LETTRE   OUVERTE   A  L'ATTENTION   D'AIRBUS   SAFRAN   LAUNCHERS   ET   ARIANESPACE   12   AVRIL   2017 

 
Depuis   maintenant   près   de   quatre   semaines,   les   salariés   ASL   de   Kourou   pâtissent   d'une   situation   de   blocage 
leur   interdisant   l'accès   à  leur   lieu   de   travail,   le   Centre   Spatial   Guyanais,   et   leur   interdisant   toute   circulation   en 
dehors   de   la   ville   de   Kourou   du   fait   d'un   mouvement   de   protestation   porté   par   des   collectifs   de   citoyens   aux 
revendications   somme   toute   légitimes   car   touchant   les   domaines   de   la   santé,   l'éducation,   la   sécurité   et 
l'économie. 
 
L'État   Français,   pourtant   bien   au   courant   depuis   de   nombreuses   années   de   la   situation   alarmante   de   la 
Guyane,   n'a   pas   apporté   les   solutions   qui   auraient   permis   d'éviter   la   situation   que   nous   subissons   aujourd'hui. 
L'enlisement   de   ce   mouvement   pénalise   lourdement   l'économie   guyanaise   dont   ASL   est   un   acteur   majeur   :  le 
CSG   c'est   près   de   1  700   emploi   directs   et   10   000   emplois   indirects   sur   Kourou,   le   spatial   représente   16%   du 
PIB. 
 
Le   22   mars   dernier,   le   directeur   du   CSG   a  été   contraint   de   fermer   le   site,   rendant   impossible   la   poursuite   de 
toute   opération   hormis   celles   impactant   la   sécurité   des   systèmes   et   des   personnes.   Depuis,   l'ensemble   du 
personnel   d'Airbus   Safran   Launchers   Kourou   reste   mobilisé   et   se   tient   prêt   à  la   reprise   des   activités   dès 
que   l'accès   au   site   sera   de   nouveau   rendu   possible   et   sécurisé . 
 
Des   réunions   d'information   sont   tenues   quasi   quotidiennement   par   la   direction   d'ASL   Kourou   :  elles   sont 
nécessaires   car   permettent   à  chacun   d'être   informé   de   la   situation   liée   à  nos   propres   activités. 
 
Lors   de   la   dernière   réunion   en   date   du   11   avril,   la   direction   nous   a  annoncé   le   maintien   de   nos   traitements   et 
rémunérations   dans   leur   intégralité   depuis   le   début   du   conflit   jusqu'à   la   fin   de   cette   semaine .  Nous 
prenons   acte   de   cette   annonce   et   remercions   la   direction   de   l'effort   de   transparence   et   de   communication   dont 
elle   fait   preuve   dans   cette   période   particulièrement   délicate   et   tendue   que   nous   vivons   à  Kourou. 
 
La   direction   nous   a  également   fait   part   de   réflexions   actuellement   en   cours   visant   à  envisager   de   mettre   les 
salariés   de   Kourou   dans   un   dispositif   particulier   à  compter   du   18   avril   prochain. 
 
Nous   souhaitons   à  travers   ce   document   porter   les   éléments   ci­dessous,   fruits   de   la   concertation   avec   de 
nombreux   salariés,   et   à  considérer   avant   qu'une   quelconque   décision   relative   à  nos   traitements   et 
rémunérations   ne   soit   décidée   : 
 
•Conscients   des   enjeux   d'ASL   dans   la   paysage   du   spatial   mondial,   nous   sommes,   restons   et   resterons 
mobilisés   pour   une   reprise   au   plus   tôt   de   nos   activités   dès   que   la   situation   le   permettra   ; 
 
•Avant   de   prendre   une   quelconque   décision,  n   ous   demandons   d'explorer   toutes   les   pistes   permettant   aux 
salariés   de   reprendre   leur   activité   en   dehors   du   CSG   (télétravail,   application   des   dispositifs   présents   dans 
de   nombreux   contrats   prévoyant   une   affectation   en   métropole   en   cas   d'inactivité   prolongée   au   CSG,   …)   malgré 
les   difficultés   que   cela   peut   représenter   ; 
 
•Si   des   dispositions   devaient   être   prises,   elles   devront   être   similaires   pour   l'ensemble   des   salariés   ASL   et 
Arianespace   présents   à  Kourou   indépendamment   de   leur   origine   et   de   leur   statut   (Ex­Airbus,   Ex­Safran, 
missionnaires,   détachés,   résidents,   sédentaires…)   ; 
 
Nous   sommes   parfaitement   conscients   des   difficultés   qu'ASL,   Arianespace,   Europropulsion   et   Regulus 
traversent,   et   nous   ferons   en   sorte   de   participer   à  l'effort   nécessaire   pour   un   retour   à  une   situation   normale.   Ici 
à   Kourou,   nous   sommes   en   première   ligne   dans   ce   conflit,   et   nous   même   et   nos   familles   souffrons.   Nos   enfants 
ne   sont   plus   scolarisés   depuis   un   mois   et   des   difficultés   d'approvisionnement   commencent   à  se   faire 
sérieusement   sentir.   Ici   à  Kourou,   nous   sommes   en   première   ligne   avec   nos   collègues   d'Arianespace   pour 
assurer   l'accomplissement   final   des   missions,   la   mise   en   oeuvre   et   le   décollage   &  vol   des   lanceurs.   Nous 
sommes   au   premier   plan   médiatique   de   notre   société   et   faisons   en   sorte   que   sa   réputation   soit   à  la   hauteur 
des   enjeux.   Enfin,   nous   sommes   pris   en   otages   pour   des   raisons,   indépendantes   de   notre   volonté,   qui   auraient 
dû   être   anticipées.   Nous   demandons   aux   Directions   d'Airbus   Safran   Launchers   et   d'Arianespace   de   prendre 
en   considération   notre   requête   pour   ne   pas   prendre   le   risque   d'altérer   la   motivation   qui   nous   anime   tous 
aujourd'hui   pour   nos   sociétés. 
 
Grégory   FAVIOT   –  Sébastien   SAVREUX 
CFE­CGC   Airbus   Safran   Launchers   Kourou 
 

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful