Vous êtes sur la page 1sur 14

Chapitre 

IV : DIAGRAMMES D’EQUILIBRES DES ALLIAGES BINAIRES      

CHAPITRE : IV

DIAGRAMME D’EQUILIBRE DES ALLIAGES BINAIRES

I- INTRODUCTION:
A part quelques cas particuliers, les métaux sont rarement utilisés à l’état pur. En effet,
l’utilisation de ces métaux est généralement faites sous forme d’alliages métalliques. Ces
alliages peuvent comporter un ou plusieurs éléments, alliés à un autre dit de base. L’objectif
de ce chapitre est l’étude de l’état d’équilibre thermodynamique des alliages binaires
(deux éléments) et ce, par l’étude de leurs microstructures.

II- DEFINITION D’UN ALLIAGE METALLIQUE :


Les alliages métalliques sont des systèmes mono ou polyphasés formés de n éléments (n≥2)
qui peuvent êtres métalliques ou non métalliques.
Dans nôtre étude ces alliages sont considérés comme des systèmes physiques et peuvent être
décrits par la relation de GIBSS donnant la relation entre la variance V (degrés de liberté du
système), le nombre de constituant de l’alliage C et le nombre de phases ф.

V=C+1-ф (Relation de GIBSS)

Dans le cas où C=2 (alliages binaires) la relation de GIBSS s’écrit alors :


(Relation de GIBSS
V=3-ф alliages binaires).

III- DIAGRAMMES D’EQUILIBRES DE PHASES :

III-1- Définition :
Le diagramme d’équilibre de phases est un tracé limitant les domaines de stabilités des phases
présentes est ce, en considérant la pression constante, en fonction de la concentration (en
abscisse) et de la température (en ordonnée).
On peut avoir, et ce en fonction du nombre de constituants :
o Diagrammes binaires : équilibre de deux éléments.
o Diagrammes ternaires : équilibre de trois éléments.
o Diagrammes quaternaires : équilibre de quatre éléments.

- 32 -
JEDIDI.J  & HADJ BRAHIM. F                                                                                          AU : 2006/2007
Chapitre IV : DIAGRAMMES D’EQUILIBRES DES ALLIAGES BINAIRES      

Dans nôtre chapitre, on s’intéressera aux diagrammes binaires.

III-2- Notion de concentration atomique et concentration massique :


Désignons par AxBy la formule de composition d’un alliage. « x » et « y » désignent les
coefficients stoechiométriques et ils sont calculés de la manière suivante :

• mA et mB : désignent respectivement les masses des


x= mA /MA .N éléments A et B.
y= mB /MB .N • MA MB : les masses molaires de A et B
• N =6,02 1023 (le nombre d’AVOGADRO)

¾ On désigne par concentration massique de l’élément B en pourcent, Cm (%B), le


rapport
Cm= (mB/mA+mB)* 100
¾ On désigne par concentration atomique de l’élément B en pourcent, Ca (%B), le rapport
Ca= (y/x+y)*100
De ces relations, on peut écrire la relation qui lie les concentrations massiques et atomiques :

Cm (%B)= 100 Ca (%B)/ ((100-Ca) MA/MB + Ca)

Dans un diagramme binaire, la concentration (axe des abscisses) de l’élément B dans l’alliage
A-B est donnée généralement en deux échelles correspondant à Ca et Cm.

III-3-Les phases :

Une phase est une partie d’un matériau physiquement distinct et mécaniquement séparable,
ayant une composition chimique et une structure propre (liquide, gaz ou solide).
La phase la plus intéressante pour nous est la phase solide. Une phase solide peut être soit une
solution solide soit un composé définit.

Phase β
Phase α

III-3-1- Les solutions solides :

La caractéristique essentielle de ces phases est la nature métallique des liaisons leur donnant
les propriétés caractéristiques du métal.

- 33 -
JEDIDI.J  & HADJ BRAHIM. F                                                                                          AU : 2006/2007
Chapitre IV : DIAGRAMMES D’EQUILIBRES DES ALLIAGES BINAIRES      

III-3-1-1- Solutions solides primaires et solutions solides intermédiaires :

Solution solide α Solution solide β


primaire de B dans A Solution intermédiaire γ primaire de B dans A

Limite de Limite de
solubilité de solubilité de
B dans A. A dans B.

A B
(100%) (100%)
m (%) Croissant de B

Un élément B peut entrer en solution à l’état solide dans un métal A, formant ainsi une phase
chimiquement homogène appelée « solution solide ». La solubilité de B dans A peut être
totale ou partielle. Dans ce dernier cas, on peut mesurer la solubilité limite (saturation en B
exprimée en % masse) en fonction de la température.
Le schéma ci dessus est tracé pour une température donnée, mettant en évidence les
différentes phases présente ainsi que les limites de solubilités ; Les structures cristallines des
phases α et β sont respectivement ceux de A et de B par contre γ à une structure cristalline
différente de ces dernier.

III-3-1-2- Solution solide d’insertion et solution solide de substitution :

Solution solide

Solution solide Solution solide de


d’insertion substitution

Atome A

Atome étranger
Atome « B » en position
substituant un autre
interstitielle

Solution solide d’insertion :


Lorsque le rayon atomique de l’élément B est relativement faible par rapport à celui de A, il
peut occuper les sites interstitiels (vides entre atomes dans le réseau).
On distingue deux types de sites, à savoir :

- 34 -
JEDIDI.J  & HADJ BRAHIM. F                                                                                          AU : 2006/2007
Chapitre IV : DIAGRAMMES D’EQUILIBRES DES ALLIAGES BINAIRES      

Sites octaédriques Sites tétraédriques


Structure CC

Nombre de sites : 6 Nombre de sites : 8


Structure CFC

Nombre de sites : 4 Nombre de sites : 12

Exemple de solutions :
o Ferrite : solution solide d’insertion du carbone dans le fer alpha Fe α de structure CC.
o Austénite : solution solide d’insertion du carbone dans le fer gamma Feγ de structure
CFC.

Exercice :
Si tous les sites octaédriques étaient occupés, quelle serait la solubilité théorique maximale du
carbone dans le Fe γ ?
La solubilité du carbone est en fait 2% (masse carbone), comparer ce pourcentage avec celui
que vous avez calculé. Que constater vous ? Expliquer.
On donne MFe=56g/mol ; MC=12g/mol ; paramètre de maille de la structure du Fe γ :
a= 0.36nm.

III-2- Les composés définis :

Le domaine d’existence de ces phases étant compris entre deux valeurs limites dépendant de
la température. Ces composés ne sont, en général stables que sur un étroit domaine
correspondant à une stoechiométrie AmBn.

- 35 -
JEDIDI.J  & HADJ BRAHIM. F                                                                                          AU : 2006/2007
Chapitre IV : DIAGRAMMES D’EQUILIBRES DES ALLIAGES BINAIRES      

III-4- EXEMPLE D’UN DIAGRAMME DE PHASES :

T °C T °C
Liquide l

α' β'
γ

α β

A B
AmBn
Questions :
• Quelle est la différence entre α et α’ ; même question pour β et β’
• Indiquer les domaines mono, bi et triphasé.
• Que représente la ligne verticale ?

Remarque : les lignes noircies sur ce diagramme représente le liquidus (ligne au dessus de
laquelle on a liquide) et le solidus (ligne au dessous de laquelle on une phase solide).

III-5- REGLES D’INTERPRETATION ET DE LECTURE DES DIAGRAMMES :

III-5-1- Domaines monophasés :

La variance V étant V=2 ; Les paramètres T et X peuvent varier librement dans les limites du
domaine sans changer la nature de la phase.

III-5-2- Domaines biphasés :

La variance est V=1.


A une température T donnée et à une concentration X (% B) dans l’alliage, le problème peut
être schématisé de la manière suivante :

- 36 -
JEDIDI.J  & HADJ BRAHIM. F                                                                                          AU : 2006/2007
Chapitre IV : DIAGRAMMES D’EQUILIBRES DES ALLIAGES BINAIRES      

Phase ф1 Phase ф2

Question 1 : quelle est la Question2 : quelle la composition


proportion (fraction massique) en B de la phase ф1
de ф1 dans l’ensemble de
l’alliage ?

Réponse Réponse

Règle des segments inverses Règle de l’horizontale

ф1

T M N P

Ф2

A B
x1 X x2 ф1

A une température T, l’alliage T M N P


particulier dont la teneur en masse%B est
X (point N) est caractérisé par une
Ф2
fraction massique y1 et y2 de ф1 et ф2 tel
que :
•y1 = NP/MP =(x2-X) / (x2-x1). A B
•y2 =MN/MP =(X-x1) / (x2-x1). x1 X x2

A une température T tous les


alliages de composition X (masse B) tel
que x1<X<x2 sont constitués de deux
phases ф1 et ф2.
•ф1 de composition x1 en B et (100-x1)
en A.
•Ф2 de composition x2 en B et (100-x2)
en A.

- 37 -
JEDIDI.J  & HADJ BRAHIM. F                                                                                          AU : 2006/2007
Chapitre IV : DIAGRAMMES D’EQUILIBRES DES ALLIAGES BINAIRES      

Exercice :
Soit m1, m2 et m les masses respectives des phases ф1, ф2 et l’alliage.
Etablir la règle des segments inverse.
On rappelle que : m1 *x1 + m2 *x2 = m *X

III-5-3- Domaines triphasés :

La variance est V=0 ; Trois phases de composition donnée sont en équilibre à une température
T. On parle alors d’un équilibre isotherme entre trois phases ф1, ф2 et ф3.
ф2 (x2) ф3 (x3) +ф1 (x1)

Il existe trois réactions isothermes principales que l’on peut rencontrer dans les diagrammes
de phases :

Réaction eutectique/eutectoîde Réaction monotectique/monotectoîde Réaction péritectique/péritectoîde


Ф
Ф2
Ф2 Ф3 + Ф1
Ф2+ Ф1
Ф1 Ф2+ Ф3 Ф3 Ф1 Ф3
Ф1

Ф1+ Ф3 Ф3
Ф1+ Ф3
Ф2

Transformation eutectique : Transformation monotectique : Transformation péritectique :


Ф1 solide Ф1 solide Ф1 solide
Ф2 liquide Ф2 liquide Ф2 solide
Ф3 solide Ф3 liquide Ф3 liquide
Transformation eutectoîde : Transformation monotectoîde : Transformation péritectoîde :
Ф1 solide Ф1 solide Ф1 solide
Ф2 solide Ф2 solide Ф2 solide
Ф3 solide Ф3 solide Ф3 solide

Remarque : la terminaison « ique » indique que la phase est liquide (eutectique) ; et « oîde »
indique que la phase est solide (eutectoîde).

III-6- TYPES DE DIAGRAMMES D’EQUILIBRE BINAIRE:


Selon que la miscibilité est totale, partielle ou impossible, on trouve trois types de
diagrammes de phases dont on donne l’allure ci dessous :

- 38 -
JEDIDI.J  & HADJ BRAHIM. F                                                                                          AU : 2006/2007
Chapitre IV : DIAGRAMMES D’EQUILIBRES DES ALLIAGES BINAIRES      

Types de diagrammes binaires

A B A B A B
• Diagramme à miscibilité • Diagramme à miscibilité • Diagramme non miscible à l’état
totale à l’état solide. partielle à l’état solide. solide.

III-6-1- Diagramme à miscibilité totale à l’état solide :

III-6-1-1- Règle de miscibilité :

En général, pour que deux éléments A et B puissent être entièrement miscible à l’état solide,
quatre conditions doivent être remplies :
•Les diamètres atomiques des éléments A et B ne doit pas différer de plus de 15%.
•Les deux éléments doivent avoir la même structure cristalline.
•Les valences des deux éléments doivent être semblables.
•L’electronégativité de A et B doivent être semblable.

III-6-1-2- Etude de refroidissement d’un alliage : (diagramme cuivre- nickel)

- 39 -
JEDIDI.J  & HADJ BRAHIM. F                                                                                          AU : 2006/2007
Chapitre IV : DIAGRAMMES D’EQUILIBRES DES ALLIAGES BINAIRES      


T>T1 T=T1-ε T2<T<T1 T=T2+ ε •TT<T2
Température décroissante
>
T1 : L’alliage est à l’état liquide de composition homogène X.
•T=T1 : Début de solidification ; les premières cristaux de la phase solides apparaissent
pour T=T1-ε.
•T2<T<T1 : La fraction massique de la phase solide augmente au détriment de celle du
liquide ; cette fraction peut être calculée par la règle des segments inverse et la
composition en B des deux phases et déterminée par la règle de l’horizontale.
•T=T2 : C’est la fin de solidification, l’alliage est entièrement solide. Les dernières
gouttes de liquide commence à disparaître pour T=T2+ ε.
•T<T2 : L’alliage est entièrement solution solide de composition homogène X.

III-6-1-3- Construction d’un diagramme binaire à miscibilité totale à l’état solide :

D’une manière générale, la construction expérimentale d’un diagramme est faite après une
analyse thermique et construction des courbes de refroidissement T=f (t). En effet, un métal
qui refroidit sans transformation suit une loi de refroidissement régulière de type
exponentielle. L’apparition d’une nouvelle phase se traduit par un changement de dérivabilité
(à cause d’un dégagement de chaleur). Les réaction isotherme (solidification, transformation
allotropique, eutectique,..) se traduisent par un palier. Voir figure ci dessous :

- 40 -
JEDIDI.J  & HADJ BRAHIM. F                                                                                          AU : 2006/2007
Chapitre IV : DIAGRAMMES D’EQUILIBRES DES ALLIAGES BINAIRES      

III-6-2- Diagrammes binaires à miscibilité partielle à l’état solide :

III-6-2-1- Exemple de diagramme :

Questions :
1. Que représentent α et β ?
2. Déterminer la solubilité de Sn dans Pb à T=150°C.
3. Déterminer la solubilité de Pb dans Sn à la même température.
4. Pour T= 100°C et m (%de B) = 40, déterminer les fraction massiques des phases
α et β ainsi que leurs composition en B.

III-6-2-2- Etude de refroidissement des alliages :

Alliages tels que 0<X<X1 :

T0

T1

E
T2

Pb Sn
X X1 XE

•T>T0 : L’alliage est à l’état liquide de composition homogène X ;


•T=T0 : Début de solidification, les premiers germes solides (cristaux) apparaissent ;
(Question : quelle est la composition de ces cristaux ?)
•T1<T<T0 : La fraction massique de la phase solide augmente au détriment de celle du
liquide.
•Ces fractions peuvent être calculées par la règle des segments inverses et leurs
compositions sont déterminées par la règle de l’horizontale.

- 41 -
JEDIDI.J  & HADJ BRAHIM. F                                                                                          AU : 2006/2007
Chapitre IV : DIAGRAMMES D’EQUILIBRES DES ALLIAGES BINAIRES      

•T=T1 :C’est la fin de solidification, les dernières gouttes disparaissent.


(Question : quelle est la composition de ces gouttes ?)
Remarque : L’intervalle de température T0 _ T1 s’appelle intervalle de solidification.
•T2<T<T1 : L’alliage est à l’état de solution solide homogène de composition X.
•T=T2 : X représente la limite de solubilité de Sn dans pb.
•T<T2 : L’excès de B (saturation) donne naissance à une deuxième phase solide β .

Alliage tel que X=X (E) :

TE
E

Pb Sn
X1 XE X2

•T>TE : L’alliage est à l’état liquide de composition homogène XE.


• T=TE : C’est la réaction Eutectique, liquide eutectique (XE) Æ α (X1) + β (X1).
•T<TE : Présence de deux phases solides α et β dont les fractions et les compositions
sont déterminées par les règles des segment inverses et l’horizontale. La structure
obtenue pour α et β est soit lamellaire soit globulaire (voir schéma).

• Microstructure lamellaire • Microstructure globulaire

Alliages tels que X1<X<XE


(Alliages hypo eutectiques)

T0

TE S1 S2

R E

Pb Sn
X1 XE X2

- 42 -
JEDIDI.J  & HADJ BRAHIM. F                                                                                          AU : 2006/2007
Chapitre IV : DIAGRAMMES D’EQUILIBRES DES ALLIAGES BINAIRES      

• T>T0 : L’alliage est à l’état liquide de composition homogène X.


• T=T0 : C’est le début de la solidification. Les premiers germes solides apparaissent
• TE<T<T0 : La fraction massique de la phase solide α (dite proeutectique), augmente au
détriment de la phase liquide.
• T= TE+ε : L’alliage est biphasé et on a présence du liquide, dit eutectique, et de la phase α «
proeutectique ».
• T=TE : L’alliage est triphasé, α « proeutectique » ne subit aucune transformation. seul le
liquide eutectique subit la transformation :
Liquide eutectique (lE) Æ α (eutectique) (X1) + β (X2)
• T=TE-ε : L’alliage est biphasé et on a la microstructure ci dessous :

α eutectique

β α proeutectique

Questions :
Pour l’exemple du diagramme Pb_ Sn, soit 100Kg d’alliage à m=40.
1. Calculer les fractions massiques des phases présentes pour T=184°C ; En déduire leurs
masses.
2. Pour T=150°C, déterminer les fractions massiques des phases présentes ; déterminer la
masse de α eutectique (solution solide de Sn dans Pb).

III-6-2-3- Construction d’un diagramme binaire à miscibilité partielle à l’état solide :

- 43 -
JEDIDI.J  & HADJ BRAHIM. F                                                                                          AU : 2006/2007
Chapitre IV : DIAGRAMMES D’EQUILIBRES DES ALLIAGES BINAIRES      

Test d’évaluation

1. Définir un diagramme de phase.


2. Qu’appelle t on concentration atomique ? Concentration massique ?
3. Ecrire la relation liant ces concentrations.
4. Que définit la variance V ? Ecrire l’équation de GIBBS pour un système binaire.
5. Qu’appelle t on phase ?
6. Qu’appelle t on composé défini ? Donner un exemple.
7. Qu’appelle t on solution solide ? Dire combien de types de solutions peut on
avoir ? Expliquer.
8. Qu’appelle t on transformation allotropique ?
9. Schématiser les types de diagrammes binaires qu’on peut avoir.
10. De quoi dépend la miscibilité d’un élément B dans un autre A ?
11. Dans un domaine biphasé, comment peut on calculer les fractions massiques des
phases présentes ? Schématiser.
12. Comment peut on calculer les compositions des phases ? Schématiser.
13. Qu’appelle t on transformation Eutectique ? Eutectoîde ?

- 44 -
JEDIDI.J  & HADJ BRAHIM. F                                                                                          AU : 2006/2007
Chapitre IV : DIAGRAMMES D’EQUILIBRES DES ALLIAGES BINAIRES      

45
JEDIDI.J  & HADJ BRAHIM. F                                                                                          AU : 2006/2007