Vous êtes sur la page 1sur 8

Faculté des sciences

Département de chimie
Kénitra

Master Spécialisé : Systèmes de protection des métaux

Conception et environnement

Travaux Pratiques
(S 3)

Hamid ERRAMLI
Ahmed DERMAJ

Année universitaire 2018/2019

Page 1 sur 8
Sommaire

Manipulation 1: étude électrochimique de l’inhibition de la corrosion de l’acier au carbone en


milieu acide HCl 1M par les courbes de polarisations.

Manipulation 2: étude électrochimique de l’inhibition de la corrosion de l’acier au carbone en


milieu acide HCl 1M Mesures d’impédances électrochimique

Page 2 sur 8
Généralités sur la Corrosion

Définition :
La corrosion est la dégradation d’un matériau (en particulier d’un métal ou d’un alliage) par l’action
du milieu environnant.
Dans le cas d’un métal, le processus de corrosion est régi par deux réactions :

 oxydation du métal :
M Mn+ + n e-

 réduction d’espèces présentes dans le milieu environnant et susceptible d’être réduites :


Exemples:

2 H+ + 2 e- H2

O2 + 2 H2O +2 e- 4OH-

O2 + 4 H+ + 4 e - 4 H2O

Ces deux réactions doivent se passer simultanément et avec la même vitesse. On distingue donc à
la surface du métal corrodable deux types de sites :

 site anodique où se passe l’oxydation.


 site cathodique où se passe la réduction.
Il s ‘agit donc d’une pile court-circuitée.

La tendance à la corrosion peut être prévue thermodynamiquement par les valeurs des potentiels
standards E°. Il en résulte qu’un métal est d’autant plus corrodable (actif) que son potentiel standard
est plus faible.

Les diagrammes de Pourbaix donnent pour divers métaux, les zones de corrosion, de passivité et
d’immunité en fonction du pH et du potentiel électrique.
Dans le premier cas, le produit de corrosion possède principalement une forme soluble, dans le
deuxième cas, c’est un solide insoluble, donc susceptible de protéger le métal (passivation). Dans le
troisième cas aucune réaction n’est thermodynamiquement possible.

Protection contre la corrosion : Utilisation d’un inhibiteur de corrosion


Page 3 sur 8
Un inhibiteur de corrosion est un produit qui retarde la corrosion lorsqu’il est ajouté à un
environnement en faible concentration.
L’inhibition de la corrosion résulte de l’action d’un inhibiteur sur un ou plusieurs processus
électrochimiques de la corrosion. L’efficacité inhibitrice de corrosion est donnée par la formule
suivante :

IE (1 I )100
I0

I : intensité de courant en présence d’inhibiteur. I0 : intensité de courant en absence d’inhibiteur.

L’inhibiteur testé dans cette étude est un tensioactif simple dont la structure si dessous.

I- Etude électrochimique de l’inhibition de la corrosion de l’acier au carbone en milieu acide


HCl 1M par les courbes de polarisations.

1. Objectifs :

Etudier le comportement électrochimique de l’acier au carbone en milieu acide HCl 1M et


l’effet inhibiteur d’un composé synthétique par le tracé des courbes intensité-potentiel I=f(E).
L’exploitation de ces courbes permet de déterminer la vitesse de la corrosion.

2. Principe
Les courbes intensité-potentiel appelées aussi courbes de polarisation globale, ou courbes
potentiodynamiques. Elles sont obtenues en faisant varier de façon continue le potentiel appliqué à
l’électrode de travail depuis le domaine cathodique (valeurs négatives du potentiel) jusqu’au domaine
anodique et en enregistrant pour chaque valeur de potentiel, la valeur de la densité de courant
correspondante.
La vitesse de balayage en potentiel doit impérativement être suffisamment lente pour assurer
la réversibilité des réactions. L’allure des courbes renseigne sur les différentes réactions
électrochimiques mises en jeu pour des potentiels donnés.

Page 4 sur 8
3. Courant de corrosion
Pour déterminer le courant de corrosion on doit tracer la courbe log i = f(E). La valeur de l’intensité
du courant de corrosion icorr peut alors être obtenue en extrapolant la droite de Tafel, cathodique et/ou
anodique, dont l’intersection donne le potentiel et le courant de corrosion (Ecorr et Icorr). Le
potentiel de corrosion indique la valeur seuil du potentiel au-delà de laquelle le métal peut être
corrodé. La densité de courant de corrosion jcorr = Icorr/S indique la vitesse du phénomène :
plus cette valeur est grande, plus la quantité de métal corrodée par unité de temps est grande.

4.Manipulation
a- Étude de la corrosion de l’acier au carbone dans HCl 1M
Polir l’électrode de travail (clou en fer) à l’aide d’un papier abrasif.
Réaliser le montage ci-dessous en plongeant les 3 électrodes (Fe, Pt, ECS) dans un bécher contenant
une solution de HCl 1M. Connecter les électrodes au potentiostat (Fe = travail ; Pt = auxiliaire ; ECS
= référence) et mettre en route l’agitation.

- Mesurer le potentiel en circuit ouvert (potentiel d’abandon).


- Faire un balayage cathodique-anodique (-600 à 600mV/ECS). La vitesse de balayage est de 5 mV/s.
- Tracer la courbe de polarisation log I= f(E).
b- Protection contre la corrosion : utilisation de l’inhibiteur de corrosion

Page 5 sur 8
Reprendre le même montage précédent, en remplaçant la solution corrosive par une solution de
l’inhibiteur.
- Mesurer le potentiel en circuit ouvert (potentiel d’abandon).
- Faire un balayage cathodique-anodique (-600mV/ECS à 600mV/ECS). La vitesse de balayage
est de 5 mV/s.
- Tracer la courbe de polarisation log I= f(E).

Les résultats obtenus sont représentés dans la figures suivante.

Cou
rbes de polarisation de l’acier au carbone dans une solution de HCl1M avec et sans inhibiteur.

Questions
1. Indiquer les réactions aux électrodes pour chacune des branches de la courbe.
2. Déterminer les paramètres électrochimiques associés à cette courbe.
3. Interpréter les courbes obtenus

II- Etude électrochimique de l’inhibition de la corrosion de l’acier au carbone en milieu acide


HCl 1M Mesures d’impédances électrochimique
Page 6 sur 8
1.Définition
Les mesures d’impédance électrochimique consistent à étudier la réponse du système
électrochimique, suite à une perturbation qui est le plus souvent un signal alternatif de faible
amplitude. L’avantage de cette technique est de différencier les phénomènes réactionnels par leur
temps de relaxation. Seuls les processus rapides sont caractérisés à haute fréquence, lorsque la
fréquence appliquée diminue, apparaîtra la contribution des étapes plus lentes, comme les phénomènes
de transport ou de diffusion en solution.

2.Principe
En pratique, la mesure d’impédance consiste à surimposer à un point de fonctionnement stationnaire,
une perturbation sinusoïdale ΔE de faible amplitude ‫׀‬ΔE‫ ׀‬et de pulsation ω=2πf (en rad.s-1). Le
potentiel imposé à l’électrode est égale E (t) = E+ΔE avec ΔE= ‫׀‬ΔE‫׀‬exp(jωt).
Il résulte alors un courant sinusoïdal ΔI de même pulsation ω superposé au courant stationnaire I, tel
que I (t)= I+ ΔI avec ΔI= ‫׀‬ΔI‫ ׀‬exp (j(ωt-φ)). Φ correspond au déphasage du courant alternatif par
rapport au potentiel.
En général, cette méthode est largement appliquée à l’étude de mécanismes réactionnels, à la
caractérisation des couches superficielles ou du film passif. En effet, la spectroscopie d’impédance
électrochimique peut mettre en évidence les diverses étapes élémentaires sur la base de leur constante
de temps. L’objectif de l’analyse d’un spectre d’impédance est d’associer à chacune des étapes
observables sur le diagramme de Nyquist ou de Bode des grandeurs physiques représentatives. Ceci
peut être abordé par la modélisation du spectre en proposant un circuit électrique équivalent (CEE),
composé d’un certain nombre d’éléments simples à savoir, la résistance, la capacité et l’inductance
d’impédance.

3.Manipulation
Polir l’électrode de travail (acier au carbone) à l’aide d’un papier abrasif.
Réaliser le montage en plongeant les 3 électrodes (Fe, Pt, ECS) dans un bécher contenant une
solution de HCl 1M . Connecter les électrodes au potentiostat (Fe = travail ; Pt = auxiliaire ;
ECS = référence) et mettre en route l’agitation.

Reprendre le même montage précédent, en remplaçant la solution corrosive par une solution de
l’inhibiteur. Les résultats obtenus sont représentés dans la figure suivante.

Page 7 sur 8
Diagrammes d’impédances éléctrochimique de l’acier au carbone dans une solution
de HCL 1M avec et sans inhbiteur

Question :
1.Déterminer les paramétres électrochimique associer à ces diagrammes ( C et R) sachant que
les fréquences caractéristiques sont représentés sur la figure.
2.Donner le circuit électrique équivalent
3. Interpréter ces diagrammes en expliquant le mécanisme de corrosion mise en jeu
4. Proposer un mode d’adsorption pour cetinhibiteur

Page 8 sur 8