Vous êtes sur la page 1sur 19

Le Système Comptable & Financier – I.S.G.P.

Juin 2008 --------------------------------------


------------------------------------------------------- ------ Animé par Mme Souhila LOUNISSI

QUIZZ n° 01

Dites si ces affirmations sont vraies ou fausses et justifiez vos réponses.

a. les normes internationales sont appliquées par toutes les sociétés depuis le
1er janvier 2009.

b. Les normes internationales visent à harmoniser les traitements comptables.

c. L’IASB représente les instances gouvernementales de chaque pays concerné.

d. Il n’y a aucune convergence entre les normes américaines et les normes


IRFS.

e. Le trustee comprend des professionnels représentant leurs pays.

f. La comptabilité permet d’établir les comptes indispensables pour l’information


des partenaires (actionnaires, clients, fournisseurs, le personnel, les tiers…) et
de renforcer la confiance de ces derniers.

g. La comptabilité nationale changera ses taux d’imposition pour appliquer ceux


des IAS/IFRS.

h. La publication des normes au journal officiel de l’union européenne donne une


validité juridique aux normes qui doivent être alors obligatoirement appliquées
par toutes les sociétés concernées.

Corrigé

a. Faux. les normes internationales ne concernent dans un premier temps que


les sociétés faisant appel public à l’épargne. Les groupes non cotés ont le
choix de continuer à utiliser les règles nationales ou d’opter pour les normes
IFRS.

b. Faux. Les IFRS ont pour objectif l’harmonisation de l’information financière,


c’est pourquoi leur appellation a été changée en 2001. la comptabilité est
désormais appelée comptabilité financière.

c. Faux. L’IASB (International Accounting Standard Board) est un organisme non


gouvernemental autonome et d’intérêt mondial. C’est le conseil pour la
normalisation comptable internationale.

d. Faux. Il y a bien convergence entre les normes américaines et les n ormes


internationales (annonce du 19 Septembre et du 29 Octobre 2002 : les
accords Norwalk Connecticut).

1
Le Système Comptable & Financier – I.S.G.P. Juin 2008 --------------------------------------
------------------------------------------------------- ------ Animé par Mme Souhila LOUNISSI

e. Faux. Les membres du trustee sont choisis par le comité de nomination. Leur
composition doit être représentative des marchés de capitaux du monde et de
la diversité des origines géographiques.

f. Vrai. La comptabilité permet d’établir les comptes indispensables pour


l’information des partenaires (actionnaires, clients, fournisseurs, le personnel,
les tiers…)

g. Faux. La convergence signifie que les comptes vont se déconnecter de la


fiscalité pour s’orienter vers l’information financière. Toutefois, le conseil
national de la comptabilité (CNC) devrait en analyser l’impact des nouvelles
normes sur la fiscalité.

h. Vrai. Il n’y a pas effectivement d’autres formalités juridiques nécessaires.

2
Le Système Comptable & Financier – I.S.G.P. Juin 2008 --------------------------------------
------------------------------------------------------- ------ Animé par Mme Souhila LOUNISSI

LE CADRE CONCEPTUEL

QUIZZ n° 02

Vrai ou faux ? Justifiez vos réponses.

a. Le cadre conceptuel est une norme.

b. Le cadre conceptuel de l’IASB fixes les principes comptables.

c. Un jeu complet d’états financiers comprend un bilan, un compte de résultat,


l’annexe.

d. Le cadre conceptuel fixe, comme le plan comptable général français, un plan


de comptes, et les modèles de présentation des états financiers pour
harmoniser les présentations.

Corrigé :

a. Faux. Il constitue le préambule à la préparation et à la présentation des états


financiers.

b. Faux. Le cadre conceptuel de l’IASB à un rôle beaucoup plus large. Comme


chaque point comptable n’a pas toujours de réponse dans une norme, il
représente un guide conceptuel pour la préparateur des états financiers.

c. Faux. Un jeu complet d’état financier comprend au moins cinq documents :

- un bilan,
- un compte de résultat,
- un état de variation des capitaux propres,
- un tableau des flux de trésorerie,
- l’annexe.

En outre, il est recommandé de présenter un rapport de gestion et des états


supplémentaires comprenant, s’ils sont significatifs, un rapport environnemental
et des informations sur la valeur ajoutée.

d. Faux. Contrairement aux textes Algériens, le cadre conceptuel ne fixe pas de


plan de comptes, ni de modèles de présentation des états financiers.

3
Le Système Comptable & Financier – I.S.G.P. Juin 2008 --------------------------------------
------------------------------------------------------- ------ Animé par Mme Souhila LOUNISSI

L’EVALUATION

QUIZZ n° 03

Vrai ou faux ? Justifiez vos réponses.

a. Toute évaluation des actifs se fait en tenant compte uniquement de la valeur


actualisée du bien.

b. Les règles d’évaluation des actifs immobilisés sont fixées par IAS 2 et doivent
être réalisées par la méthode du coût actuel.

c. La méthode d’évaluation par la valeur actuelle permet une meilleure vision


économique des actifs en comptabilisant le bien pour la valeur des entrées
futures de trésorerie que le bien génère.

Corrigé :

a. Faux. Il existe une diversité de choix par une convention appropriée. Il s’agit
notamment du coût historique, du coût actuel, de la valeur actualisée et de la
valeur de réalisation.

b. Faux. Aucune norme comptable ne concerne exclusivement l’évaluation ou la


dépréciation des actifs ou des provisions. Il faux donc se référer aux différents
types de traitement IAS.

c. Vrai. En d’autres termes, c’est sa valeur d’utilité.

4
Le Système Comptable & Financier – I.S.G.P. Juin 2008 --------------------------------------
------------------------------------------------------- ------ Animé par Mme Souhila LOUNISSI

LES PRINCIPES COMPTABLES

QUIZZ n° 04

Vrai ou faux ? Justifiez vos réponses.

a. Les charges et les produits sont comptabilisés sur leur exercice dés qu’ils sont
réglés.

b. Une entreprise vient de perdre un contrat majeur et estime qu’elle ne survivra


pas à l’exercice suivant. Elle peut néanmoins présenter ses comptes selon les
mêmes méthodes que pour l’exercice précédent.

c. Les éléments acquis en crédit-bail sont bien, en substance, des


immobilisations et non de simples loyers. Ils sont enregistrés en
immobilisation.

d. Le principe de prudence permet que les actifs ou les produits ne soient pas
surévalués et que les passifs ou les charges ne soient pas sous-évalués.

e. Une facture d’achat n’a pas été enregistrée. Bien qu’elle soit non significative,
il faut l’enregistrer et rééditer les états de synthèse.

Corrigé :

a. Faux. Les charges et les produits sont comptabilisés sur leur exercice de
naissance même s’ils sont réglés lors d’un exercice social ultérieur. C’est le
premier principe de base de la comptabilité d’engagement.

b. Faux. L’entreprise ne pouvant pas respecter le principe de base de continuité


des exercices, les comptes doivent être présentés en valeur de liquidation.
Les méthodes d’évaluation sont différentes.

c. Vrai. Les éléments acquis en crédit-bail sont bien, en substance, des


immobilisations et non de simples loyers. Bien que, juridiquement, la société
ne soit pas propriétaire, économiquement elle utilise bien une immobilisation
qui doit être identifiée à l’actif.

d. Vrai. Le principe de prudence permet que les actifs ou les produits ne soient
pas surévalués et que les passifs ou les charges ne soient pas sous-évalués.

e. Faux. L’entreprise doit ici appliquer les principes d’importance relative et de


célérité.

5
Le Système Comptable & Financier – I.S.G.P. Juin 2008 --------------------------------------
------------------------------------------------------- ------ Animé par Mme Souhila LOUNISSI

LE BILAN

La norme IAS 1 n’impose pas de présentation formelle du bilan. Cependant, le bilan


doit être présenté en distinguant actifs et passifs courants et non courants, ou à
défaut actifs et passifs court terme et long terme. Certains postes doivent
obligatoirement figurer au bilan.

 QU’EST-CE QU’UN ACTIF ?

Un actif est une ressource contrôlée par l’entreprise dont on attend des avantages
économiques futurs. Lorsqu’il s’agit d’un actif généré en interne, son coût de
production doit être identifiable.

Ainsi, un matériel industriel acquis par l’entreprise constitue un actif, tandis qu’un
fichier clients généré en interne par l’entreprise n’en est pas un.

 QU’EST-CE QU’UN PASSIF ?

Un passif est une obligation actuelle de l’entreprise dont l’extinction devrait se


traduire par une sortie de ressources pour l’entreprise.

Ainsi, une dette constitue un passif. La décision d’acquérir une immobilisation ne


constitue pas un passif puisqu’il ne s’agit pas d’une obligation actuelle.

 ACTIFS COURANTS

Un actif est considéré comme courant dans les cas suivants :

- il est dessiné à être utilisé ou vendu dans le cadre du cycle d’exploitation de


l’entreprise ; ce sont, par exemple, les stocks.

- Il est un actif de trésorerie librement négociable par l’entreprise ; ce sont, par


exemple, des valeurs mobilières de placement.

 ACTIFS NON COURANTS

Les actifs n’intervenant pas dans le cycle normal d’exploitation, ou dont le délai
de recouvrement excède 12 mois sont considérés comme non courants. Il s’agit
essentiellement des immobilisations et des créances de longue durée.

 PASSIFS COURANTS

Un passif est considéré comme courant dans les cas suivants :

- il sera réglé dans le cadre du cycle normal de l’exploitation ; c’est le cas des
dettes fournisseurs dont l’échéance est inférieure de 12 mois.

6
Le Système Comptable & Financier – I.S.G.P. Juin 2008 --------------------------------------
------------------------------------------------------- ------ Animé par Mme Souhila LOUNISSI

- Il sera réglé dans les 12 mois ; c’est le cas des dettes financières dont
l’échéance est inférieure à 12 mois.

 PASSIFS NON COURANTS

Les passifs non liés au cycle normal d’exploitation ou dont l’échéance excède 12
mois sont considérés comme des passifs non courants ; c’est le cas des dettes
financières dont l’échéance excède 12 mois.

 CAPITAUX PROPRES

Les capitaux propres doivent figurer au bilan (cf. fiche 14).

INFORMATIONS FIGURANT OBLIGATOIREMENT AU BILAN :

Les informations suivantes doivent obligatoirement être présentées sur une ligne
distincte au bilan :

- les immobilisations incorporelles.


- les immobilisations corporelles.
- les immobilisations financières.
- Les actifs destinés à être vendus dans les 12 mois.
- Les stocks.
- Les créances.
- La trésorerie et les équivalents de la trésorerie.
- Les dettes fournisseurs.
- Les dettes financières portant intérêt.
- Les provisions.
- Les actifs et passifs d’impôt.
- Le capital émis et les réserves.
- Les intérêts minoritaires.

On constate que le résultat de l’exercice n’apparaît pas obligatoirement sur une ligne
distincte.

Certaines informations, non mentionnées ici, doivent apparaître soit au bilan, soit en
annexe.

MODELE DE BILAN CONFORME À IAS 1

Actifs non courants Capitaux propres


20.Immobilisations incorporelles 101.Capital émis
21.Immobilisations corporelles 106.Réserves et résultat
26.Titres de participations
27.Prêts Passifs non courants
16.Emprunt
Actifs courants 15.Provisions
30.Stocks
41Créances, clients et autres Passifs courants
créances 40.Dettes fournisseurs
481.Provisions
5.Trésorerie 7
519.Emprunts et découverts
Le Système Comptable & Financier – I.S.G.P. Juin 2008 --------------------------------------
------------------------------------------------------- ------ Animé par Mme Souhila LOUNISSI

LE BILAN

QUIZZ n° 05  : Classification des actifs et passifs

Pour chacun des éléments suivants, précisez la catégorie dans laquelle ils doivent
apparaître au bilan : actifs courants, actifs non courants, passifs courants, passifs
non courants.

a. Créance client à échéance 4 mois.


b. Prêt accordé à une société détenue à hauteur de 20%.
c. Dettes fournisseurs à échéance 3 mois.
d. Stock de marchandises. La vitesse de rotation du stock est de 3 mois.
e. Immeuble de bureaux destiné à être vendu dans l’année.
f. Mobilier de bureau.
g. Créance client à échéance 15 mois : il s’agit d’un client étranger à qui ont été
accordées des conditions de règlement particulière.
h. Emprunt contracté il y a 3 ans : 100 000 € doivent être remboursés dans
l’année, et 200 000 € sont remboursables dans plus de 12 mois.
i. Concours bancaires courants.
j. Provision concernant un risque dont le dénouement est prévu dans 6 mois.
k. Dettes fournisseurs à échéance 13 mois.
l. Provision pour un litige avec un salarié. Le jugement du conseil de pru-
d’homme doit intervenir dans 15 mois.

Corrigé  :

a. c’est un actif courant car lié au cycle d’exploitation et d’échéance n’excédant


pas 12 mois.

b. C’est un actif non courant car non lié au cycle normal d’exploitation.

c. c’est un passif courant car lié au cycle d’exploitation et d’échéance n’excédant


pas 12 mois.

d. c’est un actif courant car lié au cycle d’exploitation et d’échéance n’excédant


pas 12 mois.

e. C’est un actif non courant car non lié au cycle d’exploitation. Si le processus
de vente est réellement engagé, l’immeuble doit apparaître sur une ligne
distincte sous l’intitulé « actifs destinés à être cédés ».

f. C’est un actif non courant.

g. c’est en principe un actif courant car utilisé dans le cadre du cycle


d’exploitation.

h. La fraction de l’emprunt remboursable dans les 12 mois est un passif courant


(soit 100 000 DA), tandis que les 200 000 DAonstituent un passif non courant.

8
Le Système Comptable & Financier – I.S.G.P. Juin 2008 --------------------------------------
------------------------------------------------------- ------ Animé par Mme Souhila LOUNISSI

i. Ce sont des passifs courants.

j. c’est un passif courant car l’échéance prévue est inférieure à 12 mois.

k. c’est un passif non courant car l’échéance excède12 mois.

l. c’est un passif non courant car l’échéance prévue excède12 mois.

QUIZZ n° 06  : Présentation du bilan

La SA Bactipa est une société française qui établit ses états financiers selon le plan
comptable général, mais qui est concernée par le passage aux normes IFRS.

Bilan de SA Bactipa (avant affectation) au 31/12/N (en KDA)

Actifs immobilisés Capitaux propres


Immobilisations incorporelles 200 Capital social 300
Immobilisations corporelles 800 Réserves 400
Immobilisations financières (1) 350 Résultat de l’exercice 150

Provisions pour risques et charges


Actif circulant Provisions pour litiges (3) 50
Stocks marchandises 400
Créances clients (2) 300 Dettes
VMP 40 Dettes financières (4) 600
Disponibilités 10 Dettes fournisseurs (5) 400
Dettes fiscales et sociales (6) 200

TOTAL 2 100 TOTAL 2 100

(1) Il s’agit de titres de participation pour 300 et d’un prêt accordé à une
filiale pour un montant de 50. ce prêt doit être remboursé dans 6 mois.

(2) Dont 60 correspondants à des créances à échéance supérieure à 12


mois.

(3) Il s’agit d’un litige avec un salarié. La décision du conseil de


prud’hommes est attendue dans 3 mois.

(4) Dont 150 de découverts et 50 remboursables dans les 12 mois.

(5) Ces dettes ont une échéance inférieure à 12 mois.

Présentez le bilan Bactipa selon la présentation courant/non courant requise par la


norme IAS 1.

9
Le Système Comptable & Financier – I.S.G.P. Juin 2008 --------------------------------------
------------------------------------------------------- ------ Animé par Mme Souhila LOUNISSI

Corrigé  :

Actifs immobilisés Capitaux propres


Immobilisations incorporelles 200 Capital émis 300
Immobilisations corporelles 800 Réserves 400
Titres de participations 300 Résultat non distribué 150
Créances clients 60
Passifs non courants
Actif circulant Emprunt 400
Stocks 400
Créances clients 240 Passifs courants
Autres créances (prêt filial) 50 Dettes fournisseurs 400
Trésorerie 50 Dettes fiscales et sociales 200
Provisions 50
Dettes financières 200

TOTAL 2 100 TOTAL 2 100

LE COMPTE DE RESULTAT

Le compte de résultat récapitule les produits et charges de l’exercice. Aucun format


de présentation du compte de résultat n’est imposé. Il peut ainsi être présenté par
nature de charges ou par destination.

 QU’EST-CE QU’UN PRODUIT ?

Un produit constitue un accroissement d’avantages économiques, intervenu au


cours de l’exercice, ayant pour conséquence une augmentation des capitaux
propres. Les apports des actionnaires ne constituent pas des produits. Les produits
les plus courants sont les ventes, les redevances, les loyers, les intérêts, les produits
de cessions d’actifs…

 QU’EST-CE QU’UNE CHARGE?

Une charge constitue une diminution d’avantages économiques, intervenue au


cours de l’exercice, ayant par conséquence la diminution des capitaux propres. Les
distributions de dividendes ne constituent pas des charges. Les charges les plus
courantes sont celles liées aux ventes (le coût des ventes), les salaires, les
amortissements, les charges financières, les dotations aux provisions…

 DISPARITION DES PRODUITS ET CHARGES EXCEPTIONNELLES


L’intitulé « exceptionnel » ne doit plus apparaître dans un compte de résultat
depuis le 1er Janvier 2005. Les charges et produits auparavant considérés comme
« exceptionnel » sont désormais rattachés aux activités ordinaires de l’entreprise.

10
Le Système Comptable & Financier – I.S.G.P. Juin 2008 --------------------------------------
------------------------------------------------------- ------ Animé par Mme Souhila LOUNISSI

 Exemple  :

Au cours de l’année N, une société a vendu pour 20 000 € un actif immobilisé


dont la valeur nette comptable était de 12 000 €. La plus-value de 8 000 €
apparaître soit une ligne spécifique du compte de résultat, soit sur une ligne
« Autres produits ».
Dans les règles françaises, cette plus-value serait comptabilisée en « Produits
exceptionnels ».

 POSTES A PRESENTER OBLIGATOIREMENT AU COMPTE DE RESULTAT

Les éléments suivants doivent obligatoirement apparaître sur une ligne du


compte de résultat :

- Produits des activités ordinaires.


- Charges financières.
- Quote-part dans le résultat net des entreprises consolidées par mise en
équivalence.
- Charge d’impôt sur le résultat.
- Résultat des activités cédées (au cours de l’exercice) ou en voie de l’être.
- Intérêts minoritaires.
- Résultat de l’exercice.

 PRESENTATION DU COMPTE DE RESULTAT PAR NATURE DE CHARGES

La présentation par nature de charges est l’une des deux possibilités de


présentation permise par le référentiel international. Elle consiste à classer les
charges selon des catégories telles que : consommation de matières premières,
charges de personnel, dotations aux amortissements et aux provisions…

 Exemple  :
Le compte de résultat suivant est présenté par nature de charges.

Vente 10 000
+ Variation de stocks des produits fini (production stockée) 200
+ Revenus de locations 600
- Consommation de MP - 2 000
- Charges externes - 500
- Impôts et taxes - 400
- Charges de personnel - 3 500
- Dotations aux amortissements et aux provisions - 1 000
+ Autres produits (1) + 300
- Résultat financier - 200
- Impôt sur les bénéfices - 1 100

= Résultat net 2 400

(1) Il s’agit de la plus-value réalisée sur la cession d’un actif immobilisé.

11
Le Système Comptable & Financier – I.S.G.P. Juin 2008 --------------------------------------
------------------------------------------------------- ------ Animé par Mme Souhila LOUNISSI

Ce format de présentation, le plus courant en France pour les sociétés non cotées,
est très peu utilisé par les sociétés françaises ou étrangères cotées.

 PRESENTATION DU COMPTE DE RESULTAT PAR DESTINATION.

Les charges ne sont pas classées par nature, mais selon les grandes fonctions
de l’entreprise où elles ont été consommées : production, commercialisation,
recherche, administration.

 Exemple  :
Le compte de résultat suivant est présenté par destination.

Vente 10 000
- Coût des produits vendus - 4 800
- Frais de commercialisation - 800
- Frais de recherche. - 400
- Frais d’administration générale - 600
+ Autres produits + 300
- Résultat financier - 200
- Impôt sur les bénéfices - 1 100

= Résultat net 2 400

LE COMPTE DE RESULTAT

QUIZZ n° 07  : Conformité du compte de résultat avec la référentiel


international.

Précisez si chacun des éléments suivants doit obligatoirement figurer sur une ligne
séparée du compte de résultat.

- La charge d’impôt de l’exercice.


- Les charges de personnel.
- Les dotations aux amortissements.
- Les charges financières.
- Les consommations de matières premières.
- Les charges exceptionnelles.

Corrigé  :

Parmi ceux cités, les éléments suivants doivent obligatoirement figurer sur une
ligne distincte du compte de résultat :

- la charge d’impôt de l’exercice ;


- et les charges financière.

12
Le Système Comptable & Financier – I.S.G.P. Juin 2008 --------------------------------------
------------------------------------------------------- ------ Animé par Mme Souhila LOUNISSI

Les charges de personnel et les dotations aux amortissements ne figurent pas


obligatoirement au compte de résultat. Cependant, lorsque le compte de résultat est
présenté par destination, ces informations doivent être mentionnées en annexe.

Les consommations de matières premières peuvent être intégrées au coût des


produits vendus.

La norme IAS 1 révisée en décembre 2003 interdit l’utilisation du résultat


exceptionnel. Les charges et produits exceptionnels ne peuvent donc pas figurer
dans un compte de résultat mais doivent être reclassés en charges et produits
opérationnels.

QUIZZ n° 08  : Compte de résultat par nature et par destination

Vous disposer des informations suivantes concernant l’activité d’une société en


N :
- Vente de 100 000 unités de produits finis à 150 € l’unité.
- Production de 90 000 unités de produits finis en N.
- Stock initial de produits finis (au 1/1/N) : 25 000 unités à 80 €.
- Achats de 95 000 composants à 40 € l’unité, il faux un composant par unité de
produit fini. Le stock initial de composants était de 10 000 unités à 40 €.
- Charges de personnel : 6 000 000 € dont 3 600 000 € concernent le personnel
de production, 1 400 000 € le personnel commercial et 1 000 000 € le
personnel administratif.
- Dotations aux amortissements du matériel industriel : 500 000 €.
- Loyer du siège social : 80 000 €.
- Frais de transport des produits vendus : 2 € par unité vendue.
- Impôt sur les bénéfices : 1 200 000 €.
Les stocks sont valorisés en FIFO (ou PEPS).

Présentez le compte de résultat :


a. avec un classement des charges par nature.
b. avec un classement des charges par destination/fonction.

Corrigé  :

a. Présentation du compte de résultat par nature de charges

Il faut d’abord déterminer le coût de production des produits finis fabriqués pour
pouvoir évaluer le stock final de produits finis et en déduire la variation de stock.

Le coût de production des produits fabriqués est égale à :


Composants : 90 000 x 40 = 3 600 000.
Personnel de production : 3 600 000.
Dotations aux amortissements matériels de production : 500 000.

13
Le Système Comptable & Financier – I.S.G.P. Juin 2008 --------------------------------------
------------------------------------------------------- ------ Animé par Mme Souhila LOUNISSI

TOTAL : 7 700 000.

Soit par unité : 7 700 000 / 90 000 = 85,55

Le stock final est donc évalué à : 15 000 x 85,55 = 1 283 250 (le stock final est
de 15 000 unités, soit 25 000 + 90 000 – 100 000).

Le stock initial étant de 2 000 000, la variation du stock de produits finis (ou


production stockée) est égale à – 716 750.

Compte de résultat par nature des charges


Vente (100 000 x 150) 15 000 000
+ Variation du stock des produits fini - 716 750
- Consommation de matières premières (1) - 3 600 000
- Charges externes (Transport + loyer) - 280 000
- Charges de personnel - 6 000 000
- Dotations aux amortissements - 500 000
- Impôt sur les bénéfices - 1 200 000

= Résultat net 2 703 250

(1) Achat de matières premières, soit 3 800 000 (95 000 x 40) + variation du stock de
matières premières, soit 400 000 – 600 000.

b. Présentation du compte de résultat par destination

Le coût de production des produits vendus est de : 25 000 x 80 + 75 000 x


85,555 = 8 416 750 (montant arrondi).

Compte de résultat par nature des charges


Vente (100 000 x 150) 15 000 000
- Coût de production des produits vendus - 8 416 750
- Frais de commercialisation (1 400 000 + 2 x 100 000) - 1 600 000
- Frais d’administration générale (1 000 000 + 80 000) - 1 080 000
- Impôt sur les bénéfices - 1 200 000

= Résultat net 2 703 250

14
Le Système Comptable & Financier – I.S.G.P. Juin 2008 --------------------------------------
------------------------------------------------------- ------ Animé par Mme Souhila LOUNISSI

LE TABLEAU DE FLUX DE TRESORERIE

Voici le modèle de tableau de flux de trésorerie suivant la méthode directe


présentée par IAS 7.

Flux de trésorerie provenant des activités opérationnelles X1

Encaissements reçus des clients -


Sommes versées aux fournisseurs et au personnel -
Intérêts payés -
Impôts sur le résultat payés -
Indemnités perçues à la suite d’un tremblement de terre (élément extraordinaire) -

Flux de trésorerie provenant des activités d’investissement X2

Acquisition de la filiale Y nette de la trésorerie acquise -


Acquisition d’immobilisations corporelles -
Produit résultant de la vente de matériel -
Intérêts encaissés -
Dividendes reçus -

Flux de trésorerie provenant des activités de financement X3

Produits à l’émission d’actions -


Produits d’emprunts à long terme -
Remboursement de dettes résultant des contrats de location financement -
Dividendes versés -

Trésorerie et équivalents de trésorerie à l’ouverture de l’exercice X4

Trésorerie et équivalents de trésorerie à la clôture de l’exercice X5

Augmentation nette de trésorerie et équivalente de trésorerie X6

X1 + X2 + X3 = X6 = X5 – X4 -

15
Le Système Comptable & Financier – I.S.G.P. Juin 2008 --------------------------------------
------------------------------------------------------- ------ Animé par Mme Souhila LOUNISSI

LE TABLEAU DE FLUX DE TRESORERIE

QUIZZ n° 09  : Elaboration d’un tableau de financement

La trésorerie au 01/01/N de la société COME était de 150. Au 31/12/N elle est de


1 311. Les mouvements de trésorerie sont présentés dans ce tableau.

Opérations Impact
Variations
Mouvements apparaissant au bilan de l’année sur le tableau
au bilan
N de trésorerie

ACTIF
Valeur brute d’une immobilisation corporelle cédée 70 - 70
Amortissements cumulés 60 60
Prix de cession encaissé en N 20 20
Acquisition d’immobilisation corporelle 200 200 - 200
Acquisition d’une licence comptabilisée et payée
40 40 - 40
en N
Dividendes comptabilisés et encaissés en N 250 250
Variation des stocks 30 30 0
Créances N-1 encaissées en N - 1 500 - 1 500 1500
Ventes comptabilisées en N, dont 19 144 19 144
encaissées en N - 17 000 - 17 000 17 000
Produits de VMP comptabilisés en N et encaissés 75 75 75
Trésorerie et équivalents de trésorerie 1 161 1 161

PASSIF
Augmentation de capital comptabilisée et encaissée en N 250 250 250
Dividendes affectés en réserves 100 100
Dividendes versés en N 700 - 700 - 700
Résultat de l’exercice 1 500 1 500
Indemnité d’assurance reçue 180 180
Emprunts reçus en N 256 256 256
Emprunts remboursés en N 66 - 66 - 66
Fournisseurs N-1 payés en N - 70 - 70 - 70
Achats comptabilisés en N, dont 13 000 13 000
Payés en N - 12 000 - 12 000 - 12 000
Dettes fiscales N-1 payés en N - 50 - 50 - 50
Dettes sociales N-1 payés en N - 180 - 180 - 180
Charges de personnel comptabilisées en N 5 000 5 000
Charges de personnel payées en N - 4 800 - 4 800 - 4 800
Intérêts comptabilisés en N 204 204
Dont payés en N - 194 - 194 - 194
Dettes N-1 payées en N - 50 - 50 - 50
Perte de charge comptabilisée et payée en N 20 20

Dressez le tableau de variation des flux de trésorerie.

16
Le Système Comptable & Financier – I.S.G.P. Juin 2008 --------------------------------------
------------------------------------------------------- ------ Animé par Mme Souhila LOUNISSI

Corrigé  :

Tableau de flux de trésorerie de l’année N

Tableau de flux de trésorerie de l’année N Montant Sous-total


Flux des activités opérationnelles 1 316
Encaissements reçus des clients 18 500
Décaissements aux fournisseurs - 12 070
Décaissements des dettes sociales - 4 980
Intérêts payés et autres charges financières - 264
Impôts sur le résultat payés - 50
Versements liés aux restructurations 180
Flux des activités d’investissement 105
Acquisition de filiales 0
Acquisition d’immobilisations corporelles - 200
Investissements et immobilisations incorporelles - 40
Encaissements résultant de la cession d’immobilisations 20
Intérêts encaissés 75
Dividendes reçus 250
Flux des activités de financement - 260
Produits à l’émission d’actions 250
Produits d’emprunts à long terme 256
Remboursement de dettes financières - 66
Rachat d’actions propres
Dividendes versés - 700
Effets des variations de périmètre sur la trésorerie 0
Effets des variations de change sur la trésorerie
Variation de trésorerie et équivalents de trésorerie 1 161
Trésorerie et équivalents de trésorerie à l’ouverture de 160
l’exercice 1 311
Trésorerie et équivalents de trésorerie à la clôture de l’exercice
Variation de trésorerie et équivalents de trésorerie 1 161

LES IMMOBILISATIONS INCORPORELLES

QUIZZ n° 10  : Identifications des immobilisations


incorporelles

Le comptable de l’entreprise Inco a identifié les dépenses suivantes engagées


dans l’année, comme devant être comptabilisées en immobilisations incorporelles.

a. Dépenses de formation : 20 000 €. Il s’agit d’une formation à la vente


dispensée à l’ensemble de l’équipe commerciale.

b. Dépenses liées à la création d’un progiciel à usage interne : 10 000 €. Ces


dépenses ont été intégralement engagées en N et peuvent être intégralement
considérées comme des dépenses de développement.

c. La marque créée par Inco a été évaluée par un cabinet extérieur à 400 000 €.

17
Le Système Comptable & Financier – I.S.G.P. Juin 2008 --------------------------------------
------------------------------------------------------- ------ Animé par Mme Souhila LOUNISSI

d.

e. En N, Inco a absorbé l’entreprise Simon. Le prix d’acquisition comprend la


marque créée par Simon pour 50 000 € ainsi que le fichier clients de Simon
évalué à 12 000 €.

f. Le directeur commercial estime que le fichier clients d’Inco pourrait être vendu
environ 30 000 €.

Précisez si ces dépenses doivent effectivement être comptabilisées à l’actif ou


non.

Corrigé  :

a. Les dépenses de formation ne peuvent jamais être considérées comme un


actif incorporel. En effet, elle ne peut correspondent pas à la définition d’un
actif incorporel (il s’agit pas d’une ressource contrôlée puisque le personnel
formé peut quitter l’entreprise).

b. Il s’agit bien d’une immobilisation incorporelle générée en interne. Le logiciel


figurera à l’actif pour 10 000 €.

c. Une marque générée en interne ne peut être inscrite à l’actif car son coût de
production ne peut pas être identifié. Le fait qu’elle puisse être vendue
400 000 € ne change rien.

d. La marque et le fichier clients ont été générés en interne par l’entreprise


Simon mais sont considérés comme ayant été acquis par l’entreprise Inco lors
de la fusion. Ce sont donc des actifs incorporels qui seront inscrits à l’actif du
bilan d’Inco.

e. Même réponse que pour la marque Inco : un fichier clients généré en interne
ne peut pas être inscrit à l’actif.

LES IMMOBILISATIONS INCORPORELLES

QUIZZ n° 11  : Coût d’entrée d’une immobilisation acquise

La société Lica a acquis une licence d’exploitation d’une marque dans les
conditions suivantes :

- Le 2 Janvier N : Versement d’un montant initial de 100 000 €.

- Chaque année, à compter du 31 décembre N, versement d’une redevance de


10% du chiffre d’affaires réalisé avec cette marque et ce pendant 5 ans.

18
Le Système Comptable & Financier – I.S.G.P. Juin 2008 --------------------------------------
------------------------------------------------------- ------ Animé par Mme Souhila LOUNISSI

Prévisions de CA réalisé grâce à cette licence

N N+1 N+2 N+3 N+4


20 000 30 000 60 000 120 000 180 000

Le taux d’actualisation utilisé par la société Lica est de 5%.

- Pour quelle valeur la licence d’exploitation doit-elle être inscrite à l’actif ?


- Comptabilisez l’écriture d’acquisition du brevet.

Corrigé  : 

La valeur de la licence est obtenue en actualisant les flux de trésorerie


décaissés soit :

20 000x10% 30 000x10% 60 000x10% 120 000x10%


100 000 + + + +
(1,05) (1,05)2 (1,05)3 (1,05)4
 
180 000x10%
+ = 133 800
(1,05)5

2/1/N
2 Licences 133 800
5 Banque 100 000
4 Fournisseurs (d’immobilisations) 33 800

19