique de cet acide ?

VII. On prépare, au laboratoire, une solution acide en faisant dissoudre un composé solide HA
dans l’eau. On pipette 10 ml de cette solution puis on titre avec une solution de soude NaOH 0,1
N, à l’aide d’une burette. Les résultats de l’expérience sont donnés, à l’équivalence, dans le
tableau suivant :
Essai 1 2 3 4

VNaOH (ml) 10,03 9,98 9,97 10,02

pH 7,10 6,95 6,90 7,05

On demande :

A. La réaction de titrage et le pH de la solution au point équivalent


B. a. La normalité de la solution acide HA et sa précision

b. La masse nécessaire de HA solide dissous dans 500 ml de solution, lors de sa


préparation.

c. Quel (s) indicateur (s) coloré (s) faut – il choisir pour faire un tel titrage?

n° Ind. col. 1 2 3

Zone de virage 3,1  4,4 6,2  7,6 8,0  10,0

Données : HA : 20 g/mol ; V pipette = 0,02 ml ; V burette = 0.15 ml ; Nb = 0

VIII. Soit la grandeur f = ( a + 2 b )/a , calculer f sachant que :

a = 40,5 ± 0,5

b = 23,8 ± 0,2.

IX. calculer la valeur de f(x, y) = 2xy – 1/y pour x= 2,31 et y = 1,52.

Déterminer f si x et y sont donnés à 0,01 près. f = 6,36 à 8 10-2 près.


TP N° 
PREPARATION DES SOLUTIONS
1. BUT
a. Apprendre à utiliser correctement le matériel ci-dessous, à préparer avec précision des solutions
de titre donné, à utiliser les indications de pureté et de densité inscrites sur les étiquettes des
flacons des produits chimiques.
b. Déterminer les incertitudes liées à cette préparation.

2. MATERIELS ET PRODUITS

Matériel Produits
Balance HCl (1N)
Burette de 25ml NaOH (1N)
Fiole jaugée de100ml HCl (0,1N) étalon
Erlenmeyer de 100ml Phénolphtaléine
Pipette de 10ml
Pissette d’eau distillée
Fioles

3. MODE OPERATOIRE
a. Préparation de 100ml de solution HCl 0,1N
Après avoir déterminé le volume de HCl nécessaire à la préparation de cette
solution acide, mesurer ce volume à l’aide de la pipette, puis mettre cette quantité
dans une fiole convenable et enfin compléter à l’eau distillée.
b. Préparation de 100ml de solution NaOH 0,1N
Après avoir calculé puis pesé la masse de NaOH nécessaire à la préparation de cette solution
basique, procéder de la même manière que a/.
c. Vérification du titre exact des solutions NaOH 0,1N préparées
Verser 10ml de soude NaOH 0,1N préparée dans un erlenmeyer additionné de
quelques gouttes de phénolphtaléine.
Mettre l’acide chlorhydrique étalon HCl 0,1N préparée dans la burette, verser
l’acide jusqu’au virage de l’indicateur coloré. Noter le volume de l’acide versé.
Faire au moins 3 essais.
Titrage 

1. Compléter le tableau ci dessous 
2. Donner la réaction de titrage 
3. Déterminer la  précision sur la normalité de NaOH, sachant que : ∆V burette= …. ml 
∆V pipette =  …. ml,   On présentera le résultat sous la forme : 
 
Nb =(X ± ∆X) N 

         Essai  1  2  3 
Volume Hcl (ml)       
 

 
TP N° 2

SPECTTRE ATOM
MIQUE 

 
TP N° 3 

EXPERIENCE DE MILLIKAN 
 
BUT
La manipulation consiste à étudier le mouvement d’une gouttelette d’huile chargée, soumise
au champ électrique d’un condensateur plan.
Son but est de refaire d’une manière simplifiée l’expérience historique par laquelle Millikan,
en 1909, a déterminé la valeur exacte de la charge ”e” de l’électron.
 
PRINCIPE

L’´equation du mouvement de la goutte, assimilée à une sphère, est donc (en prenant un axe
de référence vertical descendant) :
II. DESCRIPTION N DE L’APP PAREIL
Le monntage est représenté
r s la figuure 1. Le bloc
sur b d’alim
mentation fofournit les tensions
nécessaaires à l’apppareil de Millikan.
M Lee dispositif d’éclairagee est raccorrdé aux douuilles de
sortie de
d 6,3 V. L’’alimentatioon en couraant des relaiis-inverseurrs (12,6 V) se trouvantt dans la
boite dee commandde de l’apppareil de Millikan
M peu ut se faire avec la coonnexion à tension
réglablee de 12 V. Par mise enn série de la
l sortie à tension
t fixee (250 V) et de celle à tension
réglablee (0 … 2500V), on peuut obtenir une
u alimentaation en tennsion de 5000 V. Cettee tension
peut êtrre réglée enn continu (00 … 500 V)
V par le po otentiomètree se trouvaant sur le bo
oitier, et
amenée au condennsateur de Millikan à partir des douilles coorrespondanntes. Le bo outon de
fonctionnnement doit être mis sur
s champ de d courant continu
c ( = ).
)

F
Figure 1- Dispositif exppérimental – Expérience de Millikaan

Le micrroscope, fixxé sur le mêême supporrt, a un objeectif à longg foyer qui permet de viser
v les
goutteleettes d’huilee qui tombennt selon l’axxe du condeensateur et se
s détachennt comme dees points
brillantss sur fond soombre. Sonn oculaire poossède un rééticule.

ANIPULATIION
III. MA
A- Caliibration : L’oculaire
L d microscoope contien
du nt un réticuule de 30 trraits qu’il convient
c
d’abordd de calibreer en utilisaant la lamee microméttrique fournnie à cet effet de graaduée au
centièm
me de millim mètre (1mm m= 11 gradduations). In nsérer cettee lame com mme indiqu ué sur la
figure 2,
2 Superposez les gradduations du réticule aveec les celles de la lam me microméttrique et
déterminer en mm, la distancee couvrant lees 30 divisio
ons du réticcule. Notez cette distan
nce :
30 div = ……
… mm

B- Mesuures des vittesses de chhutes des goouttelettes - Retirer la laame micrommétrique. Co


onnecter
les douuilles rougee et bleu du d générateeur aux pllaques hautte et bassee du condeensateur.
Connecter la prise de courant de la lampee aux bornees marquéess 6V et alluumer la lamp pe. Sans
polariseer les armatuures, vaporiiser des gouuttes et les observer
o (figgure 3).
Fig.2- Innsertion de la lame miccrométriquee Fig.3- Visualisation
V n des goutteelettes

Quand le l mouvemeent tourbilloonnaire a ceessé, mettree la tension et repérer la ou les gou uttes qui
sont freeinées par lee champ éleectrique. Reetenir celle que l’on paarvient à immmobiliser avec
a une
tension convenablee.
La profo
fondeur de champ
c du microscope
m e faible et l’on peut observer les gouttes en avant
est a ou
arrière de
d la zone innitialement visée en modifiant lég gèrement le réglage du microscopee à l’aide
du bouton moleté.
Noter lal tension permettant d’immobilliser parfaitement la goutte. Coouper la ten nsion et
déclencher simultaanément un chronomèttre. Mesurerr le temps mis m par la ggoutte repérrée pour
franchirr un certain nombre de graduationss du microm mètre oculaiire.
Calculer la vitesse de chute coompte tenu du d grandissement de l’objectif du microscopee.
En déduuire la chargge de la gouutte.
Faire unn grand nommbre d’expéériences aveec plusieurs gouttes. Placer les résultats sous la forme
d’un hiistogrammee. Constateer que les valeurs trrouvées meettent en éévidence laa nature
discontiinue de la chharge électrrique (la chaarge portée par une gouuttelette vauut q = n e ), n entier

Pour less calculs, uttilisez les doonnées suivantes :

Masse volumique
v d l’huile dee silicone : ρ = 1,03 10
de 03 kg m-3
Masse volumique
v d l’air : ρ’ = 1,293 kg m-3
de
Coefficiient de visccosité de l’aiir : η = 1,822 10-5 kg (m
m.s)-1
Distance entre les armatures
a d condensaateur : d = 2,5 mm
du
TP N°

ATOMES ET MOLECULES

1. But : Etudier la structure des atomes et molécules, en utilisant les modèles moléculaires et le
tableau périodique.
2. Matériel : Modèles moléculaires.
3. Travail demandé : Répondre aux questions posées en utilisant les données du tableau
périodique et les modèles moléculaires.
a. Ecrire la structure électronique externe des atomes suivants:
H, C, N, O, Na, P, S, Cl
b. Donner le nombre d’électrons de valence de chaque atome.
c. A quoi correspond le nombre d’électrons externes sur le tableau périodique?
d. A quoi correspond la valeur de chaque ligne du tableau périodique en se référant à la structure
des atomes ci-dessus.
e. Donner le schéma de Lewis de chacun des atomes précédents.
f. En se basant sur la règle d’octet , donner le schéma de Lewis des molécules diatomiques
suivantes: CH4, C2H4, C2H6 , CO, CO2, H2O, H2O2,N2, NH3, Cl2, HCl, H2SO4
g. Peut-on envisager la molécule NH5?
h. En utilisant les modèles moléculaires, construire les molécules suivantes:
CH4, C2H4, C2H6 , CO, CO2, H2O, H2O2 , N2, NH3, NaCl
i. Trouver les éléments de symétrie (centre de symétrie, axe de symétrie, plan de symétrie) pour
chaque molécule ci-dessus susceptible d’exister.
j. Préciser les molécules linéaires et angulaires citées ci-dessus.
k. Peut-on justifier les observations de la question précédente?
l. Indiquer les liaisons ou il y’a libre rotation ou empêchement de celle-ci pour chacune des
molécules étudiées ci-dessus.
m. En se basant sur la règle de l’octet, écrire le schéma de Lewis des molécules précédentes?
n. Ce schéma de Lewis rend t-il compte de la disposition spatiale des atomes de la molécule?
o. Le schéma de Lewis de la molécule PCl5 s’écrit:
Ce diagramme est-il conforme à la règle de l’octet?