P. 1
Stratégie d'internationalisation

Stratégie d'internationalisation

|Views: 1,190|Likes:
Publié parMohamed Rouhi
stratégie d'internationalisation
stratégie d'internationalisation

More info:

Categories:Types, Research
Published by: Mohamed Rouhi on Jan 08, 2013
Droits d'auteur :Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as DOCX, PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

06/12/2014

pdf

text

original

Page 1 sur 13

Exposé sous thème :

Les stratégies d’internationalisation

Préparé par :
ELKHADRAOUY YOUSSEF ROUHI MOHAMED BENMINA YASSINE

Encadré par : Mlle KAOUTAR

Année universitaire : 2010 - 2011 1

Sommaire
INTRODUCTION…………………………………………..3 CHAPITRE I LA DEMARCHE STRATEGIQUE Définitions…………………………………………..4
Les étapes de la démarche stratégique….....................5 Les phases de processus d’orientation stratégique…………………………………..……...…6

CHAPITRE II LE CHOIX DE L’INTERNATIONALISATION
Raisons de la recherche de l’internationalisation………………………………… 8 Facteurs d’internationalisation………………………..8 Formes d’internationalisation………………………...9 Avantages et inconvénients de l’internationalisation......................................…....11

CONCLUSION……………...……………….…………..……13

2

L’internationalisation des entreprises constitue une tendance dominante à laquelle peu d’organisations peuvent se soustraire, sans risquer de compromettre la pérennité de leurs activités. Le phénomène de la mondialisation impose des changements et des remises en cause d’ordre stratégique, lesquelles soulèvent de nouveaux défis pour les gestionnaires des grandes comme des petites entreprises. Relever ces défis, en intégrant la dimension internationale dans la politique et les décisions de l’organisation, exige une compréhension du contexte mondial et des stratégies que peuvent adopter les entreprises pour y faire face. L’objectif général de cet exposé est d’acquérir le vocabulaire et les connaissances pratiques permettant de concevoir et de mettre en œuvre des stratégies, d’une part, faciliter le processus d’internationalisation de l’entreprise et, d’autre part, pour saisir les opportunités associées à la mondialisation des marchés.

3

CHAPITRE I : LA DEMARCHE STRATEGIQUE

1-entreprise nationale :
Une entreprise qui développe ses activités (production, distribution) sur son territoire national est dite entreprises nationale.

2-entreprise internationale :
Une entreprise s’internationalise lorsqu’elle développe son activité (ou ses activités si elle est diversifiée) au-delà de son territoire national. Il s’agit d’une stratégie de croissance hors du marché national de l’entreprise.

3-stratégie d’entreprise :
La stratégie de l’entreprise peut se définir comme le choix, compte tenu de la concurrence et de l’environnement futur, des domaines dans lesquels l’entreprise s’engagera, ainsi que la détermination de la nature et du degré de cet engagement. Le concept de stratégie est indissociable de celle de l’allocation des ressources. Cette allocation engage de façon durable, voire définitive, le devenir de l’entreprise.

4-stratégie d’internationalisation
La stratégie d’internationalisation adoptée par une entreprise est le reflet de la force de sa volonté d’engagement dans une économie globale ou, en d’autres termes, l’expression de sa politique de développement. Elle a toutes chances d’être multiforme car il n’existe pas une stratégie d’internationalisation optimale unique applicable à tous les terrains.

4

La démarche stratégique comporte quatre phases fondamentales, en l’occurrence le diagnostic stratégique, la décision stratégique, la mise en œuvre stratégique et le contrôle stratégique.  La première phase consiste à procéder :  à l’analyse de l’environnement afin d’identifier les opportunités et les menaces qui se présentent à l’entreprise ;  au diagnostic de l’entreprise pour étudier les forces et les faiblesses de l’entreprise par rapport à ses concurrents, et mettre en évidence ses compétences distinctives.  La deuxième phase du processus stratégique se matérialisera à travers la confrontation de l’analyse interne et externe, à l’identification de l’objectif de l’entreprise et l’élaboration d’une stratégie.  La mise en œuvre de la stratégie passera à travers la transformation de la stratégie en des plans opérationnels (précis et concrets) qui s’appliquent aux différentes fonctions de l’entreprise. Pour chacune des fonctions, on établit des engagements financiers pour une période donnée.  La dernière phase consiste à mettre en place des outils de contrôle. Commentaire Pour une entreprise à vocation internationale, il s’agit compte tenu de l’état et de l’évolution de l’environnement mondial, et des données propres à l’entreprise (ses forces et ses faiblesses relatives) de déterminer les objectifs de celle-ci. Ils seront fixés avec la volonté de valoriser au mieux les opportunités qui s’offrent à l’échelle internationale tout en essayant de combattre dans les meilleures conditions possibles les menaces qui se présentent.

5

Phase 1 : Analyse des données externes et du potentiel de l'entreprise
État et évolution de l'environnement international (Opportunités et menaces) • Recherche des informations pertinentes • Analyse des besoins et de la demande solvable • Analyse de la concurrence • Détermination des contraintes d'accès au marché • Évaluation du risque-pays Diagnostic de l'entreprise (Forces et faiblesses) • Aspirations des forces composantes • Ressources disponibles • (Capacités excédentaires ou mobilisables • Avantages distinctifs en matière de : • - produits • - marchés • - technologies • - savoir • - ressources productives
• Profil de compétence de l'entreprise

• •

Typologie des marchés étrangers ; Degrés d'attractivité

Phase 2 : Détermination des objectifs internationaux de l'entreprise
 Le volume d'affaires à réaliser ; parts de marché visées dans le champ international  Rythme de développement recherché  Rentabilité des capitaux investis

6

Phase 3 : Étude des alternatives stratégiques

• Exportation directe ou indirecte • Investissement direct • Formes coopératives et alliances

Phase 4 à 6 : Réalisation du programme d'internationalisation

Budgétisation

Exécution

Contrôle

Commentaire La première étape de ce processus d’orientation stratégique implique une analyse des données externes et internes. Durant cette phase, on essaiera de saisir les éléments essentiels de la chaîne complexe de relations de causes à effets et de rétroactions entre les phénomènes en jeu dans l’espace multinational. Il est clair que dans un contexte le plus souvent confus et imprévisible les objectifs recherchés ne pourront être précisés que d’une manière approximative. L’analyse de l’environnement international est délicate en raison de l’éloignement géographique ou culturel de beaucoup de pays, également en raison de la qualité souvent défectueuse des informations disponibles. L’accès à l’information pertinente est coûteux. Il faudra donc concentrer les efforts sur l’essentiel :
 l’analyse des besoins et de la demande solvable ;  l’analyse de la concurrence et des domaines réservés de fait aux e/ses nationales, publiques ou privées, par réactions nationalistes ;  la détermination des contraintes réglementaires d’accès au marché : normes, homologations, barrières douanières... ; existence d’accords commerciaux ; fiscalité dissuasive ;

7

 l’instabilité politique et le risque-pays (attitude à l’égard des investissements étrangers, risque de saisie des biens, possibilité de rapatrier les profits, contrôle des changes et menaces sur le paiement des créances, insécurité...) ;  les informations sur le niveau technologique du pays.

CHAPITRE II : LE CHOIX DE L’INTERNATIONALISATION

Ces raisons peuvent être de multi nature :
     Enlèvement des barrières tarifaires et non tarifaires ; Saturation du marché national ; Recherche des nouveaux débouchés ; Développement des moyens de communication ; Diminution des coûts de transport ;

8

Facteurs d’internationalisation

Techniques

Economiques et commerciale

Politiques et juridiques
- La réduction des barrières douanières. - La diminution des obstacles non tarifaires. - La création de zones de libre échange et de communautés économiques. - L’idéologie de libre échange. - Les incitations des pouvoirs publics. - Le rôle des institutions de commerce international (GATT puis OMC)

-la baisse des coûts des transports internationaux. -la réduction des temps de transport. -l’accroissement des capacités de production. -les gains de productivité dans les transports. -l’importance croissante du savoirfaire technologique très inégalement réparti.

-la qualification de la main d’œuvre - le niveau des salaires. - La saturation de la demande dans les pays industrialisés. - L’apparition d’un cycle de vie international des produits. - L’uniformisation partielle des modes de consommateur.

9

Pour s’internationaliser, l’entreprise peut utiliser différents moyens. En principe, une entreprise ne devient pas international du jour eu lendemain, elle suit, le plus souvent, un processus d’apprentissage qui va de l’exportation jusqu’à la multinationalisation.

1-L’exportation
On parle d’exportation lorsqu’une entreprise vend tous ou une partie de sa production réalisée dans son propre pays et à l’étranger. Elle peut exporter selon 3 méthodes : A – Exportation directe : L’entreprise se charge elle-même de vendre ses produits à l’étranger, soit sur son site internet, soit avec une force de vente dans le pays d’importation (services export, agent commercial ou filiale commerciale). Ce procédé est plus coûteux et aussi plus risqué, car il nécessite des investissements dans le pays d’implantation. B – Exportation indirecte : L’entreprise fabrique ses produits sur son territoire national et les vend à l’étranger a recourt à des services d’intermédiaire spécialisé (les sociétés de commerce internationales, les courtiers….) C’est le procédé le plus simple et le moins coûteux, car il ne nécessite pas d’investissement à l’étranger et ne fait pas courir de risque à l’entreprise. c- Exportation associée : Les entreprises ayant le même pays d’origine et des activités voisines peuvent se réunir et constituer des groupements d’exportation en se dotant de moyens communs de prospection et de vente (exemple : GIE). Des petites ou moyennes entreprises peuvent exporter en utilisant les réseaux étrangers des grandes entreprises : c’est le portage d’exportation.

10

2 – La distribution à l’échelle mondiale :
Elle peut prendre plusieurs formes : - Cession de licence (Chrestian Dior) - La franchise internationale (Mc Donald’s)

3 – L’implantation à l’étranger :
L’entreprise réalise des investissements directs à l’étranger (IDE) soit pour l’installation des magasins de commerce soit pour l’installation des usines ou les deux. La délocalisation (offshoring en anglais) est un IDE qui consiste à changer le lieu de production de biens ou services pour s’implanter dans un autre pays. D – Les firmes multinationales ou transnationales: Les firmes multinationales : (transnationales, supranationales ou plurinationales) Par une firme multinationale, on entend généralement une entreprise qui possède plusieurs filiales dans au moins deux pays. Ces unités dépendent d’un centre de décision unique. La FMN s’évalue par les critères suivants : Part des ventes réalisées à l’étranger ; Activités de production réalisées à l’étranger ; Présence dans plusieurs pays ; Nombre de filiales à l’étranger ; Détention multinationale du capital social ; Cotation des titres sur plusieurs places financières… On trouve des FMN dans tous les secteurs de l’économie : Secteur primaire : (Nestlé, Danone, etc...) ; Secteur secondaire (Elf aquitaine, Michelin, etc...) ; Secteur tertiaire (Accor, Mc Donald, Hertz…). La relation entre l’entreprise multinationale et les Etats (d’origine et d’accueil) peut présenter des avantages et des risques : Pays d’accueil Pays d’origine • Diversification des débouchés • Favorise l’emploi et la croissance • Rapatriement des bénéfices économique • Rayonnement international… • Accéder aux nouvelles technologies • Entrées de capitaux…

Avantage

11

Risques

• Diversification des débouchés • Domination industrielle et technologique • Rapatriement des bénéfices • Divergences entre intérêts de la firme et ceux du pays • Rayonnement international… • Sorties de capitaux (rapatriement des bénéfices)

Avantages
-Un marché potentiel plus vaste ; -Diminution des coûts avec l’économie d’échelle et les coûts de main-œuvre plus faible ; -Gains fiscaux et de change ; -Répartition des risques -élargissement du marché et des débouchés ; -meilleure connaissance des marchés étrangers ; -contrôle de certaines sources d'approvisionnement ;

Inconvénients
-Instabilité de taux de change ; -Risque politique, économique et financier ; -risque d'un contingentement des importations ;

12

L’internationalisation ne constitue pas une stratégie exclusive et s'inscrit dans une logique comprenant d'autres options stratégiques. En effet, très souvent le choix de l'internationalisation n'est que le résultat d'une diversification des marchés de l'entreprise.

13

You're Reading a Free Preview

Télécharger
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->