Vous êtes sur la page 1sur 61

2018-2019

METHODOLOGIE DE REDACTION DE MEMOIRE


LICENCE & MASTER PROFESSIONNELS

Méthodologie de recherche/Rédaction de Mémoire


HAMENOU Kodzo Amenu
Objectifs pédagogiques généraux du cours
Les objectifs pédagogiques généraux du cours sont déclinés, suivant qu’ils
s’agissent d’objectifs de type « savoir », « savoir-faire »

Savoir : activités
 Expliquer et faire comprendre les "règles fondamentales" de la théorie de la
méthodologie de la recherche
 Expliquer et faire maitriser le procédé de présentation des travaux de terrain,
d’enquête, surtout de rédaction de mémoire

Savoir faire
 Organiser les étudiants en groupes de travaux, distribuer les travaux dirigés et
expliquer les difficultés et les cas de situation qui se posent aux étudiants.
 Partager différentes expériences sur la recherche

Pré-requis : connaissance de base nécessaire pour bien suivre le cours.


Les pré-requis d'un cours de méthodologie de la recherche se joue sur trois niveaux:

 Savoir approfondir les préliminaires d’un thème de recherche par les


étudiants,
 Avoir un minimum de connaissance des méthodes de recherche en
bibliothèque, sur internet, avec les N’TICS,
 La maîtrise des objectifs liés à chaque activité de la recherche scientifique, est
nécessaire.

Objectifs spécifique du cours


o Initier à la recherche des informations du mémoire, la construction du
plan et la rédaction de la synthèse
o Analyser le sujet et mobiliser les connaissances utiles pour le traiter
o Initier à la formulation de la problématique
o Etre capable d’utiliser des connaissances et des informations
pertinentes pour traiter le sujet de recherche

Méthodologie de recherche/Rédaction de mémoire


HAMENOU Kodzo Amenu 2
o Développer le goût du questionnement, de l'ouverture d'esprit et du
sens critique.
o Prendre conscience de l'importance de la rigueur scientifique dans le
traitement des informations dans la rédaction des mémoires.
o Se familiariser aux méthodes et techniques de recherche
o Développer la capacité d'analyse de l'information
o Développer l'analyse critique de données de recherche
o Se préparer à diffuser une information scientifique de qualité

Méthodologie de recherche/Rédaction de mémoire


HAMENOU Kodzo Amenu 3
Table des matières
I. Préparation de la rédaction du mémoire ............................................................................ 7
1.1 Détermination du sujet de recherche ............................................................................... 7
1.2 La relation avec le directeur/directrice de mémoire ..................................................... 10
1.3 Recherche de la documentation ...................................................................................... 11
II. Rédaction du mémoire ...................................................................................................... 12
2.0 Le plan ............................................................................................................................... 12
2. 1 Introduction ..................................................................................................................... 12
2.2 Méthodes et Matériel ....................................................................................................... 16
a. Les sujets (ou objets de mesure) .............................................................................. 17
b. Le matériel proprement dit ...................................................................................... 17
c. Le protocole (expérimental) ..................................................................................... 17
d. L’analyse des données et le traitement statistique............................................... 18
2. 3 Résultats ........................................................................................................................... 18
2. 4 Discussion ......................................................................................................................... 20
2. 5 Conclusion ........................................................................................................................ 24
2. 6 Bibliographie.................................................................................................................... 25
2. 7 Annexes ............................................................................................................................ 25
2. 8 Résumé et mots clés (français et anglais) ...................................................................... 26
III. Présentation du mémoire (forme) .................................................................................. 27
3. 1 Dactylographie .............................................................................................................. 27
3. 2 Présentation ..................................................................................................................... 27
3. 3 Dépôt ................................................................................................................................. 29
IV. La soutenance ................................................................................................................... 30
4. 1 A quoi sert la soutenance ? .......................................................................................... 30
4. 2 Présenter son travail .................................................................................................... 30
4. 3 Répondre aux questions .............................................................................................. 31
I. Elaboration et conception d’un questionnaire ................................................................ 34
1. 1-Définition d'un questionnaire ........................................................................................ 34
1. 2-Les étapes d'élaboration d'un questionnaire ................................................................ 34
1. 3- Les méthodes de collectes d'information ..................................................................... 34
1. 3. 1. Enquête face à face : ............................................................................................... 35
1. 3. 2. L'enquête par téléphone :........................................................................................ 35
1. 3. 3. L'enquête télématique : ........................................................................................... 35
1. 3. 4. L'enquête par correspondance : ............................................................................. 35
1. 4 - Typologie des questions utilisées dans le questionnaire : .......................................... 36

Méthodologie de recherche/Rédaction de mémoire


HAMENOU Kodzo Amenu 4
1. 4-1. La question fermée : ................................................................................................ 36
1. 4-1-1. La question dichotomique : .................................................................................. 36
1. 4-1-2. La question à choix multiple : .............................................................................. 36
1. 4-1-2-1. La question à choix multiple et à une seule réponse : ..................................... 37
1. 4-1-2-2. La question à choix multiple et à plusieurs réponses permises :..................... 37
1. 4-1-2-3. La question à énumération d'items : ................................................................ 37
1. 4-1-2-4. La question à énumération d'items pour le classement : ................................ 38
1. 4-2. La question ouverte :................................................................................................ 39
1. 4-2-1. La question ouverte à réponse élaborée : ............................................................ 39
1. 4-2-2. La question ouverte à réponse courte : ................................................................ 39
1.5. Structure du questionnaire : .......................................................................................... 39
1.6. La formulation des questions : ....................................................................................... 40
II. Les entretiens ................................................................................................................. 42
III. L’observation ............................................................................................................... 44
IV. Technique de choix d’échantillon .................................................................................... 44
V. Bibliographie ...................................................................................................................... 56
VI. Annexes ............................................................................................................................. 57
6. 1 Typologie des mémoires ................................................................................................. 57
6. 2 Caractéristiques des mémoires ..................................................................................... 58
Critères d'appréciation .......................................................................................................... 58
Réalisation ............................................................................................................................... 58
6. 3 Grille d'aide au choix d'un sujet de mémoire .............................................................. 59
6. 4 Planning de suivi du mémoire ....................................................................................... 60

Méthodologie de recherche/Rédaction de mémoire


HAMENOU Kodzo Amenu 5
Module I

Méthodologie de recherche/Rédaction de mémoire


HAMENOU Kodzo Amenu 6
I. Préparation de la rédaction du mémoire

1.1 Détermination du sujet de recherche


Un mémoire de fin d'études est l'occasion de réfléchir sur un sujet précis et
actuel. L'objectif est de montrer une expertise dans un domaine qui intéresse les
praticiens, mais sur lesquels ceux-ci ne peuvent généralement pas se pencher,
faute de temps et de méthode. Le sujet doit être précisément délimité en termes
d'époques, de zone géographique, de secteur d'activité ou de toute autre
subdivision adéquate. En principe, le sujet doit être innovant, c'est-à-dire qu'il ne
doit pas avoir été traité auparavant. Une erreur courante consiste à choisir un
sujet large.
Or, un sujet trop large ne peut pas être traité efficacement dans un mémoire et ne
permet pas de dépasser le stade des généralités. En revanche, un sujet restreint
apporte des réponses concrètes aux questions posées, tout en offrant une
expertise générale. Pour être accepté, le sujet doit être lié à la formation suivie
par l'étudiant.
Le choix du sujet est la première étape fondamentale du travail de mémoire.
Sa détermination dépend de plusieurs choses entre autres :
- centre d’intérêt de l’auteur
- lectures antérieures
- objectifs professionnels
- discussion avec les enseignants
- discussion avec des étudiants ayant déjà rédigé un mémoire
Une fois le champ de recherche délimité, il faut encore se poser un certain
nombre de questions avant de se lancer « tête baissée » dans ce travail.
- Ce sujet correspond-il à un besoin ?
- Existe-t-il une littérature suffisante ? (Les sources doivent être accessibles et
traitables)
- Les méthodes de recherche requises sont-elles adaptées à mes capacités ? (La
méthode utilisée doit être maîtrisable)

Méthodologie de recherche/Rédaction de mémoire


HAMENOU Kodzo Amenu 7
- Peut-il être traité dans un délai raisonnable ?
- Quels sont les résultats espérés ?
- Avec qui le réaliser ?

Fondamentalement, il ne faut pas perdre de vue la situation du départ dans le


choix de votre sujet ou thème de mémoire car le thème du travail écrit
(mémoire) de fin d'étude est une situation vécue lors d'un stage ou dans la vie
pratique qui a interpellée (en bien ou en mal) et qui questionne.
Il faut établir une description précise des faits : utiliser la méthode du QQOQCP
:
 Qui ? : qui est concerné ? (responsable, victime, acteurs,…)
 Quoi ? de quoi s'agit-il ? (objet, méthode, opération,…)
 Où ? où ça s’est passé ? (lieu, service,…)
 Quand ? quand ça s’est passé ? (date, durée, fréquence,
période,…)
 Comment ? comment ça s’est passé ? (moyens, procédure,
manière, technique, matériel,…)
 Pourquoi ? Pourquoi ça s’est passé ? (justification, raison
d'être,…)
Le thème du travail doit être généralisable.
Avant de se concentrer sur un sujet il faut prendre aussi des précautions comme :
 Faire une première recherche succincte de documents bibliographiques ce
qui permet de voir si ce sujet est riche ou pauvre en documentation, ce qui
va permettre de bien connaître le sujet et de donner une évaluation
subjective de la difficulté de la réalisation.
 Se poser 3 questions primordiales :
 Est-ce que ce thème de travail m'intéresse ? Pourquoi ?
 Quelles sont les questions que je me pose ?

Méthodologie de recherche/Rédaction de mémoire


HAMENOU Kodzo Amenu 8
 Qu'est-ce que j'attends de ce travail ? Professionnellement et
personnellement ?
L'étape du choix du thème est extrêmement importante car elle va permettre le
coup d'envoi du travail.
La motivation pour le thème choisi doit être réelle et claire.
Les idées que l'on veut transmettre au travers du TFE (Travail de Fin d’Etude)
doivent être claires.
La question de départ
La question de départ est le point de commencement et le fil conducteur du TFE.
Elle permet de structurer et d'orienter le travail écrit.
Une question de départ est souvent provisoire : ce n'est qu'en avançant dans
l'exploration du thème qu'elle se précisera pour aboutir à sa formulation
définitive.
Il n'est pas facile de poser une question de départ, il faut très souvent essayer
plusieurs formulations avant de trouver celle qui convient le mieux à ce que l'on
veut transmettre par le biais de ce travail.
Elle doit avoir un certain nombre de qualités :
 Clarté : précise, concise, univoque.
 Faisabilité : réaliste.
 Pertinence : vraie question, elle étudie ce qui existe.
 Intention compréhensive ou explicative.
 Déterminer en quelques lignes, ce qui va être exploré.
Une question de départ fait en moyenne 2 à 3 lignes et reprend les données du
QQOQCP.
L'exploration
L'exploration est l'étude du thème choisi dans le but d'atteindre une certaine
qualité d'information sur l'objet d’étude et de trouver les meilleures manières de
l'aborder.
Elle se fait en deux parties menées parallèlement :

Méthodologie de recherche/Rédaction de mémoire


HAMENOU Kodzo Amenu 9
 Le cadre conceptuel ou théorique.
 L'enquête sur le terrain.

Ainsi est-il donc essentiel de ne pas se précipiter sur un thème jugé intéressant
avant d’en avoir évalué les possibilités de réalisation et avant de l’avoir localisé
dans une problématique générale. Il convient pour cela de se documenter, de
demander conseil à des personnes compétentes.

Une fois le sujet choisi, il faut être capable de le préciser en formulant une
question centrale unique résumant toute la problématique du travail ! Il faut être
précis. Eviter les sujets vagues.
La formulation de la question de recherche est une étape décisive.
N’oubliez pas, lors de votre choix, que vous serez d’autant plus stimulé que
vous serez passionné par le sujet et que le mémoire de fin d’études peut être une
porte d’accès (= carte de visite) au monde professionnel.

1.2 La relation avec le directeur/directrice de mémoire


Le travail du directeur de mémoire consiste à vous diriger par la transmission de
certains conseils (aider à établir la question centrale, fournir de la bibliographie,
méthodologie, relecture du document,…). N’oubliez pas que ses remarques ont
pour but de vous aider plutôt que de vous contrarier. Mais attention, il ne faut
pas confondre enseignant et tuteur. Lorsque vous avez rendez-vous avec lui, il
faut impérativement préparer l’entretien en élaborant des questions précises à
poser.
Prenez l’habitude de communiquer régulièrement avec celui-ci (planifiez
ensemble les différentes étapes du travail et les entretiens). Cela peut vous éviter
de mauvaises surprises (ex: recommencer toute une partie déjà rédigée).

Méthodologie de recherche/Rédaction de mémoire


HAMENOU Kodzo Amenu 10
1.3 Recherche de la documentation
Dans la recherche documentaire, il est préférable d’aller du général au
particulier.
- le plus général : ouvrages, traités, manuels, certains périodiques
- le plus spécialisé : les revues, articles qui concernent votre sujet
- Les banques de données
- Internet
N’hésitez pas de vous faire conseiller/orienter sur vos recherches par le
directeur, celui-ci pouvant déjà posséder de nombreux articles utiles.

Méthodologie de recherche/Rédaction de mémoire


HAMENOU Kodzo Amenu 11
II. Rédaction du mémoire

2.0 Le plan
L’élaboration du plan (= squelette du mémoire) est une étape indispensable car
elle facilite la rédaction du document. Elle permet de s’assurer que les
principaux points à développer ne seront pas oubliés et que l’enchaînement des
idées suivra une logique claire et structurée.
Un plan est amené à être souvent révisé ; il est un guide à la rédaction ; mais en
aucun cas il ne doit être rigide. Il n’existe pas de plan type, mais un mémoire
de recherche se compose généralement de 6-8 chapitres distincts :

2. 1 Introduction

L’introduction sert trois objectifs :


– Elle introduit le sujet. Ceci signifie qu’il faut présenter succinctement le
contexte général du travail, par exemple l’environnement professionnel et
l’entreprise pour un rapport de stage, puis définir le sujet en termes précis et
concis ;
– Elle énonce ensuite succinctement les objectifs du travail personnel, et les
moyens mis en œuvre pour tenter de les atteindre ;
– Elle s’achève sur une présentation claire du plan adopté pour la suite du corps
du mémoire.
L’introduction doit rester accessible à un lecteur non spécialiste du sujet
d’étude. Si nécessaire, on y fournira une définition brève des termes techniques
utilisés. Enfin, sa taille doit rester modérée

Bref, au niveau de l’introduction, il est question de :


- un préambule qui amène le sujet et le replace dans son contexte général
(s’appuyer sur quelques documents de référence et indiquer les principaux

Méthodologie de recherche/Rédaction de mémoire


HAMENOU Kodzo Amenu 12
résultats et modèles explicatifs déjà énoncés dans ce domaine, faire le point sur
l’avancement des recherches dans le domaine)
- la définition des termes essentielles et toutes les explications utiles à la
compréhension du problème soulevé, en particulier lève toutes les ambiguïtés
sur le sens des mots employés.
- la problématique de l’étude qui doit aboutir à la question centrale de la
recherche
- l’originalité, l’intérêt de la recherche (expliquer le point précis auquel il vous
semble que l’ensemble des études effectuées avant vous n’a pas répondu)
- les objectifs poursuivis par la recherche
- l’hypothèse centrale
- montrer l’extension et les limites,
- annoncer le plan.
L’introduction doit comporter au moins 2 ou 3 pages.
A propos de la problématique, disons que c’est la façon de poser un problème.
C’est l’équivalent de l’énoncé dans un problème de mathématiques.
La problématique se trouve à l’articulation à la fois de la définition du sujet et de
son traitement.
Elle fournit tous les éléments qui permettent de comprendre le problème, de le
contextualiser et donc de le traiter correctement.
Ainsi, votre problématique doit :
- dégager toutes les potentialités du sujet, c'est-à-dire tous les éléments à prendre
en compte pour comprendre comment se pose la question ;
- indiquer dans quelle(s) direction(s) les réponses ou les solutions peuvent se
trouver ;
- permettre donc d’exprimer les hypothèses de réponse.
Tout travail de mémoire comporte une question centrale. Pour déterminer la
question centrale de son mémoire, l'étudiant pourra s'inspirer des journaux de

Méthodologie de recherche/Rédaction de mémoire


HAMENOU Kodzo Amenu 13
recherche, de la presse spécialisée et des thèmes débattus dans les colloques et
les salons professionnels.

La problématique est une reformulation de la question centrale, en y ajoutant des


hypothèses, qui sont autant de propositions de réponses qui seront testées dans le
mémoire. Il n'est donc pas possible de construire une problématique sans une
connaissance préalable minimale du sujet. Afin de construire sa problématique,
il convient de faire un état de la littérature spécialisée. Une problématique trop
large ou non apparente nuit à la valeur générale d'un travail de mémoire.
Cette problématique est ensuite confrontée au terrain, ce qui constituera le plan
du mémoire.

Le développement théorique doit aboutir à une ou plusieurs hypothèses précises,


de telle façon qu’il apparaisse évident au lecteur que les éléments théoriques
décrits aboutissent effectivement et indubitablement à ces hypothèses.
L'hypothèse doit être formulée de façon écrite, et jamais uniquement sous forme
graphique. L'hypothèse peut être formulée de manière générale, sous forme
d’effets attendus (effets principaux des variables, ou effets d’interaction), ou
encore sous forme de prédictions concrètes qu'on peut avancer pour chaque
condition expérimentale selon les valeurs existantes ou attribuées à une variable

NB : Les différentes parties de l’introduction générale ne doivent pas être


titrées. Elles sont séparées les unes des autres par des paragraphes.

La longueur de votre introduction doit être proportionnelle, en gros, à celle du


mémoire :
- 2 à 3 pages pour un rapport ou un mémoire de 30 à 60 pages,
- 4 à 5 pages pour un rapport ou un mémoire de 100 à 150 pages,
- 10 à 15 pages pour une thèse de 400 pages.

Méthodologie de recherche/Rédaction de mémoire


HAMENOU Kodzo Amenu 14
Hors de ces limites, demandez-vous si l’introduction a bien rempli son rôle.

A l'instar de l'ensemble de votre travail, votre introduction devra d’une manière


classique conjuguer les 8 points suivants:
1) Entame : Il s'agit d'accrocher l'attention. Cela pourra être une citation bien
choisie, un fait d'actualité, un exemple frappant, etc.
2) Le rappel du sujet : Il s'agit d'expliciter succinctement le titre.
3) Quelques grandes questions posées par le sujet : Ce sont les principales
auxquelles vous allez chercher à répondre.
4) La définition des termes ambigus du sujet.
5) L'intérêt du sujet.
6) La délimitation du sujet : ce que vous ne traiterez pas. Ce que l'on ne pourra
pas vous reprocher de ne pas avoir traité.
7) L'exposé de la problématique du sujet : C'est le " nœud du problème ". Il est
difficile de trouver une définition claire et opérationnelle de ce terme. Disons
que la problématique relève de la manière de poser le problème et que celle-ci
détermine amplement l'exposé de la solution.
8) L'annonce du plan.

Ainsi, à la fin de la lecture de votre introduction, le lecteur doit avoir compris


avec précision la question que vous avez l'intention d'aborder, le champ de vos
investigations, ce que vous ne traiterez pas et le déroulement de l'exposé.
Le mémoire de fin d’études est un travail d’initiation à la recherche qui nécessite
un apport personnel. Vous êtes donc amené à réaliser un travail de conception
et non une simple compilation. Ce travail doit vous permettre d’acquérir un
sens critique et un esprit de synthèse.

Méthodologie de recherche/Rédaction de mémoire


HAMENOU Kodzo Amenu 15
Attention, un travail de réflexion bien fait (revue d'une question particulièrement
bien référencée des connaissances et controverses dans un domaine d'intérêt
majeur) peut avoir sa place.

L’objet et l’introduction doivent être particulièrement soignés, puisqu'ils


constituent un "appât". En particulier, ils doivent susciter des questions ou
faire apparaître un paradoxe qui justifient la suite de l'écrit. Quand la
démarche scientifique l’a prévu, il faut indiquer à la fin de l’introduction les
hypothèses1 de travail. L'appât peut aussi être un "climat" particulier lié à l'étude
(terrain, paysage, etc.), mis en évidence par exemple dans une citation
préliminaire ou un avant-propos ! Il peut être profitable de compléter
l'introduction après le développement et la conclusion, c'est-à-dire une fois que
le rédacteur maîtrise parfaitement le sujet.
L'introduction s'écrit au présent quand on se réfère à l'état des connaissances, et
au passé quand on cite les résultats d’auteurs cités.

2.2 Méthodes et Matériels


Ici le rédacteur doit fournir tous les détails qui ont permis la recherche (site
d’étude, espèce étudiée, technique d'échantillonnage, dispositif et traitements
expérimentaux, techniques d'analyses statistiques, nomenclature, abréviations,
etc.), en faisant éventuellement une subdivision par aspect traité.

En fait, l'information devrait être suffisamment complète pour que n'importe


quel autre chercheur compétent puisse refaire la procédure. De la possibilité de
tester la reproductibilité de la recherche en question dépend la validité du
mémoire.

1
Attention ! Une hypothèse n’est pas une question, mais une affirmation qui devra être vérifiée de
façon adéquate dans le travail, par exemple par des tests statistiques valides. Par ailleurs, ne pas
confondre hypothèse et assomption, cette dernière notion faisant référence à un fait que l’on
accepte comme tel, sans vérification (par exemple une condition de base pour un test statistique).
Méthodologie de recherche/Rédaction de mémoire
HAMENOU Kodzo Amenu 16
Toutefois, pour des méthodes universellement connues, il est superflu d'en
donner la description détaillée; souvent le renvoi à une référence
bibliographique peut suffire, ce qui permet, en outre, de limiter la longueur du
texte et d'insister sur les parties plus originales.

Cette partie doit pouvoir répondre à la question COMMENT ?


Avec quels moyens vous comptez vérifier votre hypothèse ? Il faut expliquer en
détail comment vous avez mené votre étude. Il faut respecter l’ordre
chronologique de l’expérience.
Il est dès lors conseillé de rédiger cette section juste après l’expérimentation.
Cette partie comprend en général les 4 points suivants (certains thèmes de
mémoire n'auront pas les 4 points à traiter):

a. Les sujets (ou objets de mesure)


Qui sont-ils ?
Y avait-il une raison particulière pour se centrer sur cette population ?
Combien sont-ils ?
Comment ont-ils été sélectionnés ?
Certains se sont-ils désistés ou ont-ils été écartés ? Pourquoi ?
Ont-ils été payés ?
Ces renseignements sont tout à fait indispensables pour évaluer jusqu’à quel
point les résultats peuvent être généralisés. En plus de ces réponses, il faut
ajouter quelques renseignements anthropométriques : âge, taille, poids, sexe,…

b. Le matériel proprement dit


Liste des outils de mesure utilisés, leurs caractéristiques techniques en détail
ainsi que leur validation.

c. Le protocole (expérimental)
On décrit le déroulement de l’expérience étape par étape. Une bonne technique
consiste à considérer le lecteur comme un sujet, à lui faire découvrir pas à pas ce

Méthodologie de recherche/Rédaction de mémoire


HAMENOU Kodzo Amenu 17
à quoi les sujets ont été exposés, ce qu’ils ont ressenti. Décrire le déroulement
(avec dates et lieux) le plus précisément possible.

d. L’analyse des données et le traitement statistique


Décrire le matériel pour traiter les résultats : traitement mathématique,
(développement des formules, calculs pour arriver aux résultats présentés,…)

2. 3 Résultats
Ici le but est double: a) Présenter globalement ce qui a été fait, sans pour
autant répéter avec autant de précision l'aspect "matériel et méthodes" et b)
donner les résultats en décrivant les faits, sans les interpréter. Si le chapitre
"Matériel et méthodes" de même que le chapitre "Discussion" ont été rédigés
avec soin, la présentation des résultats ne nécessite pas un long chapitre.

Ces résultats doivent être présentés avec une clarté absolue puisqu'ils
constituent l'essence même du mémoire et de l'idée qu'il véhicule. Si les résultats
sont boiteux ou mal présentés, c'est tout le mémoire qui perd sa valeur. Il est p.
ex. inutile de publier une liste sans fin de données répétitives; le travail doit être
prédigéré pour le lecteur.

Vouloir inclure sans exception toutes les données récoltées ne prouve pas que
l'on dispose d'informations complètes mais montre plutôt l'absence de
discernement et d'esprit de synthèse dans l'interprétation des données.

En cas de grandes listes, relevés, etc., on peut renvoyer à des annexes ou


éventuellement à l'adresse de l'auteur, avec "mise à disposition" des données sur
demande. Ce chapitre peut être subdivisé en sous-chapitres, conformément à
l’organisation du texte sous Matériel et Méthodes (même chronologie).

Certes, il s'agit avant tout de mettre en valeur les résultats significatifs ou


positifs, éventuellement par un tableau ou un graphe, mais il peut aussi être
Méthodologie de recherche/Rédaction de mémoire
HAMENOU Kodzo Amenu 18
profitable de signaler les résultats non significatifs ou les aspects négatifs. Ne
dit-on pas "l'absence d'évidences ne signifie pas l'évidence d'absences". En
général, on n’utilise guère les références bibliographiques dans cette partie.

Les présentations graphiques (organigrammes, schémas "cybernétiques",


graphes, tableaux de synthèse) sont toujours préférables à des
développements verbaux, qu'ils remplacent ou complètent
avantageusement. Elles sont plus claires, plus synthétiques et plus rapides à lire
et à comprendre. On évitera toutefois de faire figurer la même information à la
fois dans une figure et dans un tableau.

Ces présentations graphiques ne doivent pas être confondues avec les


illustrations qui constituent en général de simples images venant agrémenter un
texte qui se suffit à lui-même. Celles-ci devraient être réduites au minimum dans
une publication scientifique.

Dans certains cas, cependant, des illustrations, même en couleurs, sont très
profitables (p.ex. une photographie satellite).

Ce chapitre doit être rédigé au passé. Parfois on utilise le présent quand on décrit
directement un tableau ou une figure, et le passé quand on se réfère à l’analyse
qui a été faite et aux résultats.

Cette partie doit pouvoir répondre à la question QUOI ?


On y présente un résumé des données collectées et les résultats statistiques
qu’elles ont permis d’obtenir. On décrit les résultats, on ne les discute pas
encore !!

ATTENTION, les tableaux et figures ne parlent pas d’eux-mêmes, ils doivent


être supportés par une légende simple et agréable à lire.

Méthodologie de recherche/Rédaction de mémoire


HAMENOU Kodzo Amenu 19
Cette partie du mémoire étant la plus rébarbative, vous veillerez à ne pas
l’encombrer de trop de résultats. Les résultats mineurs, non pertinents par
rapport aux hypothèses seront placés dans les annexes.

Avant de présenter les résultats, il est intéressant d’expliquer en quelques mots


dans quel ordre vous allez les donner. De manière générale, on commence
toujours par présenter les résultats les plus importants.
On les explique et ensuite, on présente les tableaux et figures qui s’y rapportent.
De cette façon, les lecteurs qui ne sont pas familiarisés avec les statistiques
peuvent éviter les chiffres tout en comprenant les résultats.

Quelques recommandations :
- Ne pas commencer directement à parler de chiffres, introduire d’abord le(s)
résultat(s).
- Toujours fournir le seuil de signification de vos résultats (pour prouver la
validité des résultats).
- Les tableaux ne doivent pas être utilisés à l’excès.
- Les tableaux doivent pouvoir être lus sans difficulté, ils doivent donc être
introduits par un titre clair et précis. Au sein du texte, vous pouvez prendre le
lecteur par la main et le guider à travers vos tableaux et figures (« comme il est
possible de constater dans la première colonne du tableau A, les … »).
- Chaque section dans la présentation des résultats doit être ponctuée d’un
résumé de ce qui a déjà été dit. Le lecteur n’a pas à revenir systématiquement en
arrière pour poursuivre sa lecture sans difficulté.

2. 4 Discussion
Elle constitue le corps de l'écrit et demande le plus long temps de travail et
l'effort de réflexion le plus intense avant d'aboutir à la conclusion. C’est dans la

Méthodologie de recherche/Rédaction de mémoire


HAMENOU Kodzo Amenu 20
discussion que se mesure l’originalité du travail, sa vraie dimension scientifique
et son caractère novateur.

Le rédacteur doit trier les faits et les résultats (les nombreux matériaux de
base) pour montrer leur signification. Par une analyse rigoureuse des données
et leur mise en relation, il pourra faire ressortir les grandes idées. Pour cela le
plan de rédaction, la structure, doivent impérativement être définis avant de se
lancer dans l’écriture, sinon le lecteur aura du mal à suivre les méandres
(détours) de la pensée de l'auteur.

Le passage d'une multitude de cas particuliers à un cas général se nomme


l'induction. Le rédacteur induit une idée générale à partir des observations
qu'il a effectuées. Ce faisant il conservera toujours à l'esprit le but de l'écrit. Il
est bien souvent avantageux de se reposer les questions de temps à autre, p. ex.
en retournant au texte de l’introduction, pour s'assurer qu'on cherche toujours les
bonnes réponses. A t- on vraiment fait ce qu’il fallait pour répondre aux
hypothèses annoncées ?

Le rédacteur doit aussi vérifier que toutes les données importantes dont il
disposait ont bien pris place dans les idées et que celles-ci ne trahissent pas les
résultats: la déduction (opération inverse de l'induction) des faits observés doit
aussi être possible ou compatible avec les idées retenues.

Vouloir dire davantage que ne le permettent les données risque de discréditer


l'ensemble du travail. Le cas échéant, le rédacteur doit indiquer les points
obscurs ou l'absence de conformité aux hypothèses. L'éthique professionnelle
exige que n'importe quel résultat soit interprété, même s'il ne correspond pas à
ce que l'on attendait.

D'ailleurs, n'est-ce pas dans cette situation qu'on a le plus de chance de mettre le
doigt sur une originalité?

Méthodologie de recherche/Rédaction de mémoire


HAMENOU Kodzo Amenu 21
Lors de l'interprétation, il est bon aussi de comparer les résultats avec ceux
d'autres auteurs ou de les placer dans un contexte plus général. C’est ici que les
références bibliographiques seront les plus utiles et les plus utilisées.

Le rédacteur veut convaincre. Un moyen pour cela consiste à placer les idées
par ordre d'importance, de façon à ce que leur enchaînement constitue une
démonstration. Cette façon de faire offre un double avantage: le terrain est
préparé progressivement pour les conclusions et, la dernière idée, la plus
importante, a le plus de chance de rester dans la mémoire du lecteur.

Mais il peut être tout aussi judicieux de présenter d'emblée l'idée maîtresse, puis
le cheminement qui y conduit. Pour éviter toute confusion, il est préférable de ne
pas inclure trop d'idées dans un seul écrit.

A l'intérieur de chaque partie consacrée à une idée, que l’on peut mettre en
évidence par des sous-titres, il est nécessaire de structurer le texte en sous-
parties. La première sous-partie énumère les faits. Ces faits sont ensuite soumis
à discussion dans la seconde sous-partie. La discussion aboutit à des conclusions
intermédiaires, formant la troisième sous-partie.

Dans la discussion, le rédacteur est amené à prendre position, à émettre des


nouvelles idées ou hypothèses. Entre les parties "idées" il faut une transition qui
légitime le passage d'une idée à l'autre. Elle fait naître, chez le lecteur, le besoin
d'aller plus avant. Si l'on ne parvient pas à lier certains éléments du plan par
transition simple et naturelle, c'est qu'il y a rupture dans la progression de la
pensée. L'erreur doit alors être recherchée et corrigée.

Ce chapitre doit être écrit tantôt au passé (allusions aux propres résultats et
lorsque l’on cite d’autres auteurs), tantôt au présent pour des faits déjà bien
établis et pour les idées qui sont avancées.

Méthodologie de recherche/Rédaction de mémoire


HAMENOU Kodzo Amenu 22
Cette section est destinée à discuter les implications des résultats que vous venez
d’exposer. En quoi les résultats répondent-ils à la question initiale ? Sont-ils en
accord avec l’hypothèse ?
Jusqu’ici, vous étiez limité aux faits. Il est temps de placer vos résultats dans une
perspective plus large.

La discussion doit constituer un miroir de l’introduction. Qu’est-ce qu’on a


appris depuis ?
L’hypothèse a-t-elle été infirmée ou confirmée ?

C’est également le moment de comparer vos résultats avec les données obtenues
par d’autres chercheurs (dans la littérature) avant vous, expliquer les différences
(s’il y en a).

S’il y a des résultats surprenants, vous pouvez vous pencher sur les éléments
méthodologiques susceptibles de les expliquer. Comment pourriez-vous
améliorer votre protocole ? Mentionner les limites de l’étude, de la méthode.

Si vos résultats donnent lieu à de nouvelles interrogations, essayez de suggérer


des pistes de recherches susceptibles d’y apporter réponses.

Proposition d'une structure de la Discussion :


- Rappel du (des) résultat(s) principal (aux) de l'étude (un paragraphe qui répond
à votre question)
- Comparaison des résultats avec la littérature
- Discussion des résultats
- Limites méthodologiques
- Conclusion

Méthodologie de recherche/Rédaction de mémoire


HAMENOU Kodzo Amenu 23
2. 5 Conclusion
La conclusion n'est pas le résumé de l'écrit, mais la fin. Elle récapitule d'abord
brièvement le cheminement de pensée et en particulier les conclusions
intermédiaires décrites dans le développement. Puis elle énumère les
propositions qu'en déduit l'auteur, constituant ainsi le terme de la
démonstration.

La conclusion ne peut faire référence à des idées dont il n'a pas été question dans
le développement. On ne saurait y trouver des faits nouveaux car la conclusion
n'est en principe pas une ouverture sur d'autres idées; pour cela il est préférable
d'ajouter un chapitre "Perspectives", comme on le fait souvent à la fin des
travaux de diplôme ou des thèses de doctorat (mais dans les publications, la
conclusion et les perspectives qui en dérivent sont souvent fusionnées).

La conclusion s'ouvre plutôt sur l'action et doit être formulée très clairement,
sous peine d'en diminuer l'impact. La conclusion doit être rédigée au présent.

Elle est aussi importante que l’introduction. Elle donne la dernière impression au
lecteur du mémoire, l'image finale qui influencera "fortement" le jury dans son
évaluation. En aucun cas, elle ne devra laisser le lecteur sur une impression
d’inachevé !

En règle générale, la conclusion comprend les éléments suivants :


- un rappel de la problématique ou de la question centrale
- les principaux résultats de l’étude
- les apports théoriques de l’étude
- les limites de la recherche au niveau théorique, empirique et méthodologique
- les voies futures de recherche (ouvrir le débat sur une question plus large)
Attention, la conclusion doit être très synthétique.

Méthodologie de recherche/Rédaction de mémoire


HAMENOU Kodzo Amenu 24
2. 6 Bibliographie
Tout d’abord, lorsqu’il y a des références dans le texte, elles s’inscrivent entre
parenthèses :
- Si un seul auteur :
(Nom de l’auteur, année de publication)
Exemple : (Martinez, 1993)
- Si deux auteurs :
(Nom du 1er auteur et Nom du 2 ème auteur, année de publication)
Exemple : (Belli et Borrani, 1999)
- Si plus de deux auteurs :
(Nom du 1er auteur et al., année de publication)
Exemple : (Schmidt et al., 2003)

Ensuite, après la conclusion, toute une section (bibliographie) reprend tous les
livres et articles qui ont été cités dans le corps du texte (liste des références
complètes des travaux mentionnés dans le mémoire). Vous veillerez à chaque
fois d’utiliser le même format.
Les références peuvent être regroupées en trois parties distinctes :
- les ouvrages
- les articles
- les sites internet

2. 7 Annexes
Les annexes doivent être précédées d’un plan des annexes. Elles font l’objet
d’une pagination à part et doivent être numérotées en chiffres romains en
majuscule (I, II, III, IV,…).

On y place les copies du matériel utilisé dans l’expérience, trop volumineux


pour être inclus dans le corps du texte : questionnaire, images, résultats
Méthodologie de recherche/Rédaction de mémoire
HAMENOU Kodzo Amenu 25
périphériques ou trop détaillés. Mais il ne doit y avoir que les informations
pertinentes, ciblées et nécessaires à la compréhension du travail.

Il est très important d’inclure tous vos résultats. Cela permet à votre directeur,
par exemple, de déterminer si vous avez utilisé les analyses statistiques qui
s’imposaient.

2. 8 Résumé et mots clés (français et anglais)


Il s’agit d’un très bref résumé (entre 150 et 250 mots) de l’article permettant au
lecteur de décider si son contenu l’intéresse. Il est assez difficile à écrire car il
doit être très condensé, il est donc conseillé de l’écrire en tout dernier lieu quand
vous avez une idée claire de ce que contient votre travail. Le résumé est placé en
général dans le quatrième de couverture (sur la page de reliure au dos du
mémoire).

A la suite du résumé, faire une liste des différents mots-clés de l’étude.


Le résumé et mots clés se font en français et anglais.

Méthodologie de recherche/Rédaction de mémoire


HAMENOU Kodzo Amenu 26
III. Présentation du mémoire (forme)

3. 1 Dactylographie
Les normes de dactylographie suivantes doivent être respectées :
- marge de droite : 5cm
- marge de gauche : 2,5 cm
- haut et bas de page : 2,5 cm
- police de caractère : Times New Roman ou caractère de même taille
- taille des caractères pour le corps du texte : 12 points
- taille de caractère pour les notes en bas de page : 10 points
- interligne : 1,5 cm
- impression : recto ou recto verso selon les consignes de l’administration.
- pas de ligne seule (isolée du reste du paragraphe) en début ou en fin de page.
- Format du texte : Justifier (et non Aligné à gauche)

3. 2 Présentation
Les différentes parties du mémoire doivent respecter l’ordre suivant :
- Page de couverture
- Dédicaces, s’il y a lieu !
- Remerciements, s’il y a lieu !
- Table des matières
- Listes des tableaux et des figures (avec indication des pages)
- Abréviations, termes à définir
- Introduction
- Développement (méthode, résultats, discussion)
- Conclusion
- Bibliographie (ouvrages, articles, site internet (sources non vérifiées))
- Table des matières des annexes
- Annexes
- Résumé et mots clés (à placer sur la page de reliure au dos du mémoire)

Méthodologie de recherche/Rédaction de mémoire


HAMENOU Kodzo Amenu 27
Sur la première page du mémoire doivent figurer :
- le titre du mémoire
- le nom de l’étudiante
- le nom du directeur/trice
- l'intitulé du diplôme visé (Licence/Master)
- la session de l’examen (mois, année)

- La pagination :
La pagination commence à partir de la première page de l’introduction. Les
pages de garde, de titre, les dédicaces, les remerciements, la table des matières,
la liste des schémas et des tableaux doivent faire l’objet d’une pagination à part
en chiffres romains en minuscules (i, ii, iii, iv, etc.). Les annexes peuvent
également faire l’objet d’une pagination à part en chiffres romains en
majuscules (I, II, III, IV, etc.).

Il y a donc 3 paginations :
- les pages qui précèdent l’introduction
- de l’introduction jusqu’à la bibliographie
- les annexes
- Les chapitres doivent toujours commencer dans une nouvelle page.
- Pas de ligne seule (isolée du reste du paragraphe) en début ou fin de page
- Les schémas et les tableaux doivent être numérotés et avoir un titre.

Lorsqu’ils sont empruntés à la littérature, la source doit être indiquée juste après.
Une liste des tableaux et des figures doit être dressée si ceux-ci sont
suffisamment nombreux.
- Présentation d’une page de mémoire :
Mettre en mode « Justifier » (texte aligné à gauche et à droite)

Méthodologie de recherche/Rédaction de mémoire


HAMENOU Kodzo Amenu 28
En-tête : titre du chapitre (taille des caractères = 10)
Pied de page : numéro de page (taille des caractères = 10)

3. 3 Dépôt
Veuillez-vous référer au document officiel pour tous ces renseignements d'ordre
administratif.

Méthodologie de recherche/Rédaction de mémoire


HAMENOU Kodzo Amenu 29
IV. La soutenance

4. 1 A quoi sert la soutenance ?


La soutenance consiste à se présenter, présenter son travail et répondre aux
questions des membres du jury.
Pour le candidat, il doit:
- Mettre en valeur son travail de recherche
- Mettre en valeur les connaissances acquises pendant ses 3 ou 4 ans d’études.
Pour le jury, il doit :
- Evaluer le travail du candidat ainsi que ses compétences
- Mieux comprendre certains points présentés dans le mémoire
- Evaluer l’aptitude du candidat à exposer clairement ses idées et à répondre aux
questions posées

Lors d’une soutenance, les compétences évaluées sont:


- rigueur
- souci de qualité
- dynamisme
- initiative
- originalité
- planification
- qualités de communication
- connaissances et maitrise du sujet

4. 2 Présenter son travail


La présentation orale dure entre 15 et 20 minutes!
La première chose à faire est d’exposer le plan de la présentation orale. Pour
cela, il est conseillé de le faire sur une diapositive indépendante (ou écrit sur le
tableau) de manière à ce qu’il puisse être projeté pendant toute la durée de la
soutenance (sert de point de repère pour le jury).

Méthodologie de recherche/Rédaction de mémoire


HAMENOU Kodzo Amenu 30
Ensuite, de la même façon qu’à l’écrit, on retrouve une brève introduction avec
l’exposé du sujet et l’intérêt du sujet (petite revue de la littérature si nécessaire),
la méthodologie, les principaux résultats, la discussion et une conclusion.

Quelques petits conseils :


a) Il faut bien préparer la soutenance. Elle est tout aussi importante dans
l’évaluation du candidat que le mémoire lui-même.

b) Il est vivement recommandé de rédiger à l’avance le plan d’intervention, en


insistant sur la manière de commencer le discours et la manière de le conclure.

c) Attention au débit de parole (inutile de parler trop vite, on ne comprend rien


et cela peut vite être monotone, de plus les membres du jury prennent en général
des notes et/ou essaient de retrouver dans le texte ce que vous êtes en train de
dire), au langage utilisé, et éviter les expressions familières, ainsi que les
apocopes (ex. : compta. pour comptabilité, anato pour anatomie,…).

4. 3 Répondre aux questions


Les membres du jury vont vous poser des questions pour vous amener à
expliquer vos choix, à justifier telle ou telle des explications que vous
fournissez, à revenir sur le texte lui-même (page x, vous avez écrit que…).
Attention, tout ce que vous avez écrit dans votre mémoire doit pouvoir être
expliqué et justifié. Si vous avez jugé bon de citer un article, un auteur, c’est que
l’on peut supposer que vous y avez trouvé un intérêt. Il ne faut dès lors pas
essayer de s’échapper en disant que c’est la pensée d’un autre.

Il est important de savoir écouter le jury, afin de bien comprendre les questions
posées, et de prendre le temps de la réflexion. En cas d’incompréhension,
l’étudiant peut reformuler la question pour être sûr de bien répondre.
Méthodologie de recherche/Rédaction de mémoire
HAMENOU Kodzo Amenu 31
Attention, certains étudiants peuvent être tentés de répondre à côté de la
question lorsque celle-ci les embarrasse. Mais les membres du jury ne sont pas
dupes, même s’ils ne disent rien. Il faut rester honnête. Il ne faut pas faire
semblant de connaître une information, une théorie,… Mieux vaut dire
simplement que l’on ne sait pas. Dites-vous que le jury n’est pas là pour vous
déstabiliser, mais pour estimer si vous avez le niveau de connaissance suffisant
pour l’acceptation de votre mémoire. Rappelez-vous qu’on ne peut pas tout
connaître !

Mots clés : Le sujet, la question centrale ou problématique, l’introduction, le


plan du mémoire, résumé, mots clés, les méthodes, la conclusion, les annexes, la
bibliographie, la table des matières, taille du mémoire, mise en page, familles de
polices, tailles et styles de polices, espacements, pagination, notes de bas de
page, règles de présentation du mémoire, les flottants, tableaux, figures,
glossaire méthode, résultats, discussion, conclusion.

Méthodologie de recherche/Rédaction de mémoire


HAMENOU Kodzo Amenu 32
Module II
Technique de collecte des données : Questionnaires -
Entretiens - Observations -Technique d’échantillonnage

Méthodologie de recherche/Rédaction de mémoire


HAMENOU Kodzo Amenu 33
I. Elaboration et conception d’un questionnaire

1. 1-Définition d'un questionnaire

Le questionnaire est un instrument d'enregistrement et de stockage de


l'information. Il permet d'établir une communication entre les quatre
intervenants principaux de l'enquête : clients, chargé d'étude, enquêté et/ou
interviewé.

1. 2-Les étapes d'élaboration d'un questionnaire

L'élaboration du questionnaire dépend de plusieurs contraintes, en particulier


de :

· L'objet de l'enquête et de l'ensemble des informations à recueillir ;

· La méthode de recueil de l'information ;

· La nature et l'importance des moyens mis à la disposition (délai, budget)

1. 3- Les méthodes de collectes d'information

L'enquête par sondage est utilisée comme moyen de recueil d'information. La


validité d'une enquête dépend non seulement de l'échantillon mais aussi de la
méthode d'administration du questionnaire, ainsi dans les enquêtes par sondage,
quatre méthodes de recueil d'information peuvent être utilisées :

Ø L'entretien face à face ;

Ø La correspondance ;

Ø L'entretien téléphonique ;

Ø La télématique (Internet, minitel, etc.).

Alors on distingue deux méthodes d'administration de questionnaire :

Méthodologie de recherche/Rédaction de mémoire


HAMENOU Kodzo Amenu 34
Ø auto administrée ;

Ø présent par enquêteur.

1. 3. 1. Enquête face à face :

Les interviews face à face peuvent avoir lieu au domicile de l'intéressé, dans son
bureau, dans la rue et les lieux publics, il est obligé dans ce cas de préparer un
questionnaire court avec des questions brèves et fermées.

Ce type d'enquête permet d'avoir un contact direct entre l'enquêteur et l'enquêté,


il est potentiellement le plus intéressant et le plus efficace pour la qualité et
quantité d'information que l'on peut recueillir.

1. 3. 2. L'enquête par téléphone :

Elle consiste à appeler par téléphone l'ensemble des personnes qui composent
l'échantillon ; cependant cette méthode d'enquête est utilisée lorsque la
population concernée par l'enquête est équipée de téléphone.

1. 3. 3. L'enquête télématique :

Avec le développement des moyens de communication, le questionnaire devient


virtuel, la collecte d'information se réalise par le minitel ou un réseau
informatique (Internet, intranet…)

1. 3. 4. L'enquête par correspondance :

Le questionnaire est envoyé au répondant par voie postale, accompagné d'une


lettre pré affranchie ; et d'une notice expliquant l'objet de l'enquête, ce type
d'enquête a des inconvénients qui sont de plusieurs raisons :

1. Absence de base de sondage de la population d'étude ;

Méthodologie de recherche/Rédaction de mémoire


HAMENOU Kodzo Amenu 35
2. Cette méthode est caractérisé par un taux de retour des réponses très faibles,
est peut durer donc très long temps ;

3. Il n'est pas sûr que les personnes concernées par l'enquête sachant lire, de plus
l'interprétation des questions peut introduire un biais ;

4. Elle n'offre aucun moyen pour vérifier les réponses.

1. 4 - Typologie des questions utilisées dans le questionnaire :

Le modèle habituel des questions dans un formulaire est la question fermée. Elle
peut n'offrir que des choix de réponse ou un choix plus vaste. Dans ce dernier
cas, déverses façons possibles de répondre peuvent être proposées. A l'occasion,
on peut utiliser aussi le modèle de la question ouverte.

1. 4-1. La question fermée :

C'est une question qui oblige l'enquêté à effectuer un choix parmi un certain
nombre de réponses possibles fournies. On peut distinguer deux sorts de
question fermée : la question dichotomique et la question à choix multiple

1. 4-1-1. La question dichotomique :

C'est celle qui oblige l'enquêté à choser entre deux réponses, entre vrai et faux
ou oui et non.

1. 4-1-2. La question à choix multiple :

C'est celle qui offre un éventail de réponse possible à l'enquêté.

On peut on distingue trois variantes principales :

Méthodologie de recherche/Rédaction de mémoire


HAMENOU Kodzo Amenu 36
1. 4-1-2-1. La question à choix multiple et à une seule réponse :

Comme on ne peut pas prévoir toutes les réponses possibles, il faut toujours
ajouter une rubrique « autre à préciser » pour s'assure que chaque enquêté aura
une possibilité de choix.

1. 4-1-2-2. La question à choix multiple et à plusieurs réponses permises :

Quand une question permet plusieurs réponses, on l'indique entre parenthèses,


car c'est habituellement une exception dans un questionnaire (l'enquêté doit être
informé).

1. 4-1-2-3. La question à énumération d'items :

Ce genre de questions demande à l'enquêté d'évaluer chacun des items d'une


série ou de les classer les uns par rapport aux autres.

Exemple :

Parmi les capacités suivantes de travail policier, les quelles vous semblent
propre à l'homme, propre à la femme ou propre aux deux ?

A l'homme A la femme Aux deux

1- capacité de rédiger un rapport

2- capacité de travailler

3- capacité d'arrêter un suspect

4- capacité de contrôler ses émotions

Méthodologie de recherche/Rédaction de mémoire


HAMENOU Kodzo Amenu 37
1. 4-1-2-4. La question à énumération d'items pour le classement :

Exemple :

Quelle impotence accordez-vous aux valeurs suivent ? (numérotez-les de 1 à 5


dans la case appropriée, 1 la valeur la plus importante et 5 la valeur la moins
importante.)

Religions-Familles-Travail-Argents-Sécurité

On peut être amené à élaborer des questions a énumération d'items lorsque l’on
a décidé de construire un indice, ou plus précisément, une échelle.

1. 4-1-2-5. La forme des questions


N.B : En statistique, on désigne couramment les questions ouvertes et les
questions fermées. Pour les questions fermées, l'individu choisit sa réponse
(modalité de réponse) dans une liste pré-établie (éventuellement Oui / Non).

Pour les questions ouvertes, l'individu répond comme il le désire (formulations,


détails, commentaires). La difficulté pour l'enquêteur est de noter intégralement
ce que l'enquêté dit.
La seconde difficulté de la question ouverte est le recodage des réponses
données, qui nécessite la construction de catégories de réponses afin d'effectuer
des statistiques.

Cas des échelles de réponse


Il existe deux types d’échelles de recueil des opinions qui peuvent être
 les échelles sémantiques : des mots
 les échelles mathématiques : des notes
Exemple d’échelle sémantique :

Que pensez-vous de la qualité de nos produits ?

Méthodologie de recherche/Rédaction de mémoire


HAMENOU Kodzo Amenu 38
Excellent Très bien Bien Mauvais Très

1. 4-2. La question ouverte :

Elle peut être utilisée dans un questionnaire, mais de façon limitée. Ce modèle
n'impose aucune contrainte à l'enquêté quant à l'élaboration de sa réponse. On
peut en distinguer deux variantes :

1. 4-2-1. La question ouverte à réponse élaborée :

Par exemple : donnez les principales qualités d'un esprit scientifique ?

1. 4-2-2. La question ouverte à réponse courte :

C'est le cas d'une question qui demande à l'enquêté de préciser un fait ou


d'indiquer une de ses particularités sans proposer de réponses.

Exemple :

Quel genre de musique vous plait le plus ?

1.5. Structure du questionnaire :

En général on trouve :
 les questions d'identification en fin de questionnaire, sauf si elles sont
nécessaires pour filtrer dans le corps du questionnaire. Par exemple si le
thème est "les habitudes de jardinage", il est bon de distinguer dès le départ le
type de logement de la personne. Pour ne pas braquer et intimider la
personne, on pose donc les questions d'identification à la fin.
 des questions simples au début, pour mettre en confiance
 les questions délicates sont au cœur du questionnaire pour éviter un refus en
début ou un relâchement en fin de questionnaire
 les questions difficiles alternent avec les questions faciles, pour détendre et
distraire l'attention

Méthodologie de recherche/Rédaction de mémoire


HAMENOU Kodzo Amenu 39
 les questions sont regroupées par thème
 les questions vont du thème général au thème particulier
 des questions identiques présentées sous des formes différentes sous placées à
des endroits différents pour vérifier la cohérence des réponses et piéger les
fantaisistes
 les transitions sont faites sous forme de questions ou sous forme de texte

1.6. La formulation des questions :


ETRE CLAIRE, SIMPLE ET PRECISE DANS LA FORMULATION DES QUESTIONS

Exemple :
 "Jouez-vous beaucoup au tennis?" : trop vague, trop général
 "Combien d'heures de tennis pratiquez- vous par semaine" : c'est déjà beaucoup
mieux
 "Ne pensez-vous pas que les adultes ne font pas assez de marche à pied" : ce
n’est pas clair, il y a une double négation
 "Avez-vous des enfants, quel âge a l'aîné" : il y a une double interrogation!
LES MOTS DOIVENT AVOIR LE MEME SENS POUR TOUT LE MONDE.

Exemple :
 le merchandising pour un vrai mercaticien est l'ensemble des actions
commerciales qui permettent de définir un assortiment, un aménagement, une
méthode et des techniques de vente adaptés aux besoins de la clientèle.
 Pour un journaliste qui connaît rien sur tout et tout sur rien, le merchandising
sera par exemple les produits dérivés du club de football marseillais (écharpes,
pins, casquettes...)
PAS DE MOTS TECHNIQUES

Exemple : "connaissez-vous votre propension à épargner en période de tension


inflationniste?" "êtes-vous pour la monnaie unique ou pour la parité fluctuante des
monnaies fédérales?"
ATTIRER L'ATTENTION DE LA PERSONNE

Méthodologie de recherche/Rédaction de mémoire


HAMENOU Kodzo Amenu 40
Exemple :
 "Quelle est votre marque de dentifrice favorite" : ici on enlève la liberté d'avoir
une marque préférée ou non
 "Avez-vous une marque de dentifrice favorite" : on laisse la liberté d'avoir cette
marque...

EVITER LES QUESTION MAL POSEES

Exemple (à la manière de Philippe Vandel )


"trouvez-vous normal que l'on ait 5 doigts à nos mains alors qu'on en a 10 aux
pieds?"
LES QUESTIONS DOIVENT ENTRAINER DES REPONSES NON BIAISEES.

La mémoire : "quand avez-vous acheté pour la dernière fois le produit X" : réponse
facile si X est une voiture, un CD, mais pour le poivre? Un stylo bille? La personne
risque de ne pas répondre ou de répondre n'importe quoi.
Les désirs. "Désiriez-vous achetez une Golf TDI 110 cv" La personne répondra oui,
elle exprime son désir mais pas son intention d'achat
Le prestige. "Lisez-vous souvent" la personne répondra oui pour se mettre en avant,
elle peut tout a fait cacher son désintérêt total pour la lecture
Le milieu social, l'éducation. Certaine réponses sont dictées par le milieu social, en
fait, les individus répondent à la question : "que devriez-vous faire, penser..."
Les questions doivent être objectives On ne dira pas "vous l’avez-vous bien les
dents trois fois par jour?" car on ne peut répondre que oui.

Méthodologie de recherche/Rédaction de mémoire


HAMENOU Kodzo Amenu 41
II. Les entretiens

• L’entretien est un des moyens d’une recherche consistant en une technique


d’interrogation avec un but.
• L’entretien vise à faire verbaliser. Il s’agit d’une rencontre interpersonnelle
dans une situation sociale donnée telle que soit impliquée la présence d’un
professionnel (interviewer) et d’une personne
• On peut catégoriser les entretiens en fonction
De la forme d’interrogation
Des supports à partir desquels on réalise l’entretien
Des productions enregistrées

Les buts possibles


Quelles informations le chercheur cherche-t-il à obtenir?

Selon le but, il s’agira de faire des entretiens nécessitant la mise en œuvre de :


 Connaissances (disciplinaires, langagières, etc.),
 Stratégies,
 Raisonnement,
 Pratiques,
 Savoir-faire,
…
 Les formes d’interrogation
 Directifs
◦ Guide d’entretien
◦ Questions standardisées
◦ Ordre de progression imposé (Approfondir un thème connu :
quantitatif)
 Semi-directifs
◦ Schéma d’entretien
◦ Consigne de départ et grille de thèmes à aborder.
◦ Pas d’ordre imposé (compléter des résultats : qualitatif)
 Non-directif
◦ Seule contrainte : la consigne thématique de départ
◦ Suit la logique propre de l’interviewé
◦ Empathie, acceptation inconditionnelle
Méthodologie de recherche/Rédaction de mémoire
HAMENOU Kodzo Amenu 42
Définir, préciser une recherche (qualitative)

Selon Gramitz, 1993," L'entretien déclenche une série d'interactions entre


l'enquêteur et l'enquêté. Non seulement l'idée que chacun a de l'autre intervient,
mais aussi ce que chacun pense que l'autre va penser de lui. L'enquêteur doit être
poli, rassurant, sympathique, pour donner une impression favorable dès le
premier instant et ensuite à la fois stimuler, susciter l'intérêt de l'enquêté et le
rassurer "

Exemple d’entretien non directif : (Tiberghien A. et al. 1977)


 On part de la question « Qu’est-ce que la lumière pour toi ? »
 Et on laisse parler les enfants en les relançant sur leurs propres termes, en
ne donnant aucune nouvelle information. Ainsi, la grande majorité des
END suite à cette question générale commencent par une phrase du type :
« la lumière ça éclaire » ou « ça sert à éclairer », ou « c’est une ampoule
qui éclaire ».
◦ Techniques de relance:
 hum, etc
 Reprendre des propositions faites (sans changer les termes, la
syntaxe,..)
 Reposer la question initiale
 L’entretien d’explicitation (P. Vermersch)

L'entretien d’explication est une technique d’aide à la verbalisation. Son


utilisation se situe a posteriori, une fois que l’activité qui fera l’objet de
l’explication a eu lieu. Son objectif est de guider le sujet dans la verbalisation
précise du déroulement de sa conduite, c’est-à-dire de ses actions matérielles
et/ou mentales.
◦ Permettre le récit d’un sujet à propos d’actions qu’il a faites à un
moment donné, repéré dans le temps et dans l’espace.
◦ Référence à une situation particulière d’action et non aux situations
génériques.
◦ Réduire au maximum les interprétations du sujet sur son action et donc
placer le sujet en situation d’évocation de la tâche.

 L’entretien d'auto confrontation (Theureau)


 Entretien entre un acteur et un chercheur
L'entretien d'auto confrontation ainsi conçu constitue un moyen détourné de

Méthodologie de recherche/Rédaction de mémoire


HAMENOU Kodzo Amenu 43
documenter
• L'expérience ou
• La conscience pré-réflexive ou
• La compréhension immédiate du vécu de l'acteur à chaque instant de son
activité
 Auto-confrontation simple: sujet / chercheur / images. Enregistrement des
commentaires du sujet adressés au chercheur, lorsqu’il est confronté aux images
de sa propre activité
 Auto-confrontation croisée: deux sujets / chercheur / images du collègue.
Enregistrements des commentaires adressés par l'un des deux sujets à son
collègue, en présence du chercheur, lorsqu’il qu'il est confronté à
l'enregistrement du travail de son collègue

III. L’observation
 Être sur place parmi les personnes observées et s’adapter à ce milieu ;
 Observer le déroulement ordinaire des événements de la situation ;
 Enregistrer ceux-ci en prenant des notes ou autre moyen (magnétophone,
caméscope)
 Interpréter ce qu’il a observé phénomènes et interactions dans une séance
d’enseignement

 Différents types d’observation


 L’observation directe

◦ Observateur = témoin des comportements des individus ou de groupes


dans leurs lieux habituels sans en modifier le déroulement ordinaire de
la situation.
 L’observation de situation construite
◦ L’observateur examine le comportement des personnes dans des
situations qu’il a conçues (ingénierie didactique).

IV. Technique de choix d’échantillon

 Recensement / Echantillonnage :

Méthodologie de recherche/Rédaction de mémoire


HAMENOU Kodzo Amenu 44
Recensement : Tous les sujets de
la population sont « examinés »
Echantillonnage : Une partie des
sujets de la population sont « examinés »
- Plusieurs échantillons peuvent être
constitués
- L’échantillon en lui-même n’est pas
intéressant, ce sont les conclusions sur la
population que l’on peut tirer de son
observation qui en font l’intérêt :
Inférence

Introduction

Étapes pour sélectionner un échantillon


 Établir les objectifs de l’enquête

◦ Évaluer les avantages et les inconvénients d’un recensement par rapport


à un échantillon ou l’utilisation de dossiers administratifs

Étapes pour sélectionner un échantillon


 Définir la population cible

◦ C’est la population totale pour laquelle on a besoin de l’information


◦ Il faut définir les unités qui composent la population sous forme de
caractéristiques les identifiant :
Nature des données dont on a besoin : sur des personnes, des
hôpitaux…
Emplacement géographique : périmètre géographique (région,
canton…)
Période de référence : Date
Autres caractéristiques dont on veut pouvoir tenir compte :
caractéristiques sociodémographiques par exemple

 Déterminer les données à recueillir :


◦ Définition des termes
◦ Libellé des questions

Méthodologie de recherche/Rédaction de mémoire


HAMENOU Kodzo Amenu 45
◦ Définitions des méthodes de mesures
◦ S’assurer que les exigences de l’enquête seront respectées sur le plan
opérationnel
 Fixer le degré de précision
◦ Il y a un degré d’incertitude associé aux estimations établies à partir
d’un échantillon qui dépend notamment de la méthode
d’échantillonnage et de la taille de l’échantillon
Quel degré peut-on accepter ?
◦ Il faut établir un compromis entre le degré d’incertitude et le budget
disponible pour l’enquête

 La population observée
 La population cible est définie à partir des éléments précédant
 L’enquête prend en compte une population différente : la population
observée :

◦ Certains membres de la population cible ne sont pas observés par


exemple du fait du coût de la collecte des données
 Les conclusions ne s’appliqueront qu’à la population réellement observée

 La base de sondage
 Permet d’avoir accès à la population
 Deux types

Les nomenclatures Les bases aléatoires


Liste de noms et d’adresses qui
donnent directement accès à des Liste de « régions » qui donnent accès
indirectement à des unités
unités
Exemple : Exemple :
• Liste d’hôpitaux
• Liste des étudiants Quartier d’une ville
inscrits en médecine
Service d’un hôpital
• Registre des entrées

 Doit être complète et à jour


 Aucun membre de la population observée ne devrait en être exclu ni y être
représenté plusieurs fois
 Aucune unité ne faisant pas partie de la population ne doit y figurer
(décédé…)
Méthodologie de recherche/Rédaction de mémoire
HAMENOU Kodzo Amenu 46
 Les unités d’enquête
 L’unité d’échantillonnage

◦ Fait partie de la base de sondage

◦ Peut être ou non sélectionnée


 L’unité déclarante

◦ Fournit l’information qu’exige l’enquête


 L’unité d’analyse ou de référence

◦ C’est l’unité au sujet de laquelle l’information est fournie

Exemple
 Enquête sur les nouveau-nés

◦ Unité d’échantillonnage :
Ménage
◦ Unité déclarante
L’un des deux parents ou le tuteur
◦ Unité d’analyse
Le nouveau-né
 La taille de l’échantillon
 Est souvent un compromis entre le degré de précision à atteindre et le
budget de l’enquête mais aussi d’autres contraintes opérationnelles comme
le temps disponible
 Repose notamment sur :

◦ La variabilité des caractéristiques que l’on mesure

◦ La taille de la population

◦ Les méthodes d’échantillonnage et d’estimation

Méthodologie de recherche/Rédaction de mémoire


HAMENOU Kodzo Amenu 47
 Les approches pour construire un échantillon

Méthodes aléatoires
Méthodes non aléatoires
(Probabiliste) (Non probabiliste)
Chaque unité a une chance que l’on peut
quantifier d’être sélectionnée

 Les méthodes aléatoires


 L’échantillon aléatoire simple
 L’échantillonnage systématique
 L’échantillonnage avec une probabilité proportionnelle à la taille
 L’échantillonnage stratifié
 L’échantillonnage en grappes
 L’échantillonnage à plusieurs degrés
 L’échantillonnage à plusieurs phases

 L’échantillonnage aléatoire simple


 Consiste à choisir des individus de telle sorte que chaque membre de la
population a une chance égale de figurer dans l’échantillon.
 Ce choix peut se faire avec remise ou sans remise :

◦ Avec remise, un individu peut être choisi plusieurs fois

◦ Sans remise, un individu déjà choisi ne peut l’être de nouveau. C’est


le cas habituel.

 L’échantillonnage aléatoire simple


 Avantage de cette méthode : On peut espérer un échantillon
«représentatif » puisque la méthode donne à chaque individu de la
population une chance égale.

 Difficultés : la méthode n’est applicable que lorsqu’il existe une liste


exhaustive de toute la population.

Comment procéder ?
 A- Procédure générale
1. On numérote tous les individus de la liste correspondant aux

Méthodologie de recherche/Rédaction de mémoire


HAMENOU Kodzo Amenu 48
individus de la population avec des nombres comportant un
même nombre de chiffres.
2. En utilisant une table de nombres aléatoires, une calculatrice ou un
programme informatique, on obtient des nombres aléatoires
comportant le nombre de chiffres désiré.
3. On sélectionne les nombres qui coïncident avec la liste. On rejette
les nombres qui ne coïncident pas avec la liste ou qui se répètent,
on s’arrête après avoir sélectionné n individus
 (n représentant le nombre d’individus souhaités dans
l’échantillon).
 Avec Excel
◦ Première colonne : identifie avec un nombre chaque individu de la liste
de référence.
◦ Deuxième colonne : = alea (….)
◦ Recopier les deux colonnes en valeur à la même place.
◦ Trier les deux colonnes en fonction de l’ordre croissant (ou décroissant)
de la deuxième colonne.
◦ Retenir les n premiers individus dans la colonne 1

 Application:
◦Choisir au hasard un échantillon de 10 personnes parmi les individus
numérotés de 100 à 199 d’une population de 100 individus
Combien peut-on réaliser d’échantillon ?
 Si l’on note n la taille de l’échantillon et N la taille de la population.

 Avec remise : Nn
N!
 Sans remise : C Nn 
n!( N  n)!

 L’échantillonnage systématique
 L’échantillonnage systématique est une méthode qui exige aussi
l’existence d’une liste de la population où chaque individu est numéroté de
1 jusqu’à N.
 Notons n, le nombre d’individus que doit comporter l’échantillon (la taille
de l’échantillon). L’entier voisin de N/n sera noté r et appelé raison de
Méthodologie de recherche/Rédaction de mémoire
HAMENOU Kodzo Amenu 49
sondage ou pas de sondage.
 Pour constituer l’échantillon il faut :

◦ Choisir au hasard un entier naturel d entre 1 et r (cet entier sera le point


de départ),
 L’individu dont le numéro correspond à d est le premier
individu,

◦ Pour sélectionner les autres, il suffit d’ajouter à d la raison de sondage :


les individus choisis seront alors ceux dont les numéros correspondent
à
 d+r
 d + 2r
 d + 3r
 etc.
 Avantages : facile à sélectionner parce qu’un seul individu est choisi au
hasard.
 On peut obtenir une bonne précision parce que la méthode permet de
répartir l’échantillon dans l’ensemble de la liste.
 Désavantages : Les données peuvent être biaisées à cause de la périodicité.

 Application : Étudier les déplacements par autobus sur 365 jours en


prenant un échantillon de taille 60. (N=365 jours et n=60).
 Remarques
◦ On a une population de 400 individus, on veut un échantillon de 100
individus
R = 4
On a donc que 4 échantillons possibles
 1, 5, 9, …. 397
 2, 6, 10, … 398
 3, 7, 11, ….399
 4, 8, 12, … 400
◦ Si la population est distribuée au hasard dans la base de sondage, un
échantillonnage systématique donnera des résultats similaires à ceux
d’un échantillonnage aléatoire simple
◦ Cette méthode est très utilisée dans les contrôles de qualité

Méthodologie de recherche/Rédaction de mémoire


HAMENOU Kodzo Amenu 50
 L’échantillonnage avec une probabilité proportionnelle à la taille

 Si la base de sondage renferme de l’information sur la taille de chaque


unité (comme le nombre de médecins d’un hôpital) et si la taille des unités
varie, on peut utiliser cette information pour accroître l’efficacité de
l’échantillonnage.
 Plus la taille de l’unité est grande, plus sa chance d’être incluse dans
l’échantillon est élevée

 L’échantillonnage stratifié
 Démarche de sélection :

◦ 1. On subdivise la population en strates (groupes relativement


homogènes) qui sont mutuellement exclusives

◦ 2. Proportionnellement à son importance dans la population, on calcule


combien il faut d’individus au sein de l’échantillon pour représenter
chaque strate.

◦ 3. Dans chacune des strates, on choisit au hasard le nombre nécessaire


d’individus
 Les variables de starification doivent être :
◦ Simple à utiliser
◦ Facile à observer
◦ Étroitement reliées au thème de l’enquête

 Avantages : Il est peu probable de choisir un échantillon absurde


puisqu’on s’assure de la présence proportionnelle de tous les divers sous-
groupes composant la population.

 Désavantages : La méthode suppose l’existence d’une liste de la


population. Il faut aussi connaître comment cette population se répartit
selon certaines strates.

Exemple : choisir par échantillonnage stratifié 10 étudiants dans un


groupe de 60, en tenant compte du fait que 50% d’entre eux sont en
BTSGC1, 30% en BTSGC2 et 20% en LP3GC1.
 La variance totale est la somme de la variance intra-strate et de la variance
inter-strate.
 On cherche a avoir la plus petite variance intra-strate et une grande
variance inter-strate

Méthodologie de recherche/Rédaction de mémoire


HAMENOU Kodzo Amenu 51
 L’échantillonnage par grappes
 Dans les méthodes précédentes, l’unité statistique était choisie
individuellement.
 La technique de l’échantillonnage en grappes entraîne la division de la
population en groupes ou grappes.
 On sélectionne au hasard un certain nombre de grappes (unités primaires)
pour représenter la population.
 On sélectionne tous les individus des grappes choisies

Avantages : la méthode ne nécessite pas une liste globale de la population


puisque seuls les individus inclus dans les grappes comptent. Elle permet de
limiter l’échantillon à des groupes compacts ce qui permet de réduire les coûts
de déplacement, de suivi et de supervision.

Désavantage : la méthode peut entraîner des résultats imprécis (moins précis


que les méthodes précédentes) puisque les unités voisines ont tendance se
rassembler. Elle ne permet pas de contrôler la taille finale de l’échantillon.

Exemple : Choisir par grappes 600 individus à l’aide d’un certain nombre de
ménages.

 L’échantillonnage à plusieurs degrés


 Ressemble à l’échantillonnage en grappes, sauf que dans ce cas on prélève
un échantillon à l’intérieur de chaque grappe
 On a au moins deux degrés

◦ On identifie au premier les grandes grappes (unités primaires). Ces


grappes renferment plus d’unités qu’il n’en faut dans l’échantillon
◦ Au second degré, à l’intérieur de chaque grappes, on sélectionne les
unités (unités secondaires) qui vont faire partie de l’échantillon
 On peut utiliser plus de 2 degrés :
◦ Niveau 1 : Ville
◦ Niveau 1 : Établissement de santé
◦ Niveau 3 : Médecins
 Avantage : Échantillon plus concentré ce qui réduit les coûts, pas besoin de
disposer de la liste de toutes les unités. La méthode permet de contrôler la
taille de l’échantillon notamment par stratification.

 Désavantage : précision des résultats

Méthodologie de recherche/Rédaction de mémoire


HAMENOU Kodzo Amenu 52
 L’échantillonnage à plusieurs phases
 Les données de base sont collectées auprès d’un échantillon d’unité de
grande taille, ensuite pour un sous-échantillon de ces unités, la collecte des
données est plus détaillée.
 Le plus couramment on utilise deux phases ou échantillonnage double
 Exemple : on a besoin d’information sur les éleveurs de bétail. Dans la base
de sondage sont énumérés les types d’exploitation agricoles : bétail, grains,
porc, volaille, fruit légumes. mais on n’y aucune donnée auxiliaire.
◦ On pourrait mener un enquête sur un premier échantillon de grande
taille dont la seule question serait Vous consacrez vous en totalité au
bétail ?
◦ Puis sur la sélection des éleveurs uniquement de bétail on extrait un
second échantillon plus petit que le premier auquel on pose des
questions détaillées.

 Méthodes empirique ou non aléatoires


 On oppose aux méthodes aléatoires les méthodes non aléatoires.
 Les méthodes non aléatoires sont des méthodes où le concept de «chance
égale» est absent. Ce sont des méthodes généralement peu fiables.
 Elles ne nécessitent pas de base de sondage
 Elles sont souvent utilisées :
◦ Pour des études exploratoires;
◦ Pour réduire les coûts;
◦ Quand il est impossible ou non envisageable d’utiliser la méthode
aléatoire.

 On distingue :
◦ L’échantillonnage à l’aveuglette ou de commodité : Ex.: Déguster
un échantillon de vin.
◦ L’échantillonnage de volontaires : Ex : Expériences médicales ou
psychologiques.
◦ L’échantillonnage au jugé : cette méthode implique la sélection
d’individus en fonction de l’idée qu’on se fait de la composition de la
population. On le fait pour des essais auprès des groupes cibles.
◦ L’échantillonnage par quotas : il est largement utilisé dans les
enquêtes d’opinion et les études de marché notamment parce qu’il ne
suppose pas de liste des individus de la population. On parle aussi

Méthodologie de recherche/Rédaction de mémoire


HAMENOU Kodzo Amenu 53
d’échantillonnage dirigé ou par choix raisonné. On demande aux
enquêteurs de faire un nombre d’entrevues dans divers groupes établis
en fonction du secteur géographique, de l’âge, du sexe ou d’autres
caractéristiques… L’enquêteur doit respecter son quota.

 Avantages : Moins coûteuse et plus facile à réaliser.


 Désavantages: Beaucoup de non-réponses; difficulté de trancher lorsqu’il
s’agit de sélectionner des individus d’un groupe d’âge ouvert (Ex : 65 ans
et plus : faut-il prendre 66 ans, 70 ans …).

 Les erreurs
 Les méthodes d’échantillonnage peuvent être sources d’erreurs. Un certain
nombre d’erreurs pourront être éliminées, certaines pourront être réduites,
mais d’autres persisteront.

 Les erreurs dues aux instruments de mesure


 Un instrument est fidèle s’il répond exactement de la même façon quand il
est placé dans deux situations identiques. Exemple le thermomètre. Une
question claire est dite fidèle quand tout le monde la comprend de la même
façon.
 Un instrument est valide lorsqu’il mesure vraiment ce qu’il est censé
mesurer.

 Les erreurs dues à l’organisation


 Ce sont les erreurs qui se glissent lors de la collecte des données.

◦ Est-ce que les consignes ont été respectées?

◦ Les enquêteurs ont-ils agi de la même façon?


 Pour éviter ces erreurs il faut utiliser les mêmes instruments, les mêmes
conditions.

 Les erreurs dues à la méthode d’échantillonnage


 Il faut toujours vérifier, à la lumière des objectifs de l’étude statistique, que
la méthode d’échantillonnage est adaptée.

 En particulier éviter la surreprésentation de certaines parties de la


population.

 Les erreurs dues au phénomène de non-réponse


 Même avec la meilleure méthode d’échantillonnage, il se présente toujours
un certain nombre de non-répondants, ce qui peut entacher la
représentativité de l’échantillon et amener des conclusions erronées.
Méthodologie de recherche/Rédaction de mémoire
HAMENOU Kodzo Amenu 54
 L’erreur d’échantillonnage
 Le fait d’étudier un échantillon plutôt qu’un autre engendre forcément une
erreur.
 Cette erreur appelée erreur d’échantillonnage est inévitable.

 L’erreur totale
 Erreur total = Erreur d’échantillonnage +Erreur d’observation +Erreur due
au défaut de couverture et au non réponse.

Conclusion

Comment choisir une méthode d’échantillonnage?


• Objectifs de l’étude
Si on veut mettre en évidence les différences entre milieu urbain et milieu rural,
il est préférable de faire un échantillonnage stratifié aléatoire
• De la disponibilité des informations de base: liste des enfants, liste des écoles;
•On ne peut pas faire d’échantillonnage aléatoire si on n’a pas de base de
sondage

 Toutes les méthodes d’échantillonnage peuvent être combinées


 La complexité de la procédure d’échantillonnage entraine une complexité
des calculs
 Il n’y a pas un critère gold standard de choix: appel au bon sens et à
l’expérience

Méthodologie de recherche/Rédaction de mémoire


HAMENOU Kodzo Amenu 55
V. Bibliographie

 BACHELARD G., La formation de l’esprit scientifique, librairie scientifique


Jean Vrin, Paris, 1965.
 DURKHEIM E, Les règles de la méthode sociologique, quadrige, PUF, 1983.
 FRAGNIERE J. P. (1986), Comment réussir un mémoire, Paris, Dunod.
 N‟DA Paul (2006), Méthodologie de la recherche, 3e édition, Abidjan, EDUCI.
 CEFAÏ Daniel (2003), L’enquête de terrain, Paris, La Découverte
(Recherches)
 De LAGARDE J (1983), Initiation à l’analyse des données, Paris, Dunod.
 GRAVEL, Robert J. Guide méthodologique de la recherche, 2e édition, Sillery,
Les Presses de l'Université du Québec, (1re édition : 1980) 1990, 51 p.
 Michel KALIKA, Le mémoire de master, Paris, Dunod, 2005

Méthodologie de recherche/Rédaction de mémoire


HAMENOU Kodzo Amenu 56
VI. Annexes

6. 1 Typologie des mémoires

Type de mémoire Objectif principal Filière Étudiant concerné

Rendre compte
d'un stage et de la BTS, Licence et Master
Mémoire de stage Formation initiale
mission confiée au professionnel
stagiaire
Réaliser un projet
professionnel
Mémoire de mobilisant les Master spécialisé, Formation initiale et
projet professionnel connaissances MBA formation continue
acquises dans un
ou plusieurs cours

Réaliser un projet
Mémoire de transversal mobilisant
MBA Formation continue
projet d'intégration les connaissances
dans plusieurs cours

Réaliser un travail
Mémoire de personnel lié à un Master recherche Formation initiale et
recherche projet de recherche (DEA) formation continue
conceptuel

D’après Le mémoire de master, Michel KALIKA, Dunod, 2005

Méthodologie de recherche/Rédaction de mémoire


HAMENOU Kodzo Amenu 57
6. 2 Caractéristiques des mémoires

Type de Trait Volume


mémoire Critères d'appréciation dominant Réalisation indicatif
Capacité à décrire le déroulement
Une
Mémoire de du stage, à prendre du recul, à Plutôt
Individuelle quarantaine
stage formuler des critiques et des descriptif
de pages
propositions
Véritable mission avec un objectif
précis, ce mémoire est apprécié par
Mémoire de
rapport à la capacité de l'étudiant à Descriptif 50 à 70
projet Individuelle
mobiliser des connaissances d'un et normatif pages
professionnel
domaine et à les appliquer dans le
cadre d'une mission
Capacité d'un groupe d'étudiants à
Mémoire de
mobiliser et à appliquer des 70 à 100
projet Descriptif En groupe
connaissances généralement dans pages
d'intégration et normatif
un contexte international
Capacité à analyser, à trouver, à
synthétiser une littérature
Mémoire pertinente, à définir une Conceptuel 60 à 120
Individuelle
de recherche problématique, à mener une et empirique pages
investigation empirique, à
commenter les résultats

D’après Le mémoire de master, Michel KALIKA, Dunod, 2005

Méthodologie de recherche/Rédaction de mémoire


HAMENOU Kodzo Amenu 58
6. 3 Grille d'aide au choix d'un sujet de mémoire
Évaluation Évaluation Évaluation
Critères
sujet n° 1 sujet n° 2 sujet n° 3
Originalité du sujet

Relation avec les études


suivies

Intérêt personnel

Intérêt des professionnels

Intérêt des enseignants

Utilité personnelle du sujet

Proximité

Faisabilité temporelle
Faisabilité de la collecte des
données
Faisabilité de la diffusion des
résultats
Faisabilité matérielle

Faisabilité conceptuelle

D’après Le mémoire de master, Michel KALIKA, Dunod, 2005

Méthodologie de recherche/Rédaction de mémoire


HAMENOU Kodzo Amenu 59
6. 4 Planning de suivi du mémoire
Prévu Réalisé
Étapes Date Date Date Date
début fin début fin
Définition du sujet
Recherche documentaire, collecte de
l'information
Temps de lecture des documents
collectés
Définition des objectifs du travail, de
la
problématique ou des questions de
recherche
Définition du plan du mémoire
Validation par le(s) tuteur(s)
Collecte des données, enquêtes de
terrain
Traitement des données collectées
Interprétation des résultats
Rédaction
- chapitre 1
- chapitre 2
etc.
- conclusion
- introduction
- résumé managérial
- bibliographie
- annexes
- table des matières
etc.
Vérification et mise à jour de la
documentation collectée
Relecture par vous-même
Relecture et vérification de la forme
(par un tiers éventuellement)
Validation par le(s) tuteur(s)
Tirage du document

Méthodologie de recherche/Rédaction de mémoire


HAMENOU Kodzo Amenu 60
Vérification de chaque exemplaire
Envoi ou dépôt des exemplaires du
mémoire
Préparation de la soutenance orale

Méthodologie de recherche/Rédaction de mémoire


HAMENOU Kodzo Amenu 61