Vous êtes sur la page 1sur 4

Fait tout mimi pour bien lire ce document pour mieux maîtriser

ton sujet.

LES OUTILS DE CONTROLE INTERNE


 
Seront décrits dans cette page les différents moyens techniques dont dispose
l'auditeur et qui s'inscrivent dans la méthodologie d'audit. Seront examinés :
- les moyens de description et d'évaluation du contrôle interne;
- les moyens de contrôle des comptes;
- les aspects informatiques liés à l'audit;
- le classement des dossiers.
I. - Les moyens de description et définition du contrôle interne
Le contrôle interne a été défini par l'Ordre des experts-comptables et des comptables
agréés comme " l'ensemble des sécurités contribuant à la maîtrise de l'entreprise... il a
pour but d'assurer :
- d'un côté, la protection, la sauvegarde du patrimoine et la qualité de l'information;
- de l'autre, l'application des instructions de la direction et de favoriser l'amélioration
des performances.
Il se manifeste par l'organisation, les méthodes et les procédures de chacune des
activités de l'entreprise pour maintenir la pérennité de celle-ci. "
Le contrôle interne repose sur trois éléments de base :
- l'existence d'un plan systématique d'organisation,
- présence d'un personnel compétent et intègre;
- l'existence d'une documentation satisfaisante.
L'auditeur procède dans un premier temps, à une description des procédures puis à
une évaluation et enfin à des tests ou sondage.
1. La description des procédures.
- La description des procédures peut être faite de façon narrative ou par l'utilisation
de diagrammes.
A) La description narrative. - Elle consiste à obtenir au cours d'un entretien avec
les principaux responsables ou par l'intermédiaire des manuels ou instructions
écrites utilisés par l'entreprise les procédures existantes et les contrôles institués. On
donne, également, le nom de " mémorandum " à cette approche du contrôle interne
car l'auditeur restitue par écrit la synthèse des éléments qu'il a pu obtenir
Exemple de mémorandum:
les commandes clients sont centralisées au service clients et enregistrées
chronologiquement ;

- un examen de solvabilité est effectué pour toute commande supérieure à 200 000
DH ;
- trois exemplaires du bon de commande sont envoyés au service livraison pour
préparation et expédition des produits ;
- un exemplaire visé est transmis à la comptabilité pour émission de la facture, un
autre au service client pour effectuer un suivi des expéditions
la comptabilité établit la facture et en envoie un exemplaire au service client pour
contrôle des conditions de facturation,
 B) Les diagrammes de circulation (ou flow-chart): Cette méthode consiste à
formaliser à l'aide des schémas, d'une part, la circulation des documents dans
l'entreprise, d'autre part, les contrôles effectués par les différents intervenants.
En établissant un diagramme qui met en évidence les opérations et les contrôles
réalisés par chacun des services de l'entreprise, on fait apparaître en outre la
séparation des fonctions.
Toute demande d'achat est transmise au service Achat. Pour toute demande
supérieure à un montant donné, A vérifie si la demande est justifiée, correctement
remplie et signée d'une personne autorisée (contrôle no. 1 " 1 "). Après avoir apposé
son visa, il transmet la demande à B qui s'assure du contrôle pré,~ cédant,
sélectionne le fournisseur habilité et établit un bon de commande dont il garde un
exemplaire et envoie un exemplaire au service des réceptions. Lors de la réception de
la marchandise, C du service réception vérifie la conformité de la réception avec le
bon de commande (contrôle no. 2 "2 ") et envoie le bon de réception visé à la
comptabilité fournisseurs. Lors de la réception de la facture, D de la comptabilité
fournisseurs vérifie la concordance de la facture avec la commande et la livraison
d'une part, et avec les conditions de prix d'autre part (contrôle no. 3 " 3 ").
C'est à l'auditeur de choisir la méthode la mieux appropriée, sachant que la méthode
des diagrammes est plus claire, fait bien apparaître les points de contrôle c'est-à-dire
les contrôles ou vérifications opérés sur les informations et les séparations de
fonction mais est plus difficile d'utilisation surtout pour des procédures complexes. Il
faut donc la réserver à des procédures importantes concernant des opérations
répétitives et normalisées.

2. L'évaluation des procédures -


Cette étape intervient, rappelons-le, après que les tests de conformité aient permis de
s'assurer que la description est fidèle mais avant d'effectuer les tests de permanence
du fonctionnement puisque ceux-ci ne concernent que les points forts identifiés par
l'évaluation.
L'auditeur, dans son évaluation, cherche à s'assurer que les procédures garantissent
suffisamment :
- la protection des actifs et du patrimoine de l'entreprise;
- la fiabilité et la qualité des informations entrant dans l'élaboration de l'information
financière de l'entreprise.
Cette garantie étant obtenue par divers moyens tels que : des autorisations, des
contrôles hiérarchiques, une bonne séparation des fonctions, etc.
En outre, certaines faiblesses apparentes peuvent être compensées par des contrôles
à d'autres niveaux.
Pour procéder à cette évaluation, l'auditeur peut utiliser soit un questionnaire soit un
guide d'évaluation.
A) Le questionnaire de contrôle interne.
- Il liste les contrôles qui doivent être opérés pour assurer la fiabilité des procédures.
Exemple simplifié de questionnaire:
1 / les bons de livraisons sont-ils
- comparés avec les biens reçus ; - comparés avec le bon de commande - visés par le
magasinier.
2 / le service comptable vérifie-t-il les factures fournisseurs
- au plan arithmétique; - avec le bon de livraison visé - avec les conditions
fournisseurs.
B) Le guide d'évaluation.
- Il est structuré par objectif de contrôle.
Exemple de guide d'évaluation simplifiée :
1 /Les livraisons sont-elles conformes aux commandes ? Tenir compte: des
contrôles effectués à la réception des marchandises des rapprochements éventuels
entre bon de commande et bon de livraison
Les règlements aux fournisseurs sont-ils Justifiés? tenir compte : des vérifications du
service comptable et/ou de la comptabilité fournisseurs sur les factures ; des
rapprochements effectués entre bons de livraison et factures ; de l'approbation des
bons de livraison...
Le guide d’évaluation présente l'avantage d'être plus souple et de permettre à
auditeur de mieux exercer ses facultés de jugement et sa sagacité, alors que le
questionnaire risque de l'enfermer dans un cadre plus rigide.