Vous êtes sur la page 1sur 129

Chapitre II : La mesure et les

capteurs industriels

Chp II-La mesure et les capteurs 1


industriels
I - La chaîne de mesure – Définitions -

La chaîne de mesure électronique se compose d’un ensemble de


dispositifs comprenant, entre autres, le capteur et les circuits
permettant le conditionnement du signal mesuré pour une
gamme de mesure définie.

Chp II-La mesure et les capteurs 2


industriels
I - La chaîne de mesure – Définitions -

Chp II-La mesure et les capteurs 3


industriels
I - La chaîne de mesure – Définitions -

Chp II-La mesure et les capteurs 4


industriels
I - La chaîne de mesure – Définitions -

Nous pouvons considérer deux méthodes de traitement du


signal pour une exploitation satisfaisante de la mesure:

-La chaîne de mesure analogique


-La chaîne de mesure numérique.

Chp II-La mesure et les capteurs 5


industriels
I - La chaîne de mesure analogique
La chaîne de mesure analogique est constituée de l’ensemble des dispositifs,
y compris le capteur, rendant possibles le traitement du signal mesuré et la
transmission d’un signal normalisé 4-20mA.
Pour optimiser et exploiter adéquatement la variable mesurée, des blocs
fonctionnels assurent un conditionnement du signal.
Équipements
usuels

Procédé
et Conditionneur de Amplificateur Transmetteur Équipements
Capteur
variable signal d'instrumentation 4-20mA usuels
mesurée

Équipements
usuels
Chp II-La mesure et les capteurs 6
industriels
I - La chaîne de mesure analogique

Procédé et variable mesurée : Environnement dans lequel évolue


la variable mesurée, occasionnellement appelée la mesurande.

Capteur : Élément primaire de mesure qui subit une modification


de ses caractéristiques intrinsèques.

Équipements
usuels

Procédé
et Conditionneur de Amplificateur T ransmetteur Équipements
Capteur
variable signal d'instrumentation 4-20mA usuels
mesurée

Équipements
Chp II-La mesure et les capteurs usuels 7
industriels
I - La chaîne de mesure analogique
Conditionneur de signal : Un ensemble de circuits qui délivre un signal
électrique proportionnel à la variation du capteur soumis à une
contrainte physique. Le conditionneur de signal comporte dans certains
cas des circuits d’amplification bas niveau, des circuits de linéarisation
ou de compensation thermique, ou des circuits de traitement du bruit.
Pour d’autres cas, nous retrouvons simplement un circuit en pont ou un
oscillateur.

Équipements
usuels

Procédé
et Conditionneur de Amplificateur T ransmetteur Équipements
Capteur
variable signal d'instrumentation 4-20mA usuels
mesurée

Équipements
Chp II-La mesure et les capteurs usuels 8
industriels
I - La chaîne de mesure analogique
Amplificateur d’instrumentation : Circuit d’amplification aussi
appelé amplificateur différentiel de signal. Ce circuit
électronique est utilisé pour amplifier des signaux qui sont
en mode différentiel, par exemple, un signal de ligne
balancée ou d’un pont de mesure. Un des principaux
avantages de cet amplificateur est qu’il possède un grand
taux de rejet du bruit.
Équipements
usuels

Procédé
et Conditionneur de Amplificateur T ransmetteur Équipements
Capteur
variable signal d'instrumentation 4-20mA usuels
mesurée

Équipements
Chp II-La mesure et les capteurs usuels 9
industriels
I - La chaîne de mesure analogique
Transmetteur 4-20mA : Dans la majorité des chaînes de mesures analogiques
implantées en milieu industriel, nous retrouvons un transmetteur de courant 4-
20mA. La fiabilité d’un tel dispositif en terme de détection rapide de rupture de
ligne, de transport sur une grande distance avec un faible taux de bruit sans perte
de signal et la précision du transfert de la grandeur mesurée en font l’une des
normes des plus reconnues. Par exemple, pour une gamme de mesure de 0C à
+50C, le transmetteur fournira un signal de 12mA pour une température mesurée
de +25C.

Équipements
usuels

Procédé
et Conditionneur de Amplificateur T ransmetteur Équipements
Capteur
variable signal d'instrumentation 4-20mA usuels
mesurée

Équipements
Chp II-La mesure et les capteurs usuels 10
industriels
I - La chaîne de mesure analogique
Équipements usuels : Beaucoup d’instruments de mesure et de contrôle de
procédé, commercialisés par les fabricants, possèdent une entrée
analogique 1-5V. À l’aide d’une résistance de 250Ω de précision, un
signal venant d’un transmetteur 4-20mA peut facilement être exploité
puisque le transfert de 4-20mA, dans une résistance de 250Ω, donne un
signal standardisé 1-5V. Les instruments usuels sont : l’enregistreur ;
l’afficheur ; le régulateur de procédé ;le système d’acquisition de
données ;
Équipements
usuels

Procédé
et Conditionneur de Amplificateur T ransmetteur Équipements
Capteur
variable signal d'instrumentation 4-20mA usuels
mesurée

Équipements
Chp II-La mesure et les capteurs usuels 11
industriels
I - La chaîne de mesure numérique

Les circuits de conversion de signal analogique à numérique (« A/D


converter ») et l’utilisation grandissante des micro-contrôleurs spécialisés,
ont facilité le traitement et la transmission numérique de signaux de
mesure. En effet, la chaîne de mesure numérique est constituée de circuits
permettant d’effectuer le traitement numérique de l’information
Équipements
usuels

Procédé Convertisseur
et Conditionneur de Équipements
Capteur analogique -
variable signal usuels
numérique
mesurée

Équipements
usuels
Chp II-La mesure et les capteurs 12
industriels
I - La chaîne de mesure numérique

Procédé et variable mesurée : Environnement dans lequel


évolue la variable mesurée, occasionnellement appelée la
mesurande.
Capteur : Élément primaire de mesure qui subit une
modification de ses caractéristiques intrinsèques.

Équipements
usuels

Procédé Convertisseur
et Conditionneur de Équipements
Capteur analogique -
variable signal usuels
numérique
mesurée

Équipements
usuels
Chp II-La mesure et les capteurs 13
industriels
I - La chaîne de mesure numérique
Conditionneur de signal : Circuit qui délivre un signal
électrique proportionnel à la variation du capteur soumis à
une contrainte physique. Dans ce cas, le conditionneur de
signal comporte beaucoup moins de circuits électroniques.
En effet, les opérations de linéarisation et de compensation
peuvent avantageusement être effectuées par le micro-
contrôleur.
Équipements
usuels

Procédé Convertisseur
et Conditionneur de Équipements
Capteur analogique -
variable signal usuels
numérique
mesurée

Équipements
usuels
Chp II-La mesure et les capteurs 14
industriels
I - La chaîne de mesure numérique

Convertisseur analogique à numérique : Circuit intégré avec ou sans


échantillonnage, permettant le transfert du signal électrique analogique en
code binaire pour une plage donnée. Dans certaines applications, le
convertisseur fait partie d’un ensemble intégré à base de micro-contrôleur.
Dans ce cas, nous retrouvons des fonctions complexes de filtre numérique du
signal d’entrée, de fonctions de transfert particulières ou de linéarisation. La
fréquence de l’échantillonnage (contrôlée de façon matérielle ou logicielle) doit
être beaucoup plus élevée que la fréquence du signal mesuré pour obtenir une
conversion optimale et pour une représentation numérique du signal valable.
Équipements
usuels

Procédé Convertisseur
et Conditionneur de Équipements
Capteur analogique -
variable signal usuels
numérique
mesurée

Équipements
usuels
Chp II-La mesure et les capteurs 15
industriels
I - La chaîne de mesure numérique
Équipements usuels : Circuit à base de microprocesseur
(micro-ordinateur, micro-contrôleur ou autre) pour le
traitement numérique du signal ou pour des fonctions
d’instrumentation :
transmission numérique ; afficheur numérique ou
enregistreur numérique ; système d’acquisition de données
et gestionnaire d’alarmes

Équipements
usuels

Procédé Convertisseur
et Conditionneur de Équipements
Capteur analogique -
variable signal usuels
numérique
mesurée

Équipements
usuels
Chp II-La mesure et les capteurs 16
industriels
I - La chaîne de mesure numérique

Exemples Chaîne de mesurage simple :


un thermocouple et un voltmètre.

où le mesurande est la température T, et la mesure est l’indication de la tension E.

Chp II-La mesure et les capteurs 17


industriels
I - La chaîne de mesure numérique

Exemples Chaîne de mesurage plus complète : un thermocouple, un circuit de


compensation de soudure froide, un circuit amplificateur et linéarisateur du
signal, un convertisseur tension-courant et un ampèremètre.

où le mesurande est la température T, les grandeurs intermédiaires sont les


tensions E1, E2, et E3 et la mesure est l’indication du courant I.

Chp II-La mesure et les capteurs 18


industriels
II - Capteurs et transmetteurs

Chp II-La mesure et les capteurs 19


industriels
II - Capteurs et transmetteurs

Définitions
Le transducteur: Ensemble d’éléments incluant un capteur
passif qui permet d’obtenir un signal électrique modifié par la
grandeur physique à mesurer. Généralement, pour une
variation de la résistivité du capteur, nous utiliserons un circuit
de résistances en pont; pour les variations du type magnétique
ou capacitif, nous utiliserons un pont d’impédances ou un
oscillateur.

Chp II-La mesure et les capteurs 20


industriels
II - Capteurs et transmetteurs

Définitions
Le transmetteur : Un ensemble d’éléments électroniques qui
conditionne, amplifie et transmet un signal électrique
normalisé en fonction de la variation que subit le capteur. En
principe, le signal de sortie est transmis sur une boucle de
courant normalisée 4-20mA correspondant linéairement à la
gamme de mesure reproduite.

Chp II-La mesure et les capteurs 21


industriels
II - Capteurs et transmetteurs

Définitions
Le convertisseur courant/pression : Ensemble hybride (électrique
et mécanique) qui permet de relier (interface) un signal électrique
4-20mA à un système pneumatique 3-15psi (20-100kPa ou 0.2 à 1
bar).

Chp II-La mesure et les capteurs 22


industriels
II - Capteurs et transmetteurs

Chp II-La mesure et les capteurs 23


industriels
Capteurs actifs
Fonctionnant en générateur, un capteur actif est généralement
fondé dans son principe sur un effet physique qui assure la
conversion en énergie électrique de la forme d'énergie propre à
la grandeur physique à prélever, énergie thermique, mécanique
ou de rayonnement.

Chp II-La mesure et les capteurs 24


industriels
Les effets physique les plus classiques sont :
Effet thermoélectrique : Un circuit formé de deux conducteurs de nature
chimique différente, dont les jonctions sont à des températures T1 et
T2, est le siège d'une force électromotrice d'origine thermique e(T1,T2).
Effet piézo-électrique : L'application d'une contrainte mécanique à
certains matériaux dits piézo-électriques (le quartz par exemple)
entraîne l'apparition d'une déformation et d'une même charge
électrique de signe différent sur les faces opposées.
Effet d'induction électromagnétique : La variation du flux d'induction
magnétique dans un circuit électrique induit une tension électrique
(détection de passage d'un objet métallique).
Effet photo-électrique : La libération de charges électriques dans la
matière sous l'influence d'un rayonnement lumineux ou plus
généralement d'une onde électromagnétique.
Effet Hall : Un champ magnétique B et un courant électrique I créent dans
le matériau une différence de potentiel UH .
Effet photovoltaïque :Des électrons et des trous sont libérés au voisinage
d'une jonction PN illuminée, leur déplacement modifie la tension à ses
bornes.

Chp II-La mesure et les capteurs 25


industriels
Capteurs à effet piézoélectrique

Une force appliquée à une lame de quartz


induit une déformation qui donne naissance
à une tension électrique.

Chp II-La mesure et les capteurs 26


industriels
Exemple : Capteur de force

La tension VS de sortie sera proportionnelle à la force F :


VS = k.(F+F) = 2k.F avec k constante.

Chp II-La mesure et les capteurs 27


industriels
Exemple : Capteur d'accélération
L'augmentation de vitesse V du véhicule donne une accélération
a qui induit une force F exercée par la masse sur le capteur.
On a donc : F = m.a mais uS = 2k.F
donc uS = 2k.m.a

Chp II-La mesure et les capteurs 28


industriels
Capteurs à Effet Hall
Un barreau de semi-conducteur soumis à un champ magnétique uniforme B et
traversé par un courant I, est le siège d'une force électromotrice UH sur
deux de ses faces.
La tension de Hall UH est définie par la relation ci-dessous :
avec : RH : constante de Hall ( dépend du semi-conducteur)
I : intensité de la source de courant (A)
B : intensité du champ magnétique (T)
e : épaisseur du barreau de silicium.
Si on maintient le courant I constant,
on a donc une tension UH proportionnelle
au champ magnétique B : UH = k.B
avec k constante égale à

Chp II-La mesure et les capteurs 29


industriels
Exemple : Capteur de champ magnétique
La structure typique d'un capteur de champ magnétique est la
suivante : La sensibilité de ce capteur pourra être ajustée en
agissant sur I et sur A.

Chp II-La mesure et les capteurs 30


industriels
Capteurs à Effet Photoélectrique

Un semi-conducteur est un matériau pauvre en porteurs de


charges électriques (isolant).
Lorsqu'un photon d'énergie suffisante excite un atome du
matériau, celui-ci libère plus facilement un électron qui
participera à la conduction.

Chp II-La mesure et les capteurs 31


industriels
Exemple : Les photorésitances
Une photorésistance est une résistance dont la valeur
varie en fonction du flux lumineux qu'elle reçoit.

Obscurité R0 = 20 M Ω( 0 lux )
Lumière naturelle R1 = 100 k Ω ( 500 lux )
Lumière intense R2 = 100 Ω ( 10000 lux ).
Utilisation : détection des changements obscurité-lumière ( éclairage public ).

Chp II-La mesure et les capteurs 32


industriels
Exemple : Les photodiodes
Une photodiode est une diode dont la jonction PN peut être soumise à un
éclairement lumineux.
Courbe : Le graphe I = f(U)
pour une photodiode
dépend de l'éclairement ( Lux )
de la jonction PN.

On constate que lorsque la diode est éclairée, elle peut se comporter en


générateur ( I = 0 A U= 0,7V pour 1000lux ).

Chp II-La mesure et les capteurs 33


industriels
II - Capteurs et transmetteurs

Chp II-La mesure et les capteurs 34


industriels
Capteurs à résistance variable par déformation

Ex : Capteurs potentiométriques de déplacement


Pour mesurer la position d'un objet, il suffit de le relier
mécaniquement au curseur C d'un potentiomètre On
applique une tension continue E entre les extrémités A et B
du potentiomètre.
La tension U en sortie aura l'expression suivante :

Chp II-La mesure et les capteurs 35


industriels
Chp II-La mesure et les capteurs 36
industriels
Exemple: Capteurs à jauges d'extensiométrie

Chp II-La mesure et les capteurs 37


industriels
Exemple: Capteurs à jauges d'extensiométrie

Chp II-La mesure et les capteurs 38


industriels
II - Capteurs et transmetteurs

Chp II-La mesure et les capteurs 39


industriels
II - Capteurs et transmetteurs

Chp II-La mesure et les capteurs 40


industriels
II - Capteurs et transmetteurs
Différents type de capteurs

Chp II-La mesure et les capteurs 41


industriels
II - Capteurs et transmetteurs
Différents type de capteurs

Chp II-La mesure et les capteurs 42


industriels
II - Capteurs et transmetteurs
Différents type de capteurs

Chp II-La mesure et les capteurs 43


industriels
II - Capteurs et transmetteurs
Différents type de capteurs

Chp II-La mesure et les capteurs 44


industriels
III- Généralités sur la mesure
1 - Définitions
La grandeur physique (X) : Paramètre qui doit ^être contrôle lors de
l'élaboration d'un produit ou de son transfert. Exemple : pression, niveau.
Le mesurage : C'est l'ensemble des opérations ayant pour but de déterminer
la valeur d'une grandeur physique.
La mesure (x) : C'est l'évaluation d'une grandeur par comparaison avec une
autre grandeur de même nature prise pour unité.
L'incertitude (dx) : Le résultat de la mesure (x) d'une grandeur (X) n'est pas
complètement defini par un seul nombre. Il faut au moins la caractériser par
un couple (x, dx) et une unité de mesure. dx est l'incertitude sur x.
- Ainsi, on a : x - dx < X < x + dx.
Erreur absolue (e) : C'est le résultat d'un mesurage moins la valeur vraie de
la grandeur physique. Une erreur absolue s'exprime dans l'unité de la
mesure. e = x - X.
Erreur relative (er) : C'est le rapport de l'erreur de mesure a la valeur vraie
de la grandeur physique. Une erreur relative s'exprime généralement en
pourcentage de la grandeur mesurée. er = e/X ;
Chp II-La mesure et les capteurs 45
industriels
III- Généralités sur la mesure
2- Modélisation des relations entre unités physiques

2.1 Présentation
On se propose de représenter de manière graphique les relations entre deux
unités physiques. Cette représentation s'applique aux relations :
- De type affine : Y = a * X + b ;
- De type racine : Y = k racine(x) ;
- De type puissance : Y = Xn.
2.2 Schématisation
Sur la même échelle, on représente de chaque cote, les valeurs des grandeurs
physiques qui sont liées. L'unité de chaque grandeur est précisée en bord
d'échelle. On precisera le type de relation sur la partie de l'échelle
correspondante.

Chp II-La mesure et les capteurs 46


industriels
III- Généralités sur la mesure
2- Modélisation des relations entre unités physiques

Chp II-La mesure et les capteurs 47


industriels
III- Généralités sur la mesure
2- Modélisation des relations entre unités physiques

Chp II-La mesure et les capteurs 48


industriels
III- Généralités sur la mesure
2- Modélisation des relations entre unités physiques

Chp II-La mesure et les capteurs 49


industriels
III- Généralités sur la mesure
2- Modélisation des relations entre unités physiques

Chp II-La mesure et les capteurs 50


industriels
IV - Les caractéristiques statiques des
des capteurs
La réponse statique est la réponse du capteur en régime permanent,
c’est à dire quand les grandeurs d’entrée (mesurande) et de sortie du
capteur (mesure) n’évoluent plus dans le temps (dérivée des
grandeurs d'entrée et de sortie nulles)

La réponse statique est déterminée pour l'étendue de mesure du


Capteur (zone nominale d'emploi)

Chp II-La mesure et les capteurs 51


industriels
A-La caractéristique de transfert ou d’entrée-sortie (courbe d’étalonnage) :

Elle donne la relation d’évolution de la grandeur de sortie en fonction de la


grandeur d’entrée. Elle est donnée classiquement par une courbe en régime
permanent.

Exemple : On représente la caractéristique de transfert d’un capteur de pression


Vs= S.P (S : sensibilité du capteur)

Chp II-La mesure et les capteurs 52


industriels
A-La caractéristique de transfert ou d’entrée-sortie (courbe d’étalonnage) :

Chp II-La mesure et les capteurs 53


industriels
A-La caractéristique de transfert ou d’entrée-sortie (courbe d’étalonnage) :

Chp II-La mesure et les capteurs 54


industriels
A-La caractéristique de transfert ou d’entrée-sortie (courbe d’étalonnage) :

Chp II-La mesure et les capteurs 55


industriels
B-Étendue d’échelle

L’échelle de mesure est donnée par la limite inférieure de


mesure et la limite supérieure de mesure de l’instrument.

L’étendue d’échelle (EE) est la différence algébrique entre les


valeurs extrêmes du mesurande qui peuvent être appliquées à
l’instrument, et pour laquelle les caractéristiques métrologiques
sont garanties.

Exemple d’étendue d’échelle


Débitmètre : échelle de 1 m3·h–1 à 10 m3·h–1. EE = 9 m3·h–1.
Sonde de température : échelle de – 100 °C à 300 °C. EE = 400 °C.
Transmetteur de pression différentielle : échelle de – 20 hPa à 40 hPa.
EE = 60 hPa.

Chp II-La mesure et les capteurs 56


industriels
C- Étendue de mesure

L’étendue de mesure (EM) est la différence algébrique entre les


valeurs limites réglées par l’instrumentiste du mesurande qui
peuvent être appliquées à l’instrument, et pour laquelle les
caractéristiques métrologiques sont garanties.

Exemple d’étendue de mesure


.
Débitmètre réglé de 1 m3·h–1 à 5 m3·h–1. EM = 4 m3·h–1.
Sonde de température réglée de – 50 °C à 0 °C. EM = 50 °C.
Transmetteur de pression différentielle réglé de – 20 hPa à 20 hPa. EM= 40hPa.

Chp II-La mesure et les capteurs 57


industriels
Étendue de mesure

Chp II-La mesure et les capteurs 58


industriels
D-La sensibilité:
cette caractéristique traduit le rapport entre la variation du signal de sortie
et la variation du signal d’entrée pour une plage d’utilisation donnée. Dans
le cas d’un capteur linéaire, la sensibilité du capteur est constante :

Exemples
mesure de débit : 1mA/Litre/sec ;
mesure de vitesse : 12pas/sec.

la sensibilité est alors sans dimension et peut être appelée gain. Il s'exprime
généralement en dB. gain(dB) = 20 log(s)

Chp II-La mesure et les capteurs 59


industriels
D- La sensibilité:

Chp II-La mesure et les capteurs 60


industriels
D- La sensibilité:

Chp II-La mesure et les capteurs 61


industriels
E- La résolution:

Elle correspond à la plus petite variation du mesurande que


le capteur est susceptible de déceler avec précision.

Chp II-La mesure et les capteurs 62


industriels
F- La linéarité:

L'erreur de linéarité spécifie le plus grand écart entre la


courbe d'étalonnage et une ligne droite appelée «
meilleure droite ». L'écart de linéarité s'exprime en % de
l'étendue de mesure comme l'erreur systématique.

Chp II-La mesure et les capteurs 63


industriels
G- Zéro de mesure
Le zéro de mesure est la valeur prise comme origine de
l’information délivrée par l’instrument. Le zéro des
transmetteurs industriels actuels est réglable par configuration.
Le décalage de zéro est dit positif si la valeur de l’étendue de
mesure est supérieure à la valeur maximale.
Le décalage de zéro est dit négatif si la valeur de l’étendue de
mesure est inférieure à la valeur maximale.

Chp II-La mesure et les capteurs 64


industriels
Exemple de Zéro de mesure
Caractéristiques obtenues par deux réglages d’un transmetteur de
température d’échelle – 100 °C à 300 °C délivrant un signal de mesure
normalisé 4-20 mA proportionnel à la température.
Valeur maximale mesurable = 80 °C
Valeur minimale mesurable = 20 °C
Etendue de mesure = 60 °C
Valeur du zéro = 20 °C
Décalage négatif car :
EM (60 °C) < valeur maximale (80 ° C)

Valeur maximale mesurable = 80 °C


Valeur minimale mesurable = 20 °C
Etendue de mesure = 100 °C
Valeur du zéro = 20 °C
Décalage positif car :
EM (100 °C) > valeur maximale (80 °C)

Chp II-La mesure et les capteurs 65


industriels
H - La rangeabilité :
La rangeabilité R d’un instrument s’exprime comme le quotient de
l’étendue de mesure maximale réglable par l’étendue de mesure
minimale réglable. Cette définition implique que le réglage
d’étendue soit prévu par le fabricant.

Chp II-La mesure et les capteurs 66


industriels
Elle se note sous la forme R : 1, et elle chiffre la capacité de réglage de
l’instrument.
Une rangeabilité de 3 : 1 est médiocre, car il est classique d’avoir des
rangeabilités entre 10 : 1 et 20 : 1.
Certains transmetteurs numériques ont souvent des rangeabilités supérieures
à 50 : 1, voire à 100 : 1, gage d’une très grande souplesse d’adaptabilité
au problème de mesure.

Exemple
La notice d’un transmetteur de niveau annonce un réglage d’une étendue
de mesure de 0,6 m à 30 m.
La rangeabilité est R = 30/0,6 = 50 et elle est notée 50 : 1. Ce qui
correspond à une excellente capacité de réglage.

Chp II-La mesure et les capteurs 67


industriels
I - L’hystérésis:

Certains capteurs ne retournent pas la même valeur de sortie, pour une


même valeur du mesurande, selon la façon où cette valeur est obtenue (cycle
croissant ou décroissant). L'hystérésis est la différence maximale entre ces
deux valeurs de sortie.
Unité : Unité du mesurande ou % de l'E.M.

Chp II-La mesure et les capteurs 68


industriels
K -La finesse :

C’est la qualité d’un capteur à ne pas venir modifier par sa


présence la grandeur à mesurer. Cela permet d’évaluer
l’influence du capteur sur la mesure. On la définit non
seulement vis à vis du capteur mais aussi vis à vis de
l’environnement d’utilisation du capteur.

Exemple : Pour un capteur d’induction B, un capteur à forte perméabilité


sera très sensible, par contre sa présence aura tendance à perturber les lignes
de champ et la mesure de l’induction ne sera pas celle sans capteur

Chp II-La mesure et les capteurs 69


industriels
L-Rapidité, temps de réponse:
C'est l'aptitude d'un instrument a suivre les variations de la
grandeur a mesurer. Il représente le temps qu’il faut au capteur
pour que sa sortie soit à moins d’un certain écart en pourcentage
de la valeur finale, lorsque le mesurande (l’entrée) est soumis à
une variation brusque de type échelon.

Chp II-La mesure et les capteurs 70


industriels
Chp II-La mesure et les capteurs 71
industriels
Chp II-La mesure et les capteurs 72
industriels
M-Précision :

Précision : Elle définie l’écart en % que l’on peut obtenir entre la valeur
réelle et la valeur obtenue en sortie du capteur. Ainsi un capteur précis
aura à la fois une bonne fidélité et une bonne justesse.
Justesse : C’est l’aptitude d’un capteur à délivrer une réponse proche de
la valeur vraie et ceci indépendamment de la notion de fidélité. Elle est
liée à la valeur moyenne obtenue sur un grand nombre de mesures par
rapport à la valeur réelle.

Fidélité : Elle définie la qualité d’un capteur à délivrer une mesure


répétitive sans erreurs. L’erreur de fidélité correspond à l’écart type
obtenu sur une série de mesures correspondant à un mesurande constant.

Chp II-La mesure et les capteurs 73


industriels
Précision :

• Calibre
Le calibre d’un instrument est la valeur de la grandeur à mesurer qui correspond
à la limite supérieure de l’étendue de mesure. Pour une configuration donnée
d’un voltmètre la limite supérieure indiquée est de 10 V : son calibre est alors de
10 V.
• Classe d’exactitude ou classe de précision
Un instrument de mesure est caractérisé au moyen d’un nombre, appelé indice de
classe d’exactitude. Celui-ci représente la limite supérieure de l’erreur absolue
intrinsèque exprimée en centièmes de la plus grande indication que peut donner
l’instrument.
À partir de la valeur de la classe Cl, pour le calibre Ca d’un instrument, la valeur
absolue de l’erreur maximale εmaxi que l’on peut commettre en effectuant un
mesurage est :

Chp II-La mesure et les capteurs 74


industriels
V - Les types d'erreurs classiques
A-L'erreur de zéro (offset):

Chp II-La mesure et les capteurs 75


industriels
V - Les types d'erreurs classiques
B-L'erreur d'echelle (gain)

Chp II-La mesure et les capteurs 76


industriels
V - Les types d'erreurs classiques
C- L'erreur de linéarité

Chp II-La mesure et les capteurs 77


industriels
V - Les types d'erreurs classiques

D-L'erreur due au phénomène d'hystéresis


La réversibilité caractérise l'aptitude d'un capteur à fournir la même indication
lorsqu'on atteint une même valeur de la grandeur mesurée par variation croissante
continue ou par variation décroissante continue du mesurande.

Chp II-La mesure et les capteurs 78


industriels
V - Les types d'erreurs classiques

D-L'erreur due au phénomène d'hystéresis

Chp II-La mesure et les capteurs 79


industriels
V - Les types d'erreurs classiques

E- L'erreur de mobilité

La caractéristique est en escalier. Cette erreur est souvent due a une


numérisation du signal

Chp II-La mesure et les capteurs 80


industriels
VI - Les caractéristiques dynamiques des Capteurs

La caractéristique dynamique est la réponse temporelle de la


sortie (la mesure) par rapport à une variation de l’entrée (le
mesurande). Elle permet d’apprecier si un capteur est rapide
ou lent.

Chp II-La mesure et les capteurs 81


industriels
VI - Les caractéristiques dynamiques des Capteurs

Chp II-La mesure et les capteurs 82


industriels
VI - Les caractéristiques dynamiques des Capteurs

Chp II-La mesure et les capteurs 83


industriels
VI - Les caractéristiques dynamiques des Capteurs

Chp II-La mesure et les capteurs 84


industriels
VI - Les caractéristiques dynamiques des Capteurs

Chp II-La mesure et les capteurs 85


industriels
VI - Les caractéristiques dynamiques des Capteurs

Chp II-La mesure et les capteurs 86


industriels
VI - Les caractéristiques dynamiques des Capteurs

Chp II-La mesure et les capteurs 87


industriels
VI - Les caractéristiques dynamiques des Capteurs

Chp II-La mesure et les capteurs 88


industriels
VI - Les caractéristiques dynamiques des Capteurs

Chp II-La mesure et les capteurs 89


industriels
VI - Les caractéristiques dynamiques des Capteurs

Chp II-La mesure et les capteurs 90


industriels
VI - Les caractéristiques dynamiques des Capteurs
Exemple: Réponse du 1er ordre

Chp II-La mesure et les capteurs 91


industriels
VI - Les caractéristiques dynamiques des Capteurs
Exemple: Réponse du 1er ordre à un échelon

Chp II-La mesure et les capteurs 92


industriels
VI - Les caractéristiques dynamiques des Capteurs
Exemple: Réponse du 1er ordre à un échelon

Chp II-La mesure et les capteurs 93


industriels
VI - Les caractéristiques dynamiques des Capteurs
Exemple: Réponse du 1er ordre à un échelon

Chp II-La mesure et les capteurs 94


industriels
VI - Les caractéristiques dynamiques des Capteurs
Exemple: Réponse du 1er ordre à une rampe

Chp II-La mesure et les capteurs 95


industriels
VI - Les caractéristiques dynamiques des Capteurs
Exemple: Réponse du 1er ordre à une rampe

Chp II-La mesure et les capteurs 96


industriels
VI - Les caractéristiques dynamiques des Capteurs
Exemple: Réponse fréquentielle du 1er ordre

Chp II-La mesure et les capteurs 97


industriels
VI - Les caractéristiques dynamiques des Capteurs
Exemple: Réponse fréquentielle du 1er ordre

Chp II-La mesure et les capteurs 98


industriels
VI - Les caractéristiques dynamiques des Capteurs
Exemple: Réponse fréquentielle du 1er ordre

Chp II-La mesure et les capteurs 99


industriels
VI - Les caractéristiques dynamiques des Capteurs
Exemple: Réponse fréquentielle du 1er ordre

Chp II-La mesure et les capteurs 100


industriels
VI - Les caractéristiques dynamiques des Capteurs
Exemple: Réponse du 2ème ordre

Chp II-La mesure et les capteurs 101


industriels
VI - Les caractéristiques dynamiques des Capteurs
Exemple: Réponse du 2ème ordre

Chp II-La mesure et les capteurs 102


industriels
VI - Les caractéristiques dynamiques des Capteurs
Exemple: Réponse du 2ème ordre

Chp II-La mesure et les capteurs 103


industriels
VI - Les caractéristiques dynamiques des Capteurs
Exemple: Réponse du 2ème ordre

Chp II-La mesure et les capteurs 104


industriels
VI - Les caractéristiques dynamiques des Capteurs
Exemple: Réponse du 2ème ordre

Chp II-La mesure et les capteurs 105


industriels
VI - Les caractéristiques dynamiques des Capteurs
Exemple: Réponse du 2ème ordre

Chp II-La mesure et les capteurs 106


industriels
Exercice 1

Chp II-La mesure et les capteurs 107


industriels
Exercice 2

On dispose d'un capteur non linéaire de températures dans la gamme 0-


300°C, de sensibilité moyenne +0,85 mV/°C de 0 à 80 °C, +0,79 mV/°C
de 80 à 180°C, +0,70 mV/°C de 180 à 300°C. Ce capteur fournit une
tension de 520 mV à 0°C.
Quelle est son indication à 300 °C ?

Le capteur précédent n'est pas strictement réversible (hystérésis). Les


sensibilités lors de la descente en température sont 0,69 mV/°C de 300 à
180°C, 0,77 mV/°C de 180 à 80 °C, et 0,83 mV/°C de 80 à 0°C.
Calculer le défaut de réversibilité exprimé en degrés Celsius au voisinage de
0°C ?

Chp II-La mesure et les capteurs 108


industriels
Exercice 3 :

Un capteur mesure une grandeur physique G homogène à un


temps. La grandeur de sortie est is compris entre 4mA et 20mA. Le lien
entre ces deux grandeurs est :
is = 6 * 10-5.t2 + 3 * 10-2.t + 3,6 * 10-3 avec is en A et t en seconde.

1. Dans cette expression, quel est le mesurande ?


2. Quelle est l’expression de la sensibilité s ?
3. Quelles sont la valeur maximum tM et la valeur minimum tm de t
accessible par la mesure avec ce capteur ?
4. Quelle est l’expression de l’erreur de linéarité e(t) ?
5. Pour quelle valeur de t1 la sensibilité est-elle maximale ? Quelle est sa
valeur sM en μA/ms ?

Chp II-La mesure et les capteurs 109


industriels
Exercice 3

Chp II-La mesure et les capteurs 110


industriels
Exercice 3

Chp II-La mesure et les capteurs 111


industriels
Exercice 4

Chp II-La mesure et les capteurs 112


industriels
Exercice 5

Chp II-La mesure et les capteurs 113


industriels
Exercice 6

Chp II-La mesure et les capteurs 114


industriels
Exercice 7

Chp II-La mesure et les capteurs 115


industriels
Chp II-La mesure et les capteurs 116
industriels
Exercice 8 :

Un transmetteur de pression relative est de classe d’exactitude Cl = 0,5.


Le signal de mesure est un courant normalisé de 4 à 20 mA.
L’étendue de mesure du transmetteur est réglable de 0 à 50 hPa jusqu’à 0 à
700 hPa avec un décalage de zéro DZ réglable de 0 à 100 hPA.
On désire EM = 300 hPA et DZ = 80 hPA.

1. Tracer la caractéristique statique en indiquant EM et DZ.


2. Le décalage DZ est-il positif ou négatif ?
3. Déterminer la rangeabilité R de ce transmetteur.
4. Quelle est la sensibilité Se réglée sur ce transmetteur ?
5. Déterminer l’erreur maximale εmaxi.
6. Déterminer l’erreur relatif maximale εmaxi pour une pression P = 190 hPA
7. Déterminer la pression si I=12 mA
8. Déterminer l`intensité I si P=200 hPA

Chp II-La mesure et les capteurs 117


industriels
Exercice 9 :

Chp II-La mesure et les capteurs 118


industriels
Exercice 10 :

Chp II-La mesure et les capteurs 119


industriels
Chp II-La mesure et les capteurs 120
industriels
Exercice 11 :

Chp II-La mesure et les capteurs 121


industriels
Exercice 12 :

Chp II-La mesure et les capteurs 122


industriels
Exercice 13 : Réponse indicielle
Ci-après on donne la réponse indicielle d'un capteur de débit.

a) Repérer sur la courbe l'évolution de l'indication du capteur.


b) Donnez le temps de réponse á ± 5 % du capteur.
c) Même question pour un temps de réponse á ± 20 %.
d) Sur le même graphe, tracez l'évolution de l'erreur en fonction du temps.
Chp II-La mesure et les capteurs 123
industriels
Exercice 14 : Exercices

Chp II-La mesure et les capteurs 124


industriels
Exercices
Exercice 15 : réponse d’une sonde de température Pt100

Chp II-La mesure et les capteurs 125


industriels
Exercices

Chp II-La mesure et les capteurs 126


industriels
EXERCICE 1: Étalonnage indirect Régression linéaire

Chp II-La mesure et les capteurs 127


industriels
EXERCICE2 : Erreur de finesse d'un oscilloscope

Chp II-La mesure et les capteurs 128


industriels
EXERCICE 3 : Capteur du second ordre

Chp II-La mesure et les capteurs 129


industriels