Vous êtes sur la page 1sur 7

Coagulation proprement dite : les facteurs

impliqués
Recueilli dans un tube sans anticoagulant, au bout d’environ 4 à 8 minutes, le sang se prend en
une masse constituée d’une gelée élastique homogène adhérente aux parois du tube, c’est le
caillot. Au bout de 24 à 48 heures, le caillot se rétracte, se décolle des parois du tube et laisse
exsuder un liquide qui est le sérum. La différence entre plasma et sérum provient du fait que
dans le sérum, les facteurs de la coagulation ont été utilisés.
La coagulation comporte une cascade de réactions enzymatiques impliquant les facteurs de la
coagulation dont plusieurs sont des protéases comportant une sérine au niveau du site actif et
soumises à des activations et à des inhibitions. L’étape finale est la transformation du
fibrinogène soluble en filaments de fibrine qui encerclent dans leurs mailles les cellules
circulantes.
Les facteurs de la coagulation sont désignés par des numéros allant de I à XIII. A l’exception
du facteur XIII qui intervient dans la dernière étape de la coagulation, les autres facteurs
interviennent dans l’ordre inverse de leur numérotation ; ainsi le facteur XII initie la
coagulation et le facteur I la termine. Chaque facteur existe sous forme de précurseur inactif et
sous forme activée, indiquée par la lettre a.
La coagulation met en jeu deux voies, l’une intrinsèque, l’autre extrinsèque, aboutissant à une
voie finale commune.
La voie intrinsèque comporte les facteurs présents dans la circulation et la voie extrinsèque, les
facteurs tissulaires non présents normalement dans la circulation mais qui sont libérés lors
d’une lésion vasculaire. Le facteur Xa est le carrefour de rencontre de la voie intrinsèque et de
la voie extrinsèque. L’ensemble Xa, Va, Ca2+ et un phospholipide plaquettaire est appelé
parfois prothrombinase.
Facteurs T1/2 (heures)
I fibrinogène 120
(I’ = fibrine soluble)
(I » = fibrine insoluble)
II Prothrombine (IIa = thrombine) 60
III thromboplastine tissulaire ou facteur tissulaire
IV calcium
V proaccélérine 24
VII proconvertine 6
VIII facteur antihémophilique A 12
IX facteur Christmas ou antihémophilique B 24
X facteur Stuart 40
XI PTA = Plasma Thromboplastin Antecedent 60
XII facteur Hageman 60
XIII facteur stabilisant de la fibrine 150
facteur von Willebrand 24
Les facteurs de la coagulation et leurs demi-vies
Les premières étapes de la coagulation allant de l’activation du facteur XII à la formation du
facteur X durent plusieurs minutes alors que la transformation de la prothrombine II en
thrombine IIa et la transformation du fibrinogène en fibrine ne durent que quelques secondes.
Le calcium ionisé, Ca2+, est nécessaire à l’activité de la plupart des étapes de la coagulation
mais l’ion Na+ joue aussi un rôle très important car il intervient dans la régulation allostérique
de l’activité de plusieurs facteurs de la coagulation à l’état activé.
Principales étapes de la coagulation
Facteurs procoagulants: la thrombine
Parmi les facteurs procoagulants, la thrombine joue un rôle essentiel. Elle provient de la
prothrombine activée par le facteur Xa. C’est une glycoprotéine formée de deux chaînes
polypeptidiques réunies par un pont disulfure.
La thrombine se comporte à la fois comme une protéase qui hydrolyse plusieurs facteurs de la
coagulation et un messager qui agit sur des récepteurs cellulaires liés aux protéines G appelés
PAR (protease-activated receptors).
Par son activité protéasique modulée par les ions Na+, elle favorise la coagulation :
•en transformant le fibrinogène en fibrinopeptides et fibrine
•en activant le facteur XIII qui devient le XIIIa qui stabilise la fibrine
•en activant les facteurs V et VIII qui deviennent Va et VIIIa, notamment au niveau des
plaquettes.
Cependant, à cet effet procoagulant s’ajoute un effet anticoagulant indirect : la thrombine, en
interagissant avec la thrombomoduline fixée à une cellule endothéliale, active la protéine C,
laquelle forme avec la protéine S un complexe anticoagulant qui inactive les facteurs Va et
VIIIa. Il est possible d’envisager la synthèse d’analogues de la thrombine conservant l’activité
anticoagulante mais n’interagissant pas avec le fibrinogène.
Par son activité de messager :
•elle active les plaquettes qui changent de forme, s’agrègent et libèrent diverses substances.
•elle active les cellules endothéliales qui libèrent le PGI2, l’endothéline, le monoxyde d’azote
et le t-PA (tissue plasminogen activator).
•elle favorise la prolifération des fibroblastes et des myocytes.
•elle augmente l’adhésivité de diverses cellules dont les cellules métastatiques.
•elle possède des effets vasculaires, vasoconstriction par effet direct, vasodilatation par
libération de NO.
•elle intervient dans la différenciation des neurones et des myocytes.
•elle active les leucocytes et les macrophages qui libèrent des cytokines proinflammatoires.
Parmi les facteurs de la coagulation, la fibrine participe au développement des lésions
vasculaires athéromateuses.
Facteurs anticoagulants
A côté des facteurs procoagulants, il existe des facteurs anticoagulants, notamment
l’antithrombine III, la protéine C et la protéine S. Leur déficience se traduit par une
augmentation des risques d’accidents thrombotiques.
L’antithrombine III, appelée plus simplement antithrombine, est une a2-protéine dont le site
actif comporte deux acides aminés : l’arginine et la sérine. Elle neutralise pratiquement toutes
les protéases à effet procoagulant sauf la VIIa (proconvertine) et est classée parmi les
« serpines » (serine proteinase inhibitors). Cependant elle neutralise préférentiellement la
thrombine IIa et le facteur Xa et beaucoup plus lentement le IXa, le XIa et le XIIa. Le facteur
Xa est protégé de l’action de l’antithrombine III lorsqu’il est fixé à des phospholipides ou à la
surface des plaquettes activées.
La protéine C, constituée de deux chaînes polypeptidiques réliées par un pont disulfure, est
présente dans le sang sous forme inactive. Elle est transformée en protéine C active par le
complexe thrombine-thrombomoduline. La protéine C activée forme avec la protéine S un
complexe anticoagulant qui inactive par hydrolyse les facteurs Va (proaccélérine) et VIIIa
(antihémophilique A). Les malades déficitaires en protéine C sont sujets aux thromboses. Par
ce mécanisme, la thrombine participe à un effet anticoagulant.

Rôle de la protéine C
Présentations pharmaceutiques
Certains troubles de la coagulation sont la conséquence d’un déficit en un ou plusieurs facteurs
qui, lorsqu’ils ne peuvent pas être synthétisés par l’organisme, doivent lui être apportés.
Ils sont obtenus soit par extraction à partir de plasma sanguin humain (P), soit par génie
génétique (R pour recombinant). Le risque essentiel des préparations d’origine plasmatique est
la transmission de maladies virales, risque que l’on tente de supprimer par l’amélioration des
conditions de recueil du sang et par divers procédés d’inactivation.
Les facteurs de la coagulation existent sous forme de lyophilisats qui, après solubilisation, sont
administrés par voie intraveineuse.
On peut les classer en facteurs procoagulants et facteurs anticoagulants.
Facteurs procoagulants
Facteur I, Fibrinogène humain CLOTTAFACT*
Facteur VII FACTEUR VII LFB (P)
Facteur VII activé NOVOSEVEN* (R)
FACTANE* (P)
KOGENATE* (R)
HÉLIXATE* (R)
Facteur VIII (antihémophilique A)
RECOMBINATE* (R)
(Moroctocog alfa)
OCTONATE* (P)
REFACTO* (R)
ADVATE* (R)
Facteur VIII + Facteur von Willebrand WILSTART* (P)
Facteur von Willebrand WILFACTIN* (P)
BETAFACT* (P)
Facteur IX
OCTAFIX* (P)
(antihémophilique B)
MONONINE* (P)
(Nonacog alfa)
BENEFIX* (R)
Facteur XI (plasma thromboplastin antécédent) HÉMOLEVEN* (P)
Facteur XIII (facteur stabilisant de la fibrine) FIBROGAMIN P (P), ATU nominative
En principe, chaque facteur de la coagulation est utilisé en thérapeutique pour compenser la
déficience correspondante selon des modalités indiquées dans son RCP. Certains facteurs
peuvent toutefois avoir des indications plus larges que la correction d’un déficit spécifique :
ainsi le facteur VIIa, Novoseven* qui est indiqué chez des hémophiles ayant des inhibiteurs des
facteurs VIII ou IX, pourrait aussi être utilisé comme hémostatique général chez des malades
non hémophiles ayant un saignement difficile à arrêter.
Il existe des préparations plus complexes contenant plusieurs facteurs de coagulation. Ainsi
FEIBA* contient les facteurs IX, X et VIIa et est utilisé pour le traitement des hémorragies
survenant chez des hémophiles chez lesquels il existe des inhibiteurs des facteurs VIII et/ou IX
qui, de ce fait, sont inactivés.
Complexe de facteurs IX, X et VIIa FEIBA*
La préparation associant quatre facteurs, facteur II ou prothrombine, VII ou proconvertine, IX
ou antihémophilique B et X ou facteur Stuart, habituellement désignée par PPSB, est utilisée
notamment dans le traitement des hémorragies dues à un surdosage en AVK ou à un déficit
constitutionnel en facteur II ou X.
KASKADIL*, Inj
Association des facteurs, II, VII IX, X (PPSB)
KANOKAD*, Inj
Facteurs anticoagulants
L’Antithrombine III et la Protéine C sont utilisés pour réduire le risque de thromboses en cas de
déficits constitutionnels ou acquis.
Antithrombine III ACLOTINE* (P) 500 UI, 1000 UI
Protéine C PROTEXEL* (P)
La protéine C activée possède une activité anticoagulante par inhibition des facteurs Va et
VIIIa et favorise la fibrinolyse. Un analogue recombinant de la protéine C activée, n’en
différant que faiblement sur le plan chimique mais ayant les mêmes propriétés biologiques, est
appelé drotrécogine alfa et est commercialisé sous le nom de Xigris*. La drotrécogine alfa est
utilisée dans le traitement du sepsis sévère où il existe, entre autres anomalies, un état
d’hypercoagulabilité.
La coagulation sanguine

"
Définition de la coagulation sanguine
La coagulation est un phénomène essentiel à la protection du système vasculaire. C’est elle qui
empêche les saignements excessifs en cas de coupure.
La coagulation doit suivre un équilibre : si elle est insuffisante, elle peut être à l’origine de
saignements spontanés (hémorragies). Au contraire, lorsqu’elle est excessive, elle peut être
associée à la formation de caillots sanguins. Ceux-ci peuvent voyager à travers les vaisseaux
vers le cœur, les poumons ou le cerveau et avoir des conséquences graves (thrombose veineuse
profonde, embolie pulmonaire, crise cardiaque).
 
Pourquoi faire un test de coagulation ou de l’hémostase ?
Les tests de coagulation permettent de mesurer la capacité du sang à coaguler, ainsi que le
temps nécessaire à la coagulation. Ces tests peuvent aider le médecin à évaluer un risque de
saignement excessif ou de formation de caillots. On parle aussi, plus généralement, des
analyses biologiques de l’hémostase (c’est l’ensemble des mécanismes qui assurent la
prévention des saignements spontanés et l’arrêt des hémorragies).
Les tests de coagulation peuvent également s’avérer utiles pour surveiller l’état des personnes
consommant des médicaments qui affectent la capacité de coagulation, ou avant une chirurgie.
 
Le déroulement du test de coagulation
Pour vérifier que le sang coagule correctement ou pour dépister une anomalie de la coagulation
sanguine, il existe différents examens sanguins, dont : 
•le taux de prothrombine (TP): il s’agit de la transformation d'une vitesse de coagulation
(appelé temps de Quick) en pourcentage
•le temps de céphaline activée (TCA): permet de mesurer le temps que met le sang à coaguler
•le temps de saignement (TS): ce test consiste à Ì€ mesurer le temps nécessaire à l’arrêt du
saignement après incision superficielle de la peau du patient. On utilise pour cela la méthode
de Duke, qui mesure l’écoulement du sang sur un papier buvard après une scarification
du lobule de l’oreille, ou la technique d’Ivy qui mesure du temps de saignement sous une
pression faible exercée par un tensiomètre.
•la numération des plaquettes : les plaquettes sont essentielles dans le processus de coagulation
du sang. Si leur nombre chute, il y a un risque d’hémorragie.
•le dosage de diverses protéines impliquées dans le processus de coagulation : le fibrinogène,
les D-Dimères, le facteur V, etc.
A part pour le temps de saignement, les examens s’effectuent à partir d’un prélèvement de sang
veineux, en général au niveau du pli du coude. D’autres mesures plus spécifiques peuvent être
effectuées au besoin.
 
Quels résultats peut-on attendre d'un test de coagulation ?
Les valeurs normales sont les suivantes :
-le taux de prothrombine (TP) : entre 80 et 100%
-le temps de céphaline activée (TCA) : entre 24 et 41 secondes
-le temps de saignement (TS) : entre 2 et 4 minutes par la technique de Duke, et entre 3 et 6
minutes par la technique d’Ivy.
-la numération des plaquettes : entre 150 000 et 400 000/mm3
-le fibrinogène : entre 2 et 4 g/l (grammes par litre) /les D-Dimères : inférieures à 500 µg /l
(microgrammes par litre)
Seul un médecin pourra interpréter les résultats, prescrire le cas échéant d’autres examens et
poser un diagnostic en cas d’anomalies de la coagulation.

Facteurs de la coagulation

Facteurs de la coagulation
Point de départ
Les facteurs de la coagulation sont au nombre de 13. Ils sont en libre circulation dans le sang et
n'interviennent que lors de la réaction de coagulation qui est initiée par les plaquettes
sanguines. Ils sont fabriqués par le foie.
Les différents facteurs
La réaction de coagulation est complexe et met en œuvre différents facteurs en commençant par
le facteur I qui initie la réaction. Parmi les plus importants, le facteur VIII qui se combine avec
le facteur de Willebrand pour former une molécule complexe qui va activer le facteur X. Le
déficit en facteur VIII est responsable de l'hémophilie .
Une autre forme d'hémophilie est due à un déficit en facteur IX.
Certains médicaments comme les anticoagulants inhibent un certain nombre de facteurs de la
coagulation et de ce fait la retardent, ce qui est le but thérapeutique recherché.
D'une manière générale, les troubles de la coagulation sont dus soit à des problèmes de
plaquettes , soit à des déficits génétiques ou acquis des divers facteurs de la coagulation.

Facteurs de la coagulation en vidéo


Coagulation du sang Animation permettant de comprendre les mécanismes de la coagulation
du sang.
Termes associés : sang - plaquettes -
L'information ci-dessus apporte les éléments essentiels sur ce sujet. Elle n'a pas vocation à être
exhaustive et tout comme les conseils, elle ne peut se subsister à une consultation ou un
diagnostic médical.