Vous êtes sur la page 1sur 130

ISCAE Mémoire de fin d’études

Institut Supérieur
de Commerce et
d’Administration
des Entreprises

Mémoire de fin d’études portant sur le thème :

L’accès au financement pour la


Petite et Moyenne Entreprise
marocaine :
Diagnostic & Devenir

Réalisé par : Melle JEMALI Wafâa

Encadré par : M. Yonas LAHRICHI

- 1 :- 2006 / 2007
Année universitaire
ISCAE Mémoire de fin d’études

Remerciements

Avant toute autre chose, j’estime d’une nécessité impérieuse le fait de remercier toutes
les personnes qui m’ont aidé, en quelque domaine que ce soit et sans lesquelles ce travail
n’aurait pu être mené à terme.

Je citerai particulièrement M. Younes TAHIRI, Manager au Cabinet ‘Deloitte’, qui


prit soigneusement le temps de répondre à mes nombreuses questions sur l’entreprise,
l’orientation de ma mission et qui m’expliqua patiemment les différents méandres du métier.

Je ne raterai pas une telle occasion pour souligner également l’indéfectible appui de
M. Nourredine BAQCHICH, Auditeur Senior au Cabinet « Deloitte » qui m’a fourni toutes
les informations nécessaires sur le fonctionnement de l’entreprise ; ainsi que celui de
M. Yonas LAHRICHI, Professeur à l’ISCAE, dont le soutien, les précieux conseils et les
constructifs commentaires m’ont été d’une utilité démesurée et qui a patiemment revu
chacune des pages de ce mémoire.

Merci aussi à toutes les personnes qui m’ont communiqué leurs opinions et qui ont eu
la courtoisie de répondre à mes différentes questions.

-2-
ISCAE Mémoire de fin d’études

 AMIC : Association Marocaine du Capital-Risque


 ANAPEC : Agence Nationale de Promotion de l’Emploi et des
Compétences
 ANPME : Agence Nationale de Promotion de la PME
 BVC : Bourse des Valeurs de Casablanca
 CA : Chiffre d’Affaires
 CCG : Caisse Centrale de Garantie
 CGEM : Confédération Générale des Entreprises Marocaines
 DAD : Dar Addamane
 HCP : Haut Commissariat au Plan
 LOA : Location avec Option d’Achat
 MCI : Ministère du Commerce et de l’Industrie
 MRE : Marocains Résidents à l’Etranger
 OMPIC : Office Marocain de la Propriété Industrielle et Commerciale
 ONG : Organisation Non Gouvernementale
 OPCR : Organisme de Placement en Capital Risque
 PME : Petite et Moyenne Entreprise
 PMI : Petite et Moyenne Industrie
 TVA : Taxe sur la Valeur Ajoutée

-3-
ISCAE Mémoire de fin d’études

Remerciements

Sigles

Introduction……………………………………………………………………………….1 à 4

Partie I : La PME et ses modes de financement au Maroc


– Revue détaillée & Diagnostic………………………………………......….5 à 81

Chapitre I : Environnement de la PME au Maroc………………………….…..6 à 29

Section I. Reconnaître l’importance de la PME………………………….....6 à 23

§1. Repères historiques……………………………………………...……..6 à 7

§2. La PME marocaine : une ‘terra incognita’ ?…………………….….7 à 18

A. PME : Différentes approches et définitions……………………...7 à 11

1. Rétrospective : Evolution de la définition de la PME marocaine….....8 à 10

2. Apport de la charte de la PME…………………………………….…10 à 11

B. La PME : une importance quantitative, sans chiffres exacts…13 à 15

C. L’inégale répartition sectorielle et géographique des PME…...16 à 17

1. La répartition des PME par branches d’activité…………………………...16

2. L’inégale répartition géographique des PME………………………..16 à 17

-4-
ISCAE Mémoire de fin d’études

D. La PME : une faible contribution économique, difficilement


appréciable……………………………………………………………..18

§3. Causes et conséquences d’une méconnaissance de la réalité…….19 à 23

A. Les principaux obstacles à la reconnaissance et au


développement……………………………………………………20 à 21

B. Responsabilités propres aux dirigeants…………………………21 à 23

Section II. …pour mieux stimuler son développement……………………23 à 29

§1. Les mesures prises par le Gouvernement marocain pour


encourager le développement de la PME………..…………….....23 à 26

§2. Les mesures restant à prendre pour la promotion de la PME……26 à 29

A. Valoriser la PME et reconnaître son importance……………….27 à 29

B. Développer les compétences des dirigeants……………………...........29

Chapitre II : Evaluation du système de financement de la PME au Maroc…30 à 81

Section I : Le financement par endettement - Apports et Limites de son


intervention pour le financement de la PME………………..…32 à 63

§1. Banques – PME : une relation à mettre à niveau…………………32 à 52

A. Système bancaire : une faible contribution au financement de la


PME………………………………………………………………32 à 33

1. Régression continue de l’offre de crédits à la PME…………………32 à 33

2. Répartition du marché de la PME entre banques……………………..…33

B. Pourquoi le marché de la PME n’est pas attractif pour les


banques ?.........................................................................................33 à 34

1. Le système national de garantie au service de la relation


banque – PME...............................................................................................34

a. Systèmes de garantie : Présentation générale et fondements…34 à 38

b. Caractéristiques du système national de garantie……………….39 à 42

2. Présentation de l’étude du système national de garantie en faveur de


la PME………………………………………………………………...43 à 45

-5-
ISCAE Mémoire de fin d’études

a. Contexte et objectifs de l’étude……………………………………………43

b. Démarche d’intervention adoptée par le cabinet ‘Deloitte’……..43 à 45

3. Pourquoi la PME est en reste ?.............................................................45 à 52

a. Le financement de la PME-PMI bloqué par le poids du passé…46 à 47

b. Le changement de contexte…………………………………………..47 à 48

c. Les crédits aux particuliers : un nouvel eldorado pour la banque


marocaine ?..................................................................................
.......48 à 49

d. L’impossible quête de la transparence de la PME……………….49 à 50

e. L’excès de garanties exigées par les banques……………………..50 à 51

f. Un déficit de gestion………………………………………………………..52

g. Autres raisons……………………………………………………………….52

§2. Les sociétés de financement : offre d’une alternative de financement,


limitée…………………………………………………………………53 à 63

A. Champ d’intervention des sociétés de financement………………....53

B. Participation des sociétés de crédits bail et d’affacturage à la


distribution des crédits…………………………………………..54 à 63

1. Sociétés de crédit-bail………………………………………………....54 à 58

a. Définition du crédit-bail………………………………………………..…55

b. Avantages & inconvénients du financement par crédit-bail...….55 à 56

c. Situation actuelle de l’activité du crédit-bail au Maroc…..…......56 à 58

2. Le factoring au Maroc : une activité peu développée, peu répandue….


et un fort potentiel de croissance……………58 à 63

a. L’intérêt du recours au factoring……...……………………………58 à 59

b. Mécanismes d’intervention du factor …..………………………….59 à 60

c. Le factoring au Maroc…………………………………………………….…61

d. Des évolutions favorables au développement du

factoring au Maroc………………………………..……………………61 à 62

e. Obstacles au développement du factoring……………………………….62

-6-
ISCAE Mémoire de fin d’études

f. Le factoring au service de la PME………………………………….62 à 63

Section II : Les marchés des capitaux : un financement innovant pour la


PME marocaine…………………………………………………63 à 71

§1. Les atouts et les attraits des marchés des capitaux pour les
entreprises……………………………………………………………63 à 65

§2. Le marché boursier marocain : un marché en plein essor………...65 à 69

A. La réforme du marché boursier marocain………………… ..…66 à 68

1. Réformes légales et réglementaires…………………………………..66 à 67

2. Incitations fiscales…………………………………………………….67 à 68

B. Ouverture aux capitaux étrangers…………………………………….68

C. Evolution récente du marché boursier marocain……………….68 à 69

§3. Quand la PME décide d’emprunter la voie royale de la Bourse de


Casablanca……………………………………………………………69 à 71

A. Quelles opportunités offre le marché boursier


à la PME marocaine ?……………………………………………69 à 71

B. Le marché des capitaux un monde non accessible pour tous……….71

Section III : Le Capital-investissement au service de l’entreprise et de la


sphère financière………………………………………………72 à 81

§1. Le Capital-investissement : au delà des frontières du financement


classique………………………………………………………………72 à 75

A. Qu’est-ce que le Capital-investissement ?.............................................72

B. Le Capital-investissement et le cycle de vie de l’entreprise…….73 à 74

1. Le capital risque…………………………………………………………..73

2. Le capital développement………………………………………………….73

3. Le capital transmission…………………………………………….…73 à 74

4. Le capital retournement…………………………………………………...74

C. Le Capital-investissement et les autres modes de financement……75

-7-
ISCAE Mémoire de fin d’études

§2. Le Capital-investissement au Maroc………………………………..75 à 81

A. Vue d’ensemble des activités et tendances………………………75 à 77

1. Une croissance de l’activité du Capital-investissement……………75 à 76

2. Capital-investissement : Nouvelles tendances en termes de stratégies de


fonds et investissements………………….76 à 77

3. Une croissance modérée des opérations d’introduction en


bourse (IPO)……………………………………………………………..77

B. Cadre légal de l’activité du Capital-investissement……………78 à 79

C. Structure de l’activité du Capital-investissement………………79 à 80

D. Le Capital-investissement et le financement de la PME………..80 à 81

Partie II : Le système de financement de la PME en devenir –


Quelles perspectives ?.....................................................................................84 à

Chapitre I : Cas du programme Moukawalati : Evaluation & Perspectives…84 à

Section I. Présentation du programme Moukawalati……………….……….86 à 89

§1. Objectifs du programme Moukawalati…………………………….…86

A. Objectif général du programme…………………………………… 86

B. Objectifs spécifiques du programme………………………………..86

§2. Bases juridiques………………………………………………………...87

§3. Caractéristiques du programme ‘Moukawalati’…………………87

A. Les bénéficiaires……………………………………………………..87

B. Quelles sont les nouveautés apportées par le programme


‘Moukawalati’ ?................................................................................87

C. Etapes de mise en œuvre du projet………………………………….88

D. Organisation et gouvernance………………………………………..89

E. Dispositions prises……………………………………………………89

Section II. Le programme Moukawalati : entre réalisations &


perspectives…90 à 94

-8-
ISCAE Mémoire de fin d’études

§1. Le projet est-il sur le bon rythme ?....................................................90 à 91

§2. Quelles seraient les limites du projet Moukawalati ?.......................91 à 94

A. Faiblesses relatives au mode de fonctionnement du programme


Moukawalti……………………………………………..……………91 à 92

B. Faiblesses d’ordre externe…………………………………….…93 à 94

Chapitre II : Quelles actions sont à mener pour un système de financement


favorable à la PME ?....................................................................................................94 à 110

Section I. Banque / PME : Que doivent faire les deux parties ?..................94 à 106

§1. La transparence pour une relation ‘gagnant-gagnant’………………95

§2. Un point particulier : la mise en place d’un système de notation des


Entreprises………………………………………………………………95

§3. Relation banque / PME : vers un code de conduite ou un


‘Gentlemen agreement’…………………………………………………96

§4. Le système de garantie, au cœur de la relation banque / PME……….96

A. Exploration des ‘best practices’ en terme de garantie à travers


un benchmarking international………………………………………96 à 100

1. Objectif de la phase benchmarking…………………………………..…96

2. Approche & Méthodologie adoptée……………………………….96 à 100

B. Conclusion tirée de l’étude : les principes fondateurs d’un


système de garantie efficace aux financements de la PME……….101 à 104

C. Pour aller plus loin………………………………………104 à 106

Section II. Pour une amélioration de l’attractivité de la BCV……………106 à 108

§1. Comment faire de l’introduction en bourse un choix stratégique


incontournable pour l’entreprise?..................................................106 à 108

§2. BVC / PME : Quels efforts restent-ils à fournir ?..................................108

Section III. Capital-investissement : un potentiel de croissance, sous


conditions……………………………………………………109 à 110

-9-
ISCAE Mémoire de fin d’études

Conclusion………………………………………………………………………………………………111 à 112
Bibliographie……………………………………..…………………………………………………………….113

Annexes……………………………………………………………………………..113 à 119

- 10 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

Introduction
C’est peut-être là, la partie du mémoire que j’apprécie le plus en rédigeant,
probablement parce qu’elle m’est plus personnelle que les autres. Maintenant que je décide de
m’y mettre, je comprends que la tâche n’est pas moins ardue que le cœur même de ce
travail…

Pourquoi avoir choisi ce thème et cette mission en entreprise ? pourquoi avoir abordé
la problématique du financement de la Petite et Moyenne Entreprise (PME) dans sa globalité,
au lieu de cibler un ou des modes de financement bien précis ? Quel intérêt particulier porte
un sujet comme celui du système de financement de la PME ?… telles sont les questions
auxquelles j’essaierai de répondre à travers ce premier développement…

La mondialisation et l’ouverture des frontières économiques, corollaire aux accords de


l’OMC et à ceux du libre échange, l’avènement de la nouvelle économie induite par la percée
des technologies de l’information, l’introduction croissante de l’intelligence artificielle et de
la cybernétique dans le système de production industrielle et les grandes mutations sociales…
sont tous des aspects témoignant d’une réelle révolution.
Une révolution qui a rendu caduques toute sorte de frontières économiques nationales,
ouvrant des perspectives infinies à une mondialisation qui impose sa loi aussi bien au marché
des biens et services, qu’à celui des capitaux ou encore celui des ressources humaines.

Dans ce contexte, il est indéniable qu’aucun pays, quelles que soient sa dimension et
ses potentialités, n’a d’autres alternatives que de se qualifier pour mieux tirer profit des
opportunités qu’offre le nouvel ordre mondial et se prémunir des risques de marginalisation
ou de retard qu’il véhicule. Le nouveau paysage géo-socio-économique qui se dessine apporte
donc des opportunités, mais également des contraintes.
Parmi les opportunités je citerai particulièrement l’ouverture des marchés, la
diversification des produits à la consommation, les délocalisations industrielles, le transfert
technologique et la mobilité des capitaux permettant de dynamiser les financements.

- 11 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

Quant aux contraintes, l’une des plus ardues est sans doute liée à l’agressivité de la
concurrence en terme de coût, de qualité et de productivité, imposant ainsi la bataille de la
compétitivité inter-entreprises.

Au Maroc en particulier, le démantèlement tarifaire résultant de la conclusion


d’accords de libre échange et d’association, notamment avec les Etats-Unis, l’Union
Européenne et la Turquie, a un impact direct sur la diminution des recettes de l’Etat, mais il a
également comme conséquence la fragilisation de la protection de l’entreprise marocaine dont
la mise à niveau devient de ce fait impérative.

Partant de là, et lorsqu’on sait que la PME représente la majorité écrasante des
entreprises dans le tissu productif marocain et qu’elle devient de plus en plus nécessaire dans
le contexte de lutte contre le chômage, vu qu’elle est un grand pourvoyeur en emploi, on se
rend compte que la plus grande part du défi à relever réside dans la promotion de la PME qui
doit être au centre des préoccupations de toute réforme.

Par ailleurs, d’autres arguments plaident en faveur de la PME. En effet, parmi ses
points forts, on compte sa grande capacité à faire face aux changements de contexte, grâce
notamment à sa capacité d’adaptation aux crises et chocs exogènes et à la flexibilité et la
souplesse de ses structures de gestion et de production. Outre cela, sa participation à la
décentralisation industrielle et à la régionalisation de l’économie, son concours à
l’élargissement des assises de la classe moyenne en font également un outil de développement
recherché.

Ceci dit, la promotion de la PME reste tributaire de la prise de conscience, par


l’ensemble des acteurs économiques, du rôle vital qui incombe à cette catégorie d’entreprises.
Néanmoins, la prise de conscience, bien que nécessaire ne suffit point, car elle se doit d’être
accompagnée d’actions réelles, traduisant le degré d’implication des différentes parties
prenantes pour la réalisation du développement durable de la PME.

A partir de cela, il découle que le manque d’implication et de coordination d’actions


entre les différents acteurs empêche la PME d’aller de l’avant. D’ailleurs, malgré les divers
programmes prônés par l’Etat marocain pour la mise à niveau de la PME nationale, celle-ci

- 12 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

"Trois millions de

chômeurs, trois millions

d’entreprises"

Credo politique lancé par ‘Berlusconi’ lors d’une élection en Italie

- 13 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

est handicapée dans son processus de croissance par plusieurs obstacles, de différents ordres
et qui se rattachent aussi bien à son environnement externe qu’interne.

A titre particulier, les difficultés d'accès aux sources de financement, aspect sur lequel
se focalisera le plus ce mémoire, figurent parmi les plus grandes entraves au développement
de la PME.

Le choix d’aborder un tel thème n’est guère le fruit d’un hasard. En effet, étant
fortement passionnée par la dynamique entrepreneuriale, je souhaite orienter ma carrière vers
la création d’entreprise.
Bien que ma passion pour l’entrepreneuriat ait apparu depuis plusieurs années déjà,
elle ne s’est affirmée réellement que depuis 2 ans, lorsque j’ai réalisé mon stage de deuxième
année, au niveau d’une PME nationale. Florissante, avec un potentiel de croissance important
et une équipe managériale compétente, elle connaissait pourtant des problèmes qui entravaient
son développement et qui étaient, entre autres, liés à son accès limité aux capitaux.
Une telle situation m’a poussé à chercher autour de moi, pour savoir quels sont les
moyens de financement qui s’offrent à un entrepreneur ambitieux et qui souhaiterait voir son
entreprise prendre de l’élan. A travers mes recherches, il s’est avéré qu’à prime abord, ce ne
sont pas les outils de financement qui manquent… mais est-ce que toutes les entreprises
peuvent en bénéficier ? là est la question…

Le chef d’entreprise m’avait expliqué à cette époque que la PME est en reste…une
affirmation qui me paraissait abstraite et loin d’être convaincante...

Le hasard…la chance aussi, ont voulu que durant mon stage de fin d’études au Cabinet
‘Deloitte’, je sois affectée à une mission de conseil où il était question de restructurer le
système national de garantie en faveur de la PME. Un concept qui m’était étranger
jusqu’ alors, mais rien que le fait de remarquer le lien avec la PME m’a poussé à y participer,
sans aucune hésitation. Une décision que je n’ai point regretté, puisque la mission a été très
enrichissante, dans le sens où elle m’a permis de comprendre le mode de fonctionnement de la
PME, indépendamment des divergences sectorielles et notamment dans son rapport avec son
environnement ; d’avoir une idée sur les efforts déployés par l’Etat afin d’aider cette catégorie
d’entreprises ; d’analyser les limites des mesures adoptées ; de cerner le système de
financement de la PME…et puis aussi de comprendre pourquoi le chef d’entreprise avait dit

- 14 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

un jour que la PME était en reste et d’avoir une idée plus éclaircie sur les défis qui seraient à
relever pour réaliser mon objectif professionnel ultime ; celui d’être entrepreneur…

A travers ce mémoire, je cherche donc à illustrer par écrit toutes les connaissances
aussi bien théoriques que pratiques que j’ai acquises au sujet du système de financement de la
PME, en essayant de répondre spécialement à la problématique suivante :

Pour quelles raisons l’accès au financement est-il limité pour la PME et quelles
mesures seraient-elles à prendre pour permettre à cette catégorie d’entreprises de profiter
pleinement du dispositif financier existant, au même titre que la grande entreprise ?

Pour répondre à cette problématique, ce mémoire s’articulera autour de deux centres


d’intérêts : En premier lieu, j’essaierai d’établir un diagnostic de la situation de la PME
marocaine et des différents modes et dispositifs financiers existants, pour présenter en
deuxième lieu des propositions d’actions, qui permettraient de pallier aux dysfonctionnements
du système actuel.

- 15 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

Partie I :
La PME et ses modes de

financement au Maroc
- Revue détaillée & Diagnostic-

Pour Agir en Connaissance de Cause

- 16 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

Chapitre I : Environnement de la PME au Maroc

Section I. Reconnaître l’importance de la PME…

§1. Repères historiques


Tous les pays ont progressivement pris conscience de l’importance que jouent les PME
dans le développement, à travers leur contribution à la croissance économique, à la cohésion
sociale, à l’emploi et au développement local.

Parmi les grands pays, les Etats-Unis ont été les premiers à concevoir une politique
globale de promotion des PME avec le « Small Business Act » de 1953 et la création de la
« Small Business Administration », première agence indépendante du gouvernement
fédéral, dont la mission consiste à aider, conseiller, assister et veiller sur les intérêts des
PME1.

A leur suite, de nombreux pays, notamment en Europe, ont eux aussi adopté des
politiques particulières de soutien aux PME, comprenant des mesures d’assistance et la mise
en place d’institutions dédiées à cette catégorie d’entreprises.

Pour leur part, les institutions financières internationales ont reconnu l’importance de la
contribution des PME à la croissance économique et ont accordé, depuis plusieurs décennies,
des prêts ou d’autres concours financiers pour favoriser le développement de ce type
d’entreprises. Ces financements ont été notamment consentis sous forme de lignes de crédit à
des banques ou à des établissements spécialisés.

A l’instar de ce qui s’est passé dans les pays développés, le concept de PME a beaucoup
évolué dans les pays en voie de développement, et en l’occurrence, au Maroc. En effet, la
place qu’occupe la PME marocaine dans l’économie nationale est passée essentiellement par
trois phases distinctes :

1
Dictionnaire économique, Douglas GREENWALD, Economica, 3e édition, p.371.

- 17 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

1ère étape : la PME marocaine, un ‘parent pauvre’ de l’économie et des politiques


nationales d’incitation.
Dans un contexte économique reposant avant tout sur l’industrie et la recherche des
économies d’échelle, la PME n’était pas considérée comme pouvant être efficiente.
D’ailleurs, la notion même PME était absente du langage économique usuel.

2ème étape : Un renforcement de la PME nationale pour la densification du tissu


industriel.
Dans cette seconde phase, on commence à s’intéresser à la PME mais uniquement dans
son rapport avec la grande entreprise. En effet, celle-ci doit pouvoir baigner dans un tissu de
petites et moyennes industries, à même d’absorber les chocs externes.

3ème étape : la PME, un acteur majeur dans l’économie marocaine.


Depuis le début des années soixante-dix, la PME a progressivement acquis un droit de
cité. Actuellement, le soutien de la PME, considérée comme catalyseur de la croissance et de
la création des richesses, constitue l’une des priorités du gouvernement marocain.

§2. La PME marocaine : une ‘terra incognita’ ?

Tout le monde semble être d’accord sur le principe : il faut stimuler les PME
existantes. Mais, qu’entend-t-on par PME ? de quelles PME parle-t-on ? où se situent les
PME ? l’unification sous la même nomination ‘PME’ d’une entreprise de service et d’une
industrie ne doit-elle pas cacher des disparités ? ne faudrait-il pas changer l’appellation même
de « PME » qui ne reflète rien quant à la réalité humaine de ce type d’entreprises ?… tels sont
les questionnements auxquels j’essaierai de répondre au niveau de cette partie du mémoire.

A. PME : Différentes approches et définitions


A travers les différentes expériences étrangères, il ressort qu’une double série de
critères d’identification est utilisée pour définir une PME :
- Les critères quantitatifs : ils portent sur les différents éléments constitutifs de l’activité
de l’entreprise. Ainsi, il s’agit particulièrement de critères tels que : l’effectif, le chiffre
d’affaires, la valeur ajoutée, le capital social, l’implantation et le marché.

- 18 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

En fonction de ces critères, on distingue généralement entre trois catégories de taille :


la très petite, la petite et la moyenne entreprise.

- Les critères qualitatifs : ceux-ci sont utilisés pour compléter les premiers, mais
également pour donner une idée précise de la PME, étant donné qu’ils renseignent sur sa
structure interne, son organisation et ses méthodes de gestion.

Ceci dit, il n’existe pas une définition communément acceptée pour la PME, car celle-
ci n’a pas la même identité partout dans le monde. En fait, plusieurs définitions de la PME ont
été proposées, mais toute tentative d’une définition universelle fut abandonnée au profit de
définitions élaborées en fonction des données propres à chaque pays.

Dans ce qui suit, je m’intéresserai plus particulièrement à l’évolution de la définition


de la PME dans le cadre de l’économie marocaine.

1. Rétrospective : Evolution de la définition de la PME marocaine

Si la définition de la PME reste difficile, c’est bien parce que cette entité se rapporte à
la fois à une notion économique et à une autre organisationnelle (notion de structure). En
effet, la PME marocaine se caractérise sur un plan économique par son incapacité à exercer
une influence significative sur son marché, tandis que sur un plan organisationnel, elle est
marquée par la prépondérance de la personnalité de l’entrepreneur, qui en est à la fois
propriétaire et gérant.

Au Maroc, la définition de la PME a évolué en fonction des dispositions contenues


dans les différents textes ayant cherché à encourager ce type d’entreprises en raison de sa
taille réduite et sa fragilité relative. Parmi ces textes, on cite : la procédure simplifiée
accélérée de 1972, le code des investissements de 1983, les dispositions du FOGAM pour la
mise à niveau des PME …

Ceci étant, il serait utile de préciser que jusqu’à la date de promulgation du code des
investissements en janvier 1983, il n’existait pas de définition légale de la PME au Maroc.
Ce code a défini la PME dans son article 3 comme étant « l’entreprise dont les

- 19 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

investissements à la création ou à l’extension ne dépassent pas 5 millions DH et dont la


valeur en biens d’équipement par emploi stable créé ne dépasse pas 70 000 DH »2.

Alors que la définition apportée par le code des investissements insiste sur la notion du
« coût par emploi » et ne tient pas compte du nombre des emplois créés, celle adoptée par la
fédération PME-PMI répond à une approche multicritères. En effet, celle-ci précise que la
PME est toute entreprise ayant les caractéristiques suivantes :

 Moins de 200 employés permanents,


 Moins de 50 millions de dirhams de chiffre d’affaires,
 Total du bilan annuel inférieur à 40 millions de dirhams,
 Coût de l’investissement de l’ordre de 75 000 dirhams par emploi,
 Aucune participation d’un groupe dans le capital de la PME.

Afin de présenter une idée globale sur l’évolution de la définition de la PME au Maroc,
je présenterai dans un tableau récapitulatif les définitions qui ont marqué le plus la trajectoire
de développement de la PME marocaine.

Table 1 - Tableau récapitulatif des différentes phases d’évolution de la définition


de la PME au Maroc (selon des critères financiers)

Référence Critères de définition retenus


Procédure Simplifiée - Total actif avant investissement : 2 millions DH (révisé ensuite à
Accélérée (PAS) 5 millions DH).
- adoptée par la - Chiffre d’affaires : 3 millions DH actualisé à 7,5 millions DH.
BNDE en 1972 -
- Actif total après investissement : 5 millions DH.
Ligne pilote mobilisée - Chiffre d’affaires : 7,5 millions DH.
(1978 - 1979) - Coût par emploi.

2
Etude effectuée pour le Secrétariat de la CNUCED dans le cadre du Programme Méditerranée 2000 , sous le
thème : « Evaluation du secteur des Petites et Moyennes Entreprises au Maroc dans le cadre du programme
EMPRETEC Maroc »

- 20 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

Programme - Actif net variant selon trois tranches correspondant à 3 secteurs


d’assistance intégré bénéficiant du financement :
(PAI) • 1ère tranche : de 100.000 à 500.000 DH
(plafond actualisé à 1 million DH).
• 2ème tranche : de 500 000 à 2 500 000 DH
(plafond actualisé à 3 000 000 DH).
• 3ème tranche : de 2 500 000 à 5 000 000 DH
(plafond actualisé à 6 500 000 DH).
- En 1987, ces trois tranches ont été réduites à deux : la première
comprise entre 1 et 4 millions DH et la seconde entre 4 et 8 millions DH.
Code des - Programme d’investissement pour création ou extension inférieur à
investissements 5 millions DH.
(1983)
Banque Al Maghrib - Total bilan : 15 millions de DH.
(1987) - Programme d’investissement : 7 millions DH.
Programme de mise à - Total bilan avant investissement : inférieur à 20 millions DH.
niveau FOGAM -Programme de mise à niveau dont le coût n’excède pas 10 millions DH.
- Nombre d’employés : 200 personnes.
- Chiffre d’affaires selon les phases de développement de l’entreprise :
Sous-commission • Création : inférieur à 5 millions DH.
PME/PMI • Croissance : entre 5 et 20 millions DH.
(2000 – 2004) • Développement : entre 20 et 50 millions DH.
- Total bilan : 30 millions DH.
- Coût d’investissement/emploi : de 75 000 à 80 000 DH.

Source : Ministère des Finances et de la Privatisation

2. Apports de la charte de la PME


La définition de la PME marocaine a évolué avec le temps pour finalement voir le jour
sous une autre forme à travers la loi N° 53-00 formant charte de la PME, qui constitue
actuellement le cadre de référence de la politique menée par l’Etat pour la promotion de la
PME.

Ladite charte identifie juridiquement la PME selon des critères quantitatifs et


qualitatifs. Ainsi, dans son article premier, la charte définit la PME comme étant « toute

- 21 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

entreprise gérée et/ou administrée directement par les personnes physiques qui en sont les
propriétaires, copropriétaires ou actionnaires, dont le capital n’est pas détenu directement ou
indirectement à plus de 25% par une personne morale ou un fond collectif d’investissement
et qui répond aux conditions suivantes :

a) Pour les entreprises existantes, avoir un effectif permanent ne dépassant pas


deux cents personnes et avoir réalisé, au cours des deux derniers exercices, soit un chiffre
d'affaires annuel hors taxes n'excédant pas soixante-quinze millions de dirhams, soit un total
de bilan annuel n'excédant pas cinquante millions de dirhams ;

b) Pour les entreprises nouvellement créées, engager un programme


d'investissement initial global n'excédant pas vingt-cinq millions de dirhams et respecter un
ratio d'investissement par emploi de moins de deux cent cinquante mille dirhams.

On entend par entreprise nouvellement créée, toute entreprise ayant moins de deux
années d’existence ».

L’enquête sur terrain à laquelle j’ai participé et qui a porté -entre autres- sur
l’identification de la PME, a montré qu’actuellement, d’autres définitions co-existent avec
cette définition officielle. Autrement dit, au moment où des organismes adoptent la définition
énoncée au niveau de la charte, plusieurs autres appréhendent la PME selon une multiplicité
d’approches et de critères, ce qui ne permet pas de saisir la réalité et la spécificité de cette
catégorie d’entreprises. Il en résulte donc un manque de cohérence et une dispersion des
efforts fournis pour permettre le développement et la croissance de la PME.

Par conséquent, il ressort que la mise en œuvre d’une politique en faveur de la PME
suppose le choix d’une définition unique et d’une procédure homogène d’identification de la
PME selon des critères admis et appliqués par tous les opérateurs.

- 22 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

B. La PME : une importance quantitative…sans chiffres exacts

Table 2 - Cartographie des Petites et Moyennes Industries (PMI)


marocaines en 2003

Part PMI dans


Total secteur
Total PMI total secteur
industriel
industriel
Nombre d’entreprises 6911 6411 92,76%
Effectif 424 672 188 528 44,39%
Effectif moyen (par
61,45 29,4 -
entreprise)
Source : Fédération PME/PMI

A travers la lecture de ces données, il s’avère clair que les PMI représentent
la quasi-totalité des industries marocaines et sont également de fortes pourvoyeuses d’emploi.

Les statistiques présentées par la Fédération sont les plus récentes parmi toutes celles
qui ont cherché à évaluer le poids –en termes quantitatifs- de la PME dans le tissu productif
national. Néanmoins, celles-ci couvrent uniquement le secteur industriel, alors que la PME
prédomine dans d’autres secteurs, tels que la pêche, la sylviculture, l’élevage et les métiers
traditionnels à forte valeur ajoutée culturelle et sociale (métaux, cuir, couture traditionnelle...).
La PME accuse également une présence très remarquée dans le secteur du BTP. En effet, mis
à part les activités de production des matériaux de construction (sidérurgie, cimenteries et
fabrication de conduites), la grande majorité des entreprises marocaines de construction entre
dans cette catégorie.
De sa part, Le secteur du commerce est constitué dans presque son intégralité de PME.
De plus, dans le secteur des services, et tout d’abord dans le tourisme, la PME constitue un
outil privilégié dans la promotion de l’hôtellerie, de la restauration et des agences de voyages.
Par ailleurs, les grandes mutations liées aux technologies de l’information qu’a
connues le secteur des communications, combinées à sa privatisation, ont engendré une
apparition de PME nouvelles dans les services de l’Internet, des publiphones, de la téléphonie
sans fil, de l’audiovisuel et de la réception par satellites.
La PME a également accusé une présence de plus en plus remarquée dans le domaine
des transports urbains et inter-urbains depuis leur privatisation au milieu des années 90.

- 23 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

Enfin, la réforme du marché financier et la dynamisation de la bourse ont aussi


engendré la création de PME nouvelles tels que les intermédiaires boursiers, les sociétés de
crédit à la consommation, les intermédiaires d’assurances…

Ainsi, dans le soucis d’avoir une vision englobante, j’ai cherché à réconforter les
données présentées par la fédération PME/PMI par d’autres statistiques. Ainsi, j’ai notamment
consulté les données produites par : le service des patentes de la Direction Générale des
Impôts, la Caisse Nationale de la Sécurité Sociale (CNSS), l’administration fiscale, l’Office
Marocain de la Propriété Industrielle et Commerciale (OMPIC) et le Ministère des Finances et
de la Privatisation.

Je me limiterai dans ce qui suit à présenter les résultats de l’étude menée en 2000 par
le Ministère des Finances et de la Privatisation, vu qu’elle présente l’avantage d’être la plus
récente parmi toutes. Par ailleurs, elle permet d’avoir une vision à la fois globale et détaillée,
par secteurs d’activité, du poids de la PME dans l’économie marocaine.

D’après cette étude, le poids de la PME - en terme de nombre d’entreprises-,


représente 98% de l’ensemble du tissu productif national et la part des PME est de plus de
90% dans toutes les branches d’activité sauf celle de le production et distribution d’électricité,
gaz et eau, où cette participation est uniquement de 50%, comme l’illustre le graphe suivant :

- 24 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

Le poids de la PME dans l'ensemble du tissu économique national


(en 2000)
120%

95% 91% 99,70% 94% 50% 99% 99% 99% 99% 95% 99,70% 99,98%
100%

80%

60%

40%

20%

0%
Agriculture, chasse

Autres services
BTP
aquaculture

extractives

manufacturières

Electricité, gaz et

Commerce et

communications

financières

location et services
restauration
Industries

réparations

Activités
Pêche et

Hôtels et

Transports et
et syviculture

Industries

Immobilier,
eau

Grande entreprise PME

Graphe 1 Source : Ministère des Finances et de la Privatisation

En définitive, on peut affirmer que l’importance quantitative de la PME dans le tissu


productif marocain est notoire quelque soit le critère d’identification retenu ou la source
consultée. Cependant, en l’absence de statistiques fiables et compte tenu de la part importante
de l’économie informelle, il reste très hasardeux de quantifier le nombre de PME présentes au
Maroc.

- 25 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

C. L’inégale répartition sectorielle et géographique des PME

1. La répartition des PME par branches d’activité

Comme cité précédemment, la PME est présente dans tous les secteurs de l’activité
économique marocaine. En terme de nombre d’entreprises, le tissu des PME est composé
d’abord par les activités de commerce et réparations (30%), suivies des activités de
l’immobilier et services aux entreprises (22%) et des industries manufacturières (15%),
comme le montre le graphe suivant :

La répartition des PME par branches d'activité (en 2000)


Pêche et aquaculture
Agriculture, chasse et Industries extractives
1%
syviculture 1%
Autres services 1% Industries manufacturières
9%
15%
Electricité, gaz et eau
0%
Immobilier, location et services
22% BTP
11%

Activités financières
2%

Transports et communications Commerce et réparations


4% 30%
Hôtels et restauration
4%

Graphe 2 Source : Ministère des Finances et de la Privatisation

2. L’inégale répartition géographique des PME

Celle-ci tient aux conséquences de la politique d’aménagement du territoire mise en


place par Lyautey qui mettait l’accent sur la distinction entre le « Maroc utile et le Maroc
inutile » en privilégiant l’aménagement de la région du Centre Atlantique.
Le nouveau découpage territorial, intervenu en 1996, a donné lieu à l’institution de
seize régions économiques. Il a tenté de corriger de la manière les disparités héritées du
découpage administratif antérieur ; mais faute de ressources financières locales suffisantes, la

- 26 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

décentralisation au niveau communal comme au niveau régional est demeurée impuissante


pour assumer les nouvelles charges que l’Etat lui a transférées.
L’examen de l’inégale répartition des PME à travers les différentes régions
économiques du Maroc s’explique par la persistance de grandes inégalités régionales.
Ces disparités se traduisent par une très forte concentration des PME dans la région du
Centre, et en l’occurrence, dans la région du Grand Casablanca.
Ainsi, les données de la Fédération PME/PMI en 2003, révèlent que le Grand
Casablanca regroupe 39% des PMI marocaines, les régions de Tanger-Tétouan 11%, de Fès-
Boulmane 8%, de Rabat-Salé-Khémisset 6 ,7% et que les 35,3% restants se répartissent sur
les 12 autres régions, comme le présente le graphe suivant :

Réparti tion g éog raphi que des PMI sur le terri toi re national ( en 2 0 0 3 )

Tadla-A z ilal Tanger-Tétouan Chaouia-Ouardigha


4% Doukala-A bda
2% 11% Taz a-A l Hoc eima-Taounate
3% 4% Fès-Boulmane
Souss Mas s a Draa 8%
5%
Ghrab-Chrarda-Beni Hs s en
3%

Région de l'oriental
4%

Rabat-Salé-Z emmour-Zaer
7%

Oued Ed Dahab-Lagouira
1%

Meknès -Taf ilalt


Grand Cas ablanc a
4%
38%
Marrakec h-Tens if t-A l Haouz
Guelmim Es s emara
5%
0,31%
Laay oune-Boujdour-Sakia
Hamra
0,71%

Graphe 3 Source : Fédération PME/PMI

Pour faire face à ces disparités régionales, réduire les inégalités sociales, relancer la
croissance et créer du travail, il devient nécessaire de mettre en place une politique
d’aménagement du territoire qui incite à la délocalisation des entreprises et une stratégie qui
favorise l’investissement et incite les PME à se regrouper pour constituer des grappes ou des
pôles de compétitivité pour les PME technologiques ou innovantes à fort potentiel de
croissance.

- 27 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

D. La PME : une faible contribution économique, difficilement


appréciable …

L’importance numérique des PME contraste avec leur faible participation à la création
des richesses du pays. En effet, malgré la prépondérance numérique des PME au sein du tissu
productif, la part de leur contribution dans le PIB marocain reste faible.
Par ailleurs, la participation des PME dans la création de la valeur ajoutée globale ne
dépasse guère 21% ; celle-ci est très variable, allant de 0,2% pour la branche de la production
et distribution d’électricité, gaz et eau, à 73% pour la branche de l’immobilier et services aux
entreprises.

Contribution de la PME à la valeur ajoutée globale - par secteurs


d'activité (en 200 0)

120%

28% 28% 6% 20% 0,20% 57% 58% 53% 9% 3% 73% 92%


100%

80%

60%

40%

20%

0%
Immobilier, location
Commerce et
BTP

communications
Electricité, gaz et
aquaculture

restauration
manufacturières

financières
extractives
Agriculture, chasse

Industries

Autres services
réparations
Pêche et

Transports et
Hôtels et

Activités
Industries
et syviculture

et services
eau

PME Grandes entreprises


Graphe 4 Source : Ministère des Finances et de la Privatisation

La contribution des PME pourrait être plus importante si les contraintes majeures à
leur développement étaient atténuées afin de faciliter une croissance et une répartition
sectorielle et géographique plus équilibrée.

- 28 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

A travers tout ce qui précède, on peut conclure que la PME constitue une équation
complexe à beaucoup de variables et à variantes multiples3 . Par ailleurs, un constat remonte
à la surface : pour la PME marocaine, la solution de cette équation est jusqu’à présent
inconnue. Ceci dit, comment peut-on agir efficacement sans avoir une connaissance plus
objective et plus concrète de la réalité de la PME ?

La visibilité sur le comportement de la PME au Maroc est, aujourd’hui, très limitée en


raison de la faiblesse du dispositif statistique actuel.
Mieux connaître la PME, est-ce une tâche impossible ? A l’heure où le Marketing est
capable d’une segmentation et d’un ciblage de plus en plus pointu des clients, jusqu’à être en
mesure de décrypter les besoins spécifiques de chacun d’entre eux, cela ne semble guère
impossible. En effet, les outils et les méthodes existent ; restent à avoir une vision politique
partagée et les moyens financiers nécessaires ; on trouvera alors facilement des experts à
même de restituer une analyse plus riche et plus précise du monde de la PME.

§3. Causes et conséquences d’une méconnaissance de la réalité

Nous ignorons comment fonctionne dans le détail le cœur de notre système


économique. En effet, les PME souffrent d’un manque de reconnaissance en tant que force
productive et facteur principal du dynamisme économique de notre pays. C’est, à mon sens,
une des causes principales et directes de leurs difficultés à se développer au-delà d’un certain
seuil et de leur manque d’attractivité auprès des salariés. Ce qui n’empêche pas que les PME
portent elles-mêmes une part de responsabilité dans ces difficultés.

Ce déficit de connaissance est source de nombreux dysfonctionnements : juridiques,


administratifs, syndicaux, financiers…

3
Centre des Jeunes Dirigeants d’entreprise, Rapport sous le thème : ‘Des Grandes industries aux PME :
changeons d’Ere’, Janvier 2004, France.

- 29 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

A. Les principaux obstacles à la reconnaissance et au


développement

- Un manque de cohérence dans le cadre général de promotion :


Le Gouvernement marocain déploie des efforts considérables pour promouvoir la
PME. Ainsi, a-t-on assisté à l’émergence de plusieurs instances et de nombreux programmes
visant la mise à niveau et la modernisation de la PME. Cependant, certaines de ces mesures
restent inefficientes pour diverses raisons dont je citerai notamment :
 La pluralité des mesures et des intervenants dont les actions manquent de
coordination ; le résultat étant la superposition de leurs interventions.
 L’absence d’un schéma directeur vers lequel toutes les mesures devraient converger ;
une situation que l’on pourrait expliquer par l’inexistence d’une instance gouvernementale de
coordination et de suivi de la PME, tel un observatoire de la PME marocaine.
 Certains des instruments de promotion et/ou instances existantes manquent de
moyens, voire même de professionnalisme.
 L’inadaptation de la communication par rapport à certaines actions menées…

- Un dispositif législatif et réglementaire inadapté :


« La même loi pour ‘tout le monde’ est certes un principe constitutionnel mais la
réalité est parfois anticonstitutionnelle »4.
Compte tenu du manque de moyens dont souffre la majorité des PME marocaines,
notamment en terme de capacité de financement qui lui permettrait d’avoir recours aux
services d’un consultant externe et en terme de compétences, les lois appliquées posent
souvent des problèmes d’interprétation et d’application, vu la complexité et l’éparpillement
des textes juridiques. Une telle situation favorise le manque de transparence et les possibilités
d’arbitraire. Par ailleurs, ces lois sont nombreuses et ne tiennent pas compte des
problématiques spécifiques des petites entreprises. En effet, les grandes réformes visant
l’amélioration de l'environnement de l'entreprise en matière de droit des affaires ( nouveau
code du commerce, loi sur la société anonyme..), de facilitation des procédures fiscales et
douanières, de réforme du système financier et autres, n’ont pas placé la question de la PME
au centre de leurs préoccupations.

4
Centre des Jeunes Dirigeants d’entreprise, Rapport sous le thème : ‘Des Grandes industries aux PME :
changeons d’Ere’, Janvier 2004, France.

- 30 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

- Des difficultés rencontrées pour accéder aux marchés publics :


Il est difficile pour les PME d’accéder aux marchés publics qui semblent être réservés,
dans les faits, aux grandes entreprises, mieux équipées pour répondre aux appels d’offre. En
effet, les PME manquent d’informations sur les procédures d’appel d’offres. De plus, La
relation avec les donneurs d’ordre est tout aussi difficile et inégalitaire. En effet, les délais de
règlements peuvent mettre en péril la trésorerie de la PME et la fragiliser considérablement
tant dans ses possibilités de développement par autofinancement que dans sa survie.

- Des difficultés d’accéder aux financements :


Investisseurs et banquiers sont moins enclins à prendre des risques avec une PME
qu’avec une grande entreprise qui pourtant, met en jeu des sommes bien plus considérables.
En outre, ils demandent souvent aux dirigeants des PME d’être responsables sur leurs biens
personnels, ce qui ne manque pas de les affaiblir.

- Des contraintes liées aux zones et locaux d’implantation :


Ces contraintes sont essentiellement liées à la lourdeur administrative pouvant générer
des sources spéculatives, au coût élevé des zones et locaux industriels ainsi qu’à la défaillance
de l’infrastructure existante. Ceci dit, le développement des infrastructures a bénéficié de
l’appui financier du Fonds Hassan II pour le Développement économique et social.

- Des formes de dialogue social inadaptées à la PME :


Le dialogue social n’échappe pas à la logique d’un mode organisationnel centré sur les
grandes entreprises, puisqu’au départ, il a été essentiellement pensé pour servir cette catégorie
d’entreprises ; d’où la nécessité d’une refonte du système.

B. Responsabilités propres aux dirigeants

- La personnalité du propriétaire-dirigeant et son influence sur la PME.

- L’insuffisance de formation & la faiblesse d’encadrement et des pratiques


managériales :
Aujourd’hui, la gestion d’une entreprise nécessite, de plus en plus de compétences
managériales, financières, juridiques, relationnelles, commerciales…

- 31 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

Au départ, le dirigeant de la PME est souvent un commercial ou un technicien qui s’est


lancé dans son projet, sur une idée de produit ou de service et n’a pas forcément appris à
diriger. Or, des compétences particulières lui sont nécessaires telles qu’élaborer une stratégie
ou décider dans un monde qui devient de plus en plus complexe. Ainsi, une absence de
prévisions, une gestion financière inadéquate, une faible orientation Marketing ou encore une
négligence de la gestion des hommes sont des faiblesses que connaît la PME marocaine et qui
l’handicapent dans son chemin de développement.

- Le manque de culture entrepreneuriale :


Les entrepreneurs marocains ont peu l’habitude de travailler en réseaux, en
coopérations ou en partenariats. Peur de dépendance, crainte de risques de pillage ou
nécessité de partager des bases que l’entreprise préfère protéger semblent toutes des raisons
pouvant être à l’origine d’un tel comportement. De même, les chefs d’entreprises peuvent
hésiter à s’entourer de collaborateurs compétents ( les ‘hauts potentiels’ ), de crainte de devoir
partager leur pouvoir avec eux.

- Un développement insuffisant des facteurs de compétitivité :


Parmi les facteurs de compétitivité qui font défaut à la PME, on compte :
 L’accès à l’information : les PME sont peu réceptives aux pratiques d’intelligence
économique au moment où l’information devient de plus en plus un facteur stratégique de
développement des entreprises.
 La formation : les problèmes d’analphabétisme, de manque de qualifications et de
compétences s’avèrent dominants au niveau de la PME.
 L’innovation et l’effort de Recherche & Développement : comparées aux grandes
entreprises, les PME ont des difficultés à développer ces atouts stratégiques, et ce, en raison
de leurs ressources limitées.
 Politique de valorisation des ressources humaines : Les PME ont parfois des difficultés
à retenir des spécialistes performants ou des ‘hauts potentiels’. En effet, ceux-ci perçoivent
cette catégorie d’entreprises comme un ‘tremplin’ dans leur progression de carrière et
préfèrent de ce fait la grande structure, où les perspectives de gestion de carrière sont plus
prometteuses.

Pour conclure cette partie, je dirai que les PME doivent, de leur part, fournir des
efforts pour changer leur mode de fonctionnement, par exemple en définissant au mieux leurs

- 32 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

stratégies, en proposant des avantages sociaux, en revigorant le dialogue social et en faisant


preuve d’un management plus participatif, si elles veulent être reconnues et se rendre plus
attractives tant auprès des financeurs que des salariés.

D’autre part, l’Etat devrait mieux orienter ses actions gouvernementales afin de servir
les besoins de développement de la PME

Section II. …pour mieux stimuler son développement


§1. Les mesures prises par le Gouvernement marocain pour
encourager le développement de la PME

Les efforts menés dans le cadre de l’amélioration de l'environnement général des


entreprises, pendant la décennie 90, ont porté sur :

 La stabilité du cadre macro-économique de l’environnement général des entreprises,


contribuant ainsi à la réduction du risque d’investissement,

 L'amélioration de l'environnement juridique des affaires, notamment à travers la


révision de la loi sur la Société Anonyme, l’adoption du Code du commerce, la promulgation
de lois portant sur la concurrence et la liberté des prix, sur les juridictions commerciales et sur
les groupements d'intérêts économiques, la création des tribunaux de commerce et des centres
régionaux d’investissement, la promulgation de la Charte de la PME et l'adoption du Code du
Travail. Ceci dit, d’autres efforts devraient être fournis – comme évoqué plus haut- afin
d’adapter certains de ces textes juridiques à la réalité économique de la PME marocaine,

 Le développement des infrastructures et la création de zones industrielles bénéficiant


du développement du partenariat public-privé et de l'appui financier du Fonds Hassan II pour
le Développement Economique et Social.

 La création de l'Agence Nationale de Promotion de la PME (ANPME) qui a pour


mission de répondre aux besoins d'évolution et de développement de la PME et de lui
apporter l’appui technique nécessaire à son développement.

- 33 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

L’ANPME est ‘instituée sous la forme d'un établissement public doté d'une structure
légère et s'appuyant, pour la mise en oeuvre de ses missions, sur le réseau des institutions
publiques et privées de promotion existantes tout en les dynamisant et en coordonnant leurs
actions’5.

 Parmi les nombreuses actions entreprises par l’Etat pour améliorer le financement des
entreprises, et plus particulièrement les PME, je citerai également la mise en place
d’importants fonds d’assistance et de mise à niveau avec la participation de l’aide
internationale et couvrant les volets suivants :
 L’assistance technique (programme MEDA II de coopération de l’Union Européenne,
programme GTZ de coopération Allemande, programme UPI-ONUDI, programme
ANPME / CDTI de coopération Espagnole, Réseau marocain de Diffusion Technologique
(RDT)) ;
 La garantie des crédits bancaires (FOGAM, MEDA I, FGPCJE, CME, CCG, FGIC,
OXYGENE, ENERGY, etc.) ;
 Le renforcement des fonds propres (Ligne de Capital Risque BEI, Accès Capital
Atlantique, Fonds d’Amorçage SINDIBAD, Financement AWEX, programme PPP…) ;
 Le financement de programmes de mise à niveau (FOMAN, FORTEX,
RENOVOTEL) ;
 Le soutien à la protection de l’environnement (Fonds de Dépollution Industrielle –
FODEP).

Au niveau du financement à proprement parler, d’importants dispositifs ont été


mis en place, dont j’évoquerai à titre principal :

1. Le Fonds Hassan II pour le développement économique et social qui est devenu,


depuis sa création en 1999, un soutien fort à l’investissement. La participation du fonds se
fait à travers l’aménagement de nouveaux sites industriels, la réhabilitation de Zones
Industrielles existantes ainsi que la promotion de l’investissement industriel dans des
secteurs à avantages compétitifs (notamment dans les domaines de la sous-traitance
automobile, l’électronique, la confection, la bonneterie et la transformation du cuir, ainsi

5
Préambule de la loi n° 53-00 formant charte de la PME

- 34 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

que toute activité, qui, à titre principal, contribue à la préservation de l’environnement par le
traitement, le recyclage et la valorisation industrielle des déchets).
2. Les lignes de financement étrangères : en plus des lignes nationales de financement, les
pouvoirs publics ont négocié avec les partenaires étrangers des lignes de financement mises à
la disposition des opérateurs. J’en citerai à titre d’exemples :
 La Ligne PROPARCO, dont l’objet est le financement des entreprises ayant des
projets de création, de développement et/ou de restructuration dans tous les secteurs de
l'industrie et des services, sous forme de prise de participation directe au capital ;
 La Ligne de crédit capital-risque de la banque européenne d'investissement
BEI II, dont l’objet est le financement au profit du promoteur marocain via une prise de
participation dans le capital de son entreprise, sous forme d’un prêt participatif et BEI III, qui
finance exclusivement l'apport en capital du promoteur ressortissant de l'Union Européenne
dans l'entreprise conjointe ;
 La Ligne Espagnole, dont l’objet est le financement partiel de contrats commerciaux
entre des acheteurs marocains et des fournisseurs espagnols ;
 La Ligne European Community Investment Partners (ECIP), qui est un instrument
financier offrant cinq facilités de financement pour appuyer les différentes étapes de la
création et du lancement d'entreprises conjointes dans les pays en développement d'Asie,
d'Amérique Latine, de la Méditerranée et en Afrique du Sud ;
 La Ligne programme de financement du Commerce Arabe, qui a pour objet le
financement des importations et des exportations entre le Maroc et les Pays Arabes des biens
et services d'origine arabe ou bien qu'une valeur minimale de 40% soit d'origine arabe ou
réalisée dans un pays arabe.
 La ligne de banque islamique de développement (BID) relative au financement des
opérations du commerce extérieur inter-pays islamiques.
 L’assurance à l'export par la société islamique d'assurance à l'investissement et à
l'exportation, ayant pour objet l’assurance des risques à l'exportation (risques commerciaux
ou non commerciaux y compris la guerre, l’embargo, les problèmes politiques.....) des pays
participants à ce programme.

Cependant, il paraît que malgré les efforts fournis par les pouvoirs publics pour aider
les PME à accéder au financement, les résultats obtenus sont loin d’être suffisants. Les
entreprises continuent de manquer de moyens de financement pendant que le système
bancaire vit une situation de sur-liquidité.

- 35 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

Sur ce plan, le Maroc connaît aujourd’hui un paradoxe :


 D’un côté, les banque croulent sous les liquidités, et ce, malgré les baisses sans
précédent opérées sur les taux d’intérêt et les différents dispositifs mis en place pour
encourager l’accès au crédit ;

 D’un autre côté, les entreprises ont du mal à accéder aux liquidités du système
bancaire en raison des procédures contraignantes de garanties mises en place par les banques.

On aura l’occasion de traiter plus en profondeur cette situation au niveau du deuxième


chapitre de cette partie.

§2. Les mesures restant à prendre pour la promotion de la PME

En dépit des contraintes qui minent la trajectoire de croissance de la PME, celle-ci


constitue un véritable gisement d’atouts pour le développement économique, social et
régional du Maroc. Autant de motifs qui justifient la mise en place d’une politique cohérente
dédiée à la PME.

Ainsi, développer les PME existantes, stimuler les nouvelles créations et réduire les
mortalités ; tel devrait être le but ultime de toute mesure visant à promouvoir ce pan important
de l’économie nationale.

Les mesures proposées ici visent à aider les PME à dépasser les obstacles et lever les
freins qui entravent leur progression, selon trois grands axes :

 Des propositions concernant leur reconnaissance, leur encadrement légal et leur


fonctionnement ;

 Des propositions favorisant la mutualisation et les réseaux inter-entreprises ;

 Des propositions pour améliorer les compétences des dirigeants.

- 36 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

A. Valoriser la PME et reconnaître son importance

Plusieurs mesures restent à prendre pour améliorer le cadre général de développement


et de croissance de la PME. A ce titre, j’ai particulièrement pensé, grâce à une revue des
mesures prises dans d’autres pays développés ou émergents, mais aussi grâce parfois à une
réflexion personnelle, aux mesures suivantes :

 La mise en place d’un dispositif informationnel, ayant un caractère fédérateur


entre les différents intervenants, pour la visibilité et le suivi du comportement économique de
la PME. Une telle mesure peut se concrétiser par :
 La création d’une base de données unique qui répertorie l’ensemble des
entreprises marocaines, en accordant un identifiant unique par entreprise ( l’équivalent du
N° Siret adopté en France) ;
 La mise en place d’un observatoire de la PME, de préférence par région, afin de
créer une certaine concurrence entre les seize régions du pays et concrétiser de ce fait la
politique de déconcentration / décentralisation prônée par l’Etat. Un tel organisme servira les
besoins en information de différents acteurs de la vie économique ; j’en citerai en
l’occurrence l’investisseur ou le banquier, qui s’y référera pour apprécier le risque relatif à
l’investissement ou encore l’Etat qui en tiendra compte pour apprécier les mesures restant à
prendre afin d’améliorer l’environnement des Affaires de la région.

 L’adoption d’une politique intégrée spécifique à la PME. En effet, il devient


nécessaire de :
 Créer une synergie entre les différentes instances concernées par la PME dans le
souci d’une plus grande intégration de leurs actions au profit de la PME. A cette fin, il serait
nécessaire de mettre en place un réseau performant d’appui à l’entreprise formé d’un large
réseau local décentralisé et d’un réseau d’experts privés conventionnés, pour favoriser le
partenariat public-privé ( spécialement à travers des contrats-progrès et des contrats-
programmes).
 Renforcer le rôle des Chambres de Commerce, de l’Industrie et des Services en
matière d’aide, d’information et d’orientation des PME.
 Impliquer directement les Collectivités Locales dans le processus de promotion de

- 37 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

la PME par la mobilisation de budgets locaux destinés au conseil et à l’assistance à ces


entreprises.
 L’intervention de l’Etat sous forme d’aide budgétaire en matière de formation,
d’assistance technique, de recherche & développement, d’innovation technologique, plutôt
qu’à travers l’octroi d’aides fiscales…

 La création d’un environnement général incitatif par la simplification des


procédures et formalités juridiques et administratives. En effet, l’idéal serait : moins de lois,
mieux appliquées et plus équitables.

 L’apport d’aides au foncier, notamment à travers :


 La prise en charge partielle des dépenses liées à l’aménagement par les promoteurs des
terrains et locaux professionnels destinés aux PME.
 La création de pépinières d’entreprises, de parcs technologiques voire même de pôle
de compétitivité ou de grappes industrielles, en vue d’accueillir les PME innovantes ou
utilisant des technologies avancées, à l’instar du techno-park de Casablanca ; le but étant de
développer une coopération inter-entreprises et rapprocher le monde de la recherche et de
l’innovation de celui de l’entreprise à caractère innovant.

 La facilitation de l’accès de la PME aux marchés publics et à l’exportation ; un


‘Small business Act’ à la marocaine….

 Un financement adapté et souple ; les aspects financiers seront traités dans la


deuxième partie de ce rapport.

 La Coopération entre les grandes entreprises et les PME :


Puisque la plupart des PME sont des sous-traitantes ou des fournisseurs des grandes
entreprises, il est indispensable que les unes et les autres prennent conscience de leur
complémentarité et acceptent de coopérer de manière équilibrée. Aussi, est-il possible de :
 Réunir leurs forces respectives (méthodologie, expertise, moyens matériels, pour les
grandes entreprise ; créativité, capacité d’expérimenter, réactivité, pour les PME) dans le
but d’atteindre un objectif commun et de construire des liens positifs ;

- 38 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

 Rétablir le rapport de force liant le donneur d’ordre au sous-traitant, afin que les
grandes entreprises ne sous -traitent pas les conditions de travail difficiles, les contextes
de dialogue social sensibles ou autres difficultés sans être engagées elles-mêmes.
 Les grandes entreprises pourraient jouer un rôle d’essaimage pour favoriser la création
de la PME. La notion d’essaimage désigne le soutien apporté par une entreprise à ses
salariés pour la création ou la reprise d’une entreprise.
 Un effort de communication devrait être entrepris (par l’ANPME en l’occurrence) afin
de faire connaître les différents instruments financiers que l’Etat met à la disposition de
la PME auprès de la cible. En effet, les moyens de communication ne peuvent plus se
limiter à l’édition de brochures envoyées aux entreprises, si l’on souhaite faire connaître
ces instruments auprès de la PME. Ainsi, un système de communication adéquat
(ex. visites d’entreprises) devrait être adopté pour déceler d’abord les besoins de la cible
et leur offrir ensuite les produits qui pourraient répondre à leurs réelles attentes.

Si l’ensemble de ces efforts mérite intégration, rationalisation, et mise en cohérence au


profit de la PME, la définition d’une politique dédiée à celle-ci devrait s’appuyer sur un
diagnostic précis et des objectifs déterminés en relation avec les ressources et les moyens
nécessaires.

B. Développer les compétences des dirigeants

 Inciter les dirigeants à se former :


Le droit à la formation pourrait être étendu aux dirigeants d’entreprise. Sachant que
ceux-ci n’ont pas l’habitude de se former, ils y seraient incités par un dispositif fiscal du type
‘Crédit d’impôts sur compétences managériales’…

 Améliorer la représentativité de la PME :


Malgré l’existence d’instances telles l’ANPME ou la CGEM, à travers la fédération
PME/PMI auparavant et la commission PME actuellement et qui ont comme rôle majeur
d’assurer la représentativité de la PME, un constat ressort : les dirigeants de PME sont
insuffisamment représentés dans les instances locales, nationales ou encore internationales par
rapport à leur poids réel. D’ailleurs, ils sont quasiment absents des négociations sociales,
économiques ou législatives et par conséquent, apparaissent rarement comme une force de
proposition. Cela tient à la fois à leur morcellement géographique, à la disparité de leurs

- 39 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

activités et à leur tendance au repli sur leur seule entreprise. Ils ne peuvent rester indéfiniment
une majorité silencieuse mais il revient à leurs dirigeants de s’engager dans les différentes
instances territoriales et de faire ainsi entendre leur voix.

- 40 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

Chapitre II : Evaluation du système de financement de la


PME au Maroc
Parmi les entraves au développement de la PME, on compte en l’occurrence les
difficultés d'accès aux sources de financement. Ainsi, face à la nécessité d'améliorer la
contribution des PME à la croissance économique, différentes mesures visant l'assainissement
de l'environnement des affaires, la modernisation du secteur financier, le renforcement des
capacités financières des PME et la dynamisation de leur activité ont été adoptées.

En plus des crédits bancaires largement répandus, des formules de financement direct
et complémentaire, résultant du recours aux sociétés de financement, au marché boursier et au
Capital-investissement ont été mises à la disposition des entrepreneurs.

L'appui financier indirect des PME s'est concrétisé notamment par la mise en place,
depuis quelques années déjà, d’organes et de fonds dédiés à l’assistance et à la mise à niveau
des entreprises afin de les rendre aptes à affronter la concurrence attendue du démantèlement
douanier en cours suite à la conclusion d’accords de libre échange.
Ceci étant, l'évaluation des différents dispositifs financiers montre que la difficulté
d’accès de la PME nationale au financement demeure une réalité et ce, malgré les efforts
consentis par les autorités publiques pour mobiliser les fonds nécessaires à son
développement.

A travers ce chapitre, je tenterai donc de fournir une analyse de la situation actuelle du


financement des PME marocaines. J’accorderai une attention toute particulière au
financement par crédit bancaire. Malheureusement, mes différentes recherches documentaires
ne m’ont pas permis d’avoir une base de données comparative sur l’évolution du recours des
PME aux différents modes de financement et pour pouvoir ainsi en déduire l’importance
relative de chacun d’entre eux et justifier de la sorte un tel choix. Néanmoins, nombreux
spécialistes interrogés estiment qu’en dépit de l'importance croissante des sources alternatives
de financement, la majorité des PME marocaines dépendent toujours des banques et l'on ne
s'attend pas à ce que ceci change dans un futur proche.

On s’apercevra à travers le développement de la première partie de ce chapitre que


malgré la place centrale qu’occupe le système bancaire dans le financement de la PME, il ne

- 41 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

satisfait effectivement qu’aux besoins d’une minorité. De ce fait, d’autres modes de


financement par endettement viennent se greffer au financement bancaire (ex : financement
par crédit bail, affacturage..), afin de permettre aux entreprises de drainer les capitaux
nécessaires à leur croissance. Toutefois, le financement par endettement –ne serait-ce que par
rapport à la situation actuelle ou passée- est loin de combler toutes les attentes des PME en
matière de financement. Jugeant qu’il serait intéressant de mettre le point sur l’évolution de
ces modes de financement dans le contexte marocain, j’y consacrerai la deuxième partie de ce
chapitre.

D’autre part, on assiste actuellement à l’afflux d’un nombre grandissant de PME sur le
marché boursier. En effet, celui-ci n’est plus l’apanage des grandes structures, dans le sens où,
toutes les entreprises qui ont un projet de croissance et qui répondent bien entendu à un
certain nombre de critères, peuvent actuellement être concernées par ce mode de financement.
Je me proposerai donc d’évaluer dans un second lieu l’offre du marché des capitaux
marocain, notamment celle relative aux PME.

En analysant ces différents modes de financement, il serait mis à l’évidence que leur
rôle est certes crucial dans le soutien financier de la PME. Néanmoins, on se rendra également
compte qu’il serait nécessaire de recourir à des alternatives de financement devant servir la
majorité des PME qui se retrouve, pour une raison ou pour une autre, ‘exclue’ de leur champ
d’intervention. En choisissant le terme ‘sources alternatives de financement’, je fais
notamment allusion au capital-investissement que je perçois davantage dans une relation de
complémentarité et de coopération –et non d’adversité- par rapport aux différents modes de
financement précités. En effet, à mon sens, le Capital-investissement est une solution de
financement pour des PME qui se retrouvent hors du champ d’intervention des autres modes
de financement. Plus que cela, en mettant à niveau la PME, d’un point de vue financier, il
permet de rendre ses projets plus bancables dans l’avenir et dynamise le marché boursier,
puisqu’il finance les jeunes entreprises par des prises de participation directes au capital et
l’introduction en bourse lui offre une porte de sortie.

D’une manière globale, je dirai que le Capital investissement permet le redressement


financier de l’entreprise et intervient ainsi en tant qu’un multiplicateur du champ
d’intervention des différents autres modes de financement. Ainsi, pour évaluer la situation
actuelle du Capital-investissement au Maroc, j’y réserverai la dernière partie de ce chapitre.

- 42 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

L'information comprise dans ce chapitre se fonde sur un large éventail de sources


d'informations, à savoir :
 La littérature existante et les publications aussi bien nationales qu'internationales,
 Une enquête conduite auprès d’un échantillon de PME marocaines et des entretiens
réalisés avec des experts de banques et de fonds de garantie6, dans le cadre d’une étude
menée par le cabinet ‘Deloitte’ sur le système de garantie en faveur de la PME marocaine.

Section I : Le financement par endettement – Apports et


Limites de son intervention pour le financement de
la PME
§1. Banques – PME : une relation à mettre à niveau

A. Système bancaire : une faible contribution au financement


de la PME

1. Régression continue de l’offre de crédits à la PME

En dépit de l'augmentation de l'encours des banques, entre 1996 et 2002, de 142.056


millions de dirhams à 217.269 millions de dirhams, enregistrant ainsi un taux de croissance
moyen annuel de 7,3%, le
Evolution des crédits à moyen terme accordés aux financement à moyen terme de la
PME et du total des crédits à moyen terme
distribués par les banques PME a reculé. En effet :
 Les crédits à moyen terme
En millions de
dirhams
alloués aux PME ont baissé, entre
60 000
1996 et 2002, de 14.360 millions
50 000
de dirhams à 3.219 millions de
40 000

30 000
dirhams, soit un recul de 22,1%.

20 000
 La part des crédits à moyen

10 000 terme accordée aux PME n'a


0 représenté en 2002, que 7,7% de
Années
1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002
l’encours total des crédits à
Concours des banques à moyen terme
Crédit à moyen terme accordés aux PME moyen terme distribués par les
banques contre 49,4% enregistrés
Graphe 5
Source des données : Rapport d’activité de Bank Al Maghrib, 2003

6
Veuillez retrouver les guides d’entretiens en Annexes.

- 43 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

en 1996, alors que la distribution totale des crédits à moyen terme durant la même période
a augmenté de 6,4% en moyenne annuelle.
Par ailleurs, on assiste à une prédominance de la distribution des crédits à court terme aux
PME, essentiellement sous forme de facilités de caisse ; ce qui montre que les prêts sont
affectés à des emplois économiquement peu productifs.

2. Répartition du marché de la PME entre banques

La BCP est classée au premier rang en terme d’octroi de crédits à moyen terme aux
PME, et ce, en offrant 66% du total des crédits distribués en 2002. La contribution des autres
banques demeure timide puisque le Contribution des banques à la distribution des crédits à
reste des crédits octroyés est moyen terme aux PME

principalement distribué par la


2% 6%
BMCE, le CDM et la SGMB. Alors 5%
1%
4%
que le CIH a amélioré ses 1%

3%
contributions au financement des
PME à moyen terme (de 0% en 1996 7%

à 7% en 2002), d’autres banques 66% 5%

(ex. la CITIBANK) n'avaient jamais


participé, jusqu’alors, à la
WAFABANK SGMB BMCE BCM
distribution de ce genre de crédits BMAO BMCI BNDE CIH
CDM BCP
aux PME. De plus, les principales
Graphe 6
banques qui ont réduit, sur la période Source des données : Rapport d’activité de Bank Al Maghrib, 2003
1996-2002, leur offre de crédits à moyen
terme dédiée aux PME sont : BCM (-52%), Wafabank (-43%), BMCI (-41%) et BMCE et
SGMB (-28%).

- 44 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

« Grand est Notre espoir pour qu'à


l'avenir, le ministère des Finances et le
groupement des banques révisent à la
baisse le taux d'intérêt appliqué au crédit,
particulièrement en faveur des petites et
moyennes entreprises ».

Extrait du discours de Feu Sa Majesté le Roi Hassan II, à l’occasion de la Fête du trône
- mars 1999

- 45 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

B. Pourquoi le marché de la PME n’est pas attractif pour les


banques ?

Afin de mettre en exergue les causes ayant abouti à cette situation, que certains
qualifient de ‘dialogue de sourds’ entre banques et PME, je m’inspirerai des résultats d’une
étude à laquelle j’ai participé durant mon stage de fin d’études au Cabinet Deloitte et qui a
porté s2ur la réforme du système national de garantie en faveur de la PME.
La notion de garantie étant une notion centrale dans la relation banque – PME, il me
semble judicieux d’expliquer, dans un premier temps, ce qu’est un système de garantie.

1/ Le système national de garantie au service de la relation banque - PME

a.Systèmes de garantie : Présentation générale et fondements

 Définition

L’OCDE définit la garantie des crédits comme étant « un instrument d’assurance


destiné à étendre des niveaux définis de risque entre l’emprunteur et le prêteur »7.
De sa part, l’Observatoire des PME européennes définit les systèmes de garantie
comme étant « l’un des instruments utilisés pour faciliter l’accès des PME au financement.
Dans d2e tels systèmes, des garanties sont données au financeur en échange d'une commission
pour couvrir aussi bien les risques, que les coûts administratifs et de traitement »8.

L’objectif principal de la garantie est donc de réduire le risque couru par le prêteur lors
de l’octroi d’un crédit.

La raison justifiant l’instauration d’un mécanisme de garantie réside dans le fait que
les PME souffrent, comme j’ai tâché de l’expliciter précédemment, de problèmes d’accès au
financement ou de conditions de crédits défavorables, et ce, en raison de l’importance des
sûretés exigées par les banques.

7
OCDE, document de travail sur le développement des entreprises sous le titre « Credit Guarantee and Enterprise
Development », Estonie (2002).
8
Observatoire des PME Européennes, rapport sur « l’accès au financement pour les PME », Commission européenne
(2003)

- 46 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

Les mécanismes de garantie se situent en fait entre la caution et l’assurance, puisqu’ils


en revêtent les caractéristiques sans toutefois être totalement assimilables à ces deux
instruments de réduction du risque bancaire.

Les principales similarités et différences entre la caution et la garantie d’une part, et


l’assurance et la garantie d’autre part, peuvent être résumées comme suit :
Caution Assurance
Similarités
avec • En cas de défaillance de l’emprunteur, • En cas de sinistre, indemnisation
les mécanismes paiement au créancier. du créancier.
de garantie
• Le prêteur peut recourir
automatiquement à la poursuite de la
• La commission de garantie n’est
Différences personne ayant apporté sa caution,
pas forcément payée par la banque
par rapport quelque soit la cause de la défaillance.
qui est le bénéficiaire direct de la
aux • Pour le fonds de garantie,
garantie. Par ailleurs, elle n’est pas
mécanismes l’indemnisation est assujettie au respect
calculée sur des bases actuarielles ou
de garantie des conditions d’intervention de la
commerciales.
garantie.

 Fondement de base et paramètres d’un système de garantie

- Fondement de base d’un mécanisme de garantie


Le principe de base d’un mécanisme de garantie est la mutualisation des risques.
L’effet de levier qui en résulte permet de couvrir des crédits dont les montants sont plusieurs
fois supérieurs à la dotation du fonds de garantie, en supposant que les projets garantis ne
deviennent pas tous défaillants en même temps.

Ce principe de mutualisation repose à la fois sur une diversification des secteurs


d’activité et un plafonnement des engagements individuels.

- 47 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

- Paramètres d’un mécanisme de garantie


Les mécanismes de garantie se caractérisent par des paramètres relatifs à la conception
et d’autres liés au fonctionnement.
D’une part, les paramètres de conception sont essentiellement l’effet de levier, le
coefficient multiplicateur et le ratio de division des risques :

 Le coefficient multiplicateur constate le rapport entre le montant de l’encours garanti


et les capitaux nécessaires aux indemnisations. Il peut être déduit comme suit :

Coefficient Multiplicateur = 1/ taux de défaillance

 L’effet de levier mesure le volume que l’on peut garantir avec une dotation donnée. Il
augmente à mesure que le taux de défaillance diminue et peut être calculé comme suit :

Levier = Coefficient Multiplicateur / Quotité garantie

 Le ratio de division des risques détermine le pourcentage maximum dont peut


bénéficier un projet donné par rapport aux disponibilités (ou fonds propres nets) du fonds de
garantie. Il peut être calculé selon la formule suivante :

Ratio de division des risques = Risques encourus / Fonds propres nets

D’autre part, les paramètres de fonctionnement couvrent les opérations et prêts


éligibles, la quotité garantie et les commissions d’intervention.

• Les critères d’éligibilité dépendent de la conception et de la finalité du fonds. Les filtrages


opérés à ce niveau portent globalement sur :

- La taille de l’entreprise pour les mécanismes de garantie ciblant la clientèle ‘Corporate’.


Cette taille peut être exprimée en chiffre d’affaires, en nombre d’employés, en total bilan ou
en capital ;

- 48 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

- Le secteur d’activité : certains secteurs peuvent être favorisés ou au contraire exclus.


Hormis les fonds spécifiques destinés à des secteurs particuliers et qui découlent
généralement d’une volonté politique, les fonds de garantie recherchent toujours une
diversification de leur portefeuille garanti ;

- ‘L’âge’ de l’entreprise : exception faite des projets de création, les mécanismes


garantissant des crédits de fonctionnement ou d’extension peuvent exiger un délai minimum
d’activité continue afin de pouvoir évaluer les capacités de remboursement ;

- Les critères financiers : certains fonds excluent les entreprises ayant enregistré des pertes
durant les exercices précédant immédiatement leur demande de garantie.

Quant aux opérations éligibles, elles dépendent également de l’orientation du fonds et


de sa politique vis-à-vis du risque. Les opérations garanties concernent généralement :
• les projets de création, d’extension ou de modernisation ;
• les capitaux propres, la transmission des entreprises... ;
• le fonds de roulement (avances, facilités de caisse…) ;
• les cautions pour les marchés publics ou les appels d’offres ;
• les créances nées des transactions commerciales ;
• le leasing ;
• les garanties spéciales générées par des événements spécifiques.

Concernant les prêts éligibles, ils doivent être accordés par une institution financière
compétente et couvrir des entreprises et des opérations éligibles.
Les fonds de garantie fixent généralement des conditions relatives à ces prêts et portant sur :
• la quotité financée : mis à part les programmes sociaux ou
particuliers, on tend généralement à exiger un apport minimal de
l’entreprise en vue de responsabiliser les investisseurs ;
• la durée du crédit : le prêt peut être un crédit revolving ou à court
terme comme il peut être à moyen ou long terme. Certains fonds de
garantie imposent un différé minimum pour le remboursement ;
• le taux d’intérêt : peut être plafonné ou négociable.

- 49 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

- La quotité garantie : exprimée en pourcentage du prêt en principal éventuellement majoré


des intérêts y afférant. Cette quotité ne couvre pratiquement jamais la totalité du crédit de
façon à laisser une partie du risque au niveau de la banque en vue de la responsabiliser.
Cependant, les mécanismes de garantie spéciaux ou à vocation sociale couvrent souvent
l’intégralité du crédit.

- La commission de garantie : s’exprime en pourcentage flat de la quotité garantie ou en


pourcentage de l’encours du crédit. Cette commission est généralement exigible
préalablement au déblocage du crédit. Certains mécanismes fixent également des
commissions fixes d’étude de dossier. Dans les pays développés, cette commission reflète
également la notation de l’entreprise et comprend même des incitations aux entreprises pour
respecter leurs engagements en réduisant par exemple la commission pour toute nouvelle
demande issue d’une entreprise ayant déjà bénéficié de la garantie et ayant remboursé son
crédit de façon régulière.

 Typologie des systèmes de garantie


En raison des divergences linguistiques et de l’existence de systèmes de garantie
hybrides, il est difficile de procéder à une classification précise et universelle de ces systèmes.
Cependant, on peut les classer de façon globale en cinq catégories :
- Les associations de garantie mutuelle : cette catégorie est particulièrement présente
en Europe et en Amérique du Sud. Ces associations sont des sociétés privées formées par des
emprunteurs potentiels souffrant d’un accès limité aux crédits bancaires;
- Les mécanismes de garantie publics : gérés par une unité administrative du
Gouvernement (Ministères, Agences, Banques Centrales…) ou par un organisme dédié
indépendant (Caisses ou Etablissements de garantie). Cette catégorie est la plus dominante au
niveau mondial et ses ressources proviennent généralement des contributions
gouvernementales et parfois des institutions financières ;
- Les entreprises privées de garantie : peuvent être gérées par des banques
participantes, des chambres de commerce ou par les entrepreneurs eux-mêmes. Les fonds
proviennent du capital initial, de l’Etat et des dons privés ;
- Les mécanismes internationaux : issus d’une coopération bilatérale ou internationale
et peuvent avoir une dimension globale (développés par l’ONUDI, le BIT..), régionale
(ex. la BEI, la BAD) ou bilatérale. Les organismes intervenants fournissent les fonds et
l’assistance technique à une organisation locale (Organisation Non Gouvernementale (ONG),

- 50 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

Ministère, Société privée…) qui se charge de la mise en œuvre des mécanismes de garantie
dans la région concernée ;
- Les systèmes gérés par une ONG : très fréquents en Amérique du Sud ; les cas les
plus connus sont ACCION, FUNDES et RAFAD.

b. Caractéristiques du système national de garantie

 Aperçu général

Au départ, l’Etat marocain octroyait sa garantie de façon directe et indirecte :


• La garantie directe apparaissait notamment à travers :
 Le financement intérieur des établissements de crédit publics (CIH, CNCA…),
la garantie des emprunts à l’étranger des établissements publics (ONCF,
ONE…) et la garantie du risque de change des établissements de crédit
publics ;
 La garantie en faveur du logement HBM (habitat bon marché) ;
 La rétrocession des prêts contractés par l’Etat aux établissements publics, aux
banques privées et aux crédits jeunes promoteurs.

• La garantie indirecte consistait en :


- L’Octroi de garanties aux entreprises via la Caisse Centrale de Garantie (CCG) qui a
pu couvrir entre 1974 et 1990 des crédits s’élevant à près de 16 Milliards DH. Cependant, les
difficultés rencontrées par la CCG, à cause du taux de défaillance élevé du secteur de la
pêche, l’avaient contraint à cesser son activité avant de la reprendre en 1998 après sa
restructuration. Pour compenser le vide occasionné par les difficultés vécues par la CCG, la
banque centrale marocaine ‘Bank Al-Maghrib’ et les banques marocaines ont créé en 1989 un
nouvel organisme de garantie, à savoir : Dar Ad Damane ;

- La Garantie des prêts destinés aux jeunes promoteurs (initialement assurée par Dar
Ad Damane puis par la CCG) ;

- L’Octroi d’assurances de crédit à l’export (SMAEX : Société Marocaine d’Assurance


à l’Exportation).

- 51 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

Avec l’avènement d’une nouvelle ère marquée notamment par le début de la stratégie
du désengagement de l’Etat, la maturité croissante du système financier de plus en plus
libéralisé et les déboires des banques publiques, l’Etat a cessé, depuis 1995, toute garantie
directe (sauf pour certains projets stratégiques d’établissements publics, tel l’ONCF) tout en
soutenant les établissements de garantie (CCG & Dar Addamane), en renforçant leurs capacité
et en leur confiant la gestion de nouveaux mécanismes de garantie et de cofinancement.

Actuellement, le système national de garantie est caractérisé par la présence de


plusieurs acteurs :
- Le Trésor public (garantie de l’Etat pour certaines opérations spécifiques de
financement de projets stratégique via le recours à des prêts étrangers) ;
- La CCG ;
- Dar Ad Damane ;
- La Caisse Marocaine des Marchés (CMM) qui accorde sa caution aux marchés
publics ;
- Le Fonds de Garantie Français en Faveur du Maroc (FOGAFAM), mis en place par
l’Agence Française de développement.

Ainsi, le dispositif national de garantie est marqué à présent par la coexistence


d’institutions spécialisées, en l’occurrence la CCG, DAR AD DAMANE et la CMM, dont
l’objectif principal est d’accompagner la PME dans le processus de financement de ses
investissements.

En raison des spécificités de leur secteur d’intervention et du risque relativement élevé


lié à leur objet social, les institutions de garantie ont souvent été exposées à des difficultés
financières, imputables principalement à l’insuffisance des produits d’exploitation eu égard au
niveau de sinistralité de leur portefeuille d’engagements. Cette insuffisance ou inadéquation
n’a pas manqué de soulever des questions quant à la pérennité des mécanismes de garantie de
financement en faveur des PME.

Pour parer à ces insuffisances, les pouvoirs publics, conscients de l’importance des

- 52 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

mécanismes de solvabilisation de la demande de prêts, dans un contexte économique de plus


en plus libéral, ont essayé de soutenir et viabiliser ces instruments soit à travers des dotations
en capital soit via la mise en place de fonds de garantie dédiés au soutien de l’investissement.

Ainsi, la CCG créée depuis 1949 sous forme d’établissement public, a connu une
réorganisation globale de ses structures et une redéfinition de sa politique d’intervention,
conformément aux dispositions de la loi n°47-95 entrée en vigueur en 1996. La CCG est
assimilée actuellement à un établissement de crédit soumis aux dispositions de la loi
bancaire9.
Grâce à ces mesures, la CCG a pu redémarrer son activité en 1998, sur des bases plus
saines et avec plus de visibilité, notamment en veillant au respect des règles prudentielles
inspirées des normes internationales et pratiquées par des institutions similaires. Toutefois, les
unités bénéficiaires des garanties de la CCG ont représenté, entre 1998 et 2001, seulement
6,6% des PME nationales contre 30% des grandes entreprises desservies.

S’agissant de DAR AD DAMANE, créée sous forme de société anonyme au capital


initial de2 25 MDH, son objectif principal était de soutenir et encourager l’acte d’investir
notamment parmi les marocains résidents à
l’étranger (MRE). Son champ d’intervention a
été, depuis 1993, élargi à la couverture des
crédits octroyés par les banques aux
entreprises, autres que celles promues par les
MRE. Outre cela, elle a connu l’extension de
Actionnariat de Dar Addamane
son objet social à la gestion de fonds de
garantie pour le compte des tiers. C’est ainsi que l’Etat lui a confié la gestion de deux fonds
de garantie, « le fonds de garantie jeunes promoteurs et jeunes entrepreneurs » ainsi
que le fonds de garantie des crédits d’exploitation « Oxygène ».

Actuellement, elle est agréée en tant que société de financement et de par son statut
d’établissement de crédit elle reste soumise aux dispositions de la loi bancaire.

La CCG et Dar Addamane ont tous deux bénéficié du concours du Fonds Hassan II

9
cf. Article de l’Economiste du 27 Février 2007 en Annexes, intitulé : ‘La loi bancaire contraint la CCG à se
réinventer’.

- 53 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

pour augmenter leur capacité d’engagement, pour un montant de 100 MDH chacun, ainsi que
pour la gestion des mécanismes de cofinancement, mis en place pour certains secteurs tels que
les fonds « FORTEX » et « RENOVOTEL ».
S’agissant de la Caisse Marocaine des Marchés, société anonyme de droit marocain,
créée en 1950, elle intervient le plus souvent en donnant sa signature sous forme d'aval ou
d'acceptation pour permettre la mobilisation des crédits accordés par les banques pour le
financement des marchés publics. A l’image de DAR AD DAMANE, la Caisse Marocaine
des Marchés est agréée en tant que société de financement et de par son statut
d’établissement de crédit, elle reste soumise aux dispositions de la loi bancaire.
La Caisse Marocaine des Marchés (CMM) a été créée par les pouvoirs publics pour
venir en aide notamment aux entreprises de bâtiment et travaux publics (BTP) qui ont souvent
des difficultés d’accès au financement bancaire en raison de la faiblesse de leurs fonds de
roulement.
Pour permettre à la CMM d'élargir son champ d'action, il a été procédé, récemment, à
sa recapitalisation et au renforcement de ses moyens d’intervention, à travers sa garantie, ainsi
qu’à la mise en oeuvre d’un plan d’actions d’ensemble visant le repositionnement de cet
établissement.
Finalement, le fonctionnement global du système, avec les différentes interactions
entre les acteurs, les bailleurs de fonds et les organes de contrôle, peut être schématisé comme
suit :

- 54 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

2. Présentation de l’étude du système national de garantie en faveur de la PME


a. Contexte et objectifs de l’étude

Le système national de garantie opère actuellement dans un contexte marqué par une
concentration des banques sur la cible des grandes entreprises et une prédominance des
encours à court terme concernant le financement des PME. De ce fait, le taux de pénétration
du secteur bancaire par la garantie institutionnelle demeure faible (7% environ).
Dans ce contexte et dans l’objectif de dynamiser les composantes de l’action
gouvernementale en matière d’appui aux PME, les pouvoirs publics ont décidé d’examiner les
modalités de recomposition et de redéploiement du système national de garantie.
Ainsi, le Ministère des Finances et de la Privatisation a désigné - suite au lancement
d’un appel d’offre - le cabinet ‘Deloitte’ afin de l’accompagner dans le projet de refonte du
système de garantie en faveur des PME, et ce, à travers :
 La réalisation d’un benchmarking international afin d’explorer les ‘best practices’ sur
un niveau international ;
 L’identification des contraintes pesant sur ce système ;
 Le recueil des attentes du système bancaire et des PME ;
 La définition d’une stratégie de redéploiement et la proposition d’un nouveau système
national de garantie ainsi que les modalités de sa mise en œuvre.
b. Démarche d’intervention adoptée par le cabinet ‘Deloitte’

Cette étude, qui se veut l’un des chantiers prioritaires de l’Etat pour l’agenda 2007,
s’est déroulée en quatre phases principales :
P h a se 1 P h a se 2 P h a se 3 P h a se 4

D ia g n o s tic d u P r o p o s itio n d e
B e n ch m a r k in g P r o ce ss u s d e m is e e n
s y s tè m e n a tio n a l d e s c én a r ii d e
I n te rn a tio n a l œ u v re
g a r a n tie r e d é p lo ie m en t

E t a p e P r é lim in a ire E ta p e 1 E ta p e 1
E ta p e 1
C a d ra g e e t la n c em e n t d e la Id e n tifica tio n d e s o p tio n s P la n d ’actio n d e m is e e n
D ia g n o st ic e xte rn e
m issio n stra té giq u e s œ u v re

E ta p e 1
E ta p e 2
E ta p e 2
Id e n tific atio n e t sé le ctio n
E v a lu a tion e t c h o ix du
d e s p ay s p re ss e n tis p o u r D iag n o stic in te rn e
scé n ario d e re d é plo ie m e n t
l’é tu d e d u b e n ch m ark

E ta p e 2
E ta p e 3
D é fin itio n e t v alid a tion d e s
S y n t h è se d u diag n o stic
c ritère s d ’an a ly se

E ta p e 3

A n a ly s e d e s p ra tiq u e s e n
m a tière d e g ara n tie en
fav e u r d e s P M E

P ilo ta g e d u p ro je t

- 55 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

Phase 1 - la réalisation d’un benchmark international


Sur la base d’une analyse des systèmes de garantie prévalant dans des pays ayant une
expérience avérée en la matière, l’étude a donné un aperçu sur les meilleures pratiques
pouvant servir de base à une réorganisation du système de garantie national.

- Les volets étudiés ont été les suivants :


 Le modèle économique : intérêt et soutenabilité du modèle ;
 Les modes d’intervention : garantie, structuration, procédures et instruments ;
 Les relations avec les partenaires: système bancaire et PME ;
 Le taux de pénétration du tissu économique.

Phase 2 - la réalisation d’un diagnostic du système national de garantie


L’examen du système actuel de garantie en faveur de la PME s’est reposé sur un
diagnostic à deux niveaux : interne et externe.

Le Diagnostic externe a été conduit notamment auprès des établissements de crédit


pour :
- Dégager d’une manière documentée la perception du financement des projets
d’investissement des PME et de l’offre de services des institutions de garanties par les
banques ;
- Arrêter leurs attentes quant à l’évolution des prestations d’un système national de garantie
en faveur de la PME.

Le diagnostic interne a été opéré auprès des institutions de garantie (CCG, Dar
Addamane et CMM). Il a notamment porté sur les éléments suivants :
 La politique produit ;
 Le capital humain ;
 La situation financière et patrimoniale de chaque organisme ;
 Les points forts et les points faibles de chacune des institutions.

- 56 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

Phase 3 - la proposition de scénarios de redéploiement du système de garantie


L’étude a abouti, en prenant en considération les éléments identifiés aux étapes 1 et 2,
à la proposition d’options pour déterminer une nouvelle stratégie en matière de réorganisation
et de modalités d’intervention du dispositif de garantie en faveur des PME. Il a été tenu
compte des perspectives d’évolution du contexte économique de l’entreprise ainsi que du
système financier et bancaire national et la phase a abouti à l’identification des étapes de
redéploiement du système actuel vers le(s) modèle(s) à préconiser.

A ce niveau, l’étude a explicité pour chacun des scenarii qu’elle a identifié une
présentation détaillée des forces, faiblesses, opportunités et menaces notamment au sujet du :
1. Maintien en l’état des institutions de garantie;
2. Rapprochement des institutions (liquidation d’un ou des organismes en place ou leur fusion
en une entité unique). Dans ce cas de figure, l’option proposée a comporté notamment les
aspects suivants :
 La nature juridique de la nouvelle structure : son statut, sa forme juridique, son
organisation et son mode de gouvernance ;
 L’actionnariat et sa composition
 La politique produit
 Le cadre légal devant régir la nouvelle entité ;
 Le déploiement régional (structure centralisée / structure avec relais régionaux) ;
 Les relations avec les différents prescripteurs.

Phase 4: Processus de mise en oeuvre


A la lumière des résultats et des conclusions de la mission, le cabinet ‘Deloitte’ a
proposé un plan d’action ainsi qu’un calendrier de mise en oeuvre de la stratégie retenue.

3. Pourquoi la PME est en reste ?

Pour assurer la cohérence du plan de ce mémoire, j’exposerai d’abord au niveau de ce


chapitre les résultats de la phase diagnostic qui semblent pertinents quant aux besoins de
l’étude, pour m’intéresser plus tard aux résultats de l’étape ‘benchmarking international’.
Par ailleurs, je tâcherai, dans le soucis de respecter la confidentialité de l’étude, de présenter
les résultats de manière englobante et succincte et je ferai davantage appel à ma propre
analyse pour présenter le diagnostic, mais aussi les recommandations relatives à la réforme du

- 57 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

système financier en général et au système de garantie en particulier, au niveau de la


deuxième partie de ce mémoire.

a. Le financement de la PME-PMI bloqué par le poids du passé

Au-delà des banques qui affirment que l’évolution des crédits octroyés aux PME a été
‘timide’, d’autres avancent clairement qu’ils ont connu un recul très fort. Cependant, d’après
ces mêmes banques, cela ne fut point le cas jusqu’au début des années quatre-vingt-dix.

« les banques ont joué le rôle de financement de la croissance », assure un responsable


banquier. En effet, du milieu des années quatre-vingt jusqu’aux premières années de la
décennie suivante, soit pendant 7 à 8 ans, les banques ont largement irrigué des secteurs
comme le textile, l’agriculture et l’agro-industrie ou la pêche. « Il ne faut pas oublier qu’un
secteur comme la confection a pu se créer et se développer grâce aux crédits bancaires», a-t-
il ajouté. Néanmoins, d’après certaines banques, pendant ces années de ‘vaches grasses’, les
entrepreneurs n’ont pas particulièrement fait montre de volonté de consolider leurs entreprises
pour le long terme. « Les chefs d’entreprise travaillaient dans des dépôts crasseux et vivaient
dans des demeures luxueuses. […] Doit-on s’offusquer aujourd’hui du fait que les banquiers
cherchent à se garantir sur le patrimoine personnel des entrepreneurs? », tels étaient les
propos d’un autre banquier interrogé sur la question.
En revanche, « si les banquiers déplorent à juste titre cet assèchement en règle de
l’entreprise, il serait de mauvaise foi de prétendre qu’il s’est fait à leur insu », poursuit-il.
«Avant 1994, 60 à 70 % des prêts dans les secteurs viables étaient accordés sans garanties
extra-projet. […] Notre comité de crédit était constitué de personnes ayant vingt à trente ans
de maison, qui connaissaient si bien leurs clients qu’ils pouvaient dire ce qu’il y avait dans
leur tajine. On prêtait donc sans se soucier le moins du monde du business », déclare un
autre.

Ainsi, conclut-on que la banque d’entreprise était un pari sur les hommes. À défaut
d’états financiers reflétant l’image fidèle de l’entreprise, les banques évaluaient la prospérité
des individus pour en déduire la prospérité de leurs entreprises. D’autant que ces derniers « ne
concevaient même pas qu’on leur demande leurs états financiers », estime un responsable.

- 58 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

Cette situation a conduit trois grandes banques publiques au bord de la faillite, à savoir
le Crédit Agricole, le CIH et la BNDE. Dans le privé, le risque pris sur l’entreprise avait
conduit la BMCI à une situation difficile avant que son actionnaire principal ne la recapitalise
et la restructure. En fait, ce mode de financement a fonctionné tant qu’il s’agissait de fournir
des prêts ; la situation est devenue problématique quand il s’agissait de rembourser les
sommes dues. « Les difficultés ont commencé 4 à 5 ans après ces financements », constate un
banquier. A cette période, les premiers impayés sont apparus, suivis d’ardoises lourdes et de
mises en contentieux. Depuis, le temps du financement ‘facile’ a été déclaré révolu et les
banques ont restreint leur offre de crédit, notamment vers des secteurs qu’elles avaient
autrefois largement irrigués, à savoir : l’agriculture, la pêche et le tourisme ; trois piliers de
l’économie nationale.

b. Le changement de contexte

Le Maroc vit depuis quelques années déjà une nouvelle situation où la recherche
davantage de transparence reste pièce maîtresse, afin de passer d’une économie de rente à une
économie de marché. Du côté des entreprises, mais aussi de celui banques et de
l’administration, il s’agit d’une rupture avec le passé ; le Maroc étant au défi de la
transparence et du droit, éléments primordiaux pour une mise à niveau plus générale.

Les années quatre-vingt-dix ont été des années d’ouverture économique et de mise à
niveau de l’environnement. En fait, les textes juridiques, datant pour la plupart du début du
protectorat, ont été revus.

Le processus de consolidation du système bancaire s’est concrétisé notamment à


travers la promulgation d’une nouvelle loi bancaire en février 2006, répondant à l’impératif
d’alignement sur les meilleurs standards internationaux. La préparation de la transposition des
dispositions de Bâle II au Maroc a été accompagnée par l’assainissement de la situation des
institutions financières publiques et la radiation par les établissements de crédit de leurs
anciennes créances en souffrance. Par ailleurs, l’encadrement du crédit a été remplacé par des
règles prudentielles, qui sont de plus en plus contraignantes. Ainsi, les banques commerciales
ont lourdement provisionné leurs crédits aux PME, afin de satisfaire aux nouvelles règles
prudentielles de Bank Al Maghrib.

- 59 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

Ce processus de renforcement de la solidité du système financier a notamment pour


objectif la maîtrise de l’exposition aux risques. Ainsi, Bank Al-Maghrib a fixé les éléments
d’informations minimales devant être requis par les établissements de crédit pour l’instruction
des dossiers de crédit.

c. Les crédits aux particuliers : un nouvel eldorado pour la banque marocaine ?

 Les crédits aux particuliers progressent plus vite que les crédits à l’entreprise
Les crédits à l’entreprise représentent encore l’essentiel des crédits distribués par
les banques. Cependant,
Répartition des concours des établissements de crédit
par agent économique les crédits aux particuliers
% progressent très vite.
60%

50% Alors qu’au début des


40% années quatre-vingt-dix,
30%
les banques ne semblaient
20%
pas connaître le crédit aux
10%

0% particuliers, le mouvement
2003 2004 2005 années
d’octroi de crédit à cette
catégorie d’agents
Sociétés Entrepreneurs individuels Particuliers Collectivités locales
économiques s’est
accéléré ces dernières
Source de données : Rapports d’activité de Bank Al-Maghrib, 2004 et 2005
années. Ainsi, au moment
où les crédits à l’entreprise représentaient 61,5 % des crédits bancaires en 2002, ils n’en
représentaient plus que 57% quatre ans plus tard. Au même temps, la part des particuliers est
passée de 26,6% en 2002 à 33% en 2005. Les entrepreneurs individuels voient, quant à eux,
leurs crédits reculer, en passant de 10% en 2003 à moins de 1% en 2005.
A l’époque où les banques dotaient les PME des ressources financières nécessaires, le
crédit aux particuliers ne faisait pas partie de leur offre de crédit. A l’heure actuelle, les
crédits à la consommation croissent de 4 % par an en moyenne, les crédits immobiliers
explosent avec une progression à deux chiffres, et ce, depuis 1996, année de fin du monopole
du CIH.

- 60 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

« Les dossiers de crédits aux particuliers sont beaucoup plus simples à gérer. Les
pièces sont moins nombreuses et on dispose de plus de transparence pour un salarié ou un
commerçant qui est client de la banque depuis quelques années», remarque un project
manager d’une banque de la place. Quant au crédit immobilier aux personnes, les banques
l’appellent crédit hypothécaire, une dénomination qui montre que la prise de risque reste
minime pour ce type de crédit.

 La PME est en reste


Les banques se contentent de gérer l’existant, principalement les grandes entreprises,
sur lesquelles la concurrence est particulièrement féroce. Les prêts sont parfois consentis en
dessous du taux de base bancaire, la marge se faisant sur le volume des services et des
commissions. Les petites entreprises quant à elles accèdent difficilement au crédit. Plus
risquée, plus volatile, plus incertaine, plus consommatrice de temps pour la banque, la PME-
PMI n’a pas la cote.

d. L’impossible quête de la transparence de la PME

Comme cité précédemment, la recherche davantage de transparence était l’un des


grands chantiers des années quatre-vingt-dix. La mise à niveau des textes juridiques de base,
comme la loi sur les sociétés qui devait déboucher sur la mise à niveau des entreprises, a
montré, une dizaine d’années depuis la promulgation du texte de loi, que le constat tend plus
vers l’échec. En effet, l’institution du commissariat aux comptes obligatoire pour les sociétés
anonymes a provoqué une forte désaffection pour cette forme de société. Plus encore, elle a
entraîné, dans les années qui ont suivi un mouvement de transformation de sociétés anonymes
en SARL, dont le commissaire aux comptes n’est obligatoire qu’au-dessus de 50 millions de
dirhams de chiffre d’affaires.

De leur côté, les banques se ‘méfient’ des résultats que leur remettent les entreprises,
notamment en termes de chiffres d’affaires ou de résultats. Elles se réfèrent essentiellement au
mouvement des comptes en leurs livres et à la bonne réputation de l’entrepreneur sur la place.
En outre, pour réagir efficacement à une telle situation, les services destinés aux entreprises
au sein des établissements bancaires ont constitué des ‘embryons’ de base de bilans. Ceci dit,
les bases manquent de profondeur pour être estimées de qualité. « Ne comptez pas sur une
banque pour transmettre à une autre ses informations financières», constate un cadre en

- 61 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

banque. Ce qui revient à dire qu’il appartient à Bank Al Maghrib de mettre en place une
centrale des bilans, à l’instar d’autres banques centrales, telles la Banque de France.

Depuis 2001, date d’application des nouvelles dispositions de la loi sur les SA, les
pratiques de diffusion d’information financière se sont améliorées. Selon l’OMPIC, depuis
l’obligation faite par cette loi de déposer deux exemplaires des états financiers aux greffes du
tribunal, le nombre de sociétés respectant cette disposition de loi n’a cessé d’augmenter. « De
27000 en 2001, le nombre des sociétés ayant déposé leurs états financiers est passé à 34000
en 2003, et il est prévu qu’il atteigne 40000 en 2004, ce qui correspondrait au fichier des
déclarations fiscales chez les impôts»10. Bank Al Maghrib n’aurait donc plus qu’à traiter les
états financiers détenus par l’OMPIC.

e. L’excès de garanties exigées par les banques

Si, sur le principe, le manque d’information financière fiable peut justifier des
demandes de garantie, leur requête reste plus importante que le niveau de risque entrepris par
la banque. ‘Les banques ont pris l’habitude de demander des garanties tangibles d’un
montant trois à cinq fois supérieur au risque pris’, estime un responsable au niveau du service
‘Entreprise’ d’une banque. En vertu de ces barrières à l’entrée, on exclut de facto tous ceux
qui n’ont pas de patrimoine, en dépit de leur capacité à le constituer, comme les nouveaux
promoteurs, les créateurs de start-up ou d’entreprises technologiques à fort potentiel de
croissance.

De sa part, l’État a tenté de contourner le problème par la mise en place de fonds de


garantie pour les entrepreneurs ne disposant pas d’actifs à mettre en gage, en les cautionnant
auprès des banques ; un point qu’on a eu l’occasion d’aborder largement lors de la
présentation des systèmes de garantie.
Ceci étant, « le comportement des banques ne s’en est pas vu sensiblement affecté,
étant donné que pour un même projet, les banques exigent aussi bien des garanties
institutionnelles que personnelles », avance l’un des membres de la commission PME de la
CGEM.

10
CGEM – Rapport du Cabinet FOCS sur ‘La Gouvernance d’entreprises au Maroc’- p.19

- 62 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

Les raisons avancées par les banques pour justifier une telle situation sont en
l’occurrence l’opacité des comptes et la difficulté de réaliser les garanties qu’elles prennent
sur les entreprises. « La réalisation des garanties est très difficile. […] Si le promoteur habite
par exemple dans son domicile avec ses enfants, ou s’il l’a mis au nom d’un parent, il est très
difficile de le saisir. La garantie est plus un moyen de pression psychologique sur
l’entrepreneur pour qu’il se sente engagé », explique une directrice d’agence. Une pression
psychologique de moins en moins efficiente, compte tenu de la lenteur de la justice et la très
grande difficulté à obtenir l’exécution des jugements. « Ils n’ont même plus peur de la justice.
Les clients sont capables de tout. J’en ai même un qui est en contentieux pour un prêt non
remboursé et qui est venu m’en demander un nouveau! », ajoute-t-elle.
La crise de confiance dans le système judiciaire, auprès duquel la réalisation des
garanties reste difficile, a donc rendu les banques réticentes face à l’octroi de crédit aux PME.

Illustration :
La tendance haussière des créances en souffrance a continué à s’aggraver, en passant
de 31 000 millions de dirhams en 2001 à 46 000 millions de dirhams en 2005, au moment où
les tribunaux enregistraient des retards quant au règlement des contentieux.

Répartition des crédits bancaires selon leur objet

90000

80000
Montant en millions de DH

70000

60000

50000

40000

30000

20000

10000

0
2001 2002 2003 2004 2005 Années

Comptes débiteurs et crédits de trésorerie Crédits à l'équipement


Crédits immobiliers Créances en souffrance

Source de données : Rapports d’activité de Bank Al-Maghrib, 2002, 2003, 2004 et 2005

- 63 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

f. Un déficit de gestion
Faiblesse de gestion, opacité et prépondérance d’un système familial de management ;
telles sont souvent les critiques adressées aux PME. Une telle perception, bien que négative,
n’est pas tout à fait faussée. En effet, différents rapports que le Maroc a établi durant toutes
les années passées dans le processus de mise à niveau des entreprises ont abouti au même
constat : la majorité des PME sont des entreprises familiales sans encadrement, dont les
responsables sont faiblement formés et confondent - malgré eux ou volontairement-, chiffre
d’affaires et bénéfices, caisse et poche…
Toutefois, l’absence de transparence n’est pas le seul élément justifiant la politique de
prise de garantie par les banques. En effet, celles-ci pratiquent le prêt sur gage y compris pour
des entreprises qui ont toujours été transparentes ou qui ont fait des efforts à ce niveau. « Les
banques ont des cadres de haut niveau au siège, mais dans les agences, les ressources
humaines ne sont pas au niveau », regrette un chef d’entreprise. De ce point de vue, la prise
de garantie vise à couvrir aussi bien l’analyse du risque que le manque de compétences des
ressources humaines des banques ; une faiblesse que partagent banques et PME.

« Lorsque tout le nouveau dispositif légal avait été mis en place, les banques avaient
admis leurs insuffisances. Elles ont compris qu’elles ne pouvaient demander un changement
de règles aux entreprises si elles ne produisaient pas elles-mêmes des efforts de mise à
niveau. Elles ont donc recruté, notamment des jeunes diplômés des écoles étrangères », fait
remarquer le président du directoire d’une banque. Les départements ‘Entreprises’ des
banques se sont donc structurés. Toutefois, le renforcement des équipes connaît des limites,
étant donné que le marché de l’Entreprise reste réduit. Par conséquent, il est difficile
d’amortir le coût d’équipes nombreuses et spécialisées. « Si le segment des affaires était
vraiment porteur, on trouverait des banques d’affaires sur le marché, mais toutes sont restées
généralistes », a-t-il ajouté.

g. Autres raisons…
D’autres raisons pouvant expliquer la nature de la relation liant les banques à la PME
ont été citées par certaines personnes interrogées à ce sujet. Il s’agit particulièrement du
manque de projets bancables (absence de Business Plans, d’informations formelles et d’études
de faisabilité techniques, économiques et financières de la majorité des projets présentés) ; de
l’importance du coût du crédit octroyé à la PME (forte prime de risque exigée par les
banques).

- 64 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

§2. Les sociétés de financement : offre d’une alternative de financement,


limitée…

A/ Champ d’intervention des sociétés de financement


Avec les banques, les sociétés de financement forment les établissements de crédits.
D’après le Dahir n° 1-05-178 du 15 moharrem 1427 (14 février 2006) portant
promulgation de la loi n° 34-03 relative aux établissements de crédit et organismes assimilés,
« sont considérées comme établissement de crédit les personnes morales effectuant, à titre de
profession habituelle, l’une des opérations suivantes :
 La réception de fonds du public,
 La distribution de crédit,
 La mise à la disposition de la clientèle de tous moyens de paiement ou leur gestion ».

C’est bien la loi bancaire de 1993 qui a introduit la notion générique ‘d'établissement de
crédit’, qui englobe aussi bien les établissements de crédit agréés en qualité de banques que
ceux agréés en qualité de sociétés de financement.

De leur part, les sociétés de financement ne peuvent effectuer que les opérations pour
lesquelles elles ont été agréées, à savoir :
 Les opérations de crédit à la consommation,
 Le crédit-bail,
 Le crédit immobilier,
 L'affacturage,
 Le cautionnement ou la gestion des moyens de paiement.

Les sociétés de financement font des interventions à caractère très pointu. En effet,
chaque société de financement créée opère dans un type de financement précis, ce qui
constitue en même temps un atout et une contrainte. C’est un atout dans la mesure où il fait de
l’intermédiaire financier un spécialiste dans son type de financement et c’est une contrainte
étant donné que son intervention ne peut être possible que dans ce type de financement.

- 65 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

B/ Participation des sociétés de crédits bail et d’affacturage à la distribution


des crédits
Les crédits accordés par
Les crédits distribués parles sociétés de financement
les sociétés de crédit –
%
bail ont atteint 18
60%
milliards de dirhams en
50%

40%
2005, en progression de
30% 16,7%, après celle de
20% 23,3% enregistrée à
10% l’issue de l’année
0% précédente. Ils ont été
2003 2004 2005 Années
Sociétésdecrédit àlaconsommation Sociétésdecrédit-bail affectés à l’acquisition
Sociétésdecrédit immobilier Sociétésd'affacturage
de biens mobiliers à
Sociétésdecautionnement
hauteur de 76,8% et de
Source de données : Rapports d’activité de Bank Al-Maghrib, 2004 et 2005

biens immobiliers pour 23,2%. Quant aux concours des sociétés d’affacturage, ils se sont
élevés à 988 millions de dirhams, en hausse de 24,6% contre 33,1% en 2004. S’agissant des
prêts octroyés par les sociétés de crédit immobilier, ils se sont inscrits en baisse de 33 millions
de dirhams en 2005 ou 7,4% en termes relatifs ; leur encours revenant à 415 millions dirhams.
Enfin, les facilités des sociétés de cautionnement se sont établies à 748 millions, en forte
baisse de plus de 40%, qui fait suite à celle de 24% enregistrée en 2004. Les engagements par
signature qui constituent l’essentiel de l’activité de ces sociétés, ont accusé une contraction de
près de 49% et leurs facilités par décaissement ont diminué de 8,5%.

Dès lors, on peut notamment conclure que les activités de crédit-bail et d’affacturage
prennent de l’élan. Dans ce qui suit, je m’intéresserai plus particulièrement à la participation
de ces deux formules au financement de la PME.

1. Sociétés de crédit-bail

Lorsqu'une entreprise souhaite acquérir certains biens (mobiliers ou immobiliers) alors


qu'elle ne dispose pas de la trésorerie nécessaire à cet achat, elle peut recourir aux sociétés de
crédit-bail ( sociétés de leasing).

- 66 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

L’opération de crédit-bail peut-être considérée comme étant une forme particulière


d'achat, qui permet à l'entreprise d'acquérir un bien par l'intermédiaire d'un tiers auquel elle le
louera, avec la possibilité d'en devenir propriétaire à la fin du contrat.

a. Définition du crédit-bail
Le crédit-bail est un contrat par lequel le crédit-bailleur (le prêteur) achète un bien
ayant une valeur d’occasion substantielle et le met à la disposition du preneur (l’emprunteur),
moyennant le paiement d'un loyer et qui est assorti d’une promesse unilatérale de vente,
pouvant se dénouer par le transfert de la propriété à l’emprunteur.

b. Avantages & inconvénients du financement par crédit-bail


Comparativement à un investissement adossé à un prêt, les avantages du crédit-bail
pour les entreprises peuvent être résumés comme suit :
 La non-immobilisation du capital : en termes relatifs, le crédit-bail n'immobilise pas
autant de capital que l'acquisition traditionnelle d'actifs. De ce fait, il permet à
l’entreprise d’améliorer ses liquidités et ses possibilités financières. Néanmoins, du
fait de cet avantage, le crédit-bail a souvent eu dans le passé l'image d'une méthode de
financement pour les entreprises sous-capitalisées.

 La possibilité de financer la totalité de l'investissement : tandis que les prêts bancaires


pour investissement couvrent un maximum de 70 % de la valeur de l'investissement, le
crédit-bail ne requiert pas d'investissement de la part du preneur.

 Aucune garantie complémentaire n’est exigée : puisque la société de crédit-bail est le


propriétaire des objets loués, habituellement, aucune sécurité/garantie supplémentaire
n'est nécessaire.

 Une orientation sur les aspects micro-économiques : la période minimum de location


peut, au moins pour partie, être définie par le client. Il n'est pas donc nécessaire de
s'aligner sur la période légale d'amortissement. L'adaptation entre la durée de
l'opération et la ‘vie’ utile des biens financés semble être un des avantages les plus
importants.

- 67 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

 Selon les normes comptables marocaines, le crédit-bail n’a pas d'effet sur le bilan.
Ceci signifie que la valeur totale de l'actif en location ne fait pas partie de la somme
totale des actifs dans le bilan. De plus, des charges financières étalées sur la durée
économique de l’investissement et des loyers déductibles du bénéfice imposable en
tant que charges d’exploitation sont comptabilisés en compte des produits et des
charges. De ce fait, le crédit-bail accroît la part des capitaux propres dans le total bilan
et réduit le montant d’impôt à payer.

 L'option de vente et cession-bail donne une occasion de libérer le capital qui avait déjà
été mobilisé dans des investissements.

Ainsi, le crédit-bail constitue une intéressante source de financement, notamment pour les
PME et les entreprises avec de faibles revenus mais de fortes opportunités de croissance.

Le principal désavantage du crédit-bail est sa cherté, liée à son taux d'intérêt ‘effectif’ qui
est habituellement plus élevé en comparaison avec les crédits bancaires. De plus, l’offre
d’équipements « standards » limite l’accessibilité des PME à son utilisation.

Subséquemment, la part des PME bénéficiaires de l’offre des sociétés de crédit-bail reste
faible.

c. Situation actuelle de l’activité du crédit-bail au Maroc

En 2006, l’activité du leasing a enregistré une croissance de 30% avec 10,5 milliards
de dirhams de production dont 9 milliards pour le crédit-bail mobilier. Elle est surtout tirée
par le secteur des Bâtiments et Travaux Publics (BTP) et de la logistique.

Toutefois, l’engouement pour ce mode de financement, essentiellement attribué aux


différents avantages qu’il offre, risque d’être négativement affecté par l’adoption des
nouvelles dispositions fiscales contenues dans la loi de Finance pour l’année 2007. En effet,
‘les nouvelles dispositions fiscales hantent les opérateurs du secteur’11.

11
L’Economiste du 7 Février 2007 – Article intitulé : ‘Leasing – Craintes sur le délai de récupération de la
TVA’

- 68 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

La loi de finance a prévu la levée de l’exonération sur les biens d’équipement et la


soumission des sociétés de leasing à un IS de 39,6% applicable sur les résultats de 2007,
sachant que jusque-là, les sociétés de crédit-bail étaient assujetties au taux de 35%. Les
opérateurs du secteur estiment que la première mesure est pénalisante pour leur trésorerie et la
seconde aura un impact sur leurs résultats. Pour justifier une telle décision, le législateur a mis
en avant la nécessité d’harmoniser les règles régissant le secteur financier, et ce, en alignant
les sociétés de crédit-bail sur les banques et les compagnies d’assurances ; même si elles ont
toujours mis en avant leur activité de location.

Ceci étant, c’est notamment les nouvelles dispositions relatives à l’augmentation du


taux de Taxe sur la Valeur Ajoutée (TVA) applicable à l’activité de crédit-bail qui a fait tâche
d’huile. En effet, jusqu’au 31 décembre 2006, les entreprises et les ménages, bénéficiaient de
l’exonération de la TVA pour les biens financés par crédit-bail. ‘En réalité, le législateur
avait créé une situation qui ne respectait pas le principe d’équité de l’impôt. Puisque le
crédit-bail a un statut hybride. Juridiquement il s’agit d’une location, dans la mesure où le
droit de propriété du bien donné en leasing, appartient toujours à la société de crédit. Mais
financièrement, il ne s’agit, ni plus, ni moins, que d’un mode de financement’12.

Avant la loi de Finance 2007, le législateur avait considéré l’opération de crédit-bail


comme étant un financement, de sorte que, seuls les intérêts étaient soumis à la TVA. Ainsi,
ces sociétés de crédit-bail pouvaient déduire la TVA ayant grevé l’achat d’un bien acquis au
profit d’un client. Par exemple, pour une voiture dont la valeur toutes taxes comprises (TTC)
était de 240.000 dirhams, la sortie nette de trésorerie, après déduction de la TVA, était de
200.000 dirhams. Les 40.000 dirhams de TVA étaient déductibles en moyenne 3 mois après
l’acquisition du bien. Ainsi, les intérêts ne seront calculés que sur le montant financé et par
conséquent, la TVA dont doit s’acquitter le client est non seulement échelonnée sur toute la
durée du prêt, mais elle est surtout beaucoup plus faible que si elle avait pour base le montant
financé. Cet avantage était un vrai argument de vente, aussi bien pour les entreprises de
crédit-bail que pour les sociétés de crédit à la consommation. En outre, l’offre des locations
avec option d’achat (LOA) donnait la possibilité aux ménages d’acquérir des biens à un prix
qui ne comprenait pas la TVA. De la sorte, en reprenant notre exemple, le ménage qui choisit
la LOA payera 20% moins chère son sa voiture que celui qui aurait opté pour un financement

12
La Gazette du Maroc – 7 Mai 2007 – Article intitulé : ‘TVA sur crédit-bail : Beaucoup de bruit pour rien’

- 69 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

classique, puisque pour le crédit à la consommation classique, c’est le ménage qui achète la
voiture et n’a pas donc la possibilité de déduire la TVA, contrairement à la société de crédit.
Pour les sociétés de Leasing qui s’adressent généralement à des personnes profitant du
droit de déduction de la TVA, il n’y avait pas d’avantage particulier.

‘Aujourd’hui, avec les nouvelles dispositions fiscales de la Loi de Finances 2007, tout
a changé. Désormais, la déductibilité de la TVA ayant grevé les biens à donner en crédit bail,
a été remise en cause. En effet, les bien acquis supportent une TVA de 20%, alors qu’ils sont
donnés en location sur la base d’une TVA de 10%. Le fait est que la TVA n’est plus
récupérable. […] Partout ailleurs, le mode de financement n’influence pas le montant de la
TVA que supporte le consommateur final. Le Maroc n’a fait que corriger une incohérence
fiscale et l’on se demande d’ailleurs pourquoi le législateur a-t-il attendu aussi longtemps
pour agir’13.

Pour conclure, je dirai que les sociétés de crédit-bail devraient peut-être se montrer
plus imaginatives. En effet, il est temps que la location en crédit-bail prenne une nouvelle
forme, dans sa recherche d’un avantage compétitif, en proposant par exemple des services
d’entretien ou de réparation comme c’est le cas en France par exemple.

2. Le factoring au Maroc : une activité peu développée, peu répandue…et un


fort potentiel de croissance

a. L’intérêt du recours au factoring


Le risque pour une entreprise de subir des impayés est toujours présent, d'autant que la
durée moyenne de règlement des factures se situe généralement entre 60 à 90 jours. Clients
indélicats, clients tombant en procédure collective… ; autant d'aléas qui peuvent
compromettre la situation économique et financière de toute entreprise.

Pour cette raison, certaines entreprises n'hésitent pas à contracter une assurance-crédit,
laquelle vient garantir l'entreprise contre les pertes définitives résultant de l'insolvabilité de
ses débiteurs. Bien qu’avantageuse, cette assurance a certaines limites, dont je citerai
particulièrement le fait que l'assureur-crédit ne paie l'entreprise qu'après constat de

13
La Gazette du Maroc – 7 Mai 2007 – Article intitulé : ‘TVA sur crédit-bail : Beaucoup de bruit pour rien’

- 70 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

l'insolvabilité du débiteur. Ainsi, de plus en plus d’entreprises ont recours à l’affacturage qui
offre une garantie de paiement plus efficace.

L'affacturage (appelé également factoring) est la convention par laquelle un organisme


spécialisé accepte de régler les créances qu'une entreprise, l'adhérent, a sur ses clients, en
contrepartie du transfert à son profit de ces créances et d'une rémunération, consistant en
commissions et agios.

Le factor paie ainsi l'entreprise de manière anticipée et se retourne à l'échéance des


créances transmises contre les débiteurs pour en obtenir paiement, au risque de devoir
supporter l'éventuelle insolvabilité de ces derniers.

La technique de l'affacturage propose donc trois services :


 Le financement, puisque, sans attendre l'arrivée à échéance des créances, l'adhérent
peut percevoir en fonction de ses besoins, et dans des délais très courts, tout ou partie du
montant des factures transférées. Le factor accompagne ainsi et favorise le développement de
ses adhérents en améliorant leurs possibilités de financement.
 La prévention des risques et la garantie contre les impayés, puisque le factor
propose aux entreprises de les prémunir contre tout risque de défaillance de leurs clients.
Ainsi, en cas d'insolvabilité, les adhérents récupèrent la totalité du montant de leurs créances.
 La gestion du compte ‘clients’, puisque le factor se charge de tous les aspects de cette
gestion (tenue des comptes, identification et affectation des paiements, recouvrement à
l’amiable, pré-contentieux et contentieux des factures). Les entreprises adhérentes se trouvent
ainsi déchargées de certaines contraintes administratives.

b. Mécanismes d’intervention du factor

Les mécanismes d’intervention du factor diffèrent, dépendamment du marché cible ;


c’est-à-dire selon qu’il s’agisse d’une intervention au niveau national, auquel cas on parlerait
de ‘fatoring domestique’ ou d’une intervention à l’international.

Les deux schémas qui suivent récapitulent le schéma de fonctionnement de


l’affacturage domestique et international.

- 71 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

Le Factoring domestique : au service de la gestion du poste clients

Le Factoring à l’international : au service de la gestion du poste clients

On en déduit que l’apport du factoring, en terme de recouvrement, d’assurance et de


financement est identique dans les deux cas de figure.

- 72 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

c. Le Factoring au Maroc :
 Une forte dynamique de croissance de l’activité d’affacturage :
Au Maroc, le marché du Factoring
Evolution du CA de l'activité Factoring au Maroc
- en millions d'euros- est en plein développement, avec
une croissance annuelle moyenne
500
450 de 27% par an (depuis 3 ans). Une
400 telle performance est
350
CA en millions d'euros

incontestablement appréciable,
300
250 mais le recours à l’affacturage
200 demeure encore très faible,
150
puisque le CA réalisé par l’activité
100
50 n’a pas dépassé les 440 millions
0
1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005
d’euros en 2005, soit 0,8% du
Série1 180 197 220 240 300 378 440 PIB. Durant la même année,
Années
l’encours de financement a été de
Source : Rapport du ‘Factors Chain International’ (FCI) – Décembre 2006 70 millions d’euros seulement,
soit 0,3% des crédits bancaires.

 Structure du marché et intervenants du marché de factoring :


 Structure du marché : D’après la ‘Factors Chain International’ (FCI), le factoring
domestique s’accapare 63% du marché d’affacturage marocain, contre 27% seulement
pour le factoring international.
 Trois opérateurs se partagent actuellement l’activité du factoring au Maroc, à savoir :
Attijari Factoring Maroc, Maroc Factoring et BMCI Factoring.

d. Des évolutions favorables au développement du factoring au Maroc


 Les effet induits du développement et de la professionnalisation de l’activité
‘Assurance-crédit’ :
L’assurance-crédit connaît actuellement une évolution liée notamment à la présence de
leaders mondiaux et européens dans le secteur, tels : EULER HERMES, CESCE, AXA
Assurance et COFACE, à l’évolution du marché vers des standards internationaux et à la
structuration du secteur (accessibilité des informations financières à travers Internet, un projet
de Centrale des Bilans en cours…).

- 73 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

 Un environnement favorable au développement de l’activité factoring


 Le factoring est plus connu et plus accepté par les entreprises.
 Le développement de la Grande Distribution favorise le recours au factoring.
 L’émergence de grands projets, créant des besoins de trésorerie pour les PME
et nécessitant une couverture de risque pour les entreprises étrangères.
 La libéralisation et l’ouverture de l’économie marocaine : nécessité de se
couvrir contre les risques de paiement (import /export)

e. Obstacles au développement du factoring


Le factoring souffre de certaines limitations, dont :
 Le problème de perception : l'affacturage est un mode de financement souvent associé
aux entreprises à faibles performances.
 Les relations Client-Fournisseur (C/F) étant souvent des relations ‘closes’, (notamment
quand il s’agit de PME), l’intervention du factor peut-être mal perçue par l’une des deux
parties.
 Lorsqu'elle décide de recourir aux services d'une société d'affacturage, l'entreprise doit
présenter à celle-ci l'ensemble de ses créances et pas uniquement celles dont le
recouvrement s'annonce délicat.
 Dans le contexte marocain, l’activité d’affacturage ne dispose pas d’un cadre législatif
approprié.
 Des risques importants doivent inciter le factor à la prudence, tels que :
 Les risques de fraude : faux documents, arrangements malveillants entre cédant et
débiteur,
 Les risques de litiges,
 Les risques de paiement direct,
 Les risques opérationnels : nécessité de posséder une plate-forme performante pour
assurer un bon suivi.

f. Le factoring au service de la PME


Le factoring est un levier financier intéressant pour le développement de la PME,
surtout dans un environnement marqué par les retards de paiement, la difficulté d’accès au
financement et la faiblesse des ressources propres. En fait, le factoring présente plusieurs
avantages à la PME : des avantages qui sont communs à toutes les entreprises mais aussi
d’autres qui présentent un intérêt spécifique pour le cas particulier de la PME.

- 74 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

Ainsi, parmi ces avantages, je citerai notamment :


 La couverture du risque de défaillance du client,
 L’externalisation de la gestion du poste clients (recouvrement, relance et suivi
administratif),
 Le financement de la croissance ; élément intéressant notamment pour les entreprises à
fort potentiel de croissance,
 Le financement rapide et souple des créances,
 L’appui aux opérations à l’export : le factoring offre des informations sur les débiteurs
étrangers aux clients. Par ailleurs, il n’est pas nécessaire de connaître la langue, les lois
et pratiques du pays du client…,
 Le soutien des opérations à l’import : faire bénéficier l’entreprise de délais et
conditions avantageuses auprès des fournisseurs…,
 L’accompagnement des PME dans le financement des grands marchés / contrats,
 La réduction des exigences de la banque, en terme de garanties.

Compte tenu de tous ces éléments, on pourrait penser que l’avenir serait prometteur
pour l’activité du factoring au Maroc, étant donné que le marché marocain mène la voie de la
modernisation, la transparence dans les affaires et l’ancrage progressif de l’économie
marocaine à l’économie mondiale sous le poids de la globalisation.

Section II. Les marchés des capitaux : un financement


innovant pour la PME marocaine

Autrefois réservée aux grandes entreprises, l’entrée en bourse est aujourd’hui une
opportunité stratégique offerte aux PME. Au Maroc, la ‘grande-PME’ a décidé d’emprunter la
voie royale, celle de la Bourse de Valeurs de Casablanca (BVC). Dès lors, ce marché est-il
adapté à ses besoins ? Quels avantages offre-t-il à la PME et quels sont les obstacles qui
limitent l’accès de la PME à la bourse ?

§1. Les atouts et les attraits des marchés des capitaux pour les
entreprises

Si le principal rôle d’une introduction en bourse est d’attribuer, par le biais d’un cours
de cotation, une valeur à l’entreprise, elle présente d’autres avantages qui seraient à prendre

- 75 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

en considération dans l’évaluation d’une décision de cotation. Parmi les multiples points forts
d’une entrée en bourse, j’évoquerai notamment :
 L’acquisition d’une plus grande notoriété :
L’introduction en bourse est accompagnée d’une publicité dans les journaux financiers
et d’annonces légales. La société en acquiert automatiquement une certaine notoriété.
Cette reconnaissance facilite les transactions commerciales puisque l’entreprise est reconnue
par le milieu professionnel. Cela peut se traduire également par l’obtention de meilleures
conditions dans les délais de paiement ou une amélioration des relations avec les banquiers.
En outre, cette reconnaissance se répercute dans l’entreprise même. Les collaborateurs,
le personnel sont flattés d’appartenir à un groupe performant et une dynamique interne se
crée. Cela engendre une stimulation qui conduit à améliorer les performances de l’entreprise.
Les nouvelles candidatures affluent et cela peut-être l’occasion pour l’entreprise d’améliorer
son recrutement.

L’effet de notoriété est toutefois à double tranchant et certaines précautions doivent


être prises. En particulier, il est nécessaire, avant toute introduction en bourse, de clarifier sa
stratégie et d’organiser sa communication interne. L’introduction en bourse est en effet
accompagnée de la présentation des comptes de la société ou du groupe qui seront ensuite
périodiquement publiés dans les journaux d’annonces légales. Elle s’accompagne donc d’une
visibilité accrue pour les tiers. Ainsi, seule une stratégie clairement définie permet d’éviter
une mauvaise interprétation de ces comptes. La crédibilité financière de l’entreprise est à ce
prix.

 Une possibilité de financer sa croissance, à un coût moins élevé (comparé à


d’autres modes de financement) :
L’accès aux marchés financiers permet de dépasser les possibilités financières de
l’actionnariat de départ. Il propose également une alternative au financement bancaire à
condition de présenter un projet crédible et bien structuré qui laisse envisager des prises de
part de marché, une augmentation du chiffre d’affaires et des résultats.

 La liquidité du patrimoine des actionnaires :


Contrairement aux actions des sociétés fermées, les actions d’une société cotée sont
librement négociables. Les investisseurs en fonds propres, les investisseurs institutionnels qui
ont permis la première phase de développement de l’entreprise (les sociétés de

- 76 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

Capital-investissement et les ‘business angels’14), les actionnaires minoritaires et dans une


moindre mesure, les actionnaires d’origine peuvent ainsi se désengager. Ceux-ci peuvent
également retirer des liquidités en vendant une partie de leur capital, tout en conservant le
contrôle de l’entreprise.

 Une transparence de l’information financière permettant une bonne gouvernance


de l’entreprise :
L’entreprise cotée doit fournir une information exacte, précise, sincère et mise à la
disposition de l’actionnaire dans un bref délai. Une information est considérée comme
inexacte quand elle traduit une réalité financière tronquée.
Plus l’entreprise respectera ses prévisions, plus elle établira une relation de confiance avec
la communauté financière en général et avec l’actionnaire en particulier. En effet, le respect
des prévisions est essentiel pour éviter les phénomènes de cours erratiques et atteindre au final
une bonne valorisation.

 La possibilité de dynamiser et motiver son équipe :


L’entrée en bourse est une dynamique à laquelle il faut étroitement associer le
personnel de l’entreprise. C’est la crédibilité de l’équipe toute entière qui sera en effet jugée
par le marché. Les plans d’actionnariat, consistant en l’offre de stocks options au personnel,
semblent être un outil adéquat pour impliquer davantage les salariés dans la vie de
l’entreprise, et ce, en leur faisant adopter un comportement d’actionnaire.

 La possibilité de bénéficier d’avantages fiscaux, sous forme d’abattements et/ou
d’exonérations fiscales ; l’objectif étant de dynamiser les marchés des capitaux en assurant
l’afflux d’un nombre grandissant d’investisseurs sur le marché boursier.

§2. Le marché boursier marocain : un marché en plein essor

Le niveau de développement du marché boursier d’un pays est intimement lié à sa


situation économique et à l’environnement des affaires qui y est prévaut. La BVC est
actuellement leader dans la région Moyen-Orient/Afrique du Nord (MENA). « Nous pouvons

14
Les ‘business angels’ sont des anciens entrepreneurs qui ont acquis une expérience manageriale dans une
activité donnée et donnent des conseils aux jeunes entreprises.

- 77 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

placer aujourd’hui la bourse de Casablanca parmi les trois ou les cinq premières au niveau
des pays arabes », souligne l’un des responsables de la place casablancaise.
Ainsi, une question que l’on pourrait bien se poser serait : Quels sont les points forts
du marché boursier marocain, qui lui ont fait valoir un tel positionnement ?

A. La réforme du marché boursier marocain


Depuis le début des années 1990, le Maroc s’est engagé, dans un processus de réforme
visant à créer des conditions favorables au développement de son marché financier. Ce
processus a concerné aussi bien le cadre légal, réglementaire et fiscal des marchés financiers
que leur ouverture aux capitaux étrangers.

1. Réformes légales et réglementaires

L’adoption des réformes légales et réglementaires ainsi que la mise en place


d’organes de régulation, visent l’amélioration de la transparence et la sécurisation des
opérations boursières ; conditions nécessaires pour le développement du marché boursier.

Au Maroc, plusieurs réformes ont été lancées dès l’année 1993. Celles-ci visent à
doter le pays d’une infrastructure boursière moderne, favorisant en particulier
l’encouragement du financement direct de l’économie marocaine, à travers le renforcement de
la transparence du marché boursier et la protection des épargnants et des investisseurs. Ces
réformes ont porté notamment sur :
 L’adoption en 1993 de trois lois relatives respectivement à la réorganisation de la
Bourse des valeurs, à la création du Conseil Déontologique des Valeurs Mobilières (CDVM)
et à la mise en place du cadre juridique pour la création des organismes de placement collectif
en valeurs mobilières (OPCVM).
 La transformation en 1995 de la BVC en une entité privée, avec la création de la
Société de la Bourse des Valeurs de Casablanca (SBVC) dont le capital est détenu à parts
égales par les Sociétés de Bourse.
 La création en 1997 d’un dépositaire central (Maroclear) et l’instauration d’un régime
de dématérialisation des titres pour faciliter leur conservation et leur circulation.
Le règlement / livraison avec un décalage de trois jours est assuré avec la mise en place d’un
système de garantie de bonne fin depuis 2003, régi par le règlement général de la bourse des
valeurs.

- 78 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

 Le lancement en 2002 de deux nouveaux indices (MASI et MADEX) et l’adoption, en


décembre 2004, d’une nouvelle méthodologie de calcul de ces indices, basée sur le principe
du flottant. Ce mode de calcul, retenu par les principales bourses internationales, consiste en
un changement de la pondération des valeurs dans l’indice, ce qui doit aboutir à une meilleure
adéquation entre le poids du titre dans l’indice et son poids dans le marché.

 En 2004, les lois adoptées en 1993 ont été amendées afin de répondre au
développement de la BVC. Ces amendements ont porté sur l’élargissement des pouvoirs du
CDVM en matière de contrôle et d’investigation et la réorganisation de la place de
Casablanca en cinq compartiments15 afin de renforcer la lisibilité des investisseurs et
assouplir les conditions d’accès à la cote. Durant la même année, un texte de loi régissant les
offres publiques d’achat, de vente ou d’échange des actions, a été promulgué. En 2005, de
nouveaux critères de séjour à la cote ont été mis en œuvre.

2. Incitations fiscales

Le marché boursier marocain bénéficie d'une fiscalité relativement avantageuse,


comme le montrent les exonérations des impôts sur les dividendes ainsi que sur les plus-
values.
Au Maroc, pour encourager l’introduction de nouvelles sociétés en bourse, un
abattement de 25% de l’impôt sur les sociétés (IS) pendant 5 ans a été instauré. En cas
d’introduction accompagnée d’une augmentation de capital d'au moins 20%, un abattement de
50% de l’IS est prévu16 . Instituées à l’origine pour une durée de 3 ans, ces mesures ont été
reconduites par les lois de Finance qui ont suivi. Par ailleurs, le Maroc a instauré un régime
fiscal favorable à l’investissement dans les valeurs mobilières. Il s’agit notamment de
l’exonération des plus-values réalisées par les non résidents sur les cessions de valeurs
mobilières cotées à la BVC. Pour les personnes physiques résidentes, la Taxe sur les Profits
de Cession des Valeurs Mobilières (TPCVM) a été réintroduite en janvier 2006, après quatre
ans d’exonération (Loi de Finances 2006). De son côté, le régime des abattements applicable

15
Dont trois marchés actions : Marché Principal pour les grandes entreprises ; Marché Développement pour les
entreprises de taille moyenne ; Marché Croissance pour les entreprises jeunes à fort potentiel de croissance.
16
Les mesures envisagées ne concernent pas les sociétés privatisables et les sociétés financières.

- 79 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

en la matière aux personnes morales résidentes a été reconduit pour une période de deux ans
supplémentaire (jusqu’au 31 décembre 2007).
Par ailleurs, la carotte fiscale introduite, il y a six ans et renouvelée pour trois autres
années par la loi de finance 2007, n’a réellement porté ses fruits qu’en 2006.

B. Ouverture aux capitaux étrangers

Bien que le marché boursier marocain soit assez ancien, son ouverture aux capitaux
étrangers est relativement récente. Cette ouverture est consécutive à une refonte des textes qui
a élargi les possibilités d’intervention du capital étranger. En effet, la BVC a entamé sa
libéralisation dès 1988 et elle a été cotée à l’American Depository Receipt (ADR), en avril
1996. Par ailleurs, le marché boursier marocain est représenté dans les principaux indices
boursiers émergents tels que le "MSCI EM Index" et le "S&P/IFCG". Le Maroc est également
présent dans le "S&P/IFCI" qui regroupe 22 pays émergents considérés comme relativement
ouverts à l’investissement étranger.

C. Evolution récente du marché boursier marocain

Aux différentes réformes ayant permis de revitaliser l’image de la BVC et d’assurer sa


croissance, s’ajoutent d’autres facteurs qui permettent d’expliquer le nouveau positionnement
du marché boursier marocain. En effet, La bonne tenue de la place de Casablanca s’explique
notamment par les bons résultats des entreprises cotées, l’amélioration des perspectives
économiques, l’afflux des capitaux étrangers, notamment arabes et l’impact des excédents de
liquidités drainés vers le marché boursier.

L’année 2006 a constitué une rupture avec le passé de la BVC, étant donné que celle-
ci a rempli sa fonction de financement de l’activité économique. En effet, cette année a connu
l’introduction d’onze sociétés en bourse dont notamment des PME. Ainsi, le nombre
d’introductions sur le marché casablancais en 2006 a été identique à celui du marché
espagnol.

Ce mouvement d’introductions en bourse, enclenché en 2006 devrait, selon les


spécialistes du marché, se poursuivre en 2007. En fait, la progression actuelle est basée sur

- 80 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

des fondamentaux solides comme la croissance du PIB de 7,6 % pour 2006 et une
augmentation généralisée des résultats des sociétés cotées. De plus, pour le premier semestre
2006, la progression des résultats nets des sociétés cotées a été de 35% alors que le MASI
n’avait progressé que de 29%. La BVC commence donc à avoir des indicateurs comparables
à ceux de marchés matures, comme la Hongrie, la Nouvelle-Zélande ou l’Irlande.

D’autre part, le climat général est à la confiance, critère important pour faire revenir
les petits porteurs et les institutionnels après les années de crise.

En définitif, je dirai que la BVC a gagné en terme de croissance, mais s’est aussi
diversifiée dans un certain nombre de secteurs, ce qui lui permet d’avoir une meilleure
représentativité des entreprises de tailles différentes, grandes moyennes et petites.

§3. Quand la PME décide d’emprunter la voie royale de la Bourse


de Casablanca

A. Quelles opportunités offre le marché boursier à la PME


marocaine ?

L’histoire nous apprend, à travers l’expérience occidentale, que le capitalisme familial


(qui a évolué plus tard pour former la catégorie des institutionnels dans le monde occidental),
est une source fortement génératrice en valeur. Il s’agit-là, à mon sens, d’une leçon d’histoire
dont on pourrait s’imprégner pour assurer une croissance durable du marché boursier
marocain et plus globalement de celle de l’économie marocaine.

Responsables du gouvernement, analystes financiers et intervenants sur le marché


boursier semblent d’ailleurs être conscients de l’importance de la PME pour la dynamisation
du marché boursier et mettent souvent en lumière les avantages qu’offre la bourse à la PME,
en tant qu’un levier financier important et une action rentable pour cette catégorie
d’entreprises.

Cette volonté de faire entrer la PME au monde de la cotation s’est accompagnée par
l’adoption d’un certain nombre de mesures favorisant un tel mouvement. Il s’agit notamment
de l’adoption de la nouvelle loi boursière, qui a remplacé celle de 1993 et a prévu la création

- 81 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

de deux compartiments au niveau de la BVC, exclusivement dédiés à la PME/PMI. Il s’agit


du ‘marché croissance’ et du ‘marché développement’. Le premier requiert l’émission en
bourse de 10 millions de dirhams, soit un total de 30.000 actions et la justification d’un seul
exercice certifié. Le second, plus grand et plus intéressant, exige l’ouverture d’un capital de
25 millions de dirhams et la présentation de deux exercices certifiés. Lorsque la taille de
l’entreprise devient plus importante, elle peut évoluer vers le marché principal, réservé aux
grandes entreprises comme l’ONA, Maroc Telecom et Attijariwafa Bank.

Par ailleurs, l’effort de la BVC s’est concentré, depuis l’an 2000, sur le ‘recrutement’
de la PME/PMI. En effet, la BVC mène une vaste campagne de promotion et de prospection,
à travers notamment des réunions réalisées en ‘one to one’ avec les chefs de PME, des visites
de salons professionnels et des mailings personnalisés. « Nous essayons de convaincre les
chefs d’entreprises des avantages extraordinaires de l’introduction en bourse pour tenter de
les attirer vers plus de transparence financière », explique une responsable à la BVC. Les
banques d’affaires interviennent en aval pour fournir les conseils nécessaires aux chefs
d’entreprises, afin de réussir une grande introduction en bourse.

Les récentes introductions en BVC peuvent être considérées comme représentatives


de l’économie marocaine, vu que certaines d’entre elles ont été menées par des PME
marocaines. En effet, les PME constituent actuellement 10% de la capitalisation boursière,
mais, elles s’imposent de plus en plus en nombre sachant que le troisième compartiment
compte 17 entreprises, représentant le quart de l’ensemble des entreprises cotées ; le poids de
la PME sur le marché boursier devient de ce fait significatif.

Des entreprises marocaines considérées comme leaders dans leurs secteurs d’activité
ont en fait pris l’initiative de faire un pas vers la bourse et y ont réussi leur introduction. Il
s’agit notamment des filiales du groupe Akwa, Afriquia Gaz et Maghreb Oxygène, d’Unimer
VCR et Taslif, du groupe dirigé par Said El Alj, du laboratoire pharmaceutique Sothema..
dont les performances s’améliorent continuellement.

En définitive, la bourse n’est pas un moyen de financement de substitution des


banques pour la PME. Au contraire, elle doit intervenir comme un complément au recours
bancaire qui est indispensable pour le financement du fonds de roulement des entreprises. Le
marché boursier interviendrait donc pour stabiliser la structure financière des entreprises en

- 82 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

confortant le capital et les capitaux permanents et réduire de la sorte leur risque aux yeux des
banques.
Ceci étant, le marché boursier garde la particularité d’être un moyen de pérennisation
de l’entreprise. Cependant, l’accès de la PME à la bourse semble être toujours entaché de
certaines limitations…

B/ Le marché des capitaux un monde non accessible pour tous

En dépit des différentes réformes et mesures adoptées pour encourager la PME à


s’introduire en bourse, la participation du marché boursier au financement de cette catégorie
d’entreprises reste faible. En essayant de déceler les raisons sous-jacentes à une telle situation,
j’ai notamment relevé les points suivants :

 Les conditions d’éligibilité du troisième compartiment de la BVC favorisent


particulièrement les PME à fort potentiel de croissance. En effet, les entreprises doivent
introduire entre 10 et 25 millions de dirhams et entre 30 000 et 100 000 titres ; alors que la
taille courante des entreprises marocaines n’est peut-être pas de cette mesure.

 La mentalité qui règne dans la plupart des PME, liée à la peur de perte de contrôle ou
à la nécessité de faire preuve de plus de transparence, limite leur accès à la bourse.

Dans un article intitulé ‘ La bourse, un vecteur de transparence’, le journal


‘Maroc-hebdo’ décrit cet état d’esprit ; je cite : « […] Confinés dans leurs esprits de
conservatisme et tenaillés par la peur d’êtres pourchassés par le fisc, les chefs d’entreprises
rejettent pour la plupart le projet d’entrée en bourse sous prétexte qu’elle exige une
transparence financière exagérée. À l’heure où la mondialisation rattrape toutes les
entreprises et les oblige à devenir plus compétitives, d’aucuns estiment que la transparence
des chiffres est à leur avantage plutôt qu’à leurs dépens. Elle leur permet notamment d’avoir
un accès facile et rapide aux partenariats étrangers qui exigent une certaine crédibilité au
niveau de la gestion et des résultats »17.

17
Maroc-Hebdo de la semaine du 20 Mars 2007

- 83 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

A travers tout ce qui précède, il s’avère nécessaire de recourir à des alternatives de


financement devant servir la majorité des entreprises ‘exclues’ du champ d’intervention des
autres modes de financement.

Section III : Le Capital-investissement au service de


l’entreprise et de la sphère financière

§1. Le Capital-investissement : au delà des frontières du


financement classique

A. Qu’est-ce que le Capital-investissement ?


Le Capital-investissement (private equity) apporte un soutien fondamental à
l’entreprise tout au long de son existence. Il consiste en ‘une prise de participation en capital,
souvent minoritaire, dans des entreprises généralement non cotées pour financer leur
démarrage ou leur croissance, parfois leur redressement ou leur survie ainsi que leur
changement de mains’18. Ces investissements sont donc rémunérés non pas en intérêts, mais
en plus-value au moment de la sortie du capital.
Le Capital-investissement soutient l’entreprise dans différents domaines :
 Il apporte le financement et les capitaux nécessaires à son développement
 Il accompagne le management lors des décisions stratégiques
 Il permet de créer de la valeur pour ses actionnaires, ses dirigeants, ses salariés et ses
clients.

B. Le Capital-investissement et le cycle de vie de


l’entreprise
Le recours au capital-investissement peut avoir lieu à différents stades du cycle de
développement de l’entreprise. Généralement, les fonds d’investissement sont spécialisés
selon les phases de développement auxquelles ils interviennent. Ainsi, distingue-t-on :
 Le capital risque ou amorçage
 Le capital développement
 Le capital transmission
 Le capital retournement

18
Définition de l’Association Française des Investisseurs en Capital (AFIC)

- 84 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

Certains auteurs distinguent un autre investissement, qui intervient dans la phase


préparatoire du business plan et de définition du produit, c’est-à-dire juste avant la phase de
démarrage d’activité ; il s’agit du ‘seed capital’. Cet investissement va permettre à
l’entrepreneur d’avoir les fonds nécessaires pour couvrir les frais qu’il devra engager pendant
cette période. Les sommes qui entrent en jeu restent limitées et les investisseurs sont le plus
souvent des « business angels » ou encore des personnes appartenant à l’entourage des
créateurs (c’est le « Love Saving » ou l’épargne affective, de proximité).

1. Le capital risque

Une fois que le projet d’entreprise est bien ficelé et que l’équipe des fondateurs est au
complet, arrive le moment de la levée de fonds. Les créateurs vont alors rencontrer les capital
investisseurs pour leur demander de participer à « leur tour de table » et trouver ainsi les fonds
nécessaires pour le démarrage de leur projet.
Catalyseur de l’innovation, le capital-risque finance les nouvelles entreprises de haute
technologie, principalement les starts-up et les entreprises dites de la ‘nouvelle économie’,
pleines de promesses, mais à fort risque de défaillance.
Pour assez longtemps, le capital-risque est resté l’apanage des Etats-Unis et n’a
décollé en Europe qu’à la fin des années 90, accompagnant ainsi l’essor des nouvelles
technologies de l’information et des biotechnologies.
Le terme ‘capital-risque’ est souvent utilisé pour faire référence au processus
d’investissement de portefeuille dans les PME.

2. Le capital développement

L’investissement est destiné à financer des entreprises en développement, avec


généralement au moins 3 à 5 ans d’activité. La prise de participation, qui se traduit le plus
souvent par une augmentation de capital, a pour but d’aider l’entreprise à financer des projets
de croissance ambitieux

3. Le capital transmission

L’investisseur intervient à une phase où l’entreprise est arrivée à sa phase de maturité


avec une croissance stabilisée .Le capital transmission correspond à la cession des
actionnaires –souvent les créateurs - de leurs parts dans l’entreprise. Plusieurs montages

- 85 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

financiers à effet de levier sont alors envisageables . Le LBO – ou leverage buy out – est le
rachat des actions d’une entreprise financé par une très large part d’endettement .
Concrètement , une Holding est créée , qui s’endette pour acheter la cible . La Holding paiera
les intérêts de la dette et remboursera celle-ci grâce aux dividendes provenant de la société
rachetée . Les entreprises issues d’un LBO ont ainsi une forte culture de « cash-flow ».
Lorsque les dirigeants participent au rachat , on parle de MBO – management buy out -.

4. Le capital retournement:

Il s’agit d’une reprise d’entreprises en difficulté (mais non en défaillance) .Dans ce


cas , la reprise de la société par le fonds se réalise le plus souvent sous forme de MBO
(Management buy out) ou MBI (Management buy in). Dans le premier cas, le fonds s’associe
avec les dirigeants actuels pour créer une Holding qui va racheter l’entreprise cible. Dans le
second, le Fonds s’occupe aussi de constituer une équipe de dirigeants pour reprendre la
société cible. Souvent, ces opérations sont financées par effet de levier, en injectant une part
importante de dette dans la holding de reprise.

Le schéma qui suit récapitule les différents modes d’intervention du Capital-


investissement en fonction de la phase de développement de l’entreprise :

Source : l’Association Française des Investisseurs en Capital (AFIC)

- 86 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

C. Le Capital-investissement et les autres modes de financement

Parmi les aboutissements de l’intervention du Capital-investissement, on compte


particulièrement la vente commerciale à une entreprise souhaitant réaliser une acquisition
stratégique, la vente à un groupe cherchant à atteindre le contrôle de l’entreprise, mais aussi
l’appel à l’épargne publique (IPO), c’est-à-dire, l’introduction en bourse de l’entreprise (voir
sur le schéma ci-dessus les différentes sorties possibles). De ce fait, le Capital-investissement
permet de mettre en exergue l’importance du rôle de l’introduction en bourse, qui constitue
une porte de sortie pour cet investisseur ‘professionnel’.

D’autre part, le Capital-investissement n'a ni la vocation ni la prétention d'offrir un


produit de substitution au financement classique, mais vient en tant que produit
complémentaire à l'activité bancaire classique, en permettant à celle-ci de disposer de
structures bilancielles plus équilibrées et rend ainsi les projets plus bancables.

§2. Le Capital-investissement au Maroc

Au Maroc, le financement par Capital-investissement a pénétré le paysage financier


marocain lors de la signature du 3ème protocole financier entre le Maroc et la Communauté
Economique Européenne de 89-91 avec une intervention active de la Banque Européenne
d ‘Investissement.

A. Vue d’ensemble des activités et tendances

1. Une croissance de l’activité du Capital-investissement

Le développement du capital-investissement au Maroc a connu une évolution


à travers trois phases principales :

1990 2000 2003 2006

1ère phase : Faible taux de pénétration du


Capital-investissement

2ème phase :
Nette augmentation
du volume de
l’investissement 3ème phase :
Naissance d’une
Phases d’évolution du Capital-investissement au Maroc - seconde génération
de fonds

- 87 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

Au bout de la première phase, les fonds levés par le Capital-investissement ont presque
triplé19. La deuxième phase a également connu une nette augmentation des transactions de
Capital-investissement, reflétant son importance grandissante. Quant à la croissance des fonds
de Capital-investissement, elle a ralenti, en passant de 20% pour la période de 1990 à 2000 à
seulement 4% pour la période de 2000 à 2002.

Lors de la troisième phase, le nombre et le volume des fonds continuent d’augmenter. En


fait, selon quelques estimations, 148 millions de dirhams ont été levés de 2000 à 2004, dont
70% ont été investis20. L’activité croissante résulte de l’augmentation du nombre de sociétés
de Capital-investissement au Maroc, estimé actuellement à environ 15 sociétés. Parallèlement,
le volume des fonds a également augmenté, atteignant une taille moyenne de 300 à 500
millions de dirhams, dont le fond le plus important a atteint approximativement un million de
dirhams.

La croissance de l’activité de Capital-investissement a été conditionnée par un nombre de


facteurs macro et micro économiques, incluant l’ouverture de l’économie marocaine associée
à la pression sur les entreprises locales afin de restructurer et d’améliorer leur compétitivité.
En outre, le Capital-investissement a bénéficié d’un changement de mentalité de la nouvelle
génération des familles propriétaires d’affaires ; laquelle mentalité est moins fermée, en étant
favorable à la cession d’une partie du capital à d’autres actionnaires.

2. Capital-investissement : Nouvelles tendances en termes de stratégies


de fonds et investissements

L’activité du Capital-investissement ne s’est pas seulement développée au Maroc,


mais a également changé en termes de stratégie de fonds et du type d’entreprises ciblées par
ces fonds. Alors que la première génération de fonds au Maroc était initialement composée de
fonds de capitaux généralistes qui finançaient habituellement des entreprises de taille
moyenne surtout des entreprises industrielles (distribution, transport, etc.)21, la seconde
génération est quant à elle partagée entre les fonds généralistes et ceux spécialisés dans des

19
Le Capital Investissement Au Maroc, Éléments d’Analyse de l’Activité du Capital Investissement au Maroc,
2003, Caisse de Dépôt et de Gestion, Avril 2004.
20
Présentation du groupe CFG, Thème : ‘Evolution du Capital Investissement au Maroc’, Février 2006.
21 Rapport d’activité de la CDG, 2004.

- 88 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

secteurs spécifiques. La nouvelle cible des fonds spécialisés dans les industries va des
industries traditionnelles aux industries du secteur des nouvelles technologies.

Ainsi, on peut trouver aujourd’hui des fonds qui se spécialisent aussi bien au niveau
du secteur, qu’au niveau de la taille des entreprises ciblées. Par exemple, les fonds Sindibad et
Moussahama investissent généralement dans des entreprises en phase de création, alors que la
plupart des autres se spécialisent dans des investissements à long terme. Ce mélange de fonds
de capitaux spécialisés et généralistes résulte d’une progression relativement importante de
l’intervention du capital-investissement dans l’économie marocaine. En fait, entre 1999 et
2003, les transactions de capital-investissement ont été menées à hauteur de 84% dans des
industries locales.

Alors que les investissements ont été effectués dans un nombre de secteurs différents,
on peut constater une plus grande uniformité concernant la phase d’investissement. Plus de la
moitié des entreprises financées par le capital-investissement ces dernières années avaient au
moins quatre années d’existence. En ciblant ces entreprises, les gestionnaires de fonds
montrent leur préférence pour des entreprises plus stables qui peuvent fournir un état de leurs
résultats financiers où l’on peut constater un certain degré de transparence.

3. Une croissance modérée des opérations d’introduction en bourse (IPO)

L’existence d’une variété de possibilités de sortie est importante pour les gestionnaires
de fonds de capital-investissement. Au Maroc, dans 66% des cas, la sortie est réalisée par le
biais d’une vente au principal actionnaire (c’est à dire l’entrepreneur) et dans 17% des cas par
un rachat, le reste se réalise au moyen de cotation publique22. Parmi les sorties réalisées avant
2004, une seule a été effectuée par une IPO, les autres par une cession à un dirigeant, une
cession à un industriel ou à des financiers. Le nombre d’IPO à ce jour qui ont été réalisées à
l’aide du capital-investissement a atteint le nombre de cinq, dont trois ont été réalisées durant
la période 2005-2006 (RISMA, DARI COUSPATE, et DistriSoft).

22
Présentation de l’OCDE sur ‘Le Maroc: Opportunités en termes de capital-investissement et défis’, William
C. Fellows, août 2005 (Basée sur les données de 2003).

- 89 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

B. Cadre légal de l’activité du Capital-investissement

La majeure partie de la croissance du secteur marocain de Capital-investissement s’est


produite en l'absence d'un cadre légal réglementant le secteur ou la définition d'incitations
fiscales. La loi réglementant les sociétés de capital-risque et définissant ce qui constitue
l’activité de capital-risque, a été introduite en février 2006 (Loi 41-05 relative aux organismes
de placement en capital-risque). Cette loi, ainsi que la Charte de la Petite et Moyenne
Entreprise (loi 53-00, juillet 2002) constitue le cadre légal fondamental pour les opérations
des sociétés de capital-risque et capital-investissement.

Pour la loi, l’activité de capital-risque est définie de façon assez spécifique :


“L’activité de capital-risque, au sens de la présente loi, consiste pour un organisme de
placement en capital-risque à financer des petites et moyennes entreprises (PME)…sous
forme de titres de capital, de titre de créances convertibles ou non en titres de capital ainsi
que d’avances en compte courant d’associés conformément aux dispositions de la présente
loi».

La loi 41-05 réglemente seulement la forme des sociétés de capital-risque appelée


OPCR (Organisme de Placement en Capital Risque) ainsi que leurs sociétés de gestion.
Dans le cadre de la loi marocaine, avoir le statut légal de société de capital-risque
implique d’être organisée comme une OPCR afin de se conformer aux conditions soulignées
dans la loi 41-05, qui prévoit principalement l’investissement dans les PME. Selon la loi, “les
OPCR doivent avoir 50% d’affectation minimale”, ce qui signifie essentiellement qu’ils
doivent investir au moins 50% de leurs actifs dans des PME, comme définies au niveau de la
Charte de la PME. La seule exception pour les OPCR concernant ces 50% d’affectation
minimale, est admise s’ils déclarent au CDVM qu’ils sont en période de désinvestissement.

Le second élément significatif de la législation est la Charte de la PME (loi 53-00), qui
ne réglemente pas directement les sociétés de CR/Capital-investissement, mais définit ce qui
compose une PME.

Au sens de la Charte de la PME, on entend par Petite et Moyenne Entreprise, toute


entreprise gérée et/ou administrée directement par les personnes physiques qui en sont les
propriétaires, copropriétaires ou actionnaires, et qui n'est pas détenue à plus de 25% du

- 90 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

capital ou des droits de vote par une entreprise ou conjointement par plusieurs entreprises ne
correspondant pas à la définition de la PME. Ce seuil peut être dépassé si l'entreprise est
détenue par des fonds collectifs d'investissement, des sociétés d'investissement en capital, des
organismes de capital risque, ou des organismes financiers dûment habilités à faire appel à
l'épargne publique en vue d'effectuer des placements financiers, à condition que ceux-ci
n'exercent, à titre individuel ou conjointement, aucun contrôle sur l'entreprise.

Cette définition établit la liaison entre les deux lois (41-05 et 53-00) puisque l’activité
de capital-risque est définie comme associée essentiellement au financement des PME.

En plus de ces lois, il existe des moyens indirects de réglementer le secteur. La banque
centrale ‘Bank Al Maghrib’ contrôle indirectement quelques participants de l’industrie, au
moyen de surveillance prudentielle des banques. Etant donné que quelques sociétés de capital-
risque sont des filiales de grandes banques, leurs activités sont indirectement surveillées par la
Banque Centrale.

Des questions peuvent être soulevées concernant l’efficacité du cadre légal au niveau
de l’encouragement du financement par capital-investissement pour les PME marocaines.
Selon une enquête menée par la Caisse de Dépôt et de Gestion en 2004, la majorité des fonds
n’ont pas investi dans les entreprises que l’on pourrait qualifier de PME selon la définition
légale. L’étude a conclu que « la majeure partie des Fonds de capital-investissement détient
un actif composé d’entreprises qui ne répondent pas aux critères du total actif et du chiffre
d’affaires»23.

C. Structure de l’activité du Capital-investissement

L’activité de Capital-investissement n’en est qu’à ses débuts au Maroc. La première


société de gestion de Fonds d’investissement (MOUSSAHAMA)a été créée en 1993 par
différents intervenants du monde financier –dont La Banque Populaire-.

Depuis 1999, les sociétés de Capital-investissement se sont multipliées et on en


dénombre aujourd’hui une quinzaine. Ces professionnels se sont réunies en 2000 autour d’une

23
Rapport de la CDG, 2004.

- 91 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

association : L’AMIC (association marocaine des capital risqueurs ) . Parmi les principaux
intervenants du secteur, on peut citer MOUSSAHAMA, CFG GROUP CAPITAL, UPLINE
SECURITIES ET CAPITAL INVEST (groupe BMCE BANK) . L’Etat par l’intermédiaire de
la Caisse de Dépôts et de Gestion (CDG), reste un des principaux promoteurs de cette activité,
de par sa contribution a la mise en place de plusieurs fonds de capital risqué comme Access
Capital Atlantique, le Fonds d’Amorçage Sindibad.

Il est à noter que tous ces fonds investissent essentiellement dans des sociétés existant
déjà et voulant se développer. Ils ont donc principalement des activités de capital
développement, l’activité de capital risque restant vraiment marginale. Pour l’investisseur, le
fait que la société ait déjà un historique lui permet de se faire une meilleure idée de son
potentiel de développement et ainsi d’avoir une meilleure visibilité sur son TRI (taux de
rentabilité interne) –critère utilisé pour déterminer la faisabilité d’un projet-.

D. Le Capital-investissement et le financement de la PME :

Le besoin croissant de financement des PME marocaines couplé à l’incapacité des


autres modes de financement de répondre à leurs besoins financiers représente une importante
opportunité pour le financement par capital-investissement.
Bien que le financement par capital-investissement ait effectivement connu une
croissance relative pendant la période allant de 1990 à 2004, comme indiqué plus haut, son
niveau de performance est en développement.
Le financement par capital-investissement des PME a été faible si l’on considère les
besoins et le potentiel. En effet, seulement 7% d’environ 1500 PME qui étaient candidates au
financement par capital-risque ont utilisé cette méthode en 200424. Durant la période allant de
1996 à 2002, la contribution du capital-risque au financement des PME n’a pas été très
importante dans l’ensemble avec environ 60 investissements (montant total de 760 millions de
dirhams) réalisés vers fin 2002. La dernière évaluation du Ministère des finances et de la
privatisation a conclu que : “La prédominance d’une moyenne entreprise fragile et la
rigidité des conditions d’éligibilité applicables font du capital-risque un dispositif peu utilisé
comme moyen d’appui au développement de la PME »25.

24
Ibid.
25
Évaluation du Financement de la PME au Maroc, Ministère des Finances et de la Privatisation, Royaume du
Maroc, 2003.

- 92 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

Il est donc important de comprendre pourquoi les PME n’ont pas recours au Capital-
investissement et inversement, pourquoi le Capital-investissement n’est pas intéressé par le
financement de certains types de PME.

Quatre pistes de réponse peuvent être proposées afin d’expliquer cette tendance :

a. La concurrence du Capital-investissement avec d’autres outils de financement :


Le Capital-investissement est perçu davantage dans une relation d’adversité, et non de
complémentarité, vis-à-vis des autres modes de financement et subit en conséquence leur
concurrence.

b. La préoccupation des entrepreneurs concernant la perte de contrôle :


La participation en Capital-investissement implique la perte d’un certain degré de contrôle
au profit d’une société de Capital-investissement. Etant donné que la structure de contrôle
familial prévaut dans beaucoup de PME marocaines, la réticence es propriétaires à l’égard
d’une participation extérieure dans la gestion de leur entreprise est probablement un problème
central.

c. le manque de communication par rapport à l’offre du Capital-investissement


En définitive, le Capital-investissement a un rôle primordial dans la promotion de la PME
marocaine. En effet, à la différence des outils de financement traditionnels, les sociétés de
capital-risque n'appliquent pas un taux d'intérêt ou des honoraires fixes pour le capital qu'elles
fournissent, puisque leur rémunération correspond à la plus-value de sortie et accessoirement
à des dividendes. Par ailleurs, ils ont l'avantage d'apporter de l'assistance technique et du
conseil, permettant ainsi à la PME de se mettre à niveau et d’avoir ultérieurement accès aux
autres modes de financement.

d. La perception du risque relatif à certains secteurs


Pour illustrer ceci, je prendrai l’exemple du secteur des hautes technologies. En effet, les
problèmes d’obtention d’un financement en capital-investissement sont spécialement aigus
dans le cas des entreprises à croissance rapide, les start-up et les sociétés de haute technologie,
car ces entreprises représentent le risque le plus important étant donné leur stocks d’actifs

- 93 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

intangibles, qui est difficile à évaluer. L’incertitude associée au secteur suite au fiasco de la
bulle technologique de 2001 a également été un facteur déterminant.

- 94 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

Partie II :
Le système de

financement de la PME en

devenir –

Quelles perspectives ?

- 95 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

Chapitre I : Cas du programme Moukawalati : Evaluation & Perspectives

La région euro-méditerranéenne aspire à devenir, à l’horizon 2010, une vaste zone de


libre-échange et de prospérité économique, offrant aux entrepreneurs de larges perspectives
de développement.

‘Les préoccupations communes à tous les partenaires méditerranéens se formulent


dans les termes suivants : Comment jouer la carte de la mondialisation et saisir les
opportunités offertes par l’ouverture de l’espace économique euro-méditerranéen ? Comment
rester compétitif et créer le nombre d’emplois suffisant pour les nouveaux arrivants sur le
marché du travail ? Quelles stratégies mettre en oeuvre pour créer de la valeur ajoutée et
développer des complémentarités économiques ? Comment favoriser l’acte d’entreprendre
et attirer de nouveaux investissements étrangers de façon durable ?
L’entreprise, comme moteur de la croissance et du progrès économique et social, est au cœur
de toutes ces préoccupations’26.

Le Maroc a concrétisé son adhésion à la charte euro-méditérranéenne à travers


l'information et la sensibilisation de toutes les institutions publiques et privées concernées par
les domaines de la charte. Ces domaines étant notamment liés à la simplicité et la
transparence des procédures administratives, l'éducation à l'esprit d'entreprise, l'accès au
financement, la promotion de l'innovation, la qualité des services de soutien aux entreprises et
au renforcement des réseaux et des partenariats euro-méditerranéens.

Ceci étant, l'ordre de priorités de ces domaines d'action varie selon les stratégies
adoptées par secteurs. En effet, primauté a été accordée au programme "Emergence " pour
l'industrie, au Plan Azur pour le tourisme et au programme "Moukawalati " pour la création
d'entreprises.

26
Charte Euro-méditérranéenne pour l’entreprise, 2004

- 96 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

Par ailleurs, le programme Moukawali s’inscrit dans le cadre d’une approche globale
de l’emploi, qu’adopte le Maroc actuellement. Il s’agit ‘d’Initiatives Emploi’, une politique
pro-active de l’emploi, visant à :
- Saisir toutes les opportunités de création de postes d’emploi.
- Appuyer les catégories de demandeurs d’emploi difficilement insérables.
- Améliorer la gouvernance du marché du travail
- Activer le rôle de l’intermédiation
- Adopter des outils de suivi et d’évaluation

Pour sa mise en œuvre, la politique ‘Initiatives emploi’ s’axe sur 3 volets, comme schématisé
ci-dessous :
• Promotion de l’emploi salarié, et ce, dans le cadre des programmes : IDMAJ et
TAEHIL qui prévoient l’insertion de près de 105.000 chercheurs d’un premier emploi entre
2006 et 2008 ;
• Appui à la création de l’emploi, dans le cadre du programme Moukawalati ;
• Amélioration de la gouvernance du marché de l’emploi, à travers la restructuration de
l’ANAPEC et la création de l’observatoire national de l’emploi.

Gouvernance du Promotion de l’emploi


marché de l’emploi salarié

TAEHIL IDMAJ
+
Restructuration
de l’ANAPEC

Création de Moukawalati
l’Observatoire
National de l’emploi

- Programme Initiatives Emploi : Mise en œuvre-

Le volet relatif au programme Moukawalati est celui auquel j’attacherai le plus


d’intérêt, vu qu’il se rapporte directement aux besoins de notre étude.

- 97 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

«…Nous réaffirmons que nous plaçons la

création d’ emploi pour les jeunes en

tête de nos préoccupations… »

- Hautes Orientations Royales de SM. Le Roi Mohammed VI à l’occasion de la


fête du trône de l’année 2005 -

- 98 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

Aujourd’hui, l’Etat ne peut à lui seul assurer l’emploi aux jeunes diplômés ; d’où
l’intérêt de stimuler notamment l’initiative privée, à travers des programmes d’appui à la
création d’entreprises.
Plusieurs programmes adoptés auparavant par le Maroc partageaient le même objectif ;
j’en citera particulièrement l’offre ‘Jeunes Promoteurs’, qui visait d'encourager l'intégration
des jeunes, notamment la population des diplômés de l'enseignement supérieur et de la
formation professionnelle, dans la vie active et de réduire le chômage. Néanmoins, ce
programme a essuyé un échec et a été remplacé par le nouvel dispositif "Création de la Jeune
Entreprise", consacré par la charte de la PME.

Dès lors, la question est de savoir : Quelles sont les particularités que comportent
effectivement ce programme et qui lui permettraient d’échapper au sort de ces prédécesseurs ?

Section I. Présentation du programme Moukawalati


§1. Objectifs du programme Moukawalati

A. Objectif général du programme

L’objectif du Programme « Moukawalati » est ‘la contribution à la lutte contre le


chômage, moyennant l’appui à la création d’entreprises génératrices de richesses et
d’emplois en adéquation avec les exigences et les spécificités régionales. Le programme vise
également à assurer la pérennité progressive du tissu économique régional par un dispositif
de suivi des entreprises créées au cours de la période critique de démarrage’27.

B. Objectifs spécifiques du programme


Le Programme Moukawalati a pour objectifs :

 La création effective d’entreprises viables,


 La pérennisation des entreprises créées28.

27
ANAPEC – Manuel des procédures « Initiatives Emploi » - Procédure relative au Programme
« Moukawalati » - p.3 – Mai 2006.
28
Ibid.

- 99 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

§2. Bases juridiques

Moukawalati est un programme gouvernemental, mis en place en collaboration avec


l’Agence Nationale de Promotion de l’Emploi et des Compétences (ANAPEC). Ainsi,
L’accompagnement prévu dans le cadre du programme MOUKAWALATI s’appuie sur la loi
51/99 instituant la création de l’ANAPEC et le contrat Progrès Etat / ANAPEC

§3. Caractéristiques du programme ‘Moukawalati’

A. Les bénéficiaires

Les diplômés de la Formation Professionnelle ou de l’enseignement supérieur ainsi


que les bacheliers, désireux de créer des projets dont le montant d’investissement ne dépasse
pas 250.000 DHS.

B. Quelles sont les nouveautés apportées par le programme

‘Moukawalati’ ?

Le programme ‘Moukawalati’ apporte quatre nouveautés majeures :


 La prise en charge par l’Etat des frais d’accompagnement dans la limite de 10.000 dhs.
 L’octroi d’une avance sous forme de prêt, non productif d’intérêts, à hauteur de 10%
du coût du projet. Ce montant est plafonné à 15.000 DH, remboursable sur 6 ans avec un
différé de 3 ans.
 La délégation de la garantie du prêt par la CCG à hauteur de 85% du crédit.
 La réduction du capital nécessaire pour la création des entreprises SARL de 100.000
dhs à 10.000 dhs avec libération du ¼ du montant, soit 2.500 dhs.

- 100 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

C. Etapes de mise en œuvre du projet

Lieu : Guichet
Accueil/ Présélection Prestation: Entretien de positionnement + ‘
‘Scoring Test’

Lieu : C.R.I
Prestation: Entretien de 30 mn pour décider
Sélection
de la possibilité de bénéficier de
l’accompagnement

Accompagnement de 6 semaines pour la


Accompagnement Phase 1 réalisation de l’étude de marché, l’étude
technique, formation au management et
rédaction du business plan

Présentation du projet à la banque pour


Accompagnement Phase 2 examen
Traitement du dossier dans un délai de 21
jours

Accompagnement Phase 3 Suivi Post création sur 12 mois

- 101 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

D. Organisation et gouvernance
L’organigramme prévu pour le programme Moukawalati se présente comme suit :

Les guichets constituent l’interlocuteur unique du porteur de projet ; leurs


attributions principales sont :
 L’accueil des candidats ;
 La présélection des candidats avec délivrance d’une convocation pour la sélection
définitive ;
 L’accompagnement pré et post création, des candidats sélectionnés ;

E. Dispositions prises
Parmi les dispositions déjà entreprises dans le cadre du programme ‘Moukawalati’, je
cite :
- La Création d’un fonds d’appui à l’auto emploi, géré par la caisse centrale de garantie et
chargé de l’octroi des avances prévues par le programme (loi de finances 2006).
- L’adoption par le Conseil d’administration de l’ANAPEC du manuel des procédures
relatives à la mise en oeuvre du programme.
- La formation de 2 groupes d’environ 50 encadreurs des guichets d’appui à la création des
petites entreprises.
- L’établissement d’une première liste de partenaires consignant les objectifs de création des
petites entreprises par chaque partenaire.

- 102 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

Section II. Le programme Moukawalati : entre réalisations &


perspectives

§1. Le projet est-il sur le bon rythme ?

« Près d’un an après le lancement de Moukawalati, seulement 200 dossiers ont été
effectivement débloqués, selon les données arrêtées à la mi-mai 2007 »29, alors qu’en termes
quantitatifs, le programme vise la création de 30.000 petites entreprises, à un montant
d’investissement inférieur ou égal à 250.000 dhs, à l’horizon 2008 dans tout le Maroc.
Lesquelles créations généreraient 90.000 postes de travail.

Ainsi, on pourrait se demander si au rythme actuel un tel objectif pourrait-être atteint ?


Si le retard accusé est dû à la phase de lancement du projet ? Si l’état d’avancement du
programme se verra accéléré une fois l’expertise de traitement des dossiers acquise…

Par ailleurs, une autre question est de savoir si la situation est la même dans
l’ensemble des comités régionaux et guichets d’appui ou par contre, il existe des disparités
régionales faisant que le programme réussit dans telle région et échoue dans telle autre…

En se référant aux articles publiés par l’Economiste à ce sujet, il paraît que la situation
diverge d’une région à une autre. A ce titre, l’Economiste indique que jusqu’au 5 Avril 2007,
quatorze candidats seulement ont vu leur projet de création d’entreprise aboutir dans la région
de Tadla30, alors que des régions comme Fès-Boulmane, Mohammédia ou Rabat avaient
dépassé ces chiffres, depuis plusieurs mois. En effet, 187 projets ont été retenus dans la région
de Fès-Boulmane à la date du 4 Janvier 200731 (dont 48% en Services, 20% dans la petite
industrie, 19% dans l’agriculture, 6% dans l’artisanat, 5% dans le BTP, 1% dans le tourisme
et 1% dans la communication), 44 projets ont été validés dans la région de Mohammedia à la
date du 2 Janvier 200732 et 275 projets ont été sélectionnés à la région de Rabat (dont 10
agrées et 46 en cours d’examen), jusqu’au 7 Février 200733.

29
L’Economiste du 24 Mai 2007, article intitulé : ‘Moukawalati se dirige vers un fiasco’.
30
L’Economiste du 5 Avril 2007, article intitulé : ‘Béni-Mellal : les banques du Tadla frileuses’
31
L’Economiste du 4 Janvier 2007, article intitulé : ‘Fès : 187 projets Moukawalati retenus’
32
L’Economiste du 2 Janvier 2007, article intitulé : ‘Mohammédia : le guicher Moukawalati fonctionne bien’
33
L’Economiste du 7 Février 2007, article intitulé : ‘Rabat/Moukawalati : 275 projets déjà sélectionnés’

- 103 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

Bien entendu ces statistiques restent différées dans le temps et ne nous permettent pas
d’avoir une idée sur la situation actuelle, mais elles nous permettent de conclure
qu’effectivement, il existe des écarts quant au degré de réussite du projet Moukawalati entre
régions. Des écarts que l’on pourrait certes attribuer aux disparités structurelles entre régions ;
on ne pourrait en fait comparer le nombre de candidatures et le degré de réussite au niveau
d’une grande région à ceux relatifs à une autre région moins avancée. En effet, le niveau des
compétences et d’éducation de la population, le niveau de vie et de développement de la
région, l’effet de ‘taille’ sont tous des facteurs contributifs à une telle situation, mais est-ce
qu’il n’existerait pas d’autres raisons, qui viendraient se greffer à celles-ci pour expliquer le
degré de réussite / échec du programme Moukawalati ? N’y a-t-il pas des facteurs qui
relèveraient peut-être de la conception même du programme, du système de procédures mis
en place ou encore de la nature des projets présentés…
Dans ce qui suit, j’essaierai de présenter une vision résultant de notre propre
perception du programme Moukawalati.

§2. Quelles seraient les limites du projet Moukawalati ?

A. Faiblesses relatives au mode de fonctionnement du

programme Moukawalti

Dans l’analyse du projet, j’ai décelé un certain nombre d’éléments, que je qualifierai
de ‘dysfonctionnements’ et qui relèvent à mon sens, de deux niveaux :
• Faiblesses d’ordre interne, relatives au programme lui-même ;
• Faiblesses d’ordre externe.

1/ Faiblesses relatives au mode de fonctionnement du


programme Moukawalti

 Et l’ANPME… ?
L’une des questions que je me suis posée était de savoir : pourquoi n’a-t-on pas eu
recours aux services de l’ANPME dans la conception globale du projet Moukawalti ? Celui-ci
répond pourtant à l’un des ses objectifs majeurs qu’est la participation active à la création et le
développement de PME…

- 104 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

Et pourquoi n’a-t-on pas fait appel à ces services, plus spéfiquement, dans le cadre de
l’accompagnement, notamment technique, des porteurs de projets ? sachant que l’article 5 de
la charte de la PME stipule clairement que l’ANPME est ‘chargée de […] promouvoir au
profit des PME, la prestation de services d'information, de conseil, d'assistance technique,
d'expertise et de formation en matière de gestion et d'administration de l'entreprise, par les
organismes publics et privés spécialisés’ ;

 A-t-on réellement besoin d’une phase de présélection ?


Quant aux procédures de mise en œuvre, je me demande si les tests de présélection
que ‘subissent’ les candidats au niveau des guichets et qui consistent en un entretien de
positionnement et un « Scoring Test » ou un entretien approfondi, ne devraient pas être
écartés, vu que le candidat est amené à passer d’autres tests l’autre de la phase de sélection
définitive et que par conséquent les guichets et les CRI ont le même objectif . Restreindre le
rôle des guichets à la réception des dossiers de candidature aurait un avantage double :
- Raccourcir les délais de gestion des dossiers,
- Permettre à plus de candidats de franchir le cap de la première étape et de défendre
leur projet devant l’instance de sélection finale.

 Les accompagnateurs de projet ont-ils les compétences nécessaires pour


remplir leurs fonctions ?
Au niveau de la procédure du programme ‘Moukawalati’, figurant sur le manuel des
procédures « Initiatives Emploi », on relève au niveau de la rubrique : « Organes de gestion et
de mise en œuvre du programme » le passage suivant :
« Les missions confiées à l’ANAPEC, dans le cadre du programme MOUKAWALATI peuvent
être présentées comme suit :
[…] Formation en partenariat avec l’OFPPT, des accompagnateurs des porteurs de
projets »34.

Dès lors, on pourrait se demander si les accompagnateurs des projets auront les
compétences requises pour ‘coacher’ les porteurs de projets, s’ils ont eux-même besoin de
formations…

34
ANAPEC – Manuel des procédures « Initiatives Emploi » - Procédure relative au Programme
« Moukawalati » - p.5 – Mai 2006.

- 105 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

2. Faiblesses d’ordre externe


 Les banques facilitent-elles la réussite du programme ?
D’après la presse nationale, certaines des banques associées au programme
Moukawalti auraient leur part de responsabilité quant à la lenteur du rythme actuel
d’avancement du projet. Ainsi, en parcourant la presse écrite, j’ai notamment relevé les
passages suivants :
« Les banques sont pointées du doigt dans leur participation au programme, car la
lenteur par laquelle sont traités les dossiers ont malheureusement découragé plus d’un
candidat. […] Plusieurs agences bancaires ne parviennent pas à mettre en route le processus
de déroulement et d’avancement des dossiers des candidats au niveau de leur siège établi
hors région. Ce qui porte préjudice aux demandeurs de crédit qui ont déjà pris en bail des
locaux pour l’installation de leur future entreprise et qui met à mal leurs maigres
finances »35.

« Une présélection n’autorise que 8.000 personnes à défendre leur projet devant les
commissions régionales, instances qui valident la consistance des projets. Constituées des
représentants du CRI, de l’Anapec et du secteur bancaire, elles ont rejeté la moitié des projets
pour n’en retenir que 4.000. Ultime phase, l’examen de passage à la banque. Les
établissements de crédit ont agréé 600 dossiers et en ont rejeté autant. Echaudées par le
précédent du «Crédit jeunes promoteurs», les banques traîneraient les pieds »36.

Par ailleurs, certaines banques excluent de fait, quelques secteurs, tels l’agriculture ou
l’élevage. « Ces établissements refusent d’accorder des crédits aux candidats présentant des
projets dans le domaine de l’agriculture ou celui de l’élevage. Argument avancé: ce secteur
ne figure pas parmi leurs préoccupations »37.

 Les projets de création sont ils à la hauteur des attentes ?


Lors de la première phase en 2006, les membres du comité régional ont remarqué que
« la majorité des projets proposés sont classiques et à faible valeur ajoutée »38.

35
L’Economiste du 5 Avril 2007, article intitulé : ‘Béni-Mellal : les banques du Tadla frileuses’
36
L’Economiste du 24 Mai 2007, article intitulé : ‘Moukawalati se dirige vers un fiasco’.
37
L’Economiste du 7 Février 2007, article intitulé : ‘Rabat/Moukawalati : 275 projets déjà sélectionnés’
38
L’Economiste du 4 Janvier 2007, article intitulé : ‘Fès : 187 projets Moukawalati retenus’

- 106 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

Des recommandations pour la nouvelle année peuvent donc reposer sur l’incitation, au niveau
des guichets, à des projets plus innovants et plus créatifs, avec une valeur ajoutée et un
potentiel de développement.

 D’autres éléments font défaut aux porteurs de projets…


Dans ce cadre, je citerai particulièrement les difficultés rencontrées par les porteurs de
projets pour l’obtention d’un contrat crédit bail. « Le loyer aussi est un sérieux problème posé
aux jeunes. Ces derniers ont du mal à obtenir un contrat de bail, une pièce maîtresse dans la
préparation du dossier de demande de crédit auprès de la banque »39.

Enfin, pour atteindre l’objectif fixé par le gouvernement, il serait nécessaire de


redoubler les efforts, à tous les niveaux pour dépasser toutes les contraintes posées durant
cette phase de démarrage de l’opération.

Chapitre II : Quelles actions sont à mener pour un système de financement


favorable à la PME ?

Section I. Banque / PME : Que doivent faire les deux


parties ?

Quels rôles sont à jouer par les différents intervenants pour améliorer le système de
financement en faveur de la PME : Etat, banques, fonds de garantie, PME… ?

L’accès au crédit et au financement conditionne à la fois la création des entreprises,


leur développement, leur pérennité, mais aussi leur reprise et transmission. C’est pourquoi, le
rétablissement d’une relation de confiance entre la banque et la PME, devient de plus en plus,
une nécessité.

39
L’Economiste du 4 Janvier 2007, article intitulé : ‘Fès : 187 projets Moukawalati retenus’

- 107 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

§1. La transparence pour une relation gagnant-gagnant entre

la banque et la PME

A travers le diagnostic de la relation banque-PME, on peut retirer les conclusions


suivantes :
− La transparence est une question clé tant pour les banques que pour les PME. Les banques
sont donc en droit de recevoir les états financiers (bilans et comptes de résultat) de leurs PME
clientes, voire même des documents plus sophistiqués, comme les budgets ou les plans
financiers. Autrement dit, les PME doivent prendre l'habitude de fournir régulièrement une
information de qualité sur leur structure et leurs performances économiques, traduisant ainsi
une image fidèle de leur situation financière.
− D'un autre côté, les procédures des banques doivent comme l'évaluation du risque doivent
être transparentes.

§2. Un point particulier : la mise en place d’un système de


notation des entreprises

A l’instar du système d’évaluation utilisé par les agences de notation pour les
entreprises qui font appel aux marchés financiers pour drainer les capitaux nécessaires à leur
développement, les banques peuvent de leur part adopter un système de ‘raiting’ pour la
catégorisation des entreprises selon le niveau de risque qu’elles présentent. D’ailleurs, ce
système de notation est d’ores et déjà utilisé par certaines banques, qui peuvent être
considérées comme étant en avance par rapport à leurs homologues dans le secteur. « Nous
notons les entreprises de A à F, nos critères principaux sont la qualité des ratios financiers,
la qualité du management, et le secteur d’activité », explique un banquier.

Les accords de Bâle II que le système bancaire du pays compte adopter, prévoient la
généralisation des procédures de notation des entreprises et la perspective d'une plus grande
différenciation tarifaire en fonction des risques. Ainsi, mieux connaître l’entreprise qu’elle
finance et l’évaluer en se basant sur des critères pertinents et rigoureux, est désormais une
obligation pour la banque. On pourra ainsi échapper à des situations, telle celle où un chef
d’entreprise a avancé : « Il m’est arrivé de prendre le petit-déjeuner avec un patron de PME
qui escompte à 6 %, d’escompter moi-même à 9,5 % à midi et de dîner le soir avec un autre
patron qui escompte à 12 % ».

- 108 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

§3. Relation banque / PME : vers un code de conduite ou un


‘Gentlemen agreement’

L'objectif de l’adoption d’un code de conduite entre les banques, les institutions
financières et les PME est d'améliorer la compréhension des positions mutuelles. Ce moyen
de construction de la confiance serait fondé sur un ensemble de principes communs, dans le
but de bâtir une relation du type ‘win-win’. De ce fait, on y établira les principes généraux
ainsi que les principes concernant le processus afférant au crédit. Les principes généraux se
référeraient à l'établissement d'une confiance mutuelle, au développement de la transparence,
à l'ouverture du dialogue, au respect de la discrétion et de la confidentialité et à la non-
discrimination.
En ce qui concerne le processus afférant au crédit, l'accent serait mis sur la
transparence mutuelle. De plus, le processus d'examen des dossiers par les institutions
financières et les termes et conditions seraient affirmés.
Du côté des PME, on mentionnerait toutes les informations nécessaires à la bonne
évaluation du dossier de la part de la banque, et notamment l’information sur les changements
circonstanciels (par exemple, sur la performance économique de l'entreprise).

§4. Le système de garantie, au cœur de la relation banque/PME

A. Exploration des ‘best practices’ en terme de garantie à


travers un benchmarking international

1. Objectif de la phase de Benchmarking


Comme cité précédemment, l’objectif recherché à travers la réalisation du
benchmarking international est d’explorer les bonnes pratiques observées dans les pays,
reconnus pour l’efficience de leurs systèmes de garantie en faveur des PME, afin d’élargir le
champs de réflexion stratégique. Il sera tenu compte de ces ‘best practices’ dans la conception
et le choix du nouveau modèle économique.
Le benchmarking n’a donc point pour objectif de dresser une typologie des systèmes
de garantie existant à travers le monde, ni de compiler les expériences vécues par d’autres
pays, mais d’en tirer les conclusions nécessaires qui peuvent être généralisées,
indépendamment du cas particulier d’un fonds de garantie.

- 109 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

2. Approche méthodologique & résultats des recherches


Des recherches préliminaires ont permis de sélectionner un ensemble de pays dont le
système de garantie a fait ses preuves. Ainsi, les pays choisis dans une première phase ont été
le Canada, le Japon, Les Etats-Unis, la Turquie, la Corée, la Grande Bretagne, la France,
l’Espagne, la Pologne, l’Inde, l’Egypte, la Tunisie, le Chili et l’Afrique du Sud.

D’autres critères se sont greffés au premier (le succès du système de garantie), pour
constituer la base de sélection de l’échantillon final.

Les critères pris en compte sont :


- L’existence d’un environnement macro-économique favorable au développement et à la
croissance;
- La structure du système bancaire dans le pays;
- L’importance des PME dans le tissu économique du pays;
- L’évolution du système de garantie dans le pays (historique, performances, réalisations..);
- Les relations liant le système bancaire au système de garantie.

Au final, cinq pays ont été retenus parce qu’ils répondent au mieux aux critères de
sélection.
Il s’agit de la Corée du Sud, du Japon, de la France, de l’Egypte et du Canada.

• Justification du choix des pays :


* Pour le Japon :
- Plus grand pays au monde en matière de garantie et financement des PME,
dépassant tous les autres pays développés et en voie de développement réunis :
2.500 Milliards $ de prêts au PME contre 700 Milliards $ dans le reste de la
zone Asie pacifique par exemple ;
- Pratiques incluant l’appui au système avec la contre garantie et l’assurance
crédit ;
- Début de réformes pour réduire le coût du système.

* Pour la Corée du Sud :


- Volume très important de garanties (2ème après le Japon) ;
- Engagement de réformes avec des buts assez similaires au Maroc ;

- 110 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

- Etendue de l’offre ;
- Pratiques intéressantes en matière de financement du système, de quotités
garanties et de commissions.
* Pour le Canada :
- Système généralement apprécié par les experts internationaux ;
- Système géré par une administration des PME.

* Pour la France :
- Partenaire de longue date du Maroc et de la CCG ;
- Pays fréquemment pris comme modèle par le Maroc en matière de politique
économique.
* Pour l’Egypte :
- Système ayant réussi à s’imposer dans le système bancaire ;
- Pratiques intéressantes en matière de financement et d’offre ;
- Présence des banques dans le tour de table.

• Document de travail : La ‘Fiche pays’


Afin d’explorer au mieux les systèmes de garantie prévalant dans ces pays et avoir une
base comparable permettant la prise de décision, on a mis en place une ‘fiche pays’,
détaillant la liste des indicateurs à chercher par rapport aux différents systèmes de garantie
pris en compte lors de la phase benchmarking. Bien entendu, la liste des critères n’est pas
figée et peut-être revue et affinée en fonction des données disponibles

- 111 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

.FICHE PAYS :

Superficie (Km²), Population (Millions), Devise, Taux de


change/US $ (au 31/12/2006), PIB (Milliard $), Taux de
Données générales
sur le pays croissance (2006), Taux d’inflation (2006), Taux d’intérêt
directeur en vigueur, Taux de chômage (2006), Notation
risque souverain (Moody’s), Notation risque pays COFACE,
Classement Indice Développement 2006 Humain,
Classement Doing Business 2006, Classement Indice
Corruption 2006.

Nombre PME, % du tissu économique, % des emplois, % de


la valeur ajoutée, % des exportations, Existence d’une
politique gouvernementale claire pour les PME, Mécanismes
d’appui pour les PME, Existence d’une agence dédiée à la
Environnement économique de la
PME, Existence d’une charte PME, Système bancaire
PME
libéralisé, Existence de bureaux ou d’instances d’information
crédits et risques, % des crédits octroyés au secteur privé/
crédits à l’économie, % crédits octroyés aux PME/ crédits au
secteur privé

Date démarrage, Nombre d’organismes, Type de système,


Capital, Répartition du capital, Type et sources de
financement, Organes de gouvernance, Tutelle, Composition
3-1) LE SYSTEME DE GARANTIE AUX
du conseil d’administration, Nombre d’employés, Nombre de
PME : PRESENTATION GENERALE
branches ou bureaux régionaux, Objectifs déclarés, Existence
d’appui sous forme de contre garantie ou d’assurance,
Exonération fiscale du système

- 112 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

Modalité d’intervention, Schéma de fonctionnement, Mode


de présentation des dossiers, Délai de traitement des dossiers,
Opérations couvertes, Offre de services, Institutions
3-2) LE SYSTEME DE GARANTIE AUX
financières bénéficiaires, Population cible du système,
PME : FONCTIONNEMENT
Etendue de la quotité de garantie, Nature et étendue de la
commission, Mode de mise en jeu, Recouvrement..

Nombre de dossiers agréés (2006), Nombre moyen de


dossiers (5 dernières années), Volume des garanties (2006),
Volume moyen (5 dernières années), Encours, Répartition
des opérations par nature, Répartition des opérations par
mode d’intervention, Revenus des commissions, Revenus des
services, Revenus des placements, Nombre de mises en jeu,

3-3) LE SYSTEME DE GARANTIE AUX Volume des mises en jeu, Taux de sinistralité,
PME : PERFORMANCES Recouvrements de l’exercice, % recouvrement, Effet de
levier, Volume garanties/ PIB, Dépenses opérationnelles,
Commissions/dépenses fonctionnement, Coût de chaque
1.000 $ de garanties en terme de dépenses de
fonctionnement, Revenus placement + recouvrements / mises
en jeu, Résultat net / encours, Mises en jeu / octrois,
Commissions/mises en jeu.

En raison de la consistance des recherches relatives aux systèmes de garantie de ces pays
et dans le souci d’accorder plus d’attention aux aspects analytiques, j’ai préféré joindre les
résultats des recherches sur les systèmes de garantie par pays sous format électronique
( fichiers ‘power point’ sur CD)40.

Remarque : Afin d’avoir une meilleure visibilité, il est vivement conseillé d’explorer les
systèmes de garantie de ces pays avant de se référer à la partie développer ci-dessous.

40
Le CD est attaché à la dernière page de ce support.

- 113 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

B. Conclusion tirée de l’étude : les principes fondateurs d’un système


de garantie efficace aux financements de la PME

A travers ce qui précède, il apparaît clairement que le système national de garantie


devrait subir d’importants changements pour renforcer son efficacité.

La réalisation d’un benchmarking international et un diagnostic du système de garantie


marocain nous a permis de déceler ces points faibles, en terme absolus et relatifs (par rapport
à d’autres pays).

Ainsi, ces éléments nous permettront de répondre à la question fondamentale : quels


sont les éléments distinctifs d’un système de garantie efficace ?

Principe n°1 : le partage des risques : un facteur indispensable de responsabilisation des


parties
Lors de l’action d’une garantie, il convient d’éviter deux écueils :
 Celui de l’insuffisance de la garantie ou de sa trop forte conditionnalité, qui en
fait perdre l’intérêt,
 Celui d’une accessibilité trop aisée, qui peut conduire à une anti-sélection des
risques, c’est-à-dire un report sur le garant des plus mauvais risques, les meilleurs
étant conservés par le prêteur.

Par conséquent, afin d’assurer l’efficacité d’un dispositif de garanties, le niveau de


garantie doit être déterminé de manière à être à la fois suffisamment attractif et incitatif, ce
qui implique de couvrir une part suffisante du concours et suffisamment limité, afin d’obliger
l’établissement prêteur à conserver un comportement responsable durant toute la durée du
concours, depuis son octroi jusqu’à son remboursement final ou à la liquidation éventuelle du
bénéficiaire. Ainsi, la quotité garantie devrait en pratique se situer entre 30% au moins et 70%
au plus.

Conclusion : L’efficacité d’un système de garantie aux PME passe par un partage adéquat et
équilibré des risques entre l’établissement prêteur et le garant, de façon à responsabiliser
chacune des deux parties.

- 114 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

Principe n°2 : La collaboration entre le prêteur et le garant lors de l’octroi de la garantie


La première étape d’une procédure de garanties aux financements de PME consiste en
l’octroi de celle-ci. Elle implique de ce fait trois décisions successives :
 La première, préalable indispensable à toute intervention de l’organisme de garantie,
est l’octroi de financement par un établissement de crédit. Cette décision d’octroi devant
être définitive sous réserve, le cas échéant, de l’obtention de la garantie ;
 La seconde, qui dépend de l’établissement prêteur , consiste en la formulation d’une
demande de garantie, ce qui implique le dépôt d’un dossier adéquat ;
 La troisième, qui n’implique que l’organisme responsable de l’octroi de la garantie,
concerne les conditions éventuelles de la délivrance de celle-ci, notamment sa quotité, son
tarif et les exigences particulières éventuellement formulées à l’emprunteur ou au prêteur.

Le bon déroulement de ces trois étapes implique la définition puis le respect de procédures
strictes et normées, notamment en ce qui concerne la nature et le format des informations
requises par l’organisme garant et les délais d’instruction. En pratique, il exige :
 Une très grande transparence, de la part du prêteur comme du garant,
 Une décentralisation des décisions,
 Une revue régulière du dispositif d’octroi
 Des échanges de vue périodiques entre les prêteur et le garant (revue des conditions
générales et spécifiques)
Conclusion : L’efficacité d’un dispositif de garantie implique une véritable collaboration entre
les établissements prêteurs et l’organisme garant lors des demandes de garanties.

Principe n° 3 : La collaboration entre le prêteur et le garant lors de la mise en jeu de la


garantie

Une garantie n’offre d’intérêt pour le prêteur que si elle peut-être mise en jeu d’une
manière simple et rapide. Cependant, cette mise en jeu ne doit pas présenter de caractère
automatique, sauf à faire perdre par l’établissement prêteur toute responsabilité, notamment
dans la surveillance de l’emprunteur ou dans la mise en jeu des autres garanties dont il peut
disposer.

- 115 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

Comme en matière d’octroi, un bon fonctionnement de la mise en jeu de la garantie


implique par suite la définition puis le respect de procédures strictes et normées, notamment
en ce qui concerne la nature et le format des informations requises par l’organisme garant et
les délais dans lesquels il doit être saisi d’éventuelles difficultés. Là encore, les rapports entre
les établissements prêteurs et le garant doivent être caractérisés par les mêmes principes
énoncés plus haut, à savoir :
 Un souci de transparence,
 Une procédure stricte de décision,
 Une revue régulière de cette procédure,
 Des échanges de vue périodiques entre les établissements prêteurs et l’organisme
garant.

Conclusion : L’efficacité du dispositif de garantie implique également une collaboration


active et confiante des prêteurs et du garant lors de la mise en jeu des garanties.

Principe n° 4 : Le succès d’un dispositif de garanties aux PME implique une véritable
communauté de vues entre les établissements prêteurs et l’organisme garant sur les
objectifs poursuivis et les moyens mis en œuvre.

Principe n° 5 : Le succès d’un dispositif de garanties aux PME implique une confiance
réciproque entre les deux parties.
Celle-ci doit en fait reposer sur un partage adéquat des responsabilités, la mise en
commun d’informations aussi bien globales que particulières et une évolution régulière du
dispositif.

Principe n° 6 : Un dispositif de garantie ne peut contribuer à soutenir le développement


des PME que s’il est conçu de manière durable et est assorti de conditions stables, de
manière à pouvoir être bien connu et compris de l’ensemble des intéressés. Permanence et
régularité seraient donc le fruit d’un consensus entre établissements bancaires & organismes
de garantie.
Pour conclure cette partie, j’ajouterai que l’efficacité d’un système d’aides financières,
notamment consenti sous forme de garantie, ne dépend pas uniquement de l’optimisation de la
relation entre prêteur, emprunteur et fonds de garantie, mais elle est aussi partiellement

- 116 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

tributaire de l’existence d’autres formes d’aides, notamment en matière de formation et


d’assistance technique.

C. Pour aller plus loin…


Le Département britannique du développement international a identifié lors d’une
étude récente41, une série de facteurs de succès (combinés à des facteurs d’échec) relatifs à la
fois à l’environnement économique (macro) et au système de garantie lui-même (micro). Le
respect de ses facteurs peut, selon l’étude, mener l’organisme de garantie à réussir sa mission
consistant à développer et à rationaliser le secteur financier. Les facteurs retenus (par ordre
décroissant d’importance) peuvent être présentés comme suit :

Facteurs de succès Facteurs d’échec


Facteurs Macro-environnementaux
Un environnement bancaire ouvert et compétitif Un secteur bancaire étroit contrôlé par quelques
composé de banques indépendantes et intéressées intérêts des lobbies et où les banques génèrent
principalement par l’extension de leurs activités et suffisamment de profits avec leur clientèle
marchés ; limitée existante ;
Un tissu économique dynamique avec des Un tissu économique étroit ne subissant pas de
opportunités pour les nouveaux entrants ; pressions pour évoluer et devenir plus ouvert ;
Une politique économique où les initiatives sont Politiques économiques absentes ou
coordonnées et où d’autres initiatives fragmentées n’émettant pas de signes clairs sur
gouvernementales ou des bailleurs de fonds l’importance des PME et sur les moyens
n’encombrent ou ne gênent pas les efforts orientés d’accompagnement et où plusieurs approches en
vers les besoins du marché à travers des prêts ou compétition ou en conflit cœxistent ;
services subventionnés ;
Un environnement monétaire et réglementaire Liquidités restreintes pour les PME et/ou des
favorisant le financement des PME. Avec taux d’intérêt excessifs décourageant
notamment des liquidités suffisantes et des taux l’ouverture de nouveaux marchés ;
d’intérêt stables permettant une tarification basée
sur le couple risque/gain ;

41
‘Do credit guarantees lead to improve financial access to services?’- Cas d’étude : Chili, Egypte, Inde et
Pologne . Fred Bennett, Alan Doran et Harriet Billington ; Groupe chargé des Affaires financières au niveau du
Department For International Development, Grande Bretagne – Février 2005.

- 117 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

Facteurs de succès Facteurs d’échec


Un climat d’affaires (politique, légal, réglementaire Corruption et/ou incompétence chronique qui
et social) favorable à toutes les entreprises y déforme les forces du marché et découragent les
compris les micro et PME ; M&PME de sortir de l’informel ;
Soutien fourni par une agence gouvernementale Intervention d’une instance gouvernementale
(Ministère des Finances ou Banque Centrale) mal informée qui adopte des approches ad-hoc
démontrant un réel intérêt envers les PME par aux problèmes du secteur financier et utilise ce
l’adoption de mesures novatrices et adaptées ; dernier comme un outil de sa politique
économique ;
Centrale d’information permettant aux banques un Absence d’informations sur les PME ou
accès à des informations fiables en vue de mieux information partielle ou peu fiable sur les
estimer les risques liés aux PME. risques financiers pour les banques.
Facteurs Micro-environnementaux (relatifs aux organismes de garantie)
Forte orientation vers le dynamisme à travers Manque de transparence ou de concurrence ;
l’encouragement de la compétition entre les
banques et grâce à une grande transparence ;
Une approche "marché" de la conception du fonds Une approche "sociale" favorisant les objectifs à
de garantie pour créer une rationalisation du secteur court terme et utilisant le secteur financier
financier ; comme canal de cette politique ;
Une compréhension et une empathie avec les forces Une insistance sur les obligations sociales des
du marché, notamment les fournisseurs de services banques ou sur la conformité avec les lois et les
financiers ; politiques ;
Orientation client (banque) continue et innovation Objectif concentré uniquement sur
dans le sens d’offrir des services mutuellement l’augmentation du nombre de dossiers sans
intéressants, y compris l’information aux banques recherche d’un développement plus large ;
sur les risques des PME ;
Une approche à long terme visant la durabilité et la Une approche à court terme limitée à la durée de
viabilité du système et toujours directement liée à vie du programme (mécanisme de garantie),
la rationalisation du secteur financier, même pour sans viser la rationalisation du secteur
les programmes à court terme ; financier ;

- 118 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

Facteurs de succès Facteurs d’échec


Une approche participative qui vise un partenariat Une approche "paternelle" imposant
équilibré entre les bailleurs de fonds, les banques et l’organisme de garantie aux banques hésitantes
l’organisme de garantie en vue d’atteindre des qui ne comprennent pas ou n’acceptent pas les
objectifs arrêtés d’avance ; objectifs du système de garantie ;
"Appropriation" (dans le sens d’un intérêt et d’une Usage sous contrainte ou "forcé" de la garantie
participation actifs) du système de garantie par les par les banques à travers la politique du bâton
banques42 résultant de bénéfices clairs en termes (pressions politiques et réglementaires) et de la
d’assistance dans l’investissement de nouvelles carotte (bénéfices non transparents et non liés à
niches de marché profitables pour les banques ; la rationalisation du secteur financier) ;
 Durant la phase de lancement, influence  Absence de compréhension ou
positive d’un "champion" (ou champions) parmi d’appui à la logique commerciale du
les banques pour promouvoir le système de système de garantie par les banques ;
garantie sur des bases commerciales ;
 Transfert intensif de l’expertise en matière  Gestion axée exclusivement sur
d’octroi de prêts aux PME en termes de des objectifs d’augmentation du volume de
mesures, procédures, méthodologies et crédits sans se soucier de la viabilité ou de
systèmes. l’efficacité des processus.

Section II. Pour une amélioration de l’attractivité de la BCV


§1. Comment faire de l’introduction en bourse un choix
stratégique incontournable pour l’entreprise?

Sur la base du diagnostic établi, qui fait ressortir les forces et faiblesses de la place
boursière marocaine et en se référant aux meilleures pratiques internationales, quelques
recommandations visant à améliorer le fonctionnement du marché boursier et à renforcer son
attractivité peuvent être avancées. Il s’agit notamment de :
- Encourager les entreprises à s’introduire en bourse : Le tissu productif marocain compte de
nombreuses entreprises qui remplissent les conditions d’admissibilité à la bourse, mais qui
sont encore réticentes à ouvrir leur capital au public. A cet effet, le renforcement du dispositif
incitatif pourrait accroître l’intérêt de ces entreprises pour la cotation à la bourse.

42
Même si les banques sont les plus citées dans cette synthèse, les mêmes considérations s’appliquent aux autres
prêteurs susceptibles de recourir à la garantie (sociétés de capital risque, de leasing…).

- 119 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

- Renforcer la liquidité du marché : faciliter l’entrée et la sortie des investisseurs, élargir le


nombre de titres en circulation en réduisant la valeur nominale de certaines actions cotées ;
augmenter le flottant des sociétés cotées en diminuant la part détenue par l’Etat et les entités
publiques, diversifier les valeurs cotées (actions avec ou sans droit de vote, actions avec
dividende prioritaire,…) ; accroître le rôle des "market makers" dans l’animation du marché.

- Développer de nouveaux produits financiers pour permettre aux différents intervenants de


choisir entre des instruments plus diversifiés en terme de risque et de rendement. je rappellerai
à cet effet que BMCE Capital avait lancé, il y a trois mois de cela, une opération sans
précédents à la BVC. Il s’agit d’options européennes sur les actions cotées à la BCV ; une
nouvelle sur le marché local et le marché boursier arabe également.
La création d’un marché des produits dérivés devrait également contribuer à l’animation de la
place boursière marocaine.

- Poursuivre la modernisation du marché financier en vue de se mettre en conformité avec les


normes des marchés internationaux. Il s’agit en particulier d’approfondir l’amélioration du
cadre réglementaire et institutionnel et de renforcer la sécurité et la transparence du marché et
des intervenants (bonne gouvernance, contrôle, audit, code de bonne conduite…).

- Renforcer le système d’information boursière à travers la diffusion de l'information, de


manière claire, exacte et opportune, à toutes les parties prenantes. A cet effet, le
développement de l’utilisation des nouvelles technologies d’information s’avère
indispensable. La fiabilité de l’information microéconomique communiquée est un élément
primordial pour le bon fonctionnement et l’attrait du marché.

- Améliorer la gouvernance des entreprises : promotion de la transparence et de l’efficience


des marchés ; protection et facilitation de l'exercice des droits de l’actionnaire ; traitement
équitable de tous les actionnaires ; reconnaissance des droits des actionnaires établis par loi ou
par des conventions ; s’assurer que l'information opportune et précise concernant la société
et plus spécialement sa situation financière, ses performances, sa propriété et sa gouvernance
est diffusée ; s’assurer que la gestion est efficacement surveillée par le conseil
d’administration (ou de surveillance) et que la responsabilité revient, in fine, à l’entreprise et
aux actionnaires.

- 120 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

- Mettre en place un climat d’investissement favorable : Parmi les facteurs institutionnels qui
pèsent sur le climat des affaires, figurent le fonctionnement de l’Administration, la qualité du
système judiciaire, la liberté économique (marchés concurrentiels et droit de la propriété), la
législation sur le travail et le fonctionnement du secteur financier. L’amélioration de ces
facteurs est de nature à impacter positivement l’investissement privé, national et étranger.

- Promouvoir la culture boursière : lancement des campagnes de sensibilisation quant aux


opportunités d’investissement en bourse ;

- Développer l'intégration financière régionale : Dans un contexte de convergence des


rendements de capitaux sur les marchés mondiaux, les investisseurs internationaux seront
disposés à diversifier leurs portefeuilles en misant sur les marchés financiers qui présentent un
éventail de risques/rendements conséquent.

§2. BVC / PME : Quels efforts restent-ils à fournir ?

A travers le diagnostic de l’attractivité du marché boursier marocain vis-à-vis de la


PME marocaine, nous avons pu constater l’existence de certains obstacles, empêchant la PME
de profiter de ce mode de financement. Quels seraient donc les efforts restant à fournir par la
BVC afin de susciter l’intérêt de cette catégorie d’entreprises ?
Parmi les faiblesses citées figurait l’incapacité d’une grande partie des PME
marocaines de répondre aux critères d’éligibilité du troisième compartiment. En effet, les
critères d’introduction en bourse des PME marocaines ne leur permettent pas de percevoir les
avantages fiscaux dont elles pourraient bénéficier, une fois cotées (réduction de l’IS de 25 % à
50 % pour les introductions en bourse respectivement par cession et augmentation de capital).
La BVC devrait donc procéder à une étude ‘pragmatique’ pour stratifier le marché des PME
marocaines et y distinguer les entreprises selon leurs besoins de financement pour mieux
adapter les critères d’introduction à cette catégorie d’entreprises plus représentatives de notre
économie.
Par ailleurs, un marché boursier n’a pas uniquement pour rôle le financement de
l’investissement des entreprises, mais doit également permettre la mise à niveau de
l’entreprise, et plus spécialement la PME.

- 121 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

Section III. Capital-investissement : un potentiel de


croissance, sous conditions…

Le développement de l’activité de Capital-investissement au Maroc est conditionné


par différents facteurs :
- Un changement de mentalité parmi les entrepreneurs en faveur d’une autorisation de
contrôle d’une partie extérieure à la famille afin d’améliorer la compétitivité de leurs
entreprises;
- La mise en place d’un cadre juridique qui définit clairement le rôle du Capital
investissement, en tant que mode alternatif de financement ;
- La mise en place d’un second marché visant à encourager les sociétés de taille moyenne –
facilitant ainsi la sortie des bailleurs de fonds ( l’introduction en bourse étant une voie de
sortie envisageable) ;
- L’amélioration de la capacité de canalisation des projets d’entreprise . Ce rôle devrait être
rempli par les chambres de commerce, par l’orientation des créateurs vers les capital-
risqueurs, permettant ainsi d’assurer le « deal-flow » nécessaire pour le développement de leur
activité ;
- La simplification des démarches administratives nécessaires à la création d’une entreprise et
la mise en place de structures encourageant l’esprit d’initiative chez les jeunes marocains ( par
exemple des incubateurs au sein des grandes écoles ou des jeux concours récompensant les
meilleurs business plans …) ;
- La modification dans la perception du Capital-investissement : la perception du Capital-
investissement dans une relation de complémentarité et non d’adversité par rapport aux autres
modes de financement) ;
- La communication par rapport à l’activité de Capital-investissement : L’activité de Capital-
investissement reste méconnue de la part d’une grande partie de sa cible, dont
particulièrement la PME. Pallier à cette carence pourrait être le rôle de l’ANPME par
exemple, qui fournit déjà des informations substantielles sur les outils de financement pour les
PME en général et sur le Capital-investissement en particulier. L’Association Marocaine du
Capital-Risque (AMIC) pourrait également participer à ces activités.

- L’établissement de Marché de Fonds qui permettrait la cotation d’Organismes de Placement


en Capital Risque et de Fonds de Placements Collectifs en Titrisation.

- 122 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

- Evaluer les carences concernant le financement en Capital-investissement de certains


secteurs ‘peu fiables’ (tels les secteurs de la haute technologie) et définir une politique de
soutien particulière.

- La participation directe et indirecte du secteur public dans l’industrie du Capital-


investissement a été adoptée au Maroc ; l’objectif de cette participation étant de stimuler la
croissance du secteur du Capital-investissement. Les mesures de soutien public incluent, en
particulier, la participation du gouvernement dans des fonds de partenariat en capital-risque
avec une partie privée (par exemple un fond « hybride »). De tels schémas sont souvent
destinés aux sociétés de Capital-investissement se trouvant à une phase précoce de
développement, qui rencontrent des difficultés pour attirer des capitaux privés. Cependant, ces
programmes ne devraient plus être nécessaires au Maroc, vu que les sociétés de
Capital-investissement locales semblent actuellement être capables de lever le capital
nécessaire.

- 123 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

Conclusion :
Dans un contexte de concurrence accrue et en vue de promouvoir la PME composante
principale du tissu économique national, l'amélioration du financement de la petite
et moyenne entreprise s'impose.

Les efforts entrepris par les pouvoirs publics, jusqu'à présent, ont permis de consolider
l'environnement financier et général des entreprises. Ils ont, aussi, favorisé le renforcement
des ressources financières bancaires dédiées à la PME grâce à la diversification des produits
bancaires, au recours aux lignes de crédits bilatérales et à la mise en place de fonds de
garanties. La mise en place du capital-risque, du crédit-bail, du marché boursier
et du micro-crédit a visé la satisfaction des besoins financiers des PME selon leur niveau de
développement.

Toutefois, l'évaluation de ces dispositifs financiers a montré une difficulté d'accès des
PME aux crédits à l'équipement et ce malgré l'augmentation de la part des crédits à moyen
terme dans l'encours total des banques. La part des PME bénéficiaires du marché boursier, du
capital-risque et du crédit-bail reste faible et la satisfaction en matière de financement est
insuffisante.

Face à cette situation et pour favoriser la mise à niveau et améliorer la compétitivité


des PME soumises aux exigences du libre échange, des efforts complémentaires visant la
promotion des fonds privés au service de la PME méritent d'être mis en oeuvre. Ces efforts
devraient converger vers l'appui au financement des PME, la mobilisation des fonds
bancaires, la dynamisation du capital-risque et la consolidation voire la révision du rôle des
institutions de micro-crédit.

D’autre part, la « carence en financement » ne résulte pas nécessairement d’un manque


de fonds mais peut également résulter d’un manque de projets disposés à l’investissement. En
réalité, bien souvent les entrepreneurs ne sont pas familiers avec les divers aspects du
financement ainsi qu’avec la capacité d’articuler un business plan qui répond aux exigences

- 124 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

des banquiers ou des investisseurs ; d’où la nécessité d’impliquer toutes les parties prenantes,
dans le cadre d’une politique globale et cohérente, pour la mise à niveau de la PME
marocaine.

- 125 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

Bibliographie
 BERRADA Mohamed Azzedine, ‘Les Nouveaux Marchés des Capitaux au
Maroc’, Ed. SECEA, 1998, Casablanca, 782 pages.

 Thierry Cotty & Marine Corrieras, ‘Introduire son enterprise en bourse ; Quels
marchés pour les PME de corissance’, Ed. Lamy,1999, France, 207 pages.

 ‘Do credit guarantees lead to improve financial access to services?’- Cas


d’étude : Chili, Egypte, Inde et Pologne . Fred Bennett, Alan Doran et Harriet
Billington ; Grande Bretagne – Février 2005.

 Rapports d’activités de Bank Al Maghrib (2002, 2003, 2004, 2005)

 An Overview of SME Credit Guarantee and Credit in APEC, Chris Hall,


AFDP Shanghai Credit Guarantee Conference, 26-28 October 2005

 Corporate Credit Guarantees in Asia, Ilyock Shim, BIS Quarterly Review,


December 2006

 Douglas GREENWALD, ‘Dictionnaire Economique’, Ed. Economica, 1987,


France, 750 pages

 Revue de presse ( l’Economiste, la Vie Eco, Economie & Entreprises…)

- 126 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

ANNEXES

- 127 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

Guide d’entretien : (banques)

1. Selon vous, quels sont les principaux handicaps à l’avancement des PME ?

2. Quelle place occupent les PME dans votre politique en matière de crédit
entreprises ?

3. Quelles sont les lignes de financement que vous mettez à la disposition des
PME ?

4. Pensez-vous que vos programmes de financement correspondent aux besoins


des PME?

5. Quelle est la part des crédits PME dans l’ensemble des crédits que vous
octroyez ?

6. Quel est votre taux de rejet relatif aux demandes de crédit PME ? Quelles en sont
les raisons ?

7. Comptez-vous développer l’activité crédit aux PME ?

8. Quels sont les partenariats entrepris par votre banque avec les fonds de
garantie ?

9. Quels sont les avantages qu’offrent les mécanismes de garantie en termes de


partage du risque ?

10. Dans quels cas orientez-vous la PME vers la garantie institutionnelle ?

11. Est-ce que Le système bancaire privilégie la garantie réelle à la garantie


institutionnelle ? Si oui pourquoi ?

12. Que pensez-vous du système de garantie institutionnel ? Quelles sont selon vous
les faiblesses de ce système ? (Lourdeur administrative, conditions d’accès
contraignantes….)

13. Quelles sont vos propositions pour remédier à ces faiblesses et améliorer ainsi le
système ?

- 128 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

Guide d’entretien :

1. Selon vous, quels sont les principaux handicaps au développement des


PME ?

2. Quels sont les rapports que vous entretenez avec les bailleurs de fonds
marocains et étrangers ?

3. Quels sont les avantages qu’offrent les mécanismes de garantie en termes de


partage du risque

4. Pensez vous que le volume de dossier traité reflète le besoin en garantie des
PME ? Pourquoi ?

5. Quel est le taux de rejet au sein de votre établissement ? Quelles en sont les
causes ? Quelle en a été l’évolution ces dernières années ?

6. Considérez-vous Que les banques marocaines/ PME ont une connaissance


adéquate des produits que vous offrez ?*

7. Pensez vous qu’il faudrait simplifier la procédure d’accès à la garantie ? si oui


comment ?

8. Est-ce que vous comptez mettre en place de nouveaux instruments de


garantie et de co-financement pour soutenir l’investissement et la mise à
niveau des PME ?

9. Est- ce que vous menez des actions d’information et de sensibilisation des


banques à l’importance des mécanismes de garantie ?

10. Jusqu’où le fonds pourrait-il aller dans sa mission de garantie des crédits aux
PME? En a t-il les moyens ?

11. Quelles sont les mesures à prendre pour développer votre capacité financière
et technique en matière de garantie des crédits destinés au financement des
PME ?

- 129 -
ISCAE Mémoire de fin d’études

Guide d’entretien (CGEM) :

12. quels sont les principaux handicaps au développement de la PME ?

13. Considérez-vous que les programmes de financement proposés par les


banques correspondent aux besoins des PME ?

14. Considérez-vous que le manque de garanties et d’information sur les PME


sont à l’origine des imperfections du système bancaire ?

15. Que pensez-vous du système de garantie institutionnel ? Quelles sont selon


vous les faiblesses de ce système ? (Lourdeur administrative, conditions
d’accès contraignantes….)

16. Quelles sont vos propositions pour remédier à ces faiblesses et améliorer
ainsi le système ?

- 130 -