Vous êtes sur la page 1sur 49

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

MINISTERE DE L’enseignement supérieur


WILAYA DE Ouargla

Faculté de médecine de Ouargla

DERIVATION et DRAINAGE
URINAIRE en urgence

Dr SLIMANI. A
H M Djelfa
Plan
RAPPELS ANATOMIQUE ET SEMIOLOGIQUE
Le SONDAGE URINAIRE
LA CYSTOSTOMIE A MINIMA
LA MONTEE DE SONDE DOUBLE J
LA NEPHROSTOMIE PERCUTANNEE
Rappels anatomiques
Rappels sémiologiques
et anatomiques
Rappel anatomique
L'anatomie de l'appareil urinaire est simple :
Le haut appareil urinaire
--Les reins,
--les uretères.
Le bas appareil urinaire
--La vessie
--L'urètre
L'urètre masculin (+ prostate)
L'urètre féminin
Rappels sémiologiques
et anatomiques
Rappels sémiologiques
et anatomiques
Rappels sémiologiques
et anatomiques
Rappels sémiologiques
et anatomiques
Rappel sémiologique
-La dérivation urinaire: c’est l’une de nombreuse
intervention chirurgicale visant à réacheminer le flux
urinaire de sa voie normale; Il peut être nécessaire
pour les uretères, la vessie ou l’urètre malades ou
défectueux, que ce soit temporaire ou définitive

-Les dérivations urinaires d’urgence: sont les


dérivation nécessaires dans le cadre de l’urgence pour
corriger les troubles électrolytiques et métaboliques
potentiellement mortels résultant d’une obstruction
des voies urinaires
Sondage urinaire en urgence: pour les rétention aigue
d’urine.
Cystostomie à minima: pour rétention aigue d’urine
avec impossibilité du sondage.
Montée de sonde jj: en cas d’insuffisance rénale
aigue d’origine obstructive(HAU)

La néphrostomie percutanée: en cas d’insuffisance


rénale aigue d’origine obstructive(HAU) après échec de
montée de sonde jj ou en 1er intension chez certaine écoles.
Le sondage urinaire
Le sondage urinaire
DEFINITION

Mise en place aseptique d’une sonde


stérile dans la vessie, par l’urètre,
pour drainer l’urine de façon continue
Indications
INDICATIONS CURATIVES

Rétention aigue
d’urines
Hématurie avec
caillots
Indications
INDICATIONS PREVENTIVES

 Coma
 Intervention chirurgicale
 Vessie neurologique avant
rééducation
CONTRE INDICATIONS
 Prostatite aigue, orchite,
épididymite, urétrite
 Sténose urétrale, Endoprothèse
urétrale
 Malformation urogénitale
 Urètrorragies
Matériel nécessaire
Matériel nécessaire
Sonde urinaire

Sonde béquillée rigide


Matériel nécessaire
SAC RECUPERATEUR
Gradué
Avec valve anti-
retour
Muni d’un
robinet de
vidange
VESSIE
BALONNET
RACCORD ENTRE
SONDE ET
SAC VIDANGEABLE
GRADUE
ROBINET
Le sondage vésical
les étapes
1) Préparation et toilette
2) Antisepsie du méat
3) Pose de la sonde
4) ECBU, fixation sonde, poche
5) élimination déchets
6) traçabilité
3)Pose de la sonde chez
l’homme
Introduction de la sonde, lubrifiée,
verge verticale
Si sonde butte (vers 15 cms), abaisser
la verge tendue vers le bas
Si difficulté, ne jamais forcer
Technique de pose
RECOMMANDATIONS
Ne jamais déconnecter
Désinfection mains avant manipulation
collecteur d ’urines toujours en déclive
faire boire (1,5 à 2l)
si globe : vidanger 200 à 250 ml puis
clamper 20 mn (éviter l’hemorragie à
vacuo)
• Surveillance de la diurèse:
Noter les quantités d’urines émises dans le dossier
patient
Surveiller les entrées et sorties
La qualité des urines, couleur, aspect
CONSEILS AU PATIENT

Sonde et sac
doivent rester
connectés en
permanences
Boire abondamment sauf contre
indication médicale

Respecter les changement de sonde


toutes les 6 semaines et les sacs tous
les 15 j
VIDEO
LE CATHETERISME SUS-
PUBIEN
DEFINITION
Dérivation urinaire temporaire ou définitive au moyen
d’un cathéter introduit dans la vessie par voie sus-
pubienne (voie transcutanée) permettant l’évacuation
des urines.
Réalisé uniquement sur vessie pleine car la vessie
pleine refoule le péritoine vers le haut.
INDICATIONS
- si échec d’une pose de sonde urinaire:
- rétention aiguë = adénome ou cancer de la prostate,
prostatite
- sténose urétrale
- traumatisme urétral
- rétention chronique : incapacité d’uriner par les voies
naturelles
CONTRE-INDICATIONS
- les troubles de l’hémostase
- patient sous traitement anticoagulant (AVK)
- hématurie, présence de caillots dans les urines
- Infection urinaire
- Tumeur de vessie
- Pontage fémoral croisé
- grossesse, obésité
- cicatrice médiane sous-ombilicale
PREPARATION DU MATERIEL
- le cathéter
- antiseptiques
( trocart, bague de
compresses stériles
fixation, tubulure de
chapeau, masque, bavette et casaque stérile pour
connexion)
l ’opérateur - poche de recueil ( la
- chapeau,masque pour l ’aide
même que pour la pose
- champs stériles troués et normal
d ’une sonde urinaire
- anesthésiant local
(XYLO, seringue,
aiguille)
PREPARATION DU
MATERIEL
- scalpel ou bistouri
- nécessaire pour la suture ( fil à peau 3/0)
- une seringue de 2Oml
- pansement style « OPSITE® » pour le pansement à la
fin du geste
- protection si fait au lit du patient
- SHA
PREPARATION DU
PATIENT
Préparation psychologique :
 - prévenir le patient du soin
 - expliquer le déroulement du soin
 - l ’informer que ce geste sera fait sous anesthésie
locale
Ce soin étant souvent réalisé au lit du patient,
informer si nécessaire les personne présentes
PREPARATION DU
PATIENT
Préparation physique :
 - épilation ou tonte si nécessaire
 - antisepsie de la peau ( 3 temps)
 - installation du patient ( DD, mains derrière la
nuque, la distension abdominale en général dépasse la
symphyse pubienne)

TECHNIQUE DE POSE
- lavage chirurgical des mains de l ’opérateur
- repérage de la vessie ( à travers deux doigts au dessus
de la symphyse pubienne) = sur la ligne médiane de la
paroi abdominale
- badigeonnage avec l ’antiseptique
 L ’IDE aura préalablement fait une antisepsie 3 temps
TECHNIQUE DE POSE
- pose du champs troué par l ’opérateur
- anesthésie locale
- pose du cathéter ( introduction du mandrin -
vérification par aspiration pour vérifier que l ’on est
bien dans la vessie)
- l ’opérateur retire le mandrin
- effectue une incision au niveau de la zone de
ponction


TECHNIQUE DE POSE
- perforation de la paroi vésicale avec le trocart
- introduction des 2/3 du cathéter
- enlève le trocart et connecte le cathéter à la poche de
recueil
- fixation du cathéter à la peau
- nettoyage de la zone ponctionnée, pansement
SURVEILLANCE
- post -op:
 - réinstallation du patient
 - vidange progressive de la vessie
 (éviter qu’elle se collabe = formation de petits caillots)
- contrôle de la diurèse par 24h, surveillance couleur,
aspect, épaisseur des urines, éventuelle hématurie
Montée de sonde double j
La sonde JJ est un tube souple et fin (environ 3mm de diamètre)
dont les extrémités forment chacune une boucle (d’où le terme
double J) ce qui permet à la sonde de rester en place entre le rein
et la vessie. Les sondes JJ sont introduites dans l’uretère sur un fil
guide à l’aide d’un cystoscope.
Une sonde JJ est mise en place
pour prévenir ou contourner un
obstacle au niveau de l’uretère :
 - Traitement des calculs du rein
ou de l’uretère
 - Réparation d’un rétrécissement
de l’uretère
 - Compression de l’uretère par
une maladie environnante
(fibrose ou tumeur)
LA NEPHROSTOMIE
PERCUTANNEE
La néphrostomie percutanée (NPC) a été introduite
dans les années 1950, afin de drainer les conduits
excréteurs du rein (pelvis rénal).
Cette intervention est le plus souvent réalisée sous
guidage échographique ou radiologique.
Après avoir administré une anesthésie locale au
patient, placé en position oblique adéquate, un
calice postérieur est ponctionné sous guidage
échographique et contrôlé par examens radiologiques
La NPC est indiquée dès lors qu’il est nécessaire de
décomprimer le rein et qu’il n’est point
possible ou indiqué d’utiliser une approche trans-urétérale.

Les indications d’urgence comprennent:


-l’obstruction post-rénale avec insuffisance rénale .
-l’obstruction post-rénale avec septicémie urinaire
(et/ou urémie) et l’urinome post opératoire(ou
traumatique).
-Les causes typiques d’une obstruction urétérale aigue comprennent:
- les lithiases rénales (calculs rénaux et urétéraux),
- les lésions traumatiques de l’uretère, et les sténoses sous
pelviennes.

-Les causes d’obstruction chronique incluent l’infiltration néoplasique et


la compression extérieure
Technique opératoire:
-Sur le plan pratique, la
sonde de néphrostomie est
habituellement placée dans les
cavités rénales par voie
percutanée, c’est à dire par
ponction à travers la peau et la
paroi lombaire, sous contrôle
radioscopique et
échographique.
-La néphrostomie est
réalisée sous anesthésie locale
ou générale, le patient étant
placé en décubitus ventral.
-La sonde est solidarisée à
la peau au voisinage de son
point de sortie. Elle est reliée à
un dispositif collecteur des
urines.
Conclusion:
Choisir la meilleure attitude face à l'obstruction de la
voie urinaire secondaire à un obstacle est
fondamentale.
 Les indications essentielles aux dérivations urinaires
en urgence sont le prolongement de la survie par la
préservation de la fonction rénale et l'amélioration de
la qualité de vie en présence de douleurs.