Vous êtes sur la page 1sur 45

À L’ASSAUT DU

LISFRANC
F. THÉVENIN,
H.GUERINI, V.VUILLEMIN,
R.CAMPAGNA, A.FEYDY, E.PLUOT,
R.BAZELLI, F.MOREL, G.MORVAN,
J-L. DRAPÉ

JFR Octobre 2011


ANATOMIE : LES ARTICULATIONS DE LISFRANC

 Lisfranc = articulations tarso-métatarsiennes


 Comme au carpe, il existe plusieurs
compartiments articulaires
ANATOMIE : LES ARTICULATIONS DE LISFRANC

 Lisfranc = articulations tarso-métatarsiennes


 3 art. distinctes
 Colonne médiale
ANATOMIE : LES ARTICULATIONS DE LISFRANC

 Lisfranc = articulations tarso-métatarsiennes


 3 art. distinctes
 Colonne médiale
 Colonne moyenne
ANATOMIE : LES ARTICULATIONS DE LISFRANC

 Lisfranc = articulations tarso-métatarsiennes


 3 art. distinctes
 Colonne médiale
 Colonne moyenne
= communication avec
articulation naviculo-
cunéenne dans 8 cas sur 10
(Castro AJR 2010)
ANATOMIE : LES ARTICULATIONS DE LISFRANC

 Lisfranc = articulations tarso-métatarsiennes


 3 art. distinctes
 Colonne médiale
 Colonne moyenne
= communication avec
articulation naviculo-
cunéenne dans 8 cas sur 10
(Castro AJR 2010)
ANATOMIE : LES ARTICULATIONS DE LISFRANC

 Lisfranc = articulations tarso-métatarsiennes


 3 art. distinctes
 Colonne médiale
 Colonne moyenne

 Colonne latérale
ANATOMIE : LES ARTICULATIONS DE LISFRANC

 Lisfranc = articulations tarso-métatarsiennes


 3 art. distinctes
 Colonne médiale
 Colonne moyenne

 Colonne latérale

 Ligaments
 Interosseux (n=3) +++
 Plantaires (n=7)

 Dorsaux (n=7)
LIGAMENTS INTEROSSEUX

Le plus important est le ligament


interosseux de Lisfranc entre C1
et M2
LIGAMENTS PLANTAIRES

On parle également de ligament de Lisfranc car il est


tendu entre C1 et M2 mais plantaire. Il est beaucoup
moins important que le ligament interosseux de Lisfranc
LIGAMENTS DORSAUX

On parle également de ligament de Lisfranc car il est


tendu entre C1 et M2 mais dorsal. Il est beaucoup moins
important que le ligament interosseux de Lisfranc
BIOMÉCANIQUE

 Absence de ligament
interosseux entre la
base M1 et M2
= divergence en traumato
BIOMÉCANIQUE

 Base de M2 encastrée
dans la mortaise
C1+C2+C3

 Selon Peicha plus la mortaise est courte plus


le risque d’entorse est élevé (JBJS 2002)
 Pseudarthrose fréquente # base M2
PSEUDARTHROSE FRÉQUENTE # BASE M2

15/03 12/11
PATHOLOGIE TRAUMATIQUE

Fracture-Luxation
Il existe une grande variété
de lésions traumatiques qui
dépend de la cinétique et du
Cinétique
mécanisme du traumatisme
pouvant donner une fracture
luxation columno-spatulaire
ou une petite entorse
Entorse
PATHOLOGIE TRAUMATIQUE

 Fracture-Luxation
 Classificationen fonction du déplacement de M1
(colonne) et M2+M3+M4+M5 (palette ou spatule)
 Fracture-luxation
homolatérale columno-
spatulaire

 Fracture-luxation
divergente columno-
spatulaire
 Luxation spatulaire partielle

Courtoisie Dr P.Thévenin (Lyon)


PATHOLOGIE TRAUMATIQUE

 Quel bilan radio?


 En urgence :
 Face

¾

 Profil

Radiographie de face :
le bord latéral de M1 est aligné avec le bord latéral
de C1 (→ );
le bord médial de M2 est aligné avec le bord médial
de C2 ( →)
BILAN RADIOGRAPHIQUE

 Quel bilan radio?


 En urgence :
 Face,

¾

 Profil

Radiographie de ¾ normale :
M3 est aligné avec le bord latéral de C3 tant à sa face dorsale (têtes de flèche noires) qu'à
sa face plantaire (flèches noires).
Le bord médial de M4 est aligné avec le bord médial du cuboïde (têtes de flèche blanche).
Le bord latéral du cuboïde correspond au décroché de la facette articulaire de la base de M5
(flèches blanches).
BILAN RADIOGRAPHIQUE

 Que rechercher?
 Fracture

 Arrachements osseux…
 Diastasis C1-M1/C2-M2

Radiographie de face montrant un diastasis


entre C1-M2 et M1-M2 ( → ) témoignant d’une
rupture du ligament interosseux de Lisfranc.
BILAN RADIOGRAPHIQUE

 Que rechercher?
 Fracture

 Arrachements osseux…
 Diastasis C1-M1/C2-M2

Ostéosynthèse
BILAN RADIOGRAPHIQUE

 Que rechercher?
 Fracture

 Arrachements osseux…
 Diastasis C1-M1/C2-M2

 Luxation MTP
 Fracture spiroïde des méta.

 # base M5
BILAN RADIOGRAPHIQUE

 Si radio urg normale


 Où à distance du
trauma
 Radiographiespieds en
charge de face et de
profil
bilatérales
Radiographies de pied en charge
BILAN RADIOGRAPHIQUE

 De profil sur le cliché en charge la tangente


au bord plantaire de C1 est au dessus de
celle de M5

C1
M5
BILAN RADIOGRAPHIQUE

 Si la tangente au bord plantaire de C1 est au


dessous de celle de M5 = luxation

C1
M5
Suspicion d’entorse tarso-métatarsienne médiale

Radios du pied face, ¾, profil


Négative Positive

Faible suspicion Forte suspicion

Fracture
Radios du pied en Diastasis
Positive
charge face, profil

Négative
Surveillance TDM

Symptomatique

Positive
IRM Traitement
Négative

Autres diagnostics
IRM

 Diagnostic
 Évaluation du ligament
de Lisfranc ++
 Contusion osseuse

 Fracture, arrachements
osseux IRM<TDM

Coupe IRM axiale oblique du mediotarse en


T2 fat sat, d’une entorse TMT avec un
ligament interosseux de Lisfranc intact
(flèche jaune).
IRM

A B

Coupes IRM axiales T2 fat sat, d’une entorse TMT avec œdème osseux sous-chondral en
miroir C2/M2, C3/M3, du bord latéral C1/M1 avec un ligament interosseux de Lisfranc en
hypersignal T2 (flèche).
TDM

 Le + performant pour les fractures et


arrachements osseux
Coupes axiales tomodensitométriques sans injection. Diastasis C1-M2 (flèche) et fracture du
coin antéro-externe et distal de C1 (tête de flèche);c: reconstruction tomodensitométrique en
rendu de volume montrant une fracture arrachement dorsal de C1 (flèche blanche)
PIÈGE : OS INTERMÉTATARSIEN

 Os accessoire fréquent pouvant mimer un


arrachement osseux situé à la face dorsale de
l’interligne entre m1 et M2
ARTHROPATHIES TARSO-MÉTATARSIENNES

 Mécanique = arthrose
 Post-traumatique

 Instabilité tarso-métatarsienne
 Fonctionnelle

 Articulaire

Radiographie de face montrant une arthrose prédominant


sur la 1ère tarso-métatarsienne sur hallux valgus évolué
(instabilité fonctionnelle)
ARTHROPATHIES TARSO-MÉTATARSIENNES

 Instabilité (2 types)
 Fonctionnelle liée à l’hallux valgus
 Perte de l’alignement du fascia plantaire / hallux
 Extension de l’hallux plus dans l’axe,

 Fascia n’est plus sous tension

 Déstabilisation de la 1ère tarso-métatarsienne.

 Articulaire
 Hyperlaxité ligamentaire congénitale
 Hyperlaxité secondaire à une surcharge (pied plat)
ARTHROPATHIES TARSO-MÉTATARSIENNES

 Selon Morvan,
 +M2 est long

 + arthrose Lisfranc
C2-M2
TARSE BOSSU : SAILLIE OSSEUSE DORSALE
 Arthrose C1/M1 (=
rhizarthrose du pied)
→ ostéophytose
 Lors du chaussage, conflit
entre ostéophytose et
peau, tendon, paquet VN:
 érythème,
 phlyctènes,
 bursopathies,
 tendinopathies,
 syndrome canalaire :nerf
fibulaire superficiel
OSTÉO-ARTHROPATHIE NERVEUSE DIABÉTIQUE

 Au tarse, le diabète est la première cause de


neuro-ostéo-arthropathie.
 La localisation tarsienne de l’OAN peut aboutir
au fameux pied cubique de Charcot.
 Installation progressive et insidieuse mais peut
également compliquer une poussée aiguë
inaugurale.
 Grande caractéristique = indolence.
OSTÉO-ARTHROPATHIE NERVEUSE DIABÉTIQUE

 Sur le plan radio-clinique, évolution par phase


 une première phase inflammatoire sans anomalie
radiographique,
 puis une période de fragmentation osseuse avec perte de
fonction du pied (avec fracture, dislocation déformation,
instabilité, formation de corps étrangers),
 une phase de coalescence (résorption des débris, cals,
néoformations périostées) (figure 24)
 et une phase de consolidation, de fusion des fragments,
de reconstruction des contours osseux, d’ankylose et de
néostabilité (= pied de Charcot chronique).
OSTÉO-ARTHROPATHIE NERVEUSE DIABÉTIQUE

 Au stade initial, à radiographie normale,


l’ostéoarthropathie peut mimer une
ostéomyélite.
 L’IRM permet de faire la différence en
recherchant une communication entre le foyer
inflammatoire et un ulcère cutanée et/ou un
pertuis [24].
CONCLUSION

 Entorse du Lisfranc :Y penser!


 Ligament de Lisfranc ++

 Clichés en charge

 Diastasis C1-M2 = entorse du


ligament de Lisfranc =
ostéosynthèse
ANNEXES
 Jacques Lisfranc – Saint- Martin est né le 12 avril
1787(*) à Saint Paul en Jarez (Loire) dans une
famille de médecin. Il commença ses études
médicales à Lyon sous les ordres de Viricel. Puis il
fut reçu sur concours à l’Hôtel-Dieu de Paris où il fût
élève de Dupuytren. Il passa sa thèse en 1812. En
1813, il entre au service de santé militaire, puis fait
la campagne de Saxe en tant que médecin-adjoint. Il
quitte l'armée en 1814. C’est en pratiquant les
amputations de pied qu’il décrivit une nouvelle
technique d’amputation à travers l’interligne tarso-
métatarsien et qu’il laissa son nom à cette
articulation.
 Mémoire sur l’amputation du pied dans son articulation tarso-métatarsienne;
méthode précédée des nombreuses modifications qu’a subies celle de
(*) Extrait d’acte de
Chopart etc. 1815.
baptême disponible sur
 Nouvelle méthode opératoire pour l'amputation partielle du pied dans son
www.loiregenealogie.org
articulation tarso-métatarsienne. Paris, Gabon, 1815.
ANNEXES
 Il fut ensuite chirurgien en chef de la Pitié. Il se fit
un nom par ses cours de clinique, qui attiraient la
foule, autant que par son habileté à opérer, qui lui
valut une immense clientèle.
 Il était surtout consulté pour son expérience
gynécologique. On lui doit de nombreux travaux et
de nouvelles méthodes chirurgicales dont l'ablation
du cancer du rectum, la lithotomie chez les
femmes, l'amputation du col de l'utérus et une
nouvelle technique de désarticulation de l’épaule.
Il meurt à Paris dans la nuit du 12 au 13 mai 1847.
Il est enterré au cimetière de Montparnasse.
REMERCIEMENTS

 Henri, Patrick, Raph et surtout Valérie