Vous êtes sur la page 1sur 18

Microbiologie des sols

Le sol contient une multitude de cellules


microbiennes actives, plus de"1 milliard
souvent par gramme. Ses constituants sont les
minéraux, le sable, l’argile, le limon et des
résidus organiques morts. Certains auteurs
l’ont même comparé à un tissu vivant. Un tel
tissu respire (CO2 ; O2 - Warburg).
Nous pouvons utiliser le terme de
microorganismes du sol, mais on emploie aussi
dans le même sens, germes du sol ou
microflore du sol ou microflore tellurique
(tellus, terre en latin) ; cependant on tend à
dissocier l'entité microbienne du monde
végétal proprement dit.
Une grande partie des activités microbiennes
dans le sol échappent encore à tout contrôle
technologique; c'est seulement par la
connaissance de ce monde microbien du sol
qu'on peut tendre à le- maîtriser dans le sens
favorable, celui de la fertilité, de la
détoxication des substances polluantes, de
l'enrichissement en azote à partir de l'azote
atmosphérique qui constitue une réserve
gratuite.
On dit que la microbiologie du sol pourrait
devenir pour l'agriculture ce que la
bactériologie est pour la médecine. On n'y est
pas encore, mais le but est d'y tendre.
La microflore du sol est constituée par
l'ensemble des communautés de :
Bactéries;
Actinomycètes ;
Champignons ;
Algues.

la masse microbienne peut équivaloir à


1/1000 du poids du sol.
les activités microbiennes jouent un rôle plus
grand en zone tropicale qu’en zone tempérée
et cela pour 2 raisons principales :
a) le climat ;
b) la fixation microbienne de l'azote
atmosphérique.
Le climat et les températures intertropicales
sont partout très favorables aux activités
microbiennes (optimum 25° à 40°).
Beaucoup de germes du sol sont capables de
fixer l'azote atmosphérique :
Rhizobium (pour les légumineuses);
Azotobacter ;
Algues bleues.
Les éléments nutritifs de cette matière
organique apportée au sol (N, P, S, K) ne sont
pas accessibles tels quels par les végétaux.
Ils ne sont utilisables par l'absorption racinaire
qu'après minéralisation par les
microorganismes du sol qui peuvent être
désignés par le terme de DECOMPOSEURS.
Sans eux, il est facile de concevoir que le cycle
de la vie sur la terre serait coupé, puisqu'il y
aurait interruption des chaînes alimentaires
(chaînes trophiques).
L'humus présente une importance capitale
dans les sols et particulièrement dans les sols
tropicaux.
Action physique : protection contre l'érosion,
le lessivage, amélioration de la structure, de la
capacité d'échange;
Action chimique: stockage d'éléments nutritifs
P, S, N en plus des oligo-éléments, donc
favorisant la fertilité ; solubilisation de
minéraux par complexation;
Action biologique : milieu de culture pour la
microflore qui fournit des substances de
croissance aux végétaux ou des corps
augmentant leur perméabilité cellulaire, d'où
la nutrition végétale accrue.
Du point de vue de la classification botanique,
la microflore du sol est constituée par 4 grands
groupes de microorganismes.

Ce sont par ordre de taille croissante :


Les Bactéries, les champignons, les
actinomycètes et les algues.
• Il y a des Eubactériales (c'est à dire vraies
Bactéries) qui présentent des formes arrondies
cocci, quelquefois en chaînettes ou en
bâtonnets (Bacterium, gros bacilles à
endospores).
• A côté des Eubacteriales, il y a des formes
variées : des bactéries filamenteuses
(Bactéries du Soufre), bactéries en fourreau
dans lequel les cellules sont alignées en
chaînes (Ferrobactéries).
• Les champignons possèdent des vrais noyaux
du même type que ceux des végétaux
supérieurs ce qui les distingue des bactéries.
Leur appareil végétatif filamenteux, le
mycélium est plurinucléé. Comme ils sont très
généralement acidophiles, leur rôle est
relativement plus grand en sols tropicaux
qu'en sols tempérés.
• Les actinomycètes sont intermédiaires entre
les bactéries et les champignons, quoique plus
proches des bactéries. (par le noyau diffus
sans membrane nucléaire). Ils sont
unicellulaires mais forment des ramifications
mycéliennes.
Les algues, elles, se distinguent par la
présence de Chlorophylle. Les algues bleues
(Cyanophycées) sont capables de fixer l'azote
atmosphérique et jouent un rôle important en
rizières.