Vous êtes sur la page 1sur 10

Déficit lipidique durant l'adolescence : quels

impacts sur la croissance et la performance


sportive ?

Sujet 3 :
Matière :
Nutrition du sportif : M.Dhomont
Physiologie, population sport et santé : M.Dhomont

Pauline Tramonti

EDNH Marseille
06/01/2020
Tableau des matières :

Introduction …..................................................................................................................... page 2


Développement …................................................................................................................page 3

Partie 1 : Les lipides : qu’est-ce que les lipides et leurs différents rôles..............................page 3

Partie 2 : Le rôle des lipides dans la croissance et le développement de l’adolescent........page 4

Partie 3 : Les lipides et la performance................................................................................page 6

Conclusion : ….....................................................................................................................page 8

Annexe : …..........................................................................................................................page 9

Webographie : ….................................................................................................................page 9

Bibliographie : …...........................................................................page 9

2 sur 10
I. Introduction :
Les lipides sont tous les corps gras (matières grasses, huile, etc), ils sont insolubles dans l’eau mais
soluble dans les constituants organiques, ce sont des constituants organiques essentiels de notre corps :
ils représentent environ 20% de la masse corporelle. Les acides gras qui sont des constituants
fondamentaux, sont constitués : de carbone, d’hydrogène et d’oxygène. Il existe différents lipides en
fonction de leur structure moléculaire : les acides gras saturés (sans double liaison) et les acides gras
insaturés (avec double liaison) dont les acides gras monoinsaturés et polyinsaturés. Les lipides ont un
rôle plastique car ce sont les principaux composants des membranes cellulaires et ont aussi un rôle
énergétique.
Les lipides ont donc un rôle dans la croissance et l’entretien cellulaire du corps, on considère que nous
sommes adolescents entre l’âge de 10 à 19 ans, c’est une « période de transition critique dans la vie et
se caractérise par un rythme important de croissance et de changements » (OMS, développement des
adolescents) avec comme changement principal : l’apparition de la puberté. De part ces changements
physiologiques, les corps à des besoins importants afin d’assurer une bonne croissance. Si en plus de
cela, l’adolescent est sportif ces besoins sont donc supérieurs.
Que peut donc entraine un déficit en lipides sur la croissance et la performance chez des adolescents
sportifs ?

3 sur 10
II. Développement :

1/ Les lipides : qu’est-ce que les lipides et leurs différents rôles :


Les lipides forment un groupe de molécule dont la plupart des lipides sont formés d’acides gras. Les lipides
sont caractérisés par une propriété physique : la solubilité. Ils sont peu solubles dans l’eau mais soluble
dans les solvants organiques.
Il y existe différentes catégories de lipides, tel que les lipides à base d’acides gras et les lipides simples,
les lipides complexes, les lipides polyisoprotéique, écosanoïdes et les complexes lipidiques.
Les acides gras sont constitués d’une chaine carbonée et d’une fonction carboxylique et selon la nature
de la chaine carbonée, on différencie les acides gras saturés (acides stéariques, lauriques, palmitiques),
les insaturés (oméga 3 et 6) et les acides gras trans.
Les lipides simples sont formés d’un ou plusieurs acides gras lié à un alcool, on distingue les glycérines
(monoglycéride, diglycéride, triglycéride), les cérides et stérides. Les lipides simples ont un rôle
énergétique principalement et de stockage.
Ensuite les lipides complexes avec les phospholipides (qui permettent la fluidité de la membrane) et
sphingolipides (qui permettent la reconnaissance cellulaire).
Les autres lipides tels que les lipides polyiospréniques qui ne sont pas constitués d’acides gras mais
d’isoprène, qui sont fondamentaux car ce sont eux qui apportent les vitamines liposolubles (A, D, E et K).
Parmi les autres lipides, nous avons les complexes lipidiques qui ont pour rôle de synthétiser les stérols
(le squalène). Et enfin les complexes lipidiques qui comprennent les lipoprotéines (chylomicrons, VLDL,
IDL, LDL, HDL).
Les besoins en lipides chez les adolescents sont de :

Les lipides 35 à 40% de l’AET


Acide laurique Inférieur à 8% de l’AET
Acide Myristique
Acide Palmitique
Acides gras saturés totaux 12% de l’AET
Acides gras monoinsaturés 15 à 20% de l’AET
Acide linoléique (Oméga 6) 4% de l’AET
Acide alpha linoléique (oméga 3) 1% de l’AET
Acides gras trans Inférieur à 2%
Avec un rapport oméga 6/ oméga 3 inférieurs à 5.

4 sur 10
Le rôle des lipides est donc un rôle énergétique et de stockage. Les lipides sont les nutriments les plus
denses énergiquement (1g de lipide vaut 9 calories ou 38 kilojoules). Les principaux lipides stockés sont
les lipides simples avec les glycérides et stérides, et se situent dans les adipocytes. L’organisme à une
masse grasse indispensable au bon fonctionnement et sont sollicités lors de périodes interprandiale, jeûne
prolongé ou lors d’un effort de longue durée.
Ils ont aussi un rôle de structural : les lipides rentrent dans la composition des membranes : bicouche
lipidique qui est constituée de lipides complexes tel que les phospholipides (70 à 90%) et les shingolipides
qui permettent la reconnaissance et la signalisation cellulaires. Enfin le cholestérol permet de conditionner
les messages cellulaires en modulant la fluidité membranaire.
Ils ont un rôle d’isolant thermique (il permet de conserver la chaleur).
Un rôle de précurseurs hormonaux : particulièrement pour les hormones sexuelles important afin qu’ils
puissent y avoir le développement des appareils génitaux, croissance, etc.
Un rôle fonctionnel, tel que les éicosanoïdes qui participent à la synthèse de médiateurs intercellulaires et
d’hormones qui participe à la régulation des fonctions cellulaires. Les lipides remplissent donc des rôles
importants qui rentre dans l’architecture du corps et le bon fonctionnement.
Et enfin il permet de transporter les vitamines liposolubles A, D, E et K. Ces vitamines sont donc
essentielles au bon développement des adolescents, la vitamine D permet le développement du squelette
en absorbant le calcium et améliore la minéralisation de l’os (mais il faut pour cela aussi une exposition
au soleil afin qu’elle puisse être synthétisée.
Et la vitamine K, favorise aussi la croissance de l’os, elle permet de fixer le calcium sur la trame osseuse.

2/ Le rôle des lipides dans la croissance et le développement de l’adolescent :


Lors de : l’adolescence, il y a donc divers changement physique, physicochimique, etc. Un des premiers
changements est la croissance. La croissance est possible grâce au squelette qui s’allonge et se renforce
dû aux ostéoblastes.
Chez les filles, le pic de croissance se fait au début de la puberté (vers 10-11 ans) jusqu’aux premiers
cycles menstruels puis va ralentir vers 14-16 ans.

5 sur 10
Chez les garçons, ce pic apparaïit vers l’âge de 12 ans, jusqu’à la fin de la puberté, elle s’arrête donc vers
16 à 17 ans.
Cette croissance est dirigée grâce aux hormones telle que :
L’hormone de croissance (GH) qui est contrôlée par l’hypophyse sous l’influence de l'hormone de
libération de l'hormone de croissance (Growth Hormon Releasing Hormon, GHRH)
La somatostatine qui est inhibitrice de l’hormone de croissance
Et l’hormone Ghréline qui elle est produite au niveau de l’estomac.

La GH agit indirectement sur le cartilage, elle est transportée jusqu’au foie qui provoque la synthèse et la
libération du facteur IGF-1 qui a la capacité de stimuler la maturation et la croissance de l’os.
Les hormones sexuelles tel que la testostérone et les œstrogènes qui « agissent en synergie avec la GH
au moment de la puberté. Elles augmentent la production de GH et celle de l’IGF-1 »1. Ce qui entraine le
pic de croissance et l’augmentation
Ensuite nous avons les hormones thyroïdiennes qui joue également un rôle, dans la croissance du
squelette et dans l’entretien des os.
Les d’autres hormones assurent donc le bon fonctionnement de la croissance tel que l’insuline et la leptine.
Enfin d’autres hormones assurent le métabolisme phosphocalcique qui ont pour rôle de réguler la vitamine
D et la parathormone.
Plusieurs anomalies peuvent altérer la croissance, tel que des maladies hormonales, anomalies
chromosomiques, etc. Et la dénutrition peut elle aussi être un facteur, tel que le calcium et la vitamine D
apporter par l’alimentation.
Un déficit en lipides peut donc avoir de graves conséquences sur les adolescents tel qu’un retard de
croissance avec l’apport en vitamine insuffisant comme les vitamines D et K. Un retard sur la puberté avec
l’appareil génital qui ne se développe pas pour les garçons et pour les filles, le cycle menstruels ne se met
pas en place, ou encore un retardement du développement la glande mammaire car les hormones ne
peuvent être synthétisées correctement.

1 (Inserm, croissance valses d’hormone, 2018)


6 sur 10
3/ Les lipides et la performance :
Lors d’un exercice physique, notre corps puisse ou non dans ses réserves énergétiques afin d’assurer
l’exercice. La première ressource énergétique du corps est le glucose ou le glycogène. Il existe différentes
filières énergétiques en fonction du temps d’effort.
Lors d’un exercice à très courte durée (exemple : 100m, sprint, etc), que l’on nomme anaérobie alactique
ou encore lors d’exercices à durée courtes/moyennes (yoga, haltérophilie, etc), cette filière est dite
anaérobie lactique. Ces deux filières sont pour des sports dits intenses mais courts. La filière anaérobie
alactique est toujours utilisée en première elle commence du départ et se termine vers 20 secondes.
Lorsque l’exercice intense se poursuit c’est filière alactique qui intervient grâce au glucose ou glycolyse
qui permet la réaction de phosphorylation. Cette filaire se termine aux alentours des 2 min. Lorsque
l’exercice continue mais que l’exercice est moins intense et que la voie aérobie est utilisée la filière de
longue, très longue durée dite mitochondriale qui peut durer des heures. (Voir annexe 3, tableau)
Cette filière utilise donc des molécules de glucose ou glycogène pour rentrer dans le cycle de Krebs afin
de former des molécules d’ATP, environ 36 molécules, pour une molécule de glycogène. Cependant
lorsque les réserves de glycogène diminuent et d’apparait la fatigue, les lipides prennent place dans la
synthèse d’ATP. Cependant avant que les acides gras intègrent le cycle de Krebs, il y a un processus
appelé Bêta oxydation.
L’intérêt majeur d’utiliser les lipides est qu’ils fournissent jusqu’à 460 molécules d’ATP ! Ce qui peut
clairement augmenter d’endurance du sportif et donc ces performances. Cependant, pour que les
molécules de lipides soient utilisées il faut que l’exercice soit de faible intensité car il faut le que la bêta
oxydation se fasse mais aussi le cycle de Krebs. Donc si l’exercice est trop intense et le corps réclame
immédiatement de l’énergie, il utilisera les glucides qui sont directement sous forme de glucose.
Les adolescents ont des voies métaboliques du type aérobie meilleur que celle de la voie anaérobie, ils
ont donc une meilleure capacité pour les exercices d’endurance que les sports du type anaérobie soient
de force.

7 sur 10
Car leurs tissus musculaires sont peu développés par rapport à celui de l’homme et ont une identique
voire une meilleure Vo2max (consommation maximale en oxygène). De plus, leur métabolisme anaérobie
est quant à lui « immature, les activités enzymatiques musculaires du type anaérobie (lactate
déshydrogénase, phopho-fructokinase, etc) et la teneur en glycogène musculaire sont inférieures aux
valeurs de l’adulte » (Sciencedirect, développement des voies métaboliques au niveau musculaire chez
l’enfant, ligne 6, 1991). Le métabolisme anaérobie sera donc développé au cours de l’adolescent grâce à
la production des hormones (hormone de croissance, testostérone pour les hommes et œstrogène et
progestérone chez la femme) et sera mature à la fin de la puberté. Les sports de force ou autres pratiques
sportive impliquant le renforcement musculaire ne seront donc pas optimaux avant l’âge de 16/17 ans.
On peut expliquer pourquoi les réserves de glycogène ne sont pas maximales à l’adolescence, tout
simplement car les réserves se font 1/3 dans le foie et 2/3 dans les muscles, les muscles n’étant pas à
l’adolescence grandement développé, les réserves sont donc faibles. Par contre, les lipides eux, ce
stock dans le tissu adipeux sans limite sauf si on limite ces apports, les adolescents auront peu de
réserve et ne pourront pas les utiliser, ce qui entraine une baisse de la performance car ils n’auront plus
d’énergie surtout s’ils ne sont pas renouvelés une fois utilisée. Et pourra entrainer des carences en
vitamine et blessures due à la fatigue et au surentrainement.

8 sur 10
C. Conclusion :
Pour conclure, les lipides sont extrêmement importants chez les adolescents afin qu’ils poursuivent
correctement leur croissance et leur développement physiologique dû aux hormones apportées
principalement par les différents lipides. De plus, les lipides sont importants chez les jeunes sportifs car
ils apportent des vitamines indispensables au bon fonctionnement et évitent les blessures mais c’est pour
eux une source énergétique plus importante que celle des adultes. Les adolescents n’ont pas la capacité
de stocker suffisamment de glycogène qui est dû à leur masse musculaire qui est faible. Mais possède la
capacité de stocker des lipides, si les enfants possèdent un taux de masse grasse suffisante, ils pourront
être utilisés lors de performances sportives dites aérobies. Mais aura peu de performance pour les sports
anaérobies soit de puissance car les enzymes spécifiques aux cycles de Krebs sont peu présentes. Et
augmenteront avec l’âge, la maturation, l’apparition des hormones, au développement musculaire qui
augmentera les capacités à stocker du glycogène et permettra d’améliorer les voies métaboliques
anaérobies. Les adolescents sont donc plus performants pour les sports aérobies grâce à leur Vo2 max
et à leur réserve lipidique. Mais pour cela, il faut un apport suffisant en lipides et un bon apport diversifié,
sinon un déficit en lipides entrainera une fatigue intense, une carence en vitamine et des blessures au
niveau osseux et un retard dans la croissance.

9 sur 10
Annexe :

Annexe 1 : Inserm, permet de mieux visualiser le parcours des différentes hormones participant
à la croissance et régulation de la croissance.
Annexe 2 : Etude sur la performance anaérobie de l’enfant : https://www.cairn.info/revue-staps-
2001-1-page-109.htm
Annexe 3 : Les différentes filières énergétiques :

Bibliographie :
Alimentations, nutrition et régimes, EDNH, Eugénie Auvinet, Caroline Hirschauer, Anne-Laure
Meunier, 2017, page 59 à 67.
Cour de besoin nutritionnel sur les lipides avec Mme BENDENNOUNE.
Cour physiologie de l’exercice sur les différentes filières métaboliques avec Mme Sangolo.

Webographie :
https://www.inserm.fr/information-en-sante/dossiers-information/croissance-et-troubles-croissance.
L’explication de la croissance et ses troubles
https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S0765159705800826. Le développement des voies
métaboliques de l’adolescent.
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3805624/,. Nutrition sportive de l’adolescent

10 sur 10