Vous êtes sur la page 1sur 63

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Année Universitaire : 2017-2018

Master Sciences et Techniques CAC : agiq


Chimiométrie et Analyse Chimique : application à la gestion industrielle de la
qualité

MEMOIRE DE FIN D’ETUDES


Pour l’Obtention du Diplôme de Master Sciences et Techniques

Application de la Démarche PDCA à l’Unité de Concentration


d’Acide Phosphorique 04 Nord

Présenté par :

BELMJOUJ Abderrahim

Encadré par :

Professeur CHTIOUI Hicham (FST de Fès)


Monsieur OUBOULA Mustapha (Maroc Phosphore : OCP Jorf Lasfar)

Soutenu Le 13 Juin 2018 devant le jury composé de :

Professeur H.CHTIOUI (FST de Fès)


Professeur A.HARRACH (FST de Fès)
Professeur F.OUAZZANI (FST de Fès)

Stage effectué à : (Maroc Phosphore : OCP Jorf Lasfar)

Faculté des Sciences et Techniques - Fès


 B.P. 2202 – Route d’Imouzzer – FES
 212 (0) 35 60 29 53 Fax : 212 (0) 35 60 82 14
Mémoire de Fin d’Etudes
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Dédicace

Je dédie ce rapport de stage à :

 Dieu qui m’a accordé cette opportunité de passer mon troisième stage
consécutif au sein d’une société si glorieuse que l’OCP et d’en profiter beaucoup.
 Monsieur ROUKI Mokhtar pour ses considérables contributions.
 Mes chers parents pour votre amour, votre affection, vos prières, vos conseils,
vos peines et vos sacrifices.
 Mes chères sœurs : symboles de fraternité, de soutien et d’encouragement.
 Tout le personnel de Maroc Phosphore et surtout à l’unité CAP 04Nord pour
leurs précieuses explications.
 Tous mes professeurs, tous mes amis.

Et à toute personne m’ayant consacré un jour, un moment de sa vie pour m’aider,


me conseiller, m’encourager ou simplement me sourire…
Mémoire de Fin d’Etudes
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Remerciements

Ce n’est pas parce que la tradition exige que cette page se trouve dans mon rapport,
mais sans l'aide précieuse de plusieurs personnes, ce rapport n'aurait pas eu lieu.
Je tiens donc à travers ces quelques lignes à exprimer mes chaleureuses
reconnaissances à mon parrain Monsieur OUBOULA Mustapha sans oublier
Monsieur BEN CHAMKHA et Monsieur BEN EL KIHL Hamid qui m’ont prêté
l'assistance nécessaire pour le bon déroulement de mon stage.
J’adresse également mes vifs remerciements à mon encadrant Professeur
CHTIOUI Hicham pour l'intérêt qu'il a porté à mon sujet.
Par la même occasion, je remercie les membres de jury : Professeur A.HARRACH
et Professeur F.OUAZZANI pour leur présence.
Je tiens aussi à exprimer mes gratitudes à tout le personnel de l’unité de
concentration d’acide phosphorique 04Nord et notamment Monsieur KHATTAT,
Monsieur KAWATIR, Monsieur IKKOU, Monsieur SADOUK Kamal et Monsieur
BARKAWI.
Ainsi que l'ensemble des agents de l’atelier phosphorique fort sympathiques qui
n'ont jamais ménagé ni leur temps ni leur expérience pour me fournir toutes les
informations nécessaires afin de mener à bien mon stage.
Finalement, j’espère que tous sans exception trouveront dans ce rapport
l'expression de mes sincères remerciements.
Mémoire de Fin d’Etudes
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------
Liste des abréviations

 OCP-SA : Office Chérifien des Phosphates-Société Anonyme


 CIJ : Complexe Industriel Jorf
 ACP : Acide Phosphorique
 MP : Maroc Phosphore
 CAP : Concentration d’Acide Phosphorique
 ODI : OCP Direct Investement (OCP Investissement Direct)
 NC : Non Clarifié
 WSS : Water Supply and Sanitation (Approvisionnement en Eau et
Assainissement)
 MSP : Maîtrise Statistique des Procédés
 MAP : Mono Ammonium Phosphate
 DAP : Di Ammonium Phosphate
 MV : Masse Volumique
 PT : Pressure Transmitter (Transmetteur de Pression)
 TE : Temperature Element (Capteur de Température)
 PDCA : Plan Do Check Act (Planifier Faire Vérifier Agir)
 SMART : Spécifique Mesurable Atteignable Réaliste Temporellement défini
 QQOQCCP : Quoi Qui Où Quand Comment Combien Pourquoi
Mémoire de Fin d’Etudes
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Table des matières


Introduction générale ........................................................................................................................... 1
Chapitre I : L’OCP et le site de Jorf Lasfar ......................................................................................... 2
I. Présentation de l’office chérifien des phosphates ........................................................................ 2
1. Historique de l’OCP .................................................................................................................. 2
2. Activités de l’office ................................................................................................................... 3
3. Statut géographique................................................................................................................... 3
4. Rôle économique de l’OCP-SA ................................................................................................ 4
II. Présentation du complexe industriel Jorf Lasfar .......................................................................... 5
Chapitre II : Les procédés industriels .................................................................................................. 9
I. Attaque-filtration .......................................................................................................................... 9
II. Concentration d’acide phosphorique ........................................................................................... 9
III. Stockage d’ACP 54%.............................................................................................................. 12
Chapitre III : Présentation théorique de la démarche PDCA ............................................................. 14
I. Plan (Planifier) ........................................................................................................................... 14
1. Identification du phénomène étudié ........................................................................................ 15
1.1. La maîtrise statistique des procédés ................................................................................ 15
1.2. Les indices de capabilité .................................................................................................. 15
1.3. Etude de la normalité ....................................................................................................... 17
1.4. Clarification du problème ................................................................................................ 18
2. Compréhension du fonctionnement normal du procédé ......................................................... 19
3. Fixation des objectifs .............................................................................................................. 20
4. Analyse des causes racines ..................................................................................................... 21
II. Do (Faire) ................................................................................................................................... 23
5. Actions et contre-mesures ....................................................................................................... 23
Chapitre IV : Application de la démarche PDCA au niveau de l’unité CAP 04Nord ....................... 25
I. Plan (Planifier) ........................................................................................................................... 25
1. Identification du phénomène étudié ........................................................................................ 25
2. Compréhension du fonctionnement normal du procédé ......................................................... 30
3. Fixation des objectifs .............................................................................................................. 48
4. Analyse des causes racines ..................................................................................................... 48
II. Do (Faire) ................................................................................................................................... 50
5. Actions et contre-mesures ....................................................................................................... 50
Conclusion générale ........................................................................................................................... 52
Mémoire de Fin d’Etudes
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------
Liste des figures

Figure 1 : Situation géographique de l’OCP 4


Figure 2 : La part de l’OCP dans les exportations nationales à travers le monde 5
Figure 3 : Vue satellitaire du complexe industriel Jorf Lasfar 6
Figure 4 : Schéma montrant les unités et les lignes composant l’atelier phosphorique 7
Figure 5 : Diagrammes simplifiés de synthèse des engrais simples, binaires et tertiaires 8
Figure 6 : Synoptique de l’échelon de concentration C 11
Figure 7 : Synoptique de l’unité de stockage d’acide 54% pour les lignes C et D 13
Figure 8 : Présentation générale de l’état des lieux 20
Figure 9 : Histogramme présentant la distribution de la teneur en P2O5 de l’acide 54% NC 27
Figure 10 : Variation de %P2O5 de l’acide 54% NC par rapport aux exigences MAP 28
Figure 11 : Variation de %P2O5 de l’acide 54% NC par rapport aux exigences DAP Aminé 29
Figure 12 : Histogramme de la distribution de la masse volumique de l’ACP 29% 33
Figure 13 : Variation de la masse volumique de l’ACP 29% par rapport aux tolérances 34
Figure 14 : Histogramme de la distribution de la teneur en P2O5 de l’ACP 29% 35
Figure 15 : Variation de %P2O5 de l’ACP 29% par rapport aux tolérances 37
Figure 16 : Histogramme de la distribution de TE 105 38
Figure 17 : Variation de TE 105 vis-à-vis les tolérances 39
Figure 18 : Histogramme de la distribution de TE 102 40
Figure 19 : Variation de TE 102 vis-à-vis les tolérances 42
Figure 20 : Histogramme de la distribution de PT 013 43
Figure 21 : Variation de PT 013 par rapport aux tolérances 44
Figure 22 : Histogramme de la distribution de la masse volumique de l’ACP 54% 45
Figure 23 : Variation de la masse volumique ACP 54% vis-à-vis ses tolérances 47
Figure 24 : Diagramme d’Ishikawa pour les facteurs influençant %P2O5 de l’acide 54% NC 49
Mémoire de Fin d’Etudes
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------
Liste des tableaux
Tableau 1 : Description générale de la méthode QQOQCCP ............................................................ 19
Tableau 2 : Teneur en P2O5 de l’acide 54% NC produit par la zone Nord et alimentant l’unité 16 .. 26
Tableau 3 : Table des effectifs et effectifs cumulés (%P2O5 ACP 54%) ........................................... 26
Tableau 4 : Classement des valeurs xi et calcul des produits aj.dj (%P2O5 ACP 54%) .................... 28
Tableau 5 : Les exigences en termes de % P2O5 pour certains types d’engrais ................................. 28
Tableau 6 : QQOQCCP du problème étudié ...................................................................................... 30
Tableau 7 : Suivi des paramètres de marche affectant %P2O5 de l’acide 54% NC ........................... 32
Tableau 8 : Tableau des effectifs et effectifs cumulés (MV ACP 29%) ............................................ 33
Tableau 9 : Classement des valeurs xi et calcul des produits aj.dj (MV ACP 29%) ......................... 34
Tableau 10 : Tableau des effectifs et effectifs cumulés (%P2O5 ACP 29%) ..................................... 35
Tableau 11 : Classement des valeurs xi et calcul des produits aj.dj (%P2O5 ACP 29%) .................. 36
Tableau 12 : Tableau des effectifs et effectifs cumulés (TE 105) ..................................................... 38
Tableau 13 : Classement des valeurs xi et calcul des produits aj.dj (TE 105) ................................... 39
Tableau 14 : Tableau des effectifs et effectifs cumulés (TE 102) ...................................................... 40
Tableau 15 : Classement des valeurs xi et calcul des produits aj.dj (TE 102) ................................... 41
Tableau 16 : Tableau des effectifs et effectifs cumulés (PT 013) ...................................................... 42
Tableau 17 : Classement des valeurs xi et calcul des produits aj.dj (PT 013) ................................... 44
Tableau 18 : Tableau des effectifs et effectifs cumulés (MV ACP 54%) .......................................... 45
Tableau 19 : Classement des valeurs xi et calcul des produits aj.dj (MV ACP 54%) ....................... 46
Tableau 20 : Résumé de l’état des lieux ............................................................................................ 47
Tableau 21 : L’objectif SMART ........................................................................................................ 48
Tableau 22 : Analyse des causes racines par les 5 pourquoi ............................................................. 50
Tableau 23 : Plan d’actions des solutions proposées ......................................................................... 51
Mémoire de Fin d’Etudes
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------
Introduction générale
Le Maroc dispose d’importantes ressources en phosphate estimées à plus de 50 milliards de
tonnes dont la zone de Khouribga constitue la réserve la plus importante. Le phosphate extrait et
traité dans cette zone est destiné soit à la valorisation à Jorf Lasfar en acide phosphorique marchand
ou engrais, soit à l’export via le port de Casablanca. Toutes ces opérations géologiques (extraction),
physico-chimiques (traitement, valorisation) et commerciales (exportation) sont organisées et
pilotées par le leader mondial de la production des phosphates et le moteur fondamental de
l’économie nationale : l’Office Chérifien des Phosphates.

Parmi les différentes zones autour du royaume qui appartiennent à cette société, le site industriel
de Jorf Lasfar reste le plus reconnu à l’échelle nationale et même internationale pour son
emplacement stratégique, sa superficie très étendue, ses procédés trop complexes et ses produits
énormément diversifiés qui répondent aux besoins d’un tas de clients répandus à travers le monde
entier. L’office s’est fortement focalisé depuis des années sur le développement et l’amélioration de
la productivité et la compétitivité du CIJ en établissant plusieurs collaborations et en construisant de
nouvelles entités, dont Maroc Phosphore fait partie.

MP dispose de trois ateliers principaux (sulfurique, phosphorique et engrais) : la pulpe (le


phosphate traité + l’eau brute) provenant de Khouribga par pipeline est attaquée par l’acide
sulfurique (H2SO4), cette réaction permet d’aboutir à un acide phosphorique (H3PO4) dilué (29% en
P2O5) qui va subir une concentration par le biais d’une évaporation sous vide afin d’obtenir un acide
phosphorique concentré (54% en P2O5). Une partie de cet acide va être clarifiée par une décantation
et postérieurement exportée (ACP clarifié ou marchand), alors que le reste (ACP non-clarifié) sera
destiné vers la production des engrais.

Le développement et la recherche ont été toujours au cœur des préoccupations de l’OCP. Dans
cette optique, l’office chérifien n’économise aucun effort pour soutenir les établissements
universitaires. Il permet aux étudiants de se préparer à la vie professionnelle en les accueillant pour
faire leurs stages de mémoire de fin d’études à ses filiales et ses unités industrielles. Dans ce
contexte et dans le cadre de la formation Master CAC : agiq et en tant qu’étudiant, j’ai effectué mon
stage au sein de l’entité Maroc Phosphore et précisément à l’unité CAP 04Nord, mon travail porte
sur l’application de la démarche PDCA au niveau de cette unité dans l’objectif d’améliorer la
capabilité du procédé et par conséquent la qualité de l’ACP NC.

La rédaction de ce rapport est faite sur la base de quatre parties :


- Le premier chapitre donne des généralités sur l’OCP et le CIJ.
- Le second chapitre est une description des procédés industriels de valorisation des
phosphates : l’attaque-filtration d’une façon brève, la concentration et le stockage d’une manière
plus détaillée.
- Le troisième chapitre est consacré pour la présentation théorique de la démarche suivie ainsi
que l'exposition des notions statistiques et les outils qualité qui sont exploités.
- Alors que le dernier chapitre est une application concrète de la démarche, dans laquelle les
données statistiques sont analysées et interprétées afin de bien définir le problème, détecter les
causes et proposer des solutions adéquates.

1
Mémoire de Fin d’Etudes
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Chapitre I : L’OCP et le site de Jorf Lasfar

Le Maroc en termes des ressources phosphatées représente la plus grande réserve connue sur la
planète.
Ce minerai est exploité dans le cadre d’un monopole d’état confié à l’Office Chérifien des
Phosphates-Société Anonyme (OCP-SA) qui présente le leader mondial sur le marché des
phosphates et leurs produits dérivés en opérant sur les cinq continents.

I. Présentation de l’office chérifien des phosphates

1. Historique de l’OCP
Depuis sa création, le groupe OCP n’a cessé d’agrandir et d’évoluer. D’un point de vue
chronologique, les étapes les plus importantes dans son évolution sont :
1920 : Création de l’Office Chérifien des Phosphates (OCP).
1921 : Début de l'exploitation en souterrain sur le gisement d’Oulad Abdoun et le départ du premier
train de Khouribga vers le port de Casablanca.
1951 : Démarrage de l'extraction à Sidi Daoui (Khouribga) et début de développement des
installations de séchage et de calcination à Khouribga.
1961 : Mise en service de la première laverie de Kerkour-Rih à Khouribga.
1967 : Introduction de la mécanisation du souterrain à Khouribga.
1975 : Création du Centre d'Études et de Recherches des Phosphates (CERPHOS).
1976 : Démarrage de Maroc Phosphore I-II.
1979 : Transfert des bureaux de la direction générale au nouveau siège à Casablanca.
1982 : Début des travaux de construction du complexe chimique MP III-IV à Jorf Lasfar.
1986 : Démarrage de différentes lignes d'acide sulfurique et d'acide phosphorique de MP III-IV.
1987 : Démarrage des lignes d'engrais de Maroc Phosphore III-IV.
1996 : Création de la société Euro-Maroc Phosphore (EMAPHOS).
1997 : Création de la société Indo-Maroc Phosphore (IMACID).
1998 : Démarrage de la production d’acide phosphorique purifié (EMAPHOS) et l’obtention du
prix national de la qualité par le groupe OCP.
1999 : Démarrage de la production d’acide phosphorique de l’usine IMACID.
2004 : Création de la société Pakistan-Maroc Phosphore (PAKPHOS/PMP).
2007 : Démarrage de Pakistan-Maroc Phosphore.
2008 : La naissance de La Société Anonyme OCP-SA.
2009 : Démarrage de Bungue-Maroc Phosphore à Jorf Lasfar (BMP).
2010 : Mise en service de la cinquième laverie du groupe OCP-SA de Merah Lahrach.
2011 : Démarrage des travaux d’excavation du pipeline entamé par Tekfen.
2014 : Démarrage programmé du projet Slurry Pipeline sur l’axe Khouribga-Jorf Lasfar sur une
longueur de 235 km.
2015 : Démarrage du nouveau projet (les ODI).

2
Mémoire de Fin d’Etudes
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------
2. Activités de l’office
Le groupe office chérifien des phosphates est spécialisé dans cinq activités marquantes :
 Prospection : pour caractériser les niveaux phosphatés et définir au préalable les marches
d’extraction et de traitement.
 Extraction : se fait soit en découverte (ciel ouvert) soit en galeries souterraines.
 Traitement : Les phosphates extraits subissent un enrichissement de façon à éliminer la
gangue et à réduire la teneur en certaines impuretés. En utilisant plusieurs méthodes (classification
mécanique, lavage…).
 Transport : une fois le phosphate traité, il est transporté vers les ports de Casablanca, Safi
et Jorf Lasfar pour l’exportation vers les différents pays du monde.
 Valorisation/Commercialisation : le phosphate extrait est traité en grande partie dans des
complexes chimiques pour être transformé en produits dérivés commercialisables : acide
phosphorique de base, acide phosphorique purifié et engrais solides avant d’être exporté avec le
reste qui est en état brut vers de nombreux clients.

3. Statut géographique
La direction générale ou le siège social du groupe OCP est située à Casablanca.
Les mines riches en phosphate et qui sont actuellement en exploitation se trouvent dans quatre sites
(Khouribga, Youssoufia, Benguerir et Boukraâ/Laâyoune).
Les phosphates traités dans ces sites sont soit exportés via les ports d’embarquement de Casablanca
et Laâyoune soit destinés localement vers les complexes industriels chimiques de Safi et de Jorf
Lasfar pour les valoriser en les transformant en acide phosphorique ou engrais (Figure.1).

3
Mémoire de Fin d’Etudes
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Figure 1 : Situation géographique de l’OCP

4. Rôle économique de l’OCP-SA


Le groupe OCP est le premier exportateur mondial des phosphates sous toutes leurs formes, il
écoule presque 95% de sa production en dehors des frontières nationales : opérateur international
(Figure.2), il rayonne sur les cinq continents de la planète et réalise un chiffre d’affaires annuel de
48,5 milliard de dirhams.
Moteur de l’économie nationale, l’office joue pleinement son rôle d’entreprise citoyenne.
Cette volonté se traduit par la promotion de nombreuses initiatives, notamment en faveur du
développement régional et de la création d’entreprises.
Dans un contexte de concurrence accrue, le groupe OCP poursuit la politique de consolidation de
ses positions traditionnelles et développe de nouveaux débouchés. Avec une exigence sans cesse
réaffirmée : «améliorer la qualité de ses produits, tout en maintenant un niveau élevé en matière de
sécurité et de protection de l’environnement».

4
Mémoire de Fin d’Etudes
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Figure 2 : La part de l’OCP dans les exportations nationales à travers le monde

II. Présentation du complexe industriel Jorf Lasfar


Situé sur le littoral Atlantique, à 80 km de Casablanca et à 17 km au sud-ouest d’El Jadida, le
complexe industriel de Jorf Lasfar a démarré sa production en 1986. Cette unité a permis
d’améliorer considérablement la capacité de valorisation des phosphates.
Ce site industriel a été créé dans la région des Doukkala vu les avantages suivants :
 Proximité des zones minières permettant son alimentation en phosphate brut (Khouribga).
 Possibilité de construction d’un port à tirant d’eau important.
 Disponibilité de l’eau de mer et de l’eau douce.
 Disponibilités de terrains pour les extensions futures.
Cet ensemble, qui s’étend sur une superficie de l’ordre de 1 700 hectares, produit chaque année des
millions de tonnes de P2O5 sous forme d’acide phosphorique, nécessitant la transformation des
millions de tonnes de phosphate extrait des gisements de Khouribga.
Une partie de la production est transformée localement en engrais, ainsi qu’en acide phosphorique
purifié. L’autre partie est exportée sous forme d’acide phosphorique marchand via les installations
portuaires locales.

5
Mémoire de Fin d’Etudes
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------
Le complexe de Jorf Lasfar (Figure.3) compte six entités :

Figure 3 : Vue satellitaire du complexe industriel Jorf Lasfar

 Bungue-Maroc Phosphore (BMP)


BMP a été créée en avril 2008 à Jorf Lasfar et a démarré son activité en mars 2009. La société était
auparavant détenue à parts égales par OCP et le brésilien Bungue Brasil. Mais en septembre 2013
l’OCP et Bungue Limited ont annoncé le rachat par OCP des parts de participation de Bungue.
BMP a pour activité la production et la commercialisation d’acide phosphorique, d’engrais
phosphatés et azotés et d’autres produits dérivés.
 Euro-Maroc Phosphore (EMAPHOS)
EMAPHOS a été créée en 1996 à Jorf Lasfar. Elle est détenue à parts égales entre OCP, Prayon et
Chemische Fabrik Budenheim. C’est le premier partenariat de l’OCP pour l’activité chimie au
Maroc. EMAPHOS a comme activité la transformation d’acide phosphorique marchand en acide
phosphorique purifié et sa commercialisation.
 Indo-Maroc Phosphore (IMACID)
IMACID a été créée en 1997 à Jorf Lasfar. Elle est issue du partenariat entre OCP, Chambal
Fertilizers and Chemicals et Tata Chemicals. IMACID assure, depuis sa création, une disponibilité
fiable d’acide phosphorique au marché indien, basée sur un partenariat à long terme.
 Pakistan-Maroc Phosphore (PMP)
PMP a été créée en 2004 et a démarré son activité en 2008 sur le site de Jorf Lasfar. PMP est une
joint-venture détenue à parts égales entre OCP et le groupe Pakistanais Fauji. PMP a pour activité la
production et la commercialisation d’acide phosphorique marchand.
 OCP Direct Investment (les ODI)
Les ODI est un nouveau projet réalisé par l’OCP depuis l’année 2015, il consiste à la construction
de dix unités autonomes de production des engrais DAP selon le même modèle à l’horizon de 2024.

6
Mémoire de Fin d’Etudes
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------
 Maroc Phosphore (MP)
Après le complexe industriel Maroc Phosphore I-II à Safi, le groupe OCP a décidé de réaliser le
complexe Maroc Phosphore III-IV à Jorf Lasfar pour doubler sa capacité de valorisation des
phosphates.

L'usine Maroc Phosphore III-IV est composé de plusieurs ateliers :


 L’atelier sulfurique : composé de six unités de production d'acide sulfurique destinée à
l'attaque du phosphate.
 L'atelier phosphorique : composé de plusieurs unités illustrées par la figure suivante :

Alimentation par la pulpe (Slurry Pipeline)

L’Extension Zone Nord Zone Sud

Epaississement E F A B C D X Y Z U

Attaque-filtration
E F A B C D X Y Z U

Stockage 29% E F A B C D X Y Z U

E F A B C D X Y
CAP H G K L M N P Q
Z
R
U
S

Stockage 54% E F A B C D X Y Station


Prétraitement

Stockage principal (export)/Engrais Z U

EMAPHOS

Figure 4 : Schéma montrant les unités et les lignes composant l’atelier phosphorique

 Atelier des engrais :


Les engrais sont des composés chimiques qui donnent au sol les éléments fertilisants dont il a
besoin. Ces éléments peuvent exister naturellement dans le sol ou y sont apportés artificiellement.
Les éléments constituant les engrais se répartissent en 3 classes :
- Les éléments fertilisants majeurs : l’azote, le phosphore et le potassium.
- Les éléments fertilisants secondaires : le calcium, le magnésium, le soufre et le sodium.
- Les oligo-éléments : bore, chlore, cuivre, molybdène, zinc…

7
Mémoire de Fin d’Etudes
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------
En se basant sur le critère des éléments fertilisants majeurs, les engrais peuvent être classés en trois
types :
- Engrais simples : ce sont des engrais ayant une teneur déclarée en un seul élément
fertilisant majeur N, P ou K.
- Engrais composés : ce sont des engrais ayant des teneurs déclarées en deux ou trois
éléments fertilisants majeurs. Il s’agit des engrais binaires (NP, PK, NK) ou des engrais
ternaires (NPK).
Les teneurs des éléments fertilisants des engrais sont exprimées en Azote (N), en Anhydride
phosphorique (P2O5) et en oxyde de potassium (K2O). Dans le cas des engrais composés, les teneurs
sont exprimées en pourcentage massique selon l’ordre suivant : N – P2O5 – K2O.
Parmi les formules d’engrais fabriquées à partir du phosphate naturel on peut citer :
- Engrais simples :
Le Simple Super Phosphate SSP : 18% en P2O5.
Le Triple Super Phosphate TSP : 46% en P2O5.
- Engrais composés binaires (NP) :
Le Mono Ammonium Phosphate : MAP (11-55-0).
Le Di Ammonium Phosphate : DAP (18-46-0).
- Engrais composés ternaires (NPK) :
A partir des engrais composés binaires cités ci-dessus on peut fabriquer des engrais ternaires, par
l’addition des composés tels que, le chlorure de potassium KCl ou le sulfate de potassium K2SO4
(Figure.5).

Figure 5 : Diagrammes simplifiés de synthèse des engrais simples, binaires et tertiaires

8
Mémoire de Fin d’Etudes
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------
Chapitre II : Les procédés industriels

Il existe deux grandes catégories de procédés pour la fabrication d’acide phosphorique, à savoir :
Les procédés par voie thermique, dans lesquels l’acide phosphorique est produit à partir du
phosphore. Ces procédés ont l’avantage de produire un acide de très bonne qualité, mais avec un
coût élevé.
Les procédés par voie humide, dans lesquels l’acide phosphorique est obtenu par attaque directe du
phosphate minéral par un acide fort (acide sulfurique, l’acide chlorhydrique...), sont largement
utilisés dans le monde du fait qu’ils donnent un acide de faible prix de revient. Cependant, il est de
moindre qualité que celui obtenu par le procédé par voie thermique. Les procédés les plus connus
sont ceux de Rhône Poulenc, Prayon et Nissan.
Le procédé utilisé à Jorf Lasfar est celui de Rhône Poulenc. Il se caractérise par une installation
répartie en cinq unités :
 Unité 02 : unité d’épaississement de la pulpe.
 Unité 03 : unité d’attaque-filtration.
 Unité 13 : unité de stockage d’acide à 29% en P2O5.
 Unité 04 : unité de concentration.
 Unité 14 : unité de stockage d’acide à 54% en P2O5.

I. Attaque-filtration

L’atelier phosphorique produit deux qualités d’acide phosphorique (29% et 54% en P2O5)
L’unité d’attaque-filtration est responsable de la fabrication d’acide phosphorique 29%. Le procédé
utilisé est Rhône Poulenc. Ce procédé a été modifié légèrement en vue d’augmenter la capacité de
production.
Les matières premières utilisées sont le phosphate, l’acide sulfurique concentré à 98.5%, l’eau
brute, l’énergie électrique, l’eau de mer et la vapeur.
Les produits finis sont l’acide phosphorique 29% en P2O5, le gypse et les gaz.
Le procédé est divisé en deux étapes, la première consiste à l’attaque du phosphate par l’acide
sulfurique. La deuxième à la filtration sous vide du solide-liquide (la bouillie : gypse-acide
phosphorique).

II. Concentration d’acide phosphorique

La fabrication d’acide phosphorique au sein du complexe Jorf Lasfar à partir du phosphate issu du
gisement de Khouribga par le pipeline, permet la production d’un acide à une teneur de 29 % en
P2O5.
Cette faible teneur reste insuffisante pour atteindre une gamme large de satisfaction des besoins des
clients ou consommateurs et cela pour deux raisons :
 Le transport inutile d’eau contenue dans l’acide dilué provoque une perte énorme d’argent
durant l’exportation.
 La production de certaines formules d’engrais exige la concentration de l’ACP pour avoir
une teneur de 54% en P2O5.

9
Mémoire de Fin d’Etudes
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

L’étape de concentration sera donc considérée comme une étape primordiale dans la chaine de
fabrication de l’ACP.
L’unité de concentration (CAP) est composée de 20 échelons :
 K, A, L, B, M, C, N et D au niveau de la zone Nord.
 X, Y, Z, U, P, Q, R et S au niveau de la zone Sud.
 E, F, G et H au niveau de l’extension.
Chaque deux échelons correspondent à une seule ligne de production et chaque deux lignes sont
alimentées par un seul transformateur.
L’installation de l’unité de concentration contient un circuit de condensat/vapeur et d’acide
phosphorique :
 Circuit de condensat/vapeur
Le fonctionnement de ce circuit nécessite l’existence de la vapeur moyenne pression (vapeur
primaire) délivrée par la centrale thermique, qui sera introduite dans un transformateur où il existe
un condensat secondaire provenant d’une bâche alimentaire. L’échange thermique entre la vapeur
primaire et le condensat secondaire permet la production de la vapeur basse pression (vapeur
secondaire) qui sera ensuite utilisée dans le circuit d’acide et un condensat primaire qui est refoulé
vers la centrale thermique.
 Circuit d’acide phosphorique
Le principe de la concentration sert à diminuer le pourcentage d’eau contenue dans l’acide
phosphorique par évaporation, pour atteindre cette perspective l’acide 29% est entrainé dans une
boucle dite boucle de concentration d’acide, cette dernière est constituée principalement de quatre
éléments :
- Echangeur de chaleur (E01) : un tube constitué par des blocs en graphite appelés vicarbes
contenant des trous verticaux et horizontaux qui sont séparables.
- Bouilleur ou évaporateur (D01) : une enceinte fabriquée en acier ordinaire revêtu par
l’ébonite et des briques antiacides où se fait la séparation gaz-liquide en maintenant la température
de l’acide à 86°C sous une dépression de 66 torrs afin d’avoir la valeur de la teneur en P2O5
souhaitée de l’acide phosphorique 54%.
- Pompe de circulation (P01) : est une pompe qui permet la circulation de l’ACP dans la
boucle de concentration.
- Filtre à panier (S01) : est un équipement qui a pour mission la filtration des objets solides
indésirables (gypse, fluosilicates, fragments de brique…) par une grille, en laissant passer
seulement le liquide dans le circuit d’acide.
L’ensemble de ces équipements constitue ce qu’on appelle un échelon de concentration (Figure.6).
L’étape de concentration s’initialise par le remplissage avec de l’acide 29% issu de l’unité de
stockage (Unité 13) par injection pendant trois heures dans l’échangeur à blocs.
L’ACP 29% subit un chauffage pendant une heure en variant la température de 10°C entre l’entré et
la sortie de l’échangeur.
La vapeur secondaire issue du circuit de vapeur entre par les trous horizontaux des blocs et elle fait
un échange thermique avec l’acide circulant dans les trous verticaux de l’échangeur.
Dans la boucle de concentration, le mouvement ascendant de l’ACP est assuré par une pompe
centrifugeuse (P01) d’un débit trop élevé.

10
Mémoire de Fin d’Etudes
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------
L’acide chauffé est refoulé par la suite vers le bouilleur, ce dernier contient un tube qui n’excède
pas un trop-plein de 0.95m, il est directement lié à une pompe de production (P02) qui permet
d’aspirer l’acide débordé et l’envoyer au stockage d’ACP 54% (Unité 14).
Lors de la circulation de l’ACP dans la boucle, des impuretés peuvent exister, c’est la raison pour
laquelle un filtre à panier est installé en amont de l’échangeur afin de protéger la pompe de
circulation contre le colmatage et le phénomène d’entartrage par les composés solides.
Au niveau du bouilleur, un équilibre liquide-vapeur s’établit, or la nécessité d’établissement d’un
système de lavage qui permet l’évacuation des gaz toxiques. Un grand laveur (E02) est installé près
du bouilleur dans lequel la chute d’eau de mer est maintenue à un débit élevé afin de créer une
dépression (un vide) qui permet d’aspirer ces gaz et les évacuer vers une garde hydraulique (R02).
D’autre part trois petits laveurs (E03, E04 et E05) avec leurs éjecteurs (C01, C02 et C03) qui
constituent l’unité à vide permettent d’éliminer le reste des gaz polluants à l’aide d’un vide créé par
le piquage de la vapeur primaire qui se fait au niveau des éjecteurs et par la chute de l’eau de mer
(WSS) qui se produit au niveau des petits laveurs. Les gaz barbotés dans la garde hydraulique
seront canalisés vers l’égout. Tout de même, il reste une faible quantité des gaz incondensables qui
seront dirigés vers un divisiculeur (E06) qui les rejette dans l’atmosphère.

Figure 6 : Synoptique de l’échelon de concentration C

11
Mémoire de Fin d’Etudes
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------
III. Stockage d’ACP 54%

 Généralités
L’acide phosphorique 54% en P2O5 produit dans les 20 échelons de concentration de l’unité 04 est
dit non clarifié, il présente un taux de solide en masse compris entre 3 et 5%, il est envoyé à l’unité
14 afin d’obtenir un acide clarifié, marchand ayant un taux de solide de 0.5%.
Le stockage d’acide phosphorique 54% en P2O5 consiste à une désursaturation de celui-ci suivi
d’une décantation. L’unité 14 est composée de 10 lignes, chaque ligne comprend (Figure.7) :
- Un désursaturateur (R01) équipé d’un système de ventilation.
- Un décanteur (R02) alimenté par un système de floculation et équipé d’un racleur.
- Un bac de réception (R04).
- Une colonne liquide (R03).
- Deux pompes centrifuges (P01 et P02).
- Un bac à boues (IR02) équipé d’agitateur.
- Deux bacs de stockage (IR11 et IR12).

 Principe de fonctionnement
L’acide produit par les échelons de concentration est chargé de matières solubles et solides. Le
désursaturateur permet grâce à l’augmentation du temps de séjour et au refroidissement par contact
avec l’air de diminuer la température d’acide de 80 à 50°C ce qui favorise la formation des
particules solides, l’acide ainsi désursaturé est acheminé vers le décanteur où il subit une séparation
solide-liquide favorisée par la présence d’un floculant, permettant d’obtenir un acide marchand en
sur-verse et un acide chargé de boues en sous-verse.

 Description du procédé
L’acide phosphorique 54% produit au niveau de l’échelon de concentration alimente un
désursaturateur (R01) en passant par un bac de réception (R04). Le principe de la désursaturation de
l’acide se base sur la baisse de la solubilité des sels dissous afin de favoriser leur précipitation par
un simple refroidissement de la surface libre de l’acide qui est en contact avec de l’air.
De ce fait, le désursaturateur est constamment agité par le biais d’un ventilateur. Ce qui facilite le
refroidissement de l’acide et le maintien en suspension des particules solides précipitées. L’acide
désursaturé déborde dans le décanteur à travers une goulotte et pour ne pas se mélanger avec l’acide
clarifié, il alimente directement la partie inférieure du décanteur.
Le décanteur (R02) possède un système de floculation dont le rôle est de fixer les particules solides
en formant des aggloméras pour faciliter leur chute au fond du décanteur, par la suite un racleur
assure le raclage des boues décantées vers le cône central.
L’extraction des boues du décanteur est assurée par une pompe centrifuge (P02). Les boues
extraites sont, selon leur consistance, soit recyclées au décanteur, soit expédiées au bac de stockage
des boues (IR02) puis dirigées vers l’unité de traitement des boues ou vers l’unité 13.
L’acide clarifié récupéré au niveau de la partie supérieure du décanteur, alimente par débordement
la colonne liquide (R03) par l’intermédiaire d’une rigole. De la colonne liquide (R03) l’acide
clarifié est orienté par les pompes (P01) vers les bacs de stockage d’acide clarifié existants (IR11) et
(IR12).

12
Mémoire de Fin d’Etudes
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

L’acide clarifié est destiné principalement vers l’export, les lignes de production des engrais ont
légèrement besoin de ce type d’acide. En revanche, elles ont énormément besoin de l’acide NC.
Par conséquent, des quantités considérables de ce dernier sont envoyées depuis le désursaturateur
R01 vers les engrais à l’aide d’une pompe de transfert.

Figure 7 : Synoptique de l’unité de stockage d’acide 54% pour les lignes C et D

13
Mémoire de Fin d’Etudes
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Chapitre III : Présentation théorique de la démarche PDCA

Un problème dans sa signification la plus courante, est une situation dans laquelle un obstacle
empêche de progresser, d'avancer ou de réaliser ce que l'on voulait faire. Un problème naît lorsqu'il
y a une différence entre l'état des choses et celui souhaité ou lorsqu'il y a une anormalité.
Un problème est tout simplement une difficulté qu’il faut résoudre pour obtenir un certain résultat.

La résolution des problèmes est l'un des fondements nécessaires pour continuer à apprendre,
participer réellement à la vie de la société et mener des activités personnelles et professionnelles.
Les problèmes posés demandent toujours du raisonnement et de l'organisation logique à partir d'une
situation concrète, non spécifique à une discipline, non ouvertes et parfois trop compliquée.

Cependant, plusieurs démarches méthodiques existent pour nous simplifier les tâches et nous
montrer le bon chemin à suivre. Parmi lesquelles, il y a :
La méthodologie PDCA (Plan-Do-Check-Act) ou fréquemment appelée la roue de Deming est une
approche hautement pratique qui vise à résoudre un problème de manière efficiente, avec le moins
de ressources et de temps possible. Elle a été créée par le statisticien William Edwards Deming qui
l'a fait connaître aux industriels Japonais dans les années 1950 en la présentant sous l'appellation de
cycle de Shewhart.

Le principe de la méthode consiste à répéter


les 4 phases : Plan, Do, Check et Act tant que
le niveau ou l’objectif attendu n'est pas encore
atteint.
 Plan : planifier et préparer le travail à
effectuer, établir les objectifs et définir les
tâches à exécuter.
 Do : faire, réaliser. Exécuter les tâches
prévues.
 Check : vérifier les résultats, mesurer
et comparer avec les prévisions.
 Act : agir, corriger, prendre les
décisions qui s'imposent, identifier les causes
des dérives entre le réalisé et l'attendu,
identifier les nouveaux points d'intervention,
redéfinir les processus si nécessaire.
Boucler, il s’agit d’une roue.

I. Plan (Planifier)
Cette phase est considérée comme la plus importante et la plus primordiale, c’est également la base
du cycle PDCA. Elle est constituée de 4 étapes :

14
Mémoire de Fin d’Etudes
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------
1. Identification du phénomène étudié

Pour démarrer notre roue, nous allons analyser les données disponibles par un outil statistique bien
convenable, comme il s’agit d’un procédé industriel, la Maîtrise Statistique des Procédés (MSP)
reste le meilleur choix.

1.1. La maîtrise statistique des procédés

La qualité d’un produit ou d’un service est son aptitude à satisfaire les besoins explicites et
implicites d’un utilisateur ou d’un client au moindre coût. Le contrôle est considéré généralement
comme la pierre essentielle de la qualité, c’est le filtre qui ne permet de livrer que les produits
corrects. En effet un défaut prévu coûte 100 fois moins cher qu’un défaut constaté, c'est-à-dire que
pour faire la qualité du premier coup, il va falloir maîtriser les procédés utilisés avant la fabrication
et pour obtenir la qualité au départ de la fabrication, il va falloir maîtriser les procédés tout au long
de la fabrication. Dans les deux cas : le mot «maîtriser» est très important.

La maîtrise statistique des procédés est un élément d’assurance qualité qui sert à maîtriser un
processus mesurable par le biais des relations et des fondements statistiques. Elle est inventée par
Walter Shewhart à la Western Electric Illinois dans les années 1920.
La MSP permet de distinguer entre la variabilité liée à des causes communes (aléatoires : variations
naturelles du résultat d’un procédé générées par une infinité de facteurs) et la variabilité liée à des
causes spécifiques (assignables : variations dont la source peut être identifiée), elle est basée sur des
échantillons répétés d’un processus ou procédé.
Autrement dit, c’est une méthode de surveillance d’un processus qui offre plusieurs outils
statistiques très pratiques dont les indices de capabilité, dans l’objectif d’identifier des causes
spécifiques de variation et signaler le besoin de prendre des actions préventives ou correctives
quand c’est approprié.

1.2. Les indices de capabilité

L’étude de capabilité permet grâce à des formules simples de tirer des données disponibles le
maximum possible des informations et de bien les exploiter et les interpréter.
La capabilité est l’aptitude d’un processus à respecter des spécifications, à atteindre en permanence
le niveau de qualité souhaité.
L’indice de Capabilité processus Cp fournit une indication sur la performance d’un processus par
rapport aux limites admissibles, ce nombre sans unité indique le rapport entre la plage des
tolérances et la dispersion (la variabilité du processus). Plus ce nombre est grand et plus le
processus est capable, moins il est élevé et plus la variabilité s’étend vers les limites, voire les
dépasse.
Cp est calculé par la relation suivante :

Tsup : la Tolérance supérieure imposée par le client.


Tinf : la Tolérance inférieure fixée par le client.
σ : l’écart-type estimé à partir de l’échantillon.

15
Mémoire de Fin d’Etudes
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------
Et en fonction de la valeur retrouvée, de nombreuses conclusions peuvent être tirées :
Cp > 1.67 : la performance du procédé est plus
que suffisante.
C’est une situation non préoccupante, mais il faut
chercher à simplifier la gestion pour réduire les
coûts.
1.67 > Cp > 1.33 : la performance du procédé est
suffisante.
C’est une situation idéale à maintenir.
1.33 > Cp > 1 : le procédé est trop juste.
C’est une situation qui nécessite l’attention, Cp
proche de 1 veut dire qu’une simple dérive peut
créer des défauts.
1 > Cp > 0.67 : la capabilité du procédé est
insuffisante.
Il y a existence des non-conformités, il faut
contrôler à 100%, analyser le processus et si
possible l’améliorer.
0.67 > Cp : la capabilité du procédé est très
insuffisante.
Une analyse immédiate des causes, une
application des contre-mesures ou même une
révision des tolérances sont obligatoires.

En effet, l’indicateur Cp ne suffit pas car il ne tient pas compte du déréglage. On introduit alors un
autre indicateur Cpk qui permet d’évaluer le centrage du procédé par rapport à la cible qui est par
défaut le centre de l’intervalle des tolérances.
Cpk est déterminé grâce à la relation suivante :
m : la moyenne estimée à partir de l’échantillon.

Pour l’interprétation :
Cpk > 1.33 : le procédé est bien centré sur la valeur cible.
1.33 > Cpk > 1 : le procédé est centré sur la valeur recherchée.
1 > Cpk > 0.67 : le procédé est mal centré par rapport à la valeur souhaitée.
0.67 > Cpk : le procédé est déréglé ou non centré sur la cible.

Remarques :
- Il vaut mieux que les résultats trouvés par les indices de capabilité soient vérifiés et
schématisés à l’aide des graphiques convenables.
- Les formules permettant de calculer Cp et Cpk sont exprimées en fonction de la moyenne m
et de l’écart type σ. En effet, toutes ces relations seront non exploitables si la distribution des
valeurs ne suit pas une loi normale. Par conséquent et avant d’entamer une étude de capabilité, une
vérification de la normalité s’avère primordiale.

16
Mémoire de Fin d’Etudes
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------
1.3. Etude de la normalité

 L’histogramme
C’est une représentation graphique des fréquences ou effectifs relatifs à une variable quantitative
continue à l'aide d'une série de rectangles dont la base constitue un intervalle de variation des
valeurs de la variable et la surface représente l'effectif ou la fréquence de cet intervalle.
C’est un test visuel et primitif de la normalité que l’on pourra faire avant d’effectuer un test plus
rigoureux et plus précis tel que le test de Shapiro-Wilk.

La démarche de la réalisation du test est la suivante :


- On détermine le nombre de classes k.
Une classe est un intervalle des valeurs que peut prendre la variable, chaque classe présente une
limite inférieure (borne inférieure) et une limite supérieure (borne supérieure).
Le nombre de classes est donné par cette formule :
Avec n : la taille de l’échantillon.
La valeur de k est toujours arrondie au nombre entier le plus proche (de préférence un nombre
impair).
- On calcule l’amplitude des classes h.
L’amplitude est l’étendue des valeurs admissibles dans une classe et qui constitue son intervalle,
elle est égale pour toutes les classes.
Elle est donnée par cette relation :

Avec Max – Min : l’écart entre la plus grande valeur et la plus petite valeur observée de la variable
(l’étendue).
- on détermine l’effectif ni ainsi que l’effectif cumulé Ni de chaque classe.
L’effectif est le nombre d’individus par classe alors que l’effectif cumulé est la somme des effectifs
d’une classe et de toutes celles qui la précèdent.
- La règle de décision : une fois l’histogramme est tracé, on regarde si sa forme correspond
approximativement à une courbe en cloche.
Si oui : l’hypothèse de normalité est vérifiée.
Si non : l’hypothèse de normalité est rejetée.

 Le test de Shapiro-Wilk
On formule les deux hypothèses suivantes :
- H0 : les données xi forment une distribution qui n’est pas significativement différente d’une
loi normale.
- H1 : la distribution est significativement différente d’une loi normale.
On classe les mesures xi par ordre croissant : x1 < x2 < x3 < ……. < xn
On calcule toutes les différences suivantes : dj = xn-j+1 – xj
d1 = xn – x1 d2 = xn-1 – x2 d3 = xn-2 – x3 …….. dp = xn-p+1 – xp

Si n est pair, il y aura p différences (avec ).

17
Mémoire de Fin d’Etudes
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Si n est impair, il y aura aussi p différences car la donnée médiane sera ignorée (avec ).
(i est l’indice allant de 1 jusqu’à n et j est l’indice allant de 1 jusqu’à p)

On calcule Wobservé selon la formule suivante :

aj : ce sont les coefficients lus sur la table des coefficients de Shapiro-Wilk (Annexe.1) pour n
donné.
: est la moyenne des valeurs xi.
On choisit un risque α (5% ou 1%) et on lit dans la table des valeurs critiques de Shapiro-Wilk
(Annexe.2) la valeur de Wcritique (α, n).
La règle de décision :
Si Wobs > Wcri : on accepte l’hypothèse H0 de normalité.
Si Wobs ≤ Wcri : on rejette l’hypothèse H0 de normalité.

1.4. Clarification du problème

 Le QQOQCCP
Après avoir analysé les données fournies par
l’intermédiaire des outils purement statistiques de la MSP,
le problème peut apparaître flou, difficile à définir ou
même compliqué. Pour cette raison nous allons faire en
sorte de le clarifier, le simplifier et le bien décrire à l’aide
du fameux outil qualité le QQOQCCP (Quoi, Qui, Où,
Quand, Comment, Combien et Pourquoi).

Poser des questions est un vrai art. Le maitriser permet


d’aller chercher les informations pertinentes dont on a
besoin, grâce à la formulation de bonnes questions. Pour
cela, il est nécessaire d’utiliser les bons mots et de les
mettre sous la forme adéquate.
Les questions Qui ? Quand ? Où ? Quoi ? Comment ? Combien ? Pourquoi ? sont des questions
dites ouvertes qui nécessitent une forme de réponse développée, que ce soit par une phrase courte
ou longue. En tout cas, on ne peut pas y répondre par oui ou par non, contrairement aux questions
dites fermées.
La méthode QQOQCCP apporte les informations qui permettent de mieux connaître, cerner,
clarifier, structurer ou cadrer une situation car elle explore toutes les dimensions sous différents
angles. Appliquer cette méthode est un bon point de départ pour préparer et animer une réunion,
construire une stratégie, rédiger un rapport, encadrer un brainstorming, poser un diagnostic sur une
situation ou commencer une analyse.
Le QQOQCCP est un outil adaptable à diverses sortes de problématique permettant la récolte
d’informations précises et quasi exhaustives d’une situation et d’en mesurer le niveau de
connaissance que l’on possède. Elle s’intègre parfaitement dans diverses démarches dont la PDCA.

18
Mémoire de Fin d’Etudes
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------
La méthode de questionnement QQOQCCP permet de décrire une situation en répondant aux
questions suivantes d’une manière générale :

QQOQCCP Description Questions à se poser Cibles

De quoi s’agit-il ? Que s’est-il


passé ? Que remarque-t-on ? objet, actions,
de la problématique, de
Quoi ? Quel est l’état de la situation ? procédés, phases,
la tâche, de l’activité
Quelles sont les opérations, machines
caractéristiques ?
des personnes Qui est concerné par le problème personnel, clients,
concernées, des parties ? Qui a détecté le problème ? fournisseurs, parties
Qui ?
prenantes, des Qui dois-je contacter ? Avec qui engagées, unités de
intervenants, des acteurs dois-je travailler ? production, services

Où cela se passe-t-il ? Dans lieux, ateliers, unités,


Où ? des lieux, de l’espace
quelle Unité ? Quelle machine ? services, machines

Quel moment ? Depuis quand ? mois, jour, heure,


du moment, de la durée,
Quand ? Dans quel délai ? Quelle est sa durée, planning,
de la fréquence
fréquence ? délais, périodicité
De quelle manière ? Dans moyens, fournitures,
des méthodes, des
Comment ? quelles circonstances ? procédures, démarches
manières, des étapes
Comment va-t-on procéder ? à suivre
des moyens financiers,
Quel coût ? Quels moyens ? budget, pertes, nombre
du matériel, des
Quelles ressources ? Combien de de ressources, nombre
Combien ? équipements, des
défauts ? Combien de de défauts, nombre de
défauts, des
réclamations ? réclamations
réclamations
Dans quel but ? Quelle finalité ?
actions correctives,
des raisons, des causes, Quelles sont les causes du
Pourquoi ? préventives, solutions,
des objectifs problème ? Pourquoi avoir fait
objectifs, causes
ce choix ?

Tableau 1 : Description générale de la méthode QQOQCCP

2. Compréhension du fonctionnement normal du procédé


Après la clarification du problème par l’outil QQOQCCP. Il ne faut pas se projeter directement vers
la recherche des causes ou les solutions car on risque d’aller dans le mauvais sens et ne pas réussir à
résoudre efficacement le problème.
Le plus pratique et le plus adapté est de définir tout d’abord les paramètres de marche ou de pilotage
qui assurent le fonctionnement normal, correct ou idéal du procédé concerné par le problème.
Par la suite, il va falloir mesurer l’écart entre l’état réel et l’état idéal du procédé, entre ce qui est et
ce qui devrait être en établissant un état des lieux.

19
Mémoire de Fin d’Etudes
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------
Par définition, un état des lieux ou un diagnostic consiste à faire une description et une analyse de
l’état d’un organisme, d’un de ses secteurs, d’un de ses procédés ou d’une de ses activités en
matière de qualité afin d’identifier ses points forts et ses points faibles, détecter les causes racines
des insuffisances et proposer par la suite des actions d’amélioration en tenant compte de la
dimension technique, économique ou humaine de la société.
En gros, le diagnostic va nous servir donc à :
- Identifier les paramètres du fonctionnement normal du procédé.
- Mesurer les écarts par rapport à une référence.
- Déterminer ses forces ou ses faiblesses.
Ce qui va nous faciliter l’identification des causes racines du problème et la suggestion des
solutions ou des contre-mesures bien convenables dans les étapes à suivre.

Remarque : afin de quantifier ou évaluer les écarts d’un procédé industriel, nous allons recourir
encore une fois à la maîtrise statistique des procédés et spécifiquement aux indices de capabilité Cp
et Cpk.
Si le procédé est capable, maîtrisable et bien centré : l’écart serait donc négligeable. Mais si le
procédé est non capable, non maîtrisable et déréglé : l’écart devrait être important.

Comment Comment
marche ECARTS devrait marcher
vraiment le le procédé
procédé ? normalement ?

CAUSES RACINES

SOLUTIONS

Figure 8 : Présentation générale de l’état des lieux

3. Fixation des objectifs


L’état des lieux étant réalisé, le problème ainsi que les paramètres lui affectant sont désormais bien
déterminés. Au niveau de ce stade : on est obligé de fixer le ou les objectifs qu’on souhaite atteindre
d’une façon claire, objective et raisonnable afin de pouvoir évaluer à la fin de cette démarche le
résultat obtenu en le comparant avec ces objectifs.
Pour ce faire, nous allons recourir à une méthode très connue et très simple qui va nous faciliter
cette tâche : il s’agit de la méthode de l’objectif SMART.

20
Mémoire de Fin d’Etudes
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------
 L’objectif SMART

- Spécifique : l’objectif doit être


compréhensible, précis et défini de manière
spécifique et sans incertitude.
- Mesurable : pour savoir si l’objectif est
atteint ou non, il doit être mesurable, donc il faudra
trouver une unité de mesure pour évaluer les
progrès.
- Atteignable : l’objectif doit rester
raisonnable et possible à atteindre.
- Réaliste : un objectif doit être à la portée de nos capacités, notre niveau de compétences, nos
moyens financiers et notre motivation et il doit tenir compte du contexte et des contraintes existants.
- Temporellement défini : l’objectif doit avoir un ou plusieurs indices temporels : période
d’exécution, délais, étapes ou date de finalisation.

4. Analyse des causes racines


Cette étape représente le dernier stade de la phase de planification (Plan). Elle devrait donc établir
un lien avec la prochaine phase de réalisation (Do) en constituant une base correcte (des vraies
causes) pour trouver les meilleures solutions possibles.
Afin de concrétiser tout cela, nous allons exploiter deux outils qualité très connus pour leur
efficacité dans l’analyse des causes : le premier sert à identifier les causes possibles en se fondant
sur les 5M et le deuxième aide à remonter vers les causes racines en répondant de nombreuses fois à
la question «Pourquoi ?».

 Les 5M (diagramme d’Ishikawa)


La méthode des 5M est une méthode d’analyse
qui sert à rechercher et à représenter de manière
synthétique les différentes causes possibles d’un
problème. Elle a été créée par le professeur Kaoru
Ishikawa, d’où son appellation : méthode
d’Ishikawa.
La méthode d’Ishikawa utilise une représentation
graphique (diagramme) en forme de squelette
d’un poisson pour matérialiser de manière
structurée le lien entre les causes et leur effet
(problème, défaut, panne, disfonctionnement,
difficulté...).
Ce qui d’autre part lui a donné les appellations de
diagramme en arêtes de poisson et diagramme
causes à effet.

21
Mémoire de Fin d’Etudes
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Il s’agit donc d’une démarche qui permet d’identifier les causes possibles d’un problème ou un
défaut (effet). Il convient ensuite d’agir sur ces causes pour corriger le défaut en mettant en place
des actions correctives appropriées. Alors pour tenter de réduire ou résoudre un problème de
qualité, il faut connaître toutes les causes qui peuvent lui donner naissance. Puis en estimant leur
degré d’influence, on peut déterminer sur quelle cause agir en priorité. Cet outil ne garantit pas le
résultat mais il contribue grandement à structurer les idées et les réflexions. Par exemple, lorsque
cette méthode est utilisée lors d’un groupe de travail. Il peut être utilisé comme support de
communication ou de formation. Il peut être vu comme une base de connaissance. Le diagramme
causes-effet n’apporte pas directement des solutions, il permet néanmoins de bien poser les
questions.
Le diagramme d’Ishikawa se présente sous la forme d’un graphe en arêtes de poisson dans lequel
sont classées par catégorie les causes selon la loi des 5M.
La méthode des 5M permet d'orienter la réflexion vers les 5 domaines, desquels sont généralement
issues toutes les causes possibles :
- M1 (Matière) : matières premières, pièces, ensembles, fournitures, qualité...etc.
- M2 (Matériel) : recense les causes probables ayant pour origine les supports techniques et
les produits utilisés : machines, outils, équipements, capacité, âge, nombre, maintenance.
- M3 (Main d'œuvre) : motivation, formation, absentéisme, expérience, problème de
compétence, d’organisation, de management.
- M4 (Milieu) : environnement physique, éclairage, bruit, aménagement, relations,
température, humidité, climat, marché, conditions de stockage.
- M5 (Méthode) : instructions, manuels, procédures, modes opératoires...etc.

 Les 5 pourquoi

Les 5 pourquoi (ou 5 why’s en anglais) est une


technique de résolution de problèmes
développée par Sakichi Toyoda et mise en
œuvre pour la première fois par Toyota. Il
s'agit de poser de façon répétée (environ cinq
fois) des questions pertinentes commençant
par un pourquoi afin de trouver la cause
principale d’un problème, aussi appelée racine
du problème.
L’objectif principal est d’aller plus loin que la
raison évidente du problème (cause possible
ou probable) : on essaie de remonter vers les
raisons les plus importantes du problème pour
aboutir à la cause racine ou première (l’origine
du problème).

22
Mémoire de Fin d’Etudes
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

En S’inspirant du comportement d’un jeune enfant désirant comprendre, la technique des 5


pourquoi est utilisée pour trouver la cause principale d’un problème ou questionner un processus ou
procédé déjà existant pour tenter de l’améliorer. L’avantage principal de cette technique est la
simplicité de son application. Malgré le fait que la méthode propose cinq questions, il est possible
d’arriver à la cause principale en moins ou plus de questions.

II. Do (Faire)

Grâce à la planification (analyse des données, définition du Problème, réalisation de l’état des lieux,
fixation de l’objectif et analyse des causes) on est actuellement à la hauteur pour Agir face au
problème qui nous concerne.
Cette phase consiste à trouver des solutions adaptées pour la majorité des causes racines détectées
précédemment, ces solutions doivent être proposées sous forme des actions ou bien des contre-
mesures.

5. Actions et contre-mesures

Afin de faciliter l’organisation et la présentation des actions qui vont être suggérées dans le but
d’atteindre l’objectif et résoudre le problème, nous allons recourir à un outil de qualité très pratique
pour accomplir cette tâche : c’est le plan d’actions.

 Le plan d’actions
Un plan d’actions est comme une feuille de route qui se
présente sous la forme d’un tableau précisant le «qui fait
quoi» pour la mise en œuvre des contre-mesures choisies
afin de répondre à certains objectifs.
Ainsi, un plan d’actions est considéré comme une sorte de
guide offrant un cadre ou une structure à suivre afin d’être
sûr et certain qu’on est sur la bonne voie.
En gros, il vise à planifier avec précision les différentes
actions nécessaires à la poursuite d’un objectif bien
déterminé et bien souligné au préalable.
Dans une entreprise (ou société), un plan d’actions peut engager plusieurs départements, services,
unités ou secteurs en définissant quels seront les responsables chargés de façon directe ou indirecte
de son exécution selon les moyens à employer et le temps. En général, il représente l’étape finale ou
ultime qui nous sépare de l’exécution effective d’une solution ou action.

23
Mémoire de Fin d’Etudes
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Le plan d’actions prend l’allure d’un tableau qui contient généralement six colonnes distinctes :
- Causes racines : il faudra évidemment indiquer les sources de la problématique, sur
lesquelles les actions vont être appliquées.
- Actions à mener : il est nécessaire de commencer par des verbes d’action pour bien
présenter l’action à appliquer (exemples de verbes couramment utilisés : élaborer, construire,
concevoir, présenter, définir, informer, développer, réaliser, produire, analyser ou vérifier).
- Moyens à utiliser : liste des différents moyens, matériels ou non pour mener à bien l’action
(machines, équipements, discussions, réunions d’information, documentation, questionnaires,
recherche, formation, journées de sensibilisation, entretiens techniques ou programmes).
- Responsables/Intervenants : inscrire le responsable de l’action, c'est-à-dire : personnel,
unité ou service qui aura en charge de vérifier que l’action a été bien effectuée, ainsi que les
intervenants qui participeront à la mise en œuvre de l’action.
- Période de réalisation : définir avec précision, si possible, des périodes durant lesquelles
l’action devra être pleinement réalisée ou bien la fréquence, s’il s’agit d’une action à réappliquer
régulièrement.
- Résultats (objectifs à atteindre) : il est primordial de désigner les résultats qu’on désire
avoir, afin de pouvoir vérifier par la suite l’impact de l’action.

24
Mémoire de Fin d’Etudes
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Chapitre IV : Application de la démarche PDCA au niveau de l’unité CAP


04Nord
Dans le chapitre précédent, on a présenté théoriquement les étapes à suivre pour l’application de
notre démarche PDCA et on a également expliqué d’une façon générale les notions statistiques et
les outils qualité qui seront exploités.
Pour ce chapitre, nous allons appliquer pratiquement et concrètement étape par étape tout ce qui a
été déjà mentionné.

Les lignes de production d’engrais reçoivent quotidiennement des quantités énormes de l’acide
29%, l’acide 54% NC et l’acide 54% clarifié depuis la zone Nord, la zone Sud ou l’Extension.
Ces différentes qualités d’ACP n’alimentent pas directement les lignes d’engrais, mais elles passent
à travers d’autres unités intermédiaires telles que l’unité 16 qui alimente les lignes 07A, 07B, 07C et
07D. Ces dernières sont des anciennes lignes spécialisées surtout dans la fabrication des engrais
MAP et DAP Aminé.
Notre travail sera focalisé sur un seul fournisseur (04Nord), un seul client (l’unité 16) et une seule
qualité (l’acide 54% NC).

I. Plan (Planifier)

1. Identification du phénomène étudié

Notre analyse va être basée sur les données de transfert de l’acide 54% NC de la zone Nord vers
l’unité 16, depuis le 01/Janvier/2018 jusqu’au 19/février/2018.
La qualité de l’ACP 54% NC dépend essentiellement comme l’indique son nom de sa teneur en
P2O5 :
Date Type d'acide Zone source Unité de destination Bac de destination %P2O5
01/01/2018 ACP 54% Non Clarifié Zone Nord Unité 16 16R01 46,97
02/01/2018 ACP 54% Non Clarifié Zone Nord Unité 16 16R01 50,3
03/01/2018 ACP 54% Non Clarifié Zone Nord Unité 16 16R01 48,93
04/01/2018 ACP 54% Non Clarifié Zone Nord Unité 16 16R01 49,04
05/01/2018 ACP 54% Non Clarifié Zone Nord Unité 16 16R01 48,93
06/01/2018 ACP 54% Non Clarifié Zone Nord Unité 16 16R01 48,93
07/01/2018 ACP 54% Non Clarifié Zone Nord Unité 16 16R01 48,93
08/01/2018 ACP 54% Non Clarifié Zone Nord Unité 16 16R01 47,09
09/01/2018 ACP 54% Non Clarifié Zone Nord Unité 16 16R01 45,88
10/01/2018 ACP 54% Non Clarifié Zone Nord Unité 16 16R01 47,2
11/01/2018 ACP 54% Non Clarifié Zone Nord Unité 16 16R01 47,9
12/01/2018 ACP 54% Non Clarifié Zone Nord Unité 16 16R01 48,34
13/01/2018 ACP 54% Non Clarifié Zone Nord Unité 16 16R01 49,2
14/01/2018 ACP 54% Non Clarifié Zone Nord Unité 16 16R01 48,96
15/01/2018 ACP 54% Non Clarifié Zone Nord Unité 16 16R01 50,08
16/01/2018 ACP 54% Non Clarifié Zone Nord Unité 16 16R01 49,64
17/01/2018 ACP 54% Non Clarifié Zone Nord Unité 16 16R01 48,43
18/01/2018 ACP 54% Non Clarifié Zone Nord Unité 16 16R01 48,9
19/01/2018 ACP 54% Non Clarifié Zone Nord Unité 16 16R01 49,41
20/01/2018 ACP 54% Non Clarifié Zone Nord Unité 16 16R01 47,69
21/01/2018 ACP 54% Non Clarifié Zone Nord Unité 16 16R01 47,97
22/01/2018 ACP 54% Non Clarifié Zone Nord Unité 16 16R01 49,06
23/01/2018 ACP 54% Non Clarifié Zone Nord Unité 16 16R01 46,45
24/01/2018 ACP 54% Non Clarifié Zone Nord Unité 16 16R01 47,66

25
Mémoire de Fin d’Etudes
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------
25/01/2018 ACP 54% Non Clarifié Zone Nord Unité 16 16R01 47,95
26/01/2018 ACP 54% Non Clarifié Zone Nord Unité 16 16R01 47,17
27/01/2018 ACP 54% Non Clarifié Zone Nord Unité 16 16R01 51,66
28/01/2018 ACP 54% Non Clarifié Zone Nord Unité 16 16R01 46,32
29/01/2018 ACP 54% Non Clarifié Zone Nord Unité 16 16R01 51,99
30/01/2018 ACP 54% Non Clarifié Zone Nord Unité 16 16R01 49,26
31/01/2018 ACP 54% Non Clarifié Zone Nord Unité 16 16R01 50
01/02/2018 ACP 54% Non Clarifié Zone Nord Unité 16 16R01 48,78
02/02/2018 ACP 54% Non Clarifié Zone Nord Unité 16 16R01 47,51
03/02/2018 ACP 54% Non Clarifié Zone Nord Unité 16 16R01 49,07
04/02/2018 ACP 54% Non Clarifié Zone Nord Unité 16 16R01 49,43
05/02/2018 ACP 54% Non Clarifié Zone Nord Unité 16 16R01 49,67
06/02/2018 ACP 54% Non Clarifié Zone Nord Unité 16 16R01 46,38
07/02/2018 ACP 54% Non Clarifié Zone Nord Unité 16 16R01 49,41
08/02/2018 ACP 54% Non Clarifié Zone Nord Unité 16 16R01 47,19
09/02/2018 ACP 54% Non Clarifié Zone Nord Unité 16 16R01 47,84
10/02/2018 ACP 54% Non Clarifié Zone Nord Unité 16 16R01 48,65
11/02/2018 ACP 54% Non Clarifié Zone Nord Unité 16 16R01 47,62
12/02/2018 ACP 54% Non Clarifié Zone Nord Unité 16 16R01 45,8
13/02/2018 ACP 54% Non Clarifié Zone Nord Unité 16 16R01 47,19
14/02/2018 ACP 54% Non Clarifié Zone Nord Unité 16 16R01 46,04
15/02/2018 ACP 54% Non Clarifié Zone Nord Unité 16 16R01 47,95
16/02/2018 ACP 54% Non Clarifié Zone Nord Unité 16 16R01 49,2
17/02/2018 ACP 54% Non Clarifié Zone Nord Unité 16 16R01 46,46
18/02/2018 ACP 54% Non Clarifié Zone Nord Unité 16 16R01 45,29
19/02/2018 ACP 54% Non Clarifié Zone Nord Unité 16 16R01 46,18

Tableau 2 : Teneur en P2O5 de l’acide 54% NC produit par la zone Nord et alimentant l’unité 16

 L’histogramme
Sachant que la taille de l’échantillon n est égale à 50
 Le nombre de classes :
 L’amplitude des classes :

Classe Borne inférieure Borne supérieure L'effectif (ni) L'effectif cumulé (Ni)
1 45,29 46,25 5 5
2 46,25 47,20 10 15
3 47,20 48,16 9 24
4 48,16 49,12 13 37
5 49,12 50,08 9 46
6 50,08 51,03 2 48
7 51,03 51,99 2 50

Tableau 3 : Table des effectifs et effectifs cumulés (%P2O5 ACP 54%)

26
Mémoire de Fin d’Etudes
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Figure 9 : Histogramme présentant la distribution de la teneur en P2O5 de l’acide 54% NC

 Après avoir examiné la forme de la distribution des valeurs, on constate qu’elle correspond
approximativement à la forme d’une courbe en cloche. Par conséquent, l’hypothèse de la normalité
est vérifiée.

 Test de Shapiro-Wilk
 Formulation des hypothèses :
- H0 : les données xi forment une distribution qui ressemble à une loi normale.
- H1 : la distribution est significativement différente d’une loi normale.
 Classement des valeurs xi et calcul des produits aj.dj :

xn-j+1 xj dj aj aj.dj
51,99 45,29 6,7 0,3751 2,5132
51,66 45,8 5,86 0,2574 1,5084
50,3 45,88 4,42 0,226 0,9989
50,08 46,04 4,04 0,2032 0,8209
50 46,18 3,82 0,1847 0,7056
49,67 46,32 3,35 0,1691 0,5665
49,64 46,38 3,26 0,1554 0,5066
49,43 46,45 2,98 0,143 0,4261
49,41 46,46 2,95 0,1317 0,3885
49,41 46,97 2,44 0,1212 0,2957
49,26 47,09 2,17 0,1113 0,2415
49,2 47,17 2,03 0,102 0,2071
49,2 47,19 2,01 0,0932 0,1873
49,07 47,19 1,88 0,0846 0,1590
49,06 47,2 1,86 0,0764 0,1421
49,04 47,51 1,53 0,0685 0,1048
48,96 47,62 1,34 0,0608 0,0815

27
Mémoire de Fin d’Etudes
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------
48,93 47,66 1,27 0,0532 0,0676
48,93 47,69 1,24 0,0459 0,0569
48,93 47,84 1,09 0,0386 0,0421
48,93 47,9 1,03 0,0314 0,0323
48,9 47,95 0,95 0,0244 0,0232
48,78 47,95 0,83 0,0174 0,0144
48,65 47,97 0,68 0,0104 0,0071
48,43 48,34 0,09 0,0035 0,0003
Tableau 4 : Classement des valeurs xi et calcul des produits aj.dj (%P2O5 ACP 54%)

aj : ce sont les coefficients lus sur la table des coefficients de Shapiro-Wilk pour n = 50.
 Calcul de Wobservé :

 Détermination de Wcritique : (d’après la table des valeurs critiques de Shapiro-Wilk)


Pour n = 50 et α = 5% : Wcri = 0,9470
 Pour un niveau de confiance de 95% Wobs > Wcri : on accepte donc H0 l’hypothèse de
normalité.
 Les 2 tests vérifient que les données suivent bien une loi normale, cela signifie qu’elles peuvent
être interprétées et exploitées par le biais des indices de capabilité.

 Les indices de capabilité


Les exigences du vrai client (Les lignes 07A, 07B, 07C et 07D) ou le client intermédiaire (l’unité
16) concernant le pourcentage en P2O5 de l’acide 54% NC sont imposées en fonction de la nature
ou la qualité des engrais.
Les attentes clients (%P2O5) Tolérance inférieure Tolérance supérieure
MAP 49 50
DAP Aminé 48 50
Tableau 5 : Les exigences en termes de % P2O5 pour certains types d’engrais

- MAP (Mono Ammonium Phosphate) :

Figure 10 : Variation de %P2O5 de l’acide 54% NC par rapport aux exigences MAP

28
Mémoire de Fin d’Etudes
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

 Calcul de Cp et Cpk :

 Cp << 0,67 et Cpk < 0 : le procédé est non capable, non maîtrisable et hautement déréglé par
rapport à la valeur cible. Cela peut être dû à une variabilité aléatoire très élevée ou à la présence des
causes assignables.
Par conséquent, une analyse immédiate des causes, une application des contre-mesures ou même
une révision des tolérances sont obligatoires.
Remarque : généralement la valeur de Cpk doit être supérieure ou égale à 0, mais en l’occurrence la
moyenne m n’appartient même pas à l’intervalle des tolérances.

- DAP Aminé (Di Ammonium Phosphate Aminé) :

Figure 11 : Variation de %P2O5 de l’acide 54% NC par rapport aux exigences DAP Aminé

 Calcul de Cp et Cpk :

 Cp << 0,67 et Cpk << 0,67 : le procédé est non capable, non maîtrisable et hautement décentré
par rapport à la valeur cible. Cela peut être dû à une variabilité aléatoire très élevée ou à la présence
des causes assignables.
Par conséquent, une analyse immédiate des causes, une application des contre-mesures ou même
une révision des tolérances sont obligatoires.

29
Mémoire de Fin d’Etudes
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

 Clarification du problème par le QQOQCCP


la non-capabilité et le déréglage du procédé ==> la non-satisfaction des
Quoi ? Quel est le problème ?
exigences clients

l’unité de concentration d’acide phosphorique 04Nord

l'unité de stockage 14Nord


Qui ? Qui est concerné par le problème ?
l’unité 16

les lignes de production des engrais (07A, 07B, 07C et 07D)

Où observe-t-on le problème ? au niveau de l’unité CAP 04Nord

Où ? Sur quel produit observe-t-on le phénomène ? l’acide phosphorique 54% non clarifié

Où au niveau du produit observe-t-on le problème ? dans sa teneur en P2O5

Dans quelle période le problème a été détecté ? du 01/Janvier/2018 au 19/Février/2018


Quand ?
Quelle est la fréquence du problème ? il se répète quotidiennement

Comment va-t-on procéder ? en suivant la démarche PDCA (Plan-Do-Check-Act)


Comment ?
Par quel moyen ? en utilisant les outils qualité et les outils statistiques

Combien ? Combien de lignes et d'échelons sont affectés par le problème ? 4 lignes (A, B, C et D) et 8 échelons (K, A, L, B, M, C, N et D)

la présence d’un écart éventuel entre le fonctionnement théorique et réel du


Quelle la cause probable du problème ?
procédé
Pourquoi ?
Pourquoi résoudre ce problème ? afin de satisfaire les exigences clients (l’unité 16)

Tableau 6 : QQOQCCP du problème étudié

2. Compréhension du fonctionnement normal du procédé

En clarifiant le problème par le QQOQCCP et en répondant à la question Pourquoi, nous avons


estimé que la cause probable de la non-satisfaction des exigences peut être due à la présence d’un
écart éventuel entre le fonctionnement théorique et réel du procédé. En se basant sur cette
supposition, nous allons réaliser au cours de cette étape un état des lieux dans le but d’évaluer
l’écart entre ce qui est prévu et ce qui est réalisé.

 Les paramètres de marche influençant %P2O5de l’acide 54% NC


Dans l’objectif de contrôler et suivre la marche des échelons dans l’unité de concentration d’ACP,
une multitude de paramètres de pilotage sont définis. Parmi lesquels il y a six paramètres clés qui
affectent et influencent d’une façon directe sur la qualité désirée pour l’acide 54% non clarifié
concernant sa teneur en P2O5. Ces paramètres sont les suivants :
- La masse volumique de l’acide 29% : elle doit varier sur l’intervalle de [1270-1280] g/l.
- La teneur en P2O5 de l’acide 29% : l’intervalle toléré est compris entre [25,5-26,5] %.
- La température entrée échangeur (TE 105) : les valeurs acceptables se situent entre [72-
78] °C.

30
Mémoire de Fin d’Etudes
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------
- La température sortie échangeur (TE 102) : [82-88] °C, tout valeur hors de cette
intervalle provoque la cristallisation de l’acide phosphorique et donc une concentration non
favorable.
- La pression intérieure dans le bouilleur (PT 013) : la maintenance d’une pression varie
sur l’intervalle [60-70] torr permet l’évaporation de l’eau à une température de 86 °C.
- La masse volumique de l’acide 54% : il est souhaitable qu’elle soit entre [1640-1680] g/l.
Ces six paramètres et leurs intervalles définissent donc un référentiel sur lequel on va se baser pour
identifier les écarts qui nous empêchent d’atteindre la qualité désirable.

 Etat des lieux par les indices de capabilité


Pour réaliser cette étude, on va se baser sur les données de transfert de l’acide 29% et 54% ainsi que
sur les feuilles de marche en respectant la même période (depuis le 01/Janvier/2018 au
19/Février/2018).
Les feuilles de marche sont des documents qui permettent de faire un suivi pour certains
paramètres de pilotage d’un échelon de concentration, elles sont remplies par les opérateurs de la
salle de contrôle chaque 2 heures (pour avoir des données journalières, il suffit de calculer la
moyenne).
Comme ce n’est pas pratique de suivre la marche de tous les huit échelons de la zone Nord (K, A,
L, B, M, C, N et D), nous allons nous limiter sur un seul échelon (l’échelon C) et généraliser le
résultat sur tous les échelons.
MV 29% %P2O5 29% MV 54% PT 013 TE 105 TE 102
(les données de transfert) (les feuilles de marche)
01-janv 1263 24,45 1642,50 67,00 76,08 85,25
02-janv 1265 24,56 1640,00 66,33 75,50 84,83
03-janv 1252 23,62 1652,00 67,08 73,75 83,42
04-janv 1263 24,85 1634,00 67,75 74,17 84,00
05-janv 1246 23,37 1657,50 70,92 72,92 82,33
06-janv 1292 27,50 1665,00 67,75 73,08 82,42
07-janv 1259 24,31 1660,00 65,42 73,33 82,67
08-janv 1261 25,06 1651,00 67,17 72,67 82,17
09-janv 1261 24,35 1628,67 64,00 73,33 83,33
10-janv 1266 24,47 1622,00 70,42 75,08 85,58
11-janv 1269 24,91 1645,00 66,42 73,67 83,00
12-janv 1256 23,79 1626,00 68,42 73,33 83,50
13-janv 1261 24,16 1648,00 69,00 72,33 82,00
14-janv 1264 24,68 1608,00 68,58 72,25 82,00
15-janv 1261 24,74 1649,33 70,00 74,67 83,67
16-janv 1265 24,98 1651,50 68,17 74,42 83,75
17-janv 1269 25,83 1645,33 69,50 75,58 84,75
18-janv 1269 25,70 1649,33 66,58 73,50 83,50
19-janv 1258 24,06 1659,50 60,92 74,33 83,08
20-janv 1254 23,27 1628,50 60,00 72,00 83,67
21-janv 1253 24,37 1636,40 60,00 74,00 83,00

31
Mémoire de Fin d’Etudes
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------
22-janv 1255 23,22 1669,00 62,92 72,33 82,42
23-janv 1250 22,90 1664,00 61,33 72,00 82,00
24-janv 1271 24,38 1664,50 64,58 72,33 82,00
25-janv 1267 24,59 1658,00 64,25 72,25 82,33
26-janv 1272 25,39 1634,00 62,58 77,33 83,92
27-janv 1260 23,82 1668,50 64,25 75,42 83,50
28-janv 1268 24,59 1646,00 70,00 72,42 82,25
29-janv 1275 25,35 1676,50 64,17 73,75 82,58
30-janv 1282 26,36 1653,50 66,08 75,67 82,58
31-janv 1255 24,00 1625,00 67,00 72,75 82,17
01-févr 1276 24,93 1655,50 66,33 75,92 83,83
02-févr 1279 24,43 1644,00 64,50 74,00 84,75
03-févr 1271 24,59 1652,00 63,25 74,67 84,67
04-févr 1278 25,80 1652,00 67,92 73,67 83,50
05-févr 1262 23,88 1681,00 63,00 75,33 84,83
06-févr 1262 23,38 1699,67 65,92 74,92 84,25
07-févr 1264 23,57 1677,33 70,33 74,00 83,58
08-févr 1270 23,84 1689,40 69,00 75,00 83,25
09-févr 1278 25,44 1655,20 66,58 75,83 85,33
10-févr 1272 24,65 1663,20 68,83 74,08 83,17
11-févr 1271 24,61 1651,63 64,58 73,58 83,00
12-févr 1273 24,89 1655,20 74,42 75,67 83,33
13-févr 1272 24,08 1653,00 63,50 72,58 83,25
14-févr 1279 25,08 1646,00 63,58 72,58 82,25
15-févr 1289 26,52 1652,67 63,50 72,92 82,50
16-févr 1286 26,25 1670,00 64,17 74,00 83,75
17-févr 1270 24,77 1668,25 66,92 73,75 82,67
18-févr 1256 24,42 1674,60 65,83 74,00 82,75
19-févr 1276 24,64 1670,00 69,00 65,25 83,25

Tableau 7 : Suivi des paramètres de marche affectant %P2O5 de l’acide 54% NC

- La masse volumique de l’acide 29% :

 Histogramme :
La taille de l’échantillon : n = 50
Le nombre de classes :

L’amplitude des classes :

32
Mémoire de Fin d’Etudes
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------
Classe Borne inférieure Borne supérieure L'effectif (ni) L'effectif cumulé (Ni)
1 1246,00 1252,63 3 3
2 1252,63 1259,26 8 11
3 1259,26 1265,89 13 24
4 1265,89 1272,51 14 38
5 1272,51 1279,14 7 45
6 1279,14 1285,77 3 48
7 1285,77 1292,40 2 50
Tableau 8 : Tableau des effectifs et effectifs cumulés (MV ACP 29%)

Figure 12 : Histogramme de la distribution de la masse volumique de l’ACP 29%

 Après avoir examiné la forme de la distribution, on peut conclure qu’elle correspond


approximativement à la forme d’une courbe en cloche. Elle suit donc une loi normale.

 Shapiro-Wilk :
Formulation des hypothèses :
H0 : les données xi forment une distribution semblable à une loi normale.
H1 : la distribution est significativement différente d’une loi normale.
Classement des valeurs xi et calcul des produits aj.dj :

xn-j+1 xj dj aj aj.dj
1292,40 1246,00 46,40 0,3751 17,4046
1288,67 1249,80 38,87 0,2574 10,0043
1285,50 1251,50 34,00 0,226 7,6840
1282,33 1253,40 28,93 0,2032 5,8793
1279,43 1254,00 25,43 0,1847 4,6967
1278,75 1254,80 23,95 0,1691 4,0499
1278,40 1255,00 23,40 0,1554 3,6364
1278,13 1255,60 22,53 0,143 3,2211
1275,67 1256,00 19,67 0,1317 2,5901
1275,63 1258,00 17,63 0,1212 2,1362

33
Mémoire de Fin d’Etudes
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------
1274,71 1258,50 16,21 0,1113 1,8047
1273,33 1259,83 13,50 0,102 1,3770
1271,78 1260,67 11,11 0,0932 1,0356
1271,67 1261,00 10,67 0,0846 0,9024
1271,50 1261,17 10,33 0,0764 0,7895
1271,00 1261,33 9,67 0,0685 0,6622
1271,00 1262,00 9,00 0,0608 0,5472
1270,67 1262,33 8,33 0,0532 0,4433
1270,25 1262,50 7,75 0,0459 0,3557
1269,78 1263,00 6,78 0,0386 0,2616
1269,40 1264,33 5,07 0,0314 0,1591
1269,33 1264,40 4,93 0,0244 0,1204
1268,80 1265,00 3,80 0,0174 0,0661
1268,00 1265,29 2,71 0,0104 0,0282
1267,33 1266,20 1,13 0,0035 0,0040
Tableau 9 : Classement des valeurs xi et calcul des produits aj.dj (MV ACP 29%)

aj : ce sont les coefficients lus sur la table des coefficients de Shapiro-Wilk pour n = 50.
Calcul de Wobservé :

Détermination de Wcritique : (d’après la table des valeurs critiques de Shapiro-Wilk)


Pour n = 50 et α = 5% : Wcri = 0,9470
 Pour un niveau de confiance de 95% Wobs > Wcri : on accepte donc H0 l’hypothèse de
normalité.
 Les 2 tests vérifient que les données suivent bien une loi normale, cela signifie qu’elles peuvent
être interprétées et exploitées par le biais des indices de capabilité.

 Indices de capabilité :

Figure 13 : Variation de la masse volumique de l’ACP 29% par rapport aux tolérances

34
Mémoire de Fin d’Etudes
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------
 Calcul de Cp et Cpk :

 Cp << 0,67 et Cpk < 0 : le procédé est non capable, non maîtrisable et hautement décentré par
rapport à la valeur cible. Il existe donc un écart important entre l’état théorique et l’état réel de la
masse volumique de l’ACP 29%.

- %P2O5 de l’acide 29% :


 Histogramme :
La taille de l’échantillon : n = 50
Le nombre de classes :

L’amplitude des classes :

Classe Borne inférieure Borne supérieure L'effectif (ni) L'effectif cumulé (Ni)
1 22,90 23,56 5 5
2 23,56 24,21 10 15
3 24,21 24,87 19 34
4 24,87 25,53 9 43
5 25,53 26,19 3 46
6 26,19 26,85 3 49
7 26,85 27,50 1 50

Tableau 10 : Tableau des effectifs et effectifs cumulés (%P2O5 ACP 29%)

Figure 14 : Histogramme de la distribution de la teneur en P2O5 de l’ACP 29%

35
Mémoire de Fin d’Etudes
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------
 Après l’observation de la forme de la distribution, on peut déduire qu’elle correspond plus ou
moins à la forme d’une courbe en cloche. Du coup, elle suit une loi normale.

 Shapiro-Wilk :
Formulation des hypothèses :
H0 : les données xi forment une distribution semblable à une loi normale.
H1 : la distribution est significativement différente d’une loi normale.
Classement des valeurs xi et calcul des produits aj.dj :
xn-j+1 xj dj aj aj.dj
27,50 22,90 4,61 0,3751 1,7277
26,52 23,22 3,31 0,2574 0,8508
26,36 23,27 3,09 0,226 0,6983
26,25 23,37 2,88 0,2032 0,5842
25,83 23,38 2,45 0,1847 0,4525
25,80 23,57 2,23 0,1691 0,3762
25,70 23,62 2,08 0,1554 0,3225
25,44 23,79 1,64 0,143 0,2348
25,39 23,82 1,57 0,1317 0,2063
25,35 23,84 1,51 0,1212 0,1836
25,08 23,88 1,20 0,1113 0,1333
25,06 24,00 1,06 0,102 0,1085
24,98 24,06 0,92 0,0932 0,0858
24,93 24,08 0,85 0,0846 0,0722
24,91 24,16 0,75 0,0764 0,0571
24,89 24,31 0,58 0,0685 0,0401
24,85 24,35 0,49 0,0608 0,0300
24,77 24,37 0,39 0,0532 0,0209
24,74 24,38 0,36 0,0459 0,0164
24,68 24,42 0,26 0,0386 0,0102
24,65 24,43 0,22 0,0314 0,0069
24,64 24,45 0,19 0,0244 0,0047
24,61 24,47 0,14 0,0174 0,0024
24,59 24,56 0,04 0,0104 0,0004
24,59 24,59 0,00 0,0035 0,0000

Tableau 11 : Classement des valeurs xi et calcul des produits aj.dj (%P2O5 ACP 29%)

aj : ce sont les coefficients lus sur la table des coefficients de Shapiro-Wilk pour n = 50.
Calcul de Wobservé :

36
Mémoire de Fin d’Etudes
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------
Détermination de Wcritique : (d’après la table des valeurs critiques de Shapiro-Wilk)
Pour n = 50 et α = 5% : Wcri = 0,9470
 Pour un niveau de confiance de 95% Wobs > Wcri : on accepte donc H0 l’hypothèse de
normalité.
 Les 2 tests vérifient que les données suivent bien une loi normale, cela signifie qu’elles peuvent
être interprétées et exploitées par l’intermédiaire des indices de capabilité.

 Indices de capabilité :

Figure 15 : Variation de %P2O5 de l’ACP 29% par rapport aux tolérances

 Calcul de Cp et Cpk :

 Cp << 0,67 et Cpk << 0 : le procédé est non capable, non maîtrisable et hautement déréglé par
rapport à la valeur cible. Il existe donc un écart important entre l’état théorique et l’état réel de
%P2O5 de l’ACP 29%.

- Température entrée échangeur (TE 105) :


 Histogramme :
La taille de l’échantillon : n = 50
Le nombre de classes :

L’amplitude des classes :

37
Mémoire de Fin d’Etudes
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------
Classe Borne inférieure Borne supérieure L'effectif (ni) L'effectif cumulé (Ni)
1 65,25 66,98 1 1
2 66,98 68,70 0 1
3 68,70 70,43 0 1
4 70,43 72,15 2 3
5 72,15 73,88 23 26
6 73,88 75,61 18 44
7 75,61 77,33 6 50
Tableau 12 : Tableau des effectifs et effectifs cumulés (TE 105)

Figure 16 : Histogramme de la distribution de TE 105

 Après l’examen de la forme de la distribution, on peut déduire qu’elle ne correspond pas à la


forme d’une courbe en cloche. C'est-à-dire qu’elle ne suit pas une loi normale.

 Shapiro-Wilk :
Formulation des hypothèses :
H0 : les données xi forment une distribution semblable à une loi normale.
H1 : la distribution est significativement différente d’une loi normale.
Classement des valeurs xi et calcul des produits aj.dj :

xn-j+1 xj dj aj aj.dj
77,33 65,25 12,08 0,3751 4,53
76,08 72,00 4,08 0,2574 1,05
75,92 72,00 3,92 0,226 0,89
75,83 72,25 3,58 0,2032 0,73
75,67 72,25 3,42 0,1847 0,63
75,67 72,33 3,33 0,1691 0,56
75,58 72,33 3,25 0,1554 0,51
75,50 72,33 3,17 0,143 0,45

38
Mémoire de Fin d’Etudes
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------
75,42 72,42 3,00 0,1317 0,40
75,33 72,58 2,75 0,1212 0,33
75,08 72,58 2,50 0,1113 0,28
75,00 72,67 2,33 0,102 0,24
74,92 72,75 2,17 0,0932 0,20
74,67 72,92 1,75 0,0846 0,15
74,67 72,92 1,75 0,0764 0,13
74,42 73,08 1,33 0,0685 0,09
74,33 73,33 1,00 0,0608 0,06
74,17 73,33 0,83 0,0532 0,04
74,08 73,33 0,75 0,0459 0,03
74,00 73,50 0,50 0,0386 0,02
74,00 73,58 0,42 0,0314 0,01
74,00 73,67 0,33 0,0244 0,01
74,00 73,67 0,33 0,0174 0,01
74,00 73,75 0,25 0,0104 0,00
73,75 73,75 0,00 0,0035 0,00
Tableau 13 : Classement des valeurs xi et calcul des produits aj.dj (TE 105)

aj : ce sont les coefficients lus sur la table des coefficients de Shapiro-Wilk pour n = 50.
Calcul de Wobservé :

Détermination de Wcritique : (d’après la table des valeurs critiques de Shapiro-Wilk)


Pour n = 50 et α = 5% : Wcri = 0,9470
 Pour un niveau de confiance de 95% Wobs ≤ Wcri : on rejette donc H0 l’hypothèse de normalité.
 Les 2 tests vérifient que les données ne suivent pas une loi normale, cela signifie qu’elles ne
peuvent pas être interprétées et exploitées par l’intermédiaire des indices de capabilité, nous allons
nous contenter donc d’analyser le graphique de variation de TE 105 vis-à-vis les tolérances.

Figure 17 : Variation de TE 105 vis-à-vis les tolérances

39
Mémoire de Fin d’Etudes
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

 L’examen de ce graphe nous permet de conclure que le paramètre TE 105 n’a pas dépassé les
limites des tolérances pendant 50 jours (à l’exception du dernier jour) mais il est relativement mal
centré vis-à-vis la valeur cible, ce qui signifie qu’il y a un écart relatif entre l’état théorique et
l’état réel de TE 105.

- Température sortie échangeur (TE 102) :


 Histogramme :
La taille de l’échantillon : n = 50
Le nombre de classes :

L’amplitude des classes :


Classe Borne inférieure Borne supérieure L'effectif (ni) L'effectif cumulé (Ni)
1 82,00 82,51 13 13
2 82,51 83,02 8 21
3 83,02 83,54 12 33
4 83,54 84,05 8 41
5 84,05 84,56 1 42
6 84,56 85,07 5 47
7 85,07 85,58 3 50
Tableau 14 : Tableau des effectifs et effectifs cumulés (TE 102)

Figure 18 : Histogramme de la distribution de TE 102

 Après l’examen de la forme de la distribution, on peut déduire qu’elle ne correspond pas à la


forme d’une courbe en cloche. C'est-à-dire qu’elle ne suit pas une loi normale.

40
Mémoire de Fin d’Etudes
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------
 Shapiro-Wilk :
Formulation des hypothèses :
H0 : les données xi forment une distribution semblable à une loi normale.
H1 : la distribution est significativement différente d’une loi normale.
Classement des valeurs xi et calcul des produits aj.dj :
xn-j+1 xj dj aj aj.dj
85,58 82,00 3,58 0,3751 1,34
85,33 82,00 3,33 0,2574 0,86
85,25 82,00 3,25 0,226 0,73
84,83 82,00 2,83 0,2032 0,58
84,83 82,17 2,67 0,1847 0,49
84,75 82,17 2,58 0,1691 0,44
84,75 82,25 2,50 0,1554 0,39
84,67 82,25 2,42 0,143 0,35
84,25 82,33 1,92 0,1317 0,25
84,00 82,33 1,67 0,1212 0,20
83,92 82,42 1,50 0,1113 0,17
83,83 82,42 1,42 0,102 0,14
83,75 82,50 1,25 0,0932 0,12
83,75 82,58 1,17 0,0846 0,10
83,67 82,58 1,08 0,0764 0,08
83,67 82,67 1,00 0,0685 0,07
83,58 82,67 0,92 0,0608 0,06
83,50 82,75 0,75 0,0532 0,04
83,50 83,00 0,50 0,0459 0,02
83,50 83,00 0,50 0,0386 0,02
83,50 83,00 0,50 0,0314 0,02
83,42 83,08 0,33 0,0244 0,01
83,33 83,17 0,17 0,0174 0,00
83,33 83,25 0,08 0,0104 0,00
83,25 83,25 0,00 0,0035 0,00

Tableau 15 : Classement des valeurs xi et calcul des produits aj.dj (TE 102)

aj : ce sont les coefficients lus sur la table des coefficients de Shapiro-Wilk pour n = 50.
Calcul de Wobservé :

Détermination de Wcritique : (d’après la table des valeurs critiques de Shapiro-Wilk)


Pour n = 50 et α = 5% : Wcri = 0,9470
 Pour un niveau de confiance de 95% Wobs ≤ Wcri : on rejette donc H0 l’hypothèse de normalité.

41
Mémoire de Fin d’Etudes
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------
 Les 2 tests vérifient que les données ne suivent pas une loi normale, cela signifie qu’elles ne
peuvent pas être interprétées et exploitées par l’intermédiaire des indices de capabilité, nous allons
nous contenter donc d’analyser le graphique de variation de TE 102 vis-à-vis les tolérances.

Figure 19 : Variation de TE 102 vis-à-vis les tolérances

 L’examen de ce graphe nous permet de conclure que le paramètre TE 102 n’a pas dépassé les
limites des tolérances pendant 50 jours. Mais il est mal centré par rapport à la cible (très proche de
la tolérance inférieure), ce qui veut dire qu’il y a tout de même un écart relatif entre l’état
théorique et l’état réel de TE 102.

- Pression intérieure dans le bouilleur (PT 013) :


 Histogramme :
La taille de l’échantillon : n = 50
Le nombre de classes :

L’amplitude des classes :


Classe Borne inférieure Borne supérieure L'effectif (ni) L'effectif cumulé (Ni)
1 60,00 62,06 4 4
2 62,06 64,12 8 12
3 64,12 66,18 11 23
4 66,18 68,24 14 37
5 68,24 70,30 9 46
6 70,30 72,36 3 49
7 72,36 74,42 1 50
Tableau 16 : Tableau des effectifs et effectifs cumulés (PT 013)

42
Mémoire de Fin d’Etudes
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Figure 20 : Histogramme de la distribution de PT 013

 Après avoir observé la forme de la distribution, on peut déduire qu’elle correspond relativement
à la forme d’une courbe en cloche. Cela signifie qu’elle suit une loi normale.

 Shapiro-Wilk :
Formulation des hypothèses :
H0 : les données xi forment une distribution semblable à une loi normale.
H1 : la distribution est significativement différente d’une loi normale.
Classement des valeurs xi et calcul des produits aj.dj :

xn-j+1 xj dj aj aj.dj
74,42 60,00 14,42 0,3751 5,41
70,92 60,00 10,92 0,2574 2,81
70,42 60,92 9,50 0,226 2,15
70,33 61,33 9,00 0,2032 1,83
70,00 62,58 7,42 0,1847 1,37
70,00 62,92 7,08 0,1691 1,20
69,50 63,00 6,50 0,1554 1,01
69,00 63,25 5,75 0,143 0,82
69,00 63,50 5,50 0,1317 0,72
69,00 63,50 5,50 0,1212 0,67
68,83 63,58 5,25 0,1113 0,58
68,58 64,00 4,58 0,102 0,47
68,42 64,17 4,25 0,0932 0,40
68,17 64,17 4,00 0,0846 0,34
67,92 64,25 3,67 0,0764 0,28
67,75 64,25 3,50 0,0685 0,24
67,75 64,50 3,25 0,0608 0,20
67,17 64,58 2,58 0,0532 0,14
67,08 64,58 2,50 0,0459 0,11
67,00 65,42 1,58 0,0386 0,06

43
Mémoire de Fin d’Etudes
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------
67,00 65,83 1,17 0,0314 0,04
66,92 65,92 1,00 0,0244 0,02
66,58 66,08 0,50 0,0174 0,01
66,58 66,33 0,25 0,0104 0,00
66,42 66,33 0,08 0,0035 0,00
Tableau 17 : Classement des valeurs xi et calcul des produits aj.dj (PT 013)

aj : ce sont les coefficients lus sur la table des coefficients de Shapiro-Wilk pour n = 50.
Calcul de Wobservé :

Détermination de Wcritique : (d’après la table des valeurs critiques de Shapiro-Wilk)


Pour n = 50 et α = 5% : Wcri = 0,9470
 Pour un niveau de confiance de 95% Wobs > Wcri : on accepte donc H0 l’hypothèse de
normalité.
 Les 2 tests vérifient que les données suivent bien une loi normale, cela signifie qu’elles peuvent
être interprétées et exploitées par l’intermédiaire des indices de capabilité.

 Indices de capabilité :

Figure 21 : Variation de PT 013 par rapport aux tolérances

 Calcul de Cp et Cpk :

 Cp < 0,67 et Cpk < 0,67 : le procédé est non capable, non maîtrisable et relativement décentré
par rapport à la valeur cible. Il existe donc un écart moyen entre l’état théorique et l’état réel de PT
013.

44
Mémoire de Fin d’Etudes
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------
- La masse volumique de l’acide 54% :
 Histogramme :
La taille de l’échantillon : n = 50
Le nombre de classes :

L’amplitude des classes :


Classe Borne inférieure Borne supérieure L'effectif (ni) L'effectif cumulé (Ni)
1 1608,00 1621,10 1 1
2 1621,10 1634,19 7 8
3 1634,19 1647,29 8 16
4 1647,29 1660,38 19 35
5 1660,38 1673,48 9 44
6 1673,48 1686,57 4 48
7 1686,57 1699,67 2 50
Tableau 18 : Tableau des effectifs et effectifs cumulés (MV ACP 54%)

Figure 22 : Histogramme de la distribution de la masse volumique de l’ACP 54%

 Après avoir examiné la forme de la distribution, on peut déduire qu’elle correspond relativement
à la forme d’une courbe en cloche. Cela implique qu’elle suit une loi normale.

 Shapiro-Wilk :
Formulation des hypothèses :
H0 : les données xi forment une distribution semblable à une loi normale.
H1 : la distribution est significativement différente d’une loi normale.
Classement des valeurs xi et calcul des produits aj.dj :
xn-j+1 xj dj aj aj.dj
1699,67 1608,00 91,67 0,3751 34,3842
1689,40 1622,00 67,40 0,2574 17,3488
1681,00 1625,00 56,00 0,226 12,6560
1677,33 1626,00 51,33 0,2032 10,4309
1676,50 1628,50 48,00 0,1847 8,8656

45
Mémoire de Fin d’Etudes
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------
1674,60 1628,67 45,93 0,1691 7,7673
1670,00 1634,00 36,00 0,1554 5,5944
1670,00 1634,00 36,00 0,143 5,1480
1669,00 1636,40 32,60 0,1317 4,2934
1668,50 1640,00 28,50 0,1212 3,4542
1668,25 1642,50 25,75 0,1113 2,8660
1665,00 1644,00 21,00 0,102 2,1420
1664,50 1645,00 19,50 0,0932 1,8174
1664,00 1645,33 18,67 0,0846 1,5792
1663,20 1646,00 17,20 0,0764 1,3141
1660,00 1646,00 14,00 0,0685 0,9590
1659,50 1648,00 11,50 0,0608 0,6992
1658,00 1649,33 8,67 0,0532 0,4611
1657,50 1649,33 8,17 0,0459 0,3749
1655,50 1651,00 4,50 0,0386 0,1737
1655,20 1651,50 3,70 0,0314 0,1162
1655,20 1651,63 3,58 0,0244 0,0872
1653,50 1652,00 1,50 0,0174 0,0261
1653,00 1652,00 1,00 0,0104 0,0104
1652,67 1652,00 0,67 0,0035 0,0023
Tableau 19 : Classement des valeurs xi et calcul des produits aj.dj (MV ACP 54%)

aj : ce sont les coefficients lus sur la table des coefficients de Shapiro-Wilk pour n = 50.
Calcul de Wobservé :

Détermination de Wcritique : (d’après la table des valeurs critiques de Shapiro-Wilk)


Pour n = 50 et α = 5% : Wcri = 0,9470
 Pour un niveau de confiance de 95% Wobs > Wcri : on accepte donc H0 l’hypothèse de
normalité.
 Les 2 tests vérifient que les données suivent bien une loi normale, c’est à dire qu’elles peuvent
être interprétées et exploitées par l’intermédiaire des indices de capabilité.

46
Mémoire de Fin d’Etudes
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

 Indices de capabilité :

Figure 23 : Variation de la masse volumique ACP 54% vis-à-vis ses tolérances

 Calcul de Cp et Cpk :

 Cp < 0,67 et Cpk < 0,67 : le procédé est non capable, non maîtrisable et relativement décentré
par rapport à la valeur cible. Il existe donc un écart moyen entre l’état théorique et l’état réel de la
masse volumique de l’acide 54%.

Evaluation de l'écart Cp Cpk

MV ACP 29% Important 0,1657 -0,1027

%P2O5 ACP 29% Important 0,1837 -0,3206

TE 105 Relatif X X

TE 102 Relatif X X

PT 013 Moyen 0,5541 0,4217

MV ACP 54% Moyen 0,3787 0,2534

Tableau 20 : Résumé de l’état des lieux

47
Mémoire de Fin d’Etudes
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------
La réalisation de cet état des lieux nous a permis de bien vérifier qu’il y a un écart énorme entre le
fonctionnement théorique et réel du procédé et que ces six paramètres représentent donc des points
faibles pour la bonne marche du procédé et sont effectivement responsables de notre problème.

3. Fixation des objectifs


Quel est notre objectif spécifique ?
S - Spécifique améliorer la capabilité du procédé et le centrer par rapport aux valeurs cibles afin de
satisfaire les exigences clients
Comment allons-nous mesurer nos progrès ?
M - Mesurable
par le biais des indices de capabilité (0,67 < Cp < 1 et 0,67 < Cpk < 1)

Comment allons-nous atteindre notre objectif ?


A - Atteignable en détectant les vraies causes racines et en appliquant des contre-mesures
convenables
Comment allons-nous savoir qu'il s'agit d'un objectif réaliste ?
R - Réaliste
en proposant des solutions applicables et à la portée de nos moyens

Quand comptons-nous atteindre cet objectif ?


T - Temporellement défini
après l'application des contre-mesures suggérées (2 à 3 mois)

Tableau 21 : L’objectif SMART

4. Analyse des causes racines


 Les 5M (diagramme d’Ishikawa)

L’intérêt de l’analyse des causes par l’intermédiaire de la méthode des 5M se limite uniquement
dans la détection des causes possibles, probables ou superficielles en dirigeant la réflexion dans
cinq directions entièrement distinguées.
Après discussion avec le personnel de l’unité de concentration d’acide phosphorique 04Nord et en
se basant sur la conclusion approuvée par l’état des lieux. On a pu désigner les facteurs représentés
ci-dessous :

48
Mémoire de Fin d’Etudes
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Matière
Méthode Première
Milieu

%P2O5 de l'ACP
29% Conditions de
stockage
MV de l'ACP
29%
%P2O5 de
l'ACP 54%
NC
PT 013 dans le
bouilleur
Qualification du
TE 105 et TE 102 personnel
de l'échangeur

Main
Machine d'Oeuvre

Figure 24 : Diagramme d’Ishikawa pour les facteurs influençant %P2O5 de l’acide 54% NC

 Les 5 pourquoi
Le diagramme causes à effet nous a fourni différentes causes possibles de notre situation. Pourtant,
elles restent insuffisantes et ne présentent pas les vraies racines du problème.
Pour cette raison, il va falloir creuser encore et encore en se posant à chaque fois une simple
question :
Pourquoi ?

49
Mémoire de Fin d’Etudes
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------
Problème Pourquoi ? {1} Pourquoi ? {2} Pourquoi ? {3} Pourquoi ? {4} Pourquoi ? {5}

La teneur en P2O5 de
l'acide 29% alimentant les Probléme au niveau du
échelons ne respecte pas procédé d'attaque-filtration
les tolérances
La masse volumique de
Probléme au niveau du
l'acide 29% dépasse les
procédé d'attaque-filtration
tolérances
Malfonctionnement de la
Présence d'un écart entre Système de régulation est
vanne de sécurité (PCV
mesure et consigne lent
013)
Bouchage Présence des mollusques
Le débit de l'eau de mer du filtre-eau de mer et des algues
La pression intérieure
entrée échelon (FT 409) est Malfonctionnement de la
(le vide : PT 013) dans le
mal controlé vanne de régulation (HCV
bouilleur est non-maîtrisée
403)
le débit de la vapeur
Malfonctionnement de la
primaire alimentant les
vanne de régulation (HCV
éjecteurs (FT 408) est
Présence d'un écart entre la 601)
perturbé
teneur en P2O5 de l'acide
54% non clarifié produit L'inefficacité de l'opération
et les attentes clients Les températures Le problème de de lavage avec de l'eau chaude
Une mauvaise qualité entrée-sortie échangeur l'encrassement Le type d'échangeur Rugosité des parois des
d'échange thermique au (TE 105-TE 102) sont
favorise l'encrassement blocs de l'échangeur
niveau de l'échangeur déviées par rapport aux
Tolérances Non-étanchéité de la vanne Vieillissement des joints
Présence d'une fuite d'eau
de lavage par l'eau brute d'étanchéité
La masse volumique de Une mauvaise qualité
l'acide 54% NC n'est pas Non-stabilité de la masse Présence du gypse de phosphate
maintenue dans l'intervalle de l'acide dans l'acide Probléme au niveau du
des tolérances procédé d'attaque-filtration
Présence des impuretés
dans l'acide (Fe2O3, Al2O3 Le temps de séjour dans le
Les conditions de stockage
et MgO) qui peuvent se lier désursaturateur est trop
sont défavorables
au P205 pour former des long
précipités

Manque de formation
La marche du procédé est
mal suivie par le personnel
Manque du personnel

Tableau 22 : Analyse des causes racines par les 5 pourquoi

L’approche basée purement sur le questionnement des 5 pourquoi nous a permis d’obtenir
finalement les causes racines affectant la qualité de l’acide 54% non clair.
Parmi ces causes, il y a celles qui sont imposées ou liées à un autre procédé, telles que : une
mauvaise qualité de phosphate ou des problèmes au niveau de l’attaque-filtration.
Et il y en a d’autres qui concernent l’unité 04 de concentration et l’unité 14 de stockage, sur
lesquelles nous allons agir en établissant un plan d’actions convenable.

II. Do (Faire)

5. Actions et contre-mesures

Notre objectif fixé antérieurement se résume dans l’amélioration de la capabilité et le centrage du


procédé de concentration au sein de l’unité 04Nord. Afin que cette dernière puisse produire une
qualité d’acide qui satisfait les attentes des lignes de production d’engrais.
Ainsi, il va falloir agir en réalisant un plan d’actions contre les causes racines contribuant fortement
à la dispersion du procédé et présentant des obstacles sincères qui nous éloignent de la maîtrise de
la qualité du produit fini.

50
Mémoire de Fin d’Etudes
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

 Le plan d’actions
Causes racines Actions à mener Moyens à utiliser Responsables des actions Période de réalisation Résultats (Objectifs)

Programme de formation Personnel bien formé qui


Former et amélirer les Centre des compêtences
Manque de formation (séminaires, réunions, 2 mois maîtrise bien la marche du
compêtences du personnel industrielles
sensibilisation…) procédé

Nombre du personnel soit


Recruter et former de Concours de recrutement + Service des ressources
Manque du personnel 2 ans suffisant pour bien suivre la
nouveau personnel Stage pré-embauche humaines
marche du procédé

Temps de séjour dans le Ne pas avoir une réaction


Augmenter le débit Unité 14 (opéraeurs de la
désursaturateur (R01) est Pompe de transfert 24h/24 et 7j/7 entre les impuretés et le
d'aspiration depuis le R01 salle de contrôle)
trop long P2O5

Vérifier les éventuels


Dégradation des joints dégâts sur les joints Unité 04 (service Eviter les fuites de l'eau au
Entretien Mensuellement
d'étanchéité d'étanchéité et remplacer maintenance) niveau de l'échangeur
les si nécessaire

Rugosité des parois des Remplacer les échangeurs à Unité 04 (service Défavoriser la formation des
Echangeurs tubulaires 3 mois
blocs de l'échangeur blocs maintenance) couches d'encrassement

Eliminer toutes les traces et


Remplacer le nettoyage
Inefficacité du nettoyage Nettoyage thermique (Fours Unité 04 (service Indéterminée (en cas de les résidus des couches
classique à haute pression
avec de l'eau chaude à pyrolyse) maintenance) bouchage) d'encrassement et garder
des échangeurs
les performances d'origine

Malfonctionnement des Remplacer les vannes de Vannes de régulation de


Unité 04 (service Eviter les perturbations des
vannes de régulation (HCV régulation manuelles (HCV : débit (FCV : Flow Control 2 mois
maintenance) débits FT 408 et FT 409
601 et HCV 403) Hand Control Valve) Valve)

Présence des algues et des Démonter et nettoyer le Démontage + Nettoyage à Station de Reprise d'Eau de Indéterminée (en cas de Eviter le bouchage du filtre-
mollusques filtre-Eau de mer haute pression Mer (REM) bouchage) eau de mer

Vérifier le fonctionnement
Améliorer le
Système de régulation est du capteur et du régulateur Unité 04 (service
Entretien 1 mois fonctionnement de la vanne
trop lent et les remplacer si maintenance)
de sécurité PCV 013
nécessaire

Tableau 23 : Plan d’actions des solutions proposées

L’élaboration de ce plan d’action clôture la deuxième phase de la démarche PDCA (Do : Faire).
Mais apparemment la roue de Deming ne s’arrêtera jamais. Il reste encore du travail à faire de la
part des unités et services concernés par la problématique et qui sont invités d’étudier la faisabilité
de ces actions proposés, les appliquer, vérifier leur effet (Check : Vérifier) et agir au cas où
l’objectif souhaité n’est pas encore touché (Act : Agir).

51
Mémoire de Fin d’Etudes
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------
Conclusion générale

L’attaque de la pulpe expédiée depuis la zone de Khouribga à travers le pipeline par l’acide
sulfurique permet de produire au départ un acide phosphorique à 29% en P2O5, cette faible teneur
est insuffisante pour remplir les exigences de certains types d’engrais tels que le MAP et le DAP
Aminé. De ce fait, se manifeste l’intérêt de l’unité de concentration dans l’enchainement du
processus de valorisation, qui en effectuant une évaporation sous vide améliore la qualité de l’acide
non clair en augmentant sa teneur en P2O5 jusqu’à 54%.

Compte tenu de la complexité du procédé de concentration, il est exposé à une infinité de


facteurs aléatoires et spécifiques qui provoque une forte dispersion et un décentrage vis-à-vis les
tolérances imposées par les unités de fabrication d’engrais.

Parallèlement au rôle important que joue l’OCP dans l’économie nationale, il contribue à
l'intégration des étudiants et leur permet de joindre la vie active en leur offrant des stages au sein de
ses entités. Comme étudiant en fin de la formation Master CAC : agiq, j’ai eu l’occasion de passer
mon stage de Mémoire de Fin d’Etudes à Maroc Phosphore et exactement à l’unité CAP 04Nord.

Au fil de ce projet et en suivant les étapes de la démarche PDCA pas à pas, on était censé
déterminer les causes spécifiques empêchant l’unité de concentration de satisfaire les besoins de ses
clients et agir en suggérant des solutions efficientes. Durant la phase de planification (Plan), on a
analysé les données de l’acide NC transféré depuis CAP 04Nord vers l’unité 16 en les comparant
avec les tolérances via les indices de capabilité, la normalité de ces données avait été vérifiée par
l’histogramme et le test de Shapiro-Wilk. Ensuite, les éléments définissant le problème ont été
clarifiés à travers le QQOQCCP, ainsi que les écarts existants au niveau de certains paramètres de
marche ayant une influence sur le %P2O5 de l’ACP NC, ont été évalués statistiquement en
établissant un état des lieux. Après avoir souligné l’objectif et le degré d’amélioration à atteindre
par la méthode SMART, on a effectué une analyse des causes en utilisant deux outils : le
diagramme d’Ishikawa et les 5 pourquoi afin de détecter au début les causes surfaces et remonter au
fur et à mesure vers les causes racines. Au cours de la phase de réalisation (Do), un plan d’action a
été rédigé en se focalisant sur ces causes dans l’optique d’améliorer la capabilité et le centrage du
procédé et en conséquence se rapprocher de la satisfaction des exigences des lignes d’engrais
concernant la teneur de l’anhydride phosphorique.

En tant que stagiaire, ma tâche a pris fin par la proposition des contre-mesures. Mais le cycle
PDCA ne se terminera jamais. Il reste encore du travail à faire de la part de l’entité d’accueil, qui
devra étudier la faisabilité des solutions, les appliquer concrètement, vérifier (Check) leurs impacts
et agir (Act) si le niveau d’amélioration fixé n’est pas encore abouti.

52
Mémoire de Fin d’Etudes
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Bibliographie
[1] Résolution de problèmes et culture d’entreprise, document OCP, 2011.
[2] Maîtrise statistique des procédés, Christophe Rousseau, document PDF, le
11/02/2014.
[3] Appliquer la maîtrise statistique des processus, Maurice Pillet, quatrième édition,
2005.
[4] Concentration de l’acide phosphorique, document PRAYON.
[5] Rapports d’activité, documents OCP, 2015 et 2016.

Webographie
 http://www.ocpgroup.ma/
 http://www.memoirepfe.fst-usmba.ac.ma/
 http://nathalie.diaz.pagesperso-orange.fr/
 http://www.commentprogresser.com/
 http://lesdefinitions.fr/
 https://wikilean.com/
 http://www.qualiblog.fr/
 http://www.les-grandes-techniques-de-vente.fr/
 https://www.thermoclean.com/fr/
Mémoire de Fin d’Etudes
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------
Annexe 1 : Table des coefficients aj du test de Shapiro-Wilk

n 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15

j
1 0,6646 0,6431 0,6233 0,6052 0,5888 0,5739 0,5601 0,5475 0,5359 0,5251 0,5150
2 0,2413 0,2806 0,3031 0,3164 0,3244 0,3291 0,3315 0,3325 0,3325 0,3318 0,3306
3 0,0000 0,0875 0,1401 0,1743 0,1976 0,2141 0,2260 0,2347 0,2412 0,2460 0,2495
4 0,0000 0,0561 0,0947 0,1224 0,1429 0,1586 0,1707 0,1802 0,1878
5 0,0000 0,0399 0,0695 0,0922 0,1099 0,1240 0,1353
6 0,0000 0,0303 0,0539 0,0727 0,0880
7 0,0000 0,0240 0,0433
8 0,0000

n 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27

j
1 0,5056 0,4968 0,4886 0,4808 0,4734 0,4643 0,4590 0,4542 0,4493 0,4450 0,4407 0,4366
2 0,3290 0,3273 0,3253 0,3232 0,3211 0,3185 0,3156 0,3126 0,3098 0,3069 0,3043 0,3018
3 0,2521 0,2540 0,2553 0,2561 0,2565 0,2578 0,2571 0,2563 0,2554 0,2543 0,2533 0,2522
4 0,1939 0,1988 0,2027 0,2059 0,2085 0,2119 0,2131 0,2139 0,2145 0,2148 0,2151 0,2152
5 0,1447 0,1524 0,1587 0,1641 0,1686 0,1736 0,1764 0,1787 0,1807 0,1822 0,1836 0,1848
6 0,1005 0,1109 0,1197 0,1271 0,1334 0,1399 0,1443 0,1480 0,1512 0,1539 0,1563 0,1584
7 0,0593 0,0725 0,0837 0,0932 0,1013 0,1092 0,1150 0,1201 0,1245 0,1283 0,1316 0,1346
8 0,0196 0,0359 0,0496 0,0612 0,0711 0,0804 0,0878 0,0941 0,0997 0,1046 0,1089 0,1128
9 0,0000 0,0163 0,0303 0,0422 0,0530 0,0618 0,0696 0,0764 0,0823 0,0876 0,0923
10 0,0000 0,0140 0,0263 0,0368 0,0459 0,0539 0,0610 0,0672 0,0728
11 0,0000 0,0122 0,0228 0,0321 0,0403 0,0476 0,0540
12 0,0000 0,0107 0,0200 0,0284 0,0358
13 0,0000 0,0094 0,0178
14 0,0000

n 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38

j
1 0,4328 0,4291 0,4254 0,4220 0,4188 0,4156 0,4127 0,4096 0,4068 0,4040 0,4015
2 0,2992 0,2968 0,2944 0,2921 0,2898 0,2876 0,2854 0,2834 0,2813 0,2794 0,2774
3 0,2510 0,2499 0,2487 0,2475 0,2463 0,2451 0,2439 0,2427 0,2415 0,2403 0,2391
4 0,2151 0,2150 0,2148 0,2145 0,2141 0,2137 0,2132 0,2127 0,2121 0,2116 0,2110
5 0,1857 0,1864 0,1870 0,1874 0,1878 0,1880 0,1882 0,1883 0,1883 0,1883 0,1881
6 0,1601 0,1616 0,1630 0,1641 0,1651 0,1660 0,1667 0,1673 0,1678 0,1683 0,1686
7 0,1372 0,1395 0,1415 0,1433 0,1449 0,1463 0,1475 0,1487 0,1496 0,1505 0,1513
8 0,1162 0,1192 0,1219 0,1243 0,1265 0,1284 0,1301 0,1317 0,1331 0,1344 0,1356
9 0,0965 0,1002 0,1036 0,1066 0,1093 0,1118 0,1140 0,1160 0,1179 0,1196 0,1211
10 0,0778 0,0822 0,0862 0,0899 0,0931 0,0961 0,0988 0,1013 0,1036 0,1056 0,1075
11 0,0598 0,0650 0,0697 0,0739 0,0777 0,0812 0,0844 0,0873 0,0900 0,0924 0,0947
12 0,0424 0,0483 0,0537 0,0585 0,0629 0,0669 0,0706 0,0739 0,0770 0,0798 0,0824
13 0,0253 0,0320 0,0381 0,0435 0,0485 0,0530 0,0572 0,0610 0,0645 0,0677 0,0706
14 0,0084 0,0159 0,0227 0,0289 0,0344 0,0395 0,0441 0,0484 0,0523 0,0559 0,0592
15 0,0000 0,0076 0,0144 0,0206 0,0262 0,0314 0,0361 0,0404 0,0444 0,0481
16 0,0000 0,0068 0,0131 0,0187 0,0239 0,0287 0,0331 0,0372
17 0,0000 0,0062 0,0119 0,0172 0,0220 0,0264
18 0,0000 0,0057 0,0110 0,0158
19 0,0000 0,0153

Annexes
Mémoire de Fin d’Etudes
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------
n 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50

j
1 0,3989 0,3964 0,3940 0,391'7 0,3894 0,3872 0,3850 0,3830 0,3808 0,3789 0,3770 0,3751
2 0,2755 0,2737 0,2719 0,2701 0,2684 0,2667 0,2651 0,2635 0,2620 0,2604 0,2589 0,2574
3 0,2380 0,2368 0,2357 0,2345 0,2334 0,2323 0,2313 0,2302 0,2291 0,2281 0,2271 0,2260
4 0,2104 0,2098 0,2091 0,2085 0,2078 0,2072 0,2065 0,2058 0,2052 0,2045 0,2038 0,2032
5 0,1880 0,1878 0,1876 0,1874 0,1871 0,1868 0,1865 0,1862 0,1859 0,1855 0,1851 0,1847
6 0,1689 0,1691 0,1693 0,1694 0,1695 0,1695 0,1695 0,1695 0,1695 0,1693 0,1692 0,1691
7 0,1520 0,1526 0,1531 0,1535 0,1539 0,1542 0,1545 0,1548 0,1550 0,1551 0,1553 0,1554
8 0,1366 0,1376 0,1384 0,1392 0,1398 0,1405 0,1410 0,1415 0,1420 0,1423 0,1427 0,1430
9 0,1225 0,1237 0,1249 0,1259 0,1269 0,1278 0,1286 0,1293 0,1300 0,1306 0,1312 0,1317
10 0,1092 0,1108 0,1123 0,1136 0,1149 0,1160 0,1170 0,1180 0,1189 0,1197 0,1205 0,1212
11 0,0967 0,0986 0,1004 0,1020 0,1035 0,1049 0,1062 0,1073 0,1085 0,1095 0,1105 0,1113
12 0,0848 0,0870 0,0891 0,0909 0,0927 0,0943 0,0959 0,0972 0,0986 0,0998 0,1010 0,1020
13 0,0733 0,0759 0,0782 0,0804 0,0824 0,0842 0,0860 0,0876 0,0892 0,0906 0,0919 0,0932
14 0,0622 0,0651 0,0677 0,0701 0,0724 0,0745 0,0765 0,0783 0,0801 0,0817 0,0832 0,0846
15 0,0515 0,0546 0,0575 0,0602 0,0628 0,0651 0,0673 0,0694 0,0713 0,0731 0,0748 0,0764
16 0,0409 0,0444 0,0476 0,0506 0,0534 0,0560 0,0584 0,0607 0,0628 0,0648 0,0667 0,0685
17 0,0305 0,0343 0,0379 0,0411 0,0442 0,0471 0,0497 0,0522 0,0546 0,0568 0,0588 0,0608
18 0,0203 0,0244 0,0283 0,0318 0,0352 0,0383 0,0412 0,0439 0,0465 0,0489 0,0511 0,0532
19 0,0101 0,0146 0,0188 0,0227 0,0263 0,0296 0,0328 0,0357 0,0385 0,0411 0,0436 0,0459
20 0,0000 0,0049 0,0094 0,0136 0,0175 0,0211 0,0245 0,0277 0,0307 0,0335 0,0361 0,0386
21 0,0000 0,0045 0,0087 0,0126 0,0163 0,0197 0,0229 0,0259 0,0288 0,0314
22 0,0000 0,0042 0,0081 0,0118 0,0153 0,0185 0,0215 0,0244
23 0,0000 0,0039 0,0076 0,0111 0,0143 0,0174
24 0,0000 0,0037 0,0071 0,0104
25 0,0000 0,0035

Annexe 2 : Table des valeurs critiques du test de Shapiro-Wilk


Risque 5% Risque 1% 27 0,923 0,894
n W 0,95 W 0,99 28 0,924 0,896
5 0,7 62 0,686 29 0,926 0,898
6 0,988 0,713 30 0,927 0,900
7 0,803 0,730 31 0,929 0,902
8 0,818 0,749 32 0,930 0,904
9 0,829 0,764 33 0,931 0,906
10 0,842 0,781 34 0,933 0,908
11 0,850 0,792 35 0,934 0,910
12 0,859 0,805 36 0,935 0,912
13 0,866 0,814 37 0,936 0,914
14 0,874 0,825 38 0,938 0,916
15 0,881 0,835 39 0,939 0,917
16 0,887 0,844 40 0,940 0,919
17 0,892 0,851 41 0,941 0,920
18 0,897 0,858 42 0,942 0,922
19 0,901 0,863 43 0,943 0,923
20 0,905 0,868 44 0,944 0,924
21 0,908 0,873 45 0,945 0,926
22 0,911 0,878 46 0,945 0,927
23 0,914 0,881 47 0,946 0,928
24 0,916 0,884 48 0,947 0,929
25 0,918 0,888 49 0,947 0,929
26 0,920 0,891 50 0,947 0,930

Annexes
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Master ST CAC : Agiq

Mémoire de Fin d’Etudes pour l’Obtention du Diplôme de Master Sciences et Techniques

Nom et Prénom : BELMJOUJ Abderrahim

Année Universitaire : 2017/2018

Titre : Mise en Place de la Démarche PDCA à l’Unité de Concentration d’Acide Phosphorique CAP 04 Nord

Résumé
L’acide phosphorique 54% non clarifié produit par les échelons de concentration de l’unité
04Nord n’arrive pas à satisfaire les exigences des engrais MAP et DAP Aminé en termes de P 2O5.
Cela est dû au fait que le procédé basé sur le principe de l’évaporation sous vide est si gigantesque,
si complexe et soumis à de nombreuses causes aléatoires et surtout assignables qui le rend très
délicat à maîtriser.

Une situation qui a poussé à la mise en place de la démarche PDCA en combinant les outils
qualité et les outils statistiques dans le but d’améliorer la capabilité et le centrage du procédé.

Durant la première étape, le phénomène a été identifié et également quantifié par l’intermédiaire
des indices de capabilité qui imposent avant leur exploitation une étude de la normalité. De plus et
en répondant à une liste des questions ouvertes (QQOQCCP), les composants du problème ont été
décrit en toute simplicité. On a mesuré dans l’étape secondaire les écarts présents entre l’état normal
et réel du procédé via un diagnostic purement statistique, en prenant comme référence les
intervalles de tolérances de six paramètres de pilotage impactant la qualité du produit. Au fil du
troisième stade et afin d’avoir une idée sur le niveau d’amélioration qu’il faut atteindre, on a
spécifié l’objectif en vérifiant sa mesurabilité et son objectivité. Les causes racines de la
problématique ont été analysées à l’avant dernier stade en recourant aux 5M et les 5 pourquoi alors
que la dernière étape représente le fruit de ce projet : une liste des contre-mesures proposées
présentées sous la forme d’un plan d’actions.

Mots clés : acide phosphorique, P2O5 et démarche PDCA.

Faculté des Sciences et Techniques - Fès


 B.P. 2202 – Route d’Imouzzer – FES
 212 (0) 35 60 29 53 Fax : 212 (0) 35 60 82 14