Vous êtes sur la page 1sur 124

REPUBLIQUE DU BENIN

⤧⤧⤧⤧⤧⤧⤧⤧

MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR

ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

⤧⤧⤧⤧⤧⤧⤧⤧

UNIVERSITE D’ABOMEY-CALAVI

⤧⤧⤧⤧⤧⤧⤧⤧

ECOLE POLYTECHNIQUE D’ABOMEY-CALAVI

⤧⤧⤧⤧⤧⤧⤧⤧

DEPARTEMENT DE GENIE CIVIL


Option : Sciences et Techniques de l’Eau (S.T.E)

MEMOIRE DE FIN DE FORMATION POUR L’OBTENTION DU


DIPLOME D’INGENIEUR DE CONCEPTION EN GENIE CIVIL

THEME :
Etude de la modélisation bidimensionnelle
des transports solides et de la dynamique
fluviale dans un cours d’eau : Cas du fleuve
Mono

Présenté et soutenu par : Sous la direction de

Appolinaire TCHIKPOTO Pr CODO François de Paule


Ing. PhD
Maitre de conférences
Enseignant à l’EPAC/UAC

Année académique 2013 – 2014

7ème Promotion
ETUDE DE LA MODELISATION BIDIMENSIONNELLE DES TRANSPORTS SOLIDES ET DE LA
DYNAMIQUE FLUVIALE DANS UN COURS D’EAU: Cas du fleuve Mono

DEDICACES

J e dédie cette œuvre,

A Jéhovah mon Dieu, qui par son Esprit Saint m’a fortifié et
m’a permis de suivre cette formation.

Présenté et soutenu par Appolinaire TCHIKPOTO


i
ETUDE DE LA MODELISATION BIDIMENSIONNELLE DES TRANSPORTS SOLIDES ET DE LA
DYNAMIQUE FLUVIALE DANS UN COURS D’EAU: Cas du fleuve Mono

REMERCIEMENTS

Le présent mémoire est le fruit des efforts de toute une série


de personnes. Nous voudrions remercier:

Notre maître de mémoire, Pr CODO François de Paule


pour sa disponibilité franche et soutenue malgré les nombreuses
occupations. Son expérience, critique et suggestions ont
considérablement amélioré ce travail et mon niveau scientifique ;
Tous les enseignants de l’EPAC et ceux du département
de Génie Civil en particulier à savoir :
 Pr Félicien AVLESSI ;
 Pr Dr Edmond ADJOVI  professeur titulaire des universités
CAMES,
 Pr Dr Gérard DEGAN; professeur des universités CAMES
 Pr Dr Ing. AÏSSE Gérard  GBAGUIDI;
 Pr Dr Ing. Mohamed GIBIGAYE ;
 Pr Henry SOCLO;
 Pr Dr CODO François de Paule
 Pr Dr Ing. Victor S. GBAGUIDI;
 Pr Dr Martin  P. AINA;
 Dr Ing. Ezéchiel  ALLOBA;
 Dr Ing. Léopold  DEGBEGNON;
 Dr Ing. Gossou Jean  HOUINOU;
 Dr Ing. Agathe  HOUINOU;
 Dr Ing. Mathias  SAVY;
 Dr Ing. Tonalémi Epiphane Sonon  WANKPO;

Présenté et soutenu par Appolinaire TCHIKPOTO


ii
ETUDE DE LA MODELISATION BIDIMENSIONNELLE DES TRANSPORTS SOLIDES ET DE LA
DYNAMIQUE FLUVIALE DANS UN COURS D’EAU: Cas du fleuve Mono

 Dr Ing. Crépin  ZEVOUNOU;


 Dr Ing. C. Luc ZINSOU;
 Dr Ing. Adolphe  TCHEHOUALI;
 Dr Noël DIOGO  ;
 Dr Ing. David BABALOLA;
 Dr Nicaise YALO;
 Dr Eusèbe GOUA;
 Dr CHAFFA Gédéon ;
 Dr Etienne SIMICLAH;
 Dr ANAGO Guy ;
 Architecte D.P.L.G Léon  MESSAN (à titre postum)
 Architecte Urbaniste Rodriguès  SAMA;
 M. Cosme  SEWANOUDE;
 Mme Eléna AHONOGA;
 M. Jean K.  DEGBEGNI;
 Mme Yvette  AGOSSOU;
 M. GBAGUIDI Brice;
 M. Daniel AGOSSOU

Nos vifs remerciements et témoignages de gratitude vont


également à :

Toute ma famille;
Tous mes camarades de promotion ;
Tous ceux qui nous ont accordé leurs soutiens de divers
ordres et qui n’ont pas été cités nommément;
Nous en sommes extrêmement redevables pour vos divers
soutiens.

Présenté et soutenu par Appolinaire TCHIKPOTO


iii
ETUDE DE LA MODELISATION BIDIMENSIONNELLE DES TRANSPORTS SOLIDES ET DE LA
DYNAMIQUE FLUVIALE DANS UN COURS D’EAU: Cas du fleuve Mono

HOMMAGES

Qu’il me soit permis de rendre un hommage mérité :

A mon maître de mémoire :


Pr CODO François de Paule.

La disponibilité, les conseils, l’assistance, malgré vos diverses


occupations quotidiennes, ainsi que la rigueur dont j’ai bénéficiée
m’ont été d’un grand concours. Trouvez dans ce travail que vous
avez inspiré et dirigé, le témoignage de ma profonde gratitude.

Au Président du Jury de ce mémoire :


C’est un grand honneur que vous nous faites en acceptant de
présider le Jury qui appréciera ce travail de fin de formation
d’Ingénieur de Conception. Tous nos hommages respectueux.

Aux Membres du Jury de ce mémoire :


En acceptant de juger, de critiquer et d’apporter vos corrections à
ce travail, vous avez choisi une cause noble. Que vos critiques,
remarques et suggestions, améliorent ce mémoire et fassent de
ma modeste personne un Ingénieur de Conception à la hauteur
de la tâche à laquelle je serai appelé.

Présenté et soutenu par Appolinaire TCHIKPOTO


iv
ETUDE DE LA MODELISATION BIDIMENSIONNELLE DES TRANSPORTS SOLIDES ET DE LA
DYNAMIQUE FLUVIALE DANS UN COURS D’EAU: Cas du fleuve Mono

SOMMAIRE

DEDICACES........................................................................................................................................i
REMERCIEMENTS..........................................................................................................................ii
HOMMAGES......................................................................................................................................iv
LISTE DES TABLEAUX................................................................................................................vii
LISTE DES FIGURES...................................................................................................................viii
SIGLES ET ACRONYMES.............................................................................................................ix
Résumé...............................................................................................................................................x
Abstract.............................................................................................................................................xi
INTRODUCTION GENERALE......................................................................................................1
PREMIERE PARTIE : PRESENTATION DE LA ZONE D’ETUDE....................................4
CHAPITRE I : PRESENTATION DU BASSIN DU MONO....................................................5
I. SITUATION DE LA ZONE D’ETUDE..............................................................................5
II. CARACTERISTIQUES PHYSIOLOGIQUES DU BASSIN......................................7
III.HYDROLOGIE DU BASSIN DU MONO..........................................................................11
DEUXIEME PARTIE : SYNTHESE BIBLIOGRAPHIQUE ET DEMARCHE
METHODOLOGIQUE....................................................................................................................18
CHAPITRE I : SYNTHESE BIBLIOGRAPHIQUE.................................................................19
I.QUELQUES CONCEPTS........................................................................................................19
II- REVUE BIBLIOGRAPHIQUE............................................................................................31
III. PROBLEMATIQUE.........................................................................................................35
CHAPITRE II : DEMARCHE METHODOLOGIQUE............................................................39
I. LES DONNEES COLLECTEES.......................................................................................39
II. LES TECHNIQUES DE MESURES............................................................................39
III. METHODES D’ETUDE.................................................................................................42
IV. MODELISATION DES EVOLUTIONS MORPHOLOGIQUES.............................59
TROISIEME PARTIE : RESULTATS ET DISCUSSIONS...................................................71
CHAPITRE I : ANALYSE DES FLUX SEDIMENTAIRES DANS LE BASSIN A
ATHIEME..........................................................................................................................................72
I. ANALYSE DES FLUX SOLIDES SUR TROIS MOIS AVANT ET APRES (A
ATHIEME) LA CONSTRUCTION DU BARRAGE DE NANGBETO..............................72
II. ANALYSE MORPHOLOGIQUE DU FLEUVE..........................................................79
CHAPITRE II : LA DYNAMIQUE SEDIMENTAIRE DU FLEUVE....................................84
I. APTITUDE DU FLEUVE...................................................................................................84
II. PIEGEAGE DES SEDIMENTS....................................................................................85

Présenté et soutenu par Appolinaire TCHIKPOTO


v
ETUDE DE LA MODELISATION BIDIMENSIONNELLE DES TRANSPORTS SOLIDES ET DE LA
DYNAMIQUE FLUVIALE DANS UN COURS D’EAU: Cas du fleuve Mono

III. LA DYNAMIQUE A L’EMBOUCHURE DU FLEUVE............................................85


IV. L’AGRESSIVITE CLIMATIQUE SUR LA SEDIMENTATION............................90
Conclusion...................................................................................................................................90
CONCLUSION GENERALE..........................................................................................................96
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES.....................................................................................96
ANNEXES.......................................................................................................................................100

Présenté et soutenu par Appolinaire TCHIKPOTO


vi
ETUDE DE LA MODELISATION BIDIMENSIONNELLE DES TRANSPORTS SOLIDES ET DE LA
DYNAMIQUE FLUVIALE DANS UN COURS D’EAU: Cas du fleuve Mono

LISTE DES TABLEAUX

Tableaun°1 : Classification de Rust des styles fluviaux d’après Bravard et Petit (1997)...............28
Tableau n°2 : Différentes stations pluviométriques et hydrométriques utilisées.........................39
Tableau n° 3 : Seuil de mise en mouvement (charriage)..............................................................56
Tableau n°4 : Seuil de mise en mouvement (suspension)............................................................56
Tableau n°5 : Coefficient mB en fonction de la nature des parois et du lit du canal.....................66
Tableau n°6: Apports solides estimés sur trois mois sur la base de mesures de débits solides
pour le Mono à Athiémé..............................................................................................................74
Tableau n°7: La charge solide évaluée par section dans le bief....................................................77
Tableau n°8 : Charges de fond évaluées sur 3 mois dans le bief..................................................77
Tableau n°9 : Apports solides estimés sur trois mois sur la base de la simulation à Athiémé......77
Tableau n°10 : Apports solides estimés sur trois mois sur la base de mesures de débits solides
pour le Mono à Athiémé..............................................................................................................78
Tableau n°11: Evolution des dimensions de la section transversales du fleuve...........................80

Présenté et soutenu par Appolinaire TCHIKPOTO


vii
ETUDE DE LA MODELISATION BIDIMENSIONNELLE DES TRANSPORTS SOLIDES ET DE LA
DYNAMIQUE FLUVIALE DANS UN COURS D’EAU: Cas du fleuve Mono

LISTE DES FIGURES

Figure n°1-Localisation de la zone d’étude.....................................................................................6


Figure n°2 - Les grands ensembles géologiques du Mono..............................................................7
Figure n°3 - Les grands ensembles de paysage du Bassin du Mono...............................................9
Figure n°4 - Les grandes zones climatiques du Bassin du Mono...................................................12
Figure n°5 - Variabilité pluviométrique dans le bassin du Mono..................................................14
Figure n°6 - Profil en long du fleuve Mono...................................................................................16
Figure n°7 : Distinction entre les modes de transport par charriage et suspension.....................23
Figuren° 8 : Explication schématique des phénomènes de masquage et exposition....................26
Figuren°9: La « balance de Lane » et le principe de l’équilibre dynamique (d’après Lane, 1955).30
Figure n° 10 : Fil lesté...................................................................................................................40
Figure n°11 : Technique de détermination de la bathymétrie......................................................41
Figure n° 12: Diagramme de Hjulström (1935).............................................................................51
Figure n°13 : Schéma de la contrainte de cisaillement.................................................................53
Figure n° 14 : Courbe de Yalin-Shields (1936)...............................................................................54
.....................................................................................................................................................60
Figure n°16: La section du fleuve en aval de la station d’Athiémé...............................................61
Figure n°17 : Vue en plan des berges en coordonnées UTM en aval de la station d’Athiémé......62
Figure n°18: Section longitudinale d'une rivière...........................................................................63
Figure n° 19 : Variation des MES et les débits journaliers sur le Mono d’octobre à décembre
1966..............................................................................................................................................72
Figure n° 20 : Corrélation débit (Q)/quantité de matière en suspension (MES) avant la
construction du barrage (à Athiémé)...........................................................................................73
Figure n°22 : Corrélation débit (Q)/quantité de matière en suspension (MES) après la
construction du barrage (à Athiémé)...........................................................................................75
Figure n°23 : Evolution de l’érosion dans le bief...........................................................................79
Figure n° 24: Evolution de la contrainte adimensionnelle............................................................82
Figure n°25 : Dynamique hydro-sédimentaire à l’embouchure du fleuve Mono avant le barrage.
.....................................................................................................................................................87

Présenté et soutenu par Appolinaire TCHIKPOTO


viii
ETUDE DE LA MODELISATION BIDIMENSIONNELLE DES TRANSPORTS SOLIDES ET DE LA
DYNAMIQUE FLUVIALE DANS UN COURS D’EAU: Cas du fleuve Mono

SIGLES ET ACRONYMES

AFNOR Association Française de NORmalisation


ASECNA Agence pour la SECurité de la Navigation Aérienne
CEB Communauté Electrique Du Bénin
CGILE Centre de Gestion Intégrée du Littoral et de
l’Environnement

DG Eau Direction Générale de l’Eau


FAO Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation
et l’Agriculture
GIRE Gestion Intégrée des Ressources en Eau
MES Matière En Suspension
NNW - SSE Nord Nord Ouest – Sud du Sud Est
TU Temps Universelle
SOFRELEC Société Française d’Electricité
TSS Total Suspended Sediment
UNDAC United Nations Dia0sater Assessment and

Coordination

Présenté et soutenu par Appolinaire TCHIKPOTO


ix
ETUDE DE LA MODELISATION BIDIMENSIONNELLE DES TRANSPORTS SOLIDES ET DE LA
DYNAMIQUE FLUVIALE DANS UN COURS D’EAU: Cas du fleuve Mono

Résumé 

Le présent mémoire a pour objectif d’identifier les causes du


comblement du lit et ces conséquences sur la dynamique du
fleuve en aval du barrage hydroélectrique de Nangbéto.
La modélisation des transports solide dans le bassin est opérée
par le modèle hydraulique qui découle des équations de Saint
Venant après intégration des équations de Navier Stokes et par
un modèle géométrique établi à partir de la bathymétrie des
sections du cours d’eau sur une longueur de 10km à Athiémé.
Ces équations ont été résolues par la méthode des
différences finis en tenant compte de quelques hypothèses
simplificatrices. Ces études ont permis de déceler qu’en dehors
des précipitations, l’exhaussement du lit du cours d’eau amplifie
aussi l’érosion et l’inondation dans la basse vallée du Mono.
L’évolution des charges solides après la construction du barrage
est plus élevée qu’avant la construction malgré le piégeage au
niveau de la retenue de Nangbéto ; ceci signifie que ces matériaux
proviennent de l’érosion des berges et surtout de la dégradation
du lit majeur du fleuve où la végétation est détruite par
l’occupation anarchique du bassin.
Ce déséquilibre hydro-sédimentaire est provoqué par le
piégeage de la majorité des sédiments provenant de l’amont par le
barrage dont les conséquences se font ressentir même à
l’embouchure du fleuve avec l’érosion côtière dans la commune de
grand Popo.

Mots clés : Modélisation, bassin versant, Barrage,


précipitations.

Présenté et soutenu par Appolinaire TCHIKPOTO


x
ETUDE DE LA MODELISATION BIDIMENSIONNELLE DES TRANSPORTS SOLIDES ET DE LA
DYNAMIQUE FLUVIALE DANS UN COURS D’EAU: Cas du fleuve Mono

Abstract

This research work aims to identify the reasons why the bed
of the river downstream the hydroelectric dam of Nangbéto is
filling up and its consequences (that filling) up on the dynamics of
the river.

The solid transportation modeling in the basin is made from


the hydraulic model that results from Saint Venant equations by
integrating the equations of Navier Stokes and a geometric model
established by taking into account the bathymetry of a section of
the river in Athiémé. The solvation of these equations has been
obtained by the method of the finished differences after some
simplifying hypotheses. Trough those studies, we discovered that
apart from the precipitations, the raising of the bed of the river
also amplifies the erosion and the flooding in the low valley of the
Mono River. The variation of the strong loads after the dam
construction had become more important than before its
construction in spite of the trapping at the restraint of Nangbéto;
which means that those strong materials come from the erosion
of the banks and especially of the deterioration of the floodplain of
the stream where vegetation is destroyed by the anarchical
occupation of the basin. Such hydro sedimentary unbalance is
involved by the trapping of the majority of the sediments coming
from the uphill by the dam and the consequences are noticed
even at the mouth of the stream with the coastal erosion in the
township of Grand Popo.

Key words: Modelling, basin, Dam, precipitations.

Présenté et soutenu par Appolinaire TCHIKPOTO


xi
INTRODUCTION GENERALE

INTRODUCTION GENERALE

Les rivières et les cours d’eau en général sont des éléments


fondamentaux du milieu naturel, de par leur rôle structurant du
paysage, leurs fonctions écologiques. Ils sont aussi des
composantes essentielles de l’environnement humain. Le
développement anthropique s’est, en effet, structuré en fonction
de la ressource en eau. Les besoins de maitrise de la ressource en
eau, pour l’exploitation énergétique, la navigation et la protection
des biens et des personnes, ont conduit à de nombreux travaux
d’aménagements (retenue, seuils, digues…). Ces travaux ont été
menés au cours des deux derniers siècles, globalement en
l’absence d’études du fonctionnement morpho-dynamique des
hydro-systèmes, ce qui a conduit à des perturbations de la
dynamique fluviale, sédimentaire, et de la morphologie des cours
d’eau fragilisant ainsi les écosystèmes.

En Afrique de l’Ouest, l’évolution exponentielle de la


population et la récession pluviométrique à partir des années
1970 ont eu pour conséquences l’eutrophisation, la
fragilisation et la dégradation des écosystèmes aquatiques,
l’intensification de l’utilisation des eaux ainsi que
l’appauvrissement des cours et plans d’eau en espèces
aquatiques. La pression humaine forte sur les écosystèmes
aquatiques, due aux multiples fonctions et services qu’ils
remplissent, et la récession pluviométrique des dernières
décennies ont fait peser une menace sur les ressources en
eau du continent.

Présenté et soutenu par Appolinaire TCHIKPOTO


1
INTRODUCTION GENERALE

Dans le cas des rivières béninoises, la pression démographique


fait que toutes les rivières de taille conséquente présentent de
grands enjeux pour les riverains, et qu’aucune d’elles n’est
épargnée par les dégâts causés par l’érosion et l’inondation. Le
fleuve Mono est confronté à d’importants dégâts dus à l’érosion et
aux inondations, depuis la construction du barrage de Nangbéto
et aussi presque à chaque crue, ceci à cause de l’anthropisation
du bassin. En effet, les activités humaines dans le bassin
(production agricole, irrigation, pêche, élevage…) provoquent un
changement d’équilibre du système fluvial tout entier, qui
développe alors de nouvelles caractéristiques (hauteur
d’inondation, ensablement du lit, propriétés biologiques du
milieu) auxquelles les populations riveraines doivent s’adapter.
Ceci génère des coûts plus importants que le gain de leur labeur.
Une étude antérieure (Amoussou, 2005) portant sur
l’environnement des écosystèmes du bassin et sur l’occupation du
sol, a identifié les facteurs de dégradation et leur impact sur
l’écoulement de l’eau et la sédimentation. L’hydrodynamique des
sols, les impacts des lâchers d’eau du barrage de Nangbéto et la
physionomie végétale du bassin constituent des paramètres très
importants dans cette étude de la dynamique hydro-sédimentaire.

Les travaux de Adam (1986), PNUD (1987), Oyédé(1991),


Blivi (1993, 2000), Rossi et Bilivi (1995) et Rossi (1996), ont
permis d’en savoir beaucoup plus sur la dynamique sédimentaire
de la basse vallée, en particulier sur le rôle joué par le barrage de
Nangbéto et les conséquences des pratiques humaines agressives,
notamment la destruction des mangroves, les implantations
urbaines et le prélèvement de sable marin. Les travaux de Catros

Présenté et soutenu par Appolinaire TCHIKPOTO


2
INTRODUCTION GENERALE

et Durand (2000), quant à eux, ont permis de comprendre la


dynamique hydrologique et l’impact géomorphologique du fleuve à
l’embouchure du fleuve Mono en amont et en aval du barrage de
Nangbéto. Dans un cas comme dans l’autre, les conséquences
des interventions humaines sur les rivières sont difficiles à
prévoir, surtout à long terme.

Le présent mémoire intitulé : «Etude de la modélisation


bidimensionnelle des transports solides et de la dynamique
fluviale dans un cours d’eau: Cas du fleuve Mono» se propose
donc d’analyser cette situation afin de comprendre l’origine de
l’érosion et l’inondation du fleuve Mono en aval du barrage de
Nangbéto. Le développement de ce thème est organisé en trois
parties. La première partie décrit le cadre de la présente étude.
La deuxième présente la revue de littérature et la démarche
méthodologique adoptée. Enfin, les résultats et discussions
sont exposés dans la troisième partie.

Présenté et soutenu par Appolinaire TCHIKPOTO


3
PREMIERE PARTIE :
PRESENTATION DE LA ZONE
D’ETUDE

Présenté et soutenu par Appolinaire TCHIKPOTO


4
CHAPITRE I : PRESENTATION DU BASSIN DU MONO
I. SITUATION DE LA ZONE D’ETUDE

Le bassin-versant du fleuve Mono, situé dans la région du golfe


de Guinée est partagé entre le Bénin et le Togo. Les parties
hautes et moyennes du bassin sont en grande partie sur le
territoire togolais. Le fleuve Mono prend sa source au Nord-Ouest
du Bénin dans les monts Koura, région de Bassila. Long de 530
kilomètres, il sert de frontière naturelle entre le Togo et le Bénin
sur près de 148 kilomètres. Son bassin versant couvre une
superficie d’environ 25 000 km 2 entre les latitudes 6°10' et 9°00'
Nord et les longitudes 0°30' et 1°50' Est. De relief peu accidenté,
il est constitué de plaines côtières, de plateaux, de lagunes et de
bas-fonds. Le barrage de Nangbéto contrôle une superficie de
15 500 km2 soit 62% de la superficie totale du bassin.

 En aval de l’aménagement de Nangbéto, deux zones bien


distinctes:
 Une vallée encaissée sur près de 100km à partir de
l’aménagement, Une zone de plaine au-delà, qui s’étend
jusqu’à la mer sur une centaine de kilomètres. La partie
avale, objet de la présente étude, est une zone
comprise entre la frontière Togo-Bénin et l’embouchure
du fleuve, soit une portion d’environ 148km 2 de
superficie.

Présenté et soutenu par Appolinaire TCHIKPOTO

5
Figure n°1-Localisation de la zone d’étude
Source : Azonsi F. et al, 2010

II. CARACTERISTIQUES PHYSIOLOGIQUES DU BASSIN


II.1. Ensembles géologiques

Présenté et soutenu par Appolinaire TCHIKPOTO

6
Le bassin du Mono comme le montre la figure n°2, est
constitué de deux grandes formations géologiques. On distingue
le socle cristallin constitué d’un mélange de roches
métamorphiques et éruptives de l’Atacorien et du Dahoméen et
les secteurs couverts par les formations sédimentaires composées
des faciès argilo-sableux et marneux. L’infiltration n’est donc pas
uniforme sur ce bassin. En tenant compte uniquement des
formations géologiques, l’infiltration sera plus lente au niveau du
socle cristallin qu’au niveau des formations sédimentaires du
sud.

Figure n°2 - Les grands ensembles géologiques du Mono


Source : SAWES, 2010.

II.2. Formations végétales

La végétation joue un grand rôle dans l’infiltration ; elle


retient la lame d’eau précipitée en diminuant la vitesse du

Présenté et soutenu par Appolinaire TCHIKPOTO

7
ruissellement et peut donc modifier le débit et le régime
hydrologique. La répartition des formations végétales dans le
bassin-versant dépend des héritages, de l’environnement
climatique actuel (pluie et humidité), de la pédologie et de la
variation du taux de salinité des sols (région côtière) et de la
pression anthropique. Ainsi, du sud au nord du bassin, comme
l’indique la figure n°3, plusieurs formations végétales principales
peuvent être schématiquement identifiées. La région côtière du
bassin est colonisée par des peuplements de mangrove. Sur les
cordons littoraux, on trouve la palmeraie. La strate végétale basse
est ici surtout herbacée. Plus à l’intérieur, le bassin-versant
porte, en plus de la forêt-galerie, des îlots de forêts décidues et
reliques le long des cours d’eau. Ces formations sont composées
d’espèces ligneuses. Le secteur sud-ouest du bassin (Agomè-Seva,
Afangnan, Attitogon, Agbanakin), comporte surtout des savanes
arborées constituées d’espèces soudano-guinéennes. Du centre
au nord du bassin, on rencontre des formations ligneuses dans
une formation mésophile avec des forêts-galeries couvrant
surtout le versant oriental des monts Togo et les collines de
Tchetti, de Sokodé et d’Atakpamè. Cependant, le domaine est
surtout occupé par une formation de savane arborée constituée
d’espèces soudano-guinéennes. Sur les pentes élevées des monts
Togo/Atacora, se développent des formations herbeuses à
graminées.

Ces formations végétales sont soumises à une forte pression


humaine qui menace certaines d’entre elles. De 1956 à 2000, on
note une évolution régressive des formations végétales naturelles
au profit des formations anthropiques, du fait des pratiques
agricoles. Cette pression humaine a entraîné une diminution de

Présenté et soutenu par Appolinaire TCHIKPOTO

8
plus de 60% des formations de forêts et de savanes arborées, qui
jouent un rôle modérateur sur l’écoulement, facilitent l’infiltration
et ralentissent les apports solides vers les lits des cours d’eau.
Leur dégradation entraînerait donc une augmentation de
l’écoulement et de l’évaporation au détriment de l’infiltration,
accélérant le déficit des réservoirs souterrains ainsi que l’érosion
et donc la sédimentation.

Figure n°3 - Les grands ensembles de paysage du Bassin du Mono


Source : SAWES, 2010.

II.3. Morphologie

D’une manière générale, trois grandes unités


morphologiques sont identifiées sur le bassin versant du Mono:

le bassin sédimentaire côtier,


les unités internes des Dahoméyides,

Présenté et soutenu par Appolinaire TCHIKPOTO

9
la chaîne de l’Atacora/monts du Togo où le fleuve Mono
prend sa source.
II.4.Occupation du sol 

L’histoire montre que le sud du Bénin et du Togo a été très


tôt des pôles d’attraction des populations. La géographie explique
en partie cette attraction : les conditions climatiques et
pédologiques, le relief constitué par de grandes étendues planes
(sauf le haut bassin), les masses d'eau et les vallées limoneuses
ont très tôt représenté des conditions favorables au
développement du peuplement de la pêche et de l'agriculture.

En 2002, une enquête commanditée par la FAO a montré


que la densité de la population dans la vallée du Mono est en
moyenne 75 hts/km2. Cette densité moyenne masque une
répartition inégale entre le nord et le sud du bassin. La
population est très dense dans la région côtière (230 hts/km²) et,
assez forte sur les plateaux (105 à 120 hts/km²), alors qu’elle est
plus faible sur les monts Togo/Atacora, c’est-à-dire dans le haut
bassin (5 à 15 hts/km²). Ceci est lié à la présence des montagnes
n’offrant pas de grands espaces culturaux.

La population du bassin est d’environ deux millions


(UEMOA, 2006), avec un accroissement annuel de 2,9 % au Togo
(2004) contre 2,82 % au Bénin (2005).

III.HYDROLOGIE DU BASSIN DU MONO


III.1. Climat

Le bassin du fleuve Mono, présente du nord au sud, trois


zones climatiques avec des démarcations plus ou moins nettes
comme indiqué sur la figure n°4. Il s’agit :
Présenté et soutenu par Appolinaire TCHIKPOTO

10
 D’une première zone marquée par des pluies qui débutent
vers fin avril, et augmentent quasi linéairement pour
culminer en août avant d’amorcer une baisse continuelle
pour s’arrêter vers la mi-novembre. Dans cette zone, les
mois les plus pluvieux sont juillet, août et septembre ; les
totaux pluviométriques peuvent atteindre 1380 mm et la
saison sèche s’étale de mi-novembre à fin avril. La
température moyenne est de l’ordre 27,0°C ;
 D’une deuxième zone qui est sous forte influence
orographique, et donc très pluvieuse. Dans cette deuxième
zone, les totaux pluviométriques dépassent très souvent
1500 mm. Il y pleut continuellement entre avril et mi-
novembre avec toutefois une légère hausse des
précipitations au cours des mois de juin et juillet ;
 D’une troisième zone présentant deux pics pluviométriques
dont le plus important au mois de juin et le moins important
au mois de septembre. La moyenne des totaux
pluviométriques annuels y dépasse largement 1000mm.
Dans cette troisième zone, on note une anomalie climatique
marquée par un climat relativement sec avec un cumul
annuel moyen de pluies oscillant entre 800 et 850 mm, avec
des pics pluviométriques qui sont enregistrés en juin et en
octobre.

Présenté et soutenu par Appolinaire TCHIKPOTO

11
Figure n°4 - Les grandes zones climatiques du Bassin du Mono
Sources : SAWES, 2010.

L’humidité relative dans la basse vallée du Mono est fort


élevée et varie de 65 à 95%. Elle varie très peu dans la journée
(89% à 6h TU, 73% à 12h TU et 81% à 18h TU).

Le vent est plus ou moins stable pendant l’année à


Nangbéto. Les vents dominants sont sous l’influence des
fluctuations saisonnières des courants marins. Ces vents, de
direction dominante sud-ouest et nord-est, ont une vitesse
moyenne de 4 m/s à Nangbéto et ils peuvent atteindre 15 à 20
m/s en période d’orages dans la basse vallée.

III.2- Pluviométrie du bassin versant

L’écoulement dans le bassin du Mono est très variable. Le


Nord du Togo est soumis à un climat tropical de transition
caractérisé par une saison sèche d’octobre-novembre à mars-avril
et une saison humide de mars-avril à octobre-novembre. Le Sud
du Togo est lui, soumis à un climat équatorial caractérisé par une

Présenté et soutenu par Appolinaire TCHIKPOTO

12
saison sèche de mi-novembre à mars et une saison humide de
mars à mi-novembre, interrompue par une petite saison sèche en
août et septembre. Les crues du Mono débutent donc en général
au mois de mars et s’étalent sur cinq à six mois en moyenne.

Selon AMOUSSOU, (2010), 3 classes correspondant à des


zones climatiques se succédant du nord au sud peuvent être
définies (voir figure n°9):

De la côte à la latitude 7°30’ N, le bassin a un régime


pluviométrique bimodal. Le climat est subéquatorial,
subdivisé en subéquatorial maritime (de la côte à la latitude
6°35’ N, classe 2) et en subéquatorial intérieur (de 6°35’ à
7°30’ N, classe 1).
De 7°30’ à 9°20’ N environ (domaine tropical humide, classe
3) le régime est uni modal.
Au cours de la période d’octobre à mai, les moyennes
pluviométriques de la zone de climat subéquatorial (Aplahoué,
Dogbo et Grand-Popo) sont supérieures à celles de la zone de
transition (Ountivou et Nangbéto). Le pic est plus important à
Grand-Popo dont la pluviométrie annuelle est faible (autour de
900 mm) par rapport aux localités d’Aplahoué et de Dogbo qui ont
une pluviométrie moyenne annuelle autour de 1100 mm.

Présenté et soutenu par Appolinaire TCHIKPOTO

13
Figure n°5 - Variabilité pluviométrique dans le bassin du Mono
SOURCES : AMOUSSOU, (2010).

Les précipitations les plus importantes sur le bassin, sont


enregistrées d’avril à octobre. Au cours de cette période, les
précipitations sont inégalement réparties sur le bassin, le sud est
très arrosé en juin, comparativement à la partie nord qui reçoit
les pluies les plus abondantes de juillet à septembre, ce qui
pourrait s’expliquer par l’effet cumulé de la mousson et du relief.
Ainsi, les précipitations commencent un peu plus tôt au sud
qu’au nord du bassin.

L’estimation mensuelle de la variabilité des écoulements


dans le bassin du fleuve Mono (AMOUSSOU 2010) sur la période
1971-2000 révèle ce qui suit :

les déficits pluviométriques des décennies 1970 et 1980


ont multiplié par 4 les déficits de l’écoulement, avec pour
conséquence un déficit de la recharge. Mais, la légère reprise
pluviométrique (3 %) de 1988 à 2000 par rapport à la sous-
période 1965-1987, conduit à un excédent d’écoulement (37%)
sur le Mono.

Présenté et soutenu par Appolinaire TCHIKPOTO

14
Les faibles coefficients d’écoulement et la faible
corrélation entre écoulement et recharge, montrent que la
précipitation ne constitue pas le seul paramètre expliquant le
fonctionnement hydrologique du bassin, mais qu’interviennent
aussi le substratum géologique et les états de surface. Ces
derniers déterminent l’aptitude des sols à l’infiltration, au
ruissellement et à l’érosion.
III.3.

Hydrographie du fleuve Mono

Les principaux affluents du fleuve Mono sont: l’Ogou (210


km) et l’Anié (161km) (confère figure n°6). Ils prennent
respectivement leur source dans le massif de Tchaoudjo (au Togo)
à 400 m d'altitude avec une pente de 1,2 m/km et sur le mont
Fazao à 500 m d'altitude avec une pente de 2,5 m/km. Plus en
aval, les affluents Amou (114 km) et Amoutchou (62 km)
proviennent du plateau Akposso vers 800 et 830 m d'altitude,
suivant alors une pente moyenne très forte de 6,45 m/km et 11
m/km. Enfin l'affluent Kra (69 km) prend sa source au mont
Haïto à 390 m d'altitude. Sa pente moyenne est de 3,6 m/km. La
basse vallée présente un réseau hydrographique très développé,
avec présence de mares et de lacs à la périphérie.

Les importants affluents de la rive droite sont : l’Aou (55


km) ; l’Anié (161 km) ; l’Amou (114 km) ; l’Amoutchou (62 km) ; le
Kra (69 km). Ceux de la rive gauche sont : l’Ogou (207 km) ; le
Nonkpoué (60 Km) ; et le Klikou (41 Km). La liste complète des
affluents du fleuve est présentée en annexe1.

A l’exception de l’Amou, tous ces affluents ont :

Présenté et soutenu par Appolinaire TCHIKPOTO

15
Un débit très variable au cours de l’année et d’une année à
l’autre ;
Un rapport «débit de crue/débit d’étiage» toujours très
élevé ;
Une longue durée des basses eaux, caractéristique des
bassins à alimentation exclusivement pluviale.

Figure n°6 - Profil en long du fleuve Mono


Source : LE BARBE et al, 1993

En année moyenne, selon Le Barbé et al (1993), le débit


moyen annuel du fleuve Mono est de l’ordre de 100 m 3/s à la
station d’Athiémé. Mais depuis 1988, au moment où le barrage de
Nangbéto a été mise en exploitation, le régime hydrologique du
Mono a connu une grande modification avec un étiage soutenu
par un débit moyen de 40 m3/s.

III.4.L’aménagement hydroélectrique de NANGBETO

L’aménagement de Nangbéto est situé à la limite de deux


zones climatiques, mais reste très influencé par le climat tropical

Présenté et soutenu par Appolinaire TCHIKPOTO

16
de transition. Les effets du barrage de Nangbéto se traduisent par
une augmentation de 97 % des débits d’étiage alors que les débits
de crue ont connu une baisse de 3 %.

Le site de Nangbéto se trouve à la latitude 7°26’N et 1°26’ E


de longitude. Il est entièrement sur le territoire togolais mais
assure la production de l’énergie pour le Bénin et le Togo. Située
sur le Mono à 160 km en amont de son embouchure, la retenue
de Nangbéto a une superficie de 180 km² et une profondeur de 38
m. Sa construction a démarré en 1985 et son exploitation
industrielle date de septembre 1987. La retenue a une capacité de
stockage de 1 715 Mm 3 (Millions de mètre cubes). La réalisation
de cet aménagement poursuivait quatre principaux objectifs
(SOFRELEC, 1966) :

la production d’énergie électrique ;


la régularisation partielle (30 %) du débit du cours du
fleuve Mono ;
l’irrigation de 43 000 hectares de terres dans la basse vallée;
et la promotion de la pêche pour soutenir les efforts des
communautés rurales.
Le remplissage de la retenue a débuté le 1 er juillet 1987. Cet
aménagement est exploité par la Communauté Electrique du
Bénin (CEB). La mise en place de cet ouvrage a entrainé du point
de vue morpho dynamique, un déséquilibre de transport solide
qui se traduit par des érosions de berges et une modification
morphologique de la zone littorale.

Présenté et soutenu par Appolinaire TCHIKPOTO

17
DEUXIEME PARTIE : SYNTHESE
BIBLIOGRAPHIQUE ET DEMARCHE
METHODOLOGIQUE

Présenté et soutenu par Appolinaire TCHIKPOTO

18
Synthèse bibliographique et la démarche méthodologique

CHAPITRE I : SYNTHESE BIBLIOGRAPHIQUE


I.QUELQUES CONCEPTS
I.1. Les dépôts hydro-sédimentaires

Ils désignent la sédimentation induite par les débits


solides. Selon La roche (1983), le débit solide est le poids total
des matériaux transportés par un cours d'eau, d'une manière ou
d'une autre, passant à travers une section du cours d’eau
par unité de temps. Ces matériaux sont issus de l’érosion et
du ruissellement superficiel. Leur transport dépend de plusieurs
facteurs qui sont l’écoulement, la pente, la pluie, la
végétation, les sols et l’anthropisation, dont l'évolution
détermine la vitesse et l’importance de la sédimentation. Les
géologues, eux, prennent en compte les dépôts de matériaux
transportés par le courant et les dépôts issus des processus
de décantation par gravité des matériaux en suspension
dans l'eau.

Bolline (1975) indique que, plusieurs dizaines de tonnes


de particules par hectare et par an peuvent être détachées du
sol et ruisselées du fait de la masse solide impliquée, de la pente,
de l'angle d'incidence de la pluie par rapport à la surface
du sol et de l’énergie cinétique des gouttes de pluie. Le
transport est donc sélectif mais limité. Pour Govers et Poesen
(1988), la mobilisation des particules s'accompagne d'un tri du
matériau, d'une migration verticale dans l'eau d'infiltration et de
transport latéral de particules fines sous l'impact des gouttes de
pluie. Ces particules fines en présence d'une lame d'eau
sont mises en suspension et peuvent être évacuées. L’érosion
Synthèse bibliographique et la démarche méthodologique
pluviale a une triple fonction : elle désagrège, déplace et
réorganise.

Macary et Berville (2003), soulignant le rôle de l'érosion


dans la sédimentation, rappellent que l'érosion des sols est
un phénomène complexe qui résulte de divers processus
(détachement, transport et dépôt) causés par l'action, en
général combinée, de la pluie et du ruissellement, et dont
l'expression varie en fonction de la résistance du milieu (sol,
couvert végétal, techniques culturales) et de la topographie.
La sédimentation se produit lorsque le courant n'est plus
capable de maintenir les particules en suspension, et elle
résulte d'un ralentissement de la vitesse d'écoulement dont
les causes peuvent être multiples. Ainsi, la distribution
granulométrique est inégalement répartie dans le lit (Leguédois,
2003), ce qui explique la diminution progressive de la taille des
grains de sable de l’amont vers l’aval du bassin.

La sédimentation est donc l’ensemble des processus par


lesquels les particules en suspension et en transit cessent de se
déplacer et se déposent. Ainsi, la quantification des apports
solides permet d'évaluer la vitesse de comblement du bassin-
versant du fleuve.

I.2. Qu’est-ce qu’un bassin-versant ?

L'emploi du terme « bassin-versant » est relativement récent.


Son emploi se répand quand les chercheurs appréhendent le
fait hydrologique, en particulier le débit, comme un fait
spatial, comme le produit d'un espace géographique saisi
dans toutes ses dimensions, dans toute sa dynamique
Synthèse bibliographique et la démarche méthodologique
(Lambert, 1973). Pour Loup (1974), le bassin-versant est
une surface réceptrice des eaux qui alimentent une nappe
souterraine, un lac, une rivière ou un réseau complexe. Il le
définit par rapport à sa morphométrie, à ses caractères
climatiques, à sa géologie, à sa végétation, à ses sols.
Aujourd'hui, en hydrologie, le bassin-versant désigne la totalité
de l'espace drainé par un système fluvial, quelle que soit sa
taille. Brunet et al. (1992) définissent le bassin-versant comme
toute étendue en amont d’une station de mesure et dont
les eaux « versent » en ce point. Pour Fritsch (1995), c’est
une unité fonctionnelle, à trois dimensions, composée d’un
domaine souterrain englobant les unités géologiques et les
différents horizons du sol et d’un domaine superficiel et aérien
qui est le lieu privilégié de la vie (plantes, animaux et hommes).

Mais pour George et Verger (1996), un bassin-versant,


encore appelé bassin hydrologique ou bassin de drainage, est
l’espace géographique alimentant le cours d’eau qui le
parcourt. Ce bassin a pour axe le cours d’eau principal et
pour limite la ligne de partage des eaux le séparant des
bassins-versants voisins. Ainsi, un bassin-versant est l'ensemble
du territoire drainé par un cours d'eau principal et ses
tributaires. Les eaux souterraines qui alimentent les cours d'eau
durant les périodes d'étiage en font partie intégrante, au même
titre que les eaux de surface.

I.3. L’écoulement en rivière

Le problème de l’écoulement en rivière peut se résumer


comme suit : il y a d’un côté ce qui tend à faire couler l’eau, la
gravité et de l’autre ce qui tend à la ralentir, le frottement sur le
Synthèse bibliographique et la démarche méthodologique
fond. L’intensité avec laquelle la gravité va influencer l’écoulement
dépend de la pente, tandis que celle du frottement dépend des
caractéristiques de l’écoulement et de celles de l’interface solide
(granulométrie et topographie).

Pour un débit donné, les conditions d’écoulement dépendent donc


de la pente mais aussi du débit liquide et des propriétés
granulométriques et topographiques du lit. Quand la vitesse de
l’écoulement est telle que les variations de hauteur d’eau
induites par des perturbations topographiques ne peuvent
pas remonter vers l’amont, on parle d’écoulement torrentiel.
Ce cas ne se rencontre que dans des torrents de montagne
ou bien dans des cas bien particuliers (déversoir d’un seuil …).
Sinon, l’écoulement est dit fluvial. Il existe entre les deux cas
une différence de comportement très marquée. Les cas
rencontrés dans le mémoire seront toujours en régime fluvial.

Le frottement ne s’appliquant que sur les frontières


solides de l’écoulement (lit et berges), la vitesse de
l’écoulement n’est pas uniforme dans la section. Dans un tronçon
rectiligne, la zone des vitesses maximales se situe vers le milieu
de la section, et près de la surface libre.

L’écoulement en rivière est de manière générale


fortement turbulent. Des structures turbulentes vont donc
naître avec pour origine toutes les zones où l’on trouve des forts
gradients de vitesse : lits et berges, mais aussi toutes les
discontinuités topographiques du lit. La taille maximale de
ces structures turbulentes est limitée par les échelles spatiales
maximales dans la direction considérée : hauteur d’eau dans le
plan vertical et largeur de la section transversale dans le plan
Synthèse bibliographique et la démarche méthodologique
horizontal. Ces structures jouent un rôle important dans la
déformation du lit par l’écoulement.

I.4. Le processus de transport


I.4.1- Mode de transport

Le mouvement des grains s’organise selon l’intensité de


l’écoulement qui les met en mouvement ; au cours de ce
mouvement on observe le transport par charriage et celui en
suspension.

Figure n°7 : Distinction entre les modes de transport par charriage et suspension

En deçà d’un certain seuil, l’écoulement est trop faible pour


bouger les sédiments, puis, quand le débit augmente,
quelques grains commencent à bouger par roulement et
saltation. Ce mouvement s’étend ensuite à l’ensemble des
sédiments de surface. Dans le cas de sédiments grossiers, la
mobilisation totale du lit nécessite des pentes du lit élevées
ou des conditions hydrauliques extrêmes, alors qu’elle est
courante dans le cas de lits sableux.

Avec l’augmentation de l’intensité de l’écoulement, l’épaisseur de


couche de saltation augmente aussi, jusqu’à ce que les
Synthèse bibliographique et la démarche méthodologique
trajectoires des grains puissent occuper toute la colonne d’eau. Il
s’agit d’un processus continu, et un critère permettant de
distinguer transport par charriage (proche du fond) et
transport en suspension sera donc arbitraire.

Dans le cas de rivières de gravier, le transport solide est


généralement trop faible pour donner lieu à de la suspension. La
suspension se trouve plutôt dans les rivières de sable. Pour
celles-ci, le transport solide s’accompagne généralement de
dunes. La distinction entre charriage et suspension peut
alors se définir en comparant la longueur de saltation et la
longueur caractéristique des dunes. Dans le cas où le trajet des
grains est nettement inférieur à la longueur de dune, il s’agit de
transport par charriage, et dans le cas contraire il s’agit de
transport par suspension.

Une autre différence entre les deux modes de transport est que le
transport par charriage en un point donné ne dépend que des
caractéristiques hydrauliques locales tandis que le transport en
suspension dépend de la concentration dans la colonne d’eau
et donc de tout l’historique de la mise en suspension (et de
la sédimentation) en amont du point considéré. Une méthode
simple pour déterminer si il y a tendance à la suspension
réside en la comparaison entre la vitesse de chute des
sédiments (qui dépend du diamètre de grain) et une vitesse
verticale turbulente caractéristique au sein de l’écoulement.
La vitesse de frottement (qui est une autre manière
d’exprimer la contrainte au fond) donne un ordre de grandeur de
cette dernière (Van Rijn (1993)).
Synthèse bibliographique et la démarche méthodologique
Il existe souvent, en plus du charriage le transport en suspension
des grains très fins qui proviennent du lessivage à l’amont, et ne
se déposent pas dans le lit. Ce type de transport intervient
néanmoins dans la morphologie fluviale : il peut être piégé
par la végétation et contribuer ainsi à l’exhaussement d’îles,
ou bien se déposer à la décrue dans certaines zones de la plaine
alluviale (formation de bourrelets de digue).

Remarquons enfin que le transport de sédiment sur fond plat est,


dans le cas de lits sableux, une situation exceptionnelle qui
correspond soit à un transport très faible soit à un
transport très fort.

I.4.2-La granulométrie des sédiments

Différents paramètres définis à partir de la distribution


granulométrique peuvent être utilisés pour caractériser le
mélange. Plusieurs diamètres caractéristiques du mélange
peuvent être définis, comme le diamètre médian D 50 ou bien
le diamètre moyen Dm.

L’explication des effets de mélange est la suivante : les gros


grains dans un mélange sont plus exposés au flot que s’ils
étaient seuls représentés dans le lit, et inversement pour les
grains fins. En conséquence, les gros grains sont plus faciles
à déplacer et leur transport sera plus élevé que s’ils étaient
seuls. Inversement pour les petits grains. Ce phénomène est
connu sous le nom de « masquage et exposition ».
Synthèse bibliographique et la démarche méthodologique

Figuren° 8 : Explication schématique des phénomènes de masquage et


exposition

Cet effet a donc tendance à contrecarrer la différence de mobilité


intrinsèque des grains. On peut imaginer que tous les grains d’un
mélange sont mobiles en même temps quelle que soit leur taille :
il n’y a alors pas de transport sélectif. Ce cas n’est pas général (il
ne peut être considéré que comme une approximation, et
seulement dans certains cas), Une conséquence du transport
préférentiel des sédiments plus fins est que la granulométrie des
sédiments transportés est généralement plus fine que celle des
sédiments du lit.

Une caractéristique générale des rivières est que les sédiments


qui composent le lit sont de plus en plus fins dans la direction
aval. Ce phénomène est causé par le transport préférentiel des
sédiments les plus fins ainsi que par l’abrasion, et est associé à
une diminution de la pente du lit vers l’aval. Les diamètres des
grains du lit peuvent aller de plusieurs dizaines de centimètres
dans les torrents de montagne, à quelques dixièmes de
millimètres au niveau de l’embouchure des fleuves.

I.5.Les processus morphologiques


Synthèse bibliographique et la démarche méthodologique
L’objectif de cette sous-section est de décrire les conséquences
des processus de transport décrits plus haut sur la morphologie
de la rivière à l’échelle du tronçon.

 Rivière de sable – Rivière de gravier

Nous avons distingué jusqu’ici les rivières dont le lit est


composé de sable et des rivières dont le lit est composé de
gravier. Une caractéristique des rivières de gravier est que pour
le débit de plein bord, la contrainte hydraulique est du
même ordre de grandeur que la contrainte de mise en
mouvement des sédiments, tandis qu’elle en est bien supérieure
pour les rivières de sable Parker (2007). Une autre
caractéristique (qui est liée à la précédente) des rivières de
gravier par rapport aux rivières de sable est que – généralement –
il n’y pas de formes de fond bien marquées.

Par contre des bancs alternés (séquence seuils-mouilles) peuvent


être présents ou pas dans les deux cas. Il n’existe donc pas de
morphologie type des rivières de gravier ni de morphologie type
des rivières de sable.

La distinction rivière de sable – rivière de gravier, bien que


fondamentale, n’est pas suffisante pour rendre compte de la
diversité des formes des lits fluviaux rencontrés.

 Différents styles fluviaux

Une revue des différentes méthodes de classification des rivières


est proposée par Kondolf et al. (2003). En ce qui concerne les
styles fluviaux (morphologie de lit) une classification générale en
quatre styles différents selon deux critères (sinuosité et unicité du
chenal) est présentée dans le tableau suivant.
Synthèse bibliographique et la démarche méthodologique

chenal unique chenaux multiples


rectiligne Rectiligne en tresse
sinueux à méandres Anastomosé
Tableaun°1 : Classification de Rust des styles fluviaux d’après Bravard et Petit
(1997)

La présence de tressage est associée, d’après Bravard et Petit


(1997), à une forte charge sédimentaire, à l’érodabilité des
berges, à une grande variabilité des débits et à des pentes
élevées, mais aucun de ces facteurs n’est déterminant.

Dans beaucoup de cas, le style fluvial est aussi la conséquence


des aménagements : le chenal est souvent « unifié », les berges
fixées. Dans ce cas on a quand même conservation de séquences
seuils mouilles ou de bancs alternés caractéristiques des rivières
à méandres. Une des conditions de l’existence du tressage est
l’érodabilité des berges. Les endiguements tendent donc à
détruire le tressage (qui est remplacé par des bancs alternés).

Le style fluvial est déterminé, d’après Yalin (1992), par les


structures turbulentes horizontales. Le type de lit que celles-ci
sont capables d’engendrer (sans bancs, à bancs alternés, à
tresses) dépend des caractéristiques géométriques (largeur et
hauteur) du lit et de la granulométrie car ce sont ces
paramètres qui déterminent la manière dont les structures
turbulentes interagissent avec le lit et les berges. Ils
détermineront du coup aussi si l’adaptation de la pente se
fait, dans le cas où la pente doit diminuer, par érosion du
chenal ou bien par accentuation de la sinuosité par le méandre.
Synthèse bibliographique et la démarche méthodologique
Le style fluvial va donc dépendre des mécanismes d’ajustement
des caractéristiques géométriques au débit liquide et à la charge
sédimentaire.

 Mécanismes d’ajustement morphologiques

Les variations des caractéristiques géométriques (pente, largeur et


hauteur) et du style fluvial sont causées par un déséquilibre entre
la quantité de sédiments qui est amenée au point considéré et la
quantité qui en est évacuée. La rivière s’adapte pour assurer le
transport des sédiments provenant de l’amont. Il est très
difficile de préciser comment cette adaptation va se faire
face à des variations des contraintes extérieures (débit liquide
et débit solide) ou bien face à des aménagements qui,
typiquement, contraignent sa largeur. Dans le cas où la largeur
est fixée, le problème de la détermination des caractéristiques
géométriques du lit adaptées à un débit solide donnés peut se
résoudre à partir de loi de frottement et de la loi de transport
(même si en pratique, les incertitudes sur ces deux lois
rendent la prévision délicate). La principale variable d’ajustement
de la rivière est alors la pente, et le comportement de la rivière
face aux perturbations peut être décrit schématiquement par la
balance de Lane.
Synthèse bibliographique et la démarche méthodologique

Figuren°9: La « balance de Lane » et le principe de l’équilibre dynamique (d’après


Lane, 1955).

Le schéma de Lane montre que toute rivière cherche son


équilibre entre la charge alluviale imposée (Caractérisée par son
volume (Qs) et sa granulométrie (D)) et le débit liquide (Q), qui,
couplé à la pente (J), fournit l’énergie capable de l'évacuer.

De manière très simplifiée, le principe de la dynamique fluviale


peut donc être représenté comme l’oscillation permanente de
l’aiguille d’une balance dont l’un des plateaux serait rempli de
sédiments grossiers (variable Qs), et l’autre d’eau (variable Q). Les
quantités respectives et les rapports de ces deux éléments étant
extrêmement fluctuants (à l’échelle de la journée, de l’année, du
millier d’années), il s’ensuit un ajustement permanent de la
morphologie du cours d’eau, autour de conditions moyennes, par
le biais des processus d’érosion-dépôt.
Synthèse bibliographique et la démarche méthodologique
II- REVUE BIBLIOGRAPHIQUE

La revue bibliographique récapitule les principaux travaux


effectués dans le domaine d’étude par divers auteurs. Il est donc
question dans cette rubrique de faire la synthèse des travaux de
recherche (mémoires, thèses, études, publications) ayant abordés
des sujets relatifs à notre domaine d’étude.

II.1. La modélisation en morphologie fluviale

Dans le cas de morphologie fluviale en général, Darby et van


de Wiel (2003) classent les modèles en plusieurs catégories :

 Les modèles conceptuels, qui, étant essentiellement


descriptifs, ne donnent aucune information quantitative sur
le système ;
 Les modèles empiriques qui consistent en des relations
entre les paramètres du système fluvial (généralement
entre les paramètres géométriques du lit et le débit). Ces
relations sont uniquement basées sur l’analyse des
mesures ;
 Les modèles analytiques qui cherchent à proposer de telles
relations non plus de manière empirique mais en s’appuyant
sur des lois à base physique ;
 Les modèles numériques qui s’appuient eux aussi sur
des lois à base physiques. L’utilisation de la puissance de
calcul informatique leur permet d’aller plus loin en
calculant les évolutions temporelles des variables et en
considérant les évolutions dans plusieurs dimensions. La
modélisation numérique en morphologie fluviale a
commencé avec les modèles unidimensionnels, qui sont
Synthèse bibliographique et la démarche méthodologique
bien adaptés pour l’étude de l’évolution à grande
échelle du profil en long des rivières.

Ce que nous utiliserons dans le cadre de ce mémoire, c'est-à-


dire la modélisation des évolutions du lit considéré dans toute
sa complexité géométrique, est le modèle empirique.

II.2. Travaux effectués dans le bassin du mono

Devant l’ampleur des inondations survenues ces dernières


années, notamment en 2010, dans la basse vallée du fleuve Mono
et compte tenu des dommages importants subis par les
populations riveraines, la Direction Générale de l’Eau du
Ministère de l’Energie et de l’Eau du Bénin a lancé une étude de
faisabilité d’un système de prévision et d’alerte aux crues dans le
bassin du fleuve Mono. Les enquêtes menées dans le cadre de
cette étude ont confirmé les constats et conclusions de l’étude
UNDAC. Elles révèlent que les inondations sont dues
majoritairement à des débordements du fleuve. Les années
d’inondation les plus citées sont : 1963, 1995, 1999, 2000, 2003,
2004, 2005, 2006, 2007, 2008, 2009, 2010. Cette étude a montré
que les crues de 1999, 2007, 2009 et 2010 ont à peu près les
mêmes temps maxima de submersion. Du point de vue de la
gravité des dommages par événement, les crues de 1999 et 2010
sont suffisamment différenciées pour être représentatives. Le
temps relatif mis en œuvre dans l’état actuel de l’organisation
pour réduire les dommages est estimé à au moins un (01) mois.
Les précipitations les plus importantes sont enregistrées d’avril à
octobre. Au cours de cette période, les précipitations sont
inégalement réparties sur le bassin, le sud est très arrosé en juin,
comparativement à la partie nord qui reçoit les pluies les plus
Synthèse bibliographique et la démarche méthodologique
abondantes de juillet à septembre. Les résultats de l’étude de
faisabilité du système de prévision et d’alerte aux crues montrent
que celles-ci sont provoquées par des pluies d’intensité moyenne
de 200 mm sur 30 jours ou plus, intensité très courante.
L’ampleur de la crue dépend de la saturation initiale des sols
donc du cumul de pluie antérieur. En amont de Nangbéto, les
coefficients de ruissellement dépassent 50% pour les crues les
plus importantes. Cette étude confirme que la gestion du barrage
de Nangbéto conduit à un moindre écrêtement en octobre. Le
temps de réaction du bassin en amont de Nangbéto est d’environ
trois (03) jours. D’après cette étude, tout débit dépassant
600m3/s en aval du barrage participe à l’inondation de la zone.
Selon les résultats de l’étude, les crues de référence sont celles de
1999, 2003, 2007, 2009 et 2010. Cette étude a signalé par
ailleurs que les personnes enquêtées associent la crue à
l’ouverture des vannes du barrage de Nangbéto.

AMOUSSOU (2010), a mis en évidence la relation


climat/bilan hydrologique dans le bassin du fleuve Mono. Pour
une meilleure analyse de la relation pluie/débit, une
spatialisation pluviométrique est faite à partir de l’interpolation,
en tenant compte de l’altitude et des coordonnées géographiques
des stations. Il a été examiné aussi l’impact de la variabilité
pluvio-hydrologique et de la dynamique des états de surface sur
la sédimentation. La variabilité des écoulements et la dynamique
sédimentaire dans le bassin versant Mono-Ahémé- Couffo
pendant la période 1961-2000 dans un contexte de gestion
intégrée des ressources en eau (GIRE) ont été analysées, en
fonction des lames d’eau précipitées, des effets de lâchers d’eau
du barrage de Nangbéto mis en service depuis septembre 1987,
Synthèse bibliographique et la démarche méthodologique
de la dynamique des états de surface et du substratum
géologique (socle et grès) en place. L’approche combinée de
l’utilisation des données météorologiques, hydrologiques,
d’occupation du sol, sédimentologiques, associées aux études
antérieures et aux observations de terrain, ont permis le
développement des méthodes statistiques efficaces. La variation
pluvio-hydrologique, associée à la dégradation actuelle des unités
paysagiques, a contribué à l’augmentation des charges solides
dans le bassin, dont les plus importantes parviennent au lit en
période des hautes eaux, et occupent seulement 8 % de ce temps.
Ces apports sont à la fois d’origine continentale et marine, dont
les plus importants sont ceux drainés par les cours d’eau. Ils ont
contribué à la réduction des superficies des plans d’eau de 4 %
dans la basse vallée.

AGO (2005), a fait l’analyse des risques d’inondation en aval


du barrage hydroélectrique de Nangbéto au Togo et au Bénin.
Cette analyse a porté sur les variabilités interannuelles des
précipitations et débits de 1955 à 1999, la vulnérabilité des
populations, les modifications hydrologiques et les effets en aval
au Togo et au Bénin du barrage construit en 1987. L’analyse des
modules annuels n’a révélé aucune tendance, montrant ainsi que
les changements intervenus dans l’affectation du sol,
l’accroissement des surfaces imperméables et même le
fonctionnement du barrage n’ont pas modifié de manière
significative la variation interannuelle des débits annuels. Il a
notifié qu’au-delà du retour à l’amélioration des pluviométries dès
la fin des années 80, les pressions anthropiques et la poussée
démographique expliquent mieux l’ampleur et la fréquence élevée
des inondations en aval du barrage hydroélectrique de Nangbéto.
Synthèse bibliographique et la démarche méthodologique
La dégradation des sols, le déboisement des berges du fleuve et
des zones inondables, l’augmentation des habitations dans le lit
majeur même du fleuve ne font que fragiliser les populations
riveraines et accroître leur vulnérabilité face aux inondations. Au
vu des résultats de ses travaux, il a été suggéré de doter
l’ensemble du bassin d’un schéma d’aménagement participatif et
d’une unité de gestion des inondations.

A la lumière de la présente synthèse bibliographique, les


auteurs ont abordé la maîtrise des crues et des phénomènes
hydrologiques extrêmes à travers divers approches qui nous
permettront de modéliser le transport solide dans la basse vallée
du fleuve Mono au Bénin. Cette revue a permis de constater qu’il
n’existe pas encore une étude axée uniquement sur la
modélisation des transports solides dans la basse vallée du fleuve
Mono au Bénin ; d’où la nécessité de l’étude. Par ailleurs la
pertinence du thème du présent mémoire est prouvée dans la
problématique développée ci-dessous.

III. PROBLEMATIQUE

Les phénomènes d’inondations et d’érosions sont devenus


récurrents dans les bassins fluviaux des différents fleuves du
Bénin. Les enquêtes générales montrent que les inondations
entraînent parfois la perte de 60% des produits agricoles et
d’élevage (UNDAC, 2010). L’enclavement des secteurs inondés ne
permet pas l’écoulement des produits agricoles. L’inondation a
également pour conséquences la dégradation des voies de
communication. Les incidences sanitaires des inondations sont
également importantes et liées en partie à la réduction de la
Synthèse bibliographique et la démarche méthodologique
qualité des eaux. Ces derniers sont probablement dus à la
fréquence des crues et aussi à l’ensablement de ce fleuve.

Sur le fleuve Mono, les crues dévastatrices ne datent pas


d’aujourd’hui. ANTHEAUME, (1970) montrait déjà que les crues
du fleuve exercent une véritable tyrannie sur la vie agricole,
malgré qu’en ce moment la vallée du Mono est considérée comme
une zone « répulsive et peu peuplée ».

Quelques années plus tard, BOKO, (1975) rappela lui aussi


que les inondations du Mono provoquent «la dévastation
d’importantes superficies de végétation et de cultures surtout
dans la basse plaine… ». PLIYA, (1980) insiste encore sur la
dangerosité du fleuve, dont les crues brutales provoquent
fréquemment des inondations dans la basse vallée menaçant les
villes de Lokossa, Athiémé, tous les villages riverains des lagunes
de Grand-Popo et Ouidah. GANGBE, (1988), indiquait à son tour,
en se référant à la période précédente, que «les crues du Mono
sont très dévastatrices : l’eau du Mono s’étale dans toute la plaine
d’inondation et détruit les constructions, les routes secondaires,
les pistes. Des villages entiers sont inondés… Les champs
disparaissent, envahis par les eaux de crue. La situation est
parfois catastrophique parce qu’il y a des milliers de sans-abris,
déclenchement des épidémies et manques de vivres».

L’ensemble de ces études antérieures à la mise en service de


l’aménagement de Nangbéto rappelle donc que les affres dues aux
crues du fleuve Mono sont un fait ancien.

Malgré la construction du barrage de Nangbéto en 1987, la


crue du fleuve Mono continue de faire des dégâts. Les localités
situées dans la basse vallée du Mono subissent les affres du
Synthèse bibliographique et la démarche méthodologique
débordement de ce fleuve. Les dégâts causés par la crue sont
énormes. Avec les habitations sous l’eau, les populations ne
savent plus à quel saint se vouer. L’inondation de 2010 a
engendré 35% de sinistrés à Grand-Popo, 25% à Lokossa, 17% à
Athiémé (confère annexe1). Les dommages, dans le domaine des
productions agricoles, halieutiques et animales sont
indénombrables. L’inondation de 2010 a engendré une perte de
3473 têtes d’animaux (volailles, lapins, caprins, veaux et porcins).
Les communes d’Athiémé et de Lokossa totalisent plus de 80%
des superficies endommagées. Au total, le quart de la population
des communes est sinistré en 2010. Comme on le constate, la
crue du fleuve Mono ne cesse de faire des victimes.

Notre étude sera axée sur la modélisation des transports solides


dans le fleuve Mono et sa dynamique. Dans ce cadre, nous
exposerons les fondements de la modification morphologique et
dynamique du fleuve, nous présenterons les causes de l’érosion
fluviale et de l’inondation.

 Objectif général du travail


Etudier l’influence des différents mécanismes de transport solide
sur la dynamique du fleuve.

 Objectifs spécifiques
o Analyser les écoulements et le transport des matériaux
solides,
o Identifier les causes de la modification morphologique du
fleuve.
Synthèse bibliographique et la démarche méthodologique

CHAPITRE II : DEMARCHE METHODOLOGIQUE


I. LES DONNEES COLLECTEES

Les données, hydrologiques, hydrauliques, topographiques ont


été utilisées dans la présente étude. La collecte de toutes ces
données a été faite directement ou par le biais de l’internet auprès
des services administratifs et techniques intervenant ou ayant
Synthèse bibliographique et la démarche méthodologique
intervenus dans la résolution des problèmes semblables en
général et sur le bassin du Mono en particulier ; il s’agit de: la
Direction Générale de l’Eau du Bénin (DG eau), la Communauté
Electrique du Bénin (CEB) La synthèse et la source des données
utilisées se trouvent dans le tableau ci-dessous :

Caractéristiques
Types de Région ou
Sources Période Altitude
données station Latitude Longitude
(m)

DG Eau 1968-
ATHIEME 06°34’44’’N 01°39’53"E 8,2
Cotonou 2008
Débits
NANGBETO 1987-
CEB 07°25’N 01°26’E 150
AVAL 2008

Tableau n°2 : Différentes stations pluviométriques et hydrométriques utilisées

II. LES TECHNIQUES DE MESURES

Il s’agit des données de profondeur.

II.1.La bathymétrie

Les mesures bathymétriques du lit du cours d’eau ont


été réalisées en saison sèche (étiage) grâce à deux techniques
artisanales qui prennent en compte la section à mesurer.

La première technique consiste à faire des mesures sur de


grandes sections, avec une équidistance de 3 m, en déplaçant la
pirogue d'une rive à l’autre. Le fil gradué lesté avec 5 kg de plomb
afin d’empêcher le courant d’eau de déplacer ce fil à l'extrémité,
Synthèse bibliographique et la démarche méthodologique
est immergé pour mesurer la profondeur. Chaque mesure de
profondeur est accompagnée de la prise des coordonnées au
point de mesure, de la rive de départ à la rive d’arrivée. La
détermination des profondeurs étant difficile, surtout en période
de vent violent fréquent (5 m/s, voire 10m/s sur un plan d'eau
de 2,5 à 3 km de large), la technique de notation consiste à
quantifier deux ordres de grandeur qui sont la largeur et la
hauteur d’eau en un point. Le plomb comporte une cavité à
son extrémité permettant de faire en même temps des
prélèvements de sédiments.

Figure n° 10 : Fil lesté


Source : Amoussou (2005)

La deuxième technique consiste à étendre la corde graduée à


l'aide d'une pirogue, soutenue de part et d'autre du chenal par
des piquets. Cette technique concerne le jaugeage et la
bathymétrie du lit à l’étiage.

Figure n°11 : Technique de détermination de la


bathymétrie.
Synthèse bibliographique et la démarche méthodologique

Source : Amoussou (2005)

II.2. La granulométrie des sédiments

Les prélèvements sont réalisés de deux manières : par carottage


et par plongée. Les prélèvements réalisés ont été analysés au
laboratoire de CGILE au Togo et au Département des Sciences
de la Terre à l’Université d’Abomey-Calavi (Amoussou (2005)).

Après séchage à l’étuve, la pesée est automatiquement faite.


Ainsi, un prélèvement de 100 g par échantillon est versé dans la
colonne de tamis de la série AFNOR (Association Française de
Normalisation). La colonne est constituée de 5 tamis suivant une
progression géométrique décroissante des mailles permettant
de distinguer les graviers (> 2 mm), les sables très grossiers
(>1 mm), les sables grossiers (> 0,5 mm), les sables moyens
(>0,2 mm) et les sables fins et très fins (> 0,05 mm).

III. METHODES D’ETUDE

Les méthodes utilisées pour cette étude sont essentiellement


mathématiques et numériques. Elles ont permis de modéliser
l’évolution du cours d’eau.

III.1. Formulation des équations


III.1.1. Equations de Navier-Stokes

Les équations de Navier-Stokes sont composées de


l’équation de continuité, qui exprime la conservation de la masse
du fluide étudié, et des équations de quantité de mouvement, qui
Synthèse bibliographique et la démarche méthodologique
résultent en fait de la relation fondamentale de la dynamique des
fluides.

III.1.1.1. Les équations de base

Soit⃗
U le vecteur vitesse dont U, V et W sont ses composantes

dans les directions x, y et z d’un repère cartésien, respectivement;


ρ la densité; p la pression. Il s’ensuit que la masse de fluide M à
l’intérieur d’un volume de contrôle Ω en un temps t est donné par

M(t)= ∭ ρdΩ (1)

où Ω dépend des variables x, y, z. et du temps ; dΩ est un


élément de Ω.

L’équation de continuité exige que le taux de variation de la


masse totale M soit nul (la loi de conservation de masse)

d
dt
(M)=0 (2)

L’équation de la quantité de mouvement qui traduit la deuxième


loi de Newton appliquée à la masse M, est exprimée sous la forme

d
dt
(M⃗U )=∑⃗F (3)

Le premier membre gauche indique le taux de variation de la


quantité de mouvement de la masse M, et ∑⃗F est la somme
vectorielle des forces qui s’exercent sur M.

III.1.1.2. Equation de continuité

La conservation de la masse de fluide contenue dans le domaine


Ω s’exprime comme suit :

d ∂M
dt
(M)= ∂t
+ Ms (4)
Synthèse bibliographique et la démarche méthodologique
d ∂ ∂ρ
( M )= ∭ ρdΩ=∭ dΩ (5)
dt ∂t ∂t

Le deuxième terme du second membre dans (4) représente le flux


Ms net à travers la surface Γ. Ainsi il devient :

Ms =∬ ρ ⃗U .n⃗ dΓ (6)

Par le théorème de Gauss, le flux aux frontières est alors ramené


à une intégrale de volume. Il s’en suit que (4) s’écrit

∭ ¿ ¿( ρ ⃗
U )dΩ =0 (7)

Comme le volume Ω est arbitraire, l’intégrale sur tous points de Ω


doit donc être nulle.

∂ρ ⃗ ⃗
+ ∇ .( ρ U )=0 (8)
∂t

Ceci représente l’énoncé de la continuité sous une forme


différentielle. En utilisant la notion d’une dérivée particulaire, (8)
devient ainsi

∂ρ ⃗ ⃗ ∂ρ ⃗ ⃗ ∂ρ
+ ∇ . ( ρ U )= + ( U . ∇ ) ρ+ ρ ( ⃗ U )= + ρ ( ⃗
∇ .⃗ ∇.⃗
U ) =0 (9)
∂t ∂t ∂t

Si la densité de fluide reste constante, on a par définition un


écoulement incompressible, d’où


=0 (10)
dt

Comparée à la définition (2-10), l’équation de continuité d’un


écoulement incompressible est considérablement simplifiée. On
obtient à partir de (9).


∇ .U
⃗ =0 (11)

III.1.1.3. Equation de quantité de mouvement


Synthèse bibliographique et la démarche méthodologique
Comme pour la masse, le premier membre de (2) s’écrit :

d d ∂
U ) = (∭ ρdΩ )=∭ ¿ )dΩ +
(M⃗ U (⃗
∬ ρ⃗ U .n⃗ )dΓ (12)
dt dt ∂t

Par le théorème de Gauss, il s’en suit que (12) s’écrit

d
U )=
(M⃗ ∭ ¿ ¿) + ρ ⃗
U ¿))dΩ (13)
dt

On en déduit la forme « conservative » qui s’écrit :

∂( ⃗
U) ⃗
ρ + ∇ .( ρ ⃗ U ¿ =-⃗
U ⊗⃗ ∇ p + ρ ⃗γ + ρν ∆ ⃗
U (14)
∂t

Où ⊗ est le produit mixte

Et la forme "non conservative" s’écrit :

∂( ⃗
U ) ⃗ ⃗ ⃗ −1 ⃗
+(U . ∇ ¿ U = ∇ P + γ⃗ + ν ∆ U
⃗ (15)
∂t ρ

Où p est la pression, ν est le coefficient de viscosité cinématique


(en m2/s), ρ la masse volumique.

La variation de la masse volumique est due soit à la température,


soit à la présence de substances dans l’eau, sel ou sédiments.
Dans tous les cas, nous considérerons que cette variation est
suffisamment faible pour que l’on puisse utiliser seulement la
forme incompressible de l’équation de continuité. Nous arrivons
finalement à l’écriture suivante des équations en coordonnées
cartésiennes :

Equation de continuité :

∂U ∂ V ∂ W
+ + =0 (16)
∂x ∂ y ∂z

Equation de quantité de mouvement


Synthèse bibliographique et la démarche méthodologique

∂ U ∂U 2 ∂UV ∂ UW −1 ∂ p

{
+ + + = +ν ∆ ( U )+ fV 17. a
∂t ∂ x ∂y ∂z ρ ∂x
∂V ∂VU ∂V 2 ∂VW −1 ∂ p
+ + + = + ν ∆ ( V )−fU 17. b (17)
∂t ∂x ∂y ∂z ρ ∂y
∂ W ∂W ∂ WV ∂ W 2 −1 ∂ p
+ + + = + ν ∆ (W )−g 17. c
∂t ∂x ∂y ∂z ρ ∂z

où f est le paramètre de coriolis, f = 2Ωsin∅

Les équations (16) et (17) sont des équations de Navier-Stokes

III.1.2. Equations de Saint-Venant

Dans le cas d’écoulements en rivière, il est généralement


possible de considérer que les termes d’accélération des
vitesses verticales sont négligeables par rapport aux autres
termes de l’équation (17.c)

Celle-ci s’écrit alors :

∂ρ
=−ρg (18)
∂z

Soit

P = P0 + ρg( Z−z ) (19)

Avec P0 la pression atmosphérique et Z la cote de la surface libre.


Avec cette hypothèse de pression hydrostatique, l’équation (17)
s’écrit :

∂ U ∂U 2 ∂UV ∂ UW ∂Z

{ +
∂t ∂ x
+
∂y
∂V ∂VU ∂V 2 ∂VW
∂t
+
∂x
+
∂y
+

+
∂z

∂z
=−g

=−g
∂x
∂Z
∂y
+ ν ∆ ( U ) +fV

+ν ∆ ( V )−fU
(20)

A ces équations sont associées deux conditions aux limites


au fond, l’une exprimant l’imperméabilité, et l’autre exprimant
la contrainte au fond par une loi de frottement, et deux
Synthèse bibliographique et la démarche méthodologique
conditions aux limites à la surface libre, l’une exprimant
l’imperméabilité (ce qui permet d’en déduire la hauteur
d’eau) et l’autre exprimant la contrainte à la surface qui est
nulle sauf dans le cas de vent.

Les équations de saint venant s’obtiennent par intégration sur


la verticale des équations de Navier-Stokes. Les vitesses de
l’écoulement auxquelles on s’intéresse maintenant sont donc
des vitesses moyennes sur la verticale, et toute l’information
sur la structure verticale de l’écoulement est perdue.

Equation de Continuité :

∂(hu) ∂( hv) ∂(hw)


+ + =0 (21)
∂x ∂y ∂z

Equations de quantité de mouvement :

∂(hu) ∂(h u2) ∂(huv ) ∂Zs τ τ

{ ∂t
+
∂x
+
∂y
2
∂ (hv) ∂(huv ) ∂(h v )
∂t
+
∂x
+
∂y
=−g h

=−g h

∂x

∂y
Z s
+ A H ∆ ( h u ) +f ( hv ) + sx − fx (22. a)
τ
ρ
sy
ρ
τ
ρ

ρ
fy
+ A H ∆ ( h v ) −f ( hu ) + − (22.b)
(22)

III.1.3. Formes conservative et non conservative des


équations de Saint-Venant

Les variables dépendantes dans les équations de Saint-Venant


peuvent être choisies selon les formulations suivantes :

 formulation « vitesse-hauteur d’eau » : profondeur d’eau h et


vecteur vitesse u⃗ comme variables dépendantes ;
 formulation « débit-hauteur d’eau » : profondeur d’eau h
et vecteur débit unitaire

q⃗ =( q x , q y ) =( hu , hv ) comme variables dépendantes ;


Synthèse bibliographique et la démarche méthodologique
 formulation « vitesse-dénivellation » : dénivellation de la
surface libre Zs et vecteur vitesse u⃗ comme variables

dépendantes;
 formulation « débit-dénivellation » : la dénivellation de la
surface libre Zs et vecteur débit unitaire q⃗ comme variables
dépendantes.

Nous allons par la suite étudier les différentes formulations des


équations de Saint-Venant sous forme conservative et non
conservative.

II.1.3.1. Equation sous forme conservative :

o Formulation « vitesse - hauteur d’eau » :

La formulation « vitesse-hauteur d’eau » des équations de Saint-


Venant sous forme conservative se présente alors de la manière
suivante :

∂U ∂ E ∂ G
+ + =H (23)
∂ x ∂ y ∂z

hu hv
h 2
uv
u
U=u ,E= + gh , G = v2 (24)
v 2 + gh
uv 2

0
∂ ∂ (u) ∂ ∂ (u )
H=
−Fu+ fv+
∂x (
AH
∂x ∂y
+) (AH
∂y ) (25)
∂ ∂(v) ∂ ∂ (v)
−Fv−fu+
∂x (
AH +
∂x ∂ y) (AH
∂y )
Synthèse bibliographique et la démarche méthodologique
o Formulation « débit unitaire - hauteur d’eau »

La formulation débit unitaire - hauteur d’eau se présente alors de


la manière suivante avec (q x , q y ) et h :

∂U ∂ E ∂ G
+ + =H (26)
∂ x ∂ y ∂z

qx qy
2
h qx g h2 qx q y
+
U = qx ,E= h 2 ,G= h (27)
qy qx qy q y2 g h2
+
h h 2

0
∂ ∂q ∂ ∂q
H=
−F q x + f q y +
∂x (
AH x +
∂x ∂ y ) (
AH x
∂y ) (28)
∂ ∂ qy ∂ ∂q y
−F q y −f q x +
∂x
AH ( +
∂x ∂ y
AH) (
∂y )
III.1.3.2.Equation sous forme non conservative

o Formulation «vitesse - dénivellation »:

La formulation vitesse - dénivellation se présente alors de la


manière suivante avec (u,v) et Zs:

∂(u) ⃗
+∇ .¿)=0 (29)
∂t

∂(u) ∂ Zs τ τ

{ ∂t
∂ (v )
∂t
+(⃗u . ⃗ ∇)u=−g

+ ( u⃗ . ⃗
∇ ) v=−g

∂x

∂y
Z s
+ A H ∆ u+ fv+ sx − fx
hρ hρ
τ
hρ hρ
τ
+ A H ∆ v−fu+ sy − fy
(30)

Formulation « débit unitaire - dénivellation »:

La formulation débit unitaire - dénivellation se présente alors de


la manière suivante avec (q x , q x ¿ et Zs 

∂h ⃗
+ ∇ . ⃗q =0 (31)
∂t
Synthèse bibliographique et la démarche méthodologique

∂ ∂ ∂ ∂ Zs τ sx τ fx

{ ∂t

∂t
(q x )+ (q x u)+
∂x

(q y )+ (q y u)+
∂x
∂y

∂y

(q x v )=−g h

(q y v )=−g h
∂x
∂ Zs
∂y
+ A H ∆ ( h q x ) +f q y + −
ρ ρ
τ sy τ fy
+ A H ∆ ( q y ) −f q x + −
ρ ρ
(32)

III.1.3-3- Equations de base de Saint-Venant


Désormais nous utilisons la formulation «débit unitaire -
dénivellation » des équations de Saint-Venant tout au long de
cette étude :

∂ h ∂(q x ) ∂ ( q y ) (33)
+ + =0
∂t ∂x ∂y

∂ ∂ ∂ ∂ Zs τ sx τ fx

{ ∂t

∂t
(q x )+ ( q x u)+
∂x

(q y )+ (q y u)+
∂x
∂y

∂y
(q x v )=−gh

(q y v)=−gh

∂x

∂y
Z s
+ A H ∆ ( q x ) + f ( q y) + −

+ A H ∆ ( q y ) −f (q x )+ −
ρ
τ
ρ
sy
ρ
τ fy
ρ
(34)

I II III IV V

Dans le système d’équation (34), nous classons les termes en 5


groupes dont les significations physiques sont :

I : Accélération locale de l’écoulement

II : Termes d’advection, transport de la quantité de mouvement


par l’écoulement moyen

III : Termes de gradients de surface libre

IV : Termes de diffusion

V : Effet de la force de Coriolis, des contraintes dues au vent en


surface et au frottement sur le fond.

En négligeant les termes III et V dans le système d’équation (34),


on obtient les équations de transport

III.2. Le transport fluvial des sédiments


Synthèse bibliographique et la démarche méthodologique
L'étude du transport des sédiments est particulièrement difficile
étant donné que le lit de la rivière est continuellement variable
dans le temps et l'espace. Le mouvement des sédiments, qui
façonne le lit de la rivière, représente un phénomène relativement
complexe.

III.2.1.Mise en mouvement des particules

La détermination de la condition critique marquant


l’arrachement des particules est abordée de différentes manières
en s'appuyant sur :

o la vitesse moyenne de l'écoulement, à l'exemple du


diagramme de Hjulström (1935) établi pour des matériaux
non cohésifs, à granulométrie homogène.
o la contrainte de cisaillement exercée par l’eau sur le lit de la
rivière, à l'exemple du diagramme de Shields (1936) établi
également pour des matériaux non cohésifs.

III.2.1.1. Vitesse limite requise pour transporter les


sédiments
En fonction de sa vitesse, l’écoulement de l’eau peut avoir trois
comportements distincts (Hjulström, 1935):

o La sédimentation : les particules sont au repos et la vitesse


du courant n’est pas assez forte pour les mobiliser
o Le transport : la vitesse du courant devient assez élevée
pour commencer à transporter les particules
o L’érosion : la vitesse du courant devient suffisamment forte
pour arracher au lit de la rivière les grains de taille moyenne
et grosse
Synthèse bibliographique et la démarche méthodologique

Figure n° 12: Diagramme de Hjulström (1935)

Si l'on
examine d'abord la partie supérieure de ce graphe (érosion des
particules), la portion de la courbe représentant l'érosion des
particules moyennes à grossières (sables fins à galets) semble
logique : la vitesse du courant nécessaire pour mobiliser des
grains augmente avec leur granulométrie. Par contre, pour les
particules fines, la courbe montre une augmentation de la vitesse
du courant avec la diminution de la granulométrie. Ce
comportement paradoxal est la conséquence de la cohésion élevée
des particules fines. La partie inférieure du graphe montre la
relation entre la granulométrie des particules et la vitesse du
courant lors de leur dépôt.

Le diagramme de Hjulström est pratique car il permet de donner


la vitesse limite de début d'arrachement d'une particule mais il ne
dissocie pas les différents modes de transport.

III.2.1.2.Contrainte critique
Synthèse bibliographique et la démarche méthodologique
La contrainte de cisaillement représente la force exercée par
l'écoulement de l'eau sur le lit de la rivière. Dans un écoulement
permanent et uniforme elle s'exprime par :

τ =ρ . g . Rh . S (35)

Rh : le rayon hydraulique (m)

Etant donné que la largeur L de la rivière est généralement très


grande (sauf cas très particulier : gorges très profondes) devant la
hauteur de l'écoulement, la contrainte de cisaillement peut se
simplifier ainsi :

τ =ρ . g . h . S (36)

La contrainte de cisaillement peut s’exprimer sous forme


adimensionnelle et dépend de la granulométrie. Elle s'écrit:

τ
τ ¿= (37)
( ρ s−ρ ) . g . d

Figure n°13 : Schéma de la contrainte de


cisaillement

La démarche de Shields reste, depuis 1936, une référence dans


le domaine du transport des sédiments. A partir de mesures en
canaux, l'auteur propose un diagramme montrant le seuil de mise
en mouvement des particules. Ce seuil (τ *c) est défini par une
Synthèse bibliographique et la démarche méthodologique
grandeur adimensionnelle appelée nombre de Reynolds
particulaire :

U¿. d
ℜ=
¿
(38)
υ

τ
Où U ¿ =
√ ρ
= √ g . h . S est la vitesse de cisaillement et ν est la viscosité

cinématique de l’eau (10-6 m²/s).

Cette courbe expérimentale de mise en mouvement a été calée


dans un canal rectangulaire à fond plat avec des particules
pseudo-sphériques mono dispersées. Elle ne doit pas être
considérée comme un critère absolu ; cependant, elle correspond
à un déplacement significatif de particules. C'est donc une courbe
de seuil d'arrachement.

L’utilisation de la courbe de Shields n’étant pas pratique, Yalin


(1972) a transformé la relation de Shields en une relation entre

g . ∆ 1 /3
τ ¿ et d =d ( avec (39)
¿
)
ν2

ρS −ρ
∆= la densité relative des particules.
ρ

Au-dessus de cette valeur critique, les grains sont en mouvement


tandis qu'en dessous ils sont au repos.

La contrainte de cisaillement adimensionnelle critique τ*c


présente selon Einstein (1950) la propriété d'être constante et
vaut τ*c =0,03 à 0,06 pour des diamètres adimensionnels
supérieurs à 10.
Synthèse bibliographique et la démarche méthodologique

Figure n° 14 : Courbe de Yalin-Shields (1936)

En granulométrie étendue, on peut être tenté d'appliquer un seuil


de mise en mouvement de ce type pour chaque classe de grains
prise séparément. Ce faisant, on néglige le phénomène de
masquage. Il est alors préférable d'employer l'une des méthodes
spécifiques à la granulométrie étendue exposées plus bas.
Certains auteurs, tel que Julien (1998), ont décomposé la courbe
de Shields en plusieurs droites pour simplifier sa quantification.

Pour différentes valeurs de d *, Julien obtient les valeurs de τ*


suivantes :

τ ¿=¿ (40)

III.2.2. Seuils d’observations des modes de mise en


mouvement

Les seuils de mise en mouvement sont tels que

Le diamètre utilisé pour le calcul du paramètre de Shields dépend


de la nature de la granulométrie.
Synthèse bibliographique et la démarche méthodologique
o C’est ainsi que lorsqu’on est en présence d’une
granulométrie uniforme, on va utiliser le diamètre moyen et
donc le paramètre de Shields va tout simplement s’écrire

τ0
(41)
¿
τ =
( γ s −γ ω ) d

o Pour les granulométries étalées, ce sont les diamètres


médians d 50 qui seront utilisés pour calculer le paramètre de
Shields :

τ0
(42)
¿
τ =
( γ s −γ ω ) d50

Les seuils de mise en mouvement sont tels que

Seuil du mouvement : τ ¿ <0,047 pour une granulométrie uniforme

Seuil du mouvement : τ ¿ <0,138 pour une granulométrie étalée

Cependant, une autre classification pratique et facile d’utilisation


est proposée par Ramette sous forme de tableau,

o Pour les granulométries uniformes


τ ¿<0,027 Les grains sont au repos sur un fond plat
0,027<τ ¿<0,047 Apparition des tous premiers mouvements, mais
pas assez pour générer un débit solide
0,047<τ ¿<0,062 Charriage sur fond plat
0,062<τ ¿<0,25 Charriage par dunes
0,25<τ ¿<2,5 Transport en suspension par dune
τ ¿>2,5 Transport en suspension sur un fond plat
Tableau n° 3 : Seuil de mise en mouvement (charriage)

o Et pour les granulométries étalées

τ ¿<0,088 Il n’y a aucun mouvement ;


0,088<τ ¿<0,138 Il y a apparition des tous premiers
mouvements, mais pas assez pour générer un
Synthèse bibliographique et la démarche méthodologique
débit solide ;
τ >0,138 Tous les grains du substrat alimentent le débit
¿

solide
Tableau n°4 : Seuil de mise en mouvement (suspension)

III.2.3. Formules de débit solide par charriage

Les différentes formules de calcul de débit solide donnent


rarement les mêmes résultats car les conditions de leur
établissement diffèrent les unes des autres. Cependant, il existe
deux formules qui donnent des résultats assez corrects, il s’agit
de la formule de Meyer-Peter et Muller et celle d’Engelund et
Hansen.

 Cas des rivières à granulométrie uniforme

Ce sont les formules empiriques de Meyer-Peter et Muller établies


sous certaines conditions que nous préciserons plus loin et qui
s’écrivent sous la forme adimensionnelle suivante :
3
qs ¿ 2
=8(β τ −0,047)
γ (43)
√ 3
g d ( s −1)
γs

En prenant g=9,81N/kg, on a
3 3
qs = 32( β τ ¿ −0,047)2 d 2 (44)
γs
Si =2,6 ¿
γs
3 3
qs = 33( β τ ¿ −0,047)2 d 2 (45)
γs
Si =2,7 ¿
γs

qs est le débit solide

 Cas des rivières à granulométrie étalée


Synthèse bibliographique et la démarche méthodologique
Dans le cas des matériaux à granulométrie étalée on montre
qu’une extension de la formule de Meyer-Peter et Muller est
applicable avec le paramètre β=1 et en remplaçant le seuil 0,047
par 0,138
3 3
qs = 32( τ ¿−0,138)2 d 502 (46)

 Formule de débit solide total


Elle est donnée par la formule empirique d’Engelund et Hansen
(1967) sous sa forme adimensionnelle :
1
2 5
qs 3
K R ¿2
=0,05( )τ (47)
γ g
√ g d ( s −1)
3
γs

K étant le coefficient de strickler global du lit mineur, incluant la


rugosité des berges et celle des grains constituant le fond et le cas
échéant celle des dunes.

Cette formule a été établie dans les conditions ou :

0,15mm<d<5mm (Sable)

III.3. L’analyse hydro-sédimentaire

 La quantification des apports sédimentaires


Le calcul du débit solide en suspension est fonction du débit
liquide observé (valeurs instantanées Q en m 3/s) et de la
concentration de matières en suspension (Bouanani, 2004).

La formule est :

TSS=C MES × Q× 86400 (48)

Avec TSS: Total Suspended Sediment (kg/j);


Synthèse bibliographique et la démarche méthodologique
CMES : concentration ou turbidité (g/l) et Q : débit liquide (m3/s).
Le chiffre représente la conservation du temps. Les apports
solides peuvent être quantifiés annuellement, mensuellement ou
saisonnièrement.

Dans le cas où seules les données de charges solides en


suspension (flux) sont disponibles, les chroniques de
concentration CMES(g/l) sont reconstituées selon la formule
suivante :

Flux (t / j) 1000
C MES= 3
× (49)
Débit (m /s) 86400

Le calcul du taux de dénudation (D), exprimé en t.km -2.an-1,


s’écrit de la manière suivante :

C MES ×Q
D= × 31536 (50)
S

Avec CMES: concentration ou turbidité (g/l), Q : débit liquide


(m3/s) et S : la superficie (km²) du bassin-versant.

 Erodabilité des sols

Lorsque les précipitations passent dans une maille, il peut inciser


la topographie, déposer et/ou transporter des sédiments. En
fonction de la zone dans laquelle il se situe, c’est à dire les
versants ou le réseau hydrographique, les règles d’érosion sont
différentes. La transition versant-réseau est définie par un flux
d’eau critique. Soit E le taux maximum d'érosion local.

E=ε . τ (51)

ε  : L’érodabilité du sol (mm/an) et τ : la contrainte (Pa).


Synthèse bibliographique et la démarche méthodologique
IV. MODELISATION DES EVOLUTIONS
MORPHOLOGIQUES

Différents processus de transport des sédiments ont été intégrés


dans le modèle : les processus de versant et les processus
fluviaux de transport de sédiments en intégrant une description
hydraulique de l’écoulement.

IV.1. Le modèle géométrique

Jusqu’ici, la cartographie du fleuve est restée incomplète. Nous


tentons ici, à partir des mesures calibrées des profondeurs et des
sondages sur un certain nombre de sites de reconstituer le
profil transversal du fleuve (Bas-Mono,) d’identifier l’évolution du
comblement par comparaison avec des travaux antérieurs.

.
Figure n°15: La bathymétrie d’une section du fleuve en aval de la station
d’Athiémé
Synthèse bibliographique et la démarche méthodologique
L'étude du transport des sédiments est particulièrement difficile
étant donné que le lit de la rivière est continuellement variable
dans le temps et l'espace. Le mouvement des sédiments, qui
façonne le lit de la rivière, représente un phénomène relativement
complexe.

Pour étudier la géométrie du cours d’eau, nous avons assimilé la


courbe bathymétrique du fleuve à une figure de forme régulière.
Ainsi la figure suivante présente la section transversale du fleuve
à Athiémé. Toutes les sections de calcul seront supposées ayant
cette forme pour la suite.

D C

Figure n°16: La section du fleuve en aval de la station d’Athiémé.

Avec :

y : Le tirant d’eau

DC : La largeur au plafond

AB : La largeur au miroir

AD : La berge gauche

CB : La berge droite


Synthèse bibliographique et la démarche méthodologique
Si Sk est la section du fleuve en un point k situé sur la ligne
moyenne du profil longitudinal du cours, on a:

0 si x i−x 0=L k

{
Sk = y si x i−x i−t=l k
z k =k .
W
n
(52)

0≤k<Lb, 0≤i< Lk , 0≤j<y et 0≤t<i

Lk = √( X ¿ ¿ j−X i )2+¿ ¿ ¿ et (53)

l k =Lk − y . (1/tg ( α )+ 1/tg ( β )) (54)


Lk est la largeur au miroir, l k la largeur au plafond, z k position de

la section sur la ligne moyenne, n le pas de l’espace et W la


longueur du bief. X j, X i ,Y j et Y i sont des coordonnées
topographiques des berges.

La figure suivante montre la vue en plan du fleuve (berge gauche


et berge droite) dans le bief à l’aval de la station d’Athiémé. Ceci
montre 4 méandres sur à peine 10km; le fleuve est donc très
sinueux. Cette sinuosité a des effets sur la dynamique du cours
d’eau que nous allons élucider un peu plus loin.
Synthèse bibliographique et la démarche méthodologique

Figure n°17 : Vue en plan des berges en coordonnées UTM en aval de la station
d’Athiémé

IV.2. Le modèle hydraulique

Les observations des cours d’eau actuels (vitesse de l’ordre du


m/s et hauteur d’écoulement de l’ordre du mètre, par exemple le
fleuve Mono) nous montrent que l’écoulement est turbulent
(nombre de Reynolds de l’ordre du million). Nous allons donc
supposer par la suite que cette turbulence est suffisamment
homogène, et que nous pouvons décrire le chenal par quelques
grandeurs caractéristiques moyennes (Figure n°18, d’après Graf,
1998) :
Synthèse bibliographique et la démarche méthodologique
 la vitesse moyenne, U (m/s), de l’eau (par moyenne, on
entend une intégration de la vitesse (1) sur quelques
secondes, afin de ne conserver que le mouvement moyen de
l’écoulement de l’eau, et de supprimer les fluctuations liées
à la turbulence, et (2) sur la section transverse du chenal)
 la largeur, L (m), du chenal au niveau de la surface libre
 la hauteur, h (m), de l’écoulement de l’eau dans le chenal

Figure n°18: Section longitudinale d'une rivière

L’observation de certaines rivières actuelles (telle que la rivière de


Mono par exemple) montre que la largeur est généralement
grande par rapport à la profondeur : le rapport largeur/hauteur
étant de l’ordre de 10 à 100.

Ces caractéristiques moyennes, U, L et h, sont généralement


couplées afin de définir :

 l’aire mouillée, A (m²), qui correspond à la section occupée


par l'eau
 le débit moyen, Q (m3/s), du cours d’eau
Synthèse bibliographique et la démarche méthodologique
Afin de décrire l’évolution de ces grandeurs au cours du temps, et
le long du chenal, nous devons faire quelques hypothèses pour
écrire une version macroscopique des équations de Saint-Venant

 L’écoulement est turbulent, ce qui induit une


homogénéisation du champ de vitesse (hypothèse toujours
vérifiée dans le cas des chenaux naturels).
 les pressions sont hydrostatiques. Ceci est une
approximation raisonnable du champ de pression réel, dès
que la profondeur du chenal devient grande face à la
rugosité du lit.
 Tous les déplacements dans le sens transversal sont nuls (
V =0) et le fluide est non visqueuse ( A H =0 )

Ces hypothèses nous permettent d’écrire les équations


macroscopiques suivantes, dites équations de Saint-Venant :

 Conservation de la masse :
dA ∂ A ∂(U . A)
= + =0 (55)
dt ∂t ∂x

Avec A l’aire de la section transverse (m²), U la vitesse de l’eau


(m/s), et q l les apports latéraux en eau (m²/s)

 Conservation de la quantité de mouvement :


dQ ∂Q ∂(U . Q)
= + =Forces motrices−Forces de frictions (56)
dt ∂t ∂x

Avec Forces Motrices : F m=ρ . g . A . S

et Forces de Friction : F f = ρ. C d . L . U 2

Donc
dQ ∂Q ∂(U . Q)
= + =ρ . g . A . S−ρ . Cd . L .U 2 (57)
dt ∂t ∂x
Synthèse bibliographique et la démarche méthodologique
Avec Q (= U∗A) le débit moyen d’eau (m3/s), S la pente du chenal
(sans dimension), Cd le coefficient de friction (sans dimension), et
L la largeur du chenal (en m).

 Simplifications des équations de Saint-Venant

La modélisation de l’écoulement de l’eau à partir des équations de


Saint-Venant est difficile et lourde en temps de calcul. Afin de
simplifier la modélisation de l’écoulement, on peut supposer
l’écoulement permanent et uniforme. Cette hypothèse
simplificatrice implique que les forces de friction et les forces
motrices soient égales. Nous avons ainsi :

2 g
g.A.S =C d . L . U 2, soit U = C . h . S (58)
d

Avec A=L.h

Tout le problème de l’hydraulique repose dans le coefficient de


friction Cd. De nombreux hydrauliciens (Chézy, Kutter, Manning,
Strickler etc…) se sont penchés sur le problème de sa définition.

Les équations de Saint-Venant se simplifient et deviennent :

Conservation de la masse :
dh ∂ h ∂(U . h)
= + =0 (59)
dt ∂ t ∂x

Reprenons la loi de conservation de la quantité de mouvement, il


vient :
dQ ∂Q ∂ (U .Q)
=ρ +ρ =ρ . g . A . S−ρ .C d . L. U 2 (60)
dt ∂t ∂x

Avec Qe =U . A , la relation se simplifie:


dQ ∂Q ∂(U . Q)
= + =g . h . S−Cd .U 2 (61)
dt ∂t ∂x
Synthèse bibliographique et la démarche méthodologique
g
C d=
C2

C le coefficient de Chézy est déterminé par la formule de Bazin:


87
C=
m
1+ B
(62)
√ Rh
Avec le rayon hydraulique Rh en m, et le coefficient mB en m1/2.

Nature des parois mB


Parois très unies (ciment, bois raboté) 0,06
Parois unies (planches, briques, pierres de taille) 0,16
Parois en maçonnerie de moellons 0,46
Parois de nature mixte (section en terre très 0,85
régulière)
Canaux en terre (conditions ordinaires) 1,30
Canaux en terre, avec fond de galets, parois 1,75
herbées
Tableau n°5 : Coefficient mB en fonction de la nature des parois et du lit du canal

IV.3. Résolution des équations de saint-venant

La méthode utilisée ici est la méthode des différences finis.


Cette méthode consiste à approximer les dérivées partielles d’une
équation au moyen des développements de Taylor et ceci se
déduit directement de la définition de la dérivée.

Soit f(x; y) une fonction continue et dérivable de classe C ∞, alors la


dérivée partielle première de f par rapport à x est calculée par la
formule:

f ( x +h x , y ) −f ( x , y)
f ’ x (x , y)= lim (63)
hx →0 hx

IV.3.1.1. Discrétisation de l’espace et du temps:

o Discrétisation de l’espace
Synthèse bibliographique et la démarche méthodologique
Nous devons résoudre notre équation aux dérivées partielles dans
l’espace compris entre 0 et 10km avec un pas ∆x.

b−a 10
Avec n x = ∆ x = ∆ x ,h x =∆ x

En appliquant la formule de Taylor à l’équation de la quantité de


mouvement, on a :

∂ Q(x ,t ) ∂ Q(x , t)
Q ( x+ hx , t ) =Q ( x , t ) + hx +θ ( h x ) ≈ Q ( x ,t ) +h x (64)
∂x ∂x

Schéma avant

∂Q ∂Q (x , t)
Q ( x−h x , t )=Q ( x ,t )−h x +θ ( hx ) ≈ Q ( x , t ) −h x (65)
∂x ∂x

Schéma arrière

( 64 )−( 65) donne :

∂Q (x , t) Q ( x +h x ,t )−Q ( x−hx , t )
= (66)
∂x 2. h x

Schéma centré

o Discrétisation du temps
Le processus de résolution doit se faire dans un intervalle de
temps égal à ∆t jusqu’à arriver à Tmax.

T max
nt = et ∆ t=ht
∆t

En utilisant le schéma avant, on a :

∂Q(x , t) ∂Q( x , t)
Q ( x+ ht , t ) =Q ( x , t )+ ht +θ ( ht ) ≈ Q ( x , t ) + ht (67)
∂t ∂t

Ce qui revient à :


Synthèse bibliographique et la démarche méthodologique
∂Q (x , t) Q ( x +h t ,t ) −Q ( x , t )
= (68)
∂t ht

Posons :

x +h x =i+1 ,

{ x−h x =i−1 ,
x+ ht= j+1 ,
x=i ,
t= j
1≤ i ≤nx-1 et 0 ≤ j ≤ nt-1

On a:

Q ij+ 1−Q ij Q ij+1−Q i−1


j
=−U . (69)
∆t 2. ∆ x

U . ∆t j
Q ij+1−Q ij= j
(Q i−1−Q i+1 ) (70)
2. ∆ x

U .∆t
Posons : r=
2. ∆ x
, l’équation (70) devient :
Q ij+1−Q ij=r .(Q i−1
j
−Q i+j 1) (71)

Qij+1=−r Qi+1
j
+Qij +r Qi−1
j
(72)

IV.3.1.2. Résolution numérique du système

Quand on fixe j et on varie i de 1 à n x-1, on obtient le système


linéaire de nx-1 équations à nx-1 inconnues suivant :

Q1j +1=−r Q2j +Q 1j + r Q 0j

{ Q2j +1=−r Q3j +Q 2j +r Q1j

j+ 1
x
j


Qn −1=−r Qn +Qnj −1 +r Qnj −2
x x
⟺ Q j+1=M ×Q j+ N

x
(73)

0≤ j ≤nt-1

Avec

-r 1 0 … … 0 r Q0j

1 -r 1 ⋱ ⋱ ⋮ 0

0 1 -r 1 ⋱ ⋮ ⋮

M =¿ ⋮ ⋱ ⋱ ⋱ ⋱ 0 et N=¿ ⋮
Synthèse bibliographique et la démarche méthodologique
⋮ … 1 -r 1 0

0 … … 0 1 -r r Q nj x

La matrice M est tridiagonale et la résolution a été opérée par des


méthodes itératives avec un programme Matlab.

Conclusion

Dans la synthèse bibliographique, les auteurs ont abordé les


aspects hydrologique et des phénomènes d’inondation et
d’érosion à travers divers approches. Cette revue bibliographique
a recensé les travaux réalisés sur le bassin du fleuve Mono ainsi
que les actions menées dans divers pays sur l’érosion. Tout
ceci, nous a permis d’établir les modèles qui expliquent au mieux
le déplacement des charges solides dans le fleuve.
Synthèse bibliographique et la démarche méthodologique

TROISIEME PARTIE : RESULTATS


ET DISCUSSIONS
Synthèse bibliographique et la démarche méthodologique
Résultats et discutions

CHAPITRE I : ANALYSE DES FLUX SEDIMENTAIRES


DANS LE BASSIN A ATHIEME
I. ANALYSE DES FLUX SOLIDES SUR TROIS MOIS
AVANT ET APRES (A ATHIEME) LA CONSTRUCTION
DU BARRAGE DE NANGBETO
I.1. Avant la construction du barrage de Nangbéto

On a réalisé une étude de l’évolution des débits d’octobre à


décembre (seuls mois disponibles pour la période récente) avant
(à Athiémé) la construction du barrage de Nangbéto. En 1966,
d’octobre à décembre, se produit une décroissance normale du
débit et les MES.

Figure n° 19 : Variation des MES et les débits journaliers sur le Mono d’octobre à
décembre 1966

Source : Colombani

La décroissance de la concentration des MES avec l’augmentation


des débits à Athiémé, montre qu’une fois que le nettoyage du lit
est fait, les MES diminuent considérablement avec l’augmentation
des débits. En 1966, les MES évoluent en relation avec
l’augmentation des débits.

En 1966, par ajustement, la fonction puissance explique


mieux le lien entre MES et débit. Ainsi, pour caractériser la
Résultats et discutions
relation MES/débit dans le bassin avant 1987, le modèle-
puissance est le plus performant. Ce modèle est de type :

MES=a Qb (74)

avec a et b des paramètres de calage du modèle ; MES : matière


en suspension ; Q : débit du Mono à Athiémé.

Figure n° 20 : Corrélation débit (Q)/quantité de matière en


suspension (MES) avant la construction du barrage (à Athiémé)

Source : Colmbani,

Ainsi après l’analyse de la figure n° 24 on a : a=3.7361 et


b=0.7186. Donc

MES=3.7361Q 0.7186 (75)

 Le calcul des apports solides avant la construction du


barrage
On effectue d’abord à partir des données existantes, la somme
des charges solides journalières en 1966-1967, (l’éq 48) pour la
période avant et après la construction du barrage. On estime
Résultats et discutions
ensuite les MES avant la construction du barrage à partir
du débit liquide avec l’équation (75).

Le tableau suivant donne la quantité de matières solides en


suspension apportées d’octobre à décembre 1966 par le
Mono. Ainsi, les apports solides du Mono à Athiémé étaient de 11
434 m3 au cours des trois mois (octobre-décembre) en 1966

Apports Apports Volume de Apport spécifique


solides (kg) solides (m3) dépôt (m3) (m3.km-2.an-1)
31 785 781 11 433,73 18 920,11 0,76

Tableau n°6: Apports solides estimés sur trois mois sur la base de mesures de
débits solides pour le Mono à Athiémé

I.2. Après la construction du barrage de Nangbéto

La modification du régime du fleuve Mono sous l’effet du


barrage et les différentes situations de la marée pourraient
avoir une influence sur la variation du volume des charges
solides(MES) et donc sur la sédimentation du fleuve.

Figure n° 21 : Variation des MES et débits journaliers à Athiémé d’octobre à


décembre 1999.

Source : Colmbani,

En 1999, sur le fleuve Mono (à Athiémé), où les étiages sont


soutenus par les lâchers d’eau, on note deux scénarii : - les
Résultats et discutions
MES ne suivent plus (du 1eroctobre au 05 novembre 1999) la
variation des débits ; (- du 06 novembre au 31 décembre 1999)
les MES augmentent en partie avec les lâchers d’eau.

Source : Roche International, 1999.

Après la construction du barrage, le modèle qui permet le


mieux établir une corrélation MES/débit avec toutes les
incertitudes est le modèle linéaire. Il s’écrit :

MES=−aQ+ b (76)

Ainsi après l’analyse de la figure n° 22 on a : a=-0,06 et


b=101,19. Donc

MES = -0.06Q+101,19 (77)

 Le calcul des apports solides après la construction du


barrage
 Evaluation des débits solides

Les charges solides sur un tronçon (10km) qui charrient sont


évaluées dans chaque section par la formule d’Engelund et
Hansen consignées dans le tableau suivant.

Positions de la section Débits solides (m2/s) Débits solides (m3/s)


00 0.027762672 0,860642839
01 0,025557944 0,690064483
02 0,034393887 1,65090659
03 0,038648301 2,550787856
04 0,03652633 2,045474498
05 0,040634205 3,169467972
06 0,041712337 3,587260965
07 0,042853645 4,113949919
08 0,037217856 2,195853524
09 0,024323059 0,60807648
10 0,029669907 1,038446736
11 0,028749776 0,94874262
12 0,024952543 0,648766107
13 0,027762672 0,860642839
14 0,033782995 1,554017775
15 0,035779677 1,896322884
Résultats et discutions
16 0,030106866 1,083847173
17 0,024323059 0,60807648
18 0,038263355 2,448854751
19 0,027762672 0,860642839
Moyenne 0,03253919 1.67104227
Tableau n°7: La charge solide évaluée par section dans le bief

Le tableau suivant montre les charges solides de fond (charriage)


sur 3 mois dans le bief

Apports Apports Volume de Apport spécifique


solides (kg) solides (m3) dépôt (m3) (m3.km-2.an-1)
37,34.109 13427158,85 22218750,95 888,75
Tableau n°8 : Charges de fond évaluées sur 3 mois dans le bief

Les apports solides en suspension ont été évalués à partir du


modèle linéaire sur mois, on trouve les résultats suivants.

Apports Apports Volume de Apport spécifique


solides (kg) solides (m3) dépôt (m3) (m3.km-2.an-1)
714811392 257126.4 425482.97 17.02

Tableau n°9 : Apports solides estimés sur trois mois sur la base de la simulation à
Athiémé

Toujours après la construction du barrage les charges solides


évaluées par AMOUSSOU en 1999 sur la base des mesures
effectuées sont consignées dans le tableau suivant.

Apports Apports Volume de Apport spécifique


solides (kg) solides (m3) dépôt (m3) (m3.km-2.an-1)
243 912 684 87738,38 145186,12 6,75

Tableau n°10 : Apports solides estimés sur trois mois sur la base de mesures de
débits solides pour le Mono à Athiémé

Les apports enregistrés en 1999 sont huit fois plus


importants que ceux enregistrés en 1966 à Athiémé. Notre étude
révèle des apports trois fois plus importants en 2010 (soit un taux
Résultats et discutions
d’accroissement de 34.12%). Ces résultats montrent une réelle
modification du fonctionnement hydrologique dans le fleuve
après l’aménagement hydraulique de Nangbéto.

L’augmentation de la charge solide paraît paradoxale compte


tenu du piégeage des sédiments dans la retenue de Nangbéto.
Cela provient sans doute du fort taux de dénudation, des marées
et de la forte érosion des berges et des fonds induite par les forts
« courants de chasse» du fleuve Mono juste en aval du barrage.

I.3. L’érodabilité des sols

L’érosion évolue en fonction du flux d’eau, ce qui est logique étant


donné que l’érodabilité du substrat est proportionnelle à la
contrainte de cisaillement, elle-même fonction du flux d’eau.
Dans le détail, cette érosion n’augmente que pour une plage
intermédiaire de valeurs, et elle tend vers une constante pour de
faibles valeurs aussi bien que pour de fortes valeurs. Ce
comportement de l’érosion en fonction du flux d’eau suggère un
facteur accélérant l’intensité de l’érosion qui peut être soit lié au
transport (transport non limité), soit lié à la disponibilité en
sédiments (détachement non limité).
Résultats et discutions
0
0
Erodabilité(mm/an) 0
0
0
0
0
0
0
0
0 2000 4000 6000 8000 10000 12000
Distance

Figure n°23 : Evolution de l’érosion dans le bief

Ces résultats viennent confirmer les observations du cours d’eau


par les travaux antérieurs qui montrent que le taux de
dénudation est plus élevé dans le fleuve après la construction
du barrage (43t.km-2.an-1 contre 16t.km-2.an-1 avant la
construction du barrage), du fait de l’érosion accrue des berges et
de la dégradation du couvert végétal au cours des années 1990.

II. ANALYSE MORPHOLOGIQUE DU FLEUVE


II.1. Evolution des paramètres géométriques

L’étude des différents paramètres géométriques du fleuve


sur le bief se repose sur l’analyse de la bathymétrie dans une
section du fleuve à Athiémé. Compte tenu du caractère sinueux
du fleuve, la géomorphologie du fleuve est façonnée par les
turbulences hydrauliques des méandres. A partir du modèle
géométrique nous avons pu évaluer les largeurs aux miroirs et
aux plafonds du fleuve dans le bief sur 10km à chaque 0.5km.

Positions des largeurs aux largeurs aux


sections miroirs(m) plafonds(m)
00 47 7
01 68 28
Résultats et discutions
02 86 46
03 76 36
04 98 58
05 106 66
06 116 76
07 79 39

08 45 5

09 55 15

10 53 13
11 60 20

12 46 6

13 51 11

14 66 26

15 73 33

16 56 16

17 45 5

18 84 44

19 51 11
Tableau n°11: Evolution des dimensions de la section transversales du fleuve

La connaissance des dimensions des sections du fleuve a permis


d’évaluer les contraintes adimensionnelles (paramètre de shields)
afin de déterminer le mode de transport des grains. Le tableau
suivant récapitule les dimensions des sections en chaque point.
II.2. Seuil de mise en mouvement

L’une des hypothèses de la résolution des équations de saint


venant est la condition aux parois glissante (pas de déplacement
transversal). Cette hypothèse stipule que tous les grains qui se
Résultats et discutions
déposent dans le lit fluvial proviennent de l’amont. La figure
suivante montre l’évolution du seuil de mise en mouvement des
grains.

Après l’analyse de la courbe, le seuil de mise en mouvement des


grains (τ ¿ >0.047 ¿ n’est pas atteint dans plus de 18 sections
calculées pas le « modèle géométrique » en dehors de quelques 2
sections. Ceci implique que la grande partie des matériaux qui se
déposent dans le lit du fleuve proviennent de l’érosion des berges
et du bassin. Ces phénomènes sont sans doute dus à l’influence
du barrage de Nangbéto.

0.05
0.05
0.04
0.04
0.03
0.03
Ƭ*

0.02
0.02
0.01
0.01
0
0 2000 4000 6000 8000 10000 12000

Distance(m)

Figure n° 24: Evolution de la contrainte adimensionnelle

II.3. L’influence du barrage sur la dynamique du fleuve.

Les études réalisées par Adam (1986) ont estimé


qu’avec la construction du barrage hydroélectrique de Nangbéto,
540.000m3 de sédiments sont piégés chaque année dans la
retenue, alors qu’avant la construction du barrage, le fleuve
Mono apportait à Nangbéto 900.000m 3 de sédiments par an
(soit une érosion spécifique moyenne de 60m 3/km²/an), dont
Résultats et discutions
100.000m3 parvenaient à l’embouchure (Oyédé, 1991 ; Rossi et
Blivi, 1995 ; Blivi, 2000 et 2005). Mais le calcul de capacité de
transport théorique en aval de Nangbéto donnait
1.800.000m3/an (soit 106m3/km²/an). Toutefois, ce sont des
mesures anciennes et ponctuelles. Notons qu’aujourd’hui, les
lâchers de turbinage en absence d’importants sédiments à
transporter, érodent sévèrement les berges et le fond du lit avec
un arrachement important des particules sédimentaires en
période de hautes eaux. Ils modifient la capacité de transport et
la morphologie du fleuve.

Des éléments solides de l’amont ayant été piégés par la retenue


d’eau du barrage, seules les alluvions les plus fines
parviennent maintenant à l’aval. L’approvisionnement en
sédiments ainsi réduit, le fleuve s’est remis à éroder les
bancs de sable présents dans son lit pour compenser le déficit
sédimentologique. Ce déficit, évalué à plus de 45 %, est
certainement l’une des causes probables de l’accentuation de
l’érosion sur la côte à l’embouchure de Grand-Popo.

Selon les résultats du modèle d’impact réalisé par SOGREAH


(Coyne et Bellier, 1992) et les études menées par Blivi (2000),
les effets du barrage de Nangbéto sur le bassin du Mono
seront encore sensibles dans les trente années à venir tant
que le cycle hydrologique normal (« naturel ») ne va plus
intervenir. La progradation et l’évolution du rivage seront
entretenues par la diminution des volumes de sable, pouvant
passer de 100000m3/an à 25000m3/an (hypothèse optimiste)
(Blivi, 1993 et 2000; Rossi, 1996). Les sédiments d’origine
marine, dont le volume est inconnu dans le système lagunaire,
contribuent également à l’alimentation du processus hydro-
Résultats et discutions
sédimentaire côtier (Blivi, 2005). L'impact du barrage sur le fleuve
Mono se remarque d’ailleurs par la baisse du flux sédimentaire en
zone côtière (Blivi, 2000), par le remodelage et le recul des plages
(de 17 et 12 m) et par la fragilité des flèches sableuses sous le jeu
des vagues de marée. Les lâchers d’eau du barrage ajoutés à la
modification du débit saisonnier du lit augmentent la vitesse
d’écoulement. Cet écoulement modifie le lit, érode les berges et
déracine les arbres. Les rives concaves en particulier sont
soumises à l’assaut de ce courant fluvial. Toutes ces études
montrent que le barrage de Nangbéto a un effet important
sur le fonctionnement du bassin, notamment sur l’évolution
de la sédimentation dans le fleuve, même si aucune estimation
précise n’est actuellement effectuée à l’embouchure du Mono.

CHAPITRE II : LA DYNAMIQUE SEDIMENTAIRE DU


FLEUVE
I. APTITUDE DU FLEUVE

Avant 1987, le fleuve Mono fonctionnait suivant les régimes


pluviométriques du bassin, avec un écoulement d’étiage presque
nul, variant entre 3 et 5m 3/s (PNUD, 1987) à son entrée dans le
bassin sédimentaire côtier. L’alternance de hautes et basses
eaux engendrait, dans le fleuve une prédominance du courant
fluvial avec apport et dépôt de sédiments sur le rivage. Le
mécanisme du transport est clair : les crues d’amont apportent
les sédiments qui se déposent à l’entrée de la plaine inondable,
puis ils sont repris hors période de crue par les débits moyens.

Après 1987, les débits d’étiage ont considérablement augmenté.


Les sédiments transportés en période de crue sont alors piégés
en grande partie par la retenue. Ainsi, on assiste à une
Résultats et discutions
instabilité croissante des berges en aval de l’ouvrage au fur
et à mesure de la liquidation du stock sédimentaire présent
dans le lit. L’érosion est plus sensible dans les secteurs (Athiémé,
Grand-popo, Kouéta, Djondji) où le stock sédimentaire est épuisé.

II. PIEGEAGE DES SEDIMENTS

La pente et le débit sont les principaux facteurs de la


capacité de transport réel d’un cours d’eau. Ils déterminent
ainsi le transport des flux solides de l’amont vers l’aval.

L’exploitation du sable en aval du barrage par les


populations en période de décrue, entre Athiémé et Agbanankin,
montre que cette section est probablement aussi un secteur de
piégeage des sédiments érodés en aval du barrage. On note ainsi
une diminution du diamètre moyen de sables déposés d’amont en
aval le long du Mono. Mais, suivant la pente et les courants du
fleuve, la plupart des alluvions du lit sont transportées vers la
plaine côtière à pente très faible (0,1 à 0,3 m/km), où ils sont
piégés dans la lagune côtière, pour le reste, vers
l’embouchure.

III. LA DYNAMIQUE A L’EMBOUCHURE DU FLEUVE


III.1. Avant la construction du barrage de Nangbéto

La construction du barrage de Nangbéto sur le Mono,


principal facteur de la mobilité de l’embouchure du fleuve, a
modifié considérablement la dynamique morpho-sédimentaire au
niveau de l’embouchure.
Résultats et discutions
La dynamique «naturelle», avant cette construction, était
fortement contrainte par le régime hydrologique du fleuve. Aux
basses eaux, le courant fluvial est plus faible que le
courant de dérive littorale. Le courant au niveau de
l’embouchure crée une turbulence, qui, en périodes de faibles
agitations, précipite en partie le dépôt de la charge du transit
littoral à l’ouest de l’embouchure : il y a alors engraissement à
l’ouest comme l’indique le point 4 de la figure 25a. À l’est de
l’embouchure, on note à la fois un dépôt de sédiments lié à la
précipitation née de la rencontre des deux courants, et une
reprise par la dérive littorale que le faible courant fluvial ne
peut freiner. À l’ouest, intervient un «engraissement », une
avancée des dépôts vers l’est, avec un équilibre relatif entre
engraissement et érosion. On observe ainsi un déplacement
progressif de l’embouchure vers l’est, du fait de cette avancée
permanente de la flèche vers l’est.

En période de hautes eaux, le courant fluvial augmente et


dépasse en force le courant littoral ; il y a donc augmentation de
la charge solide et dépôt de sables grossiers du fait de
l’affaiblissement du courant littoral. Ainsi, on assiste à un
engraissement général à l’ouest (point4) de la « Bouche du
Roi ». À l’est, domine plutôt l’érosion (point3) liée au
renforcement et à la compétence du courant fluvial, comme
l’illustre la figure 25b. La « Bouche du Roi » représente ainsi la
zone des embouchures successives résultant des interactions
entre la mer et le fleuve Mono.
Résultats et discutions

Figure n°25 : Dynamique hydro-sédimentaire à l’embouchure du fleuve Mono avant


le barrage.
Source : Catros et Durand, 2000.

En absence de toute intervention humaine, l’évolution de


l’embouchure du Mono s’opère comme nous venons de le décrire,
en fonction des apports fluviaux (ensablement) et du transit
littoral (érosion).

III.2. Après la construction du barrage hydroélectrique de


Nangbéto
La mise en eau du barrage sur le Mono a eu plusieurs
conséquences importantes : le maintien d’un important débit
d’étiage et, la réduction du stock sédimentaire qu’apportait le
fleuve. Les perturbations environnementales à l’aval du fleuve
annoncées par les études d’impact, qui devraient se produire
Résultats et discutions
quinze ans après la construction (Rossi, 1989), sont
survenues quatre ans plus tôt que prévu, indiquant ainsi une
accélération des impacts liés à l’ouvrage.

Les premiers effets du déficit sédimentaire à l’embouchure du


Mono sont apparus à partir des années 1990, dès lors que les
réserves de sable accumulées antérieurement dans la vallée ont
été épuisées (Kaki et al., 2001). On a vu apparaître, une flèche
sableuse à l’ouest de l’embouchure, isolant un lagon entre la
plage et la mer. Cette flèche s’est formée en période de hautes
eaux (figure 26 supra) quand la force du courant fluvial d’environ
1m/s est supérieure à celle du courant littoral évaluée à 0,4 m/s
(Catros et Durand, 2000). Dépourvue de charge sédimentaire, la
dérive littorale est devenue plus forte et a érodé davantage le
cordon à l’est de la passe (Catros et Durand, 2000). Celui-ci est
d’ailleurs régulièrement érodé par les courants du fleuve lors des
lâchers du barrage.
Résultats et discutions
Ainsi, l’est du cordon sableux est soumis à la double action
érosive du fleuve et de la mer. Dans le même temps, la flèche
sableuse avance vers l’est, de même que la passe (figure 26). En

période de hautes eaux, le processus d’alimentation et de


contribution de la flèche est quasiment stoppé. En effet, le
courant littoral devient alors suffisamment important pour
transporter les sédiments et le Mono acquiert une forte puissance
érosive. Il y a donc érosion à l’ouest toutefois moins sensible
comme à l’est de l’embouchure (figure 26a) et un état d’équilibre
relatif s’établit. Ceci s’explique par le fait que la période de hautes
eaux est plus courte que celle d’étiage qui édifie la flèche.

Figure n°26 : Dynamique hydro-sédimentaire à l’embouchure du fleuve


Mono après la construction du barrage de Nangbéto

Source : Catros et Durand, 2000.

.
Résultats et discutions
La passe se déplace donc sous l’effet de la construction de la
flèche sableuse qui avance vers l’est, qui réduit l’ouverture de la
passe entre le lagon et la mer et tendant même à la fermer.
Tandis que la passe initiale se ferme, l’érosion fluviale amincit et
fragilise le cordon, créant, entre Docloboé et Djondji, une zone de
faiblesse dans le cordon. Ainsi, sous la pression des eaux qui ont
déjà rempli toute la lagune, le cordon cède et l’écoulement vers la
mer s’amorce naturellement.

IV. L’AGRESSIVITE CLIMATIQUE SUR LA


SEDIMENTATION

La variation des précipitations dans le bassin et l’existence de


séquences pluvieuses intenses modulent la sédimentation. Avec
la légère reprise pluviométrique des années1990, la dégradation
du couvert végétal constatée sur la période 1988-2007 et
l’augmentation des lames d’eau ruisselée, les pertes de terre n’ont
pu que s’accentuer. Mais, elles varient dans l’espace et dépendent
de la structure des sols. Dans la zone littorale du bassin,
l’agressivité climatique (p²/P, p : pluie maxi et P: hauteur de
pluie annuelle) est plus forte que dans les autres parties.
Cette forte agressivité (plus de 50 %) au sud du bassin
montre l’importance des maxima pluviométriques de juin. Cette
intensité de pluie, en absence de couvert végétal (mangrove
menacée), occasionne un charriage des sédiments dans le plan
d’eau (Amoussou et al., 2007).Ainsi, les transports des charges
solides de l’amont vers l’aval s’intensifient et les dépôts s’opèrent
prioritairement dans la partie aval, favorisés par la réduction de
la profondeur du fleuve.
Résultats et discutions
Conclusion

Les caractéristiques hydro-climatiques, lithologiques et


d’occupation du sol, expliquent l’évolution morpho-sédimentaire
du fleuve. L’évolution de l’embouchure a été modifiée avec la
construction du barrage de Nangbéto, créant ainsi un
déséquilibre dans la dynamique morphologique du fleuve au
cours des années. Une bonne partie des flux terrigènes sont
piégés dans la retenue de Nangbéto, créant ainsi une forte érosion
des berges et des cordons littoraux en aval, avec pour
conséquence un recul du trait de côte. On note ainsi une
instabilité de l’embouchure du Mono et une modification
importante du rapport débit/charge solide. Les fortes charges
solides érodées en aval du barrage sont ainsi exportées
directement dans le système lagunaire dont une partie vers la
mer par la « Bouche du Roi »
Conclusion générale

CONCLUSION GENERALE

Ce travail qui s’inscrit dans le cadre de l’amélioration du


système de gestion des crues dans la basse vallée du fleuve Mono,
a été réalisé à travers une analyse hydro-sédimentaire à l’échelle
du sous bassin considéré tout en intégrant l’ensemble des
actions anthropiques intervenues sur le bassin versant. Pour
atteindre cet objectif, nous nous sommes proposé de décrire le
processus de transport des sédiments par les modèles
mathématiques.
Au terme de cette étude, nous avons remarqué qu’avant la
mise en eau de l’aménagement hydraulique, c’est le modèle
puissance qui traduit le transport des sédiments en suspension
alors qu’après la construction du barrage c’est le modèle linéaire
qui décrit leur évolution à partir de la corrélation matière en
suspension débit liquide. La variabilité hydro-climatique et la
dynamique d’occupation des terres constituent des facteurs qui
règlent l’équilibre hydro-sédimentaire du bassin dans le temps.
Depuis la construction du barrage de Nangbéto, cet équilibre a
été modifié du fait des milliers de tonnes de sédiments piégés
dans la retenue. La légère reprise des pluies, la modification du
régime hydrologique du Mono due aux lâchers d’eau du barrage,
la dégradation des unités paysagiques et l’ouverture permanente
de la lagune côtière sur la mer sont actuellement les
déterminants de la dynamique sédimentaire du fleuve. Ces
différents facteurs ont contribué à une forte variation des charges
solides et au comblement du lit. Les sédiments charriés par les
eaux de ruissellement ajoutés à ceux des berges et des fonds
érodés par les lâchers d’eau du barrage, alimentent le lit du
Conclusion générale
système lagunaire et une partie transite vers la mer par la
« Bouche du Roi ».
Pour un développement durable des activités socio-
économiques et la préservation des biotopes du bassin, un plan
d’action de gestion est nécessaire. Des mesures de protection,
telles que: la correction du cours d’eau dans sa partie avale,
l’endiguement partiel du fleuve, l’amélioration de la gestion du
barrage, doivent être intégrées à l’aménagement du territoire
Certains aspects n’ont pas été abordés dans cette étude à
savoir :
 La détermination des charges solides le long des versants.
 la quantification des sédiments charriés des versants à
partir des pièges à sédiments à plusieurs niveaux du
bassin pour mieux apprécier l’effet de la dynamique des
états de surfaces et la variation des matières en suspension.
 La détermination de la quantité exacte de matériau qui
parvient à l’embouchure du fleuve.
Ils pourraient être l’objet d’une autre étude dans les recherches
futures.
Références bibliographiques

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Adam K. S.1986. L’impact des activités humaines sur l’évolution


géomorphologique de la plaine côtière dans le Golfe du Bénin.
Séminaire national : ‘’Concilier le développement et la protection
de l’environnement.’’ INFOSEC- COTONOU.

Anthony E. J., Lang J. et Oyédé M. L.,1996. Sedimentation in


a tropical, microtidal, wave-dominatedcoastal-plain estuary.
International Association of Sedimentologists, Sedimentology, 43
pp 665-675.

Anthony E. J. et Blivi A. B., 1999. Morpho sedimentary


evolution of a delta-sourced, drift-aligned and barrier-lagoon
complex, western Bight of Benin. Marine Geology 158, pp 161-
176.

AMOUSSOU, E., (2010) ; Variabilité pluviométrique et


dynamique hydro-sédimentaire du bassin versant du complexe
fluvio-lagunaire Mono-Ahémé-Couffo, 315p.

Amoussou E., 2005. Variabilité hydro-climatique et dynamique


des états de surface dans le bassin versant du Couffo. Mémoire
de DEA, FLASH/ UAC, 105 p.

Blivi A. B., 1993. Géomorphologie et dynamique actuelle du


littoral du golfe du Bnin, Afrique de l'Ouest. Thèse de Doctorat,
Université de Bordeux 3. 458 p.

Blivi A. B., 1995. Le delta de la volta : de l'holocène à l'actuel ;


Ann. Univ. Bénin, Sér. Lett., Tome XV, 1995, pp 109-125.
Références bibliographiques
Blivi A. B., 2000. Effet du barrage de Nangbéto sur l'évolution du
trait de côte : une analyse prévisionnelle sédimentologique. J.
Rech. SCi; Univ. Bénin (Togo), 4(1), pp 29-41.

Boko M., 1975. La plaine côtière du Dahomey à l’Ouest de


Cotonou ; Thèse de Doctorat de 3èmecycle de Géographie
Tropicale, Université de Dijon, 231 p.

Boko M., 1988. Climats et communautés rurales du Bénin :


rythmes climatiques et rythmes de développement. Thèse d’état
ès-lettres. Uni. de Bourgogne. 2 tomes. 608p.

Bolline A., 1975. La mesure de l’intensité dusplash sur sol


limoneux. Mise au point d’une technique de terrain et premiers
résultats. Pédologie, XXV, pp 199-205.

Brunet R., Ferras R. et Thery H., 1992. Les mots de la


géographie: Dictionnaire critique. Ed. RECLUS, Collection
Dynamiques du Territoire, 470 p.

Bravard, J. P. et F. Petit (1997). Les Cours D'eau - Dynamique


Du Système Fluvial, Armand Colin.

Coyne, Bellier et Edf International, 1991. Aménagement


hydroélectrique d’Adjarala sur le fleuve Mono. Etude d’avant-
projet détaillé. Section D : Inventaire de la flore et étude
écologique des formations végétales. Résumé, 96 p.

Catros et Durand, 2000. Les impacts de la dynamique


hydrologique fluviomarine sur la géomorphologie littorale sur
l’embouchure du fleuve Mono au Bénin. Projet de fin d’études.
Ecole Navale et Groupe des Ecoles du Poulmic. Promotion 1998,

49 p.
Références bibliographiques
David BECEL, 2005. Modélisation numérique de l’érosion et de
la sédimentation le long de la rivière Pilcomayo (Bolivie).

Einstein H.A., 1950. The bed load functions for sediments


transport in open-channel flows. Tech. Bull. N°1026, U.S. Dept of
agriculture, Soil Conservation service, 71 p.

Engelund F. et Hansen E., 1967. A monograph on sediment


transport in alluvial streams. Teknish Forlag, Copenhagen, 62 p.

Fritsch J.-M., 1995. Occupation des sols et regimes


hydrologiques : les enseignements des basins-versants
guyanais. Annales de Géographie. Vol. 104, n° 581, pp 26-63.

GANGBE, C.F., (1988); Etude et cartographie et


l’environnement de l’estuaire du fleuve Mono, Université
Nationale du Bénin.

Govers G. and Poesen J., 1988. Assessment of the interrill and


rill contributions to total soil loss from an upland field plot.
Geomorphology, n°1, pp 343-354.

Hjulström F, 1935. Studies of the morphological activities of


rivers as illustrated by the River Fyris. Bull. Geol. Inst. Univ.
Uppsala, 25, 221-227.

Kaki C., Oyédé L. M. et Yessoufou S., 2001. Dynamique


sédimentaire et environnement côtier du littoral béninois à l’Est
de l’embouchure du fleuve Mono. Jour. Rech. Science. Univ.
Lomé 5 (2), pp 247-261.

Kondolf, G. M., D. R. Montgomery, H. Piégay et L. Schmitt


(2003). Geomorphic Classification of Rivers and Streams. Tools
Références bibliographiques
in Fluvial Geomorphology. G. M. Kondolf et H. Piégay.
Chichester, John Wiley and Sons: 503-537.

Lambert R., 1973. Recherches hydrologiques sur le Sud-Ouest


du Bassin de la Garonne. Doctorat d’Etat, Toulouse, 457 p.

Loup J., 1974. Les eaux terrestres. Masson, Paris, 171 p.

Macary et Berville, 2003. Synthèse bibliographique : bilan des


connaissances sur l’érosion et les phénomènes de ruissellement.
Sinfotech, 28 p.

Matthieu DE LINARES, 2007.Modélisation numérique


bidimensionnelle du transport solide et de la dynamique fluviale.
Doctorat, Joseph Fourier – Grenoble, 159 p.

Oyédé L. M., 1991. Dynamique sédimentaire actuelle et


messages enregistrés dans les séquences quartenaires et
néogènes du domaine margino littoral du Bénin (l'Afrique de
l'Ouest). Thèse présentée pour l'obtention du doctorat en géologie
sédimentaire, nouveau régime. Université de Bourgogne, Paris ;
302 p.

Pérard J., Houndénou C., Boko M., Oyédé L. M. etToffi D. M.,


1999. Etude de vulnérabilité aux changements climatiques
globaux : le cas du Bénin côtier; P.A.I.C., Vol.12,p.312.

Parker, G. (2007). Transport of Gravel and Sediment Mixtures.


Draft of Chapter3 for ASCE manual54
"SedimentationEngineering",http://cee.uiuc.edu/people/parkerg
/manual_54.htm
Références bibliographiques
Pliya J.; 1980. La pêche dans le sud-ouest du Bénin. Etude de
géographie appliquée sur la partie continentale et maritime.
AGECOOP, Paris, 293 p.

PNUD, 1987. Etude d’impact du barrage de Nangbéto sur la


basse vallée de l’estuaire du Mono. Rapport d’étude, L.C.H.F.

Roche International, 1999. Etude de projet d’aménagement des


plans d’eau du Sud-Bénin. Volume III, Tome III. Rapport final,
101 p + annexes.

Roche M., 1963. Hydrologie de surface. ORSTOM, Paris,


Gauthier-Villars 430 p.

Rossi G. et Blivi A. B., 1995. Les conséquences des


aménagements hydrauliques de la vallée du Mono (Togo-Bénin).
S'aura-t-on gérer l'avenir ? Cahiers d'Outre-Mer, n° 48, (192), pp
435-452.

Van Rijn L.C., 1984. ‘’Sediment transport, Partr II: Suspended


load transport’’, Jof Hydraulic Engineering, ASCE, vol.110, n°11,
pp.1613-1639.

Van Rijn, L. C. (1993). Principles of Sediment Transport in


Rivers, Estuaries and Coastal Areas. Amsterdam, the
Netherlands, Aqua Publications.

Yalin M.S., 1977. ‘’Mechanics of sediment transport’’. Pergamon


Presse, 2nd, édition, 298 p.

Yalin, M. S. (1992). River Mechanics, Pergamon press.


Annexes

ANNEXES

ANNEXE1........................................................................................................................................a
ANNEXE2........................................................................................................................................d
ANNEXE3.........................................................................................................................................f
ANNEXE4.........................................................................................................................................i
ANNEXE5.........................................................................................................................................l
Annexes

ANNEXE1
Annexes
TABLEAU RECAPITULATIF DES AFFLUENTS DU FLEUVE MONO
Désignation Longueur (Km) Pays Désignation Longueur (Km) Pays
Abedouboua 0 Togo Kokoro 4.8 Togo
Adankpoe 3.4 Togo Koli 8.4 Togo
Adigodo 0.8 Togo Kolo 4.8 Togo
Adiko 10.2 Bénin Kolovide 4.1 Togo
Adjakou 5.3 Togo Komboua 1.2 Togo
Adjassihouéhoué 17.8 Togo Koudouloussi 5.4 Togo
Adokou 15.5 Togo Koukouaouro 1.7 Togo
Afan 13 Togo Koukoué 0 Togo
Afouditi 1.4 Togo Koula 9.5 Togo
Agoouna 3.3 Bénin Koure 7.2 Togo
Agouma 10.4 Togo Koussoussou 6.9 Togo
Agouna 19.8 Togo Kpéaka 1.4 Togo
Agouvalou 11 Togo Kra 32.8 Togo
Aguégué 2.6 Togo Labou 12.4 Togo
Akatami 2.7 Togo Lahiougan 1.5 Togo
Akétohouin 7.4 Togo Lakaikou 13.5 Togo
Akokouasse 2.8 Togo Lehute 6.1 Togo
Akossa 3.3 Togo Lissa 5.2 Togo
Akpessi 4.7 Bénin Lombo 3.6 Togo
Alaba 11.9 Togo Lomo 8 Togo
Alado 5.5 Togo Massassa 1.8 Togo
Alalekou 16 Togo Matudré 7.7 Togo
Alfayo 1.8 Togo Molokabo 0 Togo
Alindé 1.5 Togo Mono 95.9 Togo
Allou 8.6 Togo MONOfl 35.3 Togo
Aloé 5 Togo Na 40.3 Togo
Aloko 2.1 Togo Naolo 7.9 Togo
Alotohoui 9.1 Togo Natchoupa 7.8 Togo
Amana 3.2 Togo Niala 5.7 Togo
Amé 1.5 Togo NialoMono 11.4 Togo
Amou 34.1 Togo Niangolobi 8.5 Togo
Amoundoulou 4.8 Togo Nianssao 17.2 Togo
Amoutchou 5.2 Togo Niayenove 5 Togo
Anato 6.7 Togo Nkondie 9.3 Togo
Anié 35.5 Togo Noukpoé 26.9 Togo
Antorata 1.4 Togo Odlou 7.4 Togo
Asrama 25.6 Togo Ododanko 1.7 Togo
Assoula 3.7 Togo Odoétchou 7.9 Togo
Atchiné 7.5 Togo Odonko 5.5 Togo
Atoua 12.3 Bénin Ogou 50 Togo
Badji 6.4 Togo Okékamina 4.3 Togo
Bafouloum 5.3 Togo Orokou 7.4 Togo
Béléda 4.1 Bénin Otaté 9.3 Togo
Bimbiri 11.1 Togo Ouklope 3.9 Togo
Bolo 10.1 Togo Ounia 8.3 Togo
Boloborou 0 Togo Pété 12.4 Togo
Bomboua 17.9 Togo Petovile 6.5 Togo
Désignation Longueur (Km) Pays Désignation Longueur (Km) Pays
Boubou 2.7 Togo Pokola 4.4 Togo
Annexes
Bougoulou 4.8 Togo Poloigouta 2.3 Togo
Boulou 5.3 Togo pongolo 1 Togo
Bouzenam 13.8 Togo Roupatchi 4.8 Togo
Calabo 5.3 Togo Saha 4 Togo
Chare 8.1 Togo Sampadja 6.2 Togo
DAgbala 8.3 Togo Sati 4.2 Togo
Dassaboua 3.1 Togo Sazoue 11.4 Togo
Demonto 3.6 Togo Sindiboua 0.6 Togo
Devedou 0 Togo Sodabio 6.7 Togo
Devodou 0.4 Togo Sokomoule 14.5 Togo
Diamedji 6.6 Togo Solo 8.1 Togo
Dogodo 7.7 Togo Somolde 2.1 Togo
Donko 3.1 Togo Sosso 1.7 Togo
Duendio 7.2 Togo Sossoua 0 Togo
Efato 13.8 Togo Talo 3.7 Togo
Ekobou 9.6 Togo Tchangboene 9.9 Togo
Fifidio 4.6 Togo Tchebebouan 12.5 Togo
Foulto 4.4 Togo Tcheko 1.6 Togo
Gangoua 0 Togo Tchembou 2.7 Togo
Gbidi 12.3 Bénin Tchiéla 21.7 Togo
Gboloa 1.5 Togo Tiotiobesso 7.1 Bénin
Gouamado 6.7 Togo Tobamaya 7.5 Togo
Goyokou 7.6 Togo Todji 2.2 Togo
Guébohoui 7.5 Togo Togou 20.7 Togo
Hualé 4.9 Togo Tolibé 4.1 Togo
Hui 13.3 Togo Toméné 3.1 Togo
Ilou 10.2 Togo Tominé 5.6 Togo
Ina 13.7 Togo Tonouékoué 10.8 Togo
Itiourou 3.1 Togo Torotchi 7.2 Togo
Kale 5.5 Togo Totoguingue 1.9 Bénin
Kamadou 6.2 Togo Totoi 6.4 Togo
Kamilassi 2 Togo Touli 7.2 Togo
Kaminado 5.2 Togo Vandoulé 3.6 Togo
Kassaou 2.6 Togo Wo 12.3 Togo
Kassena 8 Togo Wolo 7.3 Togo
Kaza 19.1 Togo Yébou 3.8 Togo
Kazale 7.3 Togo Yéné 6.7 Togo
Kétou 2.8 Togo Youmaboua 7.3 Togo
Kodoko 4.7 Togo Zalou 8.1 Togo
Koko 4.1 Togo      
Source  : CEB
Annexes

ANNEXE2
Annexes
Données topographiques en coordonnées UTM

NUMERO X Y
1 353900.529 727686.534
2 354386.359 727054.941
3 354706.260 726807.717
4 355211.386 726850.370
5 355564.587 727062.613
6 356174.852 726767.408
7 356278.035 726107.777
8 356321.033 725601.673
9 356562.238 724987.123
10 356681.612 724465.228
11 357215.541 724185.945
12 357508.139 724521.210
13 357998.973 724717.184
14 358517.683 724453.325
15 358682.626 723885.209
16 358819.037 723654.419
17 359554.396 723818.258
18 359810.827 723172.953
19 359853.145 722559.716
20 360233.638 722204.792
21 360321.359 721483.852
22 360335.257 721402.728
23 359838.183 721303.313
24 359421.509 721995.471
25 359439.128 722393.821
26 359259.868 723161.221
27 358540.141 723058.601
28 358252.630 723612.109
29 357889.218 724273.518
30 357412.946 723939.398
31 357119.196 723420.252
32 356664.012 724082.245
33 356179.127 724882.320
34 355587.382 725744.388
35 355267.967 726053.083
36 355068.033 725885.765
37 354441.963 726104.395
38 353649.381 726615.404
39 353286.820 727399.375
40 353071.100 727868.050
41 353391.397 728202.906
42 353900.529 727686.534
Annexes

ANNEXE3
Annexes

Courbes granulométriques de sédiments dans le Mono

Source AMOUSSOU E

A partir de la courbe granulométrique des sédiments du fond du


lit, on a : Dm=0.75mm et D50=0.375
D 60
Cu=
D 10

Cu=0.33<3 donc la granulométrie est uniforme.

β =(Kf/Kg)3/2

Kf : Rugosité du fond ou le coefficient de Strickler

Kg : Rugosité des grains

Kg=21/(D50)1/6

Grandeurs Kf  Kg β
Valeurs 20 24.73 0.73

Pm/K3/2=Pf/Kf3/2+ Pb/Kb3/2

Pm : périmètre mouillé

Pf : largeur au plafond

Pb : Longueur des berges


Annexes
Pb1=6.33m, Pb2=29.53m
Positions K Pm Sm Rh
01 23.06 50.86 46.86 0,921352733
02 23.29 47.86 41.89 0,875261178
03 22.15 68.86 71.71 1,041388324
04 21.66 86.86 97.27 1,119848031
05 21.9 76.86 83.07 1,080796253
06 21.44 98.86 114.31 1,15628161
07 21.32 106.86 125.67 1,176024705
08 21.2 116.86 139.87 1,196902276
09 21.82 79.86 87.33 1,093538693
10 21.79 80.86 88.75 1,097576057
11 21.87 77.86 84.49 1,085152838
12 22.3 64.86 66.03 1,018038853
13 23.38 46.86 40.47 0,863636364
14 22.99 51.86 47.57 0,917277285
15 22.22 66.86 68.87 1,030062818
16 21.99 73.86 78.81 1,067018684
17 22.68 56.86 54.67 0,961484348
18 23.47 45.86 39.05 0,851504579
19 21.7 84.86 94.43 1,112773981
20 22.99 51.86 47.57 0,917277285

ANNEXE4
Annexes
Code Matlab
% Entrer les données
U= 1.5
dx= 0.5
dt= 0.1
nt= 100
r=U*dt/(2*dx)
Tmax=nt*dt
a=0;b=10
cla= 40;clb= 40
nx=(b-a)/dx
nt=Tmax/dt
x=0:dx:b; t=0:dt:Tmax
% Remplissage de la matrice N
for i=1:nx-1
N(i)=0
end
N(1)=r*cla
N(nx-1)=r*clb
%Remplissage de la matrice M
for i=1:nx-2
M(i,i)=-r
M(i,i+1)=1
M(i+1,i)=1
end
M(nx-1,nx-1)=-r
%Conditions aux limites
for i=1:nx+1
Annexes
Ci(i)=cla
end
for i=1:nx-1
h(i)=Ci(i+1)
end
j=1
h=h'
% Calcul des débits
while(j < nt + 2)
for i=1:nx-1
w(i,j)=h(i)
end
h=M*h+N'
j=j+1
end
for i=nx:-1:2
for j=nt+1:-1:1
w(i,j)=w(i-1,j)
end
end
% Affichage des résultats
for j=1:nt+1
w(1,j)=0
w(nx+1,j)=0
end
Annexes

ANNEXE5
Annexes

Tableau récapitulatif des hauteurs maximales mensuelles de pluie du sous bassin compris entre Nangbéto et Athiémé
Hauteurs
JANVIER FEVRIER MARS AVRIL MAI JUIN JUILLET AOÛT SEPTEMBRE OCTOBRE NOVEMBRE DECEMBRE
  annuelles
1983 0.0 0.0 8.3 148.1 66.0 197.2 53.5 52.5 165.4 42.6 35.7 87.4 856.4
1984 0.0 0.4 176.7 137.0 143.7 186.9 222.5 183.1 190.2 117.2 31.9 1.2 1390.6
1985 5.1 0.1 100.0 140.7 103.0 165.3 291.9 198.0 163.0 122.9 68.5 4.8 1363.1
1986 0.0 45.6 123.1 89.3 93.1 111.8 219.3 143.4 130.3 107.5 38.4 0.0 1101.6
1987 0.1 17.6 107.3 41.5 96.5 177.4 158.4 208.7 321.6 125.6 1.5 10.9 1266.9
1988 8.1 58.0 129.5 163.4 177.1 189.9 167.4 116.2 256.6 129.6 74.8 9.4 1479.7
1989 0.0 1.7 216.8 91.5 183.4 292.8 233.5 244.8 107.0 134.7 13.5 2.7 1522.3
1990 19.6 19.2 24.3 217.4 29.9 152.7 166.0 107.9 180.0 72.9 7.2 59.7 1056.4
1991 1.8 49.1 104.1 180.1 219.6 168.7 209.2 98.2 148.1 156.4 9.2 0.2 1344.4
1992 5.0 0.0 34.1 101.9 177.6 140.3 148.8 45.9 233.6 45.5 55.4 6.1 993.9
1993 0.0 19.1 76.7 67.7 95.5 158.0 209.1 208.7 135.1 101.2 21.8 25.7 1118.5
1994 7.1 5.2 65.5 229.9 118.0 95.0 181.8 132.7 321.0 192.4 11.1 0.0 1359.5
1995 2.2 17.6 143.8 254.2 169.7 190.7 99.3 291.3 185.9 89.2 34.5 29.3 1507.4
1996 1.4 42.8 105.9 168.6 138.7 167.6 258.4 164.2 130.6 116.7 0.1 0.0 1294.8
1997 35.0 4.1 163.6 168.4 124.8 139.0 125.9 145.7 108.8 151.4 1.9 74.3 1242.8
1998 22.6 3.8 14.9 121.5 182.0 205.4 193.2 86.8 184.8 155.6 9.3 2.3 1181.9
1999 5.4 46.2 83.8 84.7 118.8 172.4 148.5 208.4 156.1 181.8 14.4 0.0 1220.2
2000 15.3 0.2 39.7 81.8 134.0 225.9 137.9 208.6 240.9 86.4 34.2 10.3 1214.8
2001 0.0 12.1 91.0 187.2 126.4 205.5 88.7 36.8 245.3 56.6 1.8 0.1 1051.2
2002 0.0 9.9 117.2 138.5 165.1 252.3 274.3 115.9 117.7 150.4 71.3 9.7 1422.2
2003 35.5 29.4 27.9 172.6 97.3 122.5 239.4 75.7 175.3 60.6 82.0 41.1 1158.9
2004 60.7 30.8 38.5 164.5 195.7 133.9 252.7 167.3 157.8 74.5 43.2 22.7 1342.0
2005 0.0 33.9 59.8 106.6 222.6 260.0 98.4 73.6 167.6 137.8 45.2 9.0 1214.1
Moy 9.8 19.4 89.2 141.6 138.2 178.7 181.6 144.1 183.6 113.4 30.7 17.7
Max 60.7 58.0 216.8 254.2 222.6 292.8 291.9 291.3 321.6 192.4 82.0 87.4
Min 0.0 0.0 8.3 41.5 29.9 95.0 53.5 36.8 107.0 42.6 0.1 0.0
Annexes

TABLE DES MATIERES


DEDICACES........................................................................................................................................i
REMERCIEMENTS..........................................................................................................................ii
HOMMAGES......................................................................................................................................iv
LISTE DES TABLEAUX................................................................................................................vii
LISTE DES FIGURES...................................................................................................................viii
SIGLES ET ACRONYMES.............................................................................................................ix
Résumé...............................................................................................................................................x
Abstract.............................................................................................................................................xi
INTRODUCTION GENERALE......................................................................................................1
PREMIERE PARTIE : PRESENTATION DE LA ZONE D’ETUDE....................................4
CHAPITRE I : PRESENTATION DU BASSIN DU MONO....................................................5
I. SITUATION DE LA ZONE D’ETUDE..............................................................................5
II. CARACTERISTIQUES PHYSIOLOGIQUES DU BASSIN......................................7
II.1. Ensembles géologiques...............................................................................................7
II.2. Formations végétales..................................................................................................8
II.3. Morphologie..................................................................................................................10
II.4.Occupation du sol........................................................................................................10
III.HYDROLOGIE DU BASSIN DU MONO.........................................................................11
III.1. Climat............................................................................................................................11
III.2- Pluviométrie du bassin versant..........................................................................12
III.3. Hydrographie du fleuve Mono.............................................................................15
III.4.L’aménagement hydroélectrique de NANGBETO..........................................16
DEUXIEME PARTIE : SYNTHESE BIBLIOGRAPHIQUE ET DEMARCHE
METHODOLOGIQUE....................................................................................................................18
CHAPITRE I : SYNTHESE BIBLIOGRAPHIQUE.................................................................19
I.QUELQUES CONCEPTS........................................................................................................19
I.1. Les dépôts hydro-sédimentaires............................................................................19
I.2. Qu’est-ce qu’un bassin-versant ?...........................................................................20
I.3. L’écoulement en rivière.............................................................................................21
I.4. Le processus de transport........................................................................................23
I.5.Les processus morphologiques................................................................................27
II- REVUE BIBLIOGRAPHIQUE............................................................................................31
II.1. La modélisation en morphologie fluviale........................................................31
II.2. Travaux effectués dans le bassin du mono....................................................32
Annexes
III. PROBLEMATIQUE.........................................................................................................35
CHAPITRE II : DEMARCHE METHODOLOGIQUE............................................................39
I. LES DONNEES COLLECTEES.......................................................................................39
II. LES TECHNIQUES DE MESURES............................................................................39
II.1.La bathymétrie.............................................................................................................40
II.2. La granulométrie des sédiments.........................................................................41
III. METHODES D’ETUDE.................................................................................................42
III.1. Formulation des équations...................................................................................42
III.1.2. Equations de Saint-Venant...............................................................................45
III.1.3. Formes conservative et non conservative des équations de Saint-
Venant.......................................................................................................................................47
III.2. Le transport fluvial des sédiments...................................................................50
III.3. L’analyse hydro-sédimentaire.............................................................................58
IV. MODELISATION DES EVOLUTIONS MORPHOLOGIQUES.............................59
IV.1. Le modèle géométrique...........................................................................................59
IV.2. Le modèle hydraulique...........................................................................................63
IV.3. Résolution des équations de saint-venant.....................................................67
Conclusion...............................................................................................................................69
TROISIEME PARTIE : RESULTATS ET DISCUSSIONS...................................................71
CHAPITRE I : ANALYSE DES FLUX SEDIMENTAIRES DANS LE BASSIN A
ATHIEME..........................................................................................................................................72
I. ANALYSE DES FLUX SOLIDES SUR TROIS MOIS AVANT ET APRES (A
ATHIEME) LA CONSTRUCTION DU BARRAGE DE NANGBETO..............................72
I.1. Avant la construction du barrage de Nangbéto.............................................72
I.2. Après la construction du barrage de Nangbéto.............................................74
I.3. L’érodabilité des sols.................................................................................................78
II. ANALYSE MORPHOLOGIQUE DU FLEUVE..........................................................79
II.1. Evolution des paramètres géométriques..........................................................79
II.2. Seuil de mise en mouvement.................................................................................81
II.3. L’influence du barrage sur la dynamique du fleuve..................................82
CHAPITRE II : LA DYNAMIQUE SEDIMENTAIRE DU FLEUVE....................................84
I. APTITUDE DU FLEUVE...................................................................................................84
II. PIEGEAGE DES SEDIMENTS....................................................................................85
III. LA DYNAMIQUE A L’EMBOUCHURE DU FLEUVE............................................85
III.1. Avant la construction du barrage de Nangbéto..........................................85
III.2. Après la construction du barrage hydroélectrique de Nangbéto........87
IV. L’AGRESSIVITE CLIMATIQUE SUR LA SEDIMENTATION............................90
Annexes
Conclusion...................................................................................................................................90
CONCLUSION GENERALE..........................................................................................................96
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES.....................................................................................96
ANNEXES.......................................................................................................................................100