Vous êtes sur la page 1sur 119

Royaume du Maroc ‫المملكة المغربية‬

Université Mohamed V ‫جامعة محمد الخامس‬


Ecole Mohammadia d'Ingénieurs ‫المدرسة المحمدية للمهندسين‬
Rabat ‫الرباط‬

DEPARTEMENT GENIE CIVIL


Option : Bâtiments, Ponts et Chaussées

MEMOIRE DE PROJET DE FIN D’ETUDES


Présenté en vue de l’obtention du titre :
Ingénieur d’état

ETUDE TECHNIQUE ET FINANCIERE DU PROJET DE


CONSTRUCTION DU PACKAGE 3 DE LA CENTRALE
THERMIQUE DE SAFI

Réalisé Par :
Mohamed BAOUCH

Soutenu le Mardi 07 juin 2016 devant:


Pr. O. MOUSTACHI Présidente-EMI
Pr. A. BOUYAHYAOUI Professeur-EMI
Pr. T. CHERRADI Professeur-EMI
Mr. H. GERRAND SOGEA MAROC

Année : 2015/2016
Remerciements

Au préalable et comme témoignage de ma profonde reconnaissance, je tiens à


remercier toutes les personnes qui m’ont aidé de près ou de loin à mener à bien mon
projet de fin d’études.

Je tiens ainsi à exprimer ma gratitude à :

 Mes professeurs Mr.CHERRADI et Mr.BOUYAHYAOUI pour leur


encadrement, leur aide et leur soutien durant ce travail.

 Mme. MOUSTACHI pour avoir accepté de juger mon travail.

 Mr.Hicham GERRAND, chef de projet, pour le temps qu’il m’a consacré tout au
long de cette période de stage, sachant répondre à toutes mes interrogations.

 Mr. Echeikh Haytham EZAOUALI, directeur de projet, pour m’avoir intégré


rapidement au sein du chantier et m’avoir accordé toute sa confiance.

A ces remerciements je souhaite associer tout le corps professoral et administratif de


l’Ecole Mohammadia d’Ingénieurs, toute l’équipe de SOGEA MAROC qui n’a pas
hésité à m’aider pendant la réalisation de mon projet, et enfin ma famille qui a
toujours témoigné d’un soutien sans pareil tout au long de mon cursus.

Mohamed BAOUCH

Mémoire PFE 1 M.BAOUCH


Résumé
La gestion des chantiers de construction représente l’une des branches
d’ingénierie qui acquièrent des savoirs multiples : techniques, financières,
réglementaires, et managériales.

En effet, bien gérer un chantier de construction : c’est pouvoir atteindre l’objectif


de réaliser un ouvrage dans une durée définie, moyennant des procédés adaptés, avec un
matériel convenable, et une main d’œuvre qualifiée.

Ce rapport de projet de fin d’études étudie les méthodes de traitement des venues
d’eau dans un chantier, à savoir le rabattement de nappe par les parois moulées,
l’épuisement de la nappe par pompage de l’eau et l’étanchement de la fouille par les
puits et les pointes filantes. Et cela à partir de l’étude géotechnique et hydrologique du
projet.
D’autre part, ce projet expose une analyse des origines de fissuration du béton à jaune
âge au chantier, qui est basé sur la vérification de la mise en œuvre, la qualité du béton,
et le ferraillage des voiles fissurés.

Mémoire PFE 2 M.BAOUCH


Abstract
The management of construction sites is one of engineering sections that request
many kinds of knowledge, such as technical, financial, and managerial.

Indeed, while managing a construction project: the goal is to realize a building in


a defined period, with adapted method, a suitable material, and a qualified manpower.

In order to grow up and apply my knowledge in this field, I chose to do my


internship project graduation on the construction site of the thermal power plant in Safi.

This report is structured into many parts. The first one is dedicated to study the
methods of water inflow treatment namely slick drawdown by diaphragm walls,
depletion of groundwater by pumping water and sealing of the excavation by sinks and
shooting tips. And then we choose, from a geotechnical and hydrological study of the
project, the most suitable method to run it.
Then the second part of the report presents an analysis of origins of concrete cracking
in the construction site. Which is based on the verification of implementation, the quality
of the concrete and the coating and the reinforcement of cracked sails. In addition to
that, we will see a repair method for these cracks.
The last part of the project presents a financial study of the project that processes the
concrete cracking problem.

Mémoire PFE 3 M.BAOUCH


‫ملخـــــــــــــــــــــــــــص‬
‫تدبير مواقع البناء هي واحدة من أقسام الهندسة التي تتطلب كثير من أنواع المعرفة‪ :‬الفنية‬

‫والمالية واإلدارية‪.‬‬

‫يتجلى التدبير الناجح لمواقع البناء في انهاء بناء المشروع في الفترة المحددة‪ ،‬ودلك باستعمال األساليب‬

‫المناسبة‪ ،‬ويد عاملة ماهرة‪.‬‬

‫من أجل تعميق وتطبيق معرفتي في هذا المجال‪ ،‬قررت ان اجري التدريب الختامي للدراسة في موقع بناء‬

‫محطة للطاقة الحرارية بآسفي‪.‬‬

‫وعليه‪ ،‬ينقسم هدا التقرير الى عدة أجزاء‪ .‬الجزء األول يتخصص في دراسة كيفية حل مشكل تدفق المياه‬

‫الجوفية أتناء حفر أسس البناء من خالل دراسة جيوتقنية وهيدرولوجية للمشروع‪ .‬أما الجزء الثاني‬

‫فيعرض تحليال ألسبا انكسار الخرسانة في موقع البناء مع اقتراح كيفية إصالح هدا المشكل‪ .‬وأخيرا‬

‫يعرض الجزء التالت من هدا التقرير دراسة مالية لمشكل انكسار الخرسانة‪.‬‬

‫‪Mémoire PFE‬‬ ‫‪4‬‬ ‫‪M.BAOUCH‬‬


Table des matières
Introduction : ............................................................................................................................ 11
Chapitre 1 : Présentation de l’Organisme d’Accueil et Descriptif du Projet ........................... 12
1. Présentation de l’organisme d’accueil :............................................................................ 13
1.1. Organisation de VINCI : ........................................................................................ 13
1.2. Organisation de VINCI CONSTRUCTION : ........................................................ 13
1.3. Organisation de SOGEA MAROC : ...................................................................... 14
1.4. Domaines d’activité : ............................................................................................. 14
1.5. Organisation du chantier du Package 3 de la centrale thermique de Safi : ............ 15
2. Mise en situation : Le projet de la centrale thermique de Safi ......................................... 15
2.1. Présentation : ............................................................................................................. 15
2.2. Parties prenantes : ...................................................................................................... 17
2.3. Intervention de SOGEA Maroc sur le projet : ........................................................... 18
2.4. Présentation des ouvrages : ........................................................................................... 19
a. Intake Basin Structure : Bassin de prise d’eau ............................................................ 19
b. FGD Aeration Pit : Bassin de désulfuration ................................................................. 19
c. Discharge Canal and Outlet Structure : Le canal et l’émissaire d'eau ....................... 20
Chapitre 2 : Etude géo-hydrologique du projet ........................................................................ 21
1. Introduction : .................................................................................................................... 22
2. Objet de l’étude : .............................................................................................................. 22
3. Cadre géologique local : ................................................................................................... 22
3.1 Introduction : .......................................................................................................... 22
3.2 Descriptif lithologique : ............................................................................................. 23
3.3 Corrélations : ............................................................................................................. 25
4. Résultats des essais in-situ : ............................................................................................. 26
4.1 Essai d'eau : ............................................................................................................... 26
4.2 Résultats des essais d’eau : ........................................................................................ 27
4.3 Essai de pompage : .................................................................................................... 28
5 Caractéristiques des niveaux de la nappe : ....................................................................... 28
6 Conclusion :...................................................................................................................... 30
Chapitre 3 : Méthodes d’Exécution .......................................................................................... 31

Mémoire PFE 5 M.BAOUCH


1. Introduction : .................................................................................................................... 32
2. Méthodes de traitement des venus d’eau : ....................................................................... 32
2.1 Rabattement : ............................................................................................................. 32
a. Pointes filtrantes : .................................................................................................. 33
b. Puits filtrants : ........................................................................................................ 34
2.2 Etanchement de la fouille : ........................................................................................ 36
a. Parois moulées : ......................................................................................................... 36
b. Palplanche : ............................................................................................................ 37
2.3 Épuisement : .............................................................................................................. 38
3 La paroi moulée : .............................................................................................................. 38
3.1 Historique:.............................................................................................................. 38
3.2 Définition et Rôle :................................................................................................. 39
3.3 Avantages : ............................................................................................................. 39
3.4 Type des parois moulées: ....................................................................................... 39
a- Paroi souple : ................................................................................................................ 39
b- Paroi de soutènement simple : ..................................................................................... 41
3.5 Réalisation : ........................................................................................................... 42
a- Méthode : ............................................................................................................... 42
b- L’engin de réalisation : .......................................................................................... 44
3.6 Etapes d’exécution : ............................................................................................... 46
4 Rabattement de nappe par pompage : .............................................................................. 54
4.1 Introduction : ............................................................................................................. 54
4.3 Le système de pompage :........................................................................................... 54
4.4 Programme du travail : .............................................................................................. 58
Chapitre 4 : Etude de fissuration du béton ............................................................................... 59
1. Mise en situation : ............................................................................................................ 60
1.1 Introduction : ............................................................................................................. 60
1.2 Bibliographie sur la fissuration du béton jeune: ........................................................ 60
a. L’hydratation du béton : ......................................................................................... 60
b. Le retrait : ......................................................................................................................... 60
c. Types de retrait et conséquences sur les ouvrages en Béton Armé : ................................ 61
1.3 Descriptif de l’ouvrage fissuré –FGD-: ..................................................................... 63
1.4 Caractéristiques des fissures : .................................................................................... 63

Mémoire PFE 6 M.BAOUCH


a. L’emplacement des fissures : ................................................................................. 63
b. La mesure de profondeur et l’ouverture des fissures : ........................................... 66
c. Commentaire des résultats : ....................................................................................... 67
2. L’origine des fissures : ..................................................................................................... 68
2.1. Vérification de l’enrobage et du Ferraillage : ............................................................ 68
4.2 La mise en œuvre : ......................................................................................................... 81
a. Les reprises de bétonnage : ......................................................................................... 81
b. L’ajout de l’eau : .................................................................................................... 84
4.3 Commentaires et origines des fissures : ......................................................................... 85
3. Traitement et Réparation des Fissures : ........................................................................... 85
4. Conclusions préventives :................................................................................................. 89
Chapitre 5: Gestion financière .................................................................................................. 90
1. Introduction :................................................................................................................ 91
2. Etude de prix : .................................................................................................................. 91
2.1 Définitions : ............................................................................................................... 91
2.2 Analyse des dépenses : .............................................................................................. 92
a. Débourses secs (DS) .................................................................................................. 92
b. Frais de chantier (FC) ............................................................................................ 92
c. Frais d'opération (Fop)............................................................................................... 92
d. Frais généraux (FG) : ............................................................................................. 93
2.3 Notions de prix de vente : .......................................................................................... 95
2.4 Notion de marge ........................................................................................................ 95
3 Application : Prix d’un voile de FGD .............................................................................. 96
5. Influence de Fissuration sur le coût :................................................................................ 98
Conclusion .............................................................................................................................. 100
BILAN ET PERSPECTIVES................................................................................................. 101
Bibliographie : ........................................................................................................................ 103
Webographie : ........................................................................................................................ 103
Liste des annexes .................................................................................................................... 104

Mémoire PFE 7 M.BAOUCH


Table des illustrations
FIGURE 1: ORGANISME DE VINCI ................................................................................................................................. 13
FIGURE 2 : ORGANISATION DE VINCI CONSTRUCTION .................................................................................................. 13
FIGURE 3: ORGANIGRAMME DE SOGEA MAROC ........................................................................................................... 14
FIGURE 4:ORGANISATION DU CHANTIER DE LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI....................................................................... 15
FIGURE 5: LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI ................................................................................................................... 16
FIGURE 6: LE PACKAGE 3 DE LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI ........................................................................................... 18
FIGURE 7: LE BASSIN DE PRISE DE L'EAU DE MER INTAKE................................................................................................... 19
FIGURE 8: BASSIN DE DESULFURATION ........................................................................................................................... 19
FIGURE 9 : LE CANAL ET L’EMISSAIRE D'EAU ..................................................................................................................... 20
FIGURE 10 : LA SONDEUSE UTILISEE POUR LES SONDAGES CAROTTES PROFONDS ..................................................................... 23
FIGURE 11: LES 4 SONDAGES CAROTTES EFFECTUES DANS LA ZONE DE INTAKE ...................................................................... 25
FIGURE 12: L'ESSAI D'EAU- LEFRANC- .......................................................................................................................... 26
FIGURE 13 : RABATTEMENT DE NAPPE............................................................................................................................ 32
FIGURE 14: RABATTEMENT DE NAPPE PAR PUITS FILTRANTS ................................................................................................ 33
FIGURE 15:CONSTITUTION D'UNE OINTE FILTRANTE .......................................................................................................... 34
FIGURE 16: RABATTEMENT DE NAPPE PAR PUITS FILTRANTS ................................................................................................ 34
FIGURE 17: CONSTITUTION D'UN PUIT FILTRANT .............................................................................................................. 35
FIGURE 18: SCHEMA REPRESENTANAT LA PAROI MOULEE ................................................................................................... 36
FIGURE 19:EPUISEMENT D'EAU PAR UNE POMPE D'EXHAURE .............................................................................................. 38
FIGURE 20: SCHEMA REPRESENTANT LES PAROIS MOULEES SOUPLES .................................................................................... 40
FIGURE 21 :SCHEMA REPRESENTANT LES PAROIS DE SOUTENEMENT SIMPLE ........................................................................... 41
FIGURE 22: VUE EN PLAN D'UN PANNEAU PRIMAIRE ......................................................................................................... 42
FIGURE 23: LES ETAPES DE REALISATION DES PAROIS MOULEES............................................................................................ 43
FIGURE 24: L’HYDROFRAISE UTILISEE POUR L’EXECUTION DES PAROIS MOULEES ...................................................................... 44
FIGURE 25: EXECUTION D’UNE AVANT-TRACHEE .............................................................................................................. 46
FIGURE 26: EXECUTION DES MURETTES-GUIDES ............................................................................................................... 46
FIGURE 27:EXTRAIT DU PLAN D'EXECUTION DES MURETTES GUIDE ....................................................................................... 47
FIGURE 28: PHOTO DES MURETTES GUIDE APRES REALISATION ............................................................................................ 47
FIGURE 29: REALISATION D' UNE PRE-EXCAVATION DE 7M................................................................................................. 48
FIGURE 30: LA FOREUSE UTILISEE POUR LA REALISATION D' UNE PRE-EXCAVATION .................................................................. 48
FIGURE 31: TRAVAUX D'EXCAVATION PAR L'HYDROFRAISE ................................................................................................. 49
FIGURE 32: REMPLISSAGE PAR LA BOUE BENTONITIQUE. .................................................................................................... 49
FIGURE 33: L’EXECUTION DES TRANCHEES A L’AIDE DE L’HYDROFRAISE. ................................................................................ 50
FIGURE 34: MISE EN PLACE DE TUBES JOINTS ................................................................................................................... 51
FIGURE 35:BETONNAGE DU PAROI MOULEE .................................................................................................................... 51
FIGURE 36: BETONNAGE DU PAROI MOULEE A L’AIDE DES TUBES PLONGEURS......................................................................... 52

Mémoire PFE 8 M.BAOUCH


FIGURE 37: ARRACHAGE DES TUBE-JOINTS ...................................................................................................................... 53
FIGURE 38: CURAGE ET RENOUVELLEMENT DE LA BOUE DE FORAGE ..................................................................................... 53
FIGURE 39 : POMPE EN FOND DE FOUILLE (NIVEAU DU RADIER) ........................................................................................... 55
FIGURE 40:TUYAU D’ASPIRATION (FLEXIBLES DN 150MM) ................................................................................................ 55
FIGURE 41: COLLECTEUR A 5 BRANCHEMENTS (AVEC DES CLAPETS ANTI-RETOUR) ................................................................... 56
FIGURE 42: TUYAU DE REFOULEMENT (PVC DN 400MM)................................................................................................. 56
FIGURE 43: TUYAU DE REFOULEMENT (PVC DN 400MM)................................................................................................. 57
FIGURE 44:RETRAIT D’UN VOILE EN BETON LIBRE AUX EXTREMITES ET ENCASTRE EN BASE ......................................................... 61
FIGURE 45: L'OUVRAGE FISSURE –FGD- ......................................................................................................................... 63
FIGURE 46:LES VOILES FISSURES DE FGD OUTFALL SEAL PIT COTE SUD ............................................................................. 64
FIGURE 47 : LES FISSURES APPARUES SUR LES VOILES DE FGD COTE SUD ............................................................................... 64
FIGURE 48: LES VOILES FISSURES DE FGD OUTFALL SEAL PIT COTE NORD.......................................................................... 65
FIGURE 49: LES FISSURES APPARUES SUR LES VOILES DE FGD COTE NORD .............................................................................. 65
FIGURE 50: L’OPERATION DE MESURE DES PROFONDEURS DES FISSURES ................................................................................ 66
FIGURE 51: LES RESULTATS DE MESURE DES PROFONDEURS DES FISSURES.............................................................................. 66
FIGURE 52 : LES RESULTATS DE MESURE DES PROFONDEURS DES FISSURES ............................................................................. 67
FIGURE 53: EXTRAIT DES PLANS D'EXECUTION –ENROBAGE- ............................................................................................... 68
FIGURE 54: EXTRAIT DE L'EUROCODE 2 - ARTICLE 4.4.1 .................................................................................................... 69
FIGURE 56 : EXTRAIT DE BAEL 91 –ARTICLE ENROBAGE- .................................................................................................. 70
FIGURE 57 : ABAQUE DES SECTIONS MINIMALES EN FONCTION DU DIAMETRE DE L’ARMATURE ET L’EPAISSEUR DU VOILE................. 71
FIGURE 58 : CLASSIFICATION DES STRUCTURES HYDRAULIQUES SELON EUROCODE 2 ................................................................ 72
FIGURE 59: EXTRAIT DE L’EUROCODE 2 1992-3 PARAGRAPHE 7......................................................................................... 72
FIGURE 60 : LA SECTION DU VOILE FISSURE ...................................................................................................................... 73
FIGURE 61: EFFET THERMIQUE ..................................................................................................................................... 74
FIGURE 62: BILAN DES EFFORTS APPLIQUES AU VOILE ........................................................................................................ 79
FIGURE 63:LE VOILE A DIMENSIONNER ........................................................................................................................... 79
FIGURE 64: SCHEMA DE FERAILLAGE DU VOILE FISSURE –EXTRAIT DU PLAN D’EXECUTION- ....................................................... 81
FIGURE 65 : CROQUIS REPRESENTANT LES SEQUENCES DES COULAGES .................................................................................. 82
FIGURE 66 : ETAPES DE BETONNAGE, SITUATION DEFAVORABLE (CONSEQUENCES : FISSURATION) .............................................. 83
FIGURE 67:PIQUAGE DE LA FISSURE ............................................................................................................................... 86
FIGURE 68: BROSSAGE DE LA FISSURE ET NETTOYAGE ........................................................................................................ 86
FIGURE 69: FIXATION DES TUBES D’INJECTION PAR UN PRODUIT COLLANT.............................................................................. 87
FIGURE 70: HUMIDIFICATION DES FISSURES AVANT TRAITEMENT ......................................................................................... 87
FIGURE 71: APPLICATION DE LA PATE DE FIXATION DES TUBES D'INJECTION ............................................................................ 88
FIGURE 72: INJECTION DES FISSURES .............................................................................................................................. 88
FIGURE 73: LES COMPOSANTS DU PRIX DE VENTE.............................................................................................................. 94
FIGURE 74:SCHEMA PRESENTATIF DU COEFFICIENT K ........................................................................................................ 95
FIGURE 75:SCHEMA PRESENTATIF DE LA NOTION DE MARGE .............................................................................................. 96

Mémoire PFE 9 M.BAOUCH


Table des tableaux

TABLEAU 1 : TABLEAU RESUME LES RESULTATS D’ESSAI DE LEFRANC .................................................... 27

TABLEAU 2 : TABLEAU RESUME LES NIVEAUX D’EAU MESURES. ............................................................... 29

TABLEAU 3: RESULTATS DE SUIVI DU NIVEAU DE LA NAPPE ..................................................................... 29

TABLEAU 4:LES VALEURS DE CMIN DUR (EN MM) EN FONCTION DE LA CLASSE D’EXPOSITION X ...................... 70

TABLEAU 5: LES VALEURS ADMISSIBLES DE FISSURATION ....................................................................... 73

TABLEAU 6 : HYPOTHESES DE CALCUL ............................................................................................... 77

TABLEAU 7 : CARACTERISTIQUES MECANIQUES DU SOL.......................................................................... 78

TABLEAU 8 : LES FORCES APPLIQUEES SUR LE VOILE ............................................................................. 80

TABLEAU 9: LES RESULTATS DU MOMENT A L'ELS ................................................................................. 80

TABLEAU 10: DEPHASAGE VOILE/RADIER SUR FGD .............................................................................. 82

TABLEAU 11: CALCUL DU PRIX DE VENTE POUR UN VOILE DE FGD OUTFALL SEAL PIT ............................ 97

Mémoire PFE 10 M.BAOUCH


Introduction :
Dans le cadre de la planification pluriannuelle des moyens de production visant
la satisfaction de la demande croissante en électricité au Maroc, l'ONE a lancé en 2015
le projet de réalisation d’une centrale thermique à charbon dans la région de Safi, d'une
puissance totale de 1386 MW. Ce projet entrera en service à partir de fin 2017 et utilisera
les technologies du « Charbon Propre », une technologie qui permet de mettre en valeur
le contenu énergétique du charbon tout en réduisant son impact sur l'environnement.

En effet, cette centrale thermique à charbon fonctionne par la combustion de ce


dernier dans une chaudière qui permet de transformer l'eau en vapeur. Cette vapeur d'eau
passera ensuite par différents niveaux de pression afin de faire tourner une turbine pour
produire de l'électricité. L'eau de refroidissement (l’eau de mer) utilisée dans un
échangeur de chaleur pour refroidir la vapeur enclenchant à nouveau un processus en
boucle.

Mon stage de fin d’étude a été effectué dans le chantier de construction de cette
centrale thermique dont j’ai traité une étude technique et financière du package 3 de ce
projet.

Cette étude se décomposera en plusieurs parties. Tout d’abord nous étudierons


les méthodes de traitement des venues d’eau. Et puis, nous choisirons, à partir d’une
étude géotechnique et hydrologique du projet, la méthode la plus convenable pour
travailler au sec en fond fouille. Ensuite, nous exposerons une analyse des origines de
fissuration du béton à jeune âge, qui est basée sur la vérification de la mise en œuvre, la
qualité du béton, et le ferraillage des voiles fissurés. Et puis, nous verrons une méthode
de réparation de toutes ces fissures. Enfin, nous nous concentrerons sur l’étude
financière du projet consacré à la problématique de fissuration du béton.

Mémoire PFE 11 M.BAOUCH


Chapitre 1 : Présentation de l’Organisme
d’Accueil et Descriptif du Projet

Mémoire PFE 12 M.BAOUCH


1. Présentation de l’organisme d’accueil :
Ce projet de fin d’études fut proposé et encadré par SOGEA MAROC, filiale marocaine
de SOGEA SATOM et société de VINCI Construction.

1.1.Organisation de VINCI :

Figure 1: Organisme de VINCI

Premier groupe mondial de concessions et de construction, VINCI forme un réseau de


compétences et d’entreprises sans équivalent dans le monde. En 2010, leurs 163 000
collaborateurs sont intervenus sur 262 000 chantiers dans une centaine de pays. Son métier est
de concevoir, construire, financer et gérer des équipements qui améliorent la vie de chacun :
infrastructures de transport, bâtiments publics et privés, aménagements urbains, réseaux d’eau,
d’énergie et de communication. Son chiffre d’affaire annuel de l’ordre de 33.5 MD €.

1.2.Organisation de VINCI CONSTRUCTION :


Les travaux de construction sont réalisés par VINCI Construction qui réunit des grandes
compétences dans les domaines du bâtiment, du génie civil, des travaux hydrauliques et des
métiers de spécialité associés à la construction. Son chiffre d’affaire annuel est de 13MD €.

Figure 2 : Organisation de VINCI CONSTRUCTION

Mémoire PFE 13 M.BAOUCH


1.3. Organisation de SOGEA MAROC :
Implantée depuis 1931 au Maroc, SOGEA intervient dans tous les métiers de construction
et a réalisé en 2010 un chiffre d’affaire annuel de 900 Millions de DH. Elle bénéficie d’un appui
permanent du groupe VINCI en personnel et en matériel pour réaliser ses projets au Maroc

Figure 3: Organigramme de SOGEA MAROC

1.4.Domaines d’activité :
SOGEA Maroc est présente dans quatre grands métiers :
 Le génie civil :
Le génie civil ouvrages d’art, Viaducs autoroutiers, Pont Moulay HASSAN….
Le génie civil industriel :
 Usine RENAULT Tanger Med
 Usine SONASID ELJADIDA
 Les ODI de Jorf Lasfar.
 L’hydraulique : Stations de traitement d’eau potable, stations de pompage et réservoirs.
 Le bâtiment
 Les travaux maritimes :
SOGEA Maroc est présente en force dans ce domaine à travers sa filiale DUMEZ, parmi
ses réalisations : La marina de BOUREGREG, le port de SAIDIA…

Mémoire PFE 14 M.BAOUCH


1.5. Organisation du chantier du Package 3 de la centrale thermique de Safi :
Le stage fut effectué dans le chantier du package 3 de la centrale thermique de Safi, et ce
sous l’encadrement direct du chef de projet Monsieur Hicham GERRAND.

Figure 4:Organisation du chantier de la centrale thermique de SAFI

2. Mise en situation : Le projet de la centrale thermique de Safi


2.1.Présentation :
L’Office National de l’Electricité et de l’Eau Potable “ONEE” et Safi Energy Company
“SAFIEC” ont signé des accords de financement du projet de la centrale de Safi dans la région
de Safi, au sud-ouest du Maroc. SAFIEC est détenue par le consortium GDF SUEZ (France),
Mitsui & Co., Ltd. (Japon) et Nareva Holding (Maroc), qui est adjudicataire du projet suite à
un processus d’appel d’offres international. Le montant global de l’investissement est de 2,6
milliards de dollars (23 milliards de dirhams).

Mémoire PFE 15 M.BAOUCH


Dès sa mise en service, prévue en 2018, l’électricité produite par la centrale de Safi sera vendue
à l’ONEE pendant 30 ans dans le cadre d’un contrat d’achat et de fourniture d’électricité.
Le projet de centrale de Safi consiste en la construction de deux unités thermiques (2x693MW)
de dernière génération utilisant la technologie ultra supercritique de charbon propre.
La centrale sera construite par l’équipementier sud-coréen Daewoo Engineering &
Construction Co. L’exploitation et la maintenance seront assurées par Safi Energy Company.
Cette centrale, à la pointe de la technologie, est la première en Afrique à utiliser la technologie
ultra supercritique qui se caractérise par une optimisation des performances environnementales
et un rendement de 10% supérieur à celui des centrales conventionnelles. Ces équipements
assureront ainsi une baisse significative des émissions de CO2 et une réduction des coûts
associés au combustible.
Le projet s’inscrit dans le cadre de la stratégie nationale visant la satisfaction de la demande
croissante d’électricité au moindre coût et dans le respect de l’environnement.
Dès le début de sa construction, la centrale de Safi contribuera fortement à la dynamique de
développement économique et social du Royaume, et particulièrement celle de la région de Safi
et ce, notamment en terme de création d’emplois et de recours aux prestations des PME-PMI
locales. Elle permettra également la valorisation des infrastructures portuaires, ferroviaires et
électriques existantes ou en cours de réalisation, dont le nouveau port de Safi devant abriter le
quai charbonnier qui alimentera la centrale en charbon et dont les travaux de réalisation ont été
lancés par Sa Majesté le Roi en avril 2013.

Figure 5: La centrale thermique de Safi

Mémoire PFE 16 M.BAOUCH


 A propos de SAFIEC:

La société qui portera le projet, SAFIEC, est une société anonyme de droit marocain, détenue
à 35%par le groupe multinational GDF SUEZ, 35% par la société marocaine Nareva Holding
S.A, et 30% par le groupe multinational Mitsui & Co.

2.2.Parties prenantes :

a. GDF SUEZ :

GDF SUEZ inscrit la croissance responsable au coeur de ses métiers (électricité, gaz naturel,
services à l’énergie) pour relever les grands enjeux énergétiques et environnementaux :
répondre aux besoins en énergie, assurer la sécurité d’approvisionnement, lutter contre les
changements climatiques et optimiser l’utilisation des ressources. Le Groupe propose des
solutions performantes et innovantes aux particuliers, aux villes et aux entreprises en
s’appuyant sur un portefeuille d’approvisionnement gazier diversifié, un parc de production
électrique flexible et peu émetteur de CO2 et une expertise unique dans quatre secteurs clés : la
production indépendante d’électricité, le gaz naturel liquéfié, les énergies renouvelables et
l’efficacité énergétique. GDF SUEZ compte 147 400 collaborateurs dans le monde pour un
chiffre d’affaires en 2013 de 81,3 milliards d’euros. . Coté à Paris et Bruxelles, le Groupe est
représenté dans les principaux indices internationaux : CAC 40, BEL 20, DJ Euro Stoxx 50,
Euronext 100, FTSE Eurotop 100, MSCI Europe et Euronext Vigeo (World 120, Eurozone 120,
Europe 120 et France 20).

b. NAREVA :
Nareva est une société marocaine créée en 2005, filiale à 100% de Société Nationale
d’Investissement(SNI). Elle a pour mission d’assurer une présence du capital marocain, en
partenariat avec des leaders mondiaux, dans les secteurs de l’Energie et de l’Environnement,
en construisant un portefeuille d’actifs cohérent et équilibré. Elle centre ses efforts de
développement sur la gestion du cycle de l’eau et sur la production de l’électricité à partir des
sources fossiles ou renouvelables.

c. MITSUI :
En s’appuyant sur nos centres opérationnels à travers le monde, notre réseau et nos sources
d’information, Mitsui opère multilatéralement dans des activités qui vont des ventes de
produits, la logistique et le financement à l’international, en passant par le développement
d'infrastructures internationales majeures et d'autres projets dans les domaines suivants :

Mémoire PFE 17 M.BAOUCH


Produits de Fer et d'Acier, Ressources Minérales et Métaux, Projets d'Infrastructure, Systèmes
de Transport Intégrés, Produits Chimiques, Énergie, Ressources Alimentaires, Produits
Alimentaires et Services, Services aux Consommateurs, Innovation et Développement.

2.3.Intervention de SOGEA Maroc sur le projet :


Le maître d’ouvrage Daewoo Engineering and Construction a confié à SOGEA Maroc la
réalisation du package 3 de la centrale thermique de Safi, soit la construction d’un bassin de
prise d’eau de mer à – 18 m sous le niveau d’eau, d’un bassin d’aération, d’un canal de rejet en
béton armé sur 1,5 km, et d’un ouvrage de rejet à – 4 m sous le niveau d’eau :

 Intake Basin Structure : Bassin de prise d’eau ;


 FGD Aeration Pit : Bassin de désulfuration ;
 Discharge Canal : Canal de rejet ;
 Outlet Structure: Emissaire d'eau.

Figure 6: Le package 3 de la centrale thermique de Safi

Mémoire PFE 18 M.BAOUCH


2.4. Présentation des ouvrages :

a. Intake Basin Structure : Bassin de prise d’eau


Il s’agit d’un ouvrage hydraulique de forme rectangulaire, présente les caractéristiques
suivantes :
 Longueur : 47,6m
 Largeur : 31,8m
 Hauteur : 18 m

Figure 7: Le bassin de prise de l'eau de mer INTAKE

b. FGD Aeration Pit : Bassin de désulfuration


Il s’agit d’un ouvrage hydraulique qui présente les caractéristiques suivantes :
 Longueur : 192 m,
 Largeur : 47,60m,
 Hauteur : 4,40 m.

Figure 8: Bassin de désulfuration

Mémoire PFE 19 M.BAOUCH


c. Discharge Canal and Outlet Structure : Le canal et l’émissaire d'eau

Figure 9 : Le canal et l’émissaire d'eau

Mémoire PFE 20 M.BAOUCH


Chapitre 2 : Etude géo-hydrologique du
projet

Mémoire PFE 21 M.BAOUCH


1. Introduction :
Afin d’entamer les travaux d’excavation sur les zones INTAKE et FGD de la Centrale
Thermique de Safi, il était nécessaire de procéder à une étude hydrologique et géotechnique du
site concerné.
Dans ce premier chapitre, on va présenter les résultats des différents essais effectués.

2. Objet de l’étude :
Les principaux objectifs de cette étude se résument dans les points suivants :
 Etudier le contexte lithologique local ;
 Détermination du niveau de la nappe ;
 Caractérisation de la perméabilité des différentes formations traversées ;
 Détermination du débit d'exploitation de la nappe s'écoulant à l'échelle du site ;

Afin d'atteindre ces objectifs, le programme de reconnaissance consiste en la réalisation des :


 Sondages carottés profonds de 19 à 30 m ;
 Sondages destructifs pour la réalisation des essais in-situ ;
 Essais d'eau de type LEFRANC, permettant de mesurer les coefficients de
perméabilité des faciès traversés (Paragraphe 4);
 Essais de pompage pour la détermination du débit d'exploitation ;

3. Cadre géologique local :

3.1 Introduction :
Afin de déterminer le cadre géologique du site, on a procédé à des sondages carottés en
utilisant une sondeuse de type SILEA 700/5.
Cet essai va nous permettre de déterminer les informations suivantes :
 Identifier avec certitude le lit lithologique ;
 Identifier la nature des roches ;

Mémoire PFE 22 M.BAOUCH


Figure 10 : La sondeuse utilisée pour les sondages carottés profonds

3.2 Descriptif lithologique :

Lithologie du sondage carotté SC 1:


La colonne lithologique de ce sondage laisse déceler la succession de haut en bas des faciès
décrits ci-dessous :
- Des grès calcaires peu fracturés ayant une puissance de 13.60 m ;
- Des conglomérats à ciment carbonaté, épais d'environ 0.40 m ;
- Des alternances de calcaires et calcaire marneux fracturés et fragmentés par endroits ont
été recoupés entre les cotes altimétriques - 14 et -28.20 m/TN ;
- Des grès calcaires traversés à une profondeur de 28.20 m et se continuent au-delà de
30m/TN.
La coupe en annexe 1 résume les différentes formations traversées par ce sondage.

Lithologie du sondage carotté SC 2 :


La coupe lithologique de ce sondage est marquée par la succession de haut en bas des
formations décrites ci-après :
- Des grès calcaires peu fracturés, s'étalant sur une profondeur de 12.50 m
- Des conglomérats à matrice carbonatée peu fragmentés, ont été recoupés entre 12.50 et
14 m de profondeur;

Mémoire PFE 23 M.BAOUCH


- Des limons sable-graveleux, associés à des concrétions carbonatées. Ce passage
limoneux. est vraisemblablement lié à un remplissage meuble d'une cavité de
dissolution gréso-calcaire. Ces limons se présentent sur une profondeur de 2.50 m
- Des grès sableux, entrecoupés de passages sablonneux. Cette formation est traversée
entre les cotes altimétriques -16.50 et -19.30 m par rapport au terrain naturel ;
- Des calcaires marneux fracturés et fragmentés par endroits, s'étalent entre 19.30 et 22
m de profondeur.
- Des calcaires sains ont été recoupés à une profondeur de 22 m/TN

La coupe en annexe 1 illustre les différentes formations traversées par ce sondage.

Lithologie du sondage carotté SC 3 :


La colonne lithologique de ce sondage laisse déceler par la succession de haut en bas des faciès
décrits ci-dessous :
- Des terrains sableux qui se montrent par endroits grésillés. Ces sables grésillés sont
épais de 1.60 m ;
- Des grès calcaires à passages sablo-grésifiés, ont été recoupés entre 1.60 et 14.60 m de
profondeur;
- Des calcaires marneux fracturés à passages calcaire ont été traversés à une profondeur
de 15.40 m/TN et se continuent au-delà de 23 m/TN.

La coupe en annexe 1 synthétise les différentes formations traversées par ce sondage.

Lithologie du sondage carotté SC 4:


La colonne lithologique du sondage SC4 est caractérisée par la succession de haut en bas des
formations décrites ci-après :
- Des sables grésillés épais de 1.50 m ;
- Des grès calcaires peu fracturés s'étalant entre 1.50 et 15.30 m de profondeur ;
- Des calcaires marneux fracturés sont atteints à une profondeur de 15.30 m et se
continuent au-delà de 30 m/TN.
La figure en annexe 1 schématise la coupe lithologique levée au droit du sondage réalisé.

Mémoire PFE 24 M.BAOUCH


Figure 11: Les 4 sondages carottés effectués dans la zone de INTAKE

3.3 Corrélations :

La lithologie du site étudié a été restituée à partir des sondages carottés réalisés de parts et
d'autres de la zone d'étude.
L'examen analytique des coupes géologiques levées sur une profondeur variant de 23 à 30
m, a permis de conclure que la colonne lithologique locale est globalement constituée par des
terrains gréso-calcaires épais de 12.50 à 15.30 m, surmontant des calcaires marneux atteints
entre 13.80 et 19.20 et se continuant au-delà de 30 m de profondeur.
Toutefois, des limons sablo-graveleux ont été recoupés uniquement au niveau du sondage
SC 2 sur une épaisseur de 2.80 m, peuvent constituer un matériau de remplissage d'une cavité
de dissolution dans les terrains gréso-calcaires. Ce phénomène se présente localement, puisque
les autres sondages n'ont montré aucune trace de ce matériau de remplissage.
La colonne lithologique du site est généralement coiffée par une couche de sable grésillé
épaisse d'environ 1.50 m, vraisemblablement liée à l'altération des sables grésillés par le passage
des engins.

Mémoire PFE 25 M.BAOUCH


4. Résultats des essais in-situ :

4.1 Essai d'eau :


Cette étude géotechnique consiste en la réalisation de plusieurs essais d'eau de type LEFRANC
au niveau de la zone INTAKE.

 Principe de l'essai d'eau LEFRANC :

L'essai d'eau Lefranc, réalisé conformément à la nonne NFP 94-132, est un moyen de
reconnaissance du terrain en place qui permet d'évaluer une caractéristique hydraulique locale
du sol et de déceler des hétérogénéités dans les terrains. L'essai d'eau Lefranc permettant de
déterminer un coefficient de perméabilité locale qui peut être nettement différent du
coefficient de perméabilité en grand, se réalise selon le phasage ci-dessous :

1/ Créer à l'intérieur du sol par extraction, une cavité, à la base d'un forage, reliée à la surface
du sol par un tube ;
2/ produire une diminution de charge dans la cavité ;
3/ mesurer la charge d'eau h(t) dans le forage en fonction du temps t ;
4/ calculer le coefficient de perméabilité à partir de la mesure du débit Q(t) percolant à travers
la paroi de la cavité à un instant donné par la formule suivante :

Q(t) = m.kL.h(t).B
Avec :
KL : est le coefficient de perméabilité Lefranc du sol ;
h(t) : est à la variation de la charge hydraulique ;
B : est le diamètre de la cavité ;
m: est un facteur qui ne dépend que de la forme de la cavité
et de la position de cette dernière par rapport aux limites de
l'aquifère.

Figure 12: l'essai d'eau-


LEFRANC-

Mémoire PFE 26 M.BAOUCH


4.2 Résultats des essais d’eau :

Perméabilité des sols traversés :


 Coefficients de perméabilité du sondage SCO1 :
En se référant aux mesures effectuées dans le sondage SCO1, on constate ce qui suit :
- De 1.60 à 4.50 m : Une perméabilité relativement élevée dans les grès calcaires faiblement
altérés en surface avec K = 1.97 10-5 m/s.
- De 10.50 à 13.50 m : les grès calcaires sains se montrent perméables avec un coefficient
moyen de K = 1.03 10-6 m/s ;
- Entre 20.00 et 23.00 m : les calcaires à passages marno-calcaires sont faiblement perméables.
Les coefficients de perméabilité mesurées fluctuent de 1.00 10-7 à 4.46 10-7 m/s.

 Coefficients de perméabilité du sondage SCO2 :


En se référant aux mesures effectuées dans le sondage SCO2, on constate ce qui suit :
- De 2.90 à 4.80 m : Une perméabilité relativement élevée dans les grès calcaires faiblement
altérés en surface avec K = 1.06 10-5 le m/s
- De 15.50 à 18.50 m : Le coefficient de perméabilité mesuré est faible de l'ordre :
K =7.78.10-7 m/s ;
- Entre 20.00 et 23.00 m : les calcaires marneux sont faiblement perméables. Le coefficient de
perméabilité mesuré est K = 1.05 10-7 m/s.

Tableau 1 : Tableau résume les résultats d’essai de LEFRANC

Mémoire PFE 27 M.BAOUCH


4.3 Essai de pompage :

Principe de l'essai de puits :


L'essai du puits est un essai in-situ, destiné à la détermination du débit d'exploitation. Il
consiste à rabattre, par pompage dans un puits filtrant, la surface piézométrique d'une nappe et
à mesurer en fonction du temps, pendant et après le pompage, les variations du niveau de cette
surface sous un débit de pompage donné.
Cet essai de pompage a été réalisé conformément à la norme NF P 94-130.

A - ZONE INTAKE : RESULTATS DES ESSAIS DE POMPAGE


Essai de puits SCO1 :
L'essai de puits réalisé au niveau du sondage SC 01 avec un débit de 21.3 l/s a généré un
rabattement de 4 m en 120 mn de pompage.
L'essai a été réalisé pendant la transition marée haute -marée basse.
Les résultats de cet essai de puits sont en annexe 2.

Essai de puits SCO4 :


L'essai de puits réalisé au niveau du sondage SC 04 avec un débit de 17.75 l/s a généré un
rabattement de 2.48 m en 120 min de pompage.
L'essai a été réalisé en marée basse.
Les résultats de cet essai de puits sont en annexe 2.

B - ZONE FGD : RESULTATS DES ESSAIS DE POMPAGE


Essai de puits SCO1 :
L'essai de puits réalisé au niveau du sondage SC 01 avec un débit de 13.26 Vs a généré un
rabattement de 3 m en 120 min de pompage.
Les résultats de cet essai de puits sont en annexe 2.

5 Caractéristiques des niveaux de la nappe :


Dans le but de définir le niveau des eaux souterraines s’écoulant à l’échelle du site du projet,
nous avons procédé à l’équipement piézométrique des sondages carottés.
Le tableau ci-après récapitule les niveaux d’eau mesurés.

Mémoire PFE 28 M.BAOUCH


Sondage N° X Y NE(m)
SC1 133682 179747 5.05m/TN
SC2 133711 179722 5.05m/TN
SC3 133742 179763 5.05m/TN
SC4 133715 179787 5.05m/TN
SC5 133736 179823 5.05m/TN
Tableau 2 : Tableau résume les niveaux d’eau mesurés.

L'examen analytique de ces mesures montre que la nappe locale circule à de faibles
profondeurs, généralement inférieures à 5 m, en raison de la situation du site du projet dans une
zone littorale.
La zone aquifère locale est constituée par les grès calcaires, caractérisé par une porosité
relativement importante.
Le tableau ci-dessous récapitule le suivi des variations du niveau d'eau.

Tableau 3: Résultats de suivi du niveau de la nappe

Remarque :

On constate alors que la nappe d'eau s'écoulant à l'échelle de la zone d'étude a été interceptée à
-5 m de profondeur par rapport au terrain naturel, avec un taux de fluctuation journalier de
l'ordre de 0.27 m en raison de la situation du site en zone littorale influencé par les marées.

Mémoire PFE 29 M.BAOUCH


6 Conclusion :
D’après les sondages carottés réalisés, la colonne lithologique locale est généralement
constituée par des terrains gréso-calcaires relativement perméables, auxquels succèdent des
faciès marno-calcaires faiblement perméables. En ce qui concerne le débit d’exploitation, l'essai
de puits réalisé au niveau du sondage a généré un rabattement de 4 m en 120 mn de pompage
avec un débit de 21.3 l/s.

Le 5ème sondage nous a permis de conclure que la nappe d'eau s'écoulant à l'échelle de la
zone d'étude a été interceptée à -5 m de profondeur par rapport au terrain naturel, avec un taux
de fluctuation journalier de l'ordre de 0.27 m en raison de la situation du site en zone littorale
influencé par les marées.

Il est à signaler que les reconnaissances géotechniques in-situ ont montré l'absence de vides
ou karsts (1) sur l'ensemble des sondages réalisés.

(1) : Le karst est une structure géomorphologique résultant de l'érosion hydrochimique et


hydraulique de toutes roches solubles, principalement de roches carbonatées dont
essentiellement des calcaires.

Mémoire PFE 30 M.BAOUCH


Chapitre 3 : Méthodes d’Exécution

Mémoire PFE 31 M.BAOUCH


1. Introduction :
D’après le chapitre précédant (Etude géotechnique et hydrologique du projet), la nappe
d'eau, s'écoulant à l'échelle du site, est à -5 m de profondeur par rapport au terrain naturel.
Afin de réaliser alors un ouvrage à -18m de profondeur, il est nécessaire de penser à des
méthodes pour pouvoir travailler au sec en fond de fouille.
Dans ce présent chapitre on va voir en détails ces différentes méthodes.

2. Méthodes de traitement des venus d’eau :


Les venues d’eau peuvent être traitées par :
 Rabattement de la nappe
 Etanchement de la fouille
 Epuisement

2.1 Rabattement :
Le rabattement de nappe consiste à mettre en place un dispositif de pompage afin d’abaisser
temporairement le niveau piézométrique de la nappe phréatique, pour permettre le déroulement
d’opérations de construction ou de génie civil.
Les conditions à respecter pour ce type de traitement des venus d’eau sont :
- non-entraînement des matériaux ;
- fond de fouille et talus parfaitement secs et stables ;

Ce type de traitement de venus d’eau s’effectue généralement soit par des puits filtrants, soit
par les pointes filtrantes.

Figure 13 : Rabattement de nappe

Mémoire PFE 32 M.BAOUCH


a. Pointes filtrantes :
Le rabattement de nappes par pointes filtrantes est particulièrement adapté dans les terrains
peu perméables (limons ou sables fin) dont la perméabilité est comprise entre 10-7 et 10-4m/s.

Figure 14: Rabattement de nappe par puits filtrants

Utilisation :
Faibles débits à évacuer (0,15 l/s)
Terrain de faible et moyenne perméabilité (10-4 à 10-7 m/s)

Avantages :
Stabilité des talus et du fond de fouille.
Rapide et facile à installer en terrains adéquats.
Economie.
S’adapter bien à un chantier évolutif.

Inconvénients :
Difficile à installer en présence de gros graviers, galets ou bloc.
Surveillance continue jour et nuit.
Nécessite de plusieurs étages pour un rabattement supérieur à 5m.

Constitution :
Les pointes sont lancées dans le terrain (sous l’effet d’un jet d’eau sous pression sortant à la
base de la pointe, évacuant et entrainant le terrain) et sont reliées en tête par un collecteur
d’aspiration.

Mémoire PFE 33 M.BAOUCH


Figure 15:Constitution d'une ointe filtrante

b. Puits filtrants :
Le rabattement de nappes par puits filtrants permet de rabattre des terrains dont la perméabilité
est comprise entre 10-4 et 10-2 m/s.

Figure 16: Rabattement de nappe par puits filtrants

Utilisation :
Grands débits à évacuer.
Hauteur de rabattement importante.

Mémoire PFE 34 M.BAOUCH


Avantages :
Stabilité des talus et du fond de fouille.
Cout d’entretien inférieur à celui d’une installation de même débit en pointes filtrantes.

Inconvénients :
Installation parfois couteuse
Surveillance continue jour et nuit.
Nécessite plusieurs étages pour rabattements importants.

Constitution :
 Un forage de diamètre 400 à 600 mm est réalisé afin de ramener le terrain au minimum.
 Une électropompe immergée, surmontée d’un tube crépiné de diamètre 150 à 300 mm
équipe le forage.
 Un massif filtrant (gravier/sable) entoure la crépine.

Figure 17: Constitution d'un Puit filtrant

Mémoire PFE 35 M.BAOUCH


2.2 Etanchement de la fouille :

a. Parois moulées :

Figure 18: Schema représentanat la paroi moulée

Domaines d’utilisation :
Tous types de sols sauf éboulis
Bâtiments à sous-sols multiples.
Parkings souterrains.
Stations de pompage.
Ecluses, canaux.
Blindage de toutes excavations.

Avantages :
Peut être inclus à l’ouvrage définitif.
Economique.
Possibilité d’ancrage dans du rocher.
Peu de vibrations et de bruit.
Pas de problème de corrosion.
Peut être réalisé dans un espace réduit.

Inconvénients :
Cout élevé si joue le seul rôle d’étanchéité

Mémoire PFE 36 M.BAOUCH


b. Palplanche :

Figure 19:Schema représentanat la palplanche

Domaines d’utilisation :
Tous types de sols sauf éboulis, gros graviers, et sables fins.

Avantages :
Largement connu et répandu.
Installation rapide.
Possibilité de le récupérer après l’usage.

Inconvénients :
Battage difficile dans les
Vibrations et bruits à la mise en œuvre.
Etanchéité relative, fenêtres possible.

Mémoire PFE 37 M.BAOUCH


2.3 Épuisement :
Ce procédé consiste à utiliser des pompes d’exhaure dans une tranchée drainante.

Il est économique, mais les talus et le fond de fouille restent humides et instables.

Figure 20:Epuisement d'eau par une pompe d'exhaure

Conclusion :
D’après les avantages et les inconvénients des différentes méthodes citées avant, et d’après
l’étude géotechnique et hydrologique effectuée (le sol est constitué des terrains marno-calcaires
et gréso-calcailaires relativement perméables), la paroi moulée est la meilleure solution pour le
traitement des venues d’eau.

3 La paroi moulée :

3.1 Historique:
Après les premiers travaux théoriques en 1913 sur l'effet positif de la boue pour stabiliser les
forages, et utilisation ponctuelle de boue dans des forages miniers dès 1920, la bentonite est
utilisée dans des forages pour la première fois en 1927. Un ingénieur italien imagine en 1938
le concept de mur coulé dans une tranchée emplie de boue, puis en 1948 a lieu la première
réalisation similaire sur « Terminal Island à Long Beach ». La première réalisation en France
est faite à Paris par Solétanche à l'impasse d'Antin ; la première paroi moulée des États-Unis
est faite en 1962, et en 1966 c'est avec cette technique qu'est faite la « baignoire » étanche des
fondations du World Trade Center.

Mémoire PFE 38 M.BAOUCH


3.2 Définition et Rôle :

Une paroi moulée est un écran vertical en béton, armé ou non, construit sans blindage
ni coffrage à partir de la surface du sol par excavation à l’aide de machine appropriées. Ce
procédé de construction permet d’exécuter des murs ou écrans au sein même du terrain avant
d’effectuer le terrassement correspondant aux fouilles de pleine masse. La paroi moulée sert :
 de fondation : lorsqu'elle est descendue jusqu'aux couches porteuses profondes ;
 de soutènement : en maintenant les terres et les surcharges sur la périphérie ;
 de paroi étanche : en protégeant de l'eau extérieure le volume enclos ; sa base est
ancrée dans les couches imperméables assez profondément pour isoler de la nappe la plate-
forme inférieure du terrassement.

3.3 Avantages :

Les parois moulées offrent les avantages suivants :


 Reprise de pression des terres et des eaux très importante.
 Grande capacité portante comme élément de fondation.
 Possibilité d’excavation à côté des bâtiments existants.
 Réalisation sans vibration.
 Grandes profondeurs de parois possibles.

3.4 Type des parois moulées:

a- Paroi souple :
Ce type des parois moulées est destiné à créer une barrière étanche dans l'épaisseur du
sol. Il ne comporte pas de terrassement après son exécution.

N'étant pas armée, la paroi est coulée soit avec un mélange de boue de bentonite et de
graviers (épaisseur importante, d'au moins 1,50 m). Soit en béton de ciment plastique à dosage
de ciment réduit, introduit au tube plongeur sous boue de bentonite (épaisseur variable de
quelques centimètres à une soixantaine, suivant le dosage) ; soit avec un mélange de bentonite,
de ciment et d'adjuvants assurant son auto durcissement (épaisseur 50 à 60 cm). Les parois
d’étanchéité à base d’un liant spécial offrent une solution idéale pour maîtriser les fluctuations
de la nappe phréatique. Ce type des parois peut être placé à la verticale et à l’horizontale. Il
assure une résistance durable à l’eau.

Mémoire PFE 39 M.BAOUCH


Figure 21: Schéma représentant les parois moulées souples

Domaine d’emploi :
1- excavations ;
2- digues, tunnels et parkings souterrains ;
3- chemins creux ;

Avantages :
Peut être inclus à l’ouvrage définitif.
Economique.
Pas de problème de corrosion.
Peut être réalisé à proximité des fondations existences.

Pour mettre en place une paroi en ciment-bentonite, une tranchée est creusée sans
vibrations et de façon insonore, jusqu’à la couche imperméable. Les tranchées jusqu’à 100 m
de profondeur sont réalisables. Le mélange à base de liant spécial, d’eau et de terre, assure la
stabilité de la tranchée. Après durcissement, il forme une paroi étanche et suffisamment
résistante. Pour mettre en place une paroi d’étanchéité par injection de coulis sous pression, le
coulis à base d’un liant spécial et d’eau est introduit à la profondeur souhaitée, au moyen d’un
tube d’injection. La tête d’injection tournante permet de recouper le sol sous pression de
l’injection de coulis.

Mémoire PFE 40 M.BAOUCH


b- Paroi de soutènement simple :
Cas où il n'est pas prévu de construction dans l'excavation après terrassement. La paroi,
en béton armé, est alors maintenue par des tirants d'ancrage permanents, ou par des contreforts,
intérieurs ou extérieurs, réalisés par le même procédé que la paroi proprement dite. Le
fonctionnement des parois moulées classiques est celui d’une structure chargée par la poussée
des terre et de l’eau soutenue et résistant en flexion pour mobiliser des appuis constitués par
des tirant ou butons disposés dans la partie libre de l’écran.

Figure 22 :Schéma représentant les parois de soutènement simple

Domaine d’emploi :
1- Soutènement notamment pour les fouilles de grande profondeur (usine, centrale …) ;
2- Ouvrage hydraulique tel que les quais ;
3- Fondation profonde qui transmette aux sols sous-jacents des charges permanentes et
d’exploitations ;
4- Dans les zones urbaines pour protéger les structures proximité de la fouille ;

Mémoire PFE 41 M.BAOUCH


3.5 Réalisation :

a- Méthode :
Avant la mise en œuvre des parois moulées proprement dites, on place d'abord des murettes
guides sur la plate-forme de travail, tout au long du tracé de la future paroi. Ces murs
parallèles en béton légèrement armé remplissent différentes fonctions. En effet, non
seulement ils guident le grappin à l'intérieur de la tranchée, mais ils constituent également une
structure portante pour les couches supérieures et permettent de caler les cages d'armature,
les profilés de jointoiement et les tubes plongeurs. Enfin, ils servent aussi de point de
référence pour le mesurage pendant la mise en œuvre du panneau.

La mise en œuvre des panneaux individuels des parois moulées se déroule de la manière
suivante :
 Aux deux extrémités du panneau, on creuse deux tranchées dont la largeur correspond
à la longueur du grappin, après on procède à l'excavation de la passe centrale restante
(merlon). Les excavations susmentionnées sont toujours réalisées à l'aide d'un fluide
d'excavation, le niveau et la qualité de ce fluide sont contrôlés régulièrement durant
l'exécution.

Figure 23: Vue en plan d'un panneau primaire

 Par la suite, le fond de l'excavation est nettoyé et le fluide d'excavation souillé est
remplacé par un autre, plus propre (dessablé ou frais). Après cela, on place un profilé de
jointoiement comportant un ou deux joints de part et d'autre du panneau primaire. En
revanche, dans les panneaux voisins, seul le côté face au sol est doté d'un profilé de
jointoiement. De l'autre côté (c'est-à-dire au niveau du raccord avec le panneau précédent),
le profilé de jointoiement déjà présent est enlevé et seuls les joints partiellement bétonnés
restent en place. Puis les tubes plongeurs sont mis en place dans la tranchée excavée, après
quoi le béton est coulé en une phase par le fond et le fluide d'excavation est pompé par le
dessus. Cette technique permet d'obtenir une paroi de soutènement jointive.
 Ensuite, on excave la fouille jusqu'au niveau du fond de fouille final.

Mémoire PFE 42 M.BAOUCH


Figure 24: Les étapes de réalisation des parois moulées.

Le fluide d'excavation :
C’est un mélange à base de bentonite et d'eau, dont la qualité doit également être contrôlée lors
de l'exécution. Avant le bétonnage, le fluide d'excavation souillé par le sol doit être remplacé
par un autre, plus propre. Le fluide récupéré doit être dessablé.

Le béton utilisé :
Le béton doit notamment présenter une fluidité élevée (S = 200 ± 30 mm), une teneur en ciment
minimale de 350 kg/m³ à 400 kg/m³ en fonction de la dimension maximale des granulats et un
facteur eau/ciment maximal de 0,6. Le béton contient en outre plusieurs adjuvants spécifiques,
tels que des plastifiants ou des retardateurs de prise, et il doit conserver son ouvrabilité pendant
toute la durée du bétonnage.

Mémoire PFE 43 M.BAOUCH


b- L’engin de réalisation :

La réalisation de la paroi nécessite un engin spécial appelé Hydrofraise qui permet d’excaver
les panneaux tout en gardant une verticalité parfaite.

Figure 25: L’hydrofraise utilisée pour l’exécution des parois moulées

L’Hydrofraise est un outil de forage animé par trois moteurs (fond de trou) avec
circulation inverse de la boue. Un bâti métallique qui constitue le guide pesant, porte à sa base
deux tambours munis de pics. Tournant en sens inverse, les pics désagrègent le terrain.

Une pompe située juste au-dessus des tambours assure l’évacuation des débris sous forme de
débit solide de la boue de forage en circulation inverse. La boue chargée est filtrée en
permanence puis alimente la saignée en surface. Une pelle sur chenilles porte et manipule le
bâti.

Mémoire PFE 44 M.BAOUCH


Cet engin supporte le groupe fournissant l’énergie hydraulique qui, par des flexibles, est
conduite aux trois moteurs fond de trou : les deux moteurs entrainant les tambours et celui de
la pompe. L’ensemble est conçu pour assurer aux tambours à pics des couples élevés à faible
vitesse de rotation. Le dispositif de liaison entre le bâti et le câble porteur est un vérin dont le
fonctionnement peut-être asservi : soit par une vitesse d’avancement constante, soit par un poids
sur les pics constants. Un intérêt particulier de l’outillage réside dans sa capacité d’attaquer le
béton d’un panneau déjà coulé, sur quelques centimètres d’épaisseur, ce qui, dans certains cas,
supprime le recours au système des joints- comme mentionné ci-dessus – lors de l’exécution
d’une paroi avec des panneaux alternés. La boue bentonitique, constamment criblée et
dessablée, permet de procédé aux opérations de bétonnage dès la fin de la perforation sans
attendre une régénération de la boue de perforation.

Caractéristiques de l’engin :

1- CHASSIS GUIDE
 Largeur de forage : 2800 mm
 Epaisseur de forage (réglable) : 800 à 1500 mm
 Profondeur de forage : 100 m

2- POMPE AMSCO
 Type GD 800/1200
 Débit eau claire : 450 m3 / h
 Pression de refoulement : 7,5 bars

3- EQUIPEMENT
 Une adaptation spéciale en tête de flèche ;
 2 treuils à tension constante forcé 8 T ;
 2 treuils de manutention forcé 2 T ;
 1 moufle de levage 60 T ;
 1 poulie manutention flexible de boue ;
 1 poulie manutention flexible hydraulique ;
 1 bras télescopique ;
 1 équipement ENPAFRAISE.

Mémoire PFE 45 M.BAOUCH


3.6 Etapes d’exécution :

Etape 1 : Exécution d’une avant-trachée de faible profondeur :

Figure 26: Exécution d’une avant-trachée

Etape 2 : Exécution des murettes-guides :


Ces murettes (en béton) assurent :
 L’alimentation de la tranchée par de la boue bentonitique.
 Le Guidage de l’engin d’excavation.
 L’amélioration de la tête de la tranchée.

(Pour plus de détails, voir le paragraphe précédent)

Figure 27: Exécution des murettes-guides

Mémoire PFE 46 M.BAOUCH


Figure 28:Extrait du plan d'exécution des murettes guide

Figure 29: Photo des murettes guide après réalisation

Mémoire PFE 47 M.BAOUCH


Etape 3 : Excavation de 7m de profondeur :
La méthode d’excavation prévoit une pré-excavation avec bentonite d’au moins cinq mètres de
profondeur avec une foreuse classique, en raison du fait qu’il n’est pas possible d’excaver les
premiers mètres par l’Hydrofraise car la pompe qui aspire la boue de bentonite sera installée
au-dessus des roues mordantes de l’Hydrofraise, et elle ne serait pas plongée dans la boue.

Figure 30: Réalisation d' une pré-excavation de 7m

Figure 31: La foreuse utilisée pour la réalisation d' une pré-excavation

Mémoire PFE 48 M.BAOUCH


Etape 4 : Excavation de la tranchée au moyen d’une benne et remplissage simultané par la
boue bentonitique.

Figure 32: Travaux d'excavation par l'Hydrofraise

Figure 33: Remplissage par la boue bentonitique.

Mémoire PFE 49 M.BAOUCH


Figure 34: L’exécution des tranchées à l’aide de l’Hydrofraise.

Mémoire PFE 50 M.BAOUCH


Etape 5 : Mise en place de tubes joints.
(Pour plus de détails voir le paragraphe Réalisation)

Figure 35: Mise en place de tubes joints

Etape 6 : Bétonnage du panneau au tube plongeur et refoulement simultané de la boue.


Le bétonnage sera fait par le procédé du "tube plongeur". La colonne de bétonnage a un
diamètre voisin de 20 cm, elle est surmontée d'un entonnoir et descend jusqu'à la base du forage.
Après déversement du béton d'amorçage, le béton frais cheminera dans la colonne et pénétra
dans la masse du béton déjà coulée, il ne sera jamais en contact avec la boue, seul le béton
d'amorçage y est, et assurera l'effet de chasse lors de l'amorçage. Le béton de classe mis en
place par des camions malaxeurs, sera maniable, sa composition sera étudiée à cette fin :
granulats propres de dimensions inférieures à 25 mm, fluidifiant et retardateur de prise d'au
moins 8 heures, le slump du béton frais mesuré au cône d'ABRAMS devra être compris entre
18 et 22 cm.

Figure 36:Bétonnage du paroi moulée

Mémoire PFE 51 M.BAOUCH


Figure 37: Bétonnage du paroi moulée à l’aide des tubes plongeurs

Mémoire PFE 52 M.BAOUCH


Etape 7: Arrachage des tube-joints, après rigidification du béton mais avant sa reprise.

Figure 38: Arrachage des tube-joints

Nettoyage de la tranche et dessablage :


L’entreprise procédera avant tout coulage de béton au contrôle de la tenue et la propreté du fond
de fouille ainsi que les dimensions et la verticalité du forage. Il procédera également à un curage
soigné et au renouvellement de la boue de forage. Cette opération sera faite par la pompe à boue
dont l’orifice d’aspiration est juste au-dessus des tambours. A partir de là, la boue chargé en
sédiments de perforation est refoulée jusqu’à la station de criblage installée en surface. La boue
est dite en circulation inverse (le débit de la pompe est de l’ordre de 300m3/h), ce qui implique
un dessablage permanent du panneau. De cette façon, la boue qui est dans la saignée est
continuellement de bonne qualité et bien sur un fond quasiment propre.

Figure 39: Curage et renouvellement de la boue de forage

Mémoire PFE 53 M.BAOUCH


Récapitulation des étapes d'exécution :

 Exécution d’une avant-trachée de faible profondeur :


 Exécution des murettes-guides :
 Excavation de 7m de profondeur :
 Excavation de la tranchée au moyen d’une benne et remplissage simultané par la boue
benthonique.
 Mise en place de tubes joints.
 Bétonnage du panneau au tube plongeur et refoulement simultané de la boue.
 Arrachage des tube-joints, après rigidification du béton mais avant sa reprise.

4 Rabattement de nappe par pompage :

4.1 Introduction :
Pour réduire au maximum les venus d’eau après la réalisation de la paroi souple latérale, les
arrivés d’eau superficielles seront évacuée à l’aide d’un système de pompage vers la mer.
Cette partie a pour objet la description du système de pompage à réaliser pour le bassin de
prise en phase travaux « Intake bassin ».

4.2 Dimensionnement du système de pompage :


(Voir annexe 3)

4.3 Le système de pompage :

Le système de pompage utilisé est composé de :

 Pompes submersibles : (1)


On utilise des pompes submersibles solides et fiables de la marque suédoise «Grindex».
Un clapet de ventilation associé à une sécurité électronique spéciale permet aux pompes
de tourner à sec pour une durée illimitée sans aucun risque. Les pompes sont munies
d’un bloc de sécurité les protégeant d’un mauvais sens de rotation, des ruptures de phase
et de la surchauffe... Les pompes submersibles « Grindex » sont idéales pour les endroits
à accès limités et là où il faut pomper au ras du sol.

Mémoire PFE 54 M.BAOUCH


Figure 40 : Pompe en fond de fouille (niveau du radier)

 Tuyaux d’aspiration de type flexible souple : (2)


C’est un tuyau souple bleu de diamètre DN 150mm (flexible) branché directement sur
la pompe et amarré à l’aide d’un collier de serrage

Figure 41:Tuyau d’aspiration (flexibles DN 150mm)

 Collecteurs : (3)
On a installé deux collecteurs au droit de la fouille. Il s’agit de pièces mécano-soudé en
acier galvanisés à plusieurs points de branchement de pompes (flexibles DN150mm).
Chaque point est équipé de clapet antiretour, chaque pièce sera ancrée dans un massif
en béton qui constituera une butée de stabilité.

Mémoire PFE 55 M.BAOUCH


Figure 42: Collecteur à 5 branchements (avec des clapets anti-retour)

 Tuyau de liaison entre collecteur. (4)

 Tuyau de refoulement (5)


C’est un tuyau qui sera installé à la sortie du collecteur afin de rejeter l’eau pompée
vers la mer.

Figure 43: Tuyau de refoulement (PVC DN 400mm)

 Armoires électrique de commande :


Chaque pompe sera équipée de sa propre armoire de commande externe installée en haut de
talus. Les pompes seront alimentées par des câbles électriques branchés sur les armoire

Mémoire PFE 56 M.BAOUCH


Figure 44: Tuyau de refoulement (PVC DN 400mm)

Le système de de pompage est comme suivant :

Figure 45: Système de pompage utilisé

Mémoire PFE 57 M.BAOUCH


4.4 Programme du travail :
On a affecté une équipe spéciale au suivi et contrôle du système de pompage. Cette équipe est
composée d’un électricien et un compagnon.
Les tâches de l’équipe sont :
 Démarrage et redémarrage des pompes.
 Les opérations de déplacement et manutention des pompes.
 Contrôle de l’état des pompes et ses accessoires.
 Contrôle des armoires de commande et ses accessoires.
 Contrôle générale du réseau de pompage et détection des fuites. Le pompage va demeurer
24h/24h, on prévoit alors une équipe du jour et une autre pour la nuit.

Mémoire PFE 58 M.BAOUCH


Chapitre 4 : Etude de fissuration du
béton

Mémoire PFE 59 M.BAOUCH


1. Mise en situation :

1.1 Introduction :

Après quelques jours de décoffrage, on a constaté l’apparition des fissures sur quelques
voiles de FGD. Ces dernières sont visuellement peu profondes et apparaissent soit au niveau
des armatures en attente, soit au niveau des réservations des coffrages.
L’objectif de ce chapitre est d’analyser les origines possibles de ces fissures à partir de
la vérification de l’enrobage, de ferraillage, de la mise en œuvre, et de la qualité du béton.

1.2 Bibliographie sur la fissuration du béton jeune:


a. L’hydratation du béton :
La première séquence dans la vie du béton est la réaction d’hydratation qui définit les
premières caractéristiques de ce matériau. Dans ce paragraphe, nous verrons comment la
matrice de béton se construit.

Le béton se compose d’un mélange eau, ciment, granulats et sables, et éventuellement des
ajouts et des adjuvants. Pour se transformer de ce mélange de constituants de caractéristiques
mécaniques et chimiques différentes, il passe tout d’abord par une réaction dite d’hydratation :
un processus chimique complexe où les principaux composés du ciment C3S, C2S, C3A, C4AF
réagissent pour former de nouveaux composés insolubles qui durcissent avec le temps. L’agent
responsable du développement de la résistance du béton est le C-S-H qui est produit par la
réaction de C3S et C2S avec l’eau selon la réaction :

C3S/C2S + H2O ----> C-S-H + Ca (OH) 2 + T°

b. Le retrait :
Le phénomène du retrait du béton est une déformation volumique de celui-ci sous
l’action de phénomènes physico-chimique liés à l’hydratation de la pâte de ciment et au
séchage. Etant donné que le taux d’humidité relative du béton coulé s’élève initialement à 100%
et que le milieu ambiant est généralement caractérisé par une humidité relative plus faible. Le
retrait du béton est souvent assimilé à une réduction du volume : mouvement d’humidité vers
le milieu extérieur.

Mémoire PFE 60 M.BAOUCH


Figure 46:Retrait d’un voile en béton libre aux extrémités et encastré en base

Ce phénomène est d’autant plus important qu’il est responsable de nombreuses


pathologies sur les ouvrages en béton lorsque cette déformation est entravée. On parle de retrait
empêché et le concepteur aura pour tâche de maîtriser celui-ci pour éviter toute fissuration ou
déformation excessive préjudiciable à la durabilité et aux performances de l’ouvrage tel que la
stabilité, l’étanchéité…

c. Types de retrait et conséquences sur les ouvrages en Béton Armé :

Il existe plusieurs types de retrait à savoir :


- Le retrait plastique : il est en relation avec des déformations par tassement général du béton
frais, déformations qui peuvent être gênées et créer une fissuration de surface au droit
d’obstacles tels que des armatures par exemple.

- Le retrait de dessiccation : il est lié au séchage qui se manifeste avant, pendant et après la
prise du béton. Dans des conditions courantes, il est de l’ordre de 1 mm/m. La fissuration qui
en résulte est due à la dépression capillaire qui se produit lorsque des ménisques d’eau se
forment dans les pores capillaires du béton frais. Ce retrait, qui est donc consécutif à
l’évaporation de l’eau, peut se manifester quelques minutes après la mise en œuvre du béton, et
se poursuivre quelques semaines après. Il est piloté par la cinétique de dessiccation.

Mémoire PFE 61 M.BAOUCH


- Le retrait thermique : il est lié au retour à température ambiante des pièces en béton ayant au
préalable subi une élévation de température due aux réactions exothermiques d’hydratation du
ciment. Ce retour à température ambiante est accompagné par une contraction qui génère des
déformations empêchées susceptibles de conduire à l’apparition de phénomènes de fissuration.
Ce type de retrait, qui ne concerne que des pièces d’épaisseur supérieure à 80 cm (cas courant
dans le chantier de Safi : centrale thermique), se manifeste de quelques dizaines d’heures après
la mise en œuvre, jusqu’à quelques semaines, sa durée étant dépendante de la nature des
éléments en béton considérés (plus une pièce est massive, et plus la contraction thermique
sera lente).

- Le retrait d’auto-dessiccation : il est lié à la contraction du béton en cours d’hydratation et


protégé de tout échange d’eau avec le milieu environnant. Il provient en fait d’un phénomène
d’auto-dessiccation de la pâte de ciment consécutif à la contraction Le Chatelier (le volume des
hydrates formés est plus petit que le volume de l’eau et du ciment anhydre initial). Le
phénomène conduisant à la contraction est dû à des forces de traction capillaires internes,
similaires à celles responsables du retrait plastique. Ce dernier type de retrait concerne plus
particulièrement les bétons à hautes performances (BHP) ou à très hautes performances
(BTHP). Il devient négligeable pour les bétons ordinaires

Dans tous les cas, la conséquence essentielle du retrait est l’apparition de fissuration
pouvant diminuer la durabilité des structures en béton armé, et/ou limiter leur capacité portante,
notamment dans le cas de manifestation dans la masse. Cette fissuration peut conduire à limiter
l’adhérence entre un matériau rapporté en surface (le cas des revêtements par exemple) et le
support en béton.

Mémoire PFE 62 M.BAOUCH


1.3 Descriptif de l’ouvrage fissuré –FGD-:
Il s’agit d’un ouvrage hydraulique dont les travaux de construction sont en cours.
L’ouvrage FGD présente les caractéristiques suivantes :
 Longueur : 192 m,
 Largeur : 47,60m,
 Hauteur : 4,40 m.
La structure de l’ouvrage est de type massif (dimensions importantes des voiles, épaisseur
dépassant 1 m).

Figure 47: l'ouvrage fissuré –FGD-

1.4 Caractéristiques des fissures :


Les examens visuels ont montré la présence de fissures sur les voiles des parties de
l’ouvrage FGD.
Les fissures observées sur les voiles, apparaissent soit au niveau des armatures en attente,
soit au niveau des réservations des coffrages, La direction prépondérante des fissures observées
sur les voiles est la direction verticale à légèrement inclinée.

a. L’emplacement des fissures :

L’emplacement des fissures est comme suivant :

Mémoire PFE 63 M.BAOUCH


 Les voiles de FGD OUTFALL SEAL PIT côté sud : Fissure 1, 2, 3, 4, 5, 6 :

Figure 48:Les voiles fissurés de FGD OUTFALL SEAL PIT côté sud

Figure 49 : Les fissures apparues sur les voiles de FGD côté sud

Mémoire PFE 64 M.BAOUCH


 Les voiles de FGD OUTFALL SEAL PIT côté sud : Fissure 1, 2, 3, 4, 5, 6 :

Figure 50: Les voiles fissurés de FGD OUTFALL SEAL PIT côté nord

Figure 51: les fissures apparues sur les voiles de FGD côté nord

Mémoire PFE 65 M.BAOUCH


b. La mesure de profondeur et l’ouverture des fissures :

La mesure des profondeurs et les ouvertures des fissures constatées sur les deux faces
de voile de FGD OUTFALL SEAL PIT côté Sud est faite par le laboratoire LPEE, en utilisant
l’appareil PROCEQ LAB.

(Pour plus d’information sur la méthode, voir l’annexe 3)

Figure 52: l’opération de mesure des profondeurs des fissures

Le résultat de ces mesures est donné dans le tableau ci-après:

Face intérieure :

Fissure Profondeur en (cm) Ouverture en (mm)


E1 E2 E3
Fissure n°1 6,90 10,80 - 0,05
Fissure n°2 5,20 10,20 - 0,22
Fissure n°3 6,20 5,00 7,70 0,10
Fissure n°4 7,90 11,4 9,3 0,15
Fissure n°5 3,60 5,50 - 0,15
Fissure n°6 5,50 11,60 6,70 0,2
Fissure n°7 4,00 - - 0,05
Fissure n°8 4,70 - - 0,10
Figure 53: Les résultats de mesure des profondeurs des fissures
-face intérieure du voile-

Mémoire PFE 66 M.BAOUCH


Face extérieure :

Profondeur en (cm) Ouverture en (mm)


Fissure
E1 E2 E3

Fissure n°19 1,7 - - 0,10

Fissure n°20 2,7 - - 0,10

Fissure n°21 4,00 - - 0,15


Fissure n°22 7,6 - - 0,20

Fissure n°23 2,70 - - 0,10

Fissure n°24 5,9 - - 0,05


Fissure n°25 9,5 - - 0,2
Figure 54 : Les résultats de mesure des profondeurs des fissures
-face extérieure du voile-

c. Commentaire des résultats :

Les fissures observées sur les deux faces de voile de FGD côté Sud, apparaissent soit au
niveau des armatures en attente, soit au niveau des réservations des coffrages.
Les fissures observées présentent les caractéristiques suivantes :

 Les fissures sont fines (ouvertures entre 0,05mm et 0,35mm),

 Les fissures sont légèrement profondes. Les mesures réalisés montrent que les profondeurs
des fissures sont variables d’une fissure à d’autre et les valeurs enregistrées sont comprise
entre 1,7 cm et 11,6 cm (valeurs enregistrées au niveau des zones auscultées),

 La profondeur de chaque fissure atteint sa valeur maximale au milieu de la fissure, cette


valeur diminue vers l’extrémité de la fissure,

 La direction prépondérante des fissures observées sur les voiles est la direction verticale à
légèrement inclinée.

Mémoire PFE 67 M.BAOUCH


2. L’origine des fissures :

La fissuration du béton peut être comparée à la rupture du maillon le plus faible d’une chaîne
mise en tension. Elle peut avoir 3 origines possibles :
 Le choix de l’enrobage et du ferraillage.
 La mise en œuvre : Phasage et curage
 La qualité du matériau.

2.1. Vérification de l’enrobage et du Ferraillage :

a. L’enrobage:
 Enrobage utilisé :

L’enrobage utilisé dans les voiles fissurées est : 8cm

Figure 55: Extrait des plans d'exécution –Enrobage-

Mémoire PFE 68 M.BAOUCH


 Enrobage minimal selon l’Eurocode 2 :
L’enrobage minimal est défini dans la norme NF EN 1992-1-1, section 4 « Durabilité et
enrobage des armatures » (article 4.4.1). Il doit satisfaire en particulier aux exigences de
transmissions des forces d’adhérences et assurer une protection des aciers contre la corrosion.

Il est donné par la formule:

Figure 56: Extrait de L'Eurocode 2 - article 4.4.1

L’Eurocode et son annexe nationale recommande les valeurs suivantes :

Enrobage minimal vis-à-vis des exigences d’adhérence :

Figure 57: Extrait de L'Eurocode 2 - article 4.4.1

Enrobage minimal vis-à-vis des conditions d’environnement :

On utilise le béton C35/45 XS3 avec une classe structurale S3

Mémoire PFE 69 M.BAOUCH


Tableau 4:Les valeurs de cmin dur (en mm) en fonction de la classe d’exposition X

Donc d’après le tableau ci-dessus, on a : cmin,dur = 40mm

Et puisque on utilise des barres de diamètre 20 alors :

cmin = cmin, dur + cmin,b = 60 mm

Donc Finalement : cmin = 60 mm

 Enrobage minimal selon BAEL 91:

L´enrobage minimum des armatures conformément aux règles BAEL 91 est comme suivant:

Figure 58 : Extrait de BAEL 91 –Article Enrobage-

Donc : c> 5cm

D’où l’enrobage minimal selon BAEL est 5cm.

Mémoire PFE 70 M.BAOUCH


Conclusion :

La valeur minimale de l’enrobage trouvée est 5 cm.


Il faut alors revoir l’épaisseur d’enrobage des armatures. Un béton de 8cm non ferraillée
est très exposé au risque de fissuration compte tenu des contraintes développées suite aux
effets de retrait.

b. La section minimale :
 Selon L’Eurocode 2:

On a l’épaisseur du voile fissuré est : h = 1,384m.

Donc D’après l’abaque ci-après : Amin =16,5cm²/m, ce qui donne : ∅20/20𝑐𝑚

Figure 59 : Abaque des sections minimales en fonction du diamètre de l’armature et


l’épaisseur du voile

D’où la section minimale de ferraillage est bien vérifiée

Mémoire PFE 71 M.BAOUCH


c. La vérification de l’ouverture des fissures :
D’après l’Eurocode 2, les structures retenant des liquides ou stockant des matériaux
pulvérulents sont classées en fonction du degré de protection requis vis-à-vis des fuites. Le
Tableau ci-dessous donne cette classification.

Figure 60 : Classification des structures hydrauliques selon Eurocode 2

On est en train de réaliser une structure de classe 3 donc d’après l’Eurocode 2 il faut calculer le
gradient hydraulique qui est le rapport de la pression hydrostatique et l’épaisseur du voile.

Figure 61: Extrait de l’Eurocode 2 1992-3 paragraphe 7

Mémoire PFE 72 M.BAOUCH


Calcul des valeurs admissible des fissures :

Selon Eurocode 2, Les valeurs admissibles de fissuration sont comme suit :

Tableau 5: Les valeurs admissibles de fissuration


Gradient hydraulique hD/h Valeur limite de fissuration
< 10 0.25 mm
< 15 0.2 mm
< 25 0.15 mm

On a un voile d’épaissseur t=0,533m donc :

hD/h (voile t=0,533m) =5,93/0,533 = 11,12 => wk=0,2mm

Figure 62 : la section du voile fissuré

Remarque :

Pour le voile fissuré, on constate que presque toutes les ouvertures des fissures ne dépassent
pas la valeur limite (0,2mm), donc selon l’Eurocode 2 les fissures sont admissibles.

Mémoire PFE 73 M.BAOUCH


d. Vérification du ferraillage utilisé :
Dans cette partie, on va redimensionner le voile fissuré pour vérifier la validité des plans
qu’on exécute.

Hypothèses de calcul :
i. Actions à prendre en compte :

Les actions à prendre en compte comprennent :

Les actions permanentes (G) :


 Poids propre ;
 Poids et poussées des terres ;

Les actions variables (Q) :


 Poids et poussée du liquide contenu (Q), le cas de l’ouvrage vide (Q = 0) étant
également à considérer ;
 Charges climatiques : vent, neige (sont négligeables vu le bassin est enterré) ;
 Charges dues à l’exploitation de l’ouvrage, à l’entretien, et au fonctionnement
des installations.
 Effets thermiques, c’est-à-dire les variations de températures tant intérieures
qu´extérieures, et le gradient thermique entre deux faces opposées, ou
génératrices, dû à un ensoleillement différent.

D’après Fasicule 74 les températures extérieures doivent être estimées en tenant compte de
l´emplacement de l´ouvrage (site géographique - à l´air libre ou enterré). C´est en particulier à
partir de ces températures que sont définis les gradients de température sollicitant les parois.

On a :

h
Δt  0 .(T  T )
λ (1/h  h /λ  1/h ) e i
b i 0 b e

λb = 1.75 W / m°C : Coefficient de conduction du béton

1/he= 0.06 m²°C/W : Résistance surfacique de la paroi


extérieure

1/hi = 0.005 m²°C/W: Résistance surfacique de la paroi en


contact avec l’eau.

Figure 63: Effet thermique

Mémoire PFE 74 M.BAOUCH


D’après Fasicule 74, le moment (par unité de hauteur et de largeur) créé par le gradient
thermique est :

 t .t.EI
M t 
h0

Avec :

α = 10-5 : coefficient de dilatation thermique du béton ;

E : module de déformation à prendre en compte ;

I : moment d´inertie, par unité de hauteur ou de largeur de la paroi ;

h0 : épaisseur de la paroi

Il est à signaler que le moment de température est négligeable dans le calcul de BAEL 91

ii. Les combinaisons d´actions :

Généralement les calculs s’effectuent à l’ELU et à l’ELS.

 L’état limite ultime (ELU) correspond à la limite :


 de l’équilibre statique ;
 de la résistance de l’un des matériaux ;
 ou de la stabilité de forme.

Vis-à-vis de l´état limite d´équilibre statique :

Dans le cas d´un bassin ou d´un ouvrage pouvant être immergé, un coefficient de sécurité au
moins égal à 1,05 est à justifier, vis-à-vis du soulèvement, en considérant d´une part l´ouvrage
à vide, d´autre part la hauteur maximale de l´eau extérieure à l´ouvrage.

L´existence d´un éventuel rabattement de nappe peut être prise en compte.

Vis-à-vis des états limites ultimes (ELU) sous combinaisons fondamentales:

C1 = 1.35G + 1.5(Q + Ψ0T) + W ′ (et⁄ou 𝑆𝑛)

C2 = 1.35G + 1.5W ′ + 1.3(Q + Ψ0T)

C3 = G + 1.5W ′ + 1.3Ψ0T

Mémoire PFE 75 M.BAOUCH


Avec :

G : ensemble des actions permanentes ;

Q : ensemble des actions variables : L´action Q comprend essentiellement l´action due au


liquide contenu ;

W´ : action du vent ;

Sn : action de la neige ;

T : action de la température, L´action T déterminante pour un bassin est en général le gradient


de température supposé concomitant à la présence du liquide. Pour cette action sont retenus :
Ψ0 = 0,6.

 Il est rappelé que, pour les vérifications à l´état limite ultime, il est souvent possible de
négliger les sollicitations dues à la température (art. A3.2, 24 des règles BAEL).

Vis-à-vis des états limites ultimes (ELU) sous combinaisons accidentelles:

C4 = G + Q + FA + 0.6T ; FA action accidentelle.

 Vis-à-vis des états limites de service (ELS) :

C5 = G + Q + T

C6 = G + W (et⁄ou Sn) + Q + 0.6T

L’ELS est relative aux conditions d’exploitation ou de durabilité afin de limiter :

 la contrainte de compression du béton ;


 la formation de fissures préjudiciables et les risques de corrosion des armatures;
 les déformations excessives d’éléments porteurs tels que les poutres, les
planchers par limitation des flèches.

On est en présence d’un milieu aquatique contenant des matières chimiques agressives vis-à-
vis du béton armé, On fera donc le calcul à l’état de fissuration très préjudiciable.

Par conséquent, le dimensionnement se fera selon l’ELS. Comme il n’y a pas lieu de
considérer l’action du vent ni celle de la neige (bassin enterré), et que nous cherchons à cerner
la combinaison la plus défavorable, nous allons donc travailler sous la combinaison C5.
C5 = G + Q + T

Mémoire PFE 76 M.BAOUCH


Avec :
 G : ensemble des actions permanentes ;
 Q : ensemble des actions variables autres que les suivantes ;
 T : action de la température.

iii. Hypothèses de calcul :

Tableau 6 : Hypothèses de calcul


Type des fissurations Très préjudiciable

Le poids volumique du béton γbéton(KN/m3) 25

Le poids volumique du sol γsol(KN/m3) 18

Le poids volumique de liquide γeau(KN/m3) 12

La charge uniformément répartie sur le remblai q(KN/m²) 10

Le gradient thermique entre la face intérieure et extérieure des parois ΔT(°C) 16,7

La résistance à la compression à 28jour fc28(Mpa) 35

Limite d'élasticité d'acier FeE500(Mpa) 500

Module d’élasticité de l’acier E E (MPa) 200000

2- Dimensionnement des voiles :

Le dimensionnement des voiles du bassin se fera dans les trois cas suivants :
 Cas du bassin vide : les parois sont ainsi soumises à la poussée du sol uniquement ;
 Cas du bassin plein en essai : le sol est dégagé des 4 côtés du bassin plein. Les parois
sont ainsi soumises à la poussée de liquide uniquement ;
 Cas du bassin plein en exploitation : les parois du bassin sont soumises à la fois aux
poussées de liquide et à celles du sol.

Mémoire PFE 77 M.BAOUCH


Caractéristiques du sol :

 Densité γ :

La densité γ conditionne la valeur de la contrainte verticale à une profondeur z de la surface du


sol. Elle est exprimée généralement en kg/m3.

 Cohésion C :

La cohésion C caractérise la capacité qu’a un sol à s’amalgamer (coller). Elle est due :

 Pour partie aux liaisons mécaniques pouvant exister entre les grains et créées par la
cimentation.
 Pour partie aux ménisques d’eau existant aux points de contact entre les grains. Cette
dernière composante disparait dès que la teneur en eau du sol augmente.

Elle est exprimée en Pa.

 Angle de frottement interne φ :

L’angle de frottement interne dépend de la forme et de l’état de surface des grains. Il est plus
élevé pour les sols à grains anguleux que pour les sols à grains ronds, et pour un état de surface
rugueux que pour un état de surface lisse des grains.

Les caractéristiques mécaniques du sol dans le cas du réservoir de Marrakech sont :

Tableau 7 : Caractéristiques mécaniques du sol


Poids volumique du sol 18 KN/m3
Cohésion 18 KPa
Contrainte admissible du sol 3 bars

Bilan des efforts appliqués aux parois :

Le bilan complet des efforts extérieurs appliqués à la paroi fait apparaître :

 Le poids propre du voile Pp évalué à partir des volumes théoriques définis par les
dessins et d’un poids volumique théorique de 25 kN/m3 ;
 L’effort de poussée du à l’action du remblai P1 ;
 L’effort de poussée hydrostatique Pe ;
 Les surcharges éventuelles sur le remblai q ;
 L’effort de poussée dû aux surcharges P2 ;

Mémoire PFE 78 M.BAOUCH


Schéma des efforts appliqués aux parois :

Figure 64: Bilan des efforts appliqués au voile

Les dimensions du voile à redimensionner sont :

L’épaisseur h=1,384
La hauteur L=6,1m

Figure 65:Le voile à dimensionner

Mémoire PFE 79 M.BAOUCH


Tableau 8 : Les forces appliquées sur le voile
Poids propre du voile Pp1 = 𝜸𝒃é𝒕𝒐𝒏 .H.h0.1m 156 KN
Poussée des terres p1 = K.𝜸𝒔𝒐𝒍 .Htot 31,1 KN/m

Poussée de surcharge p2 = K.q.1m 3,6 KN/m

Poussé hydraustatique pe = 0,5. 𝜸𝒍𝒊𝒒𝒖𝒊𝒅𝒆 .Hliquide 28,2 KN/m

Moment thermique 𝑬.𝑰


Mth = 𝜶. ∆𝑻. 𝒉 28,68 KN/m
𝟎

A l’ELS : Mser=Mg+Mq+Mth

Tableau 9: Les résultats du moment à l'ELS


Situation Mser(KN.m)

Cas 1 : bassin vide avec remblai 290,99

Cas 2 : bassin pleine sans remblai -9,19

Cas 3 : bassin pleine avec remblai 281,8

Calcul des armatures du voile dans le cas 1:

Nous avons une section sollicitée par un moment fléchissant, et puisque les fissurations
sont très préjudiciables, le calcul s’effectuera à l’ELS en flexion composée.

On calcule les armatures de la section soumise à la flexion


composée :
On obtient A = 61,3 cm²
Donc on choisit 20HA20

Calcul des armatures du voile dans le cas 2:

Par la même manière on obtient : A= 58 cm²

Donc on choisit 19HA20

Mémoire PFE 80 M.BAOUCH


Figure 66: Schéma de feraillage du voile fissuré –Extrait du plan d’exécution-

Le ferraillage calculé est inférieur à celui qu’on a exécuté au chantier, on conclut alors
que le ferraillage utilisé est suffisant pour supporter les efforts de traction.

4.2 La mise en œuvre :

a. Les reprises de bétonnage :


Les reprises de bétonnage sont des zones de faiblesse dans les structures en béton. Au contact
du béton durci, le béton frais va développer un retrait bloqué qui favorise sa fissuration.

Ci-dessous les reprises que nous avons effectuées pour couler les voiles et les radiers de
FGD :

Mémoire PFE 81 M.BAOUCH


Figure 67 : Croquis représentant les séquences des coulages

En analysant la partie Outfall Seal Pit de l’FGD (partie à gauche dans le croquis), on résume
le déphasage voiles/Radiers dans le tableau suivant :

Tableau 10: Déphasage voile/radier sur FGD

On constate ainsi des différences importantes des jours entre les voiles et les radiers.

Cette différence amplifie l’effet du retrait et génère un gradient de contraintes entre la


partie supérieure et la partie inférieure.

Mémoire PFE 82 M.BAOUCH


En effet, à titre d’exemple, le radier coulé le 19/01/2016 a fait sa prise à libre sans
empêchement ce qui lui a permis de libérer ses contraintes internes dû aux différents processus
de retrait, mais après 70 jours, un voile de 10,00 m de longueur, 4,80 m de hauteur et de 1,30
m d’épaisseur (62,40 m3 de béton) a été coulé sur une extrémité de ce radier.

En analysant ces fait, on constate que :


 Le voile est massif : 62,40 m3 (hydratation importante : retrait à jeune âge)
 Le ferraillage du voile est intense (gêne coffrage/ferraillage)
 Le ferraillage du voile est lié aux attentes du radier (gêne radier/voile)
 Une grande adhérence entre le radier et le voile est assuré par le piquage de la surface de
reprise du radier par un marteau piqueur (gêne radier/voile)

Le Gêne par le radier, le coffrage et aussi le ferraillage intensifie l’effet du retrait.

Conséquences :
 Gradient thermique et par suite processus de retrait.
 Apparition d’un gradient de contrainte entre les extrémités des pièces de béton : coté
libre/coté gêné.

Explication des conséquences retrait/phasage sur le Béton Armé :

Figure 68 : Etapes de bétonnage, situation défavorable (conséquences : fissuration)

Mémoire PFE 83 M.BAOUCH


 Lors du bétonnage de la phase 4, la température du béton 4 est plus élevée que celle du
radier 1 et des voiles 2 et 3.
 Lors du durcissement du voile 4, sa température augmente ; celle des bétons 1, 2 et 3 à
peine, ce qui implique une dilatation du béton 4 mais entravée par les bétons 1, 2 et 3. Etant
donné que le voile 4 n’est pas encore très rigide, ceci conduit à de faibles contraintes : pas
de fissuration.
 Lors du refroidissement du voile 4, ce dernier veut se rétracter mais ceci est empêché par
les bétons 1, 2 et 3, ce qui implique un risque élevé de fissuration car béton rigide (module
d’élasticité élevé) et peu résistant en traction (béton jeune).

Conclusions :

Concrètement parlant, l’effet de la température, est important dans le cas des pièces
massives, il en résulte une fissuration du béton très importante ou même inévitable si les
séquences de coulages ne sont pas bien étudiées à l’amant du projet.

En projetant l’analyse sur les radiers et les voiles de FGD, on peut conclure que la
fissuration des pièces massives de FGD est due aux cumulés des contraintes résultant de
plusieurs type de retrait : ces contraintes étant coincées et non-libérées demeurent un siège d’un
gradient de contraintes qui se manifeste sous forme d’une fissuration des voiles.

b. L’ajout de l’eau :
L’ajout d’eau à la livraison du béton est source de problème de fissuration. Certes il augmente
l’ouvrabilité du béton ce qui facilite le travail, mais il a une incidence très néfaste sur la
résistance du béton du fait qu’il augmente le rapport E/C. Par conséquent les capillaires sont
plus nombreux ce qui diminue la résistance mécanique du béton et sa résistance aux agents
agressifs.

Remarque :
Avant d’utiliser le béton livré par Lafarge, on procède à des essais comme le Cône d’Abrham
et l’essai de compression, on vérifie alors toujours si il y un ajout de l’eau avant le coulage.
Cette hypothèse alors est corroborée.

Mémoire PFE 84 M.BAOUCH


4.3 Commentaires et origines des fissures :
Compte tenu des caractéristiques des fissures et de la date d’apparition (jeune âge), les
fissures tiennent origine principal dans le comportement intérieure du béton .Il s’agit en
l’occurrence du phénomène de retrait qui peut se développer sous plusieurs formes lors et après
la prise.

Pour les voiles du FGD, les fissures sont verticales à légèrement inclinées et ne
traversent pas toute l’épaisseur des voiles. En effet, le gêne peut être créé soit par le radier suite
au déphasage de coulage radier/voile, soit par le coffrage et les armatures, et qui peuvent être
amplifiées par les épaisseurs importantes du béton d’enrobage (8cm sans armatures). On signale
que pour ces pièces prismatiques, le retrait est prépondérant dans le sens de la plus grande portée
de l’élément, ce qui conduit à l’apparition des fissures dans le sens perpendiculaire aux
contraintes de traction. Chose mise en évidence par la direction des fissures (fissures verticales
au lieu de fissures horizontales).

3. Traitement et Réparation des Fissures :

Ces fissures étaient la source de plusieurs réclamations du client. Dans le but de


satisfaire le client et avoir une réactivité rapide, plusieurs analyses ont été faites et envoyées au
client.
En plus, nous avons proposé des méthodes de réparation qui ont été bien apprécié par
notre client. Ces méthodes ont été approuvées et respecté durant les travaux de réparation.

Pour les fissures fines qui étaient majoritaire dans les cas de voiles, nous avons proposé
un traitement par colmatage avec une étanchéité :
On a ainsi piqué les fissures sur une profondeur et une largeur de 3 cm, puis on l’a
nettoyé et humidifié. Une fois terminé, on a procédé à un remplissage par un produit spécial
SIKA TOP 121. Ensuite on a surfacé la fissure par un produit de surfaçage SIKA Top 122.

(Pour plus d’informations sur les produits utilisés, voir l’annexe 4)

Pour les côtés intérieurs des voiles (qui seront en contact avec les eaux du bassin) on a
appliqué une peinture spéciale de protection de type SIKA Top 107.

Pour les côtés extérieurs des voiles (qui seront en contact avec le remblai) on a appliqué une
couche bitumineuse à chaud couverte par une membrane protectrice.

Mémoire PFE 85 M.BAOUCH


Pour les fissures traversant qui étaient majoritairement présentes dans les cas des grands voiles,
nous avons proposé un traitement par injections comme suit :

 Piquage de la fissure pour assurer une ouverture minimal :

Figure 69:Piquage de la fissure

 Brossage de la fissure et nettoyage des éléments non-adhérents par sifflage :

Figure 70: Brossage de la fissure et nettoyage

Mémoire PFE 86 M.BAOUCH


 Fixation des tubes d’injection par un produit collant, faut s’assurer qu’ils sont centrés, les
tubes doivent avoir un espacement de 20 cm à 30 cm:

Figure 71: Fixation des tubes d’injection par un produit collant

 Humidification du support pour assurer l’adhérence entre les produits et le béton :

Figure 72: Humidification des fissures avant traitement

 Application de la pâte de fixation à une épaisseur de 3 mm entre les tubes et 6 mm aux


voisinages des tubes : assurer la prise de la pâte par une durée d’attente de 90 à 120 minutes.

Mémoire PFE 87 M.BAOUCH


Figure 73: Application de la pâte de fixation des tubes d'injection

 Commencer l’injection par un pistolet d’injection via les tubes fixés, une fois un tube est
injecté on doit le boucher et procéder l’injection à celui qui suit, jusqu’au dernier:

Figure 74: injection des fissures

Ainsi, en respectant la méthode de la réparation, on sera sur que les fissures seront bien traité
et ne développeront pas des caractéristiques qui constitueront un danger pour la durabilité de
l’ouvrage en question.

Mémoire PFE 88 M.BAOUCH


4. Conclusions préventives :

Pour réduire l’apparition des fissures, nous proposons ce qui suit :

Actions au niveau de la mise en œuvre :


- Eviter les vibrations fortes au moment du coulage,
- Ne pas mettre directement les armatures en vibration,
- Assurer une cure adaptée et correctement appliquée,
- Revibrer en surface juste avant la prise,
- Eviter le coulage des bétons par temps chaud.

Actions au niveau de la conception :

Revoir l’épaisseur d’enrobage des armatures. Un béton de 8cm non ferraillée est très exposé au
risque de fissuration compte tenu des contraintes développées suite aux effets de retrait.

Actions au niveau de la formulation :

Revoir la formulation actuelle du béton en prenant en compte les facteurs ci-après :


- Un volume de pâte de ciment minimal, mais compatible avec les exigences de durabilité
et de résistance,
- Une utilisation éventuelle d’adjuvants réducteurs d’eau pour limiter l’apport d’eau non
nécessaire à la réaction d’hydratation,
- Un fuseau granulométrique adapté, continu, avec une quantité de fines limitée.
(Le béton d’enrobage sur place est en fait moins riche en granulats)

Mémoire PFE 89 M.BAOUCH


Chapitre 5: Gestion financière

Mémoire PFE 90 M.BAOUCH


1. Introduction :

Dans ce chapitre, on étudiera l’impact de l’apparition des fissures à FGD Seal Pit sur le
coût du projet.
En effet, sur la zone de FGD, on estime l’apparition d’une cinquantième de fissures, qui ne
sont pas apparus en même moment, ce qui signifie que les procédures (Diagnostic, analyse,
expertise, réparation…) se répètent plusieurs fois. A savoir trois expertises ont eu lieu, dont le
coût est relativement important.
On commencera alors par une étude de prix d’un voile, et puis on passe au calcul de
l’influence de fissuration sur le prix de vente.

2. Etude de prix :

2.1 Définitions :

Coût de revient (CR) : Coût réel, toutes dépenses confondues, d'un ouvrage donné. Nous
distinguerons:
 Le coût de revient prévisionnel: c'est le prix établi (après étude des nombreux
paramètres qui le composent) en vue de fixer les prix de vente hors taxes
nécessaires à la réalisation d'un devis estimatif. Les prix de revient prévisionnels
concernent presque exclusivement les unités d'ouvrages élémentaires.
 Le coût de revient réel: établi après coup, à partir des données réelles de l'exécution. Il
est calculé dans un but de contrôle

Prix de vente unitaire HT (PVHT) : Elément de base de l'évaluation représentant la valeur


d'une unité d'ouvrage élémentaire.

PVHT = CR + Bénéfice Prévu

Mémoire PFE 91 M.BAOUCH


2.2 Analyse des dépenses :

a. Débourses secs (DS)

Ce sont les dépenses de :

-Main d'œuvre productive: salaires, heures supplémentaires, primes, charges, ...

-Matériaux: consommation, transport, déchargement, pertes, chutes, ....

-Matières consommables: huile de démoulage, fil à ligature, ...

-Matériels spécifiques: amortissement, location, entretien, conducteur d'engin, ...

b. Frais de chantier (FC)

Ce sont les dépenses relatives au chantier.

Le coût de production (CP) : Il représente l'ensemble des dépenses exigées pour la seule
mise en œuvre.

CP = DS + FC

c. Frais d'opération (Fop)

Ce sont les frais imputables à un ouvrage particulier, mais qui ne sont pas
impérativement nécessaires à la direction ou à la gestion du chantier:

- Frais de représentation, frais de dossiers, frais d'assurances ou de consultations


spécialisées liés à l'opération ;

Le coût direct (CD): Il représente l'ensemble des dépenses produites par


l'exécution des travaux sur le chantier.

CD = DS + FC + Fop

Mémoire PFE 92 M.BAOUCH


d. Frais généraux (FG) :

i. Frais d’études
Il s'agit de l'ensemble des frais d'études - d'avant-projet, d'exécution - qui ne sont pas,
ou qui ne peuvent pas être imputés directement au compte d'exploitation d'un chantier
particulier.

Il est particulièrement intéressant que les frais d'études fassent l'objet d'une rubrique
spéciale dans la comptabilité de l'entreprise et qu'ils soient affectés, par chantier,
chaque fois que possible.

ii. Frais d’exploitation


• Frais de personnel commun à plusieurs chantiers
• Frais du bureau de méthodes sur le chantier
• Gestion de la main-d'œuvre sur le chantier
• Frais communs à plusieurs chantiers
• Frais de matériel roulant

iii. Frais de siège


• Frais de direction et de personnel administratif
• Honoraires
• Frais relatifs aux locaux
• Frais de bureau du siège
• Assurances
• Frais de gestion
• Frais commerciaux
• Frais financiers
• Contributions, Taxes, Impôts

iv. Frais d'études extérieures


Architectes, maquettistes, décorateurs, études spéciales, économistes, audits.

Mémoire PFE 93 M.BAOUCH


v. Amortissements
Terrains, immeubles, installations fixes, matériel automobile, matériel de bureau, gros
outillage, outillage portatif.

Le prix de revient (CR): Le prix de revient prévisionnel représente le coût total, toutes
dépenses confondues, pour un ouvrage élémentaire ou pour un ouvrage complet.

CR = DS + FC +Fop + FG

Tous les frais qui composent les coûts de revient doivent être récupérés par
l'entreprise. Ils doivent donc être incorporés dans les prix de vente, base de la facturation aux
clients.

Figure 75: les composants du prix de vente

Mémoire PFE 94 M.BAOUCH


2.3 Notions de prix de vente :
Au stade de la consultation des entreprises, les PVHT sont obtenus à partir des coûts
de revient prévisionnels (CR) auxquels on ajoute la «marge bénéficiaire» = Bénéfice +
Aléas (BA) prévue pour l'opération en question.

PVHT = CR + BA

Le bénéfice constitue la marge que l'entreprise désire réaliser. Il assure la rémunération


du capital et permet d'investir à nouveau.

On note K est le coefficient de prix de vente qui représente l’ensemble des frais que l’on
applique au DS pour obtenir le prix de vente HT.

PV = DS x K

On a alors:

K = PV(total) / DS(total)

On détermine le prix de vente de chaque élément du bordereau en le multipliant son prix de


revient par le coefficient K.

Figure 76:Schéma présentatif du coefficient K

2.4 Notion de marge


 La marge brute (MB) : C'est l'écart entre le prix de vente HT et le coût direct

MB = PVHT - CD

 La marge nette (MN) : C'est l'écart entre le prix de vente HT et le prix de revient

MN = PVHT – CR

Mémoire PFE 95 M.BAOUCH


Figure 77:Schéma présentatif de la notion de marge

3 Application : Prix d’un voile de FGD


Comme application de cela, on va évoquer l’exemple de calcul de prix de vente pour le voile
de FGD Aération Pit ci-dessous :

Figure 78: Le voile fissuré de FGD

Mémoire PFE 96 M.BAOUCH


Tableau 11: Calcul du Prix de vente pour un voile de FGD OUTFALL SEAL PIT

DEBOURSES
DESIGNATION Unité QUANT DEB.UNIT M-O MATERIAUX TRANS/ MANU AUTRES
MAIN D'ŒUVRE
Ferraillage (5 * 10 h) h 50 26 1 300
Coffrages (5*3 h) h 15 26 390
Coulage de béton
h 24 26 624
(6*4h)
Décoffrage (5*2) h 10 26 260
MATERIAUX
Ferraillage Kg 875 8 7 000
Béton m3 60 800 48 000
PVC ml 15 20 300
Deckis U 30 10 300
Produit de finition kg 10 30 300
TRANS &
MANUTENTION
*Grue h 2 600 1 200
*Camion U 1 700 700
AUTRES
Toile de jute m2 120 15 1 800
Déboursés partiels 2 574 48 900 1 900 1 800
Déboursé global(DG) =∑ Déboursés partiels 55 174
Frais de chantier (FC) =12% de DG 6 620,88
Coût de production (CP) = FC +DG 61 794,88
Frais d'opération (Fop) =2% de CP 1 235,89
Coût direct (CD) = CP+Fop 63 030,77
Frais généraux (FG) ‘=23% de CD 14 497,07
Coût de revient (CR) ‘=CD+FG 77 527,85
Bénéfices et Aléas (BA) ‘=3% de PVHT 2 397,76
Prix de vente HT (PVHT) ‘=CR+BA=CR/ (1-0,03) 79 925,62

Mémoire PFE 97 M.BAOUCH


5. Influence de Fissuration sur le coût :

Dans cette partie on va calculer l’influence de la fissuration d’un voile sur le gain de
l’entreprise.

Dans le cas de fissuration, plusieurs facteurs interviennent sur le chiffrage du coût, à savoir :
 L’expertise (frais d’accueil et de déplacement + diagnostic) ;
 Les produits de réparation ;
 La réparation (Mobilisation du matériel, Mobilisation d’effectifs) ;
 Le délai dans ses dimensions financières (blocage des travaux) ;

a. L’expertise :
L’expertise coûte en moyenne 120000 Dhx, couvrant presque 10 voiles.
Donc pour un seul voile :
C1 = 120000 coût moyen d’expertise / 10 nbr d’expertises = 12 000 Dhs

b. Produits de réparation. (Achat des produits) :


Le voile contient 4 fissures (2 fissures sur chaque face)
C2 = 600 Dh x 4 fissures = 2400 Dhs

c. Réparation : Mobilisation du matériel & Mobilisation d’effectifs.


Mobilisation et main d’œuvre :
C3 = [(25 Dh/heure x (10h x 1 jours) x 4ouvriers) x 1,2 coefficient de majoration] = 1200 Dhs

d. Blocage des travaux:

Pour le blocage des travaux, en plus qu’il affecte le délai, il s’en rajoute qu’il cause un
surcoût : en effet les fissurations ont causé un blocage des coulages de la deuxième levé des
voiles ou il y’avait des fissures, cela implique des consommations en matière d’énergie et de
fournitures liées à l’FGD sans avoir une progression des travaux sur la zone en question.
En plus, le blocage pour le cas de l’FGD était, pendant un mois (31 jours), sur les
travaux de coulage, dans cet état le contrat de sous-traitance avec le laboratoire technique du

Mémoire PFE 98 M.BAOUCH


béton, qui est à prix mensuel fixe était payé sans que ce dernier intervient pour ses taches : le
mois est payé et on n’a pas bénéficié des services contractuels du laboratoire.

On estime ces surplus de coût pour toute la zone de FGD à 32 000 Dhs.

Pour un voile qui présente 5% des voiles de FGD, on estime ce coût par : C4 = 1600 Dhs

Soit un totale de :
Ct = C1 + C2 + C3 + C4 = 17 200 Dhs

Ce qui présente 21% du prix de vente.

Or, le gain de l’entreprise pour le voile étudié est estimé à : 2397,76 Dhs

D’où, la perte de l’entreprise est : Ecart = 2 397,76 – 17 200 = -14 803 Dhs

Conclusion :
On constate que ces surcoûts ne sont pas négligeables. La gravité de la non-
considération de la qualité à l’amont du projet, c’est que, en présence de plusieurs cas de
problèmes de la qualité, l’entreprise subit un malaise budgétaire et contractuel déstabilisant le
déroulement du projet.

Mémoire PFE 99 M.BAOUCH


Conclusion

Après l’étude de différentes méthodes de traitement des venues d’eau, à savoir le


rabattement de nappe par les parois moulées, l’épuisement de la nappe par pompage de
l’eau et l’étanchement de la fouille par les puits et les pointes filantes, il a été conclu que
la paroi moulée est la méthode la plus convenable à réaliser vu les avantages qu’elle
présente et la nature géotechnique et hydrologique da la zone du projet.

En ce qui concerne la problématique de fissuration du béton, d’après l’analyse


effectuée, il est confirmé que les fissures tiennent origine principal dans le
comportement intérieure du béton. Il s’agit en l’occurrence du phénomène de retrait qui
peut se développer sous plusieurs formes lors et après la prise. En plus, d’après le calcul
de l’enrobage minimal et du ferraillage effectué selon l’Eurocode 2 et le BAEL, ces
fissures peuvent être amplifiées par les épaisseurs importantes du béton d’enrobage
(8cm sans armatures).

Mémoire PFE 100 M.BAOUCH


BILAN ET PERSPECTIVES
Dans le domaine du génie civil, la phase travaux peut parfois s’avérer plus délicate que
ce que l’on pouvait prévoir et avec beaucoup d’aléas. Le rôle d’un conducteur de travaux est
justement d’adapter la partition de musique à l’instrument capricieux. Ainsi, la réactivité,
l’adaptabilité et le relationnel sont à mon sens les points clefs de ce métier.

1. Un apprentissage des techniques de constructions :

Une fois arrivé au chantier de la centrale thermique de SOGEA Maroc à Safi, j’ai pu
prendre conscience de l’importance de la maîtrise des techniques des travaux. En effet les
connaissances techniques acquises sont venues compléter la formation théorique que j’ai eue à
l’Ecole Mohammadia d’Ingénieurs (EMI). Assurément, j’ai pu appréhender le jargon propre
au bâtiment et travaux public, j’ai saisi la différence entre les acquis théoriques et les
applications pratiques sur le chantier tout en respectant les exigences souhaitées par le maitre
d’ouvrage. Les connaissances acquises ont été denses et variées. Je me suis rendu compte de
l’importance du travail en groupe avec toutes ses difficultés ainsi que l’importance de
l’implication de chacun. Par ailleurs, cet apprentissage technique m’a permis de gagner en
autonomie et d’assumer des responsabilités. Je me sens aujourd’hui plus serein pour rentrer
dans la vie active et travailler dans un cadre professionnel. En effet, j’ai réussi à passer du stade
stagiaire au stade acteur dans une équipe.

2. Une adaptabilité et une réactivité indispensable face aux situations inopinées :

Fort de son esprit ouvert et flexible, le conducteur de travaux doit être capable de
s’adapter aux changements et aux modifications dictées par son environnement ou encore par
sa direction. Pendant mon stage de fin d’étude, en étant rattaché à la direction des travaux et en
assistant à la phase méthode et optimisation avec l’intervention du bureau d’étude technique,
j’ai pu réaliser que le rôle d’un conducteur de travaux ne se restreint pas au suivi du chantier et
des travaux mais il peut également avoir son mot à dire en proposant des solutions optimales
tout en contribuant au bon fonctionnement du chantier.

Mémoire PFE 101 M.BAOUCH


3. Un sens développé du relationnel :

Ce stage m’a énormément apporté sur le plan humain, que ce soit au contact de l’équipe
travaux, ou du personnel du siège de SOGEA Maroc. J’ai rencontré des gens de différents
horizons et origines, partagé des moments de complicité et échangé avec les personnes
travaillant dans diverses domaines. Par ailleurs, la responsabilité que le chef de projet Mr
Hicham GERRAND m’a donné, m’a obligé à prendre des initiatives, et à aller au contact des
gens, à rester actif, à chercher des solutions et les présenter avec force de conviction tout en
sachant les remettre en cause. Par conséquent, je ressors de ce stage avec plus de confiance en
soi, plus d’assurance et d’audace.

4. Une vision critique sur les travaux effectués :

Par ailleurs, j’ai acquis un réel esprit critique par rapport à la mise en œuvre.
Aujourd’hui, grâce aux différentes réunions avec les méthodes, le bureau d’étude structure et
l’équipe de travaux, je me sens capable de mener une discussion seine avec les gens plus
expérimentés dans le domaine, je comprends et saisis mieux les enjeux du métier. Le secret est
de s’armer d’un sens critique aiguisé, tout en restant amical et respectueux. De ce fait, j’ai pu
voir deux types de management :

 Le management persuasif : Ce type de management est souvent exercé par le chef de projet
sur les membres de leur équipe. Il restait à l’écoute de leurs propositions, expliquait les raisons
de ses choix et s’assurait que la personne en face de lui avait parfaitement compris le travail
qu’il avait à faire.

 Le management participatif : C’est celui qui prédominait lors des réunions de mise en point.
Chaque partie était à l’écoute des problèmes des autres et proposait des solutions pour y
remédier. Il s’agissait de faire des compromis et de concilier les demandes et exigences des
différentes parties présentes.

Mémoire PFE 102 M.BAOUCH


Bibliographie :
« Parois moulée » Laboratoire de la mécanique des roches de EPFL.
« Manuel d’utilisation» : Edition Vinci construction.
« Béton Armé –BAEL-» : cours de Mme MOUSTACHI.
« Manuel de gestion des chantiers» Jean-Marie VACHAL.
« Catalogue de matériel de coffrage » Edition DOKA.
« Contrat du Marché » Centrale thermique de Laâyoune.
« Manuel d’utilisation» : SIKA.
« Eurocode 2 »
« Tensile Properties of Early-Age Concrete » article de N.Dao publié par ACI Materiels
Journal en Decembre 2009.
« The tensile strain capacity of concrete » article de Tasdemir publié par magazine of
concrete research en 1996.
« Early age thermal crack control in concrete » livre de P.Bamfoth publié par Ciari.
« Early age autogenous shrinkage of concrete » livre de E.Holt publié par VPUBS en 2000
« Equipement for tensile testing of fresch concrete » article de Hannant publié par
Magazine of concrete research en 1999.

Webographie :
Articles Fissuration de béton : « wikipedia.coom »

Béton problématiques et solutions : « guidebeton.com »

Cours et Exercices de Génie Civil : « civilmania.com »

Méthodes de réalisation des parois moulées : « soletanche-bachy.com »

Principe de mesure de la profondeur des fissures « proceq.com »

Mémoire PFE 103 M.BAOUCH


Liste des annexes

Annexe 1 : Résultats des sondages carottés.

Annexe 2 : Résultats des essais de pompage.

Annexe 3 : Dimensionnement du système de pompage.

Annexe 4 : Principe de mesure de la profondeur des fissures.

Mémoire PFE 104 M.BAOUCH


Annexe 1 : Résultats des sondages carottés

Mémoire PFE 105 M.BAOUCH


Mémoire PFE 106 M.BAOUCH
Mémoire PFE 107 M.BAOUCH
Mémoire PFE 108 M.BAOUCH
Annexe 2 : Résultats des essais de pompage

Mémoire PFE 109 M.BAOUCH


Mémoire PFE 110 M.BAOUCH
Mémoire PFE 111 M.BAOUCH
Mémoire PFE 112 M.BAOUCH
Mémoire PFE 113 M.BAOUCH
Mémoire PFE 114 M.BAOUCH
Annexe 3 : Dimensionnement du système de pompage de INTAKE

On a les données suivantes :

Les résultats du calcul des charges linéaires et singulières sont :

Mémoire PFE 115 M.BAOUCH


Ce qui donne finalement :

Conclusion :

Les eaux infiltrées doivent être pompées du fond de bassin au niveau de -14 m pour les
évacuer au niveau de +5m.
La longueur totale de tuyau flexible de refoulement est de : 62 m.
La hauteur géométrique est égale donc à 19 m, à laquelle il faut ajouter les pertes de charges
linéaire et singulières entre le point d'aspiration et l'arrivée d'eau.
Or on a les pertes de charge totale est de 4.56 m
Donc d’après la courbe de fonctionnement de la pompe ci-dessous, le débit pompé dans ce cas
de figure sera donc de 150 m3/h

Système de pompage
D'après les données indiquées ci-haut, nous préconisons un système de pompage composé de
quatre pompes ayantle même point de fonctionnement hydraulique indiqué dans le graphe ci-
dessous (HMT = 23.60 m et Q=150m3/h).
Ce système de pompage permet d'évacuer un débit totale de 600 m3/h.

Mémoire PFE 116 M.BAOUCH


Courbe de fonctionnement de la pompe TELSTAR

Plusieurs simulations ont été faites par LPEE pour différentes hypothèses, le tableau ci-
dessous récapitule les résultats obtenus :

D’où notre système de pompage permet d’évacuer 1000 fois le débit selon les résultats des
essais de LPEE et 10 fois le débit extrême.

Mémoire PFE 117 M.BAOUCH


Annexe 4 : Mesure de la profondeur des fissures

Principe : L’émission d’onde permet de déterminer les t1 et t2 (temps de réflexion de l’onde).


Connaissant la vitesse normalisée de l’onde, on peut déterminer la profondeur de la fissure h.

Mémoire PFE 118 M.BAOUCH