Vous êtes sur la page 1sur 808

HANDBOUND

AT THE

UNIVERSITY OF

TORONTO PRESS

tîp(«l^^^

r5l ';

Lu?z

GRAMMAIRE ARARE

DE

SILVESTRE DE SACY

TROISIÈME EDITION

Publiée par l' INSTITUT DE CARTHAGE

ET REVUE PAR

L. li^^OTIXJEI.,

DIRECTEUR GKNKRAL DE L'ENSEIGNEMENT PUBLIC E.\ TUNISIE

^^f^

TUNIS

m;\

30

SOCIETE ANONYME DE L'IMPRIMERIE RAPIDE

rue Saint Charles, dans son immeuble

1905

?J

6301

Ss

t. 2

GRAMMAIRE ARARE

TOME II

I
I

GRAMMAIRE ARABE

A l'usage des Élèves

DE l'ÉCOlE SPÉCIAIE DES LW'GUES (IIÎlEITAllS ÏIVARTES

AVEC FIGURES

Par m. le Baron SILVESTRE DE SACY

SECONDE EDITION

CORRIGÉE ET AUGMENTEE, A LAQUELLE ON A JOINT

UN TRAITÉ DE LA PROSODIE ET DE LA MÉTRIQUE DES ARABES

TOME II

PARIS

IMPRIMÉ PAR AUTORISATION DU ROI

DU 16 Septembre 1829

A L'IMPRIMERIE ROYALE

M DCCC XXXI

Hœc qui puer neglexerit, vel adolescentioi , vir faclus, in scriptoribus

Arabicis legendis versatissimus, ubique locorum hasret, saepe pedem of-

fendit ad minimos scrupules, et in parvis graviter labitur. Si desideramus

nucleum, cortex frangendus est, et cum aliquà amaritudine perrumpendus.

Studium linguarum, in universum, in ipsis primordiis triste est et ingra-

tum; sed, primis difficultatibus labore improbo et ardore nobili perruptis,

posteà, ubi sanctissima antiquitatis monumenta versare licet, cumulatis-

simè beamur.

L. C.Walckenaerii : Observ. acad. ad on'g. grœc, éd. ait., p. 27.

TABLE GENERALE DES MATÎEIIES

DU DEUXIÈME VOLUMli

 

Pages

Table des chapitres eoiilcniis dans ce deuxième volume.

ix

Livre troisième : De la syutaxe

1

Livre quatrième : De la syntaxe cousidérée suivant le sys-

tème des grammairiens arabes

509

Note additionnelle pour les deux parties de la Grammaire

GOO

Traité élémentaire de la prosodie et de l'art métritpie des

Arabes

617

Table détaillée des matières contenues dans ce deuxième

volume

G73

Table des particules et autres mots arabes qui ont doinié

lieu à quelques observations dans ce deuxième volinn(î

GS9

Table des mots teclmi(jues (]ui se trouvent dans le Traité

élémentaire de la prosodie et de l'art métrique des

Arabes

G95

APPENDICE

Quehpies mots sur l'origine de la Grammaire arabe et

sur les premiers grammairiens

3

Vocabulaire des principaux termes techniques de la

grammaire arabe

Table des corrections et des modifications faites à la

deuxième édition de la grammaire de Silvestre de Sacy

11

G7

TABLE DES CHAPITRES

CONTENUS DANS LA II« PARTIE

LIVRE TROISIÈME

De la Syntaxe

Pages

Chapitre premier. Division de la syntaxe en deux parties :

la syntaxe et la construction

1

Chap. II. De la syntaxe proprement dite

2

ChâP. III. Des règles de dépendance en général

15

Chap. IV. De la syntaxe des verbes^ par rapport à l'emploi

des temps et des tnodes

16

Chap. V. De la syntaxe des noms, par rapport à l'emploi

des cas

 

43

§ 1er. Du nominatif

 

43

§ 2. Du génitif

47

§ 3. De

l'accusalif

56

Circonstances de temps

69

 

id.

de lieu

69

id.

d'état

72

id.

de

manière, relatives à l'action

76

id.

de comparaison

77

id.

autres que celles d'état, servant à déter-

miner l'attribut exprimé, soit par un verbe concret, soit par ini simple adjectif, soit par un nom ou un

adjectif dont la relation avec le sujet est indiquée

par le verbe être, exprimé ou sous-entendu

78

Circonstances de motif, d'intention

79

Chap. VI. De l'usage des cas pour exprimer le compellatif

X

TABLE

Pages

Observation générale sur quelques usages des cas,

usages l'on s'éloigne des règles

93

Cha.p. VII. Syntaxe du sujet et de l'attvlhut

05

Chap. VIII. Des compléments en général

111

Ghap. IX. Des compléments objectifs, tant immédiats que

médiats, des verbes et des cJiangements que ces com-

plémoits éprouvent qnand les verbes passent à la voix

objective

115

Chap, X. Syntaxe des compléments des noms

132

Chap. XI. Syntaxe particulière des

Chap. XII. Syntaxe particulière des adjectifs verbaux, par

noms d'action

161

rapport aux règles de dépendance § 1er. Syntaxe des adjei'tifs verbaux appelés noms

178

d'agent

179

§ 2. Syntaxe des adjectifs verbaux appelés noms de

patient

1 91

§3. Syntaxe des adjectifs verbaux simpleim^nt quali-

ficatifs

194

Chap. XIII. Syntaxe des compléments objectifs des serbes

et autres compléments en cas d'inversion

202

Chap. XIV. Syntaxe des pjropositions complémentaires

211

Chap, XV. Syntaxe des verbes admiratifs et exclamatifs

217

Chap. XVI. Concordance du verbe avec le sujet

227

Chap. XVII. Règles de dépendance et de concordance qu'on

doit observer lorsqu'un même nom sert de sujet à plu- sieurs verbes ou de sujet à lai verbe et de complément

à un autre, ou enfin d'attribut à plusieu7\<i proposi-

tions

246

Chap. XVIII. Coiicordance du sujet et de l'attribut

252

Chap. XIX. Concordance des adjectifs, des articles démons-

tratifs et des pronoms avec les noms

258

Chap. XX. Concordance des appositifs

284

Chap. XXI. Concordance des inois liés par des particules conjonctives

291

.

DES CHAPITRES

xj

Pages

Chap. XXII. Syntaxe particulière des verbes qui ont pour

complément un sujet et ziti attribut

296

Chap. XXIII. Syntaxe jiarticulière des verbes abstraits

299

Chap. XXIV. Syntaxe particulière des adjectifs verbaux

qui servent à exprimer le comparatif et le superlatif

301

Chap. XXV. Syntaxe particulière des numératifs

313

§ 1er. Numératifs cardinaux

313

§ 2. Numératifs ordinaux

338

Chap. XXVI. Syntaxe particulière de l'article déterminatlf

342

Chap. XXVII. Syntaxe particulière de l'adjectif conjonctif et des noms conjonctifs et interrogatifs

343

Chap. XXVIII. Syntaxe des pronoms

368

Chap. XXIX. Syntaxe des propositions qui font fonction de

termes circonstanciels d'état

383

Chap. XXX. Syntaxe des particules indéclinables

389

§ 1er. Syntaxe des prépositions

389

§ 2. Syntaxe des expressions advei'biales elliptiques

appelées no)ns des verbes

394

§ 3. Observations sur la conjonction v^

396

§ 4. Syntaxe des particules d'exception et autres mots

qui servent au même usage

402

§ 5. Syntaxe des adverbes négatifs t», ^\

J, J et U

412

§ 6. Syntaxe de la particule suppositive et négative ^_J

417

Chap. XXXI. De la construction propre)nent dite

420

§ 1er. Construction du sujet, du verbe et de l'attribut.

421

§ 2. Construction des noms avec les adjectifs, les ar-

ticles démonstratifs et les numératifs

434

§ 3. Construction du verbe et de ses compléments ob-

jectifs, médiats et immédiats

§ 4. Construction du nom et de ses compléments

§ 5. Construction des termes circonstanciels § 6. Construction des prépositions relativement à leurs

antécédents et à leurs conséquents

438

441

442

448

xij

TABLE

Pages

Chap. XXXIII. Du pléonasme

476

Ghap. XXXIV. Des licences poétiques

493

LIVRE QUATRIÈME

De la Syntaxe considérée suivant le système des grammairiens arabes

Chapitre premier. De la proposition

en général

509

Chap. II. De la nature des diverses propositions

511

Chap. III. Des joai^ties tant essentielles qu'acces-<oires df^s

propositions

514

Chap. IV. De Vinchoaiif

515

Chap. V. De l'énonciatif

517

Chap. VI. Du verbe

518

Chap. VII. De l'agent

519

Chap. VIII. Du patient

521

Chap. IX. J)u ternie circonstanciel d'état

522

Chap. X. Du ternie spécificatif

523

Chap. XI. Du complément mis au génitif

524

Chap. XII. De la chose exceptée

525

Chap. XIII. Des appositifs

526

Chap. XIV. Observations sur les chapitres précédents

531

CHi^P. XV. De la construction

532

Chap. XVI. De la concordance

539

Chap. XVII. Des règles de la dépendance en général

541

Chap. XVIII. De l'influence du verbe

542

Chap. XIX. Du nom d'agent

546

Chap. XX. Du nom de patient

:

5-''9

Chap. XXI. Da l'adjectif assimilé au verbe

551

Chap. XXII. Du nom d'action

554

Chap. XXIII. Du rapport d'annexion

557

DES CHAPITRES

Chap. XXIV. Du nom parfait

CiiAP. XXV. Des particules qui exigent le génitif

xiij

Pages

559

5G1

GiiAP, XXVI. Des particules qui ont deux régimes : l'un au

nominatif l'autre à l'accusatif

561

Chap. XXVII. Des particules négatives l* et î^^ non

563

Chap. XXVIII. Des particules qui mettent le nom à l'accu-

satif

564

Chap. XXIX. Des particules qui mettent le verbe au mode

subjonctif

569

Chap. XXX. Des particules qui mettent le verbe au cas nommé djezni ou mode conditionnel

571

Chap. XXXI. Des noms qui mettent le verbe au mode con- ditionnel

572

Chap. XXXII. Des noms d'une signification vague

573

Chap. XXXIII. Des noms qui équivalent aux verbes

574

Chap. XXXIV. Des verbes abstraits

574

Chap. XXXV. Des verbes d'approximation

577

Chap. XXXVI. Des verbes de louange et de blâme

578

Chap. XXXVII. Des verbes appelés verbes de cœnr

581

Chap. XXXVIII. Des régissants logiques

583

Chap, XXXIX. De la syntaxe de la forme exclamative ou admirative des verbes

584

Chap. XL. Observations sur quelques usages des pi^onoms. 585

589

Chap. XLI. Des mots appelés abrogatifs

Chap. XLII. Des adverbes de temps et de lieu et des prépo-

sitions suivies de leur complément

591

Chap. XLIII. Observations générales sur l'analyse gram- maticale

592

Notes additionnelles pour les deux parties de la Gram-

maire arabe

600

Traité élémentaire de la prosodie et de l'art métrique

xiv

TABLE DES CHAPITRES

Pages

Table des matières contenues dans ce deuxième vo-

lume

673

Table des particules et autres mots arabes qui ont

donné lieu à quelques observations dans ce deuxiè-

me volume

689

Table des mots techniques qui se trouvent dans le Traité élémentaire de la prosodie et de l'art mé-

trique des Arabes

695

FIN DK LA TABLE DES CHAPITRES DE LA DEUXIEME PARTIE

r. RAM MA IRE ARABE

TOME II

GRAMMAIRE ARABE

LIVRE TROISIÈME

De Syntaxe

CHAPITRE PREMIER

Division delà Syntaxe en deux parties: la Syntaxe

et la Construction

1. La seconde partie de la Grammaire, celle que nous

venons de parcourir, a pour objet de faire connaître les diver- ses formes ou inflexions dont un même mot est susceptible,

suivant les différentes modifications de genre, de nombre, de

temps, etc., qui sont accidentelles à l'idée principale que le

mot exprime. Mais il ne suffit pas de connaître ces différentes

formes : leur usage est assujetti, dans toutes les langues, à

certaines règles dont la connaissance est indispensable pour la composition du discours. De plus, les mots, revêtus des for-

mes qui leur conviennent, doivent encore être disposés dans

un certain ordre, que l'on ne pourrait, le plus souvent, inter-

vertir sans nuire au sens ou du moins à la clarté du discours.

Ces deux parties de l'enseignement d'une langue, réunies, for- ment ce qu'on appelle la. syntaxe. Mais, en prenant ce mot dians

2

DE LA SYNTAXE

une acception plus restreinte, on appelle syntaxe la réunion

des règles qui déterminent l'usage qu'on doit faire des diverses

formes dont les mots sont susceptibles, pour lier le discours et

indiquer les rapports des différentes parties qui le composent;

et l'on comprend sous le nom de construction les règles qui ont pour objet l'ordre qu'on doit établir dans la disposition respec- tive des différentes parties. Dans certaines langues, la construc-

tion n'est presque assujettie à aucune autre règle qu'à celle de

l'harmonie; dans d'autres, elle peut être réduite à un système

uniforme et rigoureux. Cette différence tient principalement

au nombre et à la variété des inflexions grammaticales. Plus

elles sont nombreuses et variées, moins la construction doit

être assujettie à une marche systématique, parce que les rap-

ports des mots entre eux sont déjà indiqués par leurs formes.

Dans le cas contraire, la construction doit adopter un ordre

presque invariable, parce que ce n'est souvent que la place

qu'occupent respectivement les mots qui détermine leurs rap-

ports. La construction, dans la langue arabe, tient un milieu entre ces deux extrémités. Mais il est à propos de parler

d'abord de la syntaxe proprement dite.W

CHAPITRE II

De ia Syntaxe proprement dite

2. Avant d'entrer dans l'exposition des règles dont se com-

pose la syntaxe de la langue arabe, il est bon de rappeler ici

quelques principes généraux qui sont propres à jeter beaucoup

de jour sur cette matière.

*

(1) Voyez, sur la syntaxe et son objet, mes Principes de grammaire générale,

%• édit., p. 231.et suiv.

DE LA SYNTAXE

3

3. Nous avons dit ailleurs (n» 244, Fe part.) que, toute pro-

position n'étant autre chose que l'énonciation d'un jugement

de notre esprit et devant être le tableau fidèle de ce jugement,

il est nécessaire qu'elle exprime un sujet, un attribut et l'exis- tence intellectuelle de ce sujet avec relation à cet attribut. Je dis existence intellectuelle, parce que notre esprit peut conce-

voir et conçoit effectivement des êtres sur lesquels il forme un

jugement, sans affirmer leur existence réelle.

4. De ces trois parties dont l'ensemble forme une proposi-

tion, le sujet, qui est la première, est toujours un nom ou un

pronom, ou l'infinitif d'un verbe dans les langues ce mode

existe; car l'infinitif est un mode impersonnel qui participe

beaucoup de la nature du nom. (i) Ces mots sont les seuls qui

puissent exprimer les êtres, soit réels, soit intellectuels; et

c'est pour cela qu'ils peuvent seuls faire la fonction de sujet.

La seconde des trois parties d'une proposition, l'attribut, peut

toujours être rendue par un nom, un pronom ou un adjectif;

et la troisième, qui est l'expression de l'existence intellectuelle

du sujet avec relation à l'attribut, est exprimée par le verbe

substantif, ou abstrait, le seul qui ne contienne rien d'étranger

à la nature du verbe proprement dit, c'est-à-dire aucun attribut

déterminé (n» 246, 1''® part.).

5. Quoiqu'il ne puisse pas y avoir de proposition qui ne con-

tienne un sujet, un attribut et l'expression de l'existence intel- lectuelle du sujet avec relation à l'attribut, cependant il n'est

pas nécessaire, dans toutes les langues, que chacune de ces

trois parties d'une proposition soit exprimée par un mot parti-

culier. Tantôt le sujet, étant un pronom, n'est exprimé que par

l'inflexion que l'on donne au verbe et qui distingue la personne

(1) Voyez, sur la nature de l'infinitif, mes Principes de grammaire générale,

2* édit., p. 195 et suiv.

4

DE LA SYNTAXE

qui parle, de celle à qui l'on adresse la parole et de celle de

laquelle on parle ; ainsi, l'on dit en latin rex sum,rex es, rex est,

tandis qu'en français on exprime le sujet par un mot séparé,

en disant je suis roi, tu es roi, il est roi. Tantôt le sujet et

l'attribut seuls sont exprimés, et le verbe abstrait, qui est le

signe de l'existence intellectuelle du sujet et de sa relation à

l'attribut, est supprimé, parce qu'il y a dans la forme acciden-

telle de l'attribut, ou dans la manière dont l'attribut est coor-

donné par rapport au sujet, un signe suffisant de cette exis-

tence et de cette relation; ainsi, l'on peut dire en latin, sans

énoncer

aucun verbe: Tu dives, ille pauper ; tu ingenuus,ille

servus (tu

es riche, il est pauvre; tu es libre, il est esclave).

Tantôt un seul mot exprime l'attribut et l'existence intellec-

tuelle du sujet avec sa relation à cet attribut ; et c'est la fonc-

tion de tous les verbes autres que le verbe abstrait, et auxquels

on peut, par cette raison, donner le nom de verbes concrets ou

attributifs (no247, I^e part,); aussi n'est-il aucun de ces verbes

qui ne puisse être rendu par le verbe abstrait et par un attri-

but :ye mange, je vais, je lis

équivalent d^ je suis mangeant, je

suis allant, je suis lisant. Le verbe être lui-même, lorsqu'il sert

à affirmer l'existence réelle, devient concret et peut être rendu

par le verbe abstrait et par un attribut; ainsi. Dieu est signifie

Dieu est étant ou existant. W Lorsque le verbe être signifie

l'existence réelle, il peut être rendu en français par il y a. Cette manière de parler, /e suis lisant, qui serait ridicule en fran-

çais, est usitée en anglais. Dans cette langue, on dit:/am

going, I am r^eading, Iwas going (je vais, je lis, j'allais). Sou-

vent, un seul mot indique les trois parties de la proposition,

(1) Les grammairiens arabes ont bien observé cette doubie fonction du verbe

être ,.1° : quand il est attributif ou concret, ils le nomment ^ * '

et, lorsqu'il n'est que verbe substantif, ou ab^trjiit, ils l'appellent i

complet.

' complet,

-^ ' > in-

DÉ LÀ SYNTAXE

5

comme, en iaiin, lego, dico; ce qui est la même chose que si*

l'on disait ego sum legens, ego sum dicens.

6. Le sujet et Tattribut peuvent être simples ou composés,

incomplexes ou complexes : ils sont simples ou composés, à

raison du nombre d'idées qu'ils présentent à l'esprit; incom-

plexes ou complexes, suivant que les idées sont exprimées par

im seul mot ou par l'assemblage de plusieurs mots.

7. Le sujet est simple quand il offre à l'esprit un être dé-

terminé par une idée unique, soit que cette idée soit exprimée

par un seul mot ou par la réunion de plusieurs mots, comme dans ces phrases : Le roi est brave. Le roi d'Angleterre na pas

le pouvoir législatif. Les hommes les plus savants sont aussi les

plus 7nodestes. Les Arabes qui habitent les déserts sont hospita-

liers. Dans chacune de ces phrases, le sujet est simple, car,

quoiqu'il soit exprimé par plusieurs mots, la réunion de ces mots ne présente à l'esprit qu'une idée totale; et Ton ne pour- rait supprimer aucun de ces mots sans dénaturer cette idée.

8. Le sujet est composé quand il comprend plusieurs sujets

déterminés par des idées différentes, comme dans cette phrase :

Les Arabes, les Persans et les Turcs sont mahométans.

9. L'attribut est simple quand il n'exprime qu'une seule ma-

nière d'être du sujet, comme dans ces exemples : L'homme est

mortel. L'homme est le plus bel ouvrage du Créateur. Les sultans

asiatiques gouvernent leurs sujets avec une autorité despotique.

Dans ces deux derniers exemples, l'attribut est simple, quoique exprimé par plusieurs mots, parce que tous ces mots concou-

rent à former l'idée totale d'une seule manière d'être.

10. L'attribut est composé quand il exprime plusieurs ma-

nières d'être du sujet, comme dans cette phrase : Les Arabes

sont généreux, hospitaliers et vindicatifs. (*)

(1) Voyez, sur la manière de distinguer le sujet et l'attribut simples du sujet

6

DE LA SYNTAXE

' 11. Le sujet est incomplexe quand il n'est exprimé que par

un nom, un pronom ou un infinitif, comme nous lisons; Dieu

a créé toutes choses; mentir est un crime.

12. Il est complexe quand le nom, le pronom ou l'infinitif

est accompagné de quelque addition qui sert à le restreindre,

à l'expliquer ou à le déterminer, comme dans ces phrases : Moi

qui suis vieux, je touche à ma fin. Un discours éloquent plaît à tout le monde. Ai^ner son semblable est un devoir indispensable.

La loi de Mahomet est contentœ dans l'Alcoran.

13. L'attribut est incotnplexe quand il est exprimé par un

seul mot, soit que ce mot soit en même temps verbe et attribut,

comme dansée lis; soit que l'attribut soit séparé du verbe,

comme dansée suis aveugle.

14. Il est complexe quand le mot principalement destiné à

énoncer la manière d'être que l'on attribue au sujet est accom-

pagné d'autres mots qui en modifient la signification, comme

dans ces phrases : Je lis tous les jours quelques pages d'un livre

arabe. Je suis aveugle pour les choses que je veux ignorer.

15. Une proposition est simple quand le sujet et l'attribut

sont simples; elle est composée quand le sujet ou l'attribut,

ou l'un et l'autre, sont composés.

16. Une proposition est de même incomplexe quand le sujet

et l'attribut sont incomplexes; elle est complexe quand le sujet

ou l'attribut, ou l'un et l'autre, sont complexes.

17. Toutes les fois que le sujet ou l'attribut sont complexes,

on peut y distinguer le sujet et l'attribut logiques du sujet et

de l'attribut grammaticaux. Le sujet logique se compose de la réunion de tous les mots nécessaires pour exprimer la totalité

des idées partielles qui concourent à former l'idée totale du

et de l'attribut composés, mes Principes de grammaire générale, i* édit., p. 22

et suiv.

DE LA SYNTAXE

7

sujet. Le sujet grammatical, au contraire, ne consiste que dans

le mot qui exprime l'idée principale, idée qui sert, en quelque

sorte, de base à toutes les autres, et que toutes les idées acces-

soires ne font que développer, étendre, restreindre ou modir

fier. Si je dis: La religion que Mohamet a fondée, et dont la

force et les armes ont assuré le triomphe, est plus conforme à la

raison que l'idolâtrie de la Grèce et de Rome, le sujet logique

est la religion que Mahomet a fondée, et dont la force et les ar-

mes ont assuré le triomphe ; mais le sujet grammatical est la

religion. Il est facile d'appliquer cet exemple à la distinction de l'at-

tribut logique et de l'attribut grammatical.

18. Toutes les règles de la syntaxe ont pour objet la concor-

dance ou la dépendance. En effet, lorsque plusieurs mots se

réunissent pour compléter l'expression d'ime idée totale qui

forme le sujet ou l'attribut d'une proposition, ces mots ont

entre eux une relation d'identité, comme le Dieu éternel, ou

un rapport de détermination, comme le roi de Suède.

19. La relation d'identité est indiquée par la concordance;

car,les noms étant susceptibles de divers nombres et de divers genres, cette variété de nombres et de genres pouvant aussi

avoir lieu dans les articles, les pronoms, les adjectifs et les

verbe., et ces variations n'ayant d'autï'e destination que d'in-

diquer les rapports de ces diverses espèces de mots avec les

noms, les règles de la concordance enseignent à en faire l'u- sage convenable pour fixer ces rapports.

20. Les rapports de détermination sont indiqués par la dé-

pendance; car ce sont les règles de dépendance qui apprennent

à employer convenablement les cas et les modes, pour distin-

guer les mots employés relativement et les propositions rela-

tives des mots employés absolument et des propositions abso-

lues, et pour établir dans les rapports la distinction convena-

ble entre les deux termes dont ils se composent.

8

DE LA SYNTAXE

21. Tout rapport a nécessairement deux termes : de ces deux

termes, le premier, que Ton nomme antécédent, a besoin du

second , appelé conséqueni , pour compléter l'expression de l'idée ; et, à raison de cela, le terme conséquent de tout rapport

se nomme aussi complément.

22. Tantôt le conséquent est le complément immédiat de

l'antécédent; tantôt il y a entre les deux