Vous êtes sur la page 1sur 5

Licence Economie et Gestion

Comptabilité de gestion
Session janvier 2008
(2 heures)

1° Questions de réflexion :

Il vous est demandé de répondre à deux des quatre questions suivantes.

1°/ A quelles grandes questions les méthodes de calcul des coûts répondent elles ?
2°/ Donnez quelques indicateurs de risque d’exploitation de l’entreprise.
3°/ L’analyse des écarts : objectifs, objets et principes méthodologiques.
4°/ Les apports de la méthode ABC dans le calcul des coûts complets de l’entreprise.

1
2° Etudes de cas :

Il vous est demandé de traiter deux des trois cas qui vous sont proposés.

CAS N° 1 : BONCHOCO

La SA BONCHOCO assure notamment la fabrication complète de biscuits fourrés et de chocolats. Au mois de


novembre 2007, le comptable s’intéresse au résultat analytique d’un des produits : le paquet de galettes fourrées
au chocolat (GFC).
Le produit fini est constitué d’un paquet contenant 16 galettes. Il est distribué aux grossistes et détaillants en
cartons de 20 paquets ; il n’y a généralement en stock aucun carton prêt pour l’expédition.

Données relatives au mois de novembre 2007

1- Stocks

Eléments 31/10/07 30/11/07


Emballages 12 100 pour 661.50 € 10 500 emballages
Paquets de galettes 10 500 pour 7 950.00 € 9 900 paquets
Débris de galettes 2 080 pour 1 538.60 € 1 135 kg

2- Achats
10 400 emballages valant 540 €.

3- Charges directes de production et de distribution


- ingrédients consommés (farine de froment, sucre, graisse végétale, sirop de glucose, poudre à lever, sel,…) :
4 468.40 € ;
- main d’œuvre directe de l’atelier de préparation : 110 heures à 16 euros de l’heure ;
- commissions sur ventes GFC (charges incluses) : 1 075.32 €.

4- Charges indirectes de production

400 unités d’œuvre du centre de préparation


60 unités d’œuvre du centre cuisson
200 unités d’œuvre du centre d’empaquetage.

5- Production et ventes de la période

Production 192 000 GFC


Ventes 12 600 paquets 17 010 €
Production débris galettes 1 055 kg 844 €
Ventes de débris 2 000 kg 3 040 €

Les débris de galettes sont évalués, et leur valeur est déduite du coût de production. Ces débris constituent un
sous produit conditionné par sac de 5 kg vendu aux collectivités.
Les coûts d’ensachage et de distribution sont quasi nuls (les clients viennent prendre livraison de ce débris selon
les stocks disponibles).
Les charges indirectes du centre administration générale s’imputent au niveau du coût de distribution.

Travail à faire
1/ Terminer le tableau de répartition des charges indirectes, les unités d’œuvre de l’ensemble de l’usine
sont portées sur le tableau, les unités d’œuvre concernant les galettes fourrées au chocolat figurent dans le
paragraphe 4.
2/ Etablir le coût d’acquisition des emballages et déterminer leur coût moyen unitaire pondéré.
3/ Etablir le coût de production des GFCV et le CMUP.
4/ Déterminer le coût de revient des GFC vendues.
5/ Déterminer les résultats analytiques des GFC et des débris de galettes.

2
Tableau de répartition des charges indirectes de BONCHOCO

Centres auxiliaires Centres principaux


Eléments Total Gestion Gestion Autres Approvisionnements Préparation Cuisson Empaquetage Distribution Administration
personnel moyens prestati générale
ons
Répartition 1° 108 000 5 400 11 100 7 600 3 548 31 944 34 020 2 900 9 801.20 1 680.80

Répartition centres auxiliaires


- gestion du personnel 15% 10% 45% 5% 5% 10% 10%
- gestion des moyens 10% 10% 30% 10% 15% 10% 15%
- autres prestations 5% 30% 30% 10% 5% 20%

Totaux

Nature de l’UO 20 € d’achats Heures MOD Heures four Heures 20 € de 20 € de coûts de


d’emballages machines ventes production
Nombre d’UOI 2 288 9 995 2 000 1 460 5 990 5 760
Les totaux seront arrondis à la centaine d’euros la plus proche

3
CAS N°2 : LA PRISELIERE

Vous êtes consulté(e) par les propriétaires du Château « LA PRISELIERE » dans la région des Côtes de Bourg.
Une partie importante de la production de ce Château de 90 hectares (dont 30 sur 60 donnant droit à plantation
sont actuellement plantés en cépages de qualité) est commercialisée par correspondance auprès d’une clientèle
du Nord de la France. Le fichier des clients actifs est actuellement constitué de 10 000 adresses. Trois envois
postaux sont réalisés par an, avec un taux de réponse qui peut être estimé, dans des conditions normales et pour
un prix moyen de 3.10 euros par bouteille, à 8.5% par envoi, pour des commandes moyennes de 36 bouteilles de
75 cl. Le coût de revient de la bouteille est de 2.30 euros (bouteille habillée et logée en cartons de 12- frais de
conditionnement, 0.50 euros par bouteille).
Le rendement par hectare planté est de 45 hectolitres en moyenne. La production qui n’est pas commercialisée
par correspondance est cédée à un négociant de la place de Bordeaux, en vrac, pour un prix de 2.50 € le litre.
Les concurrents de la place commercialisent leurs produits (de qualité moyenne légèrement inférieure) et dans
des conditions de vente identiques (vente par correspondance à des particuliers) à des prix se situant dans une
fourchette de 2.90 € à 3.50 €. A l’intérieur de cette fourchette de prix, on peut considérer que l’élasticité de la
demande par rapport aux prix est de 0,10 (variation de la demande/variation des prix = - 0,10).
On considère qu’un message envoyé à un client coûte à l’entreprise en moyenne 1.10 €. Les frais de transport
des vins, ainsi que la TVA pourront être négligés pour la suite de vos calculs.

Travail à faire
Calculer le résultat global de l'entreprise dans des conditions normales de rendement et compte tenu des
tarifs retenus.
Quel est le prix de vente unitaire par bouteille qui permet de rentabiliser le circuit de distribution directe
par correspondance ?
Quel serait l'effet d'une baisse de 10% du prix de la bouteille proposée en VPC. Celui d'une hausse de
10% ?

CAS N°3 : BESSON


Le bilan simplifié de l’entreprise BESSON se présente comme suit, après répartition des bénéfices au 1° janvier
2008.

ACTIF PASSIF
Immobilisations corporelles 550 000 Capitaux propres 616 500
Moins amortissements - 177 500
372 500

Stocks et en cours (1) 276 000 Dettes


Créances - fournisseurs et comptes rattachés (3) 550 000
- clients et comptes rattachés 350 000 - Autres (4) 44 000
- Autres (2) 18 000
Disponibilités 194 000

total 1 210 500 total 1 210 500


(1) Dont (3) Dont
Matières premières (1000 unités) 20 000 Fournisseurs 300 000
Fournitures 25 000 Fournisseurs d’immobilisations 250 000
Produits finis (3 000 à 77 €) 231 000 (4) TVA à décaisser
(2) créance d’impôts payable en janvier 2008

L’entreprise ne fabrique qu’un seul produit et toutes ses activités sont soumises à la TVA au taux arrondi de
20% (commodité pour les calculs).

Règlement des clients


Créances figurant au bilan :
- 200 000 fin janvier
- 150 000 fin février

Règlement aux fournisseurs


Dettes figurant au bilan
- 165 000 fin janvier
- 90 000 fin février
- 45 000 fin mars

Règlement des achats


Matières premières : 60 jours fin de mois
Fournitures : au comptant

Règlement des ventes


50% à 30 jours fin de mois
40% à 60 jours fin de mois
10% à 90 jours fin de mois

Budget de production
- production régulière prévue durant le 1° trimestre : 2 400 produits finis par mois
- coût de production standard d’un produit pour 2 400 unités vendues :
- - matières premières : 2 unités à 20 € 40 €
- Fournitures 5€
- Main d’œuvre (charges sociales comprises) 30 €
- Amortissements des biens de production 2€
Budget des approvisionnements (hors taxes)
- Matières premières : Janvier 120 000
Février 90 000
Mars 90 000
- Fournitures : Février 20 000
Mars 10 000

Budget des ventes


Janvier 4 000 produits
Février 3 000 produits
Mars 1 600 produits

Le prix de vente unitaire est de 100 € (hors taxes)

Renseignements complémentaires
- règlement des fournisseurs d’immobilisations : 150 000 € en janvier, le reste étant étalé sur février et mars
- les représentants touchent une commission de 2% sur le montant des ventes hors taxes ; elle est payée durant le
mois qui suit la vente.
- amortissements mensuels du magasin de vente : 1 300 €
- charges fixes mensuelles supplémentaires : 15 000 € hors taxes (réglées avec un mois de décalage).

Travail à faire
Il vous est demandé de déterminer et d’analyser l’évolution de la trésorerie pour les trois premiers mois
de l’année 2008 ;
Vous présenterez le compte de résultat et lez bilan prévisionnel à fin mars.