Vous êtes sur la page 1sur 84

Projet de fin d’étude

en vue de l’obtention d’une licence en sciences économiques

Option : Gestion

Sous Thème :

LA GETION DES RIQUES DES RISQUES


BANCAIRES : CAS DE LA BANQUE POPULAIRE

Encadré par Réalisé par :

Mme ECH-ECHBANI Amina AFANGA Nassima

Année universitaire :

2019/2020
REMERCIEMENT
En préambule à ce projet, nous remercions ALLAH qui nous aide et nous
donne la patience et le courage durant ces longues années d’étude. Nous
souhaitons adresser nos remerciements les plus sincères aux personnes qui
nous ont apporté leur aide et qui ont contribué à l’élaboration de ce mémoire
ainsi qu’à la réussite de cette formidable année universitaire. Ces
remerciements vont tout d’abord au corps professoral et administratif de la
Faculté IBN ZOHR des Sciences Juridiques, économiques et sociales, pour la
richesse et la qualité de leur enseignement et qui déploient de grands efforts
pour assurer à leurs étudiants une formation actualisée.

Nous tenons à remercier sincèrement Madame, ECH-ECHABANI Amina


qui, en tant que Directrice de projet, s’est toujours montrée à l’écoute et très
disponible tout au long de la réalisation de ce projet, ainsi pour l’inspiration,
l’aide et le temps qu’elle a bien voulu nous consacrer et sans qui ce projet
n’aurait jamais vu le jour. Nous vous sommes très reconnaissants. Nous vous
exprimons notre grande admiration pour vos hautes qualités humaines et
professionnelles. Nous vous prions de trouver, dans ce modeste travail,
l’expression de nos sincères reconnaissances et notre respectueuse
admiration.
DEDICACE

À nos parents pour leur contribution, leur soutien et leur patience.

À nos sœurs et nos frères qui nous ont chaleureusement supporté et encouragé
tout au long de mon parcours.

Enfin, nous adressons nos plus sincères remerciements à tous nos proches et
amis, qui nous ont toujours encouragés au cours de la réalisation de ce projet et à qui
je souhaite plus de succès.

Merci à tous et à toutes.


SOMMAIRE
REMERCIEMENT

DEDICACE

Abréviations :······························································································

Introduction Générale :················································································ 5

Première partie : Le cadre théorique······························································7

Introduction······························································································· 8

Section I : Définitions et concepts :································································9

I- Notions sur la banque········································································· 9

1. Définitions················································································ 9

2. Fonctions de la banque·····························································10

3. Les différents types des banques················································10

II- Notions de crédit bancaire·································································12

1. Définition de crédit bancaire·······················································12

2. Les élèments essentiels du crédit bancaire····································14

3. Les typologies de crédit bancaire················································17

3.1. Les types des crédit selon la durée ·····································17

3.2. Les types des crédit selon leur objet····································18

III- Notion du risque············································································· 19

1. Définitions·············································································· 19

2. Les types des Risques······························································19

2.1. Les Risques de crédit :······················································19

2.2. Le Risque économique :····················································20

2.3. Le Risque monétaire :·······················································20

2.4. Le Risque politique :·························································20


2.5. Le Risque sociale :···························································20

2.6. Le Risque naturel :···························································21

3. Couverture des risques······························································21

Section II : Analyse théorique de gestion du risque bancaire······························22

I. Introduction···················································································· 22

II. Classification des risques bancaires····················································22

III. L’évolution de risque bancaire···························································24

IV. Risque de l’activité bancaire·····························································24

V. Sources des risques········································································ 25

VI. Gestion théorique du risque bancaire·················································26

Section III : Les outils du management du risque de crédit bancaire····················27

I. Introduction :··················································································· 27

II. L’analyse financier·········································································· 28

1. Définition de l’analyse financière······················································28

2. Les principales limites et conséquences du diagnostic financier classique 28

III. La méthode du crédit scoring····························································29

1. Définition du crédit scoring·····························································29

2. Historique Scoring········································································ 31

3. Construction d’un modèle de score················································32

3.1. Le choix du critère de défaut et de la population à analyser···········32

3.2. Le choix des variables explicatives··········································32

3.3. Le choix de la méthode à appliquer··········································33

3.4. Validation du modéle····························································33

4. Avantages et limites du crédit scoring············································34

4.1. Les avantages du crédit scoring··············································34

4.2. Limites des modèles de score·················································34

Conclusion······························································································ 36

DEUXIEME PARTIE : Présentation de la banque populaire·······························37


Introduction····························································································· 38

Section I : Présentation du groupe banque populaire········································39

I. Histoire de la banque populaire···························································39

II. Organisations················································································· 41

1. Comité directeur········································································ 42

2. Banque centrale populaire···························································42

3. Banques populaires régionaux·····················································43

4. Agences·················································································· 44

5. Part du marché········································································· 45

6. Actionariat··············································································· 46

7. Fiche signalitique de la banque populaire·······································47

8. Valeurs ··················································································· 47

9. Filiales de la banque populaire·····················································49

10. Chiffres clés ··········································································· 50

Section II. Services et produits fournis par la banque populaire··························51

I. Services························································································· 51

1. Ouverture des comptes·······························································51

1.1. Les types des comptes ·························································51

1.2. Les conditions d'ouverture d'un compte····································52

1.3. La démarche d'ouverture d'un compte······································52

2. Services liés aux comptes···························································54

3.Services à l'internationale ···························································56

II. Produits························································································· 56

1. Les cartes monétiques································································56

2. Les packs················································································ 57

3.Les crédits ·············································································· 57

4.Les assurances ········································································ 58

Conclusion······························································································ 59
TROISIEME PARTIE : La gestion des risques au sein de la banque populaire·······60

INTRODUCTION ····················································································· 61

I.Le risque de crédit ·················································································· 62

1. Politique générale de crédit·························································62

2. Dispostif de gestion····································································63

3. Coût de risque de crédit ····························································64

4.Dispositif d'appétence au risque crédit ···········································65

II.Le risque de marché ·············································································· 65

1. Politique et procédure·································································66

2. Dispostif de gestion et de suivis des risques de marché·····················67

3. Outils de suivie et de gestion de risque ·········································67

III.Le risque de liquidité ············································································· 68

IV.Les risques operationnels ······································································69

1. Dispostif de gestion des risques operationnels·································69

2. Principaux outis de gestion des risques operationnels·······················70

V.Le risque pays ····················································································· 72

1. Politique de maîtrises des risques·················································72

Conclusion······························································································ 73

Conclusion générale················································································· 74

Liste des tableaux ···················································································· 75

Liste des figures ······················································································ 75

Bibliographie ·························································································· 76

Sites Web ······························································································ 77


ABREVIATIONS

ABI : Atlantic Business Internationale

BAM : Bank Al Maghreb

BCP : Banque centrale populaire

BIA : Business Impact Analysis

BPR : Banques Populaires Régionales

CMCC : Crédit de Mobilisations des Créances Commerciales

CPM : Crédit Populaire du Maroc

DMIA : Durée Maximum d’Interruption Admissible

GAB : Guichets Automatiques Bancaire

GBP : Groupe banque populaire

OFS : Organismes Financières Spécialistes

OPCVM : Organisme de Placements Collectif en Valeurs Mobilières

PME : Petites et Moyennes Entreprises

PMI : Petite et Moyennes Industries

PMT : Plan Moyen Terme

P&L : Profit et Perte

PSM : Plan Secours Métier

SIMT : Système Interbancaire Marocain de Télécompensation

VaR : Value at Risk


Introduction Générale :
Au lendemain de l'indépendance du Maroc en 1956, les bases d'un
système bancaire national ont été mises en place. Ainsi, la Banque du Maroc
a été instituée par le dahir n° 1-59-233 du 30 juin 1959 pour se substituer à la
Banque d'Etat du Maroc et assurer la fonction de Banque Centrale. Créée
sous forme d'établissement public doté de la personnalité civile et de
l'autonomie financière, cette institution s'est vue confier le privilège de
l'émission de la monnaie fiduciaire, ainsi que la mission de veiller à la stabilité
de la monnaie et de s'assurer du bon fonctionnement du système bancaire.

Le secteur bancaire marocain est considéré comme l'un des moteurs du


développement de l'économie de pays et de sa prospérité. Il constitue un pôle
de financement primordial pour les agents économiques. Il joue certes un rôle
d’intermédiation, mais également et surtout un rôle de catalyseur de fonds
pour assurer la croissance et le développement du pays. La banque sert donc
d’intermédiaire entre les agents économiques en situation de capacité de
financement, en recevant leurs fonds sous forme de dépôt, et elle les
distribue par des crédits, à ceux qui désirent financer leur activité. Dans ce
sens, l’octroi du crédit est la fonction principale des banques.

L'environnement bancaire est devenu très instable et très vulnérable face


aux différentes fluctuations de la sphère monétaire, face à ces différentes
perturbations les banques sont de plus en plus menacées par une diversité
de risques nuisant à son activité et à sa position sur le marché financier.

Toutefois, La gestion du risque, ou management du risque, est la discipline


qui s'attache à identifier et à traiter méthodologiquement les risques relatifs
aux activités d'une organisation, quelles que soient la nature ou l'origine de
ces risques.

À ce titre, il s'agit d'une composante de la stratégie qui vise à réduire la


probabilité d'échec ou d'incertitude de tous les facteurs pouvant affecter
l'organisme.

A cet effet, la prise de risques est inhérente à l’activité bancaire et se


reflète directement dans la rentabilité des opérations. La direction générale
doit donc disposer des outils nécessaires pour mesurer, évaluer et assurer
une gestion maîtrisée de ces risques afin de maximiser son profit.

5
L’étude de la gestion des risques a débuté après la Deuxième Guerre
mondiale. La gestion des risques a pendant longtemps été associée à
l’utilisation de l’assurance de marché pour protéger les individus et les
entreprises contre différentes pertes associées à des accidents. Des formes
de gestion des risques purs, alternatives à l’assurance de marché, ont pris
forme durant les années 1950 lorsque l’assurance de marché a été perçue
très coûteuse et incomplète.

Comme toutes les sociétés, la banque est une entreprise commerciale,


qui recherche aussi le bénéfice. Elle se doit donc d’être rentable dans son
activité.

La performance d’une banque sous-entend une bonne gestion des


risques par des techniques efficaces mises en œuvre. Mais comment s’y
prendre dans un environnement si risqué ?

Alors à travers ce présent travail, nous allons essayer d’apporter des


éléments de réponse à la problématique suivante : « Comment les banques
doivent gérer l’ensemble des risques liés à ses activités et à son
envirenement ? »
Première partie : Le
cadre théorique

7
Introduction

De façon traditionnelle, la banque assure une fonction d'intermédiation


financière entre agents économiques. Elles collectent les dépôts des agents à
excédent de ressources et prêtent à ceux qui ont des besoins de
financement. La fourniture de ce service s'inscrit dans le cadre d'un
accompagnement de la clientèle.

Le risque de crédit est devenus le plus important et le plus dangereux


auquel est exposée une banque. , du fait, d’une part, de l’importance des
opérations de crédit dans son activité, axée essentiellement sur le
financement de l’économie, et le volume des fonds engagés dans ces
opérations,

A cet effet, la banque dispose du statut de partenaire auprès des


entreprises; celui de fournisseur de moyens financiers. Elle leur propose
différents types de crédits adaptés à leurs besoins.

Les banques alors ont pour mission de soutenir la croissance à court


terme, avec la distribution de crédit à la consommation, et à long terme, avec
la mise en place de crédits immobiliers et de crédits aux entreprises.

Cette première partie de l’étude est consacré à l’analyse théorique du


activités bancaires ( surtout le crédit parcequ’il occupe une place importante
dans l’activité bancaire) et les risques liés à ces activités .Cette partie est
subdivisé en deux sections, la première est consacrée pour la définition de
certains concepts qui sont reliés au risques , la deuxième traitera le risques
en général.

8
Section I : Définitions et concepts :
Cette section est consacrée à certaines définitions et concepts de base.

I- Notions sur la banque

1. Définitions

 Sont considérés comme établissements de crédit les personnes morales qui


exercent leur activité au Maroc, quels que soient le lieu de leur siège social,
la nationalité des apporteurs de leur capital social ou de leur dotation ou celle
de leurs dirigeants et qui exercent à titre de profession habituelle, une ou
plusieurs des activités suivantes;

-La réception de fonds du public ;

-Les opérations de crédit ;

-La mise à la disposition de la clientèle de tous moyens de paiement, ou leur


gestion.1

 Une banque est une entreprise qui a une activité financière. Elle constitue,
juridiquement, une institution financière régie par le code monétaire et
financier.
 La banque est une Établissement financier qui, recevant des fonds du public,
les emploie pour effectuer des opérations de crédit et des opérations
financières 
 Une banque est une entreprise de commerce de l’argent via des réceptions et
avancements de fonds, des prêts , la gestion de valeurs boursières

 Une banque est un intermédiaire financier qui gère les dépôts, et collecte
l’épargne des clients, accorde des prêts, et offre des services financiers. Elle
effectue cette activité en général grâce a un réseau d’agence bancaire.

 Entreprise ou établissement qui fait profession habituelle de recevoir du


public, sous forme de dépôts ou autrement, des fonds qu'il emploie pour son
propre en opérations d'escompte, de crédit ou en opérations financières; ne
pas confondre avec les établissements financière. Banque dont l'activité

9
principale est outre l'octroi de crédits, la prise et la gestion de participations
dans des affaires existantes ou en formation, et consiste à l'ouverture des
crédits dont le terme est au moins égal à deux années , sauf autorisation, ne
peut recevoir de dépôts pour un terme inférieur à cette dure Banque,
commerce de dépôt. 2
 Banque Institution financière assurant, par création monétaire, une grande
partie du financement de l'économie grâce à des prêts variés, adaptes aux
besoins des emprunteurs. Les banques assurent également la circulation de
la monnaie scripturale. 3

2. Fonctions de la banque

 La collecte des dépôts

La collecte des dépôts est une mission essentielle des banques elle représente
un enjeu considérable pour chaque établissement, car elle détermine pour chaque
banque sa part de marché, sa capacité à distribuer des crédits, sa trésorerie, son
rôle sur le marché en tant que préteur ou emprunteur.

 La gestion des moyens de paiement :

Afin de faciliter les transactions, les banques ont mis à la disposition de leur
clientèle, différents moyens de paiement, efficaces et sécurisés.

Pour la réalisation de différentes opérations, la banque met à la disposition de sa


clientèle des instruments de paiement classique (cheque, lettre de change, ordre de
virement,…) d’une part et d’autres supports électroniques pour faciliter et surtout
sécuriser les recouvrements des appoints et cela par la mise en place d’un système
de paiement électronique.

 L’octroi des crédits :

La distribution des crédits est l’activité principale d’une banque.

On se disposant de ressources suffisantes, la banque met à la disposition de sa


clientèle une variété de concours. Cette activité est liée à la réglementation
prudentielle.

La banque peut faire appel au marché interbancaire, ou à la banque centrale


pour se refinancer.

3. Les différents types des banques

 Les banque Centrales

Banque investie des fonctions d'émission de la monnaie et de modulation directe

10
ou indirecte de la quantité et du coût du crédit dans le cadre national.

Ce terme s'emploie aujourd'hui de préférence à celui de banque (ou institut)


d'émission.

La mission essentielle de la banque centrale est d'assurer la stabilité monétaire et


de veiller à sa compatibilité avec l'expansion économique. Élément «central » du
système bancaire, elle en règle la liquidité, elle en organise les règlements par
compensation entre les banques et joue le rôle de correspondant avec les banques
centrales étrangères. ₄

La banque centrale est une institution chargée par l'État de décider d'appliquer la
politique monétaire. Elle joue tout ou partie des trois rôles suivants : assurer
l'émission de la monnaie fiduciaire et contribuer ainsi à fixer les taux d'intérêt.

Bank Al-Maghreb est la banque centrale du Royaume du Maroc. C'est un


établissement public doté de la personnalité morale et de l’autonomie financière.

 Les banques commerciales

Les banques commerciales sont aussi appelées banques de détail. C’est le type


de banques avec lequel le grand public est le plus familier. En effet les banques
commerciales sont les banques dans lesquelles nous avons tous notre compte
bancaire ainsi que nos comptes épargne.

Ces banques commerciales ou banques de détail proposent des services


bancaires à ses clients qui sont soit des particuliers soit des entreprises. Parmi ces
services bancaires on peut citer :

 La mise à disposition d’un compte bancaire avec tous les services qui vont avec
comme par exemple la mise à disposition de moyens de paiement (carte
bancaire, chéquier…)
 Les different crédits ou prêts
 Le dépôt d’argent (comptes épargne…)

 Les banques d’investissement

Les banques d’investissement ont une activité basée sur les marchés financiers.


Ces banques d’investissement achètent et vendent des actions, des obligations ou
des produits dérivés sur les marchés financiers. Elles peuvent aussi s’occuper de
levée de fonds pour des entreprises nouvellement cotées ou gérer des opérations de
change.

 Les banques participatives

11
Les banques participatives au Maroc désignent communément les banques qui
se réclament de la finance islamique.

II- Notions de crédit bancaire

1. Définition de crédit bancaire

   faire crédit, c'est faire confiance, mais c'est aussi donner librement la
disposition affective et immédiate d'un bien réel ou d'un pouvoir d'achat, contre
la promesse que le même bien ou un bien équivalent vous sera restitué dans un
certain délai, le plus souvent avec rémunération du service rendu et du danger
couru, danger de perte partielle ou totale que comporte la nature même de ce
service . 5

 le crédit bancaire est en général l'opération par laquelle la banque met une
somme déterminée à la disposition d'un tiers appelé emprunteur moyennant
l'engagement pris par ce dernier de payer au banquier les intérêts convenus et
de lui restituer à l'époque fixée pour le remboursement, une somme équivalente
à celle qui lui a été fournie. 6

 Les crédits bancaires sont des financements accordés aux différents agents
économiques (personnes morales ou personnes physiques) par les
établissements de crédit. Ils impliquent avant leur octroi, une analyse de risque,
et aussi des prises de garanties. Ils peuvent être consentis pour des durées
courtes (découvert) ou peuvent tout au contraire, être remboursés à long terme
(30 ans et plus)

 Un crédit bancaire est une somme d'argent avancée par une banque. En
contrepartie, vous vous engagez à la rembourser sur une période déterminée et
à lui payer des intérêts. Il vous permet donc de réaliser des projets sans attendre
d'avoir l'argent nécessaire, mais vous engage contractuellement avec une
banque

 Le montant que vous prête la banque est déterminé à l'avance. Si vous avez
ensuite besoin de plus d'argent, vous devrez négocier avec votre banque pour

12
augmenter le capital emprunté ou souscrire un nouveau prêt.

 Le financement à crédit est devenu une opération courante pour les différents
agents économiques. L'offre de crédit des banques est très complète et va du
plus court terme au plus long terme. Les crédits sont l'une des sources de la
rentabilité des banques, mais aussi, l'une de ses activités les plus risquées et
potentiellement génératrices de pertes plus ou moins importantes.

 Confiance qu'une personne inspire sur sa solvabilité (avoir du crédit);


confiance en la solvabilité du débiteur (faire crédit)

Soutien financier; opération par laquelle une personne (généralement un


banquier) met ou fait mettre une somme d'argent à la disposition d'une autre
personne en raison de la confiance qu'elle lui fait (ouverture de crédit, lettre de crédit,
crédit confirmé, escompte, promesse de prêt personnel ou crédit en blanc). 7

 Acte de confiance comportant l'échange de deux prestations dissociées dans le


temps : biens ou moyens de paiement contre promesse ou perspective de
paiement ou de remboursement.

Pour engager leurs entreprises, financer leurs investissements ou leur


consommation, développer leurs échanges, les agents économiques disposent
rarement en propre de tous les capitaux ou de tous les moyens de paiement
nécessaires, et au moment voulu. Le crédit est la Principale manière d'ajuster ces
moyens avec ces besoins, ces anticipations ou ces décisions. L'acte de crédit peut
revêtir diverses formes. Consentir un crédit, en effet, ce Peut être:

 accorder un délai Pour le Paiement d'une prestation réalisée


immédiatement; il est alors accorder par le vendeur, qui Peut lui-même rechercher la
mobilisation de la créance qu'il détient en la cédant à un prêteur crédit fournisseur,
(Crédit à la consommation);
 Prêter des fonds à ceux qui en ont besoin pour régler au comptant des
prestations : le crédit est alors consenti par un particulier mais, plus, souvent, par un
établissement spécialisé ;
 promettre la réalisation d'un prêt lorsque l'emprunteur demandera
l'exécution de cet engagement (ouverture de crédit)
 Substituer son crédit à celui d'un emprunteur vis-à-vis d'un préteur ou
des prêteurs qui se succèdent dans un processus de circulation des titres de créance
: c'est le crédit par signature, engagement qui ne se réalise qu'en cas de défaillance
de l’emprunteur.

Ainsi défini, le crédit comporte une rémunération qui couvre ses deux éléments
principaux : le temps et le risque; le loyer de l'argent en fonction de la durée du prêt
couvre le service correspondant à une indisponibilité des fonds pour le prêteur.

13
D'autre part, un risque d'insolvabilité de l'emprunteur, croissant au fur et à mesure de
la durée du prêt, justifie une sorte de prime qui s'ajoute au loyer de l'argent, en
fonction de la personnalité de l'emprunteur et des garanties dont le crédit est assorti.

On appelle également « crédit » d'une collectivité publique (ou privée, celui d'un
particulier) potentiel des crédits qu'il est susceptible d'obtenir d'autrui; il mesure la
possibilité d'obtenir des prêts ou des délais de paiement; c'est l'expression de la
confiance dont cet emprunteur jouit en fonction de son patrimoine, de ses revenus,
mais aussi de ses aptitudes professionnelles, des conditions de gestion, de sa valeur
morale. Le crédit d'une banque lui permet d'attirer les dépôts du public et de
conserver une part de ceux qu'il crée. Les crédits se définissent selon leur durée,
leur objet, les garanties dont ils sont assortis, leur liquidité pour le prêteur. 8

 Opération par laquelle un prêteur (de créancier) remet immédiatement un bien


ou de la monnaie a un emprunteur (le débiteur) contre l’engagement de ce
dernier d'effectuer, à une date déterminée, le paiement de ce bien ou le
remboursement de cette somme prêtée, avec généralement un intérêt à payer.

Le crédit est opération fondée sur la confiance («crédit» vient du mot latin
credere qui signifie «croire »), car le prêteur doit attendre l'exécution de la prestation
que l'emprunteur devra réaliser. Dans certains cas, des garanties sont demandées à
l'emprunteur pour accroître la confiance qui peut lui être accordée (caution,
nantissement, hypothèque...).

Dans le domaine du crédit, les institutions financières jouent un rôle


particulièrement important même si des crédits peuvent être accordés par d'autres
agents économiques, comme c'est le cas par exemple des fournisseurs lorsqu'ils
consentent des délais de paiement à leurs clients. 9

2. Les élèments essentiels du crédit bancaire

 La confiance

Le terme crédit vient du latin « credere » c'est- à- dire faire confiance 10.Cette


notion est nécessaire pour qu'une opération de crédit soit possible. Du côté de la
banque, cette confiance à l'égard de son client se manifeste par les avances de
fonds, l'exécution des ordres donnés et l'indication des renseignements favorables.

Le client de son côté, doit être convaincu que la banque ne lui retirera pas son
appui au moment où il en a besoin et qu'elle fera un usage strictement confidentiel
des renseignements sur son bilan et la marche de son entreprise.

La confiance est la base principale du crédit. Le banquier croit au


remboursement ultérieur de ses avances ou de l'accomplissement de ses obligations

14
par son client, dans le cas de crédit par signature qui, potentiellement, peut
déboucher sur un crédit de décaissement.

 L’élement de temps

Il est un autre élément que celui d'ordre psychologique (confiance, qui doit être
pris en considération).

C'est le temps, ou le délai fixé pour le remboursement par le client des avances
lui consenties ou des obligations qu'il doit prester dans le cadre d'un crédit de
signature du banquier. Ce second facteur influe directement sur celui qui précède.
Plus le délai demandé est long, plus le prêteur pourra craindre que l'opération ne se
liquide pas normalement, et plus il se méfiera.

 L’élément de risque

Le risque, quant à lui est aussi un élément déterminant toute opération de crédit.
Il est de deux degrés : d'un côté, il y a le risque d'immobilisation qui consiste dans le
retard pour le client à rembourser son crédit. De l'autre côté, il y a le risque
d'insolvabilité qui consiste en la perte définitive d'une créance. En gestion de la
défaillance, ce risque aussi connu comme le risque de la défaillance, est lié à
l'incapacité du client de respecter les termes du contrat de prêt.

 La garantie

 Définition et traits caractéristiques

Par définition, « On entend par garantie un mécanisme permettant de protéger


un créancier contre une perte pécuniaire »11. Les garanties servent à anticiper et
couvrir un risque futur possible de non-remboursement du crédit. Elles sont
généralement prises lors de l’accord de financement ou au cours de la réalisation
lorsque la situation de la contrepartie se dégrade. Les garanties présentent un
caractère optionnel. En effet, leur mise en jeu n’intervient que si la contrepartie, à
l’échéance de la dette garantie, n’est pas en mesure de rembourser le crédit. Elles
doivent faire l’objet d’un suivi régulier.

 Nature des garanties

Plusieurs opérations sont menées entre banques et leurs clients (Etat, banques,
entreprises, etc.). Les prêts ou opérations de crédit sont parmi les plus classiques. Il
est normal de se protéger contre le risque lié à ces crédits par des garanties. Dans

15
les opérations de prêts, les garanties portent essentiellement sur les avoirs de la
contrepartie auprès de la banque ou auprès d’autres établissements de crédit, mais
aussi sur des actifs (garanties réelles ou personnelles), ou encore sur des actifs tels
que les titres et effets bien notés, c’est-à-dire pour lesquels l’aptitude au paiement
est satisfaisante.

 Utilité des garanties

L’utilisation des garanties réponde également à l’objectif de limiter le coût de la


défaillance, puisqu’elles constituent une alternance à l’augmentation des taux
d’intérêt. Elles offrent l’avantage de procurer une protection en cas de défaillance
éventuelle, tout en limitant la hausse des taux d’intérêt.

 les garanties des compagnies d’assurance

Une banque peut minimiser son exposition aux risques en bénéficiant des
garanties des compagnies d’assurance. Pour se prémunir contre le risque
d’insolvabilité de leurs contreparties, notamment bancaire surtout et entreprises.
D’ailleurs, les banques et les entreprises peuvent souscrire à une assurance-crédit.

Cette assurance-crédit est garantie par des compagnies locales au cas où la


contrepartie est dans le même pays que l’assuré, ou par des compagnies
d’assurance des opérations extérieures, si la contrepartie est étrangère.

Si la créance est irrécupérable, la compagnie d’assurance n’indemnise qu’une


quote-part de la perte subie. Cette assurance-crédit ne garantit le créancier que sur
le court ou le moyen terme. Ce mécanisme d’assurance permet non seulement de
rembourser l’assuré en cas d’insolvabilité de sa contrepartie, mais également de
fournir à celui-ci des renseignements sur la solvabilité de ses contreparties.

Par conséquent, il existe deux sortes de garanties. Les garanties sur dépôt
d'argent et les garanties sur bien matériel;

1) Garantie sur dépôt d'argent :

Le dépôt d'argent dans un compte ne pose aucun problème pourvu qu'il soit nanti.
Selon nos recherches à cette question, le débiteur ne peut retirer cet argent pendant
la période du prêt. Il doit correspondre à un pourcentage valable du prêt.

16
2) Garantie sur bien matériel :

Sur cette question, bien d'éléments suscitent notre interrogation. Comment estimer la
valeur du bien ? Aussi qui l'estime ? Le bien pourrait-il se vendre en cas de
défaillance de remboursement ?

Prenons l'exemple d'une maison à 3 étages sur Fonty, l'on constate que celle-ci n'a
pas la même valeur qu'une même maison sur Anza.

Après nos enquêtes, la valeur d'un bien doit être estimée par la banque non en
fonction de sa valeur marchande c’est-à-dire le prix que l'acheteur pourrait payer au
moment de la vente de ce bien pour rembourser le prêt. Si l'opération se déroule lors
d'une vente publique, la valeur réelle du bien sera souvent divisée par trois dans
beaucoup des pays.

Il ne suffit pas qu'un bien soit donné en garantie pour que le crédit soit couvert ;
il faut encore que le bien puisse se vendre effectivement.

De ce fait, les banques jouent avec le taux débiteur pour orienter leurs prêts.
D'ailleurs, cela est aussi suite à la variation du taux auquel elles empruntent l'argent
par les mécanismes de refinancement, soit au regard du taux interbancaire.

3. Les typologies de crédit bancaire


3.1. Les types des crédits selon la durée

 Les crédits à court terme

Les crédits à court terme sont des crédits dont la durée est inférieure à deux
ans. Ils sont financés par de la création monétaire lorsque les entreprises demandent
des découverts, ou l'escompte de leurs effets de commerce ou un crédit de
trésorerie, et lorsque les ménages obtiennent des découverts ou demandent des
crédits à la consommation. Seules les banques sont autorisées à créer de la
monnaie scripturale.

 Les crédits à moyen terme

Le moyen terme s'étend approximativement entre deux et sept ans au


maximum. Ils sont financés à partir des dépôts à vue et des dépôts à terme des
clients des banques ou des institutions financières spécialisées pour l'achat de biens
d'équipement durables des entreprises et des ménagers.

17
 Les crédits à long terme

Les crédits à long terme, dont la durée est supérieure à sept ans.

La durée du crédit représente une donnée importante tant pour l'emprunteur que
pour le prêteur. Ainsi, l'emprunteur doit recourir à un crédit dont la durée doit étre en
principe comparable à celle de l'opération à financer (les acquisitions de biens
d'équipement, qui constituent des emplois à moyen ou à long terme, doivent être
financées, si elles ne le sont pas par des ressources propres, par des crédits à
moyen ou à long terme). De même, l'établissement prêteur doit adapter durée des
crédits qu'il consent à la plus ou moins grande stabilité des ressources dont il
dispose (une institution financière ne gérant que des dépôts à vue ou à court terme
s'exposerait à des difficultés certaines si elle n'accordait des prêts à long ou à moyen
terme). 12

3.2. Les type des crédits selon leur objet

 Les crédits d'exploitation

Ils visent à faciliter les opérations commerciales avec l'étranger; ils peuvent
prendre la forme de de mobilisation de créances sur l'étranger (financement des
délais de paiement accordés par les entreprises exportatrices à leurs clients), de
crédits de préfinancement (financement des opérations imposant une lourde charge
de trésorerie à l'exportateur lors de l'exécution de marchés importants conclus avec
l’étranger), de crédits de prospection (financements destinés à facilite l'implantation
commerciale des entreprises à l'étranger) .

Ces crédits sont destinés à :

 faciliter les approvisionnements (c'est-à-dire les biens et les services


nécessaires à la fabrication)

 permettre la transformation des matières et fournitures en produits finis (c'est-à-


dire permettre l'acquisition de ces matières et fournitures et le paiement du
personnel de l'usine) ;

 faciliter la commercialisation des biens produits ou achetés en finançant les frais


de livraison, d'après-vente, de publicité, etc.

18
Nous constatons que ces crédits ont une durée courte car le cycle d'exploitation
d'une entreprise est généralement inférieur à une année.12

 Les crédits d'investissement

Dont bénéficient les entreprises sont composés de crédits à moyen ou long


terme distribués par les banques ou les institutions financières non bancaires

Ils sont destinés à l'acquisition soit des investissements corporels (machines,


matériels et outillages, etc.) soit des investissements incorporels (financement de
frais d'établissement, le financement des dépenses de recherche et de
développement, l'achat ou la mise en place du fonds de commerce, etc.) 12

 Les crédits de trésorerie des entreprises :

Ce genre de crédit permet de financer l'exploitation des entreprises, il peut


prendre la forme d'avances en comptes débiteurs (facilités de caisse, découverts )
destiné à financer des besoins de caractère passager d'escompte d'effets de
commerce (lettres de change, billets à ordre), de crédits de mobilisation des
créances commerciales (CMCC), de divers crédits permettant la couverture de
besoins spécifiques ou généraux de trésorerie présentant un caractère plus ou moins
permanent (financement au cycle de fabrication et de stockage); 12

 Les crédits de trésorerie des particuliers

Destinés au financement de la consommation, comprennent les crédits personnels


(financement des dépenses de toute nature: dépenses courantes frais engagés à
l'occasion d'événements familiaux) et les crédits destinés au financement des ventes à
tempérament (ventes à crédit pour lesquelles le paiement est échelonné sur une certaine
durée ) 12

III- Notion du risque

1. Définitions

 Élément d’incertitude qui peut affecter l’activité d’un agent ou le déroulement


d’une opération économique. 13

 Il est très difficile de définir de façon générale la notion de risque. Le risque


est lié à la survenance d’un événement que l’on ne peut prévoir, qui a des
conséquences importantes sur le bilan de la banque. Il faut donc distinguer
son caractère aléatoire et imprévisible qui constitue l’origine du risque.

19
 Le risque de crédit est le risque que l'emprunteur ne rembourse pas sa dette
à l'échéance fixée. S'il était à l'origine une préoccupation pour les seuls
organismes bancaires, il concerne pourtant toutes les entreprises, notamment
via les créances qu'elles accordent à leurs clients, qui sont des formes de
prêt à court terme, et nombreuses sont aujourd'hui amenées à l'intégrer dans
leur gestion afin de le minimiser.

2. Les types des risques :

2.1. Risques de crédit

Les risques encourus par les clients et les banques en raison des opérations de
crédit conclues peuvent être regroupés en quatre catégories le risque de taux, le
risque de non mobilisation des crédits accordés, le risque d'insolvabilité et le risque
des créances nées sur l'étranger.

Le risque de taux est lié à la variation des taux d'intérêt. Il se réalise pour les
clients lorsque par exemple ces derniers ont emprunté à une époque où les taux
d'intérêt étaient élevés, lesdits taux ayant subi une variation à la baisse
postérieurement à l'octroi du crédit. Ce risque est également encouru par les
banques : il résulte de l'octroi de crédits à taux fixes financés à l'aide de ressources
ou dépôts à taux variables 14.

Les banques encourent également un risque de non mobilisation des crédits


octroyés. Ce risque se réalise lorsque la banque, qui a accordé un crédit, ne peut
pas se refinancer en mobilisant la créance résultant du crédit auprès d'un tiers, en
particulier de la Banque.

Quant au risque d'insolvabilité, il est lié à la situation du débiteur : la restitution


des fonds prêtés est menacée lorsque celui-ci connaît des difficultés financières. Ce
risque se réalise en cas de défaut de paiement du capital prêté ou des intérêts dus
15.

Ce risque d'insolvabilité, encore appelé risque de crédit, peut concerner aussi


bien les créances internes que les créances nées sur l'étranger. Ces dernières sont
toutefois à l'o- rigine de risques supplémentaires. Si ces créances sont libellées en
devises, il ya un risque de change 16. Ce risque est inhérent au commerce
international 17 comme le sont également le risque politique (guerre, révolution) ou le
risque naturel .

2.2. Le risque économique

Le risque économique est caractérisé par les crises « économiques » par un


repliement général de l'activité économique. Le passage d'une crise économique est

20
marqué par les difficultés commerciales ou financières pour la plupart des
entreprises et par un accroissement du nombre des dépôts de bilans.

2.3. Le risque monétaire

Les troubles monétaires amènent les gouvernements à prendre des mesures


telles que la suspension des paiements envers l'étranger. Dans certains pays, des
défaillances de banques ont entraîné des séries de faillite.

2.4. Le risque politique

Le risque politique réside dans les révolutions, les guerres civiles et étrangères.
Les guerres entraînent des fermetures d'entreprises, des réquisitions, des
destructions. Elles peuvent être à l'origine de moratoires qui paralysent les
règlements.

2.5. Le risque social

Le risque social est caractérisé par les troubles sociaux. Les troubles sociaux
peuvent s'accompagner de grèves, d'émeutes, de pillage, et sont parfois aussi
préjudiciables à telle ou telle entreprise que les guerres étrangères.

15 . Ce risque peut faire l’objet d’une appréciation selon la technique du crédit scoring qui «  consiste à

attribuer à une particulier une note mesurant le risque d’impayé qu’il représente »

2.6. Le risque naturel

Il faut noter également les conséquences d'événements naturels tels que des
inondations, des sécheresses, des incendies, des épidémies, des invasions de
parasites, qui peuvent frapper des régions plus ou moins étendues.

3. Couverture des risques

Ces divers risques font l'objet de couverture. On essaie ainsi de se prémunir


contre la réalisation de ces risques ou, si le risque est réalise, on tente d'éviter d'en
supporter la charge financière qui en résulte. La couverture des risques peut être
réalisée par divers moyens, le choix du moyen dépendant du risque que l'on veut

21
couvrir ou éliminer. Ces moyens se ramènent cependant à une seule idée: la
conclusion de contrats qui peut intervenir concomitamment ou postérieurement à
l'opération de crédit. La couverture concomitante peut être illustrée par les
techniques de l'assurance et des garanties;la couverture a posteriori peut l'être par la
pratique des prêts substitutifs 18

Section II : Analyse théorique de gestion du risque bancaire

I. Introduction

A partir du XVIIe siècle, depuis que la banque moderne a commencé à évoluer,


la plupart des défaillances bancaires trouvent leur origine dans l’incapacité de faire
face aux différents risques qu’elles encourent, parmi ces différents types de risque
qui affectent sa survie, nous pouvons citer notamment le risque de marché, d’option,
de crédit, et le risque opérationnel, etc.

22
Le risque de crédit appelé également risque de contrepartie est le risque le plus
répandu. S’il existe plusieurs types de risque de crédit, celui de non remboursement
est un risque majeur. Le risque de crédit est le risque (vu comme une probabilité)
que l’emprunteur ne rembourse pas sa dette en partie ou en totalité, à l’échéance
fixée. De nos jours, sa maîtrise est l’une des principales préoccupations pour la
plupart des organismes bancaires, notamment via les créances qu’elles accordent à
leurs clients, qui sont pour la plupart des formes de prêt à court terme. Pour cette
raison, de nombreuses banques sont aujourd’hui amenées à l’intégrer dans leur
gestion afin de le minimiser. Ce risque est en effet lourd de conséquences pour la
banque, car toute dette non remboursée est économiquement une perte sèche que
supporte le créancier.

II. Classification des risques bancaires

 Le risque de marché :

C'est le risque de perte d'une position de marché résultant de la variation du prix


des instruments détenus dans le portefeuille de négociation ou dans le cadre d'une
activité de mrché dite aussi de négoce.

Le risque de marché englobe deux types de risques :

- Le risque de taux d'intérêt : il désigne le risque de voir les résultats de la banque
affectés à la baisse suite à une évolution défavorable du taux d'intérêt.

- Le risque de position sur actions et produits de base : qui se traduit par une
évolution défavorable des prix de certains produits spécifiques (les actions, matières
premières et certains titres de créances).

 Le risque de liquidité :
Le risque de liquidité bancaire est le fait qu'une banque n'ait pas assez de
liquidités pour répondre à ses engagements à court terme. La banque n'est alors
plus solvable. Elle est dans l'incapacité de répondre aux demandes de retraits de ses
clients. 
Il faut savoir qu'une banque se finance généralement à court terme. Elle emprunte
de l'argent à sa banque centrale, ou auprès d'autres banques. Cela lui permet
d'accorder des prêts souvent à long terme à ses clients. En faisant cela, la banque

23
s'expose au risque de liquidité bancaire. En effet, si elle n'arrive plus à emprunter à
court terme et si ses clients ne déposent pas assez d'argent, la banque peut se
retrouver à court de liquidités.
 Le risque de change :
Le risque de change désigne l'incertitude quant au taux de change d'une
monnaie par rapport à une autre à court et moyen terme. Il s'agit du risque qui pèse
sur la valeur d'une devise par rapport à une autre du fait de la variation future du taux
de change.

 Le risque de contrepartie :
Une banque accorde un crédit à un particulier ou à un professionnel quand elle
estime que la probabilité de remboursement est supérieure à la probabilité de non-
remboursement.
Le risque de contrepartie peut aussi apparaître dans la dégradation de la situation
financière des emprunteurs.
La probabilité de défaut d'un emprunteur augmente avec la dégradation de sa
situation financière, cela accroît donc le risque de contrepartie de la banque.

Pour améliorer la gestion du risque de contrepartie, les banques accordent des


crédits aux particuliers et aux entreprises sur la base d'analyse de leurs données
financières :

 Pour un particulier, la banque examine l'ensemble de ses revenus, de ses


charges, et calcule son « reste à vivre ».
 Pour une entreprise, la banque effectue une analyse financière précise de
son bilan comptable, de son compte de résultat, de son bilan prévisionnel,
etc.

 Le risque opérationnel :

Le comité de Bâle définit le risque opérationnel comme « le risque de pertes


directes ou indirectes résultant d'une inadéquation ou d'une défaillance attribuable à
des procédures, des agents, des systèmes internes ou d'événements externes ». Il
renvoie donc à des inefficiences de l'organisation et du management de l'institution.
Sont inclus dans cette définition : Le risque juridique, le risque informatique, le risque
comptable, le risque déontologique, fraudes, pertes et vols. Sont exclus : le risque de
réputation et le risque stratégique.

Le risque opérationnel correspond à une série de pertes occasionnées par la


gestion de l'établissement qui ne sont pas liées directement au risque de marché ou
de crédit. La spécificité de ce risque réside dans la difficulté de sa quantification, ce
qui rend sa gestion assez complexe.

Dans le nouveau ratio de solvabilité du comité de Bâle, le risque opérationnel fait

24
l'objet d'une exigence de fonds propres.

III. L’évolution de risque bancaire

Le principal risque auquel les banques sont confrontées est le risque de crédit,
qui fait référence à la possibilité de défaillance d'un débiteur sur un prêt ou une autre
obligation de paiement. L’évolution récente du secteur bancaire a également mis en
lumière d'autres risques et s'est traduite par un plus grand degré de complexité dans
la structure des risques bancaires. La diversification, en particulier l'engagement des
banques dans le secteur des valeurs mobilières et des nouveaux instruments
financiers, les a rendus vulnérables à une évolution adverse du marché ou,
autrement dits, au risque de marché.

IV. Risque de l’activité bancaire


 Le risque juridique
L’inefficacité des systèmes juridique et judiciaire demeure un obstacle au
développement du secteur financier. Elle pourrait également devenir une source de
risque si une concurrence accrue pousse les banques à rechercher des clients moins
solvables.
 Risque de solvabilité:
Désigne l’insuffisance des fonds propres afin d’absorber les pertes éventuelles par la
banque, en effet, ce risque ne découle pas uniquement d’un manque de fonds propres
mais aussi des divers risques encourus par la banque tel que, le risque de crédit, du
marché, du taux et de change.
L’exposition des banques à ce type de risque peut mettre en danger son activité, d’où
l’objectif recherché par les institutions financières c’est d’essayer d’ajuster les fonds
propres aux risques afin de faire face à ce genre de risque d’insolvabilité
 risque financier :
Un risque financier est un risque de perdre de l'argent suite à une opération
financière (sur un actif financier) ou à une opération économique ayant une incidence
financière (par exemple une vente à crédit ou en devises étrangères).

V. Sources des risques


 Défaillance du contrôle interne
L'absence d'un dispositif de contrôle interne a permis l'application de pratiques
frauduleuses à l'intérieur des établissements bancaires et a engendré une mauvaise
maîtrise des risques.
 Détérioration de la gestion :

25
Les déficiences de gestion constituent une raison principale des défaillances
bancaires. La mauvaise gestion peut être appréhendée sous 2 volets :
D’une mauvaise gestion sur le plan technique : elle se traduit par des stratégies et
pratiques inappropriées notamment au niveau de la gestion des différents risques :
-risque de contrepartie : un développement excessif des prêts sans rapport avec le
niveau des fonds propres de la banque, une politique laxiste de crédit débouchant
sur une piètre qualité du portefeuille, concentration des risques sur des secteurs
économiques vulnérables, etc.
-risque de marge : collecte des dépôts onéreux et dumping des crédits,
-risque de taux,
-risque de transformation,
-risque de change,
Et d’une gestion de type frauduleuse: elle consiste à dissimuler les pertes
passées ou présentes pour gagner du temps en procédant à titre d'exemples :
- au maintien des créances compromises irrécupérables parmi les crédits sains ou
en renouvelant automatiquement des prêts rééchelonnés. Ces méthodes constituent
le moyen idéal pour établir des données fictives en matière de produits, évitant de
constituer des provisions et en comptabilisant les intérêts irrécouvrables comme des
revenus.
- à réévaluer des actifs immobilisés, qu'il s'agisse de biens immobiliers ou de titres.
Dans certains cas la législation autorise les banques à réévaluer leurs actifs en
période d'inflation mais certaines banques mettent à profit cette possibilité pour
gonfler la valeur comptable de leur actif au-delà de leur véritable valeur économique ;
Pire encore, certains banquiers peuvent réévaluer leur actif les cédant à des sociétés
« liées » à la banque. Cette cession s'opérant à crédit et à un prix supérieur à leur
valeur comptable.
- Pour les dépenses, le banquier diffère la prise en compte de ses engagements
(un paiement correspondant à un achat) jusqu'au moment du paiement effectif, au
lieu d'inscrire cette dépense dans les livres comptables le jour même de la signature
du contrat.

VI. Gestion théorique du risque bancaire

La gestion des risques prend deux formes évidemment liées, la première de


maîtrise des risques, tant opérationnelle que prudentielle, et la seconde de gestion
de bilan, dont l'objectif est l'immunisation contre les risques financiers et la fixation
des conditions de rentabilité des opérations.

26
 Maîtrise des risques
La maîtrise des risques évolue rapidement dans les banques et allie désormais
maîtrise opérationnelle et maîtrise prudentielle pour déboucher sur une allocation de
fonds propres.
 Maîtrise opérationnelle
La maîtrise opérationnelle est assurée par un dispositif complet :
D’enveloppes sectorielles sur les secteurs ou types d'opérations les plus
sensibles (immobilier, opérations à effet de levier ...).
D’enveloppes géographiques sur les pays à risques (existence d'un risque
souverain ou d'un risque de non transfert),
D’autorisations fixées par société ou par groupe de sociétés et décentralisées en
fonction du niveau de délégation octroyé aux opérateurs
Cette maîtrise inclut les mesures de gestion individuelle du risque, suivi des
engagements, action de recouvrement des créances, mise en jeu des garanties,
provisionnement éventuel ...
 Maîtrise prudentielle
La maîtrise opérationnelle des risques élémentaires laisse subsister les besoins
liés au contrôle des risques par grandes masses sectorielles ou géographiques et à
la mesure de la rentabilité des opérations par rapport au niveau de risque. La
maîtrise prudentielle des risques s'attache de ce fait à regrouper les engagements en
masses homogènes et à mettre en œuvre des méthodes de pondération des risques
et d'estimation des taux de défaillance permettant de passer de la mesure des
engagements bruts à une estimation des pertes potentielles et de comparer entre
eux des risques de nature et de niveau différents. Divers paramètres sont utilisés :
nature et durée de l'opération, qualité du client, du secteur d'activité, du pays de
résidence et taux de défaillance pour les risques de contrepartie, sensibilité et
volatilité pour les risques de marché.
 Allocation de fonds propres
Pour décentraliser la recherche de la rentabilité des fonds propres, les banques
procèdent aujourd'hui assez largement à des systèmes d'allocation de fonds propres
par centre de décision. L'objectif est de simuler une filialisation totale des activités de
la banque ; chaque centre est doté analytiquement des fonds propres nécessaires à
la couverture de ses propres risques, ses résultats sont corrigés en conséquence et
ses performances sont mesurées à l'aune des fonds propres qui lui sont alloués.

Section III : Les outils du management du risque de crédit bancaire

I. Introduction :

La distribution des crédits constitue la principale activité bancaire, mais elle

27
demeure la plus risquée. Face à cette situation, les entreprises bancaires ne cessent
de changer de méthode d’évaluation du risque de crédit en vue d’en trouver une qui
soit la plus efficace. 19

La gestion des risques se développe aujourd’hui d’une façon vertigineuse dans


l’univers bancaire. Elle couvre toutes les techniques et les outils de mesure et
contrôle de ces risques.

Le risque crédit est le risque de pertes consécutives au défaut d’un emprunteur


face à ses obligations ou la détérioration de sa solidité financière. Afin de minimiser
l’impact du risque de crédit, de multiples méthodes concourent à son appréciation.

L’objectif de cette section est de présenter quelques méthodes d’appréciation du


risque crédit, il est subdivisé en deux méthodes, la première consiste à la méthode
d’analyse financière et la deuxième section nous présenterons la méthode crédit
scoring.

II. L’analyse financier

Toute prise de risque nécessite une connaissance approfondie de la qualité de


la

28
contrepartie et de son environnement. Le processus de décision est initié par
l’analyse des documents comptables et financiers disponibles sur le débiteur étudié.
Pour la réalisation de cette évaluation, le banquier utilise un outil incontournable :
l’analyse financière.

Il s’agit d’une approche traditionnelle qui vise à « étudier le passé pour diagnostiquer
le présent et prévoir l’avenir » (Vernimmen, 1998). Elle consiste à analyser de
nombreux ratios, principalement les ratios de structure et d’endettement, les ratios de
rentabilité et les ratios de liquidité.

1. Définition de l’analyse financière

L’analyse financière peut être définie comme 20 : « une démarche qui s’appuie
sur l’examen critique de l’information comptable et financière fournie par une
entreprise à destination des tiers, ayant pour but d’apprécier le plus objectivement
possible sa performance financière et économique (rentabilité, pertinence des choix
de gestion,…), sa solvabilité (risque potentiel qu’elle présente pour les tiers et
capacité à faire face à ses engagements) et en fin son patrimoine ».

L’objectif premier de l’analyse financière est d’établir un diagnostic financier de

l’entreprise ; elle constitue une aide à la prise de décision. Elle permet d’améliorer la
gestion de l’entreprise d’effectuer des comparaisons avec d’autres entreprises du
même secteur d’activité.

2. Les principales limites et conséquences du diagnostic financier classique

Le diagnostic financier présente plusieurs limites pour une banque, ces limites
sont liées essentiellement à la construction du bilan financier et à la non maîtrise des
postes à risque. Pour construire un bilan financier, les banques ne tiennent pas en
compte que quelques retraitements économiques. Parmi ces retraitements, nous
citons par exemple les provisions pour risque et charges, les provisions
réglementées, les subventions d’investissements, les comptes courants d’associés,
les écarts de conversion actif, les plus ou moins values sur actifs, etc. Le diagnostic
financier qui ne prend pas en considération ces retraitements ne permet pas d’affiner
davantage la gestion du risque crédit. Toutefois, la prise en compte de ces
retraitements engendre des coûts importants supplémentaires que les banques
doivent supporter. Egalement, les comptes de l’entreprise sont souvent aménagés
pour donner une image plus flatteuse que la réalité. Les postes que la banque doit
maîtriser sont essentiellement : les frais de recherche & développement, la

29
production immobilisée, les stocks (qui peuvent fictifs), les plus values
exceptionnelles, les dettes sur comptes courants des actionnaires, etc.

En plus de ces deux grandes catégories de limites techniques, le diagnostic


financier nécessite pour une banque beaucoup de temps et un personnel qualifié, ce
qui entraîne une augmentation des coûts. Ces limites conduisent généralement à
des conséquences néfastes. Malheureusement, l’inexistence de publications
spécifiques aux indicateurs de risque crédit propres aux entreprises nous a poussé à
faire appel aux conséquences globales de la gestion classique du risque crédit.

Le traitement par l’analyse financière à court terme, telle qu’elle est pratiquée
par les banques, est une méthode classique d’appréhension du risque de crédit. La
lenteur et la longueur de sa réalisation et son caractère subjectif constituent des
inconvénients majeurs affectant ses résultats.

La prochaine méthode nous présenterons une méthode basée sur des


fondements statistiques et qui permet d’évaluer rapidement le risque du crédit.

III. La méthode du crédit scoring

Le crédit scoring a intéressé de nombreux auteurs comme Altman (1968),


Collongues (1977), Conan et Holder (1979), Holder et al. (1984). Grâce à leurs
recherches, ils ont pu améliorer la notoriété de la méthode du crédit scoring et ont
contribué au développement de ses techniques.

1. Définition du crédit scoring

«Le crédit scoring est le processus d’assignation d’une note à un emprunteur


potentiel pour estimer la performance future de son prê» (Feldman, 1997).

«Le crédit scoring est une méthode de prévision statistique qui vise à associer à
chaque demande de crédit une note proportionnelle à la probabilité del’emprunteur» 21

« Les modèles de score sont des outils de mesure du risque qui utilisent des
données historiques et des techniques statistiques. Leur objet est de déterminer les
effets de diverses caractéristiques des emprunteurs sur leur chance de faire défaut.
Ils produisent des scores qui sont des notes mesurant le risque de défaut des
emprunteurs potentiels ou réels. Les institutions financières peuvent utiliser ces
notes pour ranger les emprunteurs en classes de risque» 22

Donc, l’objectif du scoring est d’apprécier de façon synthétique la situation


financière d’une entreprise et de la classer dans la catégorie d’entreprises saines ou
défaillantes.

30
Le principe du scoring est le suivant : déterminer les variables clés qui
discriminent le plus les deux groupes d’entreprise (entreprises saines et entreprises
défaillantes), Ensuite un indicateur appelé « score » est calculé nous permet de juger
rapidement la situation d’une entreprise. Cet indicateur est élaboré sur la base de
deux échantillons d’entreprises, jugées à priori saines ou défaillantes. Le score est
d’autant plus fiable que le classement qu’il reproduit est proche de la réalité.

Un bon modèle de score affecte des scores élevés aux débiteurs ayant une
faible

probabilité de défaut et des scores faibles à ceux dont les prêts se comportent mal
(forte probabilité de défaut). Mais ces scores ne peuvent être significatifs que si le
modèle comporte les facteurs de risque les plus importants.

2. Historique Scoring

31
Bien que le crédit scoring ait été pour la première fois utilisé dans les années
1960 aux USA, ses origines remontent en fait au début du XXe siècle, lorsque J.
MOODY publia la première grille de notation pour ses trade bonds (obligations
commerciales). Brièvement, nous présentons les 10 dates clés du scoring crédit
dans le tableau ci-dessous.

Tableau N°1 : L'histoire du crédit scoring en 10 dates.

Dates Evénements

2000 Av.JC 1ere utilisation du crédit en Assyrie, à Babylone et en


Égypte

1851 1ere utilisation de la notation (classement) crédit par John


Bradstreet, pour ses commerçants demandeurs de crédit,
USA

1909 John M. Moody publie la 1ere grille de notation pour les


obligations commerciales négociées sur le marché, USA

1927 1er « crédit bureau » crée en Allemagne

1941 David Durand professeur de Gestion au MIT écrit un rapport,


et suggère le recours aux statistique pour assister la
décision de crédit, USA.

1958 1ere application du scoring par American Investments

1967-1970 Altman crée le « Z-score » à partir de l'analyse discriminante


multi variée. Réglementation des « crédits bureaux » par le
credit reporting act, USA

1995 Moody's KMV introduit le RiskCalc pour le scoring des ratios


financiers (financial ratio scoring - FRS)

2000 Moody's KMV introduit le RiskCalc pour le scoring des ratios


financiers (financial ratio scoring - FRS)

2004 Bâle II recommande l'utilisation des méthodes statistiques


de prévision du risque de crédit

Source : R.ANDERSON. «The credit toolkit », oxford university press 2007, p28.

32
Il faut cependant noter que le crédit scoring ne constitue pas la seule voie à ce
jour de gestion du risque de crédit. Depuis quelques années, l'émergence de
produits financiers dérivés permettant une protection contre le risque de défaut, ou
encore,une protection contre une augmentation des probabilités de défaut pouvant
être mesurées par l'écart de crédit. Il s'agit notamment des options (options sur écart
de crédit, option sur le défaut), des contrats à terme sur l'écart de crédit.

3. Construction d’un modèle de score

L’élaboration d’un modèle de Crédit scoring suit un cheminement logique qui se

scinde en quatre étapes, à savoir :

 Le choix du critère de défaut et de la population à analyser ;

 Le choix des variables explicatives ;

 Le choix de la méthode à appliquer ;

 La validation du modèle.

3.1. Le choix du critère de défaut et de la population à analyser

Pour bâtir un modèle de score, il convient de disposer de deux populations, la


première regroupant les emprunteurs ayant fait défaut et la deuxième ceux n’ayant
pas fait défaut (sain). Donc il faut d’abord choisir un critère de défaut. Sur la base de
ce critère, il faut construire l’échantillon à utiliser, celui-ci doit contenir des données
historiques sur la clientèle défaillante et non défaillante. On doit également retenir un
horizon temporel pour le modèle.

« L’horizon est d’un an si l’on utilise l’information de l’année précédente N-1 pour
prévoir les défauts de l’année en cours N. le score mesure alors la probabilité de
défaut à un an. » 23

3.2. Le choix des variables explicatives

Les variables choisies doivent être indépendantes pour éviter la redondance de

l’information. On peut utiliser divers types de données :

- comptables et financières, qui permettent de construire des ratios financiers


retraçant les diverses dimensions du risque ;

- bancaires (données du fonctionnement du compte permettant d'identifier la


régularité du comportement de paiement des emprunteurs ainsi que la situation de

33
leurs soldes, celle de leur épargne liquide ou financière et le poids relatif de leur
endettement) ;

- qualitatives (âge, profession, ancienneté dans cette profession, catégorie

socioprofessionnelle, localisation géographique, existence d'incident dans le passé,


etc.) utilisées notamment pour le scoring des clients particuliers dans le domaine du
crédit à la consommation.

3.3. Le choix de la méthode à appliquer

Il existe plusieurs techniques pour la construction des modèles de score :

A- Les techniques fondées sur les méthodes paramétriques de classification

Les méthodes paramétriques de classification établissent une relation


fonctionnelle entre les variables explicatives dont la loi de distribution est supposée
connue- et la variable expliquée, relation dont la forme est donnée a priori. Dans
cette catégorie, on peut trouver trois grandes familles de méthodes : la méthodologie
unidimensionnelle, l’analyse discriminante (linéaire et non linéaire) et la régression
sur variables qualitatives.

B- Les techniques d'intelligence artificielle (réseaux de neurones)

Les réseaux de neurones sont des algorithmes d'intelligence artificielle qui


permettent à partir de l'expérience de déterminer la relation entre les caractéristiques
d'un des emprunteurs et leur probabilité de défaut. Cette technique prend en compte
l’effet de non-linéarité entre la variable à expliquer et les variables explicatives, mais
sa modélisation, son utilisation et l’interprétation des résultats peuvent être
complexes, comme on lui reproche souvent le manque de stabilité de ses résultats.

3.4. Validation du modèle

C’est la dernière étape dans la construction d’un modèle de crédit scoring. Les

méthodes de validation reposent sur l’inférence statistique afin de mesurer la


capacité du modèle et prendre la décision quant à son utilisation ou à son rejet. Les
méthodes de validation s’appuient alors sur des tests de robustesse appliqués sur un
échantillon témoin qui n’a pas été utilisé pour la construction du modèle.

Aussi, la qualité du modèle doit être analysée afin de déterminer le pourcentage


de bon classement qui doit dépasser la proportion des entreprises saines dans le
portefeuille de crédit.

34
Il importe de bien signaler que la validation du modèle est une étape décisive qui
passe d’une simple vérification de la conformité des coefficients du modèle de score
à une multitude de tests statistiques puissants et des courbes de performance
solides.

4. Avantages et limites du crédit scoring

4.1. Avantages du crédit scoring

L'utilisation du crédit scoring au sein des établissements de crédit en tant qu’outil

d’aide à la décision offre plusieurs avantages :

 En proposant une appréciation synthétique de la situation d’une entreprise, la


méthode des scores permet, d’anticiper le risque de défaillance de l’entreprise et
de diminuer par conséquent les impayés, aussi « parce qu’il fondé sur une
appréciation objective des critères de risque, l’utilisation des scores permet à
l’établissement de crédit de disposer en fonction de sa sensibilité aux risques le
niveau d’impayés qu’il tolère » ;

 Les modèles de score par rapport aux autres méthodes traditionnelles


permettent, grâce à la rapidité de décision qu’ils présentent, un traitement de
masse de populations nombreuses d'emprunteurs et leur usage réduit de
manière significative la durée du traitement des dossiers de crédit (de 15 jours à
quelques heures, pour la plupart des crédits standard).

Ce gain de temps permet à l’analyste financier de concentrer son attention sur


d’autres aspects comme l’étude de demandes de crédit plus délicates et plus
complexes.

 Le scoring contribue à résoudre les difficultés induites par la multiplicité des


indicateurs d’équilibre financier, en orientant vers une sélection qui échappe aux
pièges de la subjectivité.

 Les outils de scoring sont peu coûteux.

Cependant et malgré ses avantages, le crédit scoring comme toute autre


méthode d’évaluation du risque, n’est pas infaillibles.

4.2. Limites des modèles de score

Au-delà du problème de biais de sélection ou du problème de la réintégration


des refusés, nous pouvons indiquer les limites suivantes des modèles de score :

35
 Le système de crédit scoring apparaît figé dans le temps, car le secteur pour
lequel il a été construit ainsi que la situation économique peuvent évoluer, de ce
fait au-delà d’une certaine durée d’utilisation, il peut perdre son pouvoir
discriminant ;

 Les modèles de score capturent mal les changements de toute nature qui
modifient l'attitude des emprunteurs par rapport au défaut (en augmentant par
exemple le hasard moral) ;

 Les modèles omettent des éléments qualitatifs liés à la qualité des dirigeants ou
aux caractéristiques particulières des marchés sur lesquels opèrent les
emprunteurs.

 La méthode des scores peut aussi, accélérer la défaillance d’une entreprise qui
aurait un mauvais score. Il est très probable que le comportement des
partenaires de celle-ci se modifie, ce qui accélérera le processus de
dégradation.

Cependant et malgré ses limites la méthode des scores reste l’une des
méthodes les plus utilisées pour l’appréciation du risque de crédit.

36
Conclusion

Les banques sont au coeur des circuits et mécanismes financiers. Partenaires


habituels des entreprises, des particuliers mais aussi des associations ou des
collectivités locales, elles sont quotidiennement confrontées à la prise de décision en
avenir risqué.

En effet, le crédit étant l'un des moteurs de développement des entreprises,


facteur de croissance économique, il est distribué sous différentes formes, en raison
des différents besoins qu'expriment les demandeurs de fonds. Quant aux risques
engendrés par celui-ci, une performante politique de gestion des risques de crédit
s'avère être primordiale pour la survie des établissements bancaires.

Face à la multiplicité des risques bancaire et leurs diversités, les banques se


trouvent dans l'obligation de se protéger contre ces risques qui sont considéré
comme une menace majeure pour les banques, d'où l'adoption des méthodes de
gestion.

37
DEUXIEME PARTIE :
PRESENTATION DE
LA BANQUE
POPULAIRE

38
Introduction

Le secteur bancaire joue un rôle prépondérant dans l'économie marocaine. Il a


connu diverses réformes qui en font aujourd'hui un système moderne, adapté aux
besoins de la société comme à ceux des entreprises.

L’activité bancaire est un secteur stratégique dans toute économie. Il constitue


un pôle de financement primordial pour les agents économiques. Les entreprises
s’endettent auprès des banques pour financer leurs investissements. Les ménages
eux aussi demandent des crédits pour acheter une maison, des biens
d’équipement... Certes le marché financier, et en particulier le marché boursier,
commence á concurrencer le marché bancaire puisque il constitue une autre
alternative pour les entreprises pour lever des fonds et un placement rentable pour
l’épargnant dans certains cas. Mais vu le nombre réduit des sociétés qui ont accès à
la place boursière de Casablanca, les banques restent dominantes en matière de
financement de l’économie Marocaine, en dépit d’un taux de bancarisation peu
élevé.

Il n'y a pas si longtemps, l'activité bancaire s'exerçait dans un environnement


stable, particulièrement protégé, et ce dans le cadre d'un environnement
réglementaire hétéroclite, incomplet, voire dépassé. Cependant, ces dernières
années, en raison de la mondialisation, de la révolution technologique et de la
déréglementation, le monde de la banque a connu de profondes mutations et risque
encore d'en connaître d'autres dans les années à venir.

Le secteur bancaire a été soumis depuis le début de la décennie quatre vingt dix
à de nombreuses réformes : unification du cadre juridique, instauration du principe
d’universalité, suppression des emplois obligatoires, levée de l’encadrement du
crédit, libéralisation progressive des taux d’intérêt, dynamisation du marché
monétaire et renforcement des règles prudentielle sont autant de facteurs dont
l’objectif est de mettre le secteur bancaire et financier dans une dynamique
concurrentielle déterminée par les forces du marché.

39
Section I : Présentation du groupe banque populaire (GBP)

I. Histoire

Le Crédit Populaire du Maroc est un groupement de banques constitué par la


Banque Centrale Populaire et les Banques Populaires Régionales.

Fidèle à son esprit d’entreprise, le Crédit Populaire du Maroc s’est fixé comme
objectif d’accompagner toutes entreprises moyennes ou petites, artisanales,
industrielles ou de services par la distribution de crédit à court, moyen et long terme.

Il propose une gamme élargie et complète de services et produits financiers


répondant à l'ensemble des besoins de sa clientèle.

Introduit au Maroc par le Dahir du 25 mai 1926, le modèle organisationnel et


commercial du Groupe est fondé, dès l’origine, sur les concepts de mutualité et de
coopération.

Ainsi, les premières Banques Populaires de type coopératif et à vocation


régionale, furent créées, dès la fin des années 20 du siècle dernier, dans les
principales villes du Royaume.

Au lendemain de l’indépendance, les pouvoirs publics ont procédé, dans le


cadre de la mise en place des premiers jalons du système bancaire et financier
marocain, à la refonte du Crédit Populaire du Maroc (CPM), à travers le Dahir du 28
février 1961, en le dédiant au développement de l’artisanat et de la PME/ PMI.

Cette réforme a également renforcé le modèle organisationnel du CPM, basé


désormais sur l’existence de Banques Populaires Régionales, d’une entité centrale :
la Banque Centrale Populaire, et d’une instance fédératrice : le Comité Directeur du
CPM.

Ce n'est que vers l'année 2000 que la Banque Centrale Populaire s'est
transformée en société anonyme à capitale fixe avec comme première

40
recommandation l'ouverture de son capital aux Banques Populaires Régionales à
hauteur de 21% et au secteur privé à concurrence d'au moins 20%. Ainsi, les
Banques Régionales se sont dotées d'une autonomie avec leur implication dans le
développement économique et social de leur région.

Trois phases essentielles caractérisent l'histoire de la Banque Populaire ;


d'abord la phase de complémentarité allant des années 60 jusqu'à mi 70. Ensuite la
phase de compétitivité qui se situe entre 1968 et 1978. Enfin, la dernière phase qui
représente la Banque Populaire à l'heure actuelle, c'est-à-dire face à la
mondialisation.

 La phase de complémentarité :

Durant cette période, la Banque Populaire, alors semi-publique, ne concernait


que l'artisanat, les petits commerces et les PME. Les autres banques étaient
spécialisées dans d'autres activités : la BMCE (les opérations d'import et d'export) ;
le CIH (le secteur immobilier et hôtelier) ; la CNCA (le crédit agricole) etc.

La naissance de la Banque Populaire coïncide avec celle des OFS , et celle des
banques privées telles que la BNP (à capitaux étrangers essentiellement)...

Parallèlement, la Banque Populaire bénéficiait de sa place monopolistique au


sein du marché Marocain. Ceci s'explique, d'une part, par le fait d'être exonérée de
toute imposition, ce qui n'est pas le cas pour les autres banques. Et d'autre part, par
la volonté d'attirer un maximum de capitaux étrangers.

  La phase de compétitivité :

Elle se caractérise par une ouverture massive des banques sur le marché. Elle
est marquée aussi par plusieurs évènements à savoir la libéralisation du secteur
bancaire, le désencadrement des crédits, etc.

Les banques se sont donc inscrites, à partir, de là dans un contexte de libre


concurrence qui les a incité à développer davantage leurs compétences et leur
savoir-faire.

Elle se caractérise également par une décentralisation du système bancaire.


Cette dernière avait pour but :

 La disponibilité de l'information au niveau agence.

 La réduction des circuits de traitement des adhérents.

 La réponse immédiate aux réclamations de la clientèle.

41
 L'allégement des services centraux de la Banque Centrale Populaire et de la
Banque Populaire Régionale.

  La phase de mondialisation :

A l'heure actuelle on sait que les canaux d'information ne sont plus ce qu'ils
étaient et que le réseau Internet n'est plus un secret pour personne. A ce propos, on
a pu voir que la Banque Populaire a mis en place des produits modernes lui
permettant de s'inscrire dans la nouvelle ère.

II. Organisation

Le Groupe Banque Populaire est composé de la Banque Centrale Populaire


(BCP), organe central du Groupe, de huit Banques Populaires Régionales (BPR), de
filiales au Maroc, en Afrique subsaharienne et en Europe ainsi que de fondations. La
Banque Populaire se positionne aujourd’hui en groupe financier universel au profit de
toutes les catégories sociales et économiques : particuliers, professionnels et
entreprises de toutes tailles sont servis par des produits bancaires, d’assurance et de
services.

Figure N°1 : Organisation du CPM

42
Source : www.gbp.ma

1. Comité directeur :

Le Comité Directeur est l’instance suprême du Crédit Populaire du Maroc


exerçant exclusivement la tutelle sur les différents organismes du CPM.

Le Comité Directeur comprend :

 Cinq Présidents des Conseils de Surveillance des Banques Populaires


Régionales élus par leurs pairs,

43
 Cinq représentants du Conseil d’Administration de la Banque Centrale
Populaire, nommés par ledit Conseil.

 Le Président du Comité Directeur est élu parmi les membres dudit Comité et sa
nomination est ratifiée par le Ministre chargé des Finances.

Sa mission :

 Définit les orientations stratégiques du Groupe,

 Exerce un contrôle administratif, technique et financier sur l’organisation et la


gestion des organismes du CPM,

 Définit et contrôle les règles de fonctionnement communes au Groupe

 Prend toutes les mesures nécessaires au bon fonctionnement des organismes


du CPM et à la sauvegarde de leur équilibre financier.

2. Banque centrale populaire (BCP) :

La Banque Centrale Populaire (BCP) est un établissement de crédit, sous forme


de société anonyme à Conseil d’Administration. Elle est cotée en boursedepuis le 8
juillet 2004.

Sa mission : La BCP, qui assure un rôle central au sein du Groupe, est investie
de deux missions principales :

 Etablissement de crédit habilité à réaliser toutes les opérations bancaires.

 Organisme central bancaire des BPR.

A ce titre, elle coordonne la politique financière du Groupe, assure le


refinancement des BPR et la gestion de leurs excédents de trésorerie ainsi que les
services d’intérêt commun pour le compte de ses organismes.

Figure N°2 : Organigramme de la banque centrale populaire

44
Source : www.gbp.ma

3. Banques populaires régionales (BPR) :

Les Banques Populaires Régionales (BPR), Banques de proximité, actuellement


au nombre de 10 constituent le socle du Crédit Populaire du Maroc.

Leur mission :

Etablissements de crédit habilités à effectuer toutes les opérations de banque dans


leurs circonscriptions territoriales respectives, les BPR ont pour mission de
contribuer au développement de leur région par la diversité des produits qu’elles
offrent, le financement de l’investissement et la bancarisation de l’économie.

Elles constituent le levier du Crédit Populaire du Maroc dans la collecte de


l’épargne au niveau régional, sa mobilisation et son utilisation dans la région où elle
est collectée.

Leur organisation :

45
Les Banques Populaires sont organisées sous la forme coopérative à capital
variable, à Directoire et à Conseil de Surveillance. Leur mode d’organisation unique
au sein du système bancaire leur permet d’approcher différemment leurs clients,
puisque ces derniers se trouvent également être les détenteurs du capital, formant
ainsi ce que l’on appelle « le sociétariat ».

Outre le fait qu’ils bénéficient des différents services bancaires, les clients
sociétaires participent également à la vie sociale de leur banque (Participation aux
Assemblées Générales, possibilité de siéger au Conseil de Surveillance).

4. Agences :

Les agences représente le FRONT OFFICE de la Banque Populaire, où la


relation client et la qualité du service prime sur toute autre considération. Le
personnel des agences est réparti comme suit :

Chef d'agence : S'occupe en premier lieu de la commercialisation, de l'octroi de


crédit, de la gestion de l'agence, de la coordination avec la succursale et avec la
direction régionale...

Responsable administratif (Chef de caisse) : Est responsable du contrôle des


opérations, autocontrôle des opérations de caisse, du SIMT (Système interbancaire
marocain de télé compensation), scannérisation des chèques et des effets, des
remises, la gestion des stock, traitement des anomalies et des incidents et
l’exécution de l’ordre de virement…

Chargé de produit : Est responsable de la demande et de la remise des cartes


guichets, de la délivrance des carnets de chèque, de l'ouverture et la clôture des
comptes, la présentation des différents produits et services offerts par la banque, la
souscription en bourse et la souscription des Dépôts à Terme (DAT)...

Agent commercial : A pour mission le change des devises, les versements, les
retraits, les mises à disposition, le service Money Gram et le service Western Union,
l’alimentation du GAB (Guichet automatique bancaire) et la vérification et pointage
des pièces…

5. part du marché

46
Le réseau Banque Populaire est le plus étendu du Royaume avec près de 5000
points de distribution et plus de 1430 agences à fin décembre 2018. Il sert également
la plus large base clientèle au Maroc avec près de 3,2 millions de clients. Les
banques populaires gèrent près de 60 % des actifs financiers locaux
des Marocains résidents à l'étranger. Plusieurs produits spécifiques et adaptés ont
été développés spécialement à ce marché tout particulièrement dans le domaine de
la gestion d’actifs et des crédits. En plus de sa position dominante sur le marché de
la banque de détail, le Groupe des Banques populaires est aussi leader sur le
segment PME avec 60 % des crédits distribués .

Tableau N°2 :Part du marché

2016 2017 2018

Dépôts de la clientèle 26,79% 26,28% 26,24%

Crédits à l'économie 23,72% 23,92% 24,23%

Source :https://www.groupebcp.com/fr/nous-conna%C3%AEtre/le-
groupe/chiffres-cl%C3%A9s

6. Actionnariat

47
La Banque Centrale Populaire (BCP), dont le siège se trouve à Casablanca, est une
Société Anonyme à Conseil d’Administration au Capital de1.822.546.560 DH. Elle est
l’organisme central des huit Banques Populaires Régionales (BPR) qui sont des
coopératives à capital variable et détient dans chacune d’elle des participations
équivalentes majoritaires. L’ensemble formé par la BCP et les BPR constitue le
Crédit Populaire du Maroc (CPM). Plusieurs organismes institutionnels (Caisse de
Retraite, Mutuelles, Assurances, Banques,...) portent des parts significatives du
capital de la BCP.

Figure N°3 : Actionnariat de la BCP

Source : www.gbp.ma

7. Fiche signalitique de la banque populaire

48
Tableau N°3 :Fiche signalitique de la banque populaire

Raison sociale La Banque Populaire

Forme juridique Socièté Anonyme

Capital 664 107 480,00 MAD

Activité Finance et assurance

Slogan «Faite pour vous»

Création 25 mai 1926

Président Kamal Mokdad

Adresse 20 100 Casablanca101, Bd Zerktouni

Date d’introduction en bource 06 Juillet 2004

Effectif 17 320 (2018)

Site Web www.GBP.ma

Source :https://fr.wikipedia.org/wiki/Banque_populaire_(Maroc)#Notes_et_r%C3%A9f
%C3%A9rences

8. Valeurs

C’est dans un modèle coopératif et mutualiste que le Groupe a puisé les valeurs
qui reflètent sa culture, portent sa vision, traduisent les engagements pour le
développement économique et social du Maroc et renforcent la cohésion entre les
différentes entités, à savoir : la Banque Centrale Populaire, les Banques Populaires
Régionales, le réseau d’agences au Maroc et à l’étranger, les filiales et fondations.

L'INNOVATION
L’innovation, c’est réinventer continuellement notre proposition de valeur, nos
modes de fonctionnement et de communication en cultivant notre humilité.
L’innovation, c’est créer un environnement de confiance propice à l’expression de la
créativité et à l’audace.

LA PROXIMITÉ

49
Sa structure régionale, la densité de son réseau et sa bonne répartition dans
l’ensemble du Royaume favorisent l’ancrage de la banque avec les réalités locales ;
elle contribue ainsi à utiliser l'épargne au sein des régions où elle est collectée et à
promouvoir les activités bancaires au niveau local.

Au Maroc comme à l’étranger, la Banque Populaire cultive la proximité avec ses


clients, à travers le maillage de ses agences, ses guichets automatiques et la
banque à distance.

LA CITOYENNETÉ

Le Groupe Banque Populaire inscrit ses actions dans une démarche globale de
développement durable. Sa vocation citoyenne trouve ainsi sa concrétisation dans
ses trois fondations : 

 la Fondation Banque Populaire, vouée au soutien à la culture et à l’éducation. 


 la Fondation Création d’Entreprises, destinée au soutien et à la promotion de
l’esprit entrepreneurial aussi bien en faveur de la clientèle locale que pour les
Marocains du monde (MDM). 
 la Fondation Attawfiq Micro-Finance, dédiée à l’inclusion bancaire et financière
ainsi qu’à la lutte contre la précarité et l’exclusion sociale à travers des actions
de soutien aux micro-entrepreneurs et de financement d’activités génératrices
de revenus.

LA PERFORMANCE
Le Groupe Banque Populaire est engagé, vis-à-vis de ses clients et partenaires,
à améliorer son efficacité opérationnelle. Il cultive ainsi, à l’échelle individuelle et
collective, l’efficacité, le professionnalisme, la satisfaction client et l’innovation pour
optimiser et rationaliser ses modes de fonctionnement.

50
9. Filiales et fondations du Banque populaire

Tableau N°4 :Filiales et fondations du Banque populaire

Domaines d'activité Filiales


Marché des Capitaux Médiafinance

Crédit bail Chaabi Leasing

Change Assarf Chaabi

Gestion Collective d'Epargne Alistitmar Chaabi

Assistance Maroc Assistance Internationale

Banque Banque Chaabi du Maroc

Banque Banque Populaire Maroco-

Guinéenne

Banque Banque Populaire Maroco-

Centraficaine

Capital risque SPPP Moussahama

Banque CIH

Société de Bourse ICF Al Wassit


Source : www.gbp.ma 

51
10. Chiffre clés

Tableau N°5 : Chiffre clés

2016 2017 2018

Sociétaires 360 408 357 587 373 856

Effectif 15 210 15 400 17 320

Banques Populaires Régionales 10 9 8

Fondations 3 3 3

Filiales spécialisées 8 8 8

Banques à l'international (hors filiales 4 4 4


bancaires de la holding ABI)

Banques à l'international (Filiales ABI) 7 8 8

Banque Offshore 1 1 1

Points de présence microcrédit 440 455 470

Bénéficiaires Actifs Microcrédit 270 049 281 604 284 573

Source :https://www.groupebcp.com/fr/nous-conna%C3%AEtre/le-groupe/chiffres-cl
%C3%A9s

Section II : Services et produits fournis par la banque populaire

52
I. Services :

1. Ouverture du compte
1.1. Les types des comptes

1.1.1. Types des comptes en génerale

a) Les comptes courants :

Sont réservés aux commerçants appartenant à divers secteurs d'activités pour leurs
opérations professionnelles.

b) les comptes chèques :

Sont ouverts aux personnes physiques ou morales pour leurs besoins


personnels. Leurs soldes doivent toujours être créditeurs.

c)  les comptes sur carnet :

Ils ne peuvent être ouverts qu'à des personnes physiques. Aussi, c'est un compte
rémunéré, ses taux d'intérêts sont fixes par banque populaire. Le montant
déposé ne doit pas dépasser la somme de 400.000,00 dirhams, alors que le
montant de chaque opération de versement ainsi que leurs soldes ne peuvent
être inférieures à 100 dirhams, sauf en cas de clôture de compte.

1.1.2. Les types des comptes offerts par la banque populaire

COMPTE EN DIRHAMS NON CONVERTIBLE

 21111 : Comptes pour particuliers ou personnes physiques.

 21211 : Comptes pour personnes morales ou exerçant une activité commerciale.

 21330 : Comptes d'épargne ou sur compte carnet.

 21150 : Comptes réservés au personnel de la banque.

 21140 : Compte réservés au marocain du monde(MDM).

 21340 : Compte sur carnet réservés au MDM.

 21216 : Comptes réservés aux artisans.


 21116 : Comptes réservés aux associations, ce qui nécessite la présentation du
statut, du tableau des membres, du PV de l'assemblée générale, des copies des
CIN des membres fondateurs et du document présenté par la commune.

53
 21117 : Comptes réservés aux fonctionnaires de l'état de sécurité et de défense
(Policiers, militaires, membres de la protection civile...).

 21150 : Comptes réservés au personnel de la banque.

COMPTES EN DIRHAMS CONVERTIBLE

 21184 : Comptes pour les marocains non résident dont l'alimentation se fait en
devise mais le retrait est en devise ou en dirhams.

 21182 : Comptes pour les étrangers résidents dont l'alimentation aussi se fait en
devise mais le retrait est en devise ou en dirhams.

 Compte CCPEX : Compte réservé aux entreprises d'exportation.

1.2. Conditions d’ouverture d’un compte

1.2.1. les conditions générales d'ouverture d'un compte :

Le client doit ~tre majeur après cette image de marque l'ouverture du compte est
reliée à un versement initial ou à la domiciliation du salaire. Aussi, il existe une
chance pour les aveugles et les analphabètes. Seulement, pour les premiers, il faut
la présence d'une tierce personne avec lui pour l'ouverture du compte et les
différentes opérations de retrait ; et pour les seconds il faut savoir signer

1.2.2.  les conditions relatives à l'identité :

Avant d'ouvrir un compte, il faut s'assurer de l'identité du client qui varie selon la
fonction des personnes concernées : physique ou morale.

 Personnes physiques : leur identité est déterminée par la carte d'identité


nationale ou le passeport. Mais actuellement, la C.I.N est obligatoire.

 Les commerçants sont tenus de présenter en plus un extrait de registre de


commerce et la patente ; les étrangers doivent présenter une carte de séjour
valide.

 Personnes morales : Chaque société a des pièces à produire pour l'ouverture de


comptes. Le registre de commerce et la pattente.

1.3. La démarche d’ouverture d’un compte

1.3.1. Les vérifications préalables à l’ouverture d’un compte

54
 Les personnes physiques:

Selon l`article 488 du code de commerce, l`établissement bancaire doit


préalablement a l`ouverture d`un compte vérifier, en ce qui concerne les personnes
physiques, le domicile et l`identité du postulant au vu des énonciations de sa carte
d`identité nationale (CIN), de la carte d`immatriculation pour les étrangers ou du
passeport ou toute autre pièce d`identité en tenant lieu pour les étrangers non-
résidents.

Le banquier est obligé de vérifier l`identité du client, c'est la raison pour laquelle
le banquier demande la présentation d'un document officiel, une pièce délivrée par
une autorité administrative portant la photographie et la signature de l'intéresse. Il
s'agit de la carte d'identité nationale dont une photocopie sera conservée par le
banquier.

Ensuite, le banquier enregistre toutes les informations nécessaires du client et


lui communique un numéro de compte, identifiable par une série de chiffre désignant
a la fois le génériques de 5 positions, radical de 7 position, plural de 3 positions et
chiffre clé d`une position:

Préalablement a la délivrance d'un chéquier, le banquier est tenu de consulter le


fichier central des interdits de chèques pour s'assurer que le client n`y figure pas.

 Les personnes morales :

Concernant les personnes morales, le banquier doit vérifier, préalablement a


l'ouverture d'un compte ( la forme et la dénomination, l'adresse du siège, l'identité et
les pouvoirs de la ou les personnes physiques habilitées a effectuer des opérations
sur le compte, ainsi que le numéro d'inscription a l'impôt sur la société au registre de
commerce ou a l'impôt des patentes).

55
Apres la vérification préalable a l'ouverture de Compte le banquier présente au client
un spécimen de signature et lui invite a déposé sa signature ainsi que celle du
mandataire qu'il a désigné.

Ce spécimen permet d'authentifier les ordres émanant du client pour les


dénouements des opérations bancaires.

1.3.2. La classification des comptes

Selon l'article 487 du code de commerce le compte en banque est: soit a vue, soit a
terme :

 Les comptes à vue.

 Les comptes à terme.

 Les comptes étrangers :

 Les comptes en dirhams convertibles.

 Les comptes en devises.

2. Services liés aux Comptes

2.1. Chèques

Le chèque de banque est un moyen destiné à garantir le paiement au profit d’un tiers
bénéficiaire ou du donneur d’ordre lui-même. Il se substitue au chèque certifié et
offre les mêmes garanties. Un moyen de paiement indispensable pour certains
achats.

Avantages :

 Les mêmes garanties qu’un chèque certifié

 Des transferts de fonds facilités

 Sécurité: Barré et portant la mention « non endossable ». Soumis au délai de


prescription, au même titre qu’un chèque ordinaire.

 Flexibilité: Peut faire l’objet d’une opposition. Peut être remplacé.

 Fiabilité: Chèque extrait du chéquier de l’agence, établi à l’ordre d’un .

56
2.2. Chèque Auto

Le chèque Auto est un moyen de paiement garanti dans toutes les agences Banque
Populaire. Il est destiné exclusivement au règlement des dépenses liées à un
véhicule dans les stations-service au Maroc.

Avantages :

 Limite l’usage d’argent liquide

 Facilite la comptabilité des frais de route

 Réserve de 2000 DH pour faire face aux éventualités sur la route

 Paiement garanti à tous les guichets Banque Populaire, même en cas de


provision insuffisante

 Ouvert à tout client titulaire d’un compte ou délivré à un tiers dûment mandaté à
cet effet

 Simple et rapide: La rédaction d’un chèque Auto est aussi simple que celle d’un
chèque classique.

 Des prestations garanties : Mention « Chèque-Auto », montant garanti pré-


imprimé (100 DH), la garantie de la Banque Populaire pour le paiement du
chèque

2.3. CHAABI CASH

Chaabi Cash est un moyen de transferts d’argent sont accessibles en temps réel
dans toutes les agences Banque Populaire au Maroc

Avantages :

 Une mise à disposition immédiate de l’argent

 Un transfert sécurisé dans le réseau Banque Populaire

 Transfert possible dans les agences Banque Populaire ou sur Chaabi Net

 Récupérer les fonds en cas de non règlement de la mise à disposition

57
 Un moyen sûr: Possibilité d’ordonner le transfert pour soi-même pour éviter le
transport d'argent ou de valeurs, en ayant la certitude d’être le seul habilité à
disposer des fonds

 Gratuité: Aucun frais à régler

 Pas de contrainte : Un transfert d’argent en temps réel à retirer dans n’importe


quelle agence Banque Populaire, même si le bénéficiaire n’est pas client BP

3. Services à l'international

 Change

 Transfert à l'étranger pour soins médicaux : ce service assure le transfert


d’argent dans le cas où l'état de santé nécessiterait une consultation médicale
auprès d'un médecin à l'étranger, ou l’administration de soins médicaux dans un
établissement étranger.

 Transfert à l'étranger pour les étudiants

II. Produits :

1. Les cartes monétiques

 RIZK

 LA POPULAIRE

 LA PRIMA

 LA GOLDE DEVISE

 LA GOLDE DOTATION

 AILES

 AILES PLUS

58
 I-C@RD

 1217

 #LIVE

 L'HBAB

 ASFAR CARD

 RELAX

 LA PRO

 LA TITANIUM

2. Les packs

 AL HISSAB CHAABI

 CNSS ESSENTIEL

 CNSS PLUS

 OCPACK ESSENTIEL

 OCPACK PLUS

 PREMIUM

 AILES

 POPULAIRE

 FILIALES

 #LIVE

3. Les crédits

LES CRÉDITS LOGEMENTS :

 Crédit FOGALEF : accordé aux enseignants adhérant à la fondation Med VI et


permet le financement complet du logement en fonction du revenu, avec des
durée de remboursement pouvant aller jusqu'à 20 ans et un taux d'intérêt très
compétitif.

59
 Crédit AL MANZIL Chaabi : accordé aux gens ayant un revenu modeste et/ou
non régulier pour l'acquisition d'un logement neuf ou ancien avec un plafond
pouvant atteindre les 200.000 dhs.

 Crédit Douira : pour les personnes désirant acquérir un logement économique


dont le coût est limité à 200.000 dhs et une superficie qui ne dépasse pas 100
m², avec une durée de remboursement allant jusqu'à 25 ans et un taux d'intérêt
fixe très compétitif.

 Crédit Mabrouk : Crédit pour le financement des logements de moyen et haut


standing, construction d'une maison, travaux d'aménagement ou bien
l'acquisition d'un terrain nu.

LES CRÉDITS DE CONSOMMATION :

 Crédit Yousr : Pour faire face à des dépenses imprévues sans déséquilibrer
votre budget, la Banque Populaire met à la disposition de ces clients une ligne
de crédit «Crédit YOUSR».C'est une facilité allant jusqu'à 50.000 dhs qui est
adossé au compte du client et qui est remboursé à chaque fin du mois.

 Crédit Moujoud : MOUJOUD est un crédit destiné au financement des besoins


personnels de consommation : achat de mobilier, d'appareils électroménagers,
de voiture d'occasion, et de frais d'équipement...B A N Q U E P O P U L A I R E
A G N E C E E N N A S S I M E L J A D I D A Page 25

 CRÉDIT VOITURE NEUVE : le crédit personnel voiture neuve est un prêt jumelé
à une assurance décès qui permet de financer jusqu'à 75% l'achat d'une voiture
neuve avec un plafond de 300.000 DH et une durée de remboursement pouvant
aller jusqu'à 48 mois.

 Crédits FOGARIM (Fonds de garantie en faveur des populations à revenus


modestes et/ou irréguliers) : Sont des crédits soutenue et garantie par l'état en
faveur des travailleurs qui n'ont pas un salaire fixe et ne peuvent pas ainsi
domiciliés leurs salaires.

4. Les assurances

 EPARGNE EVOLUTION

 MARETRAITE

60
 AL INJAD AL MOMTAZ

 ATTA'MINE CHAABI HAYAT

 ATTA'MINE CHAABI OUSRA

 JAYLE-E JUNIOR

 AVENIRMESENFANTS

 INJAD MONDE

CONCLUSION :

Dans cette partie nous avons abordé à une présentation générale de la banque
populaire et à l’ensemble des services et des produits offerts par cette banque.

Au Maroc, la Banque Populaire enregistre une bonne progression de ses


activités au titre du dernier semestre 2019. L’activité d’intermédiation affiche une
évolution positive avec une marge d’intérêt clientèle en hausse de 4,2%, tandis que
les revenus des activités de marché croissent de 14%.

Ces réalisations réaffirment la robustesse de l’activité bancaire au Maroc qui


continue de contribuer significativement à la croissance et à la performance du
Groupe Banque Centrale Populaire.

La partie suivante est consacré pour l’étude des risques liés à l’activité de la
banque populaire et la procédure de gestion de ces risques accréditée par cette
banque

61
TROISIEME PARTIE :
La gestion des risques

62
au sein de la banque
Populaire

Introduction

A partir du XVIIe siècle, depuis que la banque moderne a commencé à évoluer,


la plupart des défaillances bancaires trouvent leur origine dans l’incapacité de faire
face aux différents risques qu’elles encourent, parmi ces différents types de risque
qui affectent sa survie, nous pouvons citer notamment le risque de marché, d’option,
de crédit, et le risque opérationnel, etc.

La forte volatilité des résultats des banques les expose à des risques
difficilement maîtrisables. Ces derniers comprennent, en l’occurrence, des faits
imprévisibles susceptibles d’affecter la rentabilité et la survie de la banque. Face à
cette nomenclature explosive, la culture bancaire traditionnelle s'essouffle. Pour y
faire face, les établissements bancaires hiérarchisent les risques, mettent en place
une charte de contrôle pour chaque risque et clarifient les responsabilités. Mais
l'essentiel réside dans une évolution nécessaire et délicate de la culture du risque.

La gestion des risques se développe aujourd’hui d’une façon vertigineuse dans


l’univers bancaire. Elle couvre toutes les techniques et les outils de mesure et
contrôle de ces risques.

63
A cet effet, la prise de risques est inhérente à l’activité bancaire et se reflète
directement dans la rentabilité des opérations. La direction générale doit donc
disposer des outils nécessaires pour mesurer, évaluer et assurer une gestion
maîtrisée de ces risques afin de maximiser son profit.

Alors, à travers cette partie nous allons essayer d’apporter des éléments de répense
à la problématique suivante «Quelles sont les procédures mises en place par la
banque populaire pour la maîtrise des risques qui interfèrent ses activités ?» .

I. Le risque de crédit

Le risque de crédit est le risque de perte inhérent au défaut d'un emprunteur par
rapport au remboursement de ses dettes (obligations, prêts bancaires, créances
commerciales...). Ce risque se décompose en risque de défaut qui intervient en cas
de manquement ou de retard de la part de l'emprunteur sur le paiement du principal
et/ou des intérêts de sa dette, risque sur le taux de recouvrement en cas de défaut,
et risque de dégradation de la qualité du portefeuille de crédit.

1. Politique générale de crédit

La politique générale de gestion du risque de crédit, adoptée par la Banque et


approuvée par ses organes d’administration et de gestion, a pour objet de définir un
cadre global pour les activités générant les risques de crédit.

 Ses principes sont appliqués pour assurer au Groupe un développement serein


de ses activités. La politique de crédit s’articule autour des principes suivants : 
Normalisation de la gestion des risques de crédit au niveau de l’ensemble des
organismes du CPM ; 

64
 Sécurité et rentabilité des opérations ; 

 Diversification des risques ; 

 Normalisation de la gestion des risques de crédit au niveau de l’ensemble des


organismes du CPM ; 

 Sélection stricte des dossiers lors de l’octroi ; 

 Etablissement d’un dossier pour toute opération de crédit et sa revue au moins


une fois par an pour les entreprises ; 

 Notation des Entreprises et Professionnels et scoring à l’octroi des crédits aux


particuliers ; 

 Séparation entre les fonctions de vente de crédit et celles de l’appréciation et du


contrôle des risques ; 

 Collégialité des décisions se traduisant par l’instauration des comités à tous les
niveaux de la filière ; 

 Détection précoce des risques de défaillance des contreparties ; 

 Réactivité dans le recouvrement.

La mise en pratique de la politique de crédit repose sur un corpus réglementaire


interne étoffé conforme aux meilleures pratiques en la matière. Celui-ci couvre
l’intégralité du processus de gestion des risques de crédit, à travers des circulaires,
des lettres circulaires et des normes fixant l’étendue et les conditions d’exercice des
activités de prise, de suivi et de maîtrise des risques.

2. Dispositif de décision

Le dispositif décisionnel de la Banque est basé sur les principes suivants :

 L’analyse des dossiers par les entités commerciales initiatrices des demandes,
et deuxième lecture de risque faite par les entités Contre-étude au niveau des
BPR et de la BCP ;

 La prévention du risque à travers un rôle déterminant de la fonction Contre-


étude dans le filtrage des dossiers et dans la prise de décision ; 

 L’exercice des pouvoirs dans le cadre des comités traduisant la collégialité de la


décision ; 

65
 Un schéma délégataire à plusieurs dimensions assurant une adéquation entre le
niveau du risque et celui requis pour la décision ; 

 Des limites de compétences établies par groupe de bénéficiaires liés ; 

 L’exclusion des pouvoirs des BPR des crédits au profit des apparentés, quels
que soient leurs montants. Ces derniers sont soumis aux comités internes de
crédit tenus au niveau de la BCP ; 

 La séparation des tâches entre les entités commerciales et celles chargées de


l’évaluation, du suivi et de la gestion des risques liés au crédit, tant au niveau de
la BCP qu’au niveau des BPR.

Aperçu du dispositif de surveillance des risques de crédit Le dispositif de contrôle et


de gestion des risques de crédit repose principalement sur les axes suivants :

 Collégialité de la décision se traduisant par l’instauration des comités de crédit à


tous les niveaux (Comités de crédit régionaux, Comités de crédit BCP : Comité
interne de crédit, Comité du recouvrement et des grands risques...) ; 

 Séparation des tâches entre les entités commerciales et celles chargées de


l’évaluation, du suivi et de la gestion des risques liés au crédit ; 

 Définition des attributions et des modalités de fonctionnement de l’ensemble des


comités par des circulaires.

Ces axes sont par ailleurs cantonnés dans un cadre général de contrôle
répondant aux exigences réglementaires dictées par BAM. Au sein de la BCP, le
dispositif de gestion des risques et le système de contrôle interne obéissent, au
même titre que le groupe, à un suivi individualisé des activités générant des risques.
Ce suivi, déployé à tous les échelons de la Banque, s’articule autour d’un dispositif
opérationnel à trois composantes : 

 Evaluation et suivi indépendant de la qualité des risques ; 

 Suivi particulier des risques majeurs et des risques de concentration ; 

 Suivi permanent et rapproché des créances sensibles.

3. Coût de risque crédit

Le coût du risque crédit est obtenu en rapportant la moyenne des dotations aux

provisions nettes des reprises de provisions devenues disponibles à la moyenne des

66
emplois clients.

Dotations aux provisions pour créances en souffrance nettes des reprises de provisions et des
récupérations de créances amorties* + créances irrécupérables*

Encours moyens des Crédits à l’économie

[*] Correspondant à la moyenne des 5 derniers exercices.

Ce coût est appliqué aux encours moyens des crédits qui seront mis en place pour la

relation client.

Le coût du risque crédit de la période considérée est pondéré selon le système de

cotation du CPM, soit :

 25% pour les clients cotés « A » ;

 50% pour les clients cotés « B » ;

 75% pour les clients cotés « C » ;

 100% pour les clients cotés « D ».

4. Dispositif d’appétence au risque crédit

Dans le cadre de la construction progressive d’un dispositif d’appétence aux risques


nécessaire au pilotage stratégique de la Banque, le processus des limites
sectorielles a été revu en profondeur en 2016 et celui des limites par groupe de
contreparties a été opérationnalisé en 2017 :

Limites de concentration sectorielle : La démarche de fixation des limites


sectorielles s’appuie sur des normes qualitatives et quantitatives, consistant à
combiner la mesure du degré de sinistralité des secteurs avec leurs potentiels de
développement. Ce dispositif constitue, depuis 2017, une composante importante du
processus de planification dans la mesure où il permet de définir les orientations
stratégiques en termes de part de marché global sur un secteur/sous-secteur donné,

67
en vue d’assurer un développement ciblé et plus maîtrisé. La mise à jour des limites
sectorielles s’opère une fois par an. Leur monitoring est assorti de mesures en
fonction du niveau de la limite atteinte.

Limites de concentration individuelle : En s’appuyant sur le processus de revue


de portefeuille, les risques majeurs de la Banque font l’objet d’une analyse groupée
qui permet d’aboutir à une classification par niveau de risques. Sur la base de cette
classification et en intégrant d’autres paramètres (nature et niveau d’activité, fonds
propres de la contrepartie et de la Banque, limite sectorielle …), des limites par
groupes de contreparties sont définis après approbation des comités idoines.

II. Les risques de marché

Les risques de marché représentent les risques de perte ou d’exposition sur le


portefeuille de négociation. Ils résultent d’une évolution défavorable des paramètres
de marché (cours de change, taux d’intérêt, prix des titres de propriété, cours des
matières premières, volatilité des instruments financiers dérivés).

La Banque, établissement financier de premier plan et intervenant important sur


les activités de marché, est dotée d’un dispositif de gestion des risques de marché
qui couvre l’ensemble des activités sur les opérations liées au portefeuille de
négociation ou destinées à sa couverture ou son financement. Ce dispositif est fondé
sur des principes directeurs clairs, des politiques et des procédures internes en ligne
avec les niveaux de tolérance aux risques et les objectifs de rendement, et en
adéquation avec les fonds propres de la Banque.

Ainsi, le niveau de tolérance de la Banque face aux risques de marché est


décliné à travers les dispositifs des limites et des délégations de pouvoirs. Ce niveau
de tolérance est fixé de sorte que les expositions face aux risques de marché ne
puissent générer des pertes qui pourraient compromettre la solidité financière de la
Banque et l’exposer à des risques inconsidérés ou importants.

Par ailleurs, en vue de sécuriser le développement des activités de marché, la


Banque a développé dans le cadre de sa stratégie globale de gestion des risques,
une culture de maîtrise et de surveillance rigoureuse des risques de marché, fondée
sur des principes directeurs permettant de :

 Maîtriser les risques sur les expositions ;

 Sécuriser le développement des activités de marché de la Banque dans le cadre


de ses orientations stratégiques et conformément aux dispositions
réglementaires ;

68
 Adopter les meilleures pratiques sur le plan de la gestion des risques pour
l’ensemble des activités de marché.

1. Politique et procédure

La politique de gestion des risques de marché définit le cadre global de la gestion


des risques liés aux activités de marché. Elle intègre, au sein d’un dispositif
cohérent, l’ensemble des outils/processus de gestion des risques ainsi que les
principes et lignes directrices adoptés par la Banque pour orienter son exposition aux
risques sur les activités de marché. Cette politique prend appui sur un corpus
réglementaire interne comprenant un ensemble de circulaires, de procédures et de
normes encadrant la prise de risques sur les activités de marché.

La politique de gestion des risques de marché met l’accent sur :

 Les rôles et les responsabilités des organes de gouvernance et de gestion ainsi


que les missions des entités opérationnelles impliquées dans la gestion des
risques de marché ; 

 La détermination et la revue des limites de marchés ; 

 La revue des expositions et des risques ; 

 Les méthodologies de mesure des risques et la validation des modèles de


valorisation ; 

 Les outils de suivi et de Reporting.

2. Dispositif de gestion et de suivi des risques des marchés

Dans un objectif d’encadrer les risques sur les activités de marché et d’en
assurer la surveillance, le dispositif de gestion des risques de marché adopté par la
Banque est organisé autour des axes suivants : 

 Un dispositif de gouvernance qui comprend une organisation claire assurant un


partage de responsabilités bien défini, et garantissant une indépendance entre
les opérationnels et les organes de gestion et de contrôle des risques ; 

 Une activité de pilotage et d’arbitrage entre les différentes activités de marché


via le Comité Placement ; 

 Un système de délégation de pouvoirs définissant le processus de demande, de


validation des limites et d’autorisation des dépassements ; 

69
 Une activité de suivi et de surveillance des indicateurs de risque par les entités
et les organes de contrôle des risques de marché ; 

 Un ensemble d’outils de gestion et de contrôle des risques de marché.

3. Outils de suivi et de gestion des risques

L’évaluation des risques de marché repose sur la combinaison de deux groupes


de mesures permettant de quantifier les risques potentiels : le calcul de la Value at
Risk (VaR) d’une part, et l’utilisation des mesures de sensibilité et des scénarios de
stress d’autre part.

La VaR est défini comme étant la perte théorique maximale que peut subir un
portefeuille en cas de mouvements défavorables des paramètres de marché, sur un
horizon de temps et pour un intervalle de confiance donné. La Banque retient un
niveau de confiance de 99 % et un horizon de temps d’un jour, en s’appuyant sur
deux ans d’historique de données. Cela permet de suivre, au jour le jour, les risques
de marché que la Banque a pris sur les activités de Trading.

La méthode retenue pour le calcul de la VaR est celle d’un modèle historique
basé sur les scénarios historiques des facteurs de risques inhérents au portefeuille
trading. Ce modèle prend implicitement en compte les corrélations entre les
différents facteurs de risques. Une VaR globale est calculée pour l’ensemble des
activités de négociation, par nature d’instrument et par classe de risques.

Consciente des limites du modèle VaR, la Banque incorpore dans son dispositif
de surveillance des analyses et des limites de sensibilité. Ainsi, des impacts en
termes de P&L à partir des scénarios standards ou des scénarios de stress sont
estimés pour l’ensemble du portefeuille de négociation.

Ces scénarios sont choisis parmi trois catégories, à savoir des scénarios
historiquement avérés, des scénarios hypothétiques et des scénarios adverses.

Le suivi des risques de marché est effectué quotidiennement par le Middle-office


et par la fonction chargée des risques de marché. Les Comités de gestion (Comité
de Gestion Globale des Risques et Comité de Placement) surveillent sur une
fréquence régulière les niveaux d’exposition, les rendements générés par les
activités de marchés, les risques adossés aux activités de trading, le respect des
exigences réglementaires et la conformité aux dispositifs de limite.

Le reporting présenté aux différents comités comprend en plus de l’analyse de la


sensibilité des portefeuilles, des simulations dans le cas de scenarios extrêmes

70
tenant compte à la fois de la structure des portefeuilles et des corrélations entre les
différents facteurs de risque.

III. Le risque de liquidité

Ce risque peut découler de la structure du bilan en raison des décalages entre


les échéances réelles des éléments de l’actif et du passif, des besoins de
financement des activités futures, du comportement des clients ou d’une éventuelle
perturbation dans les marchés, ou de la conjoncture économique.

La gestion du risque de liquidité vise à garantir au Groupe l’accès aux fonds


nécessaires afin d’honorer ses engagements financiers lorsqu’ils deviennent
exigibles. La gestion de ce risque se traduit par le maintien d’un niveau suffisant de
titres liquides et un approvisionnement en fonds stable et diversifié. Le portefeuille
titres est constitué majoritairement de bons du Trésor et d’OPCVM et dans une
moindre mesure de positions sur actions liquides.

La gestion de la liquidité s’appuie sur :

 Le suivi des ratios de liquidité du bilan selon les exigences internes et celles
issues de la réglementation ; 

 L’élaboration d’un échéancier de liquidité sur la base de divers scénarios


dynamiques et sur l’horizon du PMT, ainsi que l’élaboration d’un échéancier de
liquidité statique donnant des indications sur la situation de la liquidité de la
banque à moyen et long terme ; 

 Le suivi du portefeuille d’investissement et la projection des flux de trésorerie ; 

 Le maintien d’un éventail varié de sources de financement et le suivi de la


concentration des dépôts par nature de produits et de contreparties avec un
suivi régulier de la concentration des 10 plus grands déposants ; 

 Le maintien des rapports privilégiés avec les investisseurs institutionnels et les


grandes Corporate.

Les dépôts à vue de la clientèle (comptes courants et comptes d’épargne)


constituent une part importante du financement global du Groupe, une part qui s’est
révélée stable au fil des ans. En outre, le programme d’ouverture d’agences s’est
prolongé en 2017 et compte se poursuivre tout au long de la période du PMT,
contribuant à renforcer le rythme de collecte des dépôts de la clientèle.

71
Par ailleurs, le Groupe est un intervenant important sur les marchés monétaire et
obligataire, par l’intermédiaire de ses activités de marché. Sa position lui permet de
recourir aux opérations de pension à court terme auprès de BAM, des banques et
d’autres institutions financières.

IV. Les risques opérationnels

1. Dispositif de gestion des risques opérationnels

En ligne avec la réglementation, le Groupe Banque Populaire définit le risque


opérationnel comme étant le risque de subir un préjudice potentiel en raison d’une
inadéquation ou d’une défaillance attribuable aux procédures, aux personnes, aux
systèmes ou aux événements externes. Cette définition du risque opérationnel inclut
le risque juridique et de réputation, mais exclut le risque stratégique.

Au-delà des exigences réglementaires d’allocation de fonds propres au titre du


risque opérationnel, notre dispositif cherche à répondre au mieux aux
recommandations de BAM et aux saines pratiques préconisées par les accords de
Bâle II. De ce fait, il s’inscrit dans un système d’amélioration continue :

 Collecter les données sur les risques (potentiels) et/ou les incidents (avérés) ;

 Analyser les risques (potentiels) et/ou les incidents (avérés) et évaluer leurs
conséquences financières;

 Communiquer les données sur les risques (potentiels) et/ou les incidents
(avérés) et apprécier l’exposition aux risques opérationnels ;

 Faire engager des actions préventives et correctives qui s’imposent pour réduire
les impacts et la probabilité de survenance des événements de risques.

2. Principaux outils de gestion des risques opérationnels

Les quatre principaux outils méthodologiques sont : la cartographie des risques


opérationnels, le processus de collecte des incidents, le suivi des risques liés aux
activités externalisées et le plan de continuité d’activité.

2.1. Cartographie des risques

La démarche de revue de la cartographie de risque opérationnel s’appuie sur le


référentiel interne des processus. A l’aide des ateliers avec les experts métiers, des
événements de risque opérationnel sont identifiés et évalués.

72
En amont de ces évaluations, le référentiel interne des processus (métiers,
processus) peut faire l’objet d’adaptations pour tenir compte des spécificités des
entités et des métiers.

L’évaluation de ces événements de risque opérationnel s’effectue selon le


paramètre de la fréquence et celui de l’impact unitaire moyen et ce, suivant deux
grilles établies à cet égard et qui prévoit chacune 6 degrés de score. Les dispositifs
de maitrises de risque sont appréciés par rapport à leurs pertinences et leurs
applicabilités selon les trois niveaux suivants satisfaisant, à renforcer ou
insatisfaisant.

Les travaux de revue de la cartographie de risque opérationnel permettent une


vue hiérarchisée des risques et la mise en place de plans d’actions par métier.

2.2. Collecte des incidents

En ligne avec la réglementation, un système de collecte des incidents liés au


risque opérationnel, basé sur un mécanisme déclaratif est mis en place. Ce système
est géré, en temps réel, grâce à l’outil Front Risk. D’ailleurs, les correspondants
risques opérationnels désignés au niveau des différents métiers déclarent
directement au niveau de Front Risk. Ensuite, un workflow est prévu afin d’offrir aux
managers une veille permanente de la survenance d’un risque opérationnel.

L’animation continue des acteurs du processus de collecte des incidents permet


d’améliorer la qualité des déclarations et d’avoir une meilleure visibilité sur le profil de
risque de la Banque.

A fin décembre 2018, le profil de risque de la Banque reste concentré sur les 4
catégories bâloises habituelles (erreur d’exécution, fraude interne, fraude externe et
dommages aux actifs). En intégrant les filiales, le profil de risque subit quelques
changements en maintenant la septième catégorie bâloise relative aux erreurs
d’exécution comme première source de risque opérationnel en nombre d’incidents.

2.3. Suivi des activités externalisées

Pour apprécier le risque encouru par la banque, deux grilles d’évaluation sont
mises en place :

 Grille de criticité comportant 8 axes (mise en place de la prestation, nombre de


prestation en région, coût de la prestation, exigence réglementaire,…) sur une
échelle de 1 à 4 permettent d’ordonner les prestations selon leur exposition au
risque ;

73
 Grille du niveau de contrôle incluant 5 axes (Santé financière, PCA, visite du
prestataire,…) sur une échelle de 1 à 4 mettent en exergue le niveau de maîtrise
des risques entre les prestataires d’une même activité.

2.4. Plan de continuité d’activité

La politique générale de gouvernance du Plan de Continuité d’Activité (PCA) du


Groupe est diffusée auprès de l’ensemble des collaborateurs du Groupe. Elle définit
les principes directeurs, le cadre de référence et l’organisation visant à assurer, en
cas de crise, la continuité des opérations critiques de la Banque

A l’aide d’une méthodologie formalisée, les BIA (Business Impact Analysis) et les
DMIA (Durée Maximum d’Interruption Admissible) ont permis d’identifier les
processus à sauver en priorité en cas de crise. A chaque processus critique
correspond un plan de secours métier (PSM) précisant le rôle de chacun au moment
d’un sinistre, les moyens disponibles ainsi que les actions immédiates à mener en
arrivant sur le site de repli.

Il est important de signaler qu’aucun sinistre majeur n’est survenu au cours de


l’année 2018 obligeant la banque à activer son plan de continuité d’activité.

V. Le risque pays

1. Politique de maîtrise des risques

Le Groupe est doté d’un dispositif de gestion du risque pays construit autour
d’un modèle de notation interne. Ce modèle permet de quantifier le risque sur les
pays à partir de données quantitatives (indicateurs économiques et financiers) et
qualitatives (environnement politique et réglementaire). La liste des indicateurs
utilisés est multiple (Inflation, Solde Public, Dynamique d’investissement, Rule of
Law, Regulatory quality…) et se base sur des publications et appréciations
d’organismes internationaux (FMI, Banque Mondiale, Doing Business…).

La notation est déclinée selon quatre types de risques différents : le risque de


défaut souverain, le risque de non-transfert, le risque corporate assimilé au risque de
choc macroéconomique généralisé ainsi que le risque de système bancaire. Pour
chacun de ces types de risque, des notations distinguent le risque à court terme
(moins de 12 mois) et le risque à moyen terme (au-delà de 12 mois).

74
En application de ce dispositif, la BCP a mis en place, depuis 2015, un
processus de provisionnement couvrant le risque pays sur l’ensemble de ses
expositions en Afrique Subsaharienne relevant du périmètre ABI.

En matière de gestion des risques, le Groupe place l’alignement du dispositif


local sur les standards du Groupe en axe prioritaire. En matière de surveillance des
risques qui constitue un axe prioritaire de ce chantier, l’année 2017 a été marquée
par la mise en place effective du processus de gestion et de suivi des créances
sensibles (Watch List). L’ensemble des clients repérés dans ce cadre font l’objet d’un
suivi permanent dans le cadre des Comités d’alerte tenus mensuellement au niveau
de l’ensemble des filiales ABI, afin de suivre l’assainissement des comptes en
question. L’objectif opérationnel final pour le Pôle Risque Groupe étant d’assurer une
surveillance efficace conduisant à une maîtrise, anticipation et optimisation des
risques portés par l’ensemble des filiales Banque Atlantique.

Par rapport au suivi et à la consolidation des risques au niveau central, il est


primordial de rappeler, qu’un système de remonté de la part de toutes les filiales est
déjà mis en place, permettant à la holding, et au Pôle Risque Groupe, d’apprécier les
zones de risques à travers un suivi rigoureux des créances sensibles (dépassement,
dossiers échus, impayés ...), risques de concentration individuelle et sectorielle.
L’évolution des créances en souffrance et le taux de couverture par les provisions
sont également suivi afin d’identifier la tendance du profil du risque et mettre en
place les stratégies atténuantes.

Conclusion

Il faut bien analyser les risques cachés. Dans le contexte marocain, ce sont
principalement les risques de liquidité et de crédit. «Ces derniers sont
particulièrement difficiles à suivre vu le manque d’informations quantitatives en ce qui
les concerne». Enfin, les méthodes de valorisation doivent être robustes et revisitées
ponctuellement, sans oublier l’effet liquidité sur les prix. S’agissant des risques
opérationnels, il s'agit toujours de la catégorie de risques la plus connue. C’est celle
qui n’apporte aucune performance incrémentale.la maîtrise des risques
opérationnels passe par un système d’informations robuste, l’existence de
procédures opérationnelles, ainsi qu'un personnel expérimenté et en nombre
suffisant. Existence de systèmes de back-up informatique, plan de continuité
d’activité… l’organisation doit pouvoir apprendre de ses erreurs. Ces dernières
doivent être reportées et documentées, et les procédures amendées pour que les
erreurs soient évitées dans le futur. 

75
Conclusion générale

Le maroc comme d’autres pays en voix de développement caractérisée par une


économie conjoncturelle, c’est lancée dans des dimensions plus complexes et
couteuses, celle d’une économie de marché rajoutant à ça le choix de rentrer dans
l’organisation mondiale de commerce. Ces contraintes nécessitant du maroc une
large vague de réformes qui doivent être menées afin d’accélérer la cadence de
notre économie nationale, surtout celle du système bancaire au quel on attend un
apport important dans ces démarches.

Dans cet environnement qui ne cesse d’évoluer, les banques ont dû s’adapter
pour rester compétitives. La gestion des risques occupe ainsi une place essentielle
dans le bon fonctionnement bancaire car si des incidents voient le jour, la survie de

l’établissement peut être engagée.

76
La maîtrise des risques est donc devenue l’un des axes stratégiques majeurs de
la gestion des entreprises bancaires. Cette nécessité de maîtrise des risques est un

exercice complexe à plus d’un titre. Cela suppose de la part de la banque, d’une part

une vision large des choses, et d’autre part la conjugaison de domaines très variés.
En effet, celle-ci doit actualiser ses connaissances juridiques, financières et

comportementales.

Ce travail permet donc d’avoir une vue d’ensemble sur la gestion du risques au sein
des établissements bancaires. Des éléments positifs ont été décelés, ils devront

être maintenus et renforcés pour assurer la performance des banques. Cependant


des points négatifs sont apparus, ils devront être impérativement corrigés pour ne
pas nuire à l’activité.

Listes des tableaux :

Tableau N°1 :Historique du crédit scoring ............................................................ 31

Tableau N°2 :Part du marché ............................................................................... 45

Tableau N°3 :Fiche signalitique de la banque populaire ...................................... 47

Tableau N°4 :Filiales de la banque populaire ....................................................... 49

Tableau N°5 :Chiffre clés ...................................................................................... 50

77
Listes des figures :

Figure N°1 : Organigramme CPM ...................................................................... 41

Figure N°2 : Organigramme de la banque centrale populaire .............................. 43

Figure N°3 : Actionnariat de la banque centale populaire .................................... 46

BIBLIOGRAPHIE
1 – Loi n°103-12 premier article

2 – Vocabulaire juridique ( Henri Capitant)

3–Dictionnaire d’economie et des faits économiques et sociaux


contremporains,C.Bialès ;M.Bialès ;R.Leurion ;J-L.Rivaud P.50

4 – vocabulaire économique et financière Bernard et Colli P.54

5 – Petit-DUTAILLIS, lee risque de crédit bancaire.Edition Scientifique.Riber, Paris 1967.P.18

6 – Pruchaud J.,Evolution des techniques bancaires, Edition scientifique Riber, Paris


1960,P.50

7 – Droit bancaire,Thierry Borneau

78
8 – vocabulaire économique et financière Bernard et Colli

9–Dictionnaire d’economie et des faits économiques et sociaux


contremporains,C.Bialès ;M.Bialès ;R.Leurion ;J-L.Rivaud

10 – Zurich, Union des banques Susses (UBS) Compréhension,


confiance,collaboration

11 – Crédit PUF, Paris 1997 P.5

12–Dictionnaire d’economie et des faits économiques et sociaux


contremporains,C.Bialès ;M.Bialès ;R.Leurion ;J-L.Rivaud

13 – vocabulaire économique et financière Bernard et Colli

14 – V.B.Moschetto et J.Roussillon, La banque et ses fonctions Coll. «Que sais-je ? »


PUF 1992 P.33

15 – V.N.Sireyjol , les apports du crédit scoring

16 – Sur le risque de change ssupra n°468

17 – V.B.Gaumont et J-R Maillard reforme du financement des exportations

18 – Droit bancaire Thierry Borneau P.277

19 – Techniques Financières et Développement 2016/3-4 (n° 124), pages 139 à 154

20 – JEAN PIERE L, « Analyse financière », édition DALLOZ, Paris, 2001, P.1.

21 – A.M. PERCIE DU SERT. « Risque et contrôle de crédit », édition économica, paris


1999, p36.

22 – M.DIETCH et J.PETEY, « Mesure et gestion du risque de crédit dans les


institutions financières », éd. Revue banque éditeur, Paris, 2003, P48.

23 - DIETSCH M et Petey J, « Mesure et gestion du risque de crédit dans les institutions


financières », Ed. Revue Banque Edition, Paris, 2003.

79
Sites Web
https://scholar.google.fr/

https://www.academia.edu/

https://fr.slideshare.net/

https://fr.wikipedia.org/wiki/Wikip%C3%A9dia:Accueil_principal

https://www.memoireonline.com/

https://www.leconomiste.com/

https://www.leseco.ma/finances.html

https://www.ooreka.fr/univers/entreprise

https://fr.scribd.com/

https://www.groupebcp.com/fr

80