Vous êtes sur la page 1sur 1953

Droit fiscal général

Mot de passe : fiscal


Présentation générale
Chapitre 1 : Définitions
Section 1 : Le droit fiscal
Le droitses
impose
privées fiscal
loisest
(succession à la
mais croisée
c’est
etc…), des chemins
également
concerne entrele
une matière
également droit
de privé
droit
droit et droit
privée
comptable.carpublic. Droit
concerne public
tous parce
ce qui que
est de c’est l’Etat
l’ordre qui
des affaires
Le droit
aux fiscal est l’ensemble
recouvrements, des règles
aux contrôles et auxrelatives à l’impôt
contentieux c’est-à-dire à l’établissement,
de l’impôt.
Section 2 : La notion d’impôt
I) Définition
La définition nous
particuliers
couverture parest
des donnée
voie par VEDELà: titre
d’autorité,
charges publiques «».L’impôt est une
définitif prestation
et sans pécunière
contreparties, requise
en vue des
de la
L’impôt estL’impôt
militaire). une prestation
contribuable. pécuniaire.
est requis Au Moyen-Age,
par voie d’autorité. il s’agissait
Il présente un d’une prestation
caractère en nature (le
obligatoire service
pour le
L’impôt est perçu à titre définitif c’est-à-dire qu’il n’y a pas de remboursement possible (sauf erreur).
L’impôt
en est perçu
échange dusans contrepartie
paiement de directe.
l’impôt.Le contribuable ne reçoit pas un service proportionnel
En vue de laterritoriales,
collectivités couverture des charges publiques,
en particulier, l’impôt
à payer les sert qui
services principalement à financer
ne peuvent pas les dépenses
être vendus (tel que de l’Etat et des
la Défense).
Distinction avec d’autres types de prélèvement
A) Les autres catégories de prélèvement
B) La taxe
La définition nous
l’occasion de laest donnée par Grosclaude
prestation : « La
d’un service taxe
par est un prélèvement
la collectivité publique obligatoire
». perçu à
La TVA et la taxe foncière ne sont pas des taxes mais des impôts.
La redevance
La définition
une entité nous est donnée
publique par Grosclaude
au client qui en :fait
« Lalaredevance est le prix d’un service rendu par
demande ».
Ici, il n’y a pas de caractère obligatoire, on retrouve uniquement la notion de service rendu.
Quelques exemples : Redevance TV, la crèche.
Ce qui est important est l’équivalence financière entre la redevance et le service rendu.
Les cotisations
Lessont
pour
qui cotisations
obligatoires.sociales
l’acquisition sont les versements
ou le maintien faitsde
des prestations aux organismes
sécurité de Ce
sociale. sécurité
sont des sociale
versements
Les administrés
certains risques reçoivent une contrepartie
(maladie, maternité, directe
décès, chômage, qui
logement consiste en l’assurance de
etc…).
Il ne faut pas
servent confondre le
à combler lesdéficit
cotisations
desociales avec lesSociale.
la Sécurité contributions sociales ! Les contributions sociales
A) Le principe du tiers exclus
Ce principe
principe a ».
été :défini
indique
juridiques par lemême
« qu’un Conseilprélèvement
Constitutionnel ne
en 1970,
peutil apas
ensuite été repris par
appartenir le Conseil d’Etat.Ce
à plusieurs catégories
Section 3 : La dépense fiscale
La dépense fiscale est le contraire des recettes fiscales.
Le
deConseil
œuvre
allégementdes impôts
entraîne
la norme de nous
pour
sa indiqueune
l’Etat
cotisation
fiscale générale que la dépense
». perte
sociale fiscale
derapport
par recette està:fiscale
«cetous dispositifs
quiet dontde
pour résulter
aurait la l’application
miseun
le contribuable en
La dépense fiscale correspond à ce que l’on appelle les niches fiscales.
Exemple
donc : En France,
de diminuer les enfants
l’impôt. sont
On peut un bon placement
également fiscal,
investir dans lesils permettent
œuvres d’arts.d’augmenter le quotient familial
Au titre des niches fiscales, on trouve :
- Les abattements
- Les dégrèvements
- Les crédits d’impôts
- Les taux réduits d’imposition
- Le quotient familial
- Les impôts de faible recouvrement (inférieur à 61 euros).
- Il y a près
niches de 500
fiscales niches fiscales
représentent prèsqui coutent
de la moitiérelativement chers près de 66 milliards par année.14 de ces
de ces dépenses.
- Chapitre 2 : Historique du système fiscal français
-
- Section 1 : L’Ancien droit
-
- A
au partir
d’autorité
dominé,
pour des
il du
les années Carolingiens
souverain,
vaut
suivantes. puis
du
mieux demander auau cours
dominant
dominé du
sur
un Moyen
le
impôtdominé. Age,
car si l’on l’impôt
Plutôt
pille que
les deest
terres, unce
piller
il ne acte
quiplus
reste appartient
rien
- Avec
le l’impôt
même taux on prélève
l’année une partie, permettant au dominé de vivre pour l’année afin de pouvoir prélever
suivante.
- A partir des années 1090, l’impôt est prélevé à 4 niveaux :
- Le Roi
- L’Eglise
- Les propriétaires des fiefs (duc, baron etc…)
- Les villes
- Au n’est
fur et àune
demande
Ce mesure
plus les impôts
négociation
un acte se multiplient,
de l’impôt
d’autorité unseacte
rajoutent.
c’est-à-dire
mais qu’ils Très
aient
d’intérêt rapidement
ungénéral. au 14
mot à dire sur le ème siècle,
niveau desla prélèvements.
noblesse
- Dèsnégociation
de 1439,
vides on repasse
etune
entrainant à un acte
les impôts
période deimposé,
seront l’apogée
de plus
famine, seralourd,
enl’une
c’est plus sous
des Louis
la 14.Jusqu’à
pression
raisons pour fiscalelaest
laquelle Révolution,
immense,
éclate il
lesn’y aura
caisses
la révolution plus
sont
de 1789.
- Exemple d’impôts : les aides, le centième denier, la corvée royale, la gabelle.
- Malgré lespropositions
nouvelles
Généraux. réformes proposées par ne
de Brienne Calonne
trouve(1pas
er
Ministre
preneur.de Louis
Tous 16)conduit
cela on ne trouve pas de compromis,
à la constitution des Etats les
- Suite à cela,
par on
l’impôt.Ainsi
créer un trouve
l’impôtdans
décret, doit
un l’article
être voté
nouvel 14par
impôt.de le
la Parlement,
DDHC, le principe duseul
un ministre consentement
ne pourrait pasà
- L’impôt est la contribution de chacun aux services rendus par l’Etat (la sécurité, l’éducation, la santé
etc…).
-
-
-
-
-
-
- Section 2 : Les fonctions de l’impôt à l’ère moderne
- La principale
couverture
services quifonction
des de l’impôt
charges
ne peuvent est être
la fonction
publiques,
pas financière c’est-à-dire
les administrations
vendus. permettre
générales ainsi la
que tous les
- La
L deuxième
’idée
aides est
contribuer de
sociales
certaines
d’avions taxesfonction
lesfaire
(CAF plusc’est
etc…)
servent
reversée aux au
pays la
en fonction
contribuer
pauvres,
sont fournis
développement sociale
majoritairement
tout enà pays
grâce
des
développement. c’est-à-dire
continuant
l’impôt.Il
les plus les la redistribution
plusriches,
àégalement
existe fournir
pauvres les
Exemple de
mêmes
un aspect
: taxedes
moins richesses.
faire
services.
international
sur les Les
puisque
billets
- La dernière fonction: public,
l’interventionnisme
les comportements de l’impôt est sa fonction
on trouve l’interventionnismefonction
économique.Cette
diverse chose, équivaut
se fait pour à de
inciter ou décourager
- Décourager : Le tabac, carbone
- Inciter : les œuvres d’arts, le quotient familial.
- Sur le plan international, aujourd’hui c’est l’Union Européenne qui impose les pays entrants
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
- Partie 1 : Les cadres de la fiscalité française
- Titre 1 : Les sources du droit fiscal
- Chapitre 1 : Les normes constitutionnelles
- Le droit fiscal est régi en bonnes parties par des principes issu du bloc de
constitutionnalité.
- Les lois
c’est unefiscales
Conseil sontJusqu’à
tradition. systématiquement
Constitutionnel. transmises
présent l’opposition au Conseil
défère Constitutionnel,
systématiquement ce n’est
tous les pas
ans, la loiune obligation,
fiscale au
- Section 1 : La DDHC
- L’article 13
- L’égalité des citoyens devant l’impôt
- Le principe d’égalité
Ce principeest
commune
citoyens. d’égalité on le trouve
indispensable etdans l’article
qu’elle doit 13 quiégalement
être nous indiquerépartie
qu’une contribution
entre tous les
Dans
il ne une
principe décision
s’agit
fonction depas de
d’égalité 1973,
d’une
la finalité le
devant Conseil
stricte Constitutionnel
l’impôt.En outre,
égalité.Au
contributive de a contribution
le Conseil
contraire,
chacun. la reconnu
indiquelaque
valeur constitutionnelle
si chacun
peut être en du
doit contribuer,
pondéré
Exemple : En
progressif 1991, le sur
de l’impôt Conseil Constitutionnel a reconnu qu’il était valable qu’il y ait des tranches et un caractère
le revenu.
Une différence de traitement doit être justifié par une différence de situation.
En réponse
par les gros àclubs
une QPC de 2010,
puisque l’AS Metz
ces derniers sontneassujettis
voulait pas
à lapayer une taxe
TVA mais sur lesentreprises
les petites salaires. Cette taxe
ne le n’est
sont pas.pas payée
Le gouvernement
salaires. En qui
entreprises 2010,
constitutionnelle avait
seàle CC adécidé
décidé
trouvent dans
condition que
que lesceux
que
une le qui n’était
législateur
situation
critères pas
peut assujettis
Il a doncàdedécidé
assujettir
différente.
soient objectifs. lamanière
TVAque
devraient payer
différente
cette taxe la une
àsur taxe taxe sursalaires
sur les
les salaires les bien
était des
Exemple
àl’égalité
effet
carbone
et les :serre.
En
dedevant
donc
émissions2009,
les le Conseil
charges
Cependant
finalement seul
de chauffage. Constitutionnel
publiques.Cette
grâce
7% aux
Ainsi Conseil aConstitutionnel
taxe
deslelobbys, censuré
plus
émissions carbone
de 93%
étaient laavait
taxeémissions
des
taxés.La acarbone
été
censuréparce
mise en
de CO2
contribution
cette qu’il
place poura caractérisé
étaient
n’aurait
taxe quelesune
réduire,
exonérés
porté
pour rupture de
sur rupture
émissions
la taxe
les degaz
de
carburants
d’égalité devant
les charges publiques.
Les exceptions au principe d’égalité
➢ Rupture d’égalité pour situation différente
Rupture d’égalité
➢ économiques pour motif d’intérêt général : la rupture est justifiée si l’on poursuit des objectifs
ou sociaux.
➢ Exemple : Lorsqu’on est bailleur social (louer à faible cout), on est exonéré de taxe foncière pendant 20 ans.
➢ La lutte contre la fraude fiscale  Validé par le Conseil Constitutionnel en 2011

➢ Le principe de nécessité de l’impôt
Dans l’article
services 13, on» trouve
publiques
fonctionnement cela la phrase
dessignifie que «si
services une
la contribution
contribution
publics commune
alors elle n’est est
pas indispensable au fonctionnement
indispensable
constitutionnelle.au des
Ce principe de nécessité
fondamentales parce que s’ilde
estl’impôt doit être
vrai que l’impôt concilierilavec
est nécessaire, y a descertains droit ou
règles à respecter liberté :
notamment
- Le respect de la vie privée des citoyens
Affaire
comptes
virementsEva
clients, le
peuvent Fisc : Fichier
bancaires ainsi
bancaires.HSBC
Conseil
être d’Etat
vendues qui
neque recense
lelemontant
avait
juge
peuvent fait toutes
pasun
fichier les
recours
comme
être personnes
desdiffusés).
soldes des
devant
étant qui
comptes
le car
légal ilont
Conseil des comptes
bancaires
d’Etat
présente pour à l’étranger
chaque
non-respect
certaines garanties(adresse,
année, mais
de
(les enfants,
laégalement
vie privéetous les
de ne
informations ses
Affaire
paie.Le
qu’il du Canard
Conseil
s’agissait
indemnité au enchainé
d’Etat
d’une
canard : Il a publié
a condamné
information
enchainé. les noms
le Canard
essentielle pour des plus
enchainé. La grands
cour
les citoyens chefsainsi
d’entreprise,
européenne
français des
la droitsainsi
France a de que leur bulletin
étél’homme
condamné deune
a considéré
à payer
Le respect d’aller et venir
Lorsqu’on
le fait
passeport l’objet
d’un de sanction
contribuable. Enpénal,
1986, on peut nous
le tribunal desconfisquer
conflits a le passeport.
considéré queDans les années
la restriction 1984,
était onimportante.
trop avait retiré
Le droit de propriété, il est consacré à l’article 1er et 17 de la DDHC.
En
de 2005,
desleur il de
patrimoine yimposant
revenu
droits al’Homme
un couple
annuel.Leissu
qu’il de devait
avait
couple
mais la noblesse
a réalisé unayant
payer
malheureusement l’ISF.
recourshérité
ni l’une del’autre
Endevant
1997,
ni pas
les mal
n’ade
impôts
la cour choses
qu’ils (châteaux,
devaient
cassation
reconnu ce terres),
payer
puis devant
caractère se ce couple
la sont
cour élevés par le
à 85%
européenne
confiscatoire.
I) L’article 14 de la DDHC
Cet article
l’impôt
une garantie concerne
est enfin reconnu le
pour laen principe
France.
nation duce
Dans
contre consentement à l’impôt. Ce principe
contexte révolutionnaire,
l’absolutisme et la tyrannie cet du consentement
article
de la à
est conçu comme
royauté.
En 1789, les citoyens contrôlent mais ils n’en sont pas encore au point de faire la loi.
Aujourd’hui, ce principe est considéré remplis à partir du moment où la loi fait l’impôt.
Ce principe le
représente est une garantie puisque la loi émane du parlement et que le parlement
peuple.
Section 2 : La constitution française du 4 octobre 1958
I) L’article 34 de la constitution
C’est le principe
compétent de légalité
pour créer, de l’impôt.Ce
modifier, supprimerprincipe signifie que seul le législateur est
un impôt.
Le
deçàConseil
traits
taux. àde
cetsa Constitutionnel
compétence.
impôt, sanctionne
Dès
il doit dire cequ’il surtout
ques’agit
l’impôtd’unlesimpôt,
textes l’Etat
concerne, dans lesquels
doit
les modalités lede
fixer les législateur
principes est resté
généraux
recouvrement, en
quile
ont
Exemple
soin : Lele
de fixer Conseil
taux deConstitutionnel en 1987
la taxe additionnelle à alasanctionné le législateur qui laissait aux chambres de commerce, le
taxe professionnelle.
Une
de décision
fixer
rarement
loin du Conseil
les modalités
que
(c’est-à-dire celade
qu’il Constitutionnel
recouvrement
aille
aurait danstrop
donné de
dede
l’autre1998
ladétail
taxe asur
sens, sanctionné
les
dansc’est
les àune
activités à loi
dire
modalités quilégislateur
laissait
caractère
le
de au pouvoir
saisonnier.Il
recouvrement). réglementaire,
quiarrive
serait très
allé trople soin
L’article 55 de la constitution
La loi,
la constitution consacre
ce qui important la valeur
dans le casjuridique supérieur
de la fiscalité des conventions internationales par rapport à
internationale.
Section 3 : Les principes constitutionnels
Ce sont les principes
constitutionnelles quique
parce ne se
le retrouvent pas directement
Conseil Constitutionnel en adans la Constitution
décidé ainsi. mais qui ont valeurs
Onde
et
par retrouve le sont
recettes
année. principe d’annualité
données pour unedeannée
l’impôt qui signifie
civile, que les que
cela explique autorisations deloidépenses
nous avons une de finance
Le CC il
consacre
sincère
dont le principe
au Parlement,
dispose ». detoutes
sincéritéles
de charges
la loi de finance : «ressources
et les Le gouvernement doit des
en fonction indiquer de façon
informations
On retrouve aussi l’objectif à valeur constitutionnel d’accessibilité et intelligibilité de la loi.
Chapitre 2 : Les traités internationaux
Les traités internationaux sont principalement des conventions bilatérales.
Ces 140 conventions bilatérales ont deux objectifs :
- D’éradiquer
imposer
théorie, leses
vont établir la principe
double
résidents
contribuable
le mais imposition
prétend
va payer
qui aussi : àEn
imposer
sesgouvernera
impôts matière
deuxses d’impôt sur
non-résidents
endroits.Ces
les relations le revenu,
qui les chaque
travaillent
conventions
entre Etats
chez prétends
lui. Dans
internationales
deux pays. la
- La deuxième ambition de ces traités internationaux est de lutter contre la fraude
fiscale.
- Le domaine
l’impôt
TVA. desociétés.Ces
sur les prédilection conventions
des conventions c’est
ne traitent l’impôt
jamais sur (existe
de l’ISF le revenu et parallèlement
en France seulement), de la
- Ces conventions
administrations
l’application
d’affaires mettent en place
fiscales
effective
spécifiques. laun
deafin systèmeles
d’éviter d’échange
convention.Onzones de d’informations
non
crée souvent desdroit et qui
comités entre
vont les
d’assurers’occuper
- Les paradis fiscaux
Certains Etats
prospèrent restent
parce qu’ilsdes
se territoires
tiennent à àl’écart
fiscalité
desprivilégié,
conventionsce sont en principe, des micro-Etats qui
internationales.
Dans ces Etats,
étrangers l’imposition
d’organiser est de
l’évasion très faible
leur parfois nul ce qui permet aux contribuables
revenu.
Cette pratique
société suppose
interposée des perdre
pour montages
la assez
tracesophistiqués
des revenus : il que
va falloir
l’on nefaire intervenir
souhaite un certain nombre
pas soumettre de
à l’impôt.
Il existe une liste noire des paradis fiscaux : le Botswana, les iles Marchal etc…
Il existe
liste un certain
noire.Dans
première
égalementplace
: l’Etat nombre
laaméricain
liste des dix de paradis
dumeilleurs
Delaware officieux
paradis
puisquefiscaux c’est-à-dire
donnés
cet Etat qu’ils
par lefiscalité
n’a aucune magazine ne
les sont
surFORBES, pas
on dans
retrouve
sociétés.On àla
retrouvela
- Le Luxembourg
- L’Irlande
- La City of London
- La Belgique
- Les îles Caïmans
- Les Bermudes
- Singapour
-
- Section 2 : Les traités communautaires
- Il y a une influence
préservé
Etats. et nongrandissante
harmonisé depuis quelques
car c’est unannées.Le
domainedroit fiscal reste
appartenant à lacependant
souveraineté des
- L’Union Européenne
équivalentes
harmonisationà un
qui fonctionne surdroit
très a mis
l’impôt
bien). en place
de douane
sur un de
afin tarif douanier
débusquer
la consommation commun,
les éradiquer
mesures
(officiellement toutes
de protection
puisque c’était taxes ou mesures
déguiser.Il
déjà un impôty ainternational
également
- L’Unionde
maisons Européenne a également
jeu), cependant harmonisé
il y a beaucoup (taxes sur l’alcool,
les accises propres
de dérogations à chaque tabac, les
Etat.
-
- Chapitre 3 : Les normes législatives et réglementaires
- Ces normestous
regroupent sontles
maintenues
impôts et dans un code,à illas’agit
comprenant du Code
fin toutes Général desfiscales.
les procédures Impôts qui
- Malgré ce regroupement
codification dans un seul code, le droit fiscal reste majoritairement inintelligible.La
est incompréhensible.
-
- Section 1 : L’articulation des normes législatives et réglementaires en droit fiscal
- L’article 34 de la constitution
recouvrement indique que
des impositions de: « le Parlement
toutes natures fixe l’assiette,
(= les taxes) ».le taux, le
- Ces dispositions
avant sontau
contenues
la fin de l’année.Il
rectificatives tout de dans la loi
y a cependant
long l’année. de finance de
possibilité annuelle qui des
prendre est voté
lois impérativement
de finances
- Si
paslepris
place législateur
d’incompétence
dula s’abstient
négative,
loi à temps,
législateur. d’édicter les il
dans ce cas,
le gouvernement règles quiune
ydispose
aura relèvent dedu
censure
d’une sa Conseil
compétence,
possibilité il est coupable
Constitutionnel.Si
afin de faire adopter le législateur
la loi de finance àn’a
la
- C’est le gouvernement
qu’augmenter qui a
les recettes oul’initiative
diminuer enles loi de finances.Le Parlement ne peut
dépenses.
- Parallèlement, on
gouvernement en amatière
la compétence du pouvoir
de finances réglementaire parce qu’en réalité, les interventions du
sont nombreuses.
- Le gouvernement est autorisé à intervenir de diverses manières :
- Initiative de la loi de finances
- En cas de non-respect
temporelle, dans la
il peut faire adopter leloi
casde où le parlement n’a pas respecté la limite
finances
- Fixe les détails de la loi de finances
-
-
- Section 2 : Les spécificités de la loi fiscale
- Application de la loi fiscale dans le temps
Article 2
officiel ».du code civil : « La loi entre en vigueur un jour franc après sa promulgation au journal
Néanmoins
fiscale cet article de
beaucoup n’a pas
loisune valeur constitutionnelle,
dérogent à cet article de 2 ce
dufait,
codetoutes lois peuvent y déroger.En matière
civil.
Les lois
décision
abroger de
dufinances
Constitutionnel29
ceux-ci. rectificatives
adécembre
confirmé
Seulement, à 2012
la loideux : Lesont
reprises
ne saurait expressément
la validité
législateur
priver de peut àde
garantiestout rétroactives.Le
cette pratique,
moment
légales, modifier
les exigences Conseil
en constitutionnelles.
particulier
les dans une
textes antérieurs ou
On retrouvesont
précédent.Ce également
des loisles
parlois interprétatives,
nature rétroactives.ce sont des lois permettant d’éclairer un texte
On acte
un a enfin les lois de validation,
administratif reconnu ouce sont des lois
susceptible qui reconnu
d’être tendent illégal
à valider
parrétroactivement
le juge.
Dans unepas
décision
laboratoires
complémentaire
trouvait et du Conseil
pharmaceutiques
obligatoire
justification Constitutionnel
du
à laterritoire
fingénéral
d’un intérêt de cette de 1998,
français.
année Elle
suffisant on avait
portait
1995.Le
pour unel’année
sur
Conseil mesure fiscale
1995 qui touchait
et prévoyait
Constitutionnel
s’appliquer. a jugé unl’ensemble
que versement
la des ne
rétroactivité
L’assimilation des sanctions fiscales aux sanctions pénales
Arrêt de la CEDH
s’assimilent du sanctions
aux 24 février 1994 « BENDENOUN
pénales ». » : « Les sanctions fiscales s’apparentent et
Les sanctions fiscales connaissent les mêmes aspects (caractère répressif et dissuasif) que les sanctions pénales.
Le contribuable est protégé comme en droit pénal par :
- Le principe de légalité des délits et des peines
- On applique les droits de la défense (droit à être assisté d’un avocat)
- On applique aussi le principe de proportionnalité de la sanction au délit
- On a également la non rétroactivité de la loi pénale plus sévère
- Et on a l’application immédiate de la loi pénale plus douce.
-
- L’interprétation du droit fiscal
L’interprétation de la loi par le juge est fondamentale.
Enlutte
la matière
droits de fiscalité,
contre la des
fondamentaux fraude on va plus
fiscale
contribuables. loin
avec le que dans
statut du le reste du droit
contribuable.Il estpuisqu’il
important faut conjuguer
de respecter les
Le non-respect
l’imposition qui de la procédure entraine l’illégalité de la procédure et donc l’illégalité de
suit.
Aujourd’hui,
équilibre le juge
entre cherchesubi
le préjudice un équilibre entre les intérêts
par le contribuable en présence
et les intérêts  recherche d’un
du trésor.
Le juge fiscal
définitions ouprivilégie le réalisme
aux constructions fiscal. Encréées
juridiques France,
parond’autres
privilégie, l’essence
branches des choses, on ne s’arrête pas aux
du droit.
Exemple : que
considère L’activité de prostitution
si la prostituée est illégale.
a des revenus, elleEn droit
doit un du travail, elle n’est pas reconnue.En droit fiscal, on
impôt.
Chapitre 4 : La doctrine administrative en droit fiscal
La doctrine administrative en droit fiscal est une source spécifique du droit.
Section 1 : Les sources de la doctrine administrative
La Bercy
de doctrine
doctrine administrative
et administrative
indiquent correspond
aux agentsregroupeà l’interprétation
des impôts les du droit
circulaires
comment fiscal
et les
interpréter par l’administration
instructions
la loi fiscale). fiscale.Cette
(= documents qui émanent
Les réponses ministérielles
gouvernement) auxquelles ondestinées auxrescrits.
ajoute les administrés (ce sont les questions posées par les parlementaires au
Depuis
une l’arrêt
services
pas de«position
qui sont
prise Dame
des Artola
documents »internes
formelle. rendu àpar le CE, le 5 juillet
l’administration 1991,
fiscale on le
et dont exclut les normes
contenu de
ne constitue
Le rescrit provient d’un terme romain signifiant la réponse écrite. Un rescrit peut être :
- Général que
condition : Tout
éclaircissements particulier
sur peut
soit interroger
la réglementation
le contribuable les services fiscaux sur
générale.L’administration
de bonne foi. L’administration tout
doit
ne impôt
répondre
peut ou taxeles
dans
plus changer afin d’obtenir
de3 position.
mois, à des
- Particulier
concerne
réponse, : Le
cela
pour contribuable
mois, 1 andirectement.L
vaut
répondre. demande
’administration
acceptation
Un recours à l’administration
va être
esttacite du
possible sa position
liéelapar sur un montage
sa réponse,
montage.L’administration
contre position enà cas
de l’administration.spécifique
d’absence
un délai et qui
de 3 mois, 6 le
de
- La doctrine qui a lestricte
interprétation plus d’intérêt est publiée au bulletin officiel des impôts (BOI).Elle fait une
et littérale.
-
-
-
-
-
- Section 2 : La portée de la doctrine administrative
- En théorie, la doctrine
contribuables administrative
ni les tribunaux, n’asimple
c’est une pas deinterprétation
caractère contraignant
doctrinale.ni pour les
- Néanmoins, la portée est considérable.
- La doctrine plus contraignante pour les contribuables
Lorsque l’administration
figurent
circulaire pas, ausubordonne
le contribuable
est inopposable l’avantage
est en droit
contribuable. d’uneson
d’y invoquer loi à des conditions
illégalité. Dans cequi
cas,n’y
la
La doctrine plus favorable aux contribuables
Si des
texte
se mesures
devrait
conformer d’assouplissement
toujours
à laêtre illégal.
prise Mais ende
formelle qui ne figure
pratique,
positionle par pas dansque
la loi
le sont
jugel’administration.
décide prévues,àenlethéorie,
contribuable droit le
de
Si le contribuable
l’objet a respecté
d’un redressement
d’interprétation. la doctrinequi
d’imposition administrative, il un
reposerait sur ne revirement
peut pas par la suite faire
Le contribuable peut faire confiance à l’administration même si elle se trompe.
Cette position du CE repose sur les articles L80A et L80B du livre des procédures fiscales (LPL).
Titre 2 : La détermination de l’impôt
Chapitre 1 : L’assiette
Section 1 : Définition
L’assiette de l’impôt
détermination est l’ensemble
et l’évaluation des opérations
de la matière administratives destinées à la
imposable.
Assoir l’impôt c’est réaliser deux opérations :
- Déterminer la matière imposable c’est-à-dire ce qu’il est possible d’imposer (revenu,
propriété,
- vente etc…)
- Evaluer la matière imposable afin d’obtenir la base imposable.
- Ces opérations sont importantes car l’équité et le rendement de l’impôt en
dépendent.
-
- Section 2 : Les procédés de la matière imposable
- L’Etat est lecar
impossible demandeur
il faudraitd’impôt, il devrait
un nombre en théorie
incalculable prouver
d’agents des la matière imposable néanmoins cela est
impôts.
- On va donc utiliser 4 matières différentes :
- La déclaration contrôlée
- L’évaluation forfaitaire
- L’évaluation indiciaire
- L’évaluation d’office
- La déclaration contrôlée
C’est le mode classique d’évaluation.
Il s’agit d’une déclaration du contribuable avec un contrôle postérieur possible de
l’administration.
Cette déclaration
l’existence
méthode est l’acte
decouteuse
reste la matière par lequel
car imposable,
pour être lemontant
son contribuable
efficace, fait
il fautetplusieurs
tout élémentconnaitre
nécessaire
modes à calcul
au l’administration
de contrôles. de l’impôt.Cette
L’évaluation forfaitaire
C’est le calcul approximatif
imposable.C’est
matière. de l’impôt
une technique à partir
d’évaluation d’élément
fondée inhérent
sur des indicesàintrinsèques
la matière à la
Aujourd’huion
agriculteur, c’est
va peu pratiqué.
prendre C’était: plutôt pratiqué en matière agricole.Pour calculer les revenus d’un
en compte
- La région dans laquelle il se trouve
- Le type de culture qu’il pratique
- La surface de son terrain
- L’administration dispose d’une grille d’évaluation.
-
- L’évaluation indiciaire
C’est le calcul approximatif de l’impôt à partir d’éléments extérieurs à la matière
imposable.
Cette méthode
réalité estduplutôt
 article 168 utilisée
code général lorsqu’un contribuable semble déclarer moins que la
des impôts.
Evaluation
mène indiciaireladu
parallèlement revenu
grande d’après
vie.Le le train
service desde vie =fait
impôts uneattention
personneà non
cela imposable ou faiblement
grâce aux réseaux imposable
sociaux.
Si le client se fait prendre, l’évaluation se passe en 3 étapes :
- Le recensement
secondaires, des
employés signesvoiture
de maison, extérieurs
de luxede richesse (résidence principale, résidences
etc…)
- L’application
revenu
l’on
au moins à chaque
indiciaire
a gagné au moins
gagné 4600 (= laindice
donne
5 fois
euros. und’un
valeur revenubarème
locative. l’on adéterminé
Sifictif) : siemployé
un par
l’on possède
de la loi,
une
maison, la cela
résidence va donner
cela signifie
loi considère una
que
que l’on
- La totalisation des revenus indiciaires afin d’obtenir le revenu global
-
- L’évaluation d’office
C’est le refus
utiliser
l’état des
l’employeur tousde ses
comptes
etc…collaborer
moyensdel’état
bancaires, lalégaux
part
dudu contribuable
à unqui
pour déterminer
patrimoine ne déclare pas
la base
gestionnaire de ses
deimpôts. L’administration
l’impôt.Elle
patrimoine, vales
demander pouvoir depeut
fiches demander
paies à
Chapitre 2 : La liquidation de l’impôt
Liquider
du signifie calculer le montant de l’impôt c’est-à-dire le montant de la dette fiscale
contribuable.
Section 1 : Le fait générateur
Le fait
par générateur
le législateur estimpôt
et chaque l’événement naitre l’obligation fiscale.Cet événement est fixé
faisantprécis.
a un fait générateur
Quels événements peut-on avoir ?
- On peut avoir
succession, un fait est
le 31 décembre matériel : comme de
le fait générateur un l’impôt
décès qui
surest
le le fait générateur des droits de
revenu.
- On peut avoir
générateurs un acte juridique : La vente d’un bien, l’échange, la donation sont des faits
à l’imposition.
- On
la peut
taxe Laavoir unLefait
d’habitation.
foncière. détention juridique
fait d’être
d’un : La détention
propriétaire
patrimoine d’un
supérieur d’un
000logement
à 1logement
300 au 1er est
euros au
le 1faitest
janvier er
janvier
le faitest
générateur lede
faitl’ISF.
générateur générateur de
de la taxe
-
-
- Section 2 : Les modalités de la liquidation
- Lorsque nait le fait générateur, la dette fiscale nait.
- Lorsque la dette
consistant fiscale nait,lalasomme
à calculer prochaineexacte
étape estdue
la liquidation c’est une opération technique
par le contribuable.
- La liquidation s’opère généralement en appliquant à la base :
- Un taux (exemple : la TVA)
- Un barème (exemple : l’impôt sur le revenu ou l’ISF = barème progressif)
- Un tarif préfixe = toujours la même valeur (exemple : les droits d’enregistrement)
-
- Chapitre 3 : Le paiement et le recouvrement
- Section 1 : L’exigibilité de l’impôt
- L’exigibilité
L’exigibilité fixe
est lasouvent
très date à différée
partir deparlaquelle le paiement
rapport aux de l’impôt est dû.
faits générateurs.
-
- Section 2 : Le paiement
- Le paiement est l’étude des modalités de règlements mise à la disposition des contribuables.
-
- Les personnes astreintes au paiement
La
estpersonne
c’est-à-dire
recouvrement astreinte
établie. toutes au paiement
personnes
est autorisé est le
parappelées aucontribuable
la loi.C’est paiement
la oucontributions
des
personne au appelé
nom de aussi le redevable
dont
laquelle lale légal
dette fiscale
Il y a des
laquelle
l’impôt cas
l’administrationoù le peut
la dette
et qui contribuable
est
supporte réclamer et de
juridiquement
la charge finale le redevable
l’impôt ne
à une
établie,
l’impôt. sont
autre
c’est pas
cette la même
personne
personne personne.Dans
quique celle
devra certains
aulenom
verser cas,
de de
montant
Dans lapeut
légale TVA,
d’habitation le due
est contribuable
demander par légal est
aulepropriétaire
locataire, l’entreprise
lede
redevable mais le
la payer.légale estvrai redevable
le locataire c’est
si ce le consommateur.La
dernier taxe
ne paie pas, l’administration
Les modalités du paiement
Le paiement de l’impôt se fait par tous moyens habituels. Au titre des moyens habituels de paiement, on a :
- Chèque
- Carte bancaire
- Paiement en ligne
- Paiement en espèce, il y a une limitation de 300 euros pour le fisc.
- Télérèglement pour les entreprises
- Timbre fiscal
- La dation en paiement (don d’œuvres d’art, forêt, d’immeubles)
- Section 3 : Le recouvrement
- Les administrations en charge du recouvrement
- La Direction Générale des Finances Publiques (DGFip)
La DGFipCette
uniques. regroupe
(diminution l’ensemble
deréforme facilite
personnel, desdémarches
les
des frais agents de du
l’administration
de locaux). contribuable, fiscale et depuisau2008,
elle a répondu défi elle
de laa établi des guichets
réduction des budgets
Par ailleurs, la création de la DGFip répond au défi de la modernisation.
L’administration
48h fiscalefaites
à toutes demandes s’est engagée
par mail,àdans
répondre dans en
les 6 mois lescas
30 jours à toutes demandes faites par courrier, dans les
de contentieux.
La DGFip s’est engagée à ne laisser aucun appel sans réponse et à lever le problème de l’anonymat.
Elle s’est engagée
lorsqu’une à recevoir
expertise sur rendez-vous
est nécessaire. toutes personnes
En la matière, qui ont
les attentes le demande et à envoyer une réponse d’attente
été remplies.
Afin
un de pacifier
médiateur aules relations
niveau avec les usagers, on a mis en place un conciliateur fiscal dans chaque département et
du ministère.
Il faut savoir
moyennes
l’entreprise
annuellement
processus que la tous
les DGFip
implantées
pour mène
surce
options
d’accompagnement et uneobligations
l’ensemble
qui les
déclaratif, expérimentation
duvalide
concerne
elle territoire.L avec
lalafiscalité,
fiscales en
déclaration des
de entreprises
’administration
particulier, volontaires
va accompagner
elle
l’entreprise.Elle
avant déposition cela ava ende
a revoir
mise
pour tailles
place
conséquence unla
sécurité juridique maximum pour l’entreprise.
L'intérêtprochaines
années ici est quecar
l'entreprise est certaine de ne
même si l'administration subir
s'est aucun redressement
trompée, elle a validé. sur les
Le deuxième
qu'elle intérêt
devra pour
intéressants pour l'entreprise
et également
elle. est aussi
de faire valider de connaître très
par l'administration rapidement
des montagesl'impôt
fiscaux
L'intérêt pour
l'administration
l'entreprise. del'administration
Et donc cecela
faitévite
bénéficie est
aussid'un deprivilégié
accès
un contrôle. sécuriser ses
à tous
Il y a une lesrecettes
relation documents fiscales enetamont.Aussi,
comptables
de confiance. juridiques de
La direction générale des douanes et les contributions indirectes
La l'union
de direction générale
donc des douanes
principalement auxest donc en et
aéroports charge des droits
terminaux de douanesainsi
internationaux sur pourtour
que toutesextérieur des
frontières frontières
extérieures.
La douane
les taxes surest
lesenalcools,
chargetabac,
du recouvrement des contributions indirectes comme la taxe sur les produits pétroliers,
cercle de jeux,etc...
Enfin, la douane est chargée du contrôle statistique du commerce international.
I) Les procédés de recouvrement
Le principal
payer.Les
imposable, le procédé
contribuable
contribuables
montant de
établie de
par recouvrement
sontl'administration
informés
l'impôt estde
et« qui
le rôle
et les individuellement
délais » qui
indique
par
paiement. est une
unpour
avis listed'eux
chacun limitative
d'imposition deà
quil'impôt
précise la base
Le deuxième
constate
qui procédé
la créance
matérialise de recouvrement
d'une
ses droits collectivité
(Exemple est le titreou
territoriale
: la taxe d'urbanisme).ded'un
recette qui est un public
établissement document
localqui
et
Le troisième
document
impôts quiest l'avis
émit
sont parde misespontanément
en recouvrement
l'administration
acquittés en cas et retard
de
auprèsquides
concerne
ou deici plutôt
défaut
comptables les entreprises.C'est
de paiement des
publics. un
Chapitre 4 : Les litiges fiscaux
Section 1 : La répartition du contentieux fiscal entre les deux ordres de juridiction
Il appartient au juge judiciaire de se prononcer sur les impôts perçus sans établissement de rôle.
On peut
que à peu
le juge près dire que
administratif est le juge judiciaire
responsable des est responsable
impôts directs. des impôts indirects alors
Ce partage desindirectes
contributions compétences a été
et il est fixé naturellement
également dès 1790
le juge naturel puisque
de tous le judiciaire
les litiges relatifs aautoujours
droit deété responsable des
propriété.
Au contraire,
exorbitant de les conseils de
la puissance préfecture étaient chargés des impôts directs puisque le rôle manifeste le caractère
publique.
La répartition
contentieux
compétent
le revenu, des
en n'est pasde
matière
des accises. toujours
poursuites
TVA quiaussi
puisqu'il tranchée,
estest garant
donc le juge
des
un impôt judiciaire
libertés.Le
indirect. juge
Il va est
être compétent
administratif
en pour le
est sur
charge de l'impôt
La juridiction
publicité judiciaire
foncière, est timbres,
droit de responsable
taxesdes
surimpôts indirects
les véhicules deetsociétés
assimilés : droitded'enregistrements,
et enfin l'ISF. taxe de
Section 2 : La procédure de l'abus de droit fiscal
I) La caractérisation de l'abus de droit
L'abusL'UNE
C'EST de droitOU
fiscal existe dans deux situations complètement distinctes qui n'ont pas de rapport entre elles.
L'AUTRE.
A) La simulation
L'acte présenté à l'administration ne correspond pas à la réalité.
Exemple
l'objet : déguiser
d'une une
taxation donation
forte. en vente.
Alors que La vend
si on lui donation lorsqu'elle
un de nos biens,a lieu entre
les frais personnes
sont non
beaucoup parentes,
moins elle fait
importants.
Autre
un exemple
locataire
copropriété.
mineurs. Elle: arrêt
afin de
a donc
L'administrationduconclu
11n'a
pouvoir octobre
déduire
pas 1978 rendu
fiscalement
un laissé
contrat par
de bail
passer le CE,
toutes
avec
cela. leson avaiten
charges
elle-même une
liéesmère quireprésentante
était àveuve,
à la location,
qualité de elle a souhaité
l'entretient,
de sesàdeux avoir
la enfants
La fraude à la loi
Situation dans
législative
procédures en laquelleles
utilisant
fiscales). un carences
contribuable
de laparvient à faire échec
réglementation à une
(Article disposition
L 64 du livre des
Cet article contient un double critère cumulatif :
- Le montage
autre raison quedoit être
la baisse motivé par un but EXCLUSIVEMENT fiscal (il faut qu'il n'y ait aucune
d’impôt)
- Il
lesfaut
gens
louer que
dispositif le montage
fiscal
se disent
le bien que àvient
l'on deaille
savoir
pouvoir créerle
une
lui àSCI
l'encontre
législateur
dont l'objet
transférer. des
(Exemple objectifs
est de loyer poursuivis
: le problème
des appartements par
de la location l'auteur
afindes immeubles
qu'elle dume
puisse où
-
- La procédure de l'abus de droit
Lorsque l'administration
procédure particulière. estime être en présence d'un montage abusif, elle va devoir suivre une
Premièrement,
cas
un avis
preuve. elle
de désaccord,
simple  doit
est adresser
Ill'administration
conseillé aux
vacetcontribuables
de suivre saisir le celui
avis, car comitéquiune
de proposition
s'en de rectification.En
l'abus desupportera
démarque droit fiscal qui rendra
la charge de la
Les sanctions de l'abus de droit
Si l'abus pourra
laquelle de droitêtre
est réduite
reconnu, le contribuable
à 40% si on est undevra payer
simple le complément
participant d'impôt et payer une majoration de 80%
à l'opération.
Sachant en plus, que le contribuable devra payer un intérêt de 0,40% par mois de retard.
Pour
poser prévenir
unesiquestion
procédures
répondre
redressement ce genre
fiscales.On
le possible.
montage deprésenter
va
est viable situation
à l'administration
ou sur notre
non, notre
si de
elle fraude,
situation)
répondàsur
montage
ne il la
faut faire
le base
l'administration
pas, montage des
deest rescrits
etl'article
dans 3L64particuliers
du
lesaccepté
réputé mois. livre
Elle
donc va de (=
des
pasnous
Partie 2 : Les différentes
applicables catégories
aux personnes d’impôts
physiques
On trouve :
- La CSG (contribution sociale généralisée) dont le taux est de 7,5%
- La contribution au redressement de la dette sociale qui a un taux de 0,5%
- Le prélèvement social dont le taux est de 5,5% %
- La contribution additionnelle au prélèvement social qui a un taux de 0,3%
- Le prélèvement de solidarité qui a un taux de 2% sur les revenus du patrimoine et placement.
- Toutes ces
sécurité contributions
sociale. sociales
Si l'on calcule destinées
le tout au redressement
on arrive à 15,8%. de la dette de la
-
- Titre 1 : L'imposition du revenu des personnes
physiques
- Cette imposition comporte deux éléments :
- L’impôt sur le revenu et les contributions et
- Un rendementlarge.
d'application plutôt faible par rapport à d'autres impôts car on a un champ
- En 2016, cela a rapporté seulement 72 milliards d'euros. Cela fait à peu près ¼ des recettes fiscales de
l'Etat.
- En réalité,
sur l'assiette
insuffisamment
le revenu ende de l'impôt
revenu,
particulier sur le
illeexiste unrevenu
quotient grand est trop étroite
nombre
familial. parce
de niches qu'elle
fiscales touche
à l'impôt
- Finalement,
recettes le résultat
proviennent deest
10%que la foyers
des moitié et
des foyers
37% fiscaux français
proviennent ne sont1pas
de seulement imposables.
% des foyers. 72% des
- On envisage
avoir lieu au de prélever2018
1er janvier cet impôt à la source
est reportée en 1erc’est à dire
janvier directement sur le salaire. La réforme qui devait
2019.
-
- Sous-Titre 1 : Le champ d'application de l'impôt
sur le revenu
- Selonpersonnes
des l’article 1A duphysiques
code généraldésignés
des impôt :sous
« Il est établi
le nom un impôt
d’impôt surannuel sur ».
le revenu le revenu
-
-
-
-
-
- Chapitre 1 : Le critère des personnes imposables
- Section 1 : Les personnes relevant de l’impôt sur le revenu
- Les personnes relevant de l’impôt sur le revenu de droit
- Les personnes relevant de l’IR par nature
Il s’agit transparente
société de toutes les non
personnes physiques
imposée à l’impôtysur
compris en qualité de membre d’une
les sociétés.
Une société
associés
atteindre
sociétés
revenu. sont
lesmaistransparente
responsables
associés
au donc correspond
surimposé
fiscalement
contraire est leur àau
ce typeune
capital
de société à responsabilité
propre.Elles
société
travers des sontpas
n’est
associés imposée illimitée,
transparentes
sur leur dans
partle
sur les
sens
l’impôtoù sur
l’on peut
respective les
de
Les le
sur sociétés transparentes
revenu.Les sont les
sociétés imposés sociétés
sur le de personnes,
revenu sont donc : les membres seront imposés à l’impôt
- Les sociétés en commandite simple (commanditaire)
- Les sociétés civiles
- Les sociétés en nom collectif.
- SI la société
bénéfice estsociété
de la transparente, les actionnaires sont directement imposés à l’IR pour leur quotte part dans le
(BNC-BA).
- Les sociétés imposées à l’impôt sur les sociétés sont les sociétés de capitaux.
-
- Les personnes relevant de l’IR à raison d’une loi spécifique
L’IR frappe de plein droit en raison de l’existence d’une loi dérogatoire deux personnes :
- L’associé unique
responsabilité personne physique d’une EURL, des EARL (entreprise agricole à
limitée).
- Les sociétés que la loi par une disposition expresse dispense d’impôt sur les
sociétés.
-
-
- Les personnes relevant de l’IR sur option
Il
less’agit des
membres
autorisent.Elles
revenu est
quotient moinssociétés
familial vont
important
s’applique qui
choisir
choisissent
que
en en principe
d’être
d’être
celui
matièreimposée àsont
imposées
ded’impôt
l’impôtl’impôtimposés
àsur
surleles
sur l’impôt à l’impôt
lesur
le revenu
sociétés,
revenu. le
car
taux est surplus
lerevenules
barème
donc sociétés
car
progressif
intéressant. mais
la loideles
l’impôtdont
Deyplus,
sur
le le
Il en existe deux types principaux :
- Les SARL à caractère familiale
- Les startups
- Les SARL à caractère familiale
Il faut êtreparente
personne
père-père-fils/une SARL
en à caractère
ligne directefamiliale
frère-sœur/époux-conjoint). c’est-à-dire
ou en ligne qu’il
collatérale faut qu’elle
jusqu’au formée
deuxième par (grand
degré
Cette SARL ne peut pas avoir une activité civile ou libérale.
àL’option doitqu’à
l’IR plutôt êtrel’IS.
exercée avec l’accord unanime des associés c’est-à-dire que tous doivent accepter d’être soumis
Les startups
On permet
sur aux
le revenu : très petites sociétés de capitaux (SA, SAS, SARL), remplissant ces critères de bénéficier de l’impôt
- Elles ne doivent pas être côtés
- Doivent être créées depuis moins de 5 ans
- Employant moins de 50 salariés
- Réalisant un chiffre d’affaire annuel ou un total du bilan est inférieur à 10 millions
d’euros
- Dont le par
détenu capital
des est détenu à
personnes 50% par des
physiques personnes
ayant physiques
qualité de dirigeantdont 34% est
- Il faut l’accord unanime des associés.
-
- Section 2 : L’imposition dans le cadre du foyer fiscal
- C’est
des l’article
l'impôt
desur
personnes
égale
parents ».l'un 6-1
leet du code
revenu, tant
considérés
l'autre général
comme
de leurs des
en raison deimpôts
étant
parents ses
sont, qui indique
à sabénéfices
charge.
sauf Les
preuve que : «personnels
et revenus
revenus Chaque
perçus
contraire, contribuable
par
réputés que
les enfants
également est
deimposable
de ceuxpartagés
ses enfants
réputés àentre àles
charge et
- Les membres de droits
- La personne seule ou les époux et partenaires de PACS
Ces personnes donnent
célibataire, droitou
d’un veuf à l’attribution d’une part complète, il s’agit pour la personne seule :D’un
d’un divorcé.
Pour les conjoints, il s’agit : des époux mariés ou des partenaires de PACS.
Les concubins ne peuvent jamais être pris en compte !
L’annéeentière.
l’année du mariage, on doit choisir entre être imposé seul chacun de son côté ou bien être imposé à deux pour
Pour le décès, il y a imposition à deux du 1er janvier à la date du décès, puis seul du jour du décès au 31 décembre.
Les enfants mineurs, les enfants majeurs infirmes ou recueillis
Ces personnes sont envisagées à l’article 196 du code général des impôts !
Chacun de ses
complète à enfants
partir (mineurs, majeurs infirmes ou recueillis) donnera l’attribution de 0,5 part et d’une part
du 3ème enfant.
Dans
va le calcul,
1 part on
commencer
donnera parcommence
celui
et de même atoujours
quipour
5 ans, dans
26 le
il donne
celui de sens
0,5
ans. inverse.On
part, celui de 8a ans
un fils de 5 ans,
donnera 8 ans,celui
0,5 part 18 ans et un
de 18 ansde
s’il26est
ans. On
inclus
L’avantage qui en résulte est limité à 1512 euros par demie part.
1) Les enfants mineurs
La difficulté c’est lorsque les parents sont séparés ou divorcés que se passe-t-il ?
On a 3 hypothèses :
- Une convention
charge deen
attribuée homologuée
l’entretien
totalité deparent
au par
l’enfant,le juge
dans
désigné. désigne
ce cas, expressément
la majoration le parent
du quotient qui àest
familial la
- Si la convention
parent bénéficie homologuée parégale
d’un avantage le juge
à laprévoit
moitiéla résidence
des parts. alternée, chaque
- S’ilparent
d’un
au n’ycommun
a pas de convention
auquel accord
la homologuée
celui
situation par lela
qui mieux
l’arrange aura  juge, il appartient
charge
L’Homme de auxOn
l’enfant.
se fait toujours parents
ne peut de
baiser. pas désigner
attribuer la part
- L’administration
l’envoi pour
des bulletins
sociales. savoir si
scolaires deon essaie de
l’enfant, l’arnaquer
le lieu va prendre
de scolarisation. desprend
Elle informations toutes
en compte simples comme
les prestations
-
- Les enfants majeurs infirmes
Ce conjoint,
de sont lesà enfants
supérieur 80% quimajeurs
vivent
d’enfants qui
au
etc…). sontet
foyer titulaires de lade
sans charge carte d’invalidité
famille à un taux
(c’est-à-dire ne pas avoir
Les enfants recueillis
On ne traitera pas ici des enfants adoptés !
Lescontribuable
le enfants recueillis sont des
supporte la enfants
chargesans filiation,
exclusive ethabitant au foyer.Ce sont des enfants dont
effective.
La charge
foyer
besoins exclusive
d’accueil
matériels
le territoire signifie
doit
ou mort.) ainsi que
assurerl’enfant
que n’a pas
entièrement
moraux de parents
seul
(Exemple s’occupant
tous les
: s’occuper demigrant
lui, il n’a
besoins
d’un de pas d’autorité
l’enfant
dont les parentale.Le
c’est-à-dire
parents les
ne sont pas sur
Lors d’unqui
l’enfant concubinage,
habite avec ilsaa concubine.
été jugé qu’un contribuable ne supporte pas la charge effective de
I) Les membres rattachés
Ce sont des membres dont le rattachement doit être demandé par l’intéressé.
Le foyer
faut
196B fairede rattachement
une
du code lettre audes
général manifeste
foyer son accord
pour demander
impôts). enrattachement
son faisant remplir
afinlade
demande spécifique
le prouver sur la déclaration
à l’administration Il et
(article 6-3
A) Les enfants majeurs sans charge de famille
Les enfants
leur majeurs,
rattachement célibataire
à leurs (aussi veuf ou divorcé) sans charge de famille (sans enfant) peuvent demander
parents.
On a deux cas distincts si :
- Ils ont moins de 21 ans
- Ils ont moins de 25 ans tout en étant étudiant
- Chaque enfant donne droit une demie part et le troisième donne une part.
- Remarque
peut
supérieur
distribué. extérieure
apporter àA).De
la partie
beaucoup
au livret du cours
d’avantages
plus, pour les: parents
Pour
(CAF,un il étudiant
livre avoir
estd’épargne
possible unedéduire
feuille
de populaire
faire deleur
à un
de non-imposition
taux largement
impôts l’argent
-
- Les enfants mariés ou chargés de famille
Il s’agit des enfants qui sont :
- Soit mariés
- Soit qui ont des enfants
- Soit qui sont mariés et ont des enfants
- Ces enfants doivent avoir :
- Moins de 21 ans ou
- Moins de 25 ans tout en étant étudiant ou
- Infirme à 80%
- L’enfant marié pourra demander le rattachement à ses parents ou à ses beaux-parents.
- Le rattachement
conditions.Le peut être
rattachement demandé si global.
est nécessairement UN seul des deux époux remplis les
- L’avantage fiscal n’est pas le même !
- L’enfant
dire majeur
fiscales.Il donne
par personne marié
droitou
à chargé
composant un de
: unfamille
avantage
le foyer de ne
couple donne
5738
marié pas
euros
avec le droit
par
un enfant à l’attribution
personne
donne à 5738 xde
droitrattachée parts
(c’est-à-
3 euros).
- Lorsqu’un
revenus
donner enfant
avec
lieu est rattaché
ses parents
à une prise en!Les de droit
enfants
compte ou sur demande,
rattachés
de pension de droitil ou
alimentaire. doit
dedéclarer ses
fait ne peuvent pas
-
-
- Chapitre 2 : Le critère de la territorialité
- Pour l’application
DOM (Guadeloupe, deGuyane,
l’impôt sur le revenu
Martinique eten
la France, le territoire français s’entend de la métropole et des
Réunion).
- En raison de leur autonomie financière, les collectivités d’outre-mer (COM) collectent eux-mêmes leurs
impôts.
- En cas de
référer convention
aux internationale,
critères généraux prévueson va le
par s’y référer
code et s’il
général desn’yimpôts.
en a pas, on va se
-
- Section 1 : Le domicile d’un point de vue fiscal
- Il faut sede
« raison référer
ànationalité, la
l’obligation aux
lestotalitéarticles
personnes
fiscale qui
de leur 4A - 4B
ont en et
revenu
illimitée. suivants
France
(de du code général
leurfrançaise
» source domicile des impôts
sont également
mais imposables à :l’impôt
« Quel sur
étrangère) que
».Onlesoit leur français
revenu
appelle cela
- Une personne est considérée comme domiciliée en France, si elle répond à l’UN des critères de l’article 4B :
- La France
dire que l’on est
circonstances ne le lieu
tient de résidence
pas compte
professionnelles. des séjourshabituelle et permanente
à l’étranger nécessités du revenu
par la profession des c’est-à-
fiscal
ou bien
- Arrêt
sont du CE
allés
malade.Cela «a Larcher
vivre
exceptionnelles, en
posé » dependant
M.France
problème
Larcher 1995
d’un
était :considéré
On avait
2point
ans deun
pour français
s’occuper
vue
comme fiscal. vivant
deCE
Le
vivant aavec sa
defemme
la permanence
en mère ens’agissait
l’épouse
considéré qu’il Nouvelle
qui
à Nouméa deCalédonie.Ils
était gravement
circonstances
- La personne
lorsqu’on
France
l’année. n’arrive
son a pas
lieu
Il n’est en
pas France
vraiment
denécessaireson
principal lieu
àd’avoir
fixer leune
séjour de
foyer principal yséjour
fiscal.Lapersonnelle.
lorsqu’on
résidence : ce critère
jurisprudence
séjourne 183 est utilisé
indique
jours que
au principalement
l’on de
cours a en
- Le lieuon
non), oùexclut
la personne exerce
les activités son activité professionnelle principale (salarié ou
accessoires.
- Si la personne
principalement
compte a enled’un
d’avoir
l’existence France,
siège bienlenon
centre
d’affaire de ses intérêts
ou susceptible
d’investissement ses économiques.
dedeproduire
biens.On
desne Il s’agit
prend
revenus jamais
! en
- Exemple
Loire
société : Un
centreetdes
Cher. homme
Il avait
d’investissement
intérêts vivant
desdans
économiquesau
ce Maroc
revenus était
à lapropriétaire
provenant
pays)
en et
France. d’un
principalement
France, il était appartement
d’un paysen
imposable tiersàau
Paris,
France surun
Maroc château
la(bien dans
qu’il
base du le du
avait
critère une
- Si larevenus.
n’est
ses personne est agent
pas soumise depays
dans ce l’Etat exerçant
étranger sesimpôt
à un fonctions à l’étranger
personnel et qu’ellede
sur l’ensemble
- Parfois l’objet
faisant dans lesdeconventions bilatérales, on peut faire référence à la législation de l’un ou l’autre des pays
la présente convention.
- Section 2 : La source des revenus ou l’habitation en France
- Selon
c’estl’article
France
seule sont
source
ce que 4A du code
quand
de
l’on général
même
revenu
appelle des impôtou
passible
française
l’obligation : Les
de de contribuables
l’impôt quielle
sur le revenu
l’habitation
fiscale LIMITEE. dont ne sont
françaispas domiciliés
à raison
dispose en en
de leur
France 
- Pour
ses
du le contribuable
seuls revenus
contribuable quide
(article ne source
dispose pas
164B). d’une habitation
française.Cet en ne
impôt France, l’impôt
pourra pas êtresur le revenu
inférieur frappe
à 25% du revenu
- Pour le contribuable qui dispose en France, d’au moins une habitation (article 164C), il sera imposable :
- Sur une base
imposable forfaitaire
en l’absence égale
de revenu à 3 fois la valeur locative réelle, le contribuable est
français
- Soit àforfaitaire.
base raison de ses revenus de source française lorsqu’ils sont supérieurs à cette
-
-
- Chapitre 3 : Le critère du revenu imposable
- Il n’existe pas de définition légale du revenu.
- Section 1 : La notion de revenu imposable
- La conception
(fruit civil). jurisprudentielle
On ne pouvaitdudonc
revenu était
pas étroite.Il en
prendre fallait que ça
compte soit
tout un gain périodique
(plus-value, prime).
- La
ce loi apermet
qui
values
permet élargi
sont la conception
deentrer
taxer tout
imposables,
de faire toute de
et en
ce revenu,et
activité,
donnant
qu’une en
ensupprimant
une indiquant
conception
personne la condition
expressément
économique
peut dépenser sansde régularité,
que
du les plus-
revenu qui
s’appauvrir.
- A été créé la catégorie des bénéfices non commerciaux (BNC).
-
- Section 2 : les caractères du revenu imposable
- - L’annualité : une année civile
- - Un revenu global : on prendre en compte tous les gains de toute nature
- - C’est
conserver un revenu net : on prend en compte les charges qu’on a eu pour les acquérir ou
le revenu
- -
Pour Undirigeant,
un revenu
décembre, est-cedisponible
si revenu
un dont lesont
les sommes contribuable
: disponible inscritesa eu
? oui car la libre
ildans
va en sondisposition
faire compte
ce avant la fin
courant
qu’il veut dans le de
aul’année.
futur31
;
- Mais si le compte courant est un compte bloqué, la somme n’est pas disponible donc non imposable ;
- L’exception est celle des bénéfices des sociétés mises en réserve :
- Si la société les distribue c’est mise à disposition
- Si elle les met en réserve ces sommes restent imposable au nom des associés
- Sous-titre 2 : les différents
imposable revenus catégoriels
- On impose des revenus selon des catégories, appelé cédule au nombre de 8.
- La France arespectifs
avantages combiné l’imposition
de chaque. cellulaire et l’imposition globale, on retient les
-
- Chapitre 1 : Les revenus liés à une activité professionnelle
- Section 1 : Traitement et salaire, pension, rente viagère
- Les revenus imposables dans la catégorie
- Les traitements (pour les fonctionnaires) et salaire (privé) article 79
Ce sont lesni
supposons
parties, sommes
un laperçues
contrat
de par des
de travail.L
dénomination personnes
’existence
donnée vis-à-vis
de cette
dans de leur employeur
larelation dans un ni
ne dépend
convention. étatde
dela
subordination,
volonté des
La subordination
des juridique
faisceaux d’indices : est importante pour la différenciation entre salarié et non salarié, elle est analysée avec
- Obligations
- Lieu de travail
- Heures à effectuer
- Liberté réduite pour l’organisation et l’exécution du travail
- Interdiction de travailler pour le compte d’un autre employeur
- Pouvoir disciplinaire de l’employeur
- Un salarié ne participe jamais aux pertes de l’entreprise.
- Pourde
lien être
arrive salarié, il n’est
exceptionnellement
subordination pas :nécessaire
qu’on
(exemple qualifie
le conjoint que tous les
deexploitant
d’un salarié une
de critères soient
personne
société). quiremplis.Il
n’a pas de
-
- Les pensions, retraites et rentes à titre gratuit
Faire entrer Egalement
obligatoire. toutes pensions ou allocation
les rentes viagères de retraite
à titre ou (en
gratuit vieillesse et d’invalidité
vertu d’une donationetou
lesd’un
pensions alimentaires à titre
testament).
Les rentes viagères à titre onéreux
Vente d’immeuble en viager : vendre sa maison à une certaine somme plus une somme versée par mois.
Elles sont
vendeur imposées
au moment chez
de l’acte : le vendeur à l’IR. Mais pas en totalité ; tout dépend de l’âge du
- Si au moment
toute sa viede la vente il est âgé de moins de 50 ans, la rente est imposée à 70% pendant
- Si cette personne a moins de 60 ans, la rente est imposée à 50%
- Au-delà de 70 ans c’est 30%
- Cette rente ne donne pas droit à la déduction des 10% (voir plus loin).
-
- Les revenus exonérés : article 81
- Les exonérations à caractère sociale
C’est le50%
cas de
handicapés,
pour le
dula CAF
RSA, lesouindemnités
montant. CPAM, toutes les prestations
journalières familiales
versés en (allocations…),
cas d’accidents les allocations
du travail.On a une aux adultes
exonération
Les exonérations à caractère de reconnaissance nationale
Elles sont principalement
militaires, militaires,
la gratification allouée
d’invalidité. les traitements
en fonction de la légion
de la médaille d’honneur,
d’honneur les traitements
du travail, toutes lesattachés
pensionsaux médailles
militaires
Les allocations spéciales pour frais d’emploi
Elles sont
prenant ladestinées
conformémentforme
sont exonérées àobjet
couvrir
d’indemnité,
àd’impôt.
leur les
et si lefrais
avantage inhérents
salariéen à la
nature
pratique la fonction,
et payés
en argent…Si
réduction par l’employeur
elles sont
forfaitaire utilisées
de 10%, elles
Les conditions cumulatives d’exonération :
- Absence de cumul avec la déduction des frais réels
- Couverture
l’activité des dépenses inhérentes à l’emploi c’est à dire occasionnées par
professionnelle
- Les dépenses
des couvertes
10% (couvrant ne doivent
les frais pasdu
classiques être prises en compte dans la déduction
salarié)
- Justifier la réalité de la dépense
- Il faut
est
il faut utiliser
présumée cetteàfacture
conforme
fournir chaque allocation
concurrence de montants
des
prouvant façon conforme
prévus
le besoin par par
et dans les rapport à son
cerèglementations
cas on sera objet :on
sociales.Si
exonéré l’utilisation
a plus,
-
-
-
- Les exonérations diverses
On a les
moins quesalaires des apprentis,
cette somme, exonération
on est exonéré à hauteur
; si on est au-delà on ned’un smic
déclare queannuel.
la partie(17599€ brut).Si on touche
qui est au-delà.
Indemnité
4400€. Si onversée paron
dépasse des entreprises
choisit entre :à des étudiants de moins de 26 ans (job été), 3 fois le smic mensuel donc
- Soit déclarer ce qui dépasse
- Soit tout déclarer pour acquérir des droits à la prime d’activité.
- Les indemnités
smic de stage : exonération quel que soit la durée du stage et sans limite d’âge, dans la limite du
annuel (17599).
- L’étudiant peut cumuler le stage et le job d’été et être exonéré des deux.
- Les indemnités versées à des boursiers sur critères sociaux sont exo (saut au mérite).
- Les indemnités versées dans le cadre d’un service civique.
-
-
- La détermination des revenus imposables
C’est un revenu net qui est imposable car revenu brut moins les charges de la catégorie.
A) Le revenu brut
Ce sont les rémunérations imposables moins les déductions.
1) Les rémunérations imposables
Toutes somme
imposables peuconstituant une
importe leur rétributionpeu
appellation, attachée à l’activité
importe sont des rémunérations
la période.
On impose aussi les avantages en nature d’après les règles de la sécurité sociale.
Exemple
une base :forfaitaire
cadastrale un repasque
(valeur c’est 4€70,
l’état
annuelle le sur
pense
ou logement
qu’on est évalué
peut louer
les dépenses leforfaitairement selon
bien).L’utilisation
réellement engagées. un barème
prévu mensuel
du véhicule ou valeur
est évaluée locative
aussi sur
Les outils numériques mis à dispos déterminé par la dépense réelle ou forfait annuel.
Pour tous les autres avantages on n’a pas de barème donc on utilise la valeur réelle.
Les déductions
Les cotisations
intérêts
quand on sociales
d’emprunt pour(retraite,
est salarié. souscrireassurance
au capital chômage, CSGnouvelle
d’une société déductible
ou àracheter
5,1%), on
unepeut déduire les
entreprise
A) Les charges de la catégorie article 83
Ce sont les frais supportés pour l’acquisition et le maintien de revenu.
1) La déduction forfaitaire des 10%
Couvre reçu.Aucun
salaire les frais courants
justificatifsupportés par
n’est à fournir le salarié
et elle : elle
est accordé n’est pas liée à la réalité mais au
automatiquement.
Exemple : si on touche en net 20 000€, on a 2000 euros de charges professionnelles.
On a un plancher de déduction de 426 euros qui est le minimum qu’on considère avoir comme frais.
Cette déduction des 10% est aussi appliquée aux retraitée (cadeau) mais pas sur les crédits rentiers à titre onéreux.
Les frais professionnels réels
Le contribuable
supporte peut
plus.Il faut opteraupour
intégrer les
revenu frais réels
l’ensemble au lieu des
des indemnités 10%,
pour frais ce qui est
d’emploi mieux s’il
reçus.
Il faut
les justifier
chèques chaque montant et diminuer chaque avantage utilisé comme par exemple
emplois.
On peut
une tenueintégrer les frais pour avoir acheté des vêtements spécifiques, acheté dans un magasin spécialisé pour
imposée.
Pour la voitureon
kilométriques, : ilafaudrait garder tous
deux méthodes : les tickets d’essence mais c’est impossible ; donc on utilise des barèmes
- Le tableau spécial essence : qui permet de calculer l’essence
Un deuxième tableau qui prend tout en compte sauf les stationnements et péages.
L’évaluation ne peut pas dépasser la somme obtenue avec le barème kilométrique avec une 7 chevaux.
Section 2 : Les revenus des gérants et des associés
L’article 62 est relatif au revenu des gérants et associés.
On impose
société
majorité ducertains
mais dirigeants,
pour qui
capital ou le de certains
lienindéfiniment
sont gérants
subordination etaffecté
est associés
responsables. qui
par le sont salariés
fait qu’ils de leur la
détiennent
Aujourd’hui on
traitements
salaire). a supprimé
et des salaires la plupart des
(application aurègles dérogatoires,
départ onpuis
de l’article 62 applique donc les
des règles desrègles des et
traitements
Section 3 : Les bénéfices industriels et commerciaux (BIC)
Les BIC, BNC et BA sont très largement similaires.
Une des particularités
adhésion
adhère. à un centre depour ses catégories
gestion est queson
agréé. Notamment l’entrepreneur tiremajoré
bénéfice ne sera pas partidede son
25% s’il
I) Les revenus imposables dans la catégorie
II) Définition
Selon
et l’article 34 du
provenant deCGI : « Sont d’une
l’exercice des BIC, les bénéfices
profession réalisés par
commerciale, des personnes
industrielle physiques
ou artisanale ».
- Est commerçant celui qui exerce des actes de commerce à titre habituel.
- Estsavoir-faire).
industrielle
produire
un l’activité
des biens économique
matériels destinéscombinant
au marché des facteurs de
(des installations, production
des pour
approvisionnements,
- La loi de 1996,
n’emploie pas
transformation,
agricoles ou nous
deplus dit
de
pêches.10qu’un
ou artisan
salariés
réparation estexerce
et qui
prestation uneservice
de personne physique
une activité ou morale
de production,
à l’exclusion des qui
activités
-
- La typologie des BIC
- Les BIC par nature
Se référer à la définition de l’article 34.
Les BIC par assimilation
C’est l’article
rentre dans 35cette
du code qui nous donne
catégorie ». la définition : « Il s’agit de profils divers et variés que la loi
On
BIC trouve
industrielle à
et
alors c'est
d'habitation
assimilation. l'article
a 35
commerciale
soit même
meublés la(ilcela
une
priori location
activité d'immeuble
loue).Néanmoins,
BIC
devrait loiindustriel
deslarevenus
indique
par assimilationPar
être etle
que commercial.Le
faitlala
exemple,
fonciers mais de louer
location
loi dit quebailleur
àhabituelle
quelqu'un n'a
dequi
non il s’agitpas d’activé
a une
locaux
de BICàactivité
usage
par
(Chacune des 8 catégories se voit appliquée des règles différentes pour l'évaluation des bénéfices !!!).
Les BIC par attraction
Selon l’article
réalisés
attirer les155 : il s’agit
versaccessoirement
profits deàqu’ils
BIC parce profits
sontqui
l’activité n’ont sont
BIC.Ce
accessoires. pasdes
la profits
nature de profits
agricoles ou nonBIC mais quique
commerciaux sont
l’on va
Exemple est
activité : Unaccessoire
boucher élevant un troupeau.Elever
à l’activité un elle
commerciale, troupeau estdonc
devient une une
activité accessoire
activité BIC parmais cette
attraction.
A) La distinction entre BIC professionnel et non professionnel
La première distinction
professionnelle,
bénéficiaire. est n’ont
les profits que les BIC
pas la non professionnels
participation ne continue
directe, sont pas et
liés à une activité
personnel du
Il y a plusieurs conséquences :
- Les BIC
des professionnels et non professionnels ne reçoivent pas le même traitement
déficits
- Ils sera
ce ne reçoivent
l’autre les ce
cas pasune
sera le même
plus-values traitement
professionnelles
plus-value des plus
(avec
personnelle uneet moins-values
imposition
(avec car
à 16%)
une imposition dans
àet un cas
dans
19%).
- Les biens d’ISF
exonérés professionnels c’est-à-dire qui touche à l’activité professionnelle sont
-
- La détermination du résultat imposable : Le résultat fiscal
- Le passage du résultat comptable au résultat fiscal
Le résultat
revenufiscal
comptable
au seraest calculéilen
rectifié,
fiscal. principe
sera à partir
presque du résultat
impossible comptable.Néanmoins
d’avoir ce résultat
un résultat comptable égale
Il sera rectifié
comptable desgrâce à des
charges nonréintégrations
déductibles duc’est-à-dire quefiscal.
point de vue l’on rajoute au résultat
Exemple : En matière de BIC, le salaire de l’exploitant n’est pas une charge, c’est un simple emploi des bénéfices.
Exemple
dans : En droit
l’intérêt fiscal, on ne peut pas déduire les charges somptuaires (= extravagantes) car elles ne sont pas
de l’entreprise.
Le résultat
dire queà l’on
soumis
faveur. fiscal
l’impôt sera également
soustrait
parce du
qu’ils sontrectifié
résultat exonérésparou
comptable des
des déductions
éléments
parce supplémentaires
qui ne doivent
qu’ils bénéficient pas
d’un c’est-à-
être de
régime
Exempledu
déduire : Les plus-values
résultat à long
comptable terme
et l’on sont
aura unimposables selon les cas à 16 ou 19%, on va les sortir du revenu, les
résultat différent.

Pour calculer
réintégrations
déductions leet
= 1 600 résultat
000 fiscal,
l’on enlève leson ajoute au revenu
déductions comptable
: ici 1 millions + 620 000(RC) toutes les-20 000 de
de réintégrations
Ce sera
brut ! bien le résultat rectifié qui sera soumis à l’impôt, jamais le résultat comptable
A) L'évaluation du résultat imposable
Pour l'évaluation du résultat imposable, on ne va pas pouvoir demander la même chose à toutes les entreprises.
On a donc 3 régimes distincts, en fonction de la taille de l'entreprise et plus précisément en fonction du CA hors
TAXE (CAHT) :
- Le régime du réel normal
- Le régime du réel simplifié
- Le régime des micro-entreprises
- Le régime du réel normal
Il est réel parce qu'il est obtenu à partir d'une comptabilité complète et donc exacte.On va fournir
l'ensemble des documents comptables à la disposition de l'entreprise en particulier le
bilan, les tableaux des amortissements, des provisions etc... donc il s’agit de quelque
chose de très complet.
Ce régime normal est applicable aux très grosses entreprises c’est à dire aux
entreprises qui gagnent plus de 789 000€ de CAHT par an pour une entreprise de vente
ou 238 000€ de CAHT par an pour une entreprise de prestation de serviceCe régime réel est
également ouvert aux plus petites entreprises sur option prise sur une période de 2 ans. Cette option est
également liée à la TVA.Ce régime est également applicable d'office aux entreprises qui
exercent une activité occulte ou illiciteLa déclaration spéciale de BIC est remplie par la
personne qui exerce l'activité.
Le régime du réel simplifié
Il s'applique aux entreprises de taille moyenne c’est à dire aux entreprises dont le CAHT
annuel se situe entre les limites du réel normal et celle des micro-entreprises.
Le résultat fiscal est toujours obtenu à partir d'une comptabilité complète mais une comptabilité
simplifiée avec des justificatifs simplifiés.Ce régime s'applique également sur option aux micro-entreprises
pour deux ans et lié à la TVA.
Le régime des micro-entreprises
Ici il s'agit d'un mode forfaitaire qui n'est pas du tout un mode réel. C’est à dire que la comptabilité
importe peu.
On va simplement appliquer un abattement au CA qui correspond aux charges
D'abord, ce régime concerne les toutes petites entreprises c’est à dire celles qui
réalisent moins de 82 800€ pour une entreprise de vente OU moins de 33 200 € pour une
entreprise de prestation de services.Il faut savoir qu'en cas de dépassement de ce CA,
l'entreprise reste au régime micro l'année de dépassement et la suivante.C'est pour éviter
qu'une micro-entreprise soit bouleversé par un CA intéressant.
Si en cas de dépassement, on passait directement au réel simplifié, il y aurait deux effets pervers :
- L'entreprise ne serait pas prête à ça, elle aurait donc des problèmes de
comptabilités
- De fraude : les entreprises ne voudraient surtout pas dépasser le CA, elles
freineraient donc les ventes, ce qui est pourtant bon pour l'économie française.
-
-
- Ce régime est inapplicable aux entreprises occultes et illicites.
-
- On prend le CA et on applique un abattement de 71% pour les entreprises de
livraisons de biens et de 50% pour les prestataires de services (CA – abattement =
RF). Cet pourcentage représente les charges.Il faut savoir que les plus-values professionnelles
restent imposables dans les conditions de droit commun.
-
- Pour décider s'il faut opter, il y a plusieurs choses à prendre en compte :
- La TVA : l'option soit plus intéressante sur 2 ans car on ne peut pas changer chaque année
- En cas de déficit : avec un régime micro il est impossible d'être en déficit car l'abattement s’opère sur
le bénéfice. Alors qu'en réel, il peut y avoir plus de charges que de bénéfices.
-
-
-
- Le versement libératoire
Il s’agit d’un régime qui s'applique aux micro entreprise qui peuvent opter pour un régime fiscal et
social libératoire auprès de l'URSAFF (article 151 O du CGI).On va appliquer un versement
libératoire égal à 1% permettant de se libérer de ses obligations fiscales et sociales.
Cependant, les autres revenus du contribuable restent soumis au barème de l'IR avec la
règle du taux effectif qui permet de respecter la progressivité du barème.
A) L’adhésion à un CGA
Le CGA est le centre de gestion agréé.
Lorsqu'un contribuable, soumis à un régime réel, que ce soit de droits ou sur option, n'adhère pas à un CGA ou ne
recourt pas aux services d'un expert-comptable conventionné (qui a passé une convention avec le fisc) et autorisé,
son bénéfice est majoré de 25%.Cette majoration ne vaut que pour les BIC professionnels.
Cette adhésion à un CGA et également à un expert-comptable donne de nombreux avantages :
- Les revenus ne sont pas majorés de 25%
- Cela donne droit à une réduction d'impôt les frais de tenu de comptabilité et
d'adhésion si le contribuable a opté pour le réel alors qu'il était soumis au micro.
Cette réduction d’impôt est limitée au 2/3 des frais exposés avec un plafond de 915 € par mois.
- On peut déduire intégralement le salaire du conjoint. Dans le cas contraire, si on
n’est pas adhérant au CGA, on peut quand même déduire un SMIC annuel.
- Quand on adhère à un CGA, on a également des obligations :
- Notamment s'engager à suivre les recommandations adressées par l'organisation
- Fournir à l'organisation tous les éléments nécessaires à l'établissement d'une
déclaration sincère et complète
- Accepter les règlements par chèque, payer une cotisation annuelle
-
- L'imputation des déficits
Les déficits fiscaux sont des pertes fiscales.Ces déficits fiscaux peuvent en régime réel, être
imputés sur le revenu global.
Néanmoins, l'imputation du déficit n'a pas lieu pour les activités de location meublé non
professionnel.
Dans ce cas ou dans tous les cas où le revenu global est insuffisant pour compenser les
déficits, les déficits peuvent être reportés sur le revenu global des années suivantes
jusqu'’à la sixième inclus.
Section 4 : Les bénéfices non commerciaux ( BNC )
I) Les revenus imposables dans la catégorie
II) Définition
Article 92 : « Les bénéfices des professions libérales des charges et office dont les titulaires n'ont pas
la qualité de commerçant et de toutes occupations, exploitation lucratives et sources de profits ne
se rattachant pas à une autre catégorie de bénéfice »Donc les bénéfices non commerciaux c'est à peu près
tout le reste.
La typologie des BNC
1) Les BNC par nature
Selon l'article 92 du CGI : il s’agit des bénéfices non commerciaux mais professionnels,
profession libérale peu importe qu'elle soit réglementée ou pas.
Attention ils ne doivent pas avoir la qualité de commerçant (sinon ils entrent dans la
catégorie des BIC) ou être salarié (sinon on applique le TS).
Les BNC par assimilation
Selon l’article 156°1 : cette catégorie est une catégorie par défaut. On y retrouve par exemple :
- Les produits des opérations de bourse
- Le produit perçu par un inventeur
- Les revenus des ministres du culte
- Les revenus des joueurs professionnels (poker, casino, etc…)
- Les professions particulières : guérisseur, voyant, prostituée n'étant pas sous le contrôle d'un proxénète
- La sous location d'un appartement
-
-
- Les BNC par attraction
Ce sont des revenus qui n'ont pas la nature de BNC mais qui sont perçus accessoirement
à une activité BNC.
Exemple : un vétérinaire s’il vend des croquettes pour chat (donc catégorie BIC) mais au lieu de le mettre dans les
BIC, comme c'est accessoire à la BNC je fais rentrer cette vente de croquettes dans la catégorie des BNC par
attraction.
A) Distinction BNC professionnel et non professionnel
Le BNC professionnel n'est pas tiré d'une activité habituelle donc ce sont des produits
qui ne comportent pas de participation directe continue et personnelle du bénéficiaire,
donc le BNC est professionnel s'il est exercé à titre habituel dans un but lucratif.Exemple
de BNC non professionnel : gain sportif amateur
I) L'évaluation du revenu imposable
II) Le régime général
III) Le régime réel
Le terme exact est « Le régime de la déclaration contrôlée » mais c'est plus facile de parler de
« régime réel ». Ce régime est applicable de plein droit lorsque le montant des recettes
annuelles dépasse 33 200€.On va faire un prorata temporis sur l'année si ont créé l'activité cette année.
Ce régime est applicable aux personnes qui relèvent du micro mais qui souhaitent lever
l'option.
Pourquoi se mettre en régime réel ???
Si les charges sont supérieures à l'abattement et spécialement si je suis en déficit. C'est celui qui
gère l'activité qui souscrit la déclaration... comme pour les BIC.
a) Le régime principal
Il est applicable de droit si on ne fait rien → il s'agit du « régime de la comptabilité de
caisse » ou « régime de compta de trésorerie »  article 93 du code.L'assiette des BNC est
égale aux recettes encaissées moins les dépenses payées.
Doivent être prise en compte toutes les recettes encaissées durant l'exercice de notre profession, peu importe
l'exercice auquel elles se rattachent.Dans le système principal des BNC, la seule chose qui compte c'est « la recette
encaissée »Exemple : L’acompte versé cette année comptera pour l'impôt de cette année et le solde versé l'année
d'après comptera pour l'impôt de l'année d'après.En corollaire, on a les dépenses payées, il est important que la
dépense soit acquittée au cours de l'exercice, peu importe le reste ( la réception du matériel … ) et donc il faut
simplement que j'ai payé, qu'il y ait un débit, si le débit en 2016, j'impose en 2016 → régime classique, principal
de toutes les entreprises mais on a un régime optionnel.
Le régime optionnel
C'est le régime de « La comptabilité d'engagement » → ici l'assiette des BNC est égale
aux créances acquises moins les dépenses engagées.Ainsi on va prendre en compte une créance
acquise même si elle n'est pas encaissée, et on va prendre en compte aussi une dépense engagée même si elle n'est
pas encore payée.Dans ce mode de comptabilité, le suivi est plus précis, mais il est également plus lourd à gérer.
Exemple : pour une vente on aura forcément deux enregistrements :- Un premier au moment de l'émission de la
facture représentant l'engagement- Un second au moment de l'encaissement de la facture.
1) Le régime du micro BNC
Le terme exact est « le régime spécial BNC ». Pour les entreprises dont les recettes annuelles n’excèdent pas 33 200
HT, on applique ce régime du micro avec un abattement forfaitaire de 34%.Pour les BNC, et d'ailleurs
comme pour les BIC, ON A UN MINIMUM DE DEDUCTION DE 305€ c’est à dire que
l'abattement est au moins de 305 €Pour le régime du micro BNC aucune déclaration professionnelle
n’est à remplir.ON peut opter pour le régime de la déclaration contrôlée, le régime sera
valable 2 ans. Le versement forfaitaire social fiscal est également applicable aux BNC
A) L'adhésion à un CGA
Cela vaut uniquement pour les BNC professionnel et valable que pour ceux qui sont en
réel.Les avantages fiscaux sont les mêmes que pour les BIC en particulier on n'aura pas de majoration de 25% et
on a les mêmes obligations.
I) L'imputation des déficits (important)
Pour les BNC professionnel comme pour les BIC, les déficits peuvent être imputés sur le
revenu global et donc se compenser avec les autres revenus.
En cas d'insuffisance du revenu global, les déficits sont reportables jusqu'à la 6 ème année incluse.Pour les BNC
non professionnel, les déficits ne sont pas imputables sur le revenu global, ils sont
seulement reportables sur les bénéfices tirés d'activités de même nature des 6 années
suivantes c’est à dire que l'année prochaine je vais les imputer mes BNC non
professionnel sur mon revenu BNC.
En micro BNC je ne peux pas dégager un déficit et il faut opter si on a un déficit pour le régime réel.
Section 5 : Les bénéfices agricoles (BA)
Article 63 et suivant.
I) Revenus imposables dans la catégorie
II) Définition
Sont
de des BA
agricoles
statut. lesles
colonisation
tous bénéfices
paritaire
revenus tirés
ou de
de l'exploitation
de propriétaire
tirés de biens
exploitant
la terre, dès lors ruraux
eux-mêmes
qu'on sous forme
c’est
est agricole deque
à dire
peu fermage,
importe sont
notre
La typologie
1) Les BA par nature
Ce sont les bénéfices
pisciculture,
exploitation
donc
son imposer
revenu. coût d'exploitations
champignonnière
le sont imposables
de la carotte quel
ou qu'il
maisque
produits soitetlemangé,
aussi
a cultivé type deil culture,
forestiers.Donc
l'avantagenon ençanature
peut êtreque
seulement
doit donc indiquer detarif
les
le laproduits
culture,
tire dede
ça vautl'élevage,
etcette
quel'agriculteur. de
Onàlava
l'ajouter
Les BA par assimilation
Ici
la on met
qu'il enqui
propriété
nature de ne
aurait
également particulier
pas
dûest un
louer
tous les
ses
perdre
les aides
avantage
terres.
revenus accordées
si ililen
Onnature
impose
n'avait dans
pour
pas
accessoires lelepaysan
donc
été cadre
lade
surUn
lelaagriculteur,
PAC, le
revenu
propriétaire
de propriété revenu
des s’il
locatif
terres
comme du
est capital
qu'à (c’est
propriétaire, il àa dire
saexploite.Cela
qu'il
par propriété
exemple lesle revenu
l'avantage
= sur de
en ce
inclus
redevances tréfoncière s'agit de l'indemnité financière due par l'exploitation.
A) Les BA par attraction
Il s’agit de revenus qui ne sont pas agricoles mais qui sont accessoires à l’activité
agricole.
Exemple :des
moyenne Tourisme
recettesà des
la ferme. On précédentes
3 années va l’imposerexcède
comme30%
des de
bénéfices agricoles.
l’activité agricole.Cependant, il ne faut pas que la
I) Les personnes imposables
Les personnes imposables seront soit :
- L’exploitant propriétaire, on parle de faire valoir direct
- Levont
et
quicas de l’indivision
luiserevient.
mettre : en Chaque
en indivision. général, les membres d’une
indivisaire estfamille vont hériter
imposable sur lad’une exploitation
part agricole
des bénéfices
- Le fermage
l’on
(baux appelle
de
fermage
à lui sera c’est un
fermier,
30».C’est
en général,
imposé le bail
le au
9preneur
dansans lerural
soin dedans
minimum)
qui
cadre en
sera
des lequel
cultiver uneun
échange
imposé
revenus propriétaire
terre pendant
d’un
dans le loyer
fonciers. confie
une
cadreannuel
des BA,à le
très un
fixe preneur
longue
appelé
bailleur que
période
«quant
le
- Le métayage
c’est-à-dire
métayer.Les c’est
qu’il
deux y lorsqu’un
aura
sont imposés bailleur
partage
dans le des confie
cadrefruits à un
des BAde métayer
les deuxun
l’exploitation
parce que bail àleportion
entre
perçoivent fruits. de
bailleur
les etfruit
le
- Les membres
leur part dansde
le société
bénéficeetdans
de groupement
la catégorieagricole
des BA seront imposés chacun pour
- Il existeagriculteurs,
bénéfices unqui
abattement
l’exploitation
jeunes estrelevant
et octroyépour
aux
du les jeunes
nouveaux
régime
le montant est agriculteurs
portéexploitants
réel.Pour c’est-à-dire
LORSQU’ILS
ceuxl’année
à 100% percevant une réduction
bénéficient
la dotation de 50%
d’aides des
à aux
d’installation
de l’installation.
- Dans tous les cas, l’aide dure 5 ans !
-
- L’évaluation du revenu imposable
Le régime forfaitaire est supprimé, il n’existe plus. Le nouveau régime est calque sur celui des BIC.
Il existe
mais
on val’onune
donc particularité,
prend en compte
prendre c’est-à-dire
en comptel’année que l’on
les 3triennale
années (enne prend
raison
écoulées de pasque
etl’aléa
l’on enpeuvent
va compte
diviser l’année
subir
en 3. écoulée
les agriculteurs),
On retrouve les 3 régimes.
A) Le régime du réel normal
Le réel
hors normal s’applique lorsque la moyenne des recettes des 3 années précédentes est supérieure à 350 000 euros
taxe.
Les règles sont similaires à celle du BIC.
Le régime du réel simplifié
Il s’applique
82 lorsque
200 euros et la euros
350 000 moyenne
HT. triennale (= moyenne des recettes des 3 années précédentes) est comprise entre
Le régime du micro-BA
Il s’applique si la moyenne triennale est inférieure à 82 200 euros HT. L’abattement octroyé est de 87%.
Comme pour les BIC, on a toujours les 305 euros de charges incompressibles.
Poursalariés
les le calcul
l’année du
etCA, les recettes
d’exploitation
augmenté à prendre
augmentée
du en
decompte
paiement la
du sont :des
valeur
fermage « Les sommes
produits
pour encaissées
prélevés par
le propriétaire au cours de ou
». l’exploitant
En revanche sont
l’exclusion des exclus : « Les plus-values,
redevances ayant pour les subventions,
origine lespropriété
le droit de primes d’équipement
». et à
Tout agriculteur
régime descendant
réel simplifié, en dessous
il faut soit de 82 200
même prendre se retrouve d’office en micro-BA.Ainsi si l’on souhaite rester en
l’option.
Les exploitants
rattachement
n’existe pas de agricoles
des
BABA
parpar ne pourront
attraction
attraction pas
des
dans bénéficier
lerecettes
cadre du du mécanisme
provenant
régime permettant
dud’autres le
activités.Ainsi,
micro-BA. il
I) L’imputation des déficits
Le déficit
107 éventuel s’impute le revenu global à moins que les autres sources de revenus dépassent
826 euros.
Chapitre 2 : Les revenus liés à la rémunération du patrimoine
Les revenus ce n’est pas seulement le travail, le revenu c’est également le patrimoine.
Section 1 : Les revenus fonciers (RF)
I) Les revenus imposables dans la catégorie
II) Le principe
En principe,privé.
l’usufruitier
patrimoine sont imposés
retire les revenus
de location de toutes
de propriété natures
bâties ou nonque le propriétaire
bâties oude son
faisant partie
L’article 14 sont
inclut
constructions,
même s’ils lesoutillages
revenus
à seulement
des tirés
fixésde
retenus autoutes
par installationsdemeure
sol àamarres.
des perpétuelle commerciales ou industrielle
ainsi que des bateauxassimilables à des
utilisés en un point fixe
Les exceptions : les revenus imposés dans d’autres catégories
La première catégorie est celle des BIC. On va imposer principalement 4 revenus de nature foncière :
- Tout
a
du revenu
inscrit
revenu provenant
à l’actif
qu’il dede
du bilan
touche. la son
location d’immeuble
entreprise. qu’un commerçant
Le commerçant ou industriel
peut définir lui-même la nature
- La location
industriel
imposé
partielle d’un paret
enmuni
BIC une
des
service, non
on personne
outils
esten et
revenu
donc plusphysique
matériels
foncier
proche d’un établissement
nécessaires.Dans
(RF).Cela
d’une activité commerciale ce
se justifie car commercial
ilcas,
que s’agit
foncière. et sera
ledebailleur
la rémunération
- La location
fonction d’immeuble
propriétaire
en résultat nu
aubénéfice.
du de lorsqu’elle
l’entreprisea donc
pour notamment
effet de faire participer
quand le est calculé
le loyer
- Sera imposé en BIC plutôt qu’en RF, toute location de bien à usage d’habitation
meublée.
- Il existe deux exceptions :
- Si le760
pas particulier
euros parloue
an une ou plusieurs
 article 35bis §1 chambres de sa résidence principale et que les recettes n’excèdent
On ade
sera une politique
12,5% d’encouragement
la première année et deà25%
louer les logements,
l’année suivante.il y a une taxe sur les logements vacants, cette taxe
Sont exonérés
cette lesrésidence
pièce est la personnes qui louent
principale duenlocataire.
meublé l’une ou plusieurs pièces de leur résidence principale, lorsque
I) Les revenus exonérés
Selons’il
l’article
l’avantage
sauf 30 : leimmeuble
en nature
s’agit d’un propriétaire quinéanmoins.Il
qui en résulte se réserve
à résidence layjouissance de sonprévue
a une exception
principale. propre àappartement
l’article 15 §2se: voit imposeren nature
On impose
Aujourd’hui,
pour
qui habite les immeubles
l’avantage en nature
l’immeuble dont pas
qu’ils
ne pourra on se réserve
constituent.
déduire Lalacontrepartie
ses jouissance ne
charges. sontque
étant pasleimposables
propriétaire
Les personnes imposables
Dans la majorité des cas, la personne imposable c’est le propriétaire de l’immeuble.
Quand on est en propriété indivise, on va être imposé chacun pour sa part dans les revenus.
En cas
être de ildémembrement
imposé
déclarer car neparce
touche qu’il de propriété
rien. détient (usufruitier
la jouissance des et nu-propriétaire),
fruits.Le c’est l’usufruitier
nu-propriétaire quiàva
quant à lui n’a rien
Si l’immeuble
donc est loué
chacun sera grâce
imposé à une
pour SCI, on tombe dans le cas d’une société transparente,
ses revenus.
La détermination du revenu net imposable : article 28
Ce que l’on impose est un revenu net c’est-à-dire un revenu brut auquel on a soustrait les charges.
A) Le revenu brut
B) Les loyers
Ce sont les loyers
effectivement perçus au cours de l’année d’imposition, il s’agit des revenus
perçus.
Si le loyer est
réintégrer anormalement bas (c’est-à-dire notoirement en dessous du prix du marché), l’administration peut
la différence.
Les revenus accessoires
On ajoute au loyer, les recettes accessoires provenant :
- Du droit d’affichage
- Du droit de chasse
- De manière générale toutes les redevances qui ont pour origine le droit de propriété
- On mis
été va également
à la chargeajouter au loyer,
du locataire partoutes les dépenses
le contrat incombant
de bail puisqu’il au d’avantages
s’agit propriétaire en
mais dans le paiement a
natures.
- Exemple : Demander au locataire de payer la taxe foncière
- On ajoute
que laégalement
aménagements
revenus
acquitté
ainsi à la par
taxeeffectués
accessoires,
par le valeur
les desordures
le des loyers,
locataire.Au
dépenses
propriétaire.C’est
d’enlèvement l’attribution
contraire
incombant
fréquemment
ménagères. sans
le au
cas indemnité
devront être
locataire
des frais deretranchés
constructions
mais qui
d’entretiens ou été
de
des ont ces
parties communes
-
- Les revenus exceptionnels
3Sont
: considérés comme revenus exceptionnels les revenus non susceptibles d’être perçus chaque année, il y en a
- Le dépôt
que
jour les
où dépôtsdedegarantie,
ils seront aussi
garanties ne
utilisés. appelé
doivent « inclus
pas être la caution : d’aprèsfonciers,
dans les» revenus un arrêtilde 1981,d’une
s’agira on a considéré
recette le
- Les
la
il est pas-de-porte
mesure où
perçu.
commerce, Siill’on
on va (=de
n’ypouvoir
a pas
arrive àle fait de rentrer
remboursement,
démontrer
l’exclure. dans unvéritable
que ce ilpas-de-porte
s’agit d’un commerce
constitue : baux
revenu, il sera commerciaux)
donc
une dépréciation duimposé : dans
l’année
fonds de où
- Les subventions,
Elles en particulier
sont imposables au revenucelle de l’ANH (agence nationale pour l’habitat).
foncier.
-
- Les charges déductibles
- Les conditions de déductibilités
Pour être déductibles, les charges doivent remplir 5 conditions (4 de fond et 1 de forme) :
- Être
tels engagé
que les frais en vue de l’acquisition
d’enregistrement ou la conservation du revenu, cela exclu des frais
(frais de notaire)
- Avoir été
charge payénaissance
a pris au cours de l’année d’imposition peu importe la date à laquelle la
- Être effectivement
locataire au propriétaire supporté par le
plus tard (charge propriétaire
d’ascenseur, : on exclut
d’entretien toutescommunes
des parties charges remboursées
etc…) par le
- Il faut que
fonciers, cela
cela seles
exclut rapporte à dont
immeubles un immeuble qui
le propriétaire se soit imposable
réserve au titre des revenus
la jouissance.
- Avoir un justificatif (exemple : facture)
-
- La typologie des charges éligibles à la déductibilité
- Les dépenses de gros entretiens et de réparation
Le menu entretiens est à la charge du locataire. Les charges de grosses réparations sont supportées par le
propriétaire.
Sont donc
qu’elles déductibles
aient
l’agencement, pour lesde
objet
l’équipementcharges delui
maintenir
et sans gros
ou entretiens
remettre
conférer et de réparations
del’immeuble à la en
en état sans
plus-values. condition
modifier
Les
peutdépenses
besoin
faire
conditions du d’améliorations
queentrer
l’on fasse ne
danscertaines
locataireles sont doncil pas
dépenses,
: charges déductibles
y a les
déductibles, donc néanmoins
des exceptions
charges liés : Lelepropriétaire
locataire
à l’amélioration desa
- Installation d’un ascenseur
- Installation de chauffage
- L’aménagement de salle de bain
- Ainsi que la division d’un grand appartement en plusieurs sans affectation du gros œuvre ou de la surface
habitable
-
- Les intérêts et frais accessoire de dette contractées pour l’acquisition du
logement
Le législateur loués
d’immeubles permet la d’accélérer
afin déduction des frais et intérêts
la construction d’emprunts liés à la conservation, réparation, acquisition
d’immeuble.
La seule chose à et
l’administration faire est que
il faut de manifester
la location clairement sa volonté
soit effective de louer auprès
dès l’achèvement de
ou l’achat.
Les autres charges
Il s’agitcouvert,
risque principalement
déplacement, des primes
deencommunication,
particulier ded’assurances
: Le risque de loyersqui
publicité sont déductibles
impayés, les frais depour leur les
gestion, montant réel
frais de quel que soit le de
correspondances,
Chaque année, on peut demander une réduction de 20 euros.
Les impositions sont déductibles lorsqu’elles sont à la charge du propriétaire, en particulier la taxe foncière.
En revanche ne sont pas déductibles tous ce qui est à la charge du locataire.
A) Le déficit foncier
Le revenu
que foncier
l’on ne peutest la plus
plus simple
imputer façon
les d’avoir
déficits deun déficit.Aujourd’hui,
cette catégorie sur leilrevenu
y a uneglobal.
règle qui est
Les déficits fonciers ne peuvent être imputés que sur des revenus de mêmes natures des 10 années qui suivent.
Néanmoins, il y a quelques exceptions :
- Les
sur laimmeubles
partie
l’engagement
assortit d’une duhistoriques
de l’immeuble
propriétaire
interdiction : lesde
qui est d’une dépenses
inscrite peuvent
à l’inventaire.Ce
conserver
mise en être imputésde
régime
l’immeuble
copropriété. surfaveur
le revenu
pendant global
est
au sans
15limitation
subordonné
moins ans,à
- Les
de déficits
propriétaire
25 résultant
d’un
000 euros
succession ou par
d’une deàtravaux
immeuble
an sont de
conditions
donation grosses
déductibles
que4ème
jusqu’au réparations
le démembrement
degré. engagées
de son revenu global par
résulte lelanu-
dans
d’une limite
- L’évaluation du revenu imposable
On va avoir un régime réel et un régime micro.
1) Le régime du réel
On vaun
ainsi déclarer
revenule revenu
foncier brut et les charges, on fait la différence entre les deux donnant
net.
C’est ce revenu foncier net qui sera imposable et il faudra l’ajouter à l’ensemble des autres revenus.
Le régime micro foncier
Il s’agit
brut d’unne
annuel régime s’appliquant
dépasse pas 15 000deeuros.
plein Il
droit
n’y a aux personnes
pas de dont le revenu foncier
déclaration spécifique.
L’abattement est de 30% de ce revenu brut qui représente les charges.
Le 25%.
de contribuable
Le micropeut renoncer
ne peut au microdeetdéficit.
pas dégager opter pour la déclaration réelle sachant qu’ici il n’y a pas de majoration
L’option est irrévocable pendant 3 ans, il faut donc bien planifier.
Il y a une petite
immeubles limitation,
bénéficiant le régime
de régimes dedu micro n’est applicable aux monuments historiques ni aux
faveurs.
Section 2 : Les revenus de capitaux mobiliers (RCM)
Ce sont
placement
très des
de
grosses revenus
sommes de de capitaux
d’argents.Il
obligations dénonciations. la catégorie(communément
s’agit demobiliers la plus difficile àappelé placement),
frauder, provenant
du fait que du ont de
les banques
Il existe 3 types de valeurs mobilières :
- Les produits de placement à revenu fixe
- Les produits de placement à revenu variable
- Les revenus des valeurs mobilières étrangères
-
-
- Les produits de placement à revenu fixe
Il y a 3 grosses catégories :
- Les revenus des obligations
- Les produits de bons de caisse
- Les revenus de créances, dépôts, cautionnement et compte courant
-
-
-
-
-
- Les revenus des obligations
Pourque
dire
aura ces lorsqu’on
déjà obligations,
prélevé cette le législateur
nous paie,ilon
somme, ad’un
reçoit
s’agit prévu
une un prélèvement
somme
acompte d’argent
d’impôt àdéduite
la source
qui n’est de24%.La
des 24% c’est-à-
pas libératoire. banque
La globalité
de l’acomptede la somme
déjà doit
payé. Cet être soumise
acompte à l’impôt
ne servira qu’à sur
titrelede
revenu
créditsans se préoccuper
d’impôt.
Il n’y aucune
savoir déduction
qu’en plus de ces de charges possible,
prélèvements, on déclarera
on ajoute, la valeur
les cotisations nominale
sociales de ce que l’on aurait du toucher. A
de 15,8%.
Un prélèvement de 30% s’applique pour les revenus payés dans les états non coopératif.
Les produits de bons de caisses
Il s’agit d’une créance, c’est un bon à ordre.
Pour cette catégorie, on applique soit :
- Le droit commun (avec un prélèvement à la source de 24% se transformant en crédit d’impôt)
- Soit le régime de l’anonymat.
- aLedonc
problème de l’anonymat
2 solutions : est que l’on ignore qui l’ont est donc on ne sait pas ce que l’on paie ou pas, il y
- Lever l’anonymat
- Ou payeràun
d’inciter paiement
lever libératoire qui est au taux de 60% c’est une sanction afin
l’anonymat
-
- Les revenus de créance dépôts, cautionnements et compte-courants
- Le droit commun
En principe,
peuvent
les tous
faire
frais de ses produits
l’objet
courtage de
etc…ne sont pas assujettis
déductions au droit commun.Néanmoins
de charges ces de
en particulier les frais revenus-là
recouvrement,
Il n’y a pas de prélèvement, il n’y a pas de crédit d’impôts.
Les revenus exonérés
Pour favoriser l’épargne populaire, on exonère un certain nombre de produits :
- Livret A
- Livret jeune
- Livret d’épargne populaire
- Livret de développement durable
- Les comptes épargnes logement
- Les plans épargnes logements
- Les livrets épargnes entreprises
- Tout cela ce sont des niches fiscales.
- Les produits de placement à revenus variables
Il s’agit principalement des actions, parts sociales et revenus distribués.
A) Les dividendes
Ce sontatteint
société les revenus qui sont
un bénéfice et le produit
distribuedes
ouactions
pas. (ou parts sociales) c’est-à-dire ce que l’on touche lorsque la
On distingue entre les sociétés qui sont à l’IR et celles qui sont à l’IS :
- l’exercice
placés ces
de sociétés
A l’IR : dans distribuent
leurlaactivité.Les
catégories àcorrespondant
leur associé
bénéfices neles bénéfices
vontàpas en fin placés
être
l’activité d’année mais qui
dans
de la sociétélescorrespondent
RCMBNC,
(BA, àêtre
maisBIC)
- Les
Il fautsociétés
dividendes
faire une soumises
d’une à l’IS
société soumise
distinction selon enbénéfice
:le
à l’IS
que ce quiêtre
vont concerne l’imposition
imposés
est mis ou à l’IR
non en des associés
dans
réserve qui reçoivent
: la catégorie desRCM.
des
- LorsqueEnlerevanche,
l’associé. bénéfice est
il est mis
pris pour le ilpaiement
en réserve,
en compte échappe de
à toute
l’IS. imposition du point de vue de
Pour atténuer
France
d’impôt unecette
régulièrement
parqui
également à double
distribués
convention
unfinal
au taxation,
par laàloi
une société a source
internationale.Ces
prélèvement
constituera laun mis en ou
française place
uneun
dividendes
crédit NON abattement
société
sont soumis
libératoire
d’impôt. de
ayantàson
un40%
de s’appliquant
siège dans
abattement
21% l’UE aux
ou
de 40%
constituant dividendes
dans
mais un acompte
un Etat lié à la
Pour
l’on
en aitles dividendes
payé
France. touchés
un prélèvement à l’étranger,
dans ici, le payé
cet Etat. L’impôt prélèvement n’existera
à l’étranger pas.En revanche,
constituera il se d’impôt
un crédit peut que
A) Les plans d’épargnes en action (PEA)
Il s’agit d’un produit fréquemment vendu dans les banques.
Fiscalement,
non les produits
côtés.deNéanmoins,
paiements des
ils ne
prélèvements PEA
sont
sociaux.passont exonérés
exonérés d’impôts jusqu’à
des prélèvements sociaux 10% deon
et donc rendement pour
paye les 15,5% les titres
des
S’il y aceune
Dans cas,fraction imposable,
cette fraction on déclarera
imposable ouvre droitcette fraction de
à un abattement imposable
40%. avec les autres revenus.
Section 3 : Les plus-values des particuliers
Les plus-values
quelques années,c’est lorsqu’on
on revend achète
ce bien uncher.
plus bien Le
qui gain
va se trouver
gagnédans notre patrimoine
correspond privé et au bout de
à la plus-value.
Les moins-values correspondent au contraire des plus-values.
Dans les deux cas, cela peut avoir une influence fiscale.
I) Les plus-values immobilières
On impose les plus-values effectivement réalisées ! On n’impose pas les plus-values latentes.
Depuis
ne 2004,
va pas êtreles plus-values
ajoutée sont imposées
aux autres à taux
revenus (BIC, fixe
RCM ce qui signifie que la plus-value
etc…).
A) La notion de plus-values imposable
B) Les plus-values imposables
Il y a 3 critères :
- Une
les personne
plus-values
sociétés
vendent
pas agissant
transparentes
un bien
soumise dessoumises
à ce faisant
régime. parti dans
de l’IRla
professionnels
àleur gestion
sont deaux
(exemple
soumises
patrimoine :son
privé. patrimoine
lesrégimes
plus-values
Concernant des des privé
plus-values
son activité cela
des exclut
commerçants).De même,
particuliers
professionnelle, donclessera
si elles
elle ne
- Les biens
(usufruit, visés sontainsi
nue-propriété) les immeubles bâties
que les parts ou nonde
et actions bâties, les droits
sociétés immobiliers
immobilières.
- On ne retient que les opérations à titre onéreux.
-
- Les plus-values exonérées
Article 150 U.
a) Les exonérations liées à la nature des biens cédés
Le principal et
principale exemple est réalise
que l’on celui deune
la résidence principale.En
plus-value cas desera
cette dernière vente de notre résidence
exonérée.
Dans
des un
vacant, arrêt
propriétaires
il ne rendu
ont
s’agit parl’appartement
vidé
plus de lale CE en 2010,
résidence on s’estde
en attendant
principale. interrogé sur la question
vendre l’appartement. ducedéménagement.Lorsque
Dans cas l’immeuble est
Cet appartement rentre-t-il dans cette catégorie qui sera exonérée ?
Le CEyaait
qu’il décidé
permettre un que dans
certain
une vente ce cas,
nombre
rapide. il s’agit toujours
de diligences de la en
accomplies résidence principale
vue de la à condition
vente destinées à
Autre exemple, la première cession d’une résidence qui ne constitue pas la résidence principale à condition que :
- Le cédant
qui n’ait pas été propriétaire de sa résidence principale dans les 4 années
précèdent
- Qu’il réemploi l’argent dans les 24 mois pour l’achat de sa résidence principale
- Les plus-values.
les immeubles achetés il y a plus de 22 ans ne sont pas soumis à l’imposition sur
-
-
- Les exonérations liées à la nature de la cession
Les plus-values
exonérées
pas
estd’un à(cela
plafond
porté de euros.
cession
concerne
30annuel.Ce
000 dont
qui est le les
principalement prix de c’est
vent plafond
garages).Ce
intéressant n’excède pasest15
que sis’applique
l’on 000
bien
mariépar euroset ilsont
bienPACSE,
ou ne s’agit donc
le seuil
Les remembrements
démembrement dephase
n’est qu’une propriété ne donc
intercalaire sontfiscalement
pas imposables. Lepas
on ne prend droit
enfiscal
compteétant réaliste,
cette le
exonération.
En
y a cas d’expropriation,
l’indemnité
eu pas
l’argent dans
mal de
 cela fraudes
est lacar
plus-value
l’achat
prohibé d’un
pas
on mal ou
nede est exonérée
plusieurs
personnes
peut si l’expropriée
ontbiens de
réemployer
pas racheter même
des l’argent procède
partsnature
dans
ou des SCIau
desdans réemploi
un
afin
actions délai
de
deseSCI.
faire de
d’un
de an.Il
Les exonérations liées à la qualité du cédant
Lesdont
et
(QF) titulaires
majorée d’une
le revenu
de 2676 pension
n’excède
euros depart
pas
par demie- retraite
10 sont ou d’une
024 euros pourcarte
exonérés d’invalidité
lataxation.
de première part non assujettis
de quotient à l’ISF
familial
Les retraités
cèdent et invalides
leur ancien
exonérés. de dans
domicile conditions modestes
les deux résidant
ans après l’avoiren maison
quitté deégalement
sont retraite qui
A) Le calcul de la plus-value (PV) imposable
Le calcul s’opère
d’acquisition en gratuit,
à titre déduisant du prixvénale
la valeur de cession, le de
au jour dernier prix d’acquisition ou en cas
l’acquisition.
1) Le prix de cession
Le prix de cession est le prix stipulé dans l’acte de vente et qui a été déclaré par le notaire.
Le prix de cession fait l’objet de certaines corrections :
- Il faut ajouter les frais, charges et indemnités qui ont été stipulés au profit du
cédant.
- Il faut diminuer
l’occasion
ou les cession.Exemple
de cette
des indemnités frais
d’éviction acquittés
versées et des
: Les
au locataire. taxes supportées
commissions par le cédant
versés à un intermédiaire, à d’agence
les frais
- En cas d’indivision,
fondement
l’indivision de la à
c’est la PV
fraction
dire sera
du
pour sataxée
prix au nom
de vente
quote-part de chaque
correspondant
dans indivisaire surdans
à ces droits
l’indivision. le
- En
Il casdes
vas’agit
devoird’expropriation,
bénéficiaire àdes
l’exclusion
indemnités
payer il des
faut
compensatrices
impôts si l’on retenir
indemnités l’ensemble
destinées
réalise à couvrir
une plus-value qui des
accessoires
notre
était indemnités
préjudice.A
jusque-là allouées
non représentatives
cause de
latente. au
du prix
l’expropriation, on
-
- Le prix d’acquisition
Si
en le bien
l’acte
compte
notarié. laest acquis
d’acquisition
valeur vénaleàdu
qui titre
bienonéreux
sera pris
au jouren c’est le prix
de compte.En
l’acquisition réel
cas c’est-à-dire
d’acquisition
c’est-à-dire àletitre
la valeur prix stipulé
gratuit,
figurant dansdans
on prendra
l’acte
Ce prix d’acquisition va subir des rectifications :
- Il
a va être
dupayé.Ces
prix augmenté
considération vade
frais des
faire
! (Important) dépenses
diminuer
notaires, il yla effectuées
a plus-value pardeleles
cédant
c’est-à-dire
la possibilité les
fixer et dontde
frais lanotaires
prise en
forfaitairement qu’il
à 7,5%
- Ou les le
exact, frais de successions,
forfait ils sont
7,5% n’est pas obligatoirement
du tout applicable. retenus pour leur montant
- Il
neest
peutaugmenté
amélioration,
revenu imposable.Si
pas des
les prendre travaux
agrandissement
enl’on c’est-à-dire
àtravaux
condition
a un locataire
compte. Ces et que des
l’on dépenses
qu’elles
a déclaré
ne doivent lede
n’aient construction,
pasdans
ses dépenses
pas avoir caractèredéjà
de le rénovation,
été déduites
revenu
dépense foncier, ondu
locative
- Pour les travaux, on applique des règles différentes en fonction de la vétusté :
- Pour une
cession
avoir cession
d’immeuble
des d’immeuble
non
justificatifs bâtides
cédé
bâti (exemple
c’est-à-dire : un avant
terrain),5on
factures. ans de détention
applique ouréels,
les frais pour une
il faut
- Pour
du la de
prix
probablecession
contribuable d’un
aura
aitle immeuble
choix entre
l’acquisition.Pourquoi
que l’on effectué bâti
ce cédé
les Ce plus
frais réels
forfait
des travaux. de 5augmenter
sur
devient
qui 15% ans
? Caraprèslela
justificatif ou détention,
un
on considère
prix forfait letrès
qu’il estde
d’acquisition. 15%
- Les frais
cela de voiries,
concerne surtoutdel’achat
réseaux et distributions
d’un imposées dans le cadre des PLU (plan local d’urbanisme),
terrain à bâtir.
-
- Les abattements pour durée de détention
Selon l’article
abattement de150
: VC du CGI : Lorsque l’immeuble est détenu depuis plus de 5 ans, sa valeur est diminuée d’un
- 6% par année de détention de la 6ème à la 21ème année
- 4% pour la 22ème année
-
- Les modalités d’imposition de la plus-value
Elle n’est pas comprise dans le revenu global.
La plus-value est taxée à 19%. On la taxe opération par opération ce n’est pas annuel.
Si le cédant estsociaux
prélèvements résidant en France,
soient la 1/3
environ PV subit
de sales prélèvements sociaux.Au total on va payer 19% + 15,5% des
valeur.
Il faut savoir qu’il existe une taxation supplémentaire pour les PV supérieur à 50 000 euros.
I) Les plus-values mobilières
II) Le régime général
III) Les personnes imposables
Il s’agit
que des personnes
les sociétés physiques
de personnes agissant
relevant dans le cadre de la gestion de leur patrimoine privé ainsi
de l’IR.
Les biens imposables
Ce sont les biens meubles, en particulier :
- Les chevaux de courses
- Les bateaux de plaisance
- Les vins, les eaux de vie reçues en paiement de fermage.
- Les biens exonérés
Sont exonérés :
- Les meubles meublants
- Ls appareils ménagers
- Les voitures qui ne sont pas des objets d’art ou d’antiquité
- Les meubles dont le prix est inférieur ou égal à 5000 euros
- Détermination de la PV
On applique les mêmes principes que pour les immeubles avec 3 différences :
- Il n’existe pas pour
cession.Néanmoins,
prix d’acquisition de forfait
les frais
leur concernant
acquittés
montant réelpour d’éventuel
la restauration frais
sur justificatif. lié àenl’acquisition
ou la mise ouajoutés
état peuvent être à la au
- La durée
réduit de de
5%détention
par annéepour abattement
de possession n’est pas
au-delà la 2
de la même,
ème
le montant de la PV est
année.
- Que ce
qu’il n’ysoit en matière
a pas mobilièreou
de compensation oud’imputation
immobilière, sur
les moins-values ne sont
le revenu global pas
ou sur lesprises en compte
revenus c’est-à-dire
de même nature.
- Le régime d’imposition
Les PV
total desur les biens meubles sont taxables au taux de 16% auxquels on ajoute les 15,5% de prélèvement sociaux =
28,1%.
Ici, il n’y de
spontanément
compter a pas de
auxnotaire
services
la cession.Si c’est
l’on despayable
oubli de le faireopération
impôts, une subiraprès
déclaration
on peut opération, il faut
dans un fiscal.
un redressement délai donc
d’un déposer
mois à
A) Les régimes spécifiques
B) PV sur valeur mobilière
C) Les biens imposables
Dans ce
forme régime de
d’action, spécifique on impose
part sociale les cessions de titre cotés ou non émis par des sociétés sous
ou d’obligation.
Ne sont prises en compte que les cessions à titre onéreux, non à titre gratuit.
Attention : ne relève pas de ce régime deux catégories de titre :
- Les titres
régime de société
des plus-values qui figurent à l’actif d’une entreprise. Cette cession est taxée dans le
professionnelles.
- Les titres
pour
valuesplus de
desociétés non
la moitié
immobilières côté
par
des desàimmeubles.
prépondérance
particulières. immobilière
Les cessions qui
de ces sontsont
titres des taxées
sociétés dontlel’actif
dans régime estdes
constitué
plus-
-
- Détermination de la PV imposable
Il faut toujours prendre en compte les prix réels :
- Concernant
frais le le
acquittés par prix de cession, on prend en compte le prix de cession en bourse diminué de ces
cédant.
- Concernant
majore
frais dedes le prix
frais
courtage. d’acquisition, qui
correspondants on prend en compte
sont toujours deslefrais
prixde
decommissions,
la bourse et on
dele
- En cas de cession,
pondérée le même jour, de titres acquis à des prix différents, il faut procéder à la moyenne
des acquisitions.
- Par PV
les contre les
etAucune
suivantes. les moins-values
MV.En cas de sur
imputation lesont
moins-valuesprises
revenu en
n’estcompte
net, celle-ci
global peut êtreet
possible. l’on va
reportée surpouvoir
les PV descompenser
10 années
-
- Le régime d’imposition
Aujourd’hui
imposées aules plus-values
barème de valeur
progressif mobilière sont intégrées dans le revenu global et
de l’IR.
Néanmoins au moment de la déclaration, il existe deux abattements pour encourager la détention longue durée :
- Lorsque
moins 50% les titres sont
du montant détenus depuis au moins 2 ans, on a le droit à un abattement d’au
de la PV.
- Lorsque les titres sont détenus depuis au moins 8 ans, on a un abattement qui est de 65%.
-
-
-
- Les exonérations et report d’imposition
On a de
titres nombreuses
acquis
innovantes. pour un PV
planend’épargne
particuliersalarial
pour les PEA 153bis).
(article (article 150A), il pour
Et enfin y aurales
une exonération
titres de jeunesde même pour les
entreprises
1) Les PV sur les objets et métaux précieux
On a d’abord un certain nombre d’exonérations, sont exonérés :
- Les objetsseule
personne
collections
timbres) et métaux
formant unprécieux
ou 10 000 dont
euros
ensemble leun
pour montant
couple
apprécier n’excède
parseule
en une pas (exemple
5000
opération.A
fois euros
l’exception pourdes
: collection une
de
- Les cessions à un musée, une bibliothèque publique ou aux archives de l’Etat
- La taxation est calculée sur le prix de vente au taux de :
- 10% pour les métaux précieux
- 6% pour les bijoux, objets d’arts et antiquités
- Les taux sont majorés de 0,5% au titre de la CRDS.
- Une option
commun est possible
à condition de sauf pourjustifier
pouvoir les métaux précieux
la date : le le
ainsi que vendeur pourra opter pour le régime de droit
prix d’acquisition.
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
- Sous-titre 3 : La liquidation de l’IR
- Chapitre 1 : La détermination du revenu net global (RNG)
- Pour trouver
catégoriels
métaux à le revenu brut
l’exception
précieux. desglobal (RBG), il faut
PV mobilières, additionner
immobilières les revenus
et celles nets les
concernant
- Afin d’obtenir le revenu net global, il va ensuite falloir faire ces opérations :
- RNG = RBG – les déficits reportables – CSG – les charges globales
- Section 1 : Imputation des déficits
- Il faut se
niveau duréférer
agricoles). revenuà l’article 156-1pour
global (sauf : l’imputation
les revenussefonciers,
fait d’abord au niveau catégoriel,
les plus-values il se fait ensuite
de valeur mobilière au
et les déficits
- Les BIC,
même BNC et BA non professionnels ne sont imputables que sur les revenus de
nature.
-
- Section 2 : Les charges déductibles du revenu global
- Article 156.
- Les charges globales
dépenses
global. ne correspondent
qui à raison pas à l’acquisition
de leur finalité mérite de ou àvenir
la conservation d’un revenu.Ce
en déduction sont des
du revenu
- Elles sont limitativement énumérées par la loi.
-
- Les pensions alimentaires
Il s’agit de celles qui sont versées soit :
- Dans le cadre de l’obligation alimentaire légale
- Par une décision de justice
- L’obligation alimentaire
La somme
elle versée àau
est imposable titre
nomdedu
pension alimentaire est déductible du revenu du débiteur et
bénéficiaire.
Si la pension est versée à un enfant majeur, des règles spécifiques s’appliquent :
- L’enfant ne doit pas être rattaché au foyer fiscal
- Le plafond de 5738 euros s’applique par an et par enfant
- Cette
majeur
enfant pension estdedoublée
célibataire
majeur
l’avantage. chargé mais sisi
chargé
famille, ceslebeaux-parents
contribuable ou subvient
de famille versent
un une
enfantseul au besoin
marié.Dans
pension alors elles vontd’un
ce cas, enfant
selorsqu’on
partager a un
-
-
- La pension alimentaire versée en cas de divorce ou de séparation de corps
Article 156 §2
Les pensions qui sont versées sont déductibles sous 3 conditions :
- Les époux
corps doivent
ou de divorceêtre
: ils séparés del’objet
doivent faire corps, divorcé
d’une ou d’imposition
procédure en instance de séparation de
séparée.
- Les sommes
versées à titre deversées doivent
dommages avoir
et intérêts lepas
ne sont caractère de pension alimentaire : les sommes
déductibles.
- Le versement de la pension doit résulter d’une décision de justice
- Pour ce qui concerne
contribuable
le juge. lagarde.
n’a pas la portion de pension
Cette qui est
portion estversée pour l’entretien
déductible des enfants
à hauteur mineurs dont
du montant fixélepar
- L’autre parent doit déclarer cette somme dans les traitements et salaire !
- Enfin,
ne peutsi pas
la pension alimentaire
être déduite fixée
au-delà par leeuros.
de 5738 juge profite à un enfant majeur dans ce cas, elle
-
- Les frais d’accueil d’une personne âgée de plus de 75 ans
Article 156 §2
C’est un avantage consenti en nature en l’absence d’une obligation alimentaire.
Il faut des conditions :
- Avoir plus de 75 ans
- Vivre en permanence sous le toit du contribuable
- Avoirpour
904 un revenu imposable
un couple marié inférieur à 9600 euros pour une personne seule ou 14
- Quelles sont les conséquences ?
- Cet avantage
3704 enpersonnes.
euros par nature est déductible pour les frais réels sur justificatifs dans la limite de
- Néanmoins,
forfaitaire etladonc
doctrine
il n’yadministrative indique
a pas besoin de que le
justificatif ! plafond constitue une somme
- La doctrine
libéralité, administrative
elle n’est donc pasconsidère que
imposable encet
sonavantage en déclare
nom, il ne nature constitue pour le bénéficiaire une
pas cette somme.
-
- Section 3 : Abattements spéciaux
- Article 157 bis et article 195
- On a des abattements accordés aux personnes âgés et aux invalides :
- Pour
du
eurosleset
revenu
marié,
remplissepersonnes
1175
les âgées
global unet
euros
plafonds
les de
si
conditions.plus de 65 ansest
abattement
le revenu
abattements ousont
de invalides
2348
inférieur quiàont
euros
doublés, 22 des
si il
le
730 revenus
revenu
suffit modestes
n’excède
euros.S’il
qu’une onpas
s’agit
seule peut
14déduire
d’un 730
couple
personne
-
- Chapitre 2 : La détermination de l’impôt net
-
- Section 1 : L’impôt brut
- Le barème de l’impôt
L’impôt
14, 30, 41sur le revenu
et 45) avec unesttaux
un impôt progressif
qui croit parcertain
jusqu’à un tranche celaàsignifie
seuil qu’il estledécoupé
partir duquel en plusieurs tranches (0,
taux stagne.
Il y a deux taux :
- Le taux marginal d’imposition qui s’impose à la dernière tranche de revenu
- Le taux moyen
montant d’imposition
total de : il est donné par le rapport entre l’impôt dû et le
l’impôt imposable
-
- 
-
- Exemple : célibataire qui gagne 42 000 euros
- Il va être imposé :
- Pour
(26 la –première
818 tranche
9710) : 17 : 9710
108 euros x 0%==2395
x 14% 0 eurosPour
euros la seconde tranche qui s’étend jusqu’à 26818 euros
- Pour la troisième
résultat on est allétranche quiàs’étend
de 26 818 jusqu’à
42 000 d’où une71différence
898 eurosde
: 15182
15 182euros
eurosx 30% = 4555 euros Pour obtenir ce
- Taux moyen d’imposition : I/R = 6950/42000 = 16,55%
-
- Le quotient familial
C’est un procédé original parce qu’il est inconnu dans les autres pays.
C’estseule
une un système
contribuable
part inventif
enavant
un certainparce qu’il
nombre de
de remultiplier consiste
parts
par à diviser
puis
le nombre le revenu
à appliquer
de part. imposable
le taux du
qui correspond à
Il suppose des opérations successives.
A) La détermination du nombre de part
B) Situation générale
Déjà vu : on a une part pour adulte, 0,5 par enfant et 1 part à partir du 3ème.
La majoration du nombre de part
a) Le contribuable vivant seul qui est ou a été chargé de famille
Si le contribuable
demie-part qui vit seul
supplémentaire est
s’il actuellement
a élevé sans enfant
seul un enfant à charge,
pendant 5 ans :il1,5
bénéficie
parts d’une
Le contribuable
premier
enfants :enfantqui :vit
3,5 parts seulpour
:Mère
Une est actuellement
célibataire : 2 une
la mère, chargé
parts : unelede
pour 1erfamille
pour enfant,: 0,5
l’enfantil et
bénéficie
une le
pour pour d’une
la
second part
mère.Mère
et enfin entière pour
célibataire
une part pour le 3dele
ème
.3
Cela ne marge pas en cas de concubinage, il faut se placer l’année d’imposition pour prendre en considération ce
concubinage.
Le contribuable veuf chargé de famille
S’il est chargé
assimilé de famille marié.
au contribuable et que ses enfants sont issus du mariage avec le conjoint décédé, il est
A) Les opérations effectuées
Ordre des opérations à effectuer :
- Il faut diviser le revenu global par le nombre de part
- Ensuite il faut calculer l’impôt dû pour une part
- Enfin on remultiplie l’impôt dû pour une part par le nombre de parts
- Exemple : Revenu de 42 000 euros pour un couple marié avec deux enfants.
- On a donc 3 parts.
- On divise donc 42 000 par 3  14 000.
- Maintenant
= 600de on
soustrait
14% se place
14000 sur lede
la somme tableau : la première
9710 euros opération pour
pour la deuxième lessoit
tranche 9710(14
euros
000 –ne9710)
vautxrienEnsuite
14%= 4290 on
x
- Enfin on passe à la dernière étape : 600 x 3 (le nombre de parts) = 1800 euros d’impôt.
- (Ici ce sera le premier terme dans la partie suivante).
-
- Le plafonnement du quotient familial
L’application du quotient familial entraine une atténuation de la progressivité de l’impôt.
L’avantage fiscal sera d’autant plus intéressant que le revenu est élevé.
Le législateur
majeurs
un a plafonné
célibataires,
certain plafond. les avantages
la réduction résultant
d’impôt du quotient
correspondant familial.Pour
à chaque toussupplémentaire
demie part les enfants rattachés mineurs
ne peut ou
pas excéder
1) La situation générale
Chaque demie part ne peut pas accorder plus de 1512 euros de réduction d’impôt.
Ce plafonnement
demies s’applique
parts au-delà à toute
de 2 part pour les
un demies parts marié.
contribuable au-delà d’une part pour un contribuable seul.Et à toutes les
Ça consiste à comparer deux termes :
- Le premier terme c’est l’impôt calculé de manière normale
- Le deuxième
retranche terme
(= on c’est
soustrait) l’impôt calculé
l’avantage sans
maximale lesdemie
par personnes
part !à charge auxquelles on
- On retiendra le terme le plus élevé !
- Exemple : 42 000 euros pour un couple marié avec deux enfants.
- On calcule l’impôt pour le couple : 42 000/2 = 21 000
- Ensuite calcul de l’impôt par part (toujours regarder le tableau) :
- Première tranche = 0Deuxième tranche : (21 000 – 9710) x 14% = 1580 euros.
- 1580 x 2 = 3160 euros c’est l’impôt pour deux parts !
- Maintenant
– (1512on
x va
d’abattement.Donc
3161 seva
2)on
= concentrer
137soustraire ème les enfants : chaque demie part accorde 1512 euros
euros  2sur
à l’impôt
terme obtenu par le couple ces demies parts :
- On va donc
élevé, comparer
on retiendra les termes : le 1er terme (on l’a fait dans le B) étant plus
celui-ci.
-
- Les plafonds spécifiques
Le plafond est porté à 3 566 euros pour le premier enfant d’un parent isolé.
Si le contribuable
pour la demie-partvitaccordée.
seul ou a élevé un enfant pendant 5 ans dans ce cas, l’avantage maximum est de 903 euros
Pour unparts,
demies veuf avec un ou plusieurs
une réduction enfants à charge,
supplémentaire de 1684 lorsque le appliquée.
euros est plafonnement est atteint pour les deux premières
Section 2 : L’impôt net
I) La décote
Elle est destinée à éviter un passage brutal de l’exonération à l’imposition.
Le bénéfice
euros de lapersonne
pour une décote est conditionné
seule à un pour
et 2260 euros plafond
un de revenus : le montant de l’impôt brut ne dépasse pas 1553
couple.
Cette euros
1920 décote est égale
(pour à la différence
un couple) entre
et les ¾ du 1165 euros
montant (pourbrut.
de l’impôt une personne seule) ou
Exemple
euros : On a une personne seule qui est soumis à un impôt brut de 735 euros.On va faire 1165 x (735x ¾) = 614
de décote.
Afin d’obtenir
614 cette fois-ci l’impôt net : On soustrait de l’impôt de base (brut) la décote : 735 –
= 121 euros.
En aucun cas, la décote ne peut donner à restitution ou à report !
Les réductions et les crédits d’impôts
La réduction
est supérieurne peut jamais
à l’impôt dû, il faire l’objet
entraine un d’un remboursement.Le
versement crédit d’impôt lorsqu’il
au contribuable.
Les avantages
afin globaux
d’encourager sontinvestissements.
certains plafonnés à 10 000 euros par année, il est parfois porté à 18 000 euros
A) Les réductions d’impôts
On a une
17800 réduction
euros pour unspécifique dele20%
célibataire, accordée
double auxcouple
pour un foyersavec
dontune
le revenu fiscal dede
augmentation référence (RFR)
3700 euros parest inférieur
demie-part.
La réduction
crédits spécifique est appliquée sur le montant de l’impôt brut avant les autres réductions et
d’impôts.
1) La variété des réductions d’impôts classiques
La principale est le don à des œuvres d’intérêts générales, elle ouvre droit à une réduction d’impôt de 66% du
montant.
Il y a un plafond
l’excédent qui estsur
est reporté deles
20% du revenu
5 années global imposable.Si le plafond est atteint,
suivantes.
Il y a les
pour un 521
intérêt à donner
premiers à des associations délivrant des repas ou des logements, le pourcentage est porté à 75%
euros.
Il y a une déduction possible pour les partis et les groupes politiques.
Les euros
183
pas frais
de de scolarisation
pour un enfantouvrent
remboursement le droit
à l’université.Si
mais àles
on aurauneréductions
réduction
un reportforfaitaire
lesde561%
dépassent
sur aumontant
le collège,
années 153de
suivantes.euros pour un
l’impôt il lycée
n’y aet
Les réductions d’impôts liées au locatif neuf
Pinel
A) Les crédits d’impôts
restitution si le crédit d’impôt est supérieur à l’impôt.C’est plus avantageux que les
Il y aura d’impôts.
réductions
Les principaux crédits d’impôts :
- Emploisou
limite
charge d’un
unesalarié
d’un plafondà domicile
personne de:plus
de 12
âgée crédit
000 d’impôt
euros.Ce
de 65 ans danségal
plafond à 50%
peut
la limite 15 des
deêtre salaires
majoré
000 de 1500 versées
euros. dans àla
euros par enfant
- Les crédits
d’un d’impôts
plafond de de garde
2300 d’enfants
euros parde moins de
enfant 7 ans : crédit d’impôt de 50% dans la limite
à charge.
-
-
- L’abandon d’impôts de faibles montants
On considère
pas recouvertque recouvrer
s’il est unàimpôt
inférieur de faible montant est néfaste pour la société, l’impôt n’est
61 euros.
Sous-titre 4 : Le recouvrement de l’IR
L’impôt est recouvert par voie de rôle. Cet avis d’imposition à force exécutoire.
Chapitre 1 : L’obligation déclarative
Toute
de personne
famille
internet. imposable
et autre éléments doit au
nécessaires souscrire une déclaration
calcul de l’impôt)  article 151 détaillée s’effectue(charge
de ses revenus
du CGI.La déclaration sur
Chapitre 2 : La date de paiement de l’impôt
Section 1 : Le principe
L’avis d’imposition comporte toujours 3 dates :
- La date de recouvrement
l’homologation, dupoint
elle sert de rôle qui est fixéaux
de départ le 30 ème
autresjour du mois
délais suivant le 31 août)
(généralement
- La date d’exigibilité
recouvrement
paiement deTant
du rôle. l’impôt quidate
que cette estn’est
fixéepas30 joursleaprès
arrivée, lanedate
trésorier peut de
pas mise enle
réclamer
- La date
est d’application
encourue
recouvrement àdu rôle. dede
défaut la majoration
paiement à partir des 10%
du 45 ème
pour
jour paiement
suivant tardif
la date d’impôt.Elle
de mise en
- On a
on a 45
15 jours
jours pour
aprèspayer
l’exigibilité de l’impôt
nos impôts, où de
à partir il n’y aura de
la date pasrecouvrement.
de majoration en gros
-
- Section 2 : Les aménagements
- Parfois
nouvellel’impôt
élément
déménagement
adresse est
du exigible
fait présumer d’uneimmédiatement
contribuable difficulté
hors c’est
postérieure
du ressort du enàdes
centre particulier
recouvrir silel’on
FP sauf cet cas lorsqu’un
impôt.Exemple
donne une :
- L’impôt va
acquitté
n’enlève sesparfois
pasimpôts avoirdemander
peut sonde
la majoration paiement retardé.Un
au trésorier
10%). un délaicontribuable
de paiementayant des difficultés
(cependant cela a
- En pratique,
largement on peut demander à ce que la majoration ne soit pas appliqué et elle est très
accordé.
- Chapitre 3 : Les modalités de paiement
- Le contribuable
carte peut utiliser n’importe quel moyen pour payer son impôt (espèce, virement,
bleu etc…).
- 2On a des provisionnels
impôts
de 10%. acomptes qui sont
le 15 obligatoires
février et le si
15l’impôt de ne
mai.Si on l’année
verseprécédente dépasseon
pas ces acomptes, 350 euros, la
encourt onmajoration
doit verser
- Ces acomptes
impôt peuvent
sera inférieur êtreeuros.
à 350 minorés par le contribuable sous sa propre responsabilité s’il sait que son
- Quel que
tenus soit le régime
solidairement matrimonial
au paiement de (mariage, PACS),
l’impôt ainsi que les
desépoux/conjoints
acomptes ! sont
-
-
- Titre 2 : L’imposition du patrimoine
- Elle est faite par le législateur de deux manières !
-
- Chapitre 1 : Les impositions occasionnelles
- Elles
ou dépendent
plusieurs fois de la survenance
dans l’existence. d’événements susceptibles de se produire une
- Il s’agit
ils peuventdes droits
prendre d’enregistrement
3 formes : et de mutation (ils ont un faible rendement),
- La registre.Certains
un formalité de l’enregistrement : consiste à reproduire
actes sont soumis à l’enregistrement textuellement
du seul fait ou à: résumer un acte sur
de leur nature
- Acte du notaire
- Acte des huissiers
- Cessions spécifiques telles que les cessions de part sociale ainsi que les actes modificatifs de société
- Le partage
- La formalité
concernent
gratuit de
la publicité
successionfoncière
constitution
(donation et : elle a un objectif
et la transmission
lorsqu’elles comprennent desd’information
des des tiers et de publicité.Elles
droit réel immobiliers
immeubles). à titre
Néanmoins,
soumises
la cette
droit formalité
aufusionnée
formalité a quasiment
d’enregistrement et la disparu
publicitécar la plupart
foncière, on des opérations
a donc créé unesont à la fois
nouvelle formalité,
La formalité fusionnée
d’enregistrement
mixtes, titre(article
et deàpublicité
les actes gratuit 635
sontdu :! concerne
CGI)tous
foncière.Concerne
exclus les actes
les actes soumis
à titre par la loi et
onéreux à lales
double obligation
actes
Section 1 : Les droits de mutation à titre onéreux
L’événement
lorsqu’il déclenchant
y a un cela
paiement de la est
partlade
transmission
l’acquéreur.d’un droit à titre onéreux c’est-à-dire
I) Les mutations de propriété d’immeuble
On va s’intéresser particulièrement aux ventes immobilières.
L’apport en société d’un immeuble n’est pas concerné.
A) Le champ d’application
B) Les conventions imposables
Il faut que ce soit une convention à titre onéreux : telle qu’une vente !
Deux conditions :
- la suite. doit être parfaite : Il faut faire attention aux ventes dans lesquelles les droits sont annulés
La vente
par
Dèsde
ou lors
exigible que
et le contrat
l’impôt est apparemment
résiliation.Lorsqu’on
ne sera a une
pas vente
annulé valide,
sous
même lal’impôt
condition
si est se
exigible
résolutoire
condition même
: cette
réalise. si la est
vente vente est susceptible
valable d’annulation
donc l’impôt est
La vente doit être
subsiste.Exemple : Souscertaine et actuelle
condition suspensive, : les droits
la vente ne peuvent
n’est pas certaine pas être les
et donc perçus si une
droits incertitude
ne sont pas perçus.
On a une
vente exception
mais
authentiquelasous pour
loi (Décret
les les 1955)
de promesses
10 jours.Ici, oblige
on unilatérales
payer lesde
l’enregistrement
va devoir ventes
frais de lacar il ne s’agit
promesse
d’enregistrements. parpas d’une
un acte
1) Les biens imposables
Tous lesilsbiens
auxquels ayant selon
s’appliquent) la qualité civil sont(par
d’immeuble
le code nature, par destination
imposables, on trouve : ainsi que par les droits
- Le droit de propriété
- L’usufruit
- Le droit d’usage de l’eau
- Les terrains
- Les bâtiments
- Tracteur lié à une exploitation
- Si la vente
perçu porte
sera à lasur
fixé fois la
surtotalité
des biensdu
meubles
prix et
audes biensfixé
taux immeubles,
sur les le droit d’enregistrement
immeubles.
-
- Le calcul de l’impôt
En France
Elle (à part
tient lieu à la en
foisAlsace-Moselle), on a
de l’enregistrement et un impôt
de la unique
publicité qui est la taxe de publicité foncière.
foncière.
La taxe les
toutes seraindemnités
calculée d’abord sur unau
stipulées prix.On ajoute
prix du au prix toutes les charges au capital et
cédant.
1) La vente
2) Régime de droit commun
Le régime
L’impôt estde droit commun
partagé est cetaux
en plusieurs que: l’on appelle les frais de notaire, dans ces frais, on a 90% de taxes.
- Le principal est celui du département, le maximum est de 4,5%
- On ajoute, le taux communal qui a un taux fixe de 1,20%
- L’Etat touche des frais d’assiettes et de recouvrement qui sont de de 2,37% sur la part départementale.
- En ajoutant le tout, on va obtenir un taux réel de 5,81%.
- Une fois
0,10% duce prix
prix depayé,
venteon a encore
avec une contribution
un minimum de sécurité immobilière qui est perçue, à un taux de
de 15 euros.
-
- Régime dérogatoire
La
les dérogation
mutations
0,7%, la taxe
de 2,14%, principale
d’immeubles
on communale
a un taux n’est
réel est
pas celleetvendus
neufs
perçue
de 0,71%. concernant les
par un
le prélèvement mutations soumises
deprofessionnel.Ici,
l’Etat sur la part à départemental
le taux TVAestc’est-à-dire
départementale passe
perçu au tauxà
La contribution de sécurité immobilière est toujours perçue au taux de 0,10%.
1) L’échange d’immeuble
Seuls
de sont
meubles tarifés
contre fiscalement les échanges d’immeuble.Il n’existe pas de règle pour les échanges
immeubles.
L’échange
sur pur
chacune desetdeux
simple de deux immeubles ayant la même valeur sera taxé à 5% de la valeur globale et non pas
opérations.
Lorsqu’on
ayant subisaune
un échange avec uneasoulte
perte.Lorsqu’on c’est-à-dire
un échange queplus-value,
avec une l’on a une somme
ici on aversée pour compenser
une personne la personne
qui a obtenu un gain.
On revanche,
En considère au-dessus,
qu’il y a unon
échange
imposepur et simple à concurrence du lot le plus faible (maximum de 300 000 euros).
à 5,81%.
Les redevables
double ont le droit de renoncer au taux de l’échange pour application d’une
mutation.
I) Les mutations de propriété de meubles
Il s’agit
ne dessoumises
sont plus mutations
parde droitsà réels
principe portant sur des meubles.Depuis 1963, les mutations
l’enregistrement.
A) Les mutations soumises à droit fixe
La plupart sont soumises au taux commun de 125 euros :
- peut être obligatoire en raison de la forme de l’acte : si la vente est constatée par un
Celanotarié.
acte
- Lorsque
d’une la nature
promesse même
unilatérale du bien
de vente le nécessite
d’un fonds : ce ou
de commerce sera le cas lorsqu’elle porte sur une cession
d’immeuble.
- On peut enregistrer
enregistrement
date précise deetc…).
donne
(créance manière
une date facultative
certaine cardes
il yactes
a dessous seing
actes privé, cet une
qui nécessitent
-
-
- Les mutations soumises à droit proportionnel
Certaines
doivent (par
forme
doivent mutations
exemple
être
être de meubles
: enchère publique
enregistrés.Mais
enregistrées. sont
par
aussi, des
en soumises
officiers
raison de leur à droit
publics
objetou proportionnel
des autorités
puisque deen raison
administratives),
les cessions fonds de leur
elles
de commerces
Les taux proportionnels sont en général de 2,1% pour les ventes publiques.
Section 2 : Les droits de mutation à titre gratuit
Les une
par droits de mutation
intention à titre
libérale c’estgratuit
à dire c’est
qu’il lorsque lede
n’y a pas transfert de propriété
contrepartie, est
on a deux animé
formes :
- Les donations
- Les successions
-
- Les droits de successions
- Le champ d’application
- Principe
Les droits de successions sont dus sur toutes les transmissions de biens résultant d’un
décès.
Les exonérations
Par exception la loi prévoit un certain nombre d’exonérations.
a) Les exonérations liées à la qualité du défunt ou du successeur
Les personnes exonérées sont :
- Le conjoint survivant (Article 796 O bis)
- La part de chaque
constamment frère avec
domicilié et sœur âgé dependant
le défunt plus de les
50 ans ou infirmes
années non
précédant lamariés
mort et
- Les personnes dispensées de déclaration :
- Les conjoints
- Les ayants droit en ligne direct si l’actif brut est inférieur à 50 000 euros
- Les autres successibles (= les héritiers) si l’actif brut ne dépasse pas 3000 euros
- On trouve également les exonérations :
- Des victimes de fait de guerre
- De personnes décédées d’acte de terroriste (depuis 1982)
- Les indemnités qui sont versées aux personnes victimes du SIDA (pour des raisons sanitaires)
- Les victimes de l’amiante.
- Les exonérations liées aux biens
Sont exonérées :
- Les legs d’œuvres d’art à une personne morale destinée à figurer dans une collection publique
- Les monuments
disposition duhistoriques sous réserve
public (exemple que un
: ouvrir soitchâteau
conclu deux
avec l’administration
jours par semaineune mise à
au public)
- Les bois et forêt : exonération des ¾ de la valeur vénale, il y a deux conditions :
- Le propriétaire s’engage à les soumettre pendant 30 ans à un régime d’exploitation durable
- Il faut la délivrance
susceptibles d’un certificat
d’aménagements du directeur central
ou d’exploitations du territoire attestant que ces forêts soient
régulières
- En cas de rupture
deviennent
consentie de l’un
etéligibles,
l’intérêt ou l’autre
impliquant
de retard à unede ces
parengagements,
sanction
0,40% de la moitiéles
mois. de droits de succession
la réduction
- Les 897.
101 biens ruraux loués à bail par long terme (à partir de 9 ans), on est exonéré des ¾ si on ne dépasse pas
Si l’on excède ce montant, on est exonéré pour la moitié de la valeur.
Assurance décès (L122-3 du code des assurances sera vu en TD).
A) L’assiette des droits de succession
Il ne faut pas confondre le moment où l’on calcule l’impôt et la base imposable !
La première
uneétape
imposable.Ensuite
d’obtenir est de prendre
parmi
assiette tous les la
globale. listeimposables
biens des éléments que l’on nous
déterminer quelledonne et détermineron
est l’assiette.Enfin si les biens
va les sont ou non
additionner afin
1) L’actif brut
2) L’inventaire
On soumet
sortir le
les biens
successible patrimoine
forme deentier
exonérés,
sous pour auildroit
cela, de un
succession.Il
inventaire, cetfaut
faut contrôlé.
déclaration faire dans unest
inventaire premier temps
fait par le
Sa déclaration
défunt réside àcomprend
l’étranger,une
on aévaluation
un an pourdelechaque
faire. bien et doit être transmise dans les 6 mois du décès.Si le
Le conjoint
exonéré.De
euros survivant
et les autres n’a pas
mêmesuccessibles
les ayants siàl’actif
faire
causes sa pas
n’ont déclaration
brut estàinférieur c’est
la souscrire sipour
à 3 000l’actifcette
euros. raison
brut est qu’ilà est
inférieur 50 000
Enl’absence
en cas
délai de 6de retard
mois
de des intérêts
supplémentaire
déclaration avant amoratoires
lorsqu’on que
été l’on sont
mis applique desdus
en demeure au
pénalités
sous taux
les 90de de 0,7% de
majorations
jours. pour
10% mois.On laisse
qui sera porté un
à 40%
Cette déclaration
rectification.Dans
présomptions : est
ce cas,contrôlée par
il lui incombe l’administration
d’en faire la preuve. Duqui dispose
coup, d’un droit
l’administration dede
dispose
- Elle peut utiliser les présomptions civiles
- La possession pour les meubles
- Lesobjets
les présomptions fiscales
trouvés ne consacrées
sont pas auàCGI
à lui mais : tel qu’à l’article 752 : le successible va dire généralement que
un autre.
- Selon
ainsi l’article
que
effectué
les titres
dans un toutes
une
et 752 : loués
opération
comptes
coffre-fort «faisant
sont
créances présumés
àdont
quelconque
objet faire
le défunt
demoins
plusieurs a partie
compte eu
d’un
personnes deavant
an
indivis
sontla
ou succession,
la propriété ou aêtre
son décès
collectif
réputés les
perçu
oula actions,
des
».Les
les obligations,
revenus
articles
sommes
propriété ou
ou753
titres
conjointe oupart
àetraison
754
de de trouvés
société
desquelles
indiquent
objets
ces queil a
personnes.
- Articles 881 et 882 : Les immeubles pour lesquels le défunt a quitté la taxe foncière lui appartiennent.
- Ce sont
articles
souvent
par les des présomptions,
permettentpard’empêcher,
interprétés
héritiers en
unedisant
procuration le successible
quedetoutes
dire
dansque
les sommes
l’année peut
l’on a précédant
prêté
se en
trouvant faire
ces titres.Ces leladéfunt
preuve
dispositions,
chezappartiennent
le décès contraire.Ces
l’administration
ou retiré 3 ou
les
par le défunt
au défunt. a
- L’évaluation de l’actif
Dans
décès
son ladans
déclaration,
c’est-à-dire
prix,état
décès. juridique lestermes
ce cas, les lehéritiers
et prix de doivent
qui pourrait
physique.L inscrire
en être la
’administration
comparaisons valeur
obtenu vénale
sur
peutêtre
doivent réelle
le marché
remettre destenant
en
en cause
contemporains biens au jourdu
compte
l’évaluation
ou antérieurs du
de
au
L’évaluation n’est pas simple, le code émet donc des bases légales de détermination de la valeur.
➢ Evaluation des biens en pleine propriété
Pour
valeurles
précèdent
inférieureimmeubles
vénale ou :On
à la suivent
à moins qu’il
date prend
n’y
du le eu
ait
décès le prix
décès.Si
des
en nettelle
une retiré
transformations
comparaison d’une
devente existe, vente
ostensibles.A
ventes d’immeubles publique
il estdéfaut
interdit
d’une dans
d’estimer
telle
semblables. leson2va
l’immeuble
vente, ans qui
àretenir
une somme
la
Enfin,
été
a il faut
soutenu
considéré
vénale savoir
que
à deuxque que l’on
la valeur
dans
conditions a undu
vénale arrêt
cette du
bien a13
étéfévrier
situation,
cumulatives par1996
erronée
(précisée on car«une
Fleury
pratiquera
l’article »,un
puis
personne
764 bis) un arrêt
vivait « Mme
deKrunberg
dedans.La
: abattement cour
20% de
sur»Cassation
dans lequel a
la valeur
- L’immeuble constitue au jour du décès la résidence principale du défunt
- Il faut qu’à
principale
majeurs cette
par même date
le conjoint
protégés l’immeuble
survivant
du défunt ou soit
ou par
de son unoccupée à titre
ou plusieurs
conjoint. de résidence
enfants mineurs ou
- Pour
ans les
qui
défaut,
autres meubles
suivent
on
bien
toujours aura
des
meublants. de laune
meublesmeublants
lesuccession
décès.A : On
défaut,
évaluation
meublants,par
hors prend
on
il le va en compte
utiliser
contribuable
meubles
faudra le prix
un qui
meublants.Même
les prendre net
inventaireenobtenu
notarié
ne compte
en pourra pas
absence
pour dans
dressé
être une vente
dans
deinférieur
un précision
forfait les
deà5%5publique
5%
(enans
de du dans
décès.A
l’ensemble
partiel),
des lesdes
on aura
meubles 2
-
-
-
- Pour les autres
d’évaluation parmeubles corporels
ordre de priorité y
: compris les bijoux, objet d’art et de collection :Il existe 3 bases
- Le prix net obtenu dans une vente publique intervenu dans les deux ans suivant le décès
- L’évaluation
et contenue
de collection,
d’assurances dans ne
la valeur toutpeut
acte estimatif
pas être dressé dans les 5àans
inférieure néanmoins
celle pourdans
figurant les bijoux, objets d’art
les contrats
- A défaut, la déclaration détaillée du successible car le forfait 5% n’est pas applicable
- Il existe
jours des règles
précédant spécifiques pour les meubles incorporels : les actions côtés seront évaluées sur les 30
la mort.
- L’évaluation des biens détenus en démembrement de propriété
L’usufruitier
prise et leàsera
enfigurant
codifié compte nu-propriétaire
une 669
l’article du vont
fraction chacun
de la
CGI. valeursupporter
vénale audes
jourdroits de succession
du décès mais
en fonction labarème
d’un valeur
On va mesurer l’impact de la réalité sur le droit.

1) Les charges
Avant le 20ème siècle, les charges n’étaient pas du tout admises.
Aujourd’hui,
fraude onpassif
donc le accepte de prendre
successoral lesadmis
sera charges en4compte
sous mais il y a une suspension de
conditions.
a) Les dettes personnelles du défunt figurant au jour du décès
Si la dette nait
héritiers doncpostérieurement au décès,: la charge ne sera pas personnelle au défunt mais aux
non déductibles
- L’exemple typique est les frais de soins.
- Il en va de même pour les frais de généalogistes, incombe aux héritiers.
- De même pour les frais de gestion bancaires suite au décès incombent aux héritiers.
- Leslafrais
de de funérailles
succession dans laou d’inhumation
limite sont admis en tant que frais déductibles
de 1500 euros.
- Cette dette devant
suspensive. exister
Ces dettes au décès,
ne seront paselle ne peut être ni litigieuse, ni contestée, ni sous condition
déductibles.
- Les impôts sont déductibles (taxe d’habitation).
-
- Une dette justifiée
Il faut
l’avis, niune justification, un écrit si la somme est supérieure à 1500 euros.On n’accepte ni
le témoignage.
Une dette détaillée dans un inventaire certifié (article 770)
L’inventaire de
déclaration faitsuccession.
par le déposant doit être certifié par lui (=signé) et annexé à la
Une dette non prohibée
Sur certaines dettes pèsent une forte suspicion de fraude, ces dettes ne sont pas
déductibles.
Les dettes
qu’elles
avant neconsenties
l’ouverture par
de la le défunt
soient consenties
succession à ces
par actes
et quehéritiers
authentiquesdirectement
l’existence ou
soitpar parsous
actes
prouvée le bais
par de privé
seing personnes
l’héritier ou ayantinterposées à moins
acquisinterposée.
la personne « date certaine »
Sont présumées remboursées :
- Les dettes échues de plus de 3 mois
- Les dettes hypothécaires périmée
- Les dettes prescrites au sens de la dette civile
- Ces présomptions sont réfragables à l’exception des dettes hypothécaires.
- Lorsque la dette est contractée pour des biens exonérés, elle sera imputée.
-
-
-
- Le calcul de l’impôt (article 777)
Les droits
l’impôt sursont calculésde
la globalité sur
lala part net
masse revenant à chaque
successorale.Exemple ayant
: s’il droit, on
y a 5 enfants, ne calcule
division par 5. pas
L’actif net successoral est frappée d’un taux variable en fonction de la parenté après un
abattement.
1) Les abattements (779 et 788)
En ligne
par part. directe, les ascendants, les enfants vivants ou représentés bénéficient d’un abattement de 100 000 euros
Il n’y parents
leurs
n’est apas
pas la
d’abattement
(c’est-à-dire
même (voir spécifique
lorsque le pour
plus tard les le
père/mère
dans petits-enfants, ils n’en
du petit enfant
cours). auront que matière
est décédé).En s’ils viennent en représentation
de donation, la règlede
Les enfants venant en représentation de leurs parents se partagent l’abattement.
Lesan
50 frères
non et sœurs
marié ont un abattement
domicilié deavec
constamment 15 932
le euros,
défunton a uneplus
depuis exception si le
de 5 ans frèreexonération
a une ou la sœur totale.
est âgé de plus de
En faveur des neveux et des nièces : ils ont un abattement de 7967 euros.
Les personnes
incapable handicapées
de travailler
abattements.Un enfant dans de
desmanière générale
conditions
handicapé aura 259 : On de
normales
325 euros un capacités.
abattement
d’abattement. deabattement
Cet 159 325 euros.Il s’agitavec
se cumule d’une
lespersonne
autres
Si l’on a aucun rapport familial : il y a un abattement de 1594 euros par part (article 788 §4).
Les droits de successions ne frappent que le montant dépassant l’abattement.
Les tarifs
Ils sont codifiés à l’article 777 du CGI.
On va avoir des tableaux différents en fonction du lien de parenté (aller sur internet pour les trouver).
Les réductions d’impôts
Il y en ade
réduits qu’une
moitiéqui estpouvoir
sans en faveur des
être mutilés
réduit de guerre,
de 305 euros. les droits de succession pour un mutilé de 50% sont
A) Le recouvrement des droits de successions
Les droits sont acquittés à l’enregistrement par le notaire.
1) Le paiement fractionné
IL s’agit
10 ans si de plusieurs
l‘actif versements
comprend égaux
la moitié à intervalle
des biens de 6 mois sur une période de 5 ans.Ce délai peut être porté à
non liquides.
Le paiement différé
Le paiement
différé différé
est effectif est autorisé
pendant si lade
un délai succession comportedudes
6 mois à compter biens dévolus en nue-propriété.Dans ce cas, le
remembrement.
Il existe également pour la transmission d’entreprise qui va se faire au bout de 5 ans.
La dation en paiement
L’Etat accepte la remise d’œuvre d’art, de livres, d’objets de collection et documents de hautes valeurs artistiques.
Cette dationaux
conservatoire
incorporés en paiement
dedomaines peut concerner
l’espace littorale
publics lesaffecté
ou encore
ou immeubles
des rivages en les
lacustres, particulier
au logement bois ceuxou
et forêt
social. situés
touten zone naturel
espace d’intervention
pouvant être
Le montant minimum des droits pouvant être acquittés par dation est de 10 000 euros.
Afin d’éviter les trafics, les biens donnés en dation doivent avoir été détenu pendant plus de 5 ans.
I) Les droits de donation
Il s’agit de mutations à titre gratuit entre vifs.
A) Le champ d’application
Il s’agit
avec
code une d’un contrat
intention
civil). dans lequel
libérale le donataire
de la propriété se bien
d’un dépouille volontairement
en faveur et irrévocablement
d’un donataire sans(article
qui doit l’accepter contrepartie
814 du
Le régime est proche de celui des successions.
L’assiette des droits de donation
1) L’évaluation
Concernant la résidence principale, on ne peut pas pratiquer l ‘abattement de 20%, on prend en compte la valeur
vénale.
Pour les meubles mobiliers, pas d’application du forfait 5%.
Les bijoux,
contrat œuvres d’art et collections ne peuvent pas être évaluées à moins de 60% de l’évaluation prévue dans le
d’assurance.
Les valeurs mobilières cotées sont évaluées au cours moyen de la bourse au jour de la donation.
Base d’imposition
Contrairement
du CGI). à la succession, ici l’actif brut est égal à l’actif net, il n’y a aucune déduction de passif (article 758
Il y a des exceptions avec des conditions cumulatives :
- Unebiens
des dette objet
pourrade être déductible si elle a été contractée par le donateur pour l’acquisition ou dans l’intérêt
la donation.
- Mise à la charge du donataire par l’acte de donation.
- Dont la prise en charge par le donataire est notifiée au créancier.
- Il y a des conditions supplémentaires pour certains biens :
- Pour les biens
contractées affectés
auprès à l’exploitation
de proches parents.d’une entreprise individuelle, les dettes ne doivent pas avoir été
- Pour les biens bancaire.
établissement autres que l’entreprise individuelle, il faut que la dette soit contractée auprès d’un
-
- Le calcul de l’impôt
- Les particularités des droits de donation pour les abattements
- Les abattements
Lesans.
15 conjoints sont imposables : l’abattement accordé est de 84 727 euros, il ne peut jouer qu’une seule fois tous les
aLes
undonations aux
abattement depetits
5 310enfants
euros. bénéficient d’un abattement de 31 865 euros et pour les arrières petits-enfants, on
Les donsà en
donataire
s’ajoute pleines
majeur oupropriété
mineur
l’abattement de somme
émancipé
familial d’argent
faisant
classique. consentis
parti par un
de sa famille donateur
sont dede
exonérés moins deeuros.Cet
31 865 80 ans au abattement
profit d’un
Concernant
cassation les
spécifique.Ils
retientexonérations
sont
unexonérés à: condition
chiffre de Les
2,5%présents d’usageLes
de ne
du revenu pas présents
être du
annuel hors d’usage sont
de proportion
donateur. avecleslesommes remises
revenu.En à une
pratique la occasion
cour de
Quand
un tauxlad’environ
donation8%.
porte sur un immeuble, la donation reste assujettie aux formalités d’enregistrement, on aura
Concernant le recouvrement : le paiement différé et fractionné ne sont pas applicables sauf transmission
d’entreprise.
La prise en charge par le disposant
Les
celuidroits
droits
s’est de donation
peuvent
demandée
qui reçoit.être
si l’on sont prispermettre
trèspouvait
importantenen
chargelapar le en
particulier
prise donataire
chargec’est-à-dire
enl’absence dedroits
des celui
le qui
lien familial
par reçoit.La
(60%) pour
donateur difficulté
cette
(celui raison
qui est
donne)laque
en ces
doctrine
sus de
Est-ce que la prise en charge des droits est-elle une nouvelle donation qui sera elle-même imposée ?
Non on
n’est pasaccepte cetted’une
constitutif prise libéralité
en chargeadditionnelle.
par le donateur et la jurisprudence admet de manière constante que cela
L’enjeu fiscal
récupérer
réputée est intéressant,
40 000
comprendre euros.Si ende
cas
le donateur
les droits deindique
don de
mutation 100le000
dans
ainsi euros,
l’acte qu’illeprend
donataire. donataire qui n’a
en charge lespas de lien
droits delaparenté
alors va est
donation
Pour calculer la valeur réellement donnée et calculer « les droits en dedans », il faut faire :
Valeur donnée = Somme donnée x le rapportLe rapport = 100 / (100 + taux d’imposition)
Dans notre exemple : 100 000 x 100/160 = 62 500 eurosFrais acquitté par le donateur = 100 000 – 62500 = 37 500
euros.
Du coup sur
percevra les62100
donc 500000, le donateur
euros a pris
plutôt que en euros
40 000 chargesiles frais à la place
le donateur du donataire
ne prenait (celui les
pas en charge quidroits
reçoit).Le donataire
de mutations.
Cela ne fonctionne
donation qu’avec
d’une maison, des espèces,
le donateur il n’estpas
ne pourra pasprendre
possible«de
lesledroits
faire avec un bien
en dedans ». immobilier.Exemple :
A) La particularité de certains dons
B) Les donations en avancement de part successorales
Ce sont les dons fait à un héritier présomptif avant le décès des cujus.
Cemasse
«de sont
la des
mort à avances
la règle
» avec surrappel
du les héritages,
la succession. elles vont
des donations être taxées
antérieures au moment
 article de la 1donation
784 alinéa er
maispeut
du CGI.On soumise
dire au moment
qu’il est fait
Il y a 2 conséquences :
- Le taux étant
succession progressif
partira en ligne
d’un taux plusdirecte
élevé et en ligne collatérale (jusqu’au 2 ème degré), le taux frappant la
Les droits payés au moment de la donation seront déduits.
L’abattement accordé à chaque redevable n’est utilisable qu’une seule fois tous les 15 ans.
La plus
de loi exclut
de 15
applicables du
en rapport
ans, fiscal les
son montant
entier. nedonations
figure pasrégulièrement
dans les biensenregistrées depuis
de la succession, lesplus de 15 ans.Si
abattements sontlade
donation date
nouveaux
Tous les 15 ans, on peut donner une somme en franchise d’impôt.
1) Les dons manuels
C’est celui qui s’opère par la simple tradition c’est-à-dire la transmission en main propre.
La difficulté
d’abord admisdesladons manuels
validité : la jurisprudence
des dons a évolué
par chèques puis et a assouplit
par virement la définition
et enfin des bons deducaisses.
don manuel, elle a
Le critère est que l’opération entraîne un dessaisissement réel et immédiat au profit du donataire.
Les dons manuels par tradition échappent à toutes taxations.
Cette solution peut être contestable sur le point théorique.
Il y a une nuance, il faut distinguer si le don manuel est fait par un successible ou non :
- Si le don est fait
avancement à unsuccessorale.
de part successible n’est pas taxé
La règle mais
des 15 ansils’appliquent
doit être rapporté
! à la succession c’est un
- Si le don manuel est fait à un non successible, il sera taxé dans 3 hypothèses (article 757) :
- Il est déclaré par le donateur dans un acte soumis à un enregistrement
- Lorsque le don fait l’objet d’une reconnaissance judiciaire
- Lorsque le donataire révèle spontanément le don manuel à l’administration
- Lorsqu’un
cours don il
du mois, estest
déclaré
liquidé; ildans
doitles
être enregistréde
conditions dans le commun.
droit délai d’un mois à compter de la révélation.Au
-
- Chapitre 2 : Les impositions annuelles
- Section 1 : L’ISF
- L’ISF est un impôt introduit en 1982 sur le capital des français et qui devait répondre à une triple finalité :
- Réduire les inégalités
- Imposer les contribuables en fonction de leurs réelles facultés contributives
- Sur-imposé le revenu du capital
- Il s’agit 1990,
années d’un il
impôt trèsetpolitique,
s’en va revient. il a été supprimé en 1986 par Chirac puis rétablit en 1989.Depuis les
- Aujourd’hui,
cette Macron
potentielle voudrait le réformer en profondeur mais nous n’avons pas les aboutissements de
réforme.
- C’est un impôt
(environ 10%). ne rapportant pas grand-chose, environ 5 milliards d’euros.Il est payé par très peu de foyer
-
- Champ d’application de l’ISF (article 885)
- Les personnes imposables
Sont soumises
égale à l’ISF
à 1 300 000 eurosuniquement lesde
au 1er janvier personnes physiques dont la valeur du patrimoine imposable est au moins
l’année d’imposition.
L’ISF est due par foyer fiscal.
Au titre
code
Afin de
couples de:pas
civil)
ne l’ISF sont assimilées
« relation
payer
continuaient stable
àl’ISF, ilet
vivre au couple
continue
y avait
ensemble. marié,
des entre
couples lespersonnes
deux
qui personnes
ont vivant
».Il
décidés end’une
des’agit concubinage
divorcer le faitnotoire
disposition
d’où dequi a(article
cette été très515-8 du
critiquée.
disposition car les
Si l’un des concubins est marié de son côté, on privilégie le mariage donc son foyer légal !
Au contraire,
et/ou on en
vainstance
lesjudiciaire.
décision époux imposerde
de divorce.Un
manière distincte,
simple les couples
abandon duséparés deconjugal
domicile biens et ne
ne vivant
va pas pas sousillefaut
suffire, même
unetoit
Lestitre
au
l’IR.biens
dedes enfants
l’IR.Les mineurs
biens vont être
des enfants imposés
majeurs avecjamais
ne sont ceux de leurs
pris parents même
en compte même si
s’ils
cessont imposés
derniers sontdistinctement
rattachés à
La territorialité de l’impôt
L’ISF
non
ont est due
situés
payés àen par les personnes
l’étranger un impôt ayant
France.Cependant, le leur
si les
sur domicile
contribuables
capital fiscal en France
domiciliés
similaire à l’ISF, ilsen à raison
France
peuvent de touscet
leurs
propriétaire
imputer de biens
impôt sury compris
situés
l’ISF ceux
à l’étranger
français.
Pour les personnes
placements domiciliées
financiers.Si hors de France,
une convention seul les biens
internationale situés ils
s’applique, enne
France seront
seront imposables
pas soumis à l’exception des
à l’ISF.
Enfin, ilafin
France y a de
unelesmesure
inciterde faveur
à venir enen mesure
France. Ilsdes apatriés
ne seront c’est-à-dire
pas imposés àceux
l’ISFqui vont décider
pendant 8 ans. de se domicilier en
I) La matière imposable
Les règles sont calquées sur celles des droits de succession.
A) Les biens imposables
B) Le principe
Sont imposables
redevables tousfoyer.
ou à son les biens, les droits et les valeurs appartenant au 1 er janvier de l’année d’imposition aux
La preuve du droit de propriété résulte de l’application des règles du droit civil (règles du droit des biens).
Les biens grevés d’usufruit ou d’un droit d’usage ou d’habitation
La règle est différente par rapport à celle de succession.
Les biens grevés
propriété. d’usufruit
C’est une sont retenus
présomption uniquement
irréfragable dans le patrimoine
de propriété.Le de l’usufruitier
nu propriétaire ne déclare pour
donc la valeur
pas en pleine
ses biens !
Cette règle
d’être est justifiée
exonéré d’ISF.Afinà plusieurs titres,c’est
d’éviter l’ISF, on al’usufruitier
créé cette règle afin d’éviter
qui prend lesvaleur
toute la démembrements de propriété afin
dans son patrimoine.
Cette règle est écartée :
- Lorsqu’il
du s’agit
code civil d’un véritable
(enfants usufruit
et conjoints c’est-à-dire dont la constitution résulte des articles 1494 et suivants
survivants).
- De même
n’est ni unsihéritier
le démembrement résulte
ni un donateur d’un bien dont le vendeur s’est réservé l’usufruit et l’acquéreur
du vendeur.
- Lorsque l’usufruit
personnes a été réservé par le donateur d’un bien qui a fait l’objet d’un don à l’Etat ou à certaines
publiques
- On va dans
relation avecces situations
l’âge prendre le tableau figurant à l’article 669 du CGI.La propriété sera fixée en
de l’usufruitier.
-
- Les contrats d’assurance-vie
Il faut fairede
possibilité la récupérer
distinctionles
selon que leversées
sommes contratà est
toutrachetable
moment, ou non.Un
il est contrat rattachable
donc compris dans l’ISF. c’est lorsqu’on a la
Si leprimes
les contratversées
patrimoniale n’est
doncpas
cesrachetable
contrats
après nemais
l’âge de sont
70 constitutif
anspas d’une
compris
à l’ISF. véritable
dans assurance
le patrimoine de décès, il n’a paslede
du contribuable.Mais valeur
droit fiscal soumet
Les dons anonymes
L’épargnant n’indique ni son identité ni son domicile.
Si le don est anonyme, il y aura un prélèvement forfaitaire de 2% chaque année.
Le cas,
ce contribuable
la valeur peut renoncer
nominale à l’anonymat
des bons endans
est incluse déclinant son identité, son domicile à l’établissement payeur. Dans
le patrimoine.
A) Les biens exonérés
Les biens étant détenus en nu propriété sont exonérés.
On trouve deux principales exonérations !
1) Les biens professionnels
Ils ne font pas partis de l’assiette de l’ISF.
a) Les biens dépendant d’une exploitation individuelle
Article 885 N
Il s’agit desindustrielle,
profession biens nécessaires à l’exercice
commerciale, à titreou
agricole principal
libérale.tant par leur propriétaire que par son conjoint d’une
Selon laprofessionnelle.Néanmoins,
activité lettre
nécessaires
profession. de cet article
à l’activité 885 N, il faut
si la nécessité bienintrinsèquement
comprendre
l’administration
découle a fini que lesdirectement
salariés
paretadmettre ensont
tantexclus,
desque ils n’exercent
biens
conditions pasdeune
professionnels,
d’exercice les
la biens
On a 4 conditions :
- Les biens sont affectés à l’exercice de l’activité professionnelle.
L’activité aux
satisfaire doitbesoins
être exercée à titre habituelle et constante
de l’existence.L’administration et deune
adopte nature à procurer
position à celui qui l’exerce les moyens de
très restrictive.
Exemple
les : N’exerce
propriétaires pas une profession,
de cheveux de courses.les personnes faisant uniquement des activités boursières.De même pour
La profession
un but lucratif.doit être exercée à titre principale c’est-à-dire constituer l’essentiel des activités et être pratiqué dans
Lorsqu’on
le plus. a deux activités étant pratiquées de manières égales, on va prendre en considération celle qui rapporte
Considérant, les activités connexes, l’administration va considérer qu’il s’agit d’une seule et même activité.
Le bien doit
utilisation
usages. être affecté
effective pouràles
cette activité
besoins deprofessionnelle impliquant
l’exploitation ainsi un lien de causalité
que l’impossibilité d’utiliseravec l’exploitation
ses biens et une
pour d’autres
Il fautnon
bien les inscrit
inscrire
auau bilan,
bilan il s’agit
peut d’une
être un bienprésomption etc’est
professionnel l’administration peut
le contribuable apporter
qui la preuve
doit apporter contraire.Un
la preuve.
Il faut que l’activité soit exercée par le propriétaire du bien ou son conjoint
Les et
ans biens
est
effectif ruraux
et consenti
que loués par
par le
le preneur un bail
les àbiens
propriétaire
utilise long
à sonterme entrent
conjoint,
loués dans dans les descendant,
ascendant,
son activité biens professionnels
principale. si le bail
frères et sœurs ouààune
leurdurée de 18
conjoint
a) Les parts ou actions de société
Elles peuvent être un outil professionnel si l’on a choisi la vie sociétaire.
Il y a plusieurs conditions :
- Relatif à ou
agricole l’actif du domaine de la société (article 885 O ter) : l’activité doit être commerciale, industrielle,
libérale
Les parts de société purement civiles ne sont pas des biens professionnels.Par exception :
• On accepte
l’activité que les holdings soient compris dans les biens professionnels si elles jouent un rôle dans
professionnelle.
• Concernant
parts les SCI
et actions sontsielles-mêmes
elles ont pour
desobjet
biensdeprofessionnels
louer des immeubles
pour le professionnels
contribuable. à des sociétés dont les
• S’il s’agit
comme
plus de un
50%d’une
bien activité connexe
professionnel
de revenu pour et complémentaire,
unique à condition queles
l’intéressé. lesparts détenues dans
rémunérations cessont
qui en sociétés sont
issues considérées
représentent
• La qualité exerce
détenteur des parts détenues
dans : Pour
la société les partsprincipale.
son activité de société soumises à l’IR sont des biens professionnels si le
Il n’y a pas de participation minimale exigée ni à avoir des fonctions de dirigeant.
S’il n’a sauf
sociale pas qualité de dirigeant
s’il s’engage c’est-à-dire
à conserver qu’il
ses parts est seulement
pendant 6 ans ouassocié, il doit
s’il s’agit d’uneeffectivement
PME. participer à l’activité
Les parts ou actions soumises à l’IS :
Il faut
lieu exercer
à une une fonction
rémunération de direction
normale. : les
Tout en fonctions au
constituant de moins
direction doivent
la moitié effectivement
des être exercées et donner
revenus de l’intéressé.
Il y a un
droits deseuil
vote minimum de les
peu importe participation sociale
parts des droits : il faut au moins détenir directement ou indirectement 25% des
financiers.
Il y a des exceptions si l’on est gérant ou associé (article 62 du CGI).
Les créances et
financement denon
compte courant d’associé
de participation.Ils ne ne peuvent
seront doncjamais
jamaisêtre prise en
exonérés compte
d’ISF ! puisqu’il s’agit d’un bien de
1) Les autres biens exonérés
On trouve :
- Les objets d’antiquité c’est-à-dire ayant plus de 100 ans
- Les objets d’art et de collection
- Lesauteurs
les droits de
!!!)propriété intellectuelle, littéraire et artistique (ne concerne pas les héritiers uniquement pour
- Les bois et forêts pour 75% de leurs valeurs
- Les biens
valeurs longues
jusqu’à 101durées de plus
000 euros et lade 18 ans
moitié qui la
pour nepart
sontexcédante.
pas des biens professionnels pour 75% de leurs
-
- L’assiette de l’impôt
Elle S.
885 correspond à la valeur nette du patrimoine c’est-à-dire la valeur vénale des biens déduites des dettes  article
L’article
de 885 Spar
mutations indique
décèsque
». : « La valeur des biens est déterminée suivant les règles en vigueur en matière de droits
A) La valeur vénale des biens
Cette valeuren
notamment estmatière
prise aud’immeubles,
1er janvier. Elle va êtremeublants,
meubles déclarée par
leslevins
contribuable.On
etc… a des bases d’imposition légales
Pour les immeubles
abattement : S’il
de 30% sur laest occupé
valeur à titre
vénale dude résidence
bien principale
 arrêt Fleury par son propriétaire.Ce dernier bénéficie d’un
de 1996.
Pour le reste,
patrimoine quiceest
sont les mêmes
applicable règles
pour que cellesmeublants.
les meubles de successions.On a un forfait 5% de la valeur imposable sur le
Les dettes
Ce sont les dettes grevant le patrimoine du contribuable.Les règles sont les mêmes qu’en matière de succession.
Exemple : Les intérêts d’emprunt seront pris en compte, les travaux et également les impôts etc…
Ce qui est intéressant est que l’ISF lui-même de l’année en cours est une dette.
Les dettes doivent exister au 1er janvier, les dettes attachées au patrimoine à des biens non imposable ne sont pas
déductibles.
I) Le calcul de l’impôt
II) L’application du barème progressif par tranche
Article 885 U du CGI
Aller sur internet et mettre le tableau
Exemple : Patrimoine dont la valeur nette taxable est de 3 500 000 euros.
L’impôt va être liquidé comme cela :
ISF = (800 000 – 0) x 0 + (1,3M – 800 000) x 0,5% + (2,57M – 1,3M) x 0,70% + (3,5M – 2,57) x 1% = 20 690 euros.
L’application de la décôte
Article 885 U
Pour les patrimoines dont la valeur nette se situe entre 1 300 000 et 1 400 000, la décote = 17 500 – 1,25%
Le montant de la décote est de 17 500 – 1,25% de la valeur nette taxable du patrimoine.
Exemple : Patrimoine 1,35MISF = (800 000 – 0) x 0% + (1,3M - 800 000) x 0,5% + (1,35M – 1,3M) x 0,70% = 2850
euros
La décote = 17 500 – 1,25% x 1,35M = 625 euros.
L’impôt net = ISF – décote = 2850 – 625 = 2225
L’ISF est déductible de l’ISF.
Déduction de l’ISF théorique
L’ISF est de
montant déductible
recommencer l’ISF du patrimoine
les théorique,
opérations. net taxable
il convient du contribuable
de déduire ainside
cet ISF théorique après avoir du
la valeur calculé une première
patrimoine fois, le
net taxable et de
Exemple : Patrimoine net taxable de 1 500 000 euros
ISF = (800 000 -0) x 0% + (1,3M – 800 000) x 0,5% + (1,5M – 1,3M) x 0,70% = 3900 euros d’ISF théorique.
La valeur nette finale = Revenu – ISF théorique = 1,5M – 3900 = 1, 496 100
Donc nouveau calcul :
ISF = (800 000 – 0) x 0% + (1,3M – 800 000) x 0,5% + (1 496 100 – 1,3M) x 0,70% = 3873 euros ISF final.
S’il y avait eu une décote dans le premier calcul, il fallait refaire la décote dans le deuxième calcul !
Les réductions d’impôts
1) Réduction pour investissement dans une PME
Il s’agit de la PME répondant au critère du droit communautaire :
- Moins de 250 salariés
- CA inférieur 50 millions euros ou total de bilan inférieur à 43 000 000 euros
- Capital social détenu à 75% par des personnes physiques ou de PME
- Le montant
que 50%
(fond va être
commun réduit
de réduction
de placementde 50%
sur les des versements
versements réalisés
en innovation) réalisés
sur
ou FCPR FIP dans
(fond
(fond une PME européenne
d’investissement
commun ou un SCOP.Ainsi
de proximité)
de placement à risque). ou FCPI
- La réduction est limitée à 18 000 euros par année.
- Il faut savoir que le montant annuel global de ces deux réductions cumulées ne peut pas réalisées 45 000
euros.
- On a également
d’intérêt généralune réduction
donnent lieu àpour
75%des dons à certains
de réduction organismes
dans la : Les
limite de 50 000 dons
eurosà profit d’organisme
-
- Le plafonnement de l’ISF
Le montant
des revenus de l’ISF
nets de est plafonné
l’année pour que
précédente le montant
 article 885 V de
bisl’ISF,
du CGIl’IR et les prélèvements sociaux n’excèdent pas 75%
En caspas
n’est derestitué.
dépassement, la différence vient en différence de l’ISF mais si ce qui dépasse est supérieur à l’ISF, il
I) La déclaration et le paiement
Cette déclaration est à souscrire en même temps que l’IR (autour du 15 juin de l’année correspondante).
Il y a deux choses différentes :
- Pour un patrimoine net taxable inférieur à 2,57M : il va simplement déclarer sa valeur nette taxable
- Au-delà de 2,57M : il s’agit d’une déclaration spécifique sur un formulaire spécifique distinct de l’IR.
- L’administration exerce un contrôle pendant 6 ans pour les problèmes de déclaration.
- La demeure
reprise
mois
en estettrès
de retard, fréquente
la majoration
80% en casd’une
des
dans le cadre de succession
10% qui et àdans
est porté
activité 40%ce
occulte. si cas,
elle on applique
n’est l’intérêt
pas réalisée dansdeles
retard à 0,40%
30 jours par
de mise
- Le paiement se fait avec l’IR et au moment de la déclaration si le patrimoine est supérieur à 2,57M.
- La dation en paiement est possible si l’impôt est supérieur à 10 000 euros :
- Œuvre d’art
- Collection
- Bois et forêts
- Livres anciens
- Les monuments historiques
- Les monuments permettant de faire des HLM
- Le littoral
-
-
-
-