Vous êtes sur la page 1sur 27

PAROLES DE FEMMES NOIRES

Circulations médiatiques et enjeux politiques

Emmanuelle Bruneel et Tauana Olivia Gomes Silva

La Découverte | « Réseaux »

2017/1 n° 201 | pages 59 à 85


ISSN 0751-7971
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université Paris 8 - - 193.54.174.3 - 23/09/2019 17:07 - © La Découverte

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université Paris 8 - - 193.54.174.3 - 23/09/2019 17:07 - © La Découverte
ISBN 9782707194497
Article disponible en ligne à l'adresse :
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
https://www.cairn.inforevue-reseaux-2017-1-page-59.htm
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Distribution électronique Cairn.info pour La Découverte.


© La Découverte. Tous droits réservés pour tous pays.

La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les
limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la
licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie,
sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de
l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage
dans une base de données est également interdit.

Powered by TCPDF (www.tcpdf.org)


PAROLES DE FEMMES NOIRES

Circulations médiatiques et enjeux politiques

Emmanuelle BRUNEEL
Tauana Olivia GOMES SILVA
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université Paris 8 - - 193.54.174.3 - 23/09/2019 17:07 - © La Découverte

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université Paris 8 - - 193.54.174.3 - 23/09/2019 17:07 - © La Découverte

DOI: 10.3917/res.201.0059
L
es femmes noires ont été marginalisées, voire exclues du récit qui
constitue la mémoire nationale française. Dans l’historiographie,
leurs prises de parole, leurs travaux écrits et leurs actions indivi-
duelles ou collectives sont, la plupart du temps, mis de côté et donc délais-
sés. Cela conduit à de nombreuses omissions, à une large méconnaissance
et à des injustices concernant leur participation à l’histoire de France en tant
que sujets politiques. Pourtant, force est de reconnaître que les femmes noires
ont assidûment pris part aux luttes féminines et féministes, antiracistes et de
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université Paris 8 - - 193.54.174.3 - 23/09/2019 17:07 - © La Découverte

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université Paris 8 - - 193.54.174.3 - 23/09/2019 17:07 - © La Découverte
classe. Pour montrer dans quelle mesure Internet peut constituer un ressort
spécifique pour les luttes militantes des femmes noires (cisgenres ou trans-
genres), nous avons choisi de nous pencher sur différentes formes de média-
tisation de leurs mouvements organisés. Dans une perspective à la croisée de
l’approche historique, de l’analyse de contenu et de la sémiologie des médias
informatisés, nous envisageons plusieurs supports matériels, produits ou non
par des femmes noires elles-mêmes. Nous avons donc sélectionné au sein des
éléments disponibles dans les archives et sur Internet des documents au for-
mat papier et numérique via lesquels elles se sont exprimées en tant que sujets
politiques opprimés (parce que femmes et noires) : notamment des journaux
et des ouvrages, puis des blogs et des sites Internet ainsi qu’une vidéo et une
émission de radio. Ces documents revêtent divers statuts ontologiques et
constituent des sources diachroniques à partir desquelles il est possible de
se saisir de paroles médiatisées de femmes noires. L’analyse des matériaux
de ce corpus permet de rendre compte de modalités par lesquelles la parole
de femmes noires françaises s’incarne et circule, mais ne vise pas le décryp-
tage de l’exhaustivité de leurs mises en représentation. La question de l’invi-
sibilité des femmes noires et des ressources pour leur donner une visibilité
(N’Diaye, 2008) a été soulevée à plusieurs reprises par le passé et se pose
encore aujourd’hui. La lutte pour la visibilité (Voirol, 2005) dans laquelle
elles sont engagées se manifeste via différents discours qui visent à porter
leurs combats, à dénoncer à la fois le racisme et le sexisme, et résister à ces
oppressions. Comment les expressions publiques des femmes noires ont-elles
cheminé entre les revendications des groupes d’Afro-Antillaises engagées
dès 1910 et le discours afro-féministe aujourd’hui porté par Mwasi ? Quelles
stratégies tant militantes que discursives ont-elles déployé ? Les modes de
62 Réseaux n° 201/2017

mise en visibilité des activités politiques des femmes noires constituent l’ob-
jet de notre interrogation. Dans un premier temps, en retraçant un parcours
historique à partir de quelques jalons, nous montrerons que leur lutte pour la
reconnaissance s’inscrit dans un fort enjeu d’appropriation de l’espace public
(Habermas, 1988) tel qu’il est possible d’en disposer à différentes époques.
Nous nous pencherons en particulier sur l’émergence de revendications spé-
cifiques qui participent à la constitution des femmes noires en groupes politi-
sés qui s’organisent et prennent la parole entre 1910 et aujourd’hui. Dans un
second temps, nous nous intéresserons aux formes contemporaines de circu-
lation du discours militant des femmes noires sur Internet. Nous analyserons
en particulier des discours élaborés par ou sur le collectif militant Mwasi. Bâti
sur une posture afro-féministe dont nous expliciterons la teneur, ce collec-
tif organisé opère une reconfiguration des discours politiques portés par les
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université Paris 8 - - 193.54.174.3 - 23/09/2019 17:07 - © La Découverte

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université Paris 8 - - 193.54.174.3 - 23/09/2019 17:07 - © La Découverte
femmes noires sur elles-mêmes. Nous soulignerons les modalités verbales et
visuelles qui participent dans leur communication à l’énonciation problémati-
sée de la race et du genre selon une perspective intersectionnelle.

LUTTE POUR LA RECONNAISSANCE DANS LES DISCOURS


DE FEMMES NOIRES

Les manifestations historiques des femmes noires de France

Par le passé, un certain nombre de mouvements de femmes noires se sont


organisés autour d’un enjeu commun : faire reconnaître politiquement les
problèmes spécifiques auxquels elles étaient confrontées dans des situations
coloniales ou postcoloniales très violentes. Les démarches qu’elles ont pu
mettre en place consistèrent notamment en des pratiques médiatiques inno-
vantes avec pour horizon un début d’existence des femmes noires dans l’es-
pace public. C’est le cas de Paulette Nardal, Jane Nardal et de Suzanne Césaire
(N’Diaye, 2009), de la Coordination des femmes noires et du Modefen 1
(Châabane, 2008) entre autres. C’est aussi un enjeu pour le collectif afro-
féministe contemporain Mwasi.

Dans les années 1910-1950, les réflexions proposées par des femmes noires
ont été publiées dans des journaux et des revues. Ces publications, aux
positions pourtant assez modérées, se sont vues frappées par la censure des

1.  Mouvement pour la défense des droits de la femme noire.


Paroles de femmes noires63

gouvernements français. Parmi les premières sources médiatiques émanant de


femmes noires françaises au début du XXe siècle, on trouve le journal gua-
deloupéen Pointe-à-Pitre, organe des Dames de la colonie (1911-1912) qui
deviendra l’Écho de Pointe-à-Pitre (1918-1921), porteur de revendications
en faveur du suffrage féminin. Ce dernier était un journal féministe composé
d’un comité éditorial jeune et affilié à la mouvance socialiste locale. Il « pla-
çait l’émancipation de la femme au-dessus de la lutte “de race et de classe”
qui émaillait la scène politique guadeloupéenne de ces années-là » (Palmiste,
2008). Son discours militant mobilise la mémoire de l’esclavage de manière
analogique pour dénoncer la condition subalterne des femmes noires dans la
société antillaise. Par ailleurs, on trouve l’article de Jane Nardal intitulé « L’in-
ternationalisme noir » publié dans La Dépêche africaine en février 1928 et un
peu plus tard celui de sa sœur Paulette Nardal intitulé « Éveil de la Conscience
de Race » dans la Revue du Monde Noir (1931-1932). Suzanne Césaire a égale-
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université Paris 8 - - 193.54.174.3 - 23/09/2019 17:07 - © La Découverte

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université Paris 8 - - 193.54.174.3 - 23/09/2019 17:07 - © La Découverte
ment écrit sur les Noirs dans le cadre de la revue Tropiques (1941-1945), inter-
dite par Vichy en 1943. Elle s’est inspirée de certains intellectuels européens
très influents à l’époque : Frobénius, Breton, Marx, Freud, etc. Cependant, elle
a toujours cherché à soutenir l’originalité et la légitimité de la culture et de
l’identité martiniquaise. Elle a notamment lancé une rigoureuse critique du
« doudouisme », une littérature basée sur les caractères exotiques de la région
visant à plaire à l’imaginaire colonialiste. La pensée de Suzanne Césaire est
bâtie autour de la notion de racine commune et de discernement de soi ; elle
comporte également l’idée que le surréalisme constitue une voie pour l’avène-
ment socioculturel de son peuple. L’écrivaine a certainement été influencée par
le mouvement littéraire de la négritude, mais ses réflexions propres sont per-
ceptibles tout au long de son écriture qui s’en démarque de manière incontes-
table. Le travail de publicisation des analyses de ces femmes noires des années
1910-1950 est pourtant largement resté dans l’ombre des tenants masculins
de la négritude ou plus généralement des penseurs noirs hommes de l’époque.

Au moment des élections de 1945, année marquée par l’octroi du droit de vote
aux femmes en France, deux organisations féminines œuvrent en Martinique :
Le Rassemblement féminin (1945) fondé et dirigé par Paulette Nardal et affi-
ché comme apolitique et L’Union des femmes de la Martinique (1944) d’orien-
tation communiste et dirigée par Jeanne Lero. Dans La Femme dans la Cité
(1945-1950), journal associé au Rassemblement féminin, nombreux sont les
articles sur la fonction sociale et politique de la femme noire qui revendiquent
également de meilleures conditions de vie pour les femmes. Dans l’éditorial
de juin 1948, Paulette Nardal met l’accent sur le devoir des citoyennes, sur-
tout des chrétiennes, de se tourner vers les problèmes sociaux et de s’engager
64 Réseaux n° 201/2017

dans des initiatives aptes à construire une société plus juste et plus égalitaire
(Nardal, 1948). L’Union des femmes de la Martinique de Jeanne Lero, dont
la fondation est annoncée par un : « Jeunes filles et femmes de la Martinique,
venez en grand nombre ! », le 3 juin 1944 dans le journal communiste marti-
niquais Justice, a pour spécificité de défendre une position marxiste de lutte
contre les inégalités économiques et raciales. Une certaine animosité entre ces
deux groupes (liée aux scissions politiques, sociales et raciales de la société
martiniquaise de l’époque) est lisible dans le rapport rédigé par Paulette
Nardal pour le Bureau d’information coloniale de New York. « Il conclut que
les femmes blanches créoles se désintéressaient des affaires politiques et que
leurs actions dans le social se limitaient à quelques exceptions, aux œuvres de
charité […]. Quant aux femmes de couleur influencées par l’idéologie du parti
communiste, elles nourrissaient un fort ressentiment contre l’élite blanche
(métropolitaine et créole) » (Palmiste, 2014). Les mobilisations pour le vote
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université Paris 8 - - 193.54.174.3 - 23/09/2019 17:07 - © La Découverte

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université Paris 8 - - 193.54.174.3 - 23/09/2019 17:07 - © La Découverte
et l’éligibilité des femmes ont été cruciales, car il s’agissait non seulement
d’élire les membres des assemblées locales, mais aussi de mettre en place les
futures institutions de la République et de voter aux élections législatives. Ces
élections ont été au cœur d’un enjeu majeur pour l’avenir de la Martinique,
de la Guadeloupe et de la Guyane, de la Martinique, de la Guadeloupe et
de la Guyane, étant donné que les élus à l’Assemblée constituante ont dû
répondre pour ou contre l’assimilation juridique de ces territoires à la nation
française. Les femmes noires Eugénie Éboué-Tell, candidate de la SFIO et
Gerty Archimède, candidate du Parti communiste ont été toutes les deux
élues à l’Assemblée constituante en 1945. Dans les conférences et les mee-
tings organisés en 1945-1946, les deux politiciennes ont participé à plusieurs
débats où elles ont présenté le programme de leurs partis et donné leurs avis
sur la situation économique et sociale de la région. Ces actrices de la poli-
tique et des mouvements sociaux antillais exigeaient des mesures spécifiques
pour les femmes, y compris des dispositions susceptibles d’assurer une pro-
tection juridique à l’épouse et à la mère, les congés de maternité, la réglemen-
tation de la prostitution, le droit à la retraite, la sécurité sociale, etc. (Palmiste,
2014). En effet, certains droits qui étaient déjà sanctionnés en métropole ne
s’appliquaient pas aux femmes d’outre-mer. Par la suite, Eugénie Éboué-Tell
et Gerty Archimède ont poursuivi leurs engagements et ont exercé plusieurs
mandats politiques bénéficiant d’une très faible médiatisation de leurs actions
politiques.

Dans les années 1970-1980, plusieurs femmes africaines, maghrébines,


latino-américaines et caribéennes se sont constituées en groupes et en asso-
ciations politiques pour élaborer des actions collectives. Ces femmes étaient
Paroles de femmes noires65

étrangères, immigrées, exilées, établies provisoirement ou définitivement en


France, ou alors se revendiquaient « Françaises issues de l’immigration ».
Ces cercles se situaient au carrefour des mouvements de gauche, féministes,
antiracistes et, sur le plan international, à la croisée des mouvements de
l’immigration et des luttes qui avaient lieu dans leurs pays d’origine (luttes
anticoloniales, luttes contre les gouvernements autoritaires et dictatoriaux,
contre les partis uniques…). « Ces groupes militants participent à de nom-
breuses initiatives publiques avec les autres féministes et les mouvements de
gauche ou d’extrême gauche, se mobilisant contre la répression, l’apartheid,
mais aussi contre les expulsions ou le racisme en France » (Lesselier, 2013).
Cependant, à l’intérieur de ces organisations, notamment celles composées de
femmes noires, se trouvaient aussi des initiatives visant à définir des reven-
dications spécifiques et des solutions pour garder leur autonomie organisa-
tionnelle et politique. En particulier, en 1976, la Coordination des Femmes
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université Paris 8 - - 193.54.174.3 - 23/09/2019 17:07 - © La Découverte

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université Paris 8 - - 193.54.174.3 - 23/09/2019 17:07 - © La Découverte
noires fut créée avec pour objectif de constituer une lutte à l’intersection de
plusieurs catégories d’oppression : genre, race, classe, immigration, etc. Ce
groupe formé surtout de femmes antillaises et africaines, ne se définissait
pas par une appartenance nationale ou culturelle, mais bien par rapport à une
expérience et un vécu particulier en tant que femmes noires : « La Coordina-
tion des femmes noires, ce sont des femmes qui veulent que cesse le ghetto
social et politique dans lequel elles sont durement rejetées dans l’immigra-
tion. La conscience de classe est là pour certaines, elle arrive pour d’autres, et
ensemble nous voulons sortir notre oppression d’un cadre individuel » (CFN,
1978). La constitution de ce collectif est donc conçue comme un moyen de
sortir de l’isolement les opprimées. À la suite de la Coordination des femmes
noires se forment le mouvement Modefen (1981-1994) et plus tard encore
le collectif Mwasi qui, actuellement, propose un fonctionnement militant en
non-mixité sur lequel nous reviendrons. Regardons maintenant selon quelles
modalités énonciatives particulières s’opèrent les prises de parole successives
des femmes noires dans l’espace public français, afin de rendre compte de leur
trivialité, de leur « cheminement à travers les carrefours de la vie sociale »
(Jeanneret, 2008).

Des modalités énonciatives spécifiques pour dire les luttes des femmes
noires

Dans son article « L’internationalisme noir », Jane Nardal propose la notion


de « métissage culturel » et souligne le lien entre les différentes commu-
nautés noires, surtout entre celles qui se sont installées en Europe : « Des
66 Réseaux n° 201/2017

noirs de toutes origines, de nationalités, de mœurs, de religions différentes


sentent vaguement qu’ils appartiennent malgré tout à une seule et même
race » (Nardal J., 1928). En parallèle, elle y façonne le néologisme « Afro-
Latin » pour exposer la complexité d’un vécu et d’une identité à la confluence
des multiples langues et cultures. Ce vocable exprime l’idée d’une double
conscience de soi, liée à l’expérience « latine » de la domination coloniale
française (et plus largement de la domination de pays européens francophones
ou non) et à la filiation africaine. Ainsi, « afro-latin » renvoie d’abord à la
couleur de peau, mais aussi à une certaine idée d’un monde noir associé à
l’africanité comme source culturelle ayant été en relation avec la culture
latine française, mais de manière asymétrique. Dans « afro-latin », le préfixe
« afro » fait référence à l’Afrique non pas tant comme continent mais comme
ressource identitaire spécifique. Il s’agit là d’un processus complexe de requa-
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université Paris 8 - - 193.54.174.3 - 23/09/2019 17:07 - © La Découverte

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université Paris 8 - - 193.54.174.3 - 23/09/2019 17:07 - © La Découverte
lification historique et géographique qui établit un lien partagé à un territoire
et à un passé meurtri par les expériences de l’esclavage et de la colonisation,
tout en soulignant la diversité intrinsèque aux populations noires. La posture
des sœurs Nardal constitue ici un compromis pour se faire accepter dans le
champ littéraire français de l’époque et pouvoir écrire dans des publications
telles que La Dépêche africaine et La Revue du monde noir, éditées et impri-
mées à Paris. De son côté, afin de se départir de l’assignation identitaire de
la domination coloniale, Suzanne Césaire affirme : « La poésie martiniquaise
sera cannibale ou ne sera pas » (Césaire S., 2009). Par des modalités énoncia-
tives poétiques, elle élabore un univers de signification original au sein duquel
peut s’épanouir une conception positive de soi en rupture avec les connota-
tions négatives dont sont façonnées les représentations des Noirs. Elle estime
qu’« il est maintenant urgent d’oser se connaître soi-même, d’oser s’avouer
ce qu’on est, d’oser se demander ce qu’on veut être » (Césaire S., 2009). Elle
développe dans son écriture des ferments narratifs pour la construction d’une
identité martiniquaise faisant référence à des sources africaines. La perspec-
tive avec laquelle elle aborde l’identité collective noire comme « identité
fine » (N’Diaye, 2008) fait ainsi la part belle à sa diversité intrinsèque.

À partir des années 1970, afin de forger leur propre lutte, les militantes de
la Coordination des femmes noires ont produit un certain nombre de textes
écrits (sous forme de brochures ou d’essais) et ont mis en place plusieurs
événements (conférences de presse, messages de solidarité internationale,
participation à des manifestations syndicales et politiques…). Les principaux
thèmes abordés étaient ceux du corps et de la sexualité (y compris le désir,
l’homosexualité, l’avortement, la contraception, la stérilisation forcée…), du
Paroles de femmes noires67

viol et des violences faites aux femmes, du racisme, des systèmes d’oppres-
sion et d’apartheid, de l’immigration, de la répression politique en Afrique,
des luttes anticoloniales. Parfois, leurs actions s’articulaient directement avec
d’autres mouvements contestataires français, mais aussi avec des organisa-
tions situées en Afrique, aux Antilles et à la Réunion. Parmi les fondatrices de
la Coordination, nous pouvons citer les noms d’Awa Thiam (présidente), Susy
Landeau, Maria Kalalobé, Époupa Mitzipo, Béatrice Elom, Françoise Elom.
En 1978, alors qu’elle était étudiante à la Sorbonne, la Sénégalaise Awa Thiam
a publié La parole aux négresses (réédité en 1980, puis 1983) à des fins de dif-
fusion de la lutte portée par la Coordination, mais aussi en vue de pointer les
difficultés spécifiques qu’elles rencontrent auprès des lecteurs. Les récits de
vie récoltés offrent une vision réaliste de diverses expériences de souffrance
de femmes noires et montrent la pertinence de leur mobilisation militante.
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université Paris 8 - - 193.54.174.3 - 23/09/2019 17:07 - © La Découverte

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université Paris 8 - - 193.54.174.3 - 23/09/2019 17:07 - © La Découverte
En effet, l’ouvrage aborde différentes problématiques touchant les femmes
noires comme l’excision, l’infibulation, la stérilisation forcée, la polygamie
ou le blanchiment de la peau. Il pointe également les origines socioculturelles
des asservissements subis par les femmes noires. Ces sujets étaient omnipré-
sents au sein de la Coordination : les enjeux étant la saisie du vécu réel de ces
femmes, l’émancipation par elles-mêmes et le recouvrement de leur dignité
humaine. Cet ouvrage a connu un certain succès puis est relativement tombé
dans l’oubli. Sur son site Internet, Mwasi en suggère la lecture au niveau de
l’onglet « ressources », mais n’en commente pas le contenu. Par ailleurs, la
Coordination des femmes noires, en tant qu’organisation militante spécifique
et bien identifiée comme telle, a pu bénéficier de quelques retombées média-
tiques, notamment à la suite de l’organisation de la première « Journée des
femmes noires » le 29 octobre 1977 qui leur a valu un article dans Libération
et un autre dans Le Monde en date du premier novembre 1977. On pouvait y
lire la déclaration suivante : « Nous avons des problèmes en commun avec
les hommes de couleur, avec toutes les femmes, mais aussi des problèmes qui
nous sont spécifiques à nous, femmes noires. D’où la nécessité d’une lutte
commune et d’une lutte spécifique. »

Avec les réseaux socionumériques, il semble plus facile d’accéder à la publi-


cisation lorsque l’on est un mouvement ou un collectif militant dans la mesure
où les outils d’édition de contenu sur Internet sont disponibles et ne néces-
sitent pas d’engager des frais de publication (bien que les plateformes éditrices
se rémunèrent d’une autre manière). La course aux armements symboliques
(Neveu, 2010) de la mobilisation militante se fait allègrement et de manière
relativement indépendante des médias « traditionnels », via des plateformes
68 Réseaux n° 201/2017

de blogs, des sites Internet ou des interfaces de réseaux sociaux. Ces espaces
numériques d’existence du discours social opèrent une visibilisation des luttes
par une mise en réseaux de différents types de contenu qui, notamment par
le biais des liens hypertextes, peuvent faire référence les uns aux autres et
être assez facilement partagés. Pour Mwasi, la mise en visibilité d’une parole
militante de femmes noires semble être beaucoup plus simple sur le plan tech-
nique que pour leurs consœurs du passé. Pour autant, et bien qu’au niveau de
la censure de leurs discours par l’État elles ne rencontrent plus les mêmes dif-
ficultés, il reste qu’il s’agit d’une gageure pour des femmes noires de prendre
la parole en tant que telles, et ce, d’autant plus que cela se fait sur un mode
politisé avec des accents militants assez marqués. De plus, sur le plan intel-
lectuel, la constitution de femmes noires en sujets politiques, capables de pro-
duire elles-mêmes des connaissances d’ordre sociologique sur leurs vécus, est
sans cesse déconsidérée. La politisation dont elles souhaitent teinter leurs dis-
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université Paris 8 - - 193.54.174.3 - 23/09/2019 17:07 - © La Découverte

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université Paris 8 - - 193.54.174.3 - 23/09/2019 17:07 - © La Découverte
cours est d’emblée suspectée et dévaluée.

En effet, l’acceptabilité sociale d’une telle prise de parole publique et poli-


tique reste subordonnée à des imaginaires peu enclins à accorder un espace
de discours et de militantisme propres aux femmes noires (Dorlin, 2009).
D’où une médiatisation générale relativement restreinte par rapport à d’autres
groupes militants eux aussi spécifiques à un « groupe social » constitué
comme tel via une prise de conscience progressive de soi comme sujet poli-
tique. Par exemple, nous pouvons observer que les groupes LGBTQ 2, fémi-
nistes, ou encore un mouvement comme celui du « Parti des Indigènes de la
République » (PIR), bénéficient d’une bien plus forte médiatisation générale.
La dimension numérique de l’activisme politique de Mwasi consiste princi-
palement en un relais d’événements et d’actions organisés par elles-mêmes
ou par d’autres mouvements, en un relais filtré de l’actualité élaborée par
d’autres sources médiatiques, et en une automédiatisation/autopromotion via
des contenus verbaux et visuels. Ces derniers revendiquent tout particulière-
ment la fierté d’être une femme noire. La médiatisation numérique autonome
permet certes aux revendications de Mwasi d’émerger, mais elle consiste sur-
tout en un espace d’informations sur le collectif, ses actions et ses soutiens,
sur les possibilités d’expression de soi des femmes noires et également sur
ses propres postures politiques. Elle joue comme un tremplin vers d’autres
médiations dans l’espace public, par le biais d’autres supports médiatiques
plus importants en termes de réception (des articles de presse en ligne) ou
pour se faire connaître dans des espaces scientifiques (CNRS, Sorbonne).

2.  Lesbiennes, gays, bisexuel-le-s, trans et queer.


Paroles de femmes noires69

Vers l’intersectionnalité comme forme de lutte : l’afro-féminisme,


une énonciation problématisée de la race et du genre

Afro-quoi ? La féminité et la race noire forment une double source de fierté


et une spécificité revendiquée par les afro-féministes. Rappelons que la dyna-
mique internationale, voire panafricaine, dans laquelle s’est inscrit le vocable
« afro-latin » forgé par Jane Nardal, faisait en particulier écho au terme
« Afro-Américain » déjà en vigueur aux États-Unis. Il résonne également
avec la posture afro-féministe – qui couple panafricanisme et féminisme maté-
rialiste – portée par des collectifs actuels de femmes noires. À l’époque, les
Afro-Américaines (y compris celles venues de la partie sud du continent), les
Antillaises et les Africaines, d’abord méfiantes les unes à l’égard des autres,
notamment en raison de disparités sociales, de différences culturelles, linguis-
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université Paris 8 - - 193.54.174.3 - 23/09/2019 17:07 - © La Découverte

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université Paris 8 - - 193.54.174.3 - 23/09/2019 17:07 - © La Découverte
tiques et d’expériences vécues, ont développé un sentiment d’appartenance
commune à une même race, ont élaboré une manière positive de s’autodéfinir
comme Noires et ont identifié le besoin de développer une histoire collec-
tive transatlantique. Elles se sont intéressées aux conditions subalternes des
femmes noires, et se sont alors tournées vers une mise en question du genre
comme support d’oppression corrélé à celui de la race. Ces discours et ces
pratiques politiques se sont développés dans les revues, les journaux, les orga-
nisations et les partis, mais aussi dans les différents environnements culturels
et artistiques (bals, concerts, théâtres, expositions, salons littéraires) à l’initia-
tive de femmes noires sur tout le territoire français. Ces formes de résistances
ordinaires ont permis de mettre en circulation les savoirs élaborés par les unes
et les autres et ont participé à l’émergence d’une conscience collective. Déjà,
dans l’Écho de Pointe-à-Pitre, les rédactrices estimaient que la femme noire
dans la société antillaise faisait l’objet d’une « double oppression » liée à la
fois au genre et à la domination coloniale esclavagiste (à soubassement idéo-
logique raciste) ; domination dont les séquelles sont encore très douloureuses
pour les « nouveaux libres » (Palmiste, 2008).

De plus, l’objectif affiché par l’article intitulé « Éveil de la Conscience de


Race » rédigé par Paulette Nardal dans la Revue du Monde Noir (1931-1932)
est de « redonner aux Noirs la fierté d’être Noirs » (Boni, 2014), et notamment
aux Noirs antillais. Dans les années 1930 s’est opéré un bouleversement dans
le regard et dans la posture des Noirs au sujet de la race et de l’esclavage.
L’estime de soi en tant que Noir et la solidarité entre les différents groupes noirs
ont acquis une place importante chez les intellectuelles antillaises. L’auteure
constate que l’émergence de ces thématiques est le résultat des contradictions
70 Réseaux n° 201/2017

entre le discours assimilationniste – très soucieux de faire du Noir « un vrai


Français » –, et la place subalterne et dépréciative assignée à cette population.
En outre, le sentiment de déracinement, enduré en métropole et issu des rap-
ports inégaux et oppressifs avec les Français sur place, a également engendré
des épreuves traumatisantes. Elle estime que cet arrachement à soi, bien qu’il
se soit exprimé de manière différente selon l’expérience vécue, s’est avéré fort
propice à cette prise de « conscience de race » (Nardal, 1992). Cet éveil racial
pour Paulette Nardal suit « […] un schéma ternaire qui va de l’assimilation à
la conscience de soi, en passant par une phase de révolte » (Boni, 2014). L’at-
tention accrue qu’elle porte à la race n’éclipse pas pour autant sa dénonciation
des inégalités au sein des rapports de genre. Elle évoque les conditions écono-
miques moins avantageuses pour les femmes, l’absence de reconnaissance et
de valorisation de leur travail intellectuel tout en soulignant que ces obstacles
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université Paris 8 - - 193.54.174.3 - 23/09/2019 17:07 - © La Découverte

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université Paris 8 - - 193.54.174.3 - 23/09/2019 17:07 - © La Découverte
ont joué le rôle de force motrice quant à l’intérêt précurseur que les femmes
ont prêté aux problématiques raciales. « Les femmes de couleur vivant seules
dans la métropole, moins favorisées jusqu’à l’Exposition coloniale que leurs
congénères masculins aux faciles succès, ont ressenti bien avant eux le besoin
d’une solidarité raciale qui ne serait pas seulement d’ordre matériel : c’est
ainsi qu’elles se sont éveillées à la conscience de race » (Nardal, 1992).

La pensée d’Awa Thiam met aussi l’accent sur les divergences avec les
hommes noirs et les femmes blanches. Dès les premières pages de son
ouvrage, elle attire l’attention sur les craintes et les réactions négatives et
violentes des hommes noirs face à l’étendue des mouvements de libération
des femmes dans les années 1960-1970. Elle s’est opposée au discours selon
lequel l’engagement militant des femmes pour leurs revendications spéci-
fiques était le premier responsable de la fragmentation des luttes des peuples
africains. « Les problèmes de la Négro-Africaine ont toujours été escamotés,
déplacés dans sa société et cela, soit par les tenants du gouvernement, soit
par les intellectuels réactionnaires ou pseudo-révolutionnaires. Il n’est plus
question de faire abstraction de ces problèmes sous quelque prétexte que ce
soit, et encore moins celui qu’on nous oppose le plus souvent : la libération
des peuples noirs est de loin plus importante que celle des femmes » (Thiam,
1978). Elle insiste sur les rapports inégalitaires entre les hommes noirs et les
femmes noires et dénonce l’assignation généralisée des femmes noires à un
statut subalterne. Elle indique aussi que la lutte contre le racisme et le combat
pour s’affirmer en tant que race ne signifient pas négliger la condition des
femmes noires. Par ailleurs, l’auteur critique sévèrement les hommes noirs
qui véhiculent une image mythique des femmes noires par un regard normatif
Paroles de femmes noires71

sur leur beauté et leur féminité, par leur réduction à l’état d’objet sexuel, de
muse, ou encore de mère souffre-douleur ou enragée. Cet argument va de pair
avec ceux des femmes noires engagées dans la Coordination, extrêmement
contestées par les mouvements noirs, majoritairement masculins.

Lors de la « Journée des femmes noires » du 29 octobre 1977, les militantes


se sont heurtées à de nombreuses résistances. Cet événement visait simple-
ment à discuter de certaines thématiques liées au racisme en France, mais
aussi de la situation des femmes noires dans d’autres pays. Pourtant, elles
ont dû affronter une virulente critique de la part de leurs « camarades » des
mouvements français et africains de gauche. En raison d’un positionnement
considéré comme trop féministe, elles ont été accusées d’être « bourgeoises »
et « secondaires » (Lesselier, 2013). Dans la brochure publiée l’année sui-
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université Paris 8 - - 193.54.174.3 - 23/09/2019 17:07 - © La Découverte

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université Paris 8 - - 193.54.174.3 - 23/09/2019 17:07 - © La Découverte
vante en juillet 1978, elles exposent leur stratégie politique face aux critiques
masculines : « De la même façon que nous entendons combattre le système
capitaliste qui nous opprime, nous refusons de subir les contradictions des
militants qui, tout en prétendant lutter pour un socialisme sans guillemets,
n’en perpétuent pas moins dans leur pratique, à l’égard des femmes, un rap-
port de domination qu’ils dénoncent dans d’autres domaines » (CFN, 1978).
Elles s’autonomisent donc par rapport aux groupes exclusivement masculins,
bien que, dans d’autres circonstances, malgré les divergences et les conflits,
elles aient affirmé une solidarité primordiale avec leurs « frères noirs » et
les groupes révolutionnaires africains, voire panafricains. Ces blâmes éma-
nant des militants noirs ont été considérés par la presse féministe comme une
intention volontaire de disqualifier et de ridiculiser la Coordination. Dans
certaines occasions, les militantes noires ont également noué des alliances
avec les féministes (majoritairement blanches) du Mouvement de Libération
des Femmes (MLF), sur des sujets tels que le droit à disposer de son propre
corps, la sexualité, l’avortement, l’accès à la contraception, le droit d’avoir
des enfants et de ne pas être stérilisées de force. Néanmoins, la Coordina-
tion s’est également située dans une stratégie autonomiste vis-à-vis du MLF.
Les militantes de la Coordination ont reproché à maintes reprises l’attitude
« maternante » de certaines féministes blanches à leur égard. Gerty Dambury
a évoqué un « maternalisme occidental » (Schieweck, 2011), tandis qu’Awa
Thiam a vigoureusement dénoncé les disparités dans les rapports entre les
femmes blanches et les femmes noires. Pour l’auteur, l’asymétrie se retrou-
vait quasiment à tous les échelons : « La lutte des femmes noires et celle des
femmes blanches ne se situe pas au même niveau. [...] Les premières ont
à lutter contre le colonialisme ou le néo-colonialisme, le capitalisme et le
72 Réseaux n° 201/2017

système patriarcal. Les dernières luttent uniquement contre le capitalisme et


le patriarcat » (Thiam, 1978).

Dans la décennie suivante a été fondé le Mouvement pour la défense des


droits de la femme noire (Modefen) qui a été actif entre 1981 et 1994. En ce
qui concerne les luttes quotidiennes des femmes noires contre les différents
aspects du racisme et du sexisme, les militantes du Modefen ont suivi une
ligne de pensée semblable au mouvement antérieur. Selon le témoignage de
Lydie Dooh-Bunya (présidente), recueilli par Philippe Dewitte, « […] d’un
côté il y avait nos frères, nos maris qui avaient leurs associations, leurs syndi-
cats de professionnels et de l’autre côté il y avait les femmes françaises luttant
pour certains droits spécifiques à la civilisation occidentale. Mais en mettant
ensemble les deux groupes revendicateurs, on ne trouvait pas notre compte »
(Dewitte, 1990). C’est ainsi que le Modefen s’est engagé également dans une
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université Paris 8 - - 193.54.174.3 - 23/09/2019 17:07 - © La Découverte

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université Paris 8 - - 193.54.174.3 - 23/09/2019 17:07 - © La Découverte
lutte pour les revendications spécifiques et pour l’émancipation des femmes
noires de France. Les principales demandes portaient sur l’instruction, le
logement, la dignité, la connaissance de son corps, la liberté de choix du mode
de vie et les violences faites aux femmes. Elles étaient également très inves-
ties dans la lutte contre la polygamie, aggravée par le regroupement familial
en France et contre les mutilations sexuelles faites aux femmes africaines.
Ensuite, d’autres femmes noires ont constitué de nouveaux mouvements
usant des nouvelles modalités d’expression offertes par Internet pour servir
leur lutte à la fois antiraciste et antisexiste. Elles ont pris la parole individuel-
lement au sein de la blogosphère française faisant émerger une large constel-
lation de blogs sur des sujets très divers. Mentionnons les initiatives telles que
celle de Mrs Roots concernant la littérature 3, les blogs « les bavardages de
Kiyémis » 4, « équimauves » de Po K. Lomami 5 et « Many chronique » 6, ou
encore la chaîne de « Naya la ringarde » 7. En parallèle de ces initiatives indi-
viduelles existent également les groupes « Afrofem » 8 et « Afrofem France » 9,
le groupe Facebook « Afro-féminisme, parlons des femmes noires » 10, le

3.  https://mrsroots.wordpress.com/ (consulté le 13 février 2017).


4.  https://lesbavardagesdekiyemis.wordpress.com/ (consulté le 13 février 2017).
5.  https://equimauves.wordpress.com/ (consulté le 13 février 2017).
6.  https://manychroniques.wordpress.com/ (consulté le 13 février 2017).
7.  https://www.youtube.com/channel/UCScUARAGiZQkPHpOHuS_drA/videos (consulté le
13 février 2017).
8.  https://www.facebook.com/AFROFEM/ (consulté le 13 février 2017).
9.  https://www.facebook.com/olympe.dei/about (consulté le 13 février 2017).
10.  https://www.facebook.com/parlonsdesfemmesnoires/ (consulté le 13 février 2017).
Paroles de femmes noires73

groupe belge « Mwanamké » depuis 2015, et puis, le collectif Mwasi lancé en


novembre 2014, sur lequel nous focalisons la seconde partie de notre propos.

LES DISCOURS AFRO-FÉMINISTES CONTEMPORAINS SUR INTERNET :


MÉDIATIVITÉ D’UNE LUTTE

Identification des acteurs des discours afro-féministes d’aujourd’hui

De nos jours, parmi les différentes voix qui s’élèvent pour investir le débat
public et défendre spécifiquement les femmes noires face aux multiples
oppressions qui les concernent, le collectif militant Mwasi 11 est celui qui va
retenir notre attention dans la suite de cet article. Parmi les différents collec-
tifs militants qui œuvrent à faire reconnaître la spécificité des oppressions
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université Paris 8 - - 193.54.174.3 - 23/09/2019 17:07 - © La Découverte

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université Paris 8 - - 193.54.174.3 - 23/09/2019 17:07 - © La Découverte
que subissent les femmes noires en France, il nous a semblé que ce collec-
tif est celui qui bénéficie de la plus forte médiatisation. Ainsi, pour aborder
les modalités de mise en visibilité de l’afro-féminisme français sur Internet,
il nous paraît pertinent d’en analyser les médiations médiatiques contempo-
raines. Si discret soit-il dans le champ médiatique hégémonique, Mwasi est
présent dans les médias informatisés contemporains. Il investit en particulier
les réseaux sociaux pour diffuser ses messages et faire connaître ses actions.
Cette activité numérique est importante pour son déploiement public, sa
médiativité (Marion, 1997) et sa reconnaissance comme dispositif spécifique
de lutte politique. Constitué en association loi 1901, le collectif Mwasi est
innovant dans sa posture, se donne des buts précis (comme la lutte contre la
misogynoire 12) et engage des actions y correspondant. Il nous semble donc
judicieux d’étudier les mécanismes médiatiques et communicationnels qui lui
permettent de parvenir à maintenir son dispositif d’existence en place depuis
sa création en novembre 2014.

Afin d’aborder la circulation numérique ainsi que le fonctionnement dis-


cursif actuel de l’afro-féminisme militant, nous allons nous pencher sur des
formes médiatiques qui sont à la fois réceptacles et espaces de diffusion de
discours émanant de Mwasi. Nous avons donc cherché à collecter des docu-
ments numériques dans lesquels Mwasi était cité (recherche sur Europress)
ou bien desquels il était énonciateur. Nous étudions en particulier les pages

11.  Prononcé « mouassi », ce mot signifie « femme » dans l’un des dialectes congolais.
12.  La « misogynoire » désigne la misogynie spécifiquement dirigée contre les femmes noires.
74 Réseaux n° 201/2017

web qui composent le site Internet du collectif 13, ses pages Facebook 14 et


Twitter 15 ainsi que sa présence numérique via d’autres instances médiatiques
qui parlent d’afro-féminisme en citant Mwasi, ou qui en ont invité des porte-
parole. Nous avons retenu cinq articles de presse en ligne présents sur les
sites mailtingblog.fr (Radio France), lesinrocks.fr, id-vice.fr, madamefigaro.
fr, madmoizelle.fr ; et au niveau audiovisuel, l’émission de radio « Bienvenue
chez Ouam » du 3 février 2016, animée par Max Lebon, diffusée sur « Fré-
quence Paris Plurielle » 16 et dont les podcasts hébergés sur « streetpress.
com » sont disponibles en permanence dans les archives 17 ainsi que la vidéo
élaborée et mise en ligne via YouTube le 15 mars 2016 par « Naya La rin-
garde », avatar numérique d’une « youtubeuse » afro-féministe française. Ces
deux derniers supports, l’un audio, l’autre audiovisuel, font chacun intervenir
deux membres du collectif Mwasi (deux duos distincts) qui s’y expriment sur
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université Paris 8 - - 193.54.174.3 - 23/09/2019 17:07 - © La Découverte

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université Paris 8 - - 193.54.174.3 - 23/09/2019 17:07 - © La Découverte
leurs parcours, leurs engagements et le sens de leur démarche militante afro-
féministe. Pour traiter ce corpus, nous avons décortiqué, un à un, puis collec-
tivement, sept documents médiatiques différents (un audio, un audiovisuel et
cinq rédigés). Dans le cadre de l’étude du vocabulaire de ces discours afro-
féministes en ligne, 115 mots et expressions ont été repérés. Ces éléments ont
été saisis via une lecture attentive du corpus afin d’en envisager la dimension
raciale, genrée, corporelle et colorielle, de mettre au jour sa teneur militante
et sociopolitique, et de rendre compte de ses préoccupations intersection-
nelles et médiatiques. Les formes linguistiques relevées sont au nombre de
2 116 (avec des cas non relevés, car non présents) pour les sept documents
analysés. Au global, le relevé lexical est d’environ 10 % de la matière linguis-
tique présente qui totalise 21 221 mots. Elles ont été comptabilisées d’une
part au sein de chacune des retranscriptions discursives intégrales (pour la
vidéo YouTube et l’émission de radio « Bienvenue chez Ouam ») et d’autre
part dans les textes rédigés des cinq articles de presse en ligne étudiés. In fine,
10 champs lexicaux ont été identifiés à partir de ces 115 mots et expres-
sions récurrentes. Une fois ces mots et expressions rassemblés au sein de
ces 10 groupes lexicaux cohérents : afro-référence, colonisation, corps, cou-
leur, genre, intersectionnalité, discours publicisé ou médiatique, militantisme,
thématique politique et sociale et race ; nous avons pu faire apparaître, de

13.  https://mwasicollectif.com/ (consulté le 13 février 2017).


14.  https://www.facebook.com/mwasiafrofemparis/ (consulté le 13 février 2017).
15.  https://twitter.com/mwasicollectif (consulté le 13 février 2017).
16.  RFPP 106.3 FM en Île-de-France.
17.  http://blogs.streetpress.com/bienvenuechezoam/2016/02/03/speciale-afro-feminisme-
avec-fania-noel-mwasi-et-many-chroniques/ (consulté le 13 février 2017).
Paroles de femmes noires75

manière tendancielle, les proportions dans lesquelles chaque champ lexical


était présent pour chaque document pris singulièrement, pour chaque type de
documents (presse en ligne, émission de radio, vidéo YouTube) et également
sur l’ensemble. Ces discours se déploient donc via des supports numériques
qui en assurent la diffusion auprès du public donc visé (prioritairement les
femmes noires) et dans une sphère de réception potentiellement beaucoup
plus large (blogs, YouTube, presse en ligne, etc.). Ces formes discursives –
qui font circuler un certain discours afro-féministe français contemporain –
cristallisent à la fois des enjeux de représentation et de représentativité de la
parole politique des femmes noires. La problématique mêlée de la visibilité et
de la reconnaissance (Voirol, 2005) qui s’y joue nous permet de restituer « ce
qui se dit » de l’afro-féminisme et de montrer « comment il se dit », notam-
ment via Internet.
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université Paris 8 - - 193.54.174.3 - 23/09/2019 17:07 - © La Découverte

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université Paris 8 - - 193.54.174.3 - 23/09/2019 17:07 - © La Découverte
Stratégie intersectionelle et médiatisation

Être femme et être noire constitue pour ce groupe un plus petit dénominateur
commun à partir duquel elles conçoivent et mettent à distance les articulations
entre les divers rapports de force qui les oppriment. Cette manière de les arti-
culer ensemble (pour les penser, s’en saisir et tenter de s’en défaire) participe
d’une démarche intersectionnelle. Elsa Dorlin précise que « l’intersectionna-
lité est devenu depuis quelques années l’expression par laquelle on désigne
l’appréhension croisée ou imbriquée des rapports de pouvoir. Le concept
d’“intersectionnalité” a été élaboré par Kimberlé W. Crenshaw en 1989. Par
ce terme, elle critique d’une part les stratégies politiques des mouvements
féministes et antiracistes et, d’autre part, elle développe, avec d’autres, un
champ d’analyse […] qui entend montrer comment les dispositifs législatifs
de lutte contre les discriminations réifient des catégories exclusives, telles
que le “sexe” ou la “race” ou la “classe” » (Dorlin, 2009). Mwasi revendique
l’intersectionnalité de sa posture et le vocable est également repris par les sup-
ports de presse en ligne qui se font l’écho de ce mouvement militant : la notion
est mentionnée 7 fois dans la vidéo, 4 fois dans l’émission de radio et 14 fois
en tout pour les 5 articles (dont 6 fois dans l’article de Madmoizelle.fr rédigé
par Naya Ali 18). L’intersectionnalité portée par Mwasi s’accompagne d’une
conséquence organisationnelle revendiquée comme telle : cela consiste à mili-
ter en « non-mixité », c’est-à-dire à n’accueillir dans ses espaces d’échanges

18.  Naya Ali est « Naya la ringarde » (avatar de la chaîne YouTube du même nom).
76 Réseaux n° 201/2017

que des personnes partageant le fait d’être femme et d’être noire (avec un
élargissement coloriel à toutes les métis jusqu’au white-passing 19, selon ce
qui est mentionné sur leur site Internet). Le corps fonctionne ici comme un
signe porteur de marqueurs visibles de l’afro-descendance et du genre corré-
lés. La mention de cette « non-mixité » revient 12 fois dans la vidéo et 7 fois
dans l’émission de radio, seulement 5 fois dans les 5 articles (dont 2 desquels
elle est absente). Sur le site Internet de Mwasi, on peut lire que l’exclusion
des femmes/féministes blanches, hommes racisés et hommes blancs de leur
espace de parole est justifiée ainsi : « Il n’y a aucune hiérarchisation des races
dans Mwasi, nous revendiquons uniquement le droit d’avoir un espace entre
nous où nous puissions nous sentir en sécurité, et où il nous est possible de
mettre notre temps au profit de notre lutte plutôt que de le consacrer à de
la pédagogie (en répondant par exemple aux nombreuses questions sur la
non-mixité […]) » 20. Dans tout notre corpus, il est fait référence 48 fois (soit
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université Paris 8 - - 193.54.174.3 - 23/09/2019 17:07 - © La Découverte

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université Paris 8 - - 193.54.174.3 - 23/09/2019 17:07 - © La Découverte
environ 2 % du relevé) à l’idée de « non-mixité ». Les personnes désignées
comme en dehors de la démarche afro-féministe sont parfois qualifiées d’in-
compréhensives, jamais mentionnées comme des opposant.e.s.

Les discours émanant de médias dans lesquels des membres de Mwasi ont
été directement invitées à prendre la parole (l’émission de radio et la vidéo
YouTube) ont des accents plus militants, plus politiques. Le champ lexical
du genre qui est mobilisé y fait référence en tant que marqueur social support
d’une oppression sexiste (Bentouhami-Molino, 2015). Ces discours insistent
aussi davantage sur les nécessités de reconnaissance et de mise en visibilité
du combat afro-féministe. Tandis que, dans les articles de presse en ligne,
la thématique militante et la dimension politique sont moins marquées, au
profit d’autres thèmes comme l’insuffisante présence médiatique des femmes
noires, leurs corps et la beauté, ou bien encore le genre comme thème fémi-
niste transverse. Le statut de la parole véhiculée par ces différents espaces de
médiatisation n’est donc pas le même dans tout notre corpus. Il faut opérer une
distinction claire entre : d’une part, les cinq articles de presse en ligne rédigés
par des journalistes ou rédacteurs web qui reprennent des sources qui citent
des membres de Mwasi ; et de l’autre, les deux documents audiovisuels dans
lesquels des membres de Mwasi ont été invitées à prendre la parole à la fois
individuellement (en termes d’expériences vécues et d’engagement militant)

19.  Le white-passing consiste à « passer pour blanc » : quand bien même l’on aurait des ascen-
dants racisés, cela ne se voit pas.
20.  https://mwasicollectif.com/faq/ (consulté le 13 février 2017).
Paroles de femmes noires77

et au nom du collectif, pouvant ainsi promouvoir ses positionnements poli-


tiques. En effet, en fonction de la manière dont est retransmise la parole afro-
féministe à travers ces différents supports médiatiques, on ne mesure pas la
même tonalité militante, ni tout à fait le même type de vocabulaire employé
(quand bien même des champs lexicaux similaires se retrouvent), notamment
sur le plan politique. Ce sont ces écarts et ces distinctions que nous avons mis
en relief afin de rendre compte des enjeux liés à la médiatisation numérique
du discours afro-féministe du collectif Mwasi.

La (re)prise de la parole par soi pour soi sur Internet constitue l’ouverture d’un
espace des possibles pour le discours afro-féministe en France. Cela constitue
un enjeu de taille pour les afro-féministes qui revendiquent – avant toute autre
chose –, cette possibilité de prendre elles-mêmes la parole sur elles-mêmes,
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université Paris 8 - - 193.54.174.3 - 23/09/2019 17:07 - © La Découverte

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université Paris 8 - - 193.54.174.3 - 23/09/2019 17:07 - © La Découverte
en tant que groupe de femmes noires, non pas homogène, mais cohérent. Les
membres du groupe Mwasi ayant a minima en commun l’expérience de l’op-
pression combinée de la domination masculine (qu’elles qualifient tantôt de
« patriarcat », tantôt de « sexisme ») et du racisme. Elles estiment que l’élabo-
ration d’une parole authentique sur leur situation spécifique ne peut de facto
émaner que d’elles-mêmes. Elles considèrent que certains discours désirant
parler pour elles par procuration sont inadéquats : d’une part celui des anti-
racistes classiques, majoritairement masculins, et d’autre part celui des fémi-
nistes universalistes (Delphy, 2008), dites « féministes blanches ». Chacun de
ces mouvements ne s’attaque qu’à l’une ou l’autre des oppressions qu’elles
subissent et non à la conjonction/combinaison des deux. Cette double critique
de mouvements capables de ventriloquie sur le sort des femmes noires, est
très notable dans les propos de Fania et d’Audrey (auteure du blog Many-
chroniques), interrogées dans le cadre l’émission « Bienvenue chez Ouam »
ainsi que dans les propos d’Alma et Christelle dans le cadre de la vidéo. Leurs
différents propos font montre d’un fort désir de se parler soi-même plutôt que
d’être parlées par les autres. C’est ainsi qu’en lieu et place de discours qui, ou
ne parlent pas d’elles, ou en parlent en des termes inadéquats, elles ont décidé
d’élaborer une parole apte à rendre compte de leurs situations spécifiques de
femmes noires dans la France contemporaine. Sur ce point, Audrey raconte :
« […] toutes les femmes noires, on se retrouvait avec les mêmes expériences,
face aux hommes, au travail et à l’école. Donc c’est très important, je pense,
qu’il y ait ce collectif qui soit en non-mixité, parce qu’il y a besoin de libérer
la parole et de déconstruire aussi tout ce que l’on a ingurgité dans une société
pensée comme blanche. » Elles inscrivent cette réappropriation de la parole sur
soi pour soi et pour les autres dans la lignée des féministes afro-américaines
78 Réseaux n° 201/2017

des années 1970 aux États-Unis, et dans celle des féministes africaines telles
qu’Awa Thiam ou Maryse Condé, tout en étant conscientes de ne pas se situer
dans les mêmes contextes socio-historiques que celles-ci ou celles-là. Cette
réappropriation s’accompagne d’un discours sur l’invisibilité des femmes
noires dans les médias majoritaires. Cette invisibilité est en particulier sai-
sie comme l’opportunité d’un développement médiatique de niche pour la
presse féminine noire dont l’existence vise en premier lieu à rendre visible les
femmes noires mais sur un mode non-militant (Sassoon, 2015).

Les militantes de Mwasi se sont donc aménagé, notamment via des pratiques
numériques actives, un espace de prises de parole et de partages d’expérience
afin de manifester la variété individuelle pouvant exister au sein d’un groupe
de femmes noires, groupe souvent considéré comme homogène et très fré-
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université Paris 8 - - 193.54.174.3 - 23/09/2019 17:07 - © La Découverte

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université Paris 8 - - 193.54.174.3 - 23/09/2019 17:07 - © La Découverte
quemment essentialisé dans ses représentations. Soulignons que le vocabu-
laire relatif à la parole renvoie également à la problématique de la légitimité
politique de parler dans l’espace public français lorsque l’on est une femme
noire ou plus largement une femme racisée (Bentouhami-Molino, 2015). Sur
les 2 216 éléments lexicaux relevés, le champ sémantique du « discours publi-
cisé ou médiatique » concerne 14,4 % de cette matière linguistique. La dimen-
sion médiatique des problématiques de visibilité des femmes noires est à peu
près autant mise en avant dans les propos des articles que dans ceux des duos
interrogés. D’une part, en soulignant le manque de médiatisation des femmes
noires, invisibles dans la plupart des supports médiatiques dits dominants ou
mainstream. D’autre part, en enjoignant à la production médiatique de la part
de femmes noires. Cela est bien mis en avant dans la vidéo par Naya qui s’ex-
prime ainsi : « […] j’encourage toutes les filles qui voudraient créer une chaîne
YouTube et qui n’ont pas le courage de le faire, […] à ouvrir une chaîne You-
Tube. Parce qu’il n’y a pas assez de femmes noires sur le YouTube français. »
En filigrane, ce métadiscours critique la production médiatique hexagonale qui
ne mettrait en visibilité des femmes noires que par le truchement des objets
médiatiques anglo-saxons (et encore, assez rarement) ou de figures stéréoty-
pées. C’est le caractère hégémonique et excluant de la production médiatique
française qui est alors pointé ainsi que la très faible quantité de femmes noires
représentées, notamment sous un jour non réducteur. Pourtant, cet encourage-
ment à une meilleure et à une plus grande présence des femmes noires dans les
médias ne se répercute pas dans la posture militante de Mwasi qui, au sujet de
sa propre médiatisation, écrit : « Le collectif n’est pas particulièrement inté-
ressé par la visibilité dans les médias et nous n’acceptons que les interviews
menées par des femmes ou personnes non binaires racisées, de préférence
Paroles de femmes noires79

afro-descendantes (noires comme Maghrébines) et refusons la majorité des


demandes d’interviews ne se pliant pas à ces conditions » 21. Ainsi, elles disent
ne pas forcément vouloir une meilleure médiatisation pour Mwasi lui-même
qui nous semble être aujourd’hui le collectif afro-féministe le plus connu.

Pratiques visuelles, pratiques corporelles, pratiques politiques

Pour Mwasi, le numérique constitue un espace discursif ouvert pour (re)valo-


riser ce qui leur est collectivement spécifique (être femme et être noire), pour
se saisir de cette dimension à la fois sociale, physique et personnelle de leur
être, notamment en se réappropriant leurs corps à travers divers processus
de représentation. Dans les discours que nous étudions, Mwasi se promeut
comme le collectif à même d’offrir cet espace, tant par ses événements que
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université Paris 8 - - 193.54.174.3 - 23/09/2019 17:07 - © La Découverte

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université Paris 8 - - 193.54.174.3 - 23/09/2019 17:07 - © La Découverte
par les ressources numériques offertes. Cette volonté de « faire média », ou
du moins de devenir un « point relais » privilégié d’informations se traduit
par de nombreuses publications sur Facebook et Twitter. Mwasi y délimite un
champ discursif anti-hégémonique qui comprend l’afro-féminisme internatio-
nal, le discours contre le racisme structurel, des sujets ayant trait au corps des
femmes noires (qu’il s’agisse d’informations sportives, relatives à la coiffure, à
la mode, etc.) et leurs événements militants. Les membres de Mwasi élaborent
également un discours soucieux de justice sociale qu’elles articulent avec leur
problématique de lutte pour la reconnaissance et contre le capitalisme.

En outre, certains éléments éditoriaux ont attiré notre attention en raison de


leur récurrence dans la prise de parole numérique du collectif. Le hashtag
« la flamboyance » qui est utilisé en légende des images de femmes noires
publiées sur les réseaux sociaux par Mwasi. Il permet de qualifier, selon une
connotation très positive, les images de femmes noires dans diverses postures
corporelles : conquérantes, en action, libres, apprêtées, apaisées, bien dans
leurs corps. On trouve des photographies des femmes anonymes, de leurs
consœurs londoniennes, des reprises de photographies de mode, des photo-
graphies d’athlètes et autres images médiatiques. Cette manière d’accoler à
ces images le vocable « la flamboyance » constitue une modalité communi-
cationnelle d’enchantement de soi par le corps des autres. Par ce geste de
qualification, Mwasi désigne les êtres représentés comme participant d’une
« flamboyance ». Il y aurait l’idée que, de ces corps mis en représentation,
émane une exubérance sereine, une visibilité valorisante pour toute femme

21.  https://mwasicollectif.com/faq/ (consulté le 13 février 2017).


80 Réseaux n° 201/2017

noire. Ce jeu visuel avec le corps féminin noir prend la forme d’un leitmotiv
sur les réseaux sociaux, du fait de sa sérialité. Ce procédé visuel vise à susciter
une réinterprétation du corps féminin noir (souvent stéréotypé), comme beau,
diversifié et riche de multiples possibilités expressives au niveau corporel.
Cette mise en circulation de diverses figures relevant de « la flamboyance »
participe d’une modalité esthétique militante. Elle traduit une forme de prise
de pouvoir par la mise en scène de figures renouvelées de femmes noires qui
se détournent de cadrages sociaux habituels. Le corps féminin noir y devient
un support de projection des désirs de symbolisation pour soi qui confine
à l’essentialisation stratégique (Spivack, 2006) au point de désamorcer sa
teneur stéréotypique (Berthelot-Guiet, 2012). Il s’agit d’une stratégie visuelle,
médiatique et ici numérique, de résistance politique.
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université Paris 8 - - 193.54.174.3 - 23/09/2019 17:07 - © La Découverte

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université Paris 8 - - 193.54.174.3 - 23/09/2019 17:07 - © La Découverte
Le corps devient alors un support sensible pour la problématique média-
tique. En effet, les discours de Mwasi se cristallisent de manière aiguë sur la
dimension physique, corporelle, voire même charnelle, de l’être au monde des
femmes noires. En effet, la thématique du corps constitue 7,6 % des éléments
lexicaux relevés. La sur-sexualisation, l’animalisation voire l’exotisation dont
peuvent faire l’objet les représentations des corps des femmes noires sont cri-
tiquées par les afro-féministes. Le rapport contraint et normatif à la nudité qui
pèse sur leurs corps est aussi fortement critiqué. Elles revendiquent la possi-
bilité de choisir leurs tenues vestimentaires, quelles qu’elles soient, sans faire
l’objet de jugements. Sur ce point, Fania s’exprime ainsi à la radio : « parce
que dans l’afro-féminisme il y a toutes les questions de body positive, d’être
bien dans son corps, de faire ce que l’on veut de son corps, […]. C’est-à-dire de
pouvoir sortir en poum poum short ou en burka, ça devrait être autorisé, parce
que je choisis […]. Dans “estime de soi-même”, il y a le mot “soi-même” donc
[cela] veut dire qu’on le définit nous-mêmes. Merci pour les gens qui aiment
venir juger les autres ! » De son côté, le webmagazine Id-Vice, relate l’élé-
ment suivant : « […] en pointant du doigt la façon dont son corps noir était
étiqueté “vulgaire” quand les poses sexy de ses consœurs blanches et sveltes
ne choquaient personne […]. La nudité serait-elle bon chic, bon genre (BCBG)
chez certaines (les blanches), mais antiféministe chez les autres (les Noires) ».
Ces critiques de l’ordre médiatique hégémonique ainsi que le processus de
légitimation de leur parole spécifique font émerger une interrogation sur le
non-questionnement de la majorité invisible blanche, pourtant la plus visible
médiatiquement (Cervulle, 2013). La pierre angulaire de ce combat sociopoli-
tique est donc bien la visibilité et plus précisément la lutte contre une certaine
norme de visibilité dans laquelle est incarcéré le corps féminin noir dans les
Paroles de femmes noires 81

représentations collectives. Cette importance de la manifestation visuelle du


corps comme support de réappropriation de soi et de prise de pouvoir biopo-
litique (Foucault, 1976) sur soi-même se dégage nettement dans les discours
analysés. Dans les visuels publiés sur les réseaux sociaux par Mwasi, les figu-
rations éditoriales (Bruneel, 2012) consistent à la fois en un détournement des
codes sémiotiques et en un renouvellement des représentations par des procé-
dés d’emphase et de sublimation. Symétriquement s’opère une déconstruction
d’une imbrication de la race et du genre selon laquelle le corps serait figé dans
une morphologie, une couleur de peau ou une nature de cheveux. La conden-
sation sémiotique (Berthelot-Guiet, 2012) opérée sur les traits physiques a
minima en commun vient mettre en avant la pluralité des dissemblances au
sein du groupe. Cette déconstruction stratégique participe d’une lutte anti-
hégémonique sur le plan médiatique. Les représentations élaborées par Mwasi
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université Paris 8 - - 193.54.174.3 - 23/09/2019 17:07 - © La Découverte

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université Paris 8 - - 193.54.174.3 - 23/09/2019 17:07 - © La Découverte
ont une dimension sémioclastique et agissent comme des catalyseurs de dé-
catégorisation à des fins de distanciation d’avec les figures stéréotypées, le tout
en vue d’une considération non altérisante du corps féminin noir.

CONCLUSION

Les pratiques discursives et visuelles de Mwasi s’inscrivent dans une stra-


tégie d’intervention dans la dénomination et dans la mise en visibilité des
femmes noires. Il s’agit d’un discours politique du corps. Cet intervention-
nisme consiste d’une part à subvertir les modalités de catégorisation avec les-
quelles on les désigne et d’autre part à occuper l’espace de lutte. En effet,
l’activité discursive de Mwasi accomplit ce que propose Kimberlé Crenshaw,
à savoir : « […] pour les groupes maintenus dans une situation de dépen-
dance, la stratégie de résistance la plus fructueuse consiste à occuper le terrain
pour défendre une politique de la localisation sociale, au lieu de vider les
lieux et de saborder cette politique » (Crenshaw et Bonis, 2005). Cette activité
d’ordre politique constitue un travail de longue haleine dont les objectifs vont
bien au-delà des questions de valorisation de soi par des figurations média-
tiques innovantes. L’important est la création ou plutôt le redimensionnement
d’une sociabilité par des activités liées au fait d’habiter le monde dans le
corps d’une femme noire, et ce, quelle que soit sa tonalité de couleur de peau,
sa morphologie et son identité sexuelle (cis, trans, inter, etc.), sa corpulence,
son apparence générale, son orientation sexuelle, sa validité, etc. L’élargis-
sement à ces éléments fait montre d’une autodésignation et d’une délimita-
tion assez large de la non-mixité souhaitée par Mwasi qui considère que la
double oppression systémique contre laquelle elles luttent est la domination
82 Réseaux n° 201/2017

masculine couplée au racisme structurel (suprématie blanche), appelée par-


fois « blantriarcat ». Les ateliers proposés par Mwasi lors de sa Troc Party en
décembre 2015 montrent l’ouverture thématique du collectif : de l’attaché de
foulard à l’afro-véganisme, autant de sources potentielles de revalorisation
du rapport à soi. Leur désignation usuelle de toutes les autres femmes noires
comme des « sista », abrégé du mot « sisters », sœurs en anglais, audible dans
les propos de la vidéo et l’émission de radio et aussi ailleurs, développe l’idée
d’une solidarité entre femmes noires, de liens forts de sororité. Cette soli-
darité sororale, spécifique aux femmes noires serait proprement intersection-
nelle, et viendrait s’opposer de manière tacite à la fraternité jamais accomplie
proposée par l’universalisme républicain de la société française.

Depuis déjà quelques décennies en France, le discours afro-féministe mou-


vant pointe de manière originale la complexité des différents rapports de pou-
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université Paris 8 - - 193.54.174.3 - 23/09/2019 17:07 - © La Découverte

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université Paris 8 - - 193.54.174.3 - 23/09/2019 17:07 - © La Découverte
voir entremêlés auxquels les femmes noires doivent faire face. Le sexisme, le
racisme, la misogynie et la négrophobie sont, a minima, ce qu’elles combattent
conjointement. Son enjeu est la reconnaissance des effets de la coextensivité
(Kergoat, 2009) des oppressions systémiques qu’elles subissent et qui sont
le plus souvent passées sous silence. L’entremêlement de rapports d’oppres-
sion de genre, de race et de classe subis par un même acteur social, en plus
d’avoir été saisi par la notion d’intersectionnalité développée par Kimberlé
Crenshaw, a été également pensé en termes de co-formation des rapports de
domination. Cela permet de penser le travail de reproduction sociale (Delphy,
2008) réalisé par les femmes noires comme intrinsèquement lié au système
patriarcal, (post)colonial et néolibéral de domination. De plus, les groupes
politiques contemporains sont le résultat d’un long processus d’intersection
entre les mouvements noirs, féministes et de gauche. Ils n’ont pas « jailli […]
sans antécédent ou sans aucune continuité avec les mouvements associatifs
féminins […] organisés dès la fin du XIXe siècle » (Palmiste, 2008). Dès le
début du XXe siècle, les expressions publiques des femmes noires s’insèrent
dans un contexte de lutte contre le système colonial et contre les discrimi-
nations de sexe, de race et de classe. Ainsi, au-delà des moments discursifs
analysés dans cet article, nous pouvons supposer que ces différentes femmes
noires militantes ont des objectifs en commun, c’est-à-dire que, quelque part,
elles se battent toutes pour les mêmes types de causes sociales (l’antiracisme,
l’anti-sexisme, l’anti-patriarcat, l’anti-misogynoire dirait Mwasi). Néan-
moins, leurs engagements et leurs revendications s’inscrivent dans différents
contextes politiques. Leurs mobilisations assument ainsi des discours et des
méthodes singulières selon chaque époque. En effet, alors que jusque dans
les années 1940 ces femmes exigeaient principalement l’octroi du droit de
Paroles de femmes noires 83

vote et de meilleures conditions de vie, les membres de Mwasi vont plutôt


mettre en avant l’importance de la valorisation médiatique de l’esthétique du
corps féminin noir. Reste que nous constatons sur le plan militant des reven-
dications similaires : droit au logement, à la dignité, à la connaissance de son
corps et à la liberté de choix du mode de vie et contre les violences faites aux
femmes et aux Noirs et à tou.te.s les racisé.e.s.

Enfin, Internet semble être une ressource communicationnelle importante


dans la mise en place du mouvement afro-féministe Mwasi, notamment pour
relayer les informations et les actions militantes plus traditionnelles (défilés
urbains, marches munies de pancartes revendicatrices, rendez-vous pour des
« sit-in », événements), mais aussi pour rendre visible un mouvement très peu
audible, voire en déperdition au niveau de ses propres archives historiques, et
pour l’ouvrir sur d’autres espaces de médiatisations. Les différents documents
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université Paris 8 - - 193.54.174.3 - 23/09/2019 17:07 - © La Découverte

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université Paris 8 - - 193.54.174.3 - 23/09/2019 17:07 - © La Découverte
médiatiques contemporains étudiés se sont fait les relais de l’existence du col-
lectif Mwasi et d’une partie de son discours. Ils ont tenté de restituer avec
plus ou moins de clarté et de justesse les diverses revendications portées, en
manquant parfois la spécificité de leur teneur politique, laquelle se trouve le
plus clairement explicitée par Fania au moment de son passage dans l’émission
« Bienvenue chez Ouam ». Ils s’attellent principalement à pointer à quel point
les revendications et les discours afro-féministes ne sont pas assez mis sur le
devant de la scène, peut-être pour se faire valoir comme médias ayant décidé,
eux, à l’exception des autres, d’en faire un sujet à traiter.
84 Réseaux n° 201/2017

RÉFÉRENCES

BENTOUHAMI-MOLINO H. (2015), Race, cultures, identités : une approche fémi-


niste et postcoloniale, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Philosophies ».
BERTHELOT-GUIET K. (2012), Parole de pub, la vie triviale de la publicité, Paris,
Non Standard.
BONI T. (2014), « Femmes en Négritude : Paulette Nardal et Suzanne Césaire », Rue
Descartes, nº 83, pp. 62-76.
BRUNEEL E. (2012), La fabrique de la « diversité » dans les discours de l’entre-
prise : entre thématique sociopolitique et schème représentationnel, étude d’une
dynamique symbolique, mémoire de Master 2 Recherche en sciences de l’information
et de la communication, préparé sous la direction de Karine Berthelot-Guiet, CELSA-
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université Paris 8 - - 193.54.174.3 - 23/09/2019 17:07 - © La Découverte

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université Paris 8 - - 193.54.174.3 - 23/09/2019 17:07 - © La Découverte
Paris Sorbonne.
CERVULLE M. (2013), Dans le blanc des yeux : diversité, racisme et médias, Paris,
Éditions Amsterdam.
CÉSAIRE S. (2009), Le Grand Camouflage. Écrits de dissidence, introduction de
Daniel Maximin, Paris, Seuil.
CHÂABANE N. (2008), « Diversité des mouvements de “femmes dans l’immigra-
tion” », Les Cahiers du CEDREF, pp. 231-250.
COORDINATION DES FEMMES NOIRES (CFN), Brochure (sans titre), 38 p.,
juillet 1978. Consulté à la Bibliothèque Marguerite Durand.
CRENSHAW K., BONIS O. (2005), « Cartographies des marges : intersectionnalité,
politique de l’identité et violences contre les femmes de couleur », Cahiers du Genre,
39.(2), pp. 51-82.
DELPHY C. (2008), Classer, dominer : qui sont les autres ?, Paris, La Fabrique.
DEWITTE P. (1990), « La condition des femmes noires en France », Hommes et
Migrations, nº 1131, pp. 81-89.
DORLIN E., « Vers une épistémologie des résistances », in Sexe, Race, Classe. Pour
une épistémologie de la domination, Paris, PUF, coll. « Actuel Marx », pp. 51-82.
FOUCAULT M. (1976), L’ordre du discours : Leçon inaugurale au Collège de
France prononcée le 2 décembre 1970, Paris, Gallimard-nrf.
HABERMAS J. (1988), L’espace public : archéologie de la publicité comme
dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris, Payot, coll. « Critique de la
politique ».
JEANNERET Y. (2008), Penser la trivialité. Vol. 1. La vie triviale des êtres culturels,
Paris, Hermès Lavoisier, coll. « Médiation & construits sociaux ».
Paroles de femmes noires 85

KERGOAT D. (2009), « Dynamique et consubstantialité des rapports sociaux », in


E. DORLIN, Sexe, Race, Classe. Pour une épistémologie de la domination (pp. 111-125),
Paris, PUF, coll. « Actuel Marx ».
LESSELIER C. (2013), « Mouvements de femmes de l’immigration en France dans
les années 1970 », Migrance, nº 42, pp. 13-28.
MARION P. (1997), « Narratologie médiatique et médiagénie des récits », Recherches
en communication, n° 7, pp. 61-88.
NARDAL J. (1928), « L’internationalisme noir », La Dépêche africaine, 15 février,
p. 5. Consulté aux Archives nationales d’Outre-Mer.
NARDAL P. (1948), « Éditorial », La Femme dans la Cité, n° 39, juin, p. 1. Consulté
aux Archives de la BNF.
NARDAL P. (1992), « Éveil de la Conscience de Race », La Revue du Monde Noir,
n°1-6, pp. 343-349. Consulté aux Archives de la BNF.
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université Paris 8 - - 193.54.174.3 - 23/09/2019 17:07 - © La Découverte

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université Paris 8 - - 193.54.174.3 - 23/09/2019 17:07 - © La Découverte
N’DIAYE P. (2008), La condition noire. Essai sur une minorité française, Paris,
Gallimard, coll. « Folio Actuel ».
N’DIAYE P. (2009), « Présence africaine avant “Présence Africaine”. La subjecti-
vation politique noire en France dans l’entre-deux-guerres », Gradhiva, Revue d’an-
thropologie et d’histoire des arts, Musée du Quai Branly, pp. 64-79.
NEVEU E. (2010), « 12. Médias et protestations collectives », in Penser les mouve-
ments sociaux, Paris, La Découverte.
PALMISTE C. (2008), « L’utilisation de la mémoire de l’esclavage dans les reven-
dications des féministes guadeloupéennes (1918-1921) », Revue Sextant, n° 24-25,
pp. 43-54.
PALMISTE C. (2014), « Le vote féminin et la transformation des colonies françaises
d’Amérique en départements en 1946 », Nuevo Mundo Mundos Nuevos.
SASSOON V. (2015), Femmes noires sur papier glacé, Bry-sur-Marne, Institut national
de l’Audiovisuel.
SCHIEWECK N. (2011), L’articulation de la catégorie race et du racisme dans le
mouvement féministe des années 1970 en France, mémoire de Master 2 Recherche en
sciences politiques, C. ACHIN et V. ROUSSEL (dir.), Université Paris 8.
SPIVAK G. (2006), Les subalternes peuvent-elles parler ?, Paris, Éditions Amsterdam.
THIAM A. (1978), Awa, La parole aux négresses, Paris, Denoël-Gonthier.
VOIROL O. (2005), « “Les luttes pour la visibilité”. Esquisse d’une problématique »,
Réseaux, n° 129-130, pp. 89-121.