Vous êtes sur la page 1sur 20

Cours S.

Matériaux Alliage Fe-C Fe-C 1/ 20

Diagramme Fer- Carbone

Objectif : Comprendre le diagramme Fer- C et savoir l'exploiter.


Contenu: le fer pur
Les alliages du fer
Les alliages Fer- C

I/Le Fer pur


Avant de procéder à l'étude des alliages du fer, il est bon de se pencher sur la
structure du fer, qui est, avec le carbone, le principal élément constitutif des
aciers.

I-1/Structure d'un métal

A titre de rappel : à l'état solide, la structure des métaux est constitué de grains
adjacents formant un réseau. Une pièce métallique est donc formée d'un
ensemble de grains. Chaque grain forme un monocristal dont les atomes sont
organisées suivant un ordre très régulier .La zone entre chaque grain est appelée
joint de grain (fig.1).

Fig.1 : structure granulaire des métaux

I-2/Structure cristalline du fer

Comme on vient de l’annoncer, les atomes de chaque grain de fer forme un


réseau très régulier.

Selon la température, le fer pur existe sous différentes formes cristallines ; on


les appelles les formes allotropiques (on dit que le fer est caractérisé par son
polymorphisme).En effet il possède 3 formes allotropiques :
Cours S. Matériaux Alliage Fe-C Fe-C 2/ 20

I-2-1 / Le fer α (alpha) qui a une structure cubique centrée;

Lorsque la température est inférieure à 910 °C (1670 °F), la structure du fer est
cubique centrée (CC) (fig.2). Le paramètre de la maille a = 2.86 Å. Dans cet
intervalle de température le fer est appelé Fer α .

Fig.2 structure CC

I-2-2 / Le fer γ (gamma) qui a une structure C.F.C

A des températures comprises entre 910 °C et 1390 °C , la structure du fer est


cubique à faces centrées ( CFC ) . Le paramètre de la maille a = 3.65 Å. Le fer
est alors appelé Fer γ (fig.3)

Fig.3 : structure CFC


Cours S. Matériaux Alliage Fe-C Fe-C 3/ 20

I-2-3 / Le fer δ (delta) qui a une structure C.C

Entre 1390 °C et 1535 °C (température de fusion du fer) le fer retrouve sa


structure cubique centrée mais avec un paramètre de la maille a = 2.94 Å.

I-3/Les points de transformation caractéristiques

a/ Le point A3

La transformation α ⇔ γ qui se manifeste à T = 910 °C est un changement


de phase et la température à laquelle s'effectue est dénommée point de
transformation A3.

b/ Le point A4

La température à laquelle s'effectue la transformation γ ⇔ δ est dénommée


point de transformation A4
Cours S. Matériaux Alliage Fe-C Fe-C 4/ 20

c/ Le point A2

A la température de 769 °C , le fer passe de l'état ferromagnétique à l'état


paramagnétique . Ce point est dénommé point A2 .Il ne s'agit pas d'une
transformation de phase mais d'un changement de propriétés magnétiques.

I-4/Méthode de détermination des points A3 & A4

Il existe plusieurs méthodes pour déterminer les points de transformation


allotropiques : parmi elles la variation du volume spécifique en fonction de la
température (fig.4)) et la courbe de refroidissement (fig.5).

Fig.4 : variation du volume spécifique en fonction de la température

Fig.5 :Courbe de refroidissement du fer pur


Cours S. Matériaux Alliage Fe-C Fe-C 5/ 20

I-5/Caractéristiques moyennes du fer

Masse volumique à 20°C :ρ = 7860 kg/m3

Résistance à la rupture : Rm=Fmax/S0 = 180-290 MPa : rapport de la


charge maximale à la section initiale de l'éprouvette.

Limite élastique : Re = Fe/S0 = 100-170 MPa : rapport de la charge à


la limite de l'allongement proportionnel à la section initiale de l'éprouvette.

Allongement permanent à rupture (en %): A%=100*(Lu - L0)/L0 = 40-


50% Lu : longueur de l'éprouvette reconstituée après rupture (allongement
réparti + allongement dans la zone de striction) L0 : longueur initiale de
l'éprouvette

Coefficient de striction (ductilité) à rupture (en %) : Z = 100*(S0 -


Su)/S0 = 80-95% Su : section de l'éprouvette sous charge ultime à rupture

Remarque

Dans ce qui suit , la lettre c sera utilisée comme indice pour les transformations
lors du chauffage et la lettre r comme indice pour les transformations au
refroidissement .

Ac3

Fer α Fer γ
A3
Fer α ⇔ Fer γ
Ar3
Fer γ Fer α

Ac4
Fer γ Fer δ
A4

Fer γ ⇔ Fer δ
Ar4
Fer δ Fer γ
Cours S. Matériaux Alliage Fe-C Fe-C 6/ 20

II/ Les alliages du fer ( Fe - Xi ):


Quand on parle d'alliages du fer on parle des solutions solides Fe- Xi. Il y en a deux types
de solutions solides :

Les ferrites : Solutions solides d'insertion (C,H,N...) ou de substitution dans le fer


alpha ou le fer delta, ce sont des phases cubiques centrées.

Les austénites : Solutions solides d'insertion ou de substitution dans le fer gamma,


phases CFC.

Ces éléments d'addition (d’insertion ou de substitution) sont de deux types alphagènes ou


gammagènes :

Les éléments alphagènes stabilisent la structure CC du fer α . Ils agrandissent le domaine


alpha en augmentant la température A3 et abaissant A4 .Ces éléments sont :Si , Cr , Mo , V
, W , Ti , Nb , S (fig.6-a)

Les éléments gammagènes stabilisent la structure CFC du fer γ .Ils produisent


l'effet inverse des alphagènes ;ils agrandissent le domaine gamma en abaissant
A3 et élevant A4 . Ces éléments sont :C , N , Ni , Mn (fig.6-b) .

Fig.6 : éléments alphagènes et gammagènes

III/ Les alliages Fer- Carbone


Le carbone peut se présenter sous 3 formes dans les alliages Fe-C :

En solution interstitielle

A l'état de carbone libre ou graphite

En combinaison avec le fer sous forme de carbure de fer.


Cours S. Matériaux Alliage Fe-C Fe-C 7/ 20

Les alliages industriels Fe-C sont classés d'après leur teneur en carbone,
indépendamment des autres éléments d’addition, en deux grandes classes :

Les aciers : % C < 2.11

Les fontes : %C > 2.11

III-1/ Le diagramme Fe- C

Il existe deux types de diagrammes Fe – C (fig.7)

Le diagramme métastable : Fer - Cémentite Fe3C (le plus utilisé)

Le diagramme stable Fer- carbone graphite

Diagramme métastable Diagramme stable

Fig.7 : diagramme stable et diagramme métastable

Les phases rencontrées dans les alliages Fe-C:

Ferrite : C'est une solution solide de carbone dans le fer α .(


structure cubique centrée) elle contient : 0.005 % (0.008) de carbone à
température ambiante ; environ 0.03 % à 720 °C . Elle peut contenir en solution
des éléments variés tel que le Cr-Ni-Si-P... Elle est ductile et malléable sa dureté
en HV est comprise entre 80 et 100 ( Rm=300N/mm² ~ A=35%
(allongement) la ferrite est magnétique jusqu'à 770 °C (point de curie) .Après
attaque au Nital, elle se présente sous forme de polyèdres blancs dont les joints
de grains apparaissent en foncé.
Cours S. Matériaux Alliage Fe-C Fe-C 8/ 20

Fig.8 : microstructure de la Ferrite granulaire

Austénite : C'est une solution solide de carbone dans le fer gamma


.La quantité de carbone atteint 2 % à 1145 °C. Ce constituant n'existe pas à la
température ordinaire, il n'est stable qu'à haute température. Il ne peut exister à
la température ambiante que par un maintien hors équilibre à la faveur
d'éléments d'alliage tel que par exemple Ni et Mn (aciers austénitiques) - - - -
l'austénite est très ductile, sa dureté est comprise entre 240 - 300 HB. Sa
microstructure est représenté sur la figure 8

Fig.8 : microstructure de l’austénite

Cémentite : Fe3C :C'est un composé cristallin de carbure de fer


Fe 3C, elle contient 6.67% de carbone. Elle est métastable : elle a tendance à se
décomposer en ferrite et graphite. La cémentite apparaît en blanc après attaque au
Nital sans que l'on puisse distinguer les joints de grains. Elle est colorée en rouge
brun par le picrate de sodium. C'est une combinaison très dure (Hv=800) mais très
fragile A=0%, Rm=700N/mm² Elle a donc une très bonne tenue à l'abrasion et à
l’érosion.

Fig.9 : microstructure de la cémentite


Cours S. Matériaux Alliage Fe-C Fe-C 9/ 20

Remarque : Les carbures formés sont de deux types : les cémentites substituées :
(Fe,Xi)3C, exemple : (Fe,Mn)3C les carbures alliés ou spéciaux (simples ou
complexes) : (Xi)mCn

Fig.10 : différents domaines du diagramme Fe-C

III-2/ Les aciers non alliés

Fig.11 : diagramme métastable Fe- C


Cours S. Matériaux Alliage Fe-C Fe-C 10/ 20

Théoriquement les aciers sont des alliages Fe-C dont la teneur en carbone est
inférieure à 2.10%. La limite pratique est entre 1.40 et 1.50 %.

On distingue 3 types d'acier :

III-2-1/Les aciers eutectoides

Il s'agit des aciers dont la teneur en carbone est égale à 0.80%

% C = 0.80

Fig.12 : évolution de la structure d’un alliage eutectoide en fonction de la


température

Lors du refroidissement lent d'un acier eutectoide depuis le domaine


austénitique jusqu'au plateau eutectoide une seule phase est présent :
l’austénite.

A T = TE' la totalité de l'austénite se transforme de manière isotherme en


agrégats biphasés appelés : perlite :

γ (0.80 %) -----------------------→ P (ferrite α + Fe3C (6.67 %)


%α = (6.67 - 0.80) / (6.67-0.02) *100 = 88.27

% Fe3C = (0.80 - 0.02) / (6.67 -0.02) *100 = 11.73

La transformation eutectoide est une transformation au cours du quelle une


solution solide, conservant une composition constante, donne naissance
simultanément à deux phases de composition différentes de configuration
métallographique en lamelle alternées
Cours S. Matériaux Alliage Fe-C Fe-C 11/ 20

Fig.13 : formation des lamelles de ferrite et de cémentite


Cours S. Matériaux Alliage Fe-C Fe-C 12/ 20

III-2-2/Les aciers hypoeutectoides

Il s'agit des aciers dont la teneur en carbone est inférieure à celle d' un acier
eutectoide ( % C < 0.80 ) .

Fig.13 : évolution de la structure d’un alliage hypoeutectoide en fonction de la


température

Lors du refroidissement lent du domaine austénitique jusqu'à température


ambiante

T>A3 acier austénitique ;

A3 < T < TE' apparition de la ferrite alpha proeutectoide

A T = TE' transformation de l'austénite restante en perlite

A3 A1
γ ----- → γ +α
α pro →
-----→ α pro + P0.80 ( α.02 + Fe3C 6.67 )

A température ambiante, un acier hypoeutectoide est constitué de grains de


ferrite proeutectoide et de grains de perlite :

Exemple pour un acier hypo de teneur x% en carbone :


% α pro = ( 0.80 - x )/(0.80 - 0.001) * 100
% P0.80 = ( x - 0.001) / ( 0.80 - .001 ) *100
Cours S. Matériaux Alliage Fe-C Fe-C 13/ 20

III-2-3/Les aciers hypereutectoides

Il s'agit des acier dont la teneur en carbone est comprise entre 0.80 et 2.10%.

Fig.14 : évolution de la structure d’un alliage hypereutectoide en fonction de la


température

Lors de refroidissement lent du domaine austénitique jusqu'à température


ambiante :

A T > TAcm acier austénitique

A T Acm < T < TE apparition de la cémentite secondaire ;

A T = TE' l'austénite restante se transforme en perlite

Acm A1
γ ----- → γ +Fe3C II -----→
→Fe3C II + P0.80 ( α.02 + Fe3C 6.67 )

A température ambiante, un acier hypereutectoide est constitué de grains de


cémentite proeutectoide et de grains de perlite :

Exemple pour un acier hyper de teneur y% en carbone :


% Fe3C pro = ( y - 0.80 )/(6.67 - 0.80) * 100
Cours S. Matériaux Alliage Fe-C Fe-C 14/ 20

% P0.80 = ( 6.67- y) / ( 6.67 - 0.80 ) *100

RESUME :

Aciers : Hypoeutectoïdes Eutectoïdes Hypereutectoïdes


%C : 0.02 <%C< x(E') %C = x(E') x(E') < %C < 2.10
Constituants : ferrite proeutecoïde + perlite perlite cémentite proeutectoïde + perlite

III-2-4/Eléments carburigènes et non carburigènes

Les aciers industriels ont des compositions chimiques complexes

Les diagrammes de constitution présentent des modifications plus ou


moins importantes par rapport au diagramme binaire Fe-C.

Les modifications dépendent de deux facteurs : le caractère gammagène


ou alphagène de l'élément le carcatère carburigène ou non carburigène de
l'élément

Classification carburigène / non carburigène de quelques éléments


d'alliages :

Du Cr au Nb les carbures sont de plus en plus stables. Les carbures formés


sont de deux types : les cémentites substituées : (Fe,Xi)3C, exemple :
(Fe,Mn)3C les carbures alliés ou spéciaux (simples ou complexes) : (Xi)mCn

Exemples :

Carbures simples : VC, WC, NbC, TiC (précipitation dans les aciers, effet
durcissant)

Carbures complexes : M7C3, M23C6, M6C contenant des proportions


variables de fer et d'élément d'alliage.

Nitrures : TiN, NbN...

Carbonitrures : TixNb1-xCyN1-y
Cours S. Matériaux Alliage Fe-C Fe-C 15/ 20

On peut utiliser l'affinité du carbone avec certains éléments pour piéger celui-ci :
cas des aciers inox pour lutter contre la corrosion intergranulaire, ou des aciers
sans interstitiels.

Fig.15 : structures des différents types d’aciers en fonction de la température.

III-3/ Les fontes non alliés

Les fontes sont caractérisées par l'intervention d'une transformation


eutectique qui leur confère une aptitude particulière au moulage. Cette
caractéristique est améliorée davantage en éléments alliés qui abaissent la
température eutectique. Dans les fontes , les teneurs en éléments normaux
d'élaboration ( Mn , Si , P , S ) sont notablement plus élevées que dans les
aciers . De ce fait, la description de leurs transformations à l'aide du binaire Fe-
C est encore plus approximative que pour les aciers.

Il existe en deux grandes catégories :

Fonte blanche ou à cémentite, la seule phase riche en carbone est la


cémentite (diagramme métastable)
Cours S. Matériaux Alliage Fe-C Fe-C 16/ 20

Fonte grise ou à graphite dans lesquelles on trouve à la fois du graphite et


de la cémentite (diagramme stable)

III-3-1/ Les fontes blanches non alliés

Les fontes décrites par le diagramme métastable sont exclusivement des fontes
à cémentite.

Selon leur teneur en carbone, on distingue :

Les fontes (à cémentite) eutectiques % C = 4.30

Les fontes (à cémentite) hypoeutectiques 2.10 < % C <4.30

Les fontes (à cémentite) hypereutectiques % C > 4.30

III-3-1-1/ Les fontes eutectiques

Lors du refroidissement, à vitesse lente, partant du domaine du liquide :

A T > TE : fonte à l'état liquide ;

A T = TE : la transformation eutectique a lieu. La phase liquide à 4.30 %


en C se transforme Austénite γ à 2.10% en C et cémentite secondaire. Cet
agrégat eutectique est appelé Lédéburite.

A TE' < T < TE : au fur et à mesure que la température baisse , il naît


par précipitation la cémentite proeutectoide ( secondaire ) , qui évolue
jusqu'à la température eutectoide ( A1 ) . Donc dans ce domaine la fonte est
constituée d'austénite + cémentite secondaire.

A T = TE' La fonte se transforme de manière isotherme, par réaction


eutectoide, et donne lieu à la présence de perlite lamellaire et de cémentite.
Cette perlite provient de la transformation de l'austénite de la lédéburite en
ferrite α plus cémentite tertiaire.

L 4.30 ----→ Léd ( γ2.10 + Fe3CII ) -----→ Léd ( P 0.80 + Fe3CII )

A température ambiante une fonte eutectique est constituée :

% P 0.80 = (6.67 - 4.3 ) / ( 6.67 - 2.10 ) * 100 = 51.86

% Fe3CII = (4.30 - 2.10 ) / ( 6.67 - 2.10 ) * 100 = 48.14

Note : représente une valeur très petite


Cours S. Matériaux Alliage Fe-C Fe-C 17/ 20

III-3-1-2/ Les fontes hypoeutectiques

Exemple : évolution d'une fonte blanche hypœutectoide (3 m%C) dans les


conditions d'équilibre:

Vers 1300°C, début de la solidification avec apparition de gamma


proeutectique sous forme de dendrites

Entre 1300°C et 1148°C+ , croissance de dendrites (fig.16) :

Fig.16 : formation de γ proeutectique

à 1148°C, transformation du liquide eutectique en lédéburite : composé


d'îlots de gamma dans une matrice continue de Fe3C (fig.17). Dans la
lédéburite, les fractions massiques de gamma et Fe3C sont quasi égales :

Fig.17 : transformation du liquide eutectique en lédéburite

entre 1148°C- et 727°C + , appauvrissement de gamma en C


(2.11m% à 0.8m%) et formation de cémentite prœutectoide secondaire aux
interfaces gamma/Fe3C.

à 727°C + , la fraction massique de gamma est : fgamma = (6.67-3) /


(6.67-0.77) = 0.57 et fFe3C = (3-0.77) / (6.67-0.77) = 0.43

à 727°C, l'austénite restante va se transformer entièrement en perlite.

à température ambiante : fonte blanche hypoeutectique

III-3-1-3/ Les fontes hypereutectiques

Exemple 2 : évolution d'une fonte blanche hypereutectique (5m%C) dans les


conditions d'équilibre:
Cours S. Matériaux Alliage Fe-C Fe-C 18/ 20

Vers 1250°C, début de la solidification avec apparition de Fe3C


proeutectique (ou primaire) sous forme de dendrites

Entre 1250°C et 1148°C+ , croissance de Fe3C sous forme de plaquettes


(fig.18):

Fig.18 : formation des plaquettes de cémentite

à TE=1148°C, transformation du liquide eutectique en lédéburite (fig.19)

Fig.19 : transformation du liquide eutectique en lédéburite

Le constituant lédéburite est formé de phases de fractions massiques quasi


égales :

Gamma (2.10) eutectique feut = (6.7-4.3) / (6.7-2.1) = 0.52

Fe3C eutectique fFe3C=0.48

Durant la transformation eutectique, la cémentite primaire n'évolue pas.

TE>T>TE' : formation de cémentite secondaire qui vient s'ajouter à la


cémentite déjà présente

À TE'+ : alliage biphasé avec : Fe3C fFe3C = (5-0.8) / (6.7-0.8) = 0.7


gamma(E') : fgamma = 0.3

À TE' : transformation eutectoide de gamma(E') en perlite

À TE'>Tambiante : formation de Fe3C tertiaire négligeable

À température ambiante : fonte constituée de cémentite (fFe3C = 0.7) dans


laquelle sont finement répartis des globules de perlite (fraction massique =
0.3)
Cours S. Matériaux Alliage Fe-C Fe-C 19/ 20

III-3-1-4/ Les caractéristiques des fontes blanches

Matériaux très durs, sans possibilité de déformation à froid

Grande résistance à l'usure et à l'abrasion (boulets de broyeurs, machoirs


de concasseurs...)

Tenue au choc faible

III-3-2/ Les fontes grises

Si les conditions de refroidissement et de composition sont favorables à la


graphitisation, une partie du carbone est sous forme de graphite.

Solidification d'une fonte grise : entièrement sur le diagramme métastable puis


TRANSITION sur le diagramme métastable pour une certaine composition

Exemple 1 : alliages hypoeutectiques %C < x(E)

Vers 1300°C, début de la solidification sous forme de cristaux dendritiques


qui s'enrichissent en carbone, comme la phase liquide.

À 1153°C+ , l'alliage est biphasé et formé de dendrites de gamma à 2%C


et de liquide à 4.25% : fgamma=M2E/S1E=0.55

À 1153°C : liquide (4.25%) , Cgraphite+gamma (2.03%) avec


fgraphite=ES1/S1S2=(4.25-2.03)/(100-2.3)=0.023 (soit 7.7% en volume)

Entre 1153°C et une température correspondant à une teneur en carbone


de l'austénite de 1.2%, l'austénite s'appauvrit en C et il y a précipitation de
graphite secondaire.

À cette température, la graphitisation cesse et il y a transition vers le


diagramme métastable.

À cette température, il y a deux phases en présence : austénite à 1.2%C


et graphite avec une fraction massique : fgraphite=ES1/S1S2=(3-1.2)/(100-
1.2)=0.02

L’austénite va continuer à se refroidir avec formation de cémentite


proeutectoïde

À 727°C+ , graphite (0.02%C), cémentite (0.07%), austénite (0.91%)

À 727°C, transformation intégrale de l'austénite en perlite

À température ambiante : perlite, cémentite prœutectoide et graphite


lamellaire
Cours S. Matériaux Alliage Fe-C Fe-C 20/ 20

Note : la transition du diagramme stable vers le métastable peut se produire


pour des teneurs en carbone de gamma différentes : on obtiendra alors des
microstructures différentes

Transition telle que x(S1')<Cgamma<x(E') : perlite, cémentite prœutectoide


et graphite

Transition telle que x(E') <Cgamma<x(E'1) : perlite, ferrite proeutectoïde et


graphite

Transition telle que Cgamma=x(E'1) : perlite et graphite

Si la vitesse de refroidissement est suffisamment lente entre 700 et 750°C, il


peut ne pas y avoir de transition : gamma(E'1) se transforme en ferrite et graphite
eutectoide.

Exemple 2 : alliages hypereutectiques ,C=5m%

La solidification commence par la cristallisation de graphite proeutectique


(ou primaire) qui forme des lamelles très étendues et rectilignes (quelques
dixièmes de millimètres à quelques millimètres)

À 1153°C+ , l'alliage est constitué de graphite primaire et de gamma


eutectique

Les transformations suivantes sont celles décrites pour les alliages


hypoeutectiques.