Vous êtes sur la page 1sur 18

SUJET 5.

L'appareil urinaire. L'anatomie et la topographie des reins, des


urétéres, de la vessie, l’urètre.

Les fonctions de l’appareil urinaire

1. La fonction essentielle de l’appareil urinaire – c’est la fonctiton


d’excrétion des produits inutilisés de l’organisme. Sans les reins, l’homme sera
empoisonné par les déchets azotés (l’acide urique, l’urée, la créatinine).
2. Le système urinaire sert à assurer l’équilibre hydro-électrolytique de
l’organisme, c’est-à-dire à régler le volume et la composition des liquides du corps
en assurant l’imutabilité du milieu humoral. Les reins résistent à l’augmentation du
taux de la quantité d’eau et, comme resultat, à l’hyperpression.
3. Le système urinaire assure l’équilibre acido-basique.
4. Les reins produisent l’hormone – la rénine qui aide à contrôler la
pression artérielle. On peut dire que les reins exercent la fonction endocrinienne.
5. Le système urinaire humain assure la régulation du processus de «la
naissance» de cellules sanguines. Les reins secrètent l’érythropoïètine qui contrôle
l’érythropoïèse.
6. La régulation du niveau de la teneur en phosphore et en calcium dans
l’organisme.
Les organes du système urinaire sont: les reins (les organes qui excrètent
l’urine, urina, contenant de l’urée, de l’acide urique, des sels et d’autres
composés, dont l’accumulation excessive perturbe les processus vitaux de
l’organisme), et le système qui sert à l’accumulation et à l’excrétion de l’urine – les
uretères, la vessie et l’urètre.

Les reins

Les reins, renes, sont des organes pairs. Ils se situent en arrière du péritoine
(ils sont recouverts du péritoine en avant – extrapéritonéalement), à gauche et à
droite de la colonne vertébrale. La longueur de chaque rein atteint 10-12 cm, la
largeur fait 5-6 cm, et l’épaisseur – 4 cm d’environ. Le poids d’un rein fait 120-200
gr. Le rein gauche est plus long que le rein droit et il est parfois plus lourd. Les
reins sont de couleur brun foncé.
Le rein droit se trouve entre le bord supérieur de la XII vertébre thoracique
et le milieu du bord supérieur de la III-ième vertèbre lombaire. Le rein gauche (il
est situé un peu plus haut que le rein droit) se trouve entre le milieu de la XI
vertébre thoracique et le bord supérieur de la II vertébre lombaire. Les reins se
situent dans la loge rénale, formée d’une partie lombaire du diaphragme, d’un
muscle carré des lombes, d’un muscle grand psoas et d’un muscle transverse de
l’abdomen. Tous les deux reins sont situés en avant de la XII côte, qui passe dans
la direction oblique en haut et vers l’extérieure par rapport à l’axe long des reins; la
XII côte traverse le rein droit sur la frontière entre son tiers supérieur et son tiers
moyen, la portion supéro-extérieure du rein droit atteint la XI côte; la XII côte
traverse le rein gauche presque à sa mi-longueur et la portion supéro-extérieure du
rein gauche est située un peu plus haut de la XI côte.
La disposition de la face antérieure du rein gauche et du rein droit se diffère
par rapport aux autres organes. Le rein droit est projeté à la paroi abdominale
antérieure dans regiones epigastrica, umbilicalis et abdominalis lateralis dexter, le
rein gauche – dans regiones epigastrica et abdominalis lateralis sinister. Le rein
droit touche la glande surrénale par la petite portion de sa surface; la portion
majeure de sa surface antérieure adhère au foie en bas. Son tiers inférieur touche
flexura coli dextra; la partie descendante du duodénum passe vers le bas au long du
bord médial; il n’y a pas de péritoine dans deux dernières portions. L’extrémité la
plus basse est recouverte d’une tunique séreuse. Une portion de la face antérieure
près des extrémités supérieures des reins touche la glande surrénale et, ci-dessous,
le tiers supérieur du rein gauche est en contact avec l’estomac et le tiers moyen –
avec le pancréas, le bord latéral de la face antérieure touche la rate par sa portion
supérieure. L’extrémité inférieure de la face antérieure du rein gauche touche
médialement les anses du jéjunum et latéralement – flexura coli sinistra ou la
portion initiale du côlon descendant.

Les tuniques du rein

Le rein est revȇtu d’une membrane propre – la capsule fibreuse, capsula


fibrosa, qui représente une lame fine et lisse adhérant directement à la substance du
rein. Normalement, elle peut ȇtre facilement séparée de la substance rénale. Il y a
une couche du tissu adipeux qui se trouve vers l’extérieur de la capsule fibreuse,
particulièrement dans la région du hile rénale et sur la face postérieure, – c’est la
capsule adipeuse, capsula adiposa; le tissu adipeux est souvent absent sur la face
antérieure. Le fascia rénal conjonctif, fascia renalis, se trouve vers l’extérieur de
la capsule adipeuse. Ce fascia est relié avec la capsule fibreuse à l’aide de fibres et
il se divise en deux feuillets: l’un d’eux passe devant les reins, l’autre – derrière les
reins. Deux feuillets se soudent sur le bord latéral des reins et se transforment en
couche du tissu conjonctif rétropéritonéal (c’est un tissu d’origine des feuillets).
Sur le bord médial, deux feuillets ne se relient pas et se prolongent séparément vers
la ligne médiane: le feuillet antérieur passe devant les vaisseaux rénaux, l’aorte et
la veine cave inférieure et se relie avec le feuillet analogue du côté opposé, le
feuillet postérieur passe en avant des corps vertébraux en s’accrochant à ces
derniers. Deux feuillets se soudent près des extrémités supérieures des reins, ils
embrassent les glandes surrénales et limitent la mobilité des reins dans ce sens.
Habituellement, il n’y a pas de soudure analogique près des extrémités inférieures.
La fixation du rein à sa place est assurée principalement par la pression
intra-abdominale conditionnée par la contraction des muscles de la presse
abdominale; dans une moindre mesure, c’est le fascia rénal qui se soude aux
tuniques du rein, la loge musculaire du rein formée de mm. psoas major et
quadratus lumborum, et les vaisseaux rénaux qui empȇchent l’éloignement du rein
de l’aorte et de la veine cave inférieure. Ayant l’appareil fixateur faible, le rein peut
s’abaisser (le rein flottant), ce qui exige l’intervention chirurgicale.

La constitution externe du rein

La forme du rein rappelle celle d’un haricot. Le rein a deux faces:


l’antérieure, facies anterior, et la postérieure, facies posterior, et deux bords: le
médial, margo medialis, et le latéral, margo lateralis, et deux extrémités: la
supérieure, extremitas superior, et l’inférieure, extremitas inferior. Le bord latéral
du rein forme une saillie. Le bord médial comporte l’incisure contenant le hile
rénal, hilus renalis. Le sinus rénal, sinus renalis, se forme au fond du hile rénale
dans le parenchyme, qui est rempli d’un tissu graisseux, de vaisseaux sanguins et
lymphatiques, de nerfs, de grands et petits calices, d’un bassinet du rein.
L’ensemble des structures situées dans la région du sinus rénal qui comprend une
artère, une veine, des nerfs et une uretère entourés d’un tissu conjonctif s’appelle le
pétiole rénal, crus renis.

La constitution interne du rein

On distingue le cortex rénal, cortex renales, (son épaisseur fait 4 mm) et la


médulla rénale, medulla renales. Le cortex rénal se trouve à la périphérie et entre
les pyramides – ce sont les colonnes rénales, columnae renales (les colonnes de
Bertin). La médulla rénale forme 15-20 pyramides rénales, pyramides renales.
Chaque pyramide est dirigée avec sa base vers la face externe du rein (vers la
membrane), et avec son apex – vers l’intérieur et s’ouvre au petit calice rénal,
calix renalis minor, qui se trouve dans le sinus rénal. Les apex de 2-3-ièmes
pyramides se soudent et forment les papilles rénales, papillae renales. Il y en a
10-55 et elles forment l’aire criblée, area cribrosa, de la papille. Chaque papille
est couverte de petits foramens papillaires, foramina papillaria, qui servent au
passage de l’urine dans les portions initiales des voies urinaires (les calices). 2-3
petits calices rénaux se réunissent et forment un grand calice rénal, calix renalis
major, il y en a 2-4. Les grands calices rénaux représentent les conduits urinaires
qui relient les groupes particuliers des petits calices rénaux avec le bassinet du rein.
Le bassinet du rein, pelvis renalis, a la forme d’un entonnoir rétréci dans le
sens antéro-postérieur; sa partie élargie se trouve dans le sinus et la partie rétréci
est située dans la région du hile rénal et se transforme en uretère. Les cavités de
grands et de petits calices sont tapissées de la muqueuse qui se transforme sans
intermédiaire en muqueuse du pyélon, et cette dernière – en muqueuse de l’uretère.
Les stries de la substance médullaire se prolongent dans la substance
corticale. Elles sont ici moins visibles et constituent la partie radiale, pars
radiata, de la substance corticale. Les espaces entre ces stries représentent la
partie sombre, pars convoluta. La partie sombre se compose de glomérules
(ensemble sphérique des minuscules capillaires sanguins) avec les capsules-
enveloppes et les tubes rénaux contournés. La partie radiale se compose de tubes
droits et de tubes collecteurs des néphrons.
Ces parties, sombre et radiale, forment un lobule cortical, lobulus
corticalis. 500-600 lobules corticaux avec la pyramide forment un lobe rénal. 2-3
lobes rénaux forment un segment rénal.
Le néphron, nephron, – c’est l'unité structurelle et fonctionnelle du rein. Le
néphron se compose d’un corpuscule rénal et de ses tubes. Le corpuscule rénal
(Malpighi), corpusculum renale, comprend le glomérule des capillaires,
glomerulus, qui représente un réseau des capillaires anastomosés. Ces capillaires
se forment en resultat de la ramification de l’artériole afférente, a. afferens.
Ensuite, les capillaires se réunissent à plusieures reprises et forment l’artériole
efférente, a. efferens. Le diamètre de l’artériole afférente est plus grand que celui
de l’artériole efférente, ce qui assure la présence du gradient de la pression entre
ces vaisseaux et la formation de l’urine primaire (150-200 litres par jour). La
composition de l’urine primaire est semblable à la composition du sang.
La deuxième partie composante du corpuscule rénal – c’est la capsule du
glomérule, capsula glomeruli (capsule du Bowmen-Choumlianski). Elle est
formée de cellules plates de revêtement (les podocytes). Entre les podocytes, il y a
des fentes étroites qui se communiques avec la lumière de la capsule. Les
podocytes contournent la membrane à trois couches, dont le côté opposé comporte
les cellules endothéliales des capillaires. L’espace de la capsule se relie avec le
tube contourné proximal, tubulus renalis contortus proximalis.
La partie proximale des tubes commence avec la portion contournée qui se
transforme en portion droite du tube. Les cellules de la partie proximale ont des
villosités microscopiques qui regardent la lumière du tube. C’est la partie la plus
longue du tube (près de 14 mm). Le diamètre du tube contourné proximal fait 50-
60 micromètres. On trouve ensuite une mince partie descendante – l’anse de
néphron, ansa nephroni (anse de Henle), dont la paroi est tapissée de cellules
épithéliales plates. La portion descendante de l’anse, pars descendens ansae,
descend à la substance médullaire du rein, tourne à 90 degrés et se transforme en
portion ascendente de l’anse du néphron, pars ascendens ansae.
La partie distale des tubes se compose d’une portion ascendante de l’anse de
Henle, elle comprend obligatoirement la partie ascendante épaisse et peut
comprendre la partie mince. Cette partie monte jusqu’au niveau du glomérule de
son néphron, où elle se prolonge par le tube contourné distal, tubulus renalis
contortus distalis. Le diamètre du tube fait 20-50 micromètres. La portion
terminale du tube rénal débouche dans le tube collecteur, tubulus renalis
colligent, qui contient quelques tubes et va au sens droit (tubulus renalis rectus) à
travers la partie radiale du cortex et la pyramide. Les tubes rénaux droits confluent
pour constituer 15-20 canaux papillaires courts, ductus papillares, qui s’ouvrent
aux foramens papillaires dans la région de l’aire criblée sur l’apex de la pyramide
rénale.
La longueur d’un néphron fait 35-50 mm. La longueur totale de tous les
tubes est de 70-100 km, leur surface fait 6 m2.
L’urine primaire change sa composition pendant le passage à travers le
système des tubes rénaux. Cela s’explique par la réabsorption de l’eau, des
glucides et des protéines dans le lit sanguin et par la filtration supplémentaire des
autres substances de ce lit. Alors, l’urine primaire se transforme en urine
secondaire qui entre dans les tubes collecteurs s’ouvrant dans les papilles des
pyramides.
On distingue deux types essentiels des néphrons selon les particularités de
leur constitution et leurs fonctions: les néphrons corticaux (70-80%) et les
néphrons juxtamédullaires (20-30%).
Les néphrons corticaux se divisent en néphrons corticaux superficiels (les
corpuscules rénaux sont situés dans la partie externe de la substance corticale) et
les néphrons intracorticaux (les corpuscules rénaux sont situés dans la partie
moyenne de la substance corticale du rein). Les néphrons corticaux se caractérisent
par l’anse courte du néphron qui ne pénètre que dans la partie externe de la
substance médullaire. Le rôle principal de ces néphrons – c’est la formation de
l’urine primaire.
Les corpuscules rénaux des néphrons juxtamédullaires se trouvent dans les
couches profondes de la substance corticale sur la frontière avec la couche
médullaire. Ils ont l’anse longue du néphron qui pénètre profondément dans la
couche médullaire jusqu’à sommets des pyramides. Le rôle principal des néphrons
juxtamédullaires – c’est la création de la haute pression osmotique dans la
substance médullaire, ce qui est nécessaire pour la concentration et la diminution
du volume de l’urine terminale.

L’appareil juxtaglomérulaire

L’appareil juxtaglomérulaire – c’est un ensemble des cellules fortement


spécialisées qui font partie du système neuro-humoral assurant l’immutabilité du
gradient de la pression entre les artérioles (afférente et efférente) pour
l’ultrafiltration normale – la formation de l’urine primaire.
Les cellules de l’appareil juxtaglomérulaire secrètent la substance
biologiquement active – la rénine qui assure la formation de la vasopressine dans
le plasma sanguin – l’angiotensine. L’appareil juxtaglomérulaire est situé dans la
région du corpuscule et comprend trois composants:
1) les cellules juxtaglomérulaires (épithélioïdes, granuleuses) dans la
paroi de l’artériole afférente;
2) les cellules de la macule dense, macula densa, situées dans la région
des parois du tube contourné distal dans l’espace entre les artérioles (afférente et
efférente);
3) le groupe de cellules connu sous le nom de coussin des pôles (les
cellules de Goormaghtigh) – c’est un groupe condensé de cellules situé dans
l’espace triangulaire du pôle vasculaire entre la macule dense et les artérioles
(afférente et efférente).
L’appareil juxtaglomérulaire comprend les barorécepteurs et les
chimiorécepteurs. Les barorécepteurs réagissent au changement du niveau du flux
sanguin dans les reins et au changement de la pression sanguine. les
chimiorécepteurs (les cellules de la macule dense) réagissent à la concentration
d’ions Na+ dans le contenu du tube distale. En cas de la décroissance du flux
sanguin dans les reins et de la pression sanguine, les cellules juxtaglomérulaires
sécrètent l’enzyme – la rénine qui diffuse dans le lit sanguin. La rénine – c’est la
protéase, l’enzyme hydrolytique qui assure la protéolyse d’angiotensinogène dans
le plasma du sang (α-2-globuline qui est synthétisée par le foie). Après l’hydrolyse,
l’angiotensinogène se transforme en l’angiotensine I. Plusieurs tissus et,
particulièrement, les tissus des poumons, contiennent l’enzyme peptidyl-
dipeptidase A qui participe à la transformation d’angiotensine I biologiquement
inactive en angiotensine II. L’angiotensine II, possède l’action bien prononcée de
vasoconstricteur (contrairement à son prédécesseur l’angiotensine I).
L’angiotensine II provoque la contraction des cellules musculaires lisses des
artérioles, ce qui cause le rétrécissement des artérioles. Le rétrécissement des
artérioles du glomérule du corpuscule rénal sous l’influence d’angiotensine II
provoque la décroissance du flux sanguin dans les reins et l’augmentation de la
pression saniguine. En cas de la décroissance du flux sanguin dans les reins, le
niveau de la filtration glomérulaire diminue et, comme resultat, la concentration
des ions Na+ dans les tubes contournés distaux diminue aussi. Les
chimiorécepteurs de l’appareil juxtaglomérulaire (les cellules de la macule dense)
prennent part à gestion de la sécrétion de la rénine. En cas de l’excès de la teneur
en ions Na+ (et pendant l’augmentation de la pression osmotique dans un tube), on
voit la diminution de la sécrétion de la rénine par les cellules juxtaglomérulaires.

Le système sanguin des reins

Les vaisseaux sanguins sont étroitement liés avec le système des tubes
rénaux. Les branches de l’artère rénale, a. renalis, sontent du sinus rénal,
pénètrent dans la substance rénale et s’étalent entre les pyramides sous forme d’
artères rénales interlobaires, аа. interlobares renis.
Chaque artère interlobaire s’approche à la frontière entre la substabce
corticale et la substance médullaire et se divise en deux artères arquées, аа.
arcuatae, qui entrent dans les lobes voisins et se situent au-dessus de la base de la
pyramide. Elles envoient des artérioles droites, arteriolae rectae, vers la
substance médullaire et des artères interlobulaires, аа. interlobulares, vers la
substance corticale. Les artères interlobulaires se terminent dans la capsule fibreuse
avec les branches capsulaires, rr. capsulares.
Les artérioles glomérulaires afférentes (les vaisseaux afférents), arteriola
glomerularis afferens (vas afferens), s’écartent d’artères interlobaires et se
déagrègent en réseau capillaire glomérulaire, rete capillare glomerulare, qui est
entouré d’une capsule. Le réseau capillaire – c’est un réseau purement artériel
(comme le réseau miraculeux, rete mirabile), c’est pourquoi le vaisseau
capillaire glomérulaire, vas haemocapillare glomerulare, sort du réseau
glomérulaire et passe dans l’artériole glomérulaire efférente (le vaisseau
efférent), arteriola glomerularis efferens (vas efferens), qui se trouve en déhors de
la capsule. Ce vaisseau capillaire se ramifie sécondairement en réseau des
capillaires qui contourne les tubes urinaires et donne naissance au système
veineux.
Le sang de la substance médullaire est accumulé par les veinules droites,
venulae rectae, qui se jettent dans les veines arquées, vv. arcuatae. La substance
corticale renferme les veines interlobulaires, vv. interlobulares, qui accompagnent
les artères interlobulaires. Les veines interlobulaires se forment aux frais de petites
veines stellaires, vv. stellatae, et affilient ensuite les veines du réseau capillaire
secondaire qui contourne les tubes rénaux. Les veines interlobulaires se jettent
dans les veines arquées. Les veines arquées de deux lobes voisins confluent et
forment les veines interlobaires, vv. interlobares, qui vont avec les artères
interlobaires à travers les colonnes rénales. Dans la circonférence des papilles
rénales, les veines interlobaires sortent du parenchyme rénal et entrent dans le
sinus rénal, où elles confluent et forment la veine rénale, v. renalis, qui se jette
dans la veine cave inférieure, v. cava inferior.
On distingue les segments rénaux suivants, segmenta renalia, du chaque
rein conformément à la ramification de l’artère:
1) le segment supérieur, segmentus superius, correspond à l’extrémité
supérieure du rein;
2) le segment antéro-supérieur, segmentus anterius superius, est situé au-
devant du bassinet;
3) le segment antéro-inférieur, segmentus anterius inferius, est situé au-
devant du bassinet;
4) le segment inférieur, segmentus inferius, correspond à l’extrémité
inférieure du rein;
5) le segment postérieur, segmentus posterius, occupe deux quarts moyens
de la moitié postérieure de l’organe entre le segment supérieur et le segment
inférieur.
Le réseau miraculeux du rein, rete mirabile renis, – c’est la disribution
spécifique des vaisseaux sanguins dans la région du corpuscule rénal; ainsi, le
réseau capillaire du corpuscule rénal forme l’artériole et non pas la veinule
(comme dans d’autres organes). Le sang passe de l’artériole afférente dans le
glomérule capillaire et puis dans l’artériole efférente (non pas dans la veinule) qui
forme le réseau capillaire secondaire assurant le métabolisme dans la substance
rénale. Le sang du réseau capillaire secondaire écoule dans les veinules. Donc,
voilà le schéma de la distribution des vaisseaux microscopiques dans le rein:
l’artériole – le capillaire – l’artériole – le capillaire – la veinule.
Il n’y a presque aucuns processus métaboliques dans les capillaires du
corpuscule rénal, seulement l’ultrafiltration de l’urine primaire. Les capillaires
d’aucun autre organe ne forment pas l’artériole. Alors, la présence du réseau
capillaire double – c’est une particularité caractéristique du système sanguin intra-
organique. L’un des systèmes (glomérulaire) représente le résultat de la
ramification de l’artériole afférente et sert à la filtration du sang; l’autre – le
résultat de la ramification de l’artériole efférente et fournit de sang à tous les tissus
des reins en reliant le lit artériel et le lit veineux.
Кровоснабжение почек. Почечные артерии, аа. renales, отходят от
боковых стенок брюшной аорты ниже верхней брыжеечной артерии на
уровне I-II поясничных позвонков и идут к воротам почек. От обеих
почечных артерий отходят вверх тонкие аа. suprarenales inferiores, а вниз – rr.
ureterici. У ворот почки a. renalis делится обычно на две ветви: более крупную
переднюю и заднюю, ramus anterior et ramus posterior. Разветвляясь в
почечной паренхиме, эти ветви образуют две сосудистые системы: пред- и
позадилоханочную.
Передняя ветвь почечной артерии кровоснабжает четыре сегмента,
отдавая a. segmenti superioris, a. segmenti anterioris superioris, a. segmenti
anterioris inferioris и а. segmenti inferioris. Задняя ветвь почечной артерии
отдает только артерию заднего сегмента, a. segmenti posterioris, и rr. ureterici.
Почечные вены, vv. renales [Burow], впадают в нижнюю полую вену.
Правая короче, она обычно впадает ниже левой. В почечные вены впадает
часть вен надпочечников. Левая почечная вена до своего впадения в v. cava
inferior спереди пересекает аорту. В нее почти под прямым углом впадает
левая яичковая (яичниковая) вена, v. testicularis (ovarica) sinistra.
Лимфатические сосуды из паренхимы и фиброзной капсулы почки
направляются к воротам почки, где сливаются между собой и идут далее в
составе почечной ножки к регионарным лимфатическим узлам: поясничным,
аортальным и кавальным, откуда лимфа оттекает в cysterna chyli.
Иннервация почек осуществляется почечным нервным сплетением,
plexus renalis, которое образуют ветви чревного сплетения, n. splanchnicus
minor, и почечно-аортальный узел. В почку ветви сплетения проникают в
виде периваскулярных нервных сплетений. Из почечного сплетения отходят
ветви к мочеточнику и надпочечнику.

Le processus des la formation de l’urine

Le processus des la formation de l’urine dans les néphrons se compose de


trois étapes: la filtration, la réabsorption (l’absorption inverse) et la secrétion
tubulaire.
1. La filtration se fait dans le corpuscule du néphron; elle est possible grâce
à la haute pression hydrostatique dans les capillaires des glomérules. La haute
pression hydrostatique se forme à cause de la différence entre les diamètres des
artérioles: le diamètre de l’artériole afférente surpasse celui de l’artériole efférente.
Cette pression fait filtrer la partie liquide du sang qui passe à travers les vaisseaux
capillaires du glomérule dans la lumière de la capsule du néphron. L’eau, les
déchets, les sels, la glucose et d’autres substances chimiques (qui sont filtrés et qui
sont entrés dans la capsule de Bowmen) s’appellent l’urine primaire. Alors,
l’urine primaire se compose de l’eau, de l’excès des sels, de la glucose, de l’urée,
de la créatinine, des aminoacides et d’autres composés à bas poids moléculaire.
Les substances à haut poids moléculaire (les protéines, les éléments formants du
sang – les érythrocytes, les leucocytes, les thrombocytes) ne peuvent pas passer à
travers la paroi du capillaire à cause de ses dimensions solides. Normalement, la
vitesse de la filtration glomérulaire est d’environ 125 ml par minute. Le liquide
formé à la suite de la filtration s’appelle l’urine primaire, sa composition chimique
rappelle celle du plasma sanguin. Au cours de la journée, l’appareil urinaire forme
150-180 litres de l’urine primaire.
2. La réabsorption (l’absorption inverse) s’exerce dans les tubes contournés
et droits des néphrons, qui accumulent l’urine primaire. Ces tubes sont entourés
d’un réseau dense de vaisseaux sanguins, qui assure l’absorption secondaire (de
tubes rénaux au sang) des composés de l’urine primaire nécessaires pour
l’organisme – de l’eau, de la glucose, des sels différents, des aminoacides et
d’autres composants valables. Le volume total de l’urine primaire réabsorbée fait
98%. Le processus de la réabsorption se caractérise par la concentration de l’urine.
Au cours de la journée, l’appareil urinaire forme 1,5-2 litres de l’urine terminale
(secondaire). La composition de l’urine secondaire est tout à fait différente de la
composition de l’urine primaire.
3. La secrétion tubulaire – c’est la secrétion des ions de l’hydrogène (Н+),
du kalium (K+), de l’ammoniac (NH3) et de certains médicaments de capillaires
entourant les tubes distaux et collecteurs dans la cavité des tubes (dans l’urine
primaire) à l’aide de processus du transport actif et de la diffusion.

Les uretères

Les uretères, ureteres, sont des organes paires, isl relient le bassinet du rein
(le pyélon) et la vessie. Ils se trouvent dans la cavité abdominale et dans la cavité
du petit bassin au niveau de l’espace entre la II vertèbre lombaire et la IV vertèbre
sacrale. Ce sont des tubes avec la longueur de 30-35 cm. Le diamètre de l’uretère
varie: il existe des portions rétrécies au diamètre de 3-4 mm (la portion initiale de
l’uretère près du pyélon; l’entrée au petit bassin; la partie terminale de l’uretère qui
perfore la paroi de la vessie). Le diamètre de l’uretère entre les paortions rétrécies
atteint 9 mm.
L’uretère se trouve en arrière de vaisseaux rénaux dans le hile rénal, puis il
descend au long du muscle grand psoas, fait la courbure dans l’entrée du petit
bassin et traverse les vaisseaux iliaques. L’uretère féminin passe le long du bord
libre de l’ovaire, puis il siège latéralement près de la base du ligament large de
l’utérus, pénètre dans l’espace entre le vagin et la vessie et perfore la paroi de la
vessie au sens oblique. Les uretères masculins se croisent avec les conduits
déférents.
L’uretère a trois parties. La partie abdominale, pars abdominalis, est située
derrière le péritoine, sur la face antérieure du muscle grand psoas et suit jusqu’au
petit bassin, les uretères traversent les artères et les veines ovariennes
(testiculaires) en avant. La partie pelvienne, pars pelvina, commence avec la
ligne terminale du pelvis et va en avant, médialement et en bas jusqu’au fond de la
vessie, vers l’avant de l’artère iliaque supérieure. La partie intramurale, pars
intramuralis, va au sens oblique dans la structure de la paroi de la vessie (après sa
perforation).
La paroi de l’uretère se compose de trois couches (comme la paroi du pyélon
aves les calices): la tunique externe est formée d’un tissu conjonctif, tunica
adventitia; la tunique interne, tunica mucosa, est tapissée d’épithélium transitoire
avec des glandes muqueuses; la tunique musculaire, tunica muscularis, se trouve
entre la tunique externe et la tunique interne. La tunique musculaire se compose de
trois couches: l’interne – longitudinale, la moyenne – circulaire et l’externe –
longitudinale. Cette dernière n’est pas monolithique, elle est représentée par les
faisceaux particuliers, dont la plupart se trouve dans la partie inférieure de
l’uretère. Ces faisceaux ne sont pas liés avec la musculature de la vessie et ils
empȇchent le reflux de l’urine de la vessie vers l’uretère.
Мочеточник получает кровь из нескольких источников. К стенкам
pelvis renalis и верхнего отдела мочеточника подходят ветви a. renalis. В
месте перекреста с a. testicularis (или a. ovarica) от последней к мочеточнику
тоже отходят ветви. К средней части мочеточника подходят rr. ureterici (из
аорты, a. iliaca communis или a. iliaca interna). Pars pelvina мочеточника
питается из a. rectalis media и из аа. vesicales inferiores.
Венозная кровь оттекает в v. testicularis (или v. ovarica) и v. ilica interna.
Отток лимфы происходит в поясничные и подвздошные лимфатические
узлы.
Нервы мочеточника симпатического происхождения: к верхнему отделу
они подходят из plexus renalis; к нижней части pars abdominalis – из plexus
uretericus; к pars pelvina – из plexus hypogastrics inferior. Кроме того,
мочеточники (в нижней части) получают парасимпатическую иннервацию из
nn. splanchnici pelvini n. vagi.
La vessie

La vessie, vesica urinaria, est un organe creux, impair, dont la capacité est
de 250-750 ml. La vessie est située au fond du petit bassin.
La vessie se compose de quelques parties qui se transforment l’une en
l’autre. L’apex, apex vesicae, regarde en haut et en avant (la paroi abdomonale
antérieure). Le corps, corpus vesicae, va vers l’arrière et en bas. Le fond de la
vessie, fundus vesicae, se place en bas; le col de la vessie, collum vesicae, se
rétrécit sous forme d’un entonnoir et se transforme en urètre avec l’ostium interne
de l'urètre, ostium urethrae internum.

L’appareil fixateur de la vessie

L’apex de la vessie se relie avec l’ombilic à l’aide du ligament ombilical


médian, lig. umbilicale medianum. Ce ligament représente l’ouraque oblitérée,
urachus. La partie inférieure est fixée à l’aide de muscles élévateurs de l’anus et du
fascia pelvien qui les couvre. Les hommes ont le ligament pubo-prostatique, lig.
puboprostаticum, les femmes – le ligament pubo-vésical, lig. pubovesicale. Outre
les ligaments, la vessie est renforcée de faisceaux musculaires formant le muscle
pubo-vésical, m. pubovesicаlis et le muscle recto-vésical, m. rectovesicаlis. Le
dernier muscle se trouve seulement chez les hommes. La vessie est renforcée en
arrière de faisceaux musculaires identiques qui relient le fond de la vessie avec le
col utérin et les muscles vésico-utérins (gauche et droit), mm. vesicouterinura
dextrum et sinistrum. La vessie de l’homme et de la femme est fixée dans une
certaine mesure grâce à la partie initiale de l’urètre et aux parties terminales des
uretères, et ainsi à la prostate chez l’homme et au diaphragme urogénital chez la
femme.

La constitution des parois de la vessie

Les parois de la vessie (de l’homme et de la femme) comprennent la


muqueuse, la base submuqueuse, la tunique musculaire et l’adventice, et les
surfaces recouvertes d’un péritoine ont la tunique séreuse. La vessie vide se trouve
extrapéritonéalement et la vessie remplie – mésopéritonéalement. Le péritoine de
l’homme passe de la surface supéro-postérieure de la vessie à la surface antérieure
du rectum en formant l’excavation recto-vésicale, excavatio rectovesicalis, de la
femme – à la surface antérieure de l’utérus en formant l’excavation vésico-
utérine, excavatio vesicouterina.
Les parois de la vessie remplie sont distendues, elles deviennent minces (2-3
mm). La vessie restaure sa taille après la miction, sa paroi se rétrécit grâce à la
tunique musculaire et son épaisseur atteint 12-15 mm.
La tunique muqueuse, tunica mucosa, tapisse la vessie à l’intérieur et
forme des replis après la vidange vésicale (les replis se déplissent pendant le
remplissage de la vessie). Il y a des glandes alvéolaires tubuleuses, des fibres
nerveuses, des vaisseaux et des formations lymphoïdes qui se trouvent dans
l’épaisseur de la lame propre de la muqueuse. La muqueuse est de couleur rosâtre,
elle est mobile et forme facilement des replis à l’exception d’une petite portion
dans la région du fond de la vessie – le trigone de la vessie, trigonum vesicae (le
trigone de Lieutaud), où la muqueuse est étroitement soudée avec la tunique
musculaire. L’orifice interne de l’urètre se trouve sur la muqueuse de la région
antérieure de la vessie (près de l’apex du trigone), et les autres orifices, gauche et
droit, ostium ureteris dextrum et simstrum, se trouvent dans les angles du trigone
(aux points terminaux de la limite postérieure). Le repli interurétéral, plica
interoreterica, passe au long de la base (la limite postérieure) du trigone de la
vessie. L’orifice interne de l’urètre (ayant la forme semi-lunaire), ostium
urethrae internum, se trouve près de l’apex du trigone. La muqueuse forme une
saillie vers l’arrière de l’ostium de l’urètre – c’est l’uvule vésicale, uvula vesicae,
qui se transforme en crȇte de l’urètre, crista urethralis.
La base submuqueuse, tela submucosa, est bien prononcée dans la paroi de
la vessie. Grâce à la base submuqueuse, la muqueuse peut former des replis. La
base submuqueuse est absente dans la région du trigone de la vessie.
La tunique musculaire, tunica musculаris, se trouve dans la paroi vésicale
vers l’extérieur de la base submuqueuse. Elle se compose de trois couches avec les
limites floues qui sont formées d’un tissu musculaire lisse. La couche externe et la
couche interne passent principalement au sens longitudinal et la couche moyenne
(qui est la plus développée) est circulaire. La couche moyenne circulaire est très
bien prononcée dans la région du col de la vessie et de l’orifice interne de l’urètre.
Cette couche forme le sphincter interne de l’urètre, m. sphincter urethrae
internus, près du commencement de l’urètre. La contraction de la couche
musculaire vésicale et le relâchement simultané du sphincter assurent la diminution
du volume de la vessie et l’urine est expulsée à l’extérieur à travers l’urètre. Vu
cette fonction de la tunique musculaire, on l’appelle le muscle détrusor de
l’urine, m. detrusor urinae.
Chez l’homme, le fond de la vessie touche les vésicules séminales, les
conduits déférents et une portion de la prostate; la paroi antérieure de l’ampoule du
rectum adhère au fond de la vessie entre les vésicules séminales. Chez la femme, le
fond de la vessie touche le col de l’utérus et la paroi antérieure du vagin. La partie
antéro-inférieure de la vessie, son col, adhère à la portion postérieure de la partie
antérieure de la prostate chez l’homme et au diaphragme uro-génital chez la
femme. Les parties inférieures des parois latérales de la vessie (qui sont situées
rétropéritonéalement) adhèrent partiellement au fond du pelvis (la vessie remplie,
ces parties touchent les muscles obturateurs); chez l’homme, les muscles
obturateurs touchent les conduits déférents et chez la femme – le ligament rond de
l’utérus.
Стенки мочевого пузыря получают кровь из a. vesicalis inferior – ветвь
a. iliaca interna и из a. vesicalis superior – является ветвью a. umbilicalis. В
васкуляризации мочевого пузыря принимают также участие a. rectalis media и
другие соседние артерии.
Вены пузыря отводят кровь частью в plexus venosus vesicalis, частью в
v. iliaca interna. Отток лимфы происходит в nodi lymphatici paravesicles et
iliaci interni.
Иннервация пузыря осуществляется из plexus vesicalis inferior, которое
содержит симпатические нервы из plexus hypogastrics inferior и
парасимпатические – nn. splanchnici pelvini.

L’urètre

L’urètre, urethra, commence avec l’orifice interne de l’urètre de la vessie et


représente un tube qui sert à l’évacuation de l’urine. L’urètre masculin et féminin
se diffèrent considérablement.
L’urètre féminin a la constitution plus simple que l’urètre masculin et sert à
l’évacuation de l’urine n’étant qu’une partie de l’appareil urinaire.
L’urètre masculin a la constitution anatomique compliquée et sert non
seulement à l’évacuation de l’urine, mais aussi à l’éjection du sperme en faisant
partie des organes génitaux masculins extérieurs.

L’urètre féminin

L’urètre féminin, urethra feminina, – c’est un tube droit de 3-4 cm de long


et de 7-10 mm de diamètre, qui s’ouvre au diaphragme uro-génital vers l’avant et
en haut du vagin. La paroi postérieure de l’urètre féminin est soudée à la paroi
antérieure du vagin.
L’urètre féminin comporte les sphincteurs (externe et interne) dans la région
des orifices (externe et interne) de l’urètre.
L’orifice externe de l’urètre, ostium urethrae externum, s’ouvre dans le
vestibule du vagin en avant et en haut de l’orifice du vagin et représente un point
étroit du canal. L’orifice externe est rond, il est entouré de bords (durs au toucher)
sous forme de rouleaux. La lumière du canal n’est pas identique sur tout son cours:
elle est élargie sous forme d’un entonnoir près de la vessie et elle est rétrécie près
de l’orifice externe. Le canal est entouré d’un tissu conjonctif qui est le plus dense
dans la région des parties inférieures du vagin.
Les parois de l’urètre comportent trois plans: la tunique musculaire, la
tunique spongieuse et la tunique muqueuse.
La tunique musculaire, tunica muscularis, se compose d’une couche
externe circulaire et d’une couche interne longitudinale des muscles lisses avec une
petite quantité de fibres élastiques. Les muscles de la couche interne forment le
muscle sphincter de l’urètre, m. sphincter (m. compressor) urethrae, dans la
région du diaphragme uro-génital.
La tunique spongieuse, tunica spongiosa, est assez mince, elle se trouve
entre la tunique musculaire et la tunique muqueuse; elle rappelle le tissu spongieux
grâce à la présence d’une grande quantité du tissu élastique et du plexus vasculaire
bien prononcé.
La tunique muqueuse, tunica mucosa, est recouverte d’un épithélium plat
multi-stratifié et d’un épithélium prismatique haut sur certaines portions. Elle
forme une série de plis longitudinaux, ce qui cause la forme stellaire de la lumière
du canal.
Le pli le plus solide et le plus haut sur la paroi postérieure de l’urètre – c’est
la crȇte de l’urètre, crista urethralis, qui est étendue de l’angle antérieur du
trigone uro-vésical jusqu’à la fin du canal. Les orifices des conduits para-
urétraux, ductus paraurethrales, et de glandes urétrales, glandulae urethrales,
s’ouvrent sur la muqueuse des portions inférieures du canal.
Il existe des petits enfoncements sur la face de la muqueuse – les lacunes
urétrales, lacunae urethrales. Près de l’orifice externe du canal (sur ses deux
côtés), on trouve les orifices de deux conduits communs des petites glandes qui
siègent dans cette région.
Артерии женский мочеиспускательный канал получает из a. vesicalis
inferior и a. pudenda interna. Вены вливаются через венозное сплетение,
plexus venosus vesicalis, в v. iliaca interna. Лимфатические сосуды из верхних
отделов канала направляются к nodi lymphatici iliaci, из нижних – к nodi
lymphatici inguinales.
Иннвервация из plexus hypogastrics inferior, nn. splanchnici pelvini и n.
pudendus.

L’urètre masculin
L’urètre masculin, urethra masculina, est un tuyau recourbé (en forme de la
lettre S) de 20 à 23 cm de long, avec le diamètre de 5-7 mm. La courbure
antérieure se trouve dans la région de la racine et se redresse facilement pendant
l’érection du pénis. La deuxième courbure est fixée dans la région de la périnée,
elle contourne la soudure pubienne. L’urètre masculin prend sa source près du fond
de la vessie avec l’ostium interne de l'urètre, ostium urethrae internum, et suit
jusqu’à l’ostium externe de l'urètre, ostium urethrae externum, qui se situe sur le
gland du pénis.
L’urètre masculin comporte les parties suivantes: la partie intramurale, la
partie prostatique, la partie membraneuse et, la partie spongieuse.
La partie intramurale, pars intramuralia, se trouve à l’intérieur de la paroi
de la vessie (0,5 cm).
La partie prostatique, pars prostatica, passe à travers la prostate. Elle a la
longueur de 3-4 cm environ. Il y a une saillie sur la paroi postérieure da la partie
prostatique – c’est la crȇte de l’urètre, crista urethralis, qui se transforme sur sa
moitié en colliculus séminal, colliculus seminalis, situé longitudinalement. Sur
l’apex du colliculus séminal, il y a une poche allongée – l’utricule prostatique,
utriculus prostaticus. Les orifices des conduits éjaculateurs sont situés de deux
côtés de la crȇte utérale. La muqueuse de l’urètre forme des plis sur les deux côtés
du colliculus séminal (entre le colliculus et la paroi de l’urètre); l’espace entre ces
plis s’appelle le sinus prostatique, sinus prostaticus, il contient les orifices des
canalicules prostatiques, ductuli prostatici; une partie de ces canalicules s’ouvre
parfois sur le colliculus séminal.
La partie membraneuse, pars membranacea, est située dans la région du
diaphragme uro-génital. Cette partie est la plus courte (1,5-2 сm) et la plus étroite.
Le point de la perforation du diaphragme uro-génital se caractérise par la présence
de faisceaux concentriques des fibres musculaires striés – le muscle sphincter
externe de l’urètre (volontaire), m. sphincter urethrae externus.
La partie spongieuse, pаrs spongiosa, est la partie la plus longue (17-20 сm
environ) de l’urètre masculin. L’urètre masculin se dilate dans la région du bulbe
du pénis et puis le diamètre est constant sur le reste de sa longueur. La partie
terminale de l’urètre qui se trouve dans le gland du pénis se dilate aussi et forme la
fossette naviculaire de l’urètre, fossa naviculаris urethrae.
L’urètre masculin se termine par l’orifice externe sur le gland du pénis. Cet
orifice est peu extensible car la paroi du canal comprend l’anneau fibro-élastique.
L’enveloppe de l’urètre se compose de fibres élastiques.
La couche musculaire bien développée ne se trouve que dans la partie
prostatique et la partie membraneuse. La muqueuse de la partie spongieuse est
directement soudée avec le corps spongieux et les fibres musculaires lisses font
partie de ce dernier.
La tunique muqueuse, tunica mucosa, de l’urètre masculin comporte
beaucoup de glandes urétrales, gll. urethrаles (les glandes de Littré), qui
s’ouvrent à la lumière du canal. Il y a de petits enfoncements borgnes dans la partie
spongieuse de l’urètre – ce sont les lacunes ou les cryptes, lacunae urethrаles. La
muquese de la partie prostatique de l’urètre est couverte d’un épithélium
transitoire, la muqueuse de toutes les autres parties – d’un épithélium prismatique
multi-stratifié et la muqueuse de la région de la fosse naviculaire – d’un épithélium
plat multi-stratifié.
A l’extérieur de la muqueuse, la paroi de l’urètre masculin se compose de la
base submuqueuse, tela submucosa, et de la tunique musculaire, tunica
muscularis, présentée par les couches (longitudinale et circulaire) des cellules
musculaires lisses dans la partie prostatique. La tunique musculaire de la partie
membraneuse est mince et elle est absente dans la partie spongieuse.
L’urètre masculin a des rétrécissement et des dilatations sur son cours, ce qui
est très important de connaȋtre pour la pratique clinique.
On distingue les rétrécissements suivants de l’urètre: 1) la région de l’orifice
interne urétral de la vessie; 2) le lieu du passage de l’urètre à travers le diaphragme
uro-génital (la partie membraneuse); 3) la région de l’orifice externe de l'urètre sur
le gland du pénis (6-7 mm).
L’urètre masculin présente aussi certaines dilatations: 1) la partie
prostatique de l’urètre – 11 mm; 2) la région du bulbe de pénis – 17 mm; 3) la
fosse naviculaire de la partie terminale du corps spongieux du pénis – 10 mm.
Артерии мочеиспускательного канала происходит из ветвей a. pudenda
interna. Разные отделы канала питаются из различных источников: pars
prostatica – из ветвей а. гесtalis inferior и a. vesicalis inferior; pars
membranacea – из a. rectalis inferior и a. perinealis; pars spongiosa – из a.
pudenda interna. В васкуляризации стенок канала участвуют также a. dorsalis
penis и a. profunda penis. Венозная кровь оттекает к венам полового члена и к
венам мочевого пузыря. Лимфоотток происходит из pars prostatica к
лимфатическим сосудам предстательной железы, из pars membranacea и pars
spongiosa – к паховым узлам.
Иннервация осуществляется из nn. perinei и n. dorsalis penis (из n.
pudendus), а также из вегетативного сплетения, plexus prostaticus.

La miction
La miction se réalise à l’aide des actions suivantes: le muscle détrusor de
l’urine contracté presse l’urine de la vessie, l’urine entre dans l’urètre qui est
ouverte grâce au relâchement de ses sphincters: le sphincter involontaire (m.
sphincter vesicae) et le sphincter volontaire (m sphincter urethrae). Il y a aussi le
relâchement de la partie musculaire de la prostate qui exerce les fonctions du
troisième sphincter (involontaire). La fermeture de la vessie est assurée par le
relâchement du m. detrusor urinae et par la contraction des sphincters nommés.
Actuellement, on a l’information de la présence du quatrième sphincter situé au-
dessous de la prostate. Sur un autre point de vue, il n’existe pas de sphincter de la
vessie, son rôle appartient à tout l’urètre chez la femme et à la partie prostatique et
la partie membraneuse de l’urètre chez l’homme (ainsi que le tissu élastique dans
les parois de l’urètre).