Vous êtes sur la page 1sur 4

RAPPORT DU SEMINAIRE :

REGIME DE CHANGE AU MAROC : ETAT DES LIEUX ET


PERSPECTIVES
FSJESK, LE 05 AVRIL 2018

Réalisé par :

➢ Ayi Oumaima
➢ Eljirari Zakaria
➢ Boughaidi Yassine
➢ Bouiss Mohammed
Le 05 avril 2018, s’est déroulé à la FSJES de KENITRA un séminaire sous la
thématique « le régime de change au Maroc : état des lieux et perspectives »,
organisé par Mr. HICHAM OUAKIL en collaboration avec

« le laboratoire, économie, management et développement » , avec la


présence de 3 intervenants :; Pr. DRISS ZANATI , Pr. DRISS BENCHEIKH et Pr.
TARIK LAKHAL .ce séminaire avait pour objectif d’éclaircir le régime de change
et le processus de flexibilisation du taux de change .

Session d’ouverture

La session d’ouverture a été initiée par un mot d’accueil de Mr. OUAKIL


HICHAM organisateur du séminaire, Suivi par un mot de Mr. Le vice doyen
Aissaoui HASSAN qui a souhaité la bienvenue à tout les Intervenants et les
étudiants présents.

La première discussion a été dirigé par Mr. ZANATI qui a touché les
différents axes du régime de change, et c'est comme suit :

• Régime de change fixe et flottant


- Distinction entre les deux types de taux de change : fixe et flexible.
- Marché de change au comptant et à terme.

• Régime de change et expériences internationales (MAROC, EGYPTE,


TURQUIE)
- Classification de JURE et de FACTO.
- Régime de change applicable au Maroc.
- Composition du panier de cotation.

• Processus de flexibilisation du taux de change et objectif finale


-Les prérequis que doit disposer un pays avant de passer au flottement.

La deuxième intervention a été élaborée par Mr. BENCHEIKH qui a renforcé


ce qui a été précédemment traité, sa contribution a sollicité l’accent sur les
points suivants :

• Distinction entre les concepts du : régime, réglementation et l’office de


change.
• Rôle de l’office des changes dans la reforme de régime de change.
- Volet réglementaire
- Volet coopératif

VOLET
REGLEMENTATIF

POLITIQUE
DE CHANGE
AU MAROC
VOLET
COOPERATIF
• Perspectives d’évolution.

La dernière intervention était celle de TARIQ LEKHEL

Qui a fait un petit récapitulatif de tout ce qui a précédé, tout en mettant


l’accent que malgré tout ces changements le PIB par habitant n’a pas changé.

Pour clôturer le séminaire, Mr. Ouakil a évoqué la nécessité d’avoir des


prérequis fondamentaux avant de passer à n’importe qu’elle étape, et qu’avant
de passer au taux de change flottant plusieurs analyses ont été élaborées pour
garantir le succès et éviter tous les dysfonctionnements de cette étape.

Après plusieurs analyses et études bien détaillées et précises, Le lundi 15


janvier 2018, le Maroc franchit un nouveau pas dans la réforme de son régime
de change. Le ministère de l’Économie et des finances s’est fendu d’un
communiqué annonçant la flexibilisation progressive du dirham. À la grande
satisfaction d’Abdellatif Jouahri, le gouverneur de la Banque centrale, qui avait
affirmé lors de multiples sorties en 2017 que le Maroc était techniquement
prêt pour opérer le grand basculement .Mais en quoi consiste cette opération ?
Concrètement, dès aujourd’hui, «la parité du dirham est déterminée à
l’intérieur d’une bande de fluctuation de ±2,5%, contre ±0,3% actuellement,
par rapport à un cours central fixé par Bank Al-Maghreb (BAM) sur la base d’un
panier de devises composé de l’euro (60%) et du dollar américain (40%)»,
explique le ministère. BAM continuera d’intervenir sur le marché afin d’assurer
sa liquidité.